Issuu on Google+

NO 749 - 27 novembre 2012

5 numéros par semaine • 10.00 gourdes le numéro

Beljazz

relève le défi ! Cars and Coffee au Cercle Bellevue

Micky, l’homme du Real


2

27 novembre 2012 No 749

L’acteur Larry Hagman, le JR de «Dallas», est mort L’acteur américain Larry Hagman, qui incarnait le célèbre «JR» dans la série américaine Dallas, est mort d’un cancer de la gorge à 81 ans, a-t-on appris vendredi 23 novembre. «Il était entouré de ses proches, a déclaré sa famille dans un communiqué. Cela a été une mort paisible, comme il l’a souhaité.» L’acteur avait livré bataille dans les années 1990 contre un cancer et des cirrhoses du foie, après des années d’une consommation abusive d’alcool. Egalement producteur et réalisateur, Larry Hagman était né le 21 septembre 1931 à Fort Worth (Texas), non loin de Dallas, ville à laquelle son nom est désormais associé. Larry Hagman était devenu une vedette aux Etats-Unis dans les années 1960, grâce à son rôle dans la série humoristique «I dream of Jeannie» (Jinny de mes rêves), mais c’est le personnage John Ross (JR) Ewing, homme d’affaires machiavélique et sans scrupules, dans Dallas, qui l’a rendu célèbre dans le monde entier. La série fit les beaux soirs de la télévision américaine de 1978 à 1991 et elle a été diffusée dans le monde entier dès les années 1980.

«L’IGNOBLE JR»

Vingt ans plus tard, «l’ignoble» JR est

revenu au petit écran dans une suite de la série avec la crème de la distribution originale, son épouse trompée et bafouée Sue Ellen (Linda Grey) et le gentil Bobby (Patrick Duffy), accompagnés désormais de leurs enfants. La chaîne câblée TNT avait en effet décidé de relancer la série à succès, symbole des années 1980. Près de sept millions de téléspectateurs regardent le nouveau Dallas. Linda Gray, qui jouait le rôle de sa femme, Sue Ellen, dans la série américaine à succès, se trouvait aux côtés de l’acteur lorsque celui-ci est décédé. «Larry

12,800 Hagman a été mon ami meilleur ami pendant trente-cinq ans (...) Il apportait la joie à tous ceux qu’il connaissait. Il était créatif, drôle, aimant et talentueux. Il me manquera énormément», a-t-elle déclaré dans un communiqué.

FANS

Anédie est fiancée ! Notre miss vedette n’est plus un cœur à prendre. Bon, ça on le savait déjà, puisque sur les réseaux sociaux elle était déjà toute « lovy dovy » avec son mignon Babou, avant de partir pour le Japon, le mois dernier. Mais ce lundi matin, sur Facebook, le statut social de la jeune femme est passé de « est en couple avec » à « est fiancée à » ! Anedie, qui est rentrée du concours Miss International ce weekend, est porteuse de bonne nouvelle. Serait-ce le parfait amour pour la miss Haïti International ? Si oui, on lui veut tout le bonheur du monde ! L’heureux élu est donc Babou Doura (son nom sur facebook). Ne vous inquiétez pas, on vous promet bientôt tout sur le fameux couple et leur love story. En espérant que le mariage sera l’EVENEMENT de 2013, on leur souhaite déjà de vivre heureux et d’avoir beaucoup d’enfants ! PS : On voudrait bien voir la bague, chère Anedie… GCA

L’agenda de Péguy Les heures passent, les minutes filent ; elles sont aussi pressées que nous d’être à la fin de l’année. Mais le temps n’attendra pas que vous vous remettiez de votre week-end très mouvementé. Reprenez des forces, attaquez-vous à la semaine et retrouvez votre aplomb pour les prochaines activités. Samedi, L’ANAFAH (Association nationale des femmes d’affaires d’Haïti) organise une collecte de fonds pour se procurer de nouveau. Les femmes vous attendent à Le Villate ce jour-là pour vos dons et promettent de vous amuser avec Boukman Eksperyans et Boulot Valcourt. A compter de 7 h 30 p.m.

Une publication de Ticket Magazine S.A.

