Issuu on Google+

1

Thibault WĂŠry Architecture


2


MA2

METROPOLITAN LANDSCAPE CULTUR’HAL LANDSCAPE.

MA1

UN MUSÉE D’ART MODERNE ET CONTEMPORAIN AU GARAGE CITROËN ?

STAGE

TRANSFORMATION D’UNE MAISON BRUXELLOISE ESQUISSE DUPLEX A.

BACHELIER http://www.ba.thibaultwery.be

3


04

Archibelge, « La chaussée », S. Benoot, G. Coton.


METROPOLITAN LANDSCAPE CULTUR’HAL LANDSCAPE. 2015-2016. MA2. SEMESTRE 02. Atelier Space Speculation (dir. G. Grulois, N. Casabella). - Avec : F. Sieux, M. Therond. Le projet s’inscrit dans le cadre de recherche du Metropolitan E-studio - (IUAV, ESTAB, ULB) - centré sur l’approche écosystémique des régions métropolitaines par l’étude de plusieurs sites installés en bordure de Senne (Bruxelles), Llobregat (Barcelone), Marzenego (Venise), Tevere (Rome). Projet - Phase commune. Le projet se concentre sur une zone de 3 km entre Hal et Lembeek, en périphérie de Bruxelles. Analyse - Problématique. Tirant parti d’une analyse historique qui vise à comprendre la composition morphologique du territoire, il pointe deux problématiques : L’absence de liens entre production territoriale et ressources locales [1]. L’absence d’espaces de rencontre dans cette ville diffuse [2]. - Comment réintroduire une échelle intermédiaire ? Comment réintroduire les espaces de rencontre ? Dès le départ, le projet s’intéresse aux espaces ouverts qui composent ce territoire métropolitain. Jusqu’ici délaissés et renfermés par de nombreuses infrastructures routières, ces espaces de différentes natures présentent pourtant de réelles plus-values tant sociales qu’écosystémiques. Scénario. Alliant paysage et architecture, le projet se configure ainsi sous la forme d’un paysage culturel redéfinissant les communautés à échelles plus locales. Il prend alors forme autour d’un réseau pédestre traversant les principaux espaces ouverts, et les équipements existants (équipement sportif, écoles, quartiers, cimetières, …) qu’il tente de réactiver et réarticuler entre eux. Sa vaste étendue reconnecte désormais le centre de Hal et la région métropolitaine. Parallèlement au flux physique que constitue ce maillage piéton, un flux métabolique se profile de façon à réintégrer une échelle productive intermédiaire. http://www.metropolitan-estudio.eu/wiki/bxl-halle/

05


06

Fig. A. Evolution de la densification paysagère de1771 à 2015. Source : Geopunt.


N7

N7

N7

N6

N6

Ferraris map (1771-1778) – source:–geopunt.be Vandermaelen map (1846-1854) source: geopunt.be

Vandermaelen map (18

07

N203a

203a

N7

N6

Satelite Satelite view (1971) source:– geopunt.be view –(2015) source: geopunt.be

Fig. A.

Satelite view (20


Fig. B.

08

Fig. B. Absence de liens entre productions territoriales et ressources locales Analyse problĂŠmatique 1. Fig. C. Renouement des productions territoriales aux ressources locales ScĂŠnario.


09

Fig. C.


Place de Lembeek: -parking: pas de place pour les piétons -non appropriable -activités liées à la consommation -produits locaux non vendus -horeca (terrasses, magasins, ...) -lieu de rassemblement -monument: Eglise de Lembeek

Zone d’agriculture: -agriculture extensive - rendu/ hect. faible -réservé aux fermiers - aucuns liens entre le territoire et ses habitants -potentiel de diversification de la production (micro agriculture intensive) -potentiel d’inclusion des habitants dans le cycle de productionconsommation (plus local) -création d’une nouvelle communauté d’acteurs

Parc de Lembeek: -aucune infrastructure le long du Canal -peu de liens au territoire -parc urbain -activités loisirs (promenade, plaine de jeux, ...) -potentiel lié à la proximité du canal

Parking:

Champs: -composition essentielle du territoire de Hal -proximité avec les habitants -non exploités -caractéristique du territoire surburbain -activités éducatives liées à l’école pour renforcer la sensibilisation -aire de compostage - fermentation des déchets (réinjectés par après dans la zone d’agriculture)

