Issuu on Google+


Nouvelles de l’industrie WestJet lorgne du côté de OneWorld

qui lui permettrait de conserver des horaires souples tout en accommodant les nouveaux voyageurs de OneWorld.

Dans un geste qui pourrait bien la propulser dans la cour des grands, la société WestJet Airlines Ltd. de Calgary a entamé des négociations préliminaires pour se joindre à l’alliance mondiale OneWorld. Si elle réussit, la jeune compagnie aérienne canadienne pourrait bientôt offrir à ses clients les avantages dont profitent ceux de OneWorld – rabais commerciaux, meilleures correspondances, programmes grands voyageurs, etc. – et les huit membres de l’alliance, dont Qantas, Aer Lingus et British Airways. WestJet offre actuellement des vols commerciaux vers 35 destinations au Canada et aux É.-U. Elle y ajoutera un vol TorontoBahamas en novembre. Au cours des sept premiers mois de 2006, WestJet a rempli en moyenne 78,9 pour cent de ses sièges, par rapport aux 81,7 pour cent en moyenne du premier transporteur canadien, Air Canada de Montréal. Faire partie des 18 membres de Star Alliance permet à Air Canada de capitaliser sur les correspondances de ses clients allant vers ou venant d’autres membres de cette organisation, comme Lufthansa, Singapore Airlines et United. Un nouveau système de réservations informatisé qui permettrait à WestJet d’accepter et de traiter des réservations venant d’autres membres de OneWorld doit entrer en vigueur vers le milieu de 2007. Selon Sean Durfy, Vice-président exécutif pour le marketing, les ventes et les aéroports à WestJet, la compagnie cherche une entente

SEPTEMBRE 2006

Éteignez svp, vous êtes en France ! Le gouvernement français envisage d’interdire de fumer dans les restaurants et les lieux publics à partir du 1er janvier 2007. Contrairement à d’autres villes européennes ou nord-américaines, certains établissements qui vendent du tabac seraient exemptés, comme les boîtes de nuit, les bars et les casinos. D’abord proposée par le ministre français de la Santé Xavier Bertrand dans une entrevue récente accordée au journal Le Figaro, l’interdiction alignerait la France sur d’autres pays de la CE qui ont interdit ou envisagent d’interdire de fumer, dont la Suède, la Grande-Bretagne, l’Irlande et l’Espagne.

DERNIÈ

RE CH ANCE

!

LE GUIDE ANNUEL DES SITES D’ÉVÉNEMENTS MONTRÉAL DISPONIBLE POUR SEULEMENT 12,95 $. POUR TOUTE INFO, (514) 849-6841 POSTE 331

3


Dans ce numéro

Mot du rédacteur

Le client a raison

Q

uelle ironie de voir comment, dans leur effort de fournir un meilleur service clientèle, la plupart des grandes compagnies négligent de façon évidente la seule chose qui ferait danser de joie des milliers de clients : répondre au téléphone. Il saute aux yeux que les services automatisés à la clientèle ne sont pas là pour nous mais pour d’autres raisons : sabrer les coûts de main-d’œuvre ou éviter de parler aux plébéiens qui – horreur ! – achètent leurs services et paient leurs factures. D’où la question : qu’est devenu le service à la clientèle ? La technologie est censée améliorer nos vies et nous rendre plus efficaces. Mais les services automatisés à la clientèle nous ramènent à des temps plus durs. Peut-être la technologie nous rend-elle moins exigeants en matière de qualité de service. Beaucoup de progrès nous ont facilité la vie – l’enregistrement en ligne pour les voyages en avion, par exemple – mais sûrement pas ces systèmes. Peut-être nous contentons-nous de moins parce, selon nous, l’effort n’en vaut pas la peine. Nous n’avons ni le temps ni la patience de passer trente minutes au téléphone pour ce qui devrait en prendre cinq. Alors, nous laissons tomber. Fatigué d’en avoir pour une demi-heure juste pour appeler votre câblofournisseur afin de tirer au clair votre dernière facture ? Vous n’êtes pas seul ! Souvent, vous pouvez faire le zéro ou découvrir des codes compliqués que les compagnies installent pour vous empêcher de court-circuiter le système – vous en trouverez beaucoup sur des sites comme www.gethuman.com. Mais c’est une solution symbolique. Le fait est que dans la nouvelle économie, le succès ira aux compagnies qui réagissent au quart de tour et s’adaptent au marché. Vu la frustration engendrée par les systèmes téléphoniques actuels, ceux qui ramèneront l’humain dans les relations humaines sont sûrs d’y gagner. On verra bien.

9

Organiser un party de Noël Les parties de Noël vous attendent au tournant et il est temps d’y songer. Jyl Ashton Cunningham vous donne de précieux conseils.

16

À prendre ou à laisser Stacey Hanke a reçu de nombreuses questions sur l’utilisation des supports visuels de présentation. C’est en détail qu’elle nous rend compte des avantages et des inconvénients des supports les plus utilisés.

18

Les hôtels de villégiature En grand nombre, ce type d’hôtel est de plus en plus populaire auprès des planificateurs. Jyl Ashton Cunningham nous fait part de son expérience sur le sujet.

22

Ici et là Nathalie Caron déniche pour vous les nouvelles à ne pas manquer à travers la province du Québec.

– Leo Gervais

26

Enquête du Planificateur Nous avons demandé aux planificateurs si, selon eux, les hôtels devraient rénover en permanence leur établissement. Les résultats ont été clairs.

Publié par : 2105, rue de la Montagne, bureau 100 • Montréal (Québec) • H3G 1Z8 Téléphone : (514) 849-6841 poste 333 • Fax : (514) 284-2282 www.leplanificateur.ca

27

Tout sur la moutarde Vous l’étalez sur vos sandwichs et probable ment sur votre rôti de bœuf aussi mais que savez-vous vraiment de ce condiment ? Allison Martens vous en délivre les secrets.

Vos commentaires sont appréciés : info@leplanificateur.ca Rédacteur : Leo Gervais, lgervais@leplanificateur.ca Rédactrice adjointe : Camille Lay, clay@leplanificateur.ca Traductrice : Louise Villemaire Administration : Patrick Galvin, Julie Boisvert, Tania Joanis, Patricia Lemus Collaborateurs : Anne Biarritz, Nathalie Caron, Jyl-Ashton Cunningham, Stacey Hanke, Allison Martens, Matt Riopel, Barry Siskind

28

Vendre en face-à-face Barry Siskind est un expert des salons professionnels. Selon lui, préparer un plan de commercialization est essentiel. Voici ses conseils.

Le Planificateur est diffusé mensuellement à 14 500 professionnels de l’industrie du tourisme et des affaires. Le Planificateur utilise du papier recyclé post consommation 30% Poste-publication No. 40934013

4

SEPTEMBRE 2006


SEPTEMBRE 2006

5


POUR VOTRE INFO Dormez bien !

annonce qu’il étudiera l’impact du boom technologique sur les médias traditionnels à mesure que de plus en plus de gens veulent que la solution à leurs besoins de divertissement et d’information soit à portée de main. L’Association canadienne des radiodiffuseurs a suggéré d’assouplir ou de modifier certains règlements du CRTC pour que ses membres puissent mieux concurrencer les nouvelles technologies.

Selon le magazine Maclean, la majorité des Canadiens dort juste assez. Le magazine écrivait récemment que 65 pour cent des gens dorment de sept à huit heures par nuit et que 21 pour cent se débrouillent avec six heures, moins que les sept à neuf heures recommandées par la plupart des médecins et spécialistes du sommeil. Des études ont démontré que faire régulièrement une bonne nuit de sommeil peut renforcer le système immunitaire, augmenter les capacités intellectuelles et réduire le stress et l’irritabilité (ce qui permet de mieux tenir le coup pendant ces réunions à 7 heures du matin). Vous doutez des bienfaits du sommeil réparateur ? Souvenez-vous que toute la lotion Oil of Olay du monde ne peut faire disparaître ces cernes sombres, un des premiers signes physiques du manque de sommeil.

