Issuu on Google+


2

29 septembre 2012 No 714

Arly, un autre projet parallèle à Nu-Look !

Les jours de Nu-Look sont-ils comptés ? Maestro Arly Lavière décide de mener des activités musicales actives parallèlement à Nu-Look, comme l’avait fait Alan Cavé avant l’effondrement du groupe Zin ? Définitivement, Arly Larivière est plus que jamais dans le show business. Car l’idée qu’il caressait et qui le tentait longtemps est actuellement en phase d’exécution. Après le succès du programme qu’il animait le vendredi 21 septembre 2012 dernier au Karibe avec ses amis dont Tom Michell, Shedly Abraham, Ti Harold, Ralph Condé et Norman, notre source nous avait appris que le maestro aurait l’intention de mettre fin à l’existence de Nu-Look pour faire un autre mouvement qu’il appellerait Arly, tout simplement. Il était même bruit que ce vendredi-là serait la dernière prestation du maestro avec Nu-Look avant de tourner cette page. Nous avions aussi appris que ce sont ses amis précités qui l’accompagneraient à Arly & Friends. Des informations auraient même fait croire qu’il ait déjà appelé Hugline Jérôme de Dream Promo pour être (son manager ?) sa représentante en Haïti. Nous avons essayé de joindre Hugline à ce sujet, mais elle n’était pas disponible. Cependant Arly Larivière a accepté de s’exprimer sur ce dossier sensible. Le maestro déclare que Nu-Look c’est Arly et Nu-Look est un groupe qui joue du compas et qui a beaucoup de fanatiques. Contrairement aux informations, il ne va pas mettre fin à l’existence de Nu-Look. Néanmoins, il a confirmé qu’Arly et Nu-Look sont deux projets différents.

10,745

FANS

Dans une interview qu’il nous a accordée le jeudi 27 septembre 2012, Arly Larivière explique qu’il a pris cette décision parce qu’il y a beaucoup de demandes vis-à-vis de ces compositions. « Pendant les soirées de Nu-Look, le public sollicite toujours la plupart de mes compositions. Voilà pourquoi j’ai décidé de vendre Arly, qui ne va aucunement déranger Nu-Look, a indiqué le maestro. Donc, à Arly, ils pourront s’asseoir et écouter toutes mes chansons à succès.  » Toutefois, l’interprète de « A qui la faute » tient à préciser que le projet « Arly » n’est pas la fin de Nu-Look ! Il faut dire que beaucoup d’observateurs sont très sceptiques au projet d’Arly, qui pourrait s’avérer fatal pour NuLook. Certains évoquent des idées d’intérêts pécuniaires.

Une publication de Ticket Magazine S.A.

DIRECTEUR DE LA PUBLICATION Frantz DUVAL

Gilles Freslet (gillesfreslet@yahoo.fr)

RÉDACTEUR EN CHEF

L’agenda de Péguy «Ohé! Ohé! C’est la rentrée », chante les petits souliers. Impatients de galoper♪♪♪ … Vous vous souvenez sans doute de cet air que vous chantiez en chœur enfant encore. Ah ! Qu’elle est loin cette belle époque ! Si vos enfants, neveux, petits cousins ou frères l’entonnent le cœur léger, pour vous c’est le glas qui sonne la reprise des activités coutumières de la rentrée avec son lot de tracasserie. Jour J-5. Ne trainez plus les pieds. Vous aurez peut-être envie de vous laisser bercer par des voix mélodieuses, une douce harmonie ou l’arrangement enchanteur de nos musicales ? Quatre fois plutôt qu’une. Mercredi, Kayèl comme à l’accoutumé sera au Quartier Latin. A compter de 8 h p.m. Kay Stanley pour du jazz ; le même rythme mais de nouveaux airs. 8 h p.m. Avenue Lamartinière. Jeudi, toujours pour adoucir votre humeur en préparation à la tourmente de la rentrée, mangez une bonne salade complétée avec un smoothie à Sankofa Salad, 43 angle rue Rigaud et Rebecca. Commandez celles qu’on vous propose ou composez la vôtre. Vendredi, c’est le lancement du festival culinaire Gouts et Saveurs. Les gourmands en auront pour leur panse, les fins gourmets délecteront leur palais. Une soirée dégustation, USD 60, au Karibe. Rencontrez les différents chefs et faites-vous plaisir. Juvénat 7. A Le Villate, Kephny Eliacin et Vanessa Jacquemin, tous deux chanteurs de jazz, présentent un concert sélect, accompagnés d’artistes invités. Ce sera une surprise. 8 h p.m. Admission : HTG 1000. Rue Villate, (la même rue qu’Epi d’or) Pétionville. Pour quelque chose de plus hot : electro, house… Le Cosmopolitain sur la rue Panaméricaine, en face de Muncheez, vous convie à son «White Party » avec Franco The Saint, Ted Bounce, Steezy, Fullblast et Hot. USD 20 l’entrée uniquement pour ceux qui ont et sont au-delà de leur 18 ans. A compter de 9 h p.m. Samedi, soyez de ceux qui prendront part au déjeuner et à la dégustation du Chef Ron Duprat à La Réserve. Appelez le plus tôt possible, car les places sont limitées. 2 rue Marcel Toureau, Berthé, Pétionville ; 29 40 01 90 ; 20 46 11 11. Dimanche, c’est le brunch au Kinam hôtel avec les chefs Marckens isidor et Alain Lemaire. La réservation est obligatoire. Péguy F. C. Pierre peguyfcpierre@gmail.com

