Issuu on Google+

Ceci n’est pas un journal.

36th National Session of EYP France


I’ll

take you there. « Now I remember the joy and the taste of candy cane The innocence of youth and the sound of major scales » Woodkid, Wasteland

! !

Mathilde regarde son reflet dans la bulle qu’elle vient de souffler. Ca l’amuse. Ca lui rappelle son enfance, à Mathilde, les kermesses du samedi et les feux d’artifice. La barbe à papa et le chocolat. L’excitation et la joie. !

Ceci n’est pas un journal. Et nous ne sommes pas des journalistes ou des reporters. Au cours de ces derniers jours, nous avons voulu vous inspirer, pas vous informer. Nous avons voulu vous inviter à voyager avec nous dans le Wonderland de cette session, de Terrasson et de ces trois jours, mais aussi dans votre propre Monde des merveilles. C’est là le sens de ces journaux et de la Wonderland Fair d’hier. Nous avons voulu faire ce voyage avec vous et pour vous. Merci de nous y avoir suivi. !

Voici les quelques pages avec lesquelles nous voulons vous laisser pour aujourd’hui. Bien d’autres souvenirs sont encore à venir. Nous aimerions les partager ensemble. Rendez-vous sur facebook.com/ Terrasson2014.

Zephyr Brüggen (NL) & Thomas Goujat-Gouttequillet (FR)


INDEX 04. Warning : PED Xhilda Vocaj

Beware Wonderland

06. 07.

Ghost Journalist : Cristina Crespo

Your room for creativity You

Interview à chaud

08. 10.

Jean-Maxime Vignon

« ALELEKITAPONGA ». What else? Mathilde Bourgin

12.

The pros and cons de la session Xhilda Vocaj

14.

Un selfie qui divise! Jean-Maxime Vignon

17.

On retiendra…

Lucie Desquiens & Julien Doris

19. The scary jump to Wonderland Ghost journalist : Luca Wartna

20.

Bonus : une session au poil et à la plume ! Lucien Desquiens & Julien Doris

!

Zephyr Brüggen (NL) Thomas Goujat-Gouttequillet (FR) Laure Steinville (Video Editor, FR)

EDITORS JOURNALISTS

Mathilde Bourgin (FR) Lucie Desquiens (FR) Julien Doris (FR) Guga Sukhiashvili (GE) Jean-Maxime Vignon (FR) Xhilda Vocaj (AL)


4

!

Dear delegates, !

At this very moment you are not yet aware of the concept of the PED…
 Lucky you. You will begin to realise it in your way back home whether you’ll take a plane, a train or a bus. People will not be talking about resolutions, about teambuilding or Eurovillage; they will be talking about the elections, the weather or the everyday routine. They will never understand what a Big Fat Pony is, how the Ninjas arrived in real life or how you can make or peel a banana with your own body. You will find yourself trying to explain the session to others, to explain the games and the fun, but sometimes we can’t transfer with words all the positive energy that you have experienced on a special occasion. Prepare yourselves: one of the earliest symptoms of this syndrome is the extensive use of social media.

New Whatsapp groups will make your phone break down, your Instagram #throwback hash tags will be followed by #EYP or by #Committeenames, your Facebook profile will be flooded with new pictures and I deem it highly probable that your new profile pictures will contain a wand. From now on, you will have a special connection to Terrasson, you will always remember it, talk about it and I predict that you will even try to find it on maps. This beautiful, tiny city will be forever part of you. You will miss all your new friends. The EYP friends are not always the ones we would make in our normal life (=/= The Wonderland), but in some magical way they become the best ones, the dream team. The magic lasts even when you leave the Wonderland, it stays with you through this syndrome and the cure for that is only possible through contact, communication and friendship.


5 While talking with you, I could hear in your words the eagerness to do it again, to experience again, to feel again, another EYP session. This world is not good for you: it will make you addicted, it will make you want more and more, more friends from all around Europe, more quality time spent in debates, more dancing at the parties, more cities checked on your bucket list. You will become part of a network of yo u n g p e o p l e w i t h d i  e re nt nationalities, who will make you understand that it is such a small world and that miles do not matter; what matters is the thing that reunites you. For most of you, this was your first EYP session and I am sure many others will follow! The EYP is one of

those rare things that the more you do, the funnier it gets. Do not forget tonight to open a new tab on your Internet page (next to Facebook, waiting for the pictures) and check the next regional or national session. Finally, I would like to tell you all that it has been a great pleasure to meet you all and to try to make these days full of memories for you. !