Des yeux dans le ciel pour les voyageurs Ceux qui projettent un voyage en voiture en Alberta et en Colombie-Britannique disposent désormais d’un nouveau petit bijou pour les aider : GyPSy, un petit système global de localisation qui joue le guide touristique. Grâce à la technologie GPS, le GyPSy – gros comme un assistant numérique personnel – fait plus que vous aider à naviguer parmi une sélection d’itinéraires dans des destinations populaires comme Banff, les Rocheuses et Vancouver. Une fois branché sur l’allume-cigare ou une source d’énergie à courant continu et fixé au pare-brise, il fournit commentaires et divertissement sur les alentours par l’intermédiaire du système stéréo de votre véhicule. Sorti de la voiture, c’est un guide de poche qui vous renseigne sur les hôtels et les restaurants locaux, les points d’intérêt à proximité, les villes ou même des régions entières pour vous aider à planifier d’avance. Les tarifs vont de 49 $ par jour à 225 $ par semaine. Sur le Web : gpstourscanada.com.

De retour au Lagon bleu C’est l’heure de la cure pour le Lagon bleu en Islande. Célèbre pour les vertus rajeunissantes de ses eaux riches en minéraux, en silice et en algues – tous effluents d’une centrale électrique à 70 km en aval, selon Lonely Planet – le lagon sera agrandi de 50 pour cent et équipé d’installations de mieux-être repensées et d’un nouveau restaurant dans les falaises de lave moussues environnantes, d’ici au printemps 2007. Les soins sont donnés en plein air – au besoin, les invités reçoivent une couverture qui les tient au chaud – et comprennent frictions au sel, massages dans l’eau et traitements cranio-sacraux. Bien sûr, rien n’empêche de se borner à faire trempette dans les eaux bleues éthérées. Le lagon est près de l’aéroport de Keflavik et des bus y vont régulièrement à partir de Reykjavik. Sur le Web : bluelagoon.com

Les voyages d’agrément ont la cote Selon le Conference Board du Canada, le nombre de Canadiens qui part en voyage d’agrément est en forte hausse. Les vacanciers du nord du 49e parallèle ont fait presque cinq millions de voyages à l’étranger en 2005, comparé à 3,5 millions en 2000, la dernière année avant que le nombre de voyageurs en avion plonge à cause des attentats terroristes du 11 septembre 2001. Selon le rapport, l’Europe – destination de 43 pour cent de tous les voyages d’agrément outremer – reste la destination préférée des vacanciers canadiens. Les Caraïbes et le Mexique suivent de près à 39 pour cent. L’Asie, où le nombre de voyages d’agrément des Canadiens a augmenté de 76 pour cent depuis 2000, a décroché neuf pour cent de tous les voyages d’agrément à l’étranger des Canadiens en 2005.

Nourrir la génération information Et vous pensiez que les planificateurs étaient branchés ! Selon des statistiques recueillies par Solutions Research Group et publiées l’été dernier dans un rapport de contrôle du Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC), environ 70 pour cent des ados auront des iPods ou d’autres lecteurs de musique numériques et 86 pour cent auront un cellulaire d’ici 2008. Ces nouvelles arrivent au moment où le gouvernement canadien

6

SEPTEMBRE 2006


POUR VOTRE INFO Stressé ? Hurlez ! Selon une étude publiée le mois dernier par un parc d’attractions britannique, pousser un cri perçant (ou un grand « yawp », pour les fanas du Cercle des poètes disparus !) peut apaiser le niveau de stress de 25 pour cent. Le Thorpe Park dans le Surrey – qui s’est proclamé « le foyer du cri au R.-U. » – a fait appel au neuropsychologue réputé David Lewis pour mener une étude auprès de 1 000 personnes à bord de son grand huit Stealth. Selon une autre étude britannique, en plus de contribuer aux cardiopathies, aux attaques d’apoplexie et à la dépression, le stress coûte à l’économie du pays presque quatre milliards de livres et 12,8 millions de congés de maladie par année. Selon d’autres études, les Britanniques stressés attribuent en majorité leur tension aux retards durant leurs trajets quotidiens, au fait d’être enfermé au bureau en août et à la vague de chaleur qui a déferlé sur l’Europe pendant la plus grande partie de ce mois.

En Afrique, on rêve l'Inde comme en Europe on rêve l'Afrique ; l'idéal rayonne toujours au-delà de notre horizon actuel. Gérard de Nerval

www.mpimontreal.com

SEPTEMBRE 2006

7


TENDANCES Râleurs, vos jours sont comptés ! Êtes-vous l’éternel râleur qui empoisonne le bureau pour des bagatelles ? Et bien, ça ne durera pas parce que la politique « deux jérémiades et dehors ! » est devenue réalité. Conscient de l’étendue du problème, Nutzwerk, le spécialiste allemand en technologie de l’information, a lancé des conférences antijérémiades pour aider à traiter le problème. Vingt-cinq compagnies se sont déjà inscrites et Nutzwerk se tourne vers le reste de l’Europe. L’idée est née de la décision de la compagnie d’introduire une politique « deux jérémiades et dehors ! » pour contrer l’énergie négative produite par certains de ses employés. « Nous avions dans l’équipe des gens négatifs qui râlaient pour un oui pour un non. Toutes ces jérémiades ralentissaient leur travail et gênaient celui de leurs collègues », expliquait le vice-président de Nutzwerk, Thomas Kuwatsch. Selon lui, le problème a virtuellement disparu depuis l’entrée en vigueur de la tolérance zéro. La clause anti-jérémiades figurant en tête du contrat avec l’employé stipule qu’il est interdit de se plaindre à moins de proposer une idée constructive pour améliorer la situation. Suite à une grande demande de la part d’entreprises, le nouvel institut anti-jérémiades de Nutzwerk est devenu populaire auprès de nombreux secteurs industriels pour former le personnel sur ces questions. Il va de soi que des jérémiades incessantes nuisent au moral du personnel mais les experts préviennent que cette politique radicale peut être injuste et insensible aux situations personnelles. Ainsi, Guy Guinan, Associé à l’emploi dans le cabinet national d’avocats Halliwells, souligne la nécessité de faire la différence entre la personne dont le grief est justifié et celle qui adore jouer la victime même sans raison.

www.impaccanada.com

8

SEPTEMBRE 2006


Des fêtes de fin d’année réussies événement supplémentaire et des contrats bien définis. Des compagnies d’assurance comme LMS Prolink, spécialisée dans les assurances pour planificateurs, sont les mieux informées sur les exigences légales.

JYL ASHTON CUNNINGHAM L’objectif de la réception des fêtes de fin d’année est de s’amuser entre collègues après un an de dur labeur ensemble, sans incidents disgracieux (causés d’habitude par la surconsommation d’alcool). Depuis longtemps, ces fêtes sont aussi l’occasion de donner aux moins fortunés. À ce moment de l’année, les planificateurs ont d’autant plus de travail pour s’en tenir au budget, respecter le protocole, être socialement responsables et trouver chaque fois des thèmes originaux. Voici quelques tuyaux pour faire de votre tâche un plaisir et non une corvée.

Limiter la consommation d’alcool Planifiez une soirée qui limite la consommation d’alcool, comme une dégustation de vins : les invités reçoivent un petit verre de vin avec chaque plat et un sommelier les initie au choix

SUITE

À LA PAGE

Planifier de façon constructive Faites participer les employés à la prise de décision. Une évaluation de la fête de l’année précédente souligne les grands succès et les premiers signes d’alerte. Envoyez un courriel aux employés le plus tôt possible après l’événement pour obtenir leurs réactions. Identifiez aussi les incidents survenus sur le lieu de la réception afin qu’ils ne se reproduisent pas l’année suivante. Combinez la soirée avec un autre événement d’entreprise, comme une soirée de remise de prix. Cela aide à structurer la soirée et à justifier les frais engagés.

