Page 1

ThéoNet 6 Le journal numérique du lycée Théophile-Gautier

Novembre-décembre

Actu lycée Visite de l’attaché culturel de l’ambassade du Japon p.14

Focus Emmanuelle, 16 ans : de la Bigorre à la Floride p.16 ThéoNet, le journal numérique


Actu lycée Hello London p.10 2

ThéoNet, le journal numérique


L’équipe Directrice de publication : Hélène PREVOST (Proviseur)

Responsable :

LE MOT

Hervé CAZCARRA (documentaliste)

Directeur d’édition :

DE LA REDAC’

Florian ANGELINI

11 000 ! 11 000 pages vues sur notre blog en seulement 9 mois. Voila un chiffre dont nous pouvons être fiers ! Merci à tous ceux qui nous ont rendu visite ou qui nous ont laissé un commentaire. Et comme une bonne nouvelle ne vient jamais seule nous sommes très heureux de vous annoncer que ThéoNet dispose désormais de son propre ordinateur portable sous Windows 8. Cet achat a été réalisé grâce à la vente de chocolats en partenariat avec le FSE. ThéoNet possède depuis peu sa page Facebook et un compte Twitter, ces deux réseaux sociaux permettent une meilleure diffusion de notre journal et une actualité en live du lycée. Comme vous l’aurez sûrement remarqué, nous publions désormais notre numéro avant chaque période de vacances scolaires, cela nous permet d’avoir six semaines de travail à l’édition d’un numéro contre quatre auparavant. Nous vous proposons dans ce numéro une rubrique culture plus riche avec notamment le cinéma, les mangas et des critiques littéraires. Nous vous souhaitons une bonne lecture, de bonnes vacances, de bonnes fêtes et une excellente année 2013 !

Rédacteur en chef : François REDON

Rédacteurs : Marie-Noëlle BERNES-HEUGA Fanny BONNARGENT François COULOIGNER Manon GAITS Dolorès GALIFIER Thibaut LAFARGUE Anaëlle MAUDET Elora MONFORTE Alexandre N'GOBO Juliette RIGOU Raphaëlle SENNA Elsa SOUYEAUX Serena TIJORIWALA

Correcteurs : Jean CAHUZAC Pascal SASTOURNE

Webmestres : Florian ANGELINI Jean CAHUZAC François REDON

Découvrez notre page WEB ! ThéoNet, le journal numérique

3


SOMMAIRE ACTU LYCEE p6

Maths en jeans

p8

Kiff’ l’équilibre avec Dans6T

p 10

Hello London

p 12

A la découverte de Beijing

p 14

Le Japon s’invite à « Théo »

FOCUS p 16

Emmanuelle, 16 ans : de la Bigorre à la Floride

ACTU MONDE p 18

Noël dans le monde

ACTU LYCÉE A la découverte de Beijing p.12

4

ThéoNet, le journal numérique


ACTU LYCÉE Le Japon s’invite à Théo p.14

A LA PAGE DES NOUVELLES TECHNOLOGIES p 20

Windows « réinventé »

CULTURE p 22 p 23 p 24 P.26 p 34 p 36 p 38

Et la magie continue... Dracula sur les planches, in English et à Tarbes ! English is fun ! Cinéma 2012 : une année en musique Critiques littéraires Mangazine

ThéoNet, le journal numérique

5


ACTU LYCEE

Maths en jeans

M

ercredi 3 octobre, le lycée recevait la visite de Xavier Bressaud, professeur de mathématiques à l'université Paul Sabatier. Il venait rencontrer des élèves de seconde, leur présenter d'autres mathématiques et lancer un atelier « maths en jeans ». Arrivé sans craie ni blouse grise, sans vidéoprojecteur... ni blue jeans, son objectif n'était pas de donner une image de sa discipline. Il venait activer un bouillonnement de pensées, dans l'esprit de ce qui peut se faire en recherche dans les universités. Il a proposé trois sujets sur lesquels les élèves travailleront pendant une période de six mois. A l'issue de cette période, les apprentis chercheurs iront présenter leurs productions sous forme de stands, de conférences... au regroupement annuel de l'association « maths en jeans ». Ca tombe bien, le congrès national « maths en jeans » se déroule cette année à Toulouse (entre autres). Plein de retenue au début, l'auditoire s'est animé aux premières hésitations du conférencier. Les élèves ont compris qu'on n'allait pas leur servir un discours ficelé, que le cheminement était fait de fausses pistes, de rebonds ... et qu'ils y avaient leur place. Soyons sûrs qu'ils sauront s'approprier la démarche. François Couloigner

6

ThéoNet, le journal numérique


ACTU LYCEE

ThéoNet, le journal numérique

7


Kiff’ l’équilibre avec Dans6T

8

ThéoNet, le journal numérique


ACTU LYCEE

U

ne télévision, un ordinateur, un frigo, un repas... voilà le décor qu'ont découvert les élèves de 1ère ES quand ils se sont rendus à la médiathèque de Tarbes où ils ont assisté au spectacle Kiff' l'équilibre de la compagnie Dans6T. Ce spectacle vise à promouvoir l'équilibre en général. A travers la danse hip-hop, trois danseurs ont véhiculé différents messages allant de l’addiction aux nouvelles technologies à l'équilibre alimentaire en passant par la tolérance. Un spectacle parfaitement interprété par des danseurs expérimentés. A l'issue de cette représentation, les élèves guidés par les responsables des différents secteurs ont visité la médiathèque. Cette sortie a permis aux lycéens de réfléchir sur la tolérance et sur les équilibres de la vie. Ils ont également pu découvrir la médiathèque de Tarbes et la danse hip-hop. Des ateliers encadrés par l'association Dans6T leur ont été proposés un mercredi sur deux de 17h30 à 18h30. Plus d'informations sur le site de Dans6T : http://www.dans6t.com/ ThéoNet, le journal numérique

9

François Redon


ACTU LYCEE

Hello London !

L

e soleil brillait sur Calais quand les choses sérieuses commencèrent pour les élèves de Terminales « classe européenne anglais ». Un vers géant métallisé ingurgita bravement l’autocar, ses 34 passagers et son chauffeur pour le recracher en douceur à Douvres. La brume jouait à cache-cache sur la route de Londres, et, à l’entrée dans cette ville mondiale, le soleil avait disparu, laissant la capitale orpheline de ses nouveaux gratte-ciel et offrant à nos passagers un paysage typiquement londonien : le brouillard avait envahi Londres. Seuls les infatigables double-deckers rouges trouaient le voile de grisaille qui renvoyait la capitale au siècle de Victoria.

Dire que la visite de la Tate Modern, haut-lieu de l’art hyper contemporain, fut un choc est peu dire. Mais le choc fut salutaire : réveillés, l’œil rond, tous les élèves furent propulsés au milieu d’œuvres énigmatiques qui avaient attiré ce jour-là beaucoup de visiteurs. Du haut de cette ex-centrale thermique, la City était transformée en une gravure de Gustave Doré que dominait le dôme de la cathédrale Saint-Paul. Après une brève promenade jusqu’au théâtre de Shakespeare « the Globe », il fut temps de se confronter à une inconnue : les familles d’accueil de la commune de Mitcham, située à une heure du centre de Londres par la route. Mitcham devint le « home, sweet home » de notre groupe : son chaleureux accueil offrit un bien appréciable contraste avec les surprises de la météorologie anglaise. Le lendemain, il fallait découvrir à pied la City : commencé à la Tour de Londres, le périple mena notre troupe jusqu’au triangle de l’argent : the Bank of England, the London Stock Exchange et the Royal Stock Exchange. Il passa par le lea10

denhall Market, passage couvert victorien qui offrit une pause bienvenue, car le brouillard était toujours là ! Cependant les immeubles de la Lloyd’s et de Swiss Re furent visibles, le premier par ses tubulures inoxydables, le second par ses verrières bleutées, ainsi que la vénérable Guildhall et l’église de St-Mary le Bow chère au cœur des Cockneys. Par le Strand et Fleet Street, le groupe gagna le cœur politique de la ville : les maisons du Parlement dont les jardins humides mais colorés abritèrent le pique-nique. L’après-midi s’annonçait à la fois historique et futile : les collections de vêtements du Victoria and Albert Museum d’abord, le splendide magasin Harrod’s ensuite. Mercredi devait être tout aussi actif et le soleil daigna se montrer au bon moment. Accueillis à Canary Wharf au Wetherspoon Bar par un petit déjeuner so british pour ceux qui voulaient tester le porridge ou les « bacon and egg », les élèves partirent explorer, dans le Museum in Docklands l’histoire du port de Londres.

