Issuu on Google+

INTERVIEWS EXCLUSIVES

LOLA BESSIS RUBEN AMAR KLAXONS BRADY CORBET CHARLIE PANOS H.KOUTRAS

JUIN 2014 #14 ISSUE

XAVIER DOLAN La palme du coeur

SPECIAL 67e FESTIVAL DE CANNES


CONTRIBUTEURS

FONDATEUR, DIRECTEUR DE LA REDACTION, REDACTEUR EN CHEF CINEMA & DIRECTEUR DE LA CREATION FR A NCOIS BERTHIER REDACTEUR EN CHEF, REDACTEUR EN CHEF MUSIQUE DINE DELCROIX RÉDACTRICE EN CHEF BEAUTE & NEWS AUR IA NE BESSON

JOUR NALISTES Auriane Besson, François Berthier, Dine Delcroix PHOTOGR APHES François Berthier, Yann Gendreau, Vincent Binant PRODUCTION Dine Delcroix CONTACT R EDACTION/PUB theblindmagazine@gmail.com

The BlindMagazine est édité par la société Ten Feet Under / Tous les textes et photos sont soumis par leurs auteurs qui acceptent leur publication, et n’engagent que leur responsabilité.


EDITO #14

Comme promis on vous a concocté un spécial Cannes, pour bien commencer l’été ! Retrouvez notre portrait de Xavier Dolan, qui a bouleversé la Croisette avec son film Mommy. On a enquêté sur ce jeune cinéaste bourré de talent, qui n’a pas fini de faire parler de lui ! Découvrez notre portfolio du Festival avec une sélection de nos plus beaux portraits faits pendant cette quinzaine. Et bien sûr d’autres surprises avec des interviews ciné/musique d’artistes au coeur de l’actu comme Lola Bessis, Klaxons, Brady Corbet... On se retrouve cet été pour un quinzième numéro spécial rentrée ! D’ici là suivez nous sur les réseaux sociaux !

L’équipe TheBlindMagazine

facebook.com/Theblindmagazine @Blind_Magazine


16

6 Blind Beauty 12 Edito BeautÊ 14 L’instant Live Kylie Minogue

4

26

16 Lola Bessis & Rubern Amar 22 Klaxons 26 En couverture Xavier Dolan


SOMMAIRE

Juin 2014

36

74

36 Portfolio Spécial Cannes 64 XENIA Rencontre avec l’équipe du film 66 Blind Truth Brady Corbet

74 Blind Test Charlie 78 Edito MODE 90 La fille qui rend Blind Jin Cha

5


BLIND BEAUTY Couture Palette YVES SAINT LAURENT Cette saison, YSL nous propose onze Couture palettes, soit onze harmonies de 5 couleurs dans un écrin signature toujours très chic. Un jeu de textures entre mat et nacré, satiné et métallique, qui révèlent un regard aux mille facettes. Un maquillage ultra sensoriel et haute tenue, où les combinaisons sont multiples. On aime particulièrement la palette n°10 Lumières majorelle : des teintes bleues et vertes pour un look urbain et estival. 55,90€ En exclusivité chez Marionnaud jusqu’au 30 juin puis dans toutes les parfumeries agréées.

Vernis à ongles Parfumerie REVLON Innovation dans le maquillage des ongles, la collection Parfumerie de Revlon bouscule les codes du vernis en s’inspirant de l’univers de la parfumerie. Chaque teinte bénéficie d’un parfum : floral, fruité, sucré voire épicé, une fragrance subtile qui dure toute la journée, même après la pose d’un top coat. Du corail pop au fuchsia flashy en passant par le bleu aqua ou le bordeaux intense, ce sont douze nuances qui sont proposées et qui bénéficient de la qualité pro de Revlon soit une brillance intense et une tenue longue durée. Et pour parfaire le tout, ces vernis s’habillent d’écrins de verre, telles de vraies miniatures de flacons de parfums à collectionner. 10,90€

6


POUDRE PREMIÈRE GIVENCHY Rares sont les poudres libres qui remportent une totale adhésion ! Nicolas Degennes, directeur artistique maquillage de la maison Givenchy a sans doute réussi son pari en créant un voile universel, extra-fin et confortable pour le teint avec la Poudre Première. Une poudre libre qui se pose en totale transparence sur une peau nue ou apprêtée. Et qui garantit dans tous les cas un teint unifié, matifié, naturellement lumineux. Un teint nude et velouté pour celles qui ne veulent ni briller ni paraître trop maquillées. Le boîtier glam et chic, fidèle aux codes Givenchy, renferme une houppette blanche en micro- fibres idéale pour déposer ce voile zéro matière… Le nouveau must have de la marque ! 47€ Disponibles sur l’e-shop de Givenchy et chez Sephora.

