Issuu on Google+

Bruxelles + sereine ! notre projet pour l a ville de bruxe lles


Edito

Vous rendre la vie plus sereine Nous voulons faire de Bruxelles une VILLE SEREINE. C’est quoi une ville sereine ? Une ville sereine, c’est tout d’abord une ville sûre où l’on ose rentrer chez soi le soir sans regarder derrière soi et prendre le métro sans avoir peur, où l’on se sent respecté, où l’on respecte les autres, où l’on fait respecter les règles par une présence renforcée de policiers et où l’on applique des sanctions rapides quand les normes sont transgressées ; c’est une ville qui renforce la politique de prévention et d’éducation. Une ville sereine, c’est une ville à visages humains, une ville où le bonheur des habitants compte avant toute autre chose, une ville qui investit sur les 0-25 ans, sur la qualité de l’offre d’enseignement et augmente les places dans les crèches et les écoles, c’est une ville qui oriente, accompagne et forme les jeunes jusqu’au premier emploi, c’est une ville qui sait ce que la solidarité veut dire, c’est une ville qui refuse l’isolement et la précarité de ses habitants, qui investit dans les associations et dope les services aux personnes et seniors ; c’est enfin une ville où se créent des logements abordables avec des espaces de jeux pour les enfants, une ville qui consulte, rencontre et écoute ses citoyens avant de décider. Une ville sereine, c’est une ville belle, verte, douce à vivre et à respirer, où il est facile de se déplacer et agréable de se balader, une ville verte qui préfère placer un arbre plutôt que construire des tours géantes, une ville qui rend toute leur place aux piétons, une ville mobile qui développe les transports en commun et refuse le «  tout à la voiture  », une ville solaire qui réduit sa consommation énergétique et ose miser sur les énergies renouvelables. Une ville sereine, c’est une ville innovante, créative, diversifiée, gaie, culturelle et animée, c’est une ville ambitieuse et dynamique qui crée de l’activité socio-économique, culturelle, évènementielle et touristique au bénéfice de l’emploi de ses habitants et de leur épanouissement. Une ville sereine, c’est enfin une ville dirigée par des responsables politiques engagés, honnêtes et compétents, qui ont le sens de l’intérêt général, du devoir et du service. Pour porter ce programme ambitieux que vous trouverez dans cette brochure et sur notre site cdhbxl.be j’ai choisi une équipe dynamique et diversifiée, composée de nos échevins et parlementaires ainsi que des candidats compétents, motivés et engagés, de tous les âges et de tous les quartiers. Met Bianca Debaets, volksvertegenwoordiger van CD&V en verschillende Nederlandstalige kandidaten willen wij een lijst van nationale eenheid voorstellen waarbij Vlamingen en Franstaligen een identiek gemeenteproject uitdragen en zo de Rijkdom van onze hoofdstad symboliseren: het Respect. U kan ons Nederlandstalig programma vinden op biancadebaets.be. Vous rendre la Ville et la vie plus sereine… Voilà en une seule phrase, l’engagement que je prends à votre égard et je suis prête à prendre toutes les responsabilités que vous voudrez bien me confier avec une énergie et un enthousiasme à la hauteur des défis qui attendent notre ville.

Joëlle MILQUET Tête de liste du cdH de la Ville de Bruxelles Vice-Première ministre et ministre de l’intérieur

joellemilquet.be info@joellemilquet.be 0471 47 79 91


nos engagements

NOs 6 engagements pour les 6 prochaines années • B  ruxelles + sûre : un nouveau plan de sécurité renforcée pour la Ville et 300 policiers supplémentaires en six ans dans les quartiers.

04

• B  ruxelles + attentive aux 0-25 ans : un contrat d’avenir pour les 0-25 ans avec 1.000 nouvelles places d’accueil, 4.000 places d’école supplémentaires et 50 % de formations, de mises à l’emploi en plus pour les jeunes et plus de services pour les familles.

07

• B  ruxelles + humaine : un nouveau Programme social « Ville-CPAS-Associations  » avec plus de services aux personnes et aux aînés et 1.500 logements complémentaires.

10

• B  ruxelles + douce à vivre : une stratégie de transition environnementale et énergétique avec 20 % de voitures en moins, 20 % de transports en commun en plus, 20 % en plus d’énergies renouvelables et 30 % d’arbres en plus dans les rues.

13

• B  ruxelles + dynamique : une opération ambitieuse de déploiement «  BXL 2020 : métropole dynamique du futur  » pour développer les commerces, créer plus de nouvelles initiatives économiques, de grands événements culturels, de tourisme et donc plus d’emplois pour les Bruxellois.

16

• R  endre Bruxelles + efficace : une stratégie de gouvernance basée sur l’efficacité, la modernité, l’honnêteté et la proximité avec notamment une charte d’éthique, 50 % de démarches administratives par Internet et 50 % de délais d’intervention en moins par tous les services de la Ville.

20

3


Bruxelles plus sûre

un Plan de sécurité renforcée pour Bruxelles La sécurité est le premier «  droit de l’homme  » de chaque citoyen et le premier «  devoir  » de la commune. Rendre notre ville plus sûre est la première priorité du cdH. Comme ministre de l’Intérieur depuis quelques mois, Joëlle Milquet a voulu faire de la sécurité LA priorité politique de Bruxelles avec notamment l’engagement de 400 policiers complémentaires pour Bruxelles dans les 18 mois pour sécuriser les trams, métros, bus, gares (100 policiers complémentaires sont déjà sur le terrain depuis avril 2012, ce qui a permis une augmentation de plus de 60 % des arrestations) et la décision de recruter 400 policiers complémentaires par an, soit 2.000 policiers en plus en cinq ans au niveau national dont plusieurs centaines pour la seule Région bruxelloise. Notre priorité ? Lutter avec fermeté et efficacité contre toutes les violences et les incivilités qui minent la vie quotidienne de notre ville. Nous avons préparé un vrai plan de sécurité renforcée pour la Ville en 10 points.

500 policiers de plus en 6 ans (300 pour la police de proximité et 200 pour la réserve fédérale) et une présence décentralisée de terrain et de proximité 24h/24h Nous voulons : • u  ne augmentation de 300 policiers de proximité supplémentaires (soit 10 % de plus des effectifs de la police de Bruxelles), une augmentation de 200 unités pour renforcer la réserve fédérale en appui à la zone de Bruxelles ; • u  ne augmentation des missions de police de proximité au sein de la police de Bruxelles (patrouilles à pied et à vélo, dans les quartiers, par des policiers affectés au quartier et le connaissant) avec notamment le renforcement des brigades territoriales de sécurité et de surveillance et de la place donnée dans l’organisation à la structure du « quartier » ; • u  ne réduction des tâches administratives et judiciaires pour permettre une plus grande présence des policiers sur le terrain et le transfert à d’autres corps de sécurité des tâches accessoires qui accaparent la police ; • u  ne amélioration et une accélération de la politique de formation et de recrutement, notamment pour avoir plus rapidement et plus régulièrement des policiers mieux formés qui sortent de promotion et pour avoir plus de policiers issus de la Ville ; • u  ne plus grande décentralisation des commissariats dans certains quartiers et le renforcement des gardes de nuit des commissariats ainsi que la création d’un nouveau district de police pour Neder-Over-Heembeek, De Wand et Haren ; • l a réduction des délais d’interventions de la police et le renforcement de la qualité de l’accueil au sein des commissariats.

Nous exigerons qu’un plan identique soit préparé et discuté avec l’ensemble des acteurs concernés de la Ville, un plan avec des objectifs chiffrés de diminution des différents types de criminalité, des évaluations constantes et des plans d’actions ciblés par criminalité et incivilité, basé sur les principes suivants :

• A  ugmenter la liste des infractions pour lesquelles une sanction administrative de la Ville est prévue ainsi que le nombre d’agents sanctionnateurs chargés du suivi des infractions, et le montant des amendes.

- une présence policière de proximité largement renforcée ;

• A  baisser à 14 ans l’âge à partir duquel une sanction adaptée peut être donnée.

- une impunité zéro en cas de délits ou d’incivilités ;

• O  rganiser la possibilité d’imposer une interdiction temporaire de lieu(x) de maximum un mois, quand des infractions répétées se font au même endroit et initier la possibilité de « prestations citoyennes » ou de « médiations » comme alternatives à la sanction administrative notamment pour les jeunes.

- des procédures et des jugements plus rapides ; - une prévention renforcée.

Une nouvelle loi et un nouveau règlement de sanctions administratives plus sévères contre les incivilités et les petits délits

• Renforcer le partenariat avec le parquet pour être plus rapide et efficace. • R  enforcer massivement le personnel d’encadrement affecté au suivi des sanctions administratives et les services et offres de prestations d’intérêt général au sein de la Ville de Bruxelles. • O  rganiser une rencontre avec les parents et l’agent sanctionnateur pour les responsabiliser en cas de délits ou d’incivilités des jeunes.

4


Bruxelles plus sûre

“ Non à la violence et aux incivilités croissantes ! Nous exigeons un nouveau plan de sécurité de proximité pour lutter avec fermeté contre la criminalité. ”

Des chambres de justice rapide à Bruxelles • E  xiger l’organisation des chambres de justice rapide en cas de flagrants délits pour lutter contre la lenteur et l’impunité actuelles en cas de petits délits et autres incivilités. • Faire exécuter toutes les peines.

Renforcer la surveillance et le contrôle dans les lieux publics • M  ettre en œuvre la mesure prise par la ministre de l’Intérieur, Joëlle Milquet, visant à permettre aux policiers d’accéder gratuitement aux images des caméras des sociétés de transports en commun. • R  enforcer les caméras de surveillance dans les lieux publics, les endroits problématiques, les abords des écoles et les métros. • M  ettre en place des « équipes vidéo » composées majoritairement de personnel civil formé, sous contrôle policier, chargées d’analyser en temps réel les données enregistrées par les caméras de surveillance.

