Page 1

Avril 2015 #20

Alain chamfort / Brooke Fraser

E D R U E O C R ATE PI Coutney Barnett / Fiona Walden / Fyfe / ipo phar / oscar & the wolf / Ghost culture / Charlotte des georges / muriel combeau / Lilou Fogli


CONTRIBUTEURS

FONDATEUR, DIRECTEUR DE LA REDACTION, REDACTEUR EN CHEF CINEMA & DIRECTEUR DE LA CREATION FR A NCOIS BERTHIER REDACTEUR EN CHEF, REDACTEUR EN CHEF MUSIQUE DINE DELCROIX RÉDACTRICE EN CHEF BEAUTE & NEWS AUR IA NE BESSON JOURNALISTES Auriane Besson, Dine Delcroix, François Berthier. PHOTOGRAPHES François Berthier, Patrick Fouque, Florent Fromentin. Pierre Dal Corso. Martin Lagardère PRODUCTION Dine Delcroix + François Berthier PHOTO DE COU V’ Pierre Dal Corso CONTACT R EDACTION/PUB theblindmagazine@gmail.com

The BlindMagazine est édité par la société Ten Feet Under / Tous les textes et photos sont soumis par leurs auteurs qui acceptent leur publication, et n’engagent que leur responsabilité.


EDITO #20

Chers lecteurs, chères lectrices, Ce numéro de votre magazine préféré s’est fait attendre comme on attend le printemps. Pour accueillir comme il se doit cette nouvelle saison, nous avons sélectionné pour vous le meilleur de l’actualité mode et culture. Vous pouvez ignorer tout le reste. En attendant de vous retrouver sur la Croisette le mois prochain, ne vous découvrez pas d’un fil, Cannes s’en chargera. Bonne lecture ! L’équipe TheBlindMagazine

facebook.com/Theblindmagazine @Blind_Magazine


Avril 2015

24

4

44

4 Blind Beauty

24 Ipo Phar

10 L’instant Live

32 Oscar & The Wolf

12 Fiona Walden

38 Ghost Culture

18 Fyfe

44 Muriel Combeau


SOMMAIRE

52

62

48 Blind Truth Charlotte Des Georges

72 Interview première fois Brooke Fraser

52 En couverture Coeur de Pirate

80 La fille qui rend Blind Lilou fogli

62 Alain Chamfort

5


BLIND BEAUTY CHEEK & LIP GLOW GEL ROSISSANT INSTANTANÉ - JOUES & LÈVRES DIOR Ce nouveau blush-gelée de Dior va rosir subtilement et instantanément vos pommettes et vos lèvres. Sans effet de matière, sa couleure est universelle pour un résultat qui s’adapte à chaque teinte de peau, et le fini “glow” très frais est parfait pour le printemps ! On vous conseille de le poser par petites touches puis de le fondre au pinceau. 38,50€

Roller Lash Benefit C’est LE nouveau mascara de l’année ! Après le They’re Real au succès immense, on en attend pas moins du dernier né. Celui-ci apporte d’abord une grande courbure des cils et une jolie longueur. Sa brosse attrape les cils de la racine jusqu’aux pointes, et les courbe en agissant un peu comme un bigoudi. Une finition noir satin pour un regard so glam !

24,50 € En exclusivité chez Sephora

6


Kiss Pop Color Stick MARC JACOBS BEAUTY Marc Jacobs Beauty dévoile son nouveau rouge à lèvres, le Kiss Pop Color Stick. Ce stick en forme de crayon à l’embout XXL, allie confort et longue tenue. Hautement concentré en pigment et à base de miel, le Kiss Pop Color Stick apporte le confort d’un rouge à lèvres, la simplicité d’application d’un crayon et l’hydratation d’un baume à lèvres. Six teintes sont déclinées, du rose vif au corail lumineux. Des bâtonnets ludiques au rendu sublime, qui nous suivront partout ! 28 € En exclusivité chez Sephora à partir de mai 2015

HUILE MICELLAIRE DÉMAQUILLANTE SUBLIMATRICE VICHY C’est une nouvelle huile démaquillante… micellaire ! En plus de démaquiller, elle va nettoyer la peau des impuretés grâce à ses tensio-actifs très efficaces. A base d’huile de Camelia hautement nutritive, elle soigne, apporte hydratation et souplesse à la peau. Les peaux sèches trouveront du réconfort, les peaux grasses apprécieront la disparition du sébum. Et comme toute huile démaquillante, la texture huile s’émulsionne en lait fluide au moment du rinçage à l’eau, laissant la peau parfaitement nette et non grasse. Son parfum floral-vert très doux, aux notes de feuilles de thé et fleurs blanches en font un vrai moment bien être. 125ml - 14,90€

7


% 0 10 een Gr La marque scandinave bio et haut de gamme Estelle & Thild débarque en France ! Coup de cœur particulier pour cette huile de rose musquée enrichie en antioxydants puissants, en vitamines et en acides gras essentiels. Des actifs qui luttent contre les premiers signes du vieillissement et protègent le derme contre les dommages oxydatifs. Une marque innovante aux formules certifiées ECOCERT à suivre de près ! 2

Le déodorant bio must have le plus naturel et le plus efficace sort en version citrus ! 100% naturel, ce déo crème utilise toujours de l’argile et ses fameuses poudres végétales, mais le mélange d’huiles essentielles varie avec pour cette version de la bergamote, citron, pamplemousse, citronnelle et vanille. Le tout absorbe l’humidité, inhibe les bactéries, et assure une efficacité pendant 24H. A appliquer en petite quantité avec le doigt et masser jusqu’à ce que la crème soit complètement absorbée. Elle laissera une odeur fraîchement citronnée très agréable.

1

Cette crème douce et efficace dorlote la peau et apporte une hydratation intense des zones sèches comme les mains, les coudes et les pieds. A base de Centella Asiatica, beurre de karité et de cacao, huile de graine d’églantier et vitamine E, elle nourrit et adoucit juste ce qu’il faut !

3

1. Crème hydratante mains+coudes+pieds, 60ml - 7,95 € - HUMAN + KIND 2. Huile jeunesse Multi-éléments nutritif, 30ml - 47 € (exclusivité chez Sephora) ESTELLE & THILD 3. Déodorant bio crème Citrus, 60ml -15,90€ (Disponible sur bazar-bio.fr) - SOAPWALLA

8


Sérum Eclat BB Flash Essence ERBORIAN

T S MU VE HA

D’inspiration coréenne, le BB Flash Essence est un BB sérum effet « blur ». En un seul geste, cette texture gel aux reflets légèrement nacrés hydrate, unifie, lisse et resserre le grain de peau. Le résultat est immédiat : imperfections floutées, pores minimisés, traits lissés : la peau est bien plus belle, le toucher est velouté, elle retrouve un éclat naturel légèrement boosté. Une excellente base de maquillage ! 30ml - 49€

9


L’INSTANT LIVE

Coutney Barnett Par Dine Delcroix / Photo : Wallendorff Le 25 mars 2015, Coutney Barnett était de passage sur la scène parisienne du Divan du Monde pour y présenter les chansons de son premier album Sometimes I Sit And Think, And Sometimes I Just Sit paru le 20 mars 2015. La guitariste et parolière australienne en a profité pour interpréter son nouveau single Kim’s Caravan dont le clip a été dévoilé le 15 avril 2015.


DECOUVERTE


FIONA WALDEn Fiona Walden

fait partie de ces interprètes qui se distinguent par un timbre de voix unique en son genre. Wanted, son EP  pop-rock aux influences westerns  est disponible depuis le 16 Mars 2015 en attendant un premier album d’ores et déjà en préparation.

Par DIne delcroix / Photos : MARTIN LAGARDèRE

Tu as d’abord fait tes pas au sein d’un groupe

composait dans sa tonalité à lui alors j’ai

qui s’appelait Walden. Quand as-tu décidé

commencé à chanter dessus. Nous avons

de faire des choses seule ?

trouvé cela intéressant donc par hasard

Je n’ai pas vraiment décidé de faire les

et par chance, c’est devenu mon identité.

choses seule. J’ai eu des groupes quand j’étais plus jeune mais cela ne me convenait pas. Je n’étais même plus sûre de vouloir continuer à faire de la musique. Quand j’ai rencontré Saad Tabainet, mon guitariste et compositeur, il m’a alors donné l’opportunité de m’exprimer et d’être moi-même dans ce projet. Le projet solo s’est alors imposé mais tout le travail est un travail en binôme avec Saad qui est «l’homme de l’ombre» du projet, même s’il joue de la guitare sur scène avec moi.

Ta voix grave donne son identité à ta musique. Comment s’est définie cette manière de chanter ? Avant, je chantais dans une tonalité un peu plus haute mais, avec Saad, quand nous avons commencé à travailler, il

Comment se déroulent tes sessions de travail avec Saad ? La musique se fait-elle en fonction du texte ou inversement ? En général, Saad compose et moi j’écris les textes puis nous arrangeons les titres ensemble. J’ai des carnets remplis de textes car j’écris tout le temps. Du coup, je pioche dans tous ces textes quand nous avons une mélodie intéressante ou j’écris un texte selon ce que m’inspire la mélodie mais il n’y a pas vraiment de règle.

