Page 1


SOMMAIRE Une crèche au Japon...........................................................p.4 Workshop entre ville et nature.........................................p.8 Concours archmedium......................................................p.14 Un collège campus............................................................p.18 Le pavillon du réemploi....................................................p.24 La richesse du lieu..............................................................p.28 De la route à la rue...........................................................p.34 Penser la vie péri-rurale................................................. p.40


Une crèche au Japon Dans le cadre d’un stage dans une agence Tokyoïte, il nous a été demandé, à une camarade et moi de préparer un concours pour la réalisation d’une crècheécole dans un village de montagne de la préfecture de d’Okayama. Après un travail de relevé sur site, nous avons fait différentes propositions d’implantation. La forme du bâtiment permet de créer des espaces de jeux extérieurs et le programme est organisé en bandes. Chacune d’elle accueille une catégorie d’âge différente et l’association de ces bandes permet de définir les espaces de circulation éclairés par un patio. Les formes organiques sont uniformisées par la trame de la structure à la fois serrée et répétitive.

p.4

Plan RDC de la crèche


ANNÉE 2016

TRAVAIL COLLECTIF avec Sophie Ponthieu

PROGRAMME crèche et jardin d’enfants de 2 à 6 ans

ENCADRANT Ryo Abe

LIEU Nishiawakura, préfecture d’Okayama, Japon

p.5


p.6


p.7


Workshop entre ville et nature *

GR Urbain

WORKSHOP S7 VILLE/NATURE N°3 Échelle 1/5000

KUNG FOOD

Arrêt de Arrêt debus bus

Navette maritime

Ponton Pontons

Canal

Bus stop

Pontoons

Voie principale Voie principale

Arrêt de bus

Bus stop Pour y parvenir, l’idée est de rendre le Pontons quartier plus attrayant. UnPontoons important travail a été effectué sur l’amélioration conditions Voie des principale Main Routes de transports (voie de bus en site propre, de bus créée création de parking relais, Voie association Bus lane created du GR Urbain réseau de transport en commun descallanques GR dansàles Paths in Callanques KUNG FOOD circuits piétons et cyclables...). Il est complété Accès mer par la création de nouveaux Seapoints access d’intérêts Navette maritime Arrêt de bus labshuttle au pôle Bus stop qui ponctuent les parcours (fab Water multimodal, plages et restaurants le Pontons Canal long de Pontoons la nouvelle balade du bord deCanal mer, petits Voie principale gîtes dans les calanques...). Espace vert ouvert

Main Routes

Opened green area

Voie de bus créée

Limite callanques

Bus lane created

GR dans les callanques

p.8

Paths in Callanques

Callanques limit

Equipement Equipment

Parking

Limite callanques Callanques limit

GR dans GR dans les callanques les calanques Paths in Callanques

Car park *

WORKSHOP S7 VILLE/NATURE N°3 Échelle 1/5000

Equipement Equipment

[Proposition de projet]

Accès mer Accès mer Sea access

Refuge

Navette maritime

Navette maritime Water shuttle

Refuge

Espace repas

Canal Canal

Eat place

Canal

Limite callanques

P

Port

Espace vert ouvert

Espace vert Opened green area

Limite calanques Callanques limit

Harbor *

WORKSHOP S7 VILLE/NATURE N°3 Échelle 1/5000

Parking Car park

Equipement

Équipement Equipment Refuge Refuge Refuge

Espace repas Espace repas Eat place

Port Port

Harbor

Parking Parking Car park

500m

Harbor

Opened green area

Bus lane created

Espace repas Port

Espace vert ouvert

Main Routes

0m

Eat place

Canal

Voie de Voie debus buscréée créée

Le scénario sur lequel nous nous sommes penché est celui d’une densification GR Urbain KUNG FOOD urbaine.

Refuge

Water shuttle

N

Dans le cadre d’un workshop de l’ENSA Marseille, nous avons travaillé sur le rapport ville/nature sur la zone de Montredonpointe rouge, à l’entrée des calanques.