Cibler le nouveau plan zonal sur de nouvelles priorités en matière de lutte contre la criminalité • A  dopter, au-delà de la lutte contre les incivilités, les priorités suivantes : la lutte contre la violence dans l’espace public, la violence intrafamiliale, les vols à main armée, les drogues, le trafic d’armes à feu, le terrorisme, la traite des êtres humains et les effractions dans des bâtiments. • R  enforcer les cellules internes de la police qui sont consacrées à ces types de criminalité. • Intégrer un programme de lutte contre le racisme dans la Ville, les injures racistes, les discriminations sur la base notamment de l’origine ou de la religion, l’antisémitisme et l’islamophobie. • L  utter de manière plus ferme contre l’homophobie et le sexisme avec des plans d’actions adaptés. • P  rendre des mesures de lutte contre la radicalisation violente tant en matière de prévention que de renforcement d’effectifs, d’initiatives opérationnelles, de coordination, avec une plus grande intervention contre le radicalisme dans le cadre de la police administrative, un renforcement de la formation et la sensibilisation des agents de quartiers à la détection des signes de radicalisation. • M  ettre sur pied pour la première fois un plan communal de lutte contre les violences conjugales et familiales principalement à l’égard des femmes, en collaboration avec la police, le parquet et les associations, avec le renforcement des effectifs, le lancement de campagnes d’information et de sensibilisation, la coordination renforcée de l’action des acteurs locaux, l’amélioration de l’accueil des victimes et l’enregistrement des données relatives aux faits de violences conjugales et enfin l’intégration de la problématique des mariages forcés, des crimes d’honneur et des mutilations génitales. • E  laborer, avec les communes voisines et les autres niveaux de pouvoir (Région et Fédéral), un plan ambitieux visant à combattre plus activement les réseaux criminels d’exploitation sexuelle des êtres humains et les nuisances liées à la prostitution, à favoriser la réintégration socio-professionnelle des personnes prostituées, à favoriser la rénovation urbaine des zones de prostitution (par exemple au moyen de contrats de quartier spécifiques pour les quartiers concernés) et à abolir le recours à la prostitution en Belgique ; maintenir et étendre l’interdiction de la prostitution dans les quartiers de la Ville. 5


Bruxelles plus sûre

Créer un plan de sécurité spécifique à chaque quartier • A  dopter des plans de sécurité par quartier établis avec les habitants, les divisions de police et les différents acteurs de prévention pour répondre aux attentes et spécificités du quartier. • I nstitutionnaliser les rencontres de sécurité par quartier avec un réel suivi et une évaluation régulière.

Renforcer et mieux coordonner la politique de prévention • A  dopter un plan de prévention par quartier transversal et structuré, basé sur la sociologie du quartier et ses différents intervenants, avec des objectifs en matière de décrochage, d’insertion, d’écoles des devoirs, de prise en charge d’activités, de répartition des rôles, etc. • C  réer une « coordination prévention » au niveau de la Ville et surtout par quartier avec l’ensemble des acteurs actifs dans la prévention (BRAVVO, acteurs associatifs, écoles, services de la jeunesse et aide à la jeunesse, clubs sportifs) et organiser une rencontre opérationnelle par quartier tous les deux mois entre les différents services concernés pour échanger les informations et avoir une capacité opérationnelle plus grande. • A  ugmenter le nombre de gardiens de la paix, renforcer leur formation et étendre leurs compétences pour renforcer la présence de quartier. • R  enforcer le nombre d’agents de prévention et de médiateurs au sein de l’asbl «  Bravvo  ».

Aider les habitants à se protéger contre les cambriolages • C  réer une seule cellule renforcée de techno-prévention pour éviter les cambriolages au sein de Bravvo et libérer la police de cette tâche.

Brussel veiliger maken Ons veiligheidsplan voor de Stad Brussel • 5 00 bijkomende politieagenten in 6 jaar (300 voor de lokale politie en 200 voor de Federale Reserve) en een gedecentraliseerde aanwezigheid en nabijheid op het terrein 24u./24 • Een nieuwe wet en een nieuwe strengere verordening inzake de administratieve sancties tegen overlast en kleine criminaliteit • Gerechtelijke kamers van snelrecht in Brussel • Toezicht en controle in de openbare ruimte versterken • Het nieuwe zonale plan richten op Nieuwe prioriteiten in de strijd tegen de misdaad • Een veiligheidsplan per wijk opstellen • Verhoging en betere coördinatie van het preventiebeleid • Mensen helpen om zichzelf te beschermen tegen inbraak • Betere bescherming van winkels en restaurants met een echte specifiek plan van aanpak voor handelaren • Een straatverlichtingsplan, ruimtelijke ordening en stedelijke planning die de mensen geruststelt

www.stadbrussel.cdenv.be 6

• A  ugmenter le nombre et renforcer le rôle des «  conseillers en prévention vol  » afin de sensibiliser et informer les habitants et faire en sorte que les maisons et appartements de la ville soient plus sécurisés. • O  rganiser des audits et campagnes d’information et de sensibilisation systématique pour conseiller et informer chaque habitant sur les modifications à faire pour sécuriser son logement. • M  aintenir la déductibilité fiscale pour les investissements en sécurisation des maisons et appartements.

Mieux protéger les commerces et restaurants avec un vrai plan d’action spécifique pour les commerçants • R  enforcer la présence policière et des gardiens de la paix dans les quartiers commerçants et Horeca, notamment en soirée. • D  évelopper en concertation avec les commerçants les techniques modernes de techno-prévention. • D  évelopper les compétences des agents de gardiennage et leur capacité d’intervenir devant les devantures des restaurants et des commerces (développer les protocoles d’accord entre les associations de commerçants et la police). • D  évelopper un Plan de protection des commerces « à risque » (pharmacies, stations-service, banques, bijouteries, night-shops, hôtels, grandes surfaces, librairies ou encore pharmacies de garde, etc.).

Un plan d’éclairage, d’aménagement et d’urbanisme qui rassure • F  aire adopter une stratégie nouvelle, transversale et cohérente impliquant les Travaux publics, l’Urbanisme, les Espaces verts, la Propreté, axée sur la sécurisation des habitants. • D  évelopper un aménagement du territoire et un urbanisme qui tiennent compte des aspects sécurité pour « voir et être vu » (augmenter les éclairages, les passages de personnes, la visibilité vers et de la rue, supprimer les angles morts, etc.), supprimer les chancres, clôturer et aménager les parcs à risques, renforcer les éclairages, aménager les terrains vagues.


Bruxelles des 0 -25 ans

un contrat d’avenir pour les 0-25 ans Avec l’augmentation forte de sa population, Bruxelles doit avant tout investir dans l’éducation des enfants et la qualification et l’insertion des jeunes. C’est un de ses défis principaux. La Ville doit accueillir, éduquer, former, orienter, délasser, développer, insérer les jeunes, les mettre debout, leur donner toutes les chances d’avenir, et miser sur le plus grand capital de notre ville : son capital humain. Nous voulons que la Ville déploie à cet égard une stratégie collective. Nous devons en début de législature conclure avec l’ensemble des acteurs concernés un « contrat pour les 0-25 ans  », avec des objectifs chiffrés et des engagements précis, visant à mettre en place un parcours personnalisé et accompagné pour chaque enfant de sa naissance à son premier emploi.

1.000 places d’accueil diversifiées pour les 0-3 ans • C  réer au minimum 1.000 nouvelles places d’accueil en poursuivant la politique de rénovation et de construction de nouvelles crèches, en développant beaucoup plus les services d’accueillantes ou co-accueillantes d’enfants conventionnées (SAEC), en stimulant par ailleurs la création de nouvelles places d’accueil privées chez les gardiennes à domicile, les co-accueillantes privées, les crèches privées et d’entreprise avec tarifs abordables et ouverture à un nombre de places pour enfants du quartier. • R  encontrer les besoins spécifiques des familles (crèche de nuit, flexibilisation des horaires, halte-garderie pour les enfants de parents en formation et/ ou chercheurs d’emploi, création de sections 2,5-3,5 ans dans les crèches) et donner une priorité d’inscription dans les crèches de la Ville aux parents qui travaillent et qui sont domiciliés sur le territoire de la Ville.

Plus de places d’école et une offre d’enseignement de qualité pour chacun • L  ancer un plan d’offres de 4.000 places scolaires complémentaires dans le primaire et le secondaire sur la base d’un cadastre des besoins (en particulier dans le Nord de la Ville) ; accélérer le plan de rénovation des bâtiments scolaires, et créer plusieurs classes d’accueil complémentaires dans l’enseignement maternel dès 2,5 ans. • M  ettre pour la première fois en place une cellule de coordination et de diversification de l’offre scolaire, tous réseaux confondus, notamment pour coordonner les offres en matière d’enseignement, diversifier les spécificités pédagogiques, développer les classes d’immersion linguistique et favoriser les échanges entre les écoles francophones et néerlandophones. • A  méliorer l’enseignement technique et professionnel et renforcer les offres d’enseignement en alternance grâce à des accords avec les entreprises situées à Bruxelles pour augmenter le nombre de stages et mettre sur pied avec elles un centre d’équipement ouvert à toutes les écoles techniques et professionnelles de la Ville. • L  utter contre l’échec scolaire et aider à la réussite en généralisant la procédure de remédiation immédiate personnalisée dès les premiers signes de difficultés dans chaque école dès la 1ère primaire ; en établissant avec les écoles et les services de prévention un véritable plan de lutte contre le décrochage scolaire ; en augmentant le nombre d’écoles de devoirs et d’études dirigées ; en créant un internat pour élèves qui ont besoin d’un suivi strict ; en renforçant la lutte contre l’absentéisme scolaire via des protocoles d’accord entre les écoles, les services d’aide à la jeunesse et la police et le nombre des services d’accrochage scolaire. • O  rganiser un comité de pilotage conjoint entre les écoles secondaires et les hautes écoles et universités situées dans la Ville en vue d’inciter et faciliter le passage vers l’enseignement supérieur. 7


Bruxelles des 0 -25 ans

Des services pour les parents et les familles • D  oubler et fédérer sous le sigle « espace familles du quartier » les initiatives de soutien à la parentalité, conseils, consultations et aides conférences,… produites par les associations, les maisons de quartiers, les Babykots, les permanences ONE et lancer dans chaque espace un service d’accompagnement éducatif des enfants. • R  enforcer et déployer des « kits de naissance » (offrir un cadeau de naissance de la Ville, « Guide des parents », l’offre de la visite d’une conseillère en éducation et en santé, etc.). • O  rganiser des « coordinations des grands-parents » par quartier afin d’apporter de l’aide pour accueillir les enfants après l’école et surveiller les devoirs.

