Page 1


>

Ici et là

PAR CAMILLE LAY

Le Centre Sheraton Montréal ne lésine pas

Aux 25 années d’expérience et d’hospitalité du Centre Sheraton Montréal, s’ajouteront 24 millions de dollars de rénovations. Cet investissement s’inscrit dans le cadre de la revitalisation de la marque Sheraton, dépassant les 6 milliards de dollars d’investissement, qui s’étalera sur plusieurs années à l’échelle internationale ; une initiative selon laquelle 2,3 milliards de dollars seront injectés dans les propriétés de la chaîne en Amérique du Nord. Des améliorations standard seront apportées dans les hôtels, comme la modernisation des chambres qui seront équipées d’un écran plat ACL de 37 pouces ainsi que d’une plaque de raccordement polyvalente pour accommoder tout branchement d’appareils électroniques et informatiques, ou encore l’innovante literie à neuf épaisseurs Sheraton Sweet SleeperTM. À ces nouvelles composantes qui amélioreront le confort et dynamiseront l’expérience de la clientèle, s’ajouteront des éléments pour mettre en valeur la personnalité de ce pilier de l’hôtellerie montréalaise. C’est l’agence Patty Xenos Design de Montréal qui relèvera le défi de créer des éléments uniques pour le Centre Sheraton Montréal afin de rehausser sa nouvelle image, tout en reflétant l’esprit de la marque. Sur le Web : www.sheraton.com/lecentre

Nouveau projet hôtelier à TroisRivières

9,6 millions de dollars serviront prochainement à la naissance d’un nouveau projet hôtelier à Trois-Rivières : un hôtel-école écologique. Au total, 30 000 pieds carrés s’implanteront dans la ville, sur lesquels seront érigées 50 chambres ainsi qu’une salle de réunions. À vocation écologique et éducative, l’hôtel devrait être certifié LEED Or et accueillera des étudiants en hôtellerie de la région pour y faire leurs stages ainsi que des personnes en réinsertion sociale. Mené par l’organisme à but non-lucratif Vire-Vert, le projet sera financé majoritairement grâce à des fonds amassés auprès du Fonds municipal Vert, de la ville de Trois-Rivirères et du Ministère de l’emploi et de la solidarité sociale. Guettons les appels d’offres d’ici 2010…

Le Germain se met à la mode

La chaîne d’hôtels Le Germain se démarquait déjà pour son style raffiné mais depuis peu, son personnel ne passe plus inaperçu non plus. À présent vêtues d’uniformes créés par la designer montréalaise Marie Saint Pierre, les employées des

Octobre ’09

hôtels de Montréal, Toronto et Québec suivent la mode vestimentaire. Bordures violettes, volant aux ourlets, col prononcé et ceinture à la taille affinant la silhouette viennent complimenter les tenues de travail des employées, selon qui le confort des nouveaux uniformes et leur entretien facile sans repassage et sec en 30 minutes sont un réel avantage. Marie Saint Pierre ne s’est pas arrêtée aux tenues puisqu’elle a aussi créé pour Le Germain une ligne de literie incluant des jetés en soie noire ou des coussins roses et bleus qui agrémentent à présent les 99 chambres et 2 suites à Montréal. Sur le Web : www.hotelgermain.com

Places aux enchères sur l’A380 d’Air France

Prenant possession de son premier Airbus A380 à double étage d’ici la fin du mois d’octobre, Air France vendra 380 billets aux enchères sur 580 places disponibles lors de son vol inaugural prévu le 20 novembre entre Paris et New York, de retour le 21. Alors que les billets se vendront à tarif régulier entre 500 € (790 $) en classe économique et 2 500 € en classe affaires, les billets mis aux enchères sur eBay affichaient une mise à prix allant de 1 050 € à 4 010 €. Les fonds amassés lors de cette vente aux enchères seront reversés à des œuvres caritatives. Sur le Web : www.airfrance.com

Des bulles aux saveurs exquises

Selon une étude de chercheurs français et allemands publiée dans les Annales de l’Académie nationale américaine des sciences en septembre dernier, la saveur et l’arôme du champagne proviennent en fait de ses bulles en majeure partie. Formées par milliers (en réalité jusqu’à 100 millions par bouteille) lorsqu’on débouche une bouteille, les bulles de dioxyde de carbone remontent à la surface pour y exploser et libérer ainsi les composants aromatiques capturés au passage dans le liquide. Cette découverte se vérifie pour tous les mousseux. Alors, à votre prochaine dégustation, observez votre coupe et humez les saveurs qui en émergent !

La rentrée pour tous

L’automne marque le retour des écoliers dans leur classe mais aussi celui des professionnels. Avec des calendriers chargés en événements de toutes sortes, il est important de se garder au courant des pratiques de l’industrie et de se doter de méthodes de travail toujours plus efficaces. De l’organisation de réceptions, de concours, de galas d’excellence, d’assemblée annuelle, aux relations avec les médias, en passant par la coordination d’une exposition ou d’un congrès, les formations d’un jour de l’Académie de formation en événements offrent un apprentissage et un perfectionnement aux planificateurs d’événements et réunions. Elles sont nombreuses en octobre et novembre, renseignez-vous sur leur contenu et leur date. Sur le Web : formation-evenements.qc.ca/1jour.html

PLANIFICATEUR

Le

3


Le motif de notre objectif P >

Dans ce numéro

Note de rédacteur

6 L’organisation des Fêtes >

lus d’un planificateur nous ont demandé pourquoi nous publions Le Planificateur et quelle est sa mission. Je saisis donc l’occasion pour vous dire que c’est l’information qui est au cœur de notre entreprise. Nous ne sommes pas un magazine sur le mode de vie, mais bien d’information. C’est-à-dire que nous vous offrons des informations fiables qui vous sont utiles. Pas de photos sophistiquées ayant pour but de vendre une perception ; uniquement des renseignements noir sur blanc que vous pouvez utiliser dans vos activités quotidiennes. Pourquoi le faisons-nous ? Parce qu’il y a un immense besoin d’information utile et pertinente. Nous sommes tous débordés – Le Planificateur trie l’information pour notre industrie et vous informe sur ce qui s’y passe. Nous aimerions donc vous remercier, fidèles lecteurs, pour vos commentaires qui nous inspirent à bonifier Le Planificateur chaque mois. En septembre, nous avons organisé notre premier événement de « speed dating » d’affaires qui s’est avéré un franc succès et qui a assurément comblé un besoin. Ce mois-ci, nous tiendrons deux autres de ces événements, un à Montréal et l’autre à Ottawa. L’un des besoins que nous ont exprimés les planificateurs est celui de rencontres rapides avec des fournisseurs potentiels. C’est ainsi qu’est né l’événement Speed dating d’affaires. Il confirme la récente étude du Harvard Business Review qui affirme que 79 % des répondants trouvent que les rencontres face à face constituent le moyen le plus efficace de rencontrer de nouveaux clients pour offrir son produit. (Voir la page 26 pour en savoir davantage sur cette étude.) Nous avons aussi reçu la suggestion de fournir des conseils sur différents sujets. Donc, dès ce mois-ci, vous trouverez le premier de nos feuillets traitant de sujets particuliers. Imprimés sur une feuille 8,5” x 11” et perforés, vous pourrez les conserver dans un cartable pour bâtir votre propre Guide de référence du Planificateur pour une consultation rapide. Merci pour tous vos commentaires et continuez à nous les envoyer. LEO GERVAIS

On vient de vous annoncer que vous êtes en charge de préparer la fête de fin d’année de votre entreprise ou bien vous êtes encore dans les prémices de l’organisation de votre party de Noël ? Lyne Branchaud vous propose 30 étapes à suivre.

10 L’art et les manières à table >

Petit ou grand, chaque repas de groupe requiert un minimum de savoir-faire mais aussi de savoir-vivre. Camille Lay s’est entretenue avec deux experts de la table afin de vous donner un aperçu des bonnes manières à adopter.

12 Marketing direct >

Le marketing direct a besoin de toute l’aide qu’il peut obtenir pour maximiser son potentiel ; si la technologie en est un moyen, alors tant mieux. Barry Siskind explique comment l’innovation et les réseaux sociaux peuvent appuyer le marketing direct.

17 Déléguer = productivité >

LE

L’art de déléguer peut augmenter notre productivité de façon considérable lorsque nous nous trouvons dans les situations les plus critiques. Leo Gervais met en avant cinq façons de déléguer afin que vous puissiez vous concentrer sur la productivité de votre entreprise.

PLANIFICATEUR

La seule publication canadienne pour les planificateurs francophones R ÉDACTEUR

R ÉDACTRICE

ADJOINTE

G RAPHISTE V ENTES A DMINISTRATION C ONTRIBUTEURS

Leo Gervais lgervais@leplanificateur.ca Camille Lay clay@leplanificateur.ca Matt Riopel Amel Idiri amel.idiri@leplanificateur.ca Patricia Lemus circulation@leplanificateur.ca Lyne Branchaud, Guylaine Dallaire, Richard Gauthier, Stacey Hanke, Manon Harvey, Esther Pelchat, Barry Siskind

2105, de la Montagne, bureau 100 Montréal, Québec H3G 1Z8 Téléphone : (514) 849-6841 poste 315 Télécopieur : (514) 284-2282 Vos commentaires sont appréciés : info@leplanificateur.ca Le Planificateur est diffusé mensuellement aux professionels canadiens de l’industrie du tourisme et des affaires. Le Planificateur utilise du papier recyclé 30 %. Le Planificateur est publié dix fois par année.

Poste-publication No. 40934013

Imprimeur : Litho Express, (514) 816-3865, www.lithoexpress.ca PAP – No d’enregistrement 11101 Nous reconnaissons l’appui financier du gouvernement du Canada par l’entremise du Programme d’aide aux publications pour nos dépenses d’envoi postal.

4

PLANIFICATEUR

Le

Octobre ’09


30 étapes pour réaliser votre réunion des fêtes PAR LYNE BRANCHAUD algré le fait que l’Halloween est la prochaine fête qui pointera le bout de son nez, il est déjà temps de plonger dans la planification de votre réunion des fêtes. Pour ce faire, je vous propose de suivre les 30 étapes suivantes afin de réaliser cet événement.