[Pr Refuge

[Proposition de projet]


ANNÉE 2016

TRAVAIL COLLECTIF avec 9 autres élèves de l’ENSA Marseille

refuge et aires de repas dans les calanques, aménagement de la côte

ENCADRANTS Ryo Abe

PROGRAMME nouveau réseau de mobilité,

LIEU Pointe rouge et Montredon, Marseille GR Urbain KUNG FOOD

Plan du nouveau réseau de transports

GR Urbain KUNG FOOD

Plan d’un ponton

p.9


TYPO 1


Concours Archmedium Le programme imposait une imbrication complexe de nombreuses typologies de logements étudiants et chambres d’hôtel. Nous avons travaillé sur 4 cellules de base et leurs possibilités de combinaison afin d’envisager 10 typologies différentes. La flexibilité permet ici de répondre à l’évolution de la demande en logements temporaires. Bien que communautaire, le bâtiment reste ouvert sur le quartier. En particulier, le RDC s’offre à la ville comme espace semi-public abritant commerces et marché public. L’aspect du bâtiment est pensé en harmonie avec les constructions alentour et sa volumétrie permet de délimiter un jardin public insulaire faisant face au fleuve.

p.14


ANNÉE 2016 PROJET COLLECTIF avec Sophie Catalano PROGRAMME 120 chambres d’étudiant (3 typologies différentes), 120 chambres d’hôtel (5 typologies différentes) LIEU Schlesische street, Kreuzberg district, Berlin

p.15


5.

7.

Schéma d’assemblage

1B 35 m2

1C 45 m2

1A 15 m2

Hotel and residence

6.

Student residence

1A 15 m2

3.

Kitchen Bathroom Bathroom

Bathroom 7 m2

10.

10. 3.

8.

3A 60 m2, 1 bathroom, 2 big size rooms (or 4 regular rooms)

9.

3B 20 m2, 1 bathroom 1 room

Typical floor

8. Hotel and residences 9. Student residence 10. Study space

2A 30 m2, 1 kitchen, 1 bathroom, 2 rooms

Kitchen 15 m2

2A + 3B = 2B (50 m2, 1 kitchen, 2 bathrooms, 3 rooms) 3B + 3A = 3C (80 m2, 2 bathrooms, 5 rooms) 3A + 2A = 2C (90 m2, 1 kitchen, 2 bathrooms, 6 rooms) 2A + 3B+ 3A = 2C (110 m2, 1 kitchen, 3 bathrooms, 7 rooms)

p.16

Hotel and residence

Plan d’un étage courant (hôtel à gauche, chambres étudiant à droite)

m

10.

3.

C oms, 6 rooms)

10.

First floor

5. Play room, hotel’s hall, bar, 6. Student’s common space 7. Offices

JIQ Flexion and Extension


Student residence

on and Extension

nsion

Coupe perspective

p.17


Un collège campus Pour le nouveau collège catholique de la nativité, la maitrise d’ouvrage a imposé une implantation en campus. Cette contrainte a déterminé les principes d’organisation de l’espace : un terrain de sport en terrasse pour libérer de l’espace en RDC ainsi que le regroupement des salles de classe par pôle de niveau. L’ensemble est organisé de façon concentrique avec, de la périphérie au centre : la clôture filtrante, les jardins, les pôles d’enseignement, la coursive et la cour. La forme des salles de classe est déterminée par des principes de ventilation naturelle et d’apports solaires.

N

Pour ce concours, il m’a été demandé de produire les éléments de rendu suivants : plan masse, coupes, élévations. Plan masse du projet (document personnel)

p.18

0m

50m


ANNÉE 2017

TRAVAIL COLLECTIF dans le cadre de l’agence

ENCADRANTS Guillaume Calas

PROGRAMME collège

LIEU Aix-la-Duranne, Aix-en-Provence

Protection face aux vents dominants (document du reste de l’équipe)

Perspective des salles de classe depuis les jardins (document du reste de l’équipe)

p.19


ÉlÊvation sud (document personnel)

0m

10m

Coupe transversale (document personnel)

0m

10m

p.20


p.21


Département H21 Les projets suivants ont été réalisés dans le cadre du département de master « H21 : habiter le monde, penser la décroissance au XXIème siècle ». Ce département s’inscrit dans le paradigme d’un monde où l’énergie, la matière, l’espace, le temps et le savoir sont limités. Dans cette mesure, les dispositifs architectoniques s’efforcent de développer, aussi bien au niveau des usages, des pratiques collectives, du bâtiment, de la ville ou du territoire, une simplicité volontaire conduisant à plus de bien-être (individuel, collectif, écosystémique), moins de consommation et plus d’attention aux autres.

p.22


p.23


ées

tà ge.

