Issuu on Google+


2

26 Mars 2013 No 826

Il y a quelques années, Port-auPrince accueillait les principales activités de la Quinzaine de la Francophonie. Les représentations théâtrales, les conférences, les rencontres entre auteurs et lecteurs laissaient croire que la francophonie était une activité annuelle qui ciblait un secteur bien déterminé. La volonté d’aller vers un plus grand nombre, d’élargir le cadre, a suscité de nouvelles stratégies que l’OIF, principale gestionnaire de l’événement, n’a pas hésité de mettre sur pied. La Caravane Francophone d’Haïti, par exemple, est une victoire pour la francophonie. En seulement deux éditions, elle a touché les différents départements du pays et a créé des activités dans des zones quasiment mortes. Belo, BIC et Jean Jean Roosevelt, mandatés par l’OIF, ont fait du bon boulot sous la direction de HandzUp Group. Ils sont des musiciens que la génération actuelle respecte. Leurs chansons sont des cris sociaux, des chants d’amour, un son d’une vibration positive que des gens de tout âge apprécient. Leurs textes sont des outils que les dirigeants francophones utilisent pour atterrir sur de nouvelles pistes. Camp-Coq, Coteaux, Croix-des-Bouquets, Aquin, Milot, Port-Salut, PetitGoâve, Cabaret, Saint-Marc ont été les hôtes des causeries-débats et ateliers qui ont précédé les concerts des artistes cette année. Tenues dans des salles des Centres de lecture et d’animation culturelle (Clac) ou dans des écoles, ces rencontres ont permis aux ambassadeurs et à l’équipe technique de l’OIF de faire comprendre que la francophonie ne se résume pas à des activités mettant la langue française au-devant de la scène. La liberté, l’égalité, l’Etat de droit, le droit à l’éducation ont été présenté par les artistes comme des valeurs auxquels se rattachent Haïti et les pays membres de la Francophonie. Les concerts de fin

OUI à la francophonie

16 961

Les artsites Belo, Salina Charles, J.J. Roosevelt, BIC et Roodyume

FANS Les responsables des differents ateliers de cette année

d’après-midi, comme ceux d’Aquin, de Coteaux, Saint-Marc et le dernier qui a eu lieu à l’Institut Français d’Haïti donnent une autre ampleur à la campagne de sensibilisation. Port-au-Prince, qui a reçu le concert de clôture de la Caravane, a été aussi émerveillée que les autres villes de provinces. Devant les partenaires qui

ont soutenu les activités de la Quinzaine, Salina Charles, Rodyoume, Bic, Belo, Jean Jean Roosevelt ont secoué un espace où des voix de toutes les gammes ont dit « Oui à la Francophonie ! » Plésius Junior LOUIS junior.jpl007@yahoo.fr

son homologue Ronito, mais également à la station Planèt Kreyòl. Par la suite, il a fait cavalier seul en lançant son émission rap sur la radio Sky FM. Baptisée « HipHop Street », cette nouvelle émission est diffusée à la même heure que l’émission « Rap’Rocher », du lundi au jeudi, entre 8 h et 10 h pm.

Izolan s’excuse et précise

Force est de constater que les deux animateurs de l’émission rap de la Radio Planèt Kreyòl, “Rap’Rocher”, ne font plus route ensemble. Autrefois, la diffusion de Rap’Rocher s’étendait entre 8 h et 10 h pm. Tout se déroulait sur un compromis entre Ronito Edmond, qui avait l’antenne de 8 h à 9 h pm, et de Obenson Philogène, qui assurait jusqu’à 10 h pm. Mais depuis quelques mois, c’est tout le contraire, puisque Ronito Edmond reste le seul MC de l’émission. Selon les mauvaises langues, une affaire de pot-de-vin serait à la base de cette mésentente chronique entre les deux animateurs : les membres de RKM auraient donné un ordinateur portable à Obenson, et Ronito aurait riposté en soutenant que l’ordinateur était destiné à l’émission. La situation a dégénéré au point qu’Obenson a été sanctionné. Face à ce dilemme, l’animateur Obenson Philogène a tourné le dos non seulement à

DIRECTEUR DE LA PUBLICATION Frantz DUVAL RÉDACTEUR EN CHEF Gaëlle C. ALEXIS

Dans le rap Obenson pa pwoche Rap’Rocher

Une publication de Ticket Magazine S.A.

Le rappeur Jean-Léonard Tout-Puissant A.K.A Izolan s’excuse auprès du public, particulièrement ses fans et ses sponsors, pour la diffusion d’une vidéo dans laquelle il serait l’acteur principal. Selon les explications de l’artiste, il avait surpris un voleur sous son toit. Ce dernier avait, d’après Izo un double objectif : cambrioler la maison, et faire du mal à toute personne qui aurait l’intention de l’en empêcher. Fort heureusement, le rappeur avait intervenu. Ensuite, il a déshabillé le malfrat avant de lui donner une bonne raclée. La maman d’Izolan serait peut-être victime si l’artiste n’était pas arrivé à temps. Izolan ignore par quel tour de magie cette vidéo qui le montre en train de frapper puis baisser le pantalon d’un homme en pleine rue s’est retrouvée sur des réseaux sociaux. Il reconnait avoir agi par légitime défense et pour le bien de sa famille. Toutefois, il déplore le comportement mesquin de la personne qui a diffusé cette vidéo rien que pour porter atteinte à sa popularité et son succès qui s’en vont croissants. Izolan a aussi saisi cette occasion pour se poser en faux contre les rumeurs faisant croire qu’il a récemment été sous les verrous. Jean-Leonard Tout-Puissant souhaite

la cessation de ces pratiques, car quand on casse du sel sur le dos d’un rappeur, c’est toute la tendance qui porte le chapeau.

