Issuu on Google+


2

15 septembre 2012 No 704

Kate Middleton seins nus à la Une du Magazine Closer La presse people française aura damé le pion aux tabloïds britanniques. Closer fait sa une, vendredi, avec des photos de Kate Middleton, seins nus. Les clichés ont été pris pendant que le prince William et sa femme étaient en vacances dans le Luberon, chez un cousin éloigné, pour se reposer avant d’entamer leur tournée en Asie. L’hebdomadaire à potins publie sur cinq pages une quinzaine de photos du couple prenant le soleil sur la terrasse début septembre. Des photos qui, assure la publication en une, « vont faire le tour du monde ». Plusieurs d’entre elles, visiblement prises au téléobjectif, montrent la duchesse de Cambridge seins nus. « Pour leur seconde lune de miel, Kate et William ont choisi la Provence, pour un séjour romantique à souhait. Seuls au monde. Leur mot d’ordre : « Vacances j’oublie tout, la grisaille londonienne, et même le maillot de bain resté dans la valise de l’altesse », raconte Closer. « Au château d’Autet, Kate parfait son bronzage. Et pour éviter les marques, Kate a pensé à tout… et à enlever le maillot », écrit encore le magazine sur son site. Actuellement en déplacement en Asie et dans le Pacifique Sud, le couple princier s’est dit « en colère et atterré » d’apprendre que leur vie privée a été envahie « de façon grotesque et totalement injustifiable », a déclaré un porte-parole du prince. Les clichés auraient été pris par téléobjectif lors de vacances du couple en Provence, sur la terrasse d’une maison d’hôte dans le Lubéron. Le couple « n’aurait pas pu choisir un endroit plus isolé », avance une source officielle, qui confirme que les photos sont authentiques.

Closer affirme que les images ne sont pas choquantes

Chez Closer, on conteste la gravité de l’intrusion. Ces images « n’ont rien de choquant, elles montrent une jeune femme bronzant seins nus, comme on en voit des millions sur les plages », a justifié la direction du magazine. Le journal pointe en outre que la terrasse, où a été immortalisé le couple, était visible depuis la route. N’importe quel photographe, même ceux de la respectable presse régionale, a pu prendre des clichés de leur escapade. « Ce qui a été le cas de La Provence et cela n’a dérangé personne », note Laurence Pieau, directrice de la rédaction.

Une loi peu musclée

« La loi française protège la vie privée de façon quasi absolue », explique le spécialiste du droit de la presse, l’avocat Richard Malka. « Elle est l’une des plus protectrices en matière de vie privée et de droit à l’image. Toute photo d’une personne dans un cadre privé ne peut être publiée qu’avec son accord et la condamnation est quasi automatique », précise-t-il.

En dépit de la sévérité de la loi sur la vie privée, les conséquences demeurent plutôt minces. Techniquement, le code pénal prévoit un an de prison et une amende de 45 000 euros (57 000 $). Mais, « le montant des dommages et intérêts octroyé est généralement assez faible et les publications prévoient ces montants dans leurs coûts de structures », explique l’avocate Isabelle Wekstein. Sources combinées

Teevee en tournée en Haiti Le duo TeeVee sera en tournée en Haïti du 15 au 23 septembre 2012. Selon les propos de Stéphanie Douyon, la responsable de Koid’9, firme qui assure cette tournée promotionnelle du groupe, l’objectif de est de donner une grande visibilité à ce duo choc à travers les stations de radio et de télévision de la capitale. Tania et Virginie, les deux stars de Teevee, profiteront de leur passage en Haïti pour offrir un spectacle des plus hot au Club Escape le soir même de leur arrivée, le 15 septembre, avec le dj le plus populaire de la capitale, Tony Mix.

L’agenda de Péguy Alors que la fin de l’été approche, les journées et les nuits se font tantôt plus chaudes tantôt très fraîches. C’est à croire que le soleil ne veut pas céder la place aux gros nuages et au temps gris qui est plus clément. Tant pis. Votre bonne humeur ne sera pas entamée pour si peu tout de même ! Samedi, juste au moment où je parlais de Zen Attitude, une aubaine inespérée se pointe. Le Project Zen Yoga Studio vous propose «Candlelight Yoga » ; une pratique dans le yoga qui allège encore plus le sommeil et relaxe davantage. USD 20 si vous venez seul, c’est gratuit si vous venez avec un (e) ami (e). De 7 h 30 p.m. à 10 h p.m. Faites vos réservations maintenant, car les places sot limitées. 39 22 20 20 ; reservation@projectzenstudio.com; 75 rue Faubert, Pétionville. Teevee, «All white everything Pool party and Club », au Club Escape à Delmas 83. Ted Bounce, Cedric Roy, Heaven Storm et Tony Mix.USD 5 si vous avez la carte d’invitation, USD 10 sans celle-ci. Deux alternatives : le buffet de Chez Wou. Vous mangerez chinois dans ce cas. Avec USD 28, vous avez autant de mets de la cuisine asiatique dans votre assiette. Soyez gourmands ! Shisha pour la cuisine libanaise ; très épicée, saine et remplissant. Essayez la pita, le pain libanais. Sans garnitures, il est bon mais il est encore meilleur avec de la viande hachée. Menu à la carte. Rue Lambert, en face de Marie Béliard. Dimanche, l’orchestre Tropicana d’Haïti performera à Esquina Latina sur la route de Frères. Entrée : HTG 500. A Wahoo Bay, Les muscles seront sur la plage. Hommes et femmes dans un beau défilé de muscles et de corps sculptural. Venez voir le plus beau show de bikini en cette fin d’été. USD 15, a compter de 10 h du matin. Le brunch de Quartier Latin à partir de 10 h du matin. Rue Goulard, Place Boyer, Pétionville. Le Florville. Salad bar et musique live. Route de Kenscoff. Lundi, un petit déjeuner typique de notre cuisine à Le Petit Creux : bananes, œufs, hareng-saur, piment, le tout complété d’un verre de jus de fruit frais. Mardi, le Happy Hour de Café Com ça. Les salades et les tartares sont un vrai régal. A partir de 6 h p.m. Mercredi, Jazz Kay Stanley. Avenue Lamartinière, à partir de 8 h p.m. Jeudi, Cosmo Thursday à Le Cosmopolitain. Animation avec Franco The Saint et DJ Hot. Péguy F. C. Pierre peguyfcpierre@gmail.com

