Page 1


2

21 juin 2013 No 884

AGENDA DE

Préparé par Daphney Valsaint MALANDRE

Découvrez chaque semaine les coins branchés, les restos en vogue et les meilleures affiches de la ville avec en prime les recommandations de votre magazine préféré ! N’hésitez pas non plus à nous faire parvenir vos affiches à l’adresse e-mail suivante : daphneyvalsaint@gmail.com Vendredi 21 juin 2013

Beethova Obas et Luck Mervil au Karibe

Les artistes Luck Mervil et Beethova Obas attendent le public en général au concert qu’ils donnent au Karibe ce vendredi dans le cadre de la fête de la Musique. Admission : US $50

Concert sur la place Boyer

Célébrez la musique en grande pompe sur la place Boyer avec des groupes et artistes tels que BélO, BIC, JJ Roosevelt, Darline Desca, K-zino, Sébastien Pierre et Yizrael. Admission : gratuite

n’ont pas pu se procurer son album lors des ventes effectuées les 15, 16 et 20 juin dernier une énième chance de se rattraper. L’artiste sera donc disponible à Café Trio ce vendredi à partir de 9 h p.m. pour signer sa dernière œuvre et rencontrer les fans.

La chanteuse guadeloupéenne Tanya St-Val sera en concert en Haïti, aux côtés du groupe Magnum Band, dans le cadre de la fête de la Musique. Admission : 1 500 gourdes

18 663 Fête de la Musique sur la place d’armes (Cap-Haïtien)

Kiko Tru Rasta à Kingston 18

Le Cap aussi célébrera grandiosement la fête de la Musique sur la place d’armes, dès 7 h p.m., avec notamment les groupes et artistes Boukman Eksperyans, Black Alex et Cap Connexion.

Faites le plein de reggae avec Kiko Tru Rasta tous les samedis à Kingston 18 !

Samedi 22 juin 2013

Faites la fête à Montrouis avec le groupe Kreyol La jusqu’aux petites heures du matin ce dimanche ! Admission : 300 gdes

Lancement de l’album K-Ta- Magnum Band et Tanya St-Val à La Réserve fal de Izolan à Café Trio

FANS

Dimanche 23 juin 2013

Kreyòl La à Montrouis M

Le rappeur Izolan offre à ceux qui

Foot: Lionel Messi mis en examen, soupçonné de fraude fiscale La justice espagnole a mis en examen et convoqué pour le 17 septembre le footballeur argentin et star du FC Barcelone, Lionel Messi, … Lionel Messi, la star du Barça et de l’équipe argentine de football, a été mis en examen pour fraude fiscale jeudi, aux côtés de son père, a annoncé jeudi le parquet provincial de Barcelone. Convoqué devant la justice pour le 17 septembre -date du début de la phase de groupe de la Ligue des Champions, une compétition que Messi et le club catalan ont remporté en 2006, 2009 et 2011-, le quadruple ballon d’or consécutif, 25 ans, est soupçonnée d’une fraude fiscale pour plus de quatre millions d’euros, des faits qu’il nie fermement. Ces poursuites risquent cependant de ternir l’image très lisse de la “puce” (1,67 m), l’attaquant vedette du champion d’Espagne, déjà auteur de plus de buts (35) sous le maillot argentin que Maradona, son illustre prédécesseur. Cette convocation fait suite à la procédure engagée le 12 juin par le pôle financier du parquet de Barcelone contre Messi et son père, Jorge Horacio Messi, devant le tribunal de Gava, ville proche de Barcelone, dans le nord-est de l’Espagne, où vit le joueur. “La juge a accepté aujourd’hui de donner suite à cette plainte et a convoqué Messi et son père pour le 17 septembre”, a déclaré jeudi à l’AFP José Miguel Company, le porte-parole du parquet provincial. “Ils sont à présent mis en examen”, a-t-il ajouté. Paradis fiscaux Le joueur et son père sont accusés par le parquet d’avoir caché au fisc espagnol une partie des revenus tirés du droit à l’image de l’international argentin. Le parquet avait expliqué dans sa plainte qu’il soupçonnait les deux hom-

mes de “trois délits présumés contre le fisc (...) concernant les impôts sur le revenu des exercices 2007, 2008 et 2009”, à hauteur respectivement de 1,06 million, 1,58 million et 1,53 million d’euros. “Sur les exercices 2006, 2007, 2008 et 2009”, Lionel Messi “a obtenu d’importants revenus dérivés de la vente des droits d’exploitation de son image, des revenus qui auraient dû être soumis” à l’impôt sur le revenu en Espagne, avait affirmé le parquet. Or, ces revenus ont été “cachés au Trésor public avec l’intention d’éviter de payer ces impôts”, avait ajouté le Parquet. Plus précisément, la justice espagnole soupçonne Lionel Messi et son père d’avoir “simulé la cession des droits à l’image” du joueur “à des sociétés écrans installées dans des paradis fiscaux” comme le Belize et l’Uruguay. En parallèle, ils signaient des contrats liés à ces droits à l’image avec d’autres sociétés “installées dans des juridictions de convenance (Royaume-Uni, Suisse)”. 10e sportif le plus riche Des revenus étaient transférés de ces dernières vers les paradis fiscaux, Belize ou Uruguay, “sans pratiquement se soumettre à aucun impôt, et en plus avec une opacité totale vis-à-vis du Trésor public espagnol”, selon le parquet. La nouvelle avait été fermement démentie par la famille. Sur la page Facebook de la star, Messi et son père s’étaient déclarés “surpris”, affirmant “n’avoir jamais commis d’infraction d’aucune sorte”. “Nous avons toujours rempli nos obligations fiscales suivant les avis de nos conseillers fiscaux, qui sont chargés

Une publication de Ticket Magazine S.A.

DIRECTEUR DE LA PUBLICATION Frantz DUVAL RÉDACTEUR EN CHEF Gaëlle C. ALEXIS SECRÉTAIRE DE RÉDACTION Daphney Valsaint MALANDRE RÉDACTION Dimitry Nader ORISMA Gilles FRESLET Myria CHARLES Winnie Hugot GABRIEL Teddy Keser MOMBRUN Junior Plésius LOUIS Raphaël FÉQUIÈRE Enock NÉRÉ Légupeterson ALEXANDRE CORRECTION Jean-Philippe Étienne

d’éclairer la situation”, avaient-ils alors assuré. Apparaissant comme plus humble que d’autres vedettes du football, notamment son célèbre rival du Real Madrid, Cristiano Ronaldo, “la pulga” (la puce) avait néanmoins su convertir ses exploits sur le terrain en juteux contrats commerciaux. En juin, Lionel Messi était classé à la dixième place des sportifs les plus riches du monde sur la liste dressée par le magazine Forbes, qui lui attribue un salaire annuel de 20,3 millions de dollars (15 millions d’euros) et des revenus commerciaux s’élevant à 21 millions de dollars (15,53 millions d’euros).

