Page 1


2

30 avril 2013 No 849

Les Cayes pas trop friand du Roots Rock Reggae RAM reprenne le flambeau. Le public s’investit devant la scène aux premières notes de la bande à Richard Morse. Lunise, sa femme, est sereine, elle exécute des pas de danse, trébuche comme si elle était possédée, pour se ressaisir devant le micro. Les gens qui ont fait le déplacement sont de vrais fans, ils se laissent imprégner par la musique, virevoltent, jouissent de l’espace quasiment vide pour faire leurs pirouettes. Kiko de True Rasta, dernier artiste en lice, n’a pas eu à s’en faire pour avoir été abandonné par le public qui est parti en même temps que RAM. L’artiste a fait preuve de grandeur, il a offert avec respect une performance à moins de dix personnes à la Cayenne, pour cette première édition de Roots Rock Reggae de BoloGroup. Plésius Junior LOUIS (JPL 109) junior.jpl007@yahoo.fr BoloGroup, une fois encore, a cherché à donner aux habitants de la métropole du Sud un programme différent, un choc au sommet, une affiche aux saveurs du roots et du rock de Boukman Eksperyans, et de RAM, avec comme dessert les artistes Kiko de True rasta, et Tigger One. Un menu intéressant pour un public pas trop friand. Dix heures du soir. Les Cayes reprennent timidement vie après la pluie. A la Cayenne Night Club, BoloGroup offre la solution contre le froid, il veut garder éveillée la ville grâce à ce son qu’offre Boukman Eksperyans. Des anciens succès, une parfaite harmonie entre les deux leads vocaux, Manze et Lòlò, la vibration positive qui se dégage de la scène ensevelit la salle. C’est comme une fête de famille, où les gens, peu nombreux, sollicitent leurs chansons. Lòlò est pieds nus, il saute, chante avec ses tripes ; l’artiste ne se soucie pas de la quantité infime qui se tient devant lui : il adore ces mains qui se lèvent devant la scène, et ce tohubohu qui en provient à chaque morceau. Entre la performance des deux ténors

17 481

FANS

Une publication de Ticket Magazine S.A. du roots, Tigger One, offre son show. Le Cayen, accompagné de son dj, interprète trois chansons de son album, avant que

DIRECTEUR DE LA PUBLICATION Frantz DUVAL RÉDACTEUR EN CHEF Gaëlle C. ALEXIS SECRÉTAIRE DE RÉDACTION Daphney Valsaint MALANDRE RÉDACTION Dimitry Nader ORISMA Gilles FRESLET Myria CHARLES Winnie Hugot GABRIEL Teddy Keser MOMBRUN Junior Plésius LOUIS Raphaël FÉQUIÈRE Enock NÉRÉ Légupeterson ALEXANDRE

Diam’s : elle est enfin sortie de son silence... L’ancienne rappeuse a publié une longue lettre ouverte sur sa page Facebook après des mois de silence. Après avoir accordé quelques interviews au compte-gouttes à l’occasion de la sortie de son livre autobiographique en septembre 2012, Diam’s était ensuite retournée à sa petite vie tranquille, se terrant une fois de plus dans le silence et restant surtout loin des projecteurs ! Un silence que l’ancienne rappeuse française, aujourd’hui voilée et reconvertie à l’Islam, a brisé pour notre plus grand plaisir et celui de ses fans. En effet, Mélanie Georgiades (de son vrai nom) a ressenti le besoin d’exprimer toute la gratitude qu’elle avait envers ses admirateurs, en leur affirmant qu’elle ne les avait pas oubliés et surtout en les remerciant d’être toujours présents. Et c’est à travers une lettre ouverte publiée sur sa page Facebook que Diams a fait son retour ! Évoquant bien entendu ses fans, mais également sa fille Maryam, qui “va très bien”, ainsi que sa fondation Big Up Project (qui vient en aide aux plus démunis sur le continent africain) et les généreux donateurs qui permettent de réaliser de belles choses. Tout va bien donc pour l’ex-star du rap qui a choisi de mettre un terme à sa carrière, et c’est tout ce qui compte !

CORRECTION Jean-Philippe Étienne CRÉATION ARTISTIQUE Responsable graphique Réginald GUSTAVE Stevenson ESTÈVE Photographes Frederick C. ALEXIS Homère CARDICHON Jules Bernard DELVA Moranvil MERCIDIEU Yonel LOUIS Publicité: 2941-4646 publicite@lenouvelliste.com Rédaction: 2945-4646 / 3806-3717


230 avril 2013 No 849

3

Aaron Goldberg dans nos murs Un concert unique marquera la Journée internationale du jazz célébrée dans la date du 30 avril. Le clou de cette soirée, qui s’annonce haletante : Aaron Goldberg. Ce concert que propose la Fondation Haïti Jazz réunira, sur la scène du restaurant Garden Studio (Pétion-Ville), plusieurs musiciens du milieu du milieu dont le batteur Joel Widmaier, le bassiste Richard Barbot, la chanteuse Vanessa Jacquemin… Salué par des acteurs du milieu du jazz en Haïti, Aaron Goldberg est un musicien aux influences diverses. “Un musicien de qualité qui était à notre portée de par sa connexion avec Haïti”, précise Miléna Sandler, secrétaire générale de la Fondation Haïti Jazz. Il a animé ce lundi 28 avril un séminaire sur l’improvisation en jazz à Kay Mizik la (centre de resources pour la musique haïtienne) où plusieurs musiciens ont assisté à cette échange très fructueuse.