Une publication de Ticket Magazine S.A.

DIRECTEUR DE LA PUBLICATION Frantz DUVAL RÉDACTEUR EN CHEF SECRÉTAIRE DE RÉDACTION Marie-Brunette B. MAINSOUR Gaëlle C. ALEXIS RÉDACTION Joël FANFAN Dimitry Nader ORISMA Gilles FRESLET Daphney Valsaint MALANDRE Myria CHARLES Winnie Hugot GABRIEL Teddy Keser MOMBRUN Elisée Décembre Junior Plésius Louis Peguy Flore Pierre Raphaël Féquière Enock Néré Légupeterson Alexandre CORRECTION Jean-Philippe Étienne CRÉATION ARTISTIQUE Responsable graphique Réginald GUSTAVE Stevenson Estève Photographes Frédérick C. ALEXIS Homère CARDICHON Jules Bernard DELVA Moranvil MERCIDIEU Yonel Louis Publicité: 2941-4646 publicite@lenouvelliste.com Rédaction: 2945-4646 / 3806-3717


15 septembre 2012 No 704

3

DJDannie reine de son Denon

Sa silhouette impose le second coup d’œil. Elle le sait. « Je suis fière de mon corps, de ma beauté », confie Daphnée Clerveau, teint clair, mensurations de « chica » dont les photos enflamment les facebookers. Cette jeune femme, rebelle, née un 13 avril, s’empresse d’ajouter, sourire léger, « qu’elle ne cherche rien ». Don Juan, soupirants jaloux sont bons pour la touche. Elle laisse au rencart tout bagage encombrant à son « trip » qui est aussi l’un de ses métiers : elle est DJ, « DJ Queen Dannie » pour son public. A l’école, ses amis et ses profs l’appelaient Queen, et son sobriquet est Dannie, répond-elle, anticipant à toute question sur l’origine de ce nom de scène.  La scène, le podium où elle se découvre une autre personnalité, un autre feeling en donnant du feeling, fait partie un peu plus de sa vie depuis sa prestation remarquée au Bicolore Remix, le 18 mai 2012.  « Cela marche très bien pour moi, et depuis, je suis la vague », indique DJ Queen Dannie, qui a bossé comme une dingue avant d’être reconnue par ses pairs, avant de décrocher les contrats pour animer des programmes. Dans l’univers très masculin du djing, cette passionnée de dancehall révèle n’avoir pas marché sur des roses. « J’ai travaillé très fort sur mon Denon 5 500 parce que je ne voulais pas être une DJ animant avec un ordinateur », explique-t-elle, reconnaissante envers ses mentors : DJ Jack et DJ Blade. Le coup de pouce des ces messieurs et d’autres DJ dont Klasik a été déterminant pour la carrière de DJ Queen Dannie. Une voie suivie par la benjamine des Clerveau, contre l’avis de sa maman. « Maman voulait uniquement que je fasse des études. Ce que j’ai fait », dit cette jeune femme qui est en passe de boucler des études en Sciences administratives à l’Université Quisqueya.    Fan de Beenie Man, de Sean Paul, de Eminem, de T-Vice la dj passe des heures à l’affût des nouveaux hits sur Youtube, iTunes trouve pourtant du temps pour d’autres occupations. « Je travaille comme assistante aux activités périscolaires au Lycée Alexandre Dumas et je gère ma petite entreprise d’affiches publicitaires », indique DJ Queen Dannie, passionnée des baignades sous la pluie et de riz national. « Je suis restée un gros bébé », plaisante cette femme qui aime être vue et donner du bonheur en partageant l’une de ses plus grandes passions, la musique. Accro aussi à Facebook au point de s’inscrire au « Concours Miss Facebook » et au BBM, Daphnée Clerveau est une grande timide qui cherche l’attention des autres. « Quand je me sens seule, je fais des photos sexy que je poste sur Facebook. Les commentaires m’aident à ne plus me sentir seule », confie DJ Queen Dannie qui entend régner encore longtemps dans le cœur de ses fans… Roberson Alphonse

Vous avez dit Café ? Pensez Rebo Expresso

Gilbert Gonzales, vice-président de Rebo S.A.

