Page 1

THÉÂTRE DE VALÈRE Sion Saison 2009 | 2010

Billeterie : Théâtre de Valère au 027 323 45 61

Dès le 1er septembre 2009 auprès de tous les points de vente Ticket Corner en Valais : Manor ( Sion, Sierre ) Gares CFF ( Sion, Martigny, Sierre ) Offices de poste ( Sion, Sierre, Martigny, Savièse ) Coop city ( Sion )

Abonnements } voir dernières pages


BERGAMOTE (S) MORCEAUX CHOISI

de et par C l a u d e - I n g a B a r b e y , P a t r i c k L a p p

Claude Blanc et Doris Ittig

Bergamote avec un « s », pourquoi donc ? Parce qu’après cinq épisodes en dix ans (et des centaines de sketches radiophoniques), la petite équipe entraînée par Claude-Inga Barbey et Patrick Lapp veut jeter un coup d’œil par-dessus son épaule et, comme on le fait dans les bonnes familles, feuilleter l’album de photos ! Résultat : un best of des meilleurs moments de cette illustre saga, les extraits les plus cinglants, les passages les plus savoureux. Au fil des ans et des diverses réalisations, leur univers a évolué, mais le fond reste le même : les problèmes quotidiens de la vie de couple ! Bergamote, c’est l’histoire de tous ceux qui s’aiment, et par conséquent se détestent. Monique et Roger se sont séparés, mais ils se retrouvent dans ce spectacle pour se remettre en mémoire les joies de l’enfer conjugal. Bergamote propose à la fois un constat théâtral humoristico-désabusé et une thérapie de groupe pour les couples de Suisse romande. Incontournable !

durée : 1h50 sans entracte | prix des places : Fr. 45.- et Fr. 40.- | avs, étudiants, apprentis, chômeurs : Fr. 40.- et Fr. 35.étudiants, apprentis : Fr. 15.- le soir du spectacle à la caisse du théâtre

Jeudi 24 et vendredi 25 septembre, 20h15


ERENDIRA de G a b r i e l G a r c í a M á r q u e z Cie premier acte {F} Adaptation et mise en scène : Sarkis Tcheumlekdjian Jeu : Magali Albespy, Déborah Lamy, Catherine Vial, Aude Pellizzoni, Pierre-Marie Baudoin, Aurélien Portehaut, Azad Goujouni www.erendira.fr

Que vous ayez assisté à Macondo la saison passée ou non, si vous êtes amoureux des légendes, de la beauté et des univers poétiques, vous ne sauriez passer à côté de l’un des chefs d’œuvres du Festival off d’Avignon 2008. Erendira, spectacle adapté d’une nouvelle de Gabriel García Márquez, relève de l’enchantement. Orpheline de père et de mère, la jeune et belle Erendira est élevée par Grand-Mère, personnage diabolique aux allures de souveraine d’un royaume imaginaire. L’adolescente est soumise à l’humeur taciturne de son aïeule et accomplit toutes les corvées de l’immense maison. Un soir, épuisée par son dur labeur, elle s’endort en oubliant d’éteindre sa chandelle. A l’aube, la somptueuse demeure n’est plus que cendres. Pour rembourser son erreur, la jeune fille obéit à Grand-mère et entre dans le monde louche et impitoyable de la prostitution… A travers une mise en scène époustouflante, alliant conteuses, danseuses, projections et musique, cette réalisation propose une plongée saisissante dans l’imaginaire fécond, baroque et onirique du génial García Márquez. Pura Poesía.

durée : 1h05 sans entracte | prix des places : Fr. 40.- et Fr. 35.- | avs, étudiants, apprentis, chômeurs : Fr. 35.- et Fr. 30.étudiants, apprentis : Fr. 15.- le soir du spectacle à la caisse du théâtre

Jeudi 1er octobre, 20h15


LYOBA de T h i e r r y L a n g d’après les chansons de l’Abbé Bovet Avec piano : Thierry Lang – bugle : Matthieu Michel – contrebasse : Heiri Känzig violoncelles : Daniel Pezzoti, Andy Plattner, Daniel Schaerer, Ambrosius Huber associationenface.blogspot.com