« Li bare m », le nouveau son de 45 Soldiers

La jeune formation rap 45 Soldiers, issue de la commune de Jacmel, vient de sortir un nouveau track intitulé « Li bare m ». Ce morceau traite d’une histoire commune que connait beaucoup de gens dans le monde entier : se faire prendre en flagrant délit d’infidélité. Le track « Li bare m » est produit par F-The Winner et F-Btz,rappeurs du groupe. Au niveau de l’arrangement musical, ce single a bénéficié de la touche du talentueux Fred Orival dit Fred Hype avant son enregistrement au Red Studio. A en croire les responsables de 45 Soldiers, « Li bare m » a déjà été téléchargé par plus de 4 000 personnes. Ces jeunes rappeurs s’estiment heureux de voir comment les fans apprécient leur travail. Rappelons que « Li bare m » est le premier morceau du groupe sorti après sa méringue carnavalesque « Fanm Avan Tou ». Si tout se passe comme prévu, les réseaux sociaux et nos petits écrans auront droit à la vidéo du single « Li bare m » durant le mois d’avril, et comme pour les autres vidéos du groupe, c’est Mage Entertainment qui se chargera de sa réalisation. Par ailleurs, les membres de 45 Soldiers demandent aux fans de faire preuve de patience puisque beaucoup d’autres projets figurent dans leur liste pour cette année. Wendy Simon

SECRÉTAIRE DE RÉDACTION Daphney Valsaint MALANDRE RÉDACTION Dimitry Nader ORISMA Gilles FRESLET Myria CHARLES Winnie Hugot GABRIEL Teddy Keser MOMBRUN Junior Plésius LOUIS Raphaël FÉQUIÈRE Enock NÉRÉ Légupeterson ALEXANDRE CORRECTION Jean-Philippe Étienne CRÉATION ARTISTIQUE Responsable graphique Réginald GUSTAVE Stevenson ESTÈVE Photographes Frederick C. ALEXIS Homère CARDICHON Jules Bernard DELVA Moranvil MERCIDIEU Yonel LOUIS Publicité: 2941-4646 publicite@lenouvelliste.com Rédaction: 2945-4646 / 3806-3717


3

26 Mars 2013 No 826

U

n konsommen original dans lequel, en guise de vivres et d’épices, on retrouve : chaleur, sympathie, franchise, grands éclats de rire, créativité, passion et grand cœur. Ce mélange, c’est cette femme qui affiche quelquefois une mine austère pour révéler ensuite une personne ouverte et communicative. Magguie connaît au moins une personne dans chacune des villes du pays. Elle est née à Jacmel ; sa mère est originaire d’Aquin, son père de Petit-Goâve ; ses sœurs ont vu le jour  à Port-de-Paix, son frère à Pétionville. Quand on lui demande « vous êtes de quelle famille ? », elle répond « de passage ». Magguie a fait l’acquisition, il y a bientôt une vingtaine d’années, d’un coffee-shop qui est par la suite devenu un carrefour dans la commune de PétionVille : le restaurant Presse Café. Comme elle le dit, elle n’a pas choisi le secteur de la restauration, c’est la vie qui l’y a amenée. Pour respecter sa volonté de garder le silence sur ses activités caritatives, nous ne dévoilerons pas cette fois la femme au grand cœur qui a créé et gère une fondation/école pour enfants démunis dans la localité de Grenier (Laboule), un espace où règne la joie de vivre et d’être aimé. On présente tout simplement la femme d’affaires, la rassembleuse dont le nom est une référence dans la restauration et le social.

MAGGUIE RIGAUD

Femme aux mille saveurs Il est de ces personnes qui vous font aisément croire qu’elles ont les mêmes vertus ou les mêmes propriétés qu’un produit qui porte leur nom, ou dont elles portent le nom. Il faut l’avoir côtoyée pour explorer, au-de là de « l’emballage » des apparences, ce bouillon qu’est Magguie Rigaud.

As-tu le support de ta famille dans ton travail ? Enormément, ma jeune sœur, particulièrement, qui me prodigue des conseils et me fournit du matériel pour l’école. Je suis également supportée par ma mère et ma sœur ainée. Quel est ton passe-temps favori ? Aquin encore, Aquin toujours ! J’y ai de si bons souvenirs ! (sourire ému) As-tu une préférence pour un genre de musique ? J’adore le compas, j’aime le jazz et la musique arabe que j’ai découverte récemment lors d’un voyage à Dubaï. Que fais-tu quand tu ne travailles pas ? Je m’ennuie ! Je ne peux vraiment pas rester sans faire quelque chose, alors je nettoie, je fais le grand ménage. Raconte-nous une journée de vacances pour toi. Je ne peux prendre de vacances qu’en-dehors du pays. Et dès que je voyage, les deux premières journées de mon séjour sont exclusivement consacrées à dormir (comme mes dimanches en général).   Quel groupe musical aimes-tu ? Le Magnum Band. As-tu une préférence pour un restaurant  ou un plat ? J’aime bien aller à Hang, Le Florville et Les 3 Decks, où je déguste leurs fameux genoux de porc grillés. Quand tu étais enfant, comment t’imaginais-tu adulte ? Je rêvais, comme toutes les petites filles, d’une grande famille ; je me voyais le personnage d’une histoire à l’eau de rose (grand éclat de rire).