CRÉATION ARTISTIQUE Responsable graphique Réginald GUSTAVE Stevenson ESTÈVE Photographes Frederick C. ALEXIS Homère CARDICHON Jules Bernard DELVA Moranvil MERCIDIEU Yonel LOUIS Publicité: 2941-4646 publicite@lenouvelliste.com Rédaction: 2945-4646 / 3806-3717


21 juin 2019 No 884

3

Instagram se lance dans la vidéo pour contrer Vine Facebook a révélé ce jeudi une nouveauté pour son application Instagram: elle intègrera désormais la vidéo… De quoi mettre Vine en difficulté. Lors d’une conférence de presse, aujourd’hui aux Etats-Unis, Facebook a annoncé une nouveauté de poids pour l’application Instagram, qu’elle avait achetée en avril 2012: l’arrivée de la vidéo. Il s’agit de clips dont la durée est limité à 15 secondes, mais on peut très bien en réaliser de plus courtes. Pour rappel, celles sur Vine ne peuvent pas dépasser les six secondes. A la différence de Vine, on ne sera pas obligé de regarder les vidéos tourner automatiquement en boucle, ce qui est assez pénible. Sur Instagram, pour les différencier des photos, les vidéos seront repérables par un petit pictogramme, en haut à droite.

13 filtres disponibles

La petite révolution vient d’une technologie implémentée dans Instagram. «Cinema», c’est son nom, doit permettre

d’enlever cet agaçant tremblement des vidéos, comme elles sont prises souvent à la volée sur les smartphones. Sur place, les journalistes avaient l’air séduits. Les premières réactions des utilisateurs ne devraient pas tarder. En effet, car la fonction vidéo débarque ce jeudi grâce à une mise à jour. A son lancement, dès ce jeudi donc, les vidéos peuvent être vues sur le Web et la fonction vidéo est disponible sur les applications Android et IOS. Pas de changement du côté du système de hashtags (mots-dièse pardon) et de la possibilité de partager ses productions. De quoi poster directement des petites vidéos sur sa timeline Facebook. Et en plus, les fans de filtres seront ravis: treize sont disponibles au départ.

130 millions d’utilisateurs d’Instagram

Mark Zuckerberg, le président et cofondateur de Facebook, a rappelé que lorsque son entreprise a acquis Insta-

gram, l’application était utilisée par 20 millions de personnes. Le cofondateur et président d’Instagram, Kevin Systrom, également présent, a lui aussi rappelé quelques chiffres: plus de 16 milliards de photos ont déjà été postées sur son réseau social de partages de photos. Instagram est utilisé par 130 millions de personnes.

L’application Vine avait été achetée par le réseau social Twitter, en octobre 2012. Elle revendiquait 13 millions d’utilisateurs sur iOS, avant son lancement le 4 juin sur Android

Androidly propose la Smart Watch Android Androidly proposerait la première smart watch sous Android à part entière au monde, et une déclaration aussi ambitieuse mérite certainement qu’on s’y penche de plus près. La smart watch Androidly peut non seulement effectuer ou recevoir des appels, mais elle a également un écran tactile capacitif 2” qui devrait faire l’affaire pour les SMS, les emails, la musique, et les jeux, entre

autres. C’est certain, 2” c’est relativement petit pour lire de longs emails, mais vous vous rappelez que les écrans des vieux téléphones portables étaient beaucoup plus petits ? Les autres spécifications hardware de la smart watch Androidly comprennent un APN 2 mégapixels, le support GPS, les connectivités Wi-Fi et Bluetooth, et un port USB mâle qui est situé à l’extrémité du bracelet de la

montre. Androidly déclare aussi que c’est l’appareil sous Android le plus petit au monde. Hey, c’est également la première montre au monde qui a un accès total au Google Play Store. Selon le montant pour lequel vous souhaitez vous engager pour le moment, la smart watch Androidly coûtera entre 229$ et 269$.

Xbox One: Face aux critiques, Microsoft fait machine arrière sur les restrictions Le système de DRM sur les jeux d’occasion est mis à la poubelle, les jeux ne seront pas zonés et la console n’aura pas besoin de se connecter quotidiennement à Internet... Microsoft a donc «entendu le message». Mercredi, le fabricant a annoncé un virage à 180° pour sa future Xbox One: jeux d’occasion, connexion à Internet, tout fonctionnera comme sur la Xbox 360 et sur la Playstation 4 de Sony, qui avait marqué des points à l’E3 en prenant le contrepied de son concurrent. Dans le détail, «une connexion à Internet ne sera pas requise pour jouer à des jeux Xbox One en offline». Le joueur

n’aura besoin d’un accès au Net qu’une seule fois lors de l’installation. Ensuite, «une connexion toutes les 24 heures» au réseau ne sera plus imposée, contrairement à ce que Microsoft avait annoncé début juin. Du côté de l’occasion, Microsoft cède également à la pression de l’interweb. Vous pourrez «échanger, prêter, revendre, donner ou louer» des jeux sans restrictions, «comme c’est déjà le cas aujourd’hui sur Xbox 360». Les amateurs d’import pourront également jouer à tous les jeux, quel que soit leur pays d’origine.

Un pas en arrière

Le retour à la politique traditionnelle

pour les disques est une bonne nouvelle pour le consommateur. En revanche, Microsoft a également mis au placard ses plans innovants pour le dématérialisé. Les jeux téléchargés «ne pourront pas être partagés» via le Cloud avec dix amis, écrit l’entreprise. Concernant Kinect, rien n’a pour l’instant changé: vendue avec la Xbox One, la caméra sera au cœur de l’expérience. Le prix reste également inchangé à 499 euros, soit 100 euros de plus que la Playstation 4. A ce tarif, la console de Sony est toutefois dépourvue du Playstation Eye, vendu séparément à 49 euros.