Le célèbre pianiste Thierry Lang nous offre une création étonnante, inspirée des magnifiques mélodies de l’Abbé Bovet. Qui ne connaît pas « Le Ranz des Vaches », cet hymne national populaire, ou « Le Vieux Chalet », chanson traduite dans une centaine de langues ? La simplicité des airs de l’Abbé Bovet a inspiré à Thierry Lang une transposition en jazz : un beau défi ! Accompagné de Matthieu Michel et d’un orchestre à cordes, le pianiste poursuit à sa manière l’œuvre du « compositeur des alpages ». Joseph Bovet disait « Mon but, en écrivant des chansons pour mon pays, a été de lui donner de la joie, de l’aider dans son labeur de tous les jours, de faire luire à ses yeux sans qu’elle s’éteigne, la flamme généreuse de l’espérance, du courage, de l’optimisme ». Thierry Lang traduit, à sa façon, cet heureux message. En route pour le Jazz des montagnes !

durée : 1h15 sans entracte | prix des places : Fr. 40.- et Fr. 35.- | avs, étudiants, apprentis, chômeurs : Fr. 35.- et Fr. 30.étudiants, apprentis : Fr. 15.- le soir du spectacle à la caisse du théâtre

Dimanche 4 octobre, 17h


L’ENVERS DU DÉCOR de F l o r e n c e A n d r i e u et F l a n n a n O b é Atelier Théâtre Actuel {F} – Théâtre Musical et Humour

Photo : © MATTHIEU SALAS

Mise en scène : Serge Gaborieau Jeu : Florence Andrieu, Flannan Obé, Yves Meierhans

Elisabeth doit chanter, ce soir, des romances de Jacques Offenbach, d’André Messager, de Maurice Yvain… Son partenaire habituel, malade, a été remplacé dans l’urgence par Frédéric, seul ténor disponible. Or Frédéric est l’ancien amant d’Elisabeth, délaissée piteusement il y a sept ans… Ça va chauffer en coulisses ! L’Envers du décor présente les ultimes répétitions, les derniers raccords avant le spectacle, qui sont aussi les premières retrouvailles des deux chanteurs… Sentiments, ressentiments, harmonies, couacs, espoirs, désillusions, fausses notes. Tout s’exprime à demi-mot dans les loges ou à pleine voix durant le concert. Le pianiste, témoin privilégié, permettra-t-il d’assurer le bon déroulement du récital ? Spectacle très original par l’espace scénique choisi –les coulisses– et le scénario, cette « comédie sentimentale et musicale » subtile est portée par deux comédienschanteurs tout à fait convaincants dans leurs duos d’amour et leurs règlements de comptes. Bon concert !… Peut-être…

durée : 1h10 sans entracte | prix des places : Fr. 40.- et Fr. 35.- | avs, étudiants, apprentis, chômeurs : Fr. 35.- et Fr. 30.étudiants, apprentis : Fr. 15.- le soir du spectacle à la caisse du théâtre

Mercredi 7 octobre, 20h15


LE VISON VOYAGEUR par R a y C o o n e y et J o h n C h a p m a n – The Boulevard Romand {CH} Mise en scène : Jean-Charles Simon Jeu : Thierry Meury, Pierre Aucaigne, La Castou, Vincent Kohler, Jean-Charles Simon

Steve et Arnold exercent l’activité de fourreur en plein coeur de Londres au sein de la société Bodley, Bodlet et Crouch. Mais Steve a d’autres ambitions. Il veut offrir à Jane, sa nouvelle conquête, le manteau de vison dont elle rêve… Il mènera cette entreprise sous le regard effaré d’Arnold et de Mlle Tipdale, leur prude secrétaire, et, bien entendu, à l’insu de sa femme Maud. Il s’ensuit une série de quiproquos délirants au milieu d’un défilé de personnages hauts en couleur. Ray Cooney, un des auteurs britanniques les plus joués au monde, souvent adapté en français par Jean Poiret ou Jean-Loup Dabadie, donne l’occasion à Jean-Charles Simon de déployer tout son humour caustique. Ce dernier monte, avec une belle brochette d’humoristes et de comédiens chéris du public romand, sans complexe et sans clichés cette comédie de boulevard pur sucre. Un vent de folie scandaleusement drôle, une agréable soirée de divertissement !