-aucunes interactions entre les habitants -infrastructures de services -zone imperméable -omniprésence des voitures: pas de places -situation stratégique -potentiel d’échanges divers : métabolique (collecte des déchets et recyclage, ...), noeud intermodal

10

Equipements sportifs: -zone d’activités -potentialité de regroupement avec d’autres équipements publics -implantation dans zone résidentielle (proximité de l’école)

Zone marécageuse: -infrastructure contre la prévention des innondations -pas de paysage -Senne polluée -potentiel d’une zone de loisirs connectée au Canal et à la Senne -zone verte protégée

Zone forestière: Esplanade en face de la gare de Hal:

-riche biodiversité -zone verte protégée

-noeud intermodal -bonne connection avec la promenade le long du Canal -potentiel d’utilisation pour des évènements urbains

-observatoires -ouverture mensuelle de la zone en lien avec les activités éducatives de la ferme

Fig. D.

Fig. D. Absence d’espaces de rencontre Analyse problématique 2. Forte présence d’espaces verts divers à hauts potentiels sociaux et écosystémiques - Scénario.


11


-leisure activities - qualification of this new public space - axe connecting cimetry, sports zone and the future bio cooperative -leisure activities

Agricultural Cooperative : -not crossable area - warehouse Agricultural Cooperative : project : -not crossable area -- zone 30 to cross the road national warehouse - links between the school and the meadows project : -- Agri : tasting selling the zoneCooperative 30 to cross the road and national local the productive - linksproducts betweenfrom the school and the meagardens dows -- encouraging the soft mobility Agri Cooperative : tasting and selling the local products from the productive gardens - encouraging the soft mobility

1.

2.

12

3.

Agricultural zone - inacessible for the inhabitants

Meadows - horses and cows in the meadows

Agricultural zone project : inacessibleoffor the inhabitants -- extension the private gardens in a shared productive Agricultural zone gardens project : - inacessible for the inhabitants - extension of the private gardens in a shared productive gardens project : - extension of the private gardens in a shared productive gardens

project : Meadows reinforce the educative caracteristic by - horses and cows in the meadows - the creation of an educative farm linked with the: school project - -metabolism: waste and residus reinforce theanimal educative caracteristic byof the compost in situ and - the creationare ofpacted an educative farmreinjeclinked ted agricultural zone and publics withinthethe school spaces. - metabolism: animal waste and residus of the compost are pacted in situ and reinjected in the agricultural zone and publics spaces.

Fig. E. Sports equipment : - not visible -only private users Sports equipment : - not visible -only private users project : Sports equipment : -- qualification not visible of this new public space --only axe connecting cimetry, sports zone and private users project : bio cooperative the future - qualification of this new public space -leisure activities - axe connecting cimetry, sports zone and project : the future bio cooperative - qualification of this new public space -leisure activities - axe connecting cimetry, sports zone and the future bio cooperative -leisure activities

6.

Meadows - horses and cows in the meadows

Fig. E. Parcours physique/ maillage piĂŠton et ses diffĂŠrentes zones de loisirs / rencontres autour du travail du territoire - Projet.

project Industry: -PAPYRUS close to the Canal project :

5. Agricultural Cooperative : -not crossable area - warehouse Agricultural Cooperative : -not crossable area project : warehouse --Agricultural zone 30 to cross the road: national Cooperative --not linkscrossable betweenarea the school and the meaproject : dows - warehouse zoneCooperative 30 to cross the road national -- Agri : tasting and selling the -local linksproducts betweenfrom the school and the meathe productive project : dows gardens - zone 30 to cross the road national -- encouraging Agri Cooperative : tasting and selling the mobility - links betweenthe thesoft school and the mealocal products from the productive dows gardens - Agri Cooperative : tasting and selling the - encouraging the soft mobility local products from the productive gardens - encouraging the soft mobility

4.

Industry -PAPYRUS close to the Canal

Meadows project : -- horses and cows in the meadows reinforce the educative caracteristic by -Meadows the creation of an educative farm linked project : school with the - horses and cows in the meadows reinforce theanimal educative caracteristic by of --metabolism: waste and residus - thecompost creationare ofpacted an educative farmreinjeclinked the in situ and project : withinthethe school ted agricultural and publics - reinforce the educativezone caracteristic by - metabolism: animal waste and residus of spaces. - the creation of an educative farm linked the compost are pacted in situ and reinjecwith the school ted in the agricultural zone and publics - metabolism: animal waste and residus of spaces. the compost are pacted in situ and reinjected in the agricultural zone and publics spaces.