L’odeur du café Rebo chatouille les narines quand on pousse la porte d’entrée du nouveau coffee shop de la rue JeanGilles. Pour les amoureux du breuvage noir, « it’s the place to be » ! Viennoiseries, croissants, sandwichs et desserts sont alignés dans la vitrine face à l’accueil avec un air appétissant. Au mur, des photos du « Reboccino », café glacé façon Rebo, mettent l’eau à la bouche, et les menus accrochés attisent toutes les faims. Propre, neuf et chaleureux, si ce n’étaient les sachets argentés frappés du logo bleu de Rebo, on se serait cru dans n’importe quel Starbuck’s, célèbre coffee shop américain. Pour cette grande première, sur la route de l’aéroport, Rebo a frappé fort. Plus spacieux que le coffee shop de la rue Métellus à Pétion-ville, plus luxueux que celui du terminal de l’American Airlines à l’aéroport international, le Rebo Expresso situé à la rue Jean-Gilles, en face de la compagnie mère, est chaleureux et accueillant. Gilbert Gonzales, vice-président de Rebo S.A., parle de ce nouveau concept que la compagnie compte installer un peu partout dans la capitale. « Rebo Expresso est un projet. C’est le troisième que nous ouvrons, et ceci grâce au succès des deux premiers. Nous allons certainement continuer à en ouvrir, mais nous ne savons pas encore où », explique le numéro 2, visiblement heureux de l’intérêt porté au magasin. « Nous voulons donner une autre perception du café en Haïti. En plus de nos cafés chauds, nous avons toute une gamme de recettes de cafés froids qui font le délice de nos clients. Le « Reboccino » est l’un des favo-

ris », continue Gonzales, affable. Climatisé, avec un lounge privé et un espace jardin, le coffee shop peut rapidement devenir un spot de lunch quotidien. « C’est ce que nous voulons », affirme Gilbert Gonzales. « La Route de l’Aéroport manquait un endroit comme ça. Nous le savons bien, nous travaillons dans la zone. Ici, en plus des réunions de travail, des amis peuvent prendre un lunch rapide en toute tranquillité. Mais il faut préciser que nous ne vendons pas de plats. Nous ne sommes pas un restaurant mais un coffee shop, les gens doivent bien faire la différence », insiste t-il. Ce vendredi matin-là, plusieurs amis de la compagnie sont passés déguster un petit café offert gratuitement. On s’empresse de commander un « Reboccino » saveur caramel. Délicieux, à la limite du divin ! Les amants du café latte en ont pour leur compte. Accompagné d’un steak sandwich, la combinaison est parfaite pour un lunch « healthy » et pas cher. « Avec 500 gourdes, une personne peut bien manger dans n’importe quel Rebo Expresso », affirme Gonzales. En attendant, les autres zones de la capitale doivent patienter pour avoir leur coffee shop. Nous qui sommes en plein centre-ville, on ne demande que ça ! Gaëlle C. Alexis gaellecalexis@gmail.com


4

15 septembre 2012 No 704

Télé Caramel présente la nouvelle Star du Sud

Daphnée Méisson gagne la deuxième édition du concours

Les vingt participants au concours reprennent la chanson de Atis Pou Ayiti Les membres du jury

Ils ont entre six et quatorze ans et rêvent déjà d’être « stars ». Sur les plateaux de la Télé Caramel, ils se sont fait valoir durant tout l’été. Au stade où il fallait choisir un gagnant, chacun des six finalistes de la deuxième édition de Star d’Été s’est défoncé jusqu’à la seconde ultime. Un spectacle inouï, des moments intenses et des prestations à couper le souffle. Les spectateurs qui assistent à Star d’Été donnent à la soirée une allure d’événement officiel où le protocole est de rigueur. Ce sont des parents, des supporters surexcités, ayant chacun un artiste à applaudir, jusqu’à influencer le jury, s’il le faut. Cette soirée à l’hôtel Summer Paradise est le dernier tournant pour connaître la Star de l’été 2012 aux Cayes. Il est quatre heures, l’équipe technique est à pied d’œuvre. Non loin, dans une chambre, quelques artistes se font maquiller par une professionnelle de La Joconde Studio de beauté. Dans une autre, les enfants vocalisent, ils sont en pleine concentration. Le spectacle débute vers six heures. A la présentation, deux filles : l’ancienne finaliste de l’année dernière, et une autre fleur de la communauté. Elles

sont joviales, s’entendent assez bien et prennent du plaisir au micro. Les vingt participants à l’édition de cette année se rassemblent pour interpréter la chanson « Sonje Ayiti » de Atis Pou Ayiti. Cette entrée en matière donne une idée du potentiel artistique qu’on va découvrir ce soir. Bethsaïda Rameau, 12 ans ; Afkerry Louis, 13 ans ; Dieunise Saint-Hilaire, 11 ans ; Anasta Berret, 10 ans ; Daphnée Méisson, 14 ans ; et Christina Rachelle Jean-Claude, 8 ans ; sont les six qualifiés pour la grande finale. Ils seront jugés sur la technique vocale, la présence sur scène et la qualité de l’interprétation. « Les membres du jury ont tous de l’expérience dans le domaine musical », rassure Wenchel Jean-Baptiste, directeur de la télé Caramel. Anasta Berret commence avec « Mon

Votre Ticket Santé

Lèvres fragiles : mode d’emploi Il n’est pas évident de penser au soin des lèvres quand on parle de soins de la peau. Pourtant, les lèvres forment bien une masse de chair et de peau qui, quand elles sont bien entretenues, peuvent être de véritables armes de séduction. Et la séduction, cela concerne les femmes autant que les hommes. Petit guide efficace pour bien en prendre soin. La principale raison pour laquelle les lèvres s’irritent, gercent et deviennent douloureuses en période de grand froid ou de gros vent, c’est parce qu’elles sont dépourvues de la glande sébacée responsable de sécréter du sébum pour hydrater la peau. Avec les mois de fraîcheur intense qui vont bientôt arriver, il vous faudra vous prémunir.

