Issuu on Google+

UN CONDENSÉ MENSUEL POUR INFORMER ET ÉCLAIRER LES PLANIFICATEURS NOVEMBRE 2006

VOL. 4 No. 9

Les séjours de réflexion DE JYL ASHTON CUNNINGHAM

L

’expression « séjours de réflexion » est assez récente dans le secteur des réunions. Elle a probablement été introduite comme alternative à la consolidation d’équipe version grands patrons pour bâtir ensemble un pont au-dessus d’un canyon imaginaire. Ces séjours n’ont a rien de nouveau en soi. Leur pratique est vieille de plusieurs siècles – on allait dans un lieu tranquille, souvent un monastère ou un couvent, pour réfléchir sur sa vie et résoudre des problèmes personnels ou simplement s’éclaircir les idées ou se ressourcer. En échange, on faisait don à l’Ordre d’une somme non spécifiée. Aujourd’hui, il y a toutes sortes de séjours de ce type, adaptés à tous les scénarios imaginables, comme du golf aux frais de la princesse, des fins de semaine dans une station thermale et des escapades en milieu ou en fin de semaine conçus pour les niveaux cadres supérieurs et plus. D’habitude, l’objectif est de plancher sur les moyens d’améliorer le résultat net, négocier, fidéliser les clients et le personnel tout incluant les séjours d’entreprise et autres incitatifs. Plutôt vicieux comme cercle bie que vicieux ne convienne pas puisque la bonne entente est de rigueur. Les hôtels et centres de villégiature du monde entier ont vite adapté leurs campagnes de marketing à la mentalité « Détente, Relaxation, Ressourcement » devenue le mantra du 21e siècle. Un peu ironique quand on pense que toutes les personnes qui font un séjour de réflexion apportent inévitablement tous leurs appareils de communication et ont rarement l’occasion de s’isoler vraiment. Le coût est un autre facteur sûr de déclencher des crises cardiaques dans le service de l’approvisionnement. Le coût moyen par jour pour une personne peut atteindre 750 $ pour un centre canadien luxueux si l’on prend en compte golf, cures thermales, repas gastronomiques et chambres à un tarif supérieur. Les sommes dépensées pour emmener une équipe de cadres supérieurs en weekend auraient probablement permis d’offrir à l’ensemble du personnel une soirée fabuleuse ou une corbeille de friandises de luxe, peut-être même de régler d’un seul acte de générosité les problèmes de bureau. Cela ne veut pas dire que ces escapades n’en valent pas le coût. Certaines des idées les plus ingénieuses ont sans aucun doute surgi loin du bureau dans un climat détendu. La clé, c’est de trouver un hôtel ou un centre qui peut mettre en valeur le séjour sans casser la tirelire de l’entreprise.

S’évader pour réfléchir améliore votre performance au travail. C’est un art que maîtrise le White Oaks Conference Resort and Spa à Niagara. Un précurseur dans les forfaits réunions tout compris (les évasions d’une journée sont particulièrement appréciées), White Oaks a aussi offert bien avant qu’ils ne deviennent populaires partout des services comme la consolidation d’équipe sur place, des pauses d’exercice physique et de détente pendant les séances de travail et des produits de spa maison offert dans les chambres. Franchir les portes du White Oaks suffit à détendre le personnel le plus tracassé. Cela peut paraître évident, mais l’attitude du personnel d’accueil peut faire toute la différence dans l’ambiance de de ce type de séjour. Brusque et impatient, il peut annuler en une seconde l’effet d’un décor agréable, d’une musique douce et des chutes d’eau. Une bonne idée : venir incognito même quelques heures avant la visite officielle des lieux pour observer le comportement du personnel – le test le plus efficace est de faire un tour dans les couloirs et près des cuisines. Ces évasions offrent aussi l’occasion de formuler une opinion ou même une plainte (de manière positive bien sûr) à l’égard de collègues sans peur de représailles. Mieux vaut faire appel à un professionnel pour animer ces séances et Doug Bolger, de L(earn) 2 y excelle. La société de Doug produit des séances interactives conçues pour obtenir des résultats de la part de chacune des personnes participantes.

SUITE

À LA PAGE

6


grands délinquants avec le plus grand nombre de passagers qui ont dû renoncer à leur siège, bon gré mal gré. JetBlue en a eu le moins, suivi d’AirTran et d’American. Le DOT exige que les compagnies aériennes dédommagent de 400 $US au maximum les passagers qui perdent leur place, un montant inchangé depuis 1978. Vu le prix des billets aujourd’hui – les derniers vendus sont d’habitude les plus chers, souvent autour de 1 000 $ à 1 200 $ – même en dédommageant les passagers, les sociétés peuvent encore faire un profit en surréservant puis en retirant de la liste un passager qui a payé son billet moins cher. Si vous volez aux États-Unis à bord d’un transporteur américain et qu’il y a surréservation, vous avez cependant certains droits. Le DOT exige des compagnies aériennes qu’elles demandent s’il y a des volontaires prêts à renoncer à leur siège avant de refuser l’embarquement à qui que ce soit, qu’elles vous informent de vos droits par écrit si vous êtes refoulé malgré vous et qu’elles remboursent le prix de votre billet si vous décidez de ne pas voyager. Le maximum de 400 $US s’applique à tout retard de plus de 60 minutes.

Pour votre info MacMillan à la présidence de MPI MPI (Meeting Professionals International) a annoncé récemment que Bruce MacMillan, C.A., prendra la barre de l’organisation à titre de PDG en décembre. MacMillan, recruté après six mois de recherches, est actuellement PDG de Tourism Toronto, l’association torontoise de congrès et de voyages. MacMillan dirigera les 75 employés de MPI au service de 21 100 membres. « MPI a joué un grand rôle dans ma vie », a-t-il dit lors d’une conférence de presse le mois dernier. « Je veux que chaque membre de MPI puisse voir dans son association un élément clé de son succès ». MacMillan fait actuellement partie du conseil de direction international de MPI et a déjà présidé son comité des technologies de l’information.

Les surréservations de vols explosent Plus de compagnies aériennes compensent la hausse du prix du carburant en resserrant les horaires de vol et en surréservant les autres vols. Selon les statistiques du gouvernement américain, le nombre de personnes forcées de laisser leur place a augmenté de plus de 40% pour atteindre 16 323 au deuxième trimestre de 2006, par rapport à la même période en 2005. Le nombre de voyageurs qui a renoncé librement à son siège – avec un dédommagement bien sûr– a augmenté de 10% pendant la même période. La pratique est courante depuis que les compagnies aériennes adoptent de nouvelles stratégies pour survivre à la hausse vertigineuse des prix du carburant. Chez les grands transporteurs, le ministère des Transports des États-Unis (DOT) rapporte que Northwest Airlines, US Airways et Alaska Airlines sont les trois

NOVEMBRE 2006

La France réexamine l’interdiction de fumer En septembre dernier, Le Planificateur traitait de l’interdiction imminente de fumer dans les lieux publics qui devait entrer en vigueur en France le 1er janvier 2007. L’interdiction est repoussée à février mais épargnera les bars, les restaurants et les clubs de nuit. Ces établissements se voient accorder un répit jusqu’en janvier 2008. Les clients qui voudront continuer de fumer après cette date devront le faire dans des fumoirs isolés où le personnel de service ne pourra pas entrer.

3


Mot du rédacteur

L’attitude fait la différence At•ti•tude – Il en existe plusieurs définitions mais je voudrais m’arrêter sur celles-ci : (a) disposition, état d’esprit à l’égard d’un fait ou d’un état ; (b) sentiment ou émotion à l’égard d’un fait ou d’un état. Après avoir défini l’attitude, penchons-nous sur l’embauche de personnes qui ont l’attitude qu’il faut pour travailler dans le secteur des services. On peut former les gens à certaines tâches, mais il est difficile de changer leurs attitudes fondamentales. La clé ? Trouver les bonnes personnes et travailler à partir de là. À titre de planificateurs, nous devrions faire part à leurs employeurs des personnes qui ont de bonnes attitudes et mentionner celles qui en ont de mauvaises : ce sont peut-être de bons employés, attitrés au mauvais poste. Lynne Truss, auteur du succès de librairie Eats Shoots and Leaves, en a publié un autre, il y a environ un an, intitulé Talk To the Hand. Elle y traite de ce qu’elle appelle « l’impolitesse du monde d’aujourd’hui ». À propos de l’attitude, elle se demande ce qui engendre le mé•pris (manque de respect ou de révérence pour quelque chose). Réponse : la familiarité. Vous vous souvenez sûrement de notre enquête de cet été à ce propos. Vous en trouverez les résultats dans Le Planificateur de ce mois-ci à la page 30. Alors, rappelez-vous, pour offrir un bon service, il faut avoir le bon état d’esprit et surveiller ses manières comme disait ma grand-mère. Comme toujours, vos commentaires sur ce sujet et tous les autres sont les bienvenus.

Dans ce numéro Accepter le changement

10

Vous ne connaissez peut-être pas la Prière de la sérénité mais vous avez de bonnes chances d’avoir déjà entendu son message. Jim Clemmer explique la sagesse qui se cache derrière le célèbre poème.

Tout est dans le regard !

18

Quand nous parlons aux autres, nous croisons souvent leur regard. Mais combien de nous établissent vraiment le contact ? Stacey Hanke analyse l’importance de ce dernier.

La veille à la concurrence

20

Certains croient que la veille à la concurrence (VC) est affaire d’espionnage. C’est beaucoup plus que cela. Barry Siskind, chroniqueur de longue date, décortique la VC.

Ici et là

22

Le Centre Bell se met au sans-fil selon les nouvelles rapportées par notre collaboratrice Nathalie Caron.

Enquête du Planificateur

24

Notre enquête du mois de novembre révèle les préfèrences des planificateurs quant aux manières de servir.

