Issuu on Google+

g TICma azine

N°3 Avril - Juin 2012 - Ce numéro ne peut être vendu

Le magazine marocain des Technologies de l’Information et de la Communication

Entretien exclusif avec

Abdelkader Amara

Que nous prépare le nouveau ministre? P:26

N°3 Avril - Juin 2012


N째3 Avril - Juin 2012


Les TIC et la société du savoir, une relation corolaire e nouveau Gouvernement formé il y a plus de 100 jours nourrit toujours les espoirs comme les craintes; contexte socioéconomique de crise oblige. Si les classes sociales attendent du nouveau gouvernement une amélioration de leur niveau de vie, le monde des affaires marocain, lui, espère voir le gouvernement de coalition mené par le PJD faire nettement mieux que ses prédécesseurs en instaurant du moins les mécanismes transparents afin que les entreprises marocaines fassent leur business dans les meilleures conditions possibles. Le secteur des Nouvelles Technologies est dans ce cas de figure, au regard des défis présents et futurs qu’il doit relever. Il faut savoir qu’aujourd’hui les sociétés modernes ne se mesurent plus par leur niveau d’industrialisation, mais plutôt par leur degré du savoir. Or, les nouvelles technologies jouent un rôle existentiel dans ce type de société. Au-delà des opportunités d’affaires que peut, donc, mettre en place un gouvernement, via ses différents ministères, il en va du futur du Maroc où la suprématie ne se mesure pas par les richesses naturelles ni par le niveau industriel, mais bel et bien en termes d’expertise, de recherche scientifique, de savoir et de savoir faire dans des domaines aussi pointus, tous liés de près ou de loin à la technologie. Une technologie qui, désormais, s’invite partout: éducation, médecine, jeux, entreprises, etc. Or, cette Technologie ne peut servir au mieux une société, qui ne veut pas rester à la traine, sans d’abord régler le problème de la fracture numérique. Maroc Numeric 2013 réussira-t-il à vulgariser l’accès à la technologie ? Et si oui, ne risque-t-on pas de voir surgir d’autres types d’inégalités socioéconomiques si l’accès à la technologie n’est pas équitable au niveau de toutes les couches sociales et au sein des différentes entreprises quelle que soit leur taille? Il est inquiétant, alors qu’on a amorcé la deuxième décennie du XXIe siècle, de voir que nos PME PMI ne sont pas aussi informatisées qu’on le pense. Et quand elles le sont, elles ne tirent pas pleinement profit des opportunités que leur offre les technologies d’aujourd’hui. Peut-être que le Maroc ne pourra jamais rattraper son retard dans certains domaines, comparaison faite avec les pays les plus développés, mais au niveau des nouvelles technologies il peut rêver d’un lendemain plus florissant. Pour peu que les politiques mises ou à mettre en place accordent toute l’importance qu’il faut au génie marocain et aux compétences locales. S’il y a une mission que le nouveau gouvernement doit prendre très au sérieux et sur laquelle il doit se pencher le plus urgemment possible, c’est bien celle qui a trait à la jeunesse. Une jeunesse mordue des nouvelles technologies qui ne demande que l’environnement propice pour éclore. Pour peu qu’on lui donne l’occasion de faire valoir ce qu’elle sait faire. Parce qu’il ne faut pas oublier que quant il s’agit d’innovation, il n’y a que la jeunesse qui y est sensible. Au lieu de la voir consommer, il faut l’encourager à innover. g

EDITO

L

K. Lahkim Directrice de la Publication

TIC Magazine, le magazine marocain des Technologies de l’Information et de la Communication • Une édition de IT COMMUNITY SARL, 7, Rue BECKMANS, Rés. Valrose 4, Q. des Hôpitaux, 20360, Casablanca • Tél.: 0 526 080 000 / 0 526 090 000 • Fax.: 05 22 27 48 81 • Mail: contact@ticmagazine.net • Web: www.ticmagazine.net • Directrice de la Publication: Kaoutar Lahkim • Rédacteur en chef: Said Zinnid • Journalistes: N. Mounouar, O. Lahlim • Experts IT: M. Malah, A. Elouafiq, H. El Alloussi • PAO & Infographie: N. Nechchafa • Maquette, Conception & Conseil Editorial: 4Brand • Impression/CTP: Imprimerie Idéale • Dossier de Presse: 2010 c11 • Dépôt légal: 2011PE0101 • ISSN: 2028 - 6449 • Tirage: 10.000 Exemplaires

N°3 Avril - Juin 2012

03


SOMMAIRE Actus Salon e-commerce.ma: XCom récidive......................................p:5 2 Gestion des données: Disway s’associe à EMC ........................p:6 Huawei Morocco innove dans l’éducation ..................................p:6 Cisco Expo Maroc 2012: R&M au rendez-vous.........................p:8

Profil pro Noureddine Aouda L’iwngénieur devenu businesseman p:10

SECURITE

Dossier

Le Cloud: les failles sont dans les nuages? .................................p:24

E-Commerce:

ANALYSE

Prometteur, mais... p:18

Sécurité informatique: quid de la formation..........................p:30

FOCUS Web: haro sur les téléchargements illicites..................................p:32

NETWORKING Viadeo au Maroc: une démarche qui promet ........................ p: 40

Interview Exclusif

Business

COACHING

NSN Une stratégie portée vers le futur

Devoir choisir: vivre de ma passion? ......................................p: 42

Serait-il le ministre de l’espoir? p:26

FORMATION p: 14

Formation: Agenda....................................................................p: 43

Solutions Part-Pro Stonesoft: NSS Labs recommande le FW-1301 ........................p: 46 NetApp attise les PME.................................................................p: 47 Dell sort le grand jeu....................................................................p: 47

Leaders Dell prend son envol

Nokia déploie de nouvelles offres...............................................p: 48

Carriere

Zoom sur info

Sage Maroc L’employeur de l’année livre ses secrets p:44

Cisco et Amideast au service de la PME PMI..............................p:50 p:16

Enquête: Informatisation des PME L’Etat a-t-il mis les bouchées «triples»? Conscient des atouts considérables dont jouit la petite et moyenne entreprise (PME) marocaine, le gouvernement marocain a relevé un défi de taille: celui de booster leur développement et modernisation à travers une batterie d’initiatives ambitieuses. Mais, quel taux de pénétration des TI chez la PME au Maroc, quel impact des programmes d’appui, …? p: 34 - 38

N°3 Avril - Juin 2012

04


ACTUALITES Salon e-commerce.ma

XCom promet une édition incontournable our un marché en pleine croissance, soutenu par la stratégie nationale Maroc Numéric 2013; la stratégie bancaire pour le paiement électronique; la hausse du nombre d’internautes (+14 millions) et de porteurs de cartes bancaires (+8 millions) sateur du Salon Med-IT, organise sous l’égide du Ministère de l’Industrie, du Commerce et des Nouvelles Technologies, en partenariat avec la CGEM, l’APEBI, l’AMECSEL et l’AMRC, le Salon «e-commerce. ma» (www.salon-ecommerce.ma) du 30 mai au 1er juin 2012 à l’Office des Changes de Casablanca. «ECommerce.ma» a pour objectif de réunir l’ensemble des acteurs clés qui participent au développement du e-commerce, du paiement électronique et du digital marketing afin de contribuer à la croissance de ces secteurs à très fort potentiel. Ainsi,

P

plus de 80 exposants marocains et internationaux et 3.000 visiteurs sont attendus pour analyser les le-

viers de croissance et les potentialités de ces marchés avec notamment, plus de 50 conférences et ateliers traitant des aspects légaux, de la confiance numérique, des nouveaux canaux et moyens de paiement, etc. XCom Events organise également les «Trophées e-commerce.ma» en marge du salon «e-commerce.ma». Il s’agit d’un concours qui vise à créer une dynamique auprès des entreprises, administrations et jeunes entrepreneurs avec à la clé, trois trophées et des prix récompensant les meilleures initiatives en matière de e-commerce. Les candidats feront l’objet d’une évaluation par le jury, qui permettra de sélectionner les meilleurs sites marocains de ecommerce et qui seront présentés lors de la cérémonie officielle de remise des Trophées le vendredi 1er juin 2012 à 16h00 (dernier jours du salon). g

Propriété intellectuelle et piratage de logiciels

Microsoft forme les magistrats, avocats et experts… ans la perspective de sensibiliser l’ensemble de la filière des TI, aux dangers du piratage et à ce qu’il représente en termes d’opportunités perdues pour l’économie nationale, Microsoft Maroc a entrepris un plan d’action global visant à renforcer son partenariat stratégique avec notamment, l’écosystème des partenaires et les leaders d’opinion dont les juges, les avocats et autres acteurs de la sphère juridique marocaine qui constituent un des piliers de ce combat. D’après les derniers chiffres, le taux de piratage de logiciels informatiques a atteint plus de 65% au Maroc. Ce taux serait de 93% pour les films et la musique. L’impact financier du piratage est tout autant important avec une valeur commerciale des logiciels dépourvus de licence atteignant près de 675 millions MAD en 2010; ce qui représente

D

N°3 Avril - Juin 2012

Samir Benmakhlouf, DG de Microsoft Maroc

un manque à gagner important pour les éditeurs de logiciels. A ce propos, Samir Benmakhlouf, DG de Microsoft Maroc déclare que «Microsoft fait de la lutte pour la protection de la propriété intellectuelle et contre le piratage une prio-

rité stratégique. Dans le monde des nouvelles technologies, la propriété intellectuelle représente souvent la majeure partie du capital des entreprises marocaines et internationales. Quand cette propriété est spoliée ou mise en danger, c’est toute l’activité de l’entreprise qui est menacée. Quand elle est valorisée et protégée, c’est tout un système économique qui peut se développer, avec ce que cela implique en termes de valeur pour notre pays, …». Rappelons que la législation marocaine prévoit des sanctions aux actes de piratage. La violation des droits dans le domaine du logiciel est d’ailleurs sanctionnée par la loi n° 34-05. Cependant, la complexité des problématiques, la sophistication croissante des techniques de piratage ou de contrefaçon et le manque de références jurisprudentielles rendent la tâche des juristes d’autant plus difficile. g

05


ACTUALITES Gestion des données d’entreprise

Disway s’associe à EMC

2

onscients du besoin croissant des entreprises pour optimiser le stockage, la protection et l’exploitation de leurs données et informations, EMC2 ambitionne de mieux répondre aux besoins des entreprises en

C

s’associant à Disway dans le cadre d’un accord de partenariat régional couvrant le Maroc, la Tunisie, l’Algérie, le Sénégal, la Côte-d’Ivoire et le Cameroun. De l’archivage à la virtualisation, en passant par le stockage, la sécurité, la sauvegarde et la réplication…, les produits et solutions EMC2, répondant aux plus importantes exigences des entreprises en matière de gestion et d’exploitation des données, sont verticaux et peuvent être adaptés en fonction du secteur d’activité de l’entreprise. A ce propos, Hakim Belmaachi, DG de Disway déclare: «Disway se réjouit de nouer ce parte2 nariat avec EMC qui bénéficie d’une place de leader et d’une grande notoriété... Grâce à ce partenariat, Disway va compléter son offre produits et continuer sa stratégie de diversification orientée vers les marques mondiales les plus reconnues». g

Huawei

Huawei Morocco Academy voit le jour onscient des enjeux économiques et sociaux dans le monde, la marque Huawei s’est depuis toujours impliquée dans la valorisation des compétences et la formation des ressources humaines pour performer leurs techniques et parfaire leurs connaissances dans le domaine des Technologies de l’Information. A cet effet, Huawei Morocco crée son centre de formation à Rabat, qui touche tous les pays francophones de l’Afrique du Nord. «Huawei Morocco Academy» qui implémente le système de certification ICT de Huawei au Maroc, vise à transférer le know-how en matière des TIC aux opérateurs télécoms locaux et surtout accompagner les entreprises et les industries dans leur développement tout en proposant un système unique de certification couvrant tous les domaines techniques; ce qui constitue un véritable

C

N°3 Avril - Juin 2012

vivier de formation des experts et une opportunité de renforcer les partenariats «Ecoles / Entreprises». A noter que Huawei Morocco a également lancé le programme HANA (Huawei Autorized Network Academy) en coopération avec l’INPT. Il s’agit d’un programme célèbre à travers le monde qui compte de grands instituts et universités partenaires. g

IBM promeut le Corporate Service Corps Dans le cadre du programme Corporate Service Corps (CSC), initiative mondiale d’IBM visant à fournir aux petites entreprises, institutions éducatives et organisations à but non lucratif, implantées sur des marchés émergents, des conseils en ma-

di, h Rachi Abdalla roc BM Ma I ’ d G D

nagement et en développement des compétences pour améliorer les conditions locales et favoriser la création d’emplois, le Maroc a connu, en fin Février dernier, la visite d’une équipe internationale de 10 consultants issus des USA, de l’Inde, de Taïwan, des Philippines, du Japon et de l’Australie, visant à offrir leur expertise dans le domaine du développement économique et social. Rappelons qu’il s’agit de la deuxième visite d’une telle équipe au Maroc du fait que l’Afrique se trouve au cœur du programme CSC d’IBM alors qu’en 2011, IBM annonçait l’envoie de 600 employés en Afrique pour des missions de bénévolat à l’horizon de 2015. A ce propos, Abdallah Rachidi, DG d’IBM Maroc déclare «IBM est fier d’être un partenaire capable d’innover pour transformer le secteur public marocain, en apportant son aide à l’élaboration d’une approche globale favorisant le progrès économique et social». g

06


N째3 Avril - Juin 2012


ACTUALITES Cisco Expo Maroc 2012

R&M expose pour la première fois au Maroc eichle & De-Massari (R&M) (www.rdm.com), un des principaux fabricants mondiaux de solutions de câblage passives pour réseaux de communication de haute qualité, a exposé pour la première fois au Maroc, à l’occasion du Cisco Expo 2012. Ce fut «une excellente occasion pour présenter aux professionnels, mais aussi au public, des produits innovants tels que le Single Circuit Management System, la solution tout-en-un HD panel et le connecteur Cat. 6A avec lequel R&M a gagné le prix du meilleur concepteur au monde IF Product Design Award en Mars 2011», explique Alfred Tharwat, Directeur régional Afrique. Jean-Pierre Labry, Vice Président Moyen-Orient et Afrique ajoute: «le Maroc détient un potentiel considérable pour nos produits dans un marché ouvert et tourne vers les nouvelles technologies». Avec des solutions de câblage pluridisciplinaires (bâtiments de bureaux,

R

Jean-Pierre Labry

réseaux d’opérateurs, Datacenters, industrie, etc.), des produits de haute qualité et un design avant-gardiste, R&M est connue pour ses produits de haut niveau de qualité et ses solutions de haut niveau de disponibilité, offrant une exploitation du réseau à faibles coûts et des investissements pérennes à long terme. g

Les Marocains plus mobiles Décidément, le secteur des télécoms connait une réelle révolution au Maroc. Et les indicateurs 2011 le confirment bien. Ainsi, le prix des communications, mesuré par le revenu moyen par minute (ARPM), maintient sa tendance baissière au terme de l’année 2011 avec une baisse de 34% pour le segment mobile s’établissant à 0,74 DHHT/min, de 6% pour le segment fixe, à 0,95 DHHT/min, 17% pour le segment ADSL, à 116 DHHT/mois/client et 33% pour la 3G, à 37 DHHT/ mois/client. L’usage moyen des abonnés mobiles a aussi connu une progression considérable de 39% atteignant 57 min/mois/ client alors que la consommation moyenne des abonnées fixes a reculé de 7% à 126 minutes par mois. En termes d’abonnés, le parc du mobile totalisait plus de 36,5 millions

ISO 9001 v2008

Veritas Maroc certifie CBI vec plus de 42 ans d’existence, riches en innovation et en implication, CBI (www. cbi.ma), un des pionniers du conseil pour professionnels, s’est imposée comme un intégrateur de référence dans le secteur des TIC au Maroc. Forte de plus de 150 consultants pluridisciplinaires, hautement qualifiés, expérimentés et certifiés, CBI renforce sans cesse sa position à l’échelle africaine et se distingue davantage par sa couverture globale des besoins d’entreprise en matière de Systèmes d’Information (SI). Fidèle à son leitmotiv de toujours «être, pour ses clients, un producteur de productivité», à ses valeurs et à ses engagements centrés client, CBI a obtenu la certification ISO 9001 v2008

A

N°3 Avril - Juin 2012

pour l’ensemble de ses services de supervision, de maintenance et d’infogérance. Cette certification, délivrée par le Bureau Veritas Maroc, vient donc confirmer la maturité et l’efficience de son organisation dans des services IT novateurs et complexes tels que la supervision ou l’outsourcing. Couvrant aussi l’ensemble des services de maintenance et de support de CBI, cette certification prouve encore une fois son engagement durable dans l’accompagnement de ses clients dans la réalisation des objectifs assignés à leurs SI. Ainsi, CBI s’appuiera sur son système Qualité pour améliorer en permanence ses prestations et services visant la satisfaction continue de ses partenaires et clients. g

d’abonnés à fin 2011 dont 1,55 million en post-payés. Ainsi, le parc mobile a évolué de plus de 14% et connu un taux de pénétration de plus de 113%. Cependant, le parc fixe a connu une baisse de 4,8% à plus de 3,5 millions d’abonnés dont 2,29 millions en mobilité restreinte. Le nombre d’abonnés Internet a également progressé ; Il affiche désormais plus de 3 millions d’abonnés, avec un taux de pénétration de près de 10% et un taux de croissance de plus de 70%. Particulièrement, le segment de la 3G représente plus de 81% du parc global et s’établi à plus de 2,5 millions d’abonnés, soit une progression de plus de 89,6%. g

08


Innov’IT 2012

Une 5e édition sous le signe de la mobilité ans le cadre de son processus de promotion des TI au profit de l’enseignement supérieur national, compte tenu des tendances de développement des SI au Maroc et dans le monde, l’AUSIM (Association des Utilisateurs des Systèmes d’Information au Maroc) organise pour la 5e année consécutive, l’Innov’IT « HYPERLINK http://www. innovit.ma/ www.innovit.ma» (Concours Marocain de l’Innovation dans les Technologies de l’Information) sous le thème des «Services Mobiles», et ce, en partenariat avec l’EHTP (Ecole Hassania des Travaux Publics) où la cérémonie de présentation des projets aura lieu en mai prochain. Les équipes concourantes, issus des filières «ingénieur» en informatique de plus de 26 établissements d’enseignement supérieur

D

public au Maroc dont l’ENSIAS, l’INPT, l’EMI, l’INSEA, l’ENSEM, l’ENIM, l’EHTP, les ENSA, les FST et l’université Al Akhawayne, devront réaliser un service mobile innovant, destiné aux citoyens ou

aux entreprises et permettant l’accès via un terminal mobile à des services offerts par des administrations publiques ou des entreprises privées ou favorisant l’accès et le partage d’information d’intérêt commun. g

Exigez Le Meilleur, Essayez F-Secure Gratuitement Pendant 3 Mois Pour mon Entreprise, J’ai besoin d’une protection Anti-Virus Sûre et Legère ...