MATTE MULTIPLE NARS François Nars remet au goût du jour l’un de ses produits les plus innovants et emblématiques : le Multiple  ! Ce stick XXL multifonctions sort désormais en version mate, pour toutes celles qui n’aiment pas les teintes glowy… Déclinée en sept teintes, du rose gingembre au bronze doré, la collection Matte Multiple repose sur une formule crémeuse et légère qui habille les lèvres et les pommettes de couleurs hydratantes, durables et parfaitement couvrantes. En version blush on vous conseille de l’appliquer avec les doigts puis à paufiner au pinceau pour une couvrance plus naturelle. 41€ Disponible chez Sephora et sur www.narscosmetics.fr

7


Parfum Divin CAUDALIE Caudalie s’invite dans le monde de la parfumerie avec le lancement de sa première fragrance, Parfum Divin, la déclinaison en parfum de l’Huile Divine, un des grands succès de la marque. Créé par le nez Jacques Cavallier, (le créateur d’Opium, d’Yves Saint Laurent), Parfum Divin est constituée de rose du Maroc, de pamplemousse, de poivre rose épicé, de vanille, de cèdre de Virginie et de muscs. Une composition raffinée et sophistiquée aux essences délicates et naturelles. On craque aussi pour son flacon épuré teinté d’or avec un bouchon en bois de frêne. Une vraie réussite ! 50ml, 42,60 €

Gel douche parfumé Annick Goutal La collection Bain et Beauté d’Annick Goutal propose des produits pour le corps hautement désirables ! Crèmes pour le corps, savons, gels douche parfumés… Coup de cœur pour le gel douche Fleurs Blanches : des notes fraîches (magnolia, jasmin, chèvrefeuille…), une texture hydratante, un vrai délice pour se chouchouter avant l’été ! 200ml, 30€

8


PHYTO-PÂTE MOUSSANTE SISLEY

T S MU VE HA Devenu quasi-culte, ce nettoyant compact est hyper addictif  ! Une formule végétale sans savon, à base de beurre de karité apaisant, et d’huiles essentielles qui nettoie toutes les peaux (celles des hommes également  !) même très sensibles. Plus doux qu’un gommage, cette pâte compacte fournit une mousse riche et onctueuse et laisse la peau souple, fraîche et nettoyée, sans être agressée... Elle s’utilise matin et soir en complément du démaquillant ou bien seule, à l’aide de la petite éponge végétale fournit avec. Idéal pour se débarrasser des impuretés estivales (filtres UV) et de celles de la vie urbaine ! Le gros plus de cette version : son packaging nomade, pour nous suivre partout en vacances ! 85g, 73,50€

9


Protection pour citadin On n’est pas encore à la plage mais le soleil frappe déjà et en ville on capte tout autant les rayons UV ! (Si, si) En jardin ou en terrasse, la protection est de mise : On s’arme de fluides protecteurs pour profiter pleinement des beaux jours avant les vacances! Notre sélection des meilleurs soins…

Sun BB Cream SPF 50 LANCÔME La première BB crème solaire du marché ! Ce produit hybride est une crème solaire très performante combinée à une action «perfecteur de teint». Couvrante, elle camoufle bien les imperfections, en cela elle se rapproche plus de la BB crème que de la crème teintée. Enfin, gros point positif sur l’odeur, on se croit déjà à la plage ! 33€ 10

Dream Screen SPF 45 BENEFIT Une crème de protection solaire ultra légère et vraiment invisible sur la peau. Elle protège contre les effets néfastes du soleil et la réhydrate intensément. Une très bonne base de teint également, car elle matifie la peau sous le maquillage, même aux heures les plus chaudes de la journée. 34€

En exclusivité chez Sephora

Fluide P S CREME

A base d’a de cristaux du fameux M fluide prot l’apparition tations et le de vieillisse ultra luxe q venir indisp peaux blanc 80€


rotection solaire citadin(e)

Protection UV SPF 50 E DE LA MER

Even Better Dark Spot Defense SPF 45 CLINIQUE

Brightening UV Defense SPF 30 SKINCEUTICALS

algues marines, photoniques et Miracle Broth, ce tection prévient n de dépigmenes signes visibles ement. Le soin qui peut vite depensable pour les ches et sensibles !

Un écran-ville léger et invisible, 100% minéral. Imperceptible grâce à sa technologie brevetée : Invisible Screen, ce fluide n’irrite pas et peut être appliqué même autour de l’œil. Bref, une base protectrice parfaite.

Un soin à large spectre, qui unifie le teint et redonne de l’éclat. Anti-tâches, il protège la peau d’une surproduction de mélanine induite par les UV grâce à son cocktail de menthe poivrée et de vitamine E. 30€

33€

11


BEAUTé

Photos : FRANCOIS BERTHIER


TAMARA


L’INSTANT LIVE La marque Magnum a profité du Festival de Cannes pour enivrer la Croisette avec ses glaces irrésistibles servies de la plus originale des manière sur la Plage Magnum, un lieu de détente où la gourmandise estt le plus beau des défauts. Pour fêter ses 25 années d’existence, la structure a organisé une prestigieuse soirée d’anniversaire le 21 mai dernier et a proposé un showcase privé de Kylie Minogue pour l’occasion. Une performance mémorable de la belle australienne qui a fait danser toute la plage sur ses plus grands tubes avant de chanter un «joyeux anniversaire» à la célèbre franchise. Un moment fondant !

PAR DINE DELCROIX / Photo : DR


KYLIE Will.I.AM MINOGUE


LOLA BESSIS & RUBEN AMAR PAR DINE DELCROIX / Photos : FRANçois berthier

Swim Little Fish Swim est un premier long métrage réussi sur la quête identitaire d’artistes en proie à la beauté du doute dans une ville cosmopolite où les rêves dépendent souvent des rencontres. En salles depuis le 4 juin 2014, cette parenthèse enchantée, musicale et poétique a été écrite et réalisée en duo par Lola Bessis et Ruben Amar qui ont eu l’envie de capturer en images leur passage à New York. L’occasion pour la jeune fille de jouer son premier rôle au cinéma en incarnant le personnage féminin principal du film sous le regard bienveillant de son binôme. Entretien exclusif avec ce tandem branché.