Publié par : 2105, rue de la Montagne, bureau 100 • Montréal (Québec) • H3G 1Z8 Téléphone : (514) 849-6841 poste 333 • Fax : (514) 284-2282 www.leplanificateur.ca Vos commentaires sont appréciés : info@leplanificateur.ca Rédacteur : Leo Gervais, lgervais@leplanificateur.ca Rédactrice adjointe : Camille Lay, clay@leplanificateur.ca Traductrice : Louise Villemaire Administration : Patrick Galvin, Julie Boisvert, Tania Joanis, Patricia Lemus Collaborateurs : Anne Biarritz, Nathalie Caron, Jim Clemmer, Jyl-Ashton Cunningham, Peter De Jager, Stacey Hanke Allison Martens, Matt Riopel, Ginette Salvas

Le rhume n’est pas inévitable

29

Tout le monde l’attrape. Mais il existe plusieurs façons d’éviter le rhume et se laver les mains en est la première.

Fêtes de bureau et comportement

30

Vous êtes-vous déjà demandé si votre comportement aux fêtes de bureau était acceptable ? Une experte en bonnes manières vous conseille sur les choses à faire et à ne pas faire lors de ces rencontres amicales au bureau.

Le Planificateur est diffusé mensuellement à 14 500 professionnels de l’industrie du tourisme et des affaires. Le Planificateur utilise du papier recyclé post consommation 30% Poste-publication No. 40934013

4

NOVEMBRE 2006


Améliorer ses compétences dans différents domaines, même brièvement, stimule toujours l’esprit SUITE DE LA PAGE

un mécanicien local qui leur a montré les bases de l’entretien d’une voiture, une coche au-dessus du remplissage du réservoir de laveglace. Il a ensuite donné un aperçu de la meilleure façon de s’adresser à un concessionnaire avant de se lancer dans une improvisation sur les bruits que font les gens pour décrire ce qui cloche dans leur voiture. Puis, tout le monde est allé au bistrot, y compris le mécanicien. Pas vraiment une retraite de luxe mais ces cadres sont ressorties de l’expérience mieux informées et elles ont dit qu’elles se sentiraient désormais moins intimidées dans un garage. Une nouvelle confiance en soi comme celle-là peut les suivre au bureau et cela s’est fait en une demi-journée à un coût minime. Autonomisation, éducation, changement de décor, humour et camaraderie, tout y était. Surtout, tout le monde s’est bien amusé et c’est ce qui compte. Quand le séjour de réflexion cesse-t-il d’être un outil efficace pour devenir un autre gadget ? Quand il coûte cher, donne l’impression qu’on n’aurait pas pu s’en passer pour finalement se rendre compte qu’avec ses deux mains et un peu plus de temps on aurait pu faire tout aussi bien. La clé, c’est de respecter le budget et de poser des limites raisonnables. N’organisez pas d’événements qui vont générer plus de stress que de plaisir et assurezvous que toute l’information utile est réunie bien à l’avance pour que l’expérience soit relaxante et profite à tous les participants. En fait, vous pouvez faire ce que voulez d’une escapade d’entreprise. Ouvrez les grandes lignes de communication – cela n’inclut pas les cellulaires, les appareils portatifs et les ordinateurs portables, qui devraient tous être interdits pendant le sejour – fermez les portes et réglez les problèmes du monde.

1

« Remontez le Titanic » reste un de ses exercices les plus populaires mais L(earn) 2 a personnalisé des programmes pour la plupart des grandes organisations nord-américaines tout en aidant de plus petites entreprises à développer pleinement leur potentiel et, en conséquence, à grandir et à s’améliorer. Sur le Web : www.ilearn2.com ou au 416-410-6434. Savoir pourquoi on veut s’isoler ainsi influence sans aucun doute le choix du type de lieu. Pas génial par exemple d’emmener le comité du budget à Las Vegas pour le remue-méninges annuel sur la réduction des coûts, peu importe les conditions négociées par le planificateur. L’emplacement est aussi un facteur à considérer, tout comme les dates, le moment de l’année, etc. On a demandé à quelques directeurs d’entreprise ce que comprendrait un séjour de réflexion idéal et – on pouvait s’y attendre – le golf arrive en tête. Apparemment, les escapades en hiver ne sont pas aussi populaires puisque c’est souvent la période la plus occupée d’une entreprise. Étonnamment, les stations thermales étaient moins populaires que prévu et beaucoup ont opté pour un exercice d’apprentissage comme des cours de cuisine ou d’introduction à l’opéra pour oublier le stress du bureau. La cuisine est un excellent moyen de se détendre, surtout si on peut manger la nourriture préparée et qu’un bon vin l’aide à passer ! Améliorer ses compétences dans différents domaines, même brièvement, stimule toujours l’esprit. J’ai récemment organisé un déjeuner-conférence prolongé pour un groupe de cadres supérieurs – toutes des femmes, par hasard. Nous avons rencontré

6

NOVEMBRE 2006


Manger dans la « Big Apple » coûte plus cher

Nouvelles de l’industrie Le secteur touristique décrie la récupération du rabais sur la TPS/TVH

Le prix moyen d’un repas au restaurant à New York a connu sa plus forte hausse depuis les attentats du 11 septembre. Selon Zagat Surveys LLC, l’addition moyenne par personne a atteint 39,43 $US cette année, une hausse de 1,83 $US ou 4,5 % par rapport à 2005. La ville qui ne dort jamais est celle où l’addition moyenne est la plus chère – boissons, taxes et pourboires inclus – aux États-Unis, où la moyenne de 24 grands marchés s’établit à 32,53 $. C’est bien moins cher que Londres et Paris, où un repas coûte en moyenne environ 70 $US. Selon l’enquête de Zagat, les restaurants chers, les loyers élevés et le prix de l’essence ont fait monter les prix. Mais elle révèle que le premier souci des New Yorkais n’est pas le prix mais le service, jugé moins bon que ces dernières années.

L’annonce par le gouvernement canadien de son intention d’éliminer au 1er avril 2007 le rabais de 6% de la TPS/TVH sur les séjours à l’hôtel et les achats des visiteurs étrangers a suscité une levée de boucliers dans le secteur du tourisme. Selon le gouvernement, seuls 3% des visiteurs réclament le rabais et le programme coûte environ 78,8 M$ par année. Mais les défenseurs du tourisme disent que son retrait encouragera les visiteurs – surtout les voyages de groupes et les conférences venus de l’étranger – à aller voir ailleurs. « L’effet de cette décision sur le secteur touristique canadien serait pire que l’effet combiné du 11 septembre et du SRAS », disait récemment Randy Williams, PDG de l’Association de l'industrie touristique du Canada (AITC) au National Post. Dans un discours devant le comité permanent des finances du Parlement le 19 septembre, Williams faisait remarquer que le secteur du tourisme au Canada constitue 2% du PIB, produit plus 15 G$ de revenus imposables chaque année et emploie 1,6 million de Canadiens. L’AITC, qui représente plus de 200 000 entreprises liées au tourisme au Canada, dit que les 78,8 M$ que le Canada va épargner en éliminant le rabais ne sont rien par rapport aux pertes de revenus du tourisme qui en résulteront. Tony Pollard, Président de l’Association des hôtels du Canada, a dit au Post que le gouvernement a couru le risque de faire perdre au Canada 218 M$ en taxes sur les chambres d’hôtel seulement. « Ils veulent épargner 78,8 M$ mais ils en perdent 218 millions. Ça ne tient pas debout. » Le secteur se débat déjà avec une baisse des séjours d’une journée des visiteurs américains, qui ont baissé de 28% en 2005 par rapport à 2000, selon l’AITC. Cela s’explique entre autres par un dollar canadien plus robuste, une hausse des prix des carburants et l’incertitude pour ce qui est des documents exigés à la frontière. Ironiquement, l’élimination arrive au moment où d’autres pays augmentent leurs rabais pour attirer plus de voyageurs. Pollard dit que le Parlement a déjà reçu plus de 1 500 lettres de protestation de la part d’hôteliers et qu’il continuera d’essayer de convaincre le gouvernement conservateur de reconsidérer sa position.

Nouvelle règle, nouveau contenant de 85,25 mL (3 oz) L’interdiction totale visant toutes les lotions et liquides dans les bagages de cabine est peut-être levée mais vous devrez probablement vous plier aux nouvelles règles si vous ne voulez pas être accablé par le personnel de la sécurité : cela veut dire utiliser seulement des contenants et des bouteilles d’au plus 85,25 mL (3 oz) comme l’exige la U.S. Transportation Security Administration. La solution pratique et économique ? Acheter des petites bouteilles réutilisables que vous remplirez de vos produits habituels (au lieu de vous débrouiller avec les produits « de voyage » que vous trouvez en pharmacie). Des sites Web comme containerstore.com, offrent des bouteilles étanches de 56,82 mL (2 oz) pour aussi peu que 99 cents US chacune. Entre-temps, sksbottle.com vend de jolies bouteilles en plastique ambre, vertes et bleues. Il faut souvent acheter en gros (faites équipe avec un(e) ou deux ami(e)s), mais 48 superbes bouteilles bleues avec un capuchon argent, c’est une aubaine à 22,56 $US les 48. Le site vend aussi des trousses de voyage contenant plusieurs bouteilles.

