Issuu on Google+

RANDONNEES du mois de Février 2012


Fevrier 2012

RANDO­RESTO DU 2/02/2012 La matinée rando sur 13 km autour de Chessy Nombre de participants:28 Départ de la rando à 9 h sous un froid Sibérien << ­6 + vent, ressenti ­14 >> Itinéraire: Parc de Chessy ­ GR4A Jusqu'au Square St Agathe à Lagny­Les coteaux de Lagny Le bois de Chigny­ Montévrain et retour par le Sud du parc. Resto à 13h30­ 31 affamés Oui froid mais personne ne s'en est plaint. Belle promenade et la récompense au bout à la mesure de notre courage. Merci Claude  Tony Quelle belle matinée, fraiche, certes, mais bien agréable et le resto était "top" ! Merci Claude  Nicole

Bienvenue chez les Cassiassiens ? Quoi ? Non, ce n'est pas un nouveau film, mais le nom des habitants de Chessy,  souvenir laissé par le romain Cassius du temps de la Gaule. Ah ! ça date ! Malgré qu'y caille grave y sont venus et en  nombre : 28 d'après l'organisateur (on attend les chiffres de la police), et par un prompt renfort y seront même 31 à midi.  Y a même Camomille, ouf, on croyait l'avoir perdue la semaine dernière, bravo de persévérer. Sommes partis du  château, construit au 16 ème par le seigneur du coin dont il ne reste que les communs et le pigeonnier (photo A).


A.jpg Une secte y a habité longtemps et maintenant c'est le SAN du Val d'Europe. Par le parc avons suivi le ru du Bicheret et au premier chêne, dont il a fallut 5 personnes pour mesurer la circonférence, pris à droite toute pour rejoindre les bors de Marne. Au moulin de quincangrogne (étymologiquement : qui y trouve à redire donc encore un râleur !) stupeur ! des chèvres dans les arbres et des cormorans dans l'escalier (photos B et c).

B.jpg

C.jpg


Dans ce moulin Henri 4 y aurait fait des siennes et maintenant ce sont les jeunes de la RATP. A Lagny les quais sont gelĂŠs mais les couleurs sont belles (photos D et E).

D.jpg

E.jpg

Ensuite direction le bois de Chigny, ses petits sentiers (photo F)


F.jpg

et ses belles demeures, dont la grange au bois ancienne résidence des abbés de Lagny. Sans oublier le louvard (jeune loup de 1 à 2 ans) résidence du peintre Kees van Dongen de 1921 à 1932, qu'il finit par donner à son amie et modèle préféré en cadeau de rupture (beau geste mesdames ! non ?). On y trouve de tout dans ce bois, non seulement des randonneurs et randonneuses (photo G)

G.jpg

mais aussi de quoi faire son marché, les chineurs s'en sont donnés à coeur joie (photo H).


H.jpg

On trouve aussi........... (photo I)

I.jpg

mais peut être pas neuf ! Puis par la rue de Solférino (pas vu le siège du PS), la ferme des Corbins et le parc des frénes retour à Chessy où un bon repas nous attend, à l'abri. Au compteur 15 km mais l'organisation, en cheville avec la police c'est sûr, n'en déclarera que 13. Les renforts arrivent Philippe (avec l'artillerie), Daniel et le Chef toujours bon pied, bon oeil et un bon coup de fourchette ! Du repas je ne parlerai pas, d'autres l'ont fait à ma place. Pour finir et malgré la framboise assassine (photo J)


J.jpg

j'ai réussi à rentrer, mais à pied. Claude merci pour cette belle journée et amitiés à tous. Alain 

PHOTOS au RESTO


JEUDI 09 02 DE VAIRES A NEUILLY SUR MARNE RENDEZ VOUS PLACE DE L EGLISE SAINT THIBAULT A 08H30 DEPART RANDO STADE DE VAIRES ENVIRON 20 KM CO­VOITURAGE 0.60€

ANIMATEUR : Raymond GACHET

Randonnée dans la fraicheur, départ de Vaires le long du canal de Chelles puis le tour de la Haute Ile, un aperçu de  l'écluse de Neuilly, suivi d'un pique­nique, la suite du parcours le long de la marne par le parc de Noisiel, après vingt  kilomètres un verre bien mérité.