Comment est né en vous le goût pour la réalisation ?

çon de regarder les films ? Ruben : Oui, depuis les premiers courts

Ruben : Cela vient de l’enfance. J’avais

métrages. J’ai une manière systématique

envie de raconter des histoires et l’écri-

de trop analyser le scénario.

ture ne me suffisait pas. Je suis le premier spectateur de mes films. C’est un travail psychanalytique.

Lola : On se laisser moins aller, on s’arrête souvent sur le scénario ou le jeu des comédiens.

Lola : Pour la réalisation comme pour le jeu, l’idée, c’était de pouvoir baigner dans des univers parallèles et de s’inventer un monde. J’ai joué par hasard dans un court métrage quand j’avais 12 ans. Je n’avais pas conscience de la manière

Quelles ont été les principales difficultés rencontrées dans le processus lié à la création de Swim Little Fish Swim ?

dont peut se faire un film mais j’ai pu

Lola : On avait des problématiques de

voir l’équipe travailler et j’ai trouvé ces

budget, de temps...

métiers intéressants. Ruben : On devait quitter New York.

Depuis que vous avez écrit et réalisé votre premier long métrage, avez-vous une nouvelle fa-

Comment avez-vous réussi à travailler dans la hâte ?

16


DECOUVERTE

17


Lola : On savait qu’on allait avoir 4 ou 5

par l’Italie donc on a un prochain projet

mois pour tout faire.

qui devrait s’y passer, normalement.

Ruben : On a eu une première trame au bout de 3 ou 4 semaines et on avait déjà un casting en tête composé de gens repérés dans quelques films indépendants. On s’est alors lancé dans des ateliers filmés.

Sur ce film, vous avez tout fait à deux. N’estce pas un peu délicat de passer autant de temps ensemble ? Ruben : Si. Maintenant, on essaye de se voir un petit peu moins (rires).

La ville de New York occupe une grande place

Lola : Oui, on ne se voit plus (rires).

dans votre film. Aimez-vous aussi Paris ? Lola : On commence à apprendre à aimer Paris depuis qu’on est rentré de l’étranger mais l’émerveillement n’aurait

Songez-vous à collaborer une nouvelle fois ensemble ?

pas été le même à Paris. On a des projets

Ruben : Oui mais pas forcément de la

qui se passent à Paris. On trouvait que

même manière.

Swim Little Fish Swim sonnait mieux dans une langue étrangère. L’envie de faire ce

Lola : Pour nos futurs projets, il y a tou-

film est vraiment née du désir de filmer

jours un de nous deux qui est à l’initia-

New York mais, quand on regarde bien,

tive du projet contrairement à Swim Little

on ne voit pas beaucoup New York dans

Fish Swim qui s’est construit dans sa fa-

le film. On a voulu éviter les clichés sur

brication.

la ville alors on a filmé l’esprit de New York et son côté cosmopolite. Ruben : Je n’avais jamais tourné à Paris. Tous les américains qui ont vu le film nous disent qu’ils ont eu la possibilité de revoir New York sous un nouvel aspect. Je construis souvent mes films en fonction du lieu.

Êtes-vous inspirés par d’autres villes ? Lola : On a tous les deux été très inspirés 18

Ruben, tu te plais dans l’écriture et la réalisation. Aimerais-tu jouer la comédie ? Ruben : Je suis incapable de jouer car j’ai trop d’inhibitions. Je prends plus de plaisir à voir des gens fabriquer ce que j’ai en tête.

Lola, tu joues ton premier rôle dans ce film et il s’agit du rôle principal. Pourrais-tu accepter des seconds rôles à l’avenir ?


19


Lola : Oui, tout m’intéresse du mo-

films.

ment que le scénario est bien. Nous, par exemple, on adore nos personnages secondaires dans le film. Il n’y a pas de petits rôles.

Dans votre film, certains personnages sont à la fois artistes et naïfs. S’agit-il de deux aspects indissociables selon vous ?

Comment avez-vous eu l’idée de baptiser le film Swim Little Fish Swim ? Lola : Initialement, le film s’appelait The Hollow Tree d’après les paroles d’une berceuse qui est chantée au début.

Ruben : L’artiste est rêveur avec une volonté de rester ancré dans le monde de l’enfance. Lola : L’artiste est un peu puéril, d’une certaine manière.

Quand on a pensé à la traduction française qui donnait «L’Arbre Creux», on a trouvé cela moyen alors on a cherché

Et vous, dans quoi vous enfermez-vous pour

un titre en français et on est tombé sur

rester dans l’enfance ?

«Nage Poisson, Nage». On trouvait que cela fonctionnait pour tous les person-

Lola : On s’enferme un peu dans le ci-

nages de l’histoire qui sont comme des

néma pour rester des enfants. Dans le

petits poissons dans des bocaux. Fnale-

film, on a voulu que tous les personnages

ment, on a gardé l’esprit américain du

aient un côté un peu enfantin.

film en mettant le titre en anglais. Dans la vie, avez-vous eu des phases de doute Avez-vous déjà eu des poissons ?

comme les personnages de votre film ?