“ I l faut mettre en place un parcours personnalisé d’accueil, d’enseignement, de formation et d’accompagnement pour chaque enfant de sa naissance à son premier emploi. ”

Un plan global et des services pour orienter individuellement les jeunes dans leurs études et carrière • Installer des services décentralisés et personnalisés d’aide à l’orientation pour renforcer l’aiguillage des jeunes dans les études et vers les carrières, en lien avec les écoles, mouvements ou services de jeunesse, maisons de quartier ou de jeunes.

Brussel voor wie tussen 0 tot 25 jaar oud is Onze toekomstcontract voor wie tussen 0 tot 25 jaar oud is • 1 .000 gespreide plaatsen in de kinderopvang voor kinderen van 0-3 jaar • Meer schoolplaatsen en kwalitatief onderwijs voor alleen • Diensten voor ouders en gezinnen • Een algemeen plan en diensten om jongeren individueel te begeleiden bij opleiding en loopbaan • S tart van de operatie « Een opleiding, een stage en een baan voor elke jongere » met de Stad Brussel en haar diensten, Actiris, Opleiding Brussel en veschillende bedrijven • Meer initiatieven en cultuur voor de jeugd • A lle jongeren moeten sportbeoefenaars worden van de Stad, de voornaamste sportstad van het land

www.stadbrussel.cdenv.be 8

• R  éorienter et augmenter les budgets jeunesse vers le soutien aux services de formation et d’orientation des jeunes et sensibiliser l’ensemble du personnel du tissu associatif socio-culturel aux questions d’Emploi-Formation afin d’orienter correctement et rapidement chacun de leurs usagers. • G  énéraliser les opérations d’informations sur les carrières, les études supérieures et les métiers en pénurie et renforcer la politique de mise en contact des jeunes avec le monde du travail (bourses à l’emploi dans les écoles, activités de découverte du monde de l’entreprise par des visites de courtes périodes d’observation, accroissement de l’offre de stages et de jobs d’été).

Lancer l’opération «  Une formation, un stage et un emploi pour chaque jeune  » avec la Ville de Bruxelles et ses services, Actiris, Bruxelles Formation et l’ensemble des entreprises • F  ixer des objectifs chiffrés sur le nombre de formations annuelles et de stages offerts pour les jeunes demandeurs d’emploi et les étudiants de l’enseignement professionnel. • D  ésigner un référent pour chaque jeune demandeur d’emploi de la Ville pour l’aider et le soutenir dans ses démarches. • D  évelopper un nouveau service de prospection et de mise en correspondance entre offres d’emploi des entreprises et demandes d’emploi des jeunes au sein de la Maison de l’Emploi. • R  enforcer l’équipe de responsables en charge du contact constant avec les entreprises de la Ville et les sociétés d’intérim pour inciter à l’offre de stages et d’emplois, sur la base de partenariats public-privé.


Bruxelles des 0 -25 ans

• D  oubler le nombre de formations personnalisées offertes par la Ville (nouvelles formations en lien avec les secteurs en expansion et les métiers en pénurie, apprentissage des langues), réduire le délai pour la formation, et aider à passer des examens de recrutement. • D  écentraliser la « Maison de l’Emploi et de la Formation  » en créant une antenne dans chaque quartier, avec un logo commun, en y développant l’orientation et l’assistance active des jeunes dans la recherche d’un emploi et de stages. • G  énéraliser l’expérience pilote des « médiateurs emploi » qui organisent le relais entre les lieux de vie des jeunes et les structures d’emploi et de formation.

Plus d’initiatives et de culture pour les jeunes • M  ettre sur pied un « Forum Jeunesse » permanent rassemblant des représentants des jeunes et de l’associatif jeunesse, chargé d’élaborer un plan d’action « Bruxelles des Jeunes », doté d’un budget participatif propre et d’émettre des avis sur les différentes politiques de la jeunesse. • O  uvrir au sein de l’administration communale un « Junior office » où les jeunes pourront être informés sur tout (sécurité sociale, logement, droits, famille, emploi, formation, études, bourses, etc.) et créer une rubrique « Bruxelles pour les Jeunes » sur le site Internet de la Ville ainsi qu’une newsletter électronique spécifique. • R  enforcer dans tous les quartiers les activités de jeunes, les infrastructures légères de sport de rue, les maisons de jeunes et le personnel pour animer ces espaces et améliorer le soutien aux organisations travaillant pour la jeunesse. • F  avoriser et soutenir l’accès et la participation des Jeunes à la culture en développant des synergies entre milieux d’accueil, écoles, académies et infrastructures sportives et culturelles, en lançant le « Pass Culture » permettant l’accès à prix réduit à certaines infrastructures culturelles ou théâtres subventionnés, ou encore en établissant des accords avec les théâtres pour permettre aux jeunes d’accéder gratuitement aux répétitions générales des spectacles.

Faire de tous les jeunes des sportifs et de la Ville la première ville sportive du Pays • D  époser dès le début de la législature un programme « Tous sportifs » visant à faire de chaque jeune un sportif et de faire de Bruxelles la première ville sportive impliquant les autorités communales, les clubs, les écoles, les organisations de jeunesse. • P  lus de sports pour tous : renforcer l’organisation de nombreux stages sportifs durant les vacances scolaires (dans les deux langues  nationales)  ; développer le «  Pass Sport  » permettant d’essayer plusieurs sports au début sans devoir s’affilier à un club ; développer l’offre des «  chèques-sport  » et des politiques de tarif préférentiel pour les Bruxellois dans les piscines et centres sportifs de la Ville ; négocier avec la STIB pour permettre aux Bruxellois de profiter du Centre sportif de la STIB à Haren ; développer les salles spécialisées en arts martiaux et en boxe. • P  lus de sports dans chaque quartier : avoir une offre sportive forte dans chaque quartier et à partir de chaque école ; renforcer les partenariats entre les clubs et les écoles, les clubs et les organisations de jeunesse ; ouvrir les terrains et salles des écoles aux habitants du quartier ; développer les infrastructures de sport de rue dans chaque quartier et assurer du personnel d’encadrement pendant les heures de fréquentation. • R  enforcer l’aide aux clubs locaux qui pratiquent une véritable politique de jeunes (prêt de matériel, subventions, formation des bénévoles et des entraîneurs des équipes de jeunes) ; rénover les infrastructures sportives et poursuivre la politique d’aménagement de terrains synthétiques. • O  rganiser les premiers « jeux olympiques intra-bruxellois  » pour motiver, et détecter les talents dans les écoles et clubs et aider à la prise en charge des sportifs. • D  oter la Ville de Bruxelles, en partenariat avec la Région et l’Etat Fédéral, d’un stade moderne capable d’accueillir des manifestations sportives internationales et des manifestations culturelles. 9


Bruxelles plus humaine

une ville à visages humains Nous voulons que Bruxelles soit avant tout une ville humaine. L’humanité d’une ville se mesure à l’attention qu’elle porte au bonheur de ses habitants, au respect qu’elle leur accorde quelles que soient leurs origines et aux services qu’elle offre aux aînés, aux plus fragiles, aux isolés et à tous les « accidentés de la vie ». Durant cette législature, la Ville et le CPAS ont investi massivement dans la politique sociale mais de nombreux défis restent à relever. Aussi nous voulons lancer dès le premier trimestre 2013 un nouveau programme social «  Ville - CPAS -  associations » qui aurait l’originalité de créer pour la première fois un vrai partenariat entre toutes les associations impliquées dans les politiques de solidarité et les services compétents du CPAS et de la Ville, afin de planifier et renforcer les services, de répartir mieux les tâches et les missions dans le cadre d’une réelle stratégie collective et concertée avec des objectifs chiffrés et évalués via un comité d’accompagnement à constituer.

Renforcer les services aux personnes tant du CPAS que des associations • Dès le début de la législature, faire une étude prospective des besoins, des services aux personnes, emplois et formations à créer dans les 10 ans et organiser sur cette base une stratégie pluriannuelle avec une liste de places et projets à créer dans le secteur public, associatif et privé. • A  méliorer le fonctionnement et l’accueil du CPAS en développant ses différents services et guidances ; en recourant à des guichets d’information unique ; en diminuant les tâches administratives des assistants sociaux pour les rendre plus disponibles ; en transformant la permanence SAMU en une permanence « urgence sociale » sur le modèle des permanences médicales (avec un numéro vert unique) ; en renforçant les antennes décentralisées et la convivialité des locaux ou encore en désignant un médiateur pour le CPAS. • D  évelopper, en coordination avec la Maison de l’Emploi et de la Formation, les politiques actives de « coaching  » social du CPAS au bénéfice de la mise à l’emploi, notamment via les articles 60 et 61, en renforçant le plan de stimulation scolaire et de formation pour les jeunes bénéficiant d’un revenu d’intégration sociale. • D  évelopper la création d’entreprises sociales (repassage, repas, petits travaux) créatrices d’emplois au service des habitants, hôpitaux et institutions de la Ville ; favoriser la création d’épiceries sociales (prix 80 % moins élevé que dans le commerce) et encourager l’ouverture de restaurants sociaux dans les différents quartiers. • D  évelopper les maisons de quartier et les rendre plus agréables et plus accessibles (ouverture le soir avec des animations conviviales, permettre la location des locaux à tarif préférentiel par des associations).

Menselijker Brussel Onze sociaal programma « Stad-OCMW-verenigingen » • V ersterken van diensten aan personen van zowel verenigingen als van het OCMW • Een tweede huisvestingsplan van 1.500 woningen na het succes van het eerste Plan van 1.000 woningen • Een Stad die zorg draagt voor senioren • Het ontwikkelen van een Gemeentelijk Gezondheidsplan • Een ambitieus plan inzake de zorg voor personen met een handicap

www.stadbrussel.cdenv.be 10

• D  éployer le soutien et le travail des associations afin de faire de Bruxelles une ville plus associative, notamment en établissant un contrat entre la Ville et les asbl de la Ville, basé sur les principes d’autonomie des asbl, d’objectivité dans l’attribution des subventions, d’égalité de traitement, de reconnaissance et de valorisation du volontariat, de participation et de concertation constante avec la Ville ; en créant des Maisons des Associations dans les différents quartiers ; en donnant au monde associatif, la possibilité de proposer des actions via des appels à projets avec le soutien de coordinateurs de projets. • L  utter contre l’isolement et le suicide avec des plans de lutte contre l’isolement par quartier (sur la base d’une coordination entre acteurs sociaux du quartier et d’un recensement des personnes seules et précarisées), avec une plus grande prise en compte de la dimension intergénérationnelle dans toutes les politiques de la Ville et le développement du logement partagé (habitat intergénérationnel).


