Page 1

Association Française de Thermographie Infrarouge – www.aftib.org

AFTIB

11

Déc. 2012

Inscrivez-vous à la newsletter et devenez adhérent depuis notre page d’accueil www.aftib.org

Le mot du président Ceux qui connaissent la thermographie infrarouge ont généralement comme premier réflexe de penser à ses applications au bâtiment ou à l’industrie. Pourtant, notre newsletter en parle régulièrement : le monde agricole est un nouveau secteur offrant un potentiel énorme, aux enjeux économiques conséquents. Notre dossier ce mois-ci rappelle que, désormais, de multiples études internationales reconnaissent la thermographie pour sa capacité à donner les premiers signes d’alerte en cas d’anomalie. A nous de convaincre les éleveurs français ! Jacques AMSELLEM

Actualités de l’AFTIB AU SOMMAIRE Actualités de l’AFTIB

p.1

BIOLOGIE • Respirez, vous êtes filmé! p.2 INDUSTRIE • Détection de gaz par thermographie p.2 ÉLEVAGE • Contrôle et suivi du bétail par thermographie infrarouge p.3 BATIMENT • Fiabilité renforcée des DPE : publication d’une nouvelle méthode de calcul p.4 BATIMENT • Les exigences du label THPE révisées p.4

A la demande de plusieurs adhérents et utilisateurs de la thermographie, l’AFTIB organise une Journée technique pour les opérateurs et utilisateurs de la thermographie infrarouge dans tous les secteurs du bâtiment (gestion, maintenance, construction). L’objectif de cette journée est de se perfectionner dans l’utilisation du matériel (venez de préférence avec votre matériel), l’analyse des thermogrammes et le diagnostic des pathologies et des désordres sur les bâtiments. Ce sera aussi un moment privilégié d’échanges et de retours d’expériences. En 2013, deux journées sont prévues :  le 11 mars en Ile de France  le 25 mars à Bordeaux. Si vous êtes d’emblée intéressé, envoyez un mail à sandrine@aftib.fr pour enregistrer votre inscription. Si vous avez connaissance d’une demande de plusieurs personnes dans une autre région que celles proposées, faites-nous-en part.

Prochaines formations Parution bimensuelle La seule newsletter francophone pour suivre toute l’actualité de la thermographie infrarouge : découverte des applications relatives au bâtiment, aux industries, au milieu médical, revue et test des matériels de thermographie IR, certification, assurances et responsabilités de l’opérateur…

Newsletter diffusée par l’AFTIB – ©AFTIB 2012 www.aftib.org Contact : presse@aftib.fr Rédaction et conception graphique : Greenvibes SARL www.greenvibes.fr

Module thermographie infrarouge (2 jours) : MASSY TGV (Île-de-France): 16-17 janvier 2013, 14-15 février, 13-14 mars - BORDEAUX, PERPIGNAN, CHAMBERY: voir le site Module infiltrométrie et étanchéité à l’air (1 jour) : MASSY TGV (Île-de-France): 18 janvier 2013, 15 février Toutes les infos et les programmes sur : www.aftib.org/formation-thermographie.php

PARUTION DE NOTRE GUIDE SUR LA THERMOGRAPHIE APPLIQUEE AUX BATIMENTS

Dans notre précédente newsletter, nous vous annoncions la sortie fin 2012 du livre « Guide pratique de la thermographie appliquée aux bâtiments », édité par l’AFTIB. Quelques soucis techniques ont retardé la sortie de l’ouvrage, désormais prévu pour début 2013. Nous vous prions de bien vouloir nous en excuser. Le livre fait un tour d’horizon complet de l’outil, des principes scientifiques à l’utilisation d’une caméra, des applications aux bâtiments aux méthodologies d’investigation. Pour en savoir plus ou passer commande (prix : 47 €), envoyez un mail à : sandrine@aftib.fr

1|Page


BIOLOGIE • Respirez, vous êtes filmé ! Il était déjà possible d’analyser les phénomènes de thermorégulation (notamment après un effort) à la surface du corps à l’aide de caméras thermiques (voir newsletter n°9), voici que les chercheurs exploitent désormais la thermographie infrarouge pour scruter nos émotions ! En collaboration avec des scientifiques pluridisciplinaires, l’équipe du LEME (Laboratoire d’Énergétique, Mécanique et Électromagnétisme de l’Université Paris Ouest – Nanterre) s’est appuyée sur la propriété de l’activité respiratoire d’un individu à varier en fonction de ses émotions. En période de repos, au calme, la respiration est plus ample, plus lente. Mais sous l’effet d’un stress ou en présence de situations désagréables, elle s’accélère et le souffle peut être saccadé. Or, le gaz carbonique expulsé est perceptible par la caméra infrarouge. De ce fait, les variations de l’activité respiratoire doivent pouvoir être suivies, facilitant l’identification de l’émotion éprouvée par un individu.