ThéoNet, le journal numérique


ACTU LYCEE douillet autocar neuf heures d’affilée. Après un brain storming décisif, Mr Saüquère et Mme Galifier emmenèrent la troupe emmitouflée au pied du vertigineux London’s Eye. Ils gagnèrent la caserne des Horse Guards où se préparaient les « poppies days » consacrés aux anciens combattants (Afghanistan compris). L’auberge de St James Park, désertée par les londoniens les accueillit avant la croisière sur la Tamise. A Westminster Pier, un bateau très confortable leur permit d’envisager la navigation sereinement : visibilité maximale et abri total ! Mieux encore, ils eurent le privilège de voir s’ouvrir le Tower Bridge.. Après avoir profité de vues exceptionnelles sur les deux rives de la Tamise et ses docks réhabilités, ils descendirent à Greenwich (prononcez « grénitch » sous peine de ridicule), car il manquait à ce vaste panorama de Londres une dimension : la puissance maritime. C’est donc par Ce ne fut pas sans frémir, tant la reconstitution des ruelles vent de force 3-4 que le pique-nique fut frileusement avalé sombres et malodorantes des docks était réaliste ! L’archi- au pied de la statue de Sir Francis Drake, corsaire et extecture lumineuse des gratte-ciel actuels de Canary Wharf plorateur au service d’Elizabeth Ière. Fort heureusement le (City Nr2) fut d’autant plus appréciée, ainsi que le quartier National Maritime Museum leur offrit sa chaleur et ses colde Covent Garden dédié aux spectacles qui ramena les lections passionnantes. Une incursion dans la Queen’s élèves au cœur du Londres historique mais hyperactif. House voisine rappela aux élèves le passé royal de Jeudi était destiné au contact avec la peinture britannique Greenwich. grâce à la Tate Gallery : les nouveaux espaces consacrés Cette journée n’allait pas se terminer sur la terre ferme : le à l’œuvre entière de J.M.Turner étaient remarquables. En- ferry, pris à Douvres dans la soirée, démontra, tangage et suite le passage devant Buckingham Palace était inroulis à l’appui, que l’Angleterre demeurait bien une île. contournable, après le 10 Downing Street vu le mardi. C’est pendant la journée de retour que l’on put constater la Une bruine quasi irlandaise ayant remplacé le brouillard, il vaillance du groupe : les chants et les cordes d’un Yukulén’y eut que les écureuils pour égayer le pique-nique dans lé tropical qui avaient accompagné les trajets se manifesGreen Park. tèrent jusqu’à l’arrivée. Révisant deux ans d’étude de l’histoire de Londres et de Ainsi se déroula la 4ème édition de ce voyage spécifique à l’Angleterre à chaque pas, les élèves parcoururent le Mu- la section européenne anglais, édition exceptionnelle à seum of London, le plus grand musée du monde consacré plus d’un titre. Madame Galifier ne peut que remercier chaà une seule ville. leureusement M. Saüquere pour sa collaboration énergiMais une petite fièvre acheteuse les tenaillait : il fallut se que et avisée. Quant aux élèves, ils lui ont permis de fêter résoudre à laisser la petite troupe impatiente près des trop un jubilé un peu particulier… fameuses Oxford Street et Regent Street. Nous ne dénon- Mais, déjà, la 5ème édition est en préparation avec un procerons pas les fashion victims tant féminines que masculi- gramme renouvelé… nes… Vendredi 26 Octobre s’annonçait plein de périls : un vent Dolores Galifier froid avait remplacé la bruine et il fallait abandonner le

ThéoNet, le journal numérique

11


ACTU LYCEE

A la découverte de Beijing 北京 !

C

apitale de la Chine 中国 ( Zhongguo : Empire du Milieu ) depuis la dynastie des Ming ( 1368-1644 ), Beijing 北京 ( la capitale du Nord ) est désormais une mégalopole de 18 millions d'habitants environ, où les Hutongs, ruelles du Vieux Pékin aux maisons traditionnelles, disparaissent de plus en plus vite et laissent de nombreuses constructions modernes s'élever vers le ciel. Le lundi 29 octobre, à 5h30 le matin, c'est un groupe de 35 personnes ( 32 lycéens et anciens élèves de Théo et 2 professeurs, Mme Bernès-Heuga et M.Saüquère ) qui a quitté Tarbes pour partir à la découverte de la capitale chinoise. Après un acheminement en avion de Toulouse à Francfort, nous nous sommes envolés pour Beijing à bord d'un superbe A380 ! Arrivée le lendemain matin à Pékin à 9h30 heure locale, après environ 9 heures de vol. Dès la sortie de l'aéroport, nous suivions le drapeau de notre guide francophone, Jade,

12

qui nous a accompagnés avec efficacité tout au long du séjour. Notre programme de la semaine était bien rempli et nous avons donc eu la chance de visiter tous les incontournables de la capitale chinoise : Cité Interdite, Parc Beihai, Colline au Charbon, Temple des Lamas, Temple de Confucius, Place Tian An Men , Palais d'été, Temple du Ciel et bien sûr, à 60km au Nord-Ouest de Beijing, l'inoubliable Grande Muraille ! Mais notre périple a été aussi gastronomique puisque nous avons dégusté des brochettes de fruits caramélisés, de doufu ou encore pour les plus audacieux de serpent ou autres insectes dans le marché de nuit jouxtant la grande avenue Wangfujing ! Notre périple gastronomique nous a aussi conduit chez l'habitant, dans les hutongs pour confectionner et goûter des raviolis ou encore dans un célèbre restaurant spécialisé dans le canard laqué. Nous avons aussi assisté à une démonstration de la cérémonie du thé et à un spectacle du Cirque de Pékin (acrobaties).

ThéoNet, le journal numérique


ACTU LYCEE

Le contact avec la Chine a été réel, puisque les élèves ont réalisé des interviews auprès de Chinois croisés dans la rue, mais ils ont aussi fait l'expérience de la célébrité : en effet, les Chinois adorent prendre en photo les Occidentaux ou être pris en photo par eux ! Moins agréable et pourtant bien réel, les toilettes publiques chinoises sont encore parfois à la hauteur de leur réputation, mais ça fait partie de la découverte culturelle ... Malgré les intempéries de fin de séjour, ce voyage a été très agréable et restera pour tous un merveilleux souvenir ! Marie-Noëlle Bernes-Heuga

ThéoNet, le journal numérique

13


ACTU LYCEE

Le Japon s’invite à « Théo »

L

e lycée a reçu la visite de M. Masuda, attaché culturel à l’ambassade du Japon à Paris. Le diplomate japonais — venu exprès de Paris — a tenu deux conférences sur la vie quotidienne au Japon et sur les robots. Des vidéos sur le logement, l’alimentation et les fêtes annuelles ont permis d’illustrer la vie quotidienne japonaise que M. Masuda tient à présenter car les médias français n'en parlent pas assez. L'assistance a ainsi pu découvrir que la cohabitation entre deux générations sous un même toit se développait, que les maisons modernes conservaient un caractère traditionnel grâce à la pièce à tatami ou encore que l'on sonnait 108 coups de cloche pour le nouvel an. Les élèves interrogèrent M. Masuda sur les fameuses geishas (dame de compagnie très raffinée) ou encore sur le système scolaire japonais. Le thème des robots a été particulièrement apprécié grâce à la présentation du robot thérapeutique Paro. Cette peluche bébé phoque interactive, produite au Japon, permet d’apaiser les personnes âgées en remplaçant un animal de compagnie dans un milieu où ceux-ci ne sont pas acceptés (hôpitaux, maisons de retraite...). Une étude scientifique a permis de démontrer que Paro améliorait la relaxation, la motivation, la sociabilité, la pression artérielle et le rythme cardiaque des patients. Le prix de ce robot ultra-développé s'élève tout de même à plus de 4000 €. Il s'explique par la fabrication manuelle de la peluche et par le temps qu'elle nécessite : il faut un jour, pour fabriquer un Paro. La visite de l'attaché culturel de l'ambassade du Japon s’inscrit dans le cadre de l’enseignement d’exploration Littérature et Société proposé aux élèves de seconde. Ces derniers ont travaillé avec Mme Glayat et M. Sommacal pendant trois mois sur le pays du soleil levant. Leurs

14

travaux de recherche ont abouti sur la présentation d’une exposition au CDI que M. Masuda a visité avec intérêt. Une après-midi très intéressante en définitive comme en témoigne Clara, élève de seconde : « C'était vraiment très bien, on a appris beaucoup de choses et les vidéos étaient très bien faites. Le robot Paro est super, je pense qu'il peut réellement aider des personnes âgées mais il est un peu cher. »

ThéoNet, le journal numérique


ACTU LYCEE

Rencontre avec M. Masuda Pourquoi l'ambassade du Japon a-t-elle mis en place ces conférences ? « Nous réalisons depuis 2008 des interventions dans les établissements scolaires car il nous semble important d'aller à la rencontre des jeunes Français pour parler du Japon d'aujourd'hui.