M

D’après mes calculs, vous devriez déjà avoir réalisé les étapes 1 à 10. Est-ce le cas ? Sinon, aller hop, on se met à la tâche dès maintenant… À FAIRE ENTRE JUIN ET SEPTEMBRE 1. Déterminer les objectifs de votre réunion des fêtes – estce pour remercier les employés, transmettre un message corporatif, profiter de cette occasion pour démontrer votre implication sociale, récompenser les efforts de certains employés ou départements, présenter à vos employés un récapitulatif de l’année ou simplement leur offrir une occasion de célébrer ? Le choix de vos objectifs orientera le contenu, le déroulement et l’animation de votre événement. 2. Évaluer le nombre de participants – est-ce que seuls les employés sont invités ou peuvent-ils être accompagnés de leur conjoint et/ou enfants ? Inviterez-vous également certains de vos clients, partenaires, fournisseurs ou employés à la retraite ? Faites une évaluation sommaire du nombre de personnes qui seront présentes à l’événement. 3. Établir l’horaire et les grandes lignes de l’événement. Est-ce que votre réunion des fêtes se déroulera en matinée, en après-midi ou en soirée ? Sur une ou deux journées ? La semaine ou la fin de semaine ? Offrirez-vous un cocktail, un repas, un service de bar ou de l’hébergement ? Y aura-t-il des discours, des présentations audio ou vidéo, un orchestre ou DJ et de la danse ? Organiserez-vous des activités, des jeux pour les enfants, un concours, un tirage de prix de présences ou remettrez-vous des cadeaux ? Toutes ces décisions auront une influence sur l’organisation de l’événement. 4. Déterminer un ou deux choix de dates et dressez une liste de sites potentiels correspondant à vos critères (nombre et dimensions de salles dont vous avez besoin selon la quantité de personnes présentes, endroits qui offrent un service de restauration et d’hébergement, etc.) ainsi qu’au standard de qualité que vous recherchez. Désirez-vous une salle à proximité de votre lieu de travail ou si vous préférez un endroit de villégiature ? Pensez également au transport pour s’y rendre et au stationnement. 5. S’informer auprès des personnes ressources des différents sites potentiels sur la disponibilité de leurs salles pour les dates que vous aurez déterminées et convenir d’un rendez-vous pour faire une visite des lieux retenus. 6

6. Visiter les établissements et les salles proposées et s’assurer qu’elles sont adéquates (propreté, capacité des salles, hauteur du plafond et disposition suggérée, décor et ambiance, accessibilité et nombre de salles de bains, autre réception au même moment que la vôtre et espace que vous devrez partager, possibilité de stationnement, catégories de chambres, vestiaire, etc.). Évaluer la qualité du service, demander une proposition de menu ainsi que les tarifs et se renseigner sur les éléments qui peuvent vous être fournis sans frais (nappes, centres de table, couvre-chaises, décoration, etc.). Discuter également de l’horaire, du contenu et du déroulement de l’événement, de vos besoins d’hébergement, des activités que vous planifiez offrir, du service de restauration, de l’audiovisuel, etc. 7. Préparer un budget préliminaire et soumettre le tout, incluant votre recommandation de date et d’emplacement, à la direction. 8. Une fois la date et le site choisis et approuvés, confirmer ce choix auprès de la personne-ressource et ne pas oublier de remercier les autres intervenants qui n’ont pas été retenus. Par la suite, il faut établir : â L’horaire détaillé de l’événement : heure de l’arrivée des invités, du cocktail, du repas, de la danse, des discours, des présentations, des activités, des tirages, etc., et de la fin de l’événement. Prévoir assez de temps entre la fin de la journée de travail et le début de l’événement (de 2 h 30 à 3 h) afin que les invités puissent retourner à la maison, se préparer et se rendre à la salle (les faire terminer plus tôt si nécessaire) â le nombre de personnes minimal et maximal que chacune des salles peut contenir â l’heure à laquelle la salle sera disponible pour le montage et s’il est possible de compter sur du personnel de l’établissement pour aider votre équipe avec l’installation du matériel (affichage, cadeaux, etc.) â le coût du stationnement et du vestiaire et si des préposés devront être engagés â le nombre de chambres nécessaires et les dates d’attrition â la manière dont s’effectuera l’accueil â le nombre de places par table (de 8 à 10 personnes selon la dimension de la table), si les places sont assignées et le plan de salle proposé (incluant la disposition de la scène) â si un cocktail (de la boisson, une fontaine de punch, etc.) et des amuses-bouche seront offerts avant le repas et à quel endroit â le choix des menus et le style de service désiré (buffet, stations, service aux tables) ainsi que le prix demandé par personne. Vérifiez si les pourboires sont inclus ou si vous devez les ajouter â si des boissons sont servies pendant et après le repas et selon quel type de service (aux tables, bar ouvert ou payant, etc.). Déterminez également les vins ou les boissons qui seront incluses et si des coupons seront distribués â vos besoins en décoration (plantes, éclairage, centres de table, nappes, accessoires du temps des fêtes, etc.)

PLANIFICATEUR

Le

*

Octobre ’09


S’organiser pour mieux célébrer â si une scène et du matériel audiovisuel sont requis (projection de logo de l’entreprise, vidéo d’une rétrospective de l’année, montage PowerPoint ou diffusion de musique). Il faut également vérifier si une entreprise de location de matériel audiovisuel a ses bureaux à même l’établissement ou si vous utiliserez vos propres fournisseurs â les différentes animations ou interventions (DJ, orchestre, maître de cérémonie, discours, présentations audio ou vidéo, etc.), où sera située la piste de danse ainsi que ses dimensions â les politiques de modalité de paiement. 9. Faire approuver le tout par les dirigeants. 10. Signer le contrat avec l’établissement (en prenant bien soin de vérifier que tous les détails négociés s’y retrouvent) et faire un dépôt afin de réserver la date choisie. À FAIRE EN OCTOBRE ET NOVEMBRE 11. Bâtir un échéancier. L’échéancier indique les grandes lignes des différentes actions à accomplir d’ici à l’événement ainsi que les dates auxquelles ces actions doivent être complétées. En bâtissant l’échéancier, songez également à qui sera responsable de réaliser chacune de ces actions. Vous établirez ainsi le nombre de personnes nécessaires dans votre équipe d’opérations. 12. Former votre équipe d’opérations qui vous aidera avec les préparatifs de l’événement. 13. Établir le prix d’entrée par personne (s’il y a lieu). Il est possible d’offrir des options (repas, transport, hébergement, etc.) et des prix différents selon le statut des invités ; employé, client, fournisseur, conjoint ou enfants. 14. Solliciter les commandites. Est-ce que l’un de vos clients vous offrira les cadeaux que vous remettrez à vos employés, votre fournisseur d’audiovisuel habituel commanditera-t-il le matériel pour cet événement ou est-ce qu’un fournisseur absorbera les coûts d’une activité ? Octobre ’09

15. Sélectionner les fournisseurs de matériel audiovisuel, d’éclairage, de décor et d’animation (DJ, orchestre, maître de cérémonie, animateur d’activités, etc.), leur transmettre les informations nécessaires et établir les contrats avec chacun. 16. Faire imprimer les billets ou développer le courriel de confirmation et y indiquer toutes les informations nécessaires (date, endroit, heure, logo de votre entreprise et des commanditaires). Évaluer si vous avez besoin d’une numérotation ou de coupons détachables (pour les tirages ou la boisson). Je vous suggère d’insérer le trajet pour se rendre à la salle ainsi que les indications pour le stationnement au dos du billet ou dans votre courriel. 17. Diffuser l’information concernant l’événement à vos invités (date, horaire, endroit, coût, trajet, etc.) afin qu’ils puissent réserver leur présence et inscrire l’événement à leur agenda. Vous devez également y indiquer la méthode de réservation, la date limite pour le faire, la façon dont leur sera remis leur billet ou confirmation et les modes de paiement acceptés. 18. Préparer le scénario de la journée de l’événement avec les tâches et responsabilités pour chacune des personnes de votre équipe d’opérations. 19. Prévoir le déroulement des concours ou des tirages et acheter les cadeaux et les prix de présence (les choisir en fonction du profil des invités). Décider comment les cadeaux et les prix seront emballés et remis. Pour les cadeaux imposants, une livraison peut être prévue au domicile du gagnant. 20. Engager un photographe — vous pourrez par la suite mettre les photos de la soirée dans un dossier accessible à tous les employés sur votre réseau informatique interne (en ayant présélectionné les photos à diffuser). 21. Écrire les textes pour les discours, réaliser les montages photos, PowerPoint ou vidéo et imprimer les pièces d’affichage nécessaires (menus, signalisation à l’entrée du site, direction vers la salle, les vestiaires et les salles de bains, affiche de remerciement aux partenaires/commanditaires, affichage pour les activités, billets de stationnement, coupons de boisson, etc.). PLANIFICATEUR

Le

À FAIRE EN DÉCEMBRE 22. Confirmer le nombre final de participants (pour les repas, les activités, l’hébergement, etc.) aux personnes responsables. Si nécessaire, assigner les places et créer un plan de salle. 23. Établir une liste de tout le matériel à apporter, incluant les supports (chevalets ou autre). 24. Planifier le transport du matériel à la salle (il peut être nécessaire de louer un camion). Faites livrer le tout la veille si possible et effectuer un suivi afin de vous assurer que tout est bien arrivé au bon endroit. 25. Confirmer une dernière fois tous les détails avec chacun des fournisseurs et des intervenants. Ceci vous évitera de mauvaises surprises à la dernière minute ! 26. Émettre les chèques qui doivent être remis sur place à certains fournisseurs et préparer le matériel à apporter. Assurez-vous de bien identifier vos boîtes avec le nom et les coordonnées de votre entreprise ainsi que le nom de l’établissement et de la salle où a lieu votre événement. De cette façon, on pourra communiquer avec vous si vos boîtes sont égarées. 27. Se rendre à la salle avec votre équipe d’opérations au moins trois à quatre heures avant l’arrivée des invités pour tout préparer – accueil, cadeaux, affichage, centres de table, décor, etc. 28. Déployer votre plan d’action afin que votre réunion des fêtes devienne un événement inoubliable (et anticiper le scénario d’une demi-heure pour vous assurer que tout est en place). 29. Instaurer des méthodes de contrôle pour la consommation de boisson et prévoir des coupons de taxi dans votre budget au cas où certains invités devraient se prévaloir de ce service à la fin de la soirée. 30. Profiter de cette belle soirée et Joyeuses Fêtes ! Lyne Branchaud est Chef des événements et commandites chez Uniprix et formatrice en organisation d’événements. Vous pouvez la joindre par courriel à l.branchaud@sympatico.ca ou consulter son blogue au www.lesblogues.com/guideevenement 7