Quelle est ta plus grande qualité ? Je suis franche. Responsable à l’excès, je respecte toujours, envers et contre tous, la parole donnée. Je suis aussi très ordonnée. Dans mon placard, tout est rangé par catégorie, par couleur.

Quel film peux-tu regarder sans jamais te lasser ? « Autant en emporte le vent », mais j’aime également beaucoup « Love Story » et « Pretty Women ». Quand je voyage, je vais toujours au cinéma.

Y a-t-il un endroit ou tu pourrais rester jours et nuits ? Aquin (large sourire…)

Quel est ton péché mignon ? La gourmandise, la charcuterie en particulier.  Comment gères-tu ta vie privée et ton travail ? Je suis un livre ouvert. D’ailleurs, tout le monde connaît le mot de passe de mon ordinateur (nouvel éclat de rire).

La première entrevue réalisée par Ticket a été faite dans le cadre accueillant de Presse Café, et les fêtes du journal Le Nouvelliste se tiennent toujours dans cet espace. En plus du service-traiteur offert, c’est un restaurant qui surprend ou enchante, d’une part avec ses savoureux plats créoles, d’autre part avec la variété des programmes en soirée. Il y a toujours de l’animation à Presse Café, un restaurant qui ouvre dès 7 h du matin et propose des petits-déjeuners où figu-

rent au menu de la morue, du hareng, des saucisses et ces sandwiches « spécial presse » comme : ‘’Le Nouvelliste’’ (poulet), ‘’Le Matin’’ (jambon-fromage), le ‘’Miami Herald’’ (saucisses maison), le ‘’Ayiti Fanm’’ (griot), etc. Le restaurant ferme à 11 h pm. Dans la soirée on peut y apprécier des diseurs venus déclamer des poèmes, écouter Hans Peters le mercredi ; certains jeudis, les amateurs de fruits de mer, au son d’un twoubadou, profitent du Crab House pour déguster les recettes toujours renouvelées de Magguie, sinon c’est l’espace causeries-débats sur différents thèmes (le dernier était l’économie de rente en Haïti). Ju Kann est le rendezvous incontournable du vendredi ; et le dimanche, le restaurant accueille les clients pour un brunch. A Presse Café, l’invention et la créativité sont à la base des menus. Les gour-

mets amateurs de bonne cuisine créole ont le choix entre les nems (ou egg-rolls) ou la pizza à base de cassave, les gratinés de giraumon, de manioc, de patate, etc., en plus du menu qui propose : le lundi, pintade ; le mardi, kodenn peyi ; le mercredi, ragoût de bœuf ; le jeudi, poulet peyi aux noix ; et le vendredi, poisson séché…. Le tout servi avec ignames, bananes, le diri a sòspwa frans, la salade fraîche à la pistache (peyi). Sinon, un choix varié est proposé avec des spécialités des neuf départements d’Haïti ou des pays tels que le Mexique, l’Espagne, la New Orleans… Rappelons que Magguie Rigaud est aussi l’un des piliers, avec Magalie C. Denis, du festival désormais annuel : « Destination Aquin ». Myria Charles


4

26 Mars 2013 No 826

Échos des âmes ! L

e samedi 23 mars, le cadre attrayant du restaurant La Réserve a accueilli le spectacle « Échos des âmes ». Organisée à l’initiative de Gessica Généus, cette soirée a mis en vedette de jeunes et vrais talents de la musique haïtienne. Seizième minute après neuf heures, une voix s’élève pour annoncer le début du spectacle. On ne voit encore rien sur la scène agréablement aménagée par Phelicia Dell, mais le va-et-vient incessant des dames portant de jolies robes griffées de la styliste qui a fait un carton avec la collection Vèvè invite à attendre. Plusieurs minutes s’écoulent avant que des chanteuses n’entrent en scène. Vêtues de parures qui me rappellent les Affranchies de la colonie de Saint-Domingue, elles sont ravissantes. Le petit refrain qu’elles entonnent est amusant, et le conte qui suit nous renvoie, nostalgiques, à une tradition que nous avons longtemps perdue. Darline Desca, Marodie Ludmilla Pierre, Rutshelle et Tamara Suffren sont les noms à retenir pour la deuxième partie. Avec chacune trois chansons, elles charment le public. Leur répertoire constitué en grande partie de chants traditionnels et folkloriques est savamment interprété. Mais Rutshelle et Tamara sont celles qui amuseront le plus. Peut-être parce qu’elles ne sont pas restées sagement assises sur cette chaise haute qui ressemble plus à une œuvre d’art, mais qu’elles se sont offertes au public déjà réceptif à leur appel. D’autres artistes défilent, mais avec l’absence d’un MC attitré, on ne retient guère de noms lors même que leur prestation fut assez intéressante. La fin s’amorce avec Bélo, le clou de la soirée. Avec trois albums à son actif, le chanteur