Green zone - Canal zone - pedestrian way around the protected area Green zone - Canal zone -linked to the educative farm, observatory point - pedestrian way around the protected -area regeneration of the soil --linked protection ofeducative the biodiversity in the to the farm, observatory pocket point --- regeneration potentiality ofofathe leisure soil zone connected to the Canal and the Senne - protection of the biodiversity in the -pocket Cleaning the Senne -- potentiality of a leisure zone connected to the Canal and the Senne - Cleaning the Senne


1. AA’

2.

3.

13 4.

5.

6.

Axes principaux (piétons - vélos - tracteurs) Axes secondaires (piétons - vélos) Axes principaux existants Axes secondaires existants


14

Fig. F.

Parcours mĂŠtabolique - Projet.


Fig. F.

15


Phase individuelle - Entre espace perçu et espace vécu. Cette dernière phase propose d’approfondir un aspect du projet commun en travaillant les ambiances du projet. Pour ce faire, elle développe une séquence paysagère interne au projet, en se focalisant 5 points d’arrêt. Reflectingsur wall Ces derniers, traités comme éléments paysagés cherchent à rendre perceptible l’épaisseur paysagère et sa diversité. Chacun des 5 points, marqués par leur morphologie, leur topographie, leur symbolique, constitue dès lors un moment significatif du territoire. Travaillés par rapport à leurs contextes physiques et historiques respectifs, ils illustrent 5 articulations paysagères mais également 5 relations temporelles.

Fictive copse

16

1. CONTRAST

1. CONTRASTE

Fig. G. Séquence paysagère interne au projet 5 points d’arrêt.

2. DEPENDENCE

2. DEPENDANCE


Unbielt plot

Symbolic barrier

Walkway

17

3. OPENING

3. OUVERTURE

4. RECOVERING

4. TENSION

5. TRANSITION

5. TRANSITION

AA’


18

Fig. H.

Fig. H. Rupture entre un paysage industriel, bâti, dense et un paysage agricole, vert, dégagé : le Pajottenland. Fig. I. Dépendance entre un paysage agricole et un paysage urbain, la ville : agriculture intensive.


19

Fig. I.


20

Fig. J.

Fig. J. Ouverture d’un paysage bâti, fermé vers un paysage de pâturage, ouvert. Fig. K. Tension entre un paysage boisé et un paysage industriel.


21

Fig. K.


22

Fig. L. Transition d’un paysage agricole vers le Canal, en passant par un paysage marÊcageux.


23

Fig. L.


24


UN MUSÉE D’ART MODERNE ET CONTEMPORAIN AU GARAGE CITROËN ? 2014-2015. MA1. SEMESTRE 2. Atelier APA, Architecture, Paysage et Art. (dir. P. Neirinck, E. Lopez-Menchero, J. Martineau). - Avec : L. El - Ali, I. Khokka. Le contexte initial est politique et relatif à l’éventuelle reconversion du garage Citroën en musée d’art moderne et contemporain. Projet. Face à cette situation sensible, le projet se centre sur le musée et son espace de monstration. Analyse Problématique. Prenant appui sur une dizaine de visites d’espaces muséaux situés entre Bruxelles et Mönchengladbach, le projet interroge la relation art-architecture et construit une réflexion sur l’art moderne et l’art contemporain qu’exposent ces musées/centres d’art contemporain. Si l’un et l’autre sont tous deux présentés séparément, peu distincts, ne pourraientils pas être pensés en termes de complémentarité ? Scénario. Guidé par cette réflexion, le projet cherche à articuler les espaces de collection et d’exposition. La collection est ainsi disposée dans la nef centrale de l’ancien bâtiment industriel, point de départ du parcours. Développée sur un double niveau, elle se configure sur une rampe. Au départ confiné entre deux murs, l’espace de collection suit le modèle des galeries muséales classiques. Progressivement, cet espace clos se dilate, s’éclate vers l’espace d’exposition qui prend corps en contrebas ; un jeu de murs obliques perturbe ce parcours rectiligne et organise les différentes séquences visuelles. Au fil du parcours, le mur initial de la galerie se dégage, laissant petit à petit place à un filtre. Cet éclatement progressif de la galerie répond à la transition chronologique de l’art moderne vers l’art contemporain. Ainsi, jusqu’à un certain point, l’art moderne se confine et s’expose entre deux murs, sur une rampe, espace clos ; l’art contemporain, quant à lui, sous des formes plus diverses, voire même expérimentales, s’étend, et prend corps sur tout un rez ; vide, appropriable par l’artiste.

