Issuu on Google+

Venez Découvrir la Recette

du Nord-Ouest Ardennais ! ays tapissé de forêts, serpenté de cours d’eau et rythmé par des fortifications, héritage d’un passé tumultueux, le Nord-Ouest Ardennais vous attend pour découvrir l’étendue de ses richesses.

P

Nous vous invitons à vous ressourcer au cœur d’une nature enchanteresse, à vous émerveiller devant la beauté de nos paysages, à flâner aux détours des sentiers, à vous enrichir de l’histoire de nos Hommes et de nos pierres. Venez vous divertir en profitant de nos distractions et vous régaler avec nos spécialités ! Au fil des pages de ce guide d’accueil touristique, nous allons vous dévoiler les secrets de la recette de ce territoire authentique. Aussi, découvrez les cartes en pages centrales de ce guide afin de vous orienter sur notre territoire. Nous vous souhaitons la bienvenue et un agréable séjour dans le Nord-Ouest Ardennais !

1


◆ La route des fortifications

Une

Touche de Patrimoine

e Nord-Ouest Ardennais occupe depuis l’époque gauloise une position frontalière convoitée. Cette situation géostratégique a été à l’origine d’un climat d’insécurité et d’instabilité politique qui se traduit par la présence d’un important patrimoine historique fortifié sur le territoire comme vous pourrez le découvrir sur la carte des fortifications présente au centre de ce guide.

L

◆ Rocroi, une ville fortifiée en étoile - A3 Du ciel, la ville de Rocroi est une étoile de pierre nichée dans un écrin de verdure. Située aux portes de la France, son histoire se perd avec celle des guerres qui ont agité les frontières au cours des siècles. Cette ville est intimement liée à ses fortifications. Rocroi sans rempart, le Grand Condé ne serait jamais venu provoquer les fameux Tercios espagnols de Philippe IV qui assiégeaient la cité. Au moment où le Moyen-âge disparait et où l’Italie exporte ses architectes et ses urbanistes, François 1er choisit Rocroi au milieu d’un plateau marécageux presque inaccessible pour défendre le Royaume. Les bouches à feu commencent à cracher des boulets puissants. De verticale, la fortification devient rasante. Le village est alors une ville que l'on bastionne. On passe en douceur de la protection des biens et des personnes à celle du Royaume. Vauban qui passa à trois reprises à Rocroi, a eu de grands projets qui ne virent jamais le jour. il crée néanmoins une double ligne de 26 places fortes le long de la frontière Nord-Est, le Pré Carré, dont Rocroi fait partie. Accès libre aux fortifications - Pour visiter Rocroi et ses fortifications, vous trouverez au centre de ce guide un plan de la ville. L’Office de Tourisme organise des visites guidées sur réservation. Renseignements : Office de Tourisme de Rocroi et du Nord-Ouest Ardennais 14, Place d’Armes - 08230 ROCROI Tél./Fax : +33(0)3 24 54 20 06 Courriel : info@otrocroi.com Site Internet : www.otrocroi.com

2

Pour découvrir d’autres lieux fortifiés dans les Ardennes, n’hésitez pas à emprunter la route des fortifications. De la vallée de la Meuse à la vallée de la Chiers, en passant par le plateau de Rocroi, les forteresses qui jalonnent cet itinéraire témoignent d’un passé tourmenté : la forteresse de Charlemont construite par Charles Quint à Givet, le plus grand château fort d’Europe à Sedan, la ville fortifiée en étoile de Rocroi, le dernier fort de la ligne Maginot à la Ferté... Le destin de la France et de l’Europe s’est bien des fois joué dans les Ardennes : Rocroi (1643), Sedan (1870-1940). Une inoubliable leçon d’histoire. Renseignements : Vitrine Culturelle et Touristique du département des Ardennes Comité Départemental du tourisme des Ardennes 24, place Ducale - 08107 Charleville-Mézières Cedex Tél. : +33(0)3 24 56 06 08 - Courriel : info@ardennes.com - Site Internet : www.ardennes.com