Les sonorités de ton premier EP font parfois penser à des bandes originales de films westerns. Ce cinéma a-t-il influencé ton travail ? Oui. Ma musique est tout à fait inspirée des westerns. Je suis une grande fan des westerns-spaghetti de Sergio Leone ou

13


même plus récemment de Quentin Ta-

mue ciel et terre pour la retrouver et,

rantino qui mêle avec génie l’esthétique

quand il comprend qu’elle s’est enfuie,

du western aux films de Kung-fu.

il se suicide. Cela se termine par la fille qui danse sur la tombe de Johnny. J’ai inventé cette histoire. Je suis Johnny sur

Comment as-tu été initiée à ce genre cinématographique ? Je m’y suis intéressée de moi-même.

certains points et je suis aussi un peu la fille qu’il aime. C’est sur l’ironie de la vie, de l’amour et comment les choses peuvent changer du jour au lendemain.

Vers l’âge de 12 ans, j’ai du découvrir le cinéma de Quentin Tarantino que j’ai décortiqué pour découvrir qu’il était en fait influencé par des maîtres du genre tels que Sergio Leone.

Avais-tu conscience que tu jouais les deux rôles au moment où tu as écrit cette chanson ? Non, pas vraiment. J’ai juste raconté cette histoire puis je me suis dit : «Merde

As-tu des films de prédilection dans ce genre ?

! C’est moi, Johnny et je suis aussi un peu la fille qu’il aime !». En général, je

Mon préféré est Il Était Une Fois Dans

me rends compte après coup du sens de

L’Ouest mais je serai toujours une grande

mes textes. En lisant mes carnets d’écri-

adepte de Kill Bill».

ture, je peux revivre l’état d’esprit dans lequel j’étais à un moment précis. C’est ma thérapie !

Le chapeau que tu arbores sur la pochette de ton EP est-il un clin d’œil à ce cinéma ? Ta chanson Desert est une métaphore sur J’ai toujours porté des chapeaux mais

l’abandon. T’es-tu déjà sentie abandonnée

oui, mon chapeau est effectivement de-

de cette manière ?

venu un clin d’oeil au western et, du coup, ma marque de fabrique.

Quand j’ai écrit Desert, je me sentais effectivement abandonnée. C’était à un moment où j’avais perdu des gens que

Qui est ce Johnny dont tu parles dans le single du même nom ? Johnny, c’est le mec le plus redouté de l’Ouest qui, au final, se fait avoir par la fille qu’il aime car elle est partie. Il re14

j’aimais, j’avais perdu mes repères. Je me sentais abandonnée comme au milieu du désert.


15


Quel est ton remède contre un tel sentiment ? Je n’ai pas vraiment de remède malheureusement, à part le whisky ! Plus sérieusement, si vous en trouvez un, n’hésitez pas à me le donner ! Mais je pense que c’est un sentiment sain qui fait partie de l’expérience de la vie, qui est dur mais indispensable pour évoluer, réfléchir ou

pas forcément par un couple traditionnel. Du coup, l’histoire du clip est celle d’une amitié fusionnelle à la limite du toxique entre deux filles. C’est une relation qui, je pense, a été vécue par toutes les filles au moment de leur adolescence et qui peut être très destructrice. Nous avions envie d’aborder ce sujet.

même créer. Dirais-tu que ton œuvre est féministe ? Le morceau Dont’ Ride se démarque de

Il est vrai que dans mes textes revient

l’EP par son up-tempo. Y a-t-il eu une pro-

souvent le thème de la femme forte. Il

duction plus particulière pour ce titre ?

est, certes, idéalisé, romancé et accen-

Don’t Ride est le premier morceau que nous avons composé avec Saad. Quelques jours après s’être rencontrés, nous avions Don’t Ride. Ce morceau est l’essence du projet, l’équilibre entre l’électronique et les sons westerns.

tué mais c’est un thème qui me tient à cœur. Je suis féministe et je souhaite soutenir la cause des femmes autant que je le peux. Je suis pour la femme forte dans la musique, dans l’art, dans la vie car nous avons toujours besoin de figures de femmes inspirantes. Il est pour moi tout simplement inconcevable de ne pas se dire féministe. Je suis pour l’égali-

Il y a quelques semaines, tu dévoilais le clip de

té des sexes donc je suis féministe.

Cold Heart. Quelle est l’histoire de cette vidéo ? Le texte raconte la difficulté que l’on peut avoir à exprimer ses sentiments, l’incompréhension que cela peut créer. Le personnage «au coeur froid» est en fait quelqu’un qui vit ses sentiments de façon très intense mais qui ne sait pas les exprimer correctement. Il est alors perçu comme quelqu’un de froid alors que c’est tout l’inverse. Le clip a été réalisé par Adeline Mai. Nous avons beaucoup discuté avec Adeline et nous souhaitions illustrer le morceau de manière originale, 16

Qu’aimerais-tu apporter à l’histoire de la musique ? J’aimerais apporter ce que j’ai pu recevoir des artistes qui m’ont marquée mais si je pouvais seulement faire partie de l’histoire de la musique, ce serait déjà quelque chose !


17


DECOUVERTE

FYFE

Par Dine Delcroix / Photos : Patrick Fouque


En quête d’une identité musicale, c’est d’abord sous le pseudonyme de David’s Lyre que Paul Dixon a officié avant de trouver le son qui lui convenait et de changer son nom de scène en Fyfe. Paru le 9 mars 2015, son premier album Control tient les promesses qui avaient été faites par ses singles Solace, For You ou encore Holding On. Rencontre avec le nouveau phénomène anglais.

Comment as-tu été amené à te consacrer à

Ton frère est musicien. As-tu déjà envisagé

l’art de la musique ?

de collaborer avec lui ?

Je fais de la musique depuis l’âge de 6

Oui. Quand j’étais plus jeune, il lui arri-

ans. Mes parents m’ont en quelques

vait de me rejoindre sur scène juste pour

sortes forcé à apprendre le violon et le

s’amuser mais il n’était plus trop dans

piano, ce que je détestais. Puis, j’ai dé-

les parages par la suite car il est parti

couvert la guitare grâce à mon grand

étudier. C’est un passionné de musique

frère qui m’a aussi fait connaître de bons

mais il s’est orienté vers autre chose. Il

groupes. J’ai commencé à en jouer à 11

travaille aujourd’hui pour une entreprise

ans et j’ai continué. Quand j’étais l’uni-

qui crée des logiciels de paiement.

versité, j’ai monté ce projet du nom de David’s Lyre juste pour m’amuser et j’ai soudainement eu une certaine popularité qui m’a amené à signer un contrat avec une maison de disques. De ce fait,

David’s Lyre a été ton premier nom d’artiste. Comment t’est venu ce pseudonyme ?

j’ai abandonné la fac car je savais que

Le truc frustrant pour les journalistes

je n’allais pas pouvoir faire deux choses

c’est que je n’ai pas vraiment de bonne

de manière qualitative alors j’ai fait un

raison qui pourrait expliquer ce choix.

choix. J’aurais tout le temps de retourner

Dans la Bible, il y a un roi qui s’appelle

à la fac un jour.

David et qui joue de la lyre. C’est tout simplement de là que vient «David’s Lyre».

Vers quoi te tournerais-tu si tu devais reprendre tes études ? J’étais étudiant en économie mais, si je

En joues-tu ?

devais retourner à la fac aujourd’hui,

Oui, j’en ai une qui m’a été offerte par

je choisirais l’Histoire ou la politique.

mon père et c’était justement après avoir

L’Histoire, c’est plus passionnant mais

choisi ce nom.

c’est pas pour tout de suite (rires). 19


Qu’est-ce qui t’a fait changer de nom d’artiste ? C’était pour moi une façon de signifier

Pourquoi as-tu changé de maison de disques pour ton nouveau projet ?

le changement qu’il y a eu dans ma mu-

Avec le projet David’s Lyre, j’étais chez

sique. Le projet David’s Lyre était plus

Mercury durant 18 mois. Le contrat a été

compliqué sur le plan sonore avec des

ensuite rompu mais j’ai récupéré la tota-

textes assez poétiques. J’ai eu le senti-

lité du projet que j’ai sorti en indépen-

ment qu’il fallait simplifier les chansons

dant pour mes fans puis j’ai commencé

sans pour autant leur enlever leur côté

le projet Fyfe. Je n’étais pas encore signé

émotionnel. Il fallait qu’elles soient plus

quand mon single «Solace» a commencé

percutantes. Aussi, le fait de changer de

à attirer l’attention. C’est ainsi que j’ai

nom m’assurait une sorte de déblocage

été signé chez Believe. J’ai moi-même

qui me permettait non pas de devenir

produit et mixé toutes les chansons de

quelqu’un d’autre mais plutôt d’expri-

l’album et j’avais envie de continuer sur

mer des choses nouvelles artistiquement

cette lancée. Bien souvent, quand tu

parlant. Il me semblait naturel que le

signes avec une maison de disques, tu te

nom change en même temps que le son.

retrouves entre les mains d’une dizaine de producteurs différents et tu finis avec un album qui n’a rien de personnel. C’est

Ton vrai nom est Paul Dixon. Quand on le saisit dans un moteur de recherche, on tombe

précisément ce que j’ai tenu à éviter en faisant tout moi-même.

entre autres, sur un footballeur écossais... Vraiment ? Je ne savais pas ! Un quart de moi est écossais alors peut-être avonsnous un lien (rires).