Love, !

Xhilda ! !


6 Beware Wonderland Snow White: hunt down because her beauty is a threat to another woman. Belle from Beauty and the Beast: saves a prince's life. Her only asset, her sexuality. Ariel form The Little Me r m a i d : c h a n ge s h e r p hys i c a l appearance to be more attractive to a man. In exchange, she is unable to speak. No problem for Disney creators though, she would have nothing valuable to say anyway. !

How has Disney been depicting Wonderland since 1923? Should we perpetuate his legacy? Do we want our four-year old girls to follow the roles Disney set our for them nearly 100 years ago? To many children, fairy tales are the first contact they have with relationships and role models, their heroes and heroines become their guides in childhood and every detail about them is important. According to The University of Texas at Austin, children are able to distinguish between reality and fantasy between the ages of 3 and 5. So yes, a 4 year old girl will believe that if she combs and styles her hair daily so it is as long as Rapunzel’s she will get to be saved by Prince Charming. Good news for the beauty industry. There is something intrinsically wrong about force-feeding this roles into tomorrow’s future women. It is frustrating to see that despite the efforts our girls are still been successfully targeted with sexist fairy tales.

Fairy tales, that not only teach girls how to act but also how to look: Skinny. Barbie’s proved impossible body sizes are to be found in all the Disney princesses, hindering the work of doctors, psychologists and feminists to fight eating disorders in girls at increasingly younger ages. But its not only princesses who have to be skinny. Take for example Disney's new 'Designer Villains' limited edition dolls and make-up products launched in 2012 - make up products for toddlers, by the way. In preparation for the collection set to launch in September, Ursula from The Little Mermaid has apparently been put on a strict diet and sent to the gym. In both her reincarnation as a doll and in the illustrations that decorate the cosmetics line, the evil character shows no trace of the double chin and plump mid-section seen in the 1989 movie, but instead has been slimmed down dramatically. So now, not even the eviland yet at least powerful- women in Disney movies are allowed to be over a size-zero. However, before they were mutilated into the pink and pretty indoctrination tool, Fairy-tale were a teaching tool. They emerged from the oral storytelling tradition in ancient Europe and were not even targeted at girls in ancient times; they were stories that served as codes of conduct for boys, too. What I mean with this is that we can still redefine our fairy tales. Maybe, princesses can still be good, kind, and brave, not for a man, but for all humans.


7 Your room for creativity Here, have this blank page to draw, write or create anything you wish.


8 Interview à chaud

!

LOULOU & THE WOLF OF WALL STREET, comme ils aiment se faire appeler, sont les deux HO de la SN36. Vous ne les avez certainement pas beaucoup vu et pourtant ils se sont démenaient tout au long de cette session pour vous la rendre agréable. Ils sont beaux, intelligents, drôles, ont une super équipe, une jolie ville… enfin, ils ont tout pour réussir ! !

LOUIS est en terminale S, il voudrait intégrer le Collège universitaire de Sciences Po pour la qualité de la formation ainsi que la variété des débouchés et l’implication citoyenne. Durant la session, lors d’une discussion avec un professeur, Loulou s’est fait agresser par un Bonsaï. !

TEVA est en terminale L, il voudrait intégrer Sciences Po Bordeaux ou pouvoir acquérir une double licence Droit & Sciences Politiques. Téva a beaucoup d’humour et aborde les problèmes avec le sourire. Son mot d’ordre pour la session est l’optimisme.


9 Quel est votre rôle au sein de l'Orga Team ? !

TEVA : Notre rôle pendant la session, c'est de gérer l'équipe d'organisation. Nous avons effectué des réunions très régulièrement afin de gérer toute la logistique de la session. LOUIS : Nous devons avoir un point de vue assez global sur l'organisation pour leur expliquer en détail ce qu'ils doivent faire. On doit être des piliers pour le groupe, afin de leur permettre de s'épanouir dans l'organisation. Nous les encourageons à prendre des initiatives. TEVA : Nous devons aussi faire le lien avec le Bureau National, avant et pendant la session, ainsi qu'avec tous les officiels. !