◆ Musée de la Bataille de Rocroi

et de la Guerre de Trente Ans - A3 Au cœur d'une guerre de Trente Ans dévastatrice, le 19 mai 1643, le nom de Rocroi entre dans l’histoire de France. L’Histoire, la grande, sort alors le village de son anonymat, et pendant des décennies, les écoliers de France vont étudier, ce que les historiens considèrent comme l’une des dix plus grandes victoires militaires de toute l’histoire de notre pays. Voltaire n’en a-t-il pas parlé, d’une manière, on ne peut plus élogieuse : « Le respect qu’on avait en Europe pour les armées espagnoles se tourna du côté des armées françaises qui n’avaient point, depuis cent ans, gagné de bataille si célèbre… Cette journée devient l’époque de la gloire française et de celle de Condé ». L’hostilité entre le royaume de France et celui d’Espagne remontait à 1519, lorsque François 1er échouait face à Charles le Quint pour le titre d’Empereur d’Allemagne. Après l’assassinat d’Henri IV, le futur roi Louis XIII, épouse Anne d’Autriche, fille du roi d’Espagne Philippe IV. La défenestration de Prague, le 23 mai 1618 sonne le départ de la guerre de Trente Ans, qui enflamme l’Europe. C’est au cœur de cette guerre terriblement meurtrière, au moment où la France est affaiblie par les décès successifs de Richelieu et Louis XIII que les Espagnols, qui occupent la Belgique et les Pays-Bas, choisissent d’envahir Rocroi, passage obligé pour s’emparer du Royaume. Mais sur leur chemin, se dresse un jeune et fougueux militaire, le duc d’Enghien, futur Grand Condé. Situé place du Luxembourg dans un ancien corps de garde du 17e siècle, le Musée de la Bataille de Rocroi vous retrace les moments glorieux de cette bataille à l’aide d’un diaporama animé d’une vingtaine de minutes. De nombreux dioramas totalisant près de quinze milles figurines abordent la guerre de Trente Ans et un superbe plan en relief permet aux visiteurs de comprendre l’histoire des fortifications. Musée de la Bataille de Rocroi et de la Guerre de Trente Ans Place du Luxembourg - 08230 ROCROI Renseignements : Office de Tourisme de Rocroi et du Nord-Ouest Ardennais 14, Place d’Armes - 08230 ROCROI Tél./Fax : +33(0)3 24 54 20 06 Courriel : info@otrocroi.com - Site Internet : www.otrocroi.com

3


◆ Château féodal de Montcornet en Ardenne - C4 Le château de Montcornet est dans les Ardennes un des plus grands vestiges de la fortification médiévale. Ce « véritable colisée féodal » selon l’expression de Michelet est classé monument historique depuis 1926. Le Mont Cornu ou éperon barré était prédestiné à accueillir un ouvrage défensif de par sa situation remarquable face à la vallée de la Sormonne. À la fin du dixième siècle, les archevêques de Reims et les comtes de Champagne désiraient s’assurer de cette région du Porcien face au monde germanique. Ils placèrent Hugues comme premier seigneur de Montcornet. Celui-ci assure ses revenus grâce aux ardoisières de Rimogne et au péage de la Meuse à Deville. La dernière des Montcornet, Jeanne de Rumigny, épouse Miles de Noyers, connétable de France, et fonde, en 1303 la chapelle Sainte Marie Madeleine, située en contrebas du château, récemment restaurée. Du château des Montcornet et des Noyers, il reste peu de vestiges, la guerre de cent ans, la lutte entre Armagnacs et Bourguignons, les écorcheurs, l’ont suivie. Acheté en 1446 par Antoine de Croy, chambellan du duc de Bourgogne, grand soldat, et habile diplomate, il va devenir un château parfaitement adapté à l’artillerie et aux boulets de fer. Ce sont ces vestiges qui se visitent aujourd’hui : la barbacane protégeant l’entrée du château, la tour à orillons pour une meilleure protection des murailles, les tours chemisées, les meurtrières placées pour un plan de feu optimum. Après les Croy, le château devint la propriété de Charles de Gonzague, puis du duc de Mazarin, neveu du Cardinal, du duc d’Aiguillon, descendant de Richelieu, des marquis de Châtillon et de l’Abbé Lussigny qui ressuscite la vieille forteresse après 200 ans d’oubli. Aujourd’hui, un petit musée abrite les objets trouvés lors des déblaiements : poteries, monnaies, armes, pipes, verres, bijoux… Château de Montcornet en Ardenne 08090 MONTCORNET (sur la D22 à 2 km de Renwez). Renseignements : Association Les Amis du Château de Montcornet Tél. : +33(0)3 24 54 93 48

