Page 1

week-end / territoires

Pyrénées-atlantiques

le c h i ff re

64

DANS LE 64 > Promo d’automne. Jusqu’au 11 novembre, Salies-de-Béarn offre ses produits touristiques à prix réduit. Ainsi, la nuit pour deux à l’hôtel du Parc, la demi-journée de soins et détente aux «Bains de la Mude» du centre thermal, la nuit pour deux en chambre d’hôtes avec accès à l’espace aquatique ou la nuit pour deux à l’hôtel du Commerce de Navarrenx, sont tous proposés au tarif unique et minéralogique des Pyrénées atlantiques: 64€.www.tourisme-

Santé, forme et beauté à l’établissement thermal. Laurent Genestet, cuisinier de caractères. La vieille ville, et sous ses pieds, la crypte de la source salée./Photo DDM, PMathieu et OT Salies

Salies-de-Béarn c’est sel que j’aime I

l suffit qu’un jour, moins pressé d’arri- contre d’un homme et d’une table, au resver sur la côte basque, on prenne la sor- taurant des Voisins : Laurent Genestet, tie n°7 de l’A64, pour découvrir le amateur de produits locaux et fou de vais« Béarn des gaves » et Salies, dont l’his- selle a inventé une tarte tatin en cylindre toire ne manque pas de sel. Construite il vertical. y a mille ans sur une cuvette où l’océan, Le trésor de Salies est tout près, c’est la en se retirant, a laissé jusqu’à 700 mètres crypte de la source, dont l’office de toud’épaisseur de sel, la risme détient la clé. Dans cette source dix fois ville en a fait son or Un étroit escalier plus salée que l’eau de mer, blanc. Et après centdescend sous la les habitants ont puisé leur soixante ans de therplace principale, malisme de papa (ou richesse. Et la puisent encore vers des galeries de plutôt de maman, pierre dont les pipuisqu’on y soigne entre autres la stéri- liers sont plantés dans l’eau, à plus de 10 lité féminine -Françoise Hardy en a témoi- mètres de profondeur. C’est dans cette gné), Salies-de-Béarn prend un nouvel source dix fois plus salée que l’eau de mer, élan, touristique et thermal. et restée à ciel ouvert jusqu’au XIXe sièDoté d’un spectaculaire hall cathédrale, cle, que les habitants de Salies ont puisé l’hôtel du Parc, très Belle Epoque, a rou- leur richesse. Et la puisent encore. vert des chambres modernisées et un ca- Les rois, les lois et les révolutions n’y firent sino Partouche. Mais pour le déjeuner, on rien : les Salisiens sont restés propriétaipréférera se perdre dans le cœur de cette res de leur sel depuis 1587. Réunis en corville de 5 000 habitants, aux rues tortueu- poration, les habitants appelés « part-preses et aux anciennes portes cloutées. Ren- nants » prélevaient des décalitres d’eau à

jour dit, puis en recueillaient le sel par évaporation dans la cheminée de leur maison.

On y sale le jambon de Bayonne Aujourd’hui, à condition d’habiter intramuros, 500 familles descendant de ces part-prenants perçoivent encore des bénéfices de l’utilisation de la source. Chaque année, une redevance de quelques dizaines d’euros leur est versée, le « compte de saüce ». Il provient notamment de l’activité thermale, reprise en société d’économie mixte après une phase de développement assuré par le Dr Pierre Toussaint et des médecins toulousains. Dressé face à son parc et au kiosque à musique, l’établissement thermal à la façade rouge et blanche est animé d’une atmosphère, où cohabitent, côté droit, le médical (avec une eau salée à 330 g par litre), côté gauche le thermoludique (20 g/litre) et la remise en forme. C’est dans ce dernier secteur, baptisé « Bains de la Mude »

tPlace de la trompe (nouvelle adresse), tél.05.59.38.32.82. Thermes de Salies. Tél.05.59.38.10.11. www.thermes-de-salies.com. Restaurant des voisins. voisins rue des voisins, tél.05.59.38.01.79. Hôtel du parc, parc tél.05.59.38.31.31.

l’o b j e t Très craquant, d’un blanc éclatant, le sel de Salies-de-Béarn a de multiples applications: en eau thermale, en produit de gommage, en salage pour les jambons de Bayonne, et en fleur de sel pour la gastronomie. Cette dernière application a fait pas mal de bruit lorsque les Salisiens ont découvert une croix basque sur le pot d’un produit 100% béarnais...