Pour tous vos besoins : www.leplanificateur.ca

8

NOVEMBRE 2006


Acceptez ce qui ne peut être changé et changez ce qui peut l’être DE JIM CLEMMER « Votre vie est la somme de vos choix, conscients et inconscients. Maîtrisez le processus des choix et vous pourrez maîtriser tous les aspects de votre vie. Vous pouvez trouver la liberté qui vient avec la responsabilité de soi-même. » – Robert Bennett, sénateur américain Accepter la responsabilité de nos choix commence par comprendre ce qu’ils sont. Cette idée est magnifiquement illustrée par la sagesse de la Prière pour la sérénité : Seigneur, Donnez-moi la sérénité d’accepter ce que je ne peux changer, Le courage de changer ce que je peux, Et la sagesse d’en connaître la différence. Chaque ligne représente un pas en avant dans notre leadership. Voyez la

première : « donnez-moi la sérénité d’accepter ce que je ne peux changer ». Les choses auxquelles nous ne pouvons rien en tant que leaders mais qui peuvent avoir des effets importants sur nos organisations sot nombreuses : tendances économiques et politiques, changements technologiques, glissements dans les préférences des consommateurs et les tendances du marché, catastrophes engendrées par l’homme (guerre, terrorisme), cas de force majeure comme les ouragans et les tornades, etc. Le poète Longfellow offre un conseil en or sur la façon d’aborder ces incontrôlables : « la meilleure chose à faire quand il pleut, c’est de laisser pleuvoir ». Conseil très judicieux ! Les choses surviennent. La vie n’est pas juste. Tout le monde ne subit pas les mêmes conséquences face au même problème. La meilleure façon d’aborder les choses qui ne peuvent être changées, c’est de les accepter. La pire, c’est de succomber au virus

Victimitis, de dramatiser et de s’apitoyer sur soi à qui mieux mieux. Quand le problème persiste, un leader ne se contente pas de gémir (le plus souvent à propos d’« euxautres »), il ou elle attrape une pelle. On ne peut probablement pas choisir ce qui nous arrive mais on choisit de réagir – ou pas. La deuxième partie demande « le courage de changer ce que je peux ». C’est la partie « respire un bon coup et avale ». Il est difficile de choisir de changer les choses. C’est tellement plus facile de blâmer les autres pour ses problèmes et d’utiliser cette excuse pour ne rien faire. Mais les leaders n’abandonnent pas leur pouvoir de choisir. Dans son livre à succès The Road Less Traveled, Scott Peck écrit : « Quand nous cherchons à éviter la responsabilité de nos actes, nous le faisons en essayant de la rejeter sur une autre personne, organisation ou entité. Ce faisant, nous abandonnons notre pouvoir à cette entité, qu’elle

EN VOUS OFFRANT LA PARITÉ, IL N’Y A PAS MEILLEUR ENDROIT POUR VOTRE GROUPE QUE LE PRESIDENTE INTERCONTINENTAL CANCUN RESORT. 1 DOLLAR US = 1 DOLLAR CANADIEN Do you live an InterContinental life? Aujourd’hui, le joyau de Cancun brille plus que jamais. Le Presidente InterContinental Cancun Resort vient de terminer ses rénovations. Venez vivre l’expérience de notre hôtel de villégiature sur la plus belle plage de Cancun et profitez de notre offre spéciale de groupes. Pour un temps limité, un dollar US vaudra un dollar Canadien, applicable sur toutes les réservations de groupes, incluant les chambres, la nourriture et les boissons.* *Frais de nourriture et boissons seulement applicables sur les événements planifiés. Valable pour toutes les activités de groupes organisées du 30/10/06 au 20/12/06 et pour les séjours du 01/12/06 au 17/12/07. Réservations de groupe sous réserve de contrat signé et d’un dépôt initial. Ne s’applique pas sur les pourboires et le service. Tarifs de groupe selon les critères de l’hôtel. Offre non cumulable avec d’autres promotions. Tarifs de gros nets pour réservation individuelle non disponibles pour les réservations de groupe.

10

Visitez le site www.intercontinental.com/cancun Contactez Xóchitl Valladares à xochitl_valladares@interconti.com ou au (+52) 998.848.8740

NOVEMBRE 2006


Un leader accepte la responsabilité de ses choix s’appelle destin, ou société, gouvernement, entreprise ou patron. C’est pour cela qu’Erich Fromm a si bien intitulé son essai sur le nazisme et l’autoritarisme La peur de la liberté ». En tentant d’éviter la souffrance de la responsabilité, des millions et même

Nous faisons partie soit du problème, soit de la solution. des milliards tentent chaque jour de fuir la liberté. Il faut du courage pour accepter l’entière responsabilité de nos choix – surtout de notre attitude et de notre perspective. C’est le premier geste de leadership, peut-être le plus difficile. La dernière ligne de la prière – « et la sagesse d’en voir la différence » – est peut-être la plus dure. Dans nos ateliers avec les équipes de gestion, nous voyons souvent des discussions très vives au sujet des choses sur lesquelles le groupe peut agir. Nous essayons de les classer en trois catégories : aucun contrôle, contrôle direct et influence. C’est rarement blanc ou noir. Ainsi, nous sousestimons souvent l’influence que nous pourrions avoir dans nos organisations – ou dans le monde. Comme le disait Robert Kennedy : « Chaque fois qu’un homme défend un idéal, agit pour améliorer le sort des autres ou s’élève contre l’injustice, il fait

NOVEMBRE 2006

11

naître une petite vague d’espoir et la rencontre de ces petites vagues venues d’un million de centres d’énergie et d’audace différents forme un courant capable d’abattre les murs les plus imposants de la peur et de l’oppression. » Nous faisons partie soit du problème, soit de la solution. La neutralité n’existe pas. Le leader fort choisit de faire partie de la solution et d’aller de l’avant – si petites que soit ses vagues de changement. Extrait du quatrième livre populaire de Jim, Growing the Distance: Timeless Principles for Personal, Career, and Family Success. Pour découvrir le format et le contenu uniques du livre, l’introduction et le premier chapitre de même que les réactions qui expliquent pourquoi il est maintenant tiré à presque 100 000 exemplaires, visitez www.growingthedistance.com. Le nouveau livre de Jim qui va de pair avec Growing the Distance, est The Leader’s Digest: Timeless Principles for Team and Organization Success. Jim Clemmer est conférencier principal, animateur d’ateliers et de retraites et bâtisseur d’équipes de gestion sur le leadership, la focalisation sur le client, la culture, les équipes et la croissance personnelle. Son site Web : www.clemmer.net.


Comment jouer au Sudoku ? D’origine japonaise, ce jeu de logique consiste en un carré de 9 cases par 9, divisé en grilles de 3 cases par 3. Chaque case doit contenir un chiffre de 1 à 9 de façon à n’utiliser chaque chiffre qu’une fois par ligne, colonne et grille.

Niveau facile

Niveau moyen

Réponse à la page 25.

12

Réponse à la page 25.

NOVEMBRE 2006


Nouvelles hôtelières du Village Global L’HÔTEL GODIN REJOINT LE GROUPE PREFERRED HOTEL L’hôtel Godin de Montréal est

français primé. L’hôtel est situé dans le magnifique quartier du Vieux Port de Montréal et son extérieur très tournant du siècle cache un intérieur éthéré : oreillers en ponyskin, formes géométriques découpées et éclairage ambiant généreux. Le décor s’inspire de la nature et intègre des éléments du feu, de la glace, de la terre et de l’air à effet incroyable, comme des murs tissés et tactiles. Le foyer en albâtre dans le hall fait oublier le froid mordant du Bonhomme Hiver et se joue d’une sculpture « glace » éclairée par le feu qui attire des regards admiratifs tout près. Entre-temps, une bande de musique trip hop planante baigne l’atmosphère. Tout aussi splendide que le reste de l’hôtel, le premier étage est réservé aux salles de réunion et conférence. Quatre salles de 18,5 m2 à 98,5 m2 peuvent accueillir des groupes plus ou moins importants et sont équipées de services AV intégrés, y compris Internet haute vitesse et sans fil. Le St Paul est équipé pour accueillir les banquets et dispose d’un atrium pour cocktails et d’un bar, le Cube2. Sur le Web : www.hotelstpaul.com

devenu récemment le premier hôtel appartenant à des intérêts québécois à devenir membre du groupe Preferred Hotel. Il rejoint un club sélect avec le Metropolitan de Vancouver, le SOHO Metropolitan de Toronto et l’Arc d’Ottawa, les seuls autres hôtels canadiens à faire partie du réseau prestigieux de 120 hôteliers indépendants dans le monde. Le réseau considère le Godin, ses 136 chambres et ses 12 suites comme un hôtel-boutique. Pour les planificateurs, il offre des salles de conférence capables d’accueillir jusqu’à 150 personnes, toutes équipées de technologies de pointe, juste à côté du chic boulevard Saint-Laurent. Pour franchir le cordon de velours rouge proverbial de ce club, les hôtels doivent offrir une conception exceptionnelle de même qu’un service clientèle et des chambres de qualité remarquable. Sur le Web : www.hotelgodin.com

LE ST PAUL PLUS BRANCHÉ QUE JAMAIS TRUMP SE TOURNE VERS LE MEXIQUE Donald

Hôtel-boutique parmi les plus somptueux de Montréal et considéré comme l’un des 10 hôtels les plus branchés de la planète par www.ehotelier.com, l’hôtel St Paul s’est classé quatrième derrière l’hôtel Gansevoort de New York, le Surreal Sanctuary de Londres et THEhotel Mandalay Bay de Las Vegas. Ce n’est que le dernier trophée dans la vitrine déjà bien remplie du St Paul, qui a recueilli des acclamations pour plusieurs raisons allant du chic de sa conception moderne au Cube, son restaurant

Trump est omniprésent. Sa prochaine cible ? La Baja Peninsula du Mexique. L’organisation Trump a l’intention d’entreprendre la construction avant la fin de l’année du nouveau Trump Ocean Resort Baja Mexico, une copropriété de 526 chambres à 48 km au sud de San Diego (Calif.). Les espaces de réunion et de conférence ne sont pas encore déterminés mais la propriété disposera de tous les atouts classiques de ces centres, y compris un spa, des courts de

14

NOVEMBRE 2006


Nouvelles hôtelières tennis, une piscine panoramique de même qu’un bar et un salon dans le hall. Ouverture prévue fin 2008.

renseignements sur des destinations que vous ne pouvez en inscrire à votre agenda. Pour attirer et aider les clients internationaux, l’hôtel a ajouté à Fairmont.com plusieurs microsites multilingues en japonais, en espagnol, en allemand et en français. Il envisage d’y ajouter l’arabe et un chinois simplifié plus tard cette année.

LE MANDARIN ORIENTAL DE RETOUR FAIRMONT RETAPE SES JOYAUX CANADIENS Le Mandarin Oriental, l’hôtel phare éponyme de Hong Kong a rouvert ses portes le 28 septembre après des rénovations et une restauration gigantesques de 140 M $US. L’hôtel, au centre du district commercial de Hong Kong dit avoir revu ses services et son décor luxueux connus du monde entier tout en conservant la grandeur qui est sa marque de commerce depuis 1963. L’hôtel s’enorgueillit de pouvoir accueillir jusqu’à 600 personnes dans ses salles de réunion, d’une salle de conseil de 14 places et de quatre salles de réception.