Choisir le lieu Choisissez un lieu qui convienne c’est-à-dire qui soit proche d’un hébergement pour la nuit, qui soit accessible par les transports en commun et qui ne revienne pas trop cher en frais de location en plus du budget nourriture et boisson. Beaucoup d’endroits autres que les hôtels facturent la location des chambres, le personnel du bar et de service, le mobilier, la vaisselle, le linge de maison et les décorations de table. La facture peut vite grimper. Si possible, négociez un tarif hôtelier réduit et offrez un service de navette pendant la soirée. Pour les petites fêtes, vous pouvez envisager de faire équipe avec d’autres entreprises de la région ou vous associer à la Chambre de commerce, qui organise habituellement un événement multi-entreprises pendant les fêtes. La consommation d’alcool et la responsabilité du planificateur et de l’entreprise en cas d’incidents liés à l’alcool sont probablement les questions les plus importantes à considérer pendant la période des Fêtes. Les réceptions des Fêtes exigent une assurance

www.suitedreams.com Titulaire

Prix Quatre Diamants

Suites à par tir de 49 .95 $ pp

“Traveller’s Choice Awards” Le Meilleur Hotel Indépendant La Revue Tourist de Toronto

Nous sommes situés près du canal Rideau et de la chic rue Elgin.

SEPTEMBRE 2006

Ottawa Canada 9

250 studios et suites d’une ou deux chambres à coucher, suites V.I.P. avec bain tourbillon. Installations de banquets, piscine intérieure, bain tourbillon, sauna, salle d’exercice et de jeux. Terrasse extérieure avec jeu de galets et aire d’amusement pour les enfants.

« Une des meilleures aubaines en ville » — The Sunday New York Times

Centre-ville d’Ottawa 180, rue Cooper Tél. : (613) 236-5000 Fax : (613) 238-3842 Service de réservations 1-800-236-8399

11


Comment jouer au Sudoku ? D’origine japonaise, ce jeu de logique consiste en un carré de 9 cases par 9, divisé en grilles de 3 cases par 3. Chaque case doit contenir un chiffre de 1 à 9 de façon à n’utiliser chaque chiffre qu’une fois par ligne, colonne et grille.

Niveau:Facile

Niveau:Moyen

Réponse à la page 25.

10

Réponse à la page 25.

SEPTEMBRE 2006


Plusieurs thèmes conviennent aux fêtes de fin d’année SUITE DE LA PAGE

9

des vins pendant le repas. À la fin du repas, ils n’auront pas trop bu et connaîtront mieux les vins ! Prévoyez des divertissements interactifs qui demandent aux invités de participer sur la scène ou de prendre part à des activités comme la décoration d’un objet (qui sera ensuite emballée et rapportée à la maison). Les accessoires nécessaires pourraient auparavant servir de centres de table qui seraient alors hauts en couleurs. Utilisez des objets décoratifs en acrylique plutôt qu’en verre pour éviter les accidents. Faites venir à la table des spécialistes du divertissement comme des illusionnistes, des photographes avec appareils photos à développement instantané ou des « vendeuses de cigarettes » qui distribuent de jolis chocolats ou bibelots. Les caricaturistes ou les artistes au henné sont toujours populaires mais comme le disait récemment la graphologue Elaine Charal, « On ne vient pas à une fête pour faire la queue et attendre ». Charal a très bien résolu le problème des files d’attente en offrant un service supplémentaire. En lui laissant un échantillon de leur écriture ainsi que leurs coordonnées, les invités peuvent recevoir son analyse seulement quelques jours plus tard. Quand vient le moment de danser, prévoyez la présence de danseurs professionnels pour donner des leçons de salsa, disco, danse de groupes ou de swing de la Côte Est. L’invité qui participe à des activités amusantes va moins souvent au bar. Précisez les heures de début et de fin dans l’invitation et respectez-les. Une soirée qui finit à 23 heures évite les débordements et coûte moins cher. Avec l’argent économisé, offrez des

SEPTEMBRE 2006

coupons de taxi et des éthylomètres près à être utilisés au départ des invités. L’entreprise pourrait donner une demi-journée ou une journée de congé supplémentaire aux conducteurs désignés qui s’engagent à ramener au moins un collègue à la maison.

Choisir un thème C’est toujours tentant mais l’événement à thème risque souvent d’échouer lamentablement, peut-être parce que les invités doivent se costumer ou que le thème est trop compliqué. Le secret ? Trouver un compromis qui offre aux invités le choix entre plusieurs façons de passer la soirée. Choisissez un thème bien défini quant au décor et aux présentations sur scène. Ajoutez un cadeau, une boisson d’accueil et des divertissements associés au thème. De cette façon, les invités se divertissent sans devoir participer aux activités autrement qu’en y assistant ou en recevant un petit cadeau. Utilisez des endroits où le thème existe déjà. Un des trésors cachés de Toronto, l’Academy of Spherical Arts, a de magnifiques tables de billard anciennes. Les invités peuvent les utiliser et il reste encore beaucoup de place pour danser, se détendre et manger dans chacune des quatre salles. Ajoutez des démonstrations par de célèbres joueurs de snooker (Cliff Thorburn et Jim Wych le font régulièrement à des tarifs raisonnables) pour une soirée divertissante, éducative et surtout très amusante !

SUITE

11

À LA PAGE

13


Boire ou conduire, il faut choisir SUITE DE LA PAGE

11

Les soirées casino sont toujours un succès et des tables de Texas hold’em, de black jack et de roulette louées à une compagnie spécialisée captiveront les invités pendant des heures. Les planificateurs d’événement Ruoff & Company ont conçu une soirée unique sur le thème du « club réservé aux hommes ». Elle combine jeux de casino, dégustation de whisky (y compris un expert en whisky de single malt en grande tenue écossaise) et salon et salle à manger élégants. En plus de rencontrer un succès monstre auprès leurs entreprises clientes, ces soirées personnalisées sont conviennent aux groupes à moyens et grands budgets. Si la tradition veut une fête costumée, essayez de rester dans l’élégance et de faciliter la tâche aux invités. Les soirées noir et blanc sont toujours appréciées, de mêmes que les soirées « mascarades » ou « cravates et queues » (et libre cours à l’imagination !). Placez des accessoires à chaque couvert pour aider les invités à embellir leurs costumes et apporter une touche d’ensemble.

SEPTEMBRE 2006

Pensez aux moins fortunés Mais la planification d’une fête de fin d’année n’est pas que prestige, clinquant et gloutonnerie. La tradition fait de décembre un temps de dons et les invitations incluent toujours une demande d’apporter un cadeau emballé ou une denrée non périssable pour une maison d’accueil, un hôpital ou une maison de retraite. Cependant, la bonne intention ne suffit pas et il faut vraiment réfléchir si l’on veut recevoir et distribuer les dons de manière efficace. • Au lieu de demander aux invités de déposer leurs cadeaux dans un grand bac lors de la soirée, recueillez les dons au bureau pendant plusieurs jours – ou semaines – avant de les porter à la maison d’accueil. C’est plus logique et plus productif puisque les chances que les employés contribuent augmentent avec la durée. • Envisagez de demander à chaque service de l’entreprise de remplir une boîte selon une liste préétablie d’aliments et d’articles ménagers qui seront remis à des familles. Cela atténue le syndrome « pâtes et boîtes de soupe » et permet des repas équilibrés et une sélection plus intéressante.