Pierre Mathieu

ILS EN PARLENT

SUR UN CHÊNE PERCHÉ mir en cabane sans respecter l’environnement. « Les bois nourrissent les poètes », disait Don Quichotte… les poètes et les écureuils : le plic-ploc des glands qui tombent sur le toit au premier coup de vent rappelle qu’on dort dans un chêne. Le chêne « ne plie pas », M. de la Fontaine, mais vous auriez dû y monter pour sentir qu’il oscille dans le vent… La cabane, c’est pourtant du solide. Pour la construction, Hervé n’a rien laissé au hasard : un technicien de l’Office national des forêts a ausculté l’arbre et des constructeurs spécialisés de Dordogne sont restés près d’un mois pour construire l’habitat, fait de pin, mélèze et châtaignier. Coût de l’opération 35 000 € pour une surface de 15 m2. La cuisine n’est pas fournie, mais la terrasse est équipée d’une poulie pour hisser le panier du petit-déjeuner. Prix de la nuit pour deux : 150 €, et le linge est P.M. fourni aux vagabonds du luxe. Hervé peut sans risque rester sous sa cabane: c’est du solide./Photos P.M.

prat iq u e ALLÔ > Office de tourisme.

que le succès est éclatant, avec 50 000 entrées en piscine par an, des soins de beauté (gommage au sel !), de détente et d’ostéopathie aquatique. « Notre spécificité, assure la nouvelle directrice, Chantal Manescau, c’est l’utilisation des eaux mères, obtenues après cristallisation, un vrai concentré d’eau thermale associé aux soins. » Si la remise en forme se frotte à la concurrence d’autres cités thermales, il est une activité où Salies a décroché le monopole : le salage du jambon de Bayonne. Privé de son fournisseur historique depuis la fermeture de Cérébos, le consortium bayonnais a investi à Salies et doublé la capacité pour en retirer 2 000 tonnes de sel par an. Le site se visite au titre du tourisme industriel, avant d’aller pêcher en eau douce (quand les gaves de Pau et d’Oloron se calmeront). Ou comment le sel réunit les intérêts des deux régions rivales du 64, le Béarn et le Pays basque.

a g ri t o u r is me

A Susmiou, tout près de Navarrenx, dans ce coin de Béarn où les hommes grimpent dans les arbres au premier passage des palombes, Hervé Baltar (qui n’est pas chasseur mais moniteur de pêche) a choisi son plus vieux chêne pour y accrocher sa cabane. Sauf qu’il n’y dort pas avec Marie-Christine, sa compagne ; ils ont assez à faire dans leur vieux moulin qui enjambe le Lausset. Cette cabane, elle est réservée à leurs hôtes à la recherche de gîtes originaux, yourtes, igloos et roulottes… Visite guidée. Un escalier étroit monte à 6,40 m du sol, pour accéder à une petite terrasse. On franchit une baie à double vitrage, et on pénètre dans un petit salon où deux enfants peuvent dormir. Puis la chambre où rentre un lit double. Déco minimale, couette rayée, fenêtre ouverte sur les branches, c’est cosy. Une porte ouvre sur des toilettes sèches, et pour se laver les mains, il y a un savon biodégradable au bord d’un lavabo de verre : pas question de dor-

bearn-gaves.com

Tél.05 59 66 04 39, visitez la galerie photos sur www.cabane-perchee-64.com

JEAN-LUC VICASSIAU ET SUZY CHANTAL MANESCAU DIRECTRICE DE L’ETABLISSEMENT L’AUBERGE DE LA FONTAINE* THERMAL DE SALIES-DE-BEARN* « Hiver comme été, chez nous, la garbure est au menu, j’en fais 35 litres tous les deux/trois jours. Voici ma recette : dans l’eau froide, je lance carottes, poireaux, navets, haricots, thym, poivre, pour 1,30h de cuisson. Puis la pomme de terre. Et on repart pour 1,30h avec la tomate en été, la citrouille en ce moment, le chou, le confit de canard (si c’est un camot de jambon, je le mets au début), je sale à la fin.

*Laas, 12 € à midi, Laas, réservez au 05 59 38 20 20. Dimanche 21 octobre 2012

« En arrivant à la tête de l’établissement, j’ai découvert que les employées avaient des bras de jeunes femmes: une étude a confirmé les vertus rajeunissantes de notre eau, qui est dix fois plus salée que l’eau de mer. On en a fait le « secret de jouvence » de notre spa thermal, qui complète l’offre médicale du centre, toujours très réputé pour soulager les articulations et résoudre des problèmes de fertilité féminine. » *Thermes

de Salies, tél.05 59 38 10 11.

. LA DÉPÊCHE

DU

MIDI

.11

Salies-de-Béarn, c'est sel que j'aime  

Article La Dépêche du Midi - paru le 21/10/2012 Santé, forme et beauté à l'établissement thermal.

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you