STARWOOD LANCE SES HÔTELS ELEMENT Dans une annonce impatiemment attendue, la société Starwood Hotels and Resorts Worldwide annonçait récemment le nouveau nom des hôtels Westin long séjour, connus jusque là sous le nom de Projet ESW. Le premier de la nouvelle génération des hôtels Element ouvrira à Lexington (Mass.) en 2008. Cent cinquante autres projets sont en cours dans des marchés diversifiés mais stables et avérés, comme les aéroports, les parcs commerciaux et les centres d’entreprise en Asie, en Afrique, en Europe, au Moyen-Orient et aux États-Unis. Tous seront sans fumée et offriront le meilleur des deux mondes : une conception paisible inspirée de la nature et un mobilier modulaire pour faciliter la multiplicité des tâches.

Le ménage du printemps a pris de nouvelles allures au Fairmont Château Montebello du Québec, où les installations pour réunions ont été refaites à neuf début 2006. Les 2,1 M$ de rénovation incluent un spa qui offre les tout derniers traitements. Le Jasper Park Lodge s’est aussi refait une beauté au prix de 5,3 M$, avec une restauration complète de toutes les chambres, l’agrandissement de la salle d’exercice et un restaurant style bistro. Toujours en Alberta, un des joyaux de la couronne de Fairmont – le Château Lake Louise – met la dernière main à 12 M$ de travaux qui ont refait depuis cinq ans les 550 chambres du plancher au plafond. Entre-temps, le centre de culture physique du Château Laurier à Ottawa s’est enrichi de tapis roulants Precor, de vélos et d’appareils elliptiques tous équipés de leur propre écran télé plat.

BEANTOWN : LE RITZ-CARLTON À VENDRE Un représentant du Ritz-Carlton de Boston a confirmé récemment l’existence de pourparlers pour la vente de l’hôtel historique de 273 chambres à Indian Hotels Co., du groupe Tata. Le Ritz, situé à l’ouest du jardin public de Boston, s’ajouterait au portefeuille de Taj Hotels Resorts and Palaces. Le vice-président d’Indian Hotels, R.K. Krishna Kumar, a laissé entendre que la transaction se ferait par l’intermédiaire de la filiale new-yorkaise de la compagnie pour la somme de 170 M$US.

FAIRMONT HOTELS COURTISE LES PLANIFI- GOLDEN TULIP DÉVOILE UNE NOUVELLE MARQUE CATEURS Reconnaissant que les réunions font partie intégrale de ses affaires, la chaîne hôtelière Fairmont a récemment lancé un nouveau site Web consacré exclusivement aux planificateurs : www.fairmontmeetings.com. Le site offre un outil de recherche qui vous aidera à choisir et à réserver d’un claquement de doigts virtuel. Il comprend un plan d’étages interactif, un bureau d’information touristique, des fiches renseignements sur l’hôtel et plus de

NOVEMBRE 2006

Le groupe Golden Tulip Hospitality a élaboré une nouvelle marque de luxe, appelée Royal Tulip. La première propriété prévue, le cinq étoiles Royal Tulip Amsterdam Symphony, devrait ouvrir au cœur du quartier commercial de cette ville en 2009. Conçu pour attirer les gens et les groupes d’affaires, l’hôtel comptera 210 chambres et quatre salles de réunion pouvant accueillir jusqu’à 355 délégués.

15


Les événements dans les centres de congrès ont connu une hausse de plus de deux pour cent de 2005 à 2006, après une hausse de 16 % l’année précédente. Les centres plus petits (moins de 100 000 pi2 9 290 m2 d’espace d’exposition) ont fait mieux que les autres avec 17 % de hausse, alors que la demande pour les centres intermédiaires (100 000 pi2 9 290 m2 à 500 000 pi2 46 451 m2) a gagné six pour cent et les plus grands (plus de 500 000 pi2 46 451 m2) sont restés stables par rapport au 19 %de l’année précédente. Selon l’enquête, la hausse de fréquentation des congrès et des salons professionnels a surpassé la demande d’espace et les centres rapportent une hausse combinée de 3,2 % par rapport à l’année précédente. L’amélioration du rendement des centres de congrès au cours des trois dernières années reflète une perspective positive dans le secteur quant aux événements et à la fréquentation, dit Robert Canton, directeur dans le domaine du tourisme réceptif et des loisirs chez PricewaterhouseCoopers. « Notre recherche continue de révéler que, malgré la hausse des coûts de l’énergie et des inquiétudes persistantes à l’égard des déplacements, le secteur a connu un bon rétablissement de la demande d’espace et de la fréquentation depuis le 11 septembre, tendance qui devrait se maintenir » ajoute-t-il. Une étude indique que, parmi les centres qui ont répondu aux deux enquêtes – 2000 et 2006 – plus de 60 % créent actuellement des niveaux plus élevés de demande d’espace d’exposition qu’ils ne le faisaient en 1999-2000, de dire Canton.

Nouvelles de l’industrie Vous pouvez devenir CMMM Cet hiver, les intéressés pourront s’inscrire au programme de certificat CMMM (Certified Medical Meeting Manager), un nouveau programme du PMPN, un réseau de planificateurs de conférences médicales indépendants. Le CMMM, un programme pilote, est accordé sur réussite d’un examen en ligne chronométré sur des sujets et des problèmes généraux relatifs à l’industrie des réunions et des questions propres aux conférences médicales de tous genres. Le certificat complète celui de CMP et de CMM, ce qui permet aux titulaires de ces certificats de sauter la partie générale de l’examen. Ceux qui manqueront l’épreuve de cet hiver devraient pouvoir se reprendre en mars ou en avril. James Montague, propriétaire et président du PMPN, cherche un organisme d’agrément indépendant pour renforcer la légitimité du programme.

Demande accrue de centres de congrès Selon l’enquête annuelle de PricewaterhouseCoopers sur les centres de congrès nord-américains, la demande pour ces centres reprend après un déclin qui a touché toute l’industrie de 2000 à 2002.

« J’ai lu Le Planificateur du début à la fin... » « Je prends toujours le temps de lire Le Planificateur...» Les planificateurs nous voient. N’ont-ils pas besoin de vous voir ? Appelez-nous au (514) 849-6841 ext. 331 16

NOVEMBRE 2006


Nouvelles hôtelières

Le Place d’Armes Hôtel & Suites reçoit l’International Star Diamond Award pour son hospitalité exceptionnelle L

e Groupe Antonopoulos d’hôtels-boutiques et de restaurants est fier d’annoncer que le Place d’Armes Hôtel & Suites a reçu le prestigieux International Star Diamond Award, le tout premier attribué à un hôtel canadien, qui souligne son hospitalité, sa gastronomie et son service exceptionnels. Les lauréats sont choisis chaque année par l’American Academy of Hospitality Sciences, établie à New York et dirigée par un conseil d’administration international dont fait partie Donald J. Trump. « Nous sommes heureux de recevoir ce prix et privilégiés de le partager avec d’autres destinations de choix du monde entier», a déclaré Dimitri Antonopoulos, Vice-Président du marketing pour le Groupe Antonopoulos. « Le Place d’Armes est un hôtel extraordinaire, un mélange de charme historique issu du vieux monde et d’aménagements modernes et luxueux. Ce mélange est tout à fait unique au Vieux-Montréal. Nous sommes très fiers d’être le premier hôtel au Canada à recevoir cet honneur. » L’International Star Diamond Award a été présenté dernièrement au Place d’Armes Hôtel & Suites lors d’un gala prestigieux tenu dans le Vieux-Montréal. Parmi les convives figuraient Tara Conner, Miss USAMD 2006, et des membres du Cirque Éloize, cirque québécois, ainsi que plusieurs invités spéciaux dont l’Honorable Liza Frulla, l’athlète Bruni Surin, les designers JeanClaude Poitras et Yves Montpetit (designer du Place d’Armes) et l’actrice Jacynthe René. « Au cours des années, l’International Star Diamond Award est devenu le plus prestigieux emblème de réussite et de qualité. Le Place d’Armes Hôtel & Suites est une propriété exquise, qui mérite bien cette distinction », a déclaré Joseph D. Cinque, Président de l’American Academy of Hospitality Sciences. Élégant témoignage du riche héritage de Montréal, le Place d’Armes Hôtel & Suites, qui a été agrandi récemment, représente un investissement total de 29 M$ dans le tourisme régional. Cet hôtel-boutique primé et sophistiqué compte 83 chambres et 52 suites, beaucoup d’espace réservé aux réunions et aux conférences et des salles de banquet. En outre, l’hôtel abrite le populaire bar gastronomique Suite 701 et le Rainspa, spa urbain de jour de 2 000 pieds carrés comprenant le premier hammam (bain de vapeur d’inspiration turque) de Montréal.

De gauche à droite : Dimitri Antonopoulos, Vice Président marketing pour le Groupe Antonopoulos ; Tara Conner, Miss USAMD 2006 ; Joseph Cinque, Président de l’American Academy of Hospitality Sciences ; Costa Antonopoulos et Tony Antonopoulos, fondateurs du Groupe Antonopoulos, exhibent le prix International Star Diamond Award - le tout premier attribué à un hôtel canadien – afin de souligner son hospitalité, sa gastronomie et son service exceptionnels. Photo courtoisie of Bianca Robitaille.

$2.8 MILLIARDS Montant d’argent depensé par les Canadiens à l’étranger au premier trimestre 2006 SOURCE : STATISTIQUES CANADA

NOVEMBRE 2006

17


Tout est dans le regard ! compromettez la confiance de l’autre en vous et dans votre message. Vous n’imaginez pas combien de personnes avec qui je travaille croient regarder les autres dans les yeux alors qu’elles ne les regardent pas assez longtemps pour établir une relation. Croiser le regard, c’est balayer l’auditoire, regarder au-dessus des têtes ou ne pas finir une phrase ou une pensée dans une conversation. Croiser n’est pas regarder. Pour gagner et garder la confiance de l’autre, entraînez-vous à le regarder dans les yeux le temps d’une phrase ou d’une pensée. Prenez le temps de faire une pause quand vos yeux passent d’une personne à une autre. Quand vous avez un blanc, que regardez-vous le plus souvent ? Le plafond, le plancher, n’importe quoi sauf ceux qui vous écoutent ! Quand vous perdez le contact avec votre interlocuteur, marmonnez-vous les onomatopées « euh » ou « ben »? Cela équivaut à dire « je ne sais quoi dire ». C’est ainsi que vous commencez à perdre sa confiance et votre crédibilité. Cesser de croiser le regard et commencer à regarder dans les yeux exige effort et concentration. Sinon, vous augmentez le risque de ne pas créer ou de mal entretenir une relation. Si on ne vous fait pas confiance comme partenaire, leader ou animateur, jamais on ne se laissera influencer par votre message. Vous ne pouvez plus vous permettre de manquer la moindre occasion de gagner la confiance de l’autre. Entraînez-vous aux techniques suivantes pour acquérir une nouvelle et puissante habileté : attirer l’interlocuteur et établir la relation. • Vous aurez besoin de la réaction de l’autre pour développer cette habileté. Entraînez-vous à regarder dans les yeux un parent,

DE STACEY HANKE

Croiser le regard ou regarder dans les yeux ?