se passe de présentations. Sa performance est très courte mais de bonne facture. Il n’y a rien de particulier à cette soirée, à part la décoration, c’est simple comme tout. Des gens qui viennent entre amis passer du bon temps, déguster la bonne cuisine qui est servie dans ce restaurant bien loti, et pour se laisser amuser par des artistes talentueux. Toutefois, l’ambiance roots qui y règne nous change de ce à quoi nous sommes habitués. Comme nous le dit Phélicia, très attirée par ce genre de soirée : « C’est l’occasion de mettre en valeur la chanson haïtienne, la culture aussi. C’est un peu sortir de l’ordinaire, car la plupart du temps, le public n’a droit qu’à des bals pour se divertir. » Satisfaite de la soirée, Gessica Généus, malgré la fatigue qui l’envahit, nous livre son objectif à travers « Échos des âmes » : offrir à des stars prometteuses un espace pour se faire connaître du public, pour s’extérioriser et évoluer. « Je suis très heureuse ce soir. Tous ceux sur qui je comptais sont présents ! Les artistes ont bien performé. Je serais  contente qu’on en ait un peu plus souvent, même si ce n’est pas moi qui les organise », nous dit l’actrice avec enthousiasme. Avec seulement deux semaines de préparation pour un événement du genre, il y a bien sur des failles qui auraient pu être corrigées, mais dans l’ensemble, c’était bien. A quand la suivante ? Gessica  ne le sait pas encore. Cependant, Phélicia, bras droit de cette dernière dans cette initiative, nous donne rendez-vous pour l’été prochain. Winnie H. Gabriel

Emeline en quête du nouveau et de l’essentiel 

L’auditorium de la Fokal a accueilli, vendredi 22 mars 2013, des dizaines de personnes venues assister à un concert d’Emeline Michel. Récit de ce spectacle qui a transporté plus d’un avec la magie de Quintessence. Avec un soupçon d’espoir dans la voix, Emeline garde encore cette vertu de murmurer des mots, rouler des notes et en faire une gamme agréable. « Mèsi lavi », sa première interprétation est un hymne à la gratitude. C’est pénétrant. Les gestes et les pas de danse de la chanteuse concordent à offrir du spectacle. Avec une bonne humeur qui épouse indéfectiblement sa voix, l’assistance est à même de découvrir la quintessence des

sentiments qui se répandent. L’amour est de bon aloi et la musique haletante. Avec une brochette de quatre talentueux musiciens, la diva conquiert déjà son public. « M pa ka domi » témoigne de cette harmonie qui s’improvise entre Emeline et ses spectateurs. L’on est rapidement traversé par un frisson d’amour, envahi par un flot d’émotions. Un lyrisme à fleur de peau entache le morceau. Le timbre captivant et empreint de vivacité

d’Emeline insuffle l’espoir et fait revivre d’agréables souvenirs. Calme et avenante dans sa tenue, l’artiste ne met jamais de côté cette habileté à méduser ses fans et de se laisser à son tour méduser par les ovations. Son quatuor est savant. Une Japonaise du nom de Yayoi Ikawa au piano donne à admirer par sa façon de jouer. Elle a tout d’une virtuose accomplie. Inventive, elle est impeccable. Emeline ne se hâte pas. Elle semble dérouler les chaînons d’une belle histoire d’amour avec son public, ses deux choristes et ses musiciens. Les applaudissements ne tarissent pas. « Terre mouillée », un texte d’Ina Césaire, la fille de l’illustre homme de lettres martiniquais Aimé Césaire, est exécuté avec brio. « Ban m lajwa » ravive l’ambiance. Avec un public aussi passionné, Emeline se garde de cacher ses émotions. Sa bonne humeur est électrisante. James Germain et Annie Alerte, les deux choristes, sont explosifs. James pour sa part, ne passe jamais inaperçu. Il ne se contente pas de reprendre les chœurs et de danser. Avec “Lenglensou”, il distille une bonne bouffée de joie au public. Notre James, toujours aussi amusant, joue bien sa part. Les applaudissements le lui rendent bien. Dans un texte coécrit avec Yanick Lahens intitulé « Ton yanvalou », Emeline rend hommage à Benji Jolicoeur, mort le 12 janvier 2010. Elle déclame puis chante : “Tu n’auras jamais su que le temps s’est brisé sous ta cadence… Dis-moi que

tu es bien et que la mort n’est rien… Je crois que je t’ai vu danser sous les ailes du soleil.” L’assistance est happée par la mélancolie. L’on est à nouveau face au souvenir mordant de ce 12 infernal. Cela ne va pas durer. Un bon rara bien assaisonné vient soulever les ardeurs. La chanson « Timoun » est porteuse d’espoir. Pour ce morceau, trois musiciens de la bande Rara Family viennent grossir l’orchestre avec des vaccines. Avec Emeline, c’est toujours un festival d’amour à la Fokal. Un choix intelligent pour échapper au tohubohu et au côté sordide du quotidien. James Germain et Annie, choristes John Clive Jones, contrebasse Gasford Guillaume, percussions Gliffood Voltaire, guitare Lord E. Byron


26 Mars 2013 No 826

The Secret Garden 22-03-13 au Karibe

5

Le vendredi 22 mars 2013, le magasin Champagne a présenté les collections de printemps de ses designers au Karibe Convention Center. Baptisé « The Secret Garden », le défilé de mode s’est déroulé sans interruption, pour le plaisir des yeux. Les tenues, les unes plus jolies que les autres, ont fait le bonheur des invités qui n’ont sûrement pas regretté leur venue. Signalons aussi que le magasin Industry faisait ses débuts dans la présentation de ses collections de printemps. Jettez-y un petit coup d’oeil...


