Issuu on Google+


2

12 juin 2013 No 877

AGENDA DE

Préparé par Daphney Valsaint MALANDRE

Découvrez chaque semaine les coins branchés, les restos en vogue et les meilleures affiches de la ville avec en prime les recommandations de votre magazine préféré ! N’hésitez pas non plus à nous faire parvenir vos affiches à l’adresse e-mail suivante : daphneyvalsaint@gmail.com Mercredi 12 juin 2013

Jean Jean Roosevelt en concert à l’Institut français en Haïti

A l’occasion de la Journée mondiale contre le travail des enfants et la journée nationale de l’Enfance le 13 juin, Jean Jean Roosevelt, qui leur a consacré un album, et s’occupe également de l’orphelinat FOPESCO, donnera un concert à l’Institut français. Le public est attendu à 6 h p.m. Admission : gratuite

Zion Vibrations à The BackYard

Amateurs de reggae ? Enfin un

rendez-vous fait sur mesure pour vous ! Retrouvez tous les mercredis le groupe Yizra’el ou encore Kiko Tru Rasta secondés de Mr Smoke pour une soirée 100% reggae. Pour plus d’infos, appelez au 3900-0029. Admission: 400 gourdes

Hans Peters à Presse Café

L’artiste Hans Peters donne rendezvous aux amateurs de jazz tous les mercredis à Presse Café à partir de 7 h 30.

Dany Laferrière en signature à La Pléiade

Jeudi 13 juin 2013

Open-Mic à l’Institut français en Haïti

Ne ratez pas cette nouvelle édition de Jedi Mizik. Une fois par mois, l’IFH ouvre sa scène aux artistes émergents, en leur permettant de présenter une ou deux de leurs créations au public lors d’une soirée « Scène-Ouverte ». Admission : gratuite

18 445

Karaoké Night à Irish Embassy

Chaque jeudi, dès 8 h pm, prenez possession des micros de Irish Embassy et profitez de cette chance inouïe qui vous est offerte de chanter ailleurs que sous votre douche lors des Karaoké Night animés par Rachou. Admission : gratuite

FANS L’auteur à succès Dany Laferrière signe ce vendredi « Journal d’un écrivain en pyjama » à la librairie La Pléiade de 2 h à 5 h p.m. L’ouvrage sera vendu au prix de 800 gourdes.

Buffet pêcheur à l’hôtel Le Plaza Une publication de Ticket Magazine S.A.

Vendredi 14 juin 2013

Vente-signature à l’Institut français en Haiti Vous avez manqué Livres en folie ? Saisissez cette ultime occasion qui vous est offerte de faire le plein de nouveaux livres signés par vos auteurs préférés ! Les écrivains Jacques Adler Jean-Pierre, Luck Mervil et Carmelle St.Gérard Lopez seront en signature dans les locaux de l’Institut français en Haïti ce vendredi à partir de 5 h 30 pm. Admission : Gratuit

DIRECTEUR DE LA PUBLICATION Frantz DUVAL RÉDACTEUR EN CHEF Gaëlle C. ALEXIS

Comme chaque vendredi, l’hôtel Le Plaza fait plaisir aux amants des fruits de mer. Au menu, un buffet pêcheur préparé par les meilleurs chefs du restaurant. Le buffet sera ouvert de 12 h pm à 3 h pm. A bon entendeur, salut !

Izolan prend une pause à Port-au-Prince Depuis un bon bout de temps, plusieurs rappeurs de Barikad Crew font sortir leur propre album ou mixtape. Ils jouent en tant qu’artistes solos dans plusieurs activités ici et ailleurs. Izolan est du nombre. Récemment, des informations faisaient croire que BC était disloqué. Participant à l’émission Plateforme Magik diffusée sur les ondes de radio Magik 9 (100.9 FM), le 10 juin 2013, Izolan a déclaré qu’il se sent mal à l’aise quand il joue sans Barikad Crew alors qu’il est très sollicité en tant qu’artiste solo. Par ailleurs, Izolan cesse de jouer à Port-au-Prince. Pourquoi ? « J’ai déjà fait tout ce que j’avais à faire avec BC, mais je veux montrer le rap d’une autre façon et le mettre à un autre

niveau à partir de mon album, « K-Tafal ». Je suis fatigué de jouer à Port-au-Prince toujours pour le même public, voilà pourquoi j’arrête de jouer à la capitale. Cependant, je n’ai aucun problème pour jouer en province », a fait savoir Izo. Le rappeur dit que son objectif avec son nouveau disque est de réaliser de grands shows et des spectacles à la fin des vacances d’été 2013. Pour finir, Izolan remercie son staff, Oye Oye, composé de Gabrielle Dorsonne, Stéphanie Douyon et Juno 7. Il n’a pas oublié aussi des beatmakers comme Fred Hype, Ti Ansyto et Mmix notamment. Gilles Freslet (gillesfreslet@yahoo.fr)