Pianiste américain de jazz, Aaron Goldberg s’est taillé depuis ses débuts une réputation qui n’a jamais fait défaut. Doté d’une technique époustouflante, le musicien appartient à cette génération de pianistes romantiques, au jeu très mélodique et très “evansien”. De son dernier album sorti en 2012 le New York Times dit : “l’abum “Bienestan”, sorti sur le label Sunnyside, est exceptionnel”. Né à Boston, Aaron a été piqué par le jazz dès l’école secondaire. Il a passé un an

à la New School for Jazz and Contemporary Music (prestigieuse école de musique à New York), avant d’être diplômé de Harvard avant de s’établir à NY. En 2004 et 2008, le jazzman a produit et joué dans Jazz for America’s Future and Jazz for Obama une collecte de fonds pour le sénateur John Kerry et le président Barack Obama. Il est le co-arrangeur/compositeur (avec John Ellis) de la série Baby Loves Jazz, ainsi que le directeur musical de All Souls at Sundown. Il est également membre de la faculté de

l’école New School for Jazz and Contemporary Music et donne des master classes dans les conservatoires et les universités à travers le monde. Aaron Goldberg est venu plusieurs fois en Haïti ; il a notamment été programmé au Festival International de Jazz de Port-au-Prince en 2011, concert au cours duquel il a fait découvrir le chanteur Kephny Eliacin au public haïtien. Au Garden Studio, le billet d’admission au concert de Aaron Goldberg, qui aura lieu le mardi 30 avril, est à mille gourdes. Achetez les vôtres aux deux librairies La Pléiade et à la Radio-Télé Métropole !

Haïti célèbre le jazz

Le jazz en Haïti, entre absence d’écoles ou de conservatoires de musique, reste une musique élitiste. Les aînés tendent, de leur mieux, leurs mains à la nouvelle génération. Les jeunes musiciens sont ambitieux, attentifs et ouverts aux nouvelles tendances de notre époque. Les voix de la diaspora continuent d’évoluer au contact de grands musiciens. En attendant Aaron Goldberg à Garden Studio, ce mardi 30 avril, date de la célébration de la Journée internationale du jazz, Ticket Magazine vous plonge dans le regard des profesionnels et musiciens du milieu.

Roland Léonard, critique de jazz

Un engouement se précise au fil des années. Quand j’ai été initié à l’écoute du jazz dans les années 70-80, cette musique n’était pas autant écoutée et était perçue comme une musique élitiste, réservée à des gens instruits ayant reçu une formation en musique. La venue en Haïti de Gérald Merceron, critique et musicien de jazz, a été importante. Un intérêt des Haïtiens pour le jazz s’est manifesté au fil du temps. Avec des animateurs comme le saxophoniste Thurgot Théodat, Elcie Ethéart, Gasner Valcin, Frantz Courtois, l’audience du genre a gagné en dimension. Mentionnons le rôle de promotion et de diffusion que jouera quelques années plus tard la Fondation Haïti Jazz avec le Festival International de Jazz de Port-au-Prince en donnant un accès gratuit aux concerts, ce qui enthousiasme davantage de gens. Aussi, la divulgation du Kreyol jazz, concept en développement, marque une étape importante dans l’avenir de notre musique. Il faut également saluer le travail d’éducation des jeunes effectué par le guitariste et chercheur Claude Carré.

Joel Widmaier, président de la Fondation Haïti Jazz

Le jazz est, à mon sens, l’un des secteurs les plus prometteurs de la musique haïtienne. Il faut retenir du jazz une évolution positive. Environ une vingtaine de musiciens font du jazz. Et je constate durant ces cinq dernières années une affluence de la génération montante vers ce style musical qui peut être exporté. Plus d’une dizaine de groupes ont pris naissance, participent à des jam sessions, prennent part aux différents ateliers qu’organise la fondation à Kay Mizik La. Les nouveaux musiciens sont talentueux, ont de l’ambition. Leur révélation cette année dans les différentes soirées de jazz ou dans le Festival de jazz lors de sa septième édition n’a pas été décevante. Une connexion avec les musiciens de

la diaspora s’est établie et a contribué à l’évolution du milieu. Divulguer le Kreyol Jazz, auquel peuvent être greffés tous styles standards internationaux, reste notre préoccupation. Cette nouveau courant a une autre approche musicale. Il laisse la liberté de créer et propose une autre couleur au monde

un phénomène planétaire qui s’insinue dans toutes les cultures. Il faut avancer et travailler à faire du Kreyol jazz un produit de qualité consommable ici et ailleurs…

Claude Carré, guitariste de jazz et chercheur en musicologie

L’émergence des groupes locaux et leur niveau de formation m’ont particulièrement impressionnée. Les nouveaux musiciens ou ceux qui portent un intérêt au milieu bossent dur pour se perfectionner et s’améliorer. Le festival a définitivement démocratisé le jazz par les différents concerts, ateliers... qu’organise la Fondation et facilitent les échanges entre nous et les autres cultures musicales. Comme le latin jazz, le Kreyol jazz a toutes ses chances d’êtres connu au monde. Sa valorisation sur le marché international est faisable.