6

Mardi 26 mars 2013

“Superman” Stevenson frappe encore !

L

’Haïtien Adonis Stevenson l'a eu sa revanche. Vendredi soir au Centre Bell, il a vaincu l'Américain Darnell Boone par K.-O. au 6e round, une victoire qui n'a jamais fait de doute. Se faisant, Stevenson (20-1,17 K.-O.) vengeait son seul échec subi trois ans plus tôt contre ce même Boone (19-21-3, 9 K.-O.). Dès le 1er round, Stevenson a placé la barre très haut. Les attaques des deux mains de notre compatriote laissaient pour la plupart l'Américain sans réponse. Forcé d'écarquiller les yeux, Boone battait en retraite des les premiers assauts. Dès la reprise suivante, Stevenson a poursuivi son travail de sape. Boone ne sachant que faire pour contrer, subissait la volonté de Stevenson. On a bien cru que la fin était proche. Bonne aussi sans doute... Au 3e, même en ralentissant un peu la cadence, « Superman » restait l'agresseur et Boone n'offrait pas de réponse valable aux coups de Stevenson. Au 4e, Boone a placé quelques bonnes répliques, mais pas avant que Stevenson ne l'atteigne encore de combinaisons précises. Bien installé aux commandes, Stevenson restait

sais que Dawson n'a pas boxé depuis neuf mois, mais je devrai être prêt », a conclu Stevenson après avoir indiqué qu'il était certain que Dawson avait suivi le combat au petit écran.

Dawson vs. Stevenson le 8 juin à Montréal

Stevenson met kO au 6e round l’Américain Darnell Boone, vendredi

prudent. Au 5e, le fait saillant fut ce percutant crochet du gauche qui a envoyé Boone dans les câbles. On sentait que ce n'était plus qu'une question de temps si Boone ne répondait pas davantage. La fin est venue au 6e. L'oeil droit tuméfié, Boone n'a jamais vu venir les coups qui l'ont achevé. Un uppercut du gauche et un direct dévastateur ont permis à Stevenson de

savourer sa revanche. « Ça s'est passé comme je l'avais prévu », a lancé Stevenson pour ouvrir son point de presse après le combat. « Je l'ai atteint solidement et il a faibli lentement. Il a fini par tomber tout seul », a dit celui qui se préparera maintenant pour son duel du 8 juin, au Centre Bell, contre le champion IBF des mi-lourds, Chad Dawson. « C'est la prochaine étape. Je

Champion WBC des poids milourds, l’Américain Chad “Bad” Dawson (30 ans ; 1,85 m ; 31 victoires, dont 17 avant la limite, 2 revers et deux no-contest) défendra sa ceinture verte et or contre l’Haïtien Adonis “Superman” Stevenson (35 ans ; 1,80 m ; 20 succès, dont 17 expéditifs, 1 échec), le 8 juin au Centre Bell, à Montréal, une ville canadienne située dans la province du Québec. Ce duel de gauchers sera diffusé en direct sur HBO.

L’Américain Chad “Bad” Dawson

Une embauche controversée RAPHAEL FÉQUIÈRE

Le quotidien La Presse révélait mercredi l’association entre Jean Pascal et un entraîneur pour le moins controversé. Angel Hernandez, autrefois connu sous le nom d’Angel Heredia, est le nouveau préparateur physique de Jean Pascal.

L

e Québécois et son équipe ont défendu l’embauche de ce dernier. Au début des années 2000, monsieur Hernandez a fourni des produits dopants à une douzaine d’athlètes, dont Marion Jones, Justin Gatlin et Tim Montgomery. Par la suite, son témoignage dans l’affaire BALCO a servi à mettre à jour les pratiques et l’usage de produits dopants. « Oui, il a un passé controversé, mais je crois que l’erreur est humaine, soutient Pascal. Ce que j’aime de lui, c’est qu’il a admis son erreur. Il a voulu se reprendre. Ça s’est passé dans les années 2000, maintenant nous sommes en 2013. Il a tout mis derrière de lui et il travaille avec des athlètes propres. » « M. Heredia a été engagé pour son expertise comme préparateur physique. Il travaille aussi avec Usain Bolt et de grands athlètes dans différents sports », précise l’entraîneur du boxeur lavallois, Marc Ramsay. Jean

Jean Pascal

Pascal s’est toujours décrit comme un athlète propre. Cette embauche paraît donc contradictoire. « Je veux m’entourer des meilleurs et je crois qu’il est l’un des meilleurs de sa profession », dit-il. « Le gars s’est repenti, c’est un super préparateur physique, il n’y a aucune crainte pour Jean », assure Yvon Michel, président de GYM. Cette embauche rappelle que le phénomène du dopage est présent dans le monde de la boxe, comme l’ont prouvé les récentes suspensions. « Il ne faut pas jouer à l’autruche, il y en a. Mais dans le sport professionnel, nos méthodes sont préhistoriques », qualifie Ramsay. En vue de leur duel du 25 mai, Lucian Bute et Jean Pas-

cal se soumettront à différents tests antidopages, une initiative commune et unique, payée de leur poche. « Les deux vont être testés n’importe quand d’ici la revanche dans un an », confirme Yvon Michel. C’est un représentant du clan Interbox qui s’affaire présentement à trouver la firme indépendante responsable des tests antidopages de Bute et Pascal. La docteure Christiane Ayotte, qui est une référence en la matière, sera consultée à ce sujet. La régie québécoise des sports de combat ne peut superviser ce dossier présentement, car il faudrait amender la loi québécoise.