Partant de ce principe, les chercheurs ont placé des volontaires devant des images plus ou moins agréables, engendrant diverses émotions et donc, des modifications de l’activité respiratoire. Les thermogrammes relevés ont confirmé l’hypothèse du laboratoire, en permettant de vérifier voire même de quantifier, de quelle manière et à quel degré l’activité respiratoire pouvait être influée par les émotions générées au travers de la projection d’images. Comme le rappelle Philippe Hervé, professeur et chercheur au LEME et responsable de ce projet, « la respiration peut être vraiment le reflet de nos émotions ». La prochaine fois que vous stresserez à l’idée de mentir à un opérateur en thermographie infrarouge, ne le laisser par vous observer avec sa caméra… Référence : "Thermographie infrarouge, le reflet des émotions humaines", enovamag n°5, magazine de l’innovation pour la recherche et l’industrie, septembre 2012

INDUSTRIE • Détection de gaz par thermographie Certaines industries peuvent générer des gaz dangereux pour le personnel autant que pour l’environnement, comme les gaz à effet de serre. De surcroît, les fuites signifient généralement une perte de la rentabilité. Pouvoir disposer d’un outil qui permette de les détecter est indispensable. Les caméras thermiques offrent une solution rapide à mettre en œuvre, pouvant couvrir de larges zones – ce qui leur confère un net avantage par rapport aux traditionnels détecteurs de fuite (sniffers), dont le champ de mesure est plus ciblé et qui ne fonctionnent pas à distance. A cette fin, des caméras spécifiques ont été développées, ciblant certains gaz comme le SF6 (hexafluorure de soufre), un puissant gaz à effet de serre (potentiel de réchauffement global 22 800 fois supérieur à celui du CO2). Non seulement ces caméras peuvent mettre en évidence les fuites, mais elles disposent généralement d’un compteur de particules qui permet de quantifier la concentration en gaz. L'utilisation de ce matériel est devenue incontournable dans l’industrie pétrochimique ou gazière, en assurant une maintenance préventive à faible coût et à moindre risque, grâce aux mesures à distance.

Les conditions idéales pour réaliser des mesures par thermographie sont : A. Opérer le soir quand le soleil est couché B. Vent faible ou nul C. Écart ≥ 10°C entre l’intérieur et l’extérieur du bâtiment D. Absence de pluie

Réponses : B, C, D. Les mesures doivent plutôt être prises tôt le matin en l’absence de soleil, les surfaces ayant refroidi pendant la nuit.

Mini Quizz : le rêve de l’opérateur

2|Page


ÉLEVAGE • Contrôle et suivi du bétail par thermographie infrarouge Ce moment précis est important car l’animal effectue cette action volontairement, il n’y a donc aucun stress occasionné qui pourrait influencer les mesures prises. Le caractère non-invasif qui définit la thermographie revêt là une toute nouvelle dimension. © Marmotte73/Flickr

Le suivi du bétail pour garantir sa bonne santé est un enjeu fondamental pour l’élevage. Mais lorsque des centaines, voire des milliers de bêtes doivent être surveillées, cela représente un coût important et nécessite du temps. Pouvoir recourir à des techniques simplifiant la mise en œuvre de se suivi est donc un avantage sérieux et la thermographie offre de belles perspectives en la matière. L’application de la thermographie dans le domaine vétérinaire a déjà fait ses preuves, notamment dans le milieu équestre (voir newsletter n°2) ou l’aviculture. L’étude par thermographie repose principalement sur les fluctuations de températures corporelles liées à la présence d’infections, d’irritations ou de blessures de l’animal. La multiplication de ces études ces dernières années ont d’ailleurs clairement démontré le rôle positif de la thermographie. Il ne reste plus finalement qu’à convaincre les éleveurs. Mettre en évidence les anomalies Encore récemment, une équipe de chercheurs de l’Université de Sciences naturelles d’Estonie a effectué des mesures par thermographie pour évaluer la répartition de la température corporelle de 120 vaches. L’attention portait tout particulièrement sur les principales sources à problème pour les éleveurs : les pis, les pattes et les blessures de l’épiderme. En temps normal, la température des sabots est plus basse qu’aux bourrelets (replis de peau juste au dessus). Une répartition différente peut donc indiquer une anomalie. Le constat est identique à celui d’une étude parallèle, portant spécifiquement sur les lésions touchant les sabots, menée par une équipe allemande de l’Institute for Agricultural Engineering. Deuxième constat, la température des pis ne varie guère avant et après la traite lorsque ces derniers sont propres et en bonne santé. Dans le cas contraire, des différences sont observées – un résultat corroboré au même moment par l’équipe tchèque de l’Institute of Animal Science. Une surveillance automatisée Un suivi automatisé est-il alors envisageable pour effectuer des analyses régulièrement ? Ce pas a été franchi par une équipe nord-américaine qui a mis en place un système où les données thermographiques sont collectées automatiquement lorsque l’animal va boire ou se nourrit – ce dernier étant identifié grâce à sa puce RFID.

