Page 1


2

24 septembre 2013 No 944

Le député Gracia Delva aux USA Mass Konpa pourrait changer de nom Etant en vacances, l’honorable député Gracia Delva, accompagné d’une commission formée de plusieurs autres collègues parlementaires, effectue une visite officielle à Washington DC depuis le mercredi 18 septembre 2013. Selon ce qu’a confirmé le manager de Mass Konpa, Wadner Joseph, vice-délégué de l’arrondissement de Marchand-Dessalines, Gracia et la commission retourneront au pays le 27 septembre prochain. Avant de se rendre aux Etats-Unis, le député-artiste a eu une séance de travail avec Daniel Michel, Wadner Joseph, Ralph Phanor (Ménélas) et Réginald sur l’avenir de Mass Konpa. Mis à part les nouvelles dispositions prises et après les discussions, il y a de fortes chances pour que Mass Konpa change d’appellation après dix ans d’existence. Plusieurs noms sont sur la liste. Celui retenu pourrait être révélé au grand public la semaine prochaine, au retour de Gracia Delva en Haïti. Pour l’heure, des démarches sont en cours en vue de déposer les documents relatifs à cette modification au ministère des Affaires sociales pour les suites légales. « A l’occasion de nos dix ans, on parle de 10/01. 10 signifie que Mass Konpa a dix ans en fonction. Et le 01 traduit que ce sera «le nouveau jour» pour le groupe qui changera de nom. Cette idée de modification vient de Gracia Delva et de Daniel Michel, un promoteur originaire de Côtes-de-Fer et membre du groupe. Avec l’arrivée d’un nouveau maestro et après plusieurs discussions, on a décidé

21, 398 de changer le nom de Mass Konpa », a expliqué Wadner Joseph. Toutefois, le manager a précisé que c’est de son propre gré que le député-artiste Gracia Delva a pris cette décision. On verra de nouvelles têtes au sein du staff managérial du groupe ; il y aura un changement de style et de format ; et un nouveau maestro sera intégré à la formation musicale Mass Konpa dont le nom changera sous peu. Depuis le départ d’Yvon Jérôme, c’est Black Easy, Bato et même Rodney Joseph (Sexy Rodney) qui concouraient pour jouer

le rôle de responsable du groupe. Mais, en réalité, c’est Gracia Delva qui a rempli cette fonction, étant parvenu à changer effectivement l’appellation Mass Kompa, comme il le souhaitait, nous a appris Wadner Joseph. Il faut dire que les opinions divergent sur le sujet de changement d’appellation de Mass Konpa.

FANS

Gilles Freslet (gillesfreslet@yahoo.fr)

Ti Tanbou quitte T-Vice après Gérald Kébreau Manifestement, T-Vice fait face à des problèmes. En moins de deux semaines, le groupe a perdu deux musiciens. Après Gérald Kébreau, le bassiste, c’est au tour de Ti Tanbou (Ricot Amazan) de quitter officiellement la bande à Roberto Martino le week-end dernier. « Ti Tanbou va consacrer son temps à sa famille, il ne veut plus continuer avec T-Vice », a expliqué Roberto, lead vocal du groupe, qui se prononçait sur ce nouveau départ. Ricot Amazan a confirmé les dires du chanteur dans sa note de presse. Toutefois, il remercie Jessie Alkhal, Roberto Martino, Reynaldo Martino et tous les membres de T-Vice pour l’opportunité qu’il offerte durant ses trois ans. Il leur souhaite du succès continu. Plusieurs pensent à un prétexte du tambourineur pour quitter le groupe, puisque depuis quelques jours, des rumeurs faisaient croire qu’il allait quitter TVice pour former un groupe avec d’autres musiciens. En ce sens, Roberto Martino dit qu’il ne saurait confirmer ou infirmer ces rumeurs ; néanmoins, il trouve drôle la façon dont le musicien a tourné le dos à T-Vice sans qu’il n’y ait vraiment eu de problèmes. Les responsables de T-Vice disent garder leur calme, ils vont gérer cette situation. « On va publier une note de

Une publication de Ticket Magazine S.A.

DIRECTEUR DE LA PUBLICATION Frantz DUVAL RÉDACTEUR EN CHEF Gaëlle C. ALEXIS SECRÉTAIRE DE RÉDACTION Daphney Valsaint MALANDRE RÉDACTION Dimitry Nader ORISMA

Gilles FRESLET Myria CHARLES Winnie Hugot GABRIEL Teddy Keser MOMBRUN Junior Plésius LOUIS Raphaël FÉQUIÈRE Enock NÉRÉ Légupeterson ALEXANDRE presse à la fin de cette semaine pour annoncer les remplaçants de Ti Tanbou et Gérald Kébreau », promet le chanteur. Il faut dire que T-Vice a joué le dimanche 22 septembre 2013 à Atrium, en Floride, et c’est le bassiste de Disip de Gazzman Couleur, Felder Antoine, et Titi,

musicien de Nu-Look, qui ont dépanné les Vice2K. Gilles Freslet (gillesfreslet@yahoo.fr)