DIRECTEUR DE LA PUBLICATION Frantz DUVAL RÉDACTEUR EN CHEF SECRÉTAIRE DE RÉDACTION Marie-Brunette B. MAINSOUR Gaëlle C. ALEXIS RÉDACTION Joël FANFAN Dimitry Nader ORISMA Gilles FRESLET Daphney Valsaint MALANDRE Myria CHARLES Winnie Hugot GABRIEL Teddy Keser MOMBRUN Elisée Décembre Junior Plésius Louis Peguy Flore Pierre Raphaël Féquière Enock Néré Légupeterson Alexandre

Le Pen Club Haïti reçoit à son bar l’écrivain Louis-Philippe Dalembert pour la vente-signature de son dernier ouvrage. Thomassin 32. Suivez les flèches indicatrices.

CORRECTION Jean-Philippe Étienne

No Passeport édition noir et blanc au Pétion-Ville Club sur la route de Bourdon à côté du domicile de l’ambassadrice américaine. Artistes invités : James Germain et un invité surprise. USD 10 ou HTG 500 après 11 h p.m.

CRÉATION ARTISTIQUE Responsable graphique Réginald GUSTAVE Stevenson Estève Photographes Frederick C. ALEXIS Homère CARDICHON Jules Bernard DELVA Moranvil MERCIDIEU Yonel Louis

Au Vert Galant, soirée cabaret avec Haïti Spectacle, 8 h 30 p.m. 81, avenue Lamartinière, Bois-Verna. Dimanche, Yanick Lahens, Marvin Victor, Lyonel Trouillot ainsi que des comédiens vous invitent à vous joindre à eux à Le Bar, au 56 ruelle Waag, Port-au-Prince. Un nouveau lieu de rendez-vous des écrivains, hommes de lettres et amants du livre. Le car show renvoyé à plusieurs reprises se tiendra finalement. Au Cercle Bellevue, de 8 h du matin à 4 h de l’après-midi. Venez voir les vieux volants d’Haïti au son de la musique de DJ Food. A l’auditorium de Sainte Rose Lima, « Jugez-nous ». Une représentation théâtrale. Lalue, au niveau de l’avenue Christophe. HTG 600. 4 h p. m. Lundi, démarrez votre semaine avec de la comédie aux Quatre Chemins. Le départ aura lieu avec la parade traditionnelle à l’IFH à 2 h p. m. Péguy F. C. Pierre

Publicité: 2941-4646 publicite@lenouvelliste.com Rédaction: 2945-4646 / 3806-3717


27 novembre 2012 No 749

3

Micky, l’homme du Real

Avec Cristiano Ronaldo en background, le président est bien fan du Real Le président Martelly lors de sa première visite au stade Bernabeu du Real de Madrid en juillet 2011. Le 17 novembre 2012 il a assisté au match Real vs Athletico. C’était sa deuxième visite.

Le président Martelly en compagnie du président du Real de Madrid et son maillot spécial # 1 et sa plaque d’honneur

Qu’en est-il de Mystik 703 ? Ded Kr-Z vient de sortir « Pa Anmerde’m ». Rien qu’à ce titre, on s’est abstenu de le contacter pour parler de Mystik 703, le groupe qu’on n’a pas entendu depuis près de deux ans, quoique ses chanteurs sont très actifs. K-libr travaille sur la sortie prochaine de sa mixtape, tandis qu’après la vidéo de « Adan Mizik la » extrait de son album commun avec Ded, on n’entend plus parler de Eud. Les dernières nouvelles font croire que Ouragan réside désormais à l’étranger ; là, plus besoin de vous faire un dessin. Ils ne cessent de promettre que le quatuor restera soudé en dépit de tout. Que la scission qui met d’un côté la Princesse Eud et Ded Kr-Z et de l’autre K-libr et Ouragan n’est qu’une stratégie pour mieux vendre les potentialités de chacun des membres du groupe. Ded et Eud ont fait un tabac avec leur album « Limyè wouj » pour l’une ou l’autre raison ; ils ont surclassés, voire mis K.O., l’album Knock Out de leurs compagnons K-libr et Ouragan en matière de ventes et d’affiches. Le deuxième tandem est passé telle une lettre à poste. Pour l’instant, Ouragan s’est installé à New York, et rien n’est encore dit officiellement sur le sort