Les gestes qui prémunissent

Prenez l’habitude d’enlever les cel-

rêve de toujours » de Céline Dion ; en fin de show, elle laisse couler des larmes, le public est attendri. La candidate suivante, Christa Rachelle Jean-Paul, amène une autre chanson de la Québécoise, « Pour que tu m’aimes encore ». Sa voix est frêle, faible, mais elle charme quand elle va se blottir dans les bras de son père avec une rose. La troisième candidate semble sans conteste le chouchou du concours. Elle s’appelle Daphnée Méisson, sa démarche dénote une confiance soutenue. Elle reprend « Jamais loin de toi », une chanson de Lââm. Sa voix est tendre, sa gestuelle sied bien, elle soulève encore des cris dans la salle. Afkerry Louis, qui la suit, ne se laisse pas impressionner. Seul garçon qualifié

pour l’étape finale du concours, il séduit avec « Comme un fils » de Corneille avec sa voix suave. Son talent avoisine celui de Sébastien Pierre. Bethsaïda Rameau arrive, plutôt pâlotte, avec « Destin », une autre chanson de Céline Dion. La seule version anglaise interprétée ce soir est de Dieunise St-Hilaire. Sa prononciation est bonne, son message sur la protection des enfants est important, la performance acceptable. A la deuxième partie de la finale, les enfants ont doublent d’efforts, le public n’en demande pas mieux… La scène devient une véritable arène… et Daphnée Méisson en sort vainqueur. Une victoire qui lui vaut la motocyclette offerte par la Maison Bèl Boukan, des bourses d’études entre autres cadeaux. Le concours Star d’Été, organisé par télé Caramel aux Cayes et retransmise à Port-au-Prince par la Chaîne 32, est une initiative de Yanick Jean-Louis, soutenue par de nombreux partenaires. Plésius Junior LOUIS (JPL 109) junior.jpl007@yahoo.fr

constituent une barrière efficace contre les morsures du froid et empêchent à vos lèvres de se dessécher. N’attendez pas que ces dernières pèlent pour appliquer un baume ; utilisez celui-ci dès que le

lules mortes sur vos lèvres à l’aide d’un morceau de coton ou d’un tissu doux imbibé d’eau tiède, sinon une brosse à dents à poils très doux devrait faire l’affaire. Ensuite, enduisez-les d’une crème hydratante à base de vitamines E ou F avant de vous mettre au lit ; le lendemain, celles-ci ne seront que douceur et souplesse. A ne pas faire : enlever les gerçures avec une pince à épiler ou avec les doigts. Bonjour les blessures et la douleur !

Des baumes, encore et encore 

Une fois que le froid se pointe, vos lèvres tiraillent et votre premier réflexe est d’y passer votre langue ; elles s’assèchent aussitôt et c’est le début d’un cycle infernal. La seule solution dans ces conditions c’est d’utiliser un baume ou un stick, à base de beurre de karité, de cacao ou de vaseline plutôt. Ces baumes

besoin se fait sentir. Et si vous êtes tout le temps exposé au soleil, procurez-vous d’un stick contenant une protection

solaire anti-ultraviolets ! Péguy F. C. Pierre peguyfcpierre@gmail.com


15 septembre 2012 No 704

y a d h t r i B s ’ y Harr at Mango’s

5

Izolan signe avec

Toto Games La superstar de BPC vient de signer son deuxième contrat pour l’été. Ce nouvel accord avec l’entreprise du nom de Toto Games est officiel depuis le début de ce mois de septembre. Selon l’artiste, qui, dans l’une de ses chansons à succès, « I swear to God », a fait le sermon d’être millionnaire, le contrat est pour une année renouvelable. Izolan a laissé entendre que l’offre est alléchante sans toutefois avancer de chiffres. Le rôle de l’artiste, selon ce qui est stipulé dans le contrat, est d’attirer une nouvelle clientèle vers l’entreprise spécialisée dans la loterie informatisée. Après Diri Mega, Chiritos, et Barbancourt, ce nouveau contrat élève à quatre le nombre d’entreprises commerciales qui utilisent la notoriété de l’artiste en vue de conquérir une clientèle plus importante. Plésius Junior LOUIS (JPL 109) Junior.jpl007@yahoo.fr