Le pavillon du réemploi Pour faire tendre le Cabot vers un quartier auto-soutenable et convivial, l’objectif du projet est de faire comprendre que l’espace public est un bien commun. Si tout le monde veut en profiter, tout le monde doit en prendre soin. Un type de gestion des déchets, plus soutenable et responsabilisant que le tri, permet de5faire émerger cette dynamique : le réemploi.

MICRO-PROJET

RESSOURCES LOCALES

COMPOST

DÉCHETS TRIÉS

p.24

EMBELLIR

DE

MATIÈRES ORGANIQUES

L’ESPACE CONSTRUCTION

NOUVEAUX USAGES

CONSIDÉRATION DES DÉCHETS

Schéma résumant le fonctionnement du micro projet

D.D.Scénarios Scénarios D. Scénarios

Le dispositif succite la curiosité et l’intérêt 1 1 1 des voisins qui l’étendent jusqu’à leurs seuils. L’espace public est entretenu et le piéton retrouve sa place. Les conteneurs Les passants Les passants utilisent utilisent lepassants pavillon le pavillon pour pour Les utilisent le pavillon pour de tri sélectifs initiaux ont disparu au profit effectuer effectuer leur trileur sélectif tri sélectif et deleur nouveaux et de nouveaux effectuer tri sélectif et de nouveaux du réemploi. usages usages se créent se créent autour autour dese la créent structure. de la structure. usages autour de la structure.

Nous installons donc, à proximité de conteneurs municipaux une structure servant à la fois de ressourcerie et d’atelier. Chacun peut venir y déposer ses déchets mais surtout se servir en matériau. Constituée de portiques en bois récupéré, la structure est elle-même un manifeste d’architecture de réemploi. Le sol, actuellement sale et abîmé est rendu plus agréable afin de faciliter la pratique de cet espace public. Le techniques mises en œuvre sont simples et peu coûteuses ce qui permet d’envisager leur prolongation par les habitants sur le seuil de leur habitation.

AMÉNAGEMENT

ENCOMBRANTS

Coupe C

STRUCTURER

2

2

2

Le pavillon Le pavillon brassebrasse des résidents des résidents aux des auxrésidents aux Le pavillon brasse intérêts intérêts diversdivers et permet et permet dedivers nouvelles de et nouvelles intérêts permet de nouvelles rencontres. rencontres. Les habitants Les habitants s’entreaident s’entreaident rencontres. Les habitants s’entreaident pour leur pourprojet leur projet personnel. personnel. pour leur projet personnel.

RESSOURCERIE DU CABOT

Frise chronologique des impacts du micro projet

3

3

3

Les utilisateurs Les utilisateurs ont Les pris ont l’habitude pris l’habitude utilisateurs ont pris l’habitude d’effectuer d’effectuer des travaux des travaux ensemble. ensemble. Ils Ilsensemble. Il d’effectuer des travaux décident décident de mettre de mettre à profità cette profit énergie cette àénergie décident de mettre profit cette éne pour améliorer pour améliorer l’espace l’espace public. public. pour améliorer l’espace public.


AV E N U E F É M Y

AV E N U E F É M Y

ANNÉE 2015

PROJET COLLECTIF avec Grégoire Hennequin et Nastya Sanchez 3

3

PROGRAMME pavillon de réemploi, tri sélectif

Kilian Kilian

ENCADRANTS Jean-Marc Huygen, Souad Rahbi, Antoine BOULEV LUDOUL BAORUDL EHVOAURDDOHUO

LIEU Avenue de la Campagne Berger, Le Cabot, Marseille

Coupe AACoupe AA

ls ergie

MICRO-PROJET MICRO-PROJET STRUCTURER STRUCTURER

RESSOURCES LOCALES RESSOURCES LOCALES

COMPOST

DÉCHETS TRIÉS DÉCHETS TRIÉS

COMPOST

ENCOMBRANTS ENCOMBRANTS

AMÉNAGEMENT AMÉNAGEMENT DE

MATIÈRES ORGANIQUES MATIÈRES ORGANIQUES

L’ESPACE

CONSTRUCTION CONSTRUCTION

EMBELLIR

EMBELLIR

DE

L’ESPACE

NOUVEAUX USAGES NOUVEAUX USAGES

CONSIDÉRATION DES DÉCHETS CONSIDÉRATION DES DÉCHETS

4

4

De nouvellesDe installations fabriquées nouvellessont installations sont fabriquées et s’ajoutent àetl’existant, du la gestion du s’ajoutentlaàgestion l’existant, compost prend de l’importance, et sert à compost prend de l’importance, et sert à l’entretient del’entretient la végétation duvégétation voisinage.du voisinage. de la

