Issuu on Google+

toc-toc-toc !

Isabelle Dubois-Dumée Bettan Christophe Spotti

N° 7

Tassia Canellis Géraldine Lamamy


ISABELLE DUBOIS-DUMEE BETTAN

Styliste de la marque Les petites emplettes Co-fondatrice de La manufacture parisienne

4

5


ENFANCE ‘‘Mes parents sont des personnes très créatives, j’ai appris et développé mon côté manuel avec eux. Mon père travaillait beaucoup et je profitais donc des instants passés avec lui en l’accompagnant dans les magasins de bricolage, les salles de ventes et les brocantes. Il était responsable communication dans une grande entreprise automobile et il cherchait tout le temps des idées pour faire des cadeaux et étonner les gens avec un grand souci du détail. Vers l’âge de 12 ans, mes parents me mettaient au défi d’imaginer et concevoir la déco de A à Z quand ils recevaient la famille ou des amis. Ma mère aimait surprendre les invités, non pas avec de la belle vaisselle, mais avec son imagination. Je ramassais tout ce que je trouvais d’inspirant dans le jardin, je faisais des bouquets et je chinais. J’ai pris beaucoup de plaisir à voir que je pouvais me débrouiller avec ce que j’avais. Mes parents m’ont laissé le champ libre et ce fut très valorisant pour moi.’’

les petites emplettes ‘‘Le mot emplette est un ancien terme chantant, sonnant typiquement "made in France" qui signifie un achat lié au plaisir, par opposition au raisonnable. J’ai créé ma marque avec l’idée d’une vision globale et transversale. Un univers naturel, spontané, harmonieux et fonctionnel pour le quotidien, la famille où l’on crée, mélange, personnalise et s’amuse.’’

8

9


le concept ‘‘La manufacture parisienne est à la fois un showroom pour les entreprises et une boutique. Notre concept est de présenter des installations transversales et mensuelles thématiques. Nous choisissons un thème et nous regroupons différentes inspirations artistiques que ce soit des produits des Petites Emplettes, d’autres créateurs, des designers, des photographes, des éditeurs, de la brocante... le tout fabriqué en France. Nous essayons de mélanger des identités visuelles complémentaires. La sélection est mise en situation pour que les clients aient une idée de ce qu’ils peuvent faire avec ces objets. Nous réalisons des packs à offrir pour chouchouter ses amis, ses clients et collaborateurs. Je prolonge également mon activité de relookingd’appartements en proposant de réaliser des décors sur mesure pour des évènements petits et grands (mariage, dîner d’entreprise, n’importe quelle fête!). Et pour fidéliser et faire plaisir, nous sommes sur le point de proposer un système d’abonnement où nos clients se verront recevoir chaque mois un petit colis avec un pack personnalisé.’’

Pour Noël, la Maunufacture a installé des caisses en pin fabriquées dans les Landes pour mettre en scène des idées de cadeaux. Des petits packs nommés ‘‘Fleur de sel’’, ‘‘Pause café’’, ‘‘Oh ma biche’’, ‘‘Laissez infuser vos idées’’, ‘‘Anti-monstres’’ ... s’ajoutent à la liste.

©Ambroise Tezenas

HERVELINE

18

‘‘A nous deux, nous sommes complémentaires. Herveline est diplômée de l’école des Beaux- Arts, spécialisée en muséographie. Elle aime l’idée que la boutique ait un petit côté galerie. Elle a ce talent de savoir dénicher des designers et de demander à certains de produire des objets dans une matière ou une couleur qui répondent à nos envies du moment. Elle s’occupe aussi de la partie graphique (catalogue, blog...) et des relations avec les professionnels (les services de communication, les agences de pub...) Et moi, j’apporte ma touche et mon savoir-faire avec l’univers des Petites Emplettes. J’adore tout bouger dans notre showroom pour créer de perpétuelles nouvelles mises en scène.’’ 19


CHRISTOPHE SPOTTI

Responsable de la Milk Factory

Photos: Caroline Gomez

25


La terrasse est un peu la ‘‘pièce’’phare de ton appartement. Aimes-tu jardiner? Oui la terrasse est une vraie bouffée d’oxygène. On aperçoit un bout du canal Saint-Martin. J’aime multiplier et varier les plantes. Mais ma vraie bulle de détente et de verdure c’est ma maison de campagne dans le Perche où je me rends la plupart de mes week-ends. A la campagne, je jardine beaucoup, l’été comme l’hiver. J’ai créé un jardin de plantes vivaces dont la base est assurée par plus d’une centaine de rosiers. Je coupe et je me pique, j’arrache, je replante... Le jardin prend vie grâce à quatre poules soie, et de quatre couleurs différentes, qui demandent beaucoup d’attention. Je fais un peu la même chose sur ma terrasse à Paris, mais en version plus réduite et sans les poules!

30

31


La Milk Factory La Milk factory est un espace d’exposition pour promouvoir la ‘‘Milk attitude’’. Christophe y invite des artistes, des designers, des chefs et des chercheurs de tous horizons à travailler ensemble autour de projets liés aux produits laitiers.

La Milk Factory 5 rue Paul Bert 75011 Paris métro Faidherbe-Chaligny (L 8) ou Rue des Boulets (L 9) 36

La machine à frozen milk ‘‘Pi au carré’’ de Stéphane Bureaux 37


TASSIA CANELLIS

Créatrice de bijoux

40 41


mode ‘‘J’aime m’offrir des vêtements. J’adore Sessun et la sélection de French Trotters. Et les vêtements de Charlotte Sometime!’’

parfum ‘‘J’ai toujours porté Van Cleef & Arpels mais, gros drame, la production va s’arrêter. C’est un parfum assez fort. Je ne suis pas très attirée par les parfums fleuris et légers… Cela peut paraître paradoxal lorsqu’on voit mes bijoux. Je vais me mettre à la recherche d’un nouveau parfum. Peut être celui d’Astier de Villatte ou un parfum de chez l’Artisan parfumeur.’’