Le Kreyol jazz est d’abord un concept fort complexe, puisque le jazz, à l’origine, à la Nouvelle-Orléans, était une musique créole d’une culture créole ayant pris naissance dans une colonie suite à un processus de brassage-métissage entre la culture des colons et celles des populations autochtones ou transplantées de force. Pourtant, le jazz n’est pas que créole, dans la mesure où ses pratiquants ont bien vite migré vers d’autres lieux (Chicago, New York, Boston) et que le jazz lui-même a imprégné d’autres pays (France, Caraïbes, Brésil…) et a maintenant envahi pratiquement tous les continents. Il est actuellement, non seulement un langage musical universellement appréhendé, mais de plus, il charrie une philosophie implicite et même une manière de percevoir et de vivre… Ainsi, le Kreyol jazz (que je préfère au jazz-créole) ne saurait être autre chose qu’une musique créole à l’origine (comme l’était le jazz) en mutation vers l’universalité, vers le jazz lui-même tout en gardant quelque part sa spécificité locale. L’erreur à ne pas commettre serait de penser que c’est la musique créole elle-même (compas, racine, troubadours… dans notre cas) qui serait le « jazz-créole ». Certes, on retrouve le vocable jazz dans notre lexique musical local, ce qui témoigne d’un rapport historique entre les deux musiques. Mais qu’on ne se méprenne pas : la musique créole est un produit local et une musique populaire et fonctionnelle ! Le jazz s’est affranchi des contraintes de divertissement populaire (de la danse notamment) pour devenir

Miléna Sandler Widmaier, secrétaire générale de la Fondation Haïti Jazz

Richard Barbot, bassiste de jazz

Le jazz a beaucoup évolué ici. Il y a une soif d’apprendre du côté des nouveaux musiciens, qu’ils soient batteurs, bassistes ou pianistes. Ils sont très motivés. Ils participent activement aux ateliers et aux masters class des musiciens qui viennent de l’étranger. La Fondation Haïti Jazz joue un rôle important dans la promotion de ce genre musical dans le pays. Notre mouvement du Kreyol jazz prend de l’ampleur. J’ai été particulièrement émue de voir Brandford Marsalis interpréter un morceau standard de Kreyol jazz (Complaintes paysannes). Signe probant, à mon avis, que notre proposition est significative techniquement et qu’il peut être plus international.

Jhon Bern Thomas, batteur et leader du groupe John Bern Quartet Le jazz a, selon moi, un rôle important à jouer dans le développement de la musique haïtienne. Les efforts de tous les acteurs (la Fondation Haïti Jazz, Haiti Jazz

Club…) méritent d’être salués. Le jazz est très écouté et apprécié, ce qui n’était pas le cas dix ans pus tôt. J’estime qu’il est urgent de faire avancer les choses en s’impliquant davantage dans le milieu. L’événement “Les lundis du jazz” que j’organise en étroite collaboration avec le guitariste français Alex Jacquemin apporte un nouveau souffle au milieu. Il semble apporter un autre feeling au public. Ce mouvement réunit les ténors et les jeunes sur une même scène dans une ambiance de partage et d’échanges. Il donne aux jazzmans l’opportunité de s’exprimer.

Norman Iméran (poupy), batteur du nouveau groupe Alfo Jazz

L’influence du jazz en Haïti est positive jusqu’ici. J’apprécie et je salue le combat que mènent les aînés dans la formation et l’éducation des jeunes. Ces derniers doivent en toute humilité et petitesse apprendre d’eux et se laisser guider par eux. Il faut solidifier notre base musicale, créer un entourage qui puisse favoriser l’évolution des jeunes musiciens. Si l’on veut un Kreyol jazz plus riche et diversifié, il faut s’ouvrir aux autres tendances musicales, travailler d’autres ryhtmes de notre musique populaire.