Microsoft prêt à avaler Nokia Nokia peut-il continuer à exister seul? Alors que la concurrence est de plus en plus vive sur le marché des smartphones et que de nouveaux concurrents, particulièrement chinois, ont fait leur entrée, le groupe finlandais peine à trouver un second souffle. Après avoir signé un partenariat stratégique avec Microsoft, le PDG de Nokia Stephen Elop poussera-t-il la logique jusqu’à l’intégration financière? La question se pose depuis l’annonce du rapprochement entre les deux groupes, en février 2011. Microsoft aurait mené récemment des négociations très poussées avec Nokia pour lui racheter sa division mobile, affirme ainsi le Wall Street Journal . Aucun des deux groupes n’a souhaité commenter cette rumeur. Le finlandais ne pèse plus que 2,8 % du marché des smartphones, selon IDC. Windows

Phone, le système opérationnel pour smartphone de Microsoft ne parvient pas non plus à s’imposer, il détenait 2,9 % de parts de marché au premier trimestre selon Gartner. Une alliance entre les deux leur permettrait de gagner en rapidité.

Nokia est une proie attractive

En dépit, ou à cause de ses difficultés, Nokia est une proie attractive. D’abord, parce que sa capitalisation boursière a chuté à 10 milliards d’euros. Ensuite, le groupe conserve un véritable savoirfaire, notamment dans la téléphonie mobile, la photo et la cartographie (avec son service Here). Devenu un partenaire privilégié de Microsoft dans la téléphonie mobile, Nokia est la marque de référence pour les Windows Phone, le système opérationnel de l’américain. Ce dernier pourrait être tenté par une opération qui

lui permettrait d’être à son tour présent dans les terminaux et les logiciels. Apple et BlackBerry sont, avec des succès divers, des modèles d’intégration verticale. Google a choisi de racheter Motorola Mobile en 2011. Même si cette opération ne s’est pas encore traduite par un retour en grâce de la marque américaine. Samsung dispose aussi de son propre système opérationnel, ce qui lui permet de ne pas être complètement dépendant d’Android de Google. Dans un tel environnement, Microsoft serait légitime à vouloir lui aussi disposer d’une division dans les smartphones. D’autant que le champion américain du logiciel c’est déjà lancé dans la console de jeux vidéo avec la Xbox et la tablette avec la Surface. L’autre atout de Nokia vient des brevets qu’il détient. A lui seul, ce portefeuille est un argument d’achat, il est

Avec ce revirement, Microsoft se cale donc sur la politique de Sony. La décision suffira-t-elle à redorer une image abîmée par une communication désastreuse? Réponse en novembre avec les premières ventes.

estimé à quelques 10 milliards de dollars par le groupe d’experts Seeking Alpha. La capitalisation boursière de Nokia a elle, chuté à 14 milliards de dollars (10 milliards d’euros). La maîtrise des brevets aurait été une des principales motivations du rachat de Motorola par Google. Avant cette acquisition Motorola avait été scindé en deux: mobiles d’un côté, solutions de l’autre. Or, un sort similaire devrait sans doute être réservé à Nokia. Le groupe devrait se dégager de Nokia Siemens Network qui représente 45 % de son chiffre d’affaires, contre 51 % pour les terminaux et 5 % pour Here. Des fonds d’investissement seraient intéressés par cette activité.


4

21 juin 2013 No 884

DE VOUS A MOI

Vernis

C’est certainement à partir de conclusions tirÊes de ses rapports avec les humains que quelqu’un a dÊclarÊ : l’habit ne fait pas le moine. Quelque temps auparavant, j’avais inclus cette citation dans le lot des proverbes que j’estime mensongers, mais tout Êtant relatif, je dois faire amende honorable et reconnaitre qu’il y a une grande part de vÊritÊ dans ledit proverbe. De toutes les façons si je ne le faisais pas, je tomberais sous le coup de la sentence disant que seuls les imbÊciles ne changent pas d’avis. La scène est tellement courante, oÚ l’on rencontre ces faux moines en habits de prêtre alors qu’ils devraient porter plutôt des habits de traitre. Mais le vernis dont ils revêtent leur rÊel, leur vraie personnalitÊ, est si fragile qu’un rien l’Êcaille, et il n’est même point besoin de grande quantitÊ de dissolvant et de coton pour le faire partir. Les acteurs remplissent les planches, le nombre de spectateurs est minime‌ Trop souvent on entend dire de certaines personnes se rÊclamant de l’Êglise, que lorsqu’elles sont impliquÊes dans une discussion et que celle-ci tourne au vinaigre, elles dÊclarent : laisse-moi mettre l’Êvangile de côtÊ pour correspondre avec toi, après je le reprendrai. Ou bien encore lors d’un marchandage, on peut les identifier et leur dire  frère ou sœur Untel‌   Heppps ! – ils vous arrêtent au tout dÊbut – ne mÊlangez surtout pas les choses ! C’est pas frère Untel qui vous vend là, c’est machann Untel‌ !  Ou encore vous allez quelque part pour rÊgler une affaire subtile ou dÊlicate, vous êtes bien content de trouver sur place quelqu’un de votre connaissance et vous êtes bien ÊtonnÊ de la froideur ou la distance avec laquelle vous êtes reçu, la personne vous faisant comprendre que dans ce lieu il n’y a pas d’amis‌ Je comprends qu’un individu soit

tenu de se comporter tel qu’il n’est pas, et il est heureux qu’il existe les chartes et les règlements internes, permettant d’uniformiser plus ou moins l’attitude et la tenue à l’intÊrieur d’un espace de travail. Pourquoi a-t-on l’impression que certains employÊs, certains cadres mêmes, ne vivent que pour le moment oÚ quatre heures sonneront bing à l’horloge du bureau, pour reprendre leur peau de bête ? On dirait des loupgarou que jour aurait barrÊs sur la tête de la maison d’une victime ! Il y des mÊtiers qui ne sont dÊfinitivement pas faits pour certaines personnes, tout comme il y en a des taillÊs sur mesures pour d’autres. C’est vrai qu’on ne fait pas toujours ce qu’on veut, surtout dans un pays sous-dÊveloppÊ oÚ les opportunitÊs de carrière ou de profession ne courent pas les rues, mais mezanmi c’est comme si la personne devait faire payer à la terre entière l’imposition qui lui a ÊtÊ faite de choisir cette carrière et non une autre ! Ne demandez pas à Dieu même si la personne Êtait à un poste oÚ elle coupait arrachait ! Et puis pan ! soit une promotion, soit un transfert, et le vernis de courtoisie, de professionnalisme, d’entregent est tout restÊ au poste prÊcÊdent ! J’ai un copain artiste, quand je le rencontre en compagnie de son Êpouse wouuuuh, j’ai droit de la part de cette dernière à des accolades ponctuÊes de ma sœur chÊrie, ma grande amie, ma beeeellllle, ma petite maman (la vermine a le même âge que moi oui, si c’est pas plusss!). Mon copain tient beaucoup à notre amitiÊ qui date de l’enfance, et il faut voir combien il est heureux de cette bonne entente entre sa femme et sa meilleure amie. Mais je ne peux pas vous mentir, je dois mettre une couche Êpaisse de vernis diplomatique pour lui sourire et lui donner le change dans ces moments là. Je sais, je sais ! Les mauvaises langues diront