Bruxelles plus humaine

“ Nous proposons le premier programme social Ville - CPAS - Associations qui augmente les services aux habitants, aux familles et aux seniors et construit de nouveaux logements. ”

Un second Plan Logement de 1.500 logements après la réussite du premier Plan des 1.000 logements • A  ugmenter l’offre de logements moyens et sociaux en organisant et suscitant un second round de construction de 1.500 logements à tailles humaines, au loyer abordable dont au moins la moitié de logements financés par le public  ; augmenter le nombre de logements publics pour familles nombreuses et assurer la diversification et une plus large dispersion des logements (petits ensembles répartis sur le territoire plutôt que grands immeubles).

aide locative au niveau communal via les réserves de la Régie foncière et des sociétés de logement, en assurant la promotion des aides aux garanties locatives, ou encore en favorisant le développement des agences immobilières sociales.

• A  ccompagner obligatoirement toute construction importante de logements nouveaux par des infrastructures de proximité (places, espaces verts, commerces, salles de sport, crèches, transports en commun, etc.).

• O  ptimiser la lutte contre les logements et bureaux vides (amendes, aménagements des logements au-dessus des commerces), soutenir la transformation de bureaux en logements ou équipements collectifs et supprimer en 6 ans les derniers chancres urbains. Créer au sein de l’administration un service de contrôle logement chargé de lutter contre les abus en matière de logement, de lutter contre les habitations insalubres, les chancres urbains, les propriétaires peu scrupuleux et les marchands de sommeil.

• D  évelopper le logement partagé, la colocation et les habitations intergénérationnelles et permettre, comme l’a fait la Ville de Strasbourg, de mutualiser les ressources de différentes familles pour financer ensemble leur logement ou certaines infrastructures collectives via des consultations « habitat participatif ».

• M  ieux coordonner la politique du logement en ayant un seul responsable du logement, une « coordination logement  », en rapatriant toutes les propriétés communales dans une seule Régie foncière, en diminuant drastiquement le nombre de sociétés de logements sociaux et en professionnalisant leur gestion.

• A  méliorer la qualité de vie et la sécurité dans les logements sociaux en sécurisant davantage les logements (caméras, concierges, présence de médiateurs, badges de sécurité), en renforçant l’accompagnement social et la qualité de l’accueil et de l’écoute des occupants par les responsables, en rénovant et en isolant les logements sociaux afin de protéger les locataires des hausses du coût de l’énergie, en améliorant les espaces communs (éclairage, entretien régulier des halls d’entrée, peinture des communs, création de lieux de rencontres, de sports et de détente) et les espaces verts et de jeux autour des logements sociaux.

• C  réer un guichet unique du logement visant à informer les citoyens sur l’ensemble de l’offre, qu’elle émane de la Régie, des SISP, du CPAS ou des autres acteurs publics ou associatifs.

• P  ermettre des loyers abordables en instaurant une allocation loyer au niveau de la Région, destinée aux personnes en attente d’un logement social pour leur permettre de louer un logement privé, en envisageant une

• O  ptimiser le fonctionnement de la Régie foncière (service de maintenance et réparations d’urgence, acquisition et rénovation d’immeubles à l’abandon, optimisation des places de stationnements gérées par la Régie). • R  enforcer l’aide aux plus démunis, notamment les dispositifs d’urgence pour les sans-abris (CASU), en instaurant une coordination étroite entre la Ville et les associations et en augmentant les lits accessibles toute l’année, la qualité des sanitaires et le nombre de logements de transit.

11


Bruxelles plus humaine

Une Ville aux petits soins pour les Seniors • M  ettre sur pied dès le premier trimestre 2013 un programme 2013-2018 de places complémentaires diversifiées de logements pour les aînés : résidencesservices, habitations sociales, logements partagés, habitations intergénérationnelles, maisons de repos ; favoriser les activités et habitats intergénérationnels, l’implantation de crèches près des maisons de repos et seigneuries, les activités en commun des associations travaillant avec les enfants, les jeunes et les seniors. • S  outenir toute initiative facilitant le maintien à domicile des Seniors telle que l’octroi d’une « allocationautonomie » permettant soit d’aménager sa maison, soit d’engager une aide à domicile (aide-familiale ou ménagère, distribution de repas et soins à domicile, aides administratives, petits dépannages techniques), les aides aux déplacements à l’extérieur, la dynamisation de l’Asbl Service d’Aide aux familles bruxelloises (aides à domicile). • R  enforcer le « Plan communal Seniors » et confirmer le label « Ville Amie des Aînés » décerné par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) en 2010 visant à développer une dimension intergénérationnelle dans toutes les politiques de la ville. • R  enforcer les initiatives sportives, culturelles de formation et de loisirs pour les aînés de la ville ainsi que les Espaces Seniors. • F  avoriser la participation citoyenne des aînés et valoriser leur expérience au bénéfice des habitants de la Ville en incitant les Seniors qui le souhaitent à continuer à travailler bénévolement au sein des associations de la Ville, au sein des écoles de devoirs, pour les visites des enfants malades, pour la garde après l’école, et en soutenant les associations d’aînés pour développer la participation citoyenne et encourager le volontariat. • L  ancer l’opération «   Bruxelles sans peur   » pour les aînés (service d’accompagnement par quartier pour les personnes isolées ayant peur de sortir seules, « service de télévigilance » en contact avec un service de garde, services de déplacements pris en charge, services administratifs on line, loisirs plus accessibles, livraisons à domicile, etc.).

Elaborer un Plan communal de la Santé • F  aire de Bruxelles une « Ville Santé », avec pour objectif de faire reconnaître la Ville de Bruxelles par l’Organisation mondiale de la Santé comme une « Ville Santé » ; en établissant un « diagnostic santé » précis de la Ville et un cadastre des services et des besoins. • Elaborer un Plan communal de la Santé rédigé avec les acteurs médicaux de terrain, impliquant le renforcement de la coordination et de la communication entre les diverses professions de la santé, la coordination sociale, le CPAS et les divers services existants dans la commune ; adopter un Plan communal de lutte contre les Assuétudes impliquant tous les acteurs et les acteurs scolaires. • A  ttribuer la compétence Santé à un membre du Collège chargé d’analyser chacun des projets politiques de la Ville selon leur influence sur la santé, de lancer une 12

politique de promotion de la santé dans la Ville, de promouvoir la médecine de proximité, les maisons médicales et le dossier médical global, ou encore de mener des campagnes de sensibilisation, notamment auprès des parents de jeunes enfants, afin de lutter contre le recours abusif aux services d’urgence des hôpitaux. • A  méliorer l’accès aux structures de soins en facilitant le transport pour les personnes à mobilité réduite vers les structures de soins (via le système de taxis sociaux) et en en facilitant le déplacement des médecins et infirmiers à domicile via une politique de stationnement spécifique. • O  ptimaliser l’organisation et la gestion des hôpitaux du réseau IRIS en poursuivant l’intégration des services et la coordination de l’offre médicale, et en développant l’intégration des médecins généralistes et de famille dans le fonctionnement des hôpitaux IRIS, notamment comme alternative aux urgences. • A  dopter un Plan Alzheimer pour organiser et fédérer une prise en charge autour et pour le bénéfice de la personne malade et de ses aidants proches ; réaliser un cadastre digital des défibrillateurs accessibles sur le territoire de la Ville.

Un programme ambitieux de soutien aux personnes handicapées • C  réer une plate-forme «  handibruxelloise  » regroupant tous les services concernés par le handicap pour évaluer et émettre des avis sur les décisions de la Ville. • F  aire adopter par la Ville une charte avec les services et les personnes concernées par le handicap sur la base de leur mémorandum. • E  tablir un plan nouveau d’accessibilité aux évènements et infrastructures de la ville et adapter les évènements, communications et formulaires de la ville aux besoins des moins voyants et des malentendants. • R  enforcer l’aide aux déplacements des personnes à mobilité réduite par des navettes de la Ville et le soutien aux services concernés par le handicap.


bruxelles plus douce à vivre

une ville plus durable, mobile, verte, propre et belle Si Bruxelles a besoin de sérénité, c’est parce qu’elle étouffe encore sous le poids de l’énergie fossile et des voitures et que s’y déplacer est difficile, c’est parce que ses habitants ont besoin d’arbres et de verdure et d’espaces piétonniers qui leur soient réservés pour vivre, flâner, parler, faire jouer les enfants. Si Bruxelles a besoin de sérénité, c’est parce que ses habitants veulent un cadre de vie durable, propre et beau, des bâtiments harmonieux et esthétiques. Si Bruxelles a besoin de sérénité, c’est parce que la Ville doit définitivement devenir une ville durable du 21ème siècle dont l’énergie est économisée et provient de sources alternatives durables et dont toute l’architecture et la politique se basent sur un modèle de « ville humainement active et énergétiquement passive ». Une ville plus douce à vivre est donc une ville durable à énergie positive, une ville mobile, plus verte, plus propre, et plus belle.

