Page 66

Revue par business group

|

Umicore Rapport annuel 2012

64

tant sur le recyclage des batteries des véhicules hybrides en Europe. Umicore a également inauguré un centre de démantèlement à Maxton (Caroline du Nord), destiné au marché nord-américain.

Une entreprise où il fait bon travailler

en argent moulé ont augmenté, la business unit ayant accru sa capacité de production de lingots d’argent homologués par le LBMA. Les ventes de produits argentifères destinés aux applications industrielles ont également baissé, principalement en raison du recul des commandes émanant du secteur solaire. Dans le segment de la joaillerie, l’augmentation des ventes d’or et de platinoïdes au secteur des articles de luxe a été neutralisée par le recul de la demande du secteur des bijoux de fantaisie. Les activités de recyclage ont encore signé de belles performances, surtout pour l’argent. Dans le courant de l’année, Umicore a achevé la première phase d’expansion de ses capacités de raffinage d’argent en Thaïlande et en Allemagne.

En 2012, la business unit a fermé son site de recyclage de joaillerie à Foshan (Chine), car le marché n’était pas suffisamment développé pour qu’elle maintienne sa présence dans cette région.

Le business group Recycling a à nouveau totalisé près de la moitié des accidents avec arrêt de travail survenus chez Umicore. Le nombre total d’accidents a poursuivi sa baisse graduelle, avec 23 accidents avec arrêt de travail en 2012, contre 26 en 2011 et 27 en 2010. Le taux de fréquence du business group (6,24 contre 7,45) s’est amélioré alors que le taux de gravité (0,25 contre 0,22) s’est quelque peu aggravé par rapport à 2011. La business unit Precious Metals Refining a adopté le programme SafeStart® visant à favoriser les améliorations en faveur de la sécurité, en particulier sur le site de Hoboken. À la fin 2012, le site de Markham (Canada) avait atteint plus de cinq ans sans accident avec arrêt de travail ou accident déclarable pour le personnel d’Umicore ni accident avec arrêt de travail impliquant des sous-traitants.

Chez Battery Recycling, l’usine pilote UHT a opéré par campagnes, en alternant le développement technologique et les essais de recyclage de batteries et d’autres matériaux potentiellement recyclables. La majeure partie des volumes de batteries rechargeables traités provenait de l’électronique portable, l’apport de batteries des véhicules électriques (hybrides) restant limité. En 2012, Umicore a conclu un contrat avec Toyota por-

Quant à la santé au travail en termes d’exposition aux métaux, le business group Recycling a fait mieux que la moyenne d’Umicore, avec un taux de dépassement de 1%. Les principales substances présentant un risque sanitaire chez Recycling sont le plomb, l’arsenic, le nickel, le cobalt et le cadmium. Aucun dépassement n’a été relevé pour le nickel et le cobalt. Le dépassement pour le cadmium a atteint 2,5%, contre 0,4% en 2011.

En mai, dans le cadre d’une visite officielle des institutions européennes et de la Belgique, nous avons eu l’honneur d’accueillir le VicePremier ministre du Conseil d’État de la République populaire de Chine, Li Keqiang, et Son Altesse Royale le Prince Philippe de Belgique dans notre usine de recyclage d’Hoboken.

Le dépassement pour l’arsenic a nettement reculé par rapport à 2011. Une sensibilisation aux sels de platine a été diagnostiquée chez quatre travailleurs, qui ont été équipés de tenues et d’équipements individuels offrant un niveau de protection accru.

De l’or pour l’or au Canada Les canadiens qui voulaient soutenir leurs athlètes en vue de gagner des médailles d’or au Jeux Olympiques de 2012 ont eu l’occasion de le faire d’une manière unique. Une campagne médiatique nationale a proposé aux gens d’envoyer leurs bijoux en or qu’ils ne portaient plus en vue de les recycler. Les bijoux ont été vendus aux enchères et certains ont été raffinés dans les installations de Jewellery & Industrial Metals d’Umicore à Markham, Ontario. Tous les profits ont été reversés au fond Canadian Athletes Now.

Umicore Rapport Annuel 2012  
Advertisement