13

• Lancez un concours amical d’une semaine dans les services pour recueillir le plus d’argent possible pour l’œuvre caritative choisie. • Demandez d’avance à l’œuvre choisie de quoi elle a besoin. Tout le monde ne veut pas des jouets ou des vêtements d’enfants et les articles de toilette de base sont souvent le cadeau le plus apprécié. • Si l’idée de chercher à qui donner dans la communauté vous rebute, les clubs Rotary partout au Canada vous feront des suggestions : vous économiserez ainsi du temps et des efforts et vous serez assuré que les dons iront à ceux qui en ont le plus besoin localement. Le conseil le plus important pour les Fêtes : Qui conduit s’abstient ! Jyl Ashton Cunningham, CMP, est présidente de JAAC Events, une société de planification de réunions et d’incitation à Oakville (Ontario). Pour en savoir plus, communiquez avec JAAC à info@jaacevents.com. La soirée de fin d’année que vous avez organisée a été une réussite ? Vous voulez partager une expérience drôle ou offrir un conseil à d’autres planificateurs à ce sujet ? Écrivez à jashton@theplanner.ca en 50 mots ou moins et nous publierons les histoires les plus intéressantes d’ici décembre.


Nouvelles hôtelières du Village Global pour susciter des émotions spécifiques chez les clients. Le thé blanc de Westin est censé diffuser le stress alors que Four Points utilise la cannelle pour que les clients se sentent confortables.

NOUVEL HÔTEL BAUER DANS LA BELLA VENEZIA Bien que les masses ne fuient plus vers Venise pour échapper aux barbares en maraude comme autrefois, plus de 10 millions de visiteurs enchantés par la beauté insurpassable de la ville lagon l’envahissent tous les ans. Aujourd’hui, il y a une raison de plus de la visiter : le tout nouveau cinq étoiles de Bauer, le Palladio Hotel & Spa. Situé dans un bâtiment Renaissance autrefois abandonné dans l’île Giudecca, l’hôtel de 50 chambres offre des vues merveilleuses sur le lagon et une cuisine de gourmet primée. Le spa n’est pas encore ouvert mais devrait l’être en octobre. Tarifs spéciaux d’ouverture à partir d’environ 240 euros (environ 340 $CAN). Sur le Web : www.bauerhotels.com

Venise, où l’hôtel Bauer vient d’ouvrir ses portes.

ÊTES-VOUS AU PARFUM CÔTÉ HÔTELS ? Vous dépouillez le courrier et voilà, au beau milieu des factures et circulaires, une publicité pleine page des hôtels Westin. À gauche, la photo d’une feuille géante et à droite, une plante aux feuilles riches encore pleines de gouttes de la pluie de la veille – toutes deux étonnamment fraîches et naturelles. Du côté de la plante, il y a une partie repliée comme un échantillon de parfum prêt à être décollé. Au milieu de la page, quelques mots « Thé blanc. Le nouveau parfum calmant de Westin. » Vous ouvrez et découvrez un parfum agréable mais discret – la nouvelle image de marque de Westin par l’odeur. Une fragrance comme symbole social, c’est une nouvelle tendance dans le secteur hôtelier. Les marques Sheraton et Four Points de Starwood, les hôtels Omni et la chaîne Westin sont de ceux qui utilisent dans les halls et les chambres d’hôtel des parfums conçus

LE CONNAUGHT FAIT PEAU NEUVE Au début de l’année prochaine, le Connaught, luxueux hôtel londonien, dépensera des millions de livres pour un agrandissement et des rénovations. Situé dans le quartier de Mayfair, l’hôtel bien connu sur la scène internationale comptera 34 nouvelles chambres pour un total de 126. Entre temps, les chambres existantes seront refaites à neuf et l’électricité refaite pour accommoder les

14

SEPTEMBRE 2006


Nouvelles hôtelières dernières technologies tout en gardant le style classique. « Nous voulons améliorer et préserver la beauté de ce que nous avons déjà mais aussi amener l’hôtel au 22e siècle » de dire le directeur du Connaught, Anthony Lee, au magazine Caterer and Hotelkeeper. Selon Lee, on s’attend que l’hôtel ferme pendant une courte période pendant certains travaux.

AUTORISATION DE GRÈVE AUX É.-U. Les chefs du syndicat UNITE HERE à Hawaii, Chicago, et à San Francisco et Monterey en Californie ont maintenant le droit de lancer un ordre de grève si les conflits contractuels ne peuvent être résolus autrement. Ils y ont été autorisés par les travailleurs de UNITE HERE de ces juridictions le mois dernier au cours d’un vote où plus de 90 pour cent des travailleurs leur ont donné ce pouvoir. À San Francisco, où les travailleurs sont sans contrat de puis deux ans, les négociations se poursuivent. Selon le président des divisions hôtellerie de UNITE HERE, John Wilhelm, les grèves ne sont pas inévitables. Il a ajouté que le vote démontre la confiance des membres du syndicat envers leurs leaders. Les travailleurs de Toronto ont récemment adopté des mesures semblables.

de Wyndham. La compagnie payera 560,000 $ aux clients facturés à tort et 1,8 M$ pour les frais d’enquête et de litige. Selon le procureur général de la Floride, Charlie Crist, l’objectif de la poursuite était de révéler des pratiques douteuses d’établissement des prix et d’encourager les hôteliers à les éviter. « Ce règlement donne aux clients de l’hôtel la possibilité de faire un choix éclairé avant de réserver une chambre. » Les sites Web qui vendent des chambres au nom de Wyndham, comme Orbitz et Travelocity seront aussi tenus d’afficher les frais automatiques au moment de l’achat.

UN HÔTEL WESTIN PRÈS DU PALAIS DES CONGRÈS DE MONTRÉAL Après une absence de quelques années, la chaîne Westin aura de nouveau pignon sur rue à Montréal. Le nouvel hôtel occupera l’ancien complexe du journal The Gazette, à deux pas du Palais des congrès. Représentant un investissement de 90 M$ en capitaux entièrement privés, l’ouverture est prévue pour 2008. En plus des trois anciens immeubles du complexe, une tour de 20 étages sera construite. L’hôtel quatre étoiles sera relié à la ville souterraine et offrira 432 chambres, 32 000 pi. ca. de salles de réunion et un spa. Visitez le www.westin.com.

Besoin d’informations ?

LXR : POURSUITE RÉGLÉE

www.leplanificateur.ca

LXR a récemment accepté de payer 2,3 M$US pour régler une enquête de cinq ans lancée par l’état de la Floride sur les suppléments cachés ajoutés à la facture des voyageurs dans 16 propriétés

SEPTEMBRE 2006

15


Créer un impact visuel : à prendre ou à laisser • Ai-je déjà animé une réunion à l’aide de notes ? • Ai-je déjà pris part à une visite de vente avec du matériel de présentation, comme une brochure ou un produit de démon stration ? • Ai-je déjà préparé une conversation avec des pairs durant laquelle j’avais besoin d’une aide visuelle pour expliquer un concept ou une idée ?

DE STACEY HANKE J’ai écrit de nombreux articles pour Le Planificateur, de l’amélioration de la communication à l’optimisation du rendement d’une équipe. Un article en particulier a retenu l’attention des lecteurs. On m’appelle régulièrement pour me demander plus d’information sur l’article paru en juin 2005 : La folie des effets visuels. J’en déduis que la plupart des gens ont encore beaucoup de mal à utiliser les supports visuels. Ou alors, nous répétons ce que font les autres, que ça marche ou pas. Le choix et la conception du support visuel sont cruciaux pour qui veut aider la personne qui écoute à mieux assimiler les connaissances et l’inciter à passer à l’action.