durée : 2h avec entracte | prix des places : Fr. 50.- et Fr. 45.- | avs, étudiants, apprentis, chômeurs : Fr. 45.- et Fr. 40.étudiants, apprentis : Fr. 15.- le soir du spectacle à la caisse du théâtre

Jeudi 15 octobre et vendredi 16 octobre, 20h15


LES PEINTRES AU CHARBON de L e e H a l l – Compagnie du Passage (CH) Mise en scène : Marion Bierry Jeu : Robert Bouvier, Bernard Ballet, Jacques Michel, Carine Martin, Marianne Radja

Photo : © Logox

www.compagniedupassage.ch

Dans les années 1930 en Angleterre, des mineurs suivent des cours d’histoire de l’art. Abandonnant bien vite la théorie pour la pratique, ils voient leurs travaux remarqués par une riche collectionneuse. Lee Hall, scénariste du film Billy Eliott, raconte cette improbable – mais authentique – découverte du monde de l’art par ces « peintres au charbon » dont il brosse des portraits touchants. Dans le pur ton de la comédie sociale anglaise, il évoque cette trajectoire singulière pimentée de cocasses péripéties. La metteuse en scène Marion Bierry, nominée en 2007 aux Molières, réunit huit comédiens suisses et français pour cette première francophone d’une pièce qui a déjà remporté un grand succès en Angleterre. On retrouvera avec plaisir, sur la scène de Valère, le comédien Robert Bouvier qui interpréta un magnifique François D’Assise ou donna à entendre la subtile Eloge de la faiblesse d’Alexandre Jollien, il y a quelques saisons. Une création très prometteuse, drôle et touchante !

durée : 2h sans entracte | prix des places : Fr. 40.- et Fr. 35.- | avs, étudiants, apprentis, chômeurs : Fr. 35.- et Fr. 30.étudiants, apprentis : Fr. 15.- le soir du spectacle à la caisse du théâtre

Mardi 20 octobre, 20h15


LE CHÂTEAU d’après F r a n z K a f k a – Classique contemporain Cie Pasquier-Rossier {CH} Mise en scène : Geneviève Pasquier et Nicolas Rossier Jeu : Yves Jenny, Diego Todeschini, Christian Scheidt, Frédéric Mudry, Georges Grbic, Nicolas Rossier, Geneviève Pasquier www.pasquier-rossier.ch

Monsieur K., arpenteur de son état, est convoqué par un mystérieux employeur pour mesurer son domaine. Or, quand il arrive dans le village au pied du Château, il se heurte à la méfiance des habitants qui prétendent que personne n’a fait appel à lui. Bizarrement, on lui assigne deux aides, Arthur et Jérémie, qui vont se montrer aussi inutiles qu’encombrants. Comme dans un mauvais rêve, K. va essayer de rassembler les morceaux pour comprendre quelque chose à sa situation. Comment réussir à pénétrer dans ce château ? Qui est ce châtelain tout puissant que l’on n’arrive même pas à atteindre au téléphone ? Le Château est une fable étrange et drolatique sur la tentative de l’être humain de s’intégrer à son environnement et d’échapper à une bureaucratie écrasante et omniprésente. Adapté du roman de Kafka, ce spectacle est proposé par une des compagnies les plus inventives et dynamiques de Suisse romande avec une dizaine de comédiens sur scène dont le sédunois Fred Mudry. Un moment de théâtre doux amer à déguster avec plaisir !

durée : 1h30 sans entracte | prix des places : Fr. 40.- et Fr. 35.- | avs, étudiants, apprentis, chômeurs : Fr. 35.- et Fr. 30.étudiants, apprentis : Fr. 15.- le soir du spectacle à la caisse du théâtre

Mardi 3 novembre, 20h15


LES JUSTES d’ A l b e r t C a m u s – Classique du théâtre Atelier Théâtre Actuel {F} Mise en scène : Diasteme Jeu : Frédéric Andrau, Jeanne Rosa, Linh-Dan Pham, Renaud Le Bas, Jean-Edouard Boodziak, Julien Honoré, Bertrand Combe, Damien Bricoteaux et Mathieu Morelle