Réalisez-vous plus d'interventions en collège ou en lycée ? A découvrir sur notre page web ou sur l’iTunes Store, la présentation de Paro et l’interview de M. Masuda

J'ai commencé en allant dans beaucoup de collèges et maintenant je vais aussi dans des lycées, je crois que les lycéens s'intéressent beaucoup au Japon.

Combien de diplomates japonais travaillent en France pour l'ambassade du Japon ? Environ une soixantaine.

La France est-elle un pays important pour les Japonais ? Oui, bien sûr, historiquement nous aimons beaucoup la France et sur le plan politique et économique nous avons les mêmes responsabilités dans le monde.

Pouvez-vous définir en deux mots la culture japonaise ? Je dirais harmonie et flexibilité.

Quel est le rôle de l'empereur au Japon ? Selon la Constitution datant d'après de la Seconde Guerre Mondiale, l'empereur est le symbole de la nation, il ne joue aucun rôle politique mais sur le plan culturel et spirituel il est très important pour le peuple japonais. La dynastie de la famille impériale remonte à plus de 2000 ans, c'est quelque chose de rare. » François Redon ThéoNet, le journal numérique

15


FOCUS

Emmanuelle, 16 ans : de la Bigorre à la Floride

E

mmanuelle Couilliet, élève en seconde à « Théo » l'an passé, est partie cette année à Bradenton en Floride, dans un lycée américain. Nouveau pays, nouvelle famille, nouveau lycée, que de changements ! Elle nous raconte le début de son expérience.

D'où t'es venue cette idée ? « Tout d'abord, je voulais passer un an à l'étranger parce que selon moi la meilleure façon de devenir bilingue (ou presque) c'est l'immersion totale. Ce que je vis aux ÉtatsUnis est vraiment génial, et cette année sera sans doute une des meilleures de ma vie.

Quelles sont les démarches que tu as dû entreprendre ? Sont-elles difficiles ? Combien cela coûte-t-il ? J'ai fait des recherches sur Internet sur les meilleurs organismes et je suis tombée sur la WEP. J'ai lu quelques commentaires sur cet organisme, et après en avoir parlé avec mes parents, je me suis inscrite. J'ai donné une interview et j'ai dû faire un test d'anglais (niveau A2-B1 requis), je l'ai réussi, je l'ai trouvé ni trop facile ni trop dur. Mes parents doivent payer environ 8000 € pour un total de dix mois.

Parle-nous de tes premiers mois en Floride... Au début, c'était assez difficile à cause de la langue. Les gens parlent très vite avec un fort accent américain, et la plupart du temps, très familièrement ! Au lycée, c'était donc assez difficile surtout lorsqu'il fallait prendre des notes. Le professeur parle très vite et je ne connaissais ni le sens ni l'orthographe des mots, ce qui m'obligeait à recopier sur mon voisin... Mais après quatre mois, j'en ai pris l'habitude et je comprends enfin mes notes !

« Je commence les cours à 7h45 et je les termine à 14h05 »

16

ThéoNet, le journal numérique


FOCUS

Le lycée de Bradenton

Quelles sont les différences entre la Floride et la France ? Il y a de nombreuses différences... D'abord, la météo. Aujourd'hui nous sommes le 20 décembre et il fait autour de 25°C ! Je n'imagine même pas ce que ça sera en avril ! Le système scolaire est très différent par rapport au nôtre. Je commence les cours à 7h45 et je les termine à 14h05. Mes aprèsmidi sont libres et j'ai moins de devoirs qu'en France, je suis donc devenue un peu fainéante ! Il y a des équipes de basket, de football américain, de baseball, de football et d'athlétisme, nous les soutenons lors de leurs compétitions qui ont lieu le vendredi après les cours. Les élèves et les professeurs sont assez proches. Certains enseignants sont aussi coachs des équipes. Par exemple, mon professeur d'histoire est coach de basket, mon professeur de chimie est coach d'athlétisme et celui de lettres entraine l'équipe de cheer (pompoms girls). Je trouve ça vraiment sympa ! J'ai des cours assez diversifiés comme des cours de danse, d'orchestre et de médecine.

Peux-tu donner des conseils à ceux qui aimeraient faire cette expérience ? Pour ceux qui y réfléchissent mais qui sont encore indécis (en rentrant en France, j'aurai un an de retard : je devrai faire ma première ; je ne vois pas ma famille et mes amis pendant dix mois), je veux que vous sachiez que je ne regrette pas mon choix, mon anglais s'est beaucoup amélioré pendant ces quatre premiers mois. Je vis de nouvelles expériences. C'est comme si j'avais une seconde vie aux États-Unis : nouvelle famille, nouveaux amis, nouveau lycée... Si cette possibilité se représentait, je referais exactement le même choix. Je ne regrette absolument rien ! Pour ceux qui aimeraient me poser des questions (via Facebook), n'hésitez pas, ce sera avec plaisir que je vous répondrai ! » Merci à Emmanuelle de nous avoir accordé un peu de son temps. Vous pouvez retrouver la version anglaise de cette interview sur notre blog. Thibaut Lafargue et Serena Tijoriwala ThéoNet, le journal numérique

17


ACTU MONDE

Noël dans le monde Les traditions Italiennes

N

oël est certainement la fête la plus célébrée à travers le monde. Cependant, celle-ci est fêtée différemment selon les

pays. Alors qu'en France, les fêtes de Noël ont manifestement perdu de leur caractère religieux, il est des pays comme l'Italie où les traditions sont encore fortement ancrées dans les mœurs. Entre religion et figures de légende, le Noël italien est principalement fondé sur des coutumes pour une fête fervente et gourmande...

Aujourd’hui tous les enfants italiens reçoivent des bonbons ressemblant à du charbon, qui sont tout spécialement conçus pour cette occasion. Selon la tradition, les Rois Mages auraient demandé leur chemin à Befana pour trouver Jésus, puis lui proposèrent de l’accompagner, mais elle refusa. Prise de remords, elle se mit à préparer une fournée de gâteaux et des dizaines de friandises pour se faire pardonner. Mais elle s’égara sur la route de Bethléem, et, distribua ses gourmandises dans l’espoir de frapper un jour à la bonne porte, celle de Jésus.

Qui dit fête de Noël dit aussi délicieux repas, gourmandises, régals ! Lors des fêtes de Noël, les italiens excellent dans le domaine de la pâtisserie : ricciarelli, panforte et panettone, retour sur ces mythiques gâteaux qui ne cessent Le 24 décembre, un dîner maigre est de faire saliver les servi. Celui-ci est généralement comgourmands … posé de pâtes aux légumes, de poisLe panettone est un sons et de fruits secs. Puis arrive délicieux gâteau moelleux ; raisins, l'heure de la messe de minuit et les fruits confits et agrumes ajoutent à ce chœurs d’enfants commencent à rédessert un délicieux parfum ! sonner dans le pays. Dans d’autres régions, Noël est fêté le Il a vu le jour à Milan vers 1490 et a rapidement été adopté par les régions 25 décembre autour du panettone ou des Alpes, de la Sicile et depuis, plus du pandoro après la découverte par généralement, dans toute l’Italie. les enfants débordants de joie, des cadeaux laissés pendant la nuit par le Plusieurs légendes expliquent l’origine Père Noël ("Babbo Natale") ou le Petit de ce gâteau. Voici la plus populaire : Un jeune aristocrate tomba éperduJésus ("Gesù Bambino") ment amoureux de la fille d’un boulanLes derniers servis devront être pager nommé Toni. tients ! En effet à Rome, les enfants Pour impressionner le père de sa biendevront patienter jusqu’au 6 Janvier, jour de l’épiphanie. C’est un personna- aimée, le jeune homme se fit passer ge aux aspects de vieille sorcière aux pour un apprenti pâtissier et inventa un cheveux blancs vêtue de noir avec de pain sucré, en forme de dôme et d'une finesse peu commune. Ce nouveau vieilles chaussures toutes déchirées, qui se déplace sur son balai et distri- pain aux fruits connut un énorme sucbue des friandises et cadeaux aux en- cès ; les gens se bousculaient à la fants sages et du charbon aux autres. boulangerie pour acheter le délicieux

Pan de Toni qui devint un produit de luxe que seules les personnes fortunées pouvaient s’offrir A Milan, les aristocrates et riches hommes d’affaires prirent l’habitude d’offrir des panettone pour Noël. Les ricciarelli sont des biscuits composés d'amandes entières fraîches que l'on broie avant de les mélanger avec du sucre et du miel ; ils peuvent être soit blancs, recouverts de sucre glace, soit nappés de chocolat fin. Ces gâteaux sont extrêmement populaires en Italie, et ce, depuis des siècles !