Comment vous êtes vous senti en tant qu'HeadOrganiser ? !

LOUIS : Alors moi, je me sens un peu comme une cabine téléphonique, je suis souvent au téléphone pour coordonner les organisateurs, mais aussi les officiels... (le très demandé Loulou, décroche alors son téléphone !) Je me suis senti fier, pour l'équipe d'organisation, fier d'avoir travaillé avec eux, fier d'avoir porté un projet comme cette Session Nationale avec eux ! J'ai toujours été confiant en le bon déroulement de cette session, même dans les moments les plus difficiles. TEVA : Pour ma part je me suis senti plutôt à l'aise. Ce n'est pas une place simple car nous sommes tous des amis. Alors, dans les moments de crise, quand il y a beaucoup de choses à faire en peu de tant, lorsqu'il est tard le soir, et qu'il faut garder son sang froid, ne pas s'énerver, ce sont des moments difficiles, mais tout ça, c'est pour la session

et tous les participants, alors au final, c'est un plaisir, car ça fait plaisir de faire plaisir. !

Quelle relation avez-vous entretenus avec les autres organisateurs ? !

TEVA : De très bonnes relations, nous nous connaissons tous depuis au moins trois ans minimum, certains se connaissent depuis quinze ans ! On est tous amis, on sait que l'on peut compter les uns sur les autres. LOUIS : Nous avons entretenu des relations franches, afin d'assurer le bon déroulement de l'organisation, pour rester le plus constructif possible. Mais au delà de ça, nous avons passé des moments uniques, drôles tous ensemble LOUIS & TEVA : Nous avons sur trouver un équilibre parfait au sein de cette équipe magique. !

Alors, il est 10:15, les délégués sont en Assemblée Générale, pouvez-vous nous faire un bilan de la session ? !

TEVA : Le bilan à l'heure actuelle est très positif. Nous avons déjà eu des retours du Bureau National, des délégués, des officiels, qui sont plutôt positif, je dois l'avouer. LOUIS : En tout cas, nous avons pris beaucoup de plaisir à organiser cette session, et nous espérons que les délégués en auront assez profité. !

Une dernière question, pouvez-vous nous résumer la session en trois mots ? !

LOUIS & TEVA : Café, fatigue, et... BONHEUR!


10 « ALELEKITAPONGA ». What else? Elle impressionne tous les PEJistes, elle fait trembler les orgas, fait rêver les délégués, occupe intensément les chairs et intéresse les journos : elle se nomme LA SESSION. ème Cette année, la 36 session se déroule à Terrasson et invite les participants à vivre pleinement cette expérience que l’on peut qualifier de magique. En effet, la session se définit par trois jours bien remplis avec le travail en commission, les teambuilding, l’eurovillage, les passages devant le jury ou bien encore l’assemblée générale. Elle promet aussi son lot d’émotions. Cette dernière est vue sous différents points de vue, selon chacun. Les délégués sont les participants de cette session. Ils ont tous donnés pour être sélectionnés et pour pouvoir y participer. Ils sont donc dans les starting blocks!! ils sont motivés plus que jamais et se démènent tout au long de la session, notamment en signe de respect envers les organisateurs, les chairs et les journos. Ils définissent la session comme une expérience dans leur vie qui les fait grandir, qui leur donne des valeurs et qui permet de créer des liens avec d’autres jeunes. Les organisateurs, alias « orgas », décrivent la session comme l’aboutissement d’un

projet qu’ils ont mené toute l’année. Pour eux, la session est le point d’orgue d’une aventure qu’ils se doivent de réussir. C’est une sorte d’hommage au PEJ : ils s’appliquent pour pouvoir rendre à d’autres délégués ce que le PEJ leur a offert. Leur job n’est pas facile, il suppose une cohésion et une communication intense entre eux. De plus, on ne voit pas toujours le travail qu’ils fournissent, qui est pourtant conséquent. Mais nos petits hommes rouges ont toujours le sourire et veillent au bon déroulement de la session. Quant aux chairs, ils définissent la session comme un moment unique, moment de rencontre avec les délégués car ils sont les premiers à être en contact avec ces derniers. Pour eux, la session est un moment où ils peuvent transmettre leur expérience. Les journos, enfin, sont présents pour aider les chairs dans le travail en commission, animer de temps en temps le teambuilding. Mais leur but premier est d’écrire, photographier, de transcrire tous les évènements qui ont lieu durant la session pour faire réfléchir et inspirer les participants. !