Bijoux de famille

48

‘‘Je ne connais aucune femme qui porte autant de bijoux que ma mère et plutôt des bijoux lourds! Même, si maintenant, elle porte aussi les miens. Je n'ai pas de bijoux de famille, mais en revanche, depuis l'enfance j'ai une croix orthodoxe à laquelle je tiens beaucoup et que j'ai eue à mon baptême. Je ne la porte jamais, mais elle est rangée dans une pochette et j'aime savoir qu'elle est là.’’

49


L’ATELIER - SHOWROOM Tassia a choisi de cohabiter avec la styliste de la marque Charlotte Sometime pour montrer à sa clientèle ses créations. Un pari audacieux et réussi que d’associer leurs univers et leurs sensibilités en un lieu à l’ambiance douce et feutrée. Les bijoux de Tassia s’accordent parfaitement avec les tee-shirts et pulls en grosses mailles de Charlotte.

50

51


GERALDINE LAMAMY

Directrice de Merveilleuses Productions R.P

Photos: Caroline Gomez

57


T’entoures-tu chez toi des créations des personnes que tu représentes? Je crois que, par la force des choses, ces créations me sont devenues familières, elles voyagent chez moi, dans ma penderie, dans ma bibliothèque... Je les offre, aussi. C’est une autre façon de défendre nos clients, on les fait entrer dans un réseau, si on était en Sicile, on dirait un clan. J’aime cette idée-là.

Et toi, as-tu un talent caché? Je réussis assez bien les gnocchis au potiron, le risotto aux cèpes, les scones et les pavlovas. Et puis, sans parler de talent, mais plus simplement de plaisir tardivement avoué, j’aime écrire des histoires, en particulier autour de souvenirs sucrés ou épicés, de repas partagés, de recettes religieusement transmises, de plaisirs minuscules ou de menus gastronomiques. Je suis myope, je vois flou, je n’ai ni la mémoire des noms, ni celle des chiffres, en revanche, le goût est un peu le fil rouge de ma mémoire. Les lieux, les personnes, les voyages sont instinctivement associés à des saveurs. Je suis sensible à cette ‘‘première gorgée de bière’’. 62

Chaque pièce de ton appartement est peinte dans un coloris différent, quel est ton rapport à la couleur? J’ai une approche très personnelle et très radicale de la couleur. Par exemple, aujourd’hui, j’adore le jaune après l’avoir détesté pendant trente ans, ce qui explique peut-être aussi mon goût pour la monochromie! Plus sérieusement, quand j’ai emménagé dans cet appartement, tout était blanc. J’ai appris à faire entrer la couleur. Travailler avec Caroline Gomez m’y a aidé, elle a un don pour oser toutes les associations. J’ai donc apprivoisé la couleur. J’aime aujourd’hui me lancer dans des mariages, même, a priori, mal assortis. C’est un peu la même chose avec les matières et les objets. Je finis toujours par trouver des associations heureuses dans les mariages improbables d’objets. J’ai encore beaucoup de progrès à faire avec la lumière.


UNE RECETTE

‘‘La cachapa est une spécialité vénézuélienne, une sorte de crêpe épaisse à garnir. Quand j’étais petite, c’était la promesse de l’arrivée à la plage. On partait très tôt pour éviter les embouteillages et dès que nous franchissions le pont de Boca de Uchire, un petit village de pêcheurs, nous allions vers les petits stands ambulants qui longeaient la piste (de la street-food avant l’heure). Les cachapas étaient brûlantes, le fromage fondu et le jambon grillé. Le week-end pouvait commencer’’.

MES BONNES ADRESSES

J’aime bruncher au BAL Café, prendre deux entrées et un dessert aux Gourmets des Ternes et me laisser tenter par le bento du jour chez Kokoya. J’aime aussi l’ambiance du 104 le week-end.

Le BAL Café, 6 Impasse de la Défense, Paris 18ème. Les Gourmets des Ternes, 87 bd de Courcelles, Paris 8ème. Kokoya, 5 rue des Batignolles, Paris 17ème. Le 104, 104 rue d’Aubervilliers ou 5 rue Curial, Paris 19ème

MES LECTURES

LES CACHAPAS Pour 3 cachapas

2 petits épis de maïs 1 c. à soupe de Maïzena 100 à 150 ml de lait 1 oeuf 1 c.à café de sucre roux sel et poivre 70

Egrenez les épis de maïs juste cuits à l’eau, il doit être tendre. Passez les grains au mixeur pour obtenir un mélange liquide, mais encore légèrement granuleux. Ajoutez une cuillère à soupe de maïzena diluée dans 100-150 ml de lait pour obtenir la consistance voulue, coulante, mais épaisse. Ajoutez un œuf battu pour lier le mélange, du sel et du poivre ainsi qu’une cuillère à café de sucre roux. Étalez une louche du mélange dans une poêle légèrement huilée. Laissez dorer sur une face, puis retournez. On les garnit de jamón y queso de mano, à défaut, de jambon et de mozzarella ou de halloumi cheese.

Ecrire la vie d’Annie Ernaux Can’t stop won’t stop de Jeff Chang Prenez soin de vous de Sophie Calle La première édition du Dictionnaire du Snobisme de Philippe Jullian Et tout ce qu’invente, filme et publie Valérie Mréjen, je suis fan!

FOND SONORE New-York de Lou Reed The big machine d’ Emilie Simon Notes from the underworld des Persephone’s Bees Stories from the cities, stories from the sea de PJ Harvey En casa de Raul Paz 71


Toc toc toc 7