Créer de remarquables arrangements floraux à petits prix PAR LE PLANIFICATEUR PRENEZ LA VOIE DE L’ACRYLIQUE Planifiez-vous un événement sans avoir de budget pour vos centres de table ? Créez vos propres arrangements floraux bon marché en suivant les étapes suivantes. L’astuce est d’utiliser de « l’eau » en acrylique et des fleurs de soie de bonne qualité. Elles paraissent tellement vraies que les gens se pencheront encore et encore pour les humer et les toucher. On peut voir couramment ce genre d’arrangements floraux dans les restaurants, les bureaux et différents événements. Au lieu de continuellement remplacer les fleurs fraîches, économisez temps et argent en donnant l’illusion de fleurs fraîchement coupées. Si « l’eau » en acrylique (un type de résine) imite bien la réalité, mais que les fleurs ont franchement l’air en soie, personne ne s’y trompera. Le but ultime de ses arrangements est de convaincre les gens qu’il s’agit de véritables fleurs coupées. SIMPLE COMME BONJOUR 1. Sélectionnez vos fleurs artificielles, selon la saison et le type d’événement (par exemple, un mariage pourrait requérir uniquement des fleurs blanches).

2. Choisissez votre contenant. Naturellement, il doit être en verre transparent pour créer l’illusion. Décidez quels matériaux vous désirez inclure dans l’arrangement. Un vase haut et des fleurs à longues tiges augmentent le réalisme. 3. Achetez l’acrylique et mélangez la quantité nécessaire. S’il y a beaucoup de fleurs, attachez-les avec une ficelle que vous pourrez couper lorsque l’acrylique aura durci. Et voilà ! Vous obtenez un fabuleux arrangement floral à une fraction du coût des fleurs naturelles. Mieux que tout, elles durent indéfiniment et n’exigent qu’un époussetage occasionnel. UTILISEZ DES FLEURS NATURELLES Certains diront qu’il n’y a pas de substitut aux fleurs naturelles. Avec un peu d’astuce, on crée facilement des arrangements plus adéquats et originaux. Par exemple : • Avant de disposer vos fleurs, rassemblez votre contenant et vos outils : cisailles, ruban floral, pique-fleurs et nourritures pour fleurs. Préparez d’abord vos fleurs pour maximiser leur durée de vie. Ensuite, choisissez un contenant qui les mettra le plus en valeur; que vous désiriez souligner leurs couleurs, leurs silhouettes gracieuses ou leur floraison. Pensez à des contenants hors de l’ordinaire comme des bols, des pichets et même des verres. • Coupez les tiges plus courtes, combinez couleurs et textures et introduisez des éléments comme du feuillage, des bourgeons, des graines et même des plantes d’intérieur. Que vous achetiez des fleurs ou cueilliez les vôtres, coupez les tiges en angle avant de les disposer et retirez le feuillage qui touche l’eau. Remplissez le vase d’eau fraîche à température ambiante et ajoutez de la nourriture pour fleurs coupées. (L’ajout d’une cuillère à café de javellisant dans l’eau préviendra la prolifération de bactéries.) Regroupez les fleurs en paquet dans votre main en gardant les tiges droites et déposez-les dans le vase. Changez l’eau tous les deux jours environ, ajoutez une pincée de nourriture pour fleurs et recoupez les tiges brunies. Sur le Web: www.marthastewart.com

8

PLANIFICATEUR

Le

Octobre ’09


Dépenses touristiques encore à la baisse

De moins en moins de touristes posent pour une photo devant les Rocheuses ou dans le Vieux-Montréal, de moins en moins d’argent est dépensé dans les restaurants canadiens par les visiteurs étrangers et les emplois dans l’industrie touristique canadienne sont en déclin. Au cours du deuxième trimestre, les dépenses reliées au tourisme au Canada ont chuté de 0,8 %, une quatrième baisse consécutive selon Statistiques Canada. Selon Statistiques Canada, deux facteurs sont en cause : l’annulation des vols canadiens vers le Mexique après l’éclosion du virus H1N1 et l’implantation, le 1er juin, d’exigences plus strictes pour entrer ou sortir des États-Unis. Les dépenses de visiteurs internationaux au Canada ont chuté de 1,6 %, la sixième baisse trimestrielle consécutive et la quinzième en dix-huit trimestres. Les dépenses sur le marché intérieur sont tombées de 0,6 % ; ce résultat est précédé de baisses plus modestes les trois trimestres précédents. Le produit intérieur brut du tourisme a diminué de 1,1 %, soit une quatrième baisse trimestrielle consécutive. Les emplois du secteur ont chuté de 0,9 %.

La Formule 1 de retour Montréal, à vos marques !

IL N'EST RIEN

Le Grand Prix du Canada a récemment annoncé une entente financière avec la Formula One Administration et le patron de la F1, Bernie Ecclestone. Pour la première fois en vingt ans l’an dernier, la course montréalaise a été enlevée du calendrier. Le Grand Prix du Canada a célébré son 40e anniversaire en 2008 ; c’était la seule course du Championnat en Amérique du Nord. La date provisoire du 6 juin ne sera confirmée qu’une fois le calendrier finalisé en novembre, nous apprend une source. Un groupe dirigé par des politiciens fédéraux, provinciaux et municipaux comprenant le maire Gérald Tremblay a passé une partie de la dernière année à négocier le retour de la course avec monsieur Ecclestone. Dans ses tractations initiales avec la ville et les fonctionnaires gouvernementaux, monsieur Ecclestone exigeait un contrat garanti de cinq ans se chiffrant à 175M$. Il a depuis accepté de réduire ses frais à 100M$ selon la rumeur, en partie à cause des pressions des équipes et des fabricants de voitures qui désiraient revenir en Amérique du Nord. Cette entente de principe confidentielle nous assure un Grand Prix du Canada pour les sept prochaines années… à Montréal, bien sûr », déclarait Bernie Ecclestone le 4 août dernier. Le premier gagnant à Montréal est un pilote d’origine québécoise, Gilles Villeneuve qui est mort en 1982 au dernier tour de qualification au Grand Prix de Belgique. Quelques semaines après sa mort, le circuit de Montréal fut nommé en son honneur le Circuit Gilles-Villeneuve. Octobre ’09

PLANIFICATEUR

Le

DE RÉEL QUE LE RÊVE ET L'AMOUR. A N N A D E N OAILLES

9


L’art et les manières vont de pair autour de la table PAR CAMILLE LAY

- La cuillère à soupe se place à droite des couteaux, tournée vers le haut - Les couverts à fromage et à dessert se plaTemps des fêtes, réceptions, repas de cent au-dessus de l’assiette, le couteau et la cuilgroupe plus intimes… Toutes les occasions sont lère manche à droite, les dents tournées vers bonnes pour impressionner vos invités autour l’assiette ; la fourchette manche à gauche. À la maison ou lors d’un événed’une table. - Les fourchettes se placent à gauche, dans ment dont on vous a confié l’organisation, vous l’ordre de leur utilisation de l’extérieur vers l’invous démenez pour briller par le décor que térieur. Les dents tournées vers le haut ou vers vous mettez sur pied, l’ambiance que vous le bas. (À l’époque, les français les tournaient cherchez à créer ou encore les tables que vous Dresser une table avec de simples vers le bas afin d’en admirer le blason de la dressez pour cette occasion. Lors d’un gala ou règles de base. famille gravé au dos, alors que les anglais, qui d’un dîner d’entreprise, le planificateur devient un créateur d’énergie, relevant le défi de regrouper les invités en eux le gravaient au devant, les tournaient vers le haut). - L’assiette à pain, accompagnée d’un couteau à beurre se toute convivialité. La tâche impose alors de bien penser le concept de mise en place de chaque table car cette dernière devient place à gauche de l’assiette principale, le couteau aligné verticalel’élément autour duquel les invités se retrouveront tout au long ment au reste des couverts, posé en travers de l’assiette. - Les verres se placent au-dessus des couteaux, de l’intérieur du dîner. Scintillantes ou plus formelles, de nombreuses formules vers l’extérieur. Le verre à eau est en général disposé le plus à vous permettent de faire bonne impression et de laisser transparaître votre savoir-faire. Mais qu’en est-il de votre savoir- gauche. C'est d’habitude le plus grand des verres. Les verres à vin vivre ? Lorsqu’il s’agit de dresser une table, les idées foisonnent sont, eux, disposés du plus grand au plus petit. Pour des raisons et votre côté artistique peut vous aider à vous démarquer sans esthétiques, vous pourrez choisir de placer vos verres symétriqueaucun doute. Cependant, l’art va de pair avec les bonnes ment si les invités sont face-à-face ou en diagonale. - La serviette se place sur l’assiette quand il s'agit d'un dîner manières lorsqu’il s’agit de dresser une table et l’étiquette est une clé de la réussite d’un dîner. À travers elle, la profondeur de votre et sur les couverts pour le déjeuner. - À la fin d’un plat, les couverts usagés doivent être posés côte travail et le raffinement de votre mise en place ne passeront pas à côte dans l’assiette, en pointant vers le centre de l’assiette. inaperçus auprès de vos invités. Deux experts de la table, Gillian Freund, Propriétaire de la boutique d’art de la table Déco St-Germain et Thierry Perlven, À CHAQUE REPAS SON COUVERT Une fois ces quelques règles d’étiquette assimilées, reste à Sommelier Gastronome, produits du terroir et viticoles, se joignent à moi afin de vous rappeler quelques principes de base déterminer la quantité d’assiettes, de couverts et de verres que lors de la mise en place de votre couvert. Ces petits conseils, qui vous allez utiliser, selon la complexité et le raffinement de votre pour certains découlent du bon sens, jetteront pour d’autres de repas. Voyez le tableau qui vous guidera dans la sélection et la solides bases en la matière. Que ce soit pour une table que vous location de vos ustensiles. Bien sûr, ces éléments de base devront être adaptés à la haudressez vous-même ou bien pour superviser le travail d’un traiteur ou du service banquet d’un hôtel, le tableau ci-après vous teur de votre événement. Célébrations, Bravo Location ou encore propose trois options de mise en place qui répondront aux Location en Fête Outremont sont parmi les nombreux fournisseurs d’équipements en location qui pourront répondre à vos besoins de vos divers événements. commandes de masse. Vous désirez rehausser un déjeuner d’affaires de votre conseil LES BONNES MANIÈRES AVANT TOUT Quelque soit l’envergure ou le budget de votre événement, de direction ou épater et gâter vos meilleurs clients lors d’un certaines règles classiques demeurent lors de la mise en place dîner ? Pour tout groupe allant jusqu’à 15 personnes, la boutique Déco St-Germain met à votre disposition des ensembles uniques d’une table : - L’assiette principale se place à un pouce du bord de la table. de fine vaisselle en location, assurant qualité, tendances design et originalité. - La base des couverts s’aligne avec la base de l’assiette. - Les couteaux se placent à droite, les dents tournées Sur le Web: vers l’assiette, dans l’ordre de leur utilisation de l’extérieur vers www.celebrationsgroup.com l’intérieur. www.bravoparty.com 10