du groupe. On attend des explications, qui viendront peut-être. Eud a rejoint le groupe en 2009, après des featuring réussis. Elle installe sa voix sur l’album « Décennie » avec la grâce d’une princesse avant conduire Ded dans une grande aventure qui les emmèneront un peu partout dans le monde, sur la majorité des continents, comme des hors-la-loi qui ne s’arrêtent à aucun feu, même pas au rouge. Leur succès a ramené bien de questions sur la table. Est-ce que ça ne va pas plus loin que la musique ? Est-ce que cela ne va pas causer la dissolution du groupe mère ? Le manager Loulou supporte les deux camps, il est tantôt avec Ded et Eud, tantôt avec K-libr et Ouragan avec la même détermination. Il est apparemment le seul mobile qui donnerait l’espoir que le groupe survit malgré tout. K-libr n’a pas tardé à prendre des décisions. Sa musique est bonne, mais il lui manque quelque chose qu’il va chercher à West-I, une structure d’encadrent artistique ayant à sa tête Lynda D’Meza. A West-I, K-libr se libère, s’exprime, devient meilleur sur scène, il renforce les structures de K.O.labo Records, son studio d’enregistrement aux projets qui débordent. Il prend un manager personnel et fait l’avant-première de sa mixtape au Parc Historique de la Canne à Sucre, lors de la finale du concours Banm Hit, le 24 novembre dernier. Finalement Ded Kr-Z vient de sortir

« Pa Anmerde’m», un texte qui en dit long, qui présente un homme décidé à se prendre en main sans se soucier de l’opinion des autres. Une chanson qui annonce ses projets personnels parallèlement à sa collaboration avec Eud (Limyè Wouj). Il affirme que ses projets solos ne vont à l’encontre du bon fonctionnement ni de Mystik 703, ni de son duo avec Eud : « Avec Eud, on travaille sur la vidéo de «Mwen anviw», on est affiché dans presque chaque week-end et on voyage beaucoup. Les gens doivent seulement savoir qu’un élément au sein d’un en-

semble peut avoir ses idées personnelles sans impliquer le reste. » Concernant l’avenir de Mystik 703, rien n’est clair. « Il y a K-libr, Eud et moi qui sommes en Haïti. Ouragan est à New York. Nous ne comptons pas relancer le groupe n’importe comment. Sans sponsor surtout », nous dit Ded. Mais au train où vont les choses, on se demande si Mystik n’est pas sur le rail du démantèlement définitif. Plésius Junior LOUIS (JPL 109) junior.jpl007@yahoo.fr


4

27 novembre 2012 No 749

Beljazz relève le défi ! Environ quatre ans après avoir fait sortir son premier album studio, « Van vire », en 2008, et surtout après le départ de Pipo du groupe en 2010 au profit de Nu-Look, Beljazz, emmené par Ralph Ménélas, vient tout juste de sortir son deuxième disque. Intitulé « Sa ka rive », ce cd de onze titres a pris trois ans de préparation. La vente-signature a eu lieu le samedi 17 novembre dernier à Hollywood Live, en Floride, et plusieurs centaines de fans y ont participé. Dans une interview qu’ils nous ont accordée, Ralph Ménélas, maestro et guitariste du groupe, et Josué Saintine se disent satisfaits de leur nouvel opus. Présente-nous l’album et ses producteurs.

Le CD compile onze morceaux, qui sont « Pibèl pirèd » (featuring Izolan), « Prekosyon », « Ranje mach ou », « Sa ka rive », « Fè byen », « Solitude », « Pa pale’n mal », « In love », « Ramase kò’w », « Fanm mizè’m », et « Bagay malheur ». Les coproducteurs sont Ricot Amazan, Dano et moi, Ralph Ménélas. Donc, c’est unique Beljazz qui a produit son album. Beaucoup de gens pensaient qu’après le départ de Pipo, Beljazz n’existerait plus, tu penses avoir relevé le défi après la réalisation de « Sa ka rive » ? Je pense que le défi avait déjà été relevé avant même la sortie de l’album (rires).

vire » aux autres albums que sortiront Beljazz. Parce que non seulement c’était un autre chanteur, mais, aussi nous grandissons au fil des années, nous gagnons en expérience. Alors, sortir un album comme « Van vire » ne montrerait aucun signe de progression. Et, personnellement, je n’ai jamais produit un album qui ne soit pas de qualité.