Pour les impatients vivant dans le nord de l’Italie les fêtes de Noël commencent le 13 décembre. Dans ces régions, c’est Ste Lucie qui est célébrée. Là-bas, comme en France, les enfants écrivent une liste des jouets qu’ils désirent et qu’ils ne recevront qu’en échange de leur bonne conduite perpétuée tout au long de l’année.

18

ThéoNet, le journal numérique

Enfin, le panforte, « pain fort », est une gourmandise traditionnelle qui provient à l’origine de Sienne, en Toscane. Le panforte est rond, composé d'amandes fraîches, de fruits confits, surtout des agrumes, d’épices et de miel. On raconte qu'en 1205, les serfs et les paysans du couvent de Montecellesi étaient obligés d'apporter aux religieuses des gâteaux au miel et aux épices en guise de recensement. Ces gâteaux étaient un tel délice que bien vite ils tombèrent entre les mains des laïques. E buon natale a tutti ! Fany Bonnargent


ACTU MONDE

Les traditions grecques

E

n Grèce, Noël, pour les enfants, n'est pas synonyme de sapin (il n'y en a pas) mais de voiliers miniatures. De plus la tradition veut que, le 24 décembre, les enfants sortent réciter des chants et des poèmes appelés « calandas ». Pour les remercier d’honorer cette tradition, des sucreries ou des petits gâteaux appelés « kouroubadiès » leur sont offerts. Le 25 décembre, la tradition grecque veut que l'on se lève tôt pour aller à la messe puis que les familles se retrouvent pour dîner et déguster ensemble les trois spécialités suivantes : en entrée, le galopoula : dinde farcie aux marrons, raisins, noix et amandes ; en plat, le gourounopoulo psito : jeune porcelet rôti en dessert : le melomacarona qui se prépare ainsi : Pour les ingrédients : (environ 20 biscuits) - 1 tasse d'huile d'olive

Pour le sirop : 1 tasse de miel 1 tasse d'eau 1 tasse de sucre La préparation : Travaillez ensemble l’huile, le jus d’orange, le sucre et le cognac. Ajoutez-y la farine, la poudre à lever et le bicarbonate de soude. Travaillez la pâte jusqu’à ce qu’elle se décolle et forme une boule. Façonnez des biscuits en forme d’œuf. Disposez-les sur une plaque couverte de papier sulfurisé. Cuisez à four moyen (180°C) environ 30 minutes (jusqu’à ce que les biscuits deviennent dorés). Préparez entre temps le sirop. Faites bouillir dans une casserole le sucre, le miel et l’eau pendant 5min. Versez sans attendre le sirop sur les melomacarona et parsemez-les avec des morceaux de noix et de la cannelle. Laissez-les reposer un quart d’heure avant de les décoller de la plaque.

- 4 tasses de farine - ½ tasse de jus d'orange

Il ne vous reste plus qu'à l’essayer !

- de la vanille - ½ tasse de cognac

Manon Gaits

- ½ tasse de sucre - 1 cuillère à café de poudre à lever - ½ cuillère à café de bicarbonate de soude - des noix - de la cannelle

ThéoNet, le journal numérique

19


A LA PAGE DES NOUVELLES TECHNOLOGIES

Windows « réinventé » Découvrez la présentation de Windows 8 en vidéo sur notre page web et en podcast

S

orti il y a quelques mois, Windows 8 vient d’arriver à la rédaction de ThéoNet ! Une interface optimisée pour l’utilisation tactile, de nouvelles fonctionnalités ... Le nouveau Windows revient complètement modernisé et « réinventé ».

Ce nouveau Windows se veut aussi plus connecté, les réseaux sociaux et le «cloud» (service de stockage de données en ligne) prennent donc une grande place. L’intégration de Facebook et Twitter fait donc son apparition au coeur même de votre ordinateur. Grâce à l’application «Contacts», il est facile d’actualiser son statut ou encore de regarder les dernières actualités de vos amis sur leurs réseaux sociaux. Le service «cloud» de Microsoft, qui s’appelle «SkyDrive», permet de stocker en ligne à peu près tout ce que vous voulez et de le récupérer où vous le souhaitez. Un service très pratique qui remplace vite la clé USB !

Ce que l’on remarque en premier, c’est bien sûr la nouvelle interface et l’écran d'accueil qui s’inspirent de Windows Phone. L’interface est totalement différente de celle de Windows 7, elle est plus intuitive, plus colorée et plus personnalisable. Mais Microsoft devait faire face à un gros problème, entrer sur le marché des tablettes où il était jusque là absent. Les tablettes utilisant un écran tactile, Microsoft se devait de concevoir une interface adaptée à ce type d’utilisation contrairement à Windows 7, qui lui ne l’était pas du tout. La firme de Redmond a fait le choix de ne pas créer un système d’exploitation pour les tablettes et un autre pour les ordinateurs, mais bien un OS pouvant être utilisé sur les deux supports. Un choix stratégique qui peut s’avérer très efficace, surtout pour les développeurs qui n’auront qu’à développer une seule application. En effet celle-ci fonctionnera aussi bien sur un ordinateur que sur une tablette. L’écran d'accueil est composé de vignettes dynamiques, c’est-à-dire que vos applications sont représentées par des tuiles et accessibles d’un clic ou d’un toucher du doigt. Mais l’innovation de cet écran d’accueil ne réside pas dans l’idée précédente, ces tuiles sont en réalité dynamiques : les informations s'animent sur chacune d’elles. Prenons par exemple une tuile qui représente votre compte mail, vos derniers messages s’affichent et disparaissent les uns après les autres pour vous informer en temps réel de vos notifications.

On peut aussi citer l’arrivée du «Windows Store», qui reprend la même logique que l’App Store d’Apple sur les Mac : Des applications disponibles immédiatement, facilement et en toute sécurité. Bien que le nouveau Store de Windows ne comporte pas 20 ThéoNet, le journal numérique beaucoup d’applications, on retrouve les plus connues comme Le Monde, Wikipédia ou encore le jeux Angry Birds. Florian Angelini


La Surface de Microsoft, Une tablette tactile qui s’associe ThéoNet, le journal numérique magnétiquement à un clavier physique.

21


CULTURE

Et la magie continue…

V

endredi 15 décembre 1966, il y a 46 ans, Walter Elias Disney, fondateur de la Walt Disney Company, nous a quittés laissant dernière lui un important héritage et un public bien triste. Ce grand visionnaire qui a révolutionné le monde du dessin animé et créé l’un des premiers parcs d’attraction à thème, aura passé sa vie à se battre pour concrétiser son rêve qui commença avec une souris. En effet, Mickey Mouse fut le coup d’envoi d’une aventure magique gigantesque. De “ Blanche-Neige et les sept nains ” (1937) à “ Merlin l’Enchanteur ” (1964) qui fut le dernier longmétrage et grand classique Disney qu’il réalisa lors de son vivant, il a su dépoussiérer les contes – célèbres ou pas – de notre enfance et de celle de nos parents pour créer un univers

man, Sonic …) dans une salle de jeux d’arcade avec une très belle animation, beaucoup d’humour et de personnages hauts en couleur ! Quant à eux, Mickey, Minnie, Donald, Pluto et leurs amis continuent leurs aventures, en particulier pour les plus jeunes d’entre nous. Disney, c’est aussi des films inoubliables comme Mary Poppins, L’Apprentie Sorcière, Peter et Eliot le dragon, L’incroyable voyage, Fantasia … Mais il n’y a pas d’âge pour regarder un grand classique Disney comme “ Le Roi Lion ” ou “ Alice au pays des merveilles ”. C’est un peu comme aller à Disneyland Paris, on a tous un peu 10 ans… Tout a commencé avec un rêve et une souris, mais la magie est toujours là et, on l’espère, pour encore longtemps… Hakuna Matata ! Elora Monforte

à son image pour tous les goûts. Même si Walter n’est plus, Disney perdure. Sa disparition n’a pas empêché les Studios Disney de continuer cette aventure avec la sortie un an après sa mort du “ Livre de la jungle (1967), jusqu’à aujourd’hui avec “ Les Mondes de Ralph ” en passant par “ Bambi ”, “ Peter Pan ”, “ Les Aristochats ” ou encore “ Le Bossu de Notre-Dame ”. Il y a deux ans, les Studios Disney ont marqué 50 ans d’animation avec “ Raiponce ”. 50 ans d’animation sur 75 ans d’existence qui ont fait rêver petits et grands, et qui continuent toujours. Ce n’est pas

22

sans émotion que John Lasseter et Ed Catmull (qui ont repris les rênes de la maison aux grandes oreilles) ont déclaré la même année la fin des adaptations des contes de fées et annoncé que “ Raiponce ” serait le dernier. On peut dire que ce cycle de contes de fées finit en beauté avec un dernier film plein d’humour et aux personnages attachants. Leurs idées pour la suite sont novatrices et débutent cette année avec “ Les Mondes de Ralph ”, véritable rétrospective sur la vie des personnages de jeux vidéo (dont Pac-

ThéoNet, le journal numérique


CULTURE

Dracula sur les planches, in English et à Tarbes !