SECRÉTAIRE DE RÉDACTION Marie-Brunette B. MAINSOUR Gaëlle C. ALEXIS RÉDACTION Joël FANFAN Dimitry Nader ORISMA Gilles FRESLET Daphney Valsaint MALANDRE Myria CHARLES Winnie Hugot GABRIEL Teddy Keser MOMBRUN Elisée Décembre Junior Plésius Louis Peguy Flore Pierre Raphaël Féquière Enock Néré Légupeterson Alexandre CORRECTION Jean-Philippe Étienne CRÉATION ARTISTIQUE Responsable graphique Réginald GUSTAVE Stevenson Estève Photographes Frédérick C. ALEXIS Homère CARDICHON Jules Bernard DELVA Moranvil MERCIDIEU Yonel Louis Publicité: 2941-4646 publicite@lenouvelliste.com Rédaction: 2945-4646 / 3806-3717


29 septembre 2012 No 714

Tamara Suffren

chante Lespwa Originaire de Port-au-Prince, âgée de 24 ans, Tamara Suffren s’impose peu à peu dans la chanson haïtienne par sa façon de faire. Elle charme à tous les coups. Grande complice de Wooly Saint-Louis Jean depuis quelques années, et nouvelle collaboratrice de Manno Charlemagne, Tamara a décidé finalement de réaliser son propre disque. Intitulé « Lespwa », cet opus sortira sous peu. Au cours d’une interview qu’elle nous a accordée, l’artiste, à cœur ouvert, nous en parle.

Où et quand as-tu commencé à chanter ? J’ai commencé à chanter à l’Église de Dieu en Christ qui se trouve à la rue Charlotin dès l’âge de 7 ans. Tu accompagnes toujours Wooly Saint-Louis, parles-nous de ta rencontre avec lui ? Je l’ai rencontré à l’Institut Français d’Haïti le 21 juin 2006. C’était à l’ occasion de la fête de la Musique. Comment le considères-tu ? Wooly est un père, un membre de la famille, j’ai grandi avec lui. Je me sens très bien avec lui. Maintenant que je chante seule, je ne me sens pas affaiblie pour autant : je fais une autre expérience. Parle-nous de ton album ? L’album sortira entre février et mars 2013. Il s’intitulera « Lespwa ». Le public y retrouvera douze musiques avec des textes de Syto Cavé, Georges Castera, James Noël, Carlo Cavé et des mélodies de Wooly Saint-Louis, Boulo Valcourt et de moi, Tamara. Pourquoi « Lespwa » comme titre de ce cd ? Parce que « Lespwa » est l’une des musiques que j’aime le plus sur l’album. Le texte, qui est de Georges Castera, parle d’Haïti. Il m’a beaucoup marquée. Tu peux nous donner quelques titres ? Il y aura dessus « Salon pèp », « Zanmi », « Limit Solèy » de Boulo Valcourt, « Batistè » de Wooly ,et « Petite fleur » de Henry Salvador... J’y ai repris aussi des chants traditionnels comme «  Latibonit, « Larèn  Solèy » et une berceuse créole, « Dodo titit », arrangés par des musiciens étrangers comme Pierre Vaiana et Salvatore Bonafere, deux Italiens. C’est un album un peu jazz et surtout tambours. Je chante l’amour. Je chante aussi pour les enfants. Tous les autres musiciens qui participent à l’album sont des étrangers tels que Nicolas Thys, Michel Seba, des musiciens belges et un Africain, Zoumana.