PLANIFICATEUR

Le

Octobre ’09


Étiquette et savoir-vivre www.partyoutremont.com www.deco-stgermain.com, 514-842-5177 S’INSPIRER DES TENDANCES Selon Gillian Freund, qui importe de remarquables pièces d’art de la table, les tendances révèlent des formes originales, par opposition aux formes plus classiques comme des assiettes plates. Les formes ovales, asymétriques (une assiette dans laquelle la nourriture est disposée sur un seul des coins) ou encore à relief prononcé (une assiette offrant une délicate ondulation) se démarquent. Au niveau des couleurs, l’anthracite l’emporte avec le taupe et le gris ; et pour apporter du contraste à une table plutôt sobre, des touches d’orange ou de violet rehausseront votre décor cet hiver et vert lime le printemps prochain. Quant aux matières, le naturel comme l’ardoise (idéale en plaques pour servir des hors-d’œuvre, sushi ou petites entrées), le bois et le bambou (notamment pour des sous-assiettes ou plateaux) fait son entrée.

Type de repas

Ustensiles requis (par personne)

Table de base (budget modéré)

Table classique (budget intermédiaire)

Table formelle (budget considérable)

-Groupes allant jusqu’à plusieurs centaines de personnes. -Repas 3 services, sans changement de couverts ni de verres. -Utilisation de vaisselle et de linge de table bon marché. 1 assiette à entrée 1 assiette principale 1 assiette à dessert 1 verre à eau 1 verre à vin 1 couteau 1 fourchette 1 cuillère à soupe 1 cuillère/fourchette à dessert 1 cuillère à café 1 tasse à café avec soucoupe 1 serviette

-Groupes allant jusqu’à plusieurs centaines de personnes. -Repas 3 à 4 services avec changement des couverts et possiblement des verres. -Utilisation de vaisselle et de linge de table bon marché à moyennement raffinés.

-Petits et moyens groupes. -Repas 3 services et plus, avec changements des couverts et des verres. -Utilisation d’une vaisselle et de linge de table raffinés.

1 sous-assiette de présentation 1 assiette pour chaque service 1 assiette à pain 1 verre à eau 1 verre à vin rouge 1 verre à vin blanc 1 couteau à beurre 1 à 4 couteaux (selon le nombre de services) 1 à 4 fourchettes (selon le nombre de services) 1 cuillère à soupe 1 cuillère/fourchette/couteau à dessert et fromage 1 cuillère à café 1 tasse à café avec soucoupe 1 serviette Couverts en inox (design populaire) Verre Porcelaine bon marché Coton, synthétique, satin bon marché

1 sous-assiette de présentation 1 assiette pour chaque service 1 assiette à pain 1 verre à eau 1 verre à vin pour chaque vin au menu 1 couteau à beurre 1 couteau par service 1 fourchette par service 1 cuillère à soupe 1 cuillère/fourchette/couteau à dessert et fromage 1 cuillère à café 1 tasse à café avec soucoupe 1 serviette Couverts en inox (design recherché) ou en argent Verrerie plus fine ou cristal Porcelaine fine ou de Limoges Coton de qualité supérieure, satin raffiné, soie Débarrasser les ustensiles usagés à chaque service Proposer de débarrasser les verres usagés.

Matériaux suggérés

Couverts en inox (design populaire) Verre Porcelaine bon marché Coton et synthétique

Service et mise en place

Tout peut être sur la table si le repas doit être expéditif sinon, les couverts à dessert et à café seront apportés en dernier.

Octobre ’09

PETITES ASTUCES : Voici quelques conseils que vous pourrez appliquer lors de votre prochain événement dînatoire : - Vérifiez l’usure de la vaisselle louée – Même bon marché, des assiettes, verres et couverts rayés ou ébréchés font toujours mauvaise impression et ternissent votre mise en place. - Vérifiez la provenance de la vaisselle – en particulier pour un repas de grande envergure. Les amateurs d’art de la table remarqueront ainsi la finesse du service. - Si votre événement se veut court, limitez le repas à trois services pour ne pas servir le premier plat (souvent une salade) avant que vos invités ne s’assoient. Ceci évitera que la nourriture se défraîchisse. - Ne surchargez pas la table afin de ne pas induire vos invités en erreur sur l’utilisation de leurs propres couverts. ••• Rédactrice du Planificateur, Camille Lay est présidente de CL Eventive, entreprise spécialisée dans la coordination d’événements. On peut la joindre à clay@leplanificateur.ca.

Tout peut être sur la table si le repas doit être expéditif sinon, les couverts à dessert, fromage et café seront apportés en dernier.

PLANIFICATEUR

Le

11


Réseau de contacts social et marketing direct PAR BARRY SISKIND ans une édition récente de Trade Show Executive, j’ai lu un article intéressant à propos du Magic Stick, gagnant du prix de l’innovation TSE 2009. Ce petit gadget a environ la taille d’une clé USB que l’on porte sur soi. Quand deux personnes portent un Magic Stick, elles peuvent échanger leurs coordonnées électroniquement. Elles visent l’une vers l’autre, pressent un bouton et, voilà, elles sont en contact. Bienvenue dans l’ère du développement de réseau social haute technologie dont les premières victimes pourraient bien être la poignée de mains et la carte professionnelle.

D

LES RÉSEAUX SOCIAUX PROFITENT AUX ENTREPRISES Twitter, Facebook, Web 2.0, SecondLife, LinkedIn, Flickr, LibraryThing, Ning, Jaiku et EventPeeeps sont ici pour rester. C’est inévitable et nous n’avons pas à craindre de faire preuve d’un certain luddisme. Nous devrions adopter le réseautage social comme une technologie positive contribuant à bâtir nos réseaux personnels. Cette discussion rappelle l’époque – il y a une décennie – où le monde était dans tous ses états à propos d’une chose appelée le salon professionnel virtuel annonçant soit disant la mort du marketing direct comme nous le connaissions. En vérité, les expositions virtuelles font maintenant partie intégrante d’événements directs plus importants, offrant une vitrine à l’année aux produits, aux services et à la formation. Ce que l’on craignait nuisible s’est avéré un puissant allié. La même chose, je devine, se produira avec les sites de réseautage social. Le marketing direct a besoin de toute l’aide qu’il peut obtenir pour maximiser son potentiel ; si la technologie en est un moyen, alors tant mieux. Cependant, elle ne peut pas remplacer la force d’une rencontre d’affaires pour discuter de sujets pertinents en face à face. Ces rencontres servent à nous former une opinion sur les gens et les institutions qui les emploient. Quand nous pouvons intégrer la technologie pour améliorer nos échanges interpersonnels, alors nous devenons les gagnants dans ce tout nouveau, très vieux jeu de réseautage.

• Les réseaux ne sont pas des listes d’envoi – Les sociologues nous disent que chacun de nous a un réseau d’environ 200 personnes. Si la technologie vous incite à bâtir des listes incluant des milliers de contacts, vous l’utilisez inadéquatement. • Trouvez vos six niveaux de séparation – Chacune des 200 personnes a aussi son réseau, qui à son tour a le sien. Si vous calculez 200 à la puissance six, le nombre atteint un peu plus de six milliards, ce qui incidemment comprend tout le monde sur la planète. Apprendre comment exploiter ces sous-réseaux vous ouvre un potentiel illimité. En regardant attentivement, vous pouvez trouver qui vous voulez par l’entremise des six niveaux de séparation. • Pas d’abus – C’est tellement facile lorsque vous utilisez votre réseau uniquement à des fins commerciales. Les gens dans votre réseau sont des personnes avec qui vous avez eu un contact personnel. Ils ont des familles, des inquiétudes et des rêves. Quand vous traitez votre réseau comme un prolongement de vous-même et les gens comme des individus, vous en sortez gagnant. • Restez en contact – Il est inutile de rencontrer quelqu’un dans une exposition commerciale et d’échanger de l’information si vous ne restez pas en contact. Traitez votre réseau comme une chose vivante qui respire et a besoin d’attention ou alors il se fanera et mourra. • Établissez une routine – Ne bâtissez pas votre réseau uniquement en temps de crise. Cherchez continuellement des occasions d’étendre votre cercle d’influence. • Partagez – Votre réseau étant une entité vivante, il a besoin de nourriture pour survivre. Cette nourriture est votre volonté de donner en retour. Cela signifie que vous devez toujours être à l’affût d’un conseil ou d’un bon mot à offrir et de contacts à partager avec vos 200 personnes.