que je suis jalouse, mais il n’y a rien de tel. De toutes les façons croyez ce que vous voulez, je n’en saurai rien. L’affaire est que, quand je la rencontre seule, j’ai droit à un rictus et un sec comment es-tu ? Et c’est moi qui suis jalouse ? Mais oui ! Autrefois, il Êtait honteux d’apporter certaines nourritures dans sa boite à lunch, tout comme quelqu’un qui Êtait chez lui, attablÊ devant un plat de maïs à sauce pois, ne recevrait pour rien au monde un copain dans la salle à manger. Certains manjÊs comme banann ak aran, mayi ak aran, blÊ ak pwa, sôs hot-dog, pitimi, dlo sikrÊ, bouyon pwa, dombwèy nan pwa etc n’Êtaient pas dignes d’être affichÊs devant les amis, allez voir devant des collègues de bureau ! Mais depuis que les petites pièces de pâtisserie comme les tartelettes, les cornets, les kibbys, les chiquetaillles, les saucisses cure-dentÊes etc. passent fièrement dans les plateaux des serveurs lors des rÊceptions et cocktails, les employÊs modestes n’ont plus à chercher d’excuses à la cafÊtÊria, du genre :  ouhhh ça fait tellement que je n’avais pas mangÊ un si bon p’tit mayi, mais ma belle-mère aime tellement ça, j’ai tout pris un petit bol !  A croire qu’ils habitent avec leur belle-mère, et aiment tellement ça aussi !

Avez-vous jamais pris la peine de surveiller l’intonation de certains animateurs de radio locaux lorsqu’ils ont un invitÊ de race Êtrangère ? Ils changent automatiquement de ton. Les euuuuh, les ouais, ouais, les effectivement‌ oh ouiii, c’est certan ! ne sont pas nÊgligÊs. Toutes leurs phrases finissent par un lààà. L’invitÊ dÊplore une situation, c’est vraiment dommage lààà. Il apprÊcie une mesure prise par un chef, ah mais c’est formidable làà. Il parle d’un projet de son ong en passe d’être rÊalisÊ : ah là lààà, c’est suuuuper ! Oh non, il y a trop de cas et d’exemples ! Nous faisons compÊtition avec Bourjois, Revlon, Sally Hansen pour ne citer que ces marques là en matière de vernis, et de vous à moi, nous sommes très loin en avance sur ces professionnels. Ouupsss, c’est bien fâcheux, je n’aurai pas le temps pour ma manucure, je suis vraiment trop pressÊe‌ Reste là Sister, nous allons te faire une pose vernis‌ juste Sister M*

Volontè! Nou Bezwen’w! Ä‘ĆŤĆŤ(%/ĆŤ'!ĆŤÄ‡ÄŒÄ€Ä€Ä€ĆŤ2+(+*0tĆŤ)+%(%6! Ä‘ĆŤĆŤ.25ĆŤ2+(+*0tĆŤ*/*)ĆŤ'ĆŤ)+1*ĆŤ**ĆŤ ĆŤĆŤĆŤĆŤ'+)%*+0!ĆŤ,%ĆŤ2%(*!.ĆŤ5+ Ä‘ĆŤĆŤ+(+*0tĆŤ5+ĆŤ,ĆŤ0.25ĆŤ'+*0%*5t()*ĆŤ*/*)ĆŤ ĆŤĆŤĆŤĆŤ'ƍĉƍ'+)%*+0!ĆŤ5%/5!*Ä‹ Ou vle vin jwenn nou? Ou vle chanje reyalite Ayiti? Nou bezwen w!

Òganizasyon volontè ki pi enpòtan nan peyi Dayiti

#' &!!" "Â’W\T]VOWbW.bSQV]]`U eeebSQV]]`UVOWbW eeeTOQSP]]YQ][B316=VOWbW .B316=Vb


21 juin 2019 No 884

Magnum Band

déjà 37 ans d’expérience

Invité à se produire le 22 juin au restaurant La Réserve dans le cadre de la fête de la Musique, le groupe Magnum Band aborde au début de la semaine prochaine sa trente-septième année d’existence. Tico et Dadou Pasquet, les fondateurs de ce groupe aux centaines de hits, nous ont conté leur longue et belle histoire. La chanteuse antillaise Tanya St-Val, qui est leur invitée d’honneur à ce spectacle, elle aussi, en sait beaucoup sur ce groupe avec lequel elle collabore depuis « Se verite » lancé en 1994. Epopée d’un groupe dont la légende continue. Tico, le grand frère, ne parle pas beaucoup. Ses mots sont mesurés. Du haut de ses 46 ans de carrière en tant que batteur, il a la mémoire fidèle pour se rappeler autant les dates de concerts que les titres de leurs innombrables chansons. Fraîchement descendu d’un avion, il ne procrastine pas notre rendezvous. Il accepte volontiers de nous conter 37 ans de sa vie de musicien. Le titre Magnum a été choisi, selon lui, pour être fidèle à la signification de ce mot latin qui renvoie à la magnificence en français. « Tout ce qui est ‘’magnum’’

doit être grand, puissant et attirant », explique-t-il. C’est leur aîné Carlos Pasquet qui a choisi le titre du groupe qui voit le jour le 24 juin 1976 à Miami. En 1979, leur album Eksperyans connaît un véritable succès. Enchaînent ‘’Achade’’, ‘’Jehovah’’, ‘’Pike devan’’, pour ne citer que ceux-là. Le tout dernier en date est ‘’Saka la kawèl’’, sorti en 2009. Selon Tico, Magnum joue un style afro-latin. « A priori, dit-il, cela ressemble à du compas, mais au fait, c’est un mix de yanvalou, de ibo… dont on obtient une sonorité mondialement acceptable ». En