Pourquoi « Sa ka rive » comme titre de l’album ? Cela peut arriver que quelqu’un s’en aille et que Beljazz continue d’exister ! (rires) A vrai dire, « Sa ka rive » est l’un des morceaux de l’album. C’est l’histoire d’un coureur de jupes qui tombe amoureux pour la première fois. J’aime tellement cette chanson que j’ai titré l’album « Sa ka rive ».

Est-ce qu’il est aussi de qualité que le premier intitulé « Van vire », avec des morceaux à succès tels que « Ou fou pou li », « La femme de Comment s’est passée la vente-simon patron »... ? Je ne voudrai jamais comparer « Van gnature de l’album le 17 novembre

dernier à Hollywood Live ?

Les amateurs de bon compas ont fait le déplacement en grand nombre pour nous supporter. Les responsables de Hollywood Live étaient tellement contents qu’ils nous ont proposé le club pour d’autres activités du même genre.

Y aura-t-il une vente-signature en Haïti aussi ?

Oui, on y travaille. Je viendrai en Haïti avec le staff managérial cette semaine pour planifier une conférence de presse. Ensuite, il y aura une vente-signature en janvier en Haïti, à Paris, en Martinique et à New York.

Et pour la vidéo ?

On y travaille actuellement. Après le carnaval, nous lancerons une autre. Nous n’avons pas encore décidé avec quelle morceau, mais c’est avec une autre musique love que nous réaliserons cette vidéo.

Joshua Bon Chwa ! Il est l’un des chanteurs-vedettes de Beljazz. Son nom est Josué Saintine, mais il se fait appeler Joshua Bon Chwa. Après avoir roulé sa bosse au sein de différentes formations musicales, il a rejoint Beljazz le 12 juillet 2012. Satisfait on ne peut plus, Joshua a interprété plusieurs chansons sur l’album « Sa ka rive ». Il nous en parle.

ou » et « Fè byen », et pour les autres, je chéris « Solitude », « In love » et « Sa ka rive ».

Combien de chansons as-tu interprétées sur l’album ?

J’ai commencé à chanter à l’église avec mon petit frère Junior qui est le chanteur de Nu-Dore. Mais dans le compas, j’ai commencé avec un groupe qui s’appelait Bizou. Il n’a pas fait grand impact, mais plusieurs fans avaient commencé à découvrir mon talent. Ensuite, j’ai retrouvé D-Zine, Fuzion 1, avec Laporte, et Fuzion 2 avec, Bato et Elie Lapointe, avant de rejoindre Beljazz. J’ai aussi collaboré avec beaucoup de grands groupes musicaux. Gilles Freslet (gillesfreslet@yahoo.fr)

Quand et comment tu as intégré Beljazz ?

C’était le 12 juillet 2011. Ti Tanbou de T-Vice m’avait demandé de donner un coup de main à Beljazz.

Tu as fait plusieurs expériences dans la musique ?

Cinq : « Pibèl pirèd » (featuring Izolan), « Prekosyon », « Ranje mach ou », « Fè byen », et « Ramase Kò’w ».

Penses-tu que toi et l’autre chanteur du groupe, Alain, feront oublier Pipo avec cet album ?

Pipo est l’un des grands chanteurs dans le showbiz et il est l’originalité de Beljazz. Je n’oserai jamais dire que nous allons faire l’oublier, mais j’estime que nous avons fait du bon travail sur cet album.

Quels sont les morceaux que tu préfères ce disque ? Parmi ceux que j’ai chantés, j’aime beaucoup « Prekosyon », « Ranje mach

Qui sont les musiciens de Beljazz actuellement ?

Ralph Ménélas (maestro), Levelt Vital (guitariste), T-Doo (gongiste), Ti Poosh (percussions), Dano (keyboardiste), Claudy Alexandre (bassiste), Joshua et Alain (chanteurs).

Qui est maestro Ralph Ménélas ?