Vaires-Neuilly-Vaires, cela sonne comme une course cycliste Belge, une fois, n’est-il pas ? Vaires viendrait du gaulois verno désignant l’arbre l’aulne. Et Neuilly du latin novelllus, nouveau, nouveau défrichement. Partis donc du stade de Vaires par un petit matin blême…….


Et par un froid mordant………

Nous avons enquillé le canal tout droit, tout plat……

Traversée de Chelles où le soleil a commencé à chauffer, dardant ses rayons sur les fenêtres des immeubles créant ainsi de beaux reflets sur la glace du canal. Chelles ville mérovingienne, de nos jours la plus importante du département, nous n’en verront que le canal et les arrières boutiques.


Par le pont de Gournay franchissement de la Marne pour rejoindre la piste cyclable qui permet d’aller jusqu’à Paris ou guincher chez Gégène, avis aux amateurs de vélo. Puis par une passerelle où les randonneurs semblent mis en cage nous franchissons à la fois Marne et canal. De belles vues se dégagent de part et d’autre.

Puis nous accédons au parc de la haute Ile, j’en avais entendu parler, mais comme l’Arlésienne je ne l’avais jamais vu. Il faut dire que l’entrée est plutôt discrète, planquée derrière le marchand de matériaux de la pointe de Gournay. Ce parc créé par « Seine SaintDenis, le département », sic, est vaste, très bien aménagé et géré, c’est un havre de paix………………..


Mais c’est là que c’est arrivé, oui, quel malheur, comme un vent de folie, les oiseaux cessent de pépier, le soleil se voile la face derrière un nuage, non ce n’est pas la fin du monde, tout de même, voyez…………………


Des gamins, une nuée de gamins, telle une nuée d’étourneaux s’abattant sur votre cerisier, vous imaginez la panique !!!!!!! Mais rapidement Raymond, notre guide, conscient de sa propre folie et craignant l’arrivée des gros bras de l’hôpital psychiatrique voisin, avec les camisoles, siffle la fin de la récré et remet tout son monde sur les rails…..

Un peu penauds, mais heureux, ils reprennent le chemin, soudain le calme revient, les oiseaux se remettent à chanter et le soleil nous sourit à nouveau. C’est à l’écluse de Neuilly, prise dans les glaces que nous faisons demi-tour. Les estomacs grognent il est temps de se trouver un endroit au soleil pour le repas.


Et le bonheur est dans le pré………..

Retour parallèle à l’aller mais par la rive gauche de la Marne, Gournay et sans doute Noisy-le-grand , villes imbriquées. Cette derniere devrait son nom à un lieu planté de noyers, et le grand pourrait faire référence à une vaste étendue ou à une résidence royale. Puis Champs où nous rencontrerons l’homme qui parle aux oiseaux aquatiques………….


Ainsi qu’une belle couvée.

On ne peut pas quitter Champs sans évoquer son château et la Pompadour. La légende veut que la première coupe à champagne ait été moulée sur le sein de la divine marquise, grande adepte de ce non moins divin breuvage. Puis ce sera Noisiel et sa chocolaterie, non ce n’est pas un nouveau film. Torcy et le magnifique chemin arboré réalisé depuis la base nautique. Arrivée au stade de Vaires dans un fauteuil…………


après avoir fait des ronds dans l’eau ?

Merci Raymond une randonnée guidée de main de maître…..

Amitiés à tous et à bientôt. Alain .