A

vez-vous déjà parlé avec quelqu’un qui détourne les yeux ? Vous vous demandez s’il regarde votre chemise tachée ou vos cheveux décoiffés. Vous pensez à ce qu’il regarde au lieu de ce qu’il est en train de dire. Quelle était la dernière fois où vous avez fait attention à votre regard durant une conversation, une réunion ou un discours ? Croisez-Vous les regards ou regardez-vous dans les yeux ? Les relations naissent de la confiance et la confiance passe à travers les yeux. Feriez-vous confiance à quelqu’un incapable de vous regarder dans les yeux ? Non, nous nous désintéressons de cette personne et nous doutons de sa crédibilité et de ses connaissances. Nous nous demandons ce qu’elle regarde ou nous nous éloignons parce que nous avons l’impression que son message importe peu.

Gagner et garder la confiance Quand vos yeux se détournent, quand vous regardez le plancher ou le plafond le temps de rassembler vos idées, vous

18

NOVEMBRE 2006


Votre crédibilité se transmet à travers votre regard un ami ou un collègue le temps de formuler une phrase ou une idée. Profitez de réunions, de repas ou de conversations en groupe. • Entraînez-vous : parlez seulement quand vous regardez dans les yeux de l’autre et arrêtez-vous lorsque vous regardez ailleurs. Dans une réunion, faites une pause quand vous consultez vos notes et ne formulez une idée qu’en regardant votre audience dans les yeux. Résistez à la tentation de parler aux épaules de l’autre ou au-dessus de sa tête, à vos diapos PowerPoint ou à votre portable. Ayez conscience de regarder dans les yeux quand : • Vous rendez visite à des parents ou des amis • Vous êtes en réunion • Vous discutez avec une autre personne Demandez à l’autre de vous avertir lorsque vos yeux sont fuyants ou que vous regardez ailleurs. Entraînez-vous à faire une pause quand vous consultez le menu au restaurant pendant que l’on prend votre commande. Au téléphone, regardez un objet quelconque et utilisez-le pour formuler votre phrase ou votre idée. Mieux vous arriverez à ralentir le mouvement de vos yeux et à vous concentrer le temps d’une phrase ou d’une idée, mieux vous ancrerez votre nouvelle habitude. Prenez votre temps et faites une pause lorsque vos yeux passent d’une personne à une autre.

S’adresser à un groupe Quand vous parlez à 30 personnes ou plus, l’organisation de la salle ou l’éclairage peut vous empêcher de voir les yeux de tout le monde. Comment rejoindre chaque personne ? Choisissez une zone, concentrez-vous dessus et les auditeurs de cette zone auront l’impression que vous établissez une relation avec eux. Pensez à un concert où vous n’étiez pas dans la première rangée. Avez-vous eu l’impression que les musiciens jouaient ou chantaient directement pour vous ?

Conversation à deux Quand vous parlez avec quelqu’un, vous aurez tendance à le regarder plus longtemps que dans un échange en groupe. Un regard fixe peut être gênant alors, « reposez » votre regard et celui de l’autre en regardant ailleurs de temps à autre. Consultez vos notes, vos supports visuels, vos aides à la vente, etc. Pensez à faire une pause quand vous détourner le regard. Regarder l’autre dans les yeux permet d’entretenir une conversation professionnelle et réfléchie, peu importe les distractions autour. Quand votre regard est concentré, vos pensées le sont aussi. ••• Stacey Hanke est consultante en chef, auteure, coach et conférencière avec 1st Impression Consulting, Inc. Contactez-la par téléphone au (773) 209-5970 ou par courriel à : staceyhanke@1stimpressionconsulting.com.

Nouvelles de l’industrie Le tourisme au Canada fait recette Après plus d’un an de déclin, les dépenses des touristes au Canada remontent lentement. Statistiques Canada rapportait récemment que les sommes dépensées par des visiteurs étrangers au deuxième trimestre de cette année ont augmenté de 1,6%, après avoir baissé de 8,9% au cours

NOVEMBRE 2006

des cinq trimestres précédents. Si les dépenses des visiteurs étrangers augmentent, celles des Canadiens ont atteint leur niveau le plus bas depuis deux ans alors que les Canadiens vont de plus en plus à l’étranger. Le nombre de Canadiens qui voyage à l’étranger a augmenté pour le quatrième trimestre consécutif. Les dépenses intérieures ont monté de 0,6% au deuxième trimestre de 2006, la hausse la plus faible depuis 2002.

19

Celui qui ne sait pas se taire sait rarement bien parler Pierre Charron


La vérité sur la veille concurrencielle Une stratégie de VC bien définie donnera un bon coup de pouce sur les orientations futures. C’est vrai pour les grandes entreprises comme pour celles qui démarrent. Cela devrait devenir une activité courante du service de marketing dans les bonnes années comme dans les moments difficiles. On peut glaner beaucoup de renseignements sur la concurrence sur le Net mais une stratégie de VC va plus loin. La stratégie de VC a des objectifs plus larges que la stratégie de marketing. L’objectif de la stratégie de VC, c’est de découvrir de l’information qui guidera les décisions qui affectent l’avenir de l’entreprise. Un programme de veille à la concurrence dans un salon professionnel permet d’obtenir une information beaucoup plus large qu’un simple coup d’œil sur le stand des compétiteurs.

DE BARRY SISKIND

R

épondez oui ou non aux énoncés de ce petit questionnaire :

1. La veille à la concurrence, c’est une affaire d’espionnage. 2. La veille à la concurrence, c’est seulement pour les grandes entreprises. 3. On a besoin d’une stratégie de veille à la concurrence quand son entreprise est en crise. 4. On trouve toute l’information nécessaire à la veille à la concurrence en navigant sur le Web. 5. Recueillir de l’information pour la veille à la concurrence, c’est comme faire des études de marché.

Voici les étapes à considérer dans l’élaboration de votre stratégie de VC : 1. Déterminez exactement quel genre d’information il vous faut. Vos objectifs de VC découlent de votre perception des menaces commerciales. Demandez-vous : « Quel est le plus grand danger qui menace le bien-être de mon entreprise ? » La réponse vous aidera à définir le point central de votre stratégie de VC.

Vous avez dit oui à l’un des énoncés ci-dessus? Continuez… Le premier mythe sur la veille à la concurrence (VC), c’est que ce n’est rien d’autre qu’espionner les concurrents. On voit souvent des exposants s’approcher d’un autre pour obtenir des brochures, photographier les stands des compétiteurs ou de nouveaux produits ou obtenir des bribes d’information de la part du personnel des stands. Cela n’est pas une stratégie de veille à la concurrence. La veille à la concurrence, c’est « un processus de cueillette de l’information organisé, structuré et qui améliore la prise de décision stratégique ».

2. Formulez des questions spécifiques. Ces questions devraient aborder clairement les objectifs fixés à l’étape 1. Des questions qui commencent par « quoi », « où », « comment » et « pourquoi » sont de bonnes candidates pour la cueillette d’informations.

20

NOVEMBRE 2006


Votre équipe doit toujours être au courant de vos attentes

Nouvelles de l’industrie Aeroplan change et mécontente les voyageurs

3. Créez votre équipe de VC. Souvent, des personnes venues de différents niveaux de l’entreprise assistent à un salon. Toutes peuvent faire partie d’une équipe efficace puisque toutes ont des domaines de compétence différents, peuvent avoir des contacts différents et attirer des personnalités différentes.

Êtes-vous de ceux qui ont amassé quelques milliers de points de voyage (air miles) Aeroplan dans l’espoir d’en avoir assez un jour pour un voyage en première classe à Fiji à bord d’Air Canada? Oubliez ça. Le fonds de revenus d’Aeroplan a récemment annoncé que les membres perdront automatiquement les milles accumulés après sept ans s’ils ne les ont pas utilisés. À partir du 1er janvier 2007, les points de voyage seront datés et cesseront d’être valables sept ans plus tard, dans le mois correspondant. Aeroplan compte plus de cinq millions de membres « actifs ». Sont considérés inactifs les membres qui ne gagnent ou n’utilisent pas de points pendant trois ans. Selon un autre changement annoncé récemment, les membres d’Aeroplan qui n’ont ni gagné ni utilisé de points au cours d’un an perdront tous leurs points, commençant dans la période de 12 mois qui se terminera le 1er juillet 2007. Les comptes inactifs pendant un an seront fermés et les points accumulés, perdus. Plusieurs membres se sont plaints. L’un d’eux, Jonathan Carroll, propriétaire d’une société de vacances en ligne se dit pénalisé pour sa fidélité. « Aeroplan laisse tomber les consommateur en cours de route » dit-il. Aeroplan fait remarquer que pour des frais de 30 $, plus 1 cent du mille remis, les consommateurs peuvent faire réémettre leurs points. De plus, le programme offrira plus de souplesse aux consommateurs désireux de réserver des voyages. Aeroplan annonce aussi une hausse de 12 pour cent dans ses distributions aux détenteurs d’unités grâce aux primes « Vol classique ». En effet, les membres d’Aeroplan ont désormais un « accès sans restrictions » aux sièges d’Air Canada, à condition de sortir plus de points de voyage de leurs comptes – typiquement, au moins 33 pour cent de points de plus pour voyager. Le programme de fidélisation rival d’Air Miles n’a pas de règles d’expiration qui exigent des membres qu’ils soient actifs ni de délai maximum au-delà duquel les points sont perdus, selon une porte-parole d’Air Miles. Sur le Web : www.aeroplan.com. Sur le Web : www.airmiles.com.

