Issuu on Google+

BTS ‌I DP DMA I BUREAU DE CRÉATION


Objectif_ Créer une Structure d’observation de plantes coupées pour l’école d’arts et techniques du paysage Du Breuil. Contexte_ L’école du Breuil se situe dans le bois de Vincennes. Elle offre une formation professionnelle aux futurs jardiniers, techniciens et cadres de la ville de Paris, notamment sur la question du végétal dans l’espace urbain. Un des apprentissages incontournables est celui de l’étude, par l’observation puis la reconnaissance, des végétaux, d’après des échantillons prélevés. Demande_

2

Le but de ce travail est de concevoir la structure d’accueil des échantillons à observer. Il s’agit donc d’imaginer une table (ou un plateau) qui permet d’observer des

plantes coupées ou des rameaux. Cet objet doit répondre à des fonctions diverses : présenter les échantillons, (les isoler les uns des autres), étiqueter, archiver (photo, dessins, notes), etc.

Comme constante, il suffira de considérer que les plantes ou rameaux étudiés mesurent entre 10 et 60 cm de hauteur. La base du rameau n’est pas forcément à voir et peut être cachée.

La structure pourrait éventuellement être conçue pour se déplacer si besoin. Elle permettrait ainsi, par exemple, d’aller directement prélever des échantillons dans les jardins et de commenter ces collectes sur place. Les structures actuelles pour installer des plantes et les maintenir dessus sont de simples tables standards d’école 2 places, sur lesquelles sont déposées des bouteilles en plastique. Isoler les échantillons les uns des autres pour ne pas brouiller la lisibilité, permettre les prises de vue, travailler la reconnaissance des noms en français et latin, constituent donc des fonctions à considérer pleinement dans cet objet dédie.

ASSISE

ETIQUETAGE

CIRCUIT SCÉNOGRAPHIE

SUPPORT CARTEL INFORMATION

SUPPORT ECRITURE

DISPOSITION ECHANTILLONS ETIQUETAGE

EN ÉTUDE

DISPOSITION ECHANTILLONS

EN EXPOSITION


Kristian Lindhardt, Chaise Sepii, 2009 Olivier Tilbury, Chaise Burst, 2004

1.

Panneau cintré sur lequel sont monté des pieds visées. L’orientation de ces derniers étant variable, ce principe permet plusieurs usages différents. Ainsi Le meuble s’adapte à son entourage - l’encombrement est variable - et à la fonction qui lui est attribué.


2.

Une bande replié sur elle même, 4 ou 5 plis, formant des plans de différentes inclinaison. À chaque pan on attribue alors une fonction : assise, plan de travail, observation, exposition, ... Fonction qui est appelée en tournant le meuble sur lui même, On peut alors imaginer une version creuse, ajourée, et une autre ouverte sur une seule face, formant un récipient.


3.

Construction étroitement inspirée des livres et techniques Pop-Up. À partir d’un plan, par pliages successifs puis incisions est crée une structure autoportante munie de cavités qui peuvent s’ouvrir ou fermer selon le besoin. Elle est dépliable à chaque moment ce qui permet un rangement éfficace et rapide avec une prise de place minime, le nombre de meubles à disposition est ainsi variable.


7


Le pliage est une technique qui consiste à déformer la matière selon un pli (rectiligne). L’Art du pliage est appelé ORIGAMI. L’origam (de oru, plier, et de kami, papier) est le nom japonais de l’art du pliage du papier, probablement originaire du terme chinois zhézh (plier du papier). L’origami utilise une feuille, en général de forme carrée que l’on ne découpe pas en principe. Les modèles d’origami commençant souvent par une même succession de plis, il arrive fréquemment qu’il faille partir d’une base. Il faut ensuite suivre la suite du diagramme, “schéma” détaillant par une succession de figures chacun des plis à exécuter pour parvenir au modèle final. À partir de ces plis élémentaires un « solfège » de pliage répertorie les figures dites de base.