Vous avez répondu oui à une de ces questions ? Il est temps de mieux comprendre comment les supports visuels peuvent créer de la confusion chez vous ou votre interlocuteur auquel cas vous vous démènerez durant votre présentation et votre interlocuteur n’entendra ni ne saisira votre message. Je m’aperçois que des personnes utilisent parfois une aide visuelle sans but, comme bouche-trou ou pour remplacer leurs notes. Nous avons oublié la vraie raison d’être des aides visuelles et la valeur qu’elles apportent au message : • Renforcer le message • Favoriser l’assimilation des connaissances de l’interlocuteur • L’aider à mémoriser

J’ai donc décidé de partager avec vous les pratiques d’excellence pour le choix et la création d’une aide visuelle qui crée une impression favorable et durable chez la personne qui écoute. « Je ne fais pas de présentations et je n’utilise pas PowerPoint », dites-vous ? Cela vous concerne quand même. Demandez-vous :

SUITE

16

À LA PAGE

17

SEPTEMBRE 2006


Se donner les moyens d’atteindre ses objectifs SUITE DE LA PAGE

16

Avant votre prochaine présentation, réunion ou visite de vente, demandez-vous pourquoi vous utilisez ce support visuel et quel but vous visez pour la personne qui écoute. Pour vous aider à choisir le support qui renforcera le mieux votre message, prenez en compte : • Le principe et le but du support visuel • La valeur qu’il peut donner à l’information • L’impact qu’il peut avoir sur l’apprentissage • La part de divertissement qu’il procure • Son utilité comme ressource future (utilisation ultérieure) • Le degré d’interaction à créer avec l’auditoire et le côté pratique à transmettre • Les attentes et besoins de ceux qui écoutent • Leur expérience et leur niveau de connaissances • Votre niveau d’expérience avec le support visuel • La grandeur de la salle • Le temps dont vous disposez • Les points, concepts et idées clés à retenir Connaître l’usage, les avantages et les désavantages du support visuel qui renforce le mieux le message est une étape critique de toute situation de communication.

Utilité de PowerPoint • Favoriser l’assimilation des connaissances • Donner de l’impact et du relief au message • Vous aider à faire des transitions ainsi qu’aux personnes qui écoutent • Fournir de la couleur, des graphiques et des illustrations

Avantages • PowerPoint se prépare d’avance, donc vous ne devriez pas rencontrer de problèmes d’orthographe ou d’illustration au moment de la présentation (à condition d’avoir vérifié l’orthographe avant). • PowerPoint est facile à sauvegarder et permet des corrections ultérieures rapides.

Inconvénients • Avoir tendance à utiliser PowerPoint en guise de notes et donc à lire les textes mot à mot. • Surcharger les diapos et utiliser une police trop petite et difficile à lire. • Les options animation et création distraient la personne qui écoute. • La technologie peut vous faire défaut.

Utilité du tableau de conférence • Créer une interaction avec les personnes qui écoutent. • Repérer les inquiétudes exprimées ou les questions aux quelles il faudra peut-être répondre après la présentation. • Noter les points à discuter pour s’assurer de les traiter pendant la présentation. • Afficher les points à l’ordre du jour ou les règles de base, surtout pour les petits groupes.

SEPTEMBRE 2006

• Créer un visuel de dernière minute pour renforcer le commentaire d’un interlocuteur ou votre argument clé.

Avantages • Facile à utiliser et peut se préparer rapidement. • S’affiche partout dans la salle et se consulte aisément. • Ne repose sur aucune technologie, donc ne tombe jamais en panne. • Facile d’ajouter un point, un fait, une idée.

Inconvénients • Pas de vérification d’orthographe ou de grammaire. • Diffcile à transporter. • Information difficile à voir si on n’écrit pas lisiblement.

Utilité du tableau blanc • Remue-méninges. • Noter les questions, l’ordre du jour ou les thèmes à discuter.

Avantages • Facile à utiliser et peut se préparer rapidement. • L’information s’efface rapidement. • Ne se transporte pas avec soi.

Inconvénients • Difficile de sauvegarder l’information. • Difficile d’y écrire lisiblement rendant la lecture difficile à travers la salle. • Pas de vérification d’orthographe ou de grammaire.

Utilité des accessoires (produits de démonstration, circulation de photos, etc.) • Apprendre aux personnes qui écoutent comment utiliser un produit. • Augmenter l’assimilation de connaissances avec un visuel fort (illustration ou produit).

Avantages • Permet l’application immédiate de l’apprentissage : possibilité d’utiliser, toucher ou voir le produit, le concept ou l’idée.

Inconvénients • Les personnes qui écoutent se concentrent sur l’accessoire et peuvent ainsi manquer le message. • Peut entraîner des distractions si l’accessoire est bruyant ou difficile à manipuler.

Utilité des polycopiés • À emporter et à consulter ultérieurement. • Favoriser l’interaction avec la personne qui écoute. • Ajouter des exercices individuels et de groupe à la présentation. • Illustrer des tableaux, graphiques et diagrammes détaillés.

SUITE 17

À LA PAGE

21


Conférences et hôtels de villégiature font bon ménage Le groupe Relais et Châteaux (www.relaischateau.com) représente plus de 450 hôtels et restaurants dans le monde entier, y compris plus d’une douzaine de propriétés canadiennes exclusives comme le célèbre Post Hotel de Lake Louise, ses chambres raffinées et une cave à vin reconnue dans le monde entier. La très belle Auberge Saint-Antoine dans le Vieux Port de Québec est aussi très recommandée. Plus petites – elles comptent moins de 100 chambres et suites – ces deux propriétés sont parfaites pour des réunions ou des programmes de motivation en plus petit groupe. En planifiant une réunion dans un centre de villégiature, prenez en compte :

JYL ASHTON CUNNINGHAM

L

’été prend fin, la saison des mariages est finie et les vacances en famille sont un beau souvenir. Sur les écrans radars des planificateurs, les petits points des centres de villégiature canadiens recommencent à clignoter. Pourtant, tous les centres ne sont pas égaux et mieux vaut se renseigner à l’avance pour choisir l’endroit qui convient aux besoins d’une conférence ou d’une réunion d’encouragement. Parmi les centaines de centres de villégiature du Canada, beaucoup appartiennent à des chaînes d’hôtels de luxe. Atlific Hotels and Resorts, par exemple, possède et exploite des propriétés d’Halifax à Victoria et leur famille déjà impressionnante s’agrandit régulièrement. Elle comprend le Deerhurst Resort à Muskoka (Ontario), l’hôtel Lord Elgin à Ottawa et le Pemberton Valley Lodge à Pemberton (C.-B.), trois très belles propriétés qui répondent à tous les budgets et tous les besoins en matière de réunions. La Westwind Inn, près de Lakefield (Ontario) est un autre bon choix pour les retraites d’entreprise et les escapades en groupe. Découvrez-les sur www.westwindinn.net. Resorts of Ontario représente 27 propriétés en Ontario et constitue un guide excellent et pratique sur les points forts de chaque propriété. Sur le Web : www.resortsofontario.com.

Les objectifs Avant toute autre chose, pensez aux objectifs recherchés en utilisant un centre de villégiature. Répond-il à tous les besoins ? Si non, comment compenser ses lacunes ?

La proximité de l’aéroport Il n’est pas logique de choisir un centre à deux heures de l’aéroport pour trois jours de conférence. Si les délégués arrivent fatigués et frustrés après un long vol, un long trajet en bus ou en voiture risque de les indisposer à l’égard

18

SEPTEMBRE 2006


Profiter de l’environnement de toute la conférence. Une solution : réserver des chambres dans un hôtel de l’aéroport où les invités pourront faire un brin de toilette et se reposer quelques heures ou une nuit avant de poursuivre leur voyage. Mais l’idéal reste un voyage ininterrompu. L’hélicoptère ou l’avion nolisé est un moyen de transfert valable mais un peu plus cher. Si un long transfert est inévitable, pourquoi ne pas en profiter pour revigorer et rafraîchir vos délégués ? Aromathérapie, minisoin du visage, massage et petits plaisirs gastronomiques peuvent éveiller les sens et briser la glace en cours de route. Passez une musique douce en sourdine, un film divertissant ou une courte vidéo sur les objectifs de la conférence, tout en soulignant les services et les activités disponibles. Prévoyez l’option transfert « tranquille » pour les personnes qui préfèrent se reposer un moment. Le paysage peut, à lui seul, offrir une expérience merveilleuse. Alors, assurez-vous que les glaces du véhicule sont impeccables. Si possible, arrêtez-vous à des points touristiques populaires en cours de route pour que tout le monde puisse se dérouiller les jambes et prendre une bouffée d’air frais. À l’arrivée, accueillez les délégués dans une suite de réception où ils pourront se détendre, prendre un verre et une légère collation et retrouver leurs collègues.