Les gens dans votre réseau sont des personnes avec qui vous avez eu un contact personnel.

MAXIMISER L’UTILISATION DE VOS RÉSEAUX SOCIAUX Voici quelques idées pour construire un réseau productif et fructueux.

12

Le développement de réseau social trouve rapidement sa place dans le monde du marketing direct. Quand, pour bâtir votre réseau, vous combinez la force de vos aptitudes interpersonnelles avec la technologie pour enregistrer l’expérience et maintenir le contact, vous avez une combinaison gagnante. ••• Barry Siskind est président de l’International Training and Management Company et auteur de plusieurs livres. Visitez son site Web : www.siskindtraining.com.

PLANIFICATEUR

Le

Octobre ’09


Savoir déléguer peut être payant Étapes à suivre pour une meilleure productivité PAR LEO GERVAIS

ous disposons tous de vingt-quatre heures dans une journée pour réaliser nos tâches. L’art de déléguer peut augmenter notre productivité de façon considérable lorsque nous nous trouvons dans des situations les plus critiques. La plupart des directeurs savent qu’ils doivent vouer leur temps aux activités propres à maximiser le rendement de leurs opérations. Cependant, plusieurs finissent par consacrer leur énergie aux urgences et non sur ce qui améliore les profits et la productivité. C’est la différence entre travailler « dans » votre entreprise et « pour » votre entreprise. Nous devons être proactifs et pour y arriver, il faut entre autres confier aux subalternes les tâches qu’ils sont en mesure de réaliser.

N

CINQ ÉTAPES POUR MIEUX DÉLÉGUER : 1. Éliminez, puis déléguez. Avant de dresser votre liste de tâches à déléguer, déterminez celles qui peuvent être carrément éliminées. Par exemple, est-ce nécessaire de faire deux copies de toutes les factures ? La création de copies électroniques est

Octobre ’09

peut-être envisageable pour éliminer cette tâche peu rentable. 2. Planifiez le travail, respectez le plan. Les tâches faciles restent souvent sur le bureau des gens occupés justement parce qu’elles sont faciles. Déléguez-les en songeant à votre horaire et à la santé globale de votre entreprise. 3. Établissez des normes réalistes. Visez l’excellence, non la perfection. Ainsi, si vous pouvez exécuter une tâche en 15 minutes et votre assistant en 20, confiez-la-lui quand même afin de vous libérer pour des choses plus importantes. 4. Exprimez clairement vos attentes. Une fois que vous confiez une tâche à un employé, expliquez-lui clairement les résultats que vous attendez. Les gens peuvent ne pas répondre à vos attentes s’ils ne les comprennent pas. 5. Investissez votre temps pour économiser du temps. Une formation à court terme devrait augmenter la productivité à long terme. La délégation signifie que d’autres accompliront certaines de vos tâches, mais pas qu’ils en prendront l’entière responsabilité sans autre forme de suivi de votre part. L’objectif ultime de cette pratique est de vous libérer afin de consacrer votre temps à des activités qui en fin de compte bonifieront le résultat net de votre entreprise.

PLANIFICATEUR

Le

17


Les fameuses « fêtes de bureau », là où l’étiquette bat son plein PAR ESTHER PELCHAT Le « party de bureau » est l’occasion idéale pour apprendre à mieux connaître nos employés, nos collègues ou la direction de l’entreprise. Il sera donc important pour l’un et l’autre de respecter certaines consignes de savoir-vivre pour que chacun en retire le maximum. TOUT D’ABORD, POUR L’EMPLOYÉ Il faut savoir qu’à moins d’un empêchement majeur, on se présentera (quitte à partir plus tôt) au party du bureau. Ne pas le faire pourrait être interprété comme un manque d’intérêt. N’oubliez pas que vous pourriez être observé et qu’un comportement inadéquat pourrait miner votre carrière. Pour plusieurs, c’est la seule occasion dans l’année de rencontrer la haute direction. Profitez-en pour faire bonne impression et pour tisser des liens avec vos collègues et vos supérieurs. Le party des fêtes du bureau est un événement festif, mais n’en demeure pas moins un événement « professionnel ». Les dirigeants se feront une idée de vous lorsque vous êtes à l’extérieur du bureau (surtout si vous rencontrez des clients ou si vous voyagez pour l’entreprise). Ils auront dorénavant de bonnes raisons de penser que vous êtes la personne toute indiquée en qui ils peuvent avoir confiance… ou le contraire. 1- L’accompagnement Assurez-vous que les conjoints sont invités avant de vous y faire accompagner. Si vous n’êtes pas en couple et que vous invitez un ami ou une copine, cette personne devra avoir toute votre confiance et se garder de flirter avec vos collègues et leurs conjoints ou conjointes. Si c’est ce que semble vouloir faire la personne qui vous accompagne, peu importe son statut, trouvez un prétexte pour partir. 2- La consommation d’alcool Comme on a rarement l’air bien intelligent sous l’effet d’un excès d’alcool, il va de soi qu’il faudra être prudent. On a tous des anecdotes, plus ou moins savoureuses, de party de Noël qui a dérapé dû à une trop grande consommation d’alcool. Vous ne voudriez pas être celui ou celle qui a raconté une anecdote humiliante concernant la personne qui partage votre bureau ou être l’instigateur de la prestation déplorable d’un de vos collègues. Être perçu comme le bambocheur qui ne sait pas se tenir en public ne vous rendra jamais service sur le plan professionnel. Il faut garder en tête qu’avec les nouvelles technologies, une photo embarrassante pourrait faire le tour de l’entreprise, et même audelà, assez rapidement. 18

3- Se restaurer Vous vous féliciterez d’avoir pris une bouchée auparavant, car cela vous évitera de vous empiffrer de canapés dès votre arrivée et d’être ivre après un premier verre. Évitez donc de remplir votre assiette… ou d’en garder un peu pour le lendemain. 4- Le code vestimentaire Renseignez-vous sur la tenue vestimentaire convenue. Pour les femmes, ce n’est pas le temps de porter votre corsage bien décolleté ou trop transparent. Être séduisante sans être forcément séductrice sera plus approprié à ce genre d’événement qui est, rappelons-le, socioprofessionnel. 5- Les sujets de conversation Parlez au plus grand nombre de personnes tout en laissant de côté les ragots et les vieilles chicanes. Les sujets à privilégier sont les affaires, les réalisations de l’entreprise cette année, vos projets de vacances ou la famille. 6- Les cadeaux S’il y a un échange de cadeaux, essayez d’être original sans toutefois être vulgaire. Un bon conseil, respectez le prix suggéré (ni plus, ni moins), les autres vous en seront reconnaissants. Un employé n’a pas à offrir de cadeau à son patron. À l’inverse, c’est une belle occasion pour le patron de démontrer son appréciation à ses proches collaborateurs. 7- Une attitude positive Ayez votre plus beau sourire, mettez à profit votre personnalité chaleureuse et amusez-vous ! Votre employeur a investi sur l’événement et certains de vos collègues ont peut-être même mis du temps pour l’organiser. Montrez-leur que cela a valu la peine, n’hésitez pas à les remercier avant de partir. LES PATRONS AUSSI ONT LEURS DEVOIRS Comme les parties de bureau se font ordinairement en semaine, il faudrait prévoir assez de temps entre la journée de travail et l’heure à laquelle vous désirez voir les invités arriver. Au besoin, terminez la journée plus tôt si c’est possible. 1- L’invitation Sur l’invitation (imprimée ou courriel), il est toujours apprécié de voir tous les détails concernant la soirée. En plus de la date, de l’heure (début et fin) et de l’endroit, on y ajoutera le programme de la soirée, le type de tenue souhaité (ex. : tenue de ville, tenue décontractée, tenue de soirée…), le trajet pour s’y rendre et les détails du retour, si celui-ci est prévu. 2- La musique La musique devra être choisie en fonction des invités et convenir à tous les genres. Ce n’est pas tout le monde qui peut supporter de la musique Techno toute une soirée.

PLANIFICATEUR

Le

*

Octobre ’09


350 planificateurs d’événements dans un magasin de bonbons PAR RICHARD GAUTHIER es 350 organisateurs d'événements qui ont assisté à la Grande Vitrine des Conférenciers et formateurs qui se tenait le 21 septembre dernier à Montréal, avaient tous un point en commun : « On aurait dit des enfants dans un magasin de bonbons », souligne avec fierté Michel Courtemanche du Groupe des événements corporatifs et promoteur de l'événement qui en était à sa seconde édition. « Autant la formule préconisée que les présentations des conférenciers et des formateurs et les sujets couverts ont enchanté les gens présents », ajoute-t-il. Rappelons que la formule de la Grande Vitrine est simple : les 36 conférenciers et formateurs offrent une présentation de leurs prestations dans un format express de quinze minutes. Les présentations sont en français, bien que certains dispensent leurs services en anglais et en français. Les organisateurs peuvent changer de salle en fonction des sujets qui les intéressent. Chaque personne est munie d'un cahier qui contient une photo et une description des services offerts par les conférenciers et formateurs présents. Le cahier sert également à la prise de notes. Michel Courtemanche est affirmatif : « ce que les gens apprécient de la formule, c'est qu'on leur simplifie la vie. Le format express permet de savoir exactement à quoi s'attendre des prestations. Chacun a le temps d'échanger avec les conférenciers et formateurs, voire même de partager son repas avec ceux qui l'intéressent spécifiquement. C'est un concept simple et tellement efficace. » Les organisateurs d'événement provenaient de partout au Québec. Tous les types d'organisations et tous les secteurs économiques étaient représentés : entreprises privées, associations, ministères et organismes para-gouvernementaux, des ordres professionnels, les secteurs pharmaceutique et bancaire, du commerce de détail. Fait à noter, plus de 75 % des planificateurs d'événements présents à la Grande Vitrine embauchent cinq conférenciers et formateurs et plus par année. Que retient M. Courtemanche de cette deuxième édition ? « La présence et l'importance grandissante des femmes du côté des conférenciers et des formateurs. 35 % de ceux-ci sont désormais des femmes et cette tendance va en s'accentuant. » Les personnes ayant loupé cette occasion annuelle unique pourront retrouver de l'information utile sur les conférenciers et formateurs dans le Catalogue Virtuel des fournisseurs en événements corporatifs au www.catalogueindispensable.com. Prochain rendez-vous : le lundi 20 septembre 2010

L

Se rappeler qu’une fête de bureau demeure professionnelle peut éviter bien des problèmes.