Lola : Oui. J’ai eu des poissons quand

Ruben : Oui, avant de savoir que je vou-

j’était petite. Ils provenaient de fêtes fo-

lais faire du cinéma.

raines. Une fois, j’étais partie deux jours en week-end et j’avais laissé deux poissons qui ne s’aiment pas trop dans le même bocal. L’un a mangé l’autre et le deuxième a sauté du bocal. Je l’ai retrouvé parterre sur le tapis. Il a fini dans les toilettes (rires). Ruben : Moi, je n’ai pas eu d’animaux mais j’en ai beaucoup dans tous mes 20

Lola : J’avais aussi un doute au sujet de ce métier. On se demande si c’est un vrai métier. Il y a eu aussi une grosse interrogation avant de savoir quel cinéma choisir.


RENCONTRE

Quatre

ans après le timide Surfing The Void, les Klaxons sont de retour avec un nouvel album disponible dès le 16 juin 2014. Intitulé Love Frequency, ce troisième opus marque un retour à des sonorités plus accessible pour le groupe anglais qui a souhaité apporter une touche electro à ses nouvelles compositions produites par James Murphy et les Chemical Brothers. La bande sera sur la scène parisienne de la Gaité Lyrique le 10 novembre prochain.


KLAXons par Dine Delcroix / Photos : YANN GENDREAU


Votre nouvel album s’intitule

Qu’est-ce qui vous a pris le

relation et qui a été écrite

Love Frequency. Pourquoi

plus de temps pour sortir cet

en référence à une chose

ce titre ?

album ?

qui se fait beaucoup au

Jamie : C’était le titre qui

Jamie : Il a fallu 18 mois

est resté. Il y a eu plu-

pour faire le disque parce

sieurs idées avec l’envie

que nous avons dû nous

de résumer l’album. Avec

plier

ce titre, l’album avait plus

temps des différents pro-

de sens et plus de force. Il

ducteurs des titres. Nous

y a pas mal de chansons

avions aussi besoin d’ap-

d’amour sur ce disque.

prendre à faire de la mu-

L’association de ces deux

sique électronique à partir

mots ensemble donne une

d’ordinateurs.

aux

emplois

du

certaine symétrie.

gnent les lumières dans les rues pour économiser de l’énergie. Après minuit, tu rentres chez toi dans le noir. La chanson a toutefois a été écrite en plein jour.

En

référence

à

The

Dreamers, un des titres Ce nouvel album est musi-

Comment avez-vous eu l’idée

calement plus accessible que

d’une pochette aussi épurée

le précédent. Est-ce pour lui

pour ce disque ?

garantir un meilleur succès ?

Jamie : C’est une créa-

Jamie : C’est plutôt un re-

tion de l’artiste britan-

tour aux sources et à notre

nique

premier album qui était

Trevor

Royaume-Uni : ils étei-

Jackson.

Nous lui avons donné carte blanche. Il a écouté notre musique et il a réalisé cette pochette à la fois fraîche et vide.

présents sur l’album, vous considérez-vous comme des rêveurs ? Jamie : Oui, dans certaines situations, on essaye de donner vie à nos idées.

plus dansant. James : Nous avons pour-

Si votre nouvel album avait

tant aimé faire le deuxième

été un film, lequel serait-ce ?

album. Il a un côté moins accessible, certes.

Jamie : Top Gun pour le coté iconique, la force et la plage.

Quand avez-vous commencé à travailler sur ces nouveaux

La chanson Out Of The

morceaux ?

Dark qui figure sur l’album

James : 2012.

jet de ce retour aux sources ?

est-elle une métaphore au su-

James : C’est une chanson d’amour qui parle d’une 25


EN COUVERTURE


XAVIER DOLAN

Par AURIane Besson / photos : françois berthier

Avec Mommy, son cinquième long métrage, le réalisateur québécois Xavier Dolan a mis Cannes à terre. Des critiques unanimes, une ovation (13 minutes d’applaudissements  !) lors de la représentation du film au Grand Théâtre Lumière, un buzz énorme sur Twitter, le plus jeune cinéaste de la sélection a littéralement conquis les critiques et le public durant cette quinzaine. On le voyait Palme d’or, il repart avec le Prix du Jury, (Winding Refn aurait mit son veto, dit-on). Mais Dolan peut être satisfait et confiant pour l’avenir, la Palme du cœur c’est bien lui.


A 25 ans, Xavier Dolan est un réalisateur

mère. Suivront Les Amours Imaginaires,

prolifique et précoce. Le Québécois

le pictural Laurence Anyways et le thril-

tient un rythme d’enfer avec un film par

ler Tom à la ferme, sorti il y a quelques

an. Mais le talent n’attend pas le nombre

semaines.

des années ! Après avoir ausculté dans son premier Xavier Dolan aurait pu marquer l’his-

film une relation conflictuelle fils/mère

toire du Festival de Cannes en étant le

à travers le prisme de l’adolescence,

plus jeune cinéaste à remporter la Palme

Xavier Dolan offre à la figure maternelle

d’or (pour une fiction). De quoi repen-

une superbe absolution dans Mommy.

ser à l’itinéraire incroyable de ce jeune

«J’ai tué ma mère était mon film le plus

prodige à qui tout souri ou presque.

personnel, c’est ma vie, mon histoire;

Fils d’un comédien-chanteur, Manuel

Mommy, non. J’ai tué ma mère, c’est une

Tadros, Xavier Dolan a commencé dès

crise d’adolescence. Ici on parle de gens

l’âge de 4 ans à poser devant une camé-

qui s’aiment profondément mais dont

ra, pour des publicités. Après quelques

l’amour est mis à l’épreuve par la vie

expériences en tant qu’acteur, l’autodi-

elle-même, par la maladie et par le sys-

dacte se lance dans la réalisation et sort

tème qui les ostracise».

son premier long, l’émouvant J’ai tué ma

28


30

«Je serai toujours un cinéaste de femmes.»