Pourquoi tous ces étrangers sur ton album ? Parce j’ai enregistré l’album entier à l’étranger, et je n’ai pas eu la possibilité de voyager avec des musiciens haïtiens. De plus, la compagnie qui produit l’album a son propre studio, alors, j’en profite. Quelle est cette compagnie ? Ce disque sera produit par Igloomundo avec la participation de Talia ASBL, une maison de production belge. Qui distribuera ton album en Haïti ? Je ne sais pas encore, mais nous sommes en discussion là-dessus. Qui est ton manager ? Je n’ai pas de manager en Haïti mais j’ai un directeur artistique qui cherche les dates. Il s’appelle Pierre Vaiana. C’est le saxophoniste qui joue sur l’album. Chantes-tu aussi le compas ? Oui. Parfois, un petit peu. Ça fait longtemps qu’on demandait un album de toi, est-ce cette raison qui t’a poussée à le faire ? C’est en partie ça, mais avant tout, je voulais avoir un album signé Tamara. As-tu quelqu’un dans ta vie ? Oui. Il s’appelle Johnson St-Cyr. Est-il musicien comme toi ? Oui. Il joue de la basse. Il joue avec moi très souvent. Je le connais bien. Ce n’est pas mon premier copain. Nous nous sommes rencontrés dans le milieu musical. Parle-nous de tes projets immédiats ? Je pars pour la Belgique la semaine prochaine pour finaliser l’album. Mais dans le cadre de la francophonie, j’ai des concerts à donner un peu partout notamment en Belgique et en Afrique. Gilles Freslet (gillesfreslet@yahoo.fr)

3


4

29 septembre 2012 No 714

Goût et saveurs lakay

Goût et saveurs Lakay

une affaire de goût 23 chefs et 18 restaurants. Une aventure culinaire unique ce vendredi 28 septembre au Karibe. Sous la houlette de chefs cuisiniers d’Haïti et d’ailleurs, la soirée de dégustation pour le lancement de Goût et saveurs lakay, qui va se poursuivre avec la Semaine des Restaurants et prendre fin le dimanche 7 octobre avec le spécial BBQ à Wahoo Bay avec les chefs T-Georges et Stéphane, promet déjà une bonne deuxième édition de la fête de la gastronomie. C’est la fête au Karibe ce vendredi soir. La fête de la bouffe. Du bien-manger. La bande rara qui anime la cour donne le ton aux invités dès qu’ils passent l’entrée. Le fumet qui émane de la grande salle de réception du Karibe Convention leur sert de guide vers les tables où des mets aux allures plus alléchantes les unes que les autres sont exposés. Brouhaha de voix, musique locale en fond, ambiance bon enfant, odeurs salivantes, tout porte à la gourmandise. Adieu régime et bonnes résolutions. Surtout quand on tombe sur un stand comme celui du chef Ti-Georges. Sourire facile et généreux, difficile de résister à son poulet offert avec tant d’insistance.

Chef Ti-Georges est un grand mangeur. « C’est bien de créer ces genres d’initiative », me dit Carl-Éric  Staco de Chic Poulet, sponsor fier. « Ce n’est que le début, je n’ai encore aucune raison de me plaindre », ajoute, sourire aux lèvres, le responsable des ventes de cette nouvelle compagnie qui vend des poulets locaux nourris de grains et sans aucune insertion d’hormones. Les chefs semblent s’être passé le mot. «  Nous sommes satisfaits ! », me disent à tour de rôle les chefs Stephan, Christian et Ron. Les invités paraissent tout aussi comblés. L’exclamation enthousiaste de Didier Lebret, ambassadeur français en Haïti me parvient : « Je