« En février 1905, à Moscou, un groupe de terroristes appartenant au parti socialiste révolutionnaire, organisait un attentat à la bombe contre le grand-duc Serge, oncle du Tsar. Cet attentat et les circonstances singulières qui l’ont précédé et suivi font le sujet des Justes… » écrivait Albert Camus dans la préface de sa pièce. Dans ce texte, il met en présence et confronte toutes les sensibilités des jeunes révolutionnaires (leurs certitudes, leurs passions, leurs doutes) pour donner ensuite à entendre une parole humaniste. Faut-il tuer pour libérer un peuple malgré lui ? La vie d’un enfant vaut-elle ce sacrifice ? La révolution justifie-t-elle tout ? Quelles sont les vraies raisons de l’attentat : un idéal aveugle, une blessure intime, une manière ultime et désespérée de donner un sens à sa vie ? La pièce de Camus résonne encore d’une brûlante actualité… Emmené par une troupe jeune et fougueuse, Les Justes de Camus est un hymne au partage et à l’amour entre les hommes et sans doute l’une des pièces les plus marquantes du XXème siècle.

durée : 1h30 sans entracte | prix des places : Fr. 45.- et Fr. 40.- | avs, étudiants, apprentis, chômeurs : Fr. 40.- et Fr. 35.étudiants, apprentis : Fr. 15.- le soir du spectacle à la caisse du théâtre

Mardi 17 novembre, 20h15


SCÈNES DE LA VIE CONJUGALE d’ I n g m a r B e r g m a n – Comédie dramatique Théâtre Le Public Bruxelles . Théâtre de Namur {B} Mise en scène : Michel Kacenelenbogen Jeu : Muriel Jacobs et Alain Leempoel Johan est maître de conférences, Marianne est conseillère juridique spécialisée en divorce. Tous deux sont mariés depuis dix ans et vivent heureux avec leurs deux filles. En spectateur amusé, Bergman observe les travers de la vie à deux et raconte en jubilant quelques scènes de la vie conjugale : les amis à dîner, la grossesse de Marianne, l’adultère de Johan. Amour, colère, tendresse, incompréhension, ces sentiments contradictoires et passionnés, qui animent souvent les couples modernes, jalonnent le spectacle. Avant d’être une pièce de théâtre, puis un film, les Scènes de la vie conjugale ont été une série télévisée à succès en Suède. Le célèbre réalisateur Ingmar Bergman dissèque à la manière d’un entomologiste joyeux les aléas du couple. « Muriel Jacobs et Alain Leempoel abordent cette traversée du désir avec empathie et distance amusée. Ils sont ces combattants de l’ordinaire dont Bergman ausculte les corps à coeur » (La Terrasse) Un spectacle fin et intelligemment mené, à recommander comme viatique ou comme consolation ! Vous y reconnaîtrez-vous ?

durée : 1h40 sans entracte | prix des places : Fr. 40.- et Fr. 35.- | avs, étudiants, apprentis, chômeurs : Fr. 35.- et Fr. 30.étudiants, apprentis : Fr. 15.- le soir du spectacle à la caisse du théâtre

Mercredi 25 novembre, 20h15


LES SEA GIRLS

Humour Musical

Grimées en Chinoises avec ou sans moustache, quatre filles pêchues et impertinentes offrent au public un tour de chant hilarant et original dans la plus pure tradition du cabaret : un petit bijou de fantaisie intelligente. Comédiennes, chanteuses, clowns et humoristes, elles vous embarquent avec une folle joie de vivre dans leur univers décalé et euphorisant. Il y a la pleurnicheuse, la gourde, la coquette, la godiche, l’amoureuse, la tête de linotte. Elles se trémoussent, se déhanchent, se dandinent, se bousculent et bousculent le public subjugué. Quelques titres pour vous donner un avant-goût : Ma petite chanson,Tout le monde pleurait, Faire pipi sur le gazon, J’cherch’ un rich’… « Les Sea Girls sont quatre foldingues, bourrées d’énergie, virevoltantes, qui tiennent à perdre haleine l’un des spectacles les plus réjouissants de la saison. » (Le Monde)

durée : 1h20 sans entracte | prix des places : Fr. 45.- et Fr. 40.- | avs, étudiants, apprentis, chômeurs : Fr. 40.- et Fr. 35.étudiants, apprentis : Fr. 15.- le soir du spectacle à la caisse du théâtre