Le cinéma, c’est sa passion depuis tou-

rio, la réalisation, les costumes, le mon-

L’influence de la figure maternelle 

tage. « Ce n’est pas un devoir, c’est une

Il a grandit auprès de sa mère, dans

nécessité. Les plateaux procurent une

une famille monoparentale, une rela-

adrénaline inouïe, comme une drogue

tion conflictuelle mais aimante, qui l’a

dure. J’en ai besoin. Ce n’est pas la rapi-

façonné. « Je me retrouve à vouloir dé-

dité qui importe mais le désir d’une his-

fendre cette figure de la femme seule en

toire qui tout à coup, s’impose. Et puis

société ».

j’ai beau être jeune, je me suis toujours

A l’image de Anne Dorval et Suzanne

demandé combien de temps il me reste

Clément, ses actrices-muses, qui for-

pour créer… »

ment un duo formidable dans le film,

jours. Il y trouve sa raison de vivre et son énergie, menant de front le scéna-

tout en démesure et en alchimie. « Je veux parler de personnages de

Les critiques 

femmes fortes, intelligentes, pas des

Encensé par la presse et le public cette

sexualisées, ou des victimes. »

femmes qui sont des objets, qui sont

année, il a toutefois longtemps été sous le feu des critiques. Suscitant l’agacement autant que l’admiration, par son talent hors norme, son univers singu-

Ses references

lier, et son insolence, il a désormais mit

«  Oui, j’ai des héros  ». Ses références

tout le monde d’accord.

sont pour le moins éclectiques ! Des ré-

C’est justement ce qu’on aime chez Do-

alisateurs comme Ken Loach, dont il ad-

lan, et dans son cinéma : ses aspérités,

mire « le respect avec lequel il traite ses

son irrévérence, qui produit des instants

personnages  ». Il affirme d’ailleurs que

de pur cinéma.

c’est Sweet Sixteen, du cinéaste britan-

Mommy en est l’ultime témoignage : une

nique qui a inspiré Mommy, bien plus

explosion de sentiments exacerbés. Im-

que J’ai tué ma Mère. Autre maître : Gus

possible d’en réchapper.

Van Sant. «  Ses films sont libres dans

Jessica Chastain herself a tweeté son ad-

la forme, il y a des digressions qui ap-

miration pour son confrère...

portent de l’émotion. »

 

Aux Inrocks en 2012, Xavier Dolan racontait avoir puisé une partie de son inspiration pour Lawrence Anyways, son troisième long-métrage, dans Titanic,

un

«  film-fleuve, 31


ample, romanesque  ». «  Je connais par

un peu, après cinq ans de frénésie. Pas

cœur chaque seconde, chaque bruitage,

pour très longtemps sans doute, car on

chaque effet de découpage. Tout, dans

imagine très bien le film sélectionné aux

ce film, m’a donné envie de faire du ci-

prochains Oscars, suite aux critiques

néma. »

dithyrambiques outre-Atlantique, notamment chez Vanity Fair : « Mommy is the best thing I’ve seen at this festival,

En attendant la sortie en France de Mom-

and maybe all year. »

my, prévue le 8 octobre, Dolan continue la promotion et compte bientôt reprendre ses études, histoire de souffler

o

Film

J’ai tué ma mère (2009)

Les amours imaginaires (2010)

Tom à la ferme (2013)

32

Laurence Anyways (2012)

Mommy (2014)


33


TOP l ca Musi

Parce que la musique tient une place à part voire majeure dans sa filmo, on a établit un petit classement des chansons qui nous ont marqué…Lyrique mais mesurée, sa bande originale s’articule autour de chansons populaires qui marchent toujours extrêmement bien, de titres pop et électro très pointus, à la musique classique. Un dosage hyper équilibré, une justesse géniale même dans des références qui flirtent parfois 1.

MODERAT « A New Error »

2.

VISAGE « Fade to Grey »

3. COUNTING CROWS « Colorblind »

34

4.

DALIDA « Bang Bang »

5.

BEETHOVEN - Symphony No. 5 in C Minor (1)

6.

VIVE LA FÊTE « Noir désir »

avec le mauvais goût mais qui marchent toujours très bien, parce qu’on se laisse prendre complètement. Des chansons qui peuvent devenir le moteur d’une scène et de l’action. Mais aussi suspendre les rapports de force, le temps d’une parenthèse...


«LA musique est l’âme de mes films »


viggo mortensen


PORTFOLIO CANNES Depuis

sa création, le Festival de Cannes rassasie les cinéphiles par une sélection officielle de films venus du monde entier. D’un section à l’autre, la course est rude : il y a les premiers essais, les habitués, les immanquables et les primés. Cette année, c’est la réalisatrice et scénariste néo-zélandaise Jane Campion qui a eu la lourde mission de présider le jury de la compétition. Nous vous proposons de revenir sur le palmarès de cette 67e édition du célèbre festival et de découvrir nos portraits inédits de celles et ceux qui ont fait vibrer la Croisette durant la fameuse quinzaine à travers ce portfolio exclusif.