CORRECTION Jean-Philippe Étienne CRÉATION ARTISTIQUE Responsable graphique Réginald GUSTAVE Stevenson ESTÈVE Photographes Frederick C. ALEXIS Homère CARDICHON Jules Bernard DELVA Moranvil MERCIDIEU Yonel LOUIS

Publicité: 2941-4646 publicite@lenouvelliste.com Rédaction: 2945-4646 / 3806-3717


3

24 septembre 2013 No 944

L’année académique vient tout juste de commencer, mais déjà des producteurs nous font miroiter de merveilleuses fêtes de fin d’année avec des affiches les unes plus alléchantes que les autres. Le groupe BlackPalm, avec le support de la Heineken, promet, à Tara’s le 26 décembre 2013, le dj à tendance disco house : Bob Sinclar. Après des fêtes réussies avec notamment les dj Avicii, Chuckie, Joachim Garraud et David Vendetta, BlackPalm nous amène ce coup-ci le dj français de renommée internationale, Bob Sinclar. Un artiste connu en Haïti notamment pour ses hits « Rock this party », « What I want » et « Shinning from heaven ». Christophe Le Friant s’est d’abord fait connaître sous les noms « The Mighty Bop », « Chris the French Kiss » puis « Reminiscence Quartet », avant de finalement adopter le pseudo Bob Sinclar, nom du personnage incarné par JeanPaul Belmondo dans le film « Le Magnifique ». Il débute sa carrière de disc-jockey en 1986. Outre son statut de dj, Bob Sinclar est aussi producteur de musique et remixeur. L’artiste est à l’origine de grands succès internationaux et de plusieurs projets parmi lesquels Africanism, qui réunit les dj connus Eddie Amador, Lego, Gregory, Martin Solveig ; la production de Salomé de Bahia avec notamment le single Outro Lugar, reprise du titre Another Star de Stevie Wonder que Kaoma a adapté en portugais ; et de nombreux remix. Son label Yellow Productions compte des artistes comme Dimitri from Paris, Kid Loco, Bang Bang, Louise Vertigo, Loco Player et Dj Yellow. « Trouver Bob Sinclar a été un challenge pour nous. On y travaillait depuis plus de trois ans. Il est très difficile de trouver ce genre d’artistes. Bob Sinclar, je le rappelle, a reçu les honneurs les plus recherchés de la musique à travers le monde, incluant plusieurs nominations au « Grammy Awards » aux Etats-Unis », nous confie Frederic Rouzier de BlackPalm Productions. Les Tickets pour cette fête qui est annoncée en grande pompe seront disponibles en ligne jusqu’au 1er décembre à

Êtes-vous prêts pour

Bob Sinclar ?

l’adresse suivante : www.wantickets.com/ bobsinclarHT, au prix de 40 U$, soit 1750 GDES. Passée cette date, on pourra les trouver à Gamebox, à Pétion-Ville, au prix de 50 U$, soit 2200 GDES. « On essaie le plus que possible de garder les prix à un niveau abordable. Pour un artiste aussi cher et important comme Bob Sinclar, il est plutôt clair qu’on devrait charger un peu plus que d’habitude. Mais on ne l’a pas fait. La route de Tara’s, en l’occurrence Laboule 12, étant maintenant entièrement rénovée, on s’attend à ce que tous les tickets soient vendus à l’avance. Il est donc impératif que tout le monde achète leurs tickets le plus vite que possible ! », incite Frederic. L’euphorie est au rendez-vous. Le contrat est bouclé. Les tickets sont déjà en vente. Toutes les conditions semblent donc réunies pour faire de cette affiche l’une des plus belles fêtes de la période de fin d’année. Daphney Valsaint

DANS LE RAP Fantom ap « Gad figi nèg yo »

Après le succès de son track « Istwa Asefi », le rappeur Daniel Darinus dit Fantom vient d’enchainer avec un nouveau single, « Gad figi nèg yo ». Ce track, sur lequel on retrouve son frère Dutty est un extrait de son prochain album solo, « Salute II », dont la sortie est prévue pour le mois de mars de l’année prochaine. A travers « Gad figi nèg yo », Fantom tire à boulets rouges sur ceux qui sont choqués de son succès ; il vante sa mère pour le charisme de sa progéniture, sans oublier de parler de son label « Tapajè » et de sa zone « BPC » qu’il considère comme le central du rap haïtien. Il faut toutefois signaler qu’avec son groupe Barikad Crew ou en solo, Fantom semble vouloir aller Jiskobou dans le rap haïtien. Sans jamais se lasser, « Nèg kò vèt la » répond à l’appel de ceux qui sollicitent son aide et se donne pour mission de continuer de produire pour arriver au summum de sa carrière artistique. Reste à savoir si l’album « Salute II » attirera le grand public et fera couler autant de salive que le premier album

solo du rappeur, « Men nonm nan ».