4. La recherche pré-événement. Avant la mission de VC, il faut recueillir de l’information préévénement pour vous assurer que vos objectifs sont réalistes et fournir à votre équipe de clients-mystères des renseignements précieux sur la façon de réaliser les objectifs. Commencez par le site Web du salon : vous y trouverez des renseignements sur les exposants, les visiteurs, les activités des associations, les contacts dans les médias et les programmes spéciaux. 5. Formez votre équipe. Votre équipe doit savoir exactement ce que vous attendez d’elle. Un programme de formation axé sur les habiletés relatives à la VC et les règles du magasinage-mystère s’impose avant le salon. 6. Rassembler l’information. Au retour du salon, chaque client-mystère soumet un rapport à une personne centrale qui commencera l’analyse de l’information. 7. Les rapports Une fois collectée, l’information doit être remise aux décideurs clés le plus tôt possible, idéalement moins d’un mois après le salon. Pensez à communiquer les résultats à l’équipe de VC et témoignez-lui votre appréciation pour un travail bien fait. La prochaine fois que vous exposez dans un salon professionnel ou un événement d’entreprise, pensez à la possibilité d’inclure un programme de magasinage-mystère pour améliorer votre stratégie de VC. Si vous le faites bien, vous serez stupéfait de voir les avantages qu’en tire votre organisation.

••• Barry Siskind est le Président de International Training and Management Company. Site Web : www.siskindtraining.com

Les 10 premières villes nordaméricaines de Travel & Leisure révèlent les goûts des lecteurs

BRIBES D’INFO...

La 11e enquête annuelle du magazine Travel & Leisure auprès de ses lecteurs portait entre autres sur les 10 premières villes aux É.-U. et au Canada. En voici la liste et leur score obtenu sur 100 :

Saviez-vous qu’il y a eu une croissance de 10,7 % des voyages d’affaires des Canadiens au premier trimestre 2006 ?

NOVEMBRE 2006

1. New York 2. San Francisco 3. Chicago 4. Charleston, C.S. 5. Santa Fe

21

84,75 84,29 82,52 82,48 82,06

6. Vancouver 7. Québec 8. Victoria (C.-B.) 9. Montréal 10. Seattle

81,45 80,98 79,92 79,46 79,05


ICI ET LÀ Le Centre Bell se met au sans-fil Le système actuel de communications du Centre Bell sera remplacé par un tout nouveau réseau sans fil sécurisé qui devrait être opérationnel début 2007. Les journalistes pourront bénéficier de cette nouvelle technologie pour expédier leurs articles et photos. La vérification des billets sera accélérée puisque les lecteurs sans fil seront intégrés au nouveau réseau. Les employés ayant à se déplacer dans l’amphithéâtre seront équipés de téléphones portables fonctionnant sur protocole Internet. Éventuellement, les caisses enregistreuses seront modifiées pour accepter les règlements par carte de crédit et carte de débit. http://www.centrebell.ca Le Centre Bell offrira une technologie sans fil à ses employés et journalistes en 2007.

Le secourisme en milieu de travail subventionné par la CSST Saviez-vous que selon le Règlement sur les normes minimales de premiers secours et de premiers soins, tout employeur se doit d’assurer la présence d’un nombre minimal de secouristes qualifiés pendant les heures de travail ? En tant que planificateurs d’événements, nous sommes constamment en contact avec le public et les probabilités qu’un jour l’on rencontre un cas d’étouffement ou une personne fasse un arrêt cardiaque sont élevées. En 16 heures, il est possible d’apprendre les rudiments des premiers soins sans avoir à débourser un sou, puisque la CSST subventionne un maximum de 5% du nombre

total de travailleurs d’un établissement. Le certificat de secouriste est délivré pour une période de 3 ans. Que diriez-vous de sauver la vie de quelqu’un un jour ? Pour plus d’informations, communiquez avec votre bureau régional de la CSST ou consultez le site Web suivant: http://www.csst.qc.ca/portail/fr/prevention/informations_supplementaires/Seco urisme/secourtrav.htm

Poumons encrassés Avec l’avènement des restaurants, bars et hôtels sans fumée, il devient de plus en plus difficile pour un fumeur de s’adonner à leur passion toxicomanogène. Voici quelques statistiques qui convaincront peut-être les fumeurs de se payer une meilleure santé. Un fumeur sur quatre se retrouve après 25 ans de tabagisme continu

www.suitedreams.com Titulaire

Prix Quatre Diamants

Suites à par tir de 49 .95 $ pp

“Traveller’s Choice Awards” Le Meilleur Hotel Indépendant La Revue Tourist de Toronto

Nous sommes situés près du canal Rideau et de la chic rue Elgin.

Ottawa Canada 22

avec une maladie pulmonaire modérée ou sévère selon une étude danoise parue dans le dernier mensuel spécialisé Thorax. Cette étude réalisée sur une période de 25 ans auprès de 8 045 femmes et hommes âgés de 30 à 60 ans fumeurs et non-fumeurs a permis de constater les dégâts du tabagisme. Soit 96% des hommes non-fumeurs et 91% des femmes non-fumeuses avaient des poumons en bon état comparativement à 59% parmi les fumeurs invétérés et 69 % pour les fumeuses.

Mettez votre ordinateur portable à l’abri des voleurs Les vols d’ordinateurs portables sont à la hausse à Montréal selon le bureau

250 studios et suites d’une ou deux chambres à coucher, suites V.I.P. avec bain tourbillon. Installations de banquets, piscine intérieure, bain tourbillon, sauna, salle d’exercice et de jeux. Terrasse extérieure avec jeu de galets et aire d’amusement pour les enfants.

« Une des meilleures aubaines en ville » — The Sunday New York Times

Centre-ville d’Ottawa 180, rue Cooper Tél. : (613) 236-5000 Fax : (613) 238-3842 Service de réservations 1-800-236-8399

NOVEMBRE 2006


ICI ET LÀ d’assurance du Canada (BAC). En 2005, 3 928 vols ont été recensés contre 2 927 en 2003. Un nombre important d’ordinateurs sont volés dans les véhicules automobiles. Certaines personnes avancent la théorie qu’ils sont détectés à distance grâce à Internet sans fil. Toutefois, il est plus probable que les voleurs utilisent leurs yeux et travaillent en réseau. Quoi de plus évident qu’une personne qui se stationne et dépose un sac semblant contenir un portable dans le coffre de son véhicule. C’est pourquoi la police de la Ville de Montréal et certains restaurateurs des Galeries des Sources à Dorval ont mis sur pied un projet pilote. Des casiers ont été aménagés pour y déposer les ordinateurs en toute sécurité pendant qu’ils dégustent leur repas.

Du vin canadien dans nos celliers De production artisanale, la viticulture est en voie de devenir une véritable industrie. L’Ontario est le premier producteur suivi de la Colombie-Britannique et du Québec. Ce qui a amené cette hausse de la production est la place que les Canadiens ont réservée aux vins locaux dans leurs celliers et sur leurs tables. Au Canada, on préconise la promotion de nos vins, par exemple la LCBO, l’équivalent de la SAQ en Ontario, a fait une place de choix sur ces tablettes au vin de la vallée du Niagara comparativement à la SAQ qui place les vins québécois dans la catégorie Reste du Monde. Donc pour l’ensemble du pays, les ventes de vins canadiens ont totalisé 560 millions de dollars en 2005 et 93% de cette somme a été dépensée au Canada, principalement en Ontario et en Colombie-Britannique.

NOVEMBRE 2006

La SAQ accroît son bénéfice Ce n’est pas demain la veille que nous verrons le prix des bouteilles de vin perdre quelques dollars. La SAQ a encore augmenté son bénéfice net consolidé au deuxième trimestre de 8,6%. Selon elle, « les résultats du deuxième trimestre continuent de bien refléter les mesure mises en place par la direction pour améliorer la performance de la société, tant au niveau des ventes que de la productivité des ressources ». Cette croissance est entièrement attribuée au réseau des succursales et des centres spécialisés.

Aéroplan impose une échéance sur les milles Le 1er janvier 2007 amènera plusieurs changements au programme Aéroplan. La bonne nouvelle : il sera maintenant possible d’avoir accès à l’intégralité des sièges d’Air Canada et d’Air Canada Jazz moyennant un supplément de points. Cette nouvelle catégorie de points portera le nom de Classique Plus. La mauvaise nouvelle : une échéance de 7 ans sera imposée sur vos points. Donc tous les points collectés à partir du 1er janvier 2007 devront avoir été utilisés au plus tard le 31 décembre 2013. Les points que vous détenez en ce moment seront tous datés au 31 décembre 2006 et subiront aussi le compte à rebours. De plus, à partir du 1er juillet, pour garder votre compte actif, vous devrez faire au moins une transaction par année, soit en utilisant votre carte lors d’un plein d’essence chez Esso ou en l’appliquant lors du règlement

23

d’une facture de Bell ou tout simplement en faisant un voyage sur les ailes d’Air Canada. Quant aux investisseurs, ils collecteront une prime de 12% sur leurs redevances mensuelles. La raison cachée derrière cette nouvelle échéance est d’éviter qu’Aéroplan se retrouve un jour avec des millions de points réclamés subitement. Les partenaires sont donc moins inquiets au sujet de tous ces points dormants, qui représentaient un passif gargantuesque et pouvaient influer grandement sur la profitabilité à long terme. www.aeroplan.ca


C

e mois-ci, l’enquête du Planificateur révèle le genre de service que les planificateurs préfèrent, classique ou plus contemporain. Le tableau suivant illustre les préférences des planificateurs pour un service classique. En espérant que les gens dans l’industrie des services nous lisent…

La question : Pour ce qui est du service, préférez-vous : 1. un service plus traditionnel, plus formel, par ex., « Avec plaisir, madame » ? 2. ou un service plus contemporain, plus détendu : « Bien sûr, pas de problème » ?

Au cœur de Montréal, l’Hôtel Europa vous offre des salles de réunion pour 10 à 300 personnes et une gamme complète de services connexes pour tous vos événements.