25


26

Fig. A. Parcours - ScĂŠnario.


27


28

J.Ensor. Squelettes se disputant un hareng. 1891. P.Gauguin. Where do we come from? What are we? . 1897. G.Balla. Abstract speed and sound. 1913-1914. C.Monet. La grenouillère. 1869.

P.Picasso. Les demoiselles d’Avignon. 1907. E.Manet. At the café. 1876.

C.Permeke. Octob C.Carra. The funeral of the Anarchist Galli. 1910-1911.

G.Severini. Dynamic Hieroglyphic of the Bal Tabarin. 1912.

F.Van Den Berghe. Dimanche. 1924.

G.de Chirico. Love Song. 1914. P.Picasso. Portrait d’Olga. 1917-1918.

Fig. B. Frise chronologique. De l’art moderne vers l’art contemporain - Analyse.

J.A.D.Ingres. Madame Devaucay. 1807.


bre. 1937.

A.Servaes. Paysage. 1941.

R.Rauschenberg. Erased the Kooning Drawing. 1953.

K.Appel. Nu couchĂŠ. 1957.

R.Magritte. Golconde. 1953.

A.Kaprow. Words 1962.

Y.Klein. Le saut dans le vide. 1960.

R.Rauschenberg. Combines. 1963.

J.Baldessari. I will not make any more boring art. 1971. Alenchinsky. De toutes parts. 1982.

Corneille. Une aube nouvelle pleine d’oiseaux. 1964.

N. J.Paik. Electronic Super Highway. 1995-1996. C.Dotremont. Lorsque je rentre du village. 1977.

Fig. B.

29


30

Fig. C. Rez +1.


3. 8. 7. 9. 8.

6.

a.Acceuil. 1.début espace de monstration.

a.Acceuil. a.Acceuil. 1.début espace de b.Locaux Personnel. 1.début espace de monsmonstration. tration b.Locaux du personnel 2.bureaudirection direction.(20m²). 2.bureau 3.secrétariat 3.secrétariat.(15m²). b.Locaux Personnel. 4.bureaux 4.bureaux.(30m²+30m²). 2.bureau direction.(20m²). 5.salle de réunion - archives 5.salle de réunion- archives.(30m²). 3.secrétariat.(15m²). d.Circulation. 6.salle commune7.circulation publiccuisine- terrasse.(75m²). 4.bureaux.(30m²+30m²). 8.circulation du personnel 7.sanitaires perso.(20m²). 5.salle de 9.mont de réunioncharge - archives.(30m²). secours 6.salle commune- cuisine- terrasse.(75m²). c.Circulation. 7.sanitaires perso.(20m²). 8.circulation public. 9.circulation c.Circulation.personnel. 10.mont chargesecours. 8.circulation public. 9.circulation personnel. 10.mont charge- secours.

31

1.

6. 14.

2.

4.

3. 7. 13. 12.

Fig. B.


32

Fig. D. Rez de chaussĂŠe.


4.

6. 11. 14. 5.

7.

1. 2. 13. 3. 12.

9. 10.

4.

DD’

1. 2. 13. 3. 12.

REZ a.Acceuil. 1.hall d’entrée- salon d’attente.(90m²). 2.desk d’acceuil- billeterie.(30m²). 3.vestiaire.(30m²). a.Acceuil. a.Acceuil. 4.sanitaires.(60m²). 1.hall d’entrée - salon 1.hall d’entrée- salon d’attente.(90m²). d’attente 2.desk d’acceuil billeterie 2.desk d’acceuil-- billeterie.(30m²). 5.cafèt-restaurant.(270m²). 3.vestiaire 3.vestiaire.(30m²). 4.sanitaire +barcuisine ouverte- stock- local perso. 5.cafèt-restaurant 4.sanitaires.(60m²). 6.bookshoplocal perso.(180m²). +bar - cuisine stockouverte - stock

a.Acceuil. 1.hall d’entrée- salon d’attente.(90m²). 2.desk d’acceuil- billeterie.(30m²). 3.vestiaire.(30m²). 4.sanitaires.(60m²). 5.cafèt-restaurant.(270m²). +bar- cuisine ouverte- stock- local perso. 6.bookshop- stock- local perso.(180m²). b.Locaux Personnel. 2.desk d’acceuil- billeterie.(30m²). +vestiaire- sanitaires perso.