Mardi 1er décembre, 20h15


LA FLÛTE ENCHANTÉE d’après M o z a r t – Commedia dell’arte in musica Comédiens & Compagnies {F} Mise en scène : Jean Hervé Appéré Jeu : Pierre Audigier, Frédéric Barthoumeyrou, Stéphan Debruyne, Antoine Lelandais, Agnès Mir, Paula Lizana, Marie Némo, Lucy Samsoën, Bérangère Mehl, Ana Isoux, Anne-Laure Savigny, Bernadette Mercier, Jonathan Jolin, Cécile Jolin, Vincent Boisseau, Yannick Marillier, Bruno Luiggi, Cécile Hardouin, Sandra Ruiz, Nicolas Naudet www.comediensetcompagnie.info Avant d’être un opéra classique incontournable, La Flûte enchantée s’adressait à un public populaire. La troupe « Comédiens et Compagnie » renoue génialement avec l’ambiance virevoltante, colorée et festive des origines de cet opéra. Mêlant les astuces burlesques de la Commedia dell’arte à la magie de la musique de Mozart, cette adaptation de Samuel Muller, chantée en français, emporte le spectateur dans un tourbillon jubilatoire. Les Pamina, Papageno, Papagena et autre Sarastro, accompagnés à l’accordéon et aux vents, chantent, dansent, sautent et jonglent… en respectant à merveille les intentions ludiques et esthétiques de Mozart. Beaumarchais et Marivaux s’invitent ci et là dans les dialogues vifs qui remplacent les récitatifs de l’œuvre originale, pour le plus grand plaisir des auditeurs. Un succès incontesté du festival off d’Avignon 2007 et 2008. Mozart pour rire ou pour rêver ! Une Flûte… pétillante pour passer de bonnes fêtes de fin d’année !

durée : 1h35 sans entracte | prix des places : Fr. 50.- et Fr. 45.- | avs, étudiants, apprentis, chômeurs : Fr. 45.- et Fr. 40.étudiants, apprentis : Fr. 15.- le soir du spectacle à la caisse du théâtre | taris spécial enfant : Fr 10.-

Mercredi 16 décembre, 20h15


LES GUITARES VALAISANNES

Création musicale de G u y K u m m e r - N i c o l u s s i Fe s t ival S cè n e s Valai s a nn e s

Guitares : Pascal Reichler, Christian Tille, Jean-Yves Zufferey, Grégory Scalesia, Mathieu Constantin, Paulo da Fontoura Programme : 8 études pour orchestre de guitares Op.10 ;« The Black Valley » triptyque pour 6 guitares Op.9 ; Pavane Op.17 ; Chaconne en mode de ré Op.13 ; Petite suite de la Zour Op.8 ; Le jongleur d’étoiles Op.5 ;Quatuor « Bleu nuit » Op.7 www.kummer-nicolussi.ch Après avoir présenté les saisons passées des œuvres inspirées par ses séjours en Chine, Guy Kummer-Nicolussi propose cette saison un hommage au Maestro Alexandre Rodrigues. Ce guitariste de renom a longtemps enseigné au Conservatoire de Sion et a formé de nombreux musiciens. Pour ce concert, Guy Kummer-Nicolussi a réuni un sextuor de guitaristes, anciens disciples du Maestro. « Ces différentes pièces dédiées à Alexandre Rodrigues sont le reflet du travail didactique auquel le Maestro m’a initié de 1982 à 1993 alors que j’étais son cancre d’élève… » avoue non sans humour le compositeur sédunois. Elles ont été composées en Irlande, en Chine et en Suisse, certaines lors d’un long séjour hospitalier. Les compositions de Guy Kummer-Nicolussi allient élégance et simplicité, en jouant sur les citations ou inspirations classiques et mandarines. En création sur la scène du Théâtre de Valère.

durée : 1h15 avec entracte | prix des places : Fr. 40.- et Fr. 35.- | avs, étudiants, apprentis, chômeurs : Fr. 35.- et Fr. 30.étudiants, apprentis : Fr. 15.- le soir du spectacle à la caisse du théâtre

Dimanche 17 janvier, 17h


HOT HOUSE d’ H a r o l d P i n t e r – Prix Nobel de Littérature 2005 Cie des Dramaticules {F} Mise en scène : Jeremie Le Louët Jeu : Julien Buchy, Laurent Papot, Anthony Courret, Jeremie Le Louët, David Maison, Katarzina Krotki dramaticules.googlepages.com