Diam’s

revient sur scène avec son

autobiographie La rappeuse française Diam’s, de son vrai nom Mélanie Georgiades, va publier une autobiographie très attendue dans laquelle elle revient sur son parcours personnel et professionnel ainsi que sur sa conversion à l’islam. Cette autobiographie, qui paraîtra le 27 septembre aux éditions Don Quichotte, attise déjà la curiosité de ses fans. « Après un long silence et pour la première fois, la petite banlieusarde devenue l’icône du rap français, se livre sans détour sur sa carrière, ses choix de vie et aborde certains tabous de la gloire, du succès, de la solitude et de la foi », raconte son éditeur.   En 2009, peu avant la sortie de son dernier album, SOS, la jeune femme avait été photographiée tandis qu’elle se rendait à la mosquée de Gennevilliers, voilée et accompagnée de son époux. Depuis, elle aurait progressivement coupé les ponts avec son entourage, à commencer par le rappeur Sinik ou l’humoriste Jamel Debbouze. En 2011, ce dernier s’était écrié, sur TF1 : «  Diam’s, reviens, tu nous manques !  « Mélanie (c’est son prénom) a très mal vécu cet immense succès et tout ce qui va avec : un train de vie délirant, de l’argent en excès. Elle a tout envoyé valser », pouvaiton lire en 2009 dans Paris-Match. La religion l’a très probablement aidée à surmonter ses craintes et ses doutes.   « Les gens n’ont vu de moi qu’une enveloppe » « En me replongeant dans ma vie, je me rends compte qu’elle a été une aventure hors du commun », explique Diam’s dans une lettre ouverte publiée sur Facebook. « Mon public était ce que j’avais de plus cher. [...] Puis un jour, je me suis tue et je suis partie sans dire au revoir. Pendant des années, les gens m’ont vu décrocher des trophées et devenir célèbre, mais ils n’ont vu de moi qu’une enveloppe derrière laquelle se cachait un cœur meurtri ». Selon l’artiste, son livre serait « un moyen de rétablir des vérités ». « Je me suis cherchée, je me suis découverte, j’ai appris à m’aimer et aujourd’hui, je suis en paix. [...] On a dit de moi que, perdue, je me suis réfugiée dans la religion. Dans cette parole, j’ai ressenti comme du mépris ». Diam’s présente son autobiographie comme un voyage sur les routes qu’elle a foulées, mais aussi au fond de son cœur.  « Toutes les réponses aux questions que vous vous posez seront dévoilées dans cette autobiographie », selon ce qu’affirme son manager Sébastien Capillon au magazine VSD. Sources : L’Express.fr


6

Samedi 15 septembre 2012

Championnat national de D1/Play Offs/3e journée

Le Baltimore et le FICA menacent le Valencia

M

enaçant le Valencia de Léogâne après sa victoire 1-0 aux dépens de l’Aigle Noir en match comptant pour la 2e journée des plays-off, mercredi au parc Saint-Victor, le FICA effectuera dimanche un déplacement difficile sur la pelouse du Tempête de Saint-Marc. Le Valencia et l’América qui se sont séparés sur un 0-0 vont tenter de se relancer en accueillant respectivement l’Aigle Noir et le Baltimore. Seule formation à enregistrer deux victoires depuis le début des plays-offs dans le groupe des Champions, le Baltimore effectuera un déplacement périlleux sur la pelouse de l’América des Cayes avec l’ambition d’engranger un 3e succès de rang et réduire encore plus l’écart qui le sépare des leaders. Jeudi, la formation « 4X4 », s’est offert la peau du Tempête 1-0, grâce à une réalisation de Junior Alexandre, pour se hisser à la 3e place du classement. Sur la pelouse de l’América des Cayes, les Saint-Marcois viseront tout simplement la place du FICA, car s’ils sortent victorieux de leur déplacement et que le Tempête parvient à s’imposer contre le FICA ils prendront la 2e place du classement. Seulement, à cause du match international amical de la sélection nationale haïtienne contre la Guyane française

perdu 4 points au lieu d’avoir pris 2 sur 6 possible. Une façon de voir, qui pourrait les motiver à s’impliquer un peu plus et à rentre la tâche encore plus compliquée à l’Aigle Noir. De fait, les coéquipiers de Wedson Anselme sont les seuls à ne pas avoir encore pris de point depuis le début des play-off. Bon dernier des concurrents, ils vont tenter de s’offrir leur premier point dans la compétition depuis le commencement des play-off.

Résultats de la 2e journée des play-off et calendrier de la 3e du groupe des champions

Le Valencia de Léogâne

dimanche, le Baltimore qui compte 4 joueurs en sélection nationale n’effectuera le déplacement que mercredi. A Saint-Marc, le Tempête tentera de se refaire une santé dimanche en accueillant le FICA. Jeudi, la formation de Wilnot Saint-Juste a baissé pavillon 0-1 lors du derby saint-marcois. Une défaite qui relègue la formation « bel kolonn » à la 5e place du classement et à 9 points du leader. Aussi, s’imposer contre le FICA devient un impératif pour, d’une part, réduire l’écart avec les Capois et, d’autre

part, effectuer un retour réel dans la compétition. Côté Capois, l’ambition sera tout simplement de continuer dans leur lancée de la 24e soirée en alignant une 2e victoire de suite dans ces play-off. Le Valencia accueillera l’Aigle Noir pour son 3e match des play-off, dimanche, au parc Hendrich de Fourà-Chaux. Après avoir concédé deux nuls en deux sorties, le leader semble essoufflé. Et, même s’il n’a pas concédé de défaite depuis 13 journées, les joueurs du Valencia estiment avoir