parlant de mondialité, le groupe peut se targuer d’avoir fait deux fois le Zénith de Paris. Ils ont performé aux Jeux olympiques d’Atlanta en 1996 grâce aux démarches de fans américains. Aux Antilles, en Guyane, ils sont perçus comme des rois tel que l’atteste Tanya St-Val qui les écoutait et fredonnait religieusement leurs tubes dans son enfance en Guadeloupe. Leur spectacle du 7 mars sur la place Saint-Pierre a dragué la grande foule composée en majorité de jeunes avides, d’après le musicien, de se ressourcer dans leur culture. Le batteur senior dit remarquer un certain progrès au sein de la nouvelle génération. Il se réjouit du fait qu’on ajoute le tambour et bien d’autres instruments à la musique d’aujourd’hui, contrairement à d’autres groupes du passé récent. Il lui arrive parfois de voir son reflet dans plusieurs jeunes batteurs qui évoluent de nos jours. Tico Pasquet rappelle qu’il est bien ouvert pour les suggérer, les conseiller. Il les invite d’ailleurs à écouter ou réécouter du Magnum pour progresser dans leur art. Tico est très reconnaissant envers les fans disséminés un peu partout. « Ils sont au Cayes, au Cap, en Floride, à Paris…

5

sans eux, y’aurait pas de Magnum. L’autre secret de longévité réside selon le sexagénaire dans le fait que leur musique a de la substance. « Sans substance, dit-il, un groupe disparaît rapidement. » Pour Dadou, le petit frère, 37 ans, c’est le bilan des bons et mauvais moments. Le guitariste se refuse de célébrer l’anniversaire de son groupe en feignant d’ignorer la descente aux abîmes, selon lui, de notre musique. Avec une tristesse dans la voix, il dit souhaiter que la continuité soit assurée comme ça doit. Voilà pourquoi, de concert avec Philippe Saint-Louis, il étudie pour l’heure la possibilité de donner des séminaires de formation en musique, particulièrement la guitare et la culture haïtienne à laquelle il est attaché. Cet Haïtien, qui a vécu pendant 46 ans aux Etats-Unis, nous confie n’avoir jamais nié ses origines mais regrette que son pays soit l’endroit où le groupe a connu ses plus grandes déceptions. « Depuis 37 ans, on fait la promotion de notre culture à l’étranger, mais jamais cela n’a été reconnu chez nous », se plaint-il, lui qui a fait du respect des droits d’auteur son cheval de bataille depuis qu’il a 12 ans. « J’ai commencé cette bataille aux côtés de Gérald Merceron, qui est mort sans voir une lueur d’espoir d’aboutissement de cette lutte, c’est pareil pour Hansy Dérose, Raoul Guillaume et Guy Durosier. Il n’y a pas que le piratage qui écœure Dadou. Il y a aussi l’acculturation. Selon lui, les jeunes artistes de nos jours sont perdus dans une américanisation dont ils ne se rendent pas compte. Voilà pourquoi l’artiste omet de les juger, lui tire la sonnette d’alarme depuis fort longtemps. Il se rappelle avoir été incompris. « On me prenait pour un aigri quand je suggérais de prioriser sur la bande FM la diffusion des musiques de chez nous. Aujourd’hui il est courant de remarquer que beaucoup de jeunes mélomanes haïtiens ignorent Coupé Cloué, Guy Durosier, qui ont travaillé pour eux… or ils savent tout sur la vie de Michael Jackson, Marilyn Monroe, comme les jeunes Américains les apprennent à l’école », lâche le guitariste. Dadou se demande aussi pourquoi Sean Paul, qui n’a pas vingt ans de carrière, peut toucher 150 000 dollars pour un concert de quelques heures en Haïti, tandis que pour lui qui fait la promotion depuis quarante-six ans la promotion d’Haïti, il en faudrait pas moins de 80 bons spectacles. Aujourd’hui, il préfère se taire et observer cette dégringolade sans fin. Il espère tout de même que parmi ces quelques jeunes qui vont à l’école et qui ont un peu de lumière s’élèvent des leaders qui partent en croisade pour défendre Haïti et sa culture. Pour Tanya, l’amie de longue date, c’est un grand groupe, un groupe très performant. Elle dit développer avec eux une profonde amitié. « Quand ils m’ont contactée pour réaliser ‘’Se verite’’ il y a à peu près vingt ans, j’ai vite accepté », nous confie-t-elle. « Dadou et Tico sont la musique, c’est ce qui fait leur différence », dit-elle pour paraphraser le slogan du groupe. La chanteuse, qui revient d’une tournée en Europe et aux Antilles, croit que la longévité de Magnum réside dans le fait que ces membres ont une âme de musiciens. Mis à part le concert du 22, les fans du Magnum pourront aller fêter avec leur groupe le 24 juin à Trou-du-Nord, ville où ils célèbrent depuis quatre ans leur anniversaire de fondation. Chancy Victorin chancyzone@gmail.com


6

Vendredi 21 juin 2013

Gold Cup

Johnny Placide ne disputera pas la Gold Cup

F

aisant partie des 35 joueurs dûment inscrits par les autorités de la Fédération haïtienne de football pour jouer la Gold Cup du 7 au 28 juillet aux USA, le gardien du Racing Stade de Reims, Johnny Placide, a décliné l’invitation faite par le sélectionneur national, Antonio Israel Blake Cantero, de se rendre au Québec (Canada) pour peaufiner la préparation de l’équipe nationale de football. Parallèlement, six joueurs ont été écartés du groupe dont le maître à jouer du Baltimore SC de Saint-Marc, Peter Germain. Après avoir joué les deux tours préliminaires de la coupe Caraïbes des nations, Johnny Placide a été le grand absent d’Haïti dans la phase finale de cette compétition et aux deux matches amicaux disputés par les Grenadiers face à l’Espagne et l’Italie. S’exprimant sur l’absence de Placide en sélection, le secrétaire général de la FHF a apporté les précisions suivantes: « Placide avait raté les deux matches amicaux face à l’Espagne et l’Italie, en évoquant des problèmes personnels. Il a une nouvelle fois décidé de faire l’impasse sur la Gold Cup. Il a fait savoir qu’il veut à tout prix postuler pour le poste de titulaire