Par DINE DELCROIX / photos : françois berthier

37


Walter Salles


MICHEL HAZANAVICIUS


christian gregori

40


DOMINIC WEST


J.K. SIMMONS


Comment t’es venu le goût pour l’humour et la scène ? Je veux faire rire depuis que je suis gamin. J’imitais mes professeurs à l’école. J’ai eu mon premier choc artistique en voyant Albert Dupontel à la télévision faire son sketch Rambo. Je le refaisais pendant les repas de famille. Il y a aussi Gad Elmaleh dans La Vie Normale qui m’a beaucoup inspiré et confirmé dans mon choix. J’ai également eu la chance d’avoir un professeur de français formidable qui m’a fait pendre des cours de théâtre. J’adore faire rire les gens !

Quel est ton humoriste féminine préférée ? Florence Foresti. J’étais allé la voir au Splendide pour son premier spectacle et j’ai pleuré de rires. C’est elle qui m’a fait rencontrer mon producteur actuel.

Lorsque tu tiens un bon sketch, comment le sais-tu ? Tu n’es jamais sûr à 100%. Le public prend ce qu’il a envie de prendre.

Que fais-tu d’une blague qui ne fonctionne pas sur scène ? SCOTT SPEEDMAN

44

Je l’enlève. Avant, je mettais du temps à


Kevin DURAND


Michelle YEOH

Suzanne ClĂŠment


AZU

47


ISAAC DE BANKOLE


Victor HADIDA


Bérénice Béjo


Calleb Landry Jones


Tamsin Egerton


Callum Turner


John Boorman


JEssica de Gouw


antoine olivier pilonj


Rosario Dawson


Xavier dolan


GILLES JACOB


LE PALMARES Palme d'or : WINTER SLEEP de Nuri Bilge CEYLAN

Grand Prix : LES MERVEILLES de Alice ROHRWACHER Prix du Jury : MOMMY de Xavier DOLAN ex aequo avec ADIEU AU LANGAGE de Jean-Luc GODARD Prix de la mise en scène : Bennett MILLER pour FOXCATCHER Prix du scénario : Andrey ZVYAGINTSEV, Oleg NEGIN pour LEVIATHAN Prix d'interprétation féminine : Julianne MOORE dans MAPS TO THE STARS de David CRONENBERG Prix d'interprétation masculine : Timothy SPALL dans MR. TURNER de Mike LEIGH 63


XENIA

Rencontre avec l’equipe du film


Touchant et drôle à la fois, Xenia est une ode à la jeunesse qui séduit par sa fraîcheur décalée et son scénario fouillé à découvrir en salles dès le 18 juin 2014. De passage à Cannes, le réalisateur et les deux acteurs principaux de l’un des plus beaux longs métrages de la sélection cannoise ont accepté de répondre aux questions de TheBlindMagazine. Par Dine Delcroix / Photos : François Berthier

Présenté en sélection officielle dans la catégorie Un Certain Regard au dernier Festival de Cannes, Xenia raconte l’histoire de deux frères nés d’un père grec inconnu et d’une mère albanaise. À la mort de celle-ci, Dany (Kostas Nikouli) et Odysseas (Nikos Gelia), respectivement âgés de 16 et 18 ans entament un périple à travers Athènes pour retrouver leur père dans le but d’obtenir la nationalité grecque qui leur permettrait de ne plus subir le racisme dans leur propre pays. Il faut en effet un certain regard pour admirer ce road movie signé Panos H. Koútras à qui l’ont doit notamment Strélla (2009) ou encore La Vie Véritable (2004).

Panos H Koutras, Votre nouveau long métrage traite en grande partie de l’adolescence. Le fait de faire ce film vous a-t-il aidé

film ? Il n’y a pas beaucoup de choses autobio-

à grandir ?

graphiques. J’étais un adolescent rebelle

J’aime cette question ! Dans tous mes

époque difficile et j’étais toujours mili-

films, j’essaye de mettre plein de choses,

tant gay avant de militer pour les droits

des obsessions personnelles ou cinéma-

humains. Pour ces raisons, je me retrouve

tographiques. Dans «Xenia», je souhai-

un peu dans le personnage de Danny.

tais rendre hommage à mes souvenirs

Comme lui, j’étais hyperactif et j’ai aus-

et parler de ma jeunesse. Avec l’âge, on

si vécu le plupart de ma vie à l’étranger

a peur d’oublier notre jeunesse alors je

alors j’étais également un étranger. Je

voulais faire mon teenage movie avant

peux me voir aussi dans le personnage

qu’il ne soit trop tard. Maintenant que

de la vieille folle (rires).

le film est fini et après avoir revisité un peu la jeunesse, j’ai compris qu’il m’avait donné le courage de passer à la deuxième moitié de ma vie et de m’assumer comme un homme mûr.

qui assumait son homosexualité à une

L’histoire évoque également le fait de se sentir étranger dans un pays. Peut-on dire que Xenia est un film politique ? Il faut savoir que les deux acteurs principaux sont réellement des enfants d’albanais. C’était important pour moi d’avoir

Quelle est la part autobiographique dans ce

deux acteurs albanais pour ces rôles. Le 65


film n’est pas un film politique mais le

ma, j’ai fait ma thèse sur les mélodrames

choix de le faire est un acte politique.

américains et notamment sur Douglas Sirk. Je sais qu’Almodóvar  adore Douglas Sirk et Fassbinder. La culture gay