!

11 Les mots que donnent les PEJistes de la session Et toi, quel mot donnerais-tu pour définir pour la qualifier sont diverses et nombreux : ta session ? « extraordinaire », « hors du commun », « relations Et que dirais-tu de… humaines », « rigueur », « travail », « collaboration », « vivre ensemble », « partager des valeurs », « être uni autour d’un sujet », « grandir », « échanger », « expérience », « diversité »… Chacun vit la session à sa façon, avec ses émotions, ses sentiments, sa personnalité. Mais ce qui est certain, c’est que pour chacun d’entre nous, la Session Nationale de Terrasson restera gravée dans nos mémoire. « ALELEKITAPONGA »


12 The pros and cons de la session

Nous avons interrogé les délégués sur ce qu’il n’ont pas aimé durant la session et sur leur impression générale. Même si tous avaient trouvé des petits problèmes dans la session, leur impression générale semble être vraiment de l'ordre du superlatif. !

Paul (AFET) Je sais que c’est un passage obligé, mais ce qui m’a déplû, c’est le fait de manquer de sommeil. Le week-end va être sûr et finalement on va avoir six heures de sommeil en trois jours. Je suis agréablement surpris parce que je pensais que l’atmosphère serait très formel et sérieux, mais au final on a rencontré beaucoup des gens et on avait des idées à partager. En conséquence, les projets sont vraiment bien passés. !

Paul (FEMM) Ce que je n’ai pas aimé, c’était l’organisation avec mon lycée qui s’est mal déroulée. Même si on avait beaucoup travaillé pour le PEJ, un de nos professeurs n’était pas prévenu et avant de partir pour la session, on devait rattraper un devoir de maths. Ensuite, même si j’ai l’habitude d’avoir beaucoup d’heures de sommeil, dans la session, la journée demande beaucoup d’attention et c’était trop peu. C’est ma première session au PEJ, je pensais que les gens allaient être très sérieux et que j’allais être exclu, mais en fait quand j’ai rencontré les autres délégations je me suis senti vraiment à l’aise, surtout avec le teambuilding qui est vraiment formidable. Tout ça m’a donné envie de recommencer parce que je ne pensais pas que le PEJ m’apporterait autant. !

Céline (FEMM) Ce que m’a pas du tout pl��, c’est le mauvais temps le vendredi, quand on a fait le teambuilding. Le reste, j’adore! C’est une super expérience, on rencontre beaucoup des personnes, on est beaucoup plus ouverts et bien sûr tout ce qui est débat est super.


13 Auder (DROI) Ce qui m’a moins plû, c’est les petits changements à la dernière minute, les imprévus. Parfois on savait vraiment ce qu’on allait faire l’heure d’après et par exemple le déjeuner était un peu confus. Ça nous apporte vraiment beaucoup, ça permet de rencontrer des personnes et d’échanger, de traiter des sujets sur lesquels on se pose pas forcément des questions. Par contre pour moi, c’était un sujet auquel j’avais déjà pensé personnellement, parce que ça me touche beaucoup. !

Hanna (AFET) J’ai dormi toute seule. J’étais toute seule dans ma chambre hier soir, c’était un peu triste. Ah aussi, Patrick Sébastien… c’était pas top la musique ce soir. Franchement, j’adore et les gens sont super sympa et c’est vraiment super bien.


14

!

Un selfie qui divise ! Il a envahi nos vies. Nous ne passons pas un jour sans en entendre parler, ou même en faire ! Si bien qu'il a envahi Terrasson ce week-end. Le selfie s'est largement imposé au cours de cette session. Mais pourquoi faisons-nous des selfie ? À travers cet article, vous découvrirez deux visions différentes du selfie. !

"Délégués, Orgas, Chairs, Jury, Journos : tout le monde y est passé au moins une fois. L'idée portée par cette pratique, c'est d'immortaliser un moment précis, tout en s'incluant dans le cadre. Le selfie est un nouveau mode de photographie qui séduit tout le monde, jeunes et moins jeunes. Ici, à Terrasson, de nombreux selfies on été réalisés. En cause, les smartphones qui possèdent dorénavant deux caméras, mais surtout l'envie de rendre un moment unique, seul ou entre amis, sérieux ou délirant. Le selfie présente une multitude de possibilité pour immortaliser un moment déjà inoubliable. « ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! !