Essayez Gratuitement l’Anti-Virus le plus adapté à votre Business Rendez-vous sur le site: www.nevo-technologies.com/PSB-promo

Contrôle antispam Informations de sécurité Mises à jour automatiques Correctifs logiciels et mises à niveau des automatiques

Tél: +212 5 37 77 97 82

versions

pour télécharger votre Anti-Virus F-Secure version “Protection Service for Business” valable 3 mois.

vb

Fax: +212 5 37 77 38 50

N°3 Avril - Juin 2012

av-test.org

/20

www.nevo-technologies.com

TEST

12

contact@nevo-technologie.com

11

54,Avenue de France 2éme étage Agdal Rabat 10000 Maroc

APPROVED CORPORAT ENDPOINT PROTECTON NO. 114901

100

VIRUS virusbtn.com

TEST av-test.org

20 11

Configuration locale des fonctions de sécurité

Oct 2011

Protection contre les virus et les logiciels espions

AWARD BEST PROTECTION F-Secure Client Security

09


PROFIL PRO

PORTRAIT Réalisé par S. zinnid

Noureddine Aouda,Vice-Président APC by Schneider Electric Morocco

Un homme qui gère bien son énergie Ingénieur de formation, Noureddine Aouda est devenu un manager primé au sein d’APC by Schneider Electric Maroc. Profil d’un homme qui ne badine pas non plus avec sa vie de famille. atif de la ville de Meknès, Noureddine Aouda a eu plutôt une enfance heureuse, sans grande frustration. Sa scolarité plutôt brillante, il l’a suivie dans les écoles publiques de la même ville. Désireux de prendre sa vie entre ses mains et se détache un peu de sa famille et décide en concertation avec ses parents d’aller poursuivre ses études supérieures en France avec comme objectif, un parcours classique d’ingénieur. Il intègre les classes préparatoires à Lyon, entre 1987 et 1989, pour ensuite débarquer à Toulouse où il fait ses études d’ingénieur en génie électrique et automatisme à l’Institut Polytechnique. N’ayant pas envie d’intégrer le marché du travail une fois le diplôme d’ingénieur en poche,

Photo A. Alaoui

N

Noureddine Aouda enchaine avec une thèse de doctorat qu’il obtient en 1995 et intègre, dans la même année, le Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS) en France pour des recherches sur le même sujet. Deux ans après, il décide de rentrer au Maroc pour des raisons «strictement privées», comme il dit, et entame sa carrière d’ingénieur au sein de l’ONE en tant que responsable d’un service technique dans la région du Nord-Ouest. «Cette première expérience n’a pas été aussi longue, puisqu’au bout de sept mois, j’ai rejoint OTIS en tant que responsable du service client», dit-il. Deux ans après, il rejoint MGE UPS Systems Maroc (aujourd’hui Schneider Electric IT), comme directeur des services. Pour un profil ayant reçu une

N°3 Avril - Juin 2012

formation technique, il parait un peu bizarre qu’on lui confie des postes où le relationnel prime. A cela Noureddine Aouda réplique: «vous savez, la formation des ingénieurs, n’est pas axée uniquement sur les compétences techniques. On y développe aussi celles relationnelles. Il ne faut pas oublier qu’un ingénieur ne possède pas uniquement un savoir technique. Il jouit d’abord d’une certaine logique qui lui permet de résoudre avec aisance certains problèmes d’ordre organisationnel, ou relationnel, ...». En 2005, il devient directeur commercial au sein de la même entreprise. Quatre ans après et suite à des changements organisationnels, Noureddine Aouda se voit confier le poste de responsable de la Business Unit en tant que vice-président. Un poste managérial qu’il ne doit pas uniquement à sa formation d’ingénieur, mais aussi aux compétences qu’il a su développer grâce aux différentes missions dont il a été chargé, mais aussi à une formation idoine: un Executive MBA de Paris Dauphine, en double diplômation avec HEM (MBA de Management général). Ingénieur Manager, Noureddine Aouda est aussi père de trois filles. Son poste et ses responsabilités influent-elles sur sa vie privée? «Le week-end est sacré pour moi. Je n’y travaille pas. Je le consacre à ma petite famille», réplique-t-il. Mieux encore, Noureddine Aouda trouve le temps de déjeuner en famille et ramener ses princesses à l’école. «Certes, je suis passé par des périodes où je voyageais beaucoup, mais désormais ce n’est plus le cas. Il m’arrive aussi de travailler douze ou treize heures par jour, toutefois je fais tout pour être avec mes filles avant qu’elles ne s’endorment». Cet engagement familial sur lequel il est intransigeant ne l’a pas privé de consécration au niveau professionnel. En plus du parcours qu’il a réalisé, Noureddine Aouda vient de décrocher en 2010 le prix du meilleur commercial pour la zone France Benelux et Afrique francophone. De quoi lui donner une belle motivation pour continuer à aller de l’avant. g

10


Connecter 5 Milliards de personnes à travers des réseaux Internet Hauts débits d'ici à 2015, telle est la vision de Nokia Siemens Networks. Quand on sait que le sixième de la population mondiale se trouve en Afrique et que le taux de pénétration de l'Internet Mobile est inférieur à 9%, on comprend que l'Afrique est indispensable à la réussite de notre vision. Quand on ajoute à ce constat le fait qu'une augmentation de 10% de la pénétration Internet haut débit résulte dans une croissance moyenne de 1,38%* du PIB d'un pays émergent, notre vision chez Nokia Siemens Networks Afrique est de connecter non seulement l'Afrique mais toute l'Afrique. C'est notre façon à nous d'œuvrer pour le développement de ce continent.

*) Une étude menée par Professeur Leonard Waverman de la London Business School au profit de Nokia Siemens Networks en 2005 avait permit d'établir une corrélation directe entre la croissance de la pénétration mobile et celle du PIB éstimée à 0,6% pour chaque 10% supplémentaire de pénétration. En 2009 et dans son rapport, la Banque Mondiale a estimé que cet impact dans le cas de L'Internet hautdébit était de 1,38% pour un pays en voie de développement. N°3 Avril - Juin 2012


PROFIL PRO

INTERVIEW

Noureddine Aouda, Vice Président APC by Schneider Electric Morocco

«Malgré le contexte, APC by Schneider ElI (supervision et aide à l’évolutivité des équipements). Au niveau des marchés, APC by Schneider Electric est présent à peu près dans tous les secteurs d’activité: Datacenter, banques et assurances, secteur industriel, administrations publiques. En termes de ressources humaines, APC by Schneider Electric étant un groupe à dimension internationale, nous comptons à peu près 12 000 collaborateurs répartis sur plus de 100 pays, dont le Maroc. Côté chiffre d’affaires, APC by Schneider Electric a réalisé, en 2010, 2,6 milliards d’euros.

Que pouvez-vous nous dire sur APC by Schneider Electric? APC by Schneider Electric est l’une des divisions commerciales stratégiques d’un groupe à dimension internationale, à savoir le groupe Schneider Electric, qui est spécialiste dans, ce qu’on appelle dans un sens large, la gestion de l’énergie électrique. Notre métier au sein de Schneider, particulièrement au niveau d’APC, est la gestion de l’énergie électrique entre les lieux de production, comme les centrales thermiques, par exemple, et les lieux de consommation, quelque soit leur type. Entre ces lieux de production et les lieux de consommation, nous intervenons à tous les niveaux (hormis les câbles) pour transformer l’énergie électrique et améliorer sa qualité. Au sein d’APC by Schneider, on s’intéresse non seulement à la gestion de cette énergie électrique, mais à sa qualité. La mission d’APC by Schneider Electric c’est l’alimentation sécurisée et le refroidissement. C’est-à-dire que, notre N°3 Avril - Juin 2012

métier est de fournir une alimentation de qualité avec un refroidissement efficace des équipements critiques qui sont les serveurs informatiques, les automates, les variateurs de vitesse des process industriels. C’est vrai que nous sommes principalement orientés technologies de l’information et télécoms, mais on s’adresse aussi à tous les marchés où il y a des applications critiques. Par ailleurs, depuis trois ans, APC by Schneider Electric a une nouvelle offre innovante. Au Maroc, on est les seuls à avoir une expertise dans ce domaine qu’est celui des Datacenter. Nous avons dans ce sens changé d’orientation et au lieu de fournir uniquement des «boites», nous nous sommes orientés vers des solutions intégrées de Datacenter. Autrement dit, nous fournissons des solutions clé en main, à l’exception des solutions informatiques: infrastructure physique qui permet de sécuriser l’alimentation électrique, de refroidir correctement, de se prémunir contre les intrusions physiques (aspects sécurité) et enfin des solutions de management

On entend souvent parler de l’énergie électrique sécurisée. De quoi s’agit-il exactement? Vous savez, quand on procède à l’électrification dans un pays, il y a plusieurs niveaux. D’abord celui consistant à faire disposer la majeure partie de la population de l’énergie électrique, même si elle n’est pas de bonne qualité. Après ce niveau, intervient celui de la qualité. Il s’agit de s’assurer de sa bonne qualité en observant sa moyenne de coupure annuelle. Au Maroc, nous ne sommes pas encore dans cette phase. On l’est peut-être dans certains milieux citadins, mais pas dans celui rural. Certes, la couverture du monde rural a atteint un taux très fort grâce au programme PREG (Programme d’Electrification Globale), mais le souci de qualité demeure toujours posé. Les conséquences d’une coupure peuvent être très néfastes. Pensez aux applications critiques de type informatique où même une microcoupure n’est pas tolérable parce que le risque de perte de données sensibles devient grand. En effet, bien qu’une microcoupure ne dure qu’un dixième de seconde, il ne faut pas oublier que la vitesse de traitement des données au niveau des serveurs est de l’ordre de la microseconde. C’est à ce niveau qu’on parle de la sécurisation de l’énergie. C’est-àdire qu’entre l’énergie qui nous est fournie par le distributeur national, ou la régie, et le lieu de l’utilisation, on va utiliser une interface qui va permettre de se prémunir contre tous ces aléas, dont les coupures et les variations de tension. Dans ce sens, APC by Schneider Electric a toute une gamme de produits qui permettent cette sécurisation.

12


Par S. Zinnid

Iectric Maroc est en pleine croissance» Et pourquoi APC by Schneider Electric s’est lancé dans la climatisation et les solutions de sécurité physique? Parce que tout simplement notre métier est de faire en sorte que les applications critiques de nos clients soient disponibles. Et cette disponibilité est liée à la fois à l’électricité et à la climatisation. Si vous avez un serveur qui n’est pas climatisé, il va s’arrêter par échauffement. Cette notion de disponibilité impose à APC by Schneider Electric d’élargir sa gamme de produits à tout ce qui relève de la sécurité physique: systèmes de vidéo surveillance, systèmes de contrôle d’accès, systèmes de détection d’incendie… Cette multitude de produits fait que APC by Schneider Electric est capable de fournir des solutions intégrées à ses clients. La gestion de leur projet devient de fait assez moins compliquée.

Notre métier au sein de Schneider, particulièrement au niveau d’APC, est la gestion de l’énergie électrique entre les lieux de production et les lieux de consommation, quelque soit leur type. Pour la sécurité physique, est-ce que vous faites appel à des prestataires ou ce sont vos propres produits? En fait, Schneider Electric est une société qui, traditionnellement, fait de la croissance organique interne. C’est-à-dire que moi je suis entreprise lambda, j’ai vendu X millions de Dhs cette année. Je vends X millions de Dhs + 15%, l’année prochaine. En plus de cette croissance organique, on fait aussi de la croissance externe. Autrement dit, puisqu’on est une société qui est en bonne santé financière, on procède à l’achat d’autres sociétés qui sont dans notre giron. Schneider Electric achète des sociétés chaque année et les intègre dans le Groupe. Avec cette croissance externe, on a vu notre portfolio de produits/solutions se développer de manière considérable. Ce sont donc en fin de N°3 Avril - Juin 2012

compte nos produits qu’on offre aux clients et non pas ceux de prestataires externes. C’est précisément l’avantage de notre démarche dans la mesure où l’ensemble de nos prestations est parfaitement cohérent. Si on prend l’exemple des Datacenter, avec l’offre Schneider, on peut livrer à peu près 70% du matériel qu’on peut trouver dans un Datacenter. Qu’en est-il de votre positionnement par rapport à vos concurrents? Nous sommes au Maroc depuis plus de 20 ans, que ce soit par le biais de Schneider Electric, ou de MGE UPS Systems, dont Schneider était un de ses actionnaires. Nous avons donc une présence historique. Nous nous sommes fait un nom et les clients nous connaissent. Par rapport à la concurrence, on se distingue aussi par une présence locale effective et complète alors que la majorité de nos concurrents se contentent d’une représentation commerciale. Pour ce qui est des niches, jusqu’à il y a trois années, nous étions principalement présents sur le marché de l’alimentation sécurisée, à savoir l’onduleur. Après la formation d’APC by Schneider Electric (IT Business), née de la fusion entre MGE UPS Systems et APC ,que Schneider a racheté en 2007, nous avons hérité d’un catalogue de produits énorme: les armoires informatiques; les équipements de sécurité; les Datacenter; etc. Ces produits on représenté pour nous une excellente occasion pour un nouveau positionnement, comme c’est le cas pour les Datacenter dont le marché est véritablement bourgeonnant. D’ailleurs, au regard de la demande et des besoins, on peut dire que ce marché va croitre à deux chiffres dans les trois prochaines années. Selon le contexte socioéconomique et politique, comment voyez-vous les perspectives du marché? Quoi qu’on puisse dire, le printemps arabe a eu un impact sur l’économie des pays concernés. Pour ce qui est du Maroc et particulièrement pour les donneurs d’ordre publics, les opérateurs qui sont dans le domaine des TIC s’accordent à dire que cette année il y a eu moins d’appels d’offres, comparaison faite avec les années

précédentes. Il faut savoir qu’avec le nouveau gouvernement l’avantage est donné aux concessions sociales et donc, cette politique influencera ipso facto les dépenses publiques. C’est pourquoi on a vu dans certaines gammes de produits une baisse d’activité. Mais, pour ce qui est d’APC by Schneider Electric, globalement, cette année n’a pas été mauvaise. Au contraire, c’est une année où nous allons réaliser une très bonne croissance. La raison? Eh bien, d’abord parce que le Maroc est engagé dans de grands projets où nous sommes activement présents. D’autre part, nous sommes actifs dans des secteurs en pleine croissance. Nos principaux clients sont dans le secteur des assurances, des banques, des services, des centres d’appel, etc. Certes au regard du contexte actuel, on s’attend à davantage de restrictions au niveau des dépenses publiques, mais avouons-le, cela a été déjà le cas en 2010. Et donc, on croit que l’année en cours n’aura pas un impact aussi négatif qu’on le pense. Du moins pour APC by Schneider Electric qui accompagne des entreprises leaders sur le plan national, tel que l’OCP par exemple. Ceci sans oublier sa présence au niveau de projets de grande envergure, tel que le Tramway de Casablanca dont nous sécurisons l’alimentation électrique. g

13


BUSINESS Nokia Siemens Networks

Internet haut débit mobile et la gestion expérience client au centre de la nouvelle stratégie Le 23 Novembre 2011, Rajeev Suri, le CEO de Nokia Siemens Networks, faisait une annonce qui ne passera pas inaperçue chez les experts du monde des télécommunications. L’équipementier a décidé de recentrer ses activités sur les réseaux mobiles et les services, plus précisément sur le Mobile Broadband (Internet Mobile à Haut Débit) et Customer Experience Management (Gestion de l’expérience client). Détour. etour sur l’histoire. Annoncée l’été 2006, la fusion entre les deux divisions infrastructure télécom des géants Nokia et Siemens, a été concrétisée le 1er Avril 2007 et présentait plusieurs atouts. En effet, Siemens était un mastodonte symbolisant la suprématie de l’ingénierie made in Germany avec à son actif, une histoire de plus de 150 ans en télécommunications et Nokia, bien qu’ayant débuté dans la production du papier et du caoutchouc au 19e siècle, avait grandement réussi sa mutation en géant des télécommunications durant les années 80 pour devenir le N°1 mondial de la téléphonie mobile. Ce leadership lui a permis une profonde compréhension du marché des terminaux mobiles et du comportement de l’utilisateur final qui serviront la nouvelle filiale. En avril 2010, Nokia Siemens Networks rachète Motorola réseaux. Cette acquisition a permis à la compagnie de renforcer sa position sur le marché américain tout en devenant le leader incontesté sur les marchés avancés en télécom à savoir le Japon et la Corée du Sud. Aujourd’hui, un quart de la population mondiale se connecte chaque jour grâce aux équipements de Nokia Siemens Networks.

R

Un développement au regard des changements Lors de la première décennie de ce siècle, il a été constaté une transformation du comportement de l’utilisateur final. Ce dernier est devenu plus gourmand en termes de bande passante et de volumes de téléchargements (les débits GPRS de 30 kpbs offerts il y a une décennie semblent de la préhistoire), d’une part, et plus exigeant en termes de qualité réseau N°3 Avril - Juin 2012

et service client, d’autre part. «Quand nous regardons l’évolution du comportement client depuis l’avènement du GSM il y a 20 ans, nous constatons une évolution rapide des besoins en débit, accompagnée d’une exigence toujours croissante de la qualité de serNSN, socialement engagé En étroite collaboration avec l’UNICEF, Nokia Siemens Networks Maroc participe au projet DAO (Dar al Oumouma) dont l’objectif est de permettre au Maroc de réaliser ses objectifs Millénium Challenge par rapport à la réduction du taux de mortalité de la maman et du bébé à l’accouchement. Ainsi, en automatisant les moyens de communication entre différents acteurs, la compagnie espère augmenter le taux d’accueil des femmes enceintes dans les zones rurales au sein de la DAO pendant l’intervalle critique (2 semaines avant et après l’accouchement) permettant ainsi la diminution des risques de mortalité de la maman et/ou du bébé.

vice dont le service client. Aujourd’hui, les clients cherchent à être connectés «anytime, anywhere» à leurs emails, compte Facebook et autres applications sans contraintes de temps ou d’espace et surtout sans avoir à être un as de la technologie», nous confie Bassim Bennani, Directeur Marketing et Communication pour l’Afrique du Nord et de l’Ouest. Forts de cette constatation confirmée par plusieurs études clients et d’un leadership bien établit dans les deux domaines, Nokia Siemens Networks a donc décidé de réaligner ses activités pour se concentrer sur le haut débit mobile (Mobile Broadband) ainsi que la gestion de l’expérience client (Customer Experience Management ou CEM) et les services. «Depuis le début de l’histoire de la téléphonie mobile, nous avons été pionniers des différentes technologies: 2G, 3G et aujourd’hui LTE (4G). Les premiers appels GSM et LTE, le plus grand nombre de références radio 3G et 4G avec respectivement 206 et 52, c’est nous. Le record mondial de débit sur LTE avec 1,4 Gpbs, c’est aussi nous. Par conséquent, non seulement nous pensons qu’il y a une forte demande de haut débit mobile sur le marché mais nous sommes aussi confiants de la satisfaire et de

14


Par S. Zinnid

Maria Oudghiri manière intégrale et innovante». Pour illustrer son témoignage, Nokia Siemens Networks nous donne l’exemple du Liquid Net lancé en Septembre 2011, un concept innovateur, pour remédier aux problèmes de congestion des réseaux mobiles. Liquid Net permet à un opérateur de configurer son réseau pour qu’il s’adapte automatiquement aux besoins de capacité de plus en plus imprévisibles des utilisateurs et par conséquent remédier aux situations où des réserves de capacité restent inutilisées dans une partie du réseau alors qu’une autre souffre d’un manque de capacité à un instant donné. Bassim Bennani ajoute à ce propos: «liquid Net permet de libérer la capacité inutilisée pour l’allouer instantanément, où et quand il le faut, à l’échelle du réseau. Pour prendre un exemple, la capacité allouée aux clients au quartier d’affaires Sidi Maarouf est inutilisée en weekend alors qu’une plage par exemple recevant un afflux inattendu pendant le weekend risque de manquer de capacité. Liquid Net adaptera les capacités

Aujourd’hui, un quart de la population mondiale se connecte chaque jour grâce aux équipements de Nokia Siemens Networks du réseau de manière transparente, automatique et instantanée pour homogénéiser l’offre de la capacité à la demande». Alors que le premier axe de la nouvelle stratégie de Nokia Siemens Networks se donne pour objectif d’anticiper et de répondre aux besoins croissants et variables du débit mobile Internet, le deuxième axe, à savoir le CEM, se veut d’être un ensemble d’outils qui permettra aux opérateurs d’offrir une expérience client unique. «Aujourd’hui, il nous arrive à tous d’avoir des drop calls (des appels interrompus par le réseau). En fonction de leurs fréquences et du moment où ils se produisent, cela peut être une source de frustration. Imaginez maintenant, qu’après un ou plusieurs drop calls, l’utilisateur en question reçoive un SMS de son opérateur s’excusant du désagrément et lui offrant gratuitement la communication suivante!», précise Bennani. Un autre exemple, aussi vécu par plusieurs parmi nous, est l’accès à Internet quand nous changeons de téléphone. Dans pareils cas, il nous faut en général modifier les paramèN°3 Avril - Juin 2012

tres de connexion Internet sur le nouveau terminal. Cela suppose plusieurs choses: avoir identifié l’origine du problème; retrouver l’écran de paramétrages et avoir sous la main les bons paramètres. Un vrai parcours de combattant pour le commun d’entre nous. Selon Bassim Bennani, ce n’est plus le cas avec CEM, « En résumé, grâce à notre CEM, nous retrouvons l’ordre naturel des choses. C’est la technologie qui s’adapte au client final et non plus le contraire comme cela a été depuis l’avènement de la téléphonie mobile». De l’éthique avant toute chose Chez Nokia Siemens Networks, en plus du leadership technologique, la culture éthique de l’entreprise est fièrement arborée. «Nous sommes une multinationale et bien évidemment nous œuvrons pour l’intérêt des actionnaires. Cependant chez nous et c’est ancré dans notre culture, cet intérêt ne prend jamais le dessus sur l’intérêt général de nos employés, de la communauté ou des principes universels», déclare B. Bennani. Dans ce sens, l’équipementier a mis à la disposition de ses équipes et en dizaines de langues, un code détaillé de l’éthique (appelé Code of Conduct). Ce code est mis à jour annuellement et chaque année tous les employés dans le monde sont appelés à se former, passer et réussir le test. De même, un numéro vert et une adresse email sont mis à la disposition des employés pour signaler et de manière anonyme tout comportement contraire à ce code de conduite. Quid de Nokia Siemens Networks au Maroc? Le Maroc représente un hub de grande importance pour Nokia Siemens Networks dans sa stratégie visant la conquête du marché africain. En effet, constatant que l’Afrique constitue un marché avec un potentiel de croissance énorme, l’équipementier a fait de l’Afrique, une région à part entière avec le Maroc comme siège pour l’Afrique du Nord et de l’Ouest couvrant 25 pays dont le Nigéria qui est le plus grand marché des télécoms en Afrique. Le choix du Maroc est né d’un ensemble de critères que Bennani résume en trois points essentiels: D’abord, la volonté de se rapprocher de ses clients, en particulier le groupe Maroc Telecom qui est l’un des plus importants groupes d’Afrique. Puis, l´évolution rapide du secteur des télécoms au Maroc ainsi que l’importance qui y est accordée par les pouvoirs publics. Et enfin, une offre riche en compétences locales en particulier en matière d’ingénierie télécoms et du multilinguisme. g

Directrice RH, Nokia Siemens Networks Maroc

Qu’est-ce qui différencient les RH au sein de Nokia Siemens Networks par rapport à la concurrence ? Chez Nokia Siemens Networks, la culture est basée sur le respect des cinq valeurs de l’entreprise: open communication, inspire, focus on customer, innovate, win together. Pour la politique RH, cela se traduit par plusieurs principes. Tout d’abord, la transparence et l’équité en matière de recrutement. En effet, nous mettons à la disposition des employés, un moteur de recherche qui liste les opportunités au niveau mondial. Chaque employé est libre de postuler selon son plan de carrière sans limitation de pays. Cela permet, en plus d’un transfert interne de compétences entre fonctions et régions, de créer une diversité. Justement, la diversité est le second principe de notre politique RH et celle-ci est visible même au niveau de notre Executive Board. En effet, bien que nous soyons une entreprise germano-finlandaise, nous avons dix nationalités sur un ensemble de quatorze membres et notre PDG est de nationalité Indienne. Cette diversité est née de l’encouragement de la compétence qui a permis à des talents d’émerger de par le monde et se retrouver au niveau du Board. C’est de cette manière que la compétence s’est imposée et qu’elle a aussi permis au Maroc de devenir le siège de l’Afrique du Nord et de l’Ouest avec plusieurs Marocains à des postes subrégionaux. La diversité explique, outre l’attractivité de notre pays, pourquoi le bureau marocain compte 18 nationalités des 5 continents. Troisième principe, chez nous l’employé est responsable de son plan de carrière et il est soutenu dans son projet par un PDP (plan de développement personnel) convenu d’un commun accord avec son line manager et aidé par des HR consultants. Une fois le PDP établit et les compétences nécessaires au plan de carrière identifiées, l’employé s’appuie sur NSN Academy pour les développer. Celle-ci dispense annuellement 5400 formations dans 40 pays et dans 9 langues différentes couvrant aussi bien les hardskills que Softskills (e.g. Leadership). L’autre force de NSN est la communication. Des blogs sont mis en place pour le partage d’information et les échanges d’idées entre employés et entre employés et le Board. Ces blogs permettent en plus aux études annuelles de satisfaction de créer un canal direct qui permet d’être à l’écoute de l’employé, de ses idées, ses joies, ses frustrations et ses besoins. Notre vision est de connecter des milliards de personnes entre elles et nous commençons déjà chez nous! g

15


LEADERS Dell

M. Larbi Berrada

Du PC aux solutions: tout un virage

«DELL dispose ac solutions IT le pl

Depuis sa création en 1984, Dell n’a cessé d’entreprendre des stratégies innovantes défiant toute concurrence; ce qui se confirme d’ailleurs dans un contexte économique morose où les plus petits n’ont plus de place. En effet, Dell a connu courant ces vingt quatre derniers mois, une transformation majeure passant d’un «fournisseur de PC» à un «fournisseur de solutions» de bout en bout. Retour sur l’expérience d’un géant. endant plus de 28 ans, Dell n’a cessé d’innover apportant des technologies de pointe qui lui permettent d’accompagner les tendances du marché ainsi que les besoins de ses clients. C’est ainsi que Dell a pu constituer un portefeuille technologique à forte valeur ajoutée qui inclut des solutions efficaces et complètes, mais surtout, cohérentes et abordables, couvrant les besoins des consommateurs et des entreprises, du desktop au Datacenter et du point d’accès jusqu’au Cloud.