◆ Églises et Maisons fortifiées

de Thiérache En Thiérache Ardennaise, échauguettes, tours d’angle, mâchicoulis, meurtrières sont des termes habituellement dévolus aux châteaux-forts. Or ces termes plus violents que pacifiques sont liés à la plus grande maison du village : l’Église. En Thiérache, région de marche, lors des périodes de troubles des 16e et 17e siècles, les villageois se réfugiaient dans leurs églises auxquelles ils avaient ajouté des éléments de fortifications empruntés à l’architecture défensive médiévale afin d’assurer leur protection. Outre les édifices religieux, parfois les fermes ou les maisons étaient fortifiées. Sur la carte des fortifications au centre de ce guide, vous pourrez constater que de nombreux édifices du Nord-Ouest Ardennais ont gardé les traces de ces fortifications qui sont autant de témoins silencieux d’un passé tumultueux.

◆ La Route des Églises fortifiées de Thiérache De Charleville-Mézières à la limite du département de l’Aisne, la route balisée des églises fortifiées de Thiérache forme une boucle de 150 km qui, entre les forêts de Signy-le-Petit et de Signy-l’Abbaye, chemine dans un paysage de collines et de bocages. La richesse du patrimoine architectural est ici exceptionnelle. Au-delà des abbayes, châteaux et maisons-fortes, les quinze églises fortifiées en sont les témoins impressionnants avec leurs tours d’angles, donjons et meurtrières, ou autres échauguettes. Renseignements : Vitrine Culturelle et Touristique du département des Ardennes Comité Départemental du tourisme des Ardennes 24, place Ducale - 08107 CHARLEVILLE-MÉZIÈRES Cedex Tél. : +33(0)3 24 56 06 08 - Courriel : info@ardennes.com Site Internet : www.ardennes.com

◆ Centre Culturel de l’Église

fortifiée de Servion - C3 Église fortifiée de Thiérache, cet édifice n’est plus un lieu de culte mais un petit centre culturel en milieu rural. Tour-porche avec casemates, stèle gallo-romaine, escalier à vis, vestiges d’anciennes ouvertures, nombreuses meurtrières, attirent chaque année des visiteurs qui repartent conquis. Un sentier botanique (boucle de 3 km) complète la venue à Servion (commune de Rouvroy-sur-Audry). N’oubliez pas de soulever les panneaux botaniques pour vérifier la réponse à la question proposée. Centre Culturel de l’Église fortifiée de Servion 08150 ROUVROY-SUR-AUDRY Renseignements : Association des Compagnons de Saint-Etienne Courriel : contact@servion.fr - Site Internet : www.servion.fr