Photos les enfants s'amusent


Merci Michelle pour ces photos. Tu m'as fait une drôle de moustache ! Commme vous l'avez remarqué je suis peu  souvent sur les photos je me suis donc permis de mephotographier Cliché que j'ai oublié de joindre au compte rendu.  Alain

.


Merci Raymond c'etait vraiment une super rando. Les photos suivront, avec les enfants s'amusent HI HI HI.... Michelle Vu la configuration des lieux, j'étais sûr que Raymond ne se contenterait pas des bords de marne. Bonne surprise nous avons découvert des espaces inconnus de nous tous...(ou presque) et cela aux portes de chez  nous.. même que nous nous sommes promis d'y revenir avec nos "petits". Merci Raymond  Tony

Rando du jeudi 16 février 2012 Mes elucubrations inspirées par la rando guidée par Jo à Charly sur Marne sont téléchargables si vous le souhaitez. Amicalement. Alain

« Du côté de chez Charles », non ce n’est un pas un inédit du petit marcel Proust. Jeudi c’était à Charly, étymologiquement le domaine de Charles (carliacum en 852). Charly c’est pas la porte à côté, c’est la Picardie, presque l’étranger, si, si, regardez une carte, ça jouxte la Belgique. Mais j’exagère, ici on est près de la Ferté, la capitale des meules. Non ! Pas des mobs ! Nullard ! En résumé, à cheval sur la Marne, tourné vers Reims, tu pars à main gauche et ça monte dans les vignes, tu descends, tu passes la Marne, tu montes à la Dhuis, tu descends, tu passes la Marne et t’es arrivé. Simple non ? Et c’est toujours à gauche, et la semaine prochaine faudrait tourner par la droite, pour équilibrer ! Donc en sortant de Charly, la petite troupe (10 c’est plus facile à pointer !) s’est égayée dans les vignes……………..

Mais rien à grappiller………………………


Par contre la boue est a m o u r e u s e, comme l’a si bien dit Marie-Claude. Lle feu de la Saint Valentin pas encore éteint ?

Elle ne date pas d’hier cette fête, elle existait déjà du temps des romains. Mais c’était plus coquin, la rumeur veut que le Dieu Pan était de la partie, c’est tout dire. Aujourd’hui c’est plutôt la fête des fleuristes et des restaurateurs. Mais je suis mauvaise langue. Bon, on continue par les vignes, on suit la crête qui vallonne tranquillement, on papote avec les vignerons qui terminent la taille, on passe par le domaine de Crouttes, champagne dont mon estomac n’a pas gardé un bon souvenir ! On cherche le pont ! Tiens le voilà, et le village de Nanteuil que l’on traverse par la rue des bons enfants (tout à fait nous) et la rue du bac. Passe ton bac si tu veux aller sur l’autre rive, m’a dit Jo, go !!!! Mais avant, mes aïeux, quelle descente en perspective……………….


Et ça glisse grave, avec le sourire……………………………………

Mais les boules quand même cette descente !

Maintenant il faudrait penser à casser la croûte, non ? Pas là………………………………


Il faut franchir la Marne et attendre la place de Citry, coincée entre la Mairie, l’Eglise et le château, pour faire la pause. La République, l’Eglise et la Noblesse réunies ! Ils se surveillent non !

Citry me fait penser à citrique, citron, et c’est bien sûr…………… Limoncello que nous offre Nathalie, merci, toujours excellent. Erreur, l’étymologie de Citry n’a rien à voir avec le citron, le fruit d’ici c’était la pêche, qui a complètement disparu. Et le café ? Non pas là…………………….


Après, direction la Dhuis, cette bonne vieille Dhuis que l’on imagine coulante et glissante à souhait comme une part de Brie faite à cœur. Mais c’est plutôt moins pire que l’on imagine. En attendant Johnny chantait cours plus vite Charly et tu gagneras et nous on file et on loupe l’entrée de l’aqueduc, pas grave on le retrouve plus loin. Mais on n’est quand même pas déçus par le voyage car les abimes sont vertigineux.