5

5

Le dispositif succite la curiosité Le dispositif succiteetlal’intérêt curiosité et l’intérêt des voisins qui jusqu’à leurs jusqu’à leurs desl’étendent voisins qui l’étendent seuils. L’espace public est entretenu et le seuils. L’espace public est entretenu et le piéton retrouve sa place. Lessa conteneurs piéton retrouve place. Les conteneurs de tri sélectifsdeinitiaux ont disparu tri sélectifs initiauxau ontprofit disparu au profit du réemploi. du réemploi.

RESSOURCERIERESSOURCERIE DU CABOT DU CABOT

p.25


Avenue de la campagne Berger

0m

5m

N Plan du pavillon et des alentours

p.26


on du réemploi

ÉNSA-M, H21, r&s / 15 décembre 2015 Thomas Saint-Laurent, Grégoire Hennequin, Nastya Sanchez

pace public

e chaque individu. ncontre où la diversité des intérêts agora en étant considéré comme un considère que l’espace public :

(espace monopolisé).

ut le monde, c’est donc laisser la dre vers la convivialité.

public het

preté définissent les rapports entre t ces tâches à autrui, impliquer les c’est :

ersible d’appropriation de l’espace, nt (diminution du volume de déchets,

dérer l’espace public comme bien de ramassage...)

eaux

ui vont au-delà du simple tri sélectif t:

s à de futures créations, espace de ), ables,

habitants (action d’appropriation par l’entretenir,

Vue d’oiseau

p.27


La richesse du lieu Le projet s’inscrit dans une réflexion globale sur le quartier du Cabot à Marseille avec comme problématique générale : comment faire tendre le Cabot vers un quartier auto-sounable et convivial ? Pour y parvenir, le fait de renforcer l’autonomie et la résilience du quartier par une production locale semblait pertinent. Après une analyse du quartier, il est apparu que cette dernière pouvait s’appuyer sur l’activité de jardinage très répandue dans le quartier.

Plan du bâtiment et du jardin

p.28

0m

5m

N

Le bâtiment délimite deux espaces sur la parcelle : une esplanade où les cabotins peuvent déposer leurs déchets végétaux et un jardin. Un atelier prend place entre les deux : c’est le lieu du passage de la matière morte à la matière vivante. Ceci est matérialisé par les façades. Côté nord, le bois est stocké et permet de protéger le bâtiment du vent et de la pluie. Côté sud, l’épaisseur de la façade sert de serre pour les semis dont la croissance au fil des saisons permet de réguler l’apport de lumière.


ANNÉE 2016

TRAVAIL INDIVIDUEL

ENCADRANTS Manon Bublot, Stéphane Herpin, Cécile Frappat, Éric Baffie, Jean-Marc Huygen

PROGRAMME parc, atelier de jardinage, séchoir à bois

LIEU Avenue de la campagne Berger, Le Cabot, Marseille

N Plan de l’avenue de la campagne berger

p.29


Temps 1 : les habitants viennent déposer leurs déchets végétaux. Ils découvrent qu’ils peuvent récupérer du bois de chauffage ou des graines pour leur jardin.

p.30

Temps 2 : le de discution la vie couran


e thème de l’art du jardin fédère les habitants. Ils échangent autour de ce thème. Ce temps n, est un prétexte à discuter d’autres sujets. L’entraide dans les activités manuelles s’étale à nte et améliore l’autonomie.

Temps 3 : les habitants ne dépendent plus de plantes vendues dans le commerce. Le nombre de potagers grandit et l’autonomie alimentaire également.