Ralph est né d’une famille de musiciens issus de Les Ambassadeurs. Il a commencé à faire de la musique dès son enfance. Le premier groupe dans lequel il a joué fut « Seewell » de New York avec Kenny Desmangles, Gérald Kebreau et Théophile Jadotte a.k.a. Theo de Kreyòl La. Après avoir quitté New York pour Miami, en 1995, il a intégré Masaj ; ensuite il a rejoint Zenglen. Le chanteur a collaboré avec le groupe 509 (Five’O Nine) avant de finalement de retrouver Beljazz. Gilles Freslet (gillesfreslet@yahoo.fr)


27 novembre 2012 No 749

5


6

Mardi 27 novembre 2012

Championnat national de D2/2e phase/13e journée

La situation devient corsée 8 matches au programme, 3 seulement disputés intégralement, 2 non joués et 3 discontinués la 13e journée de la 2e phase du championnat national de D2 ouvre la voie sur une dernière journée corsée et surtout sur une obligation pour la commission d’Organisation des compétitions nationales (COCON) de sévir rapidement et avec rigueur pour sauver la compétition. Dans le Groupe Nord

En arrivant trop tard respectivement à Limonade et à Saint-Louis du Nord, l’AS Verrettes et le Roulado faussent un peu la compétition. Leader du groupe avant la journée avec 18 points, AS Limonade et ASSL peuvent se retrouver aisément en tête du classement avec 21 points et une victoire sur tapis vert, ce qui serait préjudiciable à des formations comme Eclair des Gonaïves et l’AS Riveartibonitienne. C’est donc une question de timing qui ouvre la voie à la série des matches non disputés dans le Nord. Le Roulado de la Gonâve qui devrait jouer face à l’Association Sportive de Saint-Louis du Nord au parc Nelson Petit-Frère de Saint-Louis du Nord est arrivé trop tard pour que la rencontre ait lieu. Les arbitres n’ont pu que constater l’absence de la formation visiteuse à l’heure prévue pour la rencontre. Personne au Roulado n’a expliqué cet accroc fait aux normes de la compétition, et il revient désormais à la Commission d’organisation des compétitions nationales de se prononcer sur ce cas. Même situation dans le cas de l’Association Sportive des Verrettes qui devrait rencontrer l’Association Sportive de Limonade. La formation des Verrettes est arrivée en retard au parc Sainte-Anne de Limonade où la rencontre aurait dû se tenir, ce qui obligera les responsables de la Commission d’organisation des compétitions nationales (COCON) a prendre une décision. Mais quelle décision ? La conjugaison de ces deux retards simultanés sur le terrain des deux leaders de la compétition à deux journées de la fin devrait faire l’objet d’une observation particulière et même d’une enquête afin de déterminer les causes de ces retards avant même de décider d’attribuer match gagné sur tapis vert aux formations qui recevaient. Le Roulado de la Gonâve et l’Association Sportive des Verrettes n’effectuant pas le voyage vers ces destinations pour la première fois, donc ils n’ignoraient pas de combien de temps ils auraient besoin pour se rendre sur le terrain où ils allaient évoluer. Si les formations receveuses ne sont nullement responsables, à priori, de l’absence de leur adversaire

Aristilde Wilguens et Morin Junior (photo Yonel Louis)

sur leur pelouse à l’heure indiquée, il est nécessaire de faire quelque chose pour ne pas fausser la compétition.

Eclair encore en lice

En battant le Panthère Noire 2-1 dimanche au parc Vincent des Gonaïves, l’Eclair des Gonaïves est parvenu à maintenir ses chances intactes de jouer les demi-finales du championnat national de D2 qualificatives pour la montée en D1. Avec 20 points désormais, les Gonaïviens se trouvent provisoirement en tête de la compétition en attendant la décision qui sera prise à propos du double retard sur la pelouse des deux leaders. Quant à l’Association Sportive Rivartibonitienne, elle a pratiquement fait ses adieux à la course pour la D1 en concédant le nul 0-0 dimanche sur sa pelouse du parc Louis Lamartinière, face à l’Association Sportive de Dessalines. Avec désormais 17 points, l’ASR ne peut plus espérer grand chose. L’AS Dessalines nourrit quand même un faible espoir dans la mesure où avec ses 15 points elle compte un match en discussion qui pourrait porter son total à 18 pts, ce qui ne l’écarterait pas complètement de la course à la promotion en D1.