0-0

Jeudi 13 septembre 2012 Parc Saint-Victor FICA bat Aigle Noir 1-0 Parc Hendrich de Four-à-Chaux Valencia et America de Léogâne

Parc Levelt de Saint-Marc Baltimore bat Tempête de SaintMarc 1-0 Dimanche 16 septembre Parc Levelt Tempête de Saint-Marc – FICA Parc Hendrich Valencia – Aigle Noir Mercredi 19 septembre América des Cayes – Baltimore de Saint-Marc

Classement avant la 25e journée

Le Violette et le Victory en santé dans le groupe « Coupe Digicel »

Le Victory vainqueur de l’Association Sportive Capoise 4-0 mercredi au stade Sylvio Cator et le Violette vainqueur 1-0 du Cavaly jeudi encore au stade Sylvio Cator, ont pris la tête du groupe des Relégables à l’issue de la 2e journée des play-offs. Mercredi, un doublée de Bony Pierre, une réalisation de Philippe Gaspard plus le 3e but de la saison du Jérémien, Ricardo Charles ont fait

couler la défense des Capois d’un AS Capoise renforcé pourtant par l’arrivée de Léonel Saint-Preux. A l’issue de la rencontre, Léonel reconnaissait que sa doit sortir la tête de l’eau s’il veut assurer le maintient. Un processus qui devrait commencer dès dimanche avec la venue de la lanterne rouge, l’AS Mirebalais au Cap-Haïtien en match comptant pour la 3e journée des plays offs. Grâce à une réalisation tardive de Frantz Pierre (son 9e but de la saison), le Violette a pris le meilleur 1-0 aux dépens du Cavaly de Léogane pour se hisser à la première place du groupe des Relégables trois jours avant d’af-

fronter le Don Bosco dimanche en match comptant pour la 3e journée des play-offs. « Nous allons continuer à aborder les journées match après match sans nous monter la tête car l’objectif est de disputer le super 8 », avance un fan du Violette à l’issue de la rencontre. Le Violette compte désormais 31 points et devance le Victory à la faveur de la confrontation directe. Enfin le Don Bosco est allé apporter des pleurs au parc Saint-Louis de Mirebalais en allant y battre l’AS Mirebalais 1-0 jeudi. Du coup, c’est un Don Bosco révigoré qui accueillera le Violette dimanche au stade Sylvio Cator dans la course au maintien

Résultat de la 2e journée et calendrier complet de la 3e journée du groupe des

relégables

Mercredi 12 septembre Stade Sylvio Cator Victory bat AS Capoise 4-0 Jeudi 13 septembre Parc Saint-Louis de Mirebalais AS Mirebalais bat Don Bosco 0-1 Jimmy Fédé Stade Sylvio Cator Violette bat Cavaly 1-0 Calendrier de la 3e journée Dimanche 16 septembre 12 Parc Saint-Victor AS Capoise – AS Mirebalais Parc Julia Vilbon Cavaly – Victory SC Stade Sylvio Cator Don Bosco – Violette AC Enock Néré/nereenock@gmail.com


7

Samedi 15 septembre 2012

Boxe internationale / haiti

Alciné: “J’ai encore faim”

L

e boxeur haïtien Joachim Alciné disposera d'une énorme fenêtre pour démontrer son savoir-faire, ce samedi au Thomas and Mack Center de Las Vegas. Celui-ci fera les frais de la demi-finale au combat de championnat du monde WBC et «The Ring » des poids moyens opposant Sergio Martinez à Julio Cesar Chavez fils, sur les ondes de la télé payante du réseau HBO. Pour l'ex-champion WBA des super-welters, pas question de crouler sous la pression. « La première fois où j'ai boxé sur HBO (dans le cadre de l'émission "Boxing After Dark"), j'étais malade (problèmes de vue), ce qui n'est pas le cas cette fois-ci, a confié l'athlète âgé de 36 ans. Je suis aussi beaucoup plus confiant présentement et surtout, j'ai encore faim. » « Ce n'est plus le même Joachim, a-t-il continué. L'ancien Joachim n'aurait pas boxé comme il l'a fait contre David Lemieux. Je ne me mets plus de pression inutile comme avant et je me concentre seulement à donner mon 100%. »

Lemieux meilleur que Macklin ?

Ce samedi, Alciné (33-2-1, 19 K.O.) fera face au Britannique Matthew Macklin (28-4, 19 K.-O.), un dur à cuire ayant livré toute une bagarre à l'actuel champion du monde « The Ring » des poids moyens, l'Argentin Sergio Martinez, lors de sa dernière sortie. Malgré ce fait, le pugiliste demeurant maintenant en Californie n'est pas du tout impressionné par son rival, qu'il considère moins bon que sa dernière victime, David Lemieux. Contre toute attente, le 10 décembre

dernier au Centre Bell, Alciné avait défait Lemieux par décision majoritaire. « Macklin fonce beaucoup, mais c'est parfait, puisqu'il rentrera directement dans mes coups », a-t-il analysé. « En fait, je pense que David Lemieux est plus fort, cogne plus dur et est aussi un meilleur boxeur que lui, a-til ajouté. Macklin lance simplement plus de coups, mais ils feront moins mal. Je me suis d'ailleurs très bien préparé. » Pour ce duel déterminant, le boxeur ayant passé une grande partie de sa vie dans la métropole québécoise s'est préparé en Floride sous la férule de son entraîneur, Anthony « Chill » Wilson. « J'ai fait un camp de six semaines en Floride et j'ai poursuivi l'entraînement deux semaines à Los Angeles pour m'habituer au décalage horaire de Las Vegas, a-t-il expliqué. "Chill" m'a fait renforcir mes points faibles et a notamment travaillé sur mes jambes. Ma force vient de là !