Une stratégie ambitieuse de transition énergétique, environnementale et de douceur de vivre au quotidien Faire de Bruxelles la première ville durable à énergie positive et la première Capitale post-carbone Adopter un plan communal de transition énergétique en lien avec l’agenda 21 (et comportant un volet emploiformation) ayant pour objectifs de diminuer de 20  % les émissions de gaz à effet de serre et d’augmenter de 20  % les économies d’énergie et les énergies renouvelables comprenant les propositions suivantes : • A  mplifier les efforts de développement d’une unité de production d’énergie renouvelable (notamment l’énergie solaire) pour répondre aux besoins énergétiques de la Ville et des logements, et à terme remettre le surplus de production sur le marché de l’énergie en en faisant une nouvelle source de revenus pour la Ville ; développer une expérience pilote de coopérative regroupant des habitants en association avec les entreprises pour développer leur unité de production énergétique dans leur immeuble / rue / pâté de maisons. • D  iminuer l’empreinte écologique de la ville en désignant un responsable « anti-gaspi » chapeautant un véritable service «  économies d’énergies » de la Ville, en

charge aussi du lancement d’un nouveau plan d’isolation des bâtiments publics et des logements sociaux et publics et de l’achat de véhicules propres. • E  conomiser collectivement l’énergie en adoptant les normes « bâtiment à énergie positive » dans tous les nouveaux projets immobiliers, en développant tous les prochains contrats de quartier avec les principes régissant la construction des écoquartiers, en développant des primes à l’audit énergétique et à l’isolation de qualité, des mécanismes de tiers investisseurs pour les travaux d’économies d’énergie, en favorisant les achats groupés d’énergie par rue ou par quartier, ou encore en élaborant un plan d’information et de formation sur les pratiques ménagères économes.

Une ville plus mobile • E  tablir un nouveau plan communal de mobilité dont l’objectif est de diminuer l’usage de la voiture de 20 % et d’augmenter de 20 % celle des transports en commun, basé sur la notion de transport «  multimodal » (inciter à faire varier le mode de déplacement selon la spécificité de l’activité et de la personne). • A  ugmenter le nombre, la fréquence et la rapidité des transports en commun en instaurant un partenariat avec la STIB ; obtenir notamment un Métro Nord/ Sud passant par les boulevards du centre et vers NederOver-Heembeek et Haren ; avoir de nouvelles lignes de tram (e.a. une ligne de bus intra-Pentagone et vers NederOver-Heembeek et Haren) ; obtenir que les parkings de dissuasion tout autour de la Ville offrent des tickets STIB gratuits à ceux qui les utilisent. • D  oper les nouveaux modes de transport doux : la mise en place de minibus de la Ville gratuits circulant de 7h du matin à minuit, de dessertes fluviales via des péniches adaptées au transport de personnes, un «  Plan vélo  » ayant pour objectif de porter à 20  % la part des déplacements quotidiens à vélo (sites propres, extension des sites «  Villo!  »), le développement de cartes et indications pédestres (chemins et itinéraires fléchés avec la durée des déplacements entre différents points pour inciter les habitants à se déplacer plus souvent à pied en semaine et le week-end).

13


bruxelles plus douce à vivre • A  voir une politique de stationnement plus cohérente et mieux contrôlée  ; lutter plus activement contre le trafic de transit en privilégiant les habitants avec des cartes de riverains moins chères et dont les zones sont élargies, en vidant progressivement le Pentagone de la circulation de transit (notamment en réaménageant les boulevards du centre et les places Anneessens, Rouppe, Fontainas, Bourse et De Brouckère), en interdisant le transit de poids lourds dans le centre et les quartiers habités, en augmentant les zones 30, en autorisant un stationnement gratuit de courte durée (15 minutes) dans les zones commerçantes (zones « Shop and Ride ») et en luttant contre le phénomène des voitures, camions et cars « ventouses » avec un règlement communal et des amendes administratives plus sévères. • E  tablir un programme de mobilité des personnes à mobilité réduite (taxis adaptés sociaux, aménagement des accès, etc.) via un plan pluriannuel de rénovation des voiries ou encore un plan d’accessibilité des personnes à mobilité réduite. • Organiser un service de transport scolaire de la Ville et établir un « plan local de sécurité routière, notamment aux abords des écoles » : sensibilisation des parents, élèves et directions d’écoles, plans de mobilité, covoiturage, réintroduction des rangs scolaires en fin de journée, aménagement des voiries, présence de gardiens de la paix aux sorties d’école, cours de sécurité routière, respect strict des normes de sécurité lors des déplacements effectués en dehors de l’école (excursions, classes de mer, etc.). • R  enforcer dans le prochain règlement communal la lutte contre les incivilités routières (comportements agressifs, véhicules en double file, parking sauvage, usage excessif d’enceintes dans un véhicule la nuit, etc.).

Une ville plus piétonne et conviviale Dès le début de la législature, établir dans le cadre d’un programme spécifique « nouveaux espaces piétonniers  » le nombre d’espaces supplémentaires que l’on veut «  piétonniers  » dans chaque quartier sur la base d’une consultation des habitants ainsi que les espaces que l’on veut «  piétonniers  » seulement le week-end ou durant les vacances avec un objectif chiffré ambitieux. • R  éhabiliter les boulevards du centre au travers d’un master plan prenant en compte la relance d’une dynamique commerciale de qualité et l’atténuation de l’effet de barrière des boulevards ; créer un espace piétonnier adapté et praticable entre De Brouckère et Fontainas  ; étendre la zone piétonne autour de la Grand-Place à la Place de la Bourse et dans le quartier Saint-Géry ; réaménager la Place du Sablon. • I nvestir dans de petits aménagements légers par quartier qui changent la vie, le cas échéant cogérés par les citoyens : petites infrastructures légères de sport et de jeux, petits espaces de plantations, fontaines et robinets, expositions tournantes d’œuvres d’art extérieures, plan lumière par quartier. • A  mplifier la politique de revitalisation des quartiers en obtenant de nouveaux contrats de quartier, en poursuivant la lutte contre les chancres et les friches industrielles, en développant la fonction récréative de certains quartiers (notamment le long du canal), ou encore en réactualisant le « plan lumière » de la Ville. • E  laborer un véritable plan de lutte contre le bruit. Soutenir les associations bruxelloises qui défendent les droits et la qualité de vie des habitants de Bruxelles contre les risques et nuisances causés par le trafic aérien  ; faire exécuter l‘accord de gouvernement qui diminue les nuisances pour les habitants de Bruxelles.

Une ville plus belle • P  enser et créer le schéma architectural du futur de la ville et la doter de grands projets architecturaux ambitieux lui donnant une nouvelle harmonie et un nouveau déploiement ; lancer, comme à Bordeaux, une Biennale d’architecture, d’urbanisme et de design destinée à penser la revitalisation des quartiers et à valoriser l’architecture contemporaine et la dynamique urbaine de Bruxelles avec ceux qui la créent, la construisent et la vivent (architectes, urbanistes, entrepreneurs, habitants) ; poursuivre le projet Néo visant à transformer le plateau du Heysel de manière esthétique et originale et développer la zone du canal et les sites de Tour et Taxis, de Schaerbeek-Formation et de la cité administrative en espaces contemporains mêlant les différentes fonctions urbaines. • M  ettre en place une stratégie proactive afin de valoriser et faire vivre le patrimoine bruxellois, notamment en soutenant les associations patrimoniales ; augmenter la participation active de la Ville aux Journées du patrimoine. • F  aire aboutir différents plans d’aménagements et de restauration : le quartier du Sablon, les façades de la Grand-Place, l’affectation et l’aménagement de la Bourse, les pavillons Meudon ou encore la ferme Den Bels.

14


bruxelles plus douce à vivre

“ Nous voulons que Bruxelles ait fait, d’ici 2018, sa transition énergétique et environnementale pour devenir la première ville durable et mobile du futur et la première capitale post-carbone. ” Faire de Bruxelles la première Capitale verte d’Europe • D  ès le début de la législature, mettre sur pied un schéma ambitieux visant à augmenter, d’ici 2018, la plantation d’arbres et de verdures complémentaires dans les rues, sur les places, autour des logements sociaux, des écoles et les espaces libres. Aucune rue ne doit à la fin de la législature se retrouver sans arbre sur les trottoirs. • L  ancer une opération de sensibilisation, d’information et d’aide aux habitants pour planter au pied des maisons des plantes vertes et grimpantes ; déployer la sensibilisation des habitants pour les espaces fleuris et le fleurissement des façades ; lancer, comme à Barcelone, l’aménagement de murs végétaux et de toits verts, créer de nouvelles promenades vertes. • F  ormaliser la stratégie « biodiversité » menée entre 2006 et 2012 par l’adoption d’un plan communal pour tout le territoire de la Ville en y associant les habitants afin de protéger la biodiversité dans la gestion des espaces verts, tout en garantissant un accès à tous dans les parcs de la Ville ; poursuivre le développement des parcelles de potager pour les habitants notamment autour des logements sociaux. • R  eprendre la propriété de terrains sous-utilisés et les rénover en parcs, comme c’est le cas du Parc Arthur Maes à Haren, et de certains intérieurs d’îlots  ; soigner les arbres et clôturer les parcs laissés à l’abandon en mettant à disposition des gardiens de parc complémentaires.

• O  rganiser une meilleure gestion de la propreté lors des marchés, foires, brocantes, manifestations et autres grands évènements en espaces publics via une équipe spécifique (adoption du principe pollueurpayeur, imposition de l’utilisation de gobelets réutilisables avec un système de caution, installation de cendriers publics et de poubelles sélectives). • R  éintroduire progressivement dans l’espace public des sanitaires publics neufs, esthétiques, d’accès gratuit et ouverts 24h/24. • F  avoriser davantage le tri sélectif des déchets et le compostage en l’étendant à tous les logements de la Ville ; imposer un espace de tri lors de la construction de tout nouvel immeuble ; doter la Ville de machines de destruction de canettes ; promouvoir, là où c’est techniquement et financièrement possible, l’installation de bulles à verre enterrées afin de limiter les nuisances pour les riverains. • L  utter radicalement contre les incivilités et la délinquance environnementale en renforçant le dispositif de poursuites et de sanctions permettant aux agents assermentés de la propreté de verbaliser systématiquement, en augmentant la sévérité des amendes administratives, en renforçant le nombre d’agents affectés à la surveillance propreté ou encore en multipliant les caméras de surveillance aux points les plus pollués  ; mettre en place une brigade verte de lutte contre les dépôts clandestins.

• M  ettre sur pied un programme de partage de jardins en intérieur d’îlots pour les habitants qui le souhaitent (comme en Grande-Bretagne).