SECRÉTAIRE DE RÉDACTION Daphney Valsaint MALANDRE RÉDACTION Dimitry Nader ORISMA Gilles FRESLET Myria CHARLES Winnie Hugot GABRIEL Teddy Keser MOMBRUN Junior Plésius LOUIS Raphaël FÉQUIÈRE Enock NÉRÉ Légupeterson ALEXANDRE CORRECTION Jean-Philippe Étienne CRÉATION ARTISTIQUE Responsable graphique Réginald GUSTAVE Stevenson ESTÈVE Photographes Frederick C. ALEXIS Homère CARDICHON Jules Bernard DELVA Moranvil MERCIDIEU Yonel LOUIS Publicité: 2941-4646 publicite@lenouvelliste.com Rédaction: 2945-4646 / 3806-3717


12 juin 2013 No 877

Haiti Reload & Bonne Fête Pikan

3

VladEnjoy et Pastè Blaze, les MC de la soirée

Le 8 juin 2013

Brothers Posse a atterri..

Jack, l’un des meilleurs disc-jockeys du pays

Pikan et quelques supporteurs

Blaze One et un ami au backstage

Ben Constant a participé à Haiti Reload

Dis-nous, Sniper, c’est ta soeur ou ta copine ?

les soldats Big Jim et Knaggs

DANS LE RAP HotMen «Hot à mort»

Animés du désir d’apporter leur contribution à la mouvance du rap haïtien, neuf Jacméliens ont fondé le groupe HotMen en août 2006. Depuis, ils ne cessent de se battre pour atteindre leurs objectifs communs. Au cours de leur périple, certains d’entr’eux ont désisté, mais Octave Wooney Louis a.k.a TOBB, Roodmy Jean-Louis a.k.a Djemfresh, Djemelle Bazile a.k.a Pozekò, Obenson Rousseaux a.k.a Merijhon, Freud François a.k.a Sèvo Monte et le beat maker Barthelemy Samedi n’ont pas lâché prise. Une carence de ressources économiques a contraint ces jeunes rappeurs jacméliens à sortir leur premier morceau, « You know i love you », avec Damarco BC beaucoup de temps après la formation de leur groupe. Enregistré à Wave Master Studio, ce single conte l’histoire d’une fille qui se paie la tête de plusieurs mecs. Son clip est disponible sur Youtube et d’autres sites du rap haïtien. HotMen a déjà livré des prestations au Parc Midoré, à X-Treme et divers endroits de Jacmel. A l’occasion de leur septième anniversaire le 9 juin prochain, les membres de HotMan veulent sortir leur première mixtape qui s’intitulera

« Hot à mort ». Les membres de HotMan travaillent sur leur mixtape et ces derniers aimeraient vendre leur produit à l’échelle internationale.

MC Ilegal et Mikaelle Aimée ont un bébé

« Le bébé » est le titre du dernier track en date des artistes MC Ilegal et Mikaëlle Aimée. Selon le rappeur MC Ilegal, le son « le bébé » est une musique éducative qui fait penser à une comédie musicale. Le géniteur de ce titre estime que les mélomanes ont davantage besoin de ces types de sujets et il n’a pas négligé de féliciter Mikaelle pour l’interprétation de son rôle. MC Ilegal nous confie qu’il n’a aucun regret de ne plus faire partie de West-I. D’ailleurs, il se dit plus productif sous la fourrure de l’artiste solo qu’il porte à présent. C’est sur cette lancée qu’il martèle que ses nombreux fans ne cessent de l’appeler « Bagay malè nèt ». En solo, le répertoire de l’artiste compte les titres « Le bébé », « Repliye » et « BBM » qui reste comme l’une des plus grandes collaborations artistes de l’année 2012. MC O’rell Douyon dit MC se dit fier de son passé et promet de continuer à faire la joie de plus d’un via sa production musicale. Il a roulé sa bosse au sein de Vocalz, Rigwaz, West-I avant de faire

cavalier seul.

Solis continue de « Leve pye l »

Odime Pierre Ezeckiel est de la lignée des artistes qui ont un rêve et qui se battent pour sa matérialisation. Ce jeune rappeur qui évolue dans le groupe « Paradòks » garde la fierté d’avoir accouché les titres « Leve pye w », « In my dreams » et « Yo se mèvèy » qui figurent sur la démo de son groupe. Le talentueux K’libr et Docteur Smith sont les deux maîtres à penser qui ont produit la démo du groupe Paradòks. Solis fait de la musique depuis huit (ans) et pourtant, plusieurs facteurs socio-économiques l’empêchent de gravir les échelons de la popularité. Sur sa prochaine démo, l’artiste met l’emphase sur le social en abordant des thèmes comme la paix, la beauté du pays et autres. Selecta Record est à présent la chaudière dans laquelle il fait cuisiner sa prochaine démo. Son track « 6e commendement » résulte de cette nouvelle initiative artistique. Dug-G, K’libr, Snake 701 et autres sont les membres de l’entourage de Solis qui a déjà performé au Festival de la Rivière de Cavaillon, au festival de Fond-des-Nègres, etc. Solis croit dur comme fer dans la lumière de la positivité et ils demandent aux amants de la musique de se tenir prêts pour sa prochaine vidéo et son album.