P

Le PC moins rentable? Au titre du T4 2011, Dell a généré 2,68 G.US$ de chiffre d’affaires sur les ventes d’ordinateurs pour ce qui est du marché grandpublic, avec une marge d’exploitation de 1,2%. Au titre de la même période, la division Entreprise de Dell avait réalisé un CA de 4,91 G.US$, dont 2,1 G.US$ de vente d’ordinateurs aux pros. Certes, la fabrication de PC est fructueuse, mais pas assez; ce qui justifie le tournant stratégique pris par Dell. Une métamorphose amorcée il y a bien longtemps Pour réussir son virage, Dell ambitionnait d’apporter une propriété intellectuelle dans les domaines clés connaissant une réelle croissance, notamment, le networking, la gestion des donN°3 Avril - Juin 2012

Source: Fiscal Year 2011 in Review, www.dell.com

nées non structurées, la sécurité, la BPO, etc. Sur le plan technologique, Dell s’est positionné sur les segments du stockage, de la virtualisation, de l’intégration, du traitement de données, … et la liste est longue. g Dell en Chiffres Dell dispose de 60 centres de support technique, 7 centres de commande globaux et 110.000 personnes dans environ 90 pays dont 47.000 qui gèrent les services d’entreprise. Le tout est conçu pour fournir une suite complète de services informatiques et de conseil aux entreprises.

DG Dell Maroc

Quelle est la plus-value de votre nouvelle stratégie  et quel est son apport aux usagers au Maroc ? Aujourd’hui, Dell dispose de l’un des plus larges portefeuilles de solutions et services informatiques sur le marché, conçu pour une variété d’audiences, des grandes entreprises aux organisations publiques de la PME aux consommateurs. Aussi, nos récentes acquisitions ont joué un rôle clé dans le changement de nos activités pour un succès sur le long-terme et nous disposons, actuellement, du portefeuille de solutions IT le plus développé de notre histoire. Cela signifie que nous sommes bien positionnés pour continuer à créer de la valeur pour nos clients et investisseurs. En adoptant cette stratégie, vous avez découvert une nouvelle niche sûrement porteuse, mais, où vous ne serez pas seul. Qu’est-ce qui vous différencie de vos concurrents ? D’un point de vue innovation, nous ambitionnons de permettre à nos clients de pouvoir récupérer et redéployer leurs infrastructures informatiques, réduire le gaspillage de ressources et maximiser leurs acquis. Nous fournissons des solutions qui sont meilleures d’un point de vue «coût et efficacité» par rapport à la concurrence, cela était possible en proposant des solutions ouvertes et flexibles où le client reste libre de ses choix technologiques; des solutions fonctionnelles et innovantes avec des fonctionnalités qui répondent aux besoins des clients et des solutions abordables que nos clients peuvent acquérir et gérer en respectant leurs budgets. Cette approche permet à nos clients de tirer le meilleur de l’architecture non-exclusive. Notre stratégie est singulièrement différente des concurrents. Qu’en est-il du Cloud Computing & du SaaS ? La valeur du Cloud Computing n’est pas seulement d’ordre technologique. Notre stratégie dans le Cloud découle du postulat que chacun de nos clients aura une manière unique pour adopter le Cloud, sa propre transition vers le Cloud, basée sur ses contraintes informatiques et la particularité de son organisation. Par exemple, plusieurs entreprises opteront pour le Cloud privé en raison de la conformité réglementaire et les soucis de sécurité liés à l’utilisation d’un service Cloud hébergé publiquement. Les services seront aussi un élément clé pour plusieurs

16


Par M. Malah

tuellement du portefeuille de us développé de son histoire» entreprises qui adoptent le Cloud. Cela est dû à la complexité des options et la nécessité de répondre, avec précaution, aux besoins en technologie de Cloud Computing.  L’offre du Cloud public, privé ou hybride est partie intégrante de notre proposition de valeur en couvrant le choix des clients et en répondant à leurs besoins. Solutions Entreprise : L’offre du Cloud public de Dell apporte, aussi, un modèle informatique évolutif, basé sur la virtualisation VMware, l’unification des ressources Cloud privées et publiques avec la gestion de l’entreprise, la fonctionnalité et la sécurité nécessaire pour un large environnement d’entreprise. Sécurisée: avec notre récente acquisition de SecureWorks et notre partenariat avec Trend Micro, nous sommes en mesure de fournir une suite étroitement intégrée de services de sécurité pour protéger les actifs informatiques critiques. Dell protège son Cloud avec un modèle avancé de sécurité 3 tiers afin que le client soit assuré que ses données et applications sont sécurisées. Hybride: Dell dispose de l’expérience requise pour créer des Clouds privés pour ses clients avec une importante base installée en utilisant VMware comme fondement. Cette offre de Cloud public permettra aux clients d’étendre les avantages de l’infrastructure virtualisée de VMware pour répondre aux exigences de leurs entreprises. Dell est particulièrement bien placée pour aider les clients nouveaux et existants à la Dell Au Maroc Dell se présente au Maroc en 2 divisions. La première division est Dell Emerging Markets qui gère les activités de Dell au Maroc et qui constitue un hub pour l’Afrique du Nord et de l’Ouest pour la fourniture des productions et solutions Dell. La seconde division est Dell Business Center qui s’occupe de toutes les activités de vente, de service clients, de support technique et de services financiers destinées à l’international.

N°3 Avril - Juin 2012

création de Clouds privés, publics ou hybrides afin de répondre à leurs besoins. Nous avons aussi des Datacenter partout dans le monde qui permettent aux clients de faire du Cloud Computing et du SaaS une réalité. Ces Datacenter permettent aux clients de profiter de l’offre de l’infrastructure, de la plateforme et du Virtual Desktop-as-a-Service ainsi que l’outsourcing IT. A notre portefeuille de solutions Cloud s’est ajoutée récemment la solution vStart pour le Cloud privé de Dell. vStart est une solution pour le Cloud privé qui est pré-paramétrée, prétestée et pré-intégrée et qui inclut des serveurs, le stockage, le networking et le logiciel de gestion du Cloud. Quelques jours après la

Nous fournissons des solutions qui sont meilleures d’un point de vue «coût et efficacité» livraison, les clients peuvent commencer à voir les avantages d’un Cloud privé sans passer par les longs processus d’architecture, de création et de l’intégration. Alimentée par VIS Creator de Dell et offerte avec un choix des principaux hyperviseurs (Microsoft Hyper-V et VMware vSphere), la solution Cloud privé de Dell offre de nombreuses fonctionnalités avancées de gestion du Cloud prêtes à l’utilisation. Un petit mot sur vos tendances et nouveautés à venir? Nous allons continuer à investir dans 3 domaines clés. D’abord, des acquisitions autour d’IP (Intellectual Property/Propriété intellectuelle) notamment à travers nos nombreuses récentes acquisitions dont EqualLogic, Compellent et Force10. Le but final étant la convergence et nous croyons que dans l’avenir, les clients voudront un ensemble

convergent de solutions. Cela signifie que le déploiement des offres non-propriétaires leur permettra d’améliorer l’ancienne architecture tout en tirant le meilleur parti des nouvelles technologies. Nous visons aussi des acquisitions autour des «technologies habilitantes» notamment suite au rachat d’Ocarina, fournisseur de technologie de déduplication et de compression de renom. Une dernière cible concerne des acquisitions autour des modèles de prestation de services. A ce propos, nous avons annoncé en avril dernier, un investissement de 1 G.US$ en innovation. Au-delà de tout, Dell qui jouit d’un portefeuille de solutions, s’annonce déjà un fournisseur de confiance de solutions IT, qui ne cesse de déployer ses efforts pour renforcer sa position sur le marché et fournir à ses clients les ressources nécessaires pour innover et croître. Le but étant de garantir que la bonne donnée soit au bon endroit, au bon moment et au bon coût ... g Qui est Larbi Berrada? Larbi Berrada est titulaire d’un diplôme d’ingénieur en Informatique à L’EPSI Bordeaux. Après une riche expérience internationale en Europe et MoyenOrient, Larbi Berrada rentre au Maroc en 2002 pour participer à la création et au développement de la filiale d’un distributeur paneuropéen de solutions d’infrastructure et de services pour la région Afrique du Nord et de l’Ouest. Il rejoint en 2007 la division des marchés émergents chez Dell et occupe aujourd’hui la fonction de Country Manager sur le Maroc, Libye et les pays francophones de l’Afrique de l’Ouest.

17


Dossier Réalisé par S. Zinnid

E-commerce

Plusieurs verrous à faire sauter

Le e-commerce selon les derniers chiffres est en bonne croissance. Il se dit que de belles perspectives l’attendent. Mais, loin de tout optimisme béat, l’achat en ligne au Maroc est encore à ses balbutiements, au regard des statistiques du secteur comparées avec d’autres pays bien en avance. Les obstacles sont encore légion pour pouvoir parler d’un réel achat en ligne dans notre pays. Pourquoi ? Eclaircissements… vec la vente de 120.000 ordinateurs par an en moyenne, un marché potentiel de 14 millions d’internautes, 8 millions de porteurs de cartes bancaires et un chiffre d’affaires prévisionnel à fin 2011 de plus de 500 millions DH pour les transactions en ligne, le web marocain est devenu un espace de commerce potentiel non négligeable. De fait, un intéressant virage pour le e-commerce est engagé. Dans ce registre, deux entités concernées par le commerce en ligne viennent de publier des chiffres assez encourageants sur l’évolution du secteur: Maroc Télécom-

A

N°3 Avril - Juin 2012

merce et le Centre Monétique Interbancaire. En effet, Maroc Télécommerce qui référencie plus de 200 sites actifs sur la toile dans le domaine de l’achat en ligne vient de publier des statistiques qui indiquent que le montant total des transactions effectuées durant l’année 2011 a atteint près de 61,5 millions de dollars (513 millions de DH). Selon la même source ces transactions se sont élevées à plus de 714 000 auprès des e-marchands affiliés à Maroc Télécommerce. De fait, le e-commerce marocain enregistre une croissance à deux chiffres, comparaison faite avec l’exercice précédent (2010);

soit une augmentation de 72% au niveau du Chiffres d’affaires (35 millions de dollars en 2010) et 116% quant au nombre des transactions en ligne. Les activités pour lesquelles le paiement en ligne est le plus utilisé, selon les chiffres publiés, sont les paiements des créances telles que les factures de téléphone, d’eau et d’électricité qui s’adjugent 315 000 transactions; soit une part de 44%. Vient ensuite le shopping avec 31% des transactions, suivi par les voyages et les évènements avec 18% des transactions. Même les services de l’administration publique sont de mise sous

18


E-commerce au Maroc

la désignation plus commune de e-gov. ces services s’attribuent 50 000 transactions, soit une part de 7% de l’ensemble des transactions. Autre preuve du succès de l’e-commerce, la progression du nombre de contrats des enseignes proposant l’achat ou le paiement en ligne. Ce nombre est passé de 140 au terme de l’année 2010 à 300, un an plus tard. Et rien ne semble prêt de ralentir cette progression du e-commerce au Maroc. les prévisions seront à la hause pour un bon moment encore.

E-commerce VS paiement en ligne Toute transaction effectuée en ligne ne relève pas forcément du e-commerce. Or, il est étonnant de voir que les statistiques en question mettent dans le même panier des activités de paiement en ligne (telles les factures téléphoniques, d’eau et électricité) et celles liées au vrai e-shopping. Les 315 000 transactions (44%) doivent donc ne pas nous induire en erreur. Faites le calcul vous-mêmes et vous verrez que le e-commerce est loin d’avoir atteint les chiffres avancés. Il en est de même pour les 50 000 transactions (7%) concernant les services publiques. Certes, l’habitude de payer ses factures en ligne peut booster le e-commerce, mais ce genre d’activité n’est aucunement un acte d’achat qui, lui, est au cœur de toute définition du e-commerce qui se respecte. Cet amalgame entre le paiement en ligne et le e-commerce vient du fait que l’on focalise davantage sur les rentrées en ligne que sur ce dont bénéficie le consommateur. Ce flou dans les statistiques est encore plus pesant quand on sait qu’au niveau de la toile, il existe bel et bien une activité informelle dont on ne connait pas le chiffre d’affaires. Pensez aux différentes pages Facebook mise en place par des milliers d’individus qui vous proposent des produits allant de l’habillement jusqu’au séjours touristiques et autre voyage. Sauf que dans ce cas de figure, le paiement ne se fait pas en ligne, mais à la livraison ou une fois sur place. Un mode de paiement que choisissent d’autres entreprises, qui elles, ne sont pas du tout informelles, mais qui ne sont pas affiliés à Maroc télécommerce ou ne disposent pas de plate forme dédiée de paiement en ligne: le contre rembourssement. Il y a donc un chiffre d’affaires non calculé, mais qui est bien réalisé sur Internet. Relation corollaire entre le e-commerce et le paiement par carte bancaire (CB), ce dernier enregistre des chiffres encou-

Fatourati bientôt opérationnel Maroc Telecommerce prépare le lancement d’une nouvelle plate-forme de paiement Multi canal baptisé Fatourati qui constituerait une révolution dans le domaine du paiement au Maroc (cf.: www.fatourati.ma). Cette plate-forme opérationnelle est le fruit de 2 ans de travail. Elle permettra à partir de début 2012, aux entreprises privés et publiques marocaines d’avoir accès d’une manière optimale à une dizaine de canaux (GAB, le mobile, les agences et Internet) et moyens de paiement (cash, carte, virement et prélèvement, m-paiement) opérés par plusieurs institutions financières de références. Ce concept permet de répondre à des exigences complexes et multiples à la fois des fournisseurs du service de paiement (entreprise ou administration) et à leurs clients (particuliers et entreprises).

L’Europe progresse Au cours des quatre dernières années, le e-commerce sur le vieux continent a connu une croissance plus forte qu’aux Etats-Unis, une tendance qui devrait se confirmer en 2012, selon une étude réalisée par le Centre for Retail Research pour le comparateur en ligne Kelkoo. Outre-Atlantique, le shopping en ligne devrait ainsi progresser de seulement 12% à 224 milliards de dollars, tandis qu’il atteindra 208,5 milliards de dollars en Europe, en augmentation de 16 % par rapport à 2011. La France (+22%) et la Pologne (+24%) enregistreront les plus fortes progressions.

Source: www.averty.ma

N°3 Avril - Juin 2012

19


Dossier rageant pour l’exercice 2011, selon les statistiques avancées par le Centre Monétique Interbancaire. En effet, «Les commerçants affiliés au CMI ont enregistré, au courant de l’année 2011: 15,8 millions d’opérations de paiement, par cartes bancaires marocaines et étrangères, pour un montant global de 13,1 milliards de DH, en progression de 10,3% par rapport à l’année précédente. Par ailleurs, durant l’année 2011, les cartes marocaines à validité internationale ont réalisé 272 milles opérations à l’étranger, retraits et paiements, pour un montant global de 534,2 millions de DH, en progression de 30,8% par rapport à l’année précédente. Le paiement en ligne via cartes bancaires auprès des sites marchands affiliés au CMI a connu une progression de 72% en passant de 295,1 MDH durant l’année 2010 à 507,4 MDH durant l’année 2011. L’activité par cartes marocaines a évolué de 75,4% tandis que l’activité par cartes étrangères a progressé de 19,2% durant cette même période. Le nombre de transactions e-commerce est passé de 295 milles à 670 milles opérations (multiplié par 2,3). Ce nombre constitue une progression de 116% par rapport à 2010. La part des secteurs d’activités en nombre de transactions est répartie comme suit : Shopping (31%), Paiement de créances (de 44%), Voyages et événements (18%), e-gov (7%). Le panier moyen s’établit pour sa part à environ 750 DH pour les paiements par carte bancaire, en baisse de 20% par rapport au 2010 (900 DH). Cette baisse est justifiée par le développement des transactions dans les secteurs d’activités autres que le voyage dont le panier moyen est situé à environ 1500 DH et portant sur des produits et des services de plus en plus variés portant sur un panier moyen de 300 DH. L’offre continue de croitre: 300 contrats signés à fin 2011 contre 140 à fin 2010. L’arrivée de nouveaux sites continue d’alimenter le dynamisme des ventes en ligne. L’offre en ligne est de plus en plus riche et le nombre de site actifs a dépassé 200. Ces chiffres encourageants relatifs aux transactions en ligne ne doivent pas être l’arbre qui cache la forêt. En effet, sur 8 millions de cartes circulant sur le marché, le recours au paiement en ligne par le consommateur marocain reste encore timide. Plusieurs raisons sont à prendre en considération: l’informatisation des N°3 Avril - Juin 2012

Source: ANRT

foyers laisse encore à désirer; la pénétration d’internet n’a pas encore atteint sa vitesse de croisière, surtout au niveau de l’ADSL. Les banques, de leur côté, ne sensibilisent pas encore assez leurs clients aux opportunités que peut leur offrir la détention d’une carte bancaire pour effectuer des achats en ligne. Pire encore, même le paiement par CB auprès des commerçants n’est pas encore à son apogée. Ce qui a poussé le CMI a encourager l’usage de la carte bancaire en proposant aux bancarisés ayant effectué des achats par CB de pouvoir profiter d’une réduction de 10% sur le montant à débiter. Des obstacles à gogo «En dépit des efforts importants déployés par les acteurs privés et publiques pour le développement de ce secteur, plusieurs contraintes restent à lever définitivement pour permettre au e-Commerce de jouer son vrai rôle de levier pour le développement de l’économie nationale et l’amélioration de la vie du citoyen», reconnaît Maroc Telecommerce. Ces obstacles, selon Maroc Telecommerce, se résument en quelques points qui se présentent comme suit : «le manque de

mécanismes d’appui aux porteurs de projets e-commerce pour la mise en place et la promotion de leurs sites marchands ; le manque de projets d’envergures; l’adaptation des services de paiement à la demande du Marché et aux contraintes des e-marchands ; la limitation de l’offre actuelle au B2C, principalement, et enfin les contraintes bloquant le développement accéléré de l’usage (achat avec ou sans paiement en ligne)». La confiance avant toute chose Averty.ma a effectué une enquête auprès d’un échantillon de plus de 1000 internautes pour mettre sous la lumière l’état des lieux du e-commerce au Maroc ainsi que les obstacles qui le plombent encore. La méfiance à l’égard du paiement en ligne reste la principale raison qui empêche les internautes à effectuer des achats en ligne. 47,9% d’entre eux affirment rester méfiants et 6,8% ne font pas du tout confiance. 31% sont confiants alors que 13,6% du panel font une entière confiance aux sites e-marchands marocains. Concernant les raisons qui empêchent les internautes à effectuer des achats en ligne, hormis l’aspect de la confiance qui

Source: www.averty.ma

20


- Service de recherche et veille technologique pour les produits innovants - Réponse aux besoins spécifiques en matériel et logiciels technologiques - Délai de livraison de deux semaines Maximum - Vaste réseau de partenaires aux Etats Unis

- BeyondRaid Technology - Message Archiving - Offsite Back-up - Thin Provisioning - Data-Aware Tiering - SAN & NAS

Stockage

Solutions Personnalisées

Sécurité

Connectivité

- Unified Threat Management - Endpoint Data Protection - Data Protection & Encryption - Anti-Virus / Anti-Spyware /Anti-Spam - Security information and event management (SIEM) - Database and File Security Solution - Data Loss prevention - End Point Solution / - SSL VPN - Web Filtering / - NG Firewall