Prix Nobel de littérature en 2005, Harold Pinter a 29 ans lorsqu’il écrit Hot House en 1959. Dans cette pièce de jeunesse déjà, il s’attache à étudier l’ambiguïté de la parole et sa relation au pouvoir. Cette satire jubilatoire dénonce l’utilisation des stéréotypes, des clichés, des préjugés réducteurs et du mensonge dans une ambiance voisine de celles d’Eugène Ionesco ou de Samuel Beckett. Le metteur en scène Jérémie Le Louët travaille beaucoup sur ce qu’on pourrait appeler la « musicalité » de l’acteur ou du théâtre : la cadence, le rythme, le ton, l’harmonie ou la dissonance des scènes. La déshumanisation mécanique et systématique des personnages de Pinter, dans une mise en scène éclatée, permet à ce jeune acteur-metteur en scène et à sa troupe de nous livrer une surprenante partition. Roote, Tubb, Lobb, Lush, Gibbs : ces personnages aux prénoms impersonnels évoluent dans un lieu clos (prison ? asile ? administration ? bocal d’expérimentation ?) et luttent pour la première place, à prendre, à n’importe quel prix. Les répliques cinglent, fusent, blessent… Le spectateur rit, grince, s’effraie. Du très bon Pinter. De l’excellent théâtre.

durée : 1h30 sans entracte | prix des places : Fr. 40.- et Fr. 35.- | avs, étudiants, apprentis, chômeurs : Fr. 35.- et Fr. 30.étudiants, apprentis : Fr. 15.- le soir du spectacle à la caisse du théâtre

Mercredi 20 janvier, 20h15


LA BLANCHISSERIE ou L’ESSOREUSE À RÊVES

Création danse – F e s t i v a l S c è n e s V a l a i s a n n e s

Chorégraphie : Dorothée Franc Musique : Xavier Moillen Interprètes : Inga Sterner, Mai Ishiwatta et Verònica Garzòn Toldos www.cieleschaises.ch

Pièce chorégraphique, La Blanchisserie ou L’Essoreuse à rêves explore les états d’âme successifs de trois femmes qui interagissent de manière parfois surprenante et qui inventent des stratégies ludiques pour échapper à la morosité et à l’ennui. Cette chorégraphie joue avec les plis et les replis dans une blanchisserie industrielle et explore une poétique de l’ennui et de la déchirure. Les interprètes tissent des liens à l’image de ceux qu’entretiennent les femmes dans des lieux qui leur sont traditionnellement réservés : gynécées orientaux, chambres à lessive, lavoirs d’autrefois ou salons de coiffure… Dans ce huis clos, les danseuses expriment le désir sensuel d’une vie différente. Une création chorégraphique de la Cie Les Chaises soutenue par Théâtre Pro Vs et co-réalisée par la Belle Usine de Fully et le Théâtre de Valère.

durée : 1h sans entracte | prix des places : Fr. 40.- et Fr. 35.- | avs, étudiants, apprentis, chômeurs : Fr. 35.- et Fr. 30.étudiants, apprentis : Fr. 15.- le soir du spectacle à la caisse du théâtre

Vendredi 29 janvier, 20h15


ATTENTION  ! de et par M a r c D o n e t - M o n e t Fe s t i val S cè n e s Valai s a nn e s www.donet-monet.com

Dans Au Soleil, créé au Théâtre de Valère, Marc DonetMonet dévoilait le fond de sa pensée brillante et caustique sur le monde et les humains qui l’occupent, assez mal selon lui. L’humoriste d’origine valaisanne revient avec des sketches mordants. L’homéopathie, les mères, les associations d’aide au suicide ou une simple photo de classe l’inspirent dans cet opus hilarant. « Attention » ! Ce mot est-il une mise en garde ? Une manière de susciter notre bienveillance ? Une impérieuse invitation à l’écouter ? Ou pire encore ? Attention ! Marc Donet-Monet va jusqu’à chanter… Heureusement, c’est pour rire. Attention ! Il y aura même une surprise ! Son humour toujours terriblement efficace décape ! Un régal… attention !