« Rap Foli » est lancé !

Malades du rap, à vos marques ! B.A.W. Entertainment vient de lancer son concours de rap pour cette semaine. Dénommée « Rap Foli », cette compétition est ouverte aux jeunes des deux sexes âgés de 15 à 20 ans. Les responsables de cette production pensent au sort de ces nombreux jeunes talents qui n’ont pas la possibilité d’arriver à leurs fins. Les intéressés peuvent retirer leur ticket de participation à Game Box, au local de Dayana’s Show (à delmas 75), à l’Association de tennis de table à Delmas 65. Ces éventuels participants doivent être se munir d’une copie de leur acte de naissance, de deux photos d’identité et de 750 gourdes. La date des auditions sera communiquée après les inscriptions. Le concours se déroulera selon un horaire hebdomadaire et le jury retiendra trois gagnants pour la phase finale. Plusieurs primes alléchantes sont réservées aux participants qui parviendront au carré final. Les responsables de cette production s’attendent à ce que les musiques des participants soigner l’image du rap. Wendy Simon


4

12 juin 2013 No 877

DE VOUS A MOI

Experts-Conseils J’ai été prise plus d’une fois dans ce zen, et comme je ne suis pas sanwont (enfin, pas complètement), j’ai appris à tirer des leçons de tout ce qui m’arrive. Mais je vois tellement de gens se faire prendre bêtement dans ce genre de piège et se lamenter après coup qu’ils voulaient tout simplement aider. Je vous ai posé récemment la question, à savoir si vous croyez vraiment que lorsqu’un citoyen ne prend pas une décision, c’est vraiment parce qu’il ne sait pas quelle est la bonne attitude à adopter. Hahaha, laissez-moi re-rire (j’avais déjà ri la première fois). La scène se passe tout autour de nous, et comme d’habitude, nous avons le libre arbitre en ce qui a trait au choix d’être acteur, spectateur ou réacteur. Je ris maintenant – après en avoir eu assez de prendre pitié – des individus qui veulent se rendre intéressants en fourrant leur bouche dans les affaires des gens, ainsi que des gens qui invitent les autres à fourrer la bouche dans leurs affaires (prenez ceci au sens littéraire, s’il vous plait, pour ne pas venir dire après ça que je dis des choses étranges). Leurs discours commencent toujours par un : «Hmmm, parole n’est pas pour moi, mais… », ou bien « je n’aime pas entrer ma bouche dans ce qui ne me regarde pas non, mais… » De toutes les façons, aucun endroit où on entre la bouche n’a des yeux. Mais ces fourreurs de bouche n’agissent pas clairement non, ils sont plus malins que ça. Ils ne vont pas venir comme ça bride sur le cou pour vous dire quoi faire ou ne pas faire, nooooo ! ils prennent la pose de venir vous donner des conseils et puis quand vous êtes dans méra, c’est à vous de vous débrouiller. Là encore, si on vous donne la charge à porter, c’est bien fait pour vous parce que vous vous étiez érigé en conseiller. Mais le pire, c’est quand vous êtes tranquillement assis dans votre petit coin, une personne vient solliciter votre avis ou vos

conseils, vous-même êtes bien content d’aider un copain en difficulté, vous prodiguez avis, conseils, remarques, etc. ; les «si j’étais toi » ou « si j’étais à ta place » font kenken. Et puis bing ! les choses ne se passent pas comme le sollicitant s’y attendait. Le conseil était certes bon, mais rien à voir avec les résultats escomptés. Et qui subit les reproches, et de la part des deux parties encore ? Vous-même ! Moi, je vous parle d’expérience : par exemple, ne vous empressez pas de donner votre avis à un individu qui se plaint de son travail. Si ce n’est pas quelqu’un que vous pratiquez et connaissez bien comme une personne intelligente et sachant faire la part des choses, posezlui des questions sur son employeur, sur ce qu’il déteste ou n’apprécie pas chez l’autre, sur sa propre attitude au travail, ses motivations, ses idéaux. Sinon vous risquez de vous retrouver avec un payroll inattendu sur les bras, le plaignant s’étant fait virer ou ayant laissé le travail suite à vos salutaires conseils. Plus raide encore : dès qu’un adulte vient vous demander un conseil sur une décision à prendre dans son couple, boisez ! Croyez-moi, il sait déjà le plus souvent ce qu’il veut faire. Tout ce qu’il cherche en réalité, en sollicitant votre expertise en fouyapoterie, c’est quelqu’un à qui transférer ses frustrations, sa rancœur, ses peurs ; il a besoin d’un confesseur pour se donner bonne conscience avec ses péchés, et voilà que vous vous retrouvez confident(e), à porter le poids de secrets pas jojos du tout. Le danger, c’est que la plupart du temps, ces plaignants dont la coupe déborde (ce n’est pas Psaume 23) ne savent plus se retenir et vont confier ce même secret à d’autres. Tous n’étant pas aussi discrets que vous, la parole prend la rue, vous êtes pris à parti par celui qui vous a raconté, l’autre qui ne vous a rien dit mais dont vous connaissez tout de la vie privée vous en veut à mort maintenant parce que sa tendre moitié, ne voyant