- 3G / WiMAX Connectivity - VOIP Gatways & Routers - Bandwidth Management - Ethernet Externders - Virtual Leased Line - Load Balancing - Link Balancing - Virtual MPLS

Nevo Technologies, plus qu’un distributeur, un partenaire à valeur ajoutée: Assistance avant-vente, Support Marketing, Rapidité et Fiabilité Nevo Technologies s’engage à vous offrir le meilleur en matière de solutions et de services

Cyberoam Unified Threat Mnagement

GTB Technologies Next generqtion DLP

Smith Corona Tél: +212 5 37 77 97 82

Fax: +212 5 37 77 38 50

54,Avenue de France 2éme étage Agdal Rabat 10000 Maroc

contact@nevo-technologie.com

N°3 Avril - Juin 2012 www.nevo-technologies.com

A DIVISION OF THE AMERISOURCE GROUP


Dossier

Quelles solutions adopter ? Pour résoudre le principal obstacle lié à la confiance, un cadre juridique idoine, propice et propre au e-commerce doit être de mise. En effet, le secteur est jusqu’à présent régit par la loi n° 53-05 relative à l’échange électronique de données juridiques, promulguée le 30 novembre 2007. La sécurité des transactions est, elle aussi pointée du doigt, mais il faut avouer que le consommateur reste peu informé sur ce registre, puisque concernant les sites affiliés à Maroc Telecommerce ou au CMI, ils jouissent d’une sécurité au niveau des transactions en ligne dont on ne peut douter. Dans ce registre, Maroc Telecommerce nous apporte des éclaircissements forts intéressants. «En plus des efforts fournis par le CMI et les banques marocaines pour le développement de l’usage de la carte d’une manière général, des actions de promotions spécifiques au paiement en ligne sont envisagées en 2012 et un nouveau concept de sécurisation 3D-Secure ou assimilé sera lancé en 2012 par des banques marocaines. Il permet au client de contrôler l’usage de sa carte de paiement sur internet par des codes confidentiels supplémentaires et qu’il est le seul à connaitre. En plus de son apport en termes N°3 Avril - Juin 2012

Source: www.averty.ma

vient en tête du peloton, d’autres raisons s’ajoutent pour plomber encore l’envol de l’achat en ligne. Vient d’abord l’inquiétude sur la protection des données personnelles (16,2%), suivie du manque de garantie sur le paiement (12,2%), puis celle liée à la livraison (11,4%) et le manque de confiance dans le service après vente chez les sites e-marchands (11,2%). D’autres obstacles, certes minimes, mais néanmoins réels, ont été avancés par les personnes qui ont participé à l’enquête: manques de garanties sur la description des biens (9,9%) l’offre des produits et services non attractive (9,6%); carte bancaire non adaptée ; absence de conseil lors de l’achat ainsi que la complexité technique d’accès à l’achat en ligne. L’ANRT avait elle aussi réalisé une enquête qui a fait ressortir quelques obstacles que voici : pas d’utilité/usage (78%); problème de sécurité de transactions (67%); le fait de ne pas pouvoir toucher les produits (57%) ; le problème de confiance dans le e-marchand (56%); le prix trop élevé ((54%) et le délai de livraison (37%).

de sécurité pour le client, ce concept a à un apport réglementaire permettant de garantir le marchand en cas fraude. Ce concept lancé il y quelques années seulement dans le monde a été généralisé assez rapidement dans plusieurs pays dont l’Europe ou le marché du E-commerce est estimé à plus de 180 Milliards d’euros et plus de 141 millions de cyberacheteurs actifs. A noter que la plate-forme Maroc Telecommerce a été certifié 3D-secure en 2007 et acceptait toutes les cartes internationales dotées de ce mécanisme depuis cette date. L’adoption de ce concept très complexe et couteux par les banques marocaines, quelques années seulement après les banques européennes et pour un marché très restreint et très faible en termes de cartes et de volumes, est une décision courageuse, très appréciée par les acteurs concernés par ce business vu son impact très positive». Par ailleurs, hormis cet aspect sécuritaire qui s’avère un vrai obstacle psychologique auprès du consommateur, il ne faut pas oublier que le e-commerce ne peut connaître son véritable envol que s’il est porté essentiellement la le e-business BtoB, surtout au niveau des PME PMI. Or, dans un pays où le tissu économique est composé de plus de 80% d’entreprises de petites et moyennes tailles, il est étonnant de constater que le e-commerce BtoB est presque pas au stade embryonnaire, oserons-nous dire. Cette limitation du e-commerce au BtoC, «ne permet pas au marché marocain de tirer profit de ce levier dans les échanges B2B qui sont plus importants que le B2C en termes de volumes et impact économique», reconnaît Maroc Telecommerce. Et si le BtoC est le plus répandu, cela n’empêche pas de constater que les entreprises qui s’y activent sont gérées par de jeunes entrepreneurs «ou de sociétés IT qui manquent de moyens, d’expérience en commerce et marketing ou de crédibilité sur le marché. Aussi, pour tirer ce marché vers le haut et dépasser le stade de projets de pépinières, 2012 doit connaitre l’implication de grandes entreprises et enseignes commerciales». Bref, «le nombre et les possibilités de choix restent encore très limités en comparaison avec le potentiel commercial du marché local et en comparaison avec des pays équivalent au Maroc au niveau social et économique. La présence des marchands marocains sur le marché internationale reste également très timide et pénalisent lourdement la compétitivité des entreprises marocaines».g

22


N째3 Avril - Juin 2012


SECURITE Sécurité dans le Cloud

Les failles sont dans les nuages? Graduellement, le Cloud Computing est devenu une réalité pour les managers des SI. L’externalisation de services, jusque-là stratégiques, se concrétise grâce à des offres de services concrètes. Cependant, un certain nombre de questions persiste encore au sujet des menaces qui pèsent sur le Cloud, surtout les données qui y sont hébergées. Retour sur les vulnérabilités et les risques qui menacent l’informatique dans les nuages. e Cloud Computing constitue un des facteurs qui ont révolutionné l’informatique durant la dernière décennie et ce, grâce notamment au développement de la virtualisation, de l’infogérance et de l’externalisation. La démocratisation de l’informatique depuis les années 90 en est aussi pour quelque chose avec la généralisation d’Internet, le développement des réseaux à haut débit, la quête de mobilité, etc. Côté retour sur investissement (ROI), l’analyse de rentabilisation des solutions Cloud s’avère satisfaisante dans la mesure où les économies et les investissements sont bien réels, et les fournisseurs de services Cloud réalisent des économies d’échelle qui leur permettent d’offrir des prix à peine égalés par les solutions traditionnelles. Cependant, les consommateurs des services en Cloud manquent de visibilité quant à la sécurité de leurs données et traitements et s’interrogent toujours au sujet de l’emplacement physique et la juridiction qui régit ces données, l’emplacement de celles-ci quant à celles de leurs concurrents … ou encore, comment sontils gérés les accès aux données et que deviennent ces accès et ces données suite à un désabonnement aux services Cloud … Toutes des interrogations qui persistent encore et qui handicapent l’évolution des services dans le Cloud.

L

Le trou dans les nuages Le Cloud Computing présente un défi majeur pour les fournisseurs de services, les consommateurs mais aussi les utilisateurs malveillants. Des milliers de giga-octets d’informations issus de différents clients sont stockées au même endroit et sont exposées à Internet, ce qui constitue une cible idéale pour des pirates malintentionnés. Un rapport de l’ENISA, paru en 2009 au sujet des bénéfices et recommandations liés au Cloud, (www.enisa.europa.eu/ act/deliverables/cloud-computing-riskassessment), laisse paraitre un ensemble de N°3 Avril - Juin 2012

menaces pesantes. Parmi celles-ci, la perte de maîtrise de gouvernance du SI où le client, contractant un service Cloud, cède une partie de la gouvernance infrastructure IT au fournisseur et s’adosse à l’accord de niveau de service (SLA) conclu avec le dit-fournisseur pour défendre ses intérêts. Le rapport évoque également la menace d’isolement des environnements et des données due au partage des ressources dans le Cloud, une de ses caractéristiques les plus importantes. Aussi, plusieurs clients peuvent partager le même serveur physique, mais, au cas où la séparation des environnements n’est pas efficace, des «invasions» entre clients risquent de se produire. Le rapport cite aussi des risques de non-conformité aux lois de protection des données et aux normes réglementaires telles que PCI-DSS et ISO 27001 pouvant surgir à l’issue de l’externalisation des services et processus de base. Par ailleurs, la publication des interfaces de gestion des services contractés et publiées directement sur Internet augmenteraient les risques de compromission, comparés aux systèmes traditionnels dans lesquels des interfaces de gestion sont accessibles uniquement à partir des réseaux internes. En termes de protection des données, il est certes difficile de sécuriser des données réparties entre plusieurs emplacements. S’assurer que ces données sont traitées

convenablement est tout aussi compliqué parce que le contrôle sur les transferts de données est hors de la portée de son propriétaire. La suppression sécurisée des données s’avère aussi une question complexe. En effet, la réutilisation des ressources étant répandue dans le Cloud, un nouveau client pourrait hériter une section de stockage où des données d’un autre client ont été hébergées, ce qui peut engendrer des risques de perte de confidentialité, si les données précédentes n’ont pas été supprimées complétement et en toute sécurité. La gestion des profils utilisateurs dans le Cloud est aussi remise en cause du fait de

Le Cloud n’est pas une technologie nouvelle, mais une nouvelle façon de faire les choses en matière de TI la nécessité de profils de haut niveau pour l’administration des services. De ce fait, un utilisateur malveillant qui compromettrait la sécurité du système

24


en saisissant une session administrateur ayant des privilèges élevés sur différentes ressources de différents clients, pourrait obtenir l’accès à de nombreuses informations clientes. Les risques classiques: quel effet dans les nuages ? Les risques liés à la sécurité du Cloud ne sortent pas du périmètre global des risques informatiques, mais ils présentent des vulnérabilités qui doivent être sérieusement prises en considération pour la sécurisation des données. Parmi ces risques, le hameçonnage, considéré comme menace du fait que la plupart des services Cloud utilisent une simple interface d’authentification avec login et mot de passe. Au cas où un attaquant réussit à obtenir des droits d’accès, il serait très difficile de l’empêcher d’y accéder. Cependant, et bien que le hameçonnage, un des risques indirects aux données externalisées dans un Cloud, ne soit pas un risque nouveau dans le monde de la sécurité, il représente une menace supplémentaire pour la sécurité dans le Cloud. Cela-dit, et bien qu’il soit généralement considéré comme impossible, aujourd’hui, de briser l’infrastructure à clé publique PKI (et donc casser l’authentification et le cryptage), il reste toujours possible de tromper les utilisateurs finaux par le détournement de leurs informations d’identification au Cloud. Un autre risque important qui pèse sur le Cloud réside dans les accès privilégiés du personnel du fournisseur aux données. En effet, les contrôles typiques que les organisations IT appliquent généralement à travers des contrôles physiques et logiques peuvent être contournés dans le cadre de services sous-traités, qu’ils soient en Cloud ou non. Cependant, ce risque est principalement dû à deux facteurs importants ; D’abord, l’existence de données non cryptées puis, le personnel du fournisseur des services Cloud qui dispose d’accès privilégiés. La couverture de ce risque exige la modification des pratiques et des normes de sécurité appliquées chez le fournisseur de services Cloud pour que son personnel, doté d’accès privilégiés, ne puisse accéder aux données des clients. Un troisième risque, tout aussi primordial, concerne l’origine, l’intégrité, et la source des données. En réalité, prouver l’origine des données revêt d’une grande importance dans de nombreux domaines liés au traitement de l’information. Plus N°3 Avril - Juin 2012

encore, et pour des raisons de conformité, il est nécessaire d’avoir une traçabilité précise des données enregistrées : quand est-ce qu’elles ont été transférées dans un Cloud Public, quand elles ont été stockées, quel est le type de machines virtuelles résidaient elles, et où elles sont traitées. Bref, il est important d’être capable de prouver, à n’importe quel moment, si des données ont été transférées ou non à un Cloud. Cependant, et bien que les rapports sur la traçabilité des données et leurs provenances puissent être très importants à des fins réglementaires, il peut être très difficile de le faire dans un Cloud public. Ceci étant largement dû au degré d’abstraction qui existe entre le rendement réel des ressources physiques, tels que lecteurs et serveurs et les ressources virtualisées auxquelles un utilisateur Cloud public a accès. La sécurité joue un rôle important dans le déploiement du Cloud et constitue un des défis majeurs devant être relevés par les responsables IT souhaitant adopter des services dans le Cloud. Bien que les technologies basées sur le Cloud s’imposent de plus en plus, des précautions doivent être prises en compte pour éviter que les gains potentiels de cette adoption ne soient ternis par une

menace de sécurité. En effet, beaucoup de responsables IT se méfient toujours de la gestion de la sécurité de ces services. Cependant, les risques restent équilibrés par les avantages apportés par le Cloud. Les économies de coûts constituent l’argument favorisé par les PDG et directeurs financiers, alors que les responsables de Sécurité font face aux différents risques liés à la sécurité des services dans le Cloud. Des spécialistes de la sécurité de l’information auront à accompagner le développement du Cloud, afin de permettre à ses usagers de bénéficier des grands avantages que le Cloud offre. g

Par H. El Alloussi

25


Interview exclusive

Adbelkader Amara

Que nous prépare-t-il? N°3 Avril - Juin 2012

Photos TIC Magazine (A. Alaoui)

Abdelkader AMARA vient de prendre les rênes du Ministère de l’Industrie, du Commerce et des Nouvelles Technologies dans un climat socioéconomique où les attentes et les enjeux sont de plus en plus pesants. Ceux des TIC ont toute leur légitimité quand on connait l’impact du secteur sur la croissance d’un pays. TIC Magazine a sollicité M. le Ministre pour éclairer les professionnels sur les perspectives des TIC au Maroc, sous sa houlette.


Venant de l’univers de la recherche et de l’enseignement, comment voyez-vous votre nouveau challenge, avec notamment la prise en charge d’un portefeuille lié au développement des Nouvelles Technologies au Maroc? Nul n’ignore que le monde connaît actuellement une révolution numérique qui est entrain de façonner notre vie dans toute sa complexité. Il est clair que les Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication (NTIC) sont un facteur essentiel pour l’émergence de la société du savoir et contribuent au développement humain, à l’amélioration de la cohésion sociale et à la croissance de l’économie nationale. Partout à travers le monde, l’accès à l’information et son usage réel et approprié conditionnent le progrès et le développement. Les nations modernes et prospères affichent un indice élevé dans leur capacité à utiliser, produire et diffuser l’information. Les TIC affectent au premier rang les entreprises, mais elles conduisent, également, les administrations à refonder leurs relations avec les citoyens. De façon plus générale, la révolution numérique agit sur tous les domaines de l’activité humaine: l’économie et le travail, mais aussi l’éducation, les pratiques culturelles, les relations sociales ou la santé. Le Gouvernement va maintenir le rythme pour le développement de la Société de l’Information et de l’Economie numérique. L’enjeu à venir dans le secteur des NTIC est non seulement de consolider et pérenniser les avancées déjà réalisées, mais surtout de mettre en place les conditions nécessaires pour qu’elles puissent jouer leur rôle de moteur de croissance. Quels axes de développement potentiels et envisageables entendez-vous entreprendre avec les acteurs de la scène des TIC au Maroc (Ausim, CGEM, APEBI, opérateurs, régulateurs, …)? Nous sommes conscients que le développement du secteur des TIC doit se faire à travers une approche participative où le gouvernement, le secteur privé et la société civile sont tous impliqués, au plus haut niveau. Actuellement, notre mission principale est de consolider les liens avec nos partenaires existants et potentiels, dont ceux que vous avez cités, et de fructifier nos échanges en vue d’explorer de nouveaux horizons pour réaliser l’ambition de positionner le Maroc en pays pionnier de la région dans le domaine des TIC. N°3 Avril - Juin 2012

Des chantiers comme la généralisation de l’Internet haut débit et très haut débit à toutes les catégories socioprofessionnelles, la généralisation de l’usage et l’équipement en TI des PME/PMI et le développement de services gouvernementaux et de contenu numérique national, sont autant de projets auxquels les associations professionnelles et les opérateurs du secteur sont, et devront être, davantage associés. Quant aux télécommunications, un des secteurs stratégiques pour l’avenir de l’économie nationale, nous tirons profit, actuellement, des bonnes relations avec le régulateur et les opérateurs pour booster la cadence de réalisation des différents programmes et projets, conformément aux objectifs de la note d’orientation pour le développement des télécommunications à l’horizon 2013, notamment, la mise à niveau du cadre juridique et règlementaire et le renforcement des mesures de régulation qui ont pour finalité le bénéfice au consommateur. Nous nous attellerons, également, avec

Nous sommes conscients que le développement du secteur des TIC doit se faire à travers une approche participative nos partenaires à mettre en place, incessamment, une nouvelle feuille de route relative au service universel à l’horizon 2016 et à mener une réflexion plus large pour la définition des lignes directrices du programme de développement du secteur des infrastructures des télécommunications au-delà de 2013. Quelle vision porte le gouvernement actuel à la stratégie «Maroc Numéric 2013»? Cette stratégie qui, comme je l’ai précisé précédemment, ambitionne d’ériger le Maroc en hub régional des TIC, s’articule autour d’axes prometteurs, à savoir, la transformation sociale, les services publics orientés usagers (e-Gov), l’amélioration de la productivité des PME/PMI et l’émergence de l’Industrie des TI. Parallèlement, il n’a pas été omis de prévoir des mesures d’accompagnement focalisées

Photos TIC Magazine (A. Alaoui)

Entretien réalisé par O.Lahlim

sur la bonne gouvernance, le financement et la mise à disposition des ressources humaines nécessaires et l’instauration de la confiance numérique. Des réalisations assez remarquables dans le cadre de cette stratégie ont été enregistrées. D’ailleurs, le dernier rapport bi-annuel des Nations-Unies « UN Egovernment Survey » qui mesure l’avancement de 193 pays en matière d’egovernment a classé le Maroc à la 56e place, au lieu de 104e place dans laquelle il se trouvait au dernier classement en janvier 2010. Au vu de ces réalisation, notre souci premier, actuellement, sera de consolider les acquis, de parachever les chantiers engagés et d’identifier, en concertation avec nos partenaires, les moyens de contrer les obstacles entravant leur aboutissement. Vous avez déclaré dernièrement que «Le secteur de l’Offshoring compte parmi les secteurs les plus importants du Royaume, au regard des performances enregistrées à fin 2011». Quels axes pensez-vous entreprendre pour booster davantage ce segment assez sensible mais surtout fragilisé par le contexte de crise à l’international? Effectivement, le secteur de l’offshoring est parmi les plus prometteurs en matière de création d’emplois et sa contribution dans la balance commerciale évolue positivement en dépit de la situation de crise mondiale.

27


Interview

Pour continuer sur cette même lancée, il faut certainement poursuivre la mise en œuvre de l’offre préconisée pour le secteur dans le cadre du Pacte National pour l’Emergence Industrielle. Cela comprend, notamment, le déploiement des Plateformes Industrielles Intégrées, la formation des ressources humaines, à travers l’opérationnalisation du Plan National Formation pour le secteur de l’offshoring par les différents opérateurs de formation, ainsi que l’application des mesures incitatives prévues pour ce secteur. Nous envisageons, également, de renforcer la promotion du secteur à travers une stratégie de communication ouverte et ambitieuse ainsi qu’un programme de démarchage des acteurs de référence ciblés. N°3 Avril - Juin 2012

Nous veillerons aussi à renforcer notre participation à des événements pertinents pour approcher les entreprises à démarcher et saisir les opportunités qui s’y présentent. L’écoute des opérateurs du secteur installés au Maroc et le suivi, voire l’anticipation par une veille aiguisée des évolutions du secteur au niveau mondial sont des éléments primordiaux pour garantir une offre concurrentielle et cohérente avec les objectifs du Pacte. Selon vous, quelle stratégie comptezvous adopter, à travers l’OMPIC, pour réduire le taux de piratage et protéger les droits d’auteurs au Maroc, notamment au niveau informatique?