Résultats de la 13e journée dans le groupe Nord

ASSL – Roulado de la Gonâve (NJ) AS Limonade – AS Verrettes (NJ) AS Riveartibonitienne - AS Dessalines 0-0 Eclair des Gonaïves – Panthère Noire 2-1

Classement après la 13e journée

1 – Eclair des Gonaives 20 pts 2 – AS Limonade 18 pts pour 12 matches 3 – AS Saint-Louis 18 pts pour 12 matches 4 – AS Riveartibonitienne 17 pts 5 – Roulado de la Gonave 15 pts pour 12 matches

6 – Panthère Noire de Liancourt 15 pts 7 – AS Dessalines 15 pts pour 12 matches 8 – AS Verrettes 14 pts pour 12 matches

Dans le Groupe Sud

C’est le motif d’abandon de terrain qui a été à l’ordre du jour dans le groupe Sud. Au parc Dupin Castor Fils d’Aquin, les joueurs de la Juventus des Cayes ont évoqué une question de « pois gratté » (feuilles qui provoqueraient des démangeaisons) pour abandonner le terrain alors que leur formation était menée 0-2. Coleaders de ce groupe en compagnie du Racing Club Haïtien, de l’Inter de Grand-Goâve et de l’AS Petit-Goâve avant cette 13e journée une défaite des Cayens hypothèquerait sérieusement leur chance de rester dans la course pour la montée. Déjà certains dirigeants du club évoquent même leur regret d’avoir fait ce qu’il fallait pour accéder en D1 et de se voir échouer en si bon chemin. De toute façon la COCON devrait sévir là aussi. A Cabaret, c’est le public qui, estimant que le portier du Roulado de Source Matelas est coupable du but concédé face au Racing Club Haïtien qui menait alors 1-0, a décidé d’infliger une bonne correction au joueur et contraint les arbitres à mettre fin à la rencontre. Les deux formations étaient à 0-0 lorsque le Racing Club Haïtien est parvenu à ouvrir le score. La COCON devra, là encore, sévir et décider de l’issue de cette partie.

ASPG impérial

L’AS Petit-Goâve a réalisé un authentique exploit dimanche en allant dominer l’Inter de Grand-Goâve au parc Ferrus de Grand-Goâve. Coleader de la compétition avant cette 13e journée avec 19 points, les PetitGoâviens ont tout simplement donné une leçon de football aux Grand-Goâviens montrant ainsi non seulement

une grande force de caractère mais aussi confirmant leur ambition de jouer parmi l’élite, la saison prochaine. Avec cette importante victoire, l’Association Sportive de Petit-Goâve a fait un pas décisif vers les demi-finales de la compétition ne laissant à l’Inter de Grand-Goâve de Wilfrid Montilas qu’une mince chance de jouer sa promotion sur la dernière journée.

La Police nationale jette l’éponge

En ne prenant qu’un petit point, 0-0, sur la pelouse de l’US Dufort samedi, Police nationale d’Haïti n’est plus dans la course cette saison. Avec 16 pts à une journée de la fin, les hommes de l’ordre ne peuvent nourrir l’ambition d’une promotion que la saison prochaine. Quant à l’US Dufort son rêve de D1 cette saison s’était envolé depuis longtemps.

Résultats de la 13e journée de la 2e phase dans le groupe Sud

US Dufort – Police nationale d’Haïti 0-0 Inter Grand-Goâve – AS PetitGoâve 0-3 AS Aquin – Juventus des Cayes 2-0 et discontinué Roulado Source Matelas – Racing Club Haïtien 0-1 discontinué Classement du groupe Sud après la 12e journée 1– AS Petit-Goâve 22 points pour 11 matches 2– Racing Club Haïtien 19 pts pour 12 matches 3– Juventus des Cayes 19 pts pour 12 matches 4– Inter de Grand-Goâve 19 pts 5– Police nationale d’Haïti 16 pts 6– Roulado de Source Matelas 14 pts pour 12 matches 7- Association Sportive d’Aquin 14 pts pour 11 matches 8 – Union Sportive de Dufort 11 pts Enock Néré/nereenock@gmail.com twitter : @nenock


7

Mardi 27 novembre 2012

Boxe / Exercice 2012-2013

Les activités de boxe amateur reprennent Combat de Vertières , Caravane, le tournoi des pays créolophones, la Fédération haïtienne de boxe amateur (FHBA) a du pain sur la planche pour cette fin d’année 2012 où nos boxeurs sont très sollicités pour prendre part aux différents rendez-vous nationaux et internationaux.