pas comment s’en sortir, lui a avoué que c’est vous qui lui aviez conseillé ci ou ça. Des fois vous n’aviez même pas donné de conseils, et c’est la personne même, avec sa propre bouche, qui avait émis des réflexions sur ce qu’elle ferait ou ne ferait pas. Et comme qui ne dit mot consent, le seul fait d’avoir seulement prêté l’oreille vous fait passer pour le mauvais conseiller. Moi-même même, depuis que j’ai été échaudée, je n’ai que deux conseils à la bouche dans le cas des affaires de couple : un large sourire ou bien « lapriyè pitit ». S’il y a insistance, je propose de donner le numéro de mon avocat qui, en plus d’être très efficace, sait prier aussi. Et ce que je vous dis là, c’est valable aussi pour des cas se rapportant à la mise sur pied d’un biznis, à des choses qui

apparaissent sur la peau, aux chutes de cheveux, à la perte de poids, à l’acquisition d’un terrain ou d’une propriété, etc. Contentez-vous de communiquer les noms et numéros des médecins, studios de beauté, experts financiers, courtiers, etc. Cela s’appelle une information, et non un conseil. De ce que je sais, personne n’est jamais allé agresser un psychologue ou un consultant. A la rigueur on lui fera mauvaise presse si les résultats ne sont pas probants. De vous à moi, si vous êtes tellement sollicité et ne savez pas dire non à un ami, expliquez-lui que maintenant vous faites payer les consultations. Juste un conseil… Sister M*


12 juin 2013 No 877

5

Thierry Cham

10 ans après L’interprète du tube «Océan» illuminera le Backyard vendredi dans le cadre de l’activité Ayiti Deploge. Le chanteur de zouk se dit heureux de retrouver « la famille » chez nous dix ans après sa dernière visite. Il fait 1 mètre 98, on dirait un basketteur. Je le compare à un palmiste. Pour acquiescer ma plaisanterie, il réplique en disant : « Tout comme cet arbre, j’ai la tête toujours dans les nuages ». Pour casser la glace, je débite quelques phrases en créole guyanais que j’ai trouvées dans le magazine d’un avion. Mauvaise stratégie, il me rappelle qu’il est guadeloupéen. Sa simplicité m’indique qu’il n’en faut pas autant. Contrairement à Corneille, c’est une vedette bien accessible sans être obséquieux. Thierry ne compte plus ses voyages en Haïti. « j’y suis venu au moins quatre fois », confie-t-il. De toutes façons, il se rappelle que la dernière fois c’était en 2003 la dernière fois. Pour lui, le public haïtien c’est comme un grand amour qu’il retrouve après dix ans, « C’est la liaison, dit-il, de la Guadeloupe avec l’Afrique lointaine. C’est une rencontre avec des frères, des sœurs, la famille… » En tant qu’Antillais, notre pays en soi symbolise à ces yeux la grandeur, celle d’un peuple qui a gagné sa liberté, première république noire du monde. C’est une fierté. Mis à part le spectacle de vendredi, en guise d’actualités, le zoukeur nous apprend qu’il est en train de travailler sur un projet d’album qui devra aboutir sine die. Quand je lui demande ce qu’il fait en dehors de la chanson, il se met à rire pour ensuite ajouter : « Profiter de la vie. » Thierry avoue qu’il vit de sa chanson depuis le début de sa carrière, donc il n’est pas obligé comme la plupart des artistes de chez nous de bosser de huit à quatre quand ils ne sont pas sur scène. « J’ai la chance de faire un métier qui me permet de joindre l’utile à l’agréable », se réjouit-il. Le zouk, selon Thierry Cham, n’est pas en baisse. Sauf qu’on assiste à l’avènement d’artistes ponctuels et de moins en moins d’artistes aux longues carrières comme lui ou Slaï. Dans la nouvelle génération il dit kiffer l’Ivoirien Marvin. Parmi nos artistes, il adore Alan Cavé et Nickenson Prud’homme. Au public haïtien en général et ceux qui iront le voir performer vendredi, il dit « Je suis très heureux d’être là à nouveau, vous m’avez manqués. Ayiti cheri, m retounen » avec un accent de chez nous. Chancy Victorin chancyzone@gmail.com

Biographie de Thierry Cham Avec une voix exceptionnelle, un sens inné du rythme et des chansons chaleureuses, Thierry Cham est aujourd’hui reconnu comme étant l’un des meilleurs éléments de la scène zouk française. Rendu célèbre grâce à des titres comme « Océan », « Coup de foudre », « La dernière chance » et « J’ai compris », il compte aujourd’hui près d’une dizaine d’albums ainsi qu’une pléiade de concerts de grande envergure à son actif.