E

ntre Vampires Diaries et Twilight, les vampires ont la côte ! C’est peut-être pour çela que la troupe du « Théâtre en Anglais » a décidé d’adapter au théâtre « Dracula », le célèbre roman de Bram Stoker. Le jeune Jonathan Harker se rend en Transylvanie, dans le château du comte Dracula, car celui-ci veut acheter une propriété. Le comte est en réalité un vampire qui sort de son cercueil la nuit pour se nourrir de sang frais. Jonathan va être piégé par Dracula qui va ensuite s’attaquer à la fiancée du jeune homme. Le vampire est très attiré par les femmes, il faut lutter contre lui au quotidien… La pièce, adaptée par Andrew Loudon, suit fidèlement le roman grâce à un narrateur qui restitue le journal de bord tenu par Jonathan Harker. La troupe de « Théâtre en Anglais » a également interprété une adaptation de « Sherlock Holmes » et de « Dr Jekyll and Mr Hyde » auxquelles certains d’entre vous ont pu participer durant leurs années de collège. Il ne faut pas être effrayé par une pièce de théâtre en anglais : le texte est facile pour des lycéens, les acteurs ont une diction irréprochable et la mise en scène facilite encore plus la compréhension même s’il est recommandé d’avoir une idée générale de l’intrigue et

des personnages avant d’assister à la représentation. Le site du « Théâtre en Anglais » (http:// theatre.anglais.free.fr) met à disposition le script et le synopsis de la pièce en français. La venue du « Théâtre en Anglais » s’inscrit dans le cadre d’un projet inter-établissements organisé par deux professeurs d’anglais du collège Desaix : Cathy Rouch et Frédérique Lemaire. Une dizaine de collèges et lycées du département y participent. Une représentation grand public aura lieu le jeudi 31 janvier 2013 à 20h30 au Théâtre des Nouveautés qui a été mis à disposition gratuitement par la ville de Tarbes. Les places s’achètent directement le soir de la représentation à partir de 19h30, les moins de 18 an bénéficient d’un tarif très attractif de 7€ seulement (moins cher qu’une place de cinéma !) Assister à une pièce de théâtre en anglais est une véritable opportunité, c’est un excellent exercice de compréhension orale ! Alors, réservez votre soirée…vous ne serez pas déçus ! Merci à Mmes Rouch et Lemaire d’être venues à « Théo » nous présenter ce spectacle. François Redon

The Mystery of Mr. Renfield & Count DRACULA Jeudi 31 janvier 2013 20h30 (ouverture de la billetterie à 19h30) Théâtre des Nouveautés, Tarbes Plein tarif : 12€ - 18 ans : 7€ Durée : 1h20 Découvrez la présentation du spectacle sur notre page web en podcast ThéoNet, le journal numérique

23


CULTURE

English is fun !

O

n vous le rabâche sans cesse, aujourd’hui la maitrise de l’anglais est un enjeu majeur pour votre avenir professionnel ! Sachez qu'il existe de multiples façons de travailler votre connaissance de la langue de Shakespeare tout en se divertissant. Je vous propose d’en découvrir quelques-unes…

Les séries TV américaines La première astuce dont je peux garantir le succès, serait de regarder vos séries TV américaines en version originale ! (sans sous- titres pour les plus ambitieux!) Glee, Dexter, Vampire diaries, The Big Bang Theory, et bien d'autres... Le fait d’écouter un anglais authentique sur plusieurs épisodes et saisons, vous fera assimiler la prononciation des mots et les expressions les plus courantes en anglais sans même que vous vous en rendiez compte !

Page Facebook : « English Is Fun » Une simple page Facebook que j'ai découverte il y a peu, " English is fun" publie des blagues, des caricatures, des astuces, quelques notions d'anglais, des listes de vocabulaire illustrées par thèmes, et cela quotidiennement, afin de lire un peu d’anglais chaque jour !

Fmylife.com Vous connaissez surement VDM « viedemerde.fr », le site en vogue qui diffuse les mésaventures quotidiennes des français. Saviez-vous qu’il existe son jumeau en anglais, FML « fmylife.com » ? Les anglophones aussi ont des anecdotes à raconter !

Learnamericanenglishonline.com Ce site propose gratuitement des leçons et exercices d’anglais répartis sur 7 niveaux. Ce qui me plaît le plus, c’est la chaîne YouTube du professeur Paul Lawrence, qui vous propose des leçons d’environ 5 minutes en vidéo comme « The passive voice » ou « What do you do ? »

Voyage et échange scolaires Si l'on vous propose un voyage ou un échange dans un pays étranger, n'hésitez pas, foncez ! Ce genre d’occasion ne se représentera pas souvent ! Il n'y a rien de plus efficace qu'une immersion totale dans un milieu anglophone (comme les familles d'accueil) pour s'améliorer. Vous vous trouverez dans une situation où vous serez obligés de pratiquer la langue si vous voulez communiquer. C’est un moyen radical pour donner un coup d’accélérateur à votre niveau ! De plus, c’est une expérience très riche culturellement, qui vous permet de découvrir le monde. 24

ThéoNet, le journal numérique


Stages linguistiques

CULTURE

Si comme moi, les voyages scolaires ne vous suffisent pas, il existe des stages linguistiques proposés par divers organismes (comme NACEL ou ESL), et cela dans le monde entier : Angleterre, Etats-Unis, Australie, Irlande... On vous envoie dans une famille d'accueil ou en résidence universitaire pour deux semaines, un mois, ou même six mois. Au programme : cours d'anglais intensifs (entre 20 et 35 heures par semaine) et de nombreuses excursions, afin de vous faire découvrir une nouvelle culture. Vous parlez anglais du matin au soir, votre niveau augmente à une vitesse fulgurante, et vous rencontrez des jeunes venant du monde entier ! Je ne vous cache pas que ce genre de voyage représente un certain coût mais réfléchissez-y, vous pouvez peut-être vous le faire offrir pour vos 18 ans, ou une belle réussite au bac !

Une année à l’étranger Les plus courageux, décidés à maitriser l’anglais, peuvent même choisir de partir étudier une année dans un pays étranger, soit durant leurs années lycée (attention, en France elle comptera comme une année sabbatique) ou, une fois leur bac en poche. Si vous ne savez pas trop quelle voie choisir, vous pouvez partir à l’étranger, à l’université ou au pair, le temps de mûrir et de découvrir d’autres horizons. Cette expérience vous apportera de l'autonomie, une liberté étourdissante, vous reviendrez avec des souvenirs inoubliables et surtout vous serez bilingue !

Les chaînes YouTube Une de mes méthodes préférées pour apprendre l’anglais, ce sont les chaînes anglophones sur YouTube ! - La chaîne de Rachel : « RachelsEnglish » très travaillée et performante, est axée sur la prononciation de l’anglais à l’américaine. Elle propose une vidéo chaque semaine, des leçons ou exercices, où l’on analyse la prononciation des mots au ralenti, c’est très efficace ! - La chaîne de « Philochko », plus amusante peut-être, est celle d’un véritable « black new yorker »qui vous apprendra avec humour la prononciation américaine, les phrases les plus courantes, avec des vidéos assez fun comme la définition du mot « SWAG ». - Enfin les filles, conseil perso, si vous voulez tout savoir sur la beauté, je vous dirige sans attendre vers la chaîne de la célèbre artiste « Michelle Phan » qui vous proposera des tutoriels de maquillage des plus softs aux plus extravagants, les plus célèbres étant ceux reprenant les looks de Lady Gaga dans ses clips ! Mais vous trouverez aussi des coiffures, des recettes, des tenues vestimentaires et bien plus encore ! Ces chaînes sont celles que j’ai pu trouver pendant mes recherches, mais YouTube regorge de ressources intéressantes. A vous de trouver les chaînes anglophones qui correspondront à vos centres d’intérêt !