Welmyr Jean-Pierre, pianiste et membre fondateur du groupe Mozayik

De belles initiatives sont prises dans le milieu du jazz, que ce soit dans les différentes formations qu’organisent Kay Mizik La en étroite collaboration avec la Fondation Haïti Jazz pour améliorer la qualité de leurs performances. Les nouveaux musiciens progressent en dépit du fait qu’ils ne sont pas assez soutenus. Mais il faut plus d’actions et plus d’implication de la part des secteurs et institutions concernées. Par exemple, dans la diaspora, les musiciens haïtiens de jazz évoluent dans un environnement qui leur est propice. Ils jouent dans de prestigieux clubs de jazz aux côtés de grands musiciens, fréquentent de grands centres de musique et suivent des émissions de jazz. Ils explorent aussi de nouvelles tendances et restent attachés aux rythmes haïtiens. Propos recueillis par Rosny Ladouceur


4

30 avril 2013 No 849

Radio Télé Soleil en fête

En tandem avec le 105.7 FM, Radio Soleil, qui fête ses trente-cinq ans d’existence, la chaîne 25, Télé Soleil, a célébré en grande pompe son quatrième anniversaire le dimanche 28 avril 2013. Suite à une messe chantée en cette occasion à l’église St-Pierre de Pétion-Ville par le père Jean Désinor et le curé de la paroisse, les inconditionnels de la radio se sont joints aux super branchés de la télé dans un moment de chaudes retrouvailles sur la cour de Radio Télé Soleil. Entre rencontres, témoignages et dégustation de mets succulents, les invités des stations sœurs ont passé du bon temps. En famille, en groupe ou entre amis, la joie et la satisfaction se lisait sur le visage et dans les salutations. Si la plupart des gens avaient fait le déplacement en signe de solidarité, d’autres ont saisi l’opportunité dans la foulée de manifester leur sentiment d’appartenance à travers des dons. Côté animation musicale, nul ne pouvait se plaindre. En fin de partie, la fête avait quasiment pris l’allure d’un bal de fin d’année. L’orchestre Bénédiction, le groupe Sylvain et ses amis et l’évangéliste Jhonny Normil ont rythmé chaque seconde de la programmation avec de solides accords classiques et de compas direct. On entend encore les centaines de participants entonner en chœur « Les gens du Nord » de Tropicana en dansant. La célébration, qui a démarré depuis le vendredi 26 avril écoulé, a été retransmise en directe le jour J sur les ondes de Télé Soleil. Dans le souci de poursuivre ses objectifs : l’évangélisation, l’éducation, l’information et la distraction, la voix de l’église catholique dans l’archidiocèse de Port-au-Prince renouvelle, une fois de plus, son engagement auprès de ses fidèles abonnés et compte mieux les accompagner au quotidien.

Alexandro entouré de Khastia et de Fednaëlle

Dimitry Nader Orisma

Mika et son projet Plezi En 2005, David Dupoux (Davidoff ), Michael Benjamin (Mikaben) et d’autres amis avaient lancé le groupe Plezi. La jeune formation musicale, qui a eu le temps de ne réaliser que le single « Plezi gaye », à cause des discussions et réclamations faites par le propriétaire pour le nom Plezi et qui a même tenté d’aller en justice avec l’affaire, a dû changer le nom en Krezi Mizik pour continuer avec l’aventure. Mais depuis que David Dupoux et le staff managérial de Nou Krezi (oui, le nom avait encore changé !) avaient pris la décision de mettre fin à l’existence de cette formation musicale le dimanche 14 avril 2013, des rumeurs faisaient croire que plusieurs anciens musiciens de Nou Krezi donneraient naissance à un nouveau groupe sans leur ancien maestro, David Dupoux. Selon des informations que nous avons recueillies d’un proche

de Michael Benjamin, les artistes sont déjà en train de travailler sur le nom du groupe. En attendant, ils voudraient utiliser celui de Plezi. La composition de cette toute nouvelle formation musicale serait la suivante: Michael Benjamin, chanteur ; J Délices Mezifils, guitariste ; Jean René Sainrald alias Ti Bass, bassiste ; Sergo, tambourineur ; Nixon Joseph, batteur ; Koki (ex-Harmonik), keyboardiste ; et Romain (actuel Nu-Bel), deuxième chanteur. On a aussi appris que trois réunions ont déjà été tenues sur le dossier de la légalisation du groupe et le statut des membres de ce projet afin d’éviter à Mikaben ce qui lui était arrivé avec Olivier Duret dans le projet de Kon’Beat. Les répétitions de cette nouvelle formation musicale commenceraient bientôt, nous a informés la même source. Si tout se passe bien, la grande pre-

mière de Plezi, ou la nouvelle formation musicale de Mika, qui sera constituée de la plupart des anciens musiciens de Krezi Mizik, aura lieu en été prochain. Deux musiques accompagnées de leur vidéo seront mises en circulation pour les grandes vacances. Quel avenir pour Mika en concevant avec des anciens musiciens de Krezi Mizik une nouvelle formation musicale après l’expérience ratée à Kon’Beat ? Nous avons essayé de trouver Michael Benjamin (Mika) à ce sujet mais sans succès. La création de ce groupe serait-elle une réaction à la volition du maestro David Dupoux de mettre sur pied un autre groupe après un temps de répit suite à l’effondrement de Nou Krezi ? Gilles Freslet (gillesfreslet@yahoo.fr)


230 avril 2013 No 849

K-Zino & Gabèl au Cosmo Lounge

Banm muzik, m ap baw yayad... Gabèl bay plezi !