Ses débuts

Thierry Cham voit le jour en 1973 à Saint-Claude, Guadeloupe. Dès son plus jeune âge, il se passionne pour la musique et surtout pour le chant. Grand amateur de pop et de variétés internationales, sa plus grande influence musicale reste le groupe Kassav’. Ce dernier organise en 1988 un grand concours de jeunes talents de zouk, baptisé « Le Rêve Antillais », auquel Thierry Cham participe et finit lauréat. Suite à ce premier coup d’éclat, les producteurs de renom s’empressent de le contacter, de même que Frédéric Caracas et Cesar Durcin, membres du groupe Kassav’. Thierry Cham commence alors à cette époque à travailler sur ses premières chansons et s’entoure pour ce faire des meilleurs musiciens de la scène

guadeloupéenne. Au début des années 90, il fait parler de lui sur la scène régionale grâce à quelques singles à succès. En 1992, Thierry Cham sort son premier disque, intitulé « Koup doubl ». Ce dernier n’est alors pas à proprement parler un album studio, mais uniquement un recueil de plusieurs de ses premières chansons. Par la suite, Thierry Cham renforce sa popularité grâce à d’innombrables petites prestations dans les clubs et festivals locaux. Les critiques disent alors déjà de lui qu’il est LE jeune prodige du zouk à surveiller de près.

La révélation En 1994, Thierry Cham sort son album « Ultime confession », qui fait un tabac et consacre le jeune chanteur au rang de stars de la chanson afro-caribéenne. Propulsé par le titre « Coup de foudre » qui se place en tête des charts africains, ce premier opus se vend com me de s petits pains et étend la popularité de Thierry Cham jusqu’en Métropole. L’année suivante, Thierry Cham décide de s’essayer à un genre musical nouveau et combine son zouk à un rythme plus romantique, aux couleurs R’n’B. Le

résultat de cette expérimentation est l’album « Nuit blanche », qui connaît un énorme succès. Ce nouvel opus reçoit aussitôt aux African Music Awards le titre de Meilleur Album Caraïbes. Voyant sa carrière propulsée au plus haut niveau, Thierry Cham en profite pour sortir en 1996 son premier best of et pour collaborer avec un distributeur français. Ainsi, son album « Naturel », sorti en 1997, débarque et perce sur le marché français du disque et sera suivi d’un maxi trois titres en 1998. Sollicité de toutes parts, Thierry Cham enchaîne les tournées internationales ainsi que les concerts de grande envergure. En 2000, il revient dans les bacs avec l’album « Autrement », qui souligne encore plus son orientation vers un son plus R’n’B. À cette étape de sa carrière, Thierry Cham s’impose déjà comme étant l’un des meilleurs chanteurs francophones de sa génération.

De 2000 à aujourd’hui En pleine ascension vers la gloire, Thierry Cham sort en 2001 un nouveau best of, intitulé « Mémoires ». Deux ans plus tard, il connaît la plus

grande consécration de sa carrière, grâce à son nouvel album « Autrement » et surtout au single « Océan ». Ce dernier passe en boucle non seulement aux Caraïbes ou en Afrique, mais également en France et dans plusieurs autres pays d Europe . Grâce à ce succès, Thierry Cham est devenu la nouvelle figure emblématique du R’n’B français. Au sommet de sa gloire, il enchaîne en 2004 avec l’album « Dernière chance », suivi en 2006 d’un autre album, intitulé « Ma couleur ». Ce dernier, qui compte la participation du compositeur Daniel Pierre, est propulsé par le single à succès « Désolé » et finit en tête des ventes. Après s’être éclipsé et laissé la place à la new scene, Thierry Cham effectue son grand come-back en 2008 et présente l’album « Là d’où je viens ». Après avoir regagné les devants de la scène grâce au titre « Écoute moi », Thierry Cham confirme aujourd’hui son statut de grosse pointure du R’n’B français et reprend son trône d’ambassadeur du genre. Parmi les plus belles lettres de noblesse de Thierry Cham, on cite l’enregistrement en 2000 d’une chanson en hommage à Gilles Floro et la nomination en 2004 aux NRJ Music Awards, dans la catégorie Révélation Francophone de l’année. selon le site nrj.fr


