Page 78

le guide

x/DR

Focus

surnatural orchestra Ronde

1 CD Autoproduction / surnaturalorchestra.com

✪✪✪✪ Nouveauté. voilà un disque qui réconcilie bien des organes : il fait battre le cœur, bouger les pieds, et même tourner les méninges car les morceaux les plus dansants ont quelque chose d’oblique et de malicieux. Chaque composition est signée d’une plume différente, cette exigence démocratique toujours vivante aujourd’hui étant au cœur de la fondation de ce big band il y a quinze ans. Cela donne un disque aux couleurs très tranchées, mais toujours emballant. Là où Zmerisch, de Robin Fincker, assume un parti pris de fanfare, ffff de Baptiste Bouquin s’ouvre sur des couleurs pop chatoyantes, presque disco, tandis que Pauvre Paris de l’organiste Boris Boublil donne une sorte de majesté douloureuse à la montée en puissance de ses cuivres. Le miracle est que le disque, tout en embrassant une palette musicale très large, ne verse pas dans le disparate. Sans doute parce que les musiciens ont en commun l’entrain, la joie, le groove. Mais ils partagent aussi le goût de la surprise et des dérivations inattendues. Si bien que ce voyage que nous propose le Surnatural orchestra ne vaut pas seulement pour son atmosphère de fête mais aussi pour ses péripéties inattendues et ses enclaves improbables.• JeAN-FRANçoIS MoNDot

Personnel détaillé dans le livret. Villetaneuse, septembre 2015.

samy Thiébault Rebirth

1 CD Gaya Production / Socadisc

✪✪✪✪ Nouveauté. Après son hommage aux Doors (“A Feast of Friends”), Samy Thiébault élargit sa palette orchestrale pour cet autoportrait sonore en se dédoublant, en recourant à quelques timbres additionnels et, surtout, en invitant la trompette décidément passionnante d’Avishai Cohen. Relié à Coltrane par la sonorité (légère et intense à la fois, puissante mais fragile), Thiébault l’est aussi par son sens de l’incantation et du tournoiement des motifs. Raqsat Fès, avec son 3/4 agité façon My Favorite Things, refond une chanson de chaâbi marocaine au feu coltranien du son et de l’énergie. L’influence classique est tout aussi centrale, ainsi du Chant du très loin emprunté à Moussorgsky ou de Laideronette, impératrice des pagodes adapté de Ma Mère l’Oye de Ravel, véhicule inédit au jeu des couleurs autour de la flûte alto. Thiébault est resté fidèle à sa rythmique que l’on appréciera particulièrement dans Nafassam où Adrien Chicot, porté par l’impeccable tandem Romano-Soirat, laisse transpirer un groove nourri d’hancock ou de Silver. Dans Nesfé Jahân culmine la complémentarité du saxophone et de la trompette dont les deux timbres à la fois s’absorbent et se réfléchissent. Prolongeant et renforçant la vocation narrative et tellement humaine du ténor, Samy Thiébault se raconte sans narcissisme, s’entoure à merveille et touche juste. • VINCeNt CotRo Samy thiébault (ss, ts, fl, comp, arr), Avishai Cohen (tp), Adrien Chicot (p, elp), Sylvain Romano (b), Philippe Soirat (d), Meta (p), JeanPhilippe Scali (as, bars), Manu Domergue (mellophone), Paris, Studio Ferber, 8 au 10 février 2016.

Assif Tsahar hugh Ragin Peter Kowald hamid Drake open Systems

1 CD Marge / futuramarge@free.fr

réédition. La rencontre à Paris 2001 de Gérard Terronès, fondateur du label Marge, avec Assif Tsahar (tp) et hamid Drake (dm) l’incita à faire venir hugh Ragin (tp) et Peter Kowald (b) pour réunir les quatre en studio. ça commence comme un bonne session free – ainsi qu’il y a de bonnes sessions bop – pour partie hantée par la mémoire des quartettes d’ornette Coleman dont est repris Lonely Woman et, de façon plus convaincante, d’Albert Ayler à qui Kowald dédie un hommage Fathers and Mothers au lyrisme évocateur d’Our Prayer, emmené avec une puissante sensibilité de l’intro en pizzicato à la signature finale à l’archet. Les grondements vocaux du bassiste et les incantations de Drake apparentent l’impro collective d’Hearts Remembrance à quelque rite hybride musulmantibétain. Les compositions de Tsahar laissent entrevoir d’autres horizons. Les quatre hommes y lancent de belles équipées auxquelles le tandem DrakeKowald fournit un efficace appui moteur, les doux enchevêtrements de Dream Weavers d’Assif Tsahar (alors à la clarinette basse) ouvrant notamment des fenêtres sur Chicago et l’AACM. • FRANçoIS MARINot

hugh Ragin (tp), Assif tsahar (ts, bcl), Peter Kowld (b, voc), hamid Drake (dm, voc). Paris, la Fenêtre, 4 et 5 mai 2001.

Umlaut

l’europe du neuf composé d’une dizaine de musiciens permanents, le label et collectif umlaut est une insaisissable galaxie de formations européennes, parmi lesquelles le simon rummel ensemble et l’umlaut big band. La parution simultanée d’“euro-swing 2” de l’Umlaut Big Band, formation parisienne, et de “nichts für alle” du simon Rummel ensemble basé à cologne témoigne d’une génération refusant l’étiquetage esthétique et passant sans état d’âme d’un répertoire antique à l’improvisation radicale. L’éclectisme instrumental est la marque même du onztet de simon Rummel : flûte à bec, cuivres, bois, cordes, claviers, effets, jouets et percussions. D’où une musique narquoise qui assume sa fragilité, l’ouverture par une espèce de “Gil evans buissonnier” étant suivie de musiques de salon volontairement empoussiérées plutôt que dépoussiérées, mais d’une poussière d’or générant de petits nuages free. “euro-swing 2” témoigne de la boulimie du saxophoniste (et auteur des liner notes) Pierre badaroux qui ne cesse de relever sur disques les pages orchestrales du swing européen pour un umlaut big band entièrement dévoué à leur interprétation à la lettre et très habitée (par Louis Laurain, Fidel Fourneyron, les frères Dousteyssier, Antonin-tri hoang, bruno ruder…). Après un premier volume privilégiant les arrangeurs français, ce volume 2 s’attarde sur les enregistrements européens des arrangeurs américains entre 1925 et 1940 à la tête de leurs propres orchestres (Duke ellington, sam Wooding) ou leurs partitions pour les formations européennes (Freddy Johnson, Fud Livingston, Lud Gluskin, benny carter, Willie Lewis, Van Phillips et Alex hyde). Leur version très (trop ?) enlevée de Shanghai Shuffle ne nous détournera pas des “complete recordings, 1922-1931” (3 cD Jazz oracle) de sam Wooding et ses solistes (Gene sedric, tommy Ladnier, herb Flemming, …), mais on ne manquera pas le concert de l’umlaut le 25 septembre à saint-Maur-des-Fossés (Jazz en boucle). • FRANCK BeRgeRot umlautrecords.com

78

Jazz Magazine Numéro 687 Septembre 2016

Jazz magazine septembre 2016