AA’

- local perso. 7.Bar/cuisine ouverte- stock.(60m²). 5.cafèt-restaurant.(270m²). b.Locaux du personnel b.Locaux Personnel. +vestiairesanitaires perso.(30m²). 2.desk d’acceuil - billeterie +barcuisine ouvertestock- local perso. 2.desk d’acceuilbilleterie.(30m²). + 8.Point vestiaire sanitaire perso. de-vente shop.(30m²) 6.bookshopstocklocal perso.(180m²). 7.bar/cuisine ouverte - stock +vestiairesanitaires perso. +vestiairesanitaire 8.point de vente/ shopperso. +vestiaire - sanitaire perso. b.Locaux Personnel. c.Locaux techniques c.Locaux techniques. 2.desk d’acceuilbilleterie.(30m²). 9.aire de déchargement 9.aire de décharge.(oeuvres/alim). (oeuvres/alim.) +vestiairesanitaires perso. 10.local entrepôtexpo.(450m²). 10.localrégie régie-- entrepôt 11.local entretien 11.local entretien.(15m²). d.Circulation. 12.circulation public d.Circulation. du personnel 13.circulation 14.mont de charge - secours 12.circulation public. 13.circulation personnel. 14.mont charge- secours.

BB’

10.

CC’

33

9. 11. 14.

7.

13. 8. 3. 2.

4.

5. 1.

Fig. B.

12.


34 Fig. E.

Fig. E. Musée depuis l’extérieur - Sortie du parcours/ Appel depuis la rue. Fig. F. Coupe longitudinale. Fig. G. Coupes transversales.


AA’

BB’

35 CC’

Fig. F.

DD’

Fig. G.


36


1.a. 1.a.

1.a. 1.b. 1.b.

1.a. 1.b.

1.a.

1.a.

2. 2.

1.a.

3.b. 3.b.

1.b.

1.b.

2.

1.b. 3.a. 3.a.

3.b. 2. 4.a.

2.

3.a. 4.a.

2. 3.b.

4.b.

3.b.

4.b.

2.

4.a. 5.

3.b.

5.

3.a. 4.b.

3.b.

3.a. 4.a.

3.a.

5.

37 4.b.

3.a.

4.a.

5.

4.a.

4.b. 4.b.

5. 5. 5.

4.a.


38

Fig. H-I.

Fig. H. Espace de collection confiné - Modèle classique de la galerie. Fig. I. L’exposition vue depuis l’espace de collection Ouverture du modèle classique. Fig. J. Axonométrie. Eclatement progressif du modèle classique de la galerie.


39

Fig. J.


40

Fig. K-L.

Fig. K. Entre Collection et Exposition Éclatement du modèle classique. Fig. L. Espace enfants pour initiation à l’art. Fig. M. Axonométrie. Eclatement progressif du modèle classique de la galerie.


41

Fig. M.


42

Fig. N. Compilation de la recherche / analyse prĂŠalable.


43

Fig. N.


44


45


46


TRANSFORMATION D’UNE MAISON BRUXELLOISE - ESQUISSE DUPLEX A. SEPT 2015. STAGE MA1. Bureau d’architecture Ledroit Pierret Polet. Ce travail s’insère dans un projet qui prévoit la rénovation d’une maison bruxelloise et sa reconversion en logements pour deux couples. À ce stade du projet, le P.U. a déjà été obtenu fin juin 2015 ; des recherches sur l’aménagement intérieur doivent encore être apportées pour pouvoir finaliser les plans. L’avant-projet porte sur l’aménagement du Duplex A, il comprend l’intégration d’une cuisine, d’un rangement/ bibliothèque, d’une cheminée, ainsi que d’un escalier et d’un bureau (mezzanine) dans un même espace ouvert, sur deux niveaux.

47


48

Fig. A.

Fig. A. Axonométrie. Volumétrie du bâtiment.


49


50

Fig. B.

Fig. B. Axonométrie. Duplex, dernière proposition. Fig. C. Rez de chaussée du duplex.


51

231

L.L.

Fig. C.


Portfolio master Thibault Wéry