6

Mercredi 12 juin 2013

Gold cup / Preparation

Haïti-Italie 2-2 : un air de triomphe

A

près avoir fait forte impression face à l’Espagne, la sélection haïtienne de football a fait vibrer l’Estádio Club de Regatas de Vasco da Gama (Rio de Janeiro, Brésil), mardi 11 juin 2013, en remontant deux buts face aux quadruples champions du monde italiens, tenus en échec finalement (2-2), mi-temps (0-1), en match amical international devant servir de préparation pour l’Italie qui débutera la coupe des confédérations le 16 juin face à la sélection mexicaine de football. En proie à des difficultés de concentration en début de match, les Grenadiers ont été cueillis à froid par les Italiens qui ouvraient le score, vingt secondes seulement après le coup d’envoi par le milieu de terrain de la Juventus, Emanuele Giaccherini. Ainsi, les Italiens ont pris le contrôle du match. Ils ont essayé, à plusieurs reprises, d’assiéger le camp des Haïtiens. Toutefois, ils ont buté sur un très bon Montrévil, auteur de plusieurs parades pour mettre en échec

Haïtiens qui n’ont pas démérité. A la reprise, Cesare Prandelli a fait entrer Federico Marchetti à la place du portier du PSG, avant d’opérer trois changements Montolivo, 52e, De Rossi (55e) et Mario Balotelli (57e) rien que pour contrer les assauts répétés des Grenadiers qui se sont jetés à la conquête du but égalisateur face à des Italiens un peu crispés. Entre-temps, les Italiens ne cessent d’opérer par des contres, et sur l’une d’entre elles, ils ont inscrit un but (56e), mais refusé pour une position de hors jeu d’Alberto Gilardino. Dans les minutes qui suivent, et contre le cours du jeu, l’attaquant de la Juventus de Turin, Claudio Marchisio, entré à la place d’Alberto Aquilani (52e), ne se fait pas prier pour aggraver le score suite à une action de Balotelli qui résistait à la charge d’Aveska. Son petit centre a pris à défaut les autres défenseurs haïtiens, et le plus facilement du monde, il en a profité pour catapulter le ballon dans les buts vides. A 2-0, la messe semblait dite pour

Donald Guerrier à la lutte avec l’Italien Cerci

les tentatives italiennes. Laissant passer les moments de doute, les Haïtiens commencent à s’organiser en faisant circuler le ballon. Ainsi, sur une passe de Charles Hérold Junior, le milieu de terrain de l’AS Nancy, Jeff Louis (23’) a placé un superbe tir du droit, forçant le gardien du Paris Saint-Germain, Salvatore Sirigu, à détourner le ballon en corner. Et depuis, les Haïtiens ont fait jeu égal face aux Italiens en opérant par des attaques bien placées, avec Léonel Saint-Preux ou Jean Eudes Maurice. Cependant, les poulains d’Israel Blake Cantero ne sont pas parvenus à établir l’équilibre au tableau d’affichage. Au final, ce sont les Italiens qui ont regagné les vestiaires avec l’avantage d’un but d’écart (1-0) face à des

les Grenadiers, mais contre toute attente, ils ont su trouver les ressources nécessaires pour rester en vie dans la rencontre. Jean Eudes Maurice (75e) a failli réduire le score, mais sa frappe du droit n’était pas cadrée. Dix minutes plus tard, l’attaquant du Mans pénètre dans la surface de réparation des Italiens, résistant à la charge de Christian Maggio. Ce dernier n’a aucun choix sinon de faucher l’attaquant haïtien, et fort logiquement, l’arbitre central désigne le point de penalty. Olrish Saurel, fraîchement entré en jeu à la place de Charles Hérold Junior, s’empare du ballon et son tir du droit a fait mouche (85e) pour réduire le score pour l’équipe nationale d’Haïti. Motivés pour montrer au monde

Peguerro (au centre) et ses amis Guerrier , Constant, Alexandre peuvent exploser de joie après le but égalisateur

entier que leur belle prestation face à l’Espagne n’était pas une affaire de chance, les Grenadiers dominateurs font circuler la balle. Impuissants, les Italiens concèdent le but égalisateur réalisé par un digne héritier d’Emmanuel Sanon, Peguero Jean Philippe (90+1). Ce dernier a su résister à la charge de trois défenseurs italiens pour s’imposer dans la surface de réparation de la Squadra Azurra, son tir astucieux du droit laissa pantois le gardien italien, Federico Marchetti. Au final, les quadruples champions du monde n’ont pas eu le temps de réagir, dans la mesure où l’arbitre central avait mis un terme à la rencontre (2-2) . 11 juin 2013, une autre date importante dans l’histoire de football de ces deux pays. Les Haïtiens restaient sur une longue série de cinq défaites de suite. Ils sont attendus à Port-au-Prince ce mercredi 12 juin 2013 avant de se rendre au Canada, une semaine après, pour peaufiner leur préparation en vue de la Gold Cup qui aura lieu du 7 au 28 juillet prochain aux USA. Mardi 11 juin 2013 Estádio Club de Regatas de Vasco da Gama (Rio de Janeiro, Brésil) Italie – Haïti : 2-2 Giaccherini 20e”” ’ et Marchisio 72e (Italie), Olrish Saurel 85e P et Peguero Jean Philippe 91e (Haïti) Légupeterson Alexandre /petoo76@aim.com