Défense de titre pour Nicholas Walters le 11 mai à la Jamaïque

Les rumeurs vont bon train au sujet d’un combat pour la première défense du titre WBA des poids plume entre le poulain de JDF, le Jamaïcain Nicolas Walters Axe Man » et peut -être Claudio Marrero ‘The Matrix’. Si un accord est conclu, il est prévu cette défense de titre le 11 mai à Kingston(Jamaïque). En compagnie d’Evens Pierre, Walters arrive ce mardi à Port-auPrince pour se préparer. Le Jamaïcain avait conquis son titre WBA des poids plume en battant par KO à la 7e reprise le Colombien D.Prescott le 8 décembre dernier.

LA GOUTTE D’OH! Vous avez dit 7 avril ? La commission d’organisation des compétitions nationales (COCON) a retenu la date du 7 avril pour ouvrir le championnat national de division 2. Seulement, les clubs engagés dans cette compétition sont loin d’être prêts pour le coup d’envoi. Les frais de participation leur paraissent énormes et ils ne semblent pas en mesure d’alléger leurs dettes vis-à-vis de la COCON. Celle-ci doit faire face aux frais pour les arbitres et les commissaires. Devant la précarité des moyens , il est gros à parier que la D2, dont le tirage au sort des rencontres n’a pas encore lieu, n’ouvrira pas ses portes le 7 avril comme annoncé. Chaque saison, on se retrouve devant le même handicap. Faut-il repenser le système pour faire jouer la D2, devenue un mal nécessaire dans le mécanisme de montée et de descente du championnat national ?


7

Mardi 26 mars 2013

Les Grenadiers mordent la poussière face aux Dominicains Ils ont dit

Q

ui l’aurait cru, la République dominicaine dont le sport roi est le baseball, ne se pose pas de question pour humilier la sélection haïtienne de football. Ainsi, pour son quatrième test match de l’année 2013, l’équipe haïtienne de football s’est inclinée pour une quatrième fois de suite. Elle s’est fait battre pour la première fois dans son histoire par la modeste équipe de la République voisine (3-1), mi-temps (2-0), dimanche 24 mars à l’Estadio Panaméricano de San Cristobal (Rép. Dom) devant un maigre public composé majoritairement d’Haïtiens. On aura tout vu avec cette sélection haïtienne de football entraînée par le technicien cubain, Israel Blake Cantero. A la recherche de son identité, et privée toujours d’une ossature, et ce, depuis sa qualification en décembre dernier pour la Gold Cup qui aura lieu aux USA du 7 au 28 juillet, la sélection nationale se trouve dans l’incapacité de gagner un test match. Ainsi, les rencontres se suivent et se ressemblent pour les Grenadiers. Les deux dernier matches disputés respectivement face à Oman, (0-3) le 20 mars, et celle contre la République voisine (1-3), le 24 mars en sont deux exemples parfaits. Cueillis à froid par les Dominicains en quête de leur première victoire face aux Haïtiens, les Grenadiers ont encaissé deux buts en première mitemps. Ce sont Kerbi Rodriguez et Jonathan Fana qui ont fait trembler les filets de Frandy Montrévil. On en reste là, et ce, à la surprise quasi générale pour le score à la mi-temps (2-0) en faveur des Quisqueyanos entraînés par l’entraîneur cubain, Domingo Hernandez. A la reprise, encore ce sont les joueurs de la République dominicaine qui allaient faire la différence en inscrivant un troisième but synonyme du KO (3-0). Mariano Diaz s’était chargé de corser l’addition, et ce, pour mettre à l’abri les siens en cas d’éventuel réveil des Haïtiens. Dominateurs en seconde période,

Peguero Jean Philippe, attaquant du Don Bosco

« Je dois remercier le grand Dieu pour avoir remporté cette rencontre. J’ai été absent face au Racing Club Haïtien. Ainsi, nous voulons gagner, et ce pour refaire à tout prix notre retard par rapport aux équipes de tête. Le championnat national est encore long et très long, nous jouons tout comme les autres équipes pour maintenir notre place parmi l’élite du foot national. On verra après ».