« Chaque moment est propice pour un selfie » !

Alban : « Pour moi, le selfie est le symbole du narcissisme latent de ces derniers temps. C'est un magnifique prétexte de nombrilisme. Sous couvert de "partager" une photo, on cherche en réalité à afficher son SWAGG, en contrôlant son image, pour gagner du FAME. Il est passé le temps où papa nous prenait en photo, et où nous dormions mal des nuits durant en attendant le développement pour savoir si nous avions réussi notre pose. Maintenant, tu es à la fois le photographe et le photographié, t'enfonçant dans une schizophrénie stimulante.


15 La confiance en soi est un des plus sûrs moyens sinon le meilleur de s'épanouir. Si le selfie nous pousse parfois à nous sublimer, oser faire un discours au PEJ, cela relève d'une autre dimension. » !

« Mais le selfie est le symbole de la culture dite ‘jeune’. Une culture qui nous représente. Comme dit le proverbe, il faut vivre avec son temps. Le selfie peut être un effet de mode, mais, aujourd'hui, il semble faire l'unanimité. La technologie a beaucoup évolué en l'espace de dix ans. Il aurait été inimaginable de voir un délégué faire un selfie au cours d'une session en l'an 2004. C'est pourquoi le selfie doit être et est reconnu comme une pratique culturelle légitime. Nous avons tous les moyens pour en faire, alors pourquoi s'en priver ? » ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! !

« Le selfie est révolutionnaire. Pendant des décennies, les photographes étaient des artistes invisibles. Maintenant, ils sont acteurs de leur photo. » ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! !

Happy EYP Faces


16

Some more selfies

« Attention, il ne faut pas que les délégués nous voient! Ou même le jury ..! »

Toi aussi, fais ton selfie et envoie le nous sur facebook.com/Terrasson2014!


17 On retiendra… La session touche aujourd’hui à sa fin. Dans quelques semaines, le déroulement de l’évènement sera certainement édulcoré par votre mémoire, même si les souvenirs en resteront à jamais gravés en vous. Si jamais un jour, vous sentez que votre mémoire se met à vous faire défaut, alors opérez un petit retour aux sources et pensez à reprendre connaissance de ce journal. Vendredi 4 avril 2014 : The arrival Premier jour de ce weekend PEJistiquement ambiancé, les délégués ont dès leur arrivée eu l’occasion de s’immerger pleinement dans l’esprit PEJ, au rythme d’un premier energiser conduit par les organisateurs de la session. C’est ainsi que des cris retentirent dans tout Terrasson, des cris que nous ne saurons orthographier correctement mais qui produisirent le son du ALELE. Les délégués ont ensuite été dirigés dans leurs commissions respectives pour démarrer la traditionnelle épreuve du teambuilding. Instant ludique, où de nombreux jeux ont été proposés aux participants afin de briser la glace et d’apprendre à mieux se connaître en vue du travail en commissions le lendemain. Après ces quelques heures de mise en jambes, les délégués ont emboité le pas à leur chair pour partir à la découverte de la ville mythique de Terrasson (que tout bon Wonderlander traduira par the Land of Sounds). Partant à la découverte de la ville, les délégués se sont perdus dans les ruelles pittoresques du vieux Terrasson dans l’espoir de trouver la *Coupe aux œufs d’or*, véritable trophée symbolisant l’appartenance au Lounds of Sounds. Ayant vaillamment trouvé le Grâle sacré, les délégués ont du ensuite se diriger vers la cérémonie d’ouverture de cette 36ème Session Nationale, placée sous le signe de la convivialité. Après les discours de bienvenue des élus et des officiels de la session, l’heure de l’Eurovillage attendue par tous a sonné…  

F.a.b.u.l.o.u.s!


18 ! !

Sur ce nouveau changement de décor, les délégués se sont retrouvés par lycée pour présenter un (euro)stand à la fois gastronomique et culturel. Mille et une saveurs qui firent de cette soirée un délicieux moment. Le Jury a même eu l’immense privilège de goûter en avant première les spécialités préparées minutieusement par les délégations ! !