Et le bonheur est sur la Dhuis, non ce n’est pas un nouveau film !

Pas vu les loups à Pisseloup, étymologiquement lieu ou pissent les loups, ça ne s’invente pas. Mais nous nous sommes pavanés à Pavant, qui en gaulois signifierait têtes blanches, bien vu, c’est nous. Descente dans la vallée, on passe la Marne, et au bout du ru c’est super U, et les voitures.

Merci JO pour cette ballade réussie.


Alain

22 .

randonnée du dimanche 26 février d'Emerainville à Tournan . Yves SEIGNEURET étant malade, il ne peut assurer cette rando. Les animateurs potentiels sont indisponibles. En  conséquence, elle est annulée. Elle sera certainement remise au programme du prochain semestre. Bonne journée à tous. Yolande

Rando du jeudi 23 fèvrier : circuit de la Bretonnière

Rando circuit de la Bretonnière du jeudi 23 février 2012 Rendez-vous à la gare de Chailly-Boissy ! Quelle gare ? N’a pu de gare et encore moins de trains, on se croit en plein désert, comme dans un western. Mais le parking est encore là. Ouf !

Gris, gras, gris, gras ce sera le crédo de la journée, gris en haut et gras en bas, c’est jeudi gras ? Ça n’existe pas ducon, c’était mardi ! Mais comme le dit la chanson on s’en fout du moment qu’on est entre nous ! Bon on est parti, dans le brouillard, on ne sait pas trop où, espérons que nos guides le savent ! Et je ne suis pas sûr non plus de savoir où ce récit me mène.


Le paysage est du genre sauvage, des prés, des bois, des collines, pas âme qui vive sauf les moutons, plutôt surpris de nous voir. Et les arbres courbés pour mieux nous saluer.

Quand arrive midi nous sommes à proximité de Saint Siméon. Ce Saint on l’appelle le stylite car il vécut sur une colonne, en Syrie. Son culte (ce n’est pas un gros mot) a été rapporté dans la région par les Templiers. Donc on se met à table (c’est une image) bien à l’abri (pas du soleil) sous une haie touffue. Le repas sera bien arrosé (pas par la pluie) et pétillant, bon anniversaire Simone et Michel.


Après avoir repris des forces, légère descente jusqu’à la vallée du Grand Morin languide comme une odalisque et dans ses eaux de jade se mirent les arbres comme de grandes coquettes.

Traversée du hameau de la Vacherie au nom prédestiné, car c’est là après une rude pente que ça a merdé. On voit l’inquiétude sur les visages, une mauvaise langue ose prétendre que les baliseurs balisent !


Serions-nous perdus ? Mais non ! Après mure réflexion, c’est tout droit. Ouf ! Mais arrivés à la maison de retraite de Rebais force est de constater que si, nous sommes à l’opposé de notre destination. Des esprits chagrins, que je ne nommerais pas ici, pensent même que c’est un coup monté !!! Mais les retraités regimbent !!!!!! Et par un prompt demi-tour nos guides nous remettent dans le droit chemin qui mène au hameau de Limon (coucou Nathalie). Seuls les chiens de Saint-Denis-les-Rebais n’apprécient pas que la caravane passe 2 fois. Mais toutes ces émotions laissent des traces et c’est le coup de……….

Allez ! Courage on arrive, attention au train…………………. Fantôme !


Merci à Simone et Michel pour ces grands moments de doute et d’émotion, et si le soleil ne s’est pas montré il était dans nos coeurs, il fait toujours beau quelque part. Alain Alain tu m'étonneras à chacune de tes interventions et oh combien agréablement. Tu es la plume ensoleillée de notre site  de tout coeur  Merci   Tony Poéte un jour Poéte toujours!!! Merci Sympa ce compte rendu qui donne aux absents l'impression d'avoir raté une rando.

Danielle


Randonnées du mois de Février 2012