Contre David Lemieux, ç'a fait la différence. » Curieusement, un ancien entraîneur d'Alcine sera dans le coin opposé, puisque James « Buddy» McGirt dirige Macklin depuis les débuts du bagarreur anglais en Amérique. McGirt avait guidé le combattant d'origine haïtienne pour deux combats en 2009, lorsque ce dernier avait effectué un retour après avoir perdu sa couronne WBA des super-mi-moyens aux mains du Portoricain Daniel Santos. « C'est un bon entraîneur, il est réputé et je n'ai rien contre lui. Je connais toutefois ses méthodes d'entraînement. Ça peut être un plus pour moi», a-t-il avancé. Et même s'il n'a pas osé lancer une prédiction précise, «Ti-Joa » a affirmé croire grandement en ses chances. « Tout ce que je sais, c'est que je vais gagner, que ce soit par K.-O. ou par décision », a-t-il lancé, convaincu. Par Vincent Morin Source : Ae QMI

infrastuctures sportives

Vers la réhabilitation du Parc Vincent des Gonaïves

L

es travaux de réhabilitation du Parc Vincent des Gonaïves ont été officiellement lancés, jeudi, par Jean René Roosvelt, ministre des Sports. Douze millions de gourdes, selon le ministre, seront investies dans l’antre des clubs de football de la cité de l’Indépendance, dont l’Eclair et le Racing des Gonaïves. Ces deux clubs évoluent en deuxième division après avoir brillé pendant de longues années dans l’élite du football haïtien. Le Racing des Gonaïves a même remporté en 2009 le championnat national de première division. Les travaux de réhabilitation du principal terrain de football du Haut-Artibonite seront effectués en deux étapes, selon les prévisions du

ministère des Sports. La première phase des travaux confiés à la firme locale JAJENO’S CONSTRUCTION sera consacrée à la réparation des tribunes et des vestiaires. Cette première phase qui commencera dans une semaine coûtera cinq millions de gourdes au Trésor public, selon les informations fournies par le titulaire des Sports. La première phase des travaux de réhabilitation du Parc Vincent des Gonaïves s’achèvera dans deux mois, selon Jacky Jean-Noël, responsable de la firme locale. Sept autres millions de gourdes seront dépensées par l’Etat lors de la deuxième phase des travaux qui concerne notamment la clôture du terrain et le revêtement de la pelouse.

L’ancien sénateur Youri Latortue qui accompagnait le ministre des Sports a, par ailleurs, annoncé la construction d’un autre centre sportif à Raboteau, quartier populaire des Gonaïves. Trois millions de gourdes, selon le conseiller du chef de l’Etat, seront débloquées pour la construction de ce centre. Le lancement des travaux est prévu dans deux semaines. Réhabilité en 2005 sous le gouvernement de transition de Gérard Latortue, grâce à la coopération taïwanaise, le Parc Vincent des Gonaïves a été sérieusement endommagé par la dépression tropicale Ike en 2008. Claude Gilles

Haïti battue par l’Australie

P

our leur premier match amical international disputé jeudi soir à Indianapolis, les Grenadières n’ont pas pesé lourd face à l’équipe nationale de l’Australie. Cette dernière a été sans pitié pour elles. Au terme du temps réglementaire, les Haïtiennes se sont inclinées fort logiquement par (4-0), mi-temps (3-0). Après plusieurs rencontres disputées sous les couleurs de l’équipe d’Indiana FC, les Haïtiennes ont été à l’œuvre jeudi soir à Indianapolis. Pour la première fois depuis leur départ pour les USA, les Grenadières ont joué sous les couleurs de l’équipe nationale féminine haïtienne. En face, l’une des références du football féminin dans le monde, l’Australie. Sans aucune surprise, les Australiennes ont fait une bouchée des Haïtiennes en inscrivant trois buts en quinze minutes de jeu. Elles ont déclenché les hostilités seulement six minutes après le coup d’envoi de la rencontre. Ashley Brown (6’) a inscrit le premier but du match, Katie Gill (12’) a doublé la mise avant que Kyah Simon (15’) s’est mise à l’évidence pour compléter le (3-0) à la mi-temps face à une équipe dépassée par les évènements. Laissant passer l’ouragan australien, les Haïtiennes se sont bien reprises en construisant quelques bonnes phases de jeu sans arriver à mettre un but à l’expérimentée défense de l’Autralie composée de joueuses de classe mondiale. Au retour des vestiaires, malgré la volonté d’aller vers l’avant et de sauver l’honneur, les Grenadières n’ont pu changer la tendance. Au contraire, elles ont pris un quatrième but à quelques sept minutes avant la fin de la rencontre. La quatrième buteuse de l’Australie s’appelle Michelle Heyman (83’). Tout compte fait, l’équipe nationale féminine haïtienne s’est inclinée sur le score de 4-0 face à l’Australie, et ce, malgré la présence d’Edny Limage ou de Samantha Brand pour renforcer le camp des Haïtiens. Signalons que l’un des objectifs d’Haïti qui se prépare sous les couleurs de l’équipe d’Indiana FC, c’est de construire une équipe capable de gagner une place pour disputer la phase finale de la coupe du monde féminine de la FIFA qui aura lieu au Canada en 2013. Jeudi 13 septembre 2012 à Indianapolis Haïti – Australie : 0-4 (Brown 6’, Gill 12’, Simon 15’ et Heyman 83’) L’équipe haïtienne : Edny Limage (GK)- Natasha Cajuste, Frantzcia François, Fiorda Charles, Lovely Placide- Wisline Dolcé, Shawna Hudson, Samantha Brand, Tanya Taylor- Nadia Valentin et Manoucheka Pierre-Louis. Les réservistes : Géralda Saintilus (GK), Kencia Marseille, Yolande Méroné, Sophia Batard, Soline Bellevue, Roselore Borgella. Légupeterson Alexandre /petoo76@aim.com