du Racing Stade de Reims. C’est pourquoi il a opté pour une préparation foncière avec son équipe, et ce, au détriment de la sélection nationale. Cependant, la FHF ne lâche pas prise, on va essayer de le convaincre », a précisé Carlo Marcelin. Les autres joueurs faisant partie des 35 inscrits pour disputer la Gold Cup, mais écartés par le sélectionneur national, répondent aux noms respectivement de Peter Germain (Baltimore SC), Réginald Goreux (Krylia Sovetov/Russie), Frantz Bertin ((Veria FC/Grèce), Géraldy Joseph (Valencia FC), Brunel Fucien (Aiglon FC/Martinique), Cristiano François (University of Maryland/USA) et Hervé Bazile (Amiens SC/France). Parallèlement, un nouveau joueur a été appelé en équipe nationale pour grossir les rangs des Grenadiers. Il s’agit de Sony Nordé qui joue au Bangladesh au sein de l’équipe de Sheikh Russel KC. Ainsi, ils sont désormais 28 joueurs composant la délégation qui doit être composée de 34 personnes. Sous l’égide de la ligue Auchem, Haïti disputera quatre tests matches avant de faire son entrée dans la Gold Cup le 8 juillet face à Honduras. Les Grenadiers se mesureront le 22 juin

Johnny Placide

aux U-21 de l’Impact de Montréal. Quatre jours plus tard, le 26 juin, ils auront affaire à Mont Royal. Le 30 juin, ils défieront l’équipe de Royal

Sélect de Beauport à Québec et, le 3 juillet, ils feront face au FC SaintLéonard (Claude Robillard). Légupeterson Alexandre

RAPHAEL FÉQUIÈRE

transfert

L’agent de Donald Guerrier nie la piste du FC Barcelone Alors que la presse haïtienne s’enflammait et envoyait le latéral gauche de l’América FC des Cayes au FC Barcelone, coup de théâtre: l’agent de Wilde Donald Guerrier a nié et démenti de manière formelle l’information faisant croire que l’équipe de Léonel Messi a un oeil sur l’unique buteur haïtien contre l’Espagne (1-2). Marc-Daniel Saint-Ange, qui a répondu aux questions du Nouvelliste, a fait savoir qu’il s’agit tout simplement d’une «confusion » de la part des dirigeants haïtiens. Il en a profité pour évoquer les cas de Kervens Fils Belfort et de Jeff Louis. Ces derniers, selon ses dires, ont de fortes chances pour aller jouer, et ce, sous forme de prêt, dans un autre club. Le Nouvelliste : Info ou intox, Wilde Donald Guerrier au FC Barcelone ? Marc-Daniel Saint-Ange : Concernant le FC Barcelone, c’est du pipeau. Il n’y a absolument rien du tout. C’est juste une confusion. La vérité dans tout cela, c’est qu’un agent espagnol vivant en Catalogne, plus précisément à Barcelone, a appelé justement en Haïti pour Donald Guerrier. Mais

restent à régler. LN : Voulez-vous nous préciser le nom du club polonais en question, on parle de Wisla Cracovie ? MDS : Ils sont plusieurs, les clubs qui sont intéressés à Wilde Donald Guerrier. On est en train d’étudier la meilleure offre, et c’est pourquoi, je ne veux avancer aucun nom de club pour le moment. Toutefois, les clubs polonais sont en position de force. Donald Guerrier

cet agent travaille pour un club Polonais. Du coup, en Haïti, on a cru qu’il s’agissait du FC Barcelone. C’est entièrement faux, cette information. Il n’a jamais été question que le FC Barcelone ait un oeil sur Donald Guerrier. LN : Qu’en est-il du club polonais ? MDS: Pour le club Polonais, c’est en bonne voie pour Donald Guerrier. Si tout se passe bien, Donald devrait en principe signer un nouveau bail, soit son premier contrat professionnel. Cependant, quelques petits détails

LN : Quoi de neuf pour les autres Grenadiers ? MDS : Pour les autres joueurs, en particulier pour Kervens Fils Belfort et Jeff Louis, on est en train de mettre les bouchées doubles afin de les placer ailleurs, et ce, même sous forme de prêt. Que je sache, ils ont du talent pour s’imposer dans n’importe quel club jouant en France. Pour les autres joueurs, ils doivent absolument disputer une grande Gold Cup dans le but de confirmer qu’ils ont réellement du talent et ce n’était pas un hasard. A preuve, leurs grands matches face, à l’Espagne et à l’Italie. Propos recueillis par Légupeterson Alexandre/petoo76@aim.com

LA GOUTTE D’OH! Les carottes sontelles cuites?

D

eux réunions en prélude au départ de la sélection nationale pour le Canada en disent long sur le différend existant entre le ministère des Sports et la FHF. La première eut lieu mardi à l’hôtel Oasis à l’initiative de la ministre des Sports. Les sélectionnés sont sortis avec des enveloppes chargées. Absence remarquée : celle de la FHF et du sponsor officiel du football parce que non invités. Mercredi, le second rendezvous sans représentant du MJSAC réunissait au siège social de la FHF les joueurs, la FHF et le sponsor Digicel. Ordre du jour : per diem pour les joueurs et primes de match. La rupture entre ces deux entités MJSAC et FHF est-elle consommée? Il y a des lustres que les rapports brûlaient à petit feu. La sélection est prise entre deux feux, le public se frotte les mains, et les médias n’y trouvent plus un sujet d’intérêt, voire de débat, préférant fouetter d’autres chats. Suivez mon regard.