Lire en Anglais Pour travailler votre expression et votre compréhension de l’écrit, rien de mieux que lire l’anglais. Vous avez dévoré les sept tomes d’Harry Potter ? Les trois tomes d’Hunger Games ? Découvrez-les en version originale ! Tout comme les séries TV en V.O., la lecture augmentera votre compréhension de l’anglais écrit et enrichira votre vocabulaire. N’oubliez pas le magazine Today in English, disponible au CDI, qui permet de découvrir la culture anglo-saxonne, la lecture étant guidée par des indications en bas de page. So, I hope you enjoy my article, it was a pleasure to share what I’ve discovered about learning English with you. I hope that it will help. For other languages, don’t worry! These tips are also useful when applied to other languages. There is not just “English is fun” on Facebook, there are articles in Spanish (“Me encanta el español »), and Italian (« Amo l’italiano »), as well as articles in German, Russian, Chinese, Arabic, Japanese and many other languages! See you guys soon! Anaëlle Maudet

ThéoNet, le journal numérique

25


CULTURE

ACTUELLEMENT Au cinéma ... Bilbo le Hobbit Un voyage inattendu

A

lors que la fin du monde approche, rares sont les gens qui n'iront pas voir le début du grand voyage de notre cher Bilbo le Hobbit. Le 12.12.2012 signe en effet la sortie du premier volet d’une trilogie, prélude du Seigneur des Anneaux. Peter Jackson a mis longtemps avant de se décider à nous offrir cette adaptation. La peur de décevoir ses fans le freinait. Mais, ça y est, la Terre du Milieu et la Comté ouvrent à nouveau leurs portes pour nous permettre d'embarquer dans l'aventure des 13 nains aux noms impossibles à retenir. Le grandissime Gandalf et un Hobbit courageux combattent à leurs côtés pour reconquérir les terres hantées d’Erebor par le ténébreux dragon Smaug. La caméra de Jackson propose enfin du vrai 3D en nous remontrant les magnifiques paysages de Nouvelle-Zélande. Seule déception, le scénario a imposé l'absence ou la mise au second plan de certains personnages phares de la trilogie originale.

26

ThéoNet, le journal numérique


ThéoNet, le journal numérique

27


CULTURE

Possédée

L

e 26 décembre sort l'histoire d'Em, une jeune fille obsédée par un coffre en bois acheté dans un vide grenier. Son comportement inquiète ses parents qui soupçonnent la présence d'un esprit malveillant. La boîte est effectivement hantée et Em s'y consumera.

28

ThéoNet, le journal numérique


CULTURE

C

e biopic sur le grand peintre Auguste Renoir, interprété par Michel Bouquet (Comment j'ai tué mon père ) et réalisé par Gilles Bourdos paraît sur grand écran le 2 janvier 2013. Il nous décrit le crépuscule de la vie de l'artiste et le nouveau souffle que lui insuffla Andrée (Christa Theret) une jeune femme devenu sa muse et surtout le seul modèle de sa carrière.

ThéoNet, le journal numérique

29


CULTURE

Happiness Therapy

P

at ( Bradley Co fer Lawrence ) assez atypique est, en un sens à reconquérir s der son optimisme à toute échange devenir son part ble, ils vont se reprendre

30

ThéoNet, le journal numérique


CULTURE

ooper ) et Tiffany ( Jenniont un parcours de vie e. Lui a tout perdu et elle s, perdue. Elle va l'aider son ex-femme et à gare épreuve. Lui va en tenaire de danse. Ensemen main et devenir amis.

ThéoNet, le journal numérique

31


CULTURE

En Bref ...

Star Wars VII... Oui ou non ? Alors que l'on apprend le rachat de la licence LucasFilms par Disney pour seulement quatre milliards de dollars (!), l'annonce d'une nouvelle trilogie sur le monde des Jedi en fait frémir plus d'un... L'Empire Star Wars est donc divisé dans ses opinions. Certains fans inconditionnels n'y voient qu'une nouvelle occasion pour renouer avec la saga culte et profiter encore de trois films sur leur univers préféré. Mais les autres ont peur. La suite n'aura-t-elle pas trop un air d'épopée fantastique pour enfants ? Ces derniers ont déjà été agacés par la présence dans l'épisode VI (Le retour du Jedi) de ces si mignons mais néanmoins affligeants Ewoks. Alors que les parodies pleuvent sur le net, on espère deux choses : que Leia n'aura pas deux autres infâmes chignons en plus sur le haut du crâne et qu'on ne verra pas Yoda adolescent... Le rendez-vous est pris pour 2015 !

32

ThéoNet, le journal numérique


CULTURE

Une très bonne surprise : Les cinq légendes Quand toutes les légendes de notre enfance se retrouvent dans un même film pour sauver notre monde du malheur, ça fait le buzz. Le succès qu'a suscité le film d'animation les cinq légendes était inattendu. Avec plus de 625 000 entrées en moins de deux semaines en France, Peter Ramsey ( le réalisateur ), Jack Frost, le Père Noël, la Fée des Dents, le Marchand de Sable et le Lapin de Pâques peuvent être fiers ! Section cinéma : Juliette Rigou

ThéoNet, le journal numérique

33


CULTURE

2012, une année en musique

E

h oui, encore une année passée. Trop vite pour certains, bien lentement pour d’autres. Ce qui est sûr, c’est que la musique a encore résonné dans nos oreilles. Retour sur 12 albums (comme les 12 mois — originalité quand tu nous tiens) sortis cette année, qui ont marqué le grand public ou la presse.

Janvier : Lana Del Rey, Born To Die. Sa voix suave et sa duck-face son univers ont séduit la planète en début d’année. Avec des mélodies à la production léchée, une esthétique rappelant l’âge d’or du cinéma hollywoodien et un sens aigu de la communication, Elizabeth Grant ne pouvait que réussir. A voir si le phénomène se confirme, ou s’essouffle en cours de route. Février : The Tings Tings, Sounds From Nowheresville. Ce groupe pop aux influences rock et « indé », tout droit venu de Manchester, signe ici son deuxième essai, après le succès de leur single Shut Up And Let Me Go (ça ne vous dit rien ? Je pense que si. Non, vraiment ? Rappelez-vous la pub Fanta. Ah ! vous voyez ! Quand je vous le dis.) Puisant ici dans des influences rock, on ressent également une touche new wave, le duo ayant enregistré à Berlin, haut lieu de la scène indie. Hang It Up, premier single, à écouter d’urgence. Mars : Madonna, MDNA. Le retour de la madone, détestée et vénérée, ne laissa personne indifférent. Un album certes pas très novateur, mais néanmoins très efficace.Assez hétérogène, comprenant des tubes dance, des ballades pop, ou encore des titres influence hip-hop, aux featurings de Nicki Minaj, la rappeuse vedette ou de M.I.A, icône hipster. Des paroles scandaleuses, de la « provoc à gogo », un pseudo-message revendicatif, du Madonna quoi. Que dire de plus ? Avril : Nicki Minaj, Pink Friday : Roman Reloaded. Nicki, tiens, l’omniprésente. Trois ans qu’on en mange, et qu’on en redemande. De tous les duos, elle signe ici son deuxième album, s’éloignant du son rap d’origine pour s’aventurer dans la dance (encore une...), un changement de direction très critiqué. Cela n’a pas empêché son tube Starships de nous faire danser tout l’été. Son image… extravagante (éloigner les amateurs de bon goût de ses clips sous peine d’arrêt cardiaque) a contribué à son succès foudroyant. Mai : Gossip, A Joyful Noise. Après l’inoubliable Heavy Cross, le groupe punk de l’Arkansas confirme et signe avec Perfect World, lead-single couronné de succès, servi par la voix puissante de sa chanteuse, Beth Ditto. Abandonnant le coté sauvageon du précédent album pour une démarche plus mélodique, très réussie. Un album à mettre entre toutes les mains, conseillé aux néophytes pour son accessibilité. 34

ThéoNet, le journal numérique


Juin : Maroon 5, Overexposed.

CULTURE

La bande d’Adam Levine nous livre ici un album dans la continuité du précédent, Hands All Over, avec des mélodies pop efficaces, teintées de rock et de hip-hop (avec notamment une apparition du prodige Wiz Khalifa sur le titre Payphone). Egalement présent, le duo avec Christina Aguilera, Moves Like Jagger, qui a enchanté tout le monde l’été dernier.

Juillet : Frank Ocean, Channel Orange. Révélation rap international de l’année, ce jeune artiste propose un son nouveau à la frontière du rap et du R’n’B, la touche « indé » en plus. Frank Ocean a défrayé la chronique cet été suite à son coming out, un première dans le milieu du hip-hop, ce qui lui a valu le soutien et la reconnaissance de nombre de ses pairs, comme Jay-Z et Kanye West.