K-Zino ap depoze...

Valéry Daudier : abondance de biens ne nuit pas !

Flav, Louko Désir, MC de la soirée, et Jean-Marc Tropnas, manager de K-Zino

Ronide, Vanessa, Jenny, Fabiola et Stéphanie

Bernard Sillias et sa femme

Wolf et Nerlande (à gauche) et des amis

Frederick Alexis, qui fêtait son anniversaire ce soir-là, et Ti Mèt

Katalòg, chanteur de Gabèl, et la chanteuse Rutshelle Guillaume

Festival des Jeunes Talents au Parc Canne à Sucre

Sur le stage bien décoré du festival

Izolan, Degoutan et amis

Allez, plus bas... plus bas...

La maquilleuse Matti Domingue et son assistant Ericson

Quand aura-t-on TeeVee à la TV ?

5


6

Lundi 29 et mardi 30 avril 2013

Championnat national « Digicel » de D1 2013 : J11

Le Baltimore remporte la série-aller 10e et la 11e soirée du championnat national de D1.

Le Baltimore n’a pas laissé passer dimanche sa chance de terminer la série aller du premier tour du championnat national « Digicel » de D1 en tête du classement de la compétition. Au parc Levelt de Saint-Marc, tout n’a pas été facile pour le leader opposé, pour la soiré, à l’Association Sportive de Petit-Goâve, 6e avant cette 11e soirée. Après une première période sans but, les visiteurs qui défiaient le Baltimore pour la première fois de leur histoire en D1, sont parvenus à tenir la dragée haute à leurs hôtes jusqu’à la fin du temps règlementaire. Aussi, la réalisation de Saturné Cardjy Junior leur est-elle tombée dessus comme un coup de massue dans les arrêts de jeu.

L’America continue

Une semaine après son exploit 2-1 sur la pelouse du Tempête, l’America des Cayes continue sur sa lancée en dominant dimanche le Don Bosco de Pétion-Ville 1-0. Du coup, les anciens protégés de Wilcuins Plaisir s’éloignent de la dernière place et peuvent même espérer terminer la série-aller de cette première phase de la compétition parmi les 8 premiers. Le 2e but de Jean-Garry Ruben cette saison aura donc fait un bien fou aux rouges de l’America.

Résultats partiels des matches joués et comptant pour la 11e journée

C

e but tardif de Cardjy aura le mérite d’assurer la première place du classement au leader et de faire régresser les visiteurs qui n’ont quand-même pas démérité.

Le Victory renoue avec la victoire

Un but de Delva Junior a permis au Victory de prendre la mesure du FICA 1-0 dimanche au parc Pinchinat de Jacmel en match comptant pour la 11e journée. Les protégés de Luis Armelio Garcia qui revenaient d’une

Peter Germain et Saturné Cardjy Junior, auteur du but du Baltimore (Photo : Yonel Louis)

défaite 0-1 sur la pelouse de l’AS Petit-Goave, lors de la 10e journée retrouve le succès et provisoirement une 3e place au classement avant les matches en retard comptant pour la

Dimanche 28 Avril 2013 Land des Gabions America FC - Don Boscon1-0 (Jean-Garry Ruben 47e) Parc Pinchinat de Jacmel Victory SC - FICA 1-0 (Delva Junior) Parc Levelt Baltimore SC - AS Petit-Goave 1-0 (Saturne Cardjy Jr 90+1) Calendrier des matches restants :Mercredi 1er Mai 2013 Stade Sylvio Cator Aigle Noir AC - FICA Jeudi 02 Mai 2013 Stade Sylvio Cator Racing CH - Tempête FC Parc Hendrich Valencia FC - AS Mirebalais Samedi 04 Mai 2013 Stade Sylvio Cator Aigle Noir AC - Cavaly AS

Classement des buteurs après les matches disputés et comptant pour la 11e journée*

1 Peguero Jn Philippe - Don Bosco - 5 Anselme Wedson - Aigle Noir AC - 4

Classement après la 11e journée No Clubs PTS 1 Baltimore 22 2 Valencia FC 17 3 Victory SC 16 4 AS Mirebalais 15 5 Tempête FC 15 6 America FC 13 7 Racing CH 13 8 AS Petit-Goave 12 9 Don Bosco 11 10 Cavaly AS 10 11 FICA 10 12 Aigle Noir AC 8

J 11 10 11 10 10 11 10 11 11 10 10 9

G 6 4 4 3 4 3 3 3 2 2 2 2

N 4 5 4 6 3 4 4 3 5 4 4 2

P 1 1 3 1 3 4 3 5 4 4 4 5

BP 10 10 10 7 9 8 7 8 11 3 6 7

BC 4 5 8 5 8 9 9 11 13 5 10 9

Diff. +6 +5 +2 +2 +1 -1 -2 -3 -2 -2 -4 -2

3

Jimmy Fede - Don Bosco - 4 Amy André - Valencia - 4 3 Val Hans Gardyb - ASPG - 3 Peter Germain - Baltimore SC -

Kimberly Francois - Cavaly - 3 Luxène Elestin - Tempête - 3 Bony Pierre - Victory SC - 3 Jonel Désiré - AS Mirebalais - 3 • Le classement des buteurs peut-être modifié avec les autres matches à jouer avant la fin de la série aller Enock Néré/nereenock@gmail.com

RAPHAEL FÉQUIÈRE

LA GOUTTE D’OH! Debout la sélection nationale!