Toppy X « p ap fè bak ankò »

Le rappeur Toppy X a pris la décision de ne plus reculer au point de pouvoir clamer : « M pap fè bak ankò » ; une phrase qu’il garde également comme le titre de son premier album solo. Et oui, « M p ap fè bak ankò » comportera 16 tracks et jusqu’à preuve du contraire, ce laser sera dans les bacs à partir du mois de novembre prochain. De l’avis de Toppy X, son album « M p ap fè bak ankò » bénéficiera de la collaboration de certains artistes tels Black Fefe, Don Kato, Shabba, G Bobby Bon Flow, X Proper, DRZ, Zomò et de son groupe RockFam Lame-a. L’interprète de « Mezi boud*w » s’attend à ce que les messages de son disque soient véhiculés à bon escient. Il ne faut pas oublier qu’avant de tourner le dos à RockFam Lame-a, le rappeur Dug-G fut le premier membre de cette formation à sortir un album solo. Récemment, Jimmy Alcindor alias Big Jim a mis les fans du rap au parfum de la préparation de son premier album solo, « Selon

mwen menm ». Est-ce que les autres membres de RockFam vont emprunter ce sentier ?

Baky a marqué la période estivale

A présent, il suffit de dire « Baky » pour que les mordus du rap haïtien vous répondent « Popilè ». Le jeune protégé du label RKM Records a bel et bien fini par se tailler une place dans le roc de notre rap. Il s’est imposé dans cette tendance non seulement avec son style, sa créativité, mais aussi avec les « flows » qu’il déverse dans ses nombreuses compositions musicales. La dispute artistique qui a eu lieu entre le rappeur P Jay et lui l’a davantage placé sous les projecteurs de la scène musicale. Tenant compte de sa potentiel, le jeune Baky Popilè est l’un des rappeurs ayant honoré le plus de contrats pour la période estivale. Le rappeur originaire des Cayes a livré diverses prestations dans sa ville natale et un peu partout sur le territoire national. Qui mieux est, ses tracks à caractère polémique, « Kiyès sa », « La pa la m vre » et autres, continuent de tourner en boucle dans des émissions rap et des véhicules

assurant le transport commun. Espérons que la fin d’année sera aussi bénéfique et profitable que la période estivale à Baky Popilè.

« Oh No », Trouble Boy dénonce

Ils sont trois rappeurs à se partager le remix du track « Oh No » : Trouble Boy, Mad Max et Wendyyy Traka. Via le remix de ce single, Trouble Boy et les deux autres rappeurs mettent l’emphase sur les relations amoureuses entre filles. Dans ce single, comme d’habitude, Trouble Boy met un peu de son humour dans ses jeux de mots. La rythmique résulte du travail du beat maker Zak Touch. Depuis sa sortie, le track jouit d’une diffusion outrancière et a été distribué sur les réseaux sociaux. Le track «Oh No » est déjà disponible sur le site Youtube et d’autres sites assurant la promotion du rap haïtien. Nous ignorons encore si le remix du single « Oh No » sera vidéoclipé, mais beaucoup de « bredjenn » et « brendjenèt » sont déjà passionnés du morceau.   Wendy Simon


4

24 septembre 2013 No 944

Phelicia Dell

fait encore parler d’elle Spectateurs, internautes et téléspectateurs sont d’un même avis : Phelicia est la star de cette deuxième édition de Haiti Fashion Week. S’il n’y avait pas Elmer Joseph de Montréal pour tenir tête à sa collection, elle serait proclamée « reine » sans délibérations.

Plusieurs estiment que ta collection surpasse toutes les autres qui ont été présentées dans le cadre de cette deuxième édition d’Haïti Fashion Week. Que penses-tu de cela ? Nous autres Haïtiens sommes des êtres très affectifs, très reconnaissants. L’on s’entiche rapidement de ceux qui nous font du bien qui ont une considération pour nous. Dans le Vèvè, plus d’un se retrouvent, s’y identifient. Je crois que c’est la raison pour laquelle mes œuvres ont en général du succès. Ce n’est pas moi qui suis en avant, c’est mon pays et ma culture qui sautent aux yeux dans mon travail. Les gens adorent ça. Raconte l’histoire de cette collection. J’y travaille depuis longtemps. Elle était destinée a priori pour être présentée dans le cadre d’une soirée en décembre dernier où je devais présenter la collection « Phelicia Dell ». A mon retour de Surinam, je me suis dit qu’au lieu de préparer une nouvelle collection pour la Haiti Fashion Week, pourquoi ne pas profiter du peu de temps qui me reste pour la peaufiner. Et voilà c’est ce que j’ai fait. C’est toujours le Vèvè mais dans une perspective sophistiquée, une touche de finesse, des robes de cocktail, de soirée, des sacs à main. Certaines rappellent les princesses, elles lient féminité et appealing. Beaucoup pensent que cette collection de robes est une première dans ta carrière… Ceux qui viennent de me découvrir peuvent le dire, mais ceux qui me connaissent dès le début savent que c’est avec les robes que j’ai commencé. Au Miami Fashion Week, j’ai justement présenté des robes des avec vêvê. Elles étaient très colorées, très gaies. A un moment de ma carrière, mes sacs ont connu tellement du succès que les gens ont tendance à m’identifier qu’à cet accessoire. Moi j’ai abandonné les robes parce qu’en tant que femme d’affaires avisée, je constate qu’elles ne se vendent pas facilement, donc je décide de ne pas en faire trop souvent. Par ailleurs je travaille