7

Vendredi 21 juin 2013

Championnat national “Digicel”de D1 : Saison 2013/J19

Valencia se détache

A

lors que le derby Léogânais s’approche à grand pas, les deux clubs de la ville ont choisi de se montrer au meilleur de leur forme. Preuve : le Valencia lamine le FICA 5-1 dans un match fou pendant que le Cavaly part s’imposer 2-0 aux dépens du Tempête lors d’une 19e journée réussie pour la cité d’Anacaona 5-1, le Valencia a infligé, mercredi, une véritable correction au FICA au parc Hendrich de Four-àChaux. Pendant plus de 20 minutes, les hommes du FICA ont pourtant fait jeu égal avec leurs homologues du Valencia jusqu’à-ce qu’Amy André se réveille pour inscrire son 9e but de la saison (27e) et donner l’avantage au Valencia. Huit minutes plus tard, il réussissait le doublé (35e) pour permettre au Valencia de mener 2-0 et à son buteur de s’installer seul en tête du classement des buteurs avec deux buts d’avance sur son poursuivant immédiat, Wedson Anselme. Quand, à une minute de la mitemps, Geraldy Joseph inscrit son 4e but de la saison pour permettre au Valencia de mener 3-0, la situation devenait encore plus compliquée pour des Capois qui ne savaient plus à quel saint se vouer. 3-0, tel fut le score à la mi-temps. En seconde période, les Capois se sont jetés dans la bataille avec hargne histoire de sauver au moins ce qui leur restait d’honneur dans cette rencontre cauchemardesque. Jean Paxon leur permettait même de se faire une illusion en réduisant l’écart presqu’à l’heure de jeu (56e). Ce but encaissé sur sa pelouse eut pour conséquence de pousser les joueurs du Valencia à reprendre la marche en avant et Walson Augustin porte le score à 4-1 à l’heure de jeu (61e) avant qu’Harold Sanon n’alourdisse encore le score un quart d’heure avant la fin de la partie. Le Valencia s’impose 5-1 au coup de sifflet final et porte son écart à 8 points de son poursuivant immédiat : le Baltimore.

Volley-ball : Liste des joueurs de la délégation haïtienne

Kismy Jean Françoit(Victory) et Breneus Jn Junior(Don Bosco) (Photo : Yonel Louis)

tory est venu tenir le Don Bosco en échec 0-0 au stade Sylvio Cator en match comptant pour la 19e journée du championnat national « Digicel » de D1. Interrogé sur la cause de

Le Victory tient le Don Bosco en échec

Sans Armelio sur le banc, le Vic-

l’absence du Cubain sur le banc du Victory , Dominique Plésumé explique : « Quand il a vu le nom de l’arbitre qui devait diriger la rencontre qui opposait le Victory au Valencia di-

Haiti / boxe internationale

B-Hop veut Stevenson

Le Cavaly s’abrite contre le Tempête

En battant le Tempête 2-0 au parc Levelt le Baltimore a créé la première sensation de la journée pour se rapprocher de la première partie du tableau. Dans un parc Levelt un peu frustré, Harold Milord ouvre le score dès la 22e minute pour permettre au « cheval rouge » de mener 1-0 à la mi-temps. Alors que le Tempête se battait pour obtenir l’égalisation en seconde période, Fondalo Jeff trouvait la faille 10 minutes avant la fin de la partie pour corser l’addition et ruiner tous les espoirs des fans de la formation « Bel Kolonn ».

manche, il avait signifié aux dirigeants que cet arbitre manquait de caractère et de responsabilité pour faire son travail correctement. Effectivement, le Valencia a marqué contre nous, un des arbitres assistants a signalé un hors jeu et l’arbitre a accordé une position fautive. Puis, il est allé trouver l’autre assistant, lequel lui a fait savoir que cette position fautive accordée était vagabondage. alors, il a pris la décision d’accorder le but. Tout le monde était un peu dans le flou ». Et Dominique Plésumé de conclure : « Je dois vous dire que le but était tout à fait valable en fait ». Armélio aurait décidé avec ses dirigeants qu’il ne dirigerait pas la rencontre du mercredi pour des raisons non avouées. Les autres rencontres de la 19e journée se disputent ce vendredi avec les affiches suivantes America des Cayes - AS PetitGoave Parc Saint-Louis

Bernard Hopkins

B

ernard Hopkins serait ouvert à l’idée d’affronter notre compatriote Adonis « Superman » Stevenson lors d’un combat d’unification pour remplacer celui qui devait avoir lieu contre Karo Murat, mais qui a finalement été annulé en raison de problèmes de visa. « Pour moi, c’est simple. Kovalev pourrait affronter Cleverly, et moi, Adonis, a-t-il déclaré en entrevue à ESPN. Nous pourrions

offrir aux amateurs le genre de batailles de mi-lourds dignes des années 70 et 80. Ensuite, les vainqueurs des deux combats pourraient en venir aux poings ». B-Hop (53-6-2-2, 32 K.-O.) n’aurait aucun problème à se battre à l’étranger, donc l’éventualité d’un combat à Montréal ne le dérange pas outre mesure. « Ce serait tout un défi. Adonis est un gros cogneur. Voyons ce qu’il peut faire. Je ne me détournerai jamais devant un boxeur », a ajouté le pugiliste de 48 ans, qui revient d’une victoire par décision unanime contre Tavoris Cloud au mois de mars dernier. Lundi, il a toutefois été révélé que l’IBF avait ordonné au clan Hopkins de procéder à la défense de son titre face à l’aspirant obligatoire Sergey Kovalev et que les deux parties devaient en venir à une entente avant le 17 juillet. Coupe des confederations

L’Espagne lamine Thaïti (10-0) En match comptant pour la Coupe des Confédérations,l’Espagne a laminé Thaïti (10-0) jeudi.

DEPART: JEUDI, 20 JUIN RETOUR: LUNDI, 24 JUIN 1 ALEXANDRE Yrene 2 GRAHAM Caroline Begsy 3 IGNACE Fabiola 4 JOACHIM Esther 5 LERENTISSE Rachelle 6 LOUIS Rose Mileine 7 MATHE Djoulissa 8 PELICIER Lourdia 9 PIERRE Carline 10 PIERRE Solaida 11 SALOMON Rose Jally

ENTRAINEURS

12 FRANCOIS Frederic 13 LAMADIEU Rood TEAM MANAGER 14 LARRIEUX/EUGENE Lesly

ARBITRE no

15 MOMPREMIER

Mia-

OFFICIELS FHVB 16 JOACHIM Frantz-Eddy 17 SEJOURNE Marie Regine 18 GEORGES Claude Emmanuel

judo

Haiti au Grand Prix de Miami

A

près le Grand Slam de Paris et les Jeux panaméricains, le judo haïtien a répondu présent au Grand Prix de Miami. Cinq (5) athlètes ont pris part à cette compétition qualificative pour les Jeux Olympiques de 2016, organisée pour la première fois aux Etats-Unis. Il s’agit de Linouse Jean Baptiste (52 Kg), Bettyna Chéry (57 (Kg), Josué Déprez (73 Kg), Jackly Jean Baptiste (81 Kg) et Victor Jean Baptiste (100 KG) tous champions nationaux de l’édition 2013.