P

our ou contre la sélection nationale permanente ? La question a toujours été posée et elle est toujours restée sans réponse. Faute de moyens mis à sa disposition, l’équipe nationale de football a toujours vécu l’espace d’une participation à une compétition internationale. La situation est telle que les clubs haïtiens ne constituent pas forcément une pépinière permanente pour le club Haïti. A l’approche de la Gold Cup (qui débute le 8 juillet prochain aux USA), des joueurs comme Peguero Jean-Philippe et Olrich Saurel (Don Bosco) Frandy Montrevil (Valencia), Charles Hérold Junior (Tempête), Géraldy Joseph (Valencia), Jean Gary Maurice (Valencia), pour ne citer que ceux-là, devraient se retrouver dans la liste des incontournables. Une fois le travail de détection achevé et qu’arrive l’heure du rassemblement des sélectionnés, ces valeurs locales peuvent-elles être négligées aux dépens de nouvelles têtes totalement inconnues ? Parmi les joueurs qui évoluent à l’extérieur, il y a bien sûr des incontournables (Belfort, Louis, Alcénat, Placide). Mais sans une ossature locale permanente, comment la commission technique haïtienne peut-elle avoir les coudées franches pour mettre sur pied une équipe nationale fiable dans toutes ses lignes?


7

Lundi 29 et mardi 30 avril 2013

Coupe du monde volley-ball

Haïti dans l’attente

A

près avoir surclassé en phase de poule les équipes de Saint-Kitts & Nevis (3sets à 0) et Salvador (3 sets à 1), la sélection masculine haïtienne de volley-ball qui avait baissé pavillon pour son premier match devant l’équipe de Sainte-Lucie, (3 sets à 1), a une nouvelle fois été battue toujours par le pays hôte, Sainte-Lucie au Gymnasium Beausejour de Gros-Islet, dimanche 28 avril 2013 dans le cadre de la finale du second tour, zone Norceca (groupe J) des éliminatoires de la coupe du monde de la FIVB, Pologne 2014. Pourtant, tout a très mal commencé pour les poulains de Joseph Yves Larrieux qui ont été battus dès la journée inaugurale (samedi matin) par la sélection locale, Sainte-Lucie (3 sets à 1), et ce, malgré le gain du premier set (28/26). A l’arrivée, les Grenadiers ont perdu les trois autres sets (25/15, 25/20 et 25/20). Dans l’après midi du samedi 27 avril 2013, des Grenadiers revanchards n’ont laissé aucune chance aux hommes de Saint-Kitts & Nevis. Ces derniers ont mordu la poussière, et ont été fort logiquement laminés par l’équipe nationale d’Haïti (3 sets à 0) au terme d’un match à sens unique dans le deuxième et troisième set. Les Haïtiens ont fait le boulot rien qu’en (58) minutes pour démolir l’équipe de Saint-Kitts & Nevis. Score final: (25/22, 25/13 et 25/11). Auréolée de cette éclatante victoire, l’équipe haïtienne a enchaîné avec une autre victoire expéditive. Cette fois, les Haïtiens sont venus à bout du Salvador. Ce dernier restait pourtant sur deux victoires de

suite face respectivement à Saint-Kitts (3-1) et Sainte-Lucie (3-1). Les Haïtiens l’ont emporté par (3 sets à 1) bien qu’en ayant perdu le premier set face à une équipe du Salvador, favorite pour remporter ce groupe J. Score final : (19/25, 25/18, 25/18 et 25/22). Au terme des matches de poule, les équipes d’Haïti, de Sainte-Lucie et du Salvador ont chacune remporté deux victoires, contre aucune pour Saint-Kitts & Nevis qui n’était pasdu tout à la hauteur de la compétition. Ainsi, Haïtiens et Saint-Luciens se sont affrontés en finale pour le

gain de la première place, synonyme de qualification directe pour le troisième tour, alors que le finaliste doit attendre pour savoir s’il sera parmi les quatre meilleurs deuxièmes en vue de rallier le tour final. Comme ce fut le cas en match de poule, les Haïtiens n’ont pas pesé lourd dans la balance. Ils se sont fait battre par la sélection locale par trois sets à 1, et ce, malgré les 28 points de Fritz Emmanuel Mabou et 14 autres signés par le capitaine de l’équipe, Ralph Adolphe. Les Haïtiens ont perdu la finale : (27-25, 25-13, 1725, 25-20).