Quelle est la première chanson que tu as écrite pour ce projet ? En premier, il y a eu St Tropez. Solace est venue peu après en troisième ou qua-

T’intéresses-tu au football ?

20

trième position. Avec Solace, j’ai senti que j’avais trouvé le son que je voulais

J’aime vraiment le football mais je ne

pour Fyfe. Cette chanson a influencé

suis pas le football écossais qui est une

mon travail sur d’autres titres que j’ai dû

ligue différente. Je m’intéresse plutôt à

remanier pour être en accord avec ma vi-

la ligue anglaise.

sion du projet et avec le reste de l’album.


Pourquoi as-tu choisi de parler d’une ville

Quelles sont les personnes capables de te

française dans cette toute première chanson

faire perdre le contrôle ?

que tu as écrite pour le projet ?`

Les gens que j’aime beaucoup comme mes amis, ma famille, ma femme avec la-

St Tropez est une fiction métaphorique.

quelle je suis depuis l’âge de 15 ans...

Je n’ai jamais été à Saint-Tropez mais je sais que, pour beaucoup, cette ville est une destination paradisiaque, glamour et ensoleillée. La chanson parle d’un couple qui est parti s’y installer et qui réalise que ce n’est pas le paradis. Ils pensaient que ce serait bien mais ils se retrouvent dans une dynamique où l’un veut rester tandis que l’autre veut partir.

L’album s’intitule Control. À quel genre de contrôle fais-tu référence dans ce titre ? L’idée, c’est que le contrôle n’existe pas vraiment. Nous pouvons essayer aussi fort que possible de contrôler nos vies et d’avoir la main sur tout mais, à la fin de la journée, le monde continue sans nous, le globe tourne et des choses complètement incroyables nous arrivent à nous et à nos proches. Il faut apprendre à perdre le contrôle en ayant confiance en quelqu’un ou en quelque chose. C’est ce qui permet de se sentir bien.

22

Qu’est-ce que l’amour en polyéthylène dont tu parles dans ta chanson Polythene Love ? Le polyéthylène est un genre de plastique qu’on utilise notamment pour faire ces sacs de courses qui se déchirent très facilement. L’amour polyéthylène, c’est un amour jetable qui ne veut rien dire.

As-tu une manière scientifique d’aborder le sentiment amoureux ? Je suis assez romantique donc je ne pense pas. Je peux comprendre qu’on envisage l’amour comme une sorte de connexion entre deux personnes mais je pense que c’est un peu plus qu’une alchimie. Je crois en l’amour en tant que concept.


DECOUVERTE


IPO PHAR Originaire d’Hawaï, Ipo Pharr a été remarquée par Katy Perry grâce à sa reprise du titre The One That Got Away. Après avoir participé à quelques festivals américains, la jeune chanteuse entend bien toucher un large public avec ses compositions parmi lesquelles on retrouve le single Breathless, dispo depuis le 30 mars 2015.

PAR DINE DELCROIX / Photos : FRANCOIS BERTHIER


Te souviens-tu de la première fois que tu as touché un instrument de musique ?

As-tu songé à adopter un nom d’artiste ? J’y ai pensé mais je n’ai jamais rien trou-

J’ai croisé pas mal de ukulélés quand

vé. Mes chansons sont personnelles et au-

j’étais petite mais j’ai découvert la gui-

tobiographiques donc je pense que mon

tare vers l’âge de 17 ou 18 ans et c’était un

vrai nom est ce qui convient le plus d’au-

grand moment. J’ai l’ai toujours, d’ail-

tant qu’il résume aussi d’autres facettes de

leurs.

ma personne que je n’exprime pas beaucoup au quotidien. Je suis assez timide tandis que mes chansons ont une certaine

Comment t’es-tu retrouvée à signer avec un label ? Je faisais mes trucs indépendamment

puissance. Ma musique est une partie de moi-même alors j’ai envie de garder mon vrai nom. Ipo est mon nom hawaïen mais mon prénom anglais est Nicole.

puis j’ai emménagé à Los Angeles pour aller dans une école de musique qui s’appelle Musicians Institute. J’y ai appris beaucoup sur le fait de faire de la musique de façon indépendante. J’ai en-

À ce jour, quels sont les pays les plus réceptifs à ta musique ?

suite proposé ma musique sur le net et

La plupart de mes fans sont aux États-

posté des vidéos sur YouTube. Je faisais

Unis puisque c’est là-bas que tout a dé-

tout avec mon propre budget. C’était dur

marré mais je commence à en avoir en

mais très amusant. Puis, j’ai eu la chance

France car j’ai posté pas mal de choses

d’être repérée par un monsieur qui tra-

en rapport avec mon séjour à Paris sur

vaille en maison de disques. Alors qu’il

mes réseaux sociaux.

naviguait sur SoundCloud, il est tombé sur ma chanson «Breathless» et il l’a beaucoup aimée. Il m’a ensuite envoyé un message me demandant l’autorisation de présenter mes chansons. Je n’ai

Que faisais-tu avant de te consacrer à la musique ?

pas voulu y croire quand ce label fran-

Après le lycée, je n’avais pas assez d’audace

çais s’est intéressé à moi mais, un an plus

pour suivre mon rêve d’artiste alors je suis

tard, ils sont venus à Los Angeles pour

allée dans une école privée pour étudier le

me signer.

commerce mais j’ai réalisé que ce n’était pas fait pour moi. Du coup, j’ai abandonné l’école et j’ai commencé à travailler dans une pension pour chiens. J’adore les animaux et j’étais même sur le point me lancer dans des études sur le sujet.

26


En as-tu chez toi ? Oui, j’ai trois gros chiens. Quand j’ai eu le premier qui est une femelle, j’ai eu envie qu’il ait un compagnon alors j’en ai pris un deuxième. Le troisième, je l’ai trouvé errant dans un parc. J’ai essayé de lui trouver un maître mais je ne supportais pas l’idée de l’abandonner dans un refuge en sachant que personne n’allait l’adopter juste parce que c’est un pitbull. Je rêve de posséder une ferme remplie de chiens comme le cynologue Cesar

caux, je pense qu’il est difficile d’exister en ligne de manière indépendante et de faire le poids face à des Katy Perry ou des Beyoncé à gros budgets malgré les réseaux sociaux. J’ai beaucoup d’amis dans d’autres genres comme le reggae, par exemple, et les réseaux sociaux leurs apportent énormément. Pour moi, c’est un peu plus difficile d’atteindre le niveau de Bruno Mars ou de Katy Perry. En résumé, Internet a totalement aidé à ma découverte mais le métier reste difficile.

Millan (rires). Comment aurais-tu fait pour mettre ta muQuelle a été la réaction de tes proches quand tu as décidé de te consacrer à ta passion ? Plusieurs personnes étaient sceptiques et me demandaient si j’étais bien sûre de ce que je voulais faire mais je savais que je n’avais pas envie de travailler dans une pension pour chiens tout en étant impatiente de rentrer chez moi pour écrire des chansons et jouer de la guitare. Je ne voulais pas avoir de regrets. Mes parents sont mes plus grands fans. Ils me soutiennent énormément et ont toujours été à 100% avec moi. Ils sont heureux pour moi.

Dirais-tu qu’Internet a été indispensable au lancement de ta carrière ? Oui, Internet m’a amenée là où je suis aujourd’hui. C’est un outil puissant pour la musique. Dans certains genres musi28

sique en avant si tu étais née à une autre époque ? Honnêtement, je ne sais pas ce que j’aurais fait. J’ai grandi en pensant qu’il fallait absolument un contrat avec une maison de disques pour être dans l’industrie de la musique car il n’y avait pas de réseaux sociaux lorsque j’étais petite. À l’école de musique, j’ai découvert un tout autre aspect de la musique indépendante et du pouvoir du partage sur Internet qui évolue constamment grâce à de nouvelles applications. Le net est très utile si on sait ce que l’on fait mais il faut aussi un peu de chance.

La musique digitale continue de remplacer les supports discographiques. Achètes-tu encore des albums physiques ? J’adore acheter des disques, j’en ai toute une collection ! Mon disquaire préfé-


29


ré à Los Angeles s’appelle «Amoeba».

tout ce que tu as toujours voulu avoir.

J’y trouve des chose incroyables et pas

Au moment où je l’ai écrite, je ne savais

chères. Je suis aussi une grande fan

pas vraiment ce que c’était. J’avais déjà

de Spotify qui permet d’avoir un accès

eu le cœur brisé mais je n’étais pas spé-

instantané à un tas d’artistes juste depuis

cialement en couple pendant la phase

un téléphone.

d’écriture. C’était plus une sorte de pressentiment de ce que je voulais pour mon futur.