durée : 1h30 sans entracte | prix des places : Fr. 45.- et Fr. 40.- | avs, étudiants, apprentis, chômeurs : Fr. 40.- et Fr. 35.étudiants, apprentis : Fr. 15.- le soir du spectacle à la caisse du théâtre

Jeudi 4 février et vendredi 5 février, 20h15


PACAMAMBO de W a j d i M o u a w a d Fe s t i val S cè n e s Valai s a nn e s Mise en scène : François Marin Jeu : Caroline Althaus, Caroline Gasser www.compagniemarin.ch

Julie a un secret qui n’appartient qu’à elle. Pour qu’il reste vivant et beau, elle va nous le raconter. Dans son histoire, il y a ceux qu’elle aime le plus au monde : sa grand-mère Marie-Marie et Gros son chien. Mais il y a aussi la lune… C’est à cause d’elle que tout est arrivé : elle a emporté sa grand-mère au pays de Pacamambo. Julie entreprend alors un voyage étrange et inquiétant, parfois triste, parfois drôle pour la rejoindre. Elle fera une incroyable rencontre. En nous racontant son secret, Julie nous raconte aussi comment elle est devenue grande. Auteur associé du Festival d’Avignon 2009, Wajdi Mouawad, né au Liban, vivant au Québec est l’un des écrivains phares du théâtre francophone. Avec Pacamambo, il écrit un conte pour petits et grands sur le mystère de la mort… Pacamambo est un spectacle qui s’adresse à tous. Il est mis en scène par François Marin dont on connaît la sensibilité et le goût des belles écritures. Un conte de fée moderne !

durée : 1h sans entracte | prix des places : Fr. 40.- et Fr. 35.- | avs, étudiants, apprentis, chômeurs : Fr. 35.- et Fr. 30.étudiants, apprentis : Fr. 15.- le soir du spectacle à la caisse du théâtre | taris spécial enfant : Fr 10.-

Mardi 9 février, 20h15


LES FRÈRES TALOCHE Morceaux choisis

Humour

Mise en scène : Emmanuel Vacca Jeu : Vincent Taloche, Bruno Taloche www.taloche.be Frères dans la vie et à la scène, ces duettistes sont devenus, au fil des tournées, de véritables maîtres du burlesque. C’est du mime, du sketch, de l’acrobatie, du numéro de clowns, presque de la danse, peu de textes, pour un résultat hilarant. A partir d’accessoires dérisoires (un matelas, une passoire, un sifflet, des palmes) les frères Taloche enchaînent des sketches désopilants avec une parfaite maîtrise gestuelle. On reconnaît en eux les héritiers d’un comique candide, détaché de toute vulgarité. Il y a du Buster Keaton, du Charlie Chaplin, des Marx Brothers chez ces garçons. Leur fantaisie ne connaît pas de limites. Le duo enchaîne avec une redoutable précision une série de séquences visuelles qui tiennent de la caricature simple, immédiate, ancrée dans la vie quotidienne, mais traitées avec un décalage surréaliste. On songe au rire bienveillant de Fernand Raynaud ou de Bourvil. C’est loufoque et empreint de poésie. Pour fêter leurs 15 ans de scène, Vincent et Bruno Taloche présentent un spectacle composé des meilleurs morceaux de leur répertoire habituel, agrémenté de nouveaux sketches, dont un combat de boxe d’anthologie. Encore une taloche ?

durée : 1h30 sans entracte | prix des places : Fr. 45.- et Fr. 40.- | avs, étudiants, apprentis, chômeurs : Fr. 40.- et Fr. 35.étudiants, apprentis : Fr. 15.- le soir du spectacle à la caisse du théâtre