selon mon intuition. Je crée sans relâche. Ces derniers mois, les robes me tentent, donc j’en fais. Tu as triomphé à Londres en 2012; tu as raflé en 2009 le prix Diane Von Fürstenberg ; tu as participé à la semaine de la mode à Montréal au début de l’année, comment tu conçois ces réussites ? Mon but c’est de pousser la création haïtienne le plus loin possible. Je veux que le vèvè soit exhibé sur la silhouette des stars hollywoodiennes qui marchent sur le tapis rouge d’une soirée Oscar ou Grammy Awards. Sincèrement, je suis confiante. Si j’ai pu faire accepter le vèvè qui représentait un tabou, c’est la preuve que je suis capable d’aller loin. Internationale, je crois que je le suis déjà, mes sacs ont été exposés partout à travers la planète dans les magasins de Diane Von Fürstenberg durant la semaine de la Femme. J’ai travaillé pour Feed Foundation. Lauren Busch, responsable de cette fondation, m’a contactée peu de temps après le séisme pour réaliser des sacs dont les bénéfices seraient versés aux enfants nécessiteux. C’est dans le marché américain qu’ils ont été écoulés. Je ne le veux pas que pour moi-même, je le veux pour la création haïtienne, elle doit être connue à Paris et à Milan. Un de nos lecteurs qui veut garder l’anonymat dit au sujet de ta collection triomphante que tu serais partie à Miami acheter ces habits dans un magasin et ensuite tu t’es contentée de les peindre et d’y mettre des perles. Ce n’est pas étonnant. Mais s’il est si sûr de ce qu’il avance, pourquoi refuset-il de donner son nom ? Je sais d’où ça provient. Il y en a qui pensent que par le fait que je présente maintenant des robes, j’entre directement en guerre avec eux. Je leur dis de ne pas s’inquiéter, car des robes, je n’en ferai pas tous les matins. Au cours de la fashion week, les mêmes rumeurs ont circulé sur d’autres créateurs prétextant qu’on retrouve des étiquettes de fabriques américaines ou chinoises à l’intérieur des sacs à main ou au dos des maillots… Dans l’histoire de

la mode à travers le monde, il est courant que même des grands noms aient donné une seconde vie à des habits confectionnés par d’autres. Je vous assure que ce n’est pas mon cas. En réalité (rire), j’ai acheté le tissu dans les magasins, les aiguilles et le fil aussi. Je ne les ai pas inventés ! C’est peut-être à ce niveau que j’ai plagié. Je sais qui peut dire ça. Cette personne sait très bien que j’ai un atelier qui travaille sans cesse du lundi au samedi et que j’adore ce que je fais. Quel avenir pour cette collection ? Elle est dans mon magasin, elle sera présentée en décembre avec des sacs que j’aurai déjà peaufinés. Depuis quelque temps je diversifie ma création, il y a des sacs avec vèvè et des sacs sans vèvè. As-tu d’autres projets ? Je participerai à la semaine de la mode dominicaine. New York est aussi dans ma liste mais ce n’est pas encore sûr. Parmi les autres designers, lequel t’a marquée de par sa création et pourquoi ? Maëlle David nous fait remonter le temps de manière spectaculaire. Sa collection est magique. Elle se révèle une érudite de l’histoire de la mode. Sa fille Nora a montré ses forces en présentant un sac à main qui jouit d’une grande finesse. Helmer, que j’ai déjà rencontré à Montréal, est incomparable. Il m’a tellement prodigué de conseils ! Je lui suis aujourd’hui redevable de beaucoup. Chancy Victorin chancyzone@gmail.com


24 septembre 2013 No 944

Helmer Joseph

La révélation de Haïti Fahion Week Les designers étrangers ont apporté un souffle nouveau à la deuxième édition de Haiti Fashion Week. Aux côtés de Fauvette Natco, Esther Joseph, Jenny Polanco, la collection de Helmer Joseph, un Haïtien vivant au Canada depuis vingt ans, était des plus appréciées. La meilleure, si on tient vraiment à faire un classement. Le bref retour de l’enfant prodigue a fait mouche. A travers une ligne de vêtements pour femme, le designer a fait pâmer ses homologues. Classé en dernière position des défilés de l’événement, Helmer a renversé la vapeur. Sa participation a été ovationnée. Perlée, brodée, tissée, cloutée ou dentelée, chaque pièce de sa création, aux motifs géométriques pour la plupart, est très inspirée. Lors de la soirée de clôture de Haiti Fashion Week, son style a été aussi bien accueilli. Selon ce que nous dit Michel Chataigne, Helmer était un couturier pour homme avant de laisser Haïti. Ceux qui le fréquentaient peuvent témoigner de la qualité de son travail. Aujourd’hui, le styliste qui réalise des tissus et les associent pour en créer de nouveaux est très coté en Europe. Il a des magasins au Canada et en France, révèle Michel. « On l’avait contacté par mail depuis un certain temps par l’intermédiaire de son ami d’enfance. Malheureusement, il était un peu tard lorsqu’il a lu le message durant la semaine de la mode. Toutefois,