Une ancienne formation des Grenadiers

les Grenadiers n’ont fait que sauver l’honneur par le revenant en équipe nationale, Hérold Junior Charles. Ce dernier a inscrit en fin de match son but sur penalty, et en a profité pour réduire l’écart pour les siens, malmenés (3-1). Ainsi, Haïti n’est plus invaincue face à la République voisine. L’impensable est enfin arrivé, Haïti a bel et bien chuté face aux Dominicains. Le bilan est de 11 victoires pour les Grenadiers, 1 défaite, 2 matches nuls, 36 buts marqués et 9 encaissés. S’exprimant dans les colonnes du journal cubain, la Prensa latina, qui titrait “les footballeurs dominicains battent Haïti pour gagner la Copa Quisqueya”, le sélectionneur dominicain s’est dit très satisfait de ce résultat. « Nous pouvons faire de grandes choses. Je suis très satisfait de la prestation de mes poulains. Ils ont bien maîtrisé leur sujet. Ils ont fait preuve de concentration et d’attention », a commenté Domingo Hernandez. A en croire les dires de Luckner Horat Junior et de Hérold Junior Charles, Israel Blake Cantero est une nouvelle fois très déçu de ce résultat. « Nous avons commis trois erreurs défensives et les Dominicains ont profité pour inscrire trois buts. Pour le reste, nous étions dominateurs, malheureusement nous n’avions pas pu concrétiser nos diverses actions »,

a lâché le milieu de terrain de l’Aigle Noir AC. Signalons qu’il s’agit de la quatrième défaite des Haïtiens en quatre matches pour l’année 2013. Ils ont été corrigés (3-0) par le Chili, le 19 janvier, avant de subir la loi de la Bolivie (2-1), le 6 février. Tout récemment, soit le 20 mars, ils ont été laminés par la modeste équipe d’Oman (105e mondial) sur le score de 3-0 et quatre jours plus tard (24 mars), c’est au tour des Dominicains de faire voler en éclats la défense haïtienne (3-1). Au final, en quatre matches, les Grenadiers ont encaissé 11 buts contre deux inscrits. Dimanche 24 mars 2013 Estadio Panamericano de San Cristobal (Rép Dom) Rép Dominicaine - Haïti : 3-1 Kerbi Rodríguez, Jonathan Faña y Mariano Díaz (Rep Dom), Hérold Junior Charles P (Haïti) L’équipe haïtienne : Frandy Montrévil, Cap (GK).- Vaniel Sirin, Canès Jean Charles (Géraldy Joseph), Jean Garry Rubbin.- Wilberne « Fabregas » Augusmat, Jean Dany Maurice, Monumat Constant Junior, Hérold Junior Charles, Luckner Horat Junior.- Junior Alexandre (Spencer Désir) & Fritznel Louis. Légupeterson Alexandre/petoo76@aim.com petoo76@aim.com

Record

Messi peut dépasser Maradona

L

e footballeur argentin Lionel Messi (32 buts) peut égaler ou dépasser Diego Maradona (34) en nombre de buts inscrits pour l’Argentine, mardi contre la Bolivie, en match qualificatif de la zone Amsud pour le Mondial-2014 au Brésil. La vedette du FC Barcelone, 25 ans, totalise actuellement 32 buts en 78 sélections depuis 2005, mais à La Paz sa tâche sera compliquée par l’altitude (3.600 mètres). Maradona a inscrit ses 34 buts en 91 sélections, entre 1977 et 1994.

Hernan Crespo (35). Messi a encore marqué un but, sur penalty, vendredi à Buenos Aires contre le Venezuela (victoire 3-1) et délivré deux passes décisives à Higuain. Cette saison, Messi a pour l’instant inscrit 42 buts en Championnat d’Espagne. Maradona alors coach de LIonel Messi

Gabriel Batistuta, surnommé “Batigol”, reste le meilleur marqueur de l’Albiceleste avec 56 buts, devant

Peterson Jean, attaquant du Cavaly AS

« Je ne sais comment expliquer cette expulsion. Seulement, l’arbitre en question qui pouvait donner une explication adéquate. Comme vous voyez, le match était très équilibré avant ce carton rouge injustifié. Toutefois, je crois que le Cavaly AS a une équipe composée de très jeunes joueurs, nous pouvons tirer notre épingle du jeu dans les journées à venir ».

Ednerson Raymond, défenseur latéral du Baltimore SC

« Dans le football, il y a trois résultats, victoire, défaite et match nul. On a tout tenté pour remporter la victoire, mais la chance n’était pas de notre côté. Je tiens à féliciter le Racing Club Haïtien. Le prochain match sera un rencontre à gagner absolument pour rester en contact avec les équipes de tête. Contrairement à ce que pensent les gens, le Baltimore SC est très motivé à l’idée d’offrir du spectacle aux amants du ballon rond ».

Zile Rodney, capitaine du Racing Club Haïtien

« Ça été toujours un mythe en faisant croire que le Racing Club Haïtien ne pouvait pas gagner à l’occasion de son anniversaire. Le mythe est tombé. Nous allons savourer cette défaite et en profiterons pour fêter en grande pompe l’année ramenant le 90e anniversaire de l’équipe. Je demande aux fans de l’équipe de continuer de nous supporter et de nous encourager en vue de remporter la compétition cette saison ». Propos recueillis par Légupeterson Alexandre /petoo76@aim.com


8

26 Mars 2013 No 826

JEUX - 71 MOTS CACHÉS

Les mots peuvent figurer dans tous les sens : horizontalement, verticalement, en diagonale, de haut en bas et vice versa, de droite à gauche et inversement. Les six lettres restantes désignent l’unité monétaire principale de la Russie et de l’Ukraine et de la Biélorussie. G