La protection des droits d’auteurs et la lutte contre le piratage relèvent du Bureau Marocain des Droits d’Auteurs qui est sous la tutelle du Ministère de la Communication. Toutefois, en ce qui concerne le secteur des TICs , une série de mesures ont été prises par le Ministère et l’OMPIC pour faire respecter les droits de propriété intellectuelle dans un environnement numérique globalisé. Au niveau de la charte de nommage qui régit le domaine .ma, des dispositions précisent les moyens de lutte contre le cyber squattage, et une procédure d’arbitrage permet de récupérer les noms de domaines par les titulaires de marques authentiques protégées au Maroc. Depuis la mise en place de cette procédure,

28


Photos TIC Magazine (A. Alaoui)

tant à mon sens, il nous appartient de mettre en application des mesures efficaces et concrètes de lutte contre la contrefaçon et c’est précisément le rôle du CONPIAC qui coordonne les activités des secteurs public et privé en la matière, et bien évidemment, la sensibilisation des consommateurs qui sont les premiers concernés.

de nombreux noms de domaines ont été restitués à leurs titulaires authentiques. En outre, le Comité National pour la Propriété Industrielle et Anti-Contrefaçon (CONPIAC) mis en place par le Ministère, en partenariat avec le secteur privé et les administrations chargées de faire respecter les droits (Justice, Police, Gendarmerie, Douane) a organisé de nombreuses rencontres d’information et de coordination avec des éditeurs de logiciels pour veiller au respect des droits de propriété intellectuelle. Pour ce qui est de la stratégie à adopter, il s’agit de disposer d’un environnement juridique adéquat, ce qui est le cas pour le Maroc qui dispose d’un arsenal juridique conforme aux plus hauts standards internationaux. En outre, et c’est le plus imporN°3 Avril - Juin 2012

Avez-vous, en contrepartie, une stratégie pour la promotion des solutions libres (Open Source), comme adopté par d’autres gouvernements sous d’autres cieux ? Pour choisir ses solutions logicielles et réaliser leur développement, l’Etat recourt naturellement à des appels d’offre afin d’opter pour la prestation optimale (en termes de rapport qualité/prix et de maintenance). Il n’ya aucune restriction ni préférence particulière. La loi des marchés publics s’impose de la même manière. Libre ou propriétaire, ce qui compte finalement, c’est la réponse aux attentes spécifiées. Le MICNT étudie régulièrement les avantages et inconvénients de toutes les solutions (libre ou propriétaires), en particulier sur la partie accompagnement. A noter qu’il possède quelques développements qui utilisent du logiciel libre. Nous suivons de près les initiatives des autres gouvernements et en particulier la capacité de ceux qui ont choisi le « tout logiciel libre » à exécuter durablement leur plan. Pour la promotion des filières technologiques, quelle stratégie comptez-vous mettre en œuvre en partenariat avec le ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de la formation des cadres ? Avez-vous des objectifs définis dans ce sens ? Dans le cadre du partenariat de notre Ministère avec le Ministère de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique et de la Formation des Cadres, plusieurs actions sont entreprises pour la promotion de l’innovation et la recherche dans les filières technologiques. Notre objectif central est de favoriser un rapprochement coopératif entre les entreprises industrielles marocaines et les organismes et laboratoires de recherche au Maroc à des fins de réalisation de projets innovants orientés marché dans le cadre de la valorisation de la recherche. Nous pouvons citer à ce titre : • le soutien de projets R&D dans le cadre du programme de financement de la recherche orientée marché dans le domaine

des technologies avancées. Une convention cadre à ce sujet a été signée en mars 2011 en marge du deuxième Sommet National de l’Innovation. Ce programme vise le financement des projets de recherche dans le domaine de biotechnologie, nanotechnologie & nanomatériaux et microélectronique. L’enveloppe budgétaire allouée à ce programme est de 50 Millions de dirhams pour le financement de 50 projets R&D dans le secteur des Technologies Avancées à l’horizon 2013. • La promotion de clusters constituant un levier important pour produire de la propriété intellectuelle et favoriser l’émergence des start-up, à travers les projets collaboratifs innovants orientés marché impliquant aussi bien les entreprises que les universités, les centres de recherche et les institutions de formation. Notre objectif est de stimuler et accompagner 15 clusters industriels et technologiques et de favoriser l’émergence de 100 projets collaboratifs innovants à l’horizon 2013. Dans le cadre de l’opérationnalisation de cette stratégie, un Fonds d’appui aux clusters, doté d’une enveloppe de 62 millions de DH pour la période 2011-2013, a été mis en place pour le financement des clusters sélectionnés. • La mise en place des cités de l’innovation au niveau des régions à travers des partenariats avec les Universités marocaines. Chaque cité de l’innovation comprend des centres de R&D, un incubateur, une pépinière d’entreprises et un bureau de transfert technologique. On a préparé 4 projets de partenariat avec les universités Mohammed V Agdal à Rabat, Cadi Ayad à Marrakech, Sidi Mohammed Ben Abdellah à Fès et Hassan II Ain Chock à Casablanca. La cité d’innovation de Fès a été lancée en juillet dernier, et notre objectif à l’horizon 2013 est de créer et accompagner 14 cités au niveau des différentes régions du Royaume. D’autres actions de partenariat entre les deux Ministère sont en cours de planification, à savoir : • Le déploiement des mesures recommandées par l’étude du cadre réglementaire de l’innovation pour le projet de Statut du Chercheur porté par le MESRSFC ; • La mise en œuvre du module de formation en création d’entreprises innovantes au profit des étudiants universitaires des filières scientifiques et technologiques de six établissements d’enseignement supérieur pilotes pour l’année académique 2011-2012 sachant que la phase de généralisation de ce module est prévue à partir de 2012-2013. g

29


TECHNOS Formations spécialisées en sécurité de l’information

Un préalable pour la professionnalisation du secteur La sécurité de l’information est l’un des domaines qui exige à la fois une formation solide et un retour d’expérience très riche en la matière. Il s’agit de prérequis indispensables pour mener à bien les projets de sécurisation des SI. Or, l’offre de formation à la sécurité de l’information est dans un état embryonnaire au Maroc. Un marché, certes prometteur, mais qui part dans tous les sens faute de professionnalisation du secteur. Eclairage ; ombreuses sont les organisations marocaines qui estiment que le manque de personnel qualifié constitue un sérieux obstacle au renforcement de la sécurité de leurs Systèmes d’information (SI); certaines n’hésitent pas à aller chercher des compétences de l’autre côté de la Méditerranée. Cette pratique serait justifiée notamment par le manque de formations spécialisées dans la sécurité de l’information, globalement. Les universités et les écoles marocaines d’ingénieurs proposent au mieux quelques Masters qui se limitent souvent à des cours théoriques de sécurité. Ce qui rend l’offre de la formation académique concernant la sécurité insuffisante et donc à développer davantage. Par conséquent, les candidats qui souhaitent acquérir des connaissances pointues en sécurité se voient contraints de postuler pour les universités et autres écoles étrangères. Face à ce manque d’intérêt du secteur public aux programmes de formations hautement spécialisés en sécurité de l’information, de nombreux cabinets de formations compensent cet écart en proposant des modules répondent certes aux besoins du marché, mais qui permettent également au candidat d’illustrer les réelles dimensions du métier de sécurité de l’Information en identifiant toutes les facettes du métier, particulièrement en termes d’évaluation des risques qui pèsent sur le système d’information; les réels enjeux de la politique de sécurité mais aussi, l’importance des plans de continuité et de secours à mettre en place …

N

Vers la professionnalisation du métier de la sécurité de l’information La sécurité informatique revêt aujourd’hui une telle importance que les responsables de la sécurité des systèmes d’information sont couramment rattachés aux Top Management des entreprises. La mission du N°3 Avril - Juin 2012

Responsable de Sécurité de l’information s’avère importante étant donné qu’il a la charge des choix et des actions relatives à la sécurisation du système d’information de son entreprise. Cependant, et vue le caractère critique des enjeux d’un tel métier, personne n’oserait s’improviser expert en sécurité sans atout réels lui permettant d’assurer ses fonctions avec excellence. Ainsi, au cours des dernières années, le métier de la sécurité a subi un mouvement de professionnalisation sans précédent. Les certifications professionnelles sont de plus en plus exigées pour pouvoir occuper une fonction dans le domaine de la sécurité du SI. Ainsi, par exemple pour mener des audits de sécurité de conformité à la norme PCI DSS (Payment Card Industry Data Security Standard), il faut se doter d’une certification PCI QSA (Payment Card Industry Qualified Security Assesor) alors que pour pouvoir exercer le métier d’audit du SI dans de nombreux organismes aux Etats-Unis, il faudra être certifié CISA (Certified Information System Auditor). La tendance est vers la certification des compétences.

En pratique, de nombreuses organisations placent la barre très haut, ces dernières années, en conditionnant l’accès aux postes de Responsable de Sécurité du SI et auditeurs de sécurité par l’obtention de certifications professionnelles en sécurité de l’information. C’est ce qui ressort d’ailleurs d’une étude effectuée par PC Word. On y apprend surtout que, selon l’association américaine CompTIA (Computing Technology Industry Association), 68% des responsables chargés du recrutement en IT considèrent les certifications comme étant un critère d’importance moyenne à haute lors d’une embauche. Toujours selon CompTIA aux Etats-Unis, un professionnel certifié verra son salaire majoré entre 10% pour des certifications simples (spécifiques à un éditeur par exemple) et 40% pour les plus avancées ou les plus recherchées (ce qui, bien entendu, dépend des modes…). La professionnalisation du secteur de la sécurité SI a fait en sorte qu’aujourd’hui, les certifications en matière de la sécurité SI sont de plus en plus exigées et valorisées non seulement par le marché de l’emploi

30


ANALYSE Certi�ications

Exigences

CISA Certi�ied Information System Auditor

CISM Certi�ied Information Security Manager

5 ans d’expé riences en audit SI.

ISACA

Examen é crit de 4 heures.

http://www.isaca.org

Pré sentation du dossier.

5 ans d'expé rience dans les domaines du management de la sé curité .

ISACA

Examen é crit de 4 heures Pré sentation du dossier.

Formation de 5 jours en ISO 27001

Lead Auditor ISO 27001

Organisme certi�icateur

Examen é crit

http://www.isaca.org

LSTI : http://www.lsti-certi�ication.fr IRCA : http://www.irca.org

Formation de 5 jours sur les diffé rents modules CEH

CEH

EC-COUNCIL

Examen é crit

Certi�ied Ethical Hacker

http://www.eccouncil.org

2 ans d'expé rience en matiè re de sé curité . Formation de 3 jours en PCI DSS

PCI — QSA

Etre certi�ié CISA ou CISSP

Payment Card Industry —

Ré ussir un examen de 4 heures

Quali�ied Security Assesor

Justi�ier d’une expé rience de 5 ans en audit de sé curité Travailler dans une entreprise certi�ié e PCI QSA

CISSP Certi�ied Information System Security Professional

PCI Security Standards Council https://www.pcisecuritystandards.org

ISC²

Justi�ier de 4 ans de pratique de la sé curité des SI Examen é crit de 4 heures

Certi�ications en matière de la sécurité présentes sur le marché marocain

mais aussi par les «consommateurs de la sécurité». En effet, de nombreux organismes n’hésitent pas à exiger dans le cadre de leurs projets de sécurité SI, la mise à disposition des ressources certifiées en sécurité pour s’assurer de la bonne prestation. Face à cette situation, de nombreux prestataires de services marocains enrichissent leurs catalogue de formation pour proposer des modules de formations certifiantes en sécurité SI. C’est dans cette perspective que DATAPROTECT a lancé en 2012 une activité entièrement dédiée aux formations certifiantes en sécurité de l’information. Ainsi, 26 modules de formations animés par des experts reconnus à l’international ayant un retour d’expérience très riche et varié en sécurité de l’information sont actuellement proposés par DATAPROTECT INSTITUTE (http:// www.dataprotect-institute.com). L’université, un acteur majeur dans l’écosystème IT au Maroc Dans la perspective de permettre aux entreprises marocaines de combler leur déficit en matière de ressources spécialisées, le gouvernement marocain doit s’engager à favoriser le développement de programmes d’éducation et de formation spécialisés ; il y va de la survie de l’industrie de la sécurité de l’information au Maroc. C’est une question de souveraineté nationale. L’Etat marocain a intérêt à contribuer à l’émergence d’une industrie de sécurité de l’information locale forte et autonome dont elle peut être d’ailleurs, le premier consommateur. N°3 Avril - Juin 2012

Les universités doivent également prendre la mesure des nouveaux besoins. A titre d’exemple, une certification CISSP, a aujourd’hui plus de valeur sur le marché du travail qu’un diplôme universitaire. C’est un fait qui se reflète notamment sur les niveaux de salaire des employés. Sans vouloir minimiser et encore moins remettre en question le rôle essentiel joué par le secteur privé en matière de spécialisation, force est de reconnaître qu’il est incomplet. L’Université doit occuper sa place en complément ou en coopération avec le secteur privé. Au-delà des aspects technologiques que peut refléter la sécurité de l’information, ce domaine comporte d’autres dimensions aussi importantes dont les enjeux administratifs, légaux, économiques, etc. et qu’il faut couvrir aussitôt que possible. g Par Ali El Azzouzi Directeur Général Dataprotect www.dataprotect.ma

http://www.isc2.org

Dataprotect Institute DATAPROTECT INSTITUTE est la branche de formation de la société DATAPROTECT. Elle a été lancée en 2012 à la demande de plusieurs clients qui souhaiteraient recevoir des formations de haut niveau en sécurité de l’information. Un site web complètement dédié aux formations en sécurité a été conçu à l’occasion (http://www.dataprotect-institute. com). On y trouve 26 modules de formation destinés aussi bien aux managers qu’aux RSSI, les utilisateurs et les professionnels de sécurité de l’information. DATAPROTECT est organisée autour de 3 pôles d’activités: • Conseil: Activité de conseil et d’assistance à maîtrise d’ouvrage dans la mise en œuvre de solutions de sécurité; • Intégration de solutions sécurisées: Activité de maîtrise d’œuvre complète et d’ingénierie de solutions de sécurité; • Formation: Activité de transfert de compétences sur des thèmes pointus de la sécurité.

31


TECHNOS Web

Haro sur les téléchargements illicites Internet constitue une importante plate forme pour l’échange des connaissances, de savoirs et de informations. Mais voilà qu’aujourd’hui, des gouvernements et des autorités ont décidé de restreindre l’accès aux bienfaits de cette bibliothèque, et donc, pénaliser cette aire d’échange planétaire. Retour sur le modèle économique d’Internet et les fameux projets de loi qui le chamboulent. nternet constitue l’une des technologies qui ont révolutionné le monde entier. Basé sur un protocole révolutionnaire, TCP/ IP (Transmission Control Protocol / Internet Protocol), Internet s’est vite développé en permettant de nombreuses découvertes dont le phénomène de téléchargement qui s’est vu stimulé notamment par les réseaux Peer to Peer et le BitTorrent qui permettent d’échanger des fichiers de toute nature (musique, vidéos, logiciels, etc.) entre différents utilisateurs interconnectés. Cependant, la question de légalité et de légitimé du contenu téléchargé reste de mise malgré le fait qu’Internet fut toujours connu par sa logique de gratuité, héritée de l’architecture de sa toile et de son organisation décentralisée.

I

Quel modèle économique pour Internet? Conçu dans un esprit collaboratif, Internet fait partie des innovations les plus importantes du 20ème siècle, et ce, au vu du nombre de ses usagers et de par le fait qu’il s’agisse d’une technologie devenue indispensable pour tous. Basé sur un modèle économique fondé sur le partage et la participation à grande échelle, Internet repose sur des protocoles public; ce qui signifie que les droits de propriété intellectuelle ne sont pas d’actualité. Cependant, la gratuité que procure la toile est vite devenue une habitude acquise pour s’attaquer aux œuvres protégées par des droits d’auteur, soulevant l’illégalité de leur usage. Propriété intellectuelle: éternel combat… L’atteinte aux droits de la propriété intellectuelle touche aujourd’hui les droits moraux et patrimoniaux des éditeurs et producteurs d’œuvres de tout genre. Qu’il s’agisse de productions N°3 Avril - Juin 2012

culturelles (audio, vidéo, peinture, livres, etc.), de produits technologiques ou industriels, rien n’échappe à la contrefaçon et au piratage. Dans ce cadre, plusieurs initiatives ont été entreprises dans les quatre coins du monde, tant sur le plan associatif que sur le plan législatif, pour contrer ces pratiques qui vont à l’encontre de toute éthique humaine et qui ne servent les intérêt d’aucun acteur de la société civile, toutes couches sociales confondues, même les plus démunies. … et des lois drastiques La France fut l’un des premiers bons éleves en terme legislatif avec la promulgation de la loi «Hadopi» en juin 2009 et qui instaure la Haute Autorité pour la Diffusion des Œuvres et la Protection des droits sur Internet, (Hadopi), autorité publique indépendante dotée de la personnalité morale. Dite aussi, loi «Création et

Internet», ou plus formellement, loi «N°2009-669 du 12 juin 2009 favorisant la diffusion et la protection de la création sur Internet», la loi Hadopi vise à déceler l’utilisation illicite des œuvres sur internet afin de les protéger à l’égard des actes de contrefaçon en ligne et ce, en limitant notamment le partage de fichiers lorsqu’ils sont en infraction avec les droits d’auteur. Sur le plan européen, une offensive fut entreprise contre le partage de la culture sur Internet. Il s’agit d’un accord fortement contesté qui a été négocié par un consortium de pays (39 pays dont les 27 de l’UE, les États-Unis et le Japon). ACTA (Anti-Counterfeiting Trade Agreement ou accord commercial anticontrefaçon) contourne les parlements et les organisations internationales pour instaurer des freins sur la toile, visant à surveiller et censurer les échanges en ligne et menaçant la liberté d’expression.

FileSonic s’est convertie en solution d’upload de fichier strictement personnels.

32


Par N. Mounouar

FOCUS

Ce que stipule la loi SOPA

• Autorise le procureur général à demander une ordonnance judiciaire contre un site internet américain, qui commet ou de facilite le piratage en ligne, pour exiger que le propriétaire, exploitant ou titulaire du nom de domaine, cesse ces activités constituant des infractions à la propriété intellectuelle. [...]

Megaupload sanctionné par la loi SOPA

De l’autre côté de l’Atlantique, le projet de loi SOPA (Stop Online Piracy Act), introduit à la Chambre des représentants sous pression des industries du cinéma et de la musique américaines, veille à protéger les droits de la propriété intellectuelle en soutenant la lutte contre le téléchargement illégal, le blocage des accès aux sites web «facilitant le piratage» et l’obligation des entreprises américaines de cesser toute activité avec les sites Web violant les droits d’auteur. C’est ainsi que,

«Tout ce qui augmente la liberté augmente la responsabilité» Victor Hugo. gérants de noms de domaine, moteurs de recherche, services de paiement, etc., tous contribueront pour interdire les accès et stopper les transferts de fonds vers toute plateforme jugée coupable d’une activité illégale, et ce, sur une simple décision administrative et sans jugement de fond. PIPA (Protect IP Act) constitue également un projet de loi, tout autant d’actualité que SOPA, qui fut déposé au Sénat et qui propose quasiment les mêmes mesures que SOPA, visant particulièrement à mettre en place un filtrage des sites web via leurs noms de domaine, ce qui empêche une utilisation libre d’Internet. N°3 Avril - Juin 2012

Quel Impact sur Internet ? Aux USA, SOPA & PIPA bénéficient du soutien large de Hollywood, de l’industrie musicale, de la Chambre de commerce US,… et de lourdes sanctions pèseront sur les intermédiaires qui ne se soumettraient pas aux injonctions administratives. Sur un autre plan, les pionniers d’internet se mobilisent pour protéger leurs business, notamment, eBay, Google, Twitter, Yahoo, Wikipedia, … et des associations militant pour le respect des droits civiques (Reporters Sans Frontières, Human Rights Watch, …) sont également mobilisées contre ces projets. Cela étant, et malgré tout la mobilisation autour du sujet, le projet de loi SOPA compte désormais sa première victime. Il s’agit de «Megaupload», site Web créé en 2005 et qui rassemble près de 50 millions d’utilisateurs chaque jour. Il s’est vu fermer par les autorités US en Janvier dernier. De crainte de subir le même châtiment, «FileSonic» qui offrait jusqu’à ces derniers temps d’énormes possibilités de téléchargement, s’est convertie en solution d’upload de fichier strictement personnels. Bref, ces projets de loi régiraient certes l’usage d’Internet et protégeraient les œuvres de tout genre, contre l’atteinte à la propriété intellectuelle, mais à condition que cela ne s’oppose pas à la liberté des usages sur la toile. g

• Crée un procédé en deux étapes permettant à un ayant droit lésé par un site dédié à la contrefaçon [...] d’écrire une notification au site [...] lui demandant de suspendre [ses] services [...] ou de fournir une contrenotification expliquant qu’il n’est pas dédié dans les violations spécifiées. L’avant droit peut ensuite intenter une action [en justice] contre le propriétaire, l’exploitant ou titulaire du nom de domaine, si : (1) une telle contre-notification est fournie, ou (2) un réseau de paiements ou un service de publicité sur internet ne parvient pas à suspendre ses prestations en l’absence d’une telle contre-notification. • Impose que les fournisseurs de services en ligne, les moteurs de recherche, les réseaux de paiement, les services de publicité sur internet, les annonceurs et les registres de noms de domaine, sur réception d’une ordonnance du tribunal relative à une action du procureur général, doivent mener à bien certaines mesures préventives [notamment] empêcher les utilisateurs situés aux EtatsUnis d’accéder au site de contrefaçon. [Ils] devront prendre les mesures requises par la présente loi pour volontairement bloquer l’accès au site et mettre un terme à son affiliation financière. • Permet à de telles entités d’arrêter ou de refuser leurs services à certains sites qui mettent en danger la santé publique en distribuant des ordonnances de médicaments falsifiées, faussement étiquetés, ou sans prescription valide. • Étend le délit de violation criminelle de copyright pour y inclure les diffusions publiques de : (1) l’œuvre protégée par la transmission numérique, et (2) de diffusion sur un réseau informatique. • Étend le délit de trafic de biens ou de services intrinsèquement dangereux pour y inclure : (1) les médicaments de contrefaçon, et (2) des biens ou des services faussement identifiés comme répondant aux normes militaires ou destinées à être utilisées dans une sécurité nationale, l’application des lois, ou à l’application des infrastructures critiques. • Augmente les peines pour : (1) certaines infractions au secret commercial ; (2) divers autres délits contre la propriété intellectuelle telle que modifiée par la présente loi. g SRC : Site du Congrès résumé du texte: http://thomas.loc.gov/cgi-bin/bdquery/ z?d112:HR03261:@@@D&summ2=m&