Des animaux soignés plus rapidement La thermographie infrarouge ne peut être utilisée seule car elle ne met en avant que les conséquences de troubles et ne constitue pas en tant que telle un diagnostic. Mais elle présente l’énorme avantage de pouvoir scanner les animaux aisément à distance et ce, régulièrement. Cela en fait donc une des techniques les plus faciles à mettre en œuvre pour identifier des anomalies et soigner plus rapidement. Références : ALSAAOD M, BÜSCHER W. (2012) Detection of hoof lesions using digital infrared thermography in dairy cows, Journal of Dairy Science, 2012 Feb. 95(2):735-42. KUNC, P., KNÍŽKOVÁ, I. (2012) The Use of Infrared Thermography in Livestock Production and Veterinary Field, in Infrared Thermography Recent Advances and Future Trends, Bentham eBooks, s. 85-101. POIKALAINEN V., PRAKS J., VEERMÄE I. AND KOKIN E. (2012) Infrared temperature patterns of cow’s body as an indicator for health control at precision cattle farming, Agronomy Research Biosystem Engineering Special Issue 1, 187-194 STEWART M.,WEBSTER J. R., SCHAEFER A. L. (2012) Automated assessment of animal health and welfare using infrared thermography, Dairy Cattle Welfare Symposium, 24-26 octobre 2012 – Ontario (Canada)

3|Page


BATIMENT • Fiabilité renforcée des DPE : publication d’une nouvelle méthode de calcul La nouvelle méthode de calcul 3CL-DPE pour réaliser des DPE vient d’être publiée début novembre, avec pour objectif de rendre les DPE plus fiables après la série de critiques adressées l’année dernière. Les diagnostiqueurs devront désormais entrer 60 données au lieu de 30. Il deviendra également plus difficile de laisser des valeurs par défaut. Les logiciels de calcul devront donc intégrer une série de changements avant le 1er janvier 2013 comme, entre autres :  Possibilité de déterminer le coefficient de réduction des déperditions des locaux non chauffés suivant leurs caractéristiques et de varier le coefficient d'intermittence en fonction du type d’équipement de chauffage et de bien diagnostiqué ;  Meilleure prise en compte des masques et apports solaires ;

 Données sur les matériaux et les équipements enrichies ;  Nouvelle méthode de calcul pour les déperditions par renouvellement d'air et calcul amélioré des rendements des systèmes à partir de leurs puissances ;  Intégration d'un module de calcul automatique des puissances nominales pour les chaudières individuelles et pour les pompes à chaleur, ainsi qu’un calcul automatique des abonnements d'électricité à partir de la puissance électrique de chauffage ;  Prise en compte de configurations particulières. D’autre part, le diagnostiqueur sera désormais tenu de préciser, au particulier, les données qu’il utilise pour la réalisation du DPE. En savoir plus : "DPE: la nouvelle méthode de calcul est publiée", Le Moniteur (12 nov. 2012)

BATIMENT • Les exigences du label THPE révisées Avec la généralisation de la réglementation thermique RT 2012 à l’ensemble des bâtiments neufs à partir du 1er janvier 2013, l’objectif prioritaire est de limiter les consommations d’énergie et d’améliorer les performances du bâti. Dans ce cadre, de nouveaux labels voient le jour : Haute Performance Energétique – HPE (réduction de la consommation d’énergie primaire de 10%) et Très Haute Performance Energétique – THPE (réduction de 20%). Mais lorsque les exigences des labels ont été présentées par la Direction de l’Habitat, de l’Urbanisme et des Paysages (DHUP), l’association Effinergie avait émis des réserves. Cette dernière ne jugeait pas utile de conserver le label HPE, trop proche de la RT 2012 – mais ce dernier a été maintenu. Par contre, les exigences du label THPE ont été révisées dans un souci de simplification pour qu’il puisse converger avec le label existant Effinergie + qui lui a servi de modèle. En voici les grandes lignes :  Seuil de consommation maximale abaissé à 40 kWhep/m²/an pour les maisons individuelles, puis pour les logements collectifs à partir du 1er janvier 2015 (seuil à 45 kWhep/m²/an d’ici là).  Exigence d’étanchéité inchangée (0,6 m³/h/m²)  Soustraction de la production photovoltaïque limitée (12kWh/m²/an)

Il reste que des promoteurs ont fait pression pour la création d’un troisième label, à peine plus exigeant que la RT2012 (Bbio inférieur de 20%). Il faudra cependant attendre courant décembre – date à laquelle la DHUP doit définitivement se prononcer – pour savoir si leur demande sera prise en compte. A l’heure où le changement climatique impose de réels efforts pour réduire les consommations ème énergétiques, accorder ce 3 label ne semble guère raisonnable. En savoir plus : "RT 2012: les contours du futur label retouchés", Le Moniteur (23 nov. 2012)

4|Page

Newsletter N°11  

La lettre d'information de l'AFTIB : Association Française de Thermographie Infrarouge dans le Bâtiment.

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you