Christian Forais maître du sucré Christian Forais n’est pas un homme bavard. Pourtant il est chef et professeur. Disons plutôt qu’i n’aime pas trop parler de lui. Ses réponses très brèves à notre questionnaire, nous démontrent sans l’avoir rencontré que les interviews ne sont pas sa tasse de thé. Master chef pâtissier et spécialiste dans tout ce qu’y a rapport au sucre et à l’art, Christian Forais nous revient de la France. Avant de dédier tout son talent à former la nouvelle génération de grands chefs pâtissiers, il a eu une carrière exceptionnelle au sein des meilleurs hôtels, restaurants et pâtisseries en France et au monde. Il a notamment travaillé pendant dix-huit ans dans le prestigieux Hôtel Ritz de Paris comme Chef Pâtissier de l’hôtel (neuf ans) puis comme Chef Pâtissier Formateur de l’Ecole Ritz Escoffier (neuf ans). D’un caractère généreux, chef Forais tient à transmettre son savoir, ses connaissances et sa passion à la nouvelle génération. Il a formé depuis plus de vingt ans des centaines de professionnels et entrepreneurs de ce secteur partout dans le monde. Par ailleurs, nombreuses sont les personnalités de la vie artistique, culturelle et politique qui ont fait appel à lui afin d’apprendre l’art de la pâtisserie auprès de l’un de ses meilleurs ambassadeurs. Visitant Haïti pour la deuxième fois

- Misol Chevalier, du Café de l’Europe, l’avait sollicité une fois déjà -, Forais pense que la cuisine haïtienne est belle et pleine de saveurs. Quand Johanne Buteau et Chef Stéphane l’invitent à nouveau à Goût et saveurs lakay, le pâtissier saute sur l’occasion. « Je viens faire une démonstration culinaire de pâtisserie », confie-t-il. Depuis plus de vingt ans, Christian Forais expose de foire en foire. Il est depuis un grand habitué et un professeur reconnu en France. Auteur de plusieurs livres de pâtisserie à succès, membre de l’Académie Culinaire de France et membre de l’Académie national de cuisine (de France), Christian se dit heureux de cette initiative de foire gastronomique en Haïti. « C’est une bonne chose », écrit-il, laconique. Que compte-t-il apporter à ce festival, Christian Forais répond aussi brièvement et précisément que les précédentes : « Mes connaissances et la culture française ». GCA

veux goûter à tout ! » Une invitée végétarienne se plaint toutefois du peu de cas qui a été fait des non-consommateurs de viande. « Faudrait y penser la prochaine fois, mais c’est une belle initiative », continue-t-elle de bon cœur. En attendant, moi, je m’empresse d’attraper çà et là des petites bouchées. Le tchaka et le poulet au café du chef Patricia de le P’tit Creux, les crevettes de chef Tony de la Réserve et le fameux poulet de chef T-Georges. Hmmm ! Je m’en lèche encore les doigts, et mon estomac boude pour le peu qu’il reçoit. Avec regret, je me résigne à filer pour le journal vous rapporter cette soirée qui ouvre la semaine gastronomique. Il ne me reste donc qu’à vous souhaiter bon appétit ! Pour ceux qui ont raté cette superbe soirée, ce n’est pas perdu ; la fête continue dans les meilleurs restaurants de la place jusqu’au 7 octobre prochain. J’en connais qui ne monteront pas sur leur balance la semaine prochaine ! Daphney Valsaint Malandre


29 septembre 2012 No 714

5

Port Morgan a séduit

Miss Anayizz

Dans l’espace enchanteur de l’hôtel Port Morgan à l’Ile à Vache, les dix finalistes du concours de beauté et d’intelligence, Miss Anayizz, créé par Beaudor Communication, ont passé un séjour de rêve. Plage, piscine, nature, feu de camp, un package décontractant pour sélectionner l’ambassadrice de la Couronne : Phédia Bazile. L’ambassadrice de la Couronne est une rubrique créée par les organisateurs de Miss Anayizz et son sponsor la Brasserie la Couronne, pour honorer une des dix finalistes du concours de beauté. A ce titre, l’image et la voix de Phédia Bazile sera utilisée sur tous les supports publicitaires de la compagnie jaune.

5 des finalistes de Miss AnayizZ

Catia Delva

Maliana Jean

Marie-Lourdes Piercilus

Emmanuela Joseph

Mickency Jean Paul

Cottecheese Pierre, Nadine Salomon et Tamarade Léona Lima de la Brasserie La Couronne, membres du jury de Miss Couronne à Mis

Carla Léonard, présentatrice


6

Mercredi 26 19 septembre 2012

T-Parc Rony Colin/Vacances d’été/12e édition

Promesse d’un ministade à Bon Repos La douzième édition du championnat des vacances d’été de T-Parc Rony Colin a pris fin dans la soirée du dimanche 23 septembre 2012 sur la promesse de construction d’un mini-stade en Plaine du Cul-de-Sac.