Quel sens donnez-vous au lapin de Danny ? C’est son ami imaginaire. Les enfants

est vaste, elle a ses propres codes et références et je dirais que nous parlons le même langage.

ont des amis imaginaires, des peluches, des poupées... Pour Danny, ce lapin représente son envie de prolonger son enfance. Il y a un peu de folie chez lui. Avec ce lapin et les sucettes, il se construit une réalité pour prolonger son enfance. Pour cet ami imaginaire, avez-vous été inspiré par le grand lapin qu’on voit dans le film Donnie Darko de Richard Kelly ? J’ai pensé à «Donnie Darko» mais je voulais un lapin avant tout. Après, il apparaît

La bande originale occupe une place importante dans Xenia. Quel est votre rapport à la musique ? C’est la première chose que je fais le matin au réveil et la dernière aussi avant de me coucher. En ce moment, j’écoute beaucoup de musique des années 70 mais j’écoute de tout. J’étais un punk et je peux aller vers la soul ou le R&B.

grand car le film aborde la question de grandir. Il y a toute une parabole autour de la taille, notamment dans la scène où

Comment avez-vous convaincu la grande

Danny est dans son sac avec des objets

chanteuse italienne Patty Pravo d’appa-

géants. C’était une évidence d’avoir un

raître dans votre film ?

lapin géant.

Votre cinéma fait parfois penser à celui de Pedro Almodóvar ou de François Ozon. Ces deux réalisateurs ont-il influencé votre travail ? Je connais très peu le travail de François Ozon. Almodóvar est quelqu’un que j’aime beaucoup mais je ne peux pas parler d’influence. Toutefois, nous partageons tous les trois les mêmes références parce que nous appartenons à la culture gay. Durant mes études en école de ciné66


En lisant le scénario, Patty Pravo a su

le rapport à la famille pour nos person-

que ce film lui rendait hommage...

nages qui est important pour nous. Nous

Quelle a été votre réaction lorsque vous avez

sommes également des fonceurs.

lu le scénario de Xenia ? Nikos : "Wow !" (rires). C'était un bon

Ce premier film vous mène directement à

scénario. En le lisant, on imagine beau-

Cannes. Quel effet cela vous fait-il ?

coup de choses.

N i k o s

Panos avait mis beaucoup

:

de

génial

détails dans le script.

C'est

!

Nous

C'est

étions curieux.

comme

Kostas : J'étais

plosion.

très

Première

excité

j'avais

une

et

fois

envie

ex-

en

de voir ce que

France

Panos allait en

et direc-

faire.

tement à Cannes !

Avez-vous

Kostas :

des

Première

points communs

fois

avec vos person-

g r a n d

nages dans le film

écran,

?

c'est incroyable

Kostas : Nous

!

avons le même problème

sur

avec

notre nationalité car nous sommes des

68

immigrés d'Albanie qui vivent à Athènes.

Qu'est-ce qui a changé pour vous depuis que

Je suis né à Athènes. 

le film a été dévoilé ?

Nikos : Je suis arrivé en Grèce à l'âge

Kostas : Pas grand chose si ce n'est que

de 6 ans et nous ressentons beaucoup le

notre amour pour le film est encore plus

problème de racisme, là-bas. Le racisme

grand. Nous espérons que les spectateurs

fait partie de notre quotidien. Il y aussi

aimeront ce film, y compris en Grèce car


il montre le racisme à travers les yeux de

Dans la vie, quels sont vos rapports avec

deux enfants qui ne possèdent rien.

votre famille ? Nikos : Ils sont bons. Je vis avec ma fa-

Vos personnages sont frères. L'admiration du cadet pour l'aîné est un peu troublante pour le spectateur. Quelle est réellement la nature des sentiments partagés par les deux garçons ? Kostas : Il l'aime vraiment comme un frère. Il le prend en photo car il n'avait pas la chance de vivre à ses côtés pendant un certain temps. Nikos : Oui, mon personnage est parti

mille en Grèce. Mon père est actuellement sans emploi à cause de la crise et ma maman travaille énormément alors je les aide en travaillant au théâtre et dans un bar. Kostas : Mes parents ont quitté l'Albanie pour aller à Athènes puis ils sont retournés en Albanie il y a 2 ans. Je vois ma famille environ 2 fois par mois. Je n'ai pas envie de retourner en Albanie...

loin et il manque à son petit frère. Ces deux gamins ont grandi trop vite... Quels sont vos projets ?  Était-ce difficile pour vous de jouer des scènes de nudité ? Kostas : Tout est dans la tête. Au début, nous avions un peu le trac mais il faut savoir s'accepter. Nikos : J'ai fait une école d'art drama-

Nikos : Je serai au théâtre en Grèce dans une pièce qui se jouera en Juin. Je vais jouer aux côté de Romanna Lobach qui tient le rôle de Maria, ma petite amie dans Xenia. Kostas : Je travaille actuellement sur un second rôle dans un long métrage.

tique où j'ai appris que le corps est un instrument alors ce n'est pas si difficile quand tu connais ton corps et que tu en as vu d'autres.

69


blind truth

BRADY CORBET

On se souvient de son interprétation nerveuse dans Funny Games en 2008 entre autres films toujours bien choisis et on ne se délecte de le voir poursuivre son bout de chemin dans le septième art au profit duquel il s’apprête à passer derrière la caméra. Bientôt papa d’une petite fille, Brady Corbet avait au moins deux bonnes raisons d’être à Cannes le mois dernier puisqu’il apparaissait en compétition dans Saint Laurent de Bertrand Bonello et dans Sils Maria d’Olivier Assayas. Nous avons rencontré l’acteur américain sur la Croisette pour un BLIND TRUTH sans artifices...