il s’est embarqué dans cette invitation corps et âme. Il a donc pris l’avion in extremis pour participer à l’événement. Personnellement, je crois que Helmer a eu du succès à travers cette édition. Sa collection m’a épaté au tout début. Dans son style on sentait la création, le travail. Mais après quoi, le reste était du déjà-vu chez les grands designers que je connais », affirme Michel Chataigne, coordonnateur de cette deuxième édition. Avec des couleurs sobres et vives, Helmer a séduit le milieu de la mode haïtienne à travers des robes de soirée chics et extravagantes. Sa participation méritée a donné le ton aux défilés à cette occasion. Haiti Fashion Week, qui cherche un style unique et une touche caribéenne reconnue, a bien recruté le talent de ce petit bonhomme souriant a l’air simple mais qui est un méticuleux dans le domaine du tissu. Dimitry Nader Orisma

5


6

Lundi 23 et mardi 24 septembre 2013

Coupe du monde de football féminin : Costa Rica 2014

Haïti et Porto Rico en demi-finale En dominant les îles Vierges américaines 22-0 dimanche lors de la 2e journée de compétition dans le groupe A, la sélection nationale haïtienne de football féminin en catégorie U-17 s’est hissée en demifinale de la compétition aux côtés de Porto Rico vainqueur 5-0 d’Antigua et Barbuda. Avec une différence de buts nettement supérieure +28, l’équipe haïtienne défiera son homologue portoricaine +12 pour la première place du groupe A , mardi.

ont baissé pavillon 1-3 devant les représentantes des Bermudes dans une rencontre plus ou moins équilibrée samedi soir. Les Trinitadiennes occupent donc la tête du groupe B à la différence de buts sur les Bermudes qu’elles affrontent lundi au moment où la République dominicaine défie la Grenade. Cette 2e journée dans le groupe B devrait servir d’indice à ce que sera la dernière journée de la phase de poule dans ces éliminatoires mardi et mercredi.

Résultats complets des matchs disputés Groupe A Vendredi 20 septembre

L’équipe nationale U-17

11

buts de Bathcheba Louis, 6 d’Isnada Lebrun, 3 de Rudena Paillère surnommée Tatoune, 1 de Verlène Estimé et un autre de Sherly Jeudy et le compte est bon. La sélection nationale haïtienne de football féminin U-17 s’est offert une vraie balade dans la défense de son homologue des îles Vierges 22-0 dimanche soir au stade Sylvio Cator lors de la 3e journée de la 2e phase des éliminatoires de la Coupe du Monde de football féminin de la zone caribéenne organisée du 20 au 29 septembre à Port-au-Prince. Porto Rico et les îles Vierges américaines ont disputé la première rencontre de cette seconde phase, vendredi en match comptant pour le groupe A et les Portoricaines se sont imposées 7-0 pour une bonne entame dans cette compétition. Haïti affrontait Antigua and Barbuda pour le 2e match du groupe A et de cette phase et grâce à un triplé de Bathchéba Louis et un autre triplé de Isnada Lebrun, les Haïtiennes s’étaient imposés 6-0 mais ne prenaient que la 2e place du groupe derrière Porto Rico à la différence de buts. Les Haïtiennes montraient certes de bonnes choses, notamment avec Bathcheba qui réalise un râteau somptueux enchaîné d’une frappe imparable dans un angle impossible pour l’ouverture du score, mais aussi de l’ensemble du groupe en partant de la portière, Jonie Gabriel, jusqu’à l’attaquante Bathcheba Louis en passant par la capitaine Soveline Lebrun qui s’est érigée en patronne de la défense mais encore de Kensia Destinvil ou de Rudena Paillère sans omettre Isnada Lebrun. Dimanche, les Portoricaines ont largement dominé Antigua 5-0 pour se hisser en demi-finale. Mais quand

Bathcheba Louis

les Haïtiennes marquèrent 6 buts en 14 minutes pour mener 6-0 après un quart d’heure de jeu devant les îles Vierges américaines, les Portoricaines qui suivaient la partie ont tout simplement quitté le stade pour aller se reposer. 16 autres allaient suivre durant les 75 minutes qui restaient dans le temps alloué à cette partie.