Dans la petite finale, Salvador a corrigé Saint-Kitts & Nevis (3 sets à 1) pour s’emparer de la troisième place, mais les deux sont éliminés dans la course à la qualification pour le mondial polonais. Signalons que cinq (5) pays représenteront la zone Norceca dans la phase finale de la coupe du monde de la FIVB qui aura lieu en septembre 2014 en Pologne. Légupeterson Alexandre /petoo76@aim.com

L’équipe nationale de volley-ball masculin

CONCACAF DES CLUBS CHAMPIONS

Le Valencia tremble mais s’impose

A

près avoir pris la longueur de l’équipe de Bayamon FC (3-1) vendredi dernier, le Valencia FC s’est une nouvelle fois imposé (4-3), mi-temps (3-0), face à Portmore United FC, le dimanche 28 avril 2013 au terme de son deuxième match du groupe II, comptant pour le deuxième tour préliminaire de la ligue des champions de la Concacaf. Ainsi, les champions d’Haïti que n’auront besoin mardi 30 avril d’un match nul face au Boys Twon FC, tombeur de Bayamon FC (2-0), pour s’emparer de la première place du groupe II. Alors que l’on s’attendait à ce que le Valencia FC fasse une promenade de santé face à son homologue du Portmore United FC dans la mesure où l’équipe championne d’Haïti menait par (3-0), et ce, après seulement (35) minutes de jeu grâce à des buts de Walson Augustin, auteur d’un doublé (6’ et 34’), Jean Robert Jean (24’), contre toute attente, le Valencia

s’est fait une frayeur. Il était évident, les Reggae boys de Portmore United FC étaient dépassés par les événements. Pour preuve, ils ne faisaient que regarder jouer les Grenadiers du Valencia FC qui allaient remporter fort logiquement la mitemps par trois buts d’écart (3-0). Peut-être trop euphoriques, les Léogânais ont encaissé à la reprise trois buts. Il a fallu ce nouveau but de Roody Joseph pour permettre au Valencia FC de s’imposer non sans peine (4-3). Emerson Michel, Samuel Mardochée Pompée et Walson Augustin ont été tous avertis côté Valencia. En revanche, Bryan Bobby-Lee Bayliss (Portmore) s’était fait expulser en toute fin de match. Les protégés de Guston JeanLouis gardent toujours le leadership du groupe II, et ce, malgré la victoire de Boys Twon FC (Jam), 2-0 face à Bayamon FC (Porto-Rico).

Tout compte fait, le Valencia FC qui avait battu l’équipe de Bayamon FC (Porto), 3-1 lors de la première journée, n’aura besoin que d’un match nul ce mardi 30 avril pour assurer de terminer en tête de ce groupe et de se qualifier directement pour jouer le second tour de ces éliminatoires. L’équipe du Valencia FC (Hai) : Frandy Montrévil (Gk).- Samuel Mardochée Pompée, Junior Etienne, Jean Robert Jean, Jean Dany Maurice.- Fritz Gérald Alliance, Esso Fraudlyn Amicy, Harold Sanon (Makendy Duverger/ 86’), Géraldy Joseph.- Walson Augustin (Alphonse Mentor/83’) et Emerson Michel (Roody Joseph/70’).

Résultats de la 2e journée

Dimanche 28 avril 2013 Anthony Spaulding Sports Complex (Kingston) Valencia FC (Haïti) - Portmore United FC (Jam): 4-3 Walson Agustin 6’et 34’, Jean Robert Jean 24’ et Roody Joseph 83’ (Val), McCalla 69’

Reid 81’ et Morris 90+4 Bayamon FC (Porto-Rico) - Boys Twon FC (Jam) : 0-2 Marvin Stewart 33’ (p) et 53’ (Boys)

Classement

1-Valencia FC (Hai) : 6 points 7BP - 4BC (+3) 2-Portmore United FC (Jam) : 3 points 4BP - 4BC (0) 3-Boys Twon FC (Jam) : 3 points 2BP - 1BC (+1) 4-Bayamon FC (Porto) : 0 point 1BP - 5BC (-4)

Calendrier de la dernière journée

Mardi 30 avril 2013 Anthony Spaulding Sports Complex (Kingston) 6h PM : Portmore United FC (Jam) - Bayamon FC (Porto) : 8h PM : Valencia FC (Hai) - Boys Twon FC (Jam) : Légupeterson Alexandre /petoo76@aim.com


8

30 avril 2013 No 849

JEUX - 78

MOTS CACHÉS

Les mots peuvent figurer dans tous les sens : horizontalement, verticalement, en diagonale, de haut en bas et vice versa, de droite à gauche et inversement. Les neuf lettres restantes désignent un adjectif relatif au style Louis XV de mobilier rococo du XVIIIème siècle.