Temps 4 : Grâce aux vocations suscitées, des producteurs se sont installés au Cabot. Les échanges se multiplient laissant place à l’entraide et à l’autogestion.

p.31


De la route à la rue De la route à la rue

Le projet s’inscrit dansen une ralentissant réflexion penser la mobilité globale sur la commune de Correns ythme de vie et de parcours dans le Var. L’objectif à long terme est de diminuer la place prise par la voiture avec notamment la création de stationnement dissuasif aux entrées du village. s trottoirs étroits mme espaces Or pour que cefonctionnels système fonctionne, il faut

véhicule à vitesse V1 Champ de vision C1 voiture

e individuelle est indispensable à Correns. Pourtant, ce mode de transport est difficilement ble avec l'idée d'un village soutenable et convivial, par la pollution qu'il génère et par la place qu'il ans l'espace public. Puisque l'on ne peut pour l'instant pas envisager de se séparer de la voiture, il diminuer les impacts négatifs et notamment vis-à-vis d'autres modes de déplacement plus doux.

n diminue sa vitesse de déplacement, on devient plus attentif à son environnement. On a plus de our anticiper les mouvements des autres et s’y adapter. C’est donc par un ralentissement que vient e en compte mutuelle et une cohabitation entre véhicules motorisés et modes de déplacement doux.

Champ de vision C2 Un module = une nouvelle fonction avec son rayonnement d’utilisation

véhicule à vitesse V2

trottoirs sont si étroits qu’ils ne sont pas pratiqués. La marche n’est alors pas agréable car la voiture comme maître absolu : elle ne laisse que des bribes d’espace inutilisables pour le piéton. À travers le ojet, nous proposons d'affecter les trottoirs étroits à de nouvelles fonctions. Les structures apportent :

que les trajets depuis les parkings jusqu’au centre-village soient agréables.

ythme à la rue, ce qui fait paraître le temps moins long, réduction visuelle de l'espace dédié à la voiture, mouvement et des marques de vie dans la rue.

rue

s éléments contribuent à rendre l'espace plus agréable. Or lorsqu’on traverse un espace agréable, on our prolonger le contact avec lui. Ce ralentissement permet une prise en compte des usagers. ssée devient un vrai espace partagé entre modes de déplacement doux et véhicules motorisés.

à vitesse V1

Nous avons donc choisi d’intervenir sur la rue notre dame, à l’entrée sud de Correns afin de faire de cet axe, aujourd’hui route de circulation, une véritable rue vivante et agréable pour le piéton.

Le ralentissement permet une prise en compte mutuelle : si V1>V2 alors C2>C1

Le ralentissement permet une prise en compte mutuelle : si V1>V2 alors C2>C1

Les interventions limitent visuellement l’espace de la voitu la chaussée devient un espace partagé

Ralentissement : espace de manœuvre à l’intersection.

Champ de vision C1

Pour cela, nous installons des modules sur le trottoir qui rythment la rue. Ils servent de support à de nouvelles activités sur l’espace public, notamment celles liées à l’entretien du seuil. La rue apparaît ainsi comme un véritable espace habité et les voitures s’en nt permet une prise en compte mutuelle : si V1>V2 alors C2>C1 trouvent ralenties.

voiture Ralentissement : deux voitures qui arrivent frontalement doivent l’une se décale pour laisser passer l’autre.

piéton

Ralentissement : deux voitures qui arrivent frontalement doivent l’une se décale pour laisser passer l’autre. L’Argens

Champ de vision C2

V2

p.32

Un module = une nouvelle fonction avec son rayonnement d’utilisation

Situation actuelle : le piéton évite la voiture, Lesune interventions visuellement l’espace de la voiture, part infimelimitent de l’espace public lui est dédiée. la chaussée devient un espace partagé

om

sc

on

cti

n Fo

s

ire

ta

en

m plé

Ralentissement : espace de manœuvre à la sortie d’un stationnement.

Situation actuelle : les zones d’accélération le long

de la rue Notre-Dame correspondent aux zones étroites. Le interventions limitent l’espace de la voiture, la chaussée devient un espace partagé Ralentissement : espace de manœuvre à l’intersection.