5e but de l’équipe haïtienne réalisé par Bathcheba Louis

Haïti prenait donc la tête du groupe A à la différence de buts +28 contre +12. Dans le groupe B, Trinidad a effectué une entrée fracassante en laminant la Grenade 10-0 samedi soir pour son premier match de cette 2e phase. Quant aux Dominicaines, elles

Porto Rico qui sera l’adversaire d’Haïti en demi-finale

Porto Rico bat îles Vierges américaines 7-0 Haïti bat Antigua et Barbuda 6-0 Dimanche 22 septembre Porto Rico bat Antigua et Barbuda 5-0 Haïti bat îles Vierges américaines 22-0 Restent à jouer : Mardi 24 septembre îles Vierges américaines - Antigua et Barbuda Haïti - Porto Rico Groupe B Samedi 21 septembre République dominicaine - Bermudes 1-3 Trinidad and Tobago - Grenade 10-0 Restent à jouer Lundi 23 septembre Grenade - République dominicaine Bermudes - Trinidad and Tobago Mercredi 25 septembre Bermudes - Grenade Trinidad and Tobago - République dominicaine Enock Néré/nereenock@gmail.com enocknere@lenouvelliste.com


7

Lundi 23 et mardi 24 septembre 2013

Championnat national 2e division

Quand la Cocon se fait attendre ! La dernière journée de la saison régulière du championnat national de deuxième division s’est déroulée dimanche 22 septembre 2013. Les équipes déjà qualifiées ont été toutes battues lors de cette journée. Toutefois, on connaît désormais l’identité des six (6) équipes qualifiées pour disputer le tournoi hexagonal final au terme duquel on sera également en mesure de connaître les deux formations qui accéderont en première division l’an prochain. Entre-temps, le Violette (37) points n’a pas dit son dernier mot dans le groupe III vu qu’il a un dossier entre les mains des dirigeants de la commission de discipline de la Fédération haïtienne de football suite à son match face à la Juventus des Cayes.

D

ans le groupe I, on savait déjà que l’AS Capoise et le Racine de GrosMorne bien que battus respectivement (0-1) par Limbé FC et (1-2) par l’AS l’Estère, avaient pris les deux places donnant accès au tournoi hexagonal final. Cependant, le doute plane encore sur l’identité des cinq équipes reléguées en ligue dans ce groupe suite au match non achevé entre l’US la Jeune de Pignon et Port-de-Paix FC. Cependant, l’équipe de Pignon est reléguée en ligue au même titre que l’AS l’Estère, l’Eclair AC des Gonaïves et l’AS Limonade. En revanche, l’AS Dessalines (32) points et le Port-dePaix FC (30), avec un match discontinué, sont en course pour éviter la relégation. Il faut attendre la décision de la Cocon. Le groupe II avait déjà livré son verdict. Ce sont les équipes de l’AS Verrettes et de la Police nationale malgré leurs défaites (0-1) et (1-2) devant respectivement leurs homologues de Roulado de la Gonâve et de Vision AC de Hinche, qui avaient pris les deux places qualificatives du groupe. En revanche, les équipes du Roulado de Source Matelas, Panthère

La formation du Violette Athlétic Club qui n’a pas dit son dernier mot

Noire de Liancourt, du Roulado de La Gonâve, du Dynamite de Saint-Marc et de l’AS Maïssade se sont fait reléguer en ligue. Battu (0-3) par l’AS Aquin, Amateur FC abandonne la deuxième place donnant accès dans le groupe III au tournoi

hexagonal, et ce, au profit de l’US Dufort, exempte de cette journée. Avec (39) points, l’équipe de Dufort complète la liste des six (6) équipes qui vont devoir croiser le fer pour avoir accès à l’élite du foot national. Cependant, il faut attendre la décision de la Commission d’organi-

sation des compétitions nationales, la Cocon suite à la réserve formulée par les dirigeants du Violette après le match joué face à la Juventus des Cayes. En attendant cette décision, ce sont les équipes de l’AS Capoise et du Racine de Gros-Morne (groupe I), l’AS Verrettes et la Police nationale d’Haïti (groupe II) et la Relève de Jérémie et l’US Dufort (groupe III) qui ont occupé les places devant permettre de jouer le tournoi hexagonal pour avoir accès à la D1 l’an prochain. Signalons que 13 des 15 équipes qui joueront en ligue l’an prochain sont désormais connues. Ce sont respectivement : l’AS l’Estère, l’US la Jeune de Pignon, l’Eclair AC des Gonaïves et l’AS Limonade (groupe I), le Roulado de Source Matelas, Panthère Noire de Liancourt, le Roulado de La Gonâve, le Dynamite de Saint-Marc et l’AS Maïssade (groupe II), l’Inter de Grand-Goâve, le Rangers de Miragoâne, l’AS Carrefour, l’US Frères de Pétion-Ville et le Barcelone de Carrefour. Légupeterson Alexandre /petoo76@aim.com

Les détails du contrat de Belfort (Le Mans) au FC Sion nale. Il m’avait dit qu’il m’avait vu évoluer au sein de Le Mans et dans la sélection haïtienne grâce à des séquences de vidéo.

Après s’être engagé avec l’équipe du FC Sion (D1) de la Suisse pour une durée de trois saisons, l’ancien buteur vedette du Tempête FC de Saint-Marc a dévoilé dimanche 22 septembre en cours au micro de Magik 9 dans l’émission Apéritif des Sportifs, une partie de la clause de son contrat avant d’ajouter « qu’il veut continuer de travailler pour progresser ». L’interview de Kervens Fils Belfort. Ticket Sport : C’est désormais fait, vous avez signé au FC Sion (Suisse) ? Kervens Fils Belfort : Oui, et ce, depuis la semaine dernière. J’ai signé pour trois ans. Cependant, je n’ai pas encore passé la traditionnelle visite médicale. Ce sera chose faite avant de rejoindre le club dès la première semaine du mois de janvier 2014.