Danser un slow sentimental avec un collègue de travail n’est pas vraiment souhaitable alors, il serait bon d’informer le DJ ou les musiciens de s’abstenir d’en jouer si les conjoints ne sont pas invités. 3- L’accueil et les remerciements Les patrons devraient être les premiers arrivés et accueillir leurs convives chaleureusement. Ils donneront également l’exemple et s’abstiendront de trop prendre d’alcool. La crédibilité et le respect sont particulièrement en jeu en ce qui les concerne. Si le patron offre des cadeaux à certains employés seulement, il le fera en privé. Rappelez-vous qu’un boni n’est pas considéré comme un cadeau. Les patrons doivent aussi se faire un devoir de remercier les personnes présentes de leur participation, et dans la mesure du possible, avant leur départ. De retour au bureau, un petit courriel de la direction pourra être envoyé à tous ceux qui se sont déplacés pour prendre part à la fête. Une belle occasion de démontrer de la considération ! Bonnes Fêtes ! Esther Pelchat est consultante en étiquette des affaires et protocole au service des dirigeants d'entreprise et des professionnels qui se préoccupent de leur image. Vous pouvez la joindre par courriel à info@estherpelchat.com ou au (514) 825-4016. Octobre ’09

PLANIFICATEUR

Le

19


Sudoku

Commandité par le La Taverne Magnan

D’origine japonaise, chaque case doit contenir un chiffre de 1 à 9 de façon à n’utiliser chaque chiffre qu’une fois par ligne, colonne et grille.

Niveau facile

Réponse à la page 23.

Niveau moyen

Réponse à la page 23.

SUDOKU SUR LE WEB :

L’art de rendre beaucoup de gens heureux d’un seul coup. Avec 44 millions de membres, le Priority Club de l’InterContinental Hotels Group affirme être le programme de fidélisation des clients le plus important dans l’industrie hôtelière, ainsi que celui qui croît le plus rapidement. Et, il vient encore de s’améliorer. IHG a récemment lancé FlightsAnywheremd, une nouvelle option de son programme qui permet aux membres d’utiliser leurs points Priority Clubmd, pour réserver des vols avec plus de 400 transporteurs aériens à travers le monde. Après le récent lancement de Points & Cash, une option permettant de combiner points et argent pour des séjours dans les quelque 4 300 hôtels de la chaîne, Priority Club Rewards est le seul programme de fidélité hôtelier à présenter cette offre à l’achat de billets d’avion. Les membres peuvent convertir leurs points pour couvrir le coût total d’un billet (y compris les taxes et frais applicables) ou encore combiner points et argent et ainsi « acheter » un billet à une fraction de leur coût. De plus, il n’y a pas de restriction de dates ni de limite au nombre de billets offerts. Un membre peut convertir ses points Priority Club pour n’importe quel siège disponible. Les consommateurs auront également droit aux milles de récompense accumulés grâce à leur programme de fidélisation pour vols fréquents pour la plupart des billets réservés avec Flights Anywhere. Le programme est offert actuellement aux consommateurs de près de 20 pays, y compris les États-Unis, le Canada et la plupart des pays européens. IHG poursuit sa collaboration avec son partenaire technologique ezRezmd Software, Inc. pour implanter Flights Anywhere partout d’ici 2010. Autre première dans l’industrie hôtelière, l’option points et argent est offerte dans la devise locale du client. Pour avoir droit à Flights Anywhere, les voyageurs doivent être membres de Priority Club Rewards et vivre dans un pays actuellement admissible. L’inscription à Priority Club Rewards est gratuite et peut se faire par téléphone en composant le 1 888 211-9874 ou sur le Web. Sur le Web: www.priorityclub.com/flightsanywhere

LE PENTHOUSE DU FAIRMONT RÉOUVRE AUX BIENS NANTIS ET À L’HISTOIRE Certaines chambres d’hôtel ont une histoire et d’autres en font partie. L’élégant penthouse du San Francisco Fairmont entre dans les deux catégories. Ici, on y a notamment travaillé à l’élaboration de la Charte des Nations Unies en 1945 et des gens comme le Prince Charles et JFK ont dormi dans ses chambres. Il a rouvert récemment après une restauration en profondeur, mais attention au tarif : un formidable 15 000 $ la nuit.

www.websudoku.com www.sudoweb.com www.dailysudoku.com www.sudokupuzz.com

20

AVEC SON PROGRAMME DE RÉCOMPENSE, « LE CIEL VOUS APPARTIENT » DÉCLARE IHG

*

PLANIFICATEUR

Le

Octobre ’09


Vous profitez d’une suite qui occupe tout le huitième étage avec trois chambres (et salles de bains complètes), salle à manger pour 60 personnes, salon, bibliothèque et terrasse surplombant San Francisco et sa baie légendaire. Il y a également un majordome, une gouvernante, un chef, une massothérapeute et un entraîneur personnel ainsi qu’une cuisine gourmet complètement équipée et une salle de billard. Avonsnous mentionné la Ferrari California à votre disposition ? L’hôtel a été construit en 1906 après le grand tremblement de terre. Le penthouse, lui, a été aménagé pendant les Années folles et suggère l’opulence de cette riche période – à l’époque, on le louait 1 000$ par mois à l’homme d’affaires John S. Drum, une somme extraordinaire quand on songe que d’autres suites étaient offertes à moins de 10 $ la nuit. La suite a été ouverte au public en 1981. La récente rénovation a entraîné le nettoyage des 1 800 pièces qui forment le plafond de verre gravé de la salle de billard et le remplacement de la cuisine. Des travaux considérables, mais qui valaient le coup selon la direction de l’hôtel. « Il y a tellement d’histoire ici, dit le directeur de l’hôtel, Tom Klein. Si les murs pouvaient parler, cette suite écrirait quelques livres. »

HOLIDAY INN RÉNOVE, RENOUVELLE ET S’EMBALLE C’est une année faste pour Holiday Inn, particulièrement à Montréal. Le Holiday Inn Montréal Aéroport, premier hôtel de la chaîne ouvert à l’extérieur des États-Unis, célèbre son 50e anniversaire avec une transformation-beauté. Il n’est toutefois pas le seul à être rénové par sa maison mère IHG, le plus important groupe hôtelier mondial par nombre de chambres. Les sept Holiday Inn (y compris le plus grand, MontréalMidtown Holiday Inn) et cinq sites Holiday Inn Express du Québec (126 au pays) comptent parmi les quelque 3 200 hôtels à profiter du milliard de dollars dépensé en rénovations qui seront complétées à l’échelle internationale cette année. « Les hôtels devaient atteindre un seuil de qualité pour afficher le logo redessiné de l’entreprise », a récemment déclaré IHG. Il faut environ 100 jours et entre 150 000 $ et 200 000 $ d’améliorations pour apporter les changements nécessaires à un hôtel. Aujourd’hui, environ 33 % des hôtels sont prêts et ont été réouverts. Plus de 1 000 Holiday Inn et Holiday Inn Express sont en travaux et réouvriront d’ici quelques années. Selon Gopal Rao, vice-président régional d’IHG pour le Canada, un nombre record de 24 hôtels ont été ouverts l’an dernier et « nous sommes en bonne voie de répéter ce nombre cette année malgré l’économie. » Octobre ’09

Quinze autres hôtels doivent ouvrir en 2010. En plus d’une approche marketing modifiée et de leurs apparences améliorées, les hôtels rénovés – réouvrant à un rythme effréné de 100 par mois – affichent des halls bien astiqués, un service plus fluide et des chambres d’invités très confortables munies de literie style maison et de salles de bains contemporaines. « Tout est conçu pour traiter nos invités comme des individus et non des numéros », ajoute Rao. Sur le Web: www.holidayinn.com

Le 11 novembre - Jour du souvenir

Du 12 au 15 novembre 2009 CanSPEP Conférence Annuelle, Innovation and Inspiration, The Westin Nova Scotian Halifax Hotel, Halifax, Nouvelle Écosse. Contact : www.canspep.ca, Tél.: (905) 868-8008.

Le 12 novembre 2009 MPI Montréal Conférence Série Platine, Centre des Sciences de Montréal, Montréal, Qué. Contact : www.mpimontreal.com. Le 10 décembre 2009 MPI Montréal Formation « Language du corps » , Montréal, Qué. Contact : www.mpimontreal.com. Le 25 décembre - Noël

Le 1er janvier - Nouvel an

Du 20 au 23 février 2010 MPI international Meet Different, Cancun, Mexico. Contact : www.mpiweb.org/events/md2010/home.aspx Avez-vous un événement ? Envoyez-nous un courriel à : info@leplanificateur.ca

PLANIFICATEUR

Le

21


La TPS et les commandites PAR GUYLAINE DALLAIRE ET MANON HARVEY

ans cette édition du Planificateur, nous avons décidé de vous entretenir de la TPS aux commandites. Ce sujet soulève généralement plusieurs interrogations de la part de nos clients. Une commandite, c’est un montant d’argent versé par une personne, le commanditaire, qui vise à soutenir financièrement une autre personne, le commandité, dans l’organisation d’un événement, comme par exemple un congrès, une réunion, une assemblée ou un festival. En contrepartie, le commanditaire reçoit généralement de la publicité et de la visibilité sur le site de l’événement en question, mais peut également recevoir d’autres biens et services… et c’est ici que les questions de TPS surgissent. Nous tenons à indiquer aux lecteurs que plusieurs concepts doivent être analysés afin d’établir l’application de la TPS à des commandites, des concepts tels que « fourniture unique » ou « multiples » ou « fournitures accessoires ». Nous n’allons pas examiner en détail ces concepts puisque ceci n’est pas le but du présent article. Il faut toutefois se rappeler que ces concepts vont influer la qualification de la commandite aux fins de la TPS.