Samedi 5 avril 2014 : Committee work Samedi a constitué une étape cruciale de l’événement. Il s’agissait pour les délégués de travailler ensemble à un sujet pour concocter un ensemble de résolutions permettant de résoudre du mieux possible le problème soulevé. Ce fut donc une journée très dense pour tous et pleine d’émotions. Le travail en commissions a cependant été de temps en temps interrompu par quelques energisers, qui ont permis de maintenir un effort constant dans cette difficile épreuve au combien enrichissante. Sous les coups des seize heures, les délégués ont pu profiter d’un coffee break inédit pour se détendre, avec la Wonderland Fair préparée par la Media Team. Une fois le travail en commissions terminé, le sérieux a laissé place à l’europarty. La salle des fêtes de Terrasson se transforma alors en dancefloor animé. Durant trois heures durant, les participants se sont trémoussés sur la piste de danse ! A minuit, un carrosse moderne nous a tous ramenés. Mais bien sûr, pas question de dormir ! Délégués et chairs se sont réunis pour finaliser les résolutions et autres speeches, les organisateurs se sont démenés pour assurer le bon déroulement de la nuit et de la journée qui suivrait et nous, la Media Team, avons planché une bonne partie de la nuit (voire la nuit entière pour certains) sur le journal que vous tenez en ce moment même entre vos mains. Ainsi, la magie du PEJ Wonderland opéra et le sommeil fût aboli ! !

Dimanche 6 avril 2014 : General Assembly, a.k.a. GA Lors de l’écriture de cet article, l’Assemblée Générale avait encore lieu, nous étions tous réunis dans une salle de cinéma, et vous, délégués, donniez le meilleur de vousmême...retenez ce souvenir un instant. Le petit déjeuner a pris place très tôt, ou très tard. Nous avions tous fait l’effort de nous habiller convenablement pour the évènement de la session. Chaque comité a ensuite pris place dans cette grande salle rouge aux sièges incroyablement confortables… La suite de l’histoire s’écrit au fur et à mesure que nous écrivons. C’est donc à votre mémoire que nous en appelons pour ne pas oublier la suite et perpétuer cette fabuleuse aventure qu’est le PEJ.


19 The scary jump to Wonderland That moment I walk into a room with people I don’t know. That moment my phone rings and it’s an unknown number. That moment I open my email. That moment I put on roller-skates for the first time. That moment I go on a date. That moment I need to ask someone for something. In those moments, I am scared. In those moments, fear poisons me, telling me – against all reason – to run away and hide. Preferably under my super comfortable blanket. !

A lot of times, I let fear stop me. !

But… think about the times you were scared to do something, but did it anyway. Think about it. How many times did you feel worse afterwards? And the next time you need to do it again, are you equally as scared as that first time? !

Fear is a funny thing. It’s holding you back to do stuff. It’s holding you back to move boundaries. To reach for the stars – to reach for Wonderland. But the only moment fear will shut its mouth and go away is the moment you do exactly those scary things. 'Doing' isn’t half as scary as 'having to do' is. !

Because really: when was the last time you felt worse AFTER acting than before it? After all: you just had GA, didn’t you..? !

Jump. !


20 Bonus : une session au poil et à la plume ! Quelle volaille feriez-vous? Êtes-vous poule, dindonneau ou pintade? Vous voulez enfin connaître les spécificités de chaque espèce de volaille et rêvez de vous identifier à l'une d'entre elles? Alors, faites le test et découvrez enfin votre groupe d'appartenance ! !

1. Pour le petit-déjeuner vous prenez plutôt : • du muesli - des flocons d'avoine * des crêpes au chocolat !

2. Devant le film Titanic : • Vous tentez tant bien que mal de rester de marbre : vous avez du mal à montrer vos émotions. - Vous pleurez comme une madeleine, de l'annonce du titre au générique de fin. * Vous êtes le-la seul-e à voir des éléments comiques et ne pouvez vous empêcher d'esquisser un sourire moqueur à la mort de Jack. !

3. Dans un conte de fées, vous préféreriez avoir le rôle : • du petit lutin espiègle et discret - du hibou messager des dieux et Sage du conseil * du bouffon du roi !

4. Au ski, votre niveau est le suivant : • Vous débutez et tentez d'obtenir avec brio votre flocon : vous êtes plein de fierté. - Vous avez du style et dévalez les slaloms. Entre les compétitions, vous donnez des cours à des pitchounes. Expert du schuss, votre postérieur défie le ciel! * Vous préférez vous détendre sur un bain de soleil au bord de la piste en lisant un magazine people. Vous n'hésitez pas à commander champagne et caviar. !