TS : Voulez-vous nous dévoiler la clause de votre contrat ? KFB : Que je sache, mon équipe (Le Mans) aura à toucher la bagatelle de 100.000 euros. A vrai dire, je peux vous confirmer que j’ai un meilleur contrat par rapport au Club Sarthois, et ce, à touts le points. J’aurai une maison et une voiture à ma disposition. En passant, je tiens à préciser que l’équipe du Tempête FC de SaintMarc aura une partie des 100.000 euros de mon contrat.

Belfort Kervens Fils

TS : On a pu constater que le président du FC Sion avait mis à votre disposition son jet privé. Alors, il vous connaît ? KFB : Justement, il avait mis son jet privé à ma disposition. Je devrais en principe rejoindre son équipe, et ce, bien avant la Gold Cup, mais j’ai donné la priorité à la sélection natio-

TS : Vous dites que le Tempête FC aura une partie des 100.000 euros de votre contrat ? KFB : Bien sûr que oui. Le Tempête FC aura 20% de ce montant. Autrement dit, il doit avoir la somme de 20.000 euros pour avoir contribué à ma formation et c’était signé entre le Tempête FC et l’équipe de Le Mans dans la clause de mon premier contrat pro. TS : En raison de problème financier, votre équipe (Le Mans)

est reléguée en CFA (4e division). Il paraît que vous n’êtes pas en compétition ? KFB : Les dirigeants du club avaient été auditionnés la semaine dernière par le CNOSF, dont ils avaient demandé la conciliation après la décision de la DNCG de le reléguer en CFA en raison de son passif (14,4 millions d’euros). Entre-temps, l’équipe, qui n’a joué aucun match officiel cette saison, en a profité pour disputer plusieurs tests matches. Bien que privé de compétition, je ne cesse de m’entraîner et de me donner à fond dans les matches amicaux. Ticket Sport : Quel sera votre objectif au sein du FC Sion ? Kervens Fils Belfort : Mon objectif est clair, je veux continuer de progresser afin que je puisse aider ma sélection nationale. Je pense qu’il est impensable que cette belle génération de footballeur passe, sans signer un contrat de millionnaire. Je suis donc très motivé à l’idée d’aller le plus loin possible. Propos recueillis par Légupeterson Alexandre / petoo76@aim.com


8

24 septembre 2013 No 944

Dossiers Interdits AMOURS D’OUTRE-TOMBE Par Gary Victor

Le jeune homme s’était laissé choir sur la chaise en face du bureau de Ouari. Il avait hagard, fatigué. Il avait l’aspect de gens souffrant d’une insomnie chronique. Quelqu’un en proie à des terreurs nocturnes, pensa Ouari. Il avait l’habitude reconnaître les gens souffrant de troubles du sommeil du à des hantises, des hallucinations, des persécutions comme il était coutume de dire chez nous. -Monsieur Ouari… On m’a dit qu’il n’y a que vous qui puissiez m’aider. On m’a certifié que vous n’étiez pas un imposteur, un charlatan comme la plupart de ces malfaiteurs qui s’affublent du sobriquet de bòkò. Un protestant, se dit Ouari. Il a des problèmes avec sa réalité. Il doit être confronté à quelque chose que ni sa Bible ni son pasteur ne peuvent résoudre. Venir à la SAD est le moindre mal. Le recours qu’on peut se permettre. -Êtes-vous protestant ? lui demanda Ouari. -Oui… Adventiste. -Alors… Vous avez péché ?

Le jeune homme déglutit péniblement. -C’est sûrement pour cela que je suis puni… J’ai sombré dans le péché de la chair. -Si ce n’était que cela, votre pasteur vous aurait ramené sur le droit chemin. Le jeune homme se croisait et se décroisait les jambes. Il suait. Il ne savait quoi faire de ses mains. -J’ai fait quelque chose d’horrible. Depuis lors, je suis en proie à des persécutions, monsieur Ouari. Tout cela à cause de Marie-Françoise. -Marie-Françoise ? C’est qui ? -Une jeune fille que j’ai rencontrée pendant mes vacances à Marfranc… Une beauté dont je suis tombé éperdument amoureux. -Jusqu’à présent, je ne vois pas le mal. -Elle n’est pas de ma religion, monsieur Ouari. Je n’aurais pas dû l’approcher. Mais je l’aime. Dès que je l’ai vue, mes sens se sont enflammés. J’ai su que rien ne m’arrêterait dans mon désir de la posséder. Ouari soupira. -Je ne vois pas encore où est le pro-