Août : Rita Ora, Ora. Déjà présentée comme l’héritière de Rihanna pour sa voix et son son pop R’n’B, cette Britannique d’origine kosovare signe son premier album, sur le label de Jay-Z qui l’a découverte (le même qui découvrit Rihanna, encore un point commun). Star aux USA et au Royaume-Uni, nouvelle coqueluche du monde de la mode, elle risque d’exploser prochainement sous nos latitudes.

Septembre : Two Door Cinema Club, Beacon. Deuxième pièce de ce groupe d’Irlande du nord, Beacon signe ici la consécration après leur premier Tourist History, paru en 2010, qui s’annonçait déjà très prometteur. Leur son très britannique, à la croisée de l’alternative, de l’indie et de la new-wave, est très apprécié, au vu du nombre de diffusions de leurs chansons dans les pubs, émissions, ou séries.

Octobre : Muse, The 2nd Law. Faisant suite au « carton » de leur précédent album The Resistance, cet album était sûrement un des plus attendus de l’année. Leur chanson Survival, hymne officiel des Jeux Olympiques de Londres a décontenancé nombre de leurs fans. Cet album, difficile à appréhender, n’en reste pas moins du très bon Muse, mais nécessitera plusieurs écoutes afin d’en saisir toute la complexité.

Novembre : One Direction, Take Me Home. Ce boys-band britannique est un véritable raz-de-marée, ces 5 garçons font un « tabac » chez les adolescents de par le monde. Leur pop enjouée et légère traite de thèmes propres aux jeunes, et la vie des membres du groupe est intensément relayée par la presse. Pour ce second album, même recette, et ça marche ! Bieber a de la concurrence. Décembre : Ke$ha, Warrior. Deuxième album de cette chanteuse qui semble-t-il a retrouvé un semblant d’humanité dans la voix, après une utilisation abusive de l’autotune. En quête de crédibilité, Ke$ha a appris la guitare, travaille davantage ses textes, et tente de changer d’image, passant de post-ado addict à toutes sortes de substances (se laver les dents avec du whisky n’est pas recommandé par l’agence de sécurité bucco-dentaire — bizarrement) à gourou d’une secte (quoique, les substances doivent encore trainer..). A écouter, notamment le duo avec Iggy Pop, bien réussi. ThéoNet, le journal numérique

35 Thibaut Lafargue


CULTURE

Critiques littéraires L’empreinte de l’ange de Nancy Huston

Résumé : Paris 1957. Raphaël Lepage, vingt-sept ans, flûtiste de talent, orphelin de père, sa mère est sa meilleure amie, passe une annonce dans Le Figaro : « Ch. B. à tt f. pour petit ménage, logée, sach. cuisiner ». La jeune femme qui se présente la semaine d’après a de quoi stupéfier. Elle s’appelle Saffie, elle est allemande, orpheline, imperturbable, elle semble être taillée dans du marbre ou de la glace. Elle vient d’arriver en France, elle a besoin d’un travail pour vivre, cet emploi de femme à tout faire lui convient. Mais Raphaël ne l’entend pas de cette oreille. Il tombe amoureux d’elle, et contre l’avis de sa mère, l’épouse. Au début, tout semble aller bien. Seulement, quelques mois après le mariage, Saffie rencontre Andràs, un talentueux luthier hongrois, militant pour l’indépendance de l’Algérie et celle de Berlin. C’est le coup de foudre. Mais cet adultère pourra-t-il vivre dans ces années 60 si agitées ? Mon avis : Dans un Paris du siècle dernier, c’est toute une galerie de personnages hauts en couleurs qui s’agite. Entre la Grande Histoire, celle du FLN algérien, de De Gaulle, et la petite histoire, celle de la concierge Lisette Leblanc, de Raphaël et de ses orchestres, de Saffie et d’Andràs, de leurs passés, on ne sait plus où donner de la tête. Les personnages ne sont plus que de papier, chacun a une profondeur propre et on se sent aspiré dans le tourbillon de leurs pensées, de leurs révoltes et de leurs sentiments. L’écriture de Nancy Huston est aussi légère et juste qu’une plume d’ange…

36

ThéoNet, le journal numérique


CULTURE Le Comte de Monte-Cristo d’Alexandre Dumas père (1844) Résumé : Un jeune homme, Edmond Dantès, est accusé à tort de bonapartisme, et injustement emprisonné dans le château d’If, une sombre prison dressée sur l’île du même nom au large de la ville de Marseille. Condamné à perpétuité, il réussit à s’échapper au bout de quatorze ans. Grâce aux indications de l’Abbé Faria, le prisonnier de la cellule voisine à la sienne, devenu son ami et mort d’une étrange maladie, il réussit à trouver un trésor. Devenu extrêmement riche, il prend l’identité du Comte de Monte-Cristo et monte à Paris, bien décidé à se venger de ceux qui l’ont envoyés en prison… Mon avis : L’un des romans les plus passionnants de la littérature française. Le suspens tient en haleine jusqu'à la fin. Edmond est un personnage auquel on s’attache vite, son histoire d’amour fait frémir et sa vengeance est terrible. J’ai beaucoup aimé ce livre surtout pour la qualité de la langue, pour les descriptions très précises des personnages, des sentiments, des lieux, de l’Histoire de France à cette période. Alexandre Dumas, comme Victor Hugo, sait manier les mots et faire ressentir même au plus médiocre des lecteurs la passion et les blessures secrètes de chaque personnage. Raphaëlle Senna

ThéoNet, le journal numérique

37


CULTURE

Mangazine Shiki

S

otoba est un village de campagne coupé du reste du monde. Les ragots y vont bon train et la population est majoritairement âgée, ce qui ne plaît pas du tout à Shimizu Megumi, une adolescente qui ne désire qu'une chose : partir du village. En attendant, elle épie secrètement Yuki Natsuno dont elle est amoureuse et elle rêve de rencontrer les propriétaires du château sur la colline que l'on peut voir de Sotoba. Pendant ce temps, plusieurs personnes décèdent mystérieusement alors que la cause de leur mort reste mystérieusement floue. Jusqu'au jour où un nouveau cadavre, celui de Megumi Shimizu, permet au médecin de la région d'établir une hypothèse sur la cause de ces morts mystérieuses... A retrouver au CDI !

Negima !

N

egi springfield vient de sortir de l'école de magie à l'âge de 10 ans. Afin de terminer ses études, il doit passer un stage au Japon : être professeur d'anglais au lycée dans une école pour filles. D'abord surprises, ces dernières vont mal accueillir leur cadet, n'hésitant pas à lui tendre des pièges. Pour couronner le tout, Negi se retrouve temporairement dans la même chambre qu'une dénommée Asuna, qui déteste les enfants. Mais au fur et à mesure, la confiance va s'installer et toutes finissent par s'attacher au petit professeur, qui grâce à ses sorts, plus ou moins discrets, tente d'aider ses élèves. Elsa Souyeaux

38

ThéoNet, le journal numérique


Sources images 1ère page : http://fr.freewalls.org/wp-content/uploads/2012/10/Miami-Floride-%C3%A9tats-Unis.jpg Hello London : Etienne Bonnet Le Japon s'invite à Théo : (C) Stéphane Boularand Voyage en Chine : http://www.tuxboard.com/voici-les-7-nouvelles-merveilles-du-monde-et-nominez-pour-les-7-monuments-ou-sites-naturels/grande-muraille-de-chine/ http://blog.1001actus.com/la-cite-interdite-de-chine-18923.html http://champchinamojo2012.blogspot.fr/2012/11/dongcheng-district.html appel sommaire : http://french.peopledaily.com.cn/31966/94599/94601/index.html

Focus : Emmanuelle Couilliet sur http://emma.florida1213.overblog.com/

Traditions de Noël : http://165.69.151.11/recipes/14280/melomakarona+walnut+syrup+biscuits http://thegenuinekitchen.com/2010/05/20/panforte/

Dracula : http://theatre.anglais.free.fr/2011_2012_dracula/presentation_spectacle.html http://theatre.anglais.free.fr/2011_2012_dracula/images_layout/dracula_bandeau.jpg

Cinéma : Un Star Wars 7 ? : http://comicbook.com/wp-content/uploads/2012/10/disney-star-wars-vader-storm-troopers.png The Hobbit : © Warner Bros. France - source : http://www.allocine.fr/film/fichefilm-119089/photos/detail/?cmediafile=20256556 PossŽdŽe : © Lionsgate - source : http://www.allocine.fr/film/fichefilm-187900/photos/detail/?cmediafile=20109554 Renoir : http://www.sortiescinema.net/wp-content/uploads/2012/05/affiche.jpg Happness Therapy : © The Weinstein Company - source : http://www.allocine.fr/film/fichefilm-145397/photos/detail/?cmediafile=20312111 Les 5 légendes : http://www.cinemotions.com/data/films/1154/71/2/photo-Les-Cinq-legendes-Rise-of-the-Guardians-2012-10.jpg