Haïti-Italie : les équipes

Italie: Salvatore Sirigu (GK/ Federico Marchetti 46’).- Christian Maggio, Davide Astori, Mattia De Sciglio, Leonardo Bonucci.- Alberto Aquilani (Claudio Marchisio 52’), Alessio Cerci (Stephan El Shaarawy 60’), Emanuele Giaccherini (Daniele De Rossi 55’), Antonio Candreva.-

RAPHAEL FÉQUIÈRE

LA GOUTTE D’OH!

Mieux qu’en 1974

E

t si l’on se mettait à espérer une entrée fracassante d’Haïti dans la Gold Cup en juillet 2013. Le match nul contre l’Italie de Balotelli peut faire rêver. L’équipe haïtienne a montré qu’elle était capable de belles choses dans des moments difficiles. Menés 0-1 dès la 19e seconde de jeu, les Grenadiers ont accusé le coup avec sérénité.Un second but survenu contre le cours du jeu aurait pu anéantir tous leurs espoirs. Chemin montant et malaisé pour les Italiens en seconde période où l’entraineur Cesare Pandelli alignait sa vraie troupe avec El chiwawa en tête. La squadra azzura se payait même le luxe de se priver de Buffon, et de Pirlo. Les percées de Léonel SaintPreux alliées aux escarmouches de Peguerro Jean-Philippe finiront par avoir raison d’une défense italienne mise à rude épreuve. Coup sur coup un penalty et dans la foulée un second but de belle facture signé Peguerro, les Haïtiens qui ont mis tout le poids de leur détermination dans la bataille auront mieux fait qu’en 1974 devant l’Italie de Dino Zoff.


7

Mercredi 12 juin 2013

L’UISL rend hommage aux vedettes de 1974

L

’hôtel Holiday Inn, 30 Washington St. Somerville (Boston/MA), a été le théâtre d’un événement majeur le 2 juin en cours. Ce jour-là, elle avait accueilli non seulement, les cérémonies visant à honorer les anciennes vedettes de l’épopée de 1974, mais également, les activités ayant pour objectif principal, d’aider les sélections d’Haïti à prendre part à une phase finale de coupe du monde. Ces activités baptisées: «Opération Coupe du monde de la FIFA, Russie 2018 et Qatar 2022». relèvent d’une initiative de l’Union Internationale Soccer League (UISL) basée à Boston (USA) et dirigée par Max Duréna. Du beau monde à la salle principale de l’Hôtel Holiday Inn, pour rehausser l’éclat d’un événement jamais réalisé dans la communauté haïtienne basée aux USA. Etaient présents Pierre Bayonne, Fritz André dit Planten, Gérard « Bobby» Joseph, Roger Sainvil, Wilfrid Louis Ernst « Nènè Masson » Racine et Théodore « Ti Théo » Jean-Baptiste, Julio Midi, Guy André, Simone Desvarieux, Dady Jean-Charles, Etver Toussaint. Tout a commencé par les traditionnelles prises de photos et la projection des meilleures actions d’Haïti lors du mondial allemand en 1974 contre respectivement l’Italie (1-3), la Pologne (0-7) et l’Argentine (1-4), avant cantique et prière pour débuter la cérémonie. Le MC de la soirée, Junior Mengual, a su retracer, et ce, avec justesse une belle page de l’histoire de notre sport roi. Viennent ensuite les prises de paroles. « En tant que représentante de la FHF, je supporte une telle initiative. Je souhaite que beaucoup plus de gens manifesteront leur volonté pour aider et vulgariser ce projet

Haïti-Italie : les équipes Alessandro Diamanti ((Riccardo Montolivo 52’) et Alberto Gilardino (Mario Balotelli/55’). Réservistes: Gianluigi Buffon (Gk), Giorgio Chiellini, Andrea Barzagli, Ignazio Abate, Andrea Pirlo et Sebastian Giovinco. Haïti : Frandy Montrévil (GK).Jean Sony Alcenat, Judelin Aveska (Méchack Jérôme/ 81’), Kévin Pierre Lafrance (Yves Adler Desmartes/ 56’), Wilde Donald Guerrier.- Jean Marc Alexandre (Cap), Jeff Louis (Peterson Joseph/62’), Monumat Constant Junior, Charles Hérold Junior (Olrish Saurel/ 78’).- Jean Eudes Maurice et Léonel Saint-Preux (Peguero Jean Philippe/70’). Réservistes : Jospy Julien (GK), Bitiélo Jean Jacques, Jean Garry Rubbin et Kervens Fils Belfort.