Une ville plus propre • R  enforcer le personnel affecté au service propreté et étudier les possibilités de synergie entre les « Services Propreté » et « Espaces verts ». Exécuter l’accord institutionnel et une meilleure répartition des tâches entre l’autorité communale et l’autorité régionale. • A  ugmenter le nombre de poubelles publiques et à tri sélectif, installer des déchetteries communales par quartier et des déchetteries itinérantes, avoir plus de ramassage d’encombrants à domicile.

Brussel: zachter om er in te leven Brussel: duurzamer, mobieler, groener, mooier en properder • E rvoor zorgen dat Brussel de voornaamste duurzame stad met positieve energie wordt en de eerste post-koolstof hoofdstad • Een stad die mobieler is • Een stad die meer gericht is op de voetganger en de gezelligheid • Een mooiere stad • Ervoor zorgen dat Brussel de eerste Europese Groene Hoofdstad wordt • Een schonere stad

www.stadbrussel.cdenv.be 15


b ru x e lle s m é t ro p o le dy n a m i q u e

une métropole économique et culturelle dynamique et innovante Bruxelles est la capitale de l’Europe, la capitale de la Belgique, la première ville diplomatique du monde en nombre d’institutions internationales qui siègent sur son territoire, une des principales villes de Congrès, le premier bassin d’emploi du pays. Nous manquons malgré tout d’ambition collective pour rendre notre ville plus créatrice d’emplois pour les Bruxellois, plus dynamique pour aider les indépendants et les entrepreneurs, plus attractive pour les investissements et les touristes, plus créative, innovante et détonante pour les activités culturelles et les grands évènements, plus renommée comme Capitale nationale et européenne, plus originale dans ses projets. Nous devons donc lancer notre ville dans une stratégie de dynamisme économique, énergétique, culturel, évènementiel et touristique créateur d’emplois, la faire bouger et innover. Aussi voulons-nous établir un schéma de déploiement national et international en partenariat avec tous les niveaux de pouvoir intitulé « opération BXL 2020 : métropole dynamique et innovante du futur ». Ce schéma de déploiement doit être pensé dans le cadre d’une stratégie collective avec l’ensemble des pouvoirs publics compétents à Bruxelles et concentré sur les nouveaux pôles de déploiement de la Ville : - commerce et Horeca ; - tourisme, politique culturelle et évènementielle ; - t ransition énergétique et environnementale ; - digitalisation et nouvelles technologies ; - services aux personnes.

Doper les commerces et l’Horeca • O  rganiser les Assises du Commerce et de l’Horeca, entre janvier et mars 2013, en partenariat avec Atrium, afin d’élaborer avec les commerçants le « programme : Bruxelles la commerçante » 2013-2019 comprenant notamment de nouvelles décisions concernant les aides à l’établissement et à l’activité et le redéploiement commercial de la ville, la Promotion de Bruxelles comme ville de shopping, le plan de sécurité renforcée des commerçants et restaurateurs contre les vols et agressions, la nouvelle organisation du dialogue avec les commerçants et la redynamisation de la Commission consultative des commerçants, l’implication des commerçants et de l’Horeca dans la stratégie des grands évènements (Plaisirs d’hiver, Brussels Summer Festival), des actions conjointes entre les commerçants et les acteurs de tourisme, la promotion (en collaboration avec l’Union des Classes moyennes) de modules d’initiations aux métiers de la vente dans chaque quartier commerçant. • D  évelopper de nouveaux commerces diversifiés via notamment la Régie et assurer le redéploiement des centres commerciaux historiques et la relance du commerce de proximité (campagnes d’information, valorisation de l’espace public, stationnement gratuit de courte durée dans les zones commerçantes, évènements festifs, coaching des jeunes commerçants, tutorat des commerces subsidiés, etc.). • A  voir une politique de parking et de transports en commun renforcée dans les quartiers commerçants (navettes de la Ville vers les quartiers commerçants, etc.) ; instaurer la gratuité des places de stationnement dans l’espace public sur l’heure de midi et évaluer, après une période d’essai, son impact sur le secteur du commerce et de l’Horeca. • A  ssurer l’harmonisation et la cohérence des enseignes, notamment via le programme « Rénovation des devantures commerciales » d’Atrium en collaboration avec des professionnels créatifs, et lancer le plan « lumière et visibilité des commerces ». • E  ncourager et développer le concept d’« Afterwork Shopping » dans le centreville pour faciliter la vie aux habitants et attirer davantage, après les heures de bureau, les touristes d’affaires et les congressistes.

16


b rux e lle s m é tro p o le dy n a m i q u e

Développer les autres initiatives porteuses d’emploi  éployer une nouvelle dynamique de création d’activités et d’emplois • D dans le secteur de la transition énergétique et environnementale avec des services adaptés ; établir le plan de création d’emplois et de formation de la Ville qui y correspond.

“ Nous proposons un nouveau schéma ambitieux de déploiement de la Ville basé sur une stratégie collective de dynamisme économique, culturel, événementiel et touristique créateur d’emplois. ”

• C  réer, au centre de Bruxelles, un espace pluriel de rencontre, de création, d’expérimentation et d’innovation dédié aux technologies numériques : un espace de travail collaboratif en réseau, convivial, ouvert tant aux professionnels qu’aux passionnés et aux simples utilisateurs, afin d’accueillir tous les contributeurs de la vie numérique dans un même espace. • F  aciliter et orienter les porteurs de projets dans leurs différentes démarches : mise en place d’un guichet unique, création d’un portail internet, diffusion d’un guide pratique, lancement d’un réseau local d’entrepreneurs ou encore d’un service spécifique d’accompagnement personnalisé des commerçants ; créer un registre des entreprises locales pour les informer de tout marché public initié par la commune. • F  aire connaître les différents outils et aides mises en place et faire la promotion du numéro 1819 créé par l’ABE pour un accès direct à un réseau (public et privé) d’accompagnement des entreprises à Bruxelles. • A  lléger et simplifier les charges administratives et la fiscalité sur l’ensemble de l’activité économique ; envisager une politique de zones franches par quartier plus précarisé en vue d’inciter à l’implantation des entreprises. • S  outenir et faire mieux connaître les centres d’entreprises et les guichets d’économie locale situés dans les quartiers et veiller à la pérennité de l’industrie de manière harmonieuse et durable. Continuer à renforcer l’attractivité du tourisme • R  enforcer le plan pluriannuel du tourisme sur base d’une nouvelle coordination entre tous les acteurs et des attentes des touristes (congressistes, touristes internationaux, touristes locaux, touristes thématiques, jeunes, etc.) comprenant un plan stratégique destiné à faire de Bruxelles le premier centre de congrès international en Europe (à l’horizon 2020) grâce notamment au Centre de Congrès « Square » au Mont des Arts et au futur centre de congrès sur le plateau du Heysel. • C  ontinuer à renforcer l’accueil des touristes (BIP, stewards d’accueil touristiques en été, pôle marketing pour jeunes visiteurs, site www.brusselsmania. com), des étudiants Erasmus (Brussels Mania Party) et des congressistes (services d’accueil spécialisés et nouveau stand à l’aéroport) ; renforcement du Brussels Booking Desk ; soutenir le projet de chaîne de télévision touristique « Visit Brussels TV »  ; continuer de développer l’attractivité de Bruxelles comme lieu de tournage pour les équipes de production étrangères. • F  aire aboutir le projet Néo sur le plateau du Heysel pour en faire un projet urbanistique culturel et touristique futuriste, en dotant la Ville d’un grand centre de congrès international et d’une infrastructure susceptible d’accueillir les évènements sportifs internationaux et les manifestations culturelles importantes, ainsi que d’un grand « Central Park » pour le Nord de Bruxelles. • M  ieux valoriser le patrimoine architectural, folklorique et culturel bruxellois afin de rendre Bruxelles plus chaleureuse, plus animée, plus colorée, plus attractive ; créer des indications touristiques uniformes originales ; mettre en place un « Pass Culture  » nocturne. • D  évelopper un tourisme « Durable » (déplacement, espaces verts, alimentation durable, labels environnementaux). • D  évelopper un projet de Times Square sur la Place De Brouckère avec pour objectif de permettre une diffusion élargie de l’information culturelle et évènementielle de la Ville ainsi que retransmettre sur écrans géants les grands évènements sportifs. 17


b rux e lle s m é tro p o le dy n a m i q u e

Une politique évènementielle renforcée, ciblée et valorisée • F  aire de Bruxelles une ville de grands évènements culturels, sportifs, évènementiels, socio-économiques nouveaux qui renforcent son attractivité et lui offre un nouveau modèle de déploiement spécifique et original et de création d’emplois ; établir avec les autres communes et la Région un calendrier des évènements et sur cette base fixer l’agenda de la Ville de manière claire. A  u-delà des évènements actuels (Bruxelles les Bains, le Brussels Summer Festival, Plaisirs d’Hiver, Ommegang, etc.) imaginer, sur la base du travail d’un groupe d’experts et de responsables politiques, culturels et évènementiels, un nouveau programme d’évènements complémentaires d’envergure à des différents moments récurrents de l’année : -  un « Carnaval nocturne de la Lumière » avec des parades lumineuses poétiques au Mardi Gras ; -  un Festival européen des Arts du Cirque et de la Rue dans tout Bruxelles à Pâques ; -  un Festival européen de la Culture arabe en mai ; - un « Festival de Théâtre et d’Opéra » de grande envergure avec des présentations en plein air dans tous les lieux publics de la Capitale en août ; - un immense marché aux puces annuel à vocation internationale en septembre ou octobre ; -  une « Nuit blanche » de renommée internationale début octobre ;  - une Parade d’Halloween artistique et poétique à la Toussaint ; - un « Parcours des Stylistes » organisé en partenariat avec la Maison de la Mode et du Design (MAD) autour de grands noms de la création bruxelloise ; - des « Transports de la Gastronomie » permettant aux grands-chefs belges de démontrer leurs talents dans des lieux de transports étonnants (tram, métro, train)  ; -  une « Mostra du Design » dans la Centrale ; -  une « Convention annuelle de la planète » sur l’ensemble des thèmes environnementaux ; -  un « sommet de la BD » en décembre. • S  outenir les programmes de formation des jeunes aux métiers de l’évènementiel comme celui mis sur pieds par « Rock the City ». Faire de Bruxelles la métropole de la culture