Les activités sur place On emmène trop souvent les gens dans un centre de ski ou de golf ou dans une station balnéaire sans leur laisser assez de temps libre pour en profiter. Récemment, une réunion internationale du personnel de vente d’un groupe pharmaceutique à Lake Louise n’a prévu qu’une demi-journée de congé en ville à la grande déception des délégués, dont beaucoup étaient venus d’Europe. Il y a là tant de sports d’hiver que les gens auraient apprécié avoir au moins deux demi-journées de congé.

S’il y a du ski de nuit, profitez d’une soirée de loisirs pour offrir une option activités en plein air. Réservez des endroits privés pour que les gens se changent et laissent leur tenue de soirée et assurezvous de la présence d’esthéticiennes pour regonfler les cheveux aplatis par les tuques et soulager les épaules endolories. De plus, vous pouvez modifier l’horaire travail – récréation pour passer plus de temps dehors pendant les heures de clarté et combiner certaines séances plénières en soirée avec le souper. Réservez les activités en plein air longtemps d’avance, surtout pour les groupes plus nombreux. Les promenades en traîneau à chiens et en motoneige sont vite réservées et les compagnies n’ont pas les moyens d’ajouter des promenades à la dernière minute. Sachez que certains centres n’offrent pas tous les services et informez-en vos délégués longtemps d’avance. Souvent, les endroits éloignés ne disposent pas d’un accès à Internet sans fil ou à haute vitesse et la plupart des téléphones cellulaires ont une réception limitée en montagne. Enfin, sachez que beaucoup de centres de villégiature éloignés ou à la campagne emploient une main-d’oeuvre locale qui peut aborder les délégués d’une manière moins stylée que ce qu’ils ont l’habitude de voir. Une réunion préconférence avec la direction de l’hôtel devrait tirer au clair les attentes des deux côtés et diminuer le risque de situations embarrassantes. La beauté sauvage et naturelle du Canada, ses activités et ses aventures excitantes en plein air sont sans égales et attirent des conférences et des réunions d’encouragement des quatre coins du monde. Les paysages et les expériences qui changent au fil des saisons sont fascinants et font du Canada une destination de rêve toute l’année. Avec cette information et toutes les ressources disponibles dans les bureaux de tourisme, les planificateurs peuvent décider de manière éclairée et réfléchie de tenir leur prochain événement dans un centre de villégiature canadien.

« J’ai lu Le Planificateur du début à la fin... » « Je prends toujours le temps de lire Le Planificateur...» Les planificateurs nous voient. N’ont-ils pas besoin de vous voir ? Appelez-nous au (514) 849-6841 ext. 331 SEPTEMBRE 2006

19


20

SEPTEMBRE 2006


Il faut être créatif pour mettre en valeur votre message SUITE DE LA PAGE

8. Évitez la souris en folie. Si vous cliquez toutes les deux secondes, vous travaillez trop fort. 9. Évitez le tout en majuscules : elles sont difficiles à lire. Inutile de « crier » pour vous faire entendre.

17

Avantages • Ressource que les gens peuvent conserver et consulter ultérieurement. • Les personnes qui écoutent peuvent les utiliser pour prendre des notes. • Clarifie l’explication d’un processus étape par étape.

N.B. Ces techniques de création de visuels valent pour tous les supports (PowerPoint, aide à la vente, tableau de conférence, accessoire, notes, ordre du jour de réunions et tableau blanc).

Inconvénients • La tentation de les lire et de s’y accrocher. • Les participants lisent et devancent la présentation. • Risque accru de perdre l’attention des personnes qui écoutent. Une fois que vous avez choisi avec soin le support visuel qui met le plus en valeur votre message et capte l’attention de votre interlocuteur, vous pouvez passer à la création. Voici neuf points incontournables. 1. Le moins procure le plus ! Créez des aides visuelles avec plus d’images et moins de mots. Pensez-y : une image vaut combien de mots ? 2. Concevez des aides visuelles centrées sur les points ou les idées clés que vous voulez graver dans la mémoire de ceux qui vous écoutent. 3. Trois « G » : Gros, Gras et Généreux. Gros pour que tout le monde voit bien, peu importe la grandeur de la salle. Les mots en gras sont aussi plus visibles. Utilisez des couleurs généreuses qui apporteront brillance à votre présentation. Juste assez de couleurs pour stimuler l’œil, entre deux et quatre pour le texte. 4. Utilisez une police simple, facile à lire. Tahoma, Arial et Helvetica sont des valeurs sûres. 5. Utilisez des puces pour souligner les points et les idées clés. Au maximum, quatre puces par visuel et quatre mots par puce. 6. Pour partager données, faits ou statistiques, illustrez les points à retenir avec des graphiques circulaires, à barres ou linéaires simples. 7. Pour illustrer un point avec des graphiques, limitez-vous à un graphique par visuel. Évitez de noyer le message dans une surcharge d’information.

SEPTEMBRE 2006

21


ICI ET LÀ PAR NATHALIE CARON

Panoramaduodlacote Vous cherchez une activité pour votre groupe pendant le week-end ? Le Mont Sutton vous convie pour la 20e année d’affilée à découvrir la beauté des paysages d’automne du haut de la montagne. Du 9 septembre au 9 octobre, vous êtes invité chaque week-end à découvrir la montagne en télésiège et à pratiquer de nombreuses activités dont la mycologie, la « rigolothérapie », le taï chi en montagne et l’ornithologie. Visitez le www.montsutton.com ou composez le 1-866-538-2545

Une radio touristique à Québec En découvrant la radio touristique lors de ses voyages dans l’Ouest canadien, les États-Unis et en Europe, Jacques SaintHilaire a lancé la première radio touristique au Québec. Les touristes qui découvrent Québec et la région ChaudièreAppalaches peuvent syntoniser les fréquences 90,3 pour les francophones et le 89,7 pour les anglophones. Des enregistrements de trois heures sont diffusés 24 heures sur 24 et ce, quotidiennement. Visitez le www.radiotoursique.ca ou composez le 418-623-7676

Dictionnaire touristique Découvrez le globe-rêveur, une véritable bible du voyage chez Ulysse, la librairie du voyage et dans toutes les bonnes librairies. Il renferme une multitude de

données sur toutes les nations, classées en ordre alphabétique. Ce manuel de référence complet coûte 39,95 $.

Construction du Centre des congrès de Victoriaville

Montréal y est, Toronto n’y est pas !

Les travaux de construction du Centre des congrès de Victoriaville ont débuté il y a quelques semaines. Le bâtiment d’une superficie de 17 500 pieds carrés est adjacent au Victorin Hôtel et Congrès et devrait accueillir ses premiers groupes début 2007. La plus grande salle d’une capacité de 800 personnes en banquet et de 1 000 personnes en style théâtre fera 8 000 pieds carrés. Anciennement Le Colibri, l’hôtel demeure ouvert malgré les travaux de rénovation en offrant environ la moitié de ses chambres aux visiteurs. En automne, les aires publiques bénéficieront à leur tour d’un embellissement, soit la salle à manger, le hall d’entrée, les aires de circulation et les salles de réunion existantes.

Le magazine Travel+Leisure vient de révéler les positions du palmarès 2006 dans plusieurs catégories. Parmi les meilleures destinations nord-américaines, quatre villes canadiennes occupent les positions 6 à 9 soit, respectivement, Vancouver, Québec, Victoria et Montréal. Toronto ne fait pas le TOP 10 ! Sur la liste des meilleurs hôtels nord-américains, nous retrouvons Le Château Montebello au 29e rang, Le Germain au 88e rang et le StJames, de Montréal, occupe la 96e position. Les différents palmarès sont établis par les lecteurs du magazine qui participent à un sondage annuel sur les meilleures destinations, les meilleurs hôtels, les meilleures compagnies aériennes et les meilleures compagnies de croisières au monde.