Comment décrirais-tu ta propre musique ? J’appellerais l’ensemble «pop» parce que c’est moderne et contemporain. J’ai des goûts éclectiques en musique, j’aime

Quels sont tes récents coups de cœur musicaux ?

beaucoup de genres et j’aime écouter un

Mon coup de cœur le plus récent s’ap-

album qui a des influences différentes

pelle Halsey. Elle fait une sorte de

dans chaque chanson comme le pro-

d’electro-pop. Je me retrouve en elle car

pose Bruno Mars, par exemple. Il va de

elle a les cheveux colorés comme moi et

la pop à la ballade en passant par le reg-

qu’elle a des influences hip-hop. J’aime

gae. Nous avons grandi au même endroit

sa manière d’écrire. Elle a l’air cool...

et je pense que nos influences sont vraiment similaires. Il y a beaucoup de styles de musiques différents à Hawaii et je ne peux pas m’empêcher de tous les inclure dans ma musique. Je n’aime pas quand

Quels seront les principaux thèmes de ton premier album à venir ?

toutes les chansons d’un album se res-

L’album sera composé de chansons

semblent. Je pense que cela vient aussi

d’amour. L’amour, c’est la magie hu-

du fait que j’ai longtemps joué ma mu-

maine. Quand tu aimes quelqu’un, tu

sique à la guitare acoustique et que j’ai

n’y peux rien et c’est aussi puissant

fait en sorte d’y apporter des variations

qu’effrayant. J’aime beaucoup écrire des

pour garder les choses intéressantes.

chansons d’amour. Aussi, il y aura une chanson d’amour pour moi-même. Le label m’a suggéré d’écrire une ballade et

En référence à ton single Breathless qui vient de sortir en France, qu’est-ce qui te

30

j’ai choisi d’écrire sur le fait de s’aimer soi-même et de s’accepter. Il y aura éga-

coupe le souffle ?

lement des chansons sur l’inspiration,

Paris me coupe le souffle, par exemple

peurs. Le métier de musicien est très

(rires). Breathless est une douce chanson

dur et j’ai écrit ces titres pour m’aider à

d’amour sur la personne qui incarne

croire en moi-même et à me battre pour

la motivation et le fait de surmonter nos


31


DECOUVERTE

OSCAR & THE WOLF Par Dine Delcroix / Photos : Patrick Fouque

La pop-electro d’Oscar and the Wolf n’a pas fini de séduire. À l’initiative du projet : Max Colombie, un solitaire mystérieux aux nombreux alter ego. Entity, son premier opus paru au printemps 2014 est déjà disque de platine et lui a valu trois MIA’s dont celui du Meilleur Album. L’artiste belge et ses musiciens seront de retour en France le 21 avril 2015 pour un nouveau concert parisien au Café de la Danse.

En 2005, tu as participé aux présélection

d’extérioriser un poids par la musique.

belges du Concours Eurovision de la Chanson Junior. Pourrais-tu le refaire aujourd’hui ? Si j’avais le même âge, oui. C’était une super expérience ! J’y ai rencontré mon meilleur ami, entre autres, et j’ai eu la chance de découvrir la scène.

Comment es né le projet Oscar and the Wolf ? Oscar and the Wolf est né quand j’ai commencé à réaliser que j’étais en train d’écrire sur la beauté de la tristesse. C’est une sorte de lumière à l’intérieur d’un loup solitaire qui amène à voir une

Tu as publié des singles assez commerciaux

beauté dans la solitude. C’était une mé-

en tant que Max Colombie avant de créer

taphore pour mes alter ego. Puis, quand

Oscar and the Wolf et de te tourner vers une

j’ai eu 20 ou 21 ans, j’ai eu l’idée de ce

musique plus sombre. Pourquoi avoir changé

nom qui sonne comme un conte de fées.

de style ? Probablement parce que je suis tombé amoureux plusieurs fois et que j’ai eu le cœur brisé à de trop nombreuses reprises. C’est comme si j’avais besoin

32

Dans ce conte, qui est Oscar et qui est le loup ? Je suis les deux. Oscar, c’est moi pendant la journée et le loup pleurant sous


33


la lune, c’est moi quand je me sens seul.

Dans quel état d’esprit composes-tu ? Quand je compose, je suis d’humeur

As-tu d’autres alter-ego ? Tout le monde a plusieurs alter ago mais je pense que ces deux-là sont ceux qui reviennent le plus. J’aurais pu faire «Max and the Wolf» mais je n’aimais pas

très concentrée. Je ne mange pas et je ne fume même pas quand j’écris car toute mon énergie va à l’écriture. Bien entendu, j’ai dû expérimenter centaines émotions pour écrire mais pas pendant la phase d’écriture.

«Max». En fait, le loup est mon alter ego et Oscar, c’est moi en journée. Là, par exemple, je suis Oscar mais, sur scène, je

Y a-t-il une quelconque dépression dans cette

me transforme en loup. C’est une méta-

phase d’écriture ?

phore pour l’esprit animal.

Non, je ne suis pas une personne déprimée. J’observe mes émotions d’un côté.

Quel est ton animal préféré ? La dauphin. Les dauphins voyagent en groupe, ils vivent sous l’eau et ils sont conscients de beaucoup de choses, c’est pour cela que je les aime. Quand ils re-

Quand je vis un truc, je me laisse ressentir ce dont j’ai besoin. Après, j’essaye d’analyser le tout en écrivant et en utilisant des métaphores dans le but de comprendre ce que j’ai ressenti et c’est ainsi que viennent les choses.

gardent dans un miroir, ils réalisent qu’ils voient leur reflet. Ils éprouvent beaucoup d’émotion. Il peuvent commettre un sui-

Généralement, quelles sont les personnes qui

cide juste en arrêtant de respirer, ce qui

écoutent ton travail en premier ?

est extraordinaire.

Cela dépend d’où je vis sur le moment. Quand j’étais étudiant, c’était habituel-

Tes textes donnent l’impression que tu aimes la solitude. En as-tu besoin ? Bien sûr que j’en ai besoin ! J’ai besoin de cette sorte de douleur pour réaliser les petites lumières dans les étoiles. On apprend à mieux voir dans l’obscurité pure. C’est un peu l’idée de ma vie.

lement ma meilleure amie qui était mon auditrice victime et je l’appelais tout le temps pour lui faire écouter des choses. Puis, mon frère est devenu à son tour la victime après quelques années. Leur opinion est importante pour moi. Quand je demande un avis, j’aime avoir un retour. Je n’aime pas quand le gens me disent qu’un truc aurait pu être meilleur autrement car cela signifie que j’ai fait l’erreur 35


de ne demander aucun avis.

les Princes ? Joaquim, c’est juste moi. J’utilise toujours

As-tu constamment besoin d’un retour sur ce que tu produis ? Non, pas tout le temps. Par exemple, quand les personnes de ma maison de disques sont venues écouter mes enregistrements, je n’avais pas peur de leur réaction bien qu’elles pouvaient très bien

d’autres noms pour moi. Les Princes sont des personnes royales qui organisent de grandes fêtes et qui gouvernent le monde. Elles peuvent avoir tout ce qu’elles veulent sauf l’amour. Dans cette chanson, je fais une métaphore sur les gens, moi y compris. Nous possédons tout mais pas l’amour.

ne pas aimer et donc ne pas avoir envie de travailler dessus. Je n’avais pas peur car je savais que j’avais quelque chose de complètement honnête pour ce que j’avais besoin de faire pour moi-même en premier lieu. J’étais confiant avec cet album.

À qui s’adressent tes textes ? Je parle aux gens mais je parle encore plus à moi-même. J’ai besoin d’écrire pour comprendre. Avant de dire un truc à voix haute au lieu de se le garder pour soi, il faut s’assurer de bien comprendre

De quelle chanson de l’album es-tu le plus fier ? Under The Skin qui est une piste ins-

ce qu’on a à dire ou ce qu’on pense. Je ne fais pas de musique pour les autres, c’est juste une coïncidence que d’autres personnes l’apprécient.

trumentale. C’était pour moi une façon complètement différente d’écrire. Je ne peux pas vraiment expliquer pourquoi

Tu rends pourtant ton travail accessible en le

mais c’est la chanson la plus proche de

publiant...

mon cœur. Elle est super simple. J’avais un beat basé sur le synthétiseur puis j’ai fait des improvisations aléatoires que j’ai cherché à copier et à coller pour m’assurer qu’elles communiquaient entre elles, en quelques sortes.

Oui car c’est une occupation que j’aime bien donc je me devais d’avoir cette sorte de saine prétention pour sortir des titres sous prétexte que j’ai une voix et que j’ai des choses à dire mais, globalement, ce que j’ai à raconter n’est que l’expression d’une seule personne sur cette planète.