4

5


◆ Église fortifiée d’Aouste - C2

◆ Église fortifiée Saint-Martin de Bossus-les-Rumigny - C1

L’église Saint-Rémi d’Aouste est l’une des plus curieuses et des plus réputées parmi les Eglises fortifiées en pierre blanche des Ardennes. Elle est classée monument historique et a été édifiée aux XVe et XVIIe siècles. Une colonne gothique conservée lors de la construction nouvelle atteste de l’existence d’une église plus ancienne. L’extérieur présente un aspect robuste. Le portail occidental de style gothique renaissance flamboyant est surmontée d’une bretèche. La tour carrée, sorte de beffroi est plus ancienne que l’église elle-même. Les murs ont un mètre d’épaisseur et sont garnis de créneaux et de meurtrières. On accède à la tour par un escalier à vis placé dans la tourelle à pans coupés. C’est là qu’aux 16e et 17e siècles se réfugiait la population en cas d’invasion. Celle-ci communiquant avec le dessus des voûtes de la nef, les réfugiés pouvaient s’y loger, entreposer leurs mobiliers ainsi que le bétail. A l’emplacement des fonds baptismaux, dans le fournil accolé à la tourelle, un puits actuellement muré et une vaste cheminée permettaient un temps d’isolement assez long. L’intérieur est d’une élégante simplicité : une nef de quatre travées flanquée de bas côtés, fermée par un cœur à cinq pans, abritant un maitre-autel de marbre à six colonnes corinthiennes portant un baldaquin. Tous les vitraux sont du 19e siècle. Église Saint-Rémi d’Aouste - 08290 AOUSTE

L’église fortifiée de Bossus-lesRumigny semble datée du 17e siècle. Construite en plusieurs étapes, la clef de voûte au-dessus de l’autel est datée de 1575. Il s’agit d’une église sur plan rectangulaire avec tour et tourelles crénelées. Le chœur comprend une salle de refuge en partie supérieure, avec ouvertures défensives. Le village de Bossus-les-Rumigny est un village typique de la Thiérache Ardennaise, vous pourrez également y découvrir un pigeonnier octogonal en pierre, un ancien moulin à roue à aube restauré ainsi qu’un ancien lavoir. Église fortifiée Saint-Martin de Bossus-les-Rumigny 08290 BOSSUS-LES-RUMIGNY

Renseignements : Association Socioculturelle d’Aouste Tél. : +33(0)3 24 54 40 32

◆ Édifices fortifiés d’Antheny - C2 Dans la vallée du Ton, le village d’Antheny en Thiérache a la particularité de posséder deux édifices fortifiés importants : une église fortifiée du 16e siècle avec un clocher datant du 13e siècle et une maison forte privée du 17e siècle située dans le hameau de Fontenelle. Ce village remarquable a une origine très ancienne. Cependant, ses habitations furent détruites au 17e siècle sous les yeux des villageois retranchés dans l’église fortifiée. Fait étonnant, pour l’époque, les habitants furent autorisés à bâtir des maisons fortes. C’est pourquoi, en observant les façades de ce village vous pourrez encore trouver des traces de ces fortifications. Église fortifiée d’Antheny 08260 ANTHENY Maison forte de Fontenelle Hameau de Fontenelle 08260 ANTHENY (Propriété privée, visible uniquement de l’extérieur).

◆ Église fortifiée de Chilly - C3 Selon Albert Meyrac, l’église fortifiée de Chilly remonte à la fin du quinzième siècle. Elle possède un chœur et un sanctuaire remarquables par leurs styles ogivaux à lancettes. Par le passé, les habitants assiégés s’enfermaient dans la haute tour de l’église, pour s’y défendre. D’ailleurs, des traces de créneaux et de mâchicoulis y sont encore visibles. Église fortifiée de Chilly 08260 CHILLY