Par Dine Delcroix / Photos : FRANCOIS berthier

Lorsque tu te regardes dans la glace le ma-

Ma petite amie qui porte actuellement

tin, que te dis-tu ?

notre enfant. Pour l'instant, c'est encore

«Tu devrais allez prendre un peu le so-

un seul article (rires).

leil» (rires). Je n'ai pas de mantra ou de philosophie particulière.

Quelle super héros aurais-tu aimé être ? J'étais obsédé par Batman quand j'étais

À qui voulais-tu ressembler quand tu étais

enfant. En étant né en 1988, j'ai bien

enfant ?

connu le Batman de Tim Burton.

L'acteur Montgomery Clift. Je trouvais cet homme vraiment impressionnant.

Quel pouvoir magique aurais-tu aimé avoir ? J'aurais aimé avoir une vision à rayons X.

Si tu avais une baguette magique, que changerais-tu ? J'essayerais d'avoir une meilleure situation financière (rires).

Quel prénom aurais tu aimé porter ? Quand j'étais gamin, je n'aimais pas vraiment mon nom. Brady est un prénom celtique auquel je n'arrivais pas à

70

Si tu devais emporter une seule chose sur une

m'identifier mais, maintenant, je l'aime

île déserte, laquelle serait-ce ?

bien. Avec ma compagne, nous sommes


Que peut-on entendre comme message d'ac-

ce qu'on est et de ce qu'on accompli.

cueil sur ta boite vocale téléphonique ?

On veut toujours être reconnu par une

«Vous êtes bien au numéro ... . Laissez un message !». Rien de très mignon.

Quand et comment as-tu cessé de croire au père Noël ? Je devais avoir 5 ans et le tout le monde autour de moi était un peu maladroit. Les

certaine audience mais, le plus pénible, c'est de faire un truc qui n'est pas si bon et de le savoir en premier.

Que ferais-tu s'il ne te restait que 24 heures à vivre ? Je ferais l'amour pendant 24 heures !

adultes font les choses en pensant que tu n'y verrais que du feu comme t'emmener voir le Père Noël qui s'avère être ton voisin avec une barbe, par exemple.

De quelle question aimerais-tu avoir la réponse ? «Est-ce tout ce qu'il y a ?» Tout le monde se pose ce genre de questions.

Que peux tu me dire de négatif sur toi ? Par moments, je peux être très abrasif sur un avis et me sentir catégorique, ce qui est probablement une bonne et une mauvaise chose.

Quel a été ton dernier instant de solitude ? Il y a environ 2 ans, je voyageais beaucoup, je n'avais pas de repères, pas d'amour et je me sentais un peu seul. Il y a des périodes où tu peux être entouré et

Et de positif ?

te sentir quand-même seul.

Je pense que je suis très gentil. As-tu menti pendant cet entretien ? Qui veux-tu épater le plus ? Moi-même. Il faut avant tout être fier de

72

Non, j'ai été droit au but.


BLIND blind TEST test

74


CHARLIE La

jeune lyonnaise Charlie, s’est fait un prénom sur la scène musicale française en 2007, grâce à son duo avec Fabrice Mauss, Je recherche. Elle s’est par la suite lancée en solo et a sorti il y a peu son second album, Les Fleurs Sauvages, aux sonorités pop douces-amers, qui contient de vrais bijoux comme Le naufrage. On est allé à sa rencontre avec notre Blind Test !

PAR DINE DELCROIX / Photos : VINCent Binant

Ta Madeleine de Proust ?

Le détail chic pour toi ?

L’odeur des bois.

Il n’y en a pas.

Le film qui raconte ta vie ?

Ta série du moment ?

Into The Wild.

True Detective.

Ton livre de chevet ?

Ta chanson pour te sentir bien ?

Propaganda.

Walking in the sun de Fink.

Ton antistress ?

L’insulte que tu préfères ?

Courir.

Peigne cul !

La tendance mode que tu détestes ?

Le compliment qui t’énerves le plus ?

Le sexy chic.

«Tu ne fais pas ton âge» !

75


Le pays où tu pourrais immigrer ?

Qui inviterais-tu à ton diner idéal ?

Le Canada

Paul Bocuse.

Un autre métier qui t’aurais plu ?

Le défaut que doit avoir un homme/une

Bergère.

femme pour te séduire ? Manquer de second degré.

Le talent que tu aimerais avoir ? Savoir faire des claquettes.

76


MODE


PHOTOGRAPHE : FRANCOIS BERTHIER STYLISTE : FALLON CASTELLA MAKE UP : CAMILLE LUTZ HAIR : SADEK MANNEQUIN : CLAIRE @CITY


Gilet avant toi, Bague+collier Forever21, String Bordelle


LA FILLE QUI REND BLIND La

chanteuse chinoise Jin Cha était de passage à views, elle est venue à notre rencontre !

photo : François Berthier

Cannes. Entre

deux inter-


JIN CHA


RETROUVEZ THEBLINDMAGAZINE cet été ! Numéro #15 SORTIE LE 10 AOÛT Bouclage 1er AOÛT

CONTACT & PUB : theblindmagazine@ gmail.com


TheBlindMagazine#14