Parfois les figures les plus difficiles sont réalisées dans du papier métallisé « papier sandwich » plutôt que du papier ordinaire, car cela permet de faire plus de plis avant que le support ne soit trop abîmé pour être plié une nouvelle fois. Une autre technique, celle du papier mouillé, permet de créer des reliefs et des courbes intéressantes (voir Techniques d’origami). L’origami peut représenter un animal, une plante ou un objet mais peut aussi représenter des formes géométriques simples ou complexes : ce sont les origamis dits « modulaires » ou les « rings ». Ils sont généralement composés du même pliage de base, appelé module et plié en plusieurs exemplaires et qu’on imbrique les uns

dans les autres pour donner la forme finale. source: Wikipédia


PISTE I:

10


Structure double-pans, le paravent Pop-Up offre à l’utilisateur une approche ludique, révélatrice d’instinct enfantin. Tel une feuille de papier il s’ouvre en déployant toutes ces fenêtres. Ainsi d’un plan se crée un volume, en un simple geste. Selon la taille et l’envergure des fenêtre l’on peut leur attribuer différentes fonctions.


PISTE I bis:

12


Paravent constitué d’un nombre indéterminé de panneaux.Ils s’assemblement sur le chants par des charnières en caoutchouc. Des modules y sont assemblés à différents modules par des glissères à base de rainures. Ils fonctionnent par analogie au système pop-up, c’ést-à-dire qu’en les poussant se créent des plis, des cavités. Cela permet alors d’y disposer des récipiants qui acceuilleront les échantillons de plantes. Les modules cependant sont variables, on peut penser un module “tablette”, un module “étiquette” ou autre, du temps qu’ils présentent la contre-partie à la rainure. Ce système de paravent est aussi intéréssant d’un point de vue scénographique, on peut créer des éspaces, les fermés, monter des parcours didactiques et ainsi de suite.


PISTE 2:

15


Tel les paravents, cette structure ce monte en un tenant à partir d’un plan, et elle est également autoporteuse. Le dessin des plis cependant est bien plus raffinées, des lignes qui se croisent et rappellent les facettes d’un cristal. Ce tube fermé à 3/4 se clôt quasiment entèrment sur l’usager, lui crée un réel cocon, endoit d’éxpériences singulières. Il vise à focuser sur l’enjeu premier:

l’échantillon de plante, sans distraction. Ce(s) dernier(s) s’installe(nt) sur l’un des plans inclinés - dans des cavités prévues - à l’hauteure désirée. Si cependant l’éxpérience nécéssite d’être collective, il suffit de disposer les échantillons sur la face éxtérieure de CRISTAL, ainsi les observateures peuvent tourner autour.


PISTE 3:

18


Ploy, structure pliable , par des tracés perforés. Pliage unique dans le cas d’un structure en métal, sinon nécéssité d’un système d’arrétage à l’Aide de bande de Velcro out d’autres. Le meuble peut être placé sur chacune des faces, créeant chaque fois un nouveau scénario d’usage.

PLOY, maquette 1/20


À partir de cette forme un peu incongrue se déssine un meuble bien plus ordonnés, avec des pans allignés, trapèzoidales, assemblés sur des chants inclinés. De plus ce modéle présente une assise dépliables, sur un principe de pliage encore. Chaque face correspond alors à une fonction: assise, observation, exposition et plans de travail/écriture. L’analogie à la structure présenté dans la piste 2 est évidente.


Comment faire tenir cette structure toute en gardant un aspect ésthétique? Deux solutions ont alors envisageables; Soit en plaquant tous les parements (de chaque face) avec un matériau souple, par préférence un textil. Ainsi on obtient une surface fermé, sans joints, uniforme.

Soit en procédant à un défoncage d’un milimètre et quelques centimètres de large sur les côtés qui s’assemblent. on y incruste alors aussi une bande de textil qui fais guise de charnière souple. Cette solution sera préféré pour des raison pratiques de d’aspect de surface.


Avec une épaisseur d’environ 3 cm, le meuble risque de peser très lourd, il faut alors envisager des structures plus légère, des matériaux composites en sandwich par éxemples.


L’ A S S I S E


Les récipients envisagées sont de simples pots de confitures et semblables. Par un système d’anneau et élastiques Ils sont “collés” au dessous des pans, par des trous gérométriques. Ces dérniers ont la forme du meuble.

Différents principes d’éttiquetage, toujours à partir d’une étiquette 8,5*4


THOMAS SCHNEIDER 2011/12 MERCI À CAMILLE FRITSCH, MARIE CAYE, LAURA BERTOULE


COMPO école du breuil