VOLET 3

blème. -Le problème c’est que Marie Françoise ne pouvait pas sortir. Je ne pouvais la rencontrer que chez elle. Ses parents la surveillaient de près. Le seul moment d’intimité que nous avions, c’est quand nous nous retrouvions dans la cour derrière sa maison. -Alors ? -Marie-Françoise est quelqu’un avec un tempérament fougueux. Une femme chaude comme on le dit. Un soir, n’en pouvant plus, elle m’a entrainé sur la seule couche que nous pouvions trouver où nous étions temporairement à l’abri d’un regard indiscret. -Quelle couche ? -Une tombe. Sur le coup, dans le noir, je ne me suis pas rendu compte. Je lui ai fait l’amour comme un fou. J’ai ‘été choqué après de voir où nous avions ainsi forniqué. J’en ai eu honte. Mais j’ai recommencé une semaine après, puis presque chaque soir pendant mes trois semaines de vacances dans la région. -Cela a dû être pour vous une expé-

rience inoubliable. Le jeune homme secoua la tête. -Inoubliable ! C’est qui vous le dites. Je suis revenu chez moi à Port-au-Prince. Depuis lors, chaque soir que je regagne ma chambre, je vois une jeune femme qui m’attend, nue dans mon lit et qui tient à ce que je lui fasse l’amour. -Une hallucination ? -Non… Ce n’est pas une hallucination. Elle est réelle, monsieur Ouari… -Vous lui avez fait l’amour ? Le jeune homme le regarda l’air horrifié. -Comment le pourrais-je. Je ne connais pas cette femme. J’ai tout fait pour qu’elle disparaisse. Rien n’a réussi. Je ne dors plus. Je n’ose plus rester seul quelque part parce qu’elle me réclame constamment. -Lui avez-vous parlé ? demanda Ouari. -À cette femme ? -Oui… Lui avez-vous demandé qui elle est ? Ouari avait sa petite idée là-dessus. Il voulait entendre le jeune homme. -C’est ce qui m’a le plus fait flipper. -Quoi ? Le jeune homme s’était mis à sueur. Il s’épongea le visage avec un mouchoir. -Vous ne me croirez pas. -Dite. -Elle a prétendu être la personne dans la tombe sur laquelle je faisais l’amour. Il fit le signe de la croix. -C’est le salaire de mon péché, monsieur Ouari. Je suis damné. Ouari se leva. Ce qu’il avait pensé était exact. Ces jeunes gens ne savaient pas souvent ce qu’ils faisaient. Faire l’amour sur une tombe. C’était exciter des âmes errantes, encore attachées à la terre, à ses plaisirs. Une âme s’était abreuvée des sensations de cette jeune femme surtout et ne tenait plus à s’en passer. S’il ne faisait pas quelque chose, cette âme pouvait devenir violente et s’en prendre psychiquement à ce jeune homme. Il risquait alors de sombre dans la folie. -Vous allez revenir sur les lieux de vos amours, lui ordonna Ouari. -Moi ! s’étonna le jeune homme. -Oui. J’irai avec vous. Il faudra tout expliquer à Marie Françoise. Vous allez devoir sur cette tombe ressentir ce que vous ressentiez devant moi. -Devant vous, balbutia, le jeune homme. -Oui, laissa tomber Ouari. C’est le seul moyen pour moi de casser le lien. Vous allez être obligé d’oublier ma présence, de faire comme si je n’étais pas là. C’est la seule condition pour que je réussisse. *** -Vous avez réussi à sauver ce client, demandai-je à René Ouari. -La situation était assez délicate. J’avais fait ma petite enquête. La personne dans la tombe était une jeune fille morte noyée il y a une dizaine d’années auparavant. Il a fallu convaincre Marie-Françoise de participer au renvoi. Au début, elle n’a rien voulu entendre. C’était normal. Elle avait la frousse. Mais quand je lui ai fait comprendre que c’était vraiment une autre femme qui voulait avoir son Roger, c’est le nom de mon client, elle a accepté de collaborer. Une nuit, ils se sont rendus donc sur la tombe. Finalement, c’est elle qui a mieux joué son rôle, car Roger, lui, était intimidé par ma présence même discrète. Il devait aussi faire la vision de cette présence d’outre-tombe l’ayant harcelé pendant des semaines. -L’autre… Elle était là ? -Oui. Je l’ai senti dès que Marie-Françoise s’est laissé aller. Elle a le sang chaud cette femme comme on dit. J’aurais pu me laisser distraire, moi qui suis loin d’être un voyeur. -Je devine. Cela n’a pas été facile pour vous. -J’ai pu lancer les incantations de circonstances, procéder au renvoi de l’esprit et fermer la faille pour qu’il ne puisse plus venir importuner mon client. -La morale de cette histoire, Ouari, une tombe n’est pas le meilleur endroit pour des ébats amoureux. -C’est évident. Mais comme dit le vieil adage, chen jennen mòde. Bagay lan te cho pou moun yo… Il n’y avait que la tombe comme seul endroit possible. -Quand même… Sur une tombe ! -Si vous saviez de quoi nous sommes capables, soupira Ouari. Si vous saviez !!!


Etes-vous prêts pour Bob Sinclar ?  
Advertisement
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you