A la remise des médailles et trophées aux meilleurs joueurs et aux équipes championnes et vice-championnes de la 12e édition du championnat des vacances d’été à T-Parc Rony Colin, le jeune fils et conseiller du président de la République, Olivier Martelly, a fait rêver le public de Bon Repos, en Plaine du Cul-de-Sac. Le promoteur du programme « Foutbòl pou chanjman » a promis d’œuvrer à la transformation du Parc Rony Colin en un ministade. La promesse d’Olivier Martelly a été accueillie par une foule en liesse qui assistait aux sacres de « Fugi for life » emmené par le vieux briscard Bruny Pierre-Richard et Taw Taw de Bon Repos. Ces deux équipes remportent respectivement le trophée de la 12e édition du traditionnel championnat organisé par la fondation Rony Colin et du tournoi dénommé « Back to school » de la même organisation. « C’est un terrain réglementaire situé sur la route qui mène à Onaville. S’il bénéficie comme promis de l’appui du programme Foutbòl pou chanjman, ce sera pour le bonheur de la Plaine du Cul-de-Sac et du football haïtien en général », a indiqué Rony Colin, en marge de la cérémonie de remise des trophées qui s’est tenue en présence du député de PétionVille, Fredly Georges ; du directeuradjoint du ministère de la Jeunesse, des Sports et de l’Action civique Ernst “Nono” Jean-Baptiste, d’Olivier Martelly et Ronald “Roro” Nelson. Sur ce terrain, a tenu à souligné Rony Colin, dans le temps se jouaient des matches de ligues et du championnat national féminin. Liga

Le capitaine Bruni Pierre Richard, capitaine de Fuji for life heureux avec son trophée (Photo : Carlo Junior Cardichon)

Emmanuel Bellevue manubellevue@yahoo.fr

Ibra et Sarkozy voisins Rony Colin remettant la médaille de distinction à Olivier Martelly (Photo : Carlo Junior Cardichon)

Mourinho et Kaka continuent à s’ignorer Share on printShare on viadeoShare on favoritesShare on emailShare on facebookMore Sharing Services0 Kaka et José Mourinho sont décidément bien fâchés. Sorti en seconde période après avoir inscrit un hat-trick contre les Millionarios (8-0), le meneur de jeu du Real a tout simplement ignoré José Mourinho alors qu’il a salué l’ensemble des joueurs sur le banc. Mourinho lui, n’a même pas croisé le regard du brésilien .

Bien avant le déroulement de la finale qui a réuni les formations de Fuji for Life et Continental de Carrefour Shada, T-Parc Rony Colin regorgeait de spectateurs venus s’amuser follement dans cette fête. Ils ont pu apprécier la performance de 14 formations musicales, un DJ d’occasion du nom de Claudy Mix, un show de Weelie, et pour finir, de superbes chorégraphies (sur fond de musique techno) réalisées par le groupe New Mighty Dance. Fuji For Life s’est adjugé le titre de champion de cette 12e édition après avoir battu Continental (3-1), alors que pour la finale rentrant dans le cadre du tournoi “ Back To School “, Taw Taw de Santo triompha d’Ifoksa de Bon-Repos (1-0). A l’initiative de la Fondation Rony Colin et de Radio Télé Zénith, Fuji For Life, championne de l’édition, a reçu une prime de 100 000 gourdes et Continental, vice-championne, 50 000. De son côté, Taw Taw, pour sa victoire, a reçu 50 000, gourdes tandis que 25 000 ont été attribuées à Ifoksa dont les joueurs promettent de faire mieux lors de la prochaine édition du championnat. D’autres primes allant au meilleur gardien, au meilleur joueur, au meilleur entraîneur de la compétition ont été remises par le comité organisateur. Avant de laisser tomber le rideau sur cette 12e édition de championnat de vacances d’été, Rony Colin, P.D.G de Radio Télé Zénith, s’est vu offert la médaille de distinction des mains d’Olivier Martelly, pour son dynamisme visant à aider les jeunes de la zone à se démarquer d’activités malsaines.

L’attaquant du PSG Zlatan Ibrahimovic (30 ans, 5 matchs et 7 buts en Ligue 1 cette saison) risque de croiser un fan un peu particulier chaque fois qu’il promènera le chien. Le quotidien Le Parisien nous apprend en effet ce vendredi matin que le buteur suédois a enfin trouvé une maison à Paris, et que celle-ci est située dans le voisinage de l’ancien président de la République Nicolas Sarkozy, supporter du club de la capitale, et de son épouse Carla Bruni. Zlatan pourra peut-être lui donner des conseils pour éviter les défaites.