”

Forfaits réunion

”

Complètement WIFI

”

Emplacement idéal

B e stt W e st ernn H ôt ell E uro paa 1240 Drummond, Montréal, Qc H3G 1V7

: 514-866-6492 : 514-861-4089 : sales@europahotelmtl.com www.europahotelmtl.com 24

NOVEMBRE 2006


Nouvelles de l’industrie Le centre de congrès Javits de NY s’agrandit Le premier coup de pelle a été donné le 16 octobre pour l’agrandissement du centre de congrès Jacob K. Javits à New York. Le projet de 1,7 G$US, qui devrait se terminer en 2010, augmentera l’espace du centre de 45%. Les plans prévoient près de 31 600 m2 (340 000 pi2) d’espace d’exposition supplémentaires, 16 722 m2 (180 000 pi2) de salles de réunion et 37 160 m2 (400 000 pi2) d’espace pré-événement. Ajoutez cela aux installations actuelles et vous obtenez un total de presque 120 200 m2 (1,1 million pi2) d’espace d’exposition, 19 500 m2 (210 000 pi2) de salles de réunion ou d’espace d’exposition et 87 328 m2 (940 000 pi2) d’espace pré-événement. L’agrandissement devrait faire du centre, situé du côté ouest de Manhattan, un des plus grands lieux de conférence aux É.-U.

Déjouez l’œil des curieux Déjà eu l’impression que votre voisin lisait par dessus votre épaule pendant que vous utilisiez votre portable au cours d’un vol? Vous avez probablement raison. Selon une enquête récente commanditée par 3M auprès de 600 voyageurs d’affaires, 45 pour cent d’entre eux admettent avoir jeté un coup d’œil sur l’écran d’autres personnes en public. Pourquoi l’enquête de 3M? Parce la société vend maintenant un filtre pour régler le problème. Sur le Web : www.3mprivacyfilter.com.

Wi-Fi à l’hôtel : clients en colère Si vous dirigez un hôtel et facturez l’accès à Internet à vos clients payants, sachez que la frustration monte chez vos clients. Selon un sondage de silicon.com poll, plus de la moitié des répondants croit que les hôtels devraient cesser de facturer l’accès à Internet à leurs clients payants. Pour la plupart, c’est une arnaque et 98 pour cent – chiffre renversant! – des répondants jugent le prix trop élevé. Seuls deux pour cent des répondants disent que ceux qui veulent accéder à Internet devraient payer le prix exorbitant. D’autres sont pessimistes et suggèrent que les hôtels vont tout simplement ajouter ces frais à d’autres frais et dépenses. Plus révélateur : les 20 % de répondants selon qui les clients vont aller ailleurs, puisque l’accès à Internet pourrait coûter moins cher ailleurs pour les clients des hôtels. Si les hôtels veulent continuer de faire de l’argent avec l’accès au Web, ils le feront avec les 24 %de répondants selon qui les hôtels pourraient facturer ce service encore plus cher. Certains répondants disent simplement que les grands hôtels n’ont aucune excuse parce qu’ils disposent déjà de l’infrastructure TI et que, s’ils veulent se positionner comme hôtels pour gens d’affaires, le fait de ne pas offrir un service d’accès gratuit à large bande est inacceptable dans le monde branché d’aujourd’hui où une multitude d’options s’offrent aux gens d’affaires branchés.

Solutions du Sudoku page 12

C'est parce que tout doit finir que tout est beau. Charles-F. Ramuz NOVEMBRE 2006

25


Créer des évènements qui pétillent « Viens vite, je bois les étoiles! »

Les flûtes à Champagne sont essentielles tout d’abord pour le raffinement qu’elles offrent à la vue et à la tenue du verre mais aussi et surtout parce qu’elles permettent une meilleure effervescence et donnent toute leur puissance aux arômes. La forme tulipe est préférable à celle de la coupe qui laisse les bulles et les parfums s’évaporer trop rapidement.

Dom Perignon

DE ANNE BIARRITZ Si nous devons la naissance du Champagne à Dom Pérignon vers la fin du XVIIème siècle près d’Epernay en France, le destin de ce vin pétillant a vite croisé celui de la royauté. Du couronnement du premier Roi de France en Champagne, aux centaines de pintes offertes à Louis XIV, les vins de cette région ont toujours marqué les événements les plus prestigieux. Symbole de finesse et d’excellence, il est apprécié de tous et bien que son appellation ne lui soit attribuée que s’il provient du territoire strictement défini par les Champenois et régi par des règles communes de production depuis le début du XXème siècle, il demeure prisé à travers le monde entier. La protection extrême de cet héritage lui vaut son Appellation d’Origine Contrôlée Champagne qui en indique l’authenticité, la qualité et la passion des vignerons et des Maisons de Champagne à le développer et à en partager les valeurs. Aujourd’hui, le Champagne est facilement accessible grâce à sa diversité et à l’étendue de sa distribution à travers le Monde. Cependant, si sa noble réputation est connue de tous, le choix d’une bouteille et son service peuvent quant à eux être moins familiers pour certains. Voici quelques caractéristiques qui aideront les planificateurs à rendre leurs événements plus pétillants :

Les accords Vous avez un banquet, un party de fin d’année ou un grand cocktail à organiser ? Le Champagne est une véritable source d’inspiration qui permet de créer une ambiance de bon vivant et de faire sensation auprès des invités. Non seulement rafraichissant et faisant bonne figure à l’accueil d’un événement, il s’accorde avec des mets au goût et à la texture divers, laissant ainsi un éventail de possibilités pour vos accompagnements. À l’approche des fêtes, les écrevisses, langoustes, pétoncles, homard et huîtres se marient indéniablement avec le vin pétillant grâce à leur chair fine et tendre et à leur note iodée. Aux fameux plateaux de fruits de mer, s’ajoutent d’autres possibilités de volaille et gibier en passant par les amuse-bouches aux goûts et aux formes les plus inédits, sans oublier les desserts et petits-fours.

Les familles de Champagne Il existe principalement 4 familles de Champagne. Faciles à retenir, les notes principales que chacune des familles évoque en font la spécificité : - Les Champagnes de corps, synonymes de puissance et d’intensité, vous feront ressentir des arômes corsés et des goûts plus charnus. Vous en remarquerez la couleur jaune doré, plus intense. - Les Champagnes de cœur sont des vins pétillants plus chauds et généreux dont la couleur balance entre le jaune or et le rosé. Plus moelleux, ils dégagent des notes sucrées, entre miel et agrumes confits. - Les Champagnes d'esprit se démarquent par leur délicatesse, des bulles plus légères et vives. On leur trouve une couleur jaune vert et des notes de fruits frais, d’agrumes ou d’amande. - Les Champagnes d'âme sont quant eux plus matures et complexes. Millésimes rares et cuvées spéciales, leur robe est ambrée et leurs bulles sont d’une extrême finesse. Leur maturité reflète un goût précieusement épicé et délicat.

Conseil de dégustation Alliez subtilement votre vin à des mets plus ou moins épicés, en sauce ou au naturel, léger ou plus lourds au palais selon la famille de votre Champagne. Pour éveiller vos sens et tout savoir sur le Champagne visitez le site www.champagne.fr, disponible en anglais et français.

Servir le Champagne

SOURCES :

Le Champagne s’apprécie frais et non glacé. Plongé 20 minutes dans un bac à eau glacée ou bien encore dans des vasques pouvant contenir plusieurs bouteilles, il est servi entre 8 et 10 degrés afin que ses arômes se dégagent plus facilement. Les plus matures ou les millésimés se servent à environ 10 degrés.

WWW.MAISONS-CHAMPAGNE.COM

26

Statistiques : Chaque seconde, 10 bouchons de Champagne sautent à travers le monde. Il faut l'équivalent de tous les fruits d'un cep de vigne pour élaborer une bouteille de Champagne ! Le Canada a importé l’équivalent de 1,2 million de bouteilles de Champagne en 2005, loin derrière les 36,4 millions importées par le Royaume-Uni. Plus de 500 000 touristes visitent chaque année plus de 200 000 km de Caves et Crayères abritant plus d’un milliard de bouteilles

NOVEMBRE 2006


AGENDA

Sites Web

Devenez votre propre agent de voyage www.expertflyer.com Vous êtes-vous déjà demandé comment profiter des vols les plus flexibles, des meilleurs prix et des surclassements ? Aujourd’hui, vous pouvez le faire vous-même grâce à Internet. Ce nouveau service vous permet de court-circuiter votre agent de voyage et de jeter un coup d’œil dans les réserves de la plupart des grandes sociétés aériennes. L’avantage ? Vous pouvez mettre le grappin sur les tarifs moins chers, non annoncés et plus flexibles qui n’apparaissent pas dans le site Web de la société aérienne. Le site s’adresse aux professionnels de l’industrie – à partir de 4,99 $US/mois – mais une version consommateurs devrait bientôt sortir.

Événements à venir DU 28 AU 30 NOVEMBRE European Incentive & Business Travel Meetings Exhibition, Fira Gran Via, Montjuic 2, Barcelone, Espagne. Contact : (011) 44-20-8910-7870, www.eibtm.com. DU 28 AU 30 NOVEMBRE International Association of Exhibition Management, Expo! Expo!, San Diego Convention Centre. Contact : (972) 458-8002, www.iaem.org.

À bas le décalage horaire www.antijetlagdiet.com/step1.aspx Le décalage horaire se produit parce que le corps ne peut pas reprendre automatiquement son rythme normal. La vitesse à laquelle le corps s’adapte au décalage du jour et de la nuit et aux nouvelles heures de repas et de sommeil varie avec selon les individus. Ce site offre un régime qui semble aider le corps à combattre la fameuse gueule de bois des voyageurs.

DU 30 NOVEMBRE AU 3 DECEMBRE Society of Incentive & Travel Executives, Conférence internationale, Hôtel Rey Juan Carlos, Barcelone, Espagne. Contact : (312) 321-5148, www.site-intl.org. DU 4 AU 7 DECEMBRE International Luxury Travel Market, ILTM 2006, Palais des Festivals et des Congrès, Cannes, France. Contact : (011) 44208-910-7917, www.iltm.net.