Les titres des tes chansons sont souvent personnifiés. Qui sont, par exemple, Joaquim et 36

Par coïncidence, des gens ont commencé à l’aimer.


tDECOUVERTE

GHOST CULTURE Par Dine Delcroix / Photos : Florian Fromentin

Il

vient d’Angleterre et il y tient.

James Greenwood

Ghost Culture aime la musique de manière obsessionnelle et y travaille sans répit. À la fois sombres et entraînantes, les productions du jeune homme sonnent expérimentales mais sont toutefois extrêmement maîtrisées, comme le démontre son premier album paru le 5 janvier 2015 dont les titres ont été entièrement composés au synthétiseur. alias

Tu as joué du saxophone quand tu étais plus

faire le sien. Je l’utilise pour tout ! C’est

jeune. En joues-tu toujours ?

mon outil préféré mais, pour jouer, mon

Oui, j’en joue toujours. Pas autant qu’avant et je pense qu’avec le genre de choses que je compose aujourd’hui, je vais finir pas ne plus en jouer du tout.

instrument préféré est la basse. J’en ai joué dans des groupes quand j’étais adolescent. Un bon joueur de basse est toujours très apprécié (rires).

D’ailleurs, je regrette de ne pas avoir utilisé cet instrument sur l’album. Il y a juste une note de saxophone assez difficile à percevoir sur le titre «Giudecca». J’aime en jouer et j’aimerais bien l’intégrer à ma musique en plus des instruments électroniques que j’utilise.

Est-ce important pour toi d’avoir un son British ? Oui mais ce n’est pas un truc patriotique. Beaucoup de pionniers de la musique électronique viennent d’Angleterre : Depeche Mode, David Bowie, New Order... J’ai toujours pensé que si je pouvais faire

As-tu un instrument de musique préféré ? Oui. Il s’agit du synthétiseur. C’est l’instrument avec lequel j’ai fait mon album et avec lequel j’ai aidé Daniel Avery à 38

un album et le ranger à côté des disques de ces artistes-là un jour, je serais très heureux. J’ai été aussi inspiré par un incroyable documentaire intitulé «Synth


Britannia» qui parle de toute la syth-mu-

Que ce soit dans la pochette de ton album,

sic britannique et qui recense beaucoup

dans le clip de ton single «Giudecca» ou dans

de choses de qualité.

certaines de tes photos, tu utilises beaucoup le noir et blanc. Es-tu réticent à la couleur ?

Comment est née l’imagerie de ton projet ? La pochette du disque est assez similaire à celle de l’album Tin Drum du groupe Japan avec ses tons noirs et blancs et tout le contraste. Ensuite, j’ai essayé de penser à des choses qui vont avec ma musique

Je pense que le noir et blanc est plus adapté à ma musique. Dans le clip de la chanson Giudecca, je ne voulais pas paraître trop vif ou trop joyeux car c’est déjà une chanson joyeuse qui parle de vacances alors j’ai eu envie d’essayer une forme différente de chaleur.

comme des lampes avec des abats-jour pour la scène, par exemple. J’avais des lampes dans ma chambres et j’ai eu envie

Avant cet album, tu as proposé un premier

de les utiliser. Pour le reste, je ne sais pas

EP de titres instrumentaux. Qu’est-ce qui t’a

trop d’où me vient cette imagerie... C’est

donné envie de chanter par la suite ?

sûrement une extension de ma musique. Des fois, j’essaye des choses jusqu’à ce que je trouve un truc intéressant mais je peux aussi avoir des idées fortes et précises.

Pourquoi as-tu opté pour ces lampes ? Oui. Stop Making Sense des Talking Heads est un des meilleurs films musicaux qui existent. On y voit le groupe danser avec des lampes et cela m’a donné envie de faire quelque chose avec des lampes mais pas seulement . Il y aussi un live du duo The Knife durant lequel ils ont utilisé des lumières qui réagissent au rythme de leur musique. J’ai eu donc l’idée de combiner ces deux choses en utilisant quatre lampes qui réagissent à la musique. C’est agréable d’avoir un peu de décoration quand on est sur scène.

J’ai soudainement trouvé cela plus satisfaisant que de faire simplement des titres instrumentaux. J’avais probablement envie de performance et d’écrire des paroles qui parlent aux gens.

Tes paroles sont justement très poétiques. Astu un penchant pour la poésie ? Oui. Pour les paroles, j’ai travaillé avec une amie poète qui s’appelle Natalie Long. Elle a déjà publié quelques livres chez un petit éditeur à Londres. Elle est brillante. Je lui faisais lire ce que j’écrivais et elle m’aidait à l’améliorer en me faisant des suggestions. C’était dur car je composais la musique en premier et il fallait donc adapter les paroles aux mélodies. 41


La majeure partie des chansons de cet album

Ce prochain opus sera-t-il également dédié à

serait dédiée à une seule personne. Est-ce

quelqu’un ?

vrai ?

Non. Ce prochain album parlera de plu-

Oui. Huit des chansons de cet album

sieurs choses avec un message qui en-

parlent effectivement d’une fille qui est

courage à prendre le risque de faire ce

aujourd’hui ma petite amie. J’ai y traduit

qu’on a envie de faire pour ne rien re-

mon souhait de vouloir être avec elle.

gretter. Je sais que j’aurais moi-même eu des regrets si je n’avais pas tenté de faire un album.

Cet album a-t-il été la meilleure façon de la séduire ? Je ne sais pas (rires). J’aime la musique et je m’y suis investi de façon sincère. C’est peut-être ce qui a plu dans cette forme d’expression.

Penses-tu déjà à un deuxième album ? Oui, j’ai commencé à écrire. J’ai déjà quelques demos pour la suite. J’y pensais déjà pendant que j’écrivais le premier album. J’ai notamment une demo qui a un son similaire à ce premier album mais avec un tempo plus rapide. Pour le prochain disque, j’aimerais aller un peu plus loin dans l’écriture et la composition avec beaucoup de variations mélodiques, un peu à la Elliott Smith. J’ai aussi des demos très club. Je pense que cet album sera un mélange de plusieurs genres. 42


43


The Blind truth


MURIEL COMBEAU Au casting de la mini-série policière Disparue dont la diffusion débutera le 22 avril 2015 sur France 2, Muriel Combeau nous fait le plaisir de répondre au questions du BLIND TEST. Photos & interview : François berthier

Lorsque tu te regardes dans la glace le matin, que te dis-tu ?

Quelle super héroïne aurais-tu aimé être ? Wonder roman, pour ses pouvoirs mais

Allez, encore un petit effort !

aussi pour son costume!

À qui voulais-tu ressembler quand tu étais

Quel pouvoir magique aurais-tu aimé avoir ?

enfant ? A Tarzan.

Le pouvoir de téléportation, comme ça, je ne monte plus jamais dans un avion. Tous les autres pouvoirs, de toute façon, je les ai!

Si tu avais une baguette magique, que changerais-tu ? Chez moi ? Pas grand chose… J’aimerais

Quel prénom aurais tu aimé porter ?

juste être grande, longiligne, blonde aux

Ca dépend des jours…Emma, Louise,

yeux bleus avec un léger accent anglais,

Léa, Suzanne, pas Ghislaine, Yaël, pas

parce que oui, je serais absolument bi-

Marie Jo. Un prénom qui évoquerait la

lingue.Dans le monde? Ca devient vrai-

douceur, l’intelligence, l’humour et la

ment trop sérieux, je ne préfère pas ré-

fantaisie. Je vais réfléchir encore...

pondre ! Que peut-on entendre comme message d’acSi tu devais emporter une seule chose sur une île déserte, laquelle serait-ce ? Ma pince à épiler.

cueil sur ta boite vocale téléphonique ? Je l’ai enregistré il y a quinze ans et je ne l’ai jamais ré-écouté! 45


Quand et comment as-tu cessé de croire au

et du caviar avec de la vodka, que je se-

père Noël ?

rais entourée des gens que j’aime et que

Je ne me souviens pas d’y avoir cru, je me souviens d’avoir fait semblant d’y croire. J’avais peur de ne pas avoir de cadeaux.

je leur dirais au revoir, sereinement et que je partirais dans un dernier éclat de rire, mais sincèrement, je crois que si je savais que j’allais mourir, je serais prostrée dans mon lit, paniquée, à réfléchir à ma vie, au sens de ma vie et que fina-

Que peux tu me dire de négatif sur toi ?

lement, dans un élan de courage et de peur, je me suiciderais ! Alors, si c’était

Je suis intransigeante, autoritaire, ,indé-

une blague, c’est dommage!

cise, soupe au lait, têtue, je peux continuer encore pendant longtemps mais je vais en laisser un peu pour plus tard...

De quelle question aimerais-tu avoir la réponse ?

Et de positif ?

Ca va s’arranger ? Mais pourquoi ? C’est encore loin ?

Je travaille sur moi et je n’ai pas l’inten-

Et après?

tion d’arrêter tout de suite !

Quel a été ton dernier instant de solitude ? Qui veux-tu épater le plus ? Maintenant. Moi-même.

As-tu menti pendant cet entretien ? Que ferais-tu s’il ne te restait que 24 heures à vivre ? J’aimerais pouvoir dire que je ferais l’amour et que je mangerais des huitres 46

Evidemment que non!