33


ENQUETE Réalisé par O. Lahlim

Informatisation de la PME 

Pourquoi ça traine encore? Conscient des atouts considérables dont jouit la petite et moyenne entreprise marocaine, le gouvernement marocain a relevé un défi de taille: celui de booster leur développement et leur modernisation à travers une batterie d’initiatives ambitieuses. cela ne nous empêche pas de nous poser quelques questions: quel est le taux de pénétration des TI au sein de la PME; quel est l’impact des programmes d’appui, etc. Détour sur les problèmes qui paralysent encore l’informatisation de nos entreprises. e renforcement et la consolidation de l’économie marocaine passe inévitablement par la PME, une des briques essentielles du batiment économique marocain (95%) qui occupe entre 60 à 70% des emplois et qui serait implantée pour 72% dans le commerce et les services (d’après la Fédération de la PME, affiliée à la CGEM). Etant donné que la PME ne dispose pas de définition standard et que toute économie y a son propre jugement, Il s’agit au Maroc d’une structure dont l’effectif permanent ne dépasse pas 200 personnes et qui a réalisé, au cours des deux derniers exercices, soit un chiffre d’affaires annuel HT n’excédant pas 75 MDh, soit, un total de bilan annuel n’excédant pas 50 MDh (Définition issue de

L

N°3 Avril - Juin 2012

la loi 53-00 & de la charte de la PME (www. emergence.gov.ma» http://www.emergence.gov. ma). Cependant, la PME participe en moyenne à 15% de la valeur ajoutée du Maroc alors qu’elle représenterait plus de 40 % de la Production Nationale. Cela prouve, en effet, que la PME souffre de défaillances structurelles qui l’empêchent de profiter de la souplesse de sa structure. Des PME frileuses aux TI Devant des problématiques de la croissance des bénéfices et celles liées à l’adaptation au marché local, la PME marocaine, pas assez outillée, lutte pour surmonter les handicaps qui s’érigent face à son développement. Particulièrement, le Maroc a pris un sérieux

retard dans l’adoption des technologies de l’information (TI),; un retard matérialisé notamment par le faible taux de pénétration des TI chez les PME. Mais à regarder de près, de nombreuses causes seraient à l’origine de cette situation, dont: la méconnaissance du retour sur Investissements (ROI) des TI; les coûts élevés d’équipement ainsi que les coûts afférents (RH, prestations, ...); la résistance aux changements dont témoignent les dirigeants des PME par manque de sensibilisation quant à la valeur ajoutée et l’impact des TI sur leur entreprise. Les PME subissent aussi des contraintes liées au marché. Il s’agit, d’une part, de la difficulté d’accès aux appels d’offres (AO) de l’Etat qui représentent d’énormes opportunités pour la PME mais

18 34


Informatisation de la PME grands éditeurs et prestataires de services à l’international et qui justifient de bonnes références en la matière». Du côté des financiers, Hassan Belatik, Responsable Marketing Entreprises & Pilotage chez BMCE Bank, évoque une autre préoccupation: «l’établissement d’un cadre juridique adéquat reste nécessaire, tel que la promulgation des lois liées à la sécurisation des réseaux et SI, à la protection des consommateurs et de leurs données personnelles».

qui pose deux soucis majeurs, outre les garanties exorbitantes exigées. Il s’agit d’abord des procédures de gestion des AO, assez anciennes, qui permettent aux organismes étatiques d’aller faire leur «souk aux solutions & services», là où elles le souhaitent. Ceci est compréhensible d’une part, pour des problématiques de récupération de TVA, soucis d’expertise internationale, etc.! Mais, ces impacts sur le développement des PME locales (création d’emplois, contribuable, développement humain, enrichissement des compétences et d’expertises locales, etc.) sont forts négatifs. Par ailleurs, les AO d’état favorisent l’option de possession au lieu de la location des licences logicielle, alors que le monde IT s’oriente vers le Cloud/Saas où le paiement est pratiqué en fonction de l’usage. En tant que Vice-Président de l’APEBI et président du Comité «Editeurs» au sein de l’APEBI, G. Desmot, également CEO Sage Maghreb, met l’accent sur un obstacle de toute autre nature qui s’oppose au développement de la PME, «Il s’agit de la barre de la «Préférence Nationale» instaurée par certaines entreprises marocaines qui préfèrent encore travailler avec de N°3 Avril - Juin 2012

Pas que des freins... ...des opportunités également Pour remédier au retard enregistré par la PME, les pouvoirs publics marocains ont adopté une série de dispositions visant à combler les manquements identifiés, notamment, l’absence de stratégie adaptée et d’instance gouvernementale de coordination et de suivi de la PME. Il était question aussi, d’instaurer un environnement administratif et réglementaire qui régit l’écosystème de la PME et qui résout toutes les problématiques liées à la complexité et la lourdeur des procédures administratives, l’insuffisance de l’information, le manque de coordination entre différents intervenants, ... Ainsi, en 1997 fut instauré le Groupe des Technologies de l’Information (GTI) chargé du suivi des TI au niveau national et des mesures d’accompagnement et de mise à niveau auprès des entreprises marocaines. Le GTI visait l’identification des opportunités, des difficultés ainsi que des obstacles structurels, organisationnels et réglementaires pénalisant la compétition des PME. D’autres initiatives ont été menées également, comme la création des parcs technologiques (Technopark, Casanearshore, Rabat Technopolis, Fès, Oujda, etc.) proposant un cadre incitatif aux PME avec des facilités de services (guichet unique) qui leur permettent un rayonnement important. Et pour dynamiser davantage l’industrie des TIC au Maroc, l’Etat avait lancé en 2006, le contrat-progrès «Emergence 2006-2012» qui inclut les TIC et qui vise la création d’emplois hautement qualifiés, l’amélioration et la capitalisation d’un véritable savoir-faire national exportable ainsi qu’un drainage de l’investissement international. A l’international, le Maroc a conclu plusieurs accords de libre-échange, notamment avec l’Union Européenne et les USA, visant entre autres, la suppression des droits de douanes sur les produits (matériel & logiciel) issus du secteur IT échangés, favorisant un contexte de compétitivité des produits et services des PME marocaines à l’échelle internationale.

MN 2013: des opportunités pour la PME marocaine A l’instar de l’Inde, le Maroc souhaite faire des TIC, une réelle locomotive de croissance grâce à l’encouragement de la production et l’exportation de logiciels, la multiplication des plateformes de développement offshore, etc. C’est ainsi que vint la Stratégie nationale pour la société de l’information et de l’économie numérique qui fut actionnée réellement en octobre 2009 par le MICNT. Il s’agit donc du plan «Maroc Numeric 2013» qui vise à adopter les TI en tant que vecteur de développement humain et économique qui engendrera, à l’horizon 2013, un PIB additionnel de 27 GMAD (direct & indirect) et 58 000 nouveaux emplois… Que des avantages pour la PME locale, en plein cœur de cette stratégie. Dotée d’un budget qui s’élève à 5,2 G.MAD, ce plan s’articule autour de 18 initiatives déclinées en 53 mesures. Il repose sur 4 priorités stratégiques consistant à rendre accessible aux citoyens l’Internet haut débit, rapprocher l’administration des besoins de l’usager (Prog. eGov), développer la filière locale des TI (favoriser l’émergence des pôles d’excellence à fort potentiel à l’export). La 3e priorité concerne l’incitation à l’informatisation des PME et se décline en 3 initiatives visant à élaborer des solutions métiers prêtes à l’emploi et destinées aux PME opérant dans les secteurs à fort potentiel, mobiliser les prescripteurs et donneurs d’ordre pour soutenir les actions d’informatisation des PME/TPE clientes et/ou fournisseurs et enfin, sensibiliser, initier et inciter les dirigeants des PME à utiliser les TI, le tout, à travers des programmes réalistes et objectifs de soutien des PME. Des PME ambitieuses mais réalistes Une entreprise compétitive s’appuie essentiellement sur une bonne organisation de ses processus internes, indépendamment de l’existence d’un SI. Cependant, la PME marocaine manque, de base et de formalisme de ses processus internes. D’Après G. Desmot, «La mise en place d’un SI joue un rôle essentiel dans la réussite d’une entreprise du fait qu’il permet de prendre la bonne décision, au bon Actions prioritaires des PME Amélioration de la qualité des produits (58%) Développement de nouveaux produits (44%) Optimisation des procédés de production (53%) Recherche de nouveaux marchés (30%). Source : baromètre de la compétitivité des entreprises accompagnées par l’ANPME, résultats du 2e semestre 2011

35


ENQUETE moment et de manière centralisée.» Pour remédier à cette situation, il a été nécessaire d’identifier les vrais besoins des PME, notamment, l’accompagnement, la formation, la sensibilisation, l’équipement ainsi que l’assistance à maitrise d’ouvrage (AMO). En termes de solutions logicielles, les PME ont de multiples besoins (Gestion financière, Commerciale, Humaine, Clients, ...). Des secteurs nécessitent même une mise à niveau par le biais de progiciels intégrés, notamment, l’industrie agroalimentaire (traçabilité), le tourisme (réservation en ligne), le textile (place de marché électronique), … Moussanada , le fer de lance de l’ appui aux PME Le gouvernement marocain, à travers l’Agence Nationale pour la Promotion de la Petite et Moyenne Entreprise (ANPME), interlocuteur privilégié des PME au Maroc, a mis donc à leur disposition plusieurs programmes d’appui et de soutien financier, parfois spéciBaromètre de la compétitivité des Entreprises accompagnées par l’ANPME (2nd semestre 2011)

Le baromètre est un instrument destiné à suivre régulièrement les tendances d’impact des actions de promotion économique prises par l’ANPME. ses objectifs se résument comme suit: fournir les résultats de tendances actualisés, pour; mesurer et analyser les tendances d’impact de l’accompagnement de l’ANPME au profit des PME; orienter et optimiser le portefeuille des programmes d’appui aux PME pour permettre à l’ANPME et enfin mesurer le degré de satisfaction des entreprises et cerner les contours d’image de l’ANPME. le baromètre ne question a concerné 230 participants dont 150 entreprises ayant participé aux programmes de promotion économique de l’ANPME. Les principaux résultats de cette seconde édition ont portés sur: l’amélioration de l’image de l’ANPME: Crédibilité, communication/ouverture et modernité; les éléments à améliorer en priorité : Adaptation des programmes aux besoins des entreprises; les éléments à capitaliser : Réactivité & efficacité; les éléments à surveiller dont l’anticipation des besoins et enfin les éléments à conserver y compris la disponibilité du personnel. N°3 Avril - Juin 2012

fiques à certains secteurs d’activités. Parmi ces programmes, «Inmaa» dédié à la promotion de l’excellence opérationnelle au sein des entreprises, «Imtiaz» qui accompagne les PME à fort potentiel de croissance à travers l’octroi d’une prime à l’investissement matériel et immatériel correspondant à 20% de l’investissement total et plafonnée à 5 millions de DH.Et parmi les mesures du Pacte National pour l’Emergence Industrielle (Article 58), le programme mis en œuvre par l’ANPME, «Moussanada». Il vise à accompagner plus de 500 entreprises annuellement dans leurs démarches de modernisation et d’amélioration de leur productivité à travers la prise en charge, à hauteur de 60% du coût global de la prestation et dans une limite de 400 000 DH TTC par entreprise, les coûts liés aux phases d’AMO, d’acquisition et d’intégration des licences. Et pour en bénéficier, des critères clairs sont définis par l’ANPME. En effet, il faut disposer d’une situation financière à jour (Registre du Commerce, administration fiscale, CNSS, …) et réaliser un CA inférieur ou égal à 175 M.MAD HT. «Consciente du rôle que joue la PME dans le développement du Maroc, notamment en termes de création de richesse et d’emplois, BMCE Bank a fait le choix stratégique de l’accompagner. Aujourd’hui la PME est une force vitale pour notre banque étant donné qu’elle constitue une source de diversification de nos engagements et de nos revenus», précise Hassan Belatik. Un accompagnement à la hauteur Avec une PME dynamique, toutes les parties prenantes se sont mobilisées pour la mise en marche des programmes d’accompagnement, à commencer par les institutions financières. Parmi elles, BMCE Bank, engagée dans une politique d’accompagnement des programmes gouvernementaux en signant le Pacte National de l’Emergence Industrielle (PNEI) et en mettant à la disposition des PME marocaines, une offre globale reposant sur 4 axes stratégiques. D’abord, la proximité grâce à la régionalisation et l’extension continue d’un réseau dédié «La Région est devenue une véritable structure de prise de décision autonome et non pas un simple relais commercial, traduisant ainsi la volonté de BMCE Bank d’assurer une meilleure qualité de service et d’accélérer la prise de décision notamment en matière d’octroi de crédits et de financements des économies régionales», affirme Hassan Belatik. Ajoutés à cela, le conseil et l’accompagnement des entreprises par le biais de solutions adaptées à leurs besoins en plus d’une offre

de produits diversifiée destinée à l’entreprise en général, avec une simplification pour les PME. En dernier lieu, l’offre repose sur la synergie avec les filiales technologiques du groupe BMCE au profit des PME pour les faire profiter des meilleures solutions IT. Sur le plan technologique, tous les éditeurs et constructeurs de renommée mondiale se sont mobilisés pour offrir aux PME, les meilleures solutions qui répondent à leurs besoins, en termes de spécificités métiers. Ainsi, la vision de Hassan Bahej, DG de Cisco Maroc, élu dernièrement DG de Cisco pour l’Afrique Francophone, se décline comme suit: «l’attente des PME marocaines est de disposer d’une offre clé en main complètement gérée par un opérateur de services moyennant des loyers mensuels en SaaS (Software as service) ou IaaS (Infrastructure as Service)». Dans ce cadre, Cisco propose une plateforme intégrée de bout en bout (Virtualization Experience Infrastructure & Application Velocity) dédiée aux PME et qui permet de déployer, rapidement et à moindre coût, un nouvel environnement de travail virtuel qui unifie la voix, la vidéo et le desktop virtuel, couvrant tous les besoins de la PME. «La plateforme Cisco VXI permet de mettre en place des solutions de virtualisation de postes de travail qui correspondent aux nouveaux besoins des utilisateurs qui souhaitent travailler à partir de leur propre «device» ou de tout type de matériel de façon intuitive intégrant la voix et la vidéo», affirme-il. Et d’ajouter: «cette solution s’appuie sur un partenariat fort avec les principaux acteurs de l’écosystème tels que Citrix, VMware, EMC, NetApp, Wyse et garantit donc une ouverture sur

18 36


Informatisation de la PME Ce qu’ils pensent de Moussanada TI teurs pour une meilleure visibilité, voire même, le choix de certains pour en faire des champions nationaux à travers un accompagnement minutieux sur les différents points (financement, conseil, …). L’appui pour faciliter l’accès au financement est aussi projeté car l’édition logicielle nécessite beaucoup de fonds, alors que les PME nationales n’en ont pas assez. Nous intervenons également sur le plan de protection des droits d’auteurs (Propriété intellectuelle) des petits éditeurs nationaux du fléau du piratage», précise G. Desmot.

les standards technologiques et leurs évolutions …». En termes de solutions de gestion d’entreprises, le Maroc a la chance d’abriter le 3e éditeur mondiale de progiciels de gestion d’entreprise. Sa vision de la PME est toute particulière: «Sage développe des logiciels qui automatisent les processus d’entreprise. Pour nous, ce n’est pas la taille de la société ou son CA qui définit la solution Sage à adopter, plutôt, c’est la complexité des processus ….», affirme G. Desmot, CEO Sage Maghreb. Et il ajoute «Nos offres couvrent toutes les entreprises, de toutes tailles, particulièrement la PME et la TPE. De Ciel à Sage X3 génération i7 (orientée Web), ERP de production pour les grandes industries, notre offre PME regroupe Sage 100 et Sage 1000 (dédié notamment à la gestion des flux financiers des entreprises de tailles différentes) ainsi que toutes autres solutions spécifiques aux métiers de la PME». Et concernant l’accompagnement des PME, G. Desmot, précise que «Plusieurs projets ont été réalisés avec l’accompagnement de Sage Maghreb, notamment, Infitah où plus de 3000 permis numériques ont été délivrés avec des licences Ciel. Je cite aussi le programme Moussanada où Sage figure parmi les premiers éditeurs référencés et dispose du plus grand nombre de dossiers, surtout concernant les Experts Comptables (+ de 60 cabinets bénéficiaires), …» Même son cloche du côté de la Fédération des Technologies de l’Information, des Télécommunications et de l’Offshoring qui compte des PME parmi ses membres. En effet, l’APEBI vise, à travers ses comités, particulièrement le Comité «Editeurs», à promouvoir les éditeurs logiciels marocains à travers plusieurs actions «notamment, le référencement des édiN°3 Avril - Juin 2012

Plein d’initiatives, le MNC en est bien la preuve La stratégie MN2013 a eu le mérite de mener des initiatives originales comme la création de clusters contribuant au développement des projets R&D collaboratifs, des brevets et favorisant la création de startup. Parmi ceux-là, «Maroc Numeric Cluster (MNC)» composé entre autres des PME et qui vise à faire émerger des projets innovants et à forte valeur ajoutée dans les 4 niches d’excellence TIC identifiés pour l’élaboration du plan MN2013 et qui permettent de faire un focus sur des secteurs où le Maroc dispose d’un savoir-faire reconnu, d’un potentiel de marché (Services mobiles, Sécurité, monétique, droits numériques, Multimédia, Progiciels). Mehdi Kettani, Président de MNC précise que «Maroc Numeric Cluster a pour objectif de faire émerger 20 projets innovants et 8 brevets d’ici fin 2013. Nous avons identifié plusieurs projets dont 2 à fort potentiel de court terme: le projet GreenTIC de l’Université Hassan II de Casablanca et le projet de plate-forme de développement d’applications mobiles. La labellisation des projets par Maroc Numeric Cluster vise à faciliter leur financement mais aussi à soutenir leur bonne réalisation». Et parmi les initiatives déployées par le MNC, le programme Innov. PME qui se décline en quatre axes, comme explique Mehdi Kettani: «d’un point de vue Business, MNC doit promouvoir le déploiement de l’innovation dans les PME en favorisant des rencontres d’affaires PME-Grands Comptes. Côté RH, MNC, grâce à ses membres, mobili-

A propos d’Elcor (www.elcor.com) Accompagne l’activité de Buzzichelli Maroc en Afrique - Création: 2007 - Activité: Fourniture; Installation d’électricité; Automatisme et Instrumentation. - Installation : ZI Sud-Ouest, Mohammedia - Capital : 4 M.MAD - C.A moyen sur les 4 dernières années : 20 MAD

Senhaji Rhazi Mohamed Moncef DG ELCOR

Motivations d’adoption du programme Moussanada TI ? Le programme «Moussanada TI» nous a permis d’acquérir, plus rapidement, les outils de production nécessaires à notre développement. Sans cet apport, nous aurions étalé notre i nve s t i s s e m e n t sur 2, voire 3 ans, ce qui aurait freiné notre développement et réduit notre valeur ajoutée ainsi que notre compétitivité pendant cette période. Projections & prévisions (Production / Retour sur Investissement, …) à l’issue de l’adoption du programme Nous avons acquis grâce notamment au programme «Moussanada TI», des logiciels d’ingénierie électrique (calcul, dimensionnement, simulation de schémas électriques) qui constitue le fondement de notre métier. Ces outils nous permettent aujourd’hui de proposer (calculer, établir) des solutions plus complexes avec une économie considérable de temps et donc d’argent. Ils améliorent aussi la traçabilité de nos études. Comment jugez-vous le programme «Moussanda TI»? Je pense, généralement, le programme est fort appréciable. J’oserai même demander, à quand la prochain édition ? Je pense aussi que l’investissement de l’ANPME dans la communication autour du programme a eu un impact positif, mais à mon avis, il faudrait le perfectionner davantage pour intégrer plus de candidats. L’action de «Tic Magazine» reste à mon sens, une bonne solution permettant de communiquer davantage autour du programme. g

37


ENQUETE Ce qu’ils pensent de Moussanada TI Abbès Chaïb, DG d’Alpha-num pourquoi avoir adopté Moussanada TI ? Le programme «Moussanada» nous a offert l’opportunité d’accélérer notre développement grâce à un soutien financier qui nous a permis, en tant qu’entreprise jeune et dynamique, ayant de nombreux investissements au cours des premières années de création, de percer notre chemin suite notamment à un ERP de gestion production industrielle. sera l’écosystème de formation de l’innovation. En termes de Financement, MNC contribue à la facilitation de l’accès au financement à travers ses réseaux et sa labellisation. Enfin à l’International, MNC apporte son soutien à l’Aide à l’export et à la mutualisation des réseaux de distribution internationaux.» … et les lourdeurs administratives gâchent tout A regarder de près, la stratégie MN2013 marche bien, et ce, malgré le manque de statistiques qui confirment son réel impact. Cependant, il subsiste quelques dysfonctionnements qui ralentissent la concrétisation du plan, au-delà de la résistance aux changements constatée. Il s’agit des lourdeurs administratives qui s’avèrent désavantageuses, comparaison faite avec d’autres pays comme la Tunisie qui a adopté la stratégie ITP, (Investissements Technologiques Prioritaires), plus fluide. Toujours au sujet des lourdeurs administratives, les PME marocaines font face également à la sévérité du rating qui pénalise les porteurs de projets dans le cadre de «Moussanda». A ce propos, Hassan Belatik précise l’engagement pris par BMCE Bank pour valoriser son partenariat avec la PME: « nous déclinons notre accompagnement à la PME par deux actions phares en 2012 . En premier lieu, sensibiliser les PME à la nécessité de s’équiper en solutions TIC pour améliorer leur compétitivité. D’ailleurs, nous organisons, en partenariat avec l’ANPME, une large tournée régionale pour informer nos PME sur les dispositions mises en place dans ce sens. En second lieu, mettre en place une offre intégrée et adaptée pour permettre à la PME de s’équiper en services TIC, à travers le Pack BMCE Moussanada qui est composé d’un appui financier de l’Etat à travers la prime Moussanada, pouvant atteindre 1 MDH, en fonction des besoins de l’entreprise, d’un crédit moyen terme «BMCE Croissance» pour financer éventuellement le reliquat du programme d’investissement (acquisition des équipements, ...) et d’une adhésion au cycle de «Formation PME» dispensé par BMCE Bank faveur des cadres des PME». N°3 Avril - Juin 2012