Des joueurs de l’équipe nationale de 1974 dont Wilfrid Louis, Gérard (Bobby) Joseph et Pierre Bayonne

», a déclaré Simone Desvarieux. Presqu’à l’unisson, les vedettes de 1974 se sont montrées très reconnaissantes à l’égard des dirigeants de l’UISL. Ils souhaitent de tout coeur qu’Haïti ait la possibilité de prendre part à une phase finale de Coupe du monde. « Entre 1970 et 1978, Haïti aurait dû participer à trois phases finales de coupe du monde, puisque la Fifa autorisait deux pays à représenter la zone Concacaf. Aujourd’hui, plus de trois places sont disponibles. Cependant, la sélection nationale n’a jamais atteint le tournoi hexagonal », a regretté Pierre Bayonne. Le projet de l’UISL consiste à comptabiliser le plus d’argent possible afin de répondre aux besoins des équipes haïtiennes devant préparer les phases finales de la coupe du monde de la FIFA, Russie 2018 et Qatar 2022. « Tous ceux qui veulent voir Haïti prendre part à une nouvelle phase finale de Coupe du monde sont invités à aider, à raison d’un dollar US par semaine, et plus. Ils auront un rapport bien détaillé, et leur nom inscrit sur le site l’UISL (www.uisl.org) », a clairement fait savoir Max Duréna. Selon ses dires, l’institution qu’il dirige va travailler pour que le football national puisse être en mesure de fournir de jeunes footballeurs capables de signer, et ce, pour des millions avec les équipes de l’Europe. « Pour matérialiser ce projet, en 10 ans, mon rêve, c’est de construire une dizaine d’académies de sport avec pour objectif d’apprendre aux jeunes à bien pratiquer le foot. Cinq stades seront construits dans le pays dont le premier au Cap-Haïtien. Aider les équipes évoluant dans le championnat national de D1 à avoir un statut de pro. A partir de l’année prochaine, les équipes championne et vice-championne du pays seront

invitées à participer dans des petits tournois pour préparer la ligue des champions de la Concacaf », a expliqué Max Duréna qui en a profité pour faire l’éloge d’Oscar Duperval, son bras droit. Remise de plaques d’honneur, tombola, dîners et interviews à certains médias de la ville de Boston, ont été entre autres, quelques activités organisées par les dirigeants de l’Union Internationale Soccer League

pour marquer le passage des vedettes haïtiennes ayant participé à la coupe du monde de 1974. Signalons que les dirigeants de l’UISL se préparent déjà à inviter les jeunes des U-20 devant représenter le pays aux Jeux de la Francophonie qui auront lieu en septembre 2013 à Nice en France. Légupeterson Alexandre /petoo76@aim.com

Sport et Société / Journée Haïtienne du Sport

Une journée à l’honneur du sport

D

es manifestations sportives seront organisées à travers le pays les 14, 15 et 16 juin 2013 par les militants des Bases CPS, dans le cadre de la première célébration de la ‘’Journée Haïtienne du Sport’’ (15 juin) sur le sol national, 4 ans après le grand départ à Connecticut le 21juin 2009. Ce sera un week-end sportif symbolique, dans la mesure où la ‘’ Journée Nationale du Sport’’ ne dépasse pas le cadre d’un voeu, 18 ans après la publication de cette proposition dans les colonnes du Nouvelliste le 20 juin 1995. Les sportifs haïtiens atteindront-ils le but visé en 2014 ? Tout dépend des autorités étatiques (Exécutif, Parlement) qui doivent se rendre à l’évidence que la cohorte sportive nationale mérite sa propre journée. Un fait est certain : Les militants du Centre de Promotion Sportive (CPS) lutteront jusqu’à la victoire finale. En attendant, la mobilisation est

de rigueur au sein des Bases CPS établies dans plusieurs départements. Le contact est constant en la circonstance entre le Comité Central et les différentes branches de cette institution socio-sportive à vocation éducative. Objectif des uns et des autres: Prouver une nouvelle fois qu’avec la foi, la bonne volonté, l’union et la détermination, les Haïtiens peuvent à tout moment soulever des montagnes. Pas seulement au niveau sportif. Lancée officiellement à Jacmel le samedi 1er juin 2013, la ‘’Journée Haïtienne du Sport’’ sera symboliquement célébrée dans tous les milieux CPS du territoire national, notamment dans l’Artibonite, dans les Nippes, dans le Sud-Est, dans les Matheux et dans la Grand’ Anse. Dans la diaspora, on annonce des festivités sportives à Miami et à Montréal. Par anticipation, bonne fête aux sportifs haïtiens ! Raymond Jean-Louis/Raymond Jean-Louis


8

12 juin 2013 No 877


Haiti-Italie, un air de triomphe