The Blind test

CHARLOTTE DES GEORGES


Elle est la voix de Fleura dans le film d’animation Pourquoi J’ai Pas Mangé Mon Père depuis le 8 avril 2015 et travaille actuellement sur son prochain one-woman-show. Rencontre avec Charlotte Des Georges. Photos & interview : François berthier

Ta Madeleine de Proust ?

Ton antistress ?

L'odeur des vieilles bâtisses humides et

DANSER!!!!

mal chauffées comme celle de ma grand mère où j'ai été élevée et les vapeurs d'eau de Cologne qui imprégnaient ses vêtements.

La tendance mode que tu détestes ? La dictature de la Stan Smith. Pour avoir déjà humé l'odeur qui s'en dégage après

Le film qui raconte ta vie ?

une bonne journée je peux assurer que

Un Remix de Tom Boy et Les garçons et

des pieds !

les fashionistas du moment puent tous

Guillaume à table ! Le détail chic pour toi ? Ton livre de chevet ?

Un chapeau qui a vécu.

Ma table de nuit est jonchée de livres que je ne parviens pas à finir ces temps ci mais ce serait pas gentil de balancer le nom des auteurs. Je ne relis jamais deux

Ta série du moment ?

fois le même livre, j'ai peur que mon pre-

Better call Sall. Et je revois dés que pos-

mier souvenir de lecture ne soit balayé

sible Extras, série de Ricky Gervais sur

par un second, moins bon.

les acteurs de complément, à hurler de rire.

Ton secret de beauté ? Lorsque l'existence est tellement char-

Ta chanson pour te sentir bien ?

gée que l'on n'a pas le temps de s'en pré-

Ain't no mountain high enough ! Marvin

occuper... de sa beauté.

Gaye & Tammi Terrell

49


Ton proverbe fétiche ?

drait que je fasse une fête!

"Plus le garçon est manqué plus la femme est réussie" ou encore "on aime tous regarder les autres faire des erreurs sinon pourquoi regarder le patinage artistique".

L'insulte que tu préfères ? Rentre chez ta mère!

Le défaut que doit avoir une personne pour te séduire ? La maladresse et la folie.

Le cadeau que tu rêves d'offrir ? Une voiture de Collection ... au choix une américaine ou une italienne.

Le compliment qui t'énerve le plus ? Elle est gentille....

Libé ou le Le Figaro ? Le Monde ou Society.

Le pays où tu pourrais immigrer ? L'Amérique en général du Sud jusqu'au Nord et d'Est en Ouest.

Le disque que tu as honte d'avoir acheté ? Ca fait longtemps que je n'en achète plus, je télécharge Légalement je précise ! Chacun son mauvais goût je n'ai honte

Un autre métier qui t'aurait plu ? Grand Reporter.

Qui inviterais-tu à ton dîner idéal ? Ama, Les Daft Punk, Annie Leibovitz,

de rien dans ce domaine, j'assume tout! Même Félix Grey dans les 90's.

Le talent que tu aimerais avoir ? Jouer du piano.

Luchini, Simone Weil, Arnaud Desplechin, Bradley Cooper, Catherine Deneuve, Paolo Sorrentino, Jennifer Lawrence, Depardieu, barak Obama et le Pape François. Bon à tout prendre il fau50

La question qu'on ne doit pas te poser ? Et sinon comment ça va tes amours ?


EN COUVERTURE


COEUR DE PIRATE PAR Riyad cairat / Photos : Pierre dal Corso

La

chanteuse était à paris pour promouvoir son nouvel album, et son nouveau clip Oublie moi. theblindmagazine l’a rencontré


Chemisier et jupe AZZEDINE ALAIA, Escarpins FRED MARZO

54


Nous avons découvert ton nouveau clip avec

Tu as composé tes deux premiers albums

grand plaisir et beaucoup de gens se de-

mais aussi la bande son d’un jeu vidéo (Child

mandent ce que tu prépare pour la suite. Y

Of Light) ainsi que la bande originale d’une

a-t-il quelque chose de nouveau dans ce que

série au Québec (Trauma). Est-ce que tu tra-

tu fais ?

vailles différemment un album d’une bande originale ? Est-ce que tu puises dans les mêmes ressources, dans tes expériences per-

C’est une continuation de ce que je fais

sonnelles ?

depuis le début. Le premier et le deuxième album étaient très ancrés dans un genre. Ce qui arrive reste tout de même

Musicalement les références sont parfois

du Coeur de Pirate c’est juste qu’il y aura

les mêmes mais ce que j’ai trouvé vrai-

une touche un peu plus moderne, un peu

ment cool quand j’ai réalisé la bande son

plus pop. Je suis allé voir des produc-

de Child Of Light ce que j’ai vraiment pu

teurs qui font ça et qui sont spécialisés

composer la musique qui a inspiré les

là-dedans et que j’admirais aussi beau-

gens qui ont fait le jeu par la suite. Ils

coup et donc je les ai suivis.

n’avaient rien lorsqu’ils ont commencés à faire le jeu, ils avaient juste quatre thèmes et j’ai composé à partir de ça et eux sont partis à partir de ce que j’avais fait donc c’était vraiment génial. Pour Trauma c’était autre chose, c’était un al-

55


bum de reprise, c’était une commande

sitrice, de créer de la musique, de créer

comme si je travaillais pour une agence

une œuvre originale. Et pas seulement

de pub qui me demandait une chanson

celui d’être une artiste interprète et

pour un spot. Quand tu écris des chan-

c’était assez fou.

sons pour un album ce sont des mélodies que tu trouves dans ta tête que tu poses sur un piano puis que tu enregistres et produit en studio mais ça n’a rien à voir avec le reste. Je parle des choses un

Comment vis-tu le fait d’avoir reçu autant de

peu plus personnelles quand j’écris une

prix et de récompenses à 25 ans ? Est-ce pour

chanson.

toi quelque chose qui te rassure ou quelque chose qui t’angoisse de devoir être toujours performante et est-ce que cela a de l’influence sur toi ?

Est-ce que ce n’est pas difficile de répondre à une commande pour un projet sans se mettre trop en avant dans la création et ne pas créer quelque chose de trop personnel ?

Oui, bien sur que cela à une influence sur moi. Après je ne sais pas si les récompenses jouent sur moi mais quand tu vas à une remise de prix, que tu attends, que l’adrénaline monte et que finalement tu ne reçois rien, tu es un peu déçu. Moi je

Ça arrive de toute façon. L’intérêt c’est que ce soit aussi Coeur de Pirate qui l’ai crée. Mais j’ai eu beaucoup de chance parce que pour une fois dans ma vie on réalisait que j’avais un talent de compo-

56

suis contente d’avoir eu ce que j’ai eu. Mais il y a pleins de gens qui font de la musique qui n’ont pas eu de prix et qui s’en sortent très bien. Il a fallu attendre jusqu’à l’année dernière pour que Beck ait eu un Grammy. T’imagine le truc ? Y


Manteau, sweat et short HARMONY, Baskets NIKE


avait des gens qui disaient « mais c’est

peine que je compose pour moi lors des

qui Beck ? ».

mois à venir. C’est vraiment le gros truc de cette année avec la tournée qui arrive à la suite. J’ai aussi d’autres territoires à explorer (Les Etats-Unis ndlr) et ça ça demande beaucoup de travail.

Tu as vécu un basculement rapide entre l’adolescence et ta vie de jeune femme depuis le début de ta carrière, comment concilie-tu ta vie de jeune femme avec ta vie d’artiste mais aussi de jeune mère désormais ?

Est-ce que c’est difficile d’être souvent comparé ou rappelé à d’autres chanteuses comme France Gall par exemple quand on essaye

On ne concilie pas, on fait ce qu’il faut et

d’être une artiste à part entière ?

on fait ce qu’on doit faire. Je pense que c’est pareil pour les mecs. Les mecs qui ont des enfants vivent la même chose, tu

Je pense que l’on faisait beaucoup de

vis un changement majeur dans ta vie et

comparaisons au début de ma carrière,

tu fais avec. Il n’y a rien qui change vrai-

c’était souvent. Après j’étais au début de

ment sauf un peu plus d’organisation. Et

ma carrière, j’étais contente que l’on me

moi pour le moment ça se passe super

compare à France Gall. Aujourd’hui, je

bien et tout ça m’a rendu plus respon-

suis la personne que je suis, je pense que

sable, plus organisé et plus à l’écoute de

j’ai fais mes preuves depuis quelques an-

ce que je suis capable ou non de faire et

nées et que plus trop de monde viendra

c’est très positif.

me voir en me disant « Bonjour, vous faîtes comme une telle... ». Après c’est bien aussi, je vais être contente entre artistes on s’inspire, on se motive. Quand j’ai été voir Björn Yttling qui a travaillé

Sur le plan artistique désormais où vou-

pour Lykke Li ou The Hives il y a des

drais-tu te diriger ? Est-ce que tu as des pro-

choses à lui qui se retrouve dans du

jets ou des envies qui tu souhaiterais propo-

Coeur de Pirate et je trouve ça bien, c’est

ser au public ?

sa marque à lui même si les gens vont m’en parler un petit peu.