Farecast : votre nouvelle boule de cristal www.farecast.com Récemment classé parmi les meilleurs outils de planification de voyage par BusinessWeek.com, Farecast déniche le tarif le moins cher sur un itinéraire pour les voyages de deux à huit jours des trois prochains mois. Il peut aussi vous indiquer les économies réalisées si vos dates sont flexibles. Pour le moment, il ne fait état que des vols au départ de Boston et de Seattle, mais il espère couvrir toute l’Amérique d’ici 2007. •••

DU 5 AU 7 JANVIER Association for Convention Operations Management, Conférence annuelle, Westin Harbour Castle, Toronto, Ont. Contact : (609) 799-3712, www.acomonlineorg. DU 20 AU 23 JANVIER Meeting Professionals International, Professional Education Conference (PEC), Nouvelle Orléans, La. Contact : (972) 702-3000, www.mpiweb.org.

Vous connaissez un site Web que vous aimeriez partager ? Envoyez-nous un courriel à info@leplanificateur.ca Pour d’autres sites Web géniaux, voyez notre site web : www.leplanificateur.ca.

•••

NOVEMBRE 2006

d’intérêt

27


Les pas à suivre pour prévenir un rhume Une étude récente à l’université de la Virginie révèle qu’en quittant l’hôtel certains clients y laissent des biens auxquels ils ne tiennent pas vraiment : les rhinovirus responsables du rhume. Selon l’étude, faite avec le soutien des fabricants de Lysol, le virus contamine jusqu’à un tiers des objets touchés par les enrhumés dans les chambres, des interrupteurs au rideau de douche en passant par la machine à café, les poignées de porte et les stylos. Les chercheurs ont demandé à 15 personnes enrhumées de passer la nuit dans des chambres d’hôtel individuelles. Immédiatement après leur départ, ils ont testé 10 objets qu’elles disaient avoir touché. « Nous savons que les virus peuvent survivre longtemps sur des surfaces – plus de quatre jours », disait récemment une ORL de l’Université à l’Associated Press Birgit Winther. « Leur nombre nous a surpris. » Ce qu’ils ont trouvé ? Des virus sur sept des quatorze poignées de porte, cinq des quinze téléphones et six des quinze interrupteurs. Les résultats positifs sur les télécommandes et les robinets étaient renversants. Selon l’AP, certains hôteliers, comme Hilton, disent avoir des politiques très strictes sur le nettoyage des chambres entre deux clients. « Nous essuyons tout, de la télécommande au téléphone », dit Michelle Pike, Directrice d’entreprise de l’entretien ménager pour Hilton, à l’agence de presse. Il y a peut-être des normes pour le nettoyage, mais pas pour la désinfection. Même si plus de rhumes s’attrapent à la maison qu’à l’hôtel, il y a plusieurs moyens d’éviter l’infection. Le premier ? Hé oui ! Se laver les mains. Élémentaire dites-vous, mais la plupart d’entre nous ne le faisons pas assez souvent ou assez profondément pour que ce soit efficace. (Lisez les tuyaux dans l’encadré de cette page). Les « germophobes » vont opter pour les savons antibactériens mais un savon ordinaire est tout aussi efficace et il n’accroît pas la résistance des microbes, qui les rend plus difficiles à combattre dans l’avenir. Il faut se laver les mains, surtout après avoir utilisé des toilettes publiques de même qu’avant et après les repas et tout contact avec un enfant ou une personne malade. Pour réduire le risque d’infection, ne vous touchez pas le nez, les yeux ou la bouche avec les mains. Si vous n’avez pas accès à un lavabo, les assainissants pour les mains vendus en pharmacie sont

NOVEMBRE 2006

une solution acceptable. Pour être efficaces, ils doivent contenir de l’alcool et être utilisés correctement : prenez-en au moins une demi-cuillère à thé ou assez pour mouiller vos mains uniformément. Puis frottez-vous les mains jusqu’à ce qu’elles soient entièrement sèches. Vous n’aimez pas vraiment les combinés des téléphones publics ? Apportez des lingettes désinfectantes qui s’utilisent aussi sur les mains. Après l’hygiène, la meilleure prévention contre le rhume (ou la grippe, d’ailleurs) c’est de bien dormir et de bien manger (comprendre : beaucoup de légumes). Ces deux activités aident votre système immunitaire à résister à tout ce qui lui tombe dessus. Enfin, bien que son efficacité réelle soit très controversée dans la documentation médicale, l’échinacée – une herbacée qui stimule l’immunité – ne peut pas nuire à vos chances de rester en santé. On ne peut pas en consommer tous les jours mais beaucoup font des cures d’une ou deux semaines à la fois pendant la saison des rhumes ou après un contact avec une personne infectée. Suivez ces règles simples partout où vous allez et vous aurez des chances de passer plus de temps à profiter de vos événements et des Fêtes que de temps à être malade au lit.

Le lavage idéal • Mouillez vos mains à l’eau chaude courante avec du savon liquide ou une savonnette propre. Moussez bien. • Frottez vigoureusement les mains l’une contre l’autre pendant au moins 15 secondes. • Frottez partout, y compris le dos des mains, les poignets, entre les doigts et sous les ongles. • Rincez bien. • Essuyez vos mains avec une serviette propre ou jetable. • Utilisez une serviette jetable ou propre pour fermer le robinet. SOURCE : LA CLINIQUE MAYO

29


Comportement lors du party de bureau 8. N'ayez pas de conversations trop intimes 9. Ne vous ventez pas de vos exploits professionnels ou personnels 10. S'il y a échange de cadeaux, ne donnez pas un cadeau à connotation sexuelle 11. Écoutez et laissez parler les autres.

DE GINETTE SALVAS

L

a saison des Fêtes est à nos portes avec sa série de réceptions incluant le fameux party de bureau et les invitations au restaurant. Il importe donc de se rappeler que le party de bureau est considéré comme un événement social mais il demeure avant tout un événement professionnel. Agissez comme si vous participiez à une émission de «Télé réalité» et que les caméras étaient constamment braquées sur vous. Même si vous ne voulez pas être vu, soyez assuré que quelqu'un vous remarquera et vous pourrez devenir le souffre-douleur d'une situation imprudente pendant toute la prochaine année... et plus. À vous de décider !

Conseils : 1. Présentez-vous aux nouveaux employés et facilitez les présentations 2. Ne passez pas toute la soirée avec votre clan. Circulez. 3. Mangez un peu avant l'événement. Vous supporterez mieux l’alcool et mangerez moins durant l'événement. 4. Si la réception comprend des employés d'autres succursales, portez une cocarde du côté droit, avec votre nom et l'adresse de la succursale pour faciliter les présentations. 5. Sachez tenir votre verre, serviette et canapés pour offrir une main propre en tout temps. 6. Surveillez votre langage et les sujets de conversations. 7. Si vous voyez que les sujets de conversations ne vous conviennent pas, faites-les dévier ou changez de groupe. 8. Comportez vous comme si vous étiez sous observation parce que vous l'êtes. 9. Si votre conjoint vous accompagne et qu'il flirte avec un ou une collègue, il est temps de partir. 10. Si vous dansez, gardez vos distances. 11. Ne soyez pas le dernier à quitter les lieux. 12. Remerciez les patrons et les organisateurs du party. Démarquez-vous des autres ! 13. Si vous êtes invité au restaurant, demandez à votre patron ce qu'il suggère et si vous êtes le patron, donnez des suggestions à vos invités. Mettez les gens à l'aise !

Le party de bureau est peut être le seul moment de l'année où vous rencontrerez la haute direction de l'entreprise. Considérez cet événement comme l'occasion unique de vous présenter aux dirigeants que vous n'avez pas l'occasion de croiser régulièrement et de faire bonne impression. Voici les erreurs les plus courantes commises lors des partys de bureau ou invitations au restaurant : • • • • • • • •

Flirter avec un collègue ou un patron Boire excessivement Se goinfrer au buffet Exprimer des points de vue et opinions que vous garderiez pour vous en d'autres temps Porter votre décolleté plongeant et autres vêtements suggestifs Donner des cadeaux inappropriés Commander ce qu'il y a de plus cher au menu parce que c'est le patron qui paie. Suggérer des vins lorsque vous êtes invité (c'est la personne qui invite qui paie l'addition et qui choisit les vins).

Comment éviter de trop boire ?

Certaines personnes évitent d'assister à de tels événements soit par gêne ou désintéressement. Ceci est une entorse aux règles d'étiquette de ne pas assister au party de bureau. L'entreprise qui organise un party de bureau pour les employés s'attend à ce que tous y assistent et se comportent d'une façon professionnelle. Votre absence peut dénoter un manque d'intérêt envers votre emploi et votre employeur et cela peut vous coûter une promotion. Profitez plutôt de ces événements pour montrer aux patrons que vous savez vous conduire et qu'ils peuvent vous faire confiance dans les événements à caractère social et professionnel.

Ralentissez les effets de l’alcool en buvant une boisson suivie d'un verre d'eau en alternance. Optez pour la bière ou le vin plutôt que les savants mélanges qui assomment.

Les cadeaux • Les employés ne donnent pas de cadeaux individuels aux patrons. Si vous tenez à en donner un, optez pour un cadeau de groupe. • Si vous avez une assistante, adjointe ou secrétaire, offrez-lui un cadeau. Il s'agit d'une belle marque d'appréciation. • Un bonus n'est pas considéré comme un cadeau. • Évitez les cadeaux trop personnels ou trop dispendieux. • Si vous ne donnez pas de cadeaux à tous les employés, mais à vos proches collaborateurs, offrez-les en privé. Et oui, on doit ouvrir le cadeau devant la personne qui l'offre. Bon party ! Madame Ginette Salvas est fondatrice de l’École internationale d’étiquette et de protocole. Depuis les vingt dernières années, elle a œuvré dans le domaine de l’image professionnelle, l’étiquette et le protocole. Elle est également auteure, conférencière et animatrice. Pour la contacter : etiquette@ginettesalvas.co, (514) 278-9775, www.ginettesalvas.com.

À éviter : 1. Ne buvez pas trop 2. Ne portez pas de vêtements suggestifs (décolleté, minijupe, vêtements trop moulants) 3. Ne flirtez pas 4. Ne vous propulsez pas à la table du buffet pour le dévaliser 5. Ne parlez pas des autres 6. N'invitez pas vos amis ou votre conjoint sans en avoir obtenu la permission 7. Ne vous plaignez pas de vos collègues, patrons et politiques de l'entreprise

30

NOVEMBRE 2006



Novembre 2006