7

Mardi 18 septembre 2012 Mercredi 26 septembre 2012

Football feminin

Les Tigresses provisoirement leader

Coup franc des Tigresss, synonyme de but contre Perles noires (Photo; Yonel Louis)

Essentiel dans le groupe Sud et Tigresses dans le groupe Nord se sont imposés respectivement 3-1 aux dépens d’Anacaona et 2-1 aux dépens de Perles Noires, jeudi, en match avancé comptant pour la 2e journée du championnat de football féminin. Si Essentiel disputait sa première rencontre de la saison, les Tigresses sont déjà provisoirement leader du groupe Nord. Essentiel a battu, jeudi, Anacaona de Léogane 3-1 en match comptant pour la 2e journée du championnat national de football féminin dans le Groupe Sud, au stade Sylvio Cator. La meilleure joueuse de la saison dernière, Nerlande Emmanuelle a réalisé un doublé dans cette partie pour la toute première sortie de son club. C’est l’ancienne joueuse de Valentina, Delius Widdad, qui avait permis à Essentiel de mener 1-0 en ouvrant le score à la 22e minute. Si la formation de Rolny Saint-Louis n’a pas offert à ses fans le spectacle espéré, il reste qu’elle fait une bonne entrée en matière. Lors de la première journée, son adversaire, Aigle d’Or avait refusé de jouer pour cause de non disponibilité de Yolande Mérone en attente de régularisation de son retour de prêt au club. Dans le groupe nord, les Tigresses ont eu toutes les peines du monde pour venir à bout des Perles Noires 2-1 en match comptant pour la 2e journée et disputé au stade Sylvio

Cator. Cueillies à froid sur une réalisation de Lormicia Nicolas profitant d’une erreur de positionnement de Gina Montinard, les Tigresses ont mis du temps à réagir avant que Joanne Schmidt Charles n’égalise sur un coup franc excentré en fin de première période. Le 2e but de la saison de la native de Hinche pour remettre les pendules à l’heure permit aux deux formations de rentrer aux vestiaires avec un score de parité 1-1. Quoique pressurées, les Tigresses ont pu faire la différence en seconde période. Et c’est la revenante, Kensy Bobo, qui, de retour à la maison après une saison à Valentina, inscrit le but de la victoire d’un coup de tête imparable en fin de match. Les Perles Noires, sans vraiment posséder de grandes individualités, à part leur portière et leur dossard 7, montrent pourtant un projet de jeu intéressant et avec un peu plus d’expérience, pourraient devenir la révélation de la compétition. Le reste du calendrier de la 2e journée se présente comme suit Dans le groupe Nord Jeudi 27 septembre Stade Sylvio Cator AS Tigresses – Perles Noires 2-1 Samedi 29 septembre Terrain Damien Aigle Brillant – Jongleuses de Saint-Marc Parc Saint-Victor du Cap-Haïtien Jongleuses du Cap-Haïtien – Valentina Dans le groupe Sud Jeudi 27 septembre Stade Sylvio Cator Essentiel – Anacaona 3-1

Samedi 29 septembre Stade Sylvio Cator Amazones – Aigle d’Or Parc Saint-Jean de Gressier AFSCAR – Olympia des Cayes Rappel : Tout avait commencé le vendredi 21 septembre au stade Sylvio Cator avec le coup d’envoi de la première journée du championnat national de football féminin qui avait été donné, sans les joueuses ayant défendu les couleurs de l’Indiana FC, et qui avait opposé Valentina à Aigle Brillant. Valentina avait battu Aigle Brillant 3-1 en match d’ouverture de la saison 2012, au stade Sylvio Cator. Deux rencontres étaient au programme de cette journée d’ouverture. Essentiel dans le groupe Sud devait affronter l’Aigle d’Or. Valentina devait affronter l’Aigle Brillant dans le groupe Nord. Les Dirigeants de l’Aigle d’Or ayant choisi d’une part de ne pas aligner leur équipe ensuite de demander à ce que la COCON ne programme pas leur formation tant qu’ils n’auront pas des explications plus claires sur l’indisponibilité de leur attaquante Yolande Mérone, une seule rencontre a eu lieu. Sous l’arbitrage de Vanette Lapaix, Adeline Saintilmond comme capitaine de Valentina et Jésula Léoné comme capitaine de l’Aigle Brillant furent les premières à guider leur troupe vers la ligne de départ de la course au titre 2012. Si l’Aigle Brillant avait assuré la première mise en jeu de la saison, c’est Adeline Saint-Ilmond qui, en bonne capitaine, inscrivait le premier but de la saison en transformant un penalty à la 28e minute. Ketia Charles ayant égalisé