6

7


◆ Église fortifiée Saint-Etienne de Laval-Morency - C3

◆ Flaignes-Havys :

les églises fortifiées Saint-Laurent de Flaignes les Oliviers et Saint-Géry de Havys - C2 En 1982, les villages de Flaignes les Oliviers et de Havys ont fusionné afin de devenir le village de Flaignes-Havys. Ces deux anciens villages ont la particularité de posséder chacun une église fortifiée. L’église Saint-Laurent de Flaignes les Oliviers remonterait, tout au moins pour certaines parties au 11e siècle. Celle-ci a été reconstruite presque en entier au commencement du 17e siècle suite aux différentes exactions commises par les Bourguignons et les Espagnols. Les deux premières travées de la nef (sans bascôtés) et le clocher qui s’élève au-dessus de la façade, datent de 1660 environ. Les trois suivantes remontent à 1580 et le chœur qui les ferme est peut-être de la même époque, s’il est vrai que les chapiteaux à crochets et les consoles à palmettes qu’on y observe sont des remplois du 13e siècle. Deux chapelles flanquent, de part et d’autre, la nef et l’entrée du chœur. Celle du Nord remonte à 1480 et celle du Sud à 1666. Dans l’une d’entre elles, on note la présence de pierres tumulaires intéressantes. Toute la partie orientale de l’église a été aménagée pour la défense : les murs sont percés de canonnières, un comble surélevé a été prévu pour le refuge et une tour y donne accès par le Nord. À Havys, une église fortifiée plus modeste est présente, il s’agit de l’église Saint-Géry qui possède également une tour. Celle-ci remonterait au 16e siècle. Église fortifiée Saint-Laurent de Flaignes Flaignes - 08260 FLAIGNES-HAVYS Église fortifiée Saint-Géry de Havys Havys - 08260 FLAIGNES-HAVYS

L’église Saint-Etienne de Laval Morency a été incendiée en 1622. Par la suite, elle fut reconstruite dans un style gothique. Actuellement, l’église possède un plan cruciforme avec une nef sans bas-côtés. L’église est voûtée sur croisées d’ogives, à l’exception du chœur à chevet qui est quant à lui plafonné. On accède à ses combles à l’aide d’un escalier à vis situé dans une tour ronde percée de canonnières, qui flanque le bras sud du transept. Ceux-ci ont été aménagés pour la défense. Sur les murs des bras du transept subsistent des corbeaux de bretèches. L’église fortifiée de Laval-Morency est classée à l’inventaire supplémentaire des Monuments Historiques. Église fortifiée Saint-Etienne de Laval-Morency 08150 LAVAL-MORENCY

◆ Église fortifiée Notre-Dame de Liart - D2 On rapporte qu’au 11e siècle, fut trouvée dans un bois, au confluent du Glandu et de la Deuline, une statue de la Vierge, toute entourée de lierre, d’où le nom du village de Liart. De cette statue de bois, découverte il y a presque 1000 ans, Liart a gardé une patronne, Notre-Dame de Liart, qui sut protéger ses paroissiens en sa remarquable demeure fortifiée. L’église Notre-Dame fortifiée au 15e siècle a de véritables allures de château. Son imposante tour-porche rectangulaire ayant l’aspect d’un puissant donjon de deux étages. Une bretèche et de nombreuses meurtrières de tirs servaient à défendre l’étroite porte occidentale. Les deux tourelles conduisent à un comble aménagé. Le vitrail du chœur rappelle le pèlerinage à Notre-Dame-de-Liesse pour sa vierge noire. Lors de votre venue à Liart, vous pourrez également découvrir un verger conservatoire mis en place par la commune de Liart et le futur parc naturel régional des Ardennes. Église Notre-Dame de Liart - 08230 LIART

◆ Église fortifiée Saint-Etienne de Fligny - B1 Comme beaucoup d’autres en Thiérache, l’église Saint-Etienne a subi les ravages des troupes qui, régulières ou non, écumèrent le pays de la guerre de cent ans jusqu’aux troubles des 16e - 17e siècles. Détruite en 1340, incendiée par les impériaux en 1521 et par le prince d’Orange en 1555, elle fut reconstruite en 1570 grâce à la générosité de François de Lorraine. Le chœur est surmonté d’une salle de refuge percée de nombreuses canardières et flanquée d’une tour ronde d’accès. Église Saint-Etienne de Fligny 08380 FLIGNY

8

9


5.com demo private 1