Le public avait fait le déplacement en nombre imposant à l’occasion du “Combat de Vertières” au cap-Haïtien, le 18 novembre dernier

A

près la place Carl Brouard où a eu lieu le lancement de la « Caravane », la place Jérémie a été le théâtre ce dimanche de la 2e journée de ce genre de compétition, mis sur pied par la FHBA afin de donner beaucoup plus de visibilité à la pratique de la boxe amateur et également rendre beaucoup plus compétitifs nos boxeurs en prévision des grands rendez-vous à honorer sur la scène nationale et internationale. Le public, et plus particulièrement les passionnés du noble art, avait fait le déplacement en nombre imposant pour assister à la 2e journée de la « Caravane » au cours de laquelle plusieurs combats ont eu lieu dans les différentes catégories. Comme c’était le cas pour la 1ère journée, l’attraction de la 2e a été sans aucun doute, la très bonne exhibition fournie par la classe infantile, tant au niveau masculin que féminin, exhibition ovationnée de la part du public. La relève est d’ores et déjà assurée à condition bien sûr que ces jeunes boxeurs parviennent à conserver l’élan et qu’au niveau de la Direction technique nationale (DTN), de la fédération, les activités se multiplient question de maintenir ces jeunes boxeurs dans le bain. « La FHBA fait face à de sérieux problèmes d’ordre financier, quant à pouvoir les maintenir dans le bain de la compétition », nous ont déclaré Daniel Pierre Eddy et Julien Philippe, respectivement président et secrétaire de la fédération. Jusqu’à date, le financement de

la « Caravane » a été rendu possible grâce à la SOGEBANK, au ministère de la Jeunesse et des Sports, à Capital Coach Line, à Bongu, à la CNE et aux Archives nationales. La FHBA s’attend à ce que d’autres commanditaires suivent la voie afin d’honorer certains grands et importants rendez-vous comme le tournoi des pays créolophones prévu la deuxième semaine du mois de décembre, à Saint-Martin. « C’est un devoir pour nous d’être présents à ce tournoi d’autant plus qu’à l’occasion de la réunion, Haïti aura à soumettre sa candidature pour l’organisation de la prochaine édition l’année prochaine », a par ailleurs indiqué Daniel Pierre Eddy. Ce dernier n’a pas le sommeil très tranquille à force de penser justement à ce déplacement pour Saint-Martin. Bon nombre de sponsors contactés en la circonstance au niveau des secteurs concernés tardent toujours à répondre à la FHBA pour le voyage de la délégation. Avec les moyens du bord la fédération essaie tant bien que mal de respecter son agenda d’activités pour l’exercice 2012-2013 où mis à part la « Caravane », elle est parvenue à la réalisation de la 1ère édition du « Combat de Vertières », qu'a eu lieu le 18 novembre dernier sur le place dédiée aux Héros de l’Indépendance, à Vertières. Pourquoi Vertières ? Daniel Pierre Eddy déclare que l’organisation de pareille activité rentre dans le cadre du programme de développement et structuration de la

CE QUE JE PENSE Raymond Jean-Louis

Pour une liaison des fédérations

I

ls sont en minorité les groupements sportifs qui s’arrangent pour éviter les flèches de la paralysie. Au cœur de cette société où l’on progresse surtout au niveau des défaillances, les tentatives visant le redressement se heurtent fréquemment aux poids lourds trainant les idées contraires. A la recherche de solutions, on a essayé plusieurs formules, on a organisé des forums, on a fait des gymnastiques intellectuelles ; mais la solution-remède ou la solution-miracle se fait toujours attendre. Elle est peut-être cachée quelque part dans l’imagination d’un penseur qui tarde à se manifester. La réalité prouve que les belles paroles, les promesses et les chandelles ne suffisent pas. Ce sont plutôt les actions concrètes, appuyées par la volonté de se dépasser, qui pourront guider les responsables sur les avenues conduisant à l’aménagement des structures. Dans cette conjoncture, il ne faut pas s’attendre à un cadeau des dieux du Sport pour planter de nouveaux jalons sur la terre sportive haïtienne, occupée en majeure partie par de mauvaises herbes. D’autant que, désorientées par certains agissements scandaleux, les ‘’ divinités sportives’’ ont, semble-t-il, mis le cercle du Sport national en quarantaine depuis les premières manifestations des saisons grises. Car, comme la marée sportive sur cette terre aride, les dieux ont soif et attendent peut-être le retour du bon sens et des bonnes manières pour remonter sur cette glissante scène où beaucoup d’acteurs se comportent en ‘’ figurants’’. Au cours des dernières années maigres, des propositions sont passées chez nous comme une lettre salée à la poste. Pourtant, certaines d’entre elles étaient porteuses d’espoirs. Malheureusement, elles se sont révélées inefficaces face aux fréquentes offensives des forces négatives. Puisqu’on recherche des