D

DÉTERMINER DES STATUTS Les commandites ont en effet un traitement particulier en matière de TPS et afin de déterminer si la TPS s’applique à une commandite, plusieurs facteurs doivent être considérés. Le premier élément qui aidera à déterminer l’assujettissement ou non à la TPS est le statut du commandité. Dans le contexte où le commandité est une corporation à but lucratif canadienne, la règle est toute simple. La TPS est applicable selon les règles générales d’assujettissement. Si toutefois le commanditaire est une corporation non-résidente du Canada, la Loi sur la taxe d’accise (LTA) prévoit une disposition pouvant détaxer la commandite. La LTA prévoit en effet qu’un 22

service de publicité rendu à une personne non-résidente du Canada qui est noninscrite au registre de la TPS ne sera pas taxable en TPS. Ainsi, si le commandité n’offre que de la visibilité au commanditaire et que ce dernier est non-résident et non inscrit en TPS, la commandite sera non taxable en TPS . Si le commanditaire non-résident reçoit d’autres biens ou services, la TPS pourrait s’appliquer. Nous verrons cette situation un peu plus loin. Les commandites sont toutefois plus fréquemment versées à des organismes à but non lucratif (OBNL), c’est pourquoi la LTA renferme une disposition bien particulière à leur égard. C’est généralement à l’égard de cette disposition que nous avons plusieurs questionnements. La règle va comme suit. Lorsqu’un montant d’argent est versé par un commanditaire (résident ou non du Canada) à un commandité qui est un organisme à but non lucratif pour commanditer un événement tel un congrès ou un festival, mais aussi pour obtenir de la visibilité sur le site de l’événement, la LTA prévoit que la TPS ne sera pas applicable . Par visibilité sur le site, on entend généralement ceci : annoncer le nom du commanditaire sur des pancartes, des banderoles, sur le site Internet du commandité, dans le programme officiel, etc. En résumé, si la commandite vise exclusivement à fournir de la visibilité au commanditaire, la TPS ne trouvera pas application. Nous devons pousser davantage l’analyse de cette disposition lorsqu’en retour de la commandite, le commanditaire reçoit d’autres biens et services. ÉVALUATION DES BÉNÉFICES DU COMMANDITAIRE Il arrive toutefois que le commanditaire reçoive, en plus de la visibilité sur le site, de la publicité dans les médias. On entend par média la télévision, la radio, les journaux, les magazines, etc. Dans un tel cas, la LTA prévoit que si la valeur marchande de la publicité donnée en contrepartie de la commandite excède 50 % de la valeur

PLANIFICATEUR

Le

de la commandite, la commandite sera taxable en totalité. Par contre, si le commanditaire est un non-résident du Canada, la commandite pourrait être détaxée si le non-résident est non inscrit en TPS en vertu des règles de détaxation des services de publicité rendus aux non-résidents du Canada discutées précédemment. Nous voyons également à l’occasion des commandites en vertu desquelles, en plus de la visibilité sur le site de l’événement, le commanditaire reçoit des biens et/ou des services. Nous devons donc examiner le statut et la valeur de chaque bien et service afin de déterminer si ceuxci vont affecter l’application de la TPS ou non et ce, même si le commanditaire est un non-résident du Canada. Comme vous pouvez le constater, il faut bien analyser ce que reçoit le commanditaire en retour de sa commandite pour déterminer si l’OSBL peut ne pas taxer la commandite. En résumé, dès que la valeur de la publicité média excède 50 % de la valeur de la commandite, la commandite en totalité est taxable en TPS, mais si le commanditaire est non-résident du Canada, il pourrait bénéficier de la détaxation des services de publicités. Si des biens et services sont fournis, la TPS peut également s’appliquer, à moins d’une exception particulière. Les règles seront différentes si en plus du statut d’OBNL, l’organisme détient également le statut d’organisme de bienfaisance (OB) enregistré aux fins de l’impôt sur le revenu, comme par exemple une fondation. La LTA prévoit en effet des règles particulières qui sont applicables aux OB et l’une d’entre elles est la suivante : la majorité des services rendus par un organisme de bienfaisance est exonérée de TPS c’est-à-dire que la TPS n’est pas applicable. Ainsi, peu importe si la valeur marchande de la publicité dans les médias excède 50 % de la valeur de la commandite, la TPS ne s’appliquera pas (commanditaire résident ou non du Canada).

*

Octobre ’09


Tout est une question de qualification

Si le commanditaire reçoit par contre des biens, il faudra alors évaluer la valeur des biens donnés en échange de la commandite puisque ceux-ci pourraient être taxables. Comme vous pouvez le constater, afin de déterminer si la TPS s’applique aux commandites, il faut déterminer : • Le statut du commandité (OSBL, OB, corporation à but lucratif, etc.) • Le statut du commanditaire (résident, non résident du Canada, gouvernement) • Ce qui est fourni en contrepartie de la commandite et la valeur correspondante (visibilité sur le site, publicité dans les médias, biens, services etc.) Encore une fois, tout est une question de qualification ! 1

Le commandité doit conserver la preuve que le commanditaire est non-résident du Canada et non-inscrit en TPS. 2 Article 135 LTA 3 La LTA mentionne que le service doit viser « principalement » de la publicité dans les médias, Les autorités utilisent le seuil de 50 % aux fins de cette disposition. Il s’agit d’un seuil administratif et non législatif. 4 OB inscrit en TPS ou qui a l’obligation de l’être Guylaine Dallaire, CA, M.Fisc., est associée au département des taxes à la consommation chez Raymond Chabot Grant Thornton s.e.n.c.r.l. Conférencière à de nombreuses occasions auprès d’associations spécialisées, elle enseigne également à l’Université de Sherbrooke (maîtrise en fiscalité). Elle est l’auteure de deux volumes de référence, dont un en matière municipale et l’autre dans le domaine de la santé. Celui-ci se retrouve sur le site Internet du gouvernement du Québec. Elle s’occupe activement de clients majeurs dans les domaines de l’immobilier, des services d’utilité publics et parapublics, des secteurs gouvernementaux et d’organisateurs d’événements. Manon Harvey, Directrice, LL.B., LL.M. œuvre au sein de la firme Raymond Chabot Grant Thornton s.e.n.c.r.l. depuis 10 ans. Elle se spécialise en taxes à la consommation canadiennes et a développé un intérêt particulier pour les taxes de ventes américaines et européennes.

SOLUTION SUDOKU FACILE PAGE 20

SOLUTION SUDOKU MOYEN PAGE 20

MESSAGE TEXTE = RISQUE ACCRU !

Envoyer des messages texte en conduisant dépasse largement les dangers d’autres distractions, selon une nouvelle étude américaine. Pour réaliser cette étude, première du genre en environnement non contrôlé, la Virginia Tech Transportation Institute (VTTI) a installé des caméras vidéo dans la cabine de camions de transport de longue distance pendant 18 mois. Elle a découvert que le risque d’accident était multiplié par 23 lors de l’envoi de messages texte. La VTTI, l’un des organismes de recherche sur la sécurité les plus importants au monde, a aussi mesuré la durée de temps pendant laquelle les conducteurs détournaient les yeux de la route pour envoyer ou recevoir les messages. Juste avant un accident ou un quasi-accident, les conducteurs avaient typiquement regardé leur appareil environ cinq secondes – assez longtemps pour parcourir plus que la longueur d’un terrain de football lorsqu’on roule à la vitesse habituelle sur une autoroute. Même si les camions sont plus lents à s’immobiliser et moins manœuvrables que les voitures, ces découvertes s’appliquent à tous les conducteurs qui sembleraient avoir le même comportement que les quelques 100 camionneurs étudiés. Ces derniers ne semblent pas envoyer plus ou moins de messages texte que le conducteur de voiture typique. L’administration Obama a récemment rapporté que les conducteurs distraits ont causé plus de 6 000 morts et 500 000 blessures aux États-Unis l’an dernier. Les 20 ans et moins étaient les plus distraits. Comparés à d’autres sources de distraction, « les messages texte sont dans un univers de risque à part », annonçait Rich Hanowski, directeur des travaux. L’analyse de cette étude a été financée en partie par la Federal Motor Carrier Safety Administration (300 000 $) qui a pour mission d’améliorer la sécurité auprès des camions et des autobus. Il a fallu 6M$ pour équiper les camions de caméras vidéo et les suivre pendant six millions de milles à travers les États-Unis. L’étude sera officiellement publiée après sa révision par les autorités compétentes. Tom Dingus, directeur de la VITT déclarait que le message de l’étude était clair. « Vous ne devriez jamais le faire !, affirmait-il à propos de l’envoi de messages texte en conduisant. Cela devrait être illégal. » Aux États-Unis, trente-six états autorisent encore l’envoi de messages texte en conduisant, quatorze le bannissent notamment l’Alaska, la Californie, la Louisiane et le New Jersey.