Groupe Germain : un resto torontois Le Germain Toronto a maintenant son propre restaurant-bar dans l’hôtel. D’une capacité de 75 places, il a été nommé Victor en l’honneur du patriarche de la famille Germain. Le menu, inspiré de la diversité ethnique de la métropole, s’avère une collaboration de Hans Vogels, Chef du Victor et d’Alain Labrie qui était à la tête des cuisines de l’Auberge Hatley. Visitez le www.germaintoronto.com ou composez le 1-866-345-9501

22

Tout sur la grippe aviaire Le seul ouvrage officiel sur ce sujet est une collaboration de plusieurs organismes et ministères de la France ainsi que de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). Ce livre saura répondre aussi aux interrogations des québécois. Il se divise en trois chapitres et vulgarise très bien la problématique. Il fait état des connaissances sur le sujet et définit le problème, il met en avant les mesures prises par les pouvoirs publics français et enfin, répond à 75 questions pertinentes sur la maladie, sa transmission, sa prévention, ses conséquences et ses symptômes. Vous y retrouverez aussi des recommandations, des renseignements et indications sur la transmission via les animaux et les précautions à adopter. Disponible chez Ulysse, la librairie du voyage. 14,95 $.

SEPTEMBRE 2006


ICI ET LÀ Communiquez ! Négociez ! Vendez ! Pour ceux désireux de perfectionner leur talent de communicateur, de négociateur et de vendeur, vous pouvez vous inscrire à ce séminaire de trois heures animé par Alain Samson, auteur conférencier qui se tiendra à l’Hôtel Sheraton Laval le 25 septembre 2006 de 18h30 à 21h30. Le livre Communiquez ! Négociez ! Vendez ! sera remis à tous les participants. Le coût du séminaire est de 56,40 $. Pour informations et inscriptions, www.entrepreneurship.qc.ca ou (418) 646-1994 poste 243

Air Canada prend la relève de CanJet Le 10 septembre 2006 CanJet abandonnera ses vols réguliers dans l’Est du pays et ne gardera que les vols nolisés. Air Canada et sa filiale régionale Jazz voleront à la rescousse des passagers à compter de cette date en offrant plusieurs options à des prix attrayants. Selon la demande, les deux transporteurs accroîtront ponctuellement leur capacité. Plus spécifiquement en octobre, la fréquence des vols allerretour entre Halifax et Toronto ainsi que vers Montréal augmenteront respectivement à 10 et à 7 vols hebdomadaires. Nathalie Caron a travaillé à l’hôtel Le Quatre Saisons de Montréal et à l’OCTGM. Elle a poursuivi sa carrière au Cirque du Soleil pour ensuite rejoindre le milieu juridique et maintenant, celui du recyclage. Tout en organisant des événements d’envergure, elle travaille depuis quatre ans dans les coulisses du Planificateur. Courriel : ncaron@leplanificateur.ca.

SEPTEMBRE 2006

23


Solutions du Sudoku page 10

ICI ET LÀ Un nouveau resto à l’hôtel Le Chantecler Le Chantecler (Ste-Adèle, QC) mise sur l’Italie, le restaurant le Tre Monti vous attend tous les jours de la semaine avec ses succulents plats mijotés de fine cuisine italienne. Le samedi soir, il vous offre un buffet familial et un brunch le dimanche. Sur le Web : www.lechantecler.com

SEPTEMBRE 2006

25


Pensez-vous que les hôtels devraient entretenir continuellement leur établissement ou bien qu’ils devraient accomplir des rénovations majeures tous les cinq ans ?

La dernière enquête du Planificateur révèle que les organisateurs d’événements se préoccupent des rénovations dans les hôtels. Chaque établissement a en général un budget allant de 3 à 5 pour cent de la valeur de ses revenus générés par la location des chambres. Cependant, le budget réellement alloué varie selon le tarif moyen de location : si les recettes diminuent, ainsi va le montant consacré à l’entretien des hôtels. Le budget pour les rénovations majeures provient des sièges sociaux des établissements.

Questionnaires envoyés par e-mail Réponses Taux de réponses

Pensez-vous que les hôtels devraient entretenir continuellement leur établissement ou bien qu’ils devraient accomplir des rénovations majeures tous les cinq ans ?

8%

26

7611 216 2.84%

Entretien soutenu 182 Tous les cinq ans 34

84% 16%

Total

100%

216

SEPTEMBRE 2006


La moutarde : un condiment merveilleux DE ALLISON MARTENS

« S’il vous plaît, auriez-vous de la Grey Poupon ? » Cette citation tirée du classique Le monde selon Wayne des années 1990 fait généralement sourire. Bien connue comme une moutarde grand public fabriquée par le géant américain de l’alimentaire Kraft, la moutarde au vin a pourtant plus de 200 ans. Saviez-vous par exemple que le nom n’a rien à voir avec la couleur et qu’il provient en fait d’un certain M. Grey qui acheta un atelier de moutarde dans la région de Dijon en France à la fin du 19e siècle ? Ou bien encore que le vin blanc utilisé dans la version américaine est fabriqué dans le nord de l’état de New York sous la supervision d’un rabbin qui s’assure qu’elle est cacher ? Aujourd’hui, les fabricants de moutarde de Dijon utilisent seulement des graines de moutarde brune ou noire – la moutarde est faite à partir des graines de la plante et non des fleurs jaunes – qu’ils mélangent avec du jus de raisin non fermenté ou du vinaigre de vin avant de laisser le tout fermenter dans des fûts de chêne pendant huit jours. Bien que l’origine du mot « moutarde » soit très débattue, la théorie la plus plausible veut qu’il vienne de « moût », référence au vinaigre souvent utilisé dans sa fabrication. Au cours des ans, la sauce jaune piquante a joué plusieurs rôles. La reine Victoria et l’empereur Napoléon III étaient de fervents consommateurs de la moutarde anglaise Keen. Comme leurs concitoyens, ils étalaient généreusement le mélange épicé sur n’importe quoi, du rôti de bœuf au toast au fromage. Plus tôt, au 12e siècle, Jean XXII alors pape d’Avignon, avait nommé « Grand moutardier » un neveu paresseux à qui on n’avait pu dénicher aucun autre poste. Suite à quoi l’expression anglaise « moutardier du pape » désignait une personne insolente et vaniteuse. Aujourd’hui, la moutarde sert souvent à relever le goût des

SEPTEMBRE 2006

plats, des caris au dim sum et aux sushis. La plupart des restaurants européens savent qu’ils risquent une émeute s’ils n’offrent pas un peu de moutarde – ou même toute une sélection de moutardes – avec les plats de viande ou de saucisse. Vous pouvez relever vos propres repas avec des moutardes spécialisées comme la Cremona – mélange italien de fruits confits à la moutarde – ou une moutarde graines au whisky ou à la bière. La plupart des épiceries fines offrent toute une gamme de moutardes que vous pouvez utiliser pour badigeonner un rôti de porc ou – mieux encore – remplacer une morne sauce salade « ranch » comme trempette pour crudités. Pour éveiller votre passion pour la moutarde, pourquoi ne pas commencer par une recette facile ? Bon appétit !

Moutarde à la scandinave 3/4 tasse de farine de moutarde 1/4 tasse de sucre roux tassé 1/4 tasse de vinaigre de cidre 2 c. à table d’eau bouillante 1 c. à table de sauce Worcestershire 1 c. à thé de sel Mélanger les ingrédients dans un robot de cuisine et réfrigérer au moins 24 heures avant utilisation.