J’ai un peu négligé Coeur de Pirate depuis 2011 et je vais me concentrer sur l’album qui arrive. Je pense que ça vaut la 58


Chemise et jupe AS I AM


Make up : Camille Lutz Hair : Benoit Guinot Stylisme : Tatiana Dumabin

MAke up : Loriane LEGER


RENCONTRE


ALAIN CHAMFORT Nouvelle maison de disques pour Alain Chamfort qui publie le 13 avril 2015 un album éponyme. Le chanteur français a de nouveau travaillé avec son complice Jacques Duvall pour les textes de ces nouvelles chansons dont la production et les arrangements ont été confiées à Frédéric Lo à qui l’on doit des albums de Daniel Darc entre autres collaborations de prestige. par dine delcroix / photos : martin lagardere

63


Vous publiez ce mois-ci un nouvel album qui

a été exploitée par d’autres gens. C’était

marque pour beaucoup votre retour bien que

toutefois la seule manière de rejoindre

vous ne soyez pas vraiment parti...

un label car Universal ne me proposait

Le temps passe vite. Moi, je travaille et je fais des choses différentes mais ce n’est pas toujours visible. Quand on est pas dans une période de promotion, les gens

pas de faire un album original. Comme je n’avais aucune autre proposition, j’ai accepté en me disant que cela permettrait peut-être d’en faire un suivant après.

ont l’impression que vous ne faîtes rien. Moi, je ne vois pas les choses de la même manière mais, c’est vrai que, quand on est à l’extérieur, on se dit «Il a arrêté» et donc, quand je sors un album, on consi-

Vous avez quitté Universal et vous êtes aujourd’hui chez PIAS. Comment s’est fait ce changement de label ?

dère que c’est un retour. C’est la règle

Avec Universal, j’avais signé pour un al-

du jeu.

bum de duos et je n’avais aucune obligation d’aller au-delà de ce disque. Si les choses avaient été concluantes et qu’on

Vos deux opus précédents étaient des projets

avait été très heureux de travailler en-

conceptuels. Comment ont-il vu le jour ?

semble, on aurait poursuivi mais cela

L’album sur Yves Saint-Laurent était un projet dont Pierre-Dominique Burgaud était à l’initiative. On l’a écrit ensemble et on a été au bout du projet ensemble. L’album de duos, je ne l’ai pas initié. Je n’étais pas très convaincu par l’idée dans la mesure où il y en a eu beaucoup avant. C’est toujours plus intéressant d’ouvrir une porte avec une nouvelle proposition que d’aller récupérer une proposition qui 64

n’a pas été vraiment le cas. Je me suis retrouvé dans une position où je n’avais plus envie de continuer avec eux mais je n’avais pas d’autres proposions ailleurs. Je n’étais pas très motivé parce que je n’aime pas travailler sans savoir pourquoi. Je faisais des petites choses chez moi, je rassemblais des idées musicales de temps à autre puis, un jour, un copain m’a appelé en me disant que je devrais rencontrer Frédéric Lo et envisager éven-


«Notre complicité à la scène comme à la ville était si naturelle qu’il nous était inévitable de ne pas retravailler ensemble.»

65


66


demande toujours pourquoi on a choisi

monde. À Bali, on fête les morts. Tout

un titre donc il faut qu’il y ait matière à

le monde sait que c’est la finalité de tout

justifier pour raconter une histoire. On

le monde. De la mort, la vie repart. On

voulait prendre comme titre «On Meurt»

meurt, c’est inéluctable. On a qu’une

qui ouvrait un énorme champ de ques-

vie alors faisons en sorte qu’elle soit

tionnements et on pouvait mettre ce tuellement une collaboration avec lui. Je titre dans tous les contextes possibles et n’avais pas de maison de disques mais il imaginables. Finalement, la maison de ne trouvait pas cela grave et il avait raidisques a dit que ce titre pourrait être son. Après tout, c’est bien de faire de la considéré comme morbide bien qu’on musique avec quelqu’un qui a de la disne l’envisageait pas de cette manière. ponibilité, un studio et qui a envie de me La première lecture des choses est toufaire démarrer quelque chose. On a donc jours un peu simpliste et c’est dommage. démarré, tout s’est très bien passé et on a Après, on s’est orienté vers le titre «Puiseu envie de continuer. À l’époque, j’étais Je Vous Offrir ?» qu’on trouvait pas mal parti dans l’idée de faire des singles en pour un nouvel album mais Guillaume, me disant que les gens ne s’intéressent mon chef de produit chez PIAS, m’a dit plus aux albums mais Frédéric Lo était qu’il fallait rester sur un album éponyme moins convaincu donc on a écrit 5 ou 6 et que j’avais fait suffisamment de choses chansons avec Jacques Duvall qui était maintenant pour que mon nom suffise. prêt à repartir dans l’aventure. Frédéric

réussie. Arrêtons de nous plaindre, esqu’elles produisent pas mal d’artistes et sayons de vivre intensément. Quand on a qu’elles ont encore les moyens de donconscience qu’on meurt, je pense qu’on ner à beaucoup de gens la possibilité de est plus attaché à la vie et qu’on l’appréfaire des albums. Après, je pense qu’elles cie d’avantage. C’est peut-être aussi une ne traînent pas, c’est à dire qu’elles ne question d’âge... laissent pas forcément le temps aux choses de s’installer. Elles ont besoin de rentabiliser et d’avoir du résultat tout Vous avez souvent évoqué le besoin temps de qui de suite. Certains artistes ont passe dans vos interviews... plusieurs albums avant de commencer

à intéresser les gens. Par ailleurs, c’est Bien sûr ! Quand on a une vie d’artiste, quand même grâce à des machines de on ne peut pas l’occulter. Un artiste vit et guerre comme les majors que les disques vieillit. Son rôle, c’est d’essayer d’expricontinuent de se vendre. Elles ont ce mer ce qu’il ressent à des périodes différôle. Moi, je pense que ce n’est plus ma rentes. Quand on a 20 ans, on ne chante Lo étant constamment en lien avec des place. Les artistes comme moi ne les inpas les mêmes choses que quand on en responsables de labels qui lui confient téressent pas mais ce n’est pas pour aua 30 et 50. Le regard qu’on porte sur les de temps en temps des réalisations, il tant que j’estime qu’elles ne méritent mêmes événements avec le temps n’est a pu faire écouter ce que nous faisions plus d’être là. La chanson On Meurt évoque la mort sur pas le même. Avec Jacques Duvall, on a ensemble. Certains nous ont proposé de une musique up-tempo. Est-ce un façon ce souci d’être juste dans notre façon de partir avec eux et PIAS me semblait la d’être positif à ce sujet ? voir les choses. solution différente que je n’avais pas en- Votre nouvel album porte votre nom. PourQu’on le veuille ou non, il faut intégrer core testée. quoi avez-vous opté pour un titre d’album la mort dans la vie. On la cache, on en a éponyme ? peur, on la met de côté et on ne veut pas Comment avez-vous convaincu l’ac-

trice Charlotte Rampling de chanter avec la voir parce que c’est notre culture dans C’est un peu le sujet que PIAS a mis sur Quel regard portez-vous sur les majors de sur le titre Où Es-Tu ? ? la société occidentale mais ce n’est pas lavous table. Avec Jacques Duvall, on a esl’industrie musicale, aujourd’hui ? pareil partout. La mort est totalement sayé de trouver dans les chansons qui On a pensé à Charlotte Rampling une fois présente chez les indiens, par exemple. l’album une qui pourrait Je pense qu’elles ont encore leur rôle constituent que la chanson a été écrite et qu’on avait font des devant tout l’objet du titre générique. nous àIlsjouer. Ellescrémations sont nécessaires parcele faire les deux rôles devant nous de On ce couple 67 76


un peu vieillissant. On devait faire appel

partage en même temps les succès et les

à une femme de ma génération. Il fal-

échecs... On a perdu un ami qui était

lait que ce soit une femme mature et, en

Marc Moulin avec lequel on formait un

même temps, il ne fallait pas que ce soit

triumvirat pendant une vingtaine d’an-

une femme plaintive, dans la soumission

nées et qui avait le rôle qu’a pris Frédé-

ou dans la position de la victime. Il fallait

ric Lo. Quand Marc est parti, on s’est re-

une femme avec une certaine dignité et

trouvé un peu orphelin. Jacques a aussi

une forme d’élégance. On a imaginé que

eu des périodes difficiles dans sa vie mais

ce serait une actrice. On a fait une sélec-

on était toujours là l’un pour l’autre.

tion et quand on est tombé sur Charlotte Rampling, il y a eu un déclic que tout le monde a trouvé évident. On ressentait

En avez-vous voulu à Claude François

que c’était une jolie idée et il n’y avait pas

d’avoir fait de vous un chanteur pour midi-

d’autres manières de la convaincre que

nettes au début de votre carrière ?

de lui proposer et de lui faire écouter la chanson pour voir si cela lui plaisait ou