M

A

G

I

C

I

E

N

U

A

U

R G

1

E

D

S

B

I

R

E

G

A

R

D

E

B

U

T

R

E

T

O C

T

E

L

O

B

A

D

I

G

E

O

N

E

C

R

O

C

E

4

O

B

I

B

N

A

R

D

A

I

A

O

A

E

B

E

B

T

5

H

I

N

L

E

B

E

U

G

T

L

M

G

N

I

L

E

U

K

R

E

I

A

T

A

O

U

L

U

R

G

E

E

C O

6

C U

I

U

U

D

T

O

R

N

R

U

I

O

O

N

S

H

S

O

N

O

E

N

A

M

A

I

B

R

C

N

R

E

I

E

B

B

I

F

E

I

G

A

F

E

A

E

I

O

G

S

C

R

A

9

O

G

R

A

C

E

G

L

R

C

M

R

M

D

E

P

I

T

10

V

I

L

L

A

Z

R

E

F

C

A

E

I

R

E

X

O

B

11

T

N

E

G

A

U

E

G

A

O

G

M

E

E

P

I

E

U

V

I

R

E

R

I

B

M

L

S

I

A

S

F

U

R

E

T

N

O

S

I

A

R

R

E

A

T

B

N

E

P

I

C

E

E

I

S

S

U

E

S

B

E

B

E

E

L

E

R

U

S

S

A

E

S

E

N

I

T

A

M

R

P

E

V

A

N

G

I

L

E

F

E

T

E

R

A

D

I

N

N

I

R

A

M

O

N

D

E

R

E

T

U

E

U

Q

U

I

T

T

E

C

N

E

S

B

A

ÉGARD ÉPICÉE ÉPIEU ÉVANGILE FARAUD FÊTER FLEGME FOURNIL FURET GODET GROGNE GRUAU INDIEN ISSUES MAGICIEN

MARIN MATINES MONDE PENSÉE QUEUTER QUITTE RADIN RAISON SBIRE TIMIDE VILLA VIRER

MOZAIC

Le jeu consiste à replacer les pastilles octogonales dans les emplacements vides de manière à former des mots en lisant dans le sens des aiguilles d’une montre, en commençant par la première pastille en haut. Le premier mot est déjà en place, il suffit de compléter les autres. Il y a des définitions pour vous aider à identifier chaque mot. : Placard. : Ville des États-Unis, dans l’Oregon. : Ville de France. : Gaine, étui servant d’enveloppe pour un objet de même forme. : Personne qui patine.

LA

BE

PA

PO

TI

NE

AU

UR

RT

FO

RE

IE

A

ER

C

D

E

7

8

9

10

11

12

12

Horizontalement 1 - Filet de pêche. Apprécié. 2 - Creusé. Maximes populaires. 3 - Béryllium. Couvrir. 4 - Adversaire. Tueur. 5 - Ruisselet. Fait de combiner différents éléments. Préfixe privatif. 6 - Chef apache mort en 1908. Ride. 7 - Conformité. Disposé. 8 - Acte. Attrapé. 9- Grand arbre de l’Inde. Subi. 10 - Tissu de coton pelucheux. Mordant. 11- Exclamation attribuée à Archimède. Longue pièce de bois. 12- Épreuve. Désavantageais. Verticalement 1 - Ligne d’un mur mitoyen séparant deux bâtiments d’inégale hauteur. Tache lumineuse. 2 - Allée. Joyeux. 3 - Six. Venelles. 4 - Couettes. Terme de tennis. 5 - Issu. Personne qui donne des conseils. 6 - Rencontres. Article espagnol. 7 - Termes utilisés principalement par les taoïstes. Conscience. Boisson alcoolisée. 8 - Cinglé. Tétas. 9 - Rang de pieux fichés en terre pour former une digue. Rémunération. 10 - Ville de Hongrie. Supplierai. 11- Propres aux esclaves. Deux fois. 12- En matière de. Adeptes.

SOLUTION JEUX - 70 1

3 4

7

B

6

8

6

ND

5

7

5

PE

4

3

2

FO

3

2

T

BERGAMOTE BIENS BIGAME BIKINI BLEUE BOLET BOUCHOT BOXER CARGO CISELÉ COTER DÉBUT DÉPIT ÉCORCE ECZÉMA

2

1

O

ABATAGE ABRUTI ABSENCE ABSOUTE ACCOSTÉ AGENT AGONIE AGRONOMIE AIRER ALLURE AMÉRICIUM ASSURÉ BADIGEON BALAFRE BÊCHER

A B C D E

MOTS CROISÉS

8 9 10 11 12

MOTS CROISÉS

1

2

3

N A V A R I N S H A S E

E V E G E V A S E P E L

G O R G E R P C I P P E

4

L I S E A E P I N E L I

5

6

I G N E L L N E A E S E S I E R O O I N L E S T

7

E I A R R E T O S E P T

Pour toutes suggestions écrivez-nous à couleurproduction@yahoo.fr Couleur Production

8

9

N T I O B R E E E R S O T O O L C A T T R E E X

10

11

12

S N E M M P O I R E C T

S I V E M E S E R A C E

R E V U E T R I M E S

MOTS CACHÉS GENTILLY

MOZAIC A : ITALIQUE B : MÉDIÉVAL C : ABÂTARDI D : SCÉLÉRAT E : ARTÉRIEL


Magguie Rigaud femme aux mille saveurs