Windows 8 : sommaire : http://www.chip.de/ii/1/7/3/9/6/0/1/9/Dell_XPS_12_01-4e4a301f30e0437b.jpg logo : http://blog.artenet.fr/wp-content/uploads/2012/07/Windows-8-Logo.png PC fixe : http://i.dell.com/sites/imagecontent/corporate/secure/en/PublishingImages/windows-8-showcase/xps/Princeville__Beauty_Front_Win8.jpg PC Dell XPS 12 : http://img.clubic.com/05398413-photo-dell-xps-duo-12.jpg Pub "Sur place ou à emporter ?" M Le Monde, n° du 8 dec. 2012 surface : http://www.smartphone-co.com/wp-content/uploads/2012/10/SurfaceTouchCover.jpg Dell XPS http://img.clubic.com/05398413-photo-dell-xps-duo-12.jpg http://i.dell.com/sites/imagecontent/corporate/secure/en/PublishingImages/windows-8-showcase/xps/Princeville__Beauty_Front_Win8.jpg

Mangazine : http://stuffpoint.com/shiki/image/41393-shiki-black-and-white-shiki-wallpaper.jpg http://nyanblog.fr.fo/wp-content/uploads/2012/03/10501_negima.jpg

Anglais ludique : -image "The Vampires Diaries" : https://fbcdn-sphotos-a-a.akamaihd.net/hphotos-ak-ash4/481674_10151537921554968_2120604801_n.jpg -image "Sydney Australia " : http://www.google.fr/imgres?um=1&hl=fr&tbo=d&biw=1600&bih=665&tbm=isch&tbnid=RvHye1OI5d8D3M:&imgrefurl=http://vladimirpostcards.blogspot.com/2011_09_01_archive.html&docid=F4HExKLSP3dP4M&imgurl=http://4.bp.blogspot.com/-oPmAnyB03Vg/TmXQGwFFPQI/AAAAAAAAAEU/NHs-jDjNJW8/s1600/ postcard_from_sydney_sept2011.jpg&w=1600&h=797&ei=a1LOULH9LITK0AWH5IGYAg&zoom=1&iact=hc&vpx=1237&vpy=146&dur=484&hovh=158&hovw=31 8&tx=190&ty=51&sig=117132994844144955256&page=1&tbnh=142&tbnw=284&start =0&ndsp=31&ved=1t:429,r:6,s:0,i:103 -image " " New York" : http://www.google.fr/imgres?start=103&um=1&hl=fr&tbo=d&biw=1600&bih=665&tbm=isch&tbnid=3OpF0m62bIOaDM:& imgrefurl=http://brooklynprints.com/blog/tag/postcards/&docid=B0aOTxwZ5eZx9M&imgurl=http:// brooklynprints.com/blog/wp-content/uploads/ nyc_sunset_postcard_for_blog.jpg&w=500&h=379&ei=rVLOUL32BoHC0QWx34CABg&zoom=1&iact=hc&vpx=4&vpy=17&dur=492&hovh=195&hovw=258& tx=55&ty=126&sig=117132994844144955256&page=4&tbnh=138&tbnw=175&ndsp=32 &ved=1t:429,r:19,s:100,i:61 -image "London" : http://www.danielyang.com/musings/postcards.php#towerbridge -image "Times square" :http://jssnews.com/wp-content/uploads/2009/10/times-square-1024x768.jpg -image " like Fb" : http://www.evene.fr/files/imce_dates/2012/09/like_fb.png -image " glee" : http://www.google.fr/imgres?um=1&hl=fr&tbo=d&biw=1600&bih=665&tbm=isch&tbnid=21TmW1PDPGdTqM:&imgrefurl=http://www.mediacult.fr/2010/10/23/le-phenomene-glee/&docid=F9ZS1QgS9ca51M&imgurl=http:// mediacult.fr/wp-content/uploads/2010/10/ glee1.jpg&w=499&h=641&ei=IU7OUOK7O8ib1AXPiICQDw&zoom=1&iact=hc&vpx=1357&vpy=82&dur=506&hovh=255&hovw=198&tx=155&ty=171&sig=11 7132994844144955256&page=2&tbnh=146&tbnw=114&start=24&ndsp=31&ved=1t:429 ,r:54,s:0,i:281 -image " I want you to speak english" : http://www.google.fr/imgres?um=1&hl=fr&sa=N&tbo=d&biw=1600&bih=665&tbm=isch&tbnid=OZyYysIJjjjsZM:&imgrefurl=http://hakimhallouch.blogspot.com/2012/07/saint-ouen-speaksenglish.html&docid=3WWG2hRy4raseM&imgurl=http://4.bp.blogspot.com/-ofNEMg4ScGM/T_a3l1EIrrI/AAAAAAAAAEc/CcbguzjxpWI/s1600/speakEnglish.gif&w=400&h=400&ei=HkzOUM6wE6Wd0QXivYBw&zoom=1&iact=rc&dur=493&sig=117132994844144955256&page=1&tbnh=155&tbnw=149&sta rt=0&ndsp=37&ved=1t:429,r:0,s:0,i:88&tx=70&ty=29 -image « are you sure… I’m not your father ? » : https://www.facebook.com/photo.php?fbid=529673103712502&set=a.384715731541574 .98999.384707561542391&type=1&theater -image « or give it to your mother. She know how to do it. » : https://www.facebook.com/photo.php?fbid=10151046959636656&set= a.135337836655.112332.77101816655&type=1&theater -Capture d’écran « Defining SWAG (Swagger) » : http://www.youtube.com/watch?v=w7GCyxQGeDE -Capture d’écran « RachelEnglish.com American English Pronunciation Guide » : http://www.youtube.com/watch?v=2EBBNmNzypY&list=PLrqHrGoMJdTQhYgWHuLXcmCFSOOiQvawt&index=13

Critiques littéraires : Le Comte de Monte-Cristo : http://2.bp.blogspot.com/_JzmnufJ_Auo/TBzgwjdtcKI/AAAAAAAAAKI/Sk36a8jjApU/s1600/5.jpg L’empreinte de l’Ange : http://1.bp.blogspot.com/-s3nhfqvxcCg/TxxTvKHe3kI/AAAAAAAAACE/99YYK6bUiKo/s1600/L%2527empreinte+de+l%2527ange.jpg 2012 : Une année en musique Janvier : http://swommb.com/wp/?p=2378 Février : http://millionmusics.wordpress.com/2012/03/01/the-tings-tings-sounds-from-nowheresville/ Mars : http://uneraisonparjour.wordpress.com/2012/03/21/124-madonna-mdna-review/ Avril : http://itsmorethanmusic.wordpress.com/2012/03/29/album-review-nicki-minaj-pink-friday-roman-reloaded/ Mai : http://store-cult.com/2012/07/gossip-a-joyful-noise/ Juin : http://www.thenorthernlight.org/2012/07/10/maroon-5-sells-out-with-latest-album-overexposed/ Juillet : http://www.musicfeelings.net/2012/07/chronique-frank-ocean-channel-orange-2012/ Août : http://www.musicfeelings.net/2012/08/rita-ora-stream-ora/ Septembre : http://www.acrossthedays.com/across-the-music/two-door-cinema-club-beacon-sage-et-sans-accroc/ Octobre : http://www.startrackcrush.com/2012-10/muse-the-2nd-law/ Novembre : http://www.tinydl.com/1060567122-one-direction-take-me-home.html Décembre : http://idilikprod.wix.com/idilikworld#!ke$ha---warrior/zoom/c1doy/image2v1 Dysney : -http://chezminette87.centerblog.net/rub-d-a-walt-disney-la-belle-et-la-bete--2.html -http://dapsmagic.com/news/2012/01/23/the-walt-disney-company-releases-2011-annual-financial-report-and-shareholder-letter/ -http://davelandblog.blogspot.fr/2007/11/walt-disney.html

ThéoNet, le journal numérique

39


MERCI de nous avoir lus !

L’ensemble de la rédaction de ThéoNet vous souhaite une excellente année 2013 ! N’oubliez pas :

Notre page web

Nos podcasts sur l’iTunes Store

Notre chaîne YouTube

40

Prochain numéro : Janvier-Février ThéoNet, le journal numérique

ThéoNet n°6  

Découvrez le sixième numéro de ThéoNet, le journal numérique du lycée Théophile-Gautier. http://theonet65.blogspot.com

ThéoNet n°6  

Découvrez le sixième numéro de ThéoNet, le journal numérique du lycée Théophile-Gautier. http://theonet65.blogspot.com

Advertisement