boxe à l’échelle nationale. La FHBA s’attend à ce que le suivi de l’activité soit respecté au Cap-Haïtien après son très grand succès si bien que beaucoup de jeunes de la métropole du Nord manifestent déjà le grand désir de s’adonner à la pratique de la boxe. Une visite d’inspection est en train d’être planifiée au Cap-Haïtien pour l’organisation de séances de formation pour cadres techniques et administratifs, visant à la création de clubs et dans un proche avenir d’une ligue capable de prendre les destinées de cette dis-

solutions, les sportifs ne désarment pas et les idées continuent à germer. Chaque association sportive ayant son lot de problèmes, les uns plus épineux que les autres, il est temps que les fédérations sportives se retrouvent au sein d’une organisation spéciale, en vue d’adopter une stratégie commune pour la relance. D’où la ‘’Liaison des forces sportives pour le redressement’’ espérée par la plus vaste colonie du pays. Si les fédérations acceptent de se liguer pour déraciner les plantes qui ne génèrent que des épines, ce serait alors une nouvelle fenêtre ouverte sur l’avenir. L’histoire de notre peuple a prouvé a plusieurs reprises que le collectivisme a permis à notre pays de réaliser de sonnantes performances. La ‘’ Tribune des fédérations sportives’’ ou ’’l’Alliance des forces sportives ‘’, le nom importe peu. L’essentiel, c’est de chercher ensemble de nouvelles voies pour sortir de l’impasse. Organisationnellement, on verrait par exemple 3 fédérations réunies pour une manifestation sportive. Compte tenue des faiblesses de notre Sport à l’heure actuelle, l’avenir dépend surtout de la conjonction des idées. Une conjonction qui favoriserait ’’l’Union des fédérations sportives haïtiennes’’. Cette nouvelle proposition jetée dans le champ des idées, ce n’est pas seulement une ‘’chance qui passe’’ ; c’est surtout une ‘’ chance à prendre’’ pour nettoyer enfin cette boutique. Les ténors de la déviation vont peut-être placer cette éventuelle alliance face au COH, pour continuer à gérer la confusion. Pour contrer cette éventuelle attaque, il est important de préciser que ce ‘’ collectif’’, tout en rapprochant les dirigeants de toutes les disciplines, contribuerait à renforcer les relations entre les fédérations et le Comité Olympique Haïtien. Raymond Jean-Louis.

cipline dans le grand Nord.

Le président de la FHBA saisit de l’opportunité pour remercier

La présidence. Le ministère de l’Intérieur et des Collectivités territoriales, SOGEBANK, CNE, ministère de la Jeunesse et des Sports, BONGU, Capital Coach Line qui ont contribué à rendre possible cette manifestation au cours de laquelle 14 combats, dont deux ont été organisés dans la catégorie féminine. Emmanuel Bellevue/Manubellevue@yahoo.fr


8

27 novembre 2012 No 749

Cars and Coffee au Cercle Bellevue le 25 novembre 2012

Admirez cette flotte !!!

Une Chevrolet 1938 avec son propriétaire et une hôtesse

Une Ford modèle T 1927

Honda Accord 1995, avec un moteur traffiqué modèle 2002

Une moto entièrement faite en Haïti par Claude Séide

Une superbe Chevrolet, à l’ancienne

Les hôtesses de la journée

La Dune Buggy qui a eu du succès

Une Mini MG année 1964


Beljazz relève le défi