Brussel: dynamische metropool Brussel omvormen tot een economisch en cultureel dynamische en innovatieve metropool • D  etailhandel en Horeca stimuleren • A ndere veelbelovende initiatieven op het gebied van tewerkstelling ontwikkelen • De aantrekkelijkheid van het toerisme blijvend versterken • Een event-enhanced, gericht en gewaardeerd beleid • Van Brussel dé metropool op het vlak van cultuur maken

www.stadbrussel.cdenv.be 18

aire de Bruxelles une métropole culturelle d’envergure avec un nou• F veau projet « BXLCulturelle » impliquant tous les acteurs culturels situés à Bruxelles et préparé avec eux. Assurer la constitution d’un réseau de la culture et d’une plate-forme de rencontres régulières entre opérateurs afin d’améliorer la coordination entre tous les acteurs. Avoir une meilleure collaboration voire intégration entre la politique des grands évènements et la politique culturelle via idéalement un échevinat commun entre la culture, le tourisme et les grands évènements  ; créer le « Bureau BxlCulturelle » fédérant notamment le bureau des grands évènements et Brufête. • B  ruxelles, ville des musées, des grandes expositions et de l’art contemporain : - C  réer en collaboration avec l’Etat fédéral, l’Union européenne et les grandes capitales européennes un Musée de l’Histoire et de l’Art européen « le brussEUM » (Brussel’s European Museum) incarnant dans son architecture l’histoire, la grandeur et l’identité de Bruxelles capitale de l’Europe avec deux fonctions  : l’histoire européenne et la construction européenne et représenter les différentes créations artistiques jusqu’à nos jours des 27 pays impliquant un partenariat avec les musées des 27 et une rotation tous les 6 mois des pièces non exposées ou exposées. -  Aménager l’Atomium pour en faire un Musée d’Art contemporain et faire de la Centrale le Musée du Design ; réformer et moderniser le musée de la Ville de Bruxelles ; renforcer les collaborations avec les musées fédéraux pour une politique plus coordonnée (un pass pour les musées, etc.).


b rux e lle s m é tro p o le dy n a m i q u e

-  Elargir et promouvoir les nocturnes dans les grands musées bruxellois et les développer dans les lieux culturels par une mutualisation et une alternance de l’offre existante. -  Faire du parc de Bruxelles et du parc du Cinquantenaire des musées d’art moderne en plein air accueillant des œuvres contemporaines fixes qui tournent et assurer le développement d’une politique de placement d’œuvres en espace public (Parc Royal, Bois de la Cambre,…). -  Assurer dans le cadre de partenariats public privé et internationaux une stratégie renforcée d’accueil de grandes expositions de renommée internationale et faire du Heysel et du projet Neo un lieu renforcé d’expositions internationales. • B  ruxelles ville de la danse, du cirque et des arts urbains : doper le festival européen des arts du cirque et de la rue à Pâques et aménager un lieu de référence européen en matière d’arts du Cirque sur le site de Tour & Taxis, notamment un Cirque d’Hiver ; diversifier les soutiens aux initiatives de Street Arts ; populariser et renforcer l’attractivité et les spectacles des Brigittines afin d’en faire un centre renommé de la danse contemporaine en partenariat avec les écoles de danse ; mettre à disposition des murs disponibles pour déployer les capacités créatives des auteurs de dessins et graffitis artistiques ; créer une Maison des Cultures urbaines. • B  ruxelles ville du théâtre et de l’opéra : organiser la journée du théâtre avec tous les théâtres situés dans la Ville de Bruxelles : journée porte ouverte et journée de représentation gratuite pour les habitants de Bruxelles ; déployer, à partir du théâtre nomade, un « festival du théâtre et de l’opéra » de grande envergure avec des représentations en plein air dans tous les lieux publics de la capitale ; avoir une politique de soutien renforcée aux initiatives de création théâtrale, aux Centres culturels, au théâtre itinérant (notamment dans les logements sociaux) et aux arts de la rue (notamment dans les anciens kiosques). • B  ruxelles ville des concerts et de la musique : construire sur le plateau du Heysel une grande salle multimodale de spectacle et de sport sous une forme architecturale contemporaine dans le cadre du projet Neo ; doper le Brussel Summer Festival ; créer un « Festival de la Musique arabe » ; ou encore créer dans le cadre des Plaisirs d’Hiver un « Festival de musique classique » et un parcours extérieur de représentations autour de la Grand-Place avec un « son et lumière » adapté. • B  ruxelles ville de l’offre culturelle de proximité, accessible et participative : mettre en place, en concertation avec l’ensemble des grandes institutions culturelles présentes sur le territoire de la Ville des abonnements multi-lieux, des « Pass Culture  », des billets gratuits pour les précarisés. Développer des ludothèques intergénérationnelles et interculturelles ; installer des espaces culturels au sein de chaque maison de quartier ; organiser des « excursions culturelles » pour les enfants des quartiers ; installer des théâtres de marionnettes dans les parcs ; multiplier les partenariats culturels entre les Ecoles, les Académies, les Maisons de jeunes et les différents opérateurs culturels de la Ville ; faire de toutes les bibliothèques de la Ville de vrais lieux de culture vivante en les ouvrant davantage à tous les âges et à tous les publics (expos, festival du conte, marionnettes, espaces cybermédias, etc.)  ; renforcer l’information sur la vie culturelle à Bruxelles  ; développer le centre culturel de la Cité modèle. • B  ruxelles ville du soutien à la création : offrir des salles et un soutien aux jeunes groupes et artistes issus de la ville, leur offrir des prime time avant les concerts plus officiels ; déployer les parcours d’artistes dans tous les quartiers  ; lancer des « appels à projets aux artistes locaux », l’organisation d’un festival des jeunes artistes bruxellois (musique, arts plastiques, danse, etc.) ou encore le développement de lieux de création et de créativité artistique, en encourageant, comme à Paris, la création de quartiers artistiques et culturels spécifiques ; renforcer le soutien aux projets interculturels et d’échange visant à faire rencontrer les deux communautés linguistiques ; développer un bottin des artistes bruxellois. 19


bruxelles plus efficace

une gouvernance efficace, moderne et honnête misant sur la proximité et la diversité Nous voulons déployer pour la Ville une stratégie de gouvernance basée sur l’efficacité, la modernité, l’honnêteté, la proximité et la diversité. Avoir une gestion du 21ème siècle avec une administration compétente, réorganisée, professionnelle, des services on line, des lieux d’accueil optimaux, une décentralisation des services, une éthique de gouvernance irréprochable avec des processus de contrôle rigoureux, une accessibilité à tous et vers tous. Nous voulons enfin que la Ville incarne la Capitale de la diversité culturelle, linguistique, religieuse et philosophique réussie.

• D  éployer un plan de management nouveau, renforçant l’audit interne, les indicateurs de performances, les objectifs chiffrés, les évaluations, la réorganisation, la simplification et la participation, améliorant la répartition des compétences internes et celles de la Ville et des asbl communales, ainsi que l’efficacité, la motivation et la valorisation de l’administration ; organisation de task forces et de coordinations ; choisir une répartition des compétences plus homogène entre échevins ; responsabiliser l’administration (contrats de management et d’objectifs entre le Collège et les services avec évaluations externes)  ; instaurer le mandat à durée déterminée et renouvelable pour les hauts fonctionnaires. Une gestion éthique et honnête • I nstaller un comité d’audit externe permanent et indépendant et réduire les émoluments liés aux mandats publics et le nombre de cumuls de mandats rémunérés au sein de la Ville. • E  tablir un code de déontologie sévère pour tous les mandataires communaux (lutte contre le clientélisme et les conflits d’intérêts, transparence des rémunérations, présence et disponibilité des mandataires, rapports avec l’administration). • C  onclure un pacte d’objectivation des désignations dans l’ensemble des administrations, des subsides communaux et des logements publics. Une administration proche et au service de la population • A  dopter un plan de convivialité et de décentralisation des services de l’administration : continuer à améliorer l’accueil aux guichets, à augmenter le nombre de démarches administratives on line pour tous, à renforcer la décentralisation des services communaux dans les quartiers, à étendre les heures d’ouverture en dehors des heures de bureau, à simplifier les procédures administratives pour les citoyens et les entreprises, à utiliser l’usage d’autres langues pour renforcer la qualité de l’accueil ; organiser une halte-garderie dans les locaux des administrations communales. • P  révoir un médiateur communal qui pourrait réceptionner toutes les plaintes et critiques des habitants de la commune et assurer le bon suivi des plaintes reçues.

Une gestion efficace et moderne • Mettre sur pied une gouvernance de la Ville mieux coordonnée avec l’ensemble des niveaux de pouvoir afin de renforcer l’efficacité des politiques et de lancer une stratégie audacieuse collective de déploiement socio-économique, sociale et culturelle identique avec des objectifs chiffrés communs à tous les pouvoirs publics bruxellois et des mesures d’évaluations externes constantes. • U  n budget sain et une lutte contre les gaspillages en développant un plan anti-gaspi et d’optimalisation budgétaire au sein des institutions de la Ville, en veillant à l’équilibre budgétaire et en mettant sur pied une cellule sponsoring et recherche de subsides nationaux et européeens afin d’alléger le coût des projets et d’en financer de nouveaux. • N  e pas augmenter la pression fiscale générale durant la prochaine législature. 20