ANNÉE 2016

TRAVAIL COLLECTIF avec Hamza Saddiqi et Shining Suon

PROGRAMME mobilier urbain

ENCADRANTS Jean-Marc Huygen, Souad Rabhi

LIEU Avenue de la campagne Berger, Le Cabot, Marseille

p.33


p.34


p.35


Tps 1 : les piétons récupèrent l’espace de la chaussée qu’ils devront partager avec les véhicules motorisés

p.36


Tps 2 : les habitants s’approprient les installations et les nouvelles activités rayonnent sur la chaussée. Des signes de vie se matérialisent dans la rue

p.37


Tps 3 : le principe se développe dans des rues adjacentes ce qui crée une continuité de parcours agréables jusqu’au centre-village.

p.38


Tps 4 : l’espace public devient un espace partagé. Le nombre de voitures circulant dans le village diminue au profit d’un espace plus convivial.

p.39


Penser la vie péri-rurale La Condamine à Corens

Projet de fin d’études / 22 janvier 2018 Thomas Saint-Laurent / enseignant Antoine Kilian

Penser une qualité de vie péri-rurale

À Correns, les néo-ruraux s’installent principalement en périphérie du village et restent très dépendants de leur voiture. Pour y remédier, il était important de penser une qualité de vie péri-rurale. Ainsi le projet s’intéresse à la densification du hameau de la Condamine qui passe de 6 à 40 logements. Ces derniers peuvent s’adapter à la taille des ménages grâce à une bande technique centrale. Ils sont largement ouverts sur l’extérieur (cour anglaise, jardins d’hiver, bibliothèque-lanterne) de façon à profiter au mieux des apports solaires et des vues sur le territoire. Le quartier gagne par ailleurs en autonomie et en complexité par l’établissement de nouveaux usages (ateliers, travail à domicile, verger, élevage...) et ainsi, le rapport entre centrevillage et périphérie est ré-équilibré.

1. Implantation de part et d’autre de la rue

N Plan de situation

p.40

0m

250m

3. Respirations urbaines et lieux de vie, cours anglaises et terrasses semi-privatives


1. IMPLANTATION DE PART ET D’AUTRE DE LA RUE

GSPublisherVersion 0.0.100.100

GSPublisherVersion 0.0.100.100 GSPublisherVersion 0.0.100.100

GSPublisherVersion 0.0.100.100 GSPublisherVersion 0.0.100.100

ANNÉE 2018 GSPublisherVersion 0.0.100.100

TRAVAIL INDIVIDUEL dans le cadre du PFÉ ENCADRANT Antoine Kilian GSPublisherVersion 0.0.100.100 GSPublisherVersion 0.0.100.100

PROGRAMME 10 à 40 logements (modulable), ateliers, verger, élevage de poules et lapins