8

21 juin 2013 No 884

Sabine Jean

nous revient sur la 8 Ayant intégré la TNH en 1998 comme journaliste-reporter accréditée au palais national, Sabine Jean a, quelques mois plus tard, commencé à faire des directs et à couvrir les élections à titre de reporter senior. Depuis, elle gravit les échelons, raflant sur son parcours primes et promotions jusqu’à décider, grâce aux aides du gouvernement et du secteur privé, d’acquérir des connaissances proportionnelles à ses rêves. Revenue au pays il y a deux semaines, c’est une jeune journaliste compétente, motivée qui nous donne rendez-vous à partir du 24 juin prochain sur la chaîne de service public.

Sabine Jean… Cela dit sûrement quelque chose aux téléspectateurs de la TNH, mais pour ceux qui ont raté tes activités journalistiques durant l’année académique 2012-2013, peux-tu te camper pour eux ? J’ai intégré la TNH en mars 2004 comme journaliste-reporter accréditée au palais. Quelques mois plus tard j’ai commencé à faire les directs et à couvrir les élections à titre de reporter senior. En 2008 j’ai reçu une prime de la meilleure employée de l’année pour la salle des nouvelles et en 2009 je suis promue chef de section chargée des retransmissions en direct. Après le séisme du 12 janvier, la direction voulait reprendre immédiatement le journal pour pouvoir informer la population malgré cette période de tension, et comme c’était difficile de mobiliser tous les présentateurs, j’ai été obligée d’assurer la présentation pendant un mois. Lors des dernières élections, j’ai coprésenté l’émission «Rencontre électorale» avec Serginho Lindor, et en 2011 j’ai présenté mon show politique «Gouvènman an aksyon» où je recevais les membres du nouveau gouvernement autour de leur agenda. En septembre 2012 j’ai quitté Haïti pour perfectionner mon savoir à la télévision. Commençons par parler de tes études, durée, option choisie et le parrainage. J’étais au palais national lors de l’investiture du Premier ministre Laurent Lamothe quand le président Martelly m’a demandé comment pouvait-il m’aider... Je lui ai dit : « Excellence, j’aimerais poursuivre mes études en journalisme à l’extérieur du pays ! » Et il a agréé ma demande. Mais comme il n’y avait pas mon profil dans la liste des bourses d’études de l’Etat, j’ai dû faire mes recherches personnelles pour trouver l’école et la

formation qui me conviennent. Finalement j’ai passé le concours d’admission à l’ESJ-Lille pour une formation compétente en journalisme de télé avec option de rédacteur et JRI sur une année académique. Octobre 2012-juin 2013. En gros cette formation est le fruit d’une synergie qui peut paraître étrange à plus d’un, car le gouvernement a entièrement financé le programme, le secteur privé dont M. Vorbe a payé le logement, et le Sénat de la république m’a offert le billet d’avion. Je les remercie infiniment. Avant ton départ tu étais présentatrice à la TNH, pourquoi une formation en rédaction? En neuf ans à la TNH, j’ai touché à tout : reportage, émission politique et électorale, présentation du journal en cas d’urgence... Pourquoi une formation en journalisme, tes lacunes te causaient-elles du tort ? Autre chose. L’environnement de l’audiovisuel devient de plus en plus exigeant. De nos jours, le journaliste de télé doit pouvoir non seulement écrire son texte selon le format international, mais aussi être en mesure de manier tous types de caméras et pouvoir utiliser les logiciels de montage. Le journalisme, parce que c’est une passion, mais aussi parce que la professionnalisation du personnel de médias à Haïti est un besoin trop évident. Est-ce que tu penses avoir acquis les connaissances nécessaires au cours de cette formation ? Oui, heureusement ! Au début je voulais rentrer chez moi, je trouvais le niveau trop élevé et à chaque exercice je disais que je n’allais pas y arriver. L’école supérieure de journalisme de

Lille, dont l’antenne de spécialisation se trouve à Montpellier, a un rythme de fonctionnement à 90% de pratique. Les équipements qu’on utilise tous les jours sont différents de ceux de chez moi. Mais à l’école ils ont un système pédagogique qui stimule l’évolution de chaque étudiant individuellement. Ainsi, ils ont tout de suite vu que j’avais les moyens d’apprendre selon le format européen.

Tu vas reprendre à la présentation ? Je ne sais pas, car beaucoup de choses ont changé en mon absence. Il y a une nouvelle équipe à la TNH et chacun apporte sa touche. L’important c’est de pouvoir mettre son savoir au profit de tous. Que ce soit en qualité de reporter, présentatrice ou rédactrice, rien ne sera nouveau pour moi, étant habituée au touche-à-tout à la télé....

Vu cette formation avancée en Europe et ton sphère d’évolution en Haïti, as-tu l’impression de passer d’un rêve merveilleux à un brusque retour à la réalité où les matériels, les recherches, les investigations sont quasi inexistants ? Certainement, c’est comme un conte de fées, mais de toutes les façons, j’avais vite compris que malgré mon envie, je ne pourrai pas importer le format européen à Haïti qui est une autre société avec sa propre culture. Je me suis dit que je vais faire une recette, un mixage ou je prendrai le meilleur de chaque système pour aboutir à un résultat digérable.

Pour ceux qui sont toujours branchés la TNH, qu’est-ce qu’ils vont voir de changé chez Sabine à partir du 24 ? Waw ! Ils sont meilleurs juges que moi, attendons pour voir....

Et où en es-tu avec ce mixage quelque temps après ton retour à la TNH ? Cela fait seulement deux semaines que je suis au pays. Je reprends le travail le lundi 24 juin prochain. Donc je n’ai aucune idée de ce qui m’attend ! (rire) Je ne vais pas non plus débarquer genre super girl... Je vais proposer mes conseils à ceux qui en ont le plus besoin.

Qu’est-ce que tu comptes les apporter grâce à cette formation ? Beaucoup de choses ont été déjà faites au niveau de la durée des reportages et de la hiérarchie dans le cheminement des textes. Il reste un gros morceau de l’iceberg qui est la différence entre le commentaire sur images et raconter une histoire avec des chiffres et des éléments complémentaires. Nous (Haïti) alimentons encore les éditions de nouvelles avec une majorité de conférences de presse, c’est dommage. Avoir une seule personne pour tout un reportage du début à la fin est vraiment dommage. Propos recueillis par Plésius Junior LOUIS (JPL 109 junior.jpl007@

Magnum Band, déjà 37 ans d'expérience