• D  évelopper un grand projet de ville digitale comme à Bordeaux pour réduire la fracture numérique et garantir l’accès à Internet pour tous en déployant des antennes wifi sur les infrastructures de la Ville ; garantir une administration digitale on line, plus accessible et plus pragmatique ; dupliquer sur les téléphones mobiles une partie des services communaux accessibles à partir d’un ordinateur ; moderniser le site de la Ville pour en faire un site convivial et complet  ; développer davantage le guichet électronique de la Ville en collaboration avec la Région afin de travailler avec les cartes d’identité électroniques et permettre le paiement en ligne sécurisé. • F  avoriser la mise en ligne, pour le grand public, d’un outil interactif permettant une localisation en temps réel (tenant compte des horaires) en assurant la disponibilité rapide des informations en open data sur le trafic routier en temps réel, l’offre de transports publics, les possibilités


bruxelles plus efficace

offertes par Villo! (pour prendre ou déposer un vélo) ou Cambio, l’offre de stationnements, l’offre de soins (hôpitaux, maisons médicales, médecins, dentistes, pharmaciens, vétérinaires, etc.), les services (police, toilettes publiques, défibrillateurs, etc.) les plus proches, l’offre culturelle (cinémas, musées, théâtres, etc.), les commerces de proximité accessibles (ouverts), etc. • C  réer un poste de « Monsieur Haren » au sein de l’administration afin de développer un plan stratégique spécifique pour Haren tenant compte des réalités propres du quartier et de son enclavement. Faire de Bruxelles une ville participative et conclure un pacte avec les associations • Faire de Bruxelles une ville plus participative par le recours à des formules innovantes de participation  : ateliers-débats, panels citoyens, consultations populaires, etc. • M  ettre en place de nouveaux types de services urbains sur la participation des usagers, sur des infrastructures numériques partagées et ouvertes, sur le modèle de FixMyStreet mis en place en Angleterre pour permettre aux citadins de signaler un problème dans une rue ou un quartier (problème de voirie, de propreté, de sécurité, etc.) ; organiser via une application digitale une liste de petites infrastructures (trottoirs, poubelles, bulles à verres, réverbères, jeux d’enfants, etc.) ou d’éléments environnementaux (arbres, haies, partie de parc, parterres de fleurs, etc.) et organiser à l’instar de New York la possibilité d’une prise en charge citoyenne par parrainage impliquant la responsabilisation.

règles de vivre ensemble et de tolérance à la différence de l’autre, et spécifiant des engagements de lutte contre le racisme, l’islamophobie, l’antisémitisme, l’homophobie et le sexisme que connait Bruxelles. • A  voir une administration, une police, un CPAS, des écoles et des services respectant et reflétant la diversité en s’inspirant des conclusions des « Assises pour l’Interculturalité ». • C  réer la Semaine de la diversité et déployer la plateforme interconvictionnelle locale de la Ville. • E  tablir un plan de la diversité dans la Ville et désigner un échevin qui coordonne toute la politique de diversité transversale de la Ville. • R  enforcer toutes les initiatives de partenariat avec les institutions européennes et d’intégration des fonctionnaires, diplomates et citoyens européens ou non-européens vivant à Bruxelles. • E  ncourager davantage les échanges entre communautés linguistiques, culturelles et confessionnelles pour renforcer la mixité culturelle, la connaissance et le respect de l’autre. • O  rganiser à l’école des formations pour tous sur les différentes religions et morales philosophiques. • R  enforcer les liens et le partenariat entre les néerlandophones et les francophones à Bruxelles et leurs associations et institutions respectives.

“ La Ville sera le moteur d’une gestion publique moderne, efficace, éthique et proche du citoyen, la symbolique de la diversité réussie et de l’unité nationale. ”

• O  rganiser une session annuelle d’un Conseil communal jeunesse qui aura lieu pendant une semaine lors des vacances scolaires pour les jeunes de 12 à 16 ans et dynamiser le Conseil des aînés.  aire de Bruxelles une ville associative en créant des • F espaces des Associations dans les différents quartiers, en renforçant les partenariats et collaborations de l’administration avec les associations, les entreprises et le secteur privé. • Encourager les initiatives s’inscrivant dans la perspective des « Villes en transition » : groupes d’achats solidaires, paniers bio, jardins partagés, co-voiturage, services, etc. • S  igner un pacte entre les asbl et la Ville établissant un partenariat basé sur les principes d’autonomie des asbl, d’objectivité dans l’attribution des subventions, d’égalité de traitement, de reconnaissance et de valorisation du volontariat, de participation et de concertation constante avec la Ville. • A  ider à mettre aux normes, construire ou mettre à disposition des locaux pour les mouvements de jeunesse et les asbl. Une diversité réussie avec une charte de la diversité pour tous les acteurs et habitants de la Ville • C  onclure avec les citoyens et les différents acteurs de la Ville (écoles, associatif, commerçants, policiers, fonctionnaires, gestionnaires de logements, responsables politiques) une charte de la diversité ayant pour objectif de faire de Bruxelles la ville du respect et de la diversité réussie, comprenant le socle des valeurs de base collectives de la Ville, des droits et obligations de chacun, des

Efficiënter Brussel Het beheer van de stad op basis van efficiëntie, moderniteit, eerlijkheid, nabijheid en diversiteit • • • •

E fficiënt en modern bestuur Een ethisch en eerlijk bestuur Een vlot toegangkelijke administratie en bevolkingsdienst Van Brussel een participatieve stad maken en een pact afsluiten met de verenigingen • Een succesvolle diversiteit met een handvest van diversiteit voor alle betrokkenen en inwoners van de stad

www.stadbrussel.cdenv.be 21


oëlle 1 JMILQUET

ertin 2 BMAMPAKA

amza 3 HFASSI-FIHRI

athrine 4 KJACOBS

hristian 5 CCEUX

aid EL 11 SHAMMOUDI

atima 12 FMOUSSAOUI

rédéric 13 FCRICKX

estorine 14 NKIMBONDJA

usuf Benhur 15 YERGEN

21 LAURENT

22 CDEhristian LEEUW

oubna 23 LAZGHOUD

 enry H SCHIETERE 24 de de LOPHEM

ajyha 25 NAYNAOU

eleen 31 HGOUBERT

nnie 32 AMOKTO

 ohamed 33 M ARBAI

ziz HAJ 34 AMHAND

atricia 35 PCOOMANS

irye 41 LCIKU

livier 42 OFILOT

hristian 43 CBOONE

osa 44 RGORDILLO

Gérard 45 VERGOUTS

M  arie-Françoise

notre équipe


ianca 6 BDEBAETS

 eneviève G 7 OLDENHOVE de GUERTECHIN

idier 8 DWAUTERS

ouad 9 SRAZZOUK

Mie-Jeanne

Emmanuelle 10 HALABI

éronique 16 VHARGOT-DELTENRE

ülabi 17 GKUBAT

eoffroy 18 GKENSIER

19 NYANGALUMBALA

éronique 20 VPETERS

ohamed 26 M EL HAMROUNI

ut 27 OSIVIXAY

rsin 28 EYUKSEL

ries 29 DCOOLS

Marius 30 NDOLIMANA

36 LDEaurent MEYER

 osée (Pepita) 37 JPIEN

lbert 38 ALONCIN

Gulian 39 HUSSEINOVA

Gertie 46 LINDEMANS

47 DBAieynaba

ean 48 JREMY

alvatore 49 SBONGIORNO

 enri 40 HHENDBOEG

rencontrez chacun de nos candidats sur cdhbxl.be


speed dating Vous voulez rencontrer Joëlle Milquet ? Elle sera présente dans votre quartier : • M  ercredi 12 septembre 2012 de 16h à 18h - Laeken Café Houba 75 av. Houba De Strooper à 1020 Bruxelles • Lundi 17 septembre 2012

de 18h à 20h - Haren

Queen’s Café 10 rue Harenheyde à 1130 Bruxelles • Mercredi 19 septembre 2012

de 18h à 20h - Centre - Les Quais

Café Le Lombard 1 rue du Lombard à 1000 Bruxelles

conférences

• Dimanche 23 septembre 2012

« Vos enfants et leur école » Rencontre ouverte à tous les habitants de Bruxelles avec la Ministre de l’enseignement, Marie-Dominique Simonet et Joëlle Milquet Mercredi 12 septembre à 18h Institut Maris Stella, 101 rue Stevens-Delannoy à 1020 Bruxelles La rencontre sera suivie d’un exposé sur les troubles de l’apprentissage.

« Deux femmes, deux langues, deux partis, une même vision » « Twee vrouwen, twee talen, twee partijen, een zelfde visie » avec/met Joëlle Milquet et/en Bianca Debaets Mercredi 19 septembre à 19h30 / Woensdag 19 september 19u30 La Tentation, 28 rue de Laekensestraat, 1000 Bruxelles/Brussel La soirée aura lieu en néerlandais et en français / De conferentie zal plaatsvinden in het Nederlands en het Frans.

Inscription souhaitée avant le 17 septembre / Inschrijven v r 17 september via bdebaets@bruparl.irisnet.be ou/of 02 / 213 71 57

de 18h à 20h - Quartier européen Le Saint Martin 24 av. de la Chevalerie à 1000 Bruxelles

• M  ercredi 26 septembre 2012

de 18h à 20h - NOH - De Wand

Au Bon Coin 2 rue Francois Vekemans à 1120 Bruxelles • Dimanche 30 septembre 2012

de 18h à 20h - Nord Héliport

Oostende Taverne 21 chaussée d’Anvers à 1000 Bruxelles • Lundi 1er octobre 2012

de 18 à 20h - Louise

Michael Collins Irish Pub 1 rue du Bailli à 1000 Bruxelles • M  ercredi 3 octobre 2012

de 18h à 20h - Marolles

Café La Folie 145 rue Blaes à 1000 Bruxelles • Mercredi 10 octobre 2012

de 18h à 20h - Midi - Anneessens Salon de Thé Chellah 165 rue Van Artevelde à 1000 Bruxelles

Les autres permanences ont lieu le mercredi matin sans rdv de 9h à 12h au cdH, 41 rue des Deux Eglises à 1000 Bruxelles (métro Arts Loi).

cdh ville de bruxelles 41 rue des Deux Eglises 1000 Bruxelles cdH Ville de Bruxelles cdhbxl@gmail.com / cdhbxl.be CD&V Stad BrusseL   Moorsledestraat 140 1020 Brussel cdenvstadbrussel stadbrussel.cdenv.be

Ne pas jeter sur la voie publique - E.R. : Jean Remy, rue des Deux Eglises, 41 - 1000 Bruxelles - Imprimé sur du papier éco-responsable / Illustrations © Martin Saive / Design: La Cuisine Graphique

Venez fêter la rentrée à la « September  Party », grande soirée spéciale organisée pour les habitants de Bruxelles le vendredi 28 septembre 2012 à partir de 20h à La Tentation, 28 rue de Laeken à 1000 Bruxelles (cocktails, bands, concerts, dj, salsa, hip hop et dance jusque très tard ).


Programme_2012_CDenV_CDH