pour l’Aigle Brillant quelques minutes plus tard, les deux formations sont rentrées aux vestiaires avec un score de parité 1-1. Guerda Marcellus dit « Dinausore » en a profité pour écoper le premier carton jaune de la saison à la 36e minute. En seconde période, Valentina parvenait à faire la différence sur une première réalisation intéressante de Gina Coultard avant de sceller définitivement la messe en fin de match sur une réalisation de Adeline Saint-Ilmond. Valentina s’impose 3-1 et prend la tête du groupe Nord. A noter que dans ce groupe composé de AS Tigresses, Aigle Brillant, Valentina, Perles Noires, Jongleuses du Cap-Haïtien et Jongleuses de SaintMarc, les Tigesses sont allées battre les Jongleuses du Cap-Haïtien 2-0, samedi, au parc Saint-Victor, grâce à Joanne Schmidt Charles et à Mona Bercier alors que mardi 25 septembre, Perles Noires est allé s’imposer 1-0 sur les Jongleuses de Saint-Marc au parc Levelt. Dans le groupe Sud, si l’Aigle d’Or n’avait pas défié Essentiel vendredi, Olympia des Cayes aurait quand même effectué le déplacement samedi sur la pelouse de l’Anacaona de Léogane qui s’est imposé 4-1 à Brache. Dans la dernière rencontre du groupe Sud, AFSCAR a concédé le nul 1-1 face à l’Amazone samedi au parc Saint-Jean de Gressier Enock Néré nereenock@gmail.com

Brésil : un Neymar crucifié fait scandale D’habitude, c’est plutôt lui qui “crucifie” les gardiens adverses. Mais cette fois, l’attaquant du FC Santos Neymar (20 ans, 9 matchs et 8 buts en championnat brésilien cette saison) se retrouve bien crucifié, au sens propre du terme, en couverture du numéro d’octobre de la revue sportive brésilienne Placar. Un montage que le directeur de la publication du magazine Mauricio Barros, cité par plusieurs quotidiens espagnols, justifie par les multiples attaques dont fait actuellement l’objet l’international brésilien, accusé de constamment simuler. “Ce photomontage stigmatise le lynchage public dont est victime Neymar”, explique-t-il. Problème, les autorités religieuses du pays n’ont évidemment pas apprécié que l’image du Christ soit ainsi détournée et ont fait part de leur indignation. Au moins, cette fois, Charlie Hebdo n’y est pour rien.


8

29 septembre 2012 No 714

« Dis-moi comment recevoir », rubrique hebdomadaire, informe sur les notions de convenances. L’intérêt des lecteurs, me conduit au début, a accentué plutôt sur l’art et les manières de la table. Mais, comme le logo le mentionne, le suivi des articles élaborera aussi sur l’art vestimentaire, les comportements sociaux et l’étiquette du monde professionnel.

Quand les hauts parleurs aviseront le départ, on garde la ligne en ayant en main les documents nécessaires, et on ne se bouscule pas :

À ce niveau l’avion ne partira pas sans vous. Une fois qu’on localise ses malles, on s’approche du tourniquet. On ne bouscule pas les gens pour les récupérer, et si par mégarde, on pousse, même légèrement quelqu’un, on s’excuse rapidement. Un chariot est disponible, mais dans certains pays comme le nôtre, ce n’est pas un service gratuit.

Article 14

COMPORTEMENT À L’AÉROPORT Haïti est un pays où les insulaires voyagent le plus souvent en avion. À l’aéroport, carrefour cosmopolite, même si on ne connaît personne, il est recommandé d’avoir le meilleur comportement. À savoir qu’en projetant une image négative de sa personne, on sera indexé non seulement à niveau personnel, mais aussi catalogué par pays ou par ethnie. Ce point de rencontre, où les nations se croisent, devrait être le plus confortable possible.