LIEU La Condamine, Correns, Var

N

2. Failles cadrant le paysage

4. Variations du rythme et jeu de hauteurs

Plan masse

0m

100m

p.41


GSPublisherVersion 0.0.100.100

GSPublisherVersion 0.0.100.100

GSPublisherVersion 0.0.100.100

ementsCependant, est facilement modulable. Aussi, les assemblages Cependant, comme ces comme ménages ces ménages peuvent rapidement peuvententre rapidement évoluer la évoluer la és base laissent place àpeuvent une variété de logements, ant,de comme ces rapidement évoluer la aille des logements taille desménages logements est facilement estgrande facilement modulable. modulable. Aussi, les Aussi, assemblages les assemblages entre entre Cependant, comme cesgrâce ménages peuvent rapidement évoluer la Fig.32 : exemple des T5.deux Ceci est notamment possible à une centrale ents estunités facilement modulable. Aussi, assemblages entre es les deux de base unités laissent de base place laissent àles une place grande àbande une variété grande de variété logements, de logements, taille des logements facilement modulable. Aussi,du les assemblages entre envisai accueille escaliers ou les salles d'eau en fonction de base laissent place àest une grande variété degrâce logements, du studio du aules T5. studio Ceci auest T5. notamment Ceci est notamment possible possible à une grâce bande à une centrale bandeaménagements centrale Fig.32 Fig.32 des : exemple des : exemple les deux unités de base laissent place à une grande variété de logements, geables en RDC iveaux de l'habitation (simplex ou duplex). . Ceci esttechnique notamment grâce àles unesalles bande envisaaménagements envisaechnique qui accueille quipossible les accueille escaliers lesou escaliers oud'eau lescentrale salles en fonction d'eau endu fonction du: exemple Fig.32 des aménagements du studio au T5. Ceci est notamment possible grâce à une bande centrale : exemple en RDC geables engeables RDC des aménagements envisa-Fig.32 ccueille les escaliers les salles d'eau en ou fonction du ombre de nombre niveaux dedeou niveaux l'habitation de l'habitation (simplex (simplex duplex). ou duplex). aménagements envisaqui accueille les escaliers d'eau en fonction du geables en RDC abitations se prolongent, côtéoudeles lasalles rue par de petites auxtechnique de l'habitation (simplexde oul'autre duplex). geables en RDC deCes niveaux de l'habitation (simplex ou duplex). desnombre garages. derniers peuvent servir de socle pour Les habitations Les habitations se prolongent, se prolongent, de l'autre côté de l'autre de lala côté rue par de la derue petites par de petites d'un atelier ou d'un à louer (25m²). tations se prolongent, deCes l'autre côté de la rue par dede petites errasses et terrasses des garages. etstudio des garages. derniers Ces peuvent derniers servir peuvent socle servirpour de socle la pour la Les derniers habitations se prolongent, de l'autre côté de la rue par de petites garages.construction Ces peuvent servir delouer socle pour la (25m²). onstruction d'un atelierd'un ou d'un atelier studio ou d'un à studio (25m²). à louer terrasses et des garages. Ces derniers peuvent servir de socle pour la n atelier ou d'un studio à louer (25m²). Schéma desatelier différents types d’assemblages construction d'un ou d'un studio à louerR-1 (25m²).typologiques Fig.31 : schéma des RDC RDC

C

RDC

R-1 R-1

RDC Zone technique

Zone technique Zone technique Zone technique

différents assemblages Fig.31des : schéma des Fig.31 : schéma R-1 possibles terme de différents assemblages différents assemblages Fig.31 : schémaen des typologie Fig.31en : schéma desterme de R-1 possibles en possibles terme de différents assemblages différents assemblages typologie typologie possibles en terme de possibles en terme de typologie Cas 1, 1 T2, 1 T3 typologie Cas 1, 1 T2, 1Cas T3 1, 1 T2, 1 T3

Zone technique

Cas 1, 1 T2, 1 T3

T3 90 m² T2 55 m² T2 55 T3 m² 90 m² T3 90 m² duplex duplex duplex T3 90 m² duplexduplex T2 55 m² T3 90 m² duplex duplex duplex

Zone technique Zone technique Zone technique Zone technique

Zone technique

Cas 1, 1 T2, 1 T3

Cas 2, 2 T2, 2 studios Cas 2, 2 T2, 2Cas studios 2, 2 T2, 2 studios Cas 2, 2 T2, 2 studios

Cas 2, 2 T2, 2 studios

T2 50 m² (simStudio 22m² T2 47 m² Studio 36m² Studio T236m² 50 m² (simT2 50 m² (simStudio 22m² Studio T2 22m² 47 m² T2 47 m² plex, acces(simplex, ac(simplex, plex,acaccesplex, accesT2 50 m² (simStudio 22m² T2 47 m² R sible PMR) 36m²sible T2 50 m² (simStudio 22m² T2 47 m² cessible PMR cessible PMR PMR) sible PMR) plex,Studio accessible(simplex, PMR) ac- plex, accescessible PMR sible PMR)

Zone technique Zone technique Zone technique Zone technique

ccessible T5 90 m² PMR, (accessible T5 90 m² (accessible PMR, PMR, ée) double entrée) double entrée) essible PMR, T5 90 m² (accessible PMR, ) double entrée)

p.42

Zone technique

Cas 3, 1 T3, 1Cas T5 3, 1 T3, 1Cas T5 3, 1 T3, 1 T5 Cas 3, 1 T3, 1 T5

Cuisine

Cas 3, 1 T3, 1 T5 Cuisine Cuisine

T3 75 m² T3 75 m² T3 75 m² CuisineSDB et WC T3 75 m² T3 75 m² SDB et WC

SDB et WC SDB et WC Cuisine 46 SDB et WC 46

46

46 46


N

0m

30m

Plan de RDC

p.43


00

Coupe sur cour anglaise

p.44

0m

10m


p.45


Thomas SAINT-LAURENT +336 02 39 64 89 tsl.archi@gmail.com

Portfolio  
Portfolio  
Advertisement