Non, j’aurais mauvaise grâce à lui en

pas. Elle a répondu assez rapidement.

vouloir. C’est lui qui m’a permis d’avoir mes premiers succès. L’étiquette me colle peut-être encore aujourd’hui à

Quelle est votre plus belle rencontre professionnelle à ce jour ?

l’égard de certaines personnes mais il ne se serait peut-être rien passé s’il n’y avait pas eu cette opportunité. Moi, je n’avais

Il y en a beaucoup mais je pense que la

pas pour objectif de faire ce métier si

plus marquante et la plus signifiante,

quelqu’un ne m’avait pas donné envie de

c’est celle de Jacques Duvall. C’est une

le faire et je ne vois pas qui d’autre que

chance d’avoir rencontré l’auteur qui

lui aurait pu. Il me donnait envie par sa

me convenait et avec lequel il y a une fi-

propre réussite, par l’effet qu’il produi-

délité, une admiration, une amitié... On

sait chez le public, par son énergie, son charisme, son impact... C’était un être

68


assez exceptionnel. Ceux qui étaient à

qu’ils jouent dans des salles combles et

côté de lui étaient portés par son éner-

qu’ils passent de bons moments alors

gie. Quand il m’a dit qu’il avait envie que

que quelques uns d’entre eux avaient re-

je fasse un disque, je me suis dit qu’il y

pris des activités autres que la chanson.

avait une chance que cela marche s’il est

C’est l’attente d’un certain public qui

à côté donc cela m’a donné envie de tes-

aime que tout cela soit festif avec un côté

ter. Il m’imposait partout et son public

très nostalgique dans le fait de retrouver

m’a accepté. C’est ainsi que je suis né et

ses années de jeunesse et de réentendre

s’il n’avait pas été là, je suis convaincu

les succès de ces moments-là. Moi, les

que je n’aurais pas fait de carrière.

années 80 ne sont pas mes préférées et j’ai plutôt été sensible à des artistes qui ont eu l’occasion de s’inscrire dans une

Vous avez marqué les années 80. Pourquoi

continuité parce que leur œuvre le per-

ne vous voit-on jamais dans les tournées

mettait et qu’ils ont su se renouveler. La

Stars 80 ?

majorité des artistes qu’on retrouve sur ces tournées ont connu un succès voire

On ne me voit pas là-dedans parce que

deux et ont ensuite disparu de la circu-

j’ai la chance de pouvoir toujours avoir

lation.

de l’actualité.

Vous n’êtes donc pas ancré dans les années Avez-vous été démarché à ce sujet ?

80...

Oui, j’ai été approché mais je préfère

J’ai participé à ces années-là mais j’ai eu

avoir une position qui me permet de refu-

la chance de pouvoir continuer.

ser. La plupart des gens qui s’y trouvent n’ont pas beaucoup d’autres possibilités. Je ne suis pas malheureux pour eux

Et nous vous souhaitons que cela dure.

parce qu’ils gagnent très bien leur vie, C’est gentil.

70


INTERvIEW PREMIERE FOIS

R PA

/

Berthier elcroix D ois ç ine D ran :F

Photos

BRO OK E FR A SER

À l’occasion de la sortie en France le 13 avril 2015 de son quatrième album studio, Brutal Romantic, Brook Fraser se produira sur la scène parisienne du le 16 avril 2015. Découvrez les premières fois de la chanteuse néo-zélandaise.

Nouveau Casino


Première voiture ?

Premier baiser ?

Une Honda Civic de 1995. C’était une

Ne jamais embrasser et dire !

automatique alors je me suis sentie très chic ! Premier amour ? Premier souvenir ?

Mon mari. Je me sens très chanceuse d’être mariée à l’homme de ma vie.

Je me revois toucher un peu de sang sur ma jambe après une chute et découvrir qu’il a durci dans une bulle. J’étais dehors, le soleil brillait et je me souviens du camion orange du mon papa. Je devais être un bambin.

Premier chagrin d’amour ? Mon premier chagrin d’amour était plus social que romantique. J’étais une enfant intense avec des sentiments forts et des préoccupations et j’ai eu le cœur brisé

Premier métier que tu voulais faire ?

face à l’état du monde et de l’humanité.

J’adore la musique depuis toujours mais

de gens créatifs ont tendance à ressentir

je ne pensais pas que c’était réalisable.

les choses profondément.

Je pense que beaucoup de musiciens ou

J’ai toujours aimé les mots et les histoires alors j’ai pensé à devenir journaliste. Durant mes années de lycée, mon meilleur ami et moi-même avons écrit des articles pour la page jeunesse d’un journal local et avons co-animé une émission de télévision pour jeunes sur le câble. Mon ami faisait les grosses interviews. Il a notamment interviewé le premier ministre. Moi, je couvrais les histoire d’intérêt humain comme expliquer comment personnali-

Premier animal de compagnie ? Un Rottweiler nommé Che d’après Che Guevara. Un voisin l’a vu se faire kidnapper par un gang local alors que nous ne l’avions que depuis quelques mois - j’ai grandi dans un quartier difficile - et nous ne l’avons jamais revu. C’est très triste !

ser son uniforme scolaire, par exemple. Une fois, une interview est tombée à l’eau et j’ai dû improviser en inventant

Premier disque acheté ?

un sujet intitulé « Les choses à faire sur la route ». C’était ridicule !

This Fire de Paula Cole en 1996. J’ai économisé l’agent de mon premier boulot

74


75


pour aller au centre commercial local

jusqu’à l’Autriche pour faire le Sound Of

me l’acheter. Il coûtait 5 dollars et c’était

Music Tour !

tout ce que je pouvais me permettre.

Premier livre culte ? Premier concert ? To Kill a Mockinbbird (Ne Tirez Pas Sur Le groupe Live. Ils chantaient le tube

L’Oiseau Moqueur) de Harper Lee ou The

Lightning Crashes. J’avais 15 ans et je

Catcher In The Rye (L’Attrape-Cœurs) de J.

couvrais l’événement en tant que photographe pour le journal local. J’avais une carte de presse et je me sentais très

D. Saligner. Je n’arrive pas à me souvenir lequel j’ai lu en premier.

cool. Malheureusement, j’avais oublié de mettre une pellicule photo dans l’appareil et ce fut donc ma première et dernière mission photographique pour un papier.

Premier prof détesté ? « Détesté » est un peu fort mais mon premier professeur de piano était un peu mauvaise. Je n’ai pas de très bons souvenirs d’elle. Elle me reprenait beaucoup et

Premier film culte ?

était plutôt ironique quand j’ai commencé à écrire des chansons. Bien sûr, je me

The Sound Of Music (La Mélodie Du Bon-

souviens de tout cela d’après mes yeux

heur) même si je ne suis pas sûre qu’il

d’enfant mais je suis sûre que ce n’était

soit considéré comme un classique.

pas aussi dur que dans mon souvenir.

Ce film a défini mon enfance, tant et si bien que pour les 50 ans de ma mère il y a quelques années, nous avons volé

76


Premier prof adoré ?

Premier péché ?

Mademoiselle Sheeran ! Je me souviens

Je ne laissais jamais ma mère dormir

de son parfum et de son rouge à lèvre

quand j’étais bébé. Désolé, Maman !

mat parfaitement appliqué. Elle souriait tout le temps, était aimable, prenait toujours le temps d’encourager ses élèves et nous aidait à développer nos intérêts. Elle a aussi dirigé la chorale de l’école et je crois qu’elle a été la première personne à dire à ma mère que je pouvais chanter.

Premier job ? Livreuse de journaux. C’était trop dur ! Je me levais à 4h30 six matins par semaine avant l’école et le Samedi et je prenais mon vélo dans le froid glacial pour livrer

Premier choc dans la vie ?

des journaux. J’étais payée environ 2 dollars par jour.

Découvrir que je ne pourrai pas me sortir de tout. J’étais une solide négociatrice durant mon enfance.

Premier vote ? Je l’ai fait mais je ne pourrai pas dire où,

Premier voyage ?

quand ni pour qui j’ai voté. Je l’ai juste fait.

Probablement les Fidji d’où mon père est originaire. J’étais en bas âge alors je ne m’en souviens pas très bien.

Premier sentiment de fierté ? Il est probablement trop tôt pour s’en rappeler.

78


LA FILLE QUI REND BLIND Après

avoir fait ses preuves en tant qu’actrice à la télévision, au théâtre et au cinéma, Lilou Fogli signe son premier scénario dont elle a confié la réalisation à son compagnon Clovis Cornillac qui passe pour la première fois derrière la caméra pour cette comédie romantique intitulée Un peu, beaucoup, aveuglément en salles le 6 mai

2015.

photo : françois berthier

Lilou Fogli


RETROUVEZ THEBLINDMAGAZINE EN MAI

CONTACT & PUB : theblindmagazine@gmail.com

#20blindmagazinev2  

coeur de pirate, courtney barnett, fiona walden, fyfe, ipo phar, oscar & the wold, muriel combeau, lilou fogli, charlotte des georges

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you