27


Vendre en face-à-face se prépare commerciales, le programme d’exposition ne battra pas son plein. • LA GESTION DE LA PROMOTION C’est une erreur d’élaborer un programme sans promotion avant et pendant l’exposition. En consacrant du temps au concept de promotion, vous augmentez la probabilité que vos visiteurs cibles s’arrêtent à votre stand. • LES ACTIVITÉS AU STAND S’arrêter à votre stand doit aussi être synonyme d’expérience pour les visiteurs. Pour optimiser le temps passé à l’exposition, assurez-vous que votre stand leur offre l’occasion de tester vos produits ou vos services. Les psychologues révèlent que les visiteurs se souviennent de leur expérience bien plus longtemps que les détails. • LA GESTION DE L’ACCUEIL ET DU DIVERTISSEMENT Partout dans le monde, l’accueil est une des meilleures manières d’établir des rapports. Pour obtenir un impact maximum, il faut le préparer et le mettre en œuvre avec soin. • CHOISIR, FORMER ET GÉRER LE PERSONNEL Travailler lors d’une exposition ou d’un événement exige beaucoup. Votre plan stratégique doit comprendre trois étapes : 1. La sélection du personnel vous assure de choisir les bons représentants 2. Leur formation garantit que chaque employé du stand comprend le défi que représente le travail lors d’une exposition 3. La gestion du personnel – qui comprend la formation sur place – vous assure qu’il met en œuvre la formation reçue. • LES CLIENTS POTENTIELS Peu importe vos objectifs, il vous faut des pistes de clients potentiels. Une fois l’objectif de ventes déterminé, les prospects deviennent alors une bonne occasion de suivi post-exposition. De plus, un suivi auprès de vos prospects vous permettra d’évaluer l’efficacité de votre plan de communication. Un système d’archivage électronique des informations sur les visiteurs de votre stand, parfois fourni par l’exposition, ou une liste manuelle des clients prospects ou encore la combinaison des deux peut vous aider à mieux organiser vos suivis. • L’ÉVALUATION Vous devez mesurer les résultats pour savoir si le rendement du capital investi est positif et évaluer votre programme afin d’apporter les modifications requises pour les expositions à venir. Exposer coûte tout simplement trop cher si vous n’êtes pas prêt à élaborer un plan qui optimise vos chances d’obtenir un rendement du temps, des énergies et des montants investis.

DE BARRY SISKIND Dans mon domaine – les expositions – la planification stratégique est chose rare. Quand je demande aux clients pourquoi ils sélectionnent telle exposition plutôt qu’une autre, ils me répondent souvent que c’est parce que tous leurs concurrents sont là et que leur absence ne passerait pas inaperçue, ou encore que c’est une exposition qu’ils ont « toujours » faite. Qu’il s’agisse de salons professionnels ou grand public, d’événements d’entreprise, de tournées de présentation ou de toute autre stratégie de marketing direct, la stratégie d’approche que vous adopterez vous positionnera en tête du peloton. Bien que cela paraisse logique, beaucoup d’entreprises se détournent d’outils commerciaux qu’elles estiment chers, difficiles à gérer et à évaluer. Voici quelques éléments à considérer : • LES OBJECTIFS C’est toujours la première étape du plan. Les objectifs donnent un sens à l’action et une ligne directive. Surtout, ils sont le point de départ de l’évaluation de vos résultats. • LE CHOIX DES EXPOSITIONS Du fait qu’il en existe une multitude, si vous n’y réfléchissez pas à l’avance, vous risquez de vous retrouver au mauvais salon ou événement. • L’APPROBATION DU BUDGET La mise en œuvre d’un plan stratégique bien pensé exige des ressources financières. L’approbation du budget devient donc un des premiers éléments du plan stratégique. • LA PRÉPARATION ET LA GESTION DU MATÉRIEL Cette étape comprend deux parties. Tout d’abord, la préparation du matériel, qui comprend la sélection du fabricant et le développement du thème tout en s’assurant que les éléments du stand aient l’apparence désirée. Vient ensuite la gestion. Il est trop facile de tout remballer à la fin d’une longue exposition, de tout entreposer et de l’oublier jusqu’au salon suivant. En étant responsable du matériel, vous réduirez au minimum les dépenses de dernière minute engendrées par des pièces brisées ou manquantes. • LES STRATÉGIES COMMERCIALES EXISTANTES C’est ici qu’intervient le besoin de communication entre les responsables du programme d’exposition et le service de commercialisation de l’entreprise. Sans un lien clair avec les autres initiatives

28

SEPTEMBRE 2006


AGENDA

Sites Web

Échangez vos points de voyage

Événements à venir

www.points.com Ce site vous permet d’échanger les points de différents programmes de fidélité comme Aeroplan, AMEX, The Bay, Delta, American Airlines, etc. Vous pouvez aussi consolider tous les programmes en un seul portefeuille et accéder à l’information en un clin d’œil.

DU 26 AU 28 SEPTEMBRE Incentive Travel & Meeting Executives, The Motivation Show, McCormick Place, Chicago, Ill. Contact : (630) 4347779, www.motivationshow.com.

Quel fuseau horaire ? www.timeanddate.com/worldclock C’est Sandford Fleming, un Canadien né en Écosse, qui a conçu et aidé à établir le concept de Temps universel dans les années 1870. Le monde moderne ne pourrait exister sans cette idée pratique qui assure la ponctualité des trains (et de tout le reste). Un site Web bien pratique qui donne tous les fuseaux horaires du monde. Idéal pour la ponctualité !

DU 28 AU 30 SEPTEMBRE Canadian Society of Association Executives, 2006 Conférence et salon annuels, Shaw Conference Centre, Edmonton, Alta. Contact : Cameal Prince, 416-363-3555, ext. 241 www.csae.com.

LE 9 OCTOBRE – Jour de l’Action de Grâce

Indicatifs internationaux

DU 27 AU 29 OCTOBRE The Greater Edmonton Chapter of MPI (host), Go WEST Conférence sommet, Sutton Place Hotel, Edmonton, Alta. Contact : http:/gowestonware.ca

www.kropla.com/dialcode Ce site Web donne les codes nationaux de même que les préfixes des services internationaux et nationaux pour quasiment tous les pays du monde. Indispensable pour les voyageurs internationaux.

DU 12 AU 16 NOVEMBRE Financial & Insurance Conference Planners, Conférence annuelle, Caesars Palace, Las Vegas. Contact : FICP, www.ficpnet.com.

Traitement de texte sur Internet www.writely.com Writely est un système de traitement de texte en ligne en format bêta accessible sur Internet qui appartient à Google. Il peut être utilisé comme progiciel d’édition de texte coopératif et offre des contrôles d’accès. Le public devrait y avoir accès tôt cet automne. ••• Vous avez un site Web que vous voulez partager avec d’autres planificateurs ? Écrivez-nous à info@leplanificateur.ca.

DU 14 AU 20 NOVEMBRE National Coalition of Black Meeting Planners, Conférence d’automne, Rio All Suite Hotel & Casino, Las Vegas. Contact : NCBMP, (202) 628-3952, www.ncbmp.com. DU 12 AU 15 NOVEMBRE Convivum 2006, MPI Montréal, congrès francophone, Auberge Gouverneur Shawinigan & Conference Centre, Qué. Contact : www.mpimontreal.com/fr/events/convivum/

SEPTEMBRE 2006

d’intérêt

Pour d’autres sites Web géniaux : www.leplanificateur.ca.

29


• • • • • •

La toute dernière technologie Un environnement ergonomique Une cuisine exceptionnelle Plus de 3 500 chambres d’hôtel à votre portée. 19 salles de conférence polyvalentes Un auditorium ultramoderne de 730 sièges fixes

Le Centre Mont-Royal au cœur de Montréal. Un centre multimédia pour conférences et événements spéciaux. Pour que vos conférences atteignent des sommets inégalés.

www.centremontroyal.com

Téléphone : (514) 844-2000 Sans frais : 1 866 844-2200 Télécopieur : (514) 843-8500 info@centremontroyal.com



Septembre 2006