8

15 septembre 2012 No 704

(Image 01)

(Image 03)

« Dis-moi comment recevoir », rubrique hebdomadaire, informe sur les notions de convenances. L’intérêt des lecteurs, me conduit au début, a accentué plutôt sur l’art et les manières de la table. Mais, comme le logo le mentionne, le suivi des articles élaborera aussi sur l’art vestimentaire, les comportements sociaux et l’étiquette du monde professionnel.

Coupe

Flûte

tulipe

(Image 04)

Article 12

LES VERRES Il est toujours agréable de déguster une boisson dans un contenant approprié. Il faudra attendre le XVIIIe siècle pour l’innovation du verre à vin et finalement au XIXe siècle, une table se met en utilisant des verres de différentes tailles. Image 02

Le porto, le sherry ou le madère sont des vins très forts qui varient autour de 20% d’alcool. Ils accompagnent agréablement le potage servi au début du repas (diner prié) qui, le plus souvent est aromatisé avec la même boisson.

Remarque

Le sherry appelé français Xérès ou « Jerez » (nom original en espagnol) est un vin de qualité de renommée mondiale qui provient d’une localité andalouse « Jerez de la Frontera », dont il porte le nom. Il ne faut pas le confondre avec le Cherry qui est un vin fruité à base de cerise.

Verres à champagne (Image 03) • La coupe à champagne est une anomalie de la dégustation. Bien qu’elle soit facile à remplir et à boire, elle laisse échapper tout le gaz et le bouquet de la boisson. • La flûte à champagne, très utilisée, est plus adaptée car elle conserve mieux l’effervescence.

Autres types de verres

(Image 04) • La contenance du petit verre à vodka autorise à boire « cul sec » (boire d’un trait). • Le verre à anse convient bien au café irlandais, aux vins chauds et aux grogs.

Particularités

Le verre à digestif est destiné aux liqueurs (il en existe aussi sans pied). Un amaretto sur glace se servira dans celui du milieu qui est plus ample. (Image 05)

Vodka

(Image 01)

Collin

Zombie

petit tumbler

(Image 02) (Image 06)

• La grande coupe se rapporte à l’eau, elle accompagne mieux les verres à pied. • Le verre à vin rouge est assez grand. • Le verre à vin blanc est d’une taille moyenne. • Le verre à porto (à sherry ou à madère) est plus petit que le verre à vin blanc. C’est en général un verre à col resserré qui permet de garder l’arôme.

Remarque

Cognac

(Image 05)

Au XVIe siècle, un verre, lors d’une réception, servait à tous les invités. Le verre individuel n’apparaît que le siècle suivant, mais devait servir à toutes les boissons. On distingue différents types de verre : Le verre à zombie ou grand tumbler ainsi que le collin peut servir aux orangeades et aux rafraîchissements. Le petit tumbler appelé dans le langage courant verre à whisky s’utilise pour des boissons alcoolisées servies « sec » ou « on the rock » (sur glace). Image 01

Verres à vin

Cocktail

(Image 05)

Eau

Vin rouge

Vin blanc

Porto (sherry ou madère)

Verres à bière

La chope( verre à anse) est la classique de la bière. De nos jours, que la bière soit brune ou blonde, les formes très répandues. (Images 06)

Verres à dessert et à cocktail de crevettes

Les verres à dessert appelés à sundae et à parfait, peuvent être utilisés successivement pour les glaces et les desserts glacés. (Images 07)

SAVOIR-FAIRE ET CONVENANCES

• Les verres dans un couvert se mettent à droite. Ils se placent par ordre décroissant afin d’être plus aptes à utiliser avec le mets servi. • Un verre se tient à la base. Un verre à pied se tient toujours par la tige pour éviter que la chaleur des mains réchauffe la boisson. Par contre, le verre à cognac se tient par la coupe pour garder la boisson à une bonne température. • En général, on remplit un verre au deux tiers ; cette quantité peut être réduite s’il s’agit d’une boisson à forte teneur en alcool. • On ne renverse pas la tête en buvant.

CONNAISSEZ –VOUS LES PARTIES DU VERRE ? Prochain épisode : Bien se vêtir : le pantalon Pour contacter l’auteur : dismoicommentrecevoir@yahoo.com www.magalypelissier.weebly.com

(Image 06)

(Image 07) (Image 07)

(Image 08)

Café irlandais


Dj Dannie reine de son denon