5. Le matin, vous êtes : • grincheux et sans entrain. Vous ne pouvez vous résigner à troquer votre lit pour votre pupitre de classe. - levé aux aurores. De bon matin déjà, vos éclats de voix réveillent tous vos voisins, ce qui n'est pas bizarrement pas pour vous déplaire. * toujours de bonne heure quelle que soit l'heure à laquelle vous vous réveillez, quoi que n'étant pas du matin. !

6. Dans votre village, on vous définit comme : • un enfant frêle et sauvage, à la fois doux et dynamique, vivant chaque instant pleinement. - un être combatif présent sur tous les fronts, court sur pattes mais le cœur sur la patte. * la commère de la commune. On vous juge sûrement sur votre prétendue hypocrisie alors qu'en réalité, vos moqueries ne sont qu'une forme d'autodérision!


!

21

!

7. Vous êtes convié à une soirée d'invocation des esprits : • Vous êtes tenté par l'événement, mais votre âme d'enfant vous prévient que ce n'est pas une bonne idée. - Vous êtes très superstitieux-se et craignez que la malédiction s'abatte sur vous et vos proches. Vous vous barricadez donc, de peur que les esprits ne viennent vous tourmenter. * On vous appelle Madame Irma, c'est donc vous qui vous chargez de la cérémonie. Profondément Scapin, vous avez trouvé l'arnaque parfaite et roulez sur l'or! !

8. Votre conception d'un dîner en famille : • un moment jovial qui ne vous atteint pas. Vous êtes un aventurier et préférez vous réfugier dans votre imaginaire plutôt que de rester dans le rationnel. Même à table, vous trouvez le moyen de vous embarquer dans mille fantaisies! - Vous êtes un bon hôte et aimez recevoir en toute simplicité. Vous organisez des "avoines party". La soirée se termine toujours par une danse poulistiquement très ambiancée. * Vous chérissez votre famille plus que tout au monde et vous vous enivrez aux histoires les plus drôles du village. !

9. C'est les soldes : • Rien à faire, vous n'êtes pas très boutiques. - Vous planifiez votre budget au centime près et allez droit au but. * Vous êtes toujours la première devant les échoppes et faites chauffer la carte bleue sans le moindre remord. Cependant, il vous est difficile de ne pas vous arrêter pour dévisager de manière hautaine vos voisins aux goûts vestimentaires dépassés! !

10. Vous venez d'acquérir un ordinateur dernier cri : • Vous n'en dormez plus et vous précipitez vers celui-ci une fois vos parents couchés. - Pour vous, cette acquisition est une aubaine. Pour les avoines party, vous vous aidez d’internet pour préparer les meilleurs gueuletons. * Excellent communicant, les réseaux sociaux n'ont plus aucun secret pour vous ! !

Vous avez obtenu un maximum de : • Vous êtes un authentique dindonneau. Réservé au premier abord, vous êtes créatif et le réel vous ennuie parfois, bien que vous n'ayez aucun mal à affronter la vie quotidienne. Vous vous suffisez à vous-même et n'avez pas peur de l'inconnu. Vous picorez la vie à pleines dents ! !

- Vous êtes un beau spécimen de poule. A la fois sensible et combattant, vous êtes acharné au travail, soucieux du bien-être de votre entourage. Votre pragmatisme et votre sagesse enviés de tous vous valent parfois d'être traité de poule mouillée. En vérité, vous êtes une poule de combat que rien de ne peut freiner ! !

* Vous êtes une pintade redoutée et redoutable. Bon vivant, rien ne peut altérer votre joie de vivre: le rire est votre atout. Sûr de vous-même, vous vous assumez complètement et savez jouer du sarcasme. Sociable, vous n'avez aucun mal à servir vos intérêts en menant des entreprises parfois douteuses. Roi des combines, vous êtes le maître incontesté de votre destin !


Ils nous ont soutenus pour cet évènement : Lycée Polyvalent Antoine de Saint Exupéry

Ils soutiennent le Parlement Européen des Jeunes-France toute l'année :


Ceci n'est pas un journal. - Terrasson 2014