SUITE Octobre ’09

PLANIFICATEUR

Le

À LA PAGE

26 23


Cinq façons sûres d’éviter la distorsion en communiquant PAR STACEY HANKE a plupart des gens sont inconscients de la distorsion qu’ils créent en communiquant. Cette distorsion les empêche de persuader les autres d’agir de plus, ils courent le risque de :

L

• Minimiser les perceptions que les autres ont d’eux. • Ne pas obtenir l’attention de leurs auditeurs. • Communiquer un message obscur et mal compris. Quand cette distorsion se produit-elle ? Lorsque vos propos sont incohérents avec votre façon de les exprimer. Par exemple, vous avez une conversation en personne et votre auditeur dit : « Je suis tout excité d’avoir l’occasion de travailler avec vous ». Alors qu’il vous exprime cette pensée, son ton est monocorde et ennuyeux, son visage dénué d’expression. Il ne vous regarde pas, mais joue avec un stylo. Le croirez-vous ? Vous douteriez sûrement de sa crédibilité et de son savoir et vous n’agiriez pas sur ses propos. Le but de cet article est d’accroître votre sensibilité à la distorsion et de vous munir d’outils pratiques et instantanés que vous

pouvez utiliser dans vos communications face à face, téléphoniques ou lors de réunions ou de présentations. LES PAUSES « Euh, quelle perception, genre, créez-vous, vous savez, quand vous entendez, euh, un orateur utiliser, euh, des mots qui encombrent, vous savez, leur langage ? » Cultivé, crédible et assuré ne sont probablement pas les qualificatifs qui vous viennent à l’esprit. Nous qualifions ces mots de non-mots ou mots de « remplissage ». À travers mes voyages, je constate que le défi numéro un que doivent surmonter les gens pour influencer grâce à leur communication est la capacité de remplacer ces non-mots par une pause. On utilise des non-mots pour gagner du temps afin de réfléchir à ses propos. Ces mots distraient et l’auditeur passe à côté de ce que l’on veut lui communiquer. Donnons-leur plutôt le temps d’entendre, de comprendre et d’absorber le message. Avantages pour vous • Agir sur le moment • Aller droit au but et éviter de parler pour ne rien dire • Prendre une respiration relaxante • Retenir l’attention de votre auditoire • Reprendre le contrôle de votre message et de votre façon de le communiquer Avantages pour l’auditeur • Entendre et comprendre votre message • Agir sur vos propos LE CONTACT VISUEL J’ai rencontré un nouveau client pour l’aider à améliorer sa capacité à influencer les autres et je lui ai demandé : « Selon vous, quelles sont vos forces en communication ? » Il m’a répondu : « Le contact visuel ». En me disant cela, il regardait partout autour de lui ! La plupart des gens ne fixent pas les yeux de leur interlocuteur suffisamment longtemps pour établir une relation. La seule façon de construire une relation est d’établir une confiance. Quand vous oubliez ce que vous avez à dire, vous regardez le plafond, le plancher, le PowerPoint, tout sauf vos auditeurs. Quand vous perdez le fil, vous dites « euh », « donc », « et ». Vous communiquez à vos auditeurs que vous ignorez quoi dire. Quand vous vous adressez à deux personnes ou plus, établissez le contact avec l’une pour toute la durée d’une phrase ou d’une pensée. Prenez un instant de pause pendant que vous regardez l’un, puis l’autre. Changer de comportement pour établir un contact visuel exige pratique et concentration. Lors de réunions,

*

24

PLANIFICATEUR

Le

Octobre ’09


S’entraîner pour mieux communiquer exercez-vous à regarder un ami ou un collègue en transmettant une phrase complète ou une pensée à la fois et demandez une réaction constructive. LA PROJECTION VOCALE Notre voix communique l’assurance SI nous parlons pour être entendus. Si vous voulez inciter les autres à agir, ils doivent vous entendre. Dans toutes mes années de pratique, je peux compter sur les doigts d’une main les fois où j’ai dû demander à quelqu’un de baisser le ton. Sur une échelle d’un à dix, un étant inaudible et dix fort, votre voix doit se situer entre sept et huit si vous parlez à un groupe de quinze personnes ou plus. Au téléphone ou en petit groupe, baissez le volume entre quatre et cinq. La projection vocale n’a rien à voir avec les cris : vous devez réaliser qu’il faut projeter votre voix à différents niveaux pour qu’elle atteigne tout le monde dans une pièce. Personne ne doit tendre l’oreille pour entendre, sinon on cesse de vous écouter. Avantages • Retenir l’attention de votre auditoire • Faire ressortir l’importance de votre message • Communiquer l’assurance LA GESTUELLE Les gens avec qui je travaille joue pour la plupart avec leurs doigts, leurs bagues, leurs cheveux et ainsi de suite. Sinon, ils gesticulent en parlant sans en avoir conscience. Leurs coudes se soudent à leurs côtes et chaque geste est identique. À l’autre extrême, il y a ceux à qui l’on a dit qu’ils parlent avec leurs mains, alors ils les serrent ensemble sans bouger. Les orateurs sûrs d’eux utilisent leurs gestes pour relever leurs propos. Pour bouger efficacement, évitez de coller vos coudes à votre corps ou répéter les mêmes gestes. Élargissez plutôt vos gestes depuis vos flancs et laissez vos mains accentuer et décrire votre message. Variez vos gestes en ramenant vos bras détendus le long de votre corps après avoir complété un mouvement. Si vous gesticulez sans arrêt, vous êtes incapable d’agir sur le moment et vous créez de la distorsion. Avantages pour vous et l’auditoire • Parce que vous êtes le message, vous êtes aussi le visuel. Quand vos gestes créent des images pour vos auditeurs, ils mémorisent plus d’information et conservent votre message plus longtemps. • Accentuer votre message • Attirer l’attention de votre auditoire • Ajouter de l’énergie et des inflexions à votre voix et canaliser votre adrénaline Octobre ’09

ALLEZ DROIT AU BUT Plus vous tenez de propos inutiles, plus vous courrez le risque que vos auditeurs passent à côté de votre message ou le comprennent mal. Comment aller droit au but ? • Restez concentré. Quand vous vous apercevez que vous babillez et que votre train est sur le point de dérailler, freinez et revenez dans le droit chemin. Faites une PAUSE ! • Gardez votre objectif en tête. Pensez à ce que votre auditoire doit savoir sur ce qu’il doit faire et non à ce que vous désirez leur dire. • Réfléchissez à vos paroles. • Utilisez la règle de trois. Concentrez votre message sur un maximum de trois points importants. C’est plus facile d’en arriver au but et pour vos auditeurs de se rappeler de votre message. • Soyez attentif à vos auditeurs. Sont-ils pendus à vos lèvres ou dans la lune ? Sont-ils attentifs ou ont-ils la bougeotte ?

Cinq façons sûres d’éliminer la distorsion et de communiquer de manière persuasive

1. Pause ! Donnez-vous le droit d’agir sur le moment en remplaçant vos non-mots par des pauses. Exprimez des phrases ou pensées plus courtes. 2. Contact visuel. Ne parlez qu’en regardant votre auditeur dans les yeux ; marquez une pause quand vous détournez le regard. Demandez à votre auditeur de vous avertir immédiatement quand vous regardez ailleurs. Quand vous êtes au téléphone, utilisez des objets devant vous pour terminer une phrase ou une pensée. 3. Parlez pour être entendu ! Demandez des commentaires sur la force de votre voix dans des réunions ou au téléphone. 4. Gestuelle. Tout au long de la journée, remarquez comment vous et les autres utilisez les gestes. Parlez-vous avec vos mains ou gesticulez-vous trop souvent ? Vos gestes ont-ils un but ? Demandez des commentaires constructifs à vos amis, votre famille et vos collègues ; «Quand je gesticule, ai-je l’air de parler avec mes mains ? Est-ce que j’utilise les gestes trop souvent ou pas assez ? » Quand vous ne gesticulez pas, détendez vos bras et vos mains sans les serrer ensemble ni bouger sans arrêt. 5. Allez droit au but. Préparez-vous, entraînez-vous et concentrez-vous.

[...] L'IMAGE LA PLUS EXACTE

DE L'ESPRIT FRANÇAIS EST LA LANGUE FRANÇAISE ELLE-MÊME. D ÉSIRÉ N ISARD

PLANIFICATEUR

Le

25


Le socialisme expliqué, Cette histoire fait le tour du Web

Un professeur d’économie à l’université a dit n’avoir jamais fait échouer un seul élève, mais avoue une seule fois, avoir fait échoué une classe toute entière. Cette classe avait insisté pour dire que le socialisme fonctionnait et qu’il s’agissait d’un idéal égalitaire où personne n’était riche ou pauvre. « D’accord, nous expérimenterons le socialisme dans cette classe », a déclaré le professeur. Les notes seraient établies selon la moyenne pour tout le monde. Ainsi, personne n’échouerait et personne ne recevrait un A. La note moyenne du premier examen a valu un B à tous les élèves. Les étudiants qui avaient beaucoup étudié étaient furieux et les autres étaient contents. Quand le deuxième examen est arrivé, les élèves qui avaient beaucoup étudié au premier examen ont décidé de se la couler douce et les autres ont encore moins travaillé. La moyenne du deuxième examen a été D ! Personne n’était content. La moyenne du troisième examen a été F. Les notes n’ont jamais augmenté alors que les chamailleries, le blâme et les insultes ont entraîné des sentiments amers. Personne ne voulait étudier au bénéfice de tous les autres. Ils ont tous échoué, à leur grand étonnement, et le professeur leur a dit que le socialisme échouerait en fin de compte pour les raisons suivantes :

26

Quand la récompense est grande, l’effort pour réussir est grand ; mais, quand le gouvernement retire toute récompense, personne n’essaie de réussir ni ne veut réussir. On ne peut pas l’expliquer plus simplement…

Les face à face sont importants

Divulguée en septembre, une étude faite par la Harvard Business Review auprès de 2 300 entrepreneurs aux États-Unis, en Europe et en Asie confirmait que les rendez-vous face à face demeurent essentiels au développement des courants d’affaires et sont privilégiés à d’autres méthodes de communication par les dirigeants d’entreprise. Selon l’étude, 79 % des répondants affirment que « les rendezvous en personne sont la méthode la plus efficace pour rencontrer de nouveaux clients potentiels », et 89 % pensent que c’est « essentiel pour conclure une vente ». La recherche prouve que les « face à face » sont indéniablement plus efficaces dans tous les cas sauf celui des fournisseurs, dont les relations, selon les entrepreneurs, peuvent se régler par téléphone, courriel ou autre moyen de communication à distance. Pour interagir avec les clients, négocier des contrats et comprendre sa clientèle, la plupart des répondants admettent que les rencontres en personne sont à privilégier. « Notre enquête a révélé que la plupart des gens d’affaires veulent bâtir de solides relations humaines », précise Angela Herrin, directrice de recherche de la Harvard Business Review. « Le face à face reste le plus rapide et efficace pour communiquer [...] »

PLANIFICATEUR

Le

Octobre ’09


Octobre 2009  

* 30 étapes pour réaliser votre réunion des fêtes * Créer de remarquables arrangements floraux à petits prix * L'art et les manière...

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you