Arrivé au comptoir d’enregistrement, on veille à ce que son passeport et son billet soient déjà prêts en vue de faciliter l’hôtesse qui se doit d’être active pour mieux servir les autres passagers.

Une fois arrivé à l’aéroport, les agents de service ne devraient pas se disputer les malles d’un passager. Ils doivent plutôt se mettre au service du voyageur de manière polie, puis attendre son autorisation avant de s’emparer de ses bagages. Le dynamisme est nettement différent de l’agressivité. Une balance à la maison est très importante, elle permet au voyageur de contrôler pour mieux s’accommoder au poids requis par la compagnie aérienne. Le surplus taxable fait que le voyageur a tendance à vider sa malle pour renflouer une autre. C’est très mal vu dans un aéroport.

L’employé ne doit ni rechigner, ni discuter le pourboire, qu’il soit satisfaisant ou pas. Un agent de service dans un aéroport devrait être formaté pour accepter ce qu’on lui donne et se contenter de remercier toujours avec un grand sourire.

Une fois à l’intérieur, on fait la queue. On attend son tour pour le comptoir d’enregistrement, sans essayer de dépasser les voyageurs déjà en ligne. On ne se met pas de travers pour ne pas causer de désordre. On avance progressivement en gardant ses malles à son niveau tout en évitant de gêner les autres ou de les couder.

Quelle que soit la contrariété, on recommande de garder son calme et de régler son différend sans élever la voix pour ne pas gêner son entourage. Le contrôle de soi est un signe de respect envers les autres.

BONNES MANIERES

• Si un pourboire est jugé raisonnable par le voyageur mais insatisfaisant par l’employé, qui en plus veut soutirer un surplus, le bon comportement demande qu’on ne le rabroue pas et qu’on l’ignore en affichant sourire et froideur. • Lors du contrôle du bagage à main, les douaniers doivent effectuer leur vérification dans la plus grande discrétion afin de ne pas exposer au public les objets intimes d’un passager. • Un voyageur ne s’assoit pas par terre, ni se déchausse. On ne fume pas non plus en salle d’embarquement. • Il arrive parfois qu’à force d’être trop coincé dans une ligne qu’on coude ou frappe les gens. Alors, on s’empresse de s’excuser rapidement en toute humilité. Un sourire sincère accompagnant ce geste calme toutes les irritations.

Conseils

Le voyageur doit toujours suivre les consignes de sécurité sans répliquer. Actuellement un service de fouille des malles est obligatoire avant d’arriver au comptoir d’enregistrement. Ne soyez pas contrarié en jugeant que cela vous fatigue. C’est pour une sécurité plus performante. Facilitez plutôt ce contrôle en répondant aux questions de l’inspecteur par des réponses précises.

Si l’on accepte l’aide d’un préposé pour le transfert des malles au premier poste de contrôle, il faut le rémunérer par un pourboire convenable.

100 gourdes à partir de deux malles

En définitive, chez nous, une révision des comportements du staff aéroportuaire s’avère nécessaire pour une image plus représentable et respectable de notre pays. La première impression reste en mémoire. Ainsi, il est impératif de structurer l’aéroport de manière que celui qui débarque ne subisse aucune forme d’agression dès le premier contact avec le pays. Quel que soit le niveau, le professionnalisme s’impose.

LE SAVIEZ-VOUS? À l’immigration depuis l’événement du 11 septembre, il faut se déchausser. Il serait plus hygiénique de donner des protèges afin de ne pas mettre les pieds au sol. Dans certains pays européens le matériel est disponible.

Saviez vous qu’un ambassadeur n’est pas seulement celui délégué officiellement par un pays avec des lettres de créances. Tout ressortissant d’un pays devient son ambassadeur. Ainsi, il lui incombe de se distinguer, parce qu’en terre étrangère, un mauvais comportement d’une seule personne suffit à faire catégoriser tout un peuple. Prochaine rubrique : plusieurs couverts à table, lequel choisir ?

Les formalités sitôt remplies, le voyageur peut visiter les magasins. Cependant, une fois dans la salle d’embarquement, on s’assoit. On évite les va-et-vient, souvent gênants pour l’entourage, et on dispose les bagages à main de manière ordonnée près de soi afin de ne pas gêner le passage.

Pour contacter l’auteur : dismoicommentrecevoir@yahoo.com www.magalypelissier.weebly.com Sur Twitter : dismoicommentrecevoir


Tamara Suffren chante lespwa