Conclusion S’il est certain que le marché manque de chiffres, les premiers fruits des stratégies gouvernementales commencent à être perçus, notamment suite à la publication des Nations Unies du rapport bi-annuel «Un Egovernment Survey» réalisé en 2011 et qui confirme la forte progression du Maroc en termes de services administratifs en ligne (E-Gov) «Online Service Index», passant de la 104e à la 56e place parmi les 193 pays, soit, + 48e places par rapport au classement 2010, devançant des pays comme l’Afrique du Sud (0.4575), la Turquie (0,4641) ou encore la Tunisie (0,4771) et l’Inde (0,5359). «Mon avis est que le Maroc a très fortement progressé ces dernières années dans l’usage des TIC. Cela étant, rien n’est jamais acquis et nous sommes encore loin du compte. Il faut maintenir la pression et aller encore plus loin dans nos programmes», affirme Mehdi Kettani. Grosso modo, les PME ont toujours besoin d’appui, mais surtout de facilité d’accès aux marchés et aux financements pour mieux développer leurs activités. Cependant, si les efforts investis sont plus d’ordre politique, économique ou technique, il ne faut pas négliger le côté humain spécifique aux dirigeants des PME. Aussi, l’informatisation de la PME, au Maroc, ne s’avère ni aisée, ni de courte durée. il faudra donc beaucoup de volonté de la part de tous et surtout, une grande patience nourrie d’espoir en un lendemain meilleur. g

A propos d’Alpha-num (www.alpha-num.com) Filiale du Groupe Chatal - Date de Création : 2007, - Installation : ZI Hay Errahma, Salé - Activité : Usinage de haute-précision - Secteurs : Aéronautique / Spatial - CA = 18,5 M.MAD - Effectif = 65 personnes

Projections & prévisions (Production / Retour sur Investissement, …) à l’issue de l’adoption du programme Nous avons visé tout simplement, l’excellence organisationnelle grâce notamment au programme Moussanda TI, mais surtout, suite à l’acquisition du progiciel «HELIOS II». Ceci nous a hissés à un niveau de rigueur et d’exigence, similaire aux entreprises aéronautiques européennes (organisation conforme aux exigences Qualité aéronautiques, EN 9100) les plus pointues avec une maitrise de la planification de la production, de meilleures performances et respect des délais, un gain considérable de productivité par l’automatisation des tâches, une bonne gestion des documents techniques, … Tout cela a eu un impact très positif sur notre société, traduit sur le terrain par un gain considérable de confiance des grands donneurs d’ordre ainsi qu’une reconnaissance dans le monde de l’aéronautique. Comment jugez-vous «Moussanda TI»? Je pense que le programme «Moussanda TI» est une très bonne initiative ; son impact a été très positif sur notre société. Grâce à ce programme, nous avons pu intégrer l’ERP HELIOS II à un moment crucial pour notre société. Notre activité s’est fortement développée en conséquence, avec la reprise du secteur aéronautique en début 2011, ce qui a contribué à faire d’Alphanum, une référence nationale dans l’usinage de précision. g

18 38


PARTENAIRES MEDIAS ET WEB

amecsel Association Marocaine pour le E-Commerce et les Services En Ligne

N째3 Avril - Juin 2012


MANAGEMENT Réseaux sociaux

Stratégie digitale

Inwi sur le front de guerre 2.0 écidément, c’est une guerre acharnée que se livrent les trois opérateurs de télécoms nationaux sur les réseaux sociaux, à la conquête de plus de funs. Les chiffres le confirment. En effet, Méditel, avec ses 368 700 funs, compte deux fois plus que Maroc Telecom qui ne draine que 168 300 personnes, alors qu’Inwi en compte 232 900.

D

Finalité? Améliorer la visibilité des opérateurs sur les réseaux sociaux, faire du Buzz autour des marques commercialisées par les opérateurs, mais surtout, allécher la clientèle jeune et branchée. Dans le contexte de cette guerre digitale, toutes les armes sont autorisées. C’est ainsi qu’Inwi a mis en ligne la nouvelle version de son portail «www.

inwi.ma», bâti autour de la fonctionnalité Opengraph Facebook, qui permet aux visiteurs disposant d’un compte Facebook, de bénéficier d’une navigation personnalisée à leur juste profil, une consultation des offres et services personnalisés, la visualisation des recommandations des visiteurs du site et des contenus «likés» par les amis du visiteur, … Pour mieux cibler leur campagne digitale, Inwi s’est associé à la communauté Geeks en se basant sur les retours d’expérience des meilleurs bloggeurs nationaux, particulièrement en termes de remontées sur le site ou encore, la proximité de la blogosphère.g

Viadeo au Maroc

Une installation qui promet e réseau social professionnel en ligne, Viadeo, vient d’ouvrir son nouveau bureau à Casablanca faisant du Maroc, le premier pays d’Afrique du Nord et du monde arabe, dans lequel Viadeo s’installe, et le deuxième du continent après le Sénégal en mars 2011. Entièrement dédié aux contacts et aux échanges professionnels, Viadeo permet à ses membres dont plus de 500 000 issus du Maroc, d’accroître leurs opportunités d’affaires, de carrières et de développer leur réseau professionnel. A ce propos, Chams Diagne, DG de Viadeo Afrique déclare: «l’Afrique est un continent très important pour Viadeo. Nous y comptons 2 millions de membres, dont 1 000 000 dans le Maghreb. Nous sommes donc fiers d’être le premier réseau social international à s’y implanter». Et pour répondre entièrement aux besoins

L

N°3 Avril - Juin 2012

de ses adhérents au Maroc, Viadeo prévoit de lancer une solution de paiement par carte bancaire marocaine qui permettra de souscrire en ligne à l’offre Premium et ainsi d’avoir accès au meilleur des fonctionnalités de la plateforme. Rappelons que Viadeo, c’est plus de 40 millions de membres, plus de 30 000 nouveaux inscrits, plus de 150 000 mises en relations et plus de 3 millions de profils consultés quotidiennement. g

Le PJD s’adapte La politique se fait bien sur Internet. Un média bien indispensable depuis que le référendum européen de 2005 puis Barack Obama OutreAtlantique, ont montré à quel point il fallait désormais compter avec ce nouvel espace démocratique. Et depuis les évènements du printemps arabe, nul n’ose douter des effets des outils communautaires et du Web 2.0, encore moins les gouvernements arabes et leurs partis politiques.

Dans ce cadre, le PJD dispose déjà de plus de 15 000 fans sur page Facebook après une première expérience en microblogging sur Twitter qui lui a permis de drainer plus de 16 000 followers. Ainsi, le PJD place les outils d’échange communautaire, au centre de la mobilisation du parti, pour une communication rapide, une omniprésence sur les réseaux sociaux (pour des questions d’image, de réputation et de crédibilité), mais aussi pour rester proche de ses funs, de ses adhérents,… du peuple marocain en général, particulièrement, la communauté des internautes au Maro; ce qui constitue certes, une initiative à saluer, sous réserve de bonne gestion de communauté et de réputation du parti. g

40


NETWORKING Twitter

Facebook

L’IPO fait baver les banques ttendu il y a bien longtemps, Facebook a déposé en février dernier, son dossier d’entrée en bourse (New York) auprès de la Security and Exchange Commission (SEC). Cette cotation, du N°1 mondial des sites communautaires qui compte plus de 845 millions d’utilisateurs actifs, est jugée comme étant l’une des plus importantes de l’histoire de la place financière US. Pour rappel Facebook a enregistré au titre de l’année 2011 un chiffre d’affaires de plus de 3,7 G. US$ dont 85% de revenus publicitaires. Cependant, trop d’imprécisions persistent encore concernant cette opération. D’abord, combien compte lever Facebook? Aussi, quelle serait la valorisation de l’action de Facebook? Si l’on croit les prévisions, Facebook prétendrait lever 10 G. US$ pour une valorisation de plus de 100 G. US$, se plaçant derrière AT&T (10,6 milliards en 2000), Gene-

A

ral Motors (18,1 milliards en 2008) et Visa (19,7 milliards en 2009). Une autre question toute aussi importante reste sans réponse. Elle concerne l’heureuse banque qui pilotera l’opération. A ce propos, sont données favorites: Goldman Sachs (US), ayant placé en janvier 2011, plus de 1 G. US$ d’actions Facebook auprès de ses propres clients, et Morgan Stanley (US), ayant piloté près de la moitié des 23 IPO qui ont eu lieu en 2011 dans le secteur d’Internet aux États-Unis. g

LinkedIn

La MAJ des conditions d’utilisation fait bouder inkedIn, le plus grand réseau professionnel mondial en ligne avec plus de 150 millions de membres dans plus de 200 pays, vient de procéder en février dernier, à la mise à jour des conditions générales d’utilisation de son site Web sans impact majeur et ne requérant aucune intervention des usages. Par conséquence, LinkedIn est désormais autorisé à utiliser votre nom et votre image dans l’un de leurs annonces. Motivation? Augmenter bien évidemment son chiffre d’affaires, notamment ses revenus publicitaires, issus principalement des entre-

L

prises visant une exposition accrue. La facette cachée de cette mise à jour réside dans la commercialisation des données à caractère personnel des abonnées, ce qui provoque déjà la grognent de la communauté des adhérents du premier réseau social professionnel puisqu’ils se voient exposés aux promotions de produits et servi-

N°3 Avril - Juin 2012

Yatakalam 3arabi Twitter, le premier site de microblogging, a étendu le nombre de langues disponibles pour son service en offrant la possibilité de «twitter» en langues s’écrivant de droite à gauche, particulièrement l’arabe. Il faut dire qu’avant, les bloggeurs pouvaient s’échanger des messages dans ces langues, sans qu’il n’ait de page d’accueil du site de Twitter, s’affichant à 100% dans ces langues, y compris les notices d’information. Ainsi, les services Twitter sont désormais possible en plus de 28 langues; ce qui est redevable à la communauté des développeurs qui compte plus de 13000 bénévoles ayant supporté le projet de traduction des services en autant de langue. A ce titre, Twitter a précisé sur son blog «Twitter est maintenant disponible dans des langues s’écrivant de droite à gauche», rendant hommage aux milliers de traducteurs bénévoles qui ont travaillé sur ce projet. Twitter a ajouté «certains de ces bénévoles vivent dans des régions où Twitter est officiellement bloqué, leurs efforts en disent long sur ce que les gens sont prêts à faire pour rendre Twitter accessible et compréhensible autour d’eux». g

ces indésirables Ainsi, et en introduisant des services commercialisables, LinkedIn joue dans la cours de Facebook, puisqu’elle vise des revenus alléchants issus de la mise en relation de ses membres sans prendre la peine de protéger les informations à caractère personnel de ses derniers, même les plus privées. g

41


MANAGEMENT

COACHING

Devoir choisir

Vivre de ma passion Etant un outil d’accompagnement, le coaching est multicarte et toutes les problématiques sont coachables. Récemment, Driss, directeur dans une usine, a demandé à me voir, car «toutes les issues sont bloquées». uand nous sommes face à un problème, nous pensons, généralement, qu’il est le plus grand et le plus grave. Il nous aveugle et nous étouffe.

Q

Prendre de l’altitude Dans le jargon du métier, nous disons que le coaché a le nez dans le guidon. Le rôle du coach est d’aider le coaché à «relever le nez» de son problème. D’abord, pour respirer un bon coup. Ensuite, pour ramener son problème à sa juste dimension. Quand le problème envahit notre espace, notre vie, nos pensées, on a tendance à croire qu’il est sans issue. C’est pour cela que Driss me disait que toutes les issues sont bloquées. Il a l’impression d’être bloqué. Il l’est, en fait, non pas par son problème, mais par la perception qu’il en a. Lors de la première séance, j’ai appris que Driss avait fait des études en logistique, à l’étranger. Il a, par la suite, rejoint la filiale d’un grand groupe français installé à Casablanca. Très jeune, Driss avait découvert ses talents en dessin. Il aime bien «donner des coups de crayon». Durant ses études à l’étranger, il a troqué son crayon contre le pinceau. Et cela lui a réussi. Il n’a jamais cessé de peindre. «J’en ai des dizaines à la maison». Une passion qui a pris de l’ampleur avec l’arrivée de son premier enfant. «Je me sens, de plus en plus, habité par ma passion. J’exprime mes émotions par des tableaux». Le sentiment de plénitude et de quiétude, que lui procure la peinture, va crescendo avec N°3 Avril - Juin 2012

l’âge. «Plus je prends de l’âge, plus j’ai besoin de peindre» me confie-t-il. «Quand je peins, je suis heureux et cela se voit. Mes collègues à l’usine devinent quand je suis en train de peindre,» m’explique Driss.

Quand le problème envahit notre espace, notre vie, nos pensées, on a tendance à croire que son problème est insolvable. Devoir choisir A trente cinq ans, Driss a reçu des offres professionnelles alléchantes. «Difficile d’y résister, mais j’ai, aussi, envie de vivre, pleinement, ma passion: la peinture.» Au moment où Driss est venu me voir, il se trouvait à un rond point. Il tournait en rond et ne pouvait prendre une décision. Mon travail avec lui a consisté à explorer les pistes pour l’aider à en choisir une, pour choisir son chemin. Comment choisir une piste? Driss avait une certaine visibilité des options qui s’offraient à lui. Il me les a énumérées d’un trait, mine de me dire «dis-moi laquelle je dois choisir?». Il ne pouvait choisir. «J’ai peur de me tromper».

Pour rendre ces pistes moins désolantes et moins terrifiantes, je lui ai proposé de les nommer. Il leur avait donné des noms d’œuvres de peinture. En donnant vie à ses options, il pouvait les analyser avec plus d’objectivité. D’une séance à une autre, Driss a, non seulement, levé le nez du guidon, mais, il s’est détaché de son problème, ce qui lui a donné beaucoup d’assurance dans l’analyse des options. Un bien-être que l’on voit dans son «non-verbal». Sa posture était moins tendue, sa voix moins tremblotante et ses mains moins moites. Il avait gagné en assurance vis-à-vis de son problème. Il se sent moins bloqué. Les 3 «P» magiques En coaching, nous avons des outils magiques. L’un de mes préférés est les 3 «P» (Permission, Protection et Puissance). En

Nezha Hami Eddine Mazili Echaïri Consultante - Coach

autorisant le coaché à faire des choix (Permission) et en balisant le chemin (Protection), le coaché se connecte à ses ressources, ce qui donne de la Puissance à ses décisions. Dans le cas de Driss, je l’ai autorisé à analyser toutes les options. La peur d’échouer «le tétanisait». Durant l’exploration de chaque option, je le questionnais, je le confrontais et, parfois, je le titillais, ce qui l’a aidé à qualifier chacune. Quand les options sont devenues plus claires pour Driss, je lui ai demandé de leur donner forme. La séance d’après, il avait ramené des photos des tableaux des grandes œuvres, dont il avait nommées ses options. Puis, il les a collées sur le mur. En dessous de chacune, il suspendait l’évaluation qu’il en a faite. Lors de la dernière séance, Driss «visitait sa galerie»: il relisait ses notes, les corrigeait, les ajustait, les requalifiait. Puis, se rasseyait. Je n’avais, pratiquement, pas beaucoup parlé. A la fin de la séance, il a récupéré le tableau qui correspond à l’option qui lui convient. J’ai gardé les autres en souvenir de ce coaching, fort émouvant. Deux semaines après, Driss m’a appelé pour me dire qu’il a changé de travail. Il a créé un compte sur Facebook pour entrer en contact avec des peintres comme lui. Il en a trouvé certains. Ils vont créer un collectif de peintres pour organiser des expositions collectives, donner des conférences, encadrer des jeunes, organiser des concours. Il m’a promis de m’inviter à la première exposition. Bonne chance, Driss g

42


MANAGEMENT

FORMATION

Agenda de formations dispensées par des cabinets spécialisés Intitulé de la Formation FLEX Architecture SOA et Inté gration OpenSecurityArchitecture (OSA) JAVA Entreprise Architecture Et Industrialisation Test Unitaires et Fonctionnels : Mé thodologie et Outils Sensibilisation aux enjeux de la cybercriminalité Analyse des risques à l’aide de la mé thode MEHARI La gestion des incidents de sé curité SI Dé veloppement sé curisé Les menaces et les techniques d’intrusion internes Les menaces et les techniques d’intrusion externes Les techniques d’agression informatique Pré paration à la certi�ication CEH Pré paration à la certi�ication CISSP ISO 27001 Implemanter ISO 27001 Lead Auditor ISO 27005 Risk Manager ISO 22301 Lead Auditor ISO 22301Lead Implementer Mé tiers de RSSI Audit de la Sé curité du SI ISO20000 Lead Auditor Certi�ied Business Continuity Professional (CBCP) Dé ploiement de la norme PCI DSS Aspects pratiques lié s à la loi n° 09-08

PMP (Management de Projet) ITILV3 PCA selon la norme ISO 22301 Initiation à l'utilisation du logiciel ACL - Audit Command Marketing de la DSI CISA (Audit des systè mes d’information)

Audit des projets SI avec COBIT comme cadre de ré fé Secure Coding Java Bundle Microsoft Exchange 2010

Dataprotect Institute

24.05 23-24/05 21/03 17-19/04 | 20-22/06 22-23/05 24-25/04 | 6-7/06 12-14/03 21-25/05 | 20-24/06 25-29/06 21-25/05 23-27/04 19-20/04 | 13-14/06 07-11/05 04-08/06 24-26/04 | 19-21/06 22-24/05 24-26/04 | 19-21/06 16-17/05 | 20-21/06

15-17/05

LMPS Consulting

Consilium

14-16/05

18-22/06 16-20/04 21-25/05 11-13/06

21-25/05 11-14/06

16-18/04 | 13-15/06 28.05-01.06 04-06/06

07-11/05

Mega Competences

IT 6

Offshore Academy

Avril Avril Avril - Mai Avril - Mai Avril - Mai

Avril

13-17/05

22-23/06 (ISO 27002) Avril Juin Mai

Mai Mai Juin

Avril - Mai Avril - Mai

17-18/04

06,07,20,21/04 - 04,05/05 13-14/04 | 11-12/05

Avril

12-13/06

11,12,25,26/05 - 08,09/06 09-13/04

- Dataprotect : +212 660 740 569/contact@dataprotect.ma/www.dataprotect.ma - Mega Competences : +212 522 875 294/info@megaCompetences.ma/www.megaCompetences.ma - IT6 : +212 537 779 460/seminaire@it6.ma/www.it6.ma - LMPS Consulting :+212 522 527 785/contact@lmps-consulting.com/www.lmps-consulting.com - Consilium : +212 522 871 101/contact@consilium.ma/www.consilium.ma - Offshore Academy : +212 522 95 34 62 /contact@offshore-academy.com /www.offshore-academy.com

N°3 Avril - Juin 2012

43


MANAGEMENT

CARRIERE

Sage Maroc

L’employeur de l’année livre ses secrets L’entreprise heureuse? C’est l’entreprise où le personnel a envie d’y aller, le matin, quand il se réveille. Pour cela, Sage Maroc a su donner, à ses collaborateurs, cette envie. L’aboutissement a été la distinction de Sage Maroc en tant que «meilleur employeur», lors du premier trophée «meilleur employeur» décerné par Careers in Morocco. Notre palmarès national «great place to work». e trophée a été octroyé sur la base d’une enquête adressée à l’ensemble du personnel, qui a abordé plusieurs aspects comme la rémunération, l’encadrement, la vision, la qualité du travail, les locaux, la motivation et la responsabilité sociale de l’entreprise. C’est, en fait, le personnel des entreprises, qui ont accepté de participer à ce palmarès, qui a noté l’employeur, selon un grand nombre de critères. Après la soirée de remise des trophées, nous n’avons pas pu résister à l’envie de rendre visite à Sage Maroc et nous entretenir avec Grégory Desmot, directeur général de Sage Maroc, filiale du groupe français spécialisé la fabrication de logiciels, pour comprendre le secret de la recette de la société. Un entretien qui nous a permis d’apporter une autre preuve quant à la générosité des hommes et des femmes sur leur lieu de travail. Générosité qui est suscitée par la qualité du management et le niveau de reconnaissance.