1

O

L

K

A

C

R

E

L

C

A

I

L

L

E

E A

O

A

G

I

P

E

O

E

C

A

A

L

O

E

M

E

T C

C

T

N

A

I

R

K

R

R

C

L

U

F

T

A

S

I

L

I

I

G

N

T

A

O

I

A

I

C

L

N

L

S

N E

5

A

R

R

E

C

N

P

D

R

H

A

U

E

I

U

A

A U

6

B

E

G

F

L

E

I

A

E

C

S

C

A

E

N

N

V R

A

G

A

F

U

P

R

E

R

U

Z

A

U

F

A

G

O E

7

K

E

Z

E

S

A

D

A

T

E

U

R

E

A

G

I

L D

L

R

E

T

P

E

E

N

I

T

A

P

A

S

E

T

A N

A

G

R

U

R

M

R

E

M

E

D

E

E

F

I

D

G A

10

V

A

R

D

E

E

R

E

T

A

G

O

C

N

I

O

E L

11

A

E

I

C

L

E

M

A

I

L

L

E

R

H

N

O

T G

12

G

C

H

O

C

U

E

L

G

I

A

U

C

I

O

O

T A

A

E

I

T

O

R

E

N

N

E

M

I

E

L

D

I

S L

L

F

O

T

A

B

M

A

S

A

C

R

E

R

O

A

R U

L

S

A

F

I

R

A

T

N

E

N

A

M

M

I

R

N R

E

T

L

E

T

A

R

U

E

U

L

A

S

C

A

R

E

F

S

O

R

T

I

L

E

G

E

E

D

R

O

C

C

A N

DATEUR ÉCHOIR ÉCLORE ÉCRIRE EFFET ÉMÉCHÉ ENNEMIE ENTRE FEINTE FELLAGA FIOLE FLÉAU GALURIN GÂTER GAZER

GLANDER GRINGO IMMANENT INCLUS LASCAR LIAGE LUEUR MAILLE NADIR OKAPI PATINE PÂTIR POLKA RAFIOT RÂPURE

I

RATEL RECTOS REMÈDE SACRER SAMBA SONNE SORTILÈGE TARIF TATOU TIGNASSE TOISE VANITÉ VOLAGE

MOZAIC

Le jeu consiste à replacer les pastilles octogonales dans les emplacements vides de manière à former des mots en lisant dans le sens des aiguilles d’une montre, en commençant par la première pastille en haut. Le premier mot est déjà en place, il suffit de compléter les autres. Il y a des définitions pour vous aider à identifier chaque mot. : : : : :

AN

IO

RM

TE

OR

CR

IS

AN SM

D

9

10

11

GL LE

E

12

Horizontalement 1- Distribuer. Double coup de baguette. 2- Offense. Ceinture japonaise. 3- Plat. Petit bateau à rames. 4- Sursis. Blessant. 5- Boxeur célèbre. Frère de Moïse. Cale en forme de V. 6- Enjoué. Choisir. 7- Oui. Perceuse. Adjectif démonstratif. 8- Ville d'Italie. Rendre moins touffu. 9- L'ancienne Estonie. Concurrent. 10- Armée. Aime. Aluminium. 11- Taux. Talonne. 12- Mesure de distance. Vanité. Verticalement 1- Garde-corps. Particule affirmative. 2- Première femme. Plantes grimpantes. 3- Nation. Propre. 4- Partie de certains ustensiles. Poison végétal. Article contracté. 5- Ricané. Qui porte des ornements. Imbécile. 6- Ver parasite de l'intestin des mammifères. Durci. 7-Abominable. Hors champ. 8- Rocher. Réaliser. 9- Grand ouvert. Ville de Syrie. 10- Pellicule. N'ayant subi aucune teinture. Cité antique de la basse Mésopotamie. 11- Babine. Liquide blanc. 12- Mordant. Mince.

1 2

4 5 6

8

C

8

9

MOTS CROISÉS

TR

B

7

8

7

A

6

SOLUTION JEUX - 77

OR

DO

5

4

3

BE

4

3

Acheminé. Grand chien à poil ras d’origine allemande. Mollusque gastéropode à coquille en spirale. Écran de télévision de grandes dimensions. Vanité ridicule qu’on tire de petites choses.

PL

3

2

P

T

2

1

N

ACCORDÉE ACTEUR ADORER AGRÉGER AIGLE ALIAS ALUNAGE AZURER BAKLAVA BALCON CAILLE CHACAL CIDRE CLERC CUCUL

A B C D E

MOTS CROISÉS

9 10 11 12

1

2

3

M A L V O I S I E

O D I E U S E

R I L L O O E O S C H E R A U I D E R S E E R E P P V A I A D E P T T E P E E N S E S I L L C E S I

S P F I A C

4

5

6

7

Pour toutes suggestions écrivez-nous à couleurproduction@yahoo.fr Couleur Production

8

N I C E

9

A N U M E A R R O E T I I N E T R I

10

11

12

G R E E D L T E O N L U I T E N R G A G O T R T E R M A T I S

MOTS CACHÉS ANESTHÉSIE

MOZAIC A : STÉROÏDE B : PARESSER C : ILLUSTRE D : SUPERFLU E : GÉOTRUPE

Haiti célèbre le jazz avec Aaron Goldberg  

Haiti célèbre le jazz avec Aaron Goldberg

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you