C

L’autonomie et rien que l’autonomie des collaborateurs C’est le leitmotiv de G. Desmot. Et, c’est aussi une évidence: un manager ne peut évoluer et faire évoluer ses équipes qu’en leur créant un espace où ils peuvent déployer leur potentiel. «Je développe l’autonomie de mes collaborateurs à tous les niveaux de l’entreprise», précise-t-il. Un effet cascade des plus émulants et des plus vertueux, car chaque manager se trouve porté par l’élan de ses collaborateurs, désormais, autonomes. Tous les collaborateurs sont responsabilisés. Chacun connaît ses droits et ses obligations; ce qui les rend acteurs de leur vécu en entreprise. «Tous mes collaborateurs ont la main sur leur destin professionnel», déclare G. Desmot. Autonomie, c’est bien, mais à quelle sauce? Pour G. Desmot, on ne peut réussir N°3 Avril - Juin 2012

l’autonomie que si on fait l’effort de connaître les motivations du collaborateur et si on lui précise son périmètre d’action. La finalité est de l’aider à réussir. Le collaborateur est, ainsi, entraîné dans un cercle vertueux, qui l’encourage à aller, toujours, plus loin. La deuxième condition, selon G. Desmot, pour réussir l’autonomie des collaborateurs incombe au manger, lui-même. «Je dois donner confiance à mes collaborateurs, par mes attitudes au quotidien, leur montrer que je crois en eux et reconnaître leurs réussites», insiste-t-il. Un manager, qui prône l’autonomie des collaborateurs, doit faire le deuil de la super-puissance: tout savoir et tout décider. «Mon rôle, aujourd’hui, est de

«Mes collaborateurs ont le droit de venir dans mon bureau avec un problème, mais avec trois solutions»

ne plus être indispensable», s’amuse G. Desmot. Droit à l’erreur Les Japonais prônent l’APE: l’apprentissage par l’erreur. Une démarche qui permet de capitaliser sur les enseignements tirés. Précisons que l’erreur est différente de la faute, qui est la ré-occurrence de l’erreur. Or, nous sommes dans une société qui glorifie le manager et le collaborateur qui ne se trompent jamais. Or, qui ne fait rien ne risque rien. La survenue d’une erreur est une excellente occasion d’apprentissage. Ce que l’on apprend après une déconvenue, on ne l’oublie pas jamais. En reconnaissant le droit à l’erreur, l’entreprise libère le potentiel de son capital humain. Les collaborateurs osent aller investir des champs nouveaux, osent proposer, osent innover. Osent, tout simplement. En cas de problèmes? «Mes collaborateurs ont le droit de venir dans mon bureau avec un problème, mais avec trois solutions», explique G. Desmot. Les trois solutions sont, en fait, le résultat des enseignements tirés de l’erreur. L’erreur ne donne plus droit à une

44


Avec la collaboration de CapRh Maroc

Sage Maghreb «Meilleur Employeur» de l’année 2011 sanction, mais devient une opportunité d’apprendre. Et du plaisir à faire son travail «La vie est trop courte pour aller au bureau où l’on n’aime pas travailler», s’exclame G. Desmot. Quand on prend plaisir à faire quelque chose, on la réussit mieux que si l’on doit la faire par obligation. Le plaisir génère un fort sentiment de A propos de Sage Maroc Sage est le partenaire des entreprises pour leur gestion. Pour garantir une gestion en toute sérénité à ses 6,1 millions d’entreprises clientes dans le monde, Sage s’appuie sur l’expertise de ses 12 300 collaborateurs, sur son réseau de 28 000 partenaires revendeurs et sur plus de 40 000 experts comptables, prescripteurs de ses solutions. Sage accompagne ses clients dans leur croissance grâce à ses investissements en R&D, qui lui permettent d’anticiper les évolutions légales, fiscales et technologiques, et assure un haut niveau de service et d’assistance. Son chiffre d’affaires au 02/01/2012 est de plus de 1 534 millions d’Euros. Au Maghreb, Sage compte plus de 15 000 Clients, 40 000 utilisateurs, et un réseau de 125 partenaires revendeurs et intégrateurs.

N°3 Avril - Juin 2012

gratitude, crée les conditions d’un fort sentiment d’appartenance et les bases d’une motivation pérenne et durable. «Chez Sage, nous avons, depuis longtemps, une culture RH très forte. Nous partageons, tous, les valeurs de l’entreprise. Nous les portons dans notre ADN. Nous avons, tous, du sang vert»; vert en référence à la couleur officielle de Sage. Pour garder ce plaisir, le manager de Sage Maroc ose. Il organise, à la surprise générale de ses collaborateurs, des journées vitaminées ou des «instants bonheur», des moments de totale déconnexion, avec le travail, qui permettent à ses collaborateurs de recharger les batteries. Ainsi, en décembre dernier, voyant ses collaborateurs sous pression, il prend l’initiative d’organiser une journée vitaminée. Un matin, l’ensemble du personnel a eu la surprise de voir un espace de massage avec une masseuse professionnelle. Chaque collaborateur avait droit à 10 minutes de massage. 80% du personnel en ont bénéficié.

Maroc a multiplié son chiffre d’affaires par 5 et le staff est passé de 8 collaborateurs à 50. Octobre 2011 représente l’apothéose de cette équipée. Les cinquante collaborateurs de Sage Maroc sont partis en voyage en France, à l’occasion de la convention de Sage en Europe. «En associant tout le monde à ce voyage, mon message était clair: nous sommes une seule et même équipe», s’enorgueillit G. Desmot. En bon partenaire, G. Desmot partage tout avec ses collaborateurs. «Si la société marche bien, je le leur rends». En effet, Sage Maroc consacre 60% de sa croissance au développement du capital humain: par le recrutement, par les formations au Maroc et à l’étranger, par les primes et autres mesures qui ont pour finalité de rendre hommage à l’implication de toutes les ressources humaines. g

«Mes collaborateurs, mes partenaires» «Je consacre 50% de mon temps à l’épanouissement de mes collaborateurs» insiste G. Desmot. «Tous mes collaborateurs ont une vision de leur contribution individuelle à l’entreprise». Leur travail a un sens pour eux et savent ce qu’ils valent pour l’entreprise; ce qui les motive, énormément. En cinq ans, Sage

Cabinet spécialisé dans le coaching, la formation et l’accompagnement des ressources humaines. Il accompagne, depuis une dizaine d’années, des entreprises dans le secteur privé et public,surdifférentesproblématiques managériales: changement, vision, performance, charte de valeurs.

45


Solutions Part-Pro Stonesoft

Sage

valorise le pilotage à 360° ans le but de valoriser les données d’entreprise pour un pilotage à 360°, Sage, 3e éditeur mondial des solutions de gestion pour entreprises, poursuit son accompagnement des directions financières à travers la suite FRP 1000 (Financial Ressource Planning) pour la gestion des flux financiers, qui fête ses 10 ans. Côté Gestion des RH, Sage poursuit son leadership avec le lancement de sa suite «Paie RH V20» visant à faciliter les déclarations et simplifier la communication entre la D. RH et les collaborateurs de l’entreprise avec en prime, un portail

D

Web qui permet de suivre, entre autre, les demandes de congés et de formation, les compétences et le Workflow des informations personnelles. Et pour répondre aux exigences croissantes des PME en termes de performance et d’accessibilité des progiciels pour des populations diversifiées d’usagers, Sage renouvelle et enrichit ses gammes Sage 30 et Sage 100 avec une nouvelle génération d’offres de logiciels et de services, la «Génération i7» basée sur des technologies Web et qui étend le champ d’application des logiciels Sage à l’ensemble des collaborateurs de l’entreprise. g

Plateformes de protection des postes de travail

Kaspersky Lab, le Leader e dernier carré magique de Gartner évaluant les plateformes de protection des postes de travail (Magic Quadrant for Endpoint Protection Platforms, Peter Firstbrook, Neil MacDonald, John Girard ) place Kaspersky Lab dans la zone des leaders des éditeurs de sécurité IT. Ceci revient principalement aux atouts de la nouvelle suite, Kaspersky Endpoint Security 8 qui offre une détection rapide et complète des malwares, accompagnée d’une réduction de la surface potentielle d’attaque, la facilité d’administration, les fonctions HIPS avancées et l’étendue des plates-formes de postes de travail prises en charge, … A ce propos, Eugene Kaspersky, Président et CEO de Kaspersky Lab, déclare: «Je ne peux sous-estimer l’importance de l’analyse de Gartner. Il est très important pour nous de figurer parmi les “Leaders” dans le “Magic Quadrant”». g

L

N°3 Avril - Juin 2012

NSS Labs recommande le FW-1301 Suite aux tests réalisés sur les firewalls «de nouvelle génération» par NSS Labs, un des leaders indépendants de la recherche et des tests de sécurité, Stonesoft a obtenu le label «Recommend» pour avoir réussi les tests de contournement des défenses, la stabilité et la fuite des données. Le firewall NGFW (Next Generation Firewall) de Stonesoft «FW-1301» a obtenu des résultats saisissants,

avec 100% de protection contre les exploits 2011 et 100% de protection contre les techniques de contournement évaluées. Il a également démontré une bonne stabilité prouvant sa capacité de maintenir la sécurité même lors des attaques ou quand le trafic réseau atteint des pics. Cerise sur le gâteau, Stonesoft annonce de nouvelles fonctionnalités de firewall NG avec le lancement de la première Security Engine transformable. En fonction des préférences de l’utilisateur, Stonesoft Security Engine assume sept rôles de sécurité différents et s’adapte aux changements des environnements sécuritaires et/ou métier. g

46


La demande en stockage de données augmente d'année en année.

Le moment est venu de prendre le contrôle.

Les données ne font pas qu'augmenter, elles se multiplient à une vitesse sans précédent. L'augmentation continue de la capacité de stockage n'est pas la réponse au problème. Il faut trouver de nouveaux moyens d'utiliser le stockage plus efficacement. La famille de solutions de stockage de Dell répond à cette demande : souple et évolutive, elle vous aide à stocker davantage avec moins.

Solutions Compellent™ Plateforme de stockage entièrement virtualisée à optimisation autonome pour les entreprises et le Cloud, qui place toujours les données au bon endroit, au moment opportun et au meilleur coût.

Le pouvoir d'en faire plus

Avec une ligne de produits de stockage leader du marché, Dell a la solution qui répond aux besoins de votre entreprise, quels qu'ils soient. Pour en savoir plus, consultez yourdellsolution.com/ma

© 2011 Dell Products. Dell, le logo Dell et Compellent sont des marques ou des marques déposées de Dell Inc. aux États-Unis et dans d'autres pays. Tous droits réservés. Dell renonce à tout droit de propriété sur les marques et noms de produits autres que les siens. Dell Corporation Ltd, Dell House, The Boulevard, Cain Road, Bracknell, Berkshire, RG12 1LF, Royaume-Uni. N°3 Avril - Juin 2012


Solutions Part-Pro BMCE Fabuleos

NetApp

attise les PME

Le cash Back enfin disponible au Maroc

ans le contexte économique actuel, les entreprises sont confrontées à de nombreux défis, notamment, l’amélioration des performances, la consommation de moins de ressources, l’accroissement des bénéfices tout en s’adaptant au marché actuel. Cette réalité s’accentue davantage chez les PME qui doivent lutter pour survivre et rester compétitives sur le marché. Dans ce contexte, NetApp, un des leaders des solutions de stockage pour les entreprises, propose une gamme de solutions de stockage unifiées, dédiée aux PME. Disponibles

BMCE Bank vient de lancer au Maroc, en avant-première, un service innovant donnant accès gratuitement à plusieurs avantages et réductions lors de l’utilisation de la carte de paiement sur Internet, BMCE @-Pay. En effet, la souscription à la première carte de paiement internationale utilisable sur Internet, BMCE @-Pay, permet l’accès au nouveau programme d’avantages «BMCE Fabuleos». Il s’agit du fameux système de cash back offert en partena-

D

chez Afina Maroc, les solutions «FAS2000», notamment le «FAS2040», permettront donc aux PME d’optimiser leurs investissements en stockage tout en tirant le meilleur parti des budgets et des ressources limités. Elles constituent par ailleurs, une solution de stockage performante, intuitive, évolutive fiable mais surtout, abordable, susceptible de gérer les charges de travail typiques de la consolidation Microsoft Windows Storage et des environnements virtualisés, notamment grâce à sa grande matrice de compatibilité (Protocoles FC, ISCSI, FCOE, …) g

Poweredge 12g

DELL sort le grand jeu ell ne connait pas de crise. Il est le seul fabricant de serveurs à avoir connu une hausse de ses revenus serveurs sur le 4ème trimestre 2011 avec 9,7% de croissance de ses revenus par rapport à l’année précédente. Dans ce contexte, Dell continue d’innover et sort une nouvelle génération des serveurs PowerEdge, aux formats lame, rack et tour, plus performants, faciles à administrer et optimisés pour les environnements exigeants. Dotés des cartes d’administration à distance, iDRAC7, munie de son contrôleur Lifecycle 2.0, les nouveaux serveurs Dell offrent une efficacité énergétique, un stockage évolutif et des fonctionna-

D

N°3 Avril - Juin 2012

lités avancées de réseau et de sécurité. A ce propos, Larbi Berrada, Country Manager pour Dell Emerging Markets déclare «Dell a conçu ses nouveaux serveurs Dell PowerEdge sur la base des retours de plus de 7 700 clients de 17 pays et sur 4 continents … Nous avons développé notre nouvelle génération de solutions de serveurs, d’administration système et de charge de travail pour répondre aux besoins des utilisateurs finaux - qui souhaitent un niveau de performance optimal pour exécuter les applications critiques - et des responsables informatiques, qui exigent des solutions plus efficaces, sécurisées et fiables». g

riat avec «www.Fabuleos.fr» et qui offre également, la possibilité de gagner de l’argent tout en effectuant ses achats sur Internet. Parmi les avantages de ce service, un accès sécurisé à travers le site www. bmcefabuleos.ma à plus de 800 marques sur internet, un accès à des réductions permanentes et à des promotions durant toute l’année avec une Garantie d’acceptation des cartes au niveau de l’ensemble de ces sites, même restrictifs aux cartes marocaines. Ce système de cash back permet de récupérer à fréquence trimestrielle, les montants des réductions cumulées lors des achats auprès de l’ensemble des marchands, … g

48


Nokia

déploie de nouvelles offres okia a présenté récemment de nouveaux produits, services et partenariats au Mobile World Congress, donnant ainsi le ton pour l’année 2012 et démontrant l’exécution rapide de sa nouvelle orientation stratégique. Cette nouvelle stratégie a déjà conduit à l’adoption de Windows Phone comme principale plate-forme pour les Smartphones Nokia, à des modifications majeures de ses téléphones portables classiques et au lancement de sa division Location & Commerce, qui témoigne d’un intérêt accru pour les services de Géolocalisation. Parmi ces nouvelles offres le Nokia Lumia 610, Nokia Lumia 900, le photophone Nokia 808 PureView. Nokia Lu-

N

mia 610 offre un accès aisé aux réseaux sociaux, à Internet, à la musique, aux jeux, à la navigation et aux dizaines de milliers d’applications du Windows Phone Marketplace. Le Nokia Lumia 900, commercialisé en janvier comme le premier smartphone compatible LTE de Nokia, sera désormais doté de la technologie HSPA deux canaux et d’un débit pouvant atteindre 42,2 Mbits/s. Nokia a également inauguré une nouvelle ère de photophones haut de gamme. Le Nokia 808 PureView est le premier smartphone à intégrer les technologies exclusives de photographie Nokia PureView. g

Photographiez sous tous les angles

L

N°3 Avril - Juin 2012

Numériser à gogo HP a annoncé, le 27 janvier dernier plusieurs nouvelles innovations, applications, collaborations et solutions pour tous les profils d’utilisateurs : des particuliers aux PME, et des grandes entreprises aux spécialistes en arts graphiques. Parmi les imprimantes qui ont attiré notre attention, le HP Scanjet Enterprise 8500fn1 Document Capture Workstation. Une imprimante qui facilite la mobilité et optimise les workflows des entreprises. Le HP Scanjet Enterprise 8500fn1 Document Capture Workstation est aussi un outil indispensable pour les entreprises qui ont un fort besoin en numérisation. Ce scanner se distingue par son vaste écran tactile couleur, extrêmement simple à utiliser g

HP Pro 3420

Samsung MV800

es caractéristiques innovantes de la caméra Samsung MultiView MV800 permet de capturer des photos parfaitessous tous les angles. L’écran Wide flip-out 3,0 pouces permet d’explorer un monde de possibilités artistiques: retourner l’écran jusqu’à 180° pour l’ajuster à l’angle que vous désirez, en évitant les positions les plus difficiles; prendre des photos sous des angles élevés et bas, etc. La technologie innovante de Samsung MV800 est en outre renforcée par une multitude de fonctionnalités créatives et innovantes permettant d’explorer des possibilités artistiques illimi-

HP Scanjet 8500fn1DCW

tées. En appuyant sur le bouton « shutter » et en glissant la caméra à travers le paysage préféré, la fonctionnalité Live Panorama permet de capturer les angles les plus larges en une même photo. Le MV800 comprend plusieurs caractéristiques qui font des photos plus qu’un instant de plaisir.En termes d’apparence, le Samsung MV800 est conçu pour attirer l’attention, il offre un style minimaliste et sophistiqué. Grâce à son design ultra-mince et ses lignes modernes métalliques l’appareil ne passe pas inaperçu. g

Irrésistible

Avec son design élégant et minimaliste, le HP Pro 3420 All-inOne est la sophistication matérialisée. Il possède un look épuré qui restera d’actualité pour les années à venir. Il permet à l’utilisateur de travailler confortablement grâce à un écran de 20” inclinable et pouvant pivoter pour permettre une position de travail optimale créant ainsi un espace de travail idéal. Sa conception compacte permet une expérience informatique sans encombrement. Il suffit de sortir le matériel, le brancher, et se mettre au travail. g

49


ZOOM SUR INFO Réalisé par S. Zinnid

PME-PMI Cisco et Amideast pour la même cause es petites et moyennes entreprises représentent une part importante de l’économie aussi bien NordAfricaine que Moyen-Oriental. Pour soutenir ces entreprises, Cisco Maroc a annoncé, en marge du Cisco Expo 2012, l’inauguration d’un centre de formation Cisco Entrepreneur Institute au Maroc en collaboration avec America-Mideast Education and Training Services, Inc. (AMIDEAST). L’Entrepreneur Institute fournira des séances de formation accélérée grâce à l’utilisation de la technologie. Selon Cisco Maroc et AMIDEAST, l’Institut des Entrepreneurs offrira des sessions d’apprentissage individuelles en personne ainsi que des séances à distance afin d’aider les entrepreneurs à travers la région à améliorer leurs compétences et à optimiser les opportunités de développement des affaires. Cela servira également de forum aux propriétaires de petites et moyennes entreprises, leur permettant ainsi de collaborer et d’échanger leurs expertises en affaires. «Le Cisco Entrepreneur Institute s’inscrit en étroite collaboration avec l’engagement d’AMIDEAST à fournir des opportunités de formatives et éducatives pour jeunes hommes et jeunes femmes cherchant à acquérir des compétences et des connaissances qui leur permettront de réussir dans un marché de plus en plus global tout en atteignant es objectifs personnels de plus en plus ambitieux. Nous avons hâte de rendre ces ressources disponibles afin de mieux soutenir la promotion individuelle

L

Partout dans le monde Les Cisco Entrepreneur Institutes sont déjà présents en Arabie Saoudite, en Egypte, au Liban, au Maroc, à Oman, en Tunisie, aux Emirats Arabes Unis et en Cisjordanie / Gaza. Dans la région Moyen-Orient Afrique du Nord Levant (MENAL), des Instituts sont présents dans huit pays avec un total de quinze Cisco Entrepreneur Institutes. Créé en 2007, le Cisco Entrepreneur Institute est aujourd’hui présent dans 35 pays avec 132 instituts et formé plus de 170 000 entrepreneurs. N°3 Avril - Juin 2012

et professionnelle ainsi que le développement d’idées nouvelles dans les sphères aussi bien privées que publiques», déclare Joe Phillips Country Director d’AMIDEAST. Quels objectifs? Cisco Entrepreneur Institute a pour objectifs de soutenir le développement des PME PMI et piloter leurs performances. Ipso facto, il pourra les aider à accélérer leur croissance économique et accroître le niveau de vie. Les cours de l’Entrepreneur Institute de Cisco sont conçus pour accélérer le business via une utilisation efficace de la technologie tout en encourageant les solutions innovantes via le partage des meilleures pratiques, qui à leur tour permettront non seulement une croissance continue mais aussi la création d’emplois. «Cisco a utilisé la technologie tout au long de ses 25 ans d’existence afin de devenir l’une des plus importantes entreprises au monde. Son réseau, toujours croissant de centres de formation et d’instituts locaux, avait été développé dans le but de partager son savoir-faire avec les hommes et femmes d’affaires et les entrepreneurs. Avec le lancement de notre Entrepreneur Institute au Maroc, Cisco réalise son objectif de collaborer avec des organisations communautaires et des bureaux locaux de gouvernement en Afrique du Nord afin de créer une communauté de soutien qui facilitera la réussite entrepreneuriale dans la région grâce à la collaboration», affirme Hassan Bahej, Directeur général de Cisco Maroc.

Quels cursus? En vertu de l’accord avec le Cisco Entrepreneur Institute, AMIDEAST a maintenant mis en place des centres de formation Cisco Entrepreneur Institute au sein de leurs bureaux marocains, ainsi qu’au Liban, à Oman, en Tunisie et en Cisjordanie / Gaza. Des entrepreneurs jeunes seront recrutés afin de participer aux cours de base de l’Institut, à savoir «Démarrage d’une entreprise», «Développement d’une entreprise» ainsi que «Les Essentiels d’une Entreprise iExec», de même que plusieurs cours individualisés dont «L’Etat d’esprit entrepreneurial » et «Web 2.0». «Démarrage d’une entreprise » et «Les Essentiels d’une Entreprise iExec» sont disponibles en français et en anglais. Le Cisco Entrepreneur Institute offre quatre cursus de base, avec pour cible aussi bien les micro-entreprises que les entreprises de plus grand calibre. L’Institut a pour mission d’accélérer le business via une utilisation efficace des solutions technologiques, accroître l’emploi et assister au développement et au maintien de la croissance économique à travers le monde. Cela favorise l’innovation, la croissance et la prospérité tout en aidant à transformer les économies et le paysage social mondial en montrant la valeur que peut apporter la technologie aux affaires et en apportant un centre de ressources pour entreprises offrant conseils, mentorat, des solutions Internet pour entreprises et une technologie de réseau humaine. g

50


N째3 Avril - Juin 2012


DATAPROTECT BECAUSE THERE IS NO PATCH FOR HUMAN CRUEL INTENTIONS

YOU DON’T HAVE TO WORRY ABOUT YOUR DATA

WE ARE LOOKING AFTER THEM http://www.dataprotect.ma N°3 Avril - Juin 2012

http://www.dataprotect-institute.com


TIC Magazine N°3