Vendredi 26 février, 20h15


VICTOR HUGO, MON AMOUR

d’après la correspondance de J u l i e t t e D r o u e t e t V i c t o r H u g o Cie Anthéa Sogno {F} Mise en scène : Jacques Décombe Jeu : Anthéa Sogno et Sacha Petronijevic www.victor-hugo-mon-amour.fr Ils se sont rencontrés en 1833 : elle est actrice, il est un jeune auteur de théâtre, chef de file des Romantiques. Pendant cinquante ans, ils vont s’écrire 23’650 lettres de passion et d’amour. Anthéa Sogno puise dans ces lettres la matière d’un spectacle intense, rare et palpitant. On y découvre un Victor Hugo amoureux, tendre et sensible. A travers cette passion amoureuse, on traverse les instants cruciaux de la vie du grand homme : la Bataille d’Hernani, l’exil à Guernesey, la mort de sa fille Léopoldine. Juliette Drouet, sa maîtresse durant cinquante ans, fut son égérie, sa source d’inspiration et, lorsqu’elle mourut en 1883, Hugo cessa d’écrire… Christophe Barbier écrit dans L’Express : « Jamais l’amour d’une femme n’a donné un spectacle si bouleversant. On est charmé par la plume de Juliette, ému par tant de dévouement. Voici comment on crée de l’inoubliable avec de l’éphémère ». « Un spectacle fort du festival d’Avignon 2008. Bouleversant et inoubliable. Une histoire d’amour que la fiction n’oserait pas imaginer. Un spectacle où l’on rit ou l’on pleure, où l’on se bat et où l’on s’embrasse sans relâche… » (Vaucluse-matin)

durée : 1h25 sans entracte | prix des places : Fr. 40.- et Fr. 35.- | avs, étudiants, apprentis, chômeurs : Fr. 35.- et Fr. 30.étudiants, apprentis : Fr. 15.- le soir du spectacle à la caisse du théâtre

Mercredi 10 mars, 20h15


Jeudi 18 mars, 20h15

TRIO WANDERER

Musique de chambre

Avec piano : Vincent Coq – violon : Jean-Marc Phillips-Varjabedian – violoncelle : Raphaël Pidoux – Programme surprise – www. triowanderer.com Les Wanderer (Vagabonds) se sont appelés ainsi, en hommage à Schubert et par affinité avec le romantisme allemand dont le thème du « voyageur errant » est le leitmotiv. Ces musiciens français témoignent d’une grande curiosité et leur esprit d’exploration musicale les conduit à sillonner les siècles de Haydn à nos jours. Reconnu pour l’excellente sensibilité de son jeu et sa grande complicité, le Trio Wanderer est jugé à travers le monde comme l’une des meilleures formations de musique de chambre. Créé il y a un peu plus de vingt ans, en 1987, au Conservatoire national supérieur de musique de Paris, le trio se forme auprès de grands maîtres tels Jean-Claude Pennetier, Jean Hubeau, Menahem Pressler du Beaux-arts Trio. Le Trio Wanderer joue sur les plus grandes scènes du monde, de la Philharmonie de Berlin au Concertgebouw d’Amsterdam en passant par le Théâtre des Champs-Élysées de Paris ou la Scala de Milan. Il a été accueilli à trois reprises au Festival de Salzburg. Leur discographie (une dizaine d’albums à ce jour) a été maintes fois récompensée par la critique. Parue en juin 2006, leur intégrale des trios de Brahms reçoit un « Choc du Monde de la Musique », un « Diapason d’or » et est nominée aux Midem Classic Awards dans la catégorie du « meilleur enregistrement de musique de chambre ». Le Trio Wanderer a par ailleurs reçu deux « Victoires de la musique classique », en 1997 et en 2000. Les voici enfin à Valère !

durée : 1h315 avec entracte | prix des places : Fr. 40.- et Fr. 35.- | avs, étudiants, apprentis, chômeurs : Fr. 35.- et Fr. 30.étudiants, apprentis : Fr. 15.- le soir du spectacle à la caisse du théâtre


Molière de la révélation théâtrale 2009 Nomination comme Meilleur spectacle de théâtre privé

JOURNAL À QUATRE MAINS de F l o r a et B e n o î t e G r o u l t – Théâtre de Poche-Montparnasse {F} Mise en scène : Panchika Velz Jeu : Aude Briant et Lisa Schuster

Mai 1940, au 44 de la rue Vaneau, deux soeurs, Benoîte la brune et Flora la blonde, écrivent leur journal entrecroisé. Elles ont dix-neuf et quinze ans. Brillantes, cultivées, esprits étonnamment libres et modernes au temps où « l’unique voie de salut pour une jeune fille restait le mariage », elles vont consigner dans ce journal à quatre mains, avec lucidité et humour, cinq années de guerre, la libération et l’arrivée des Américains à Paris, réussissant à préserver vaille que vaille, « ce mélange de légèreté et de gravité, de passion de la vie et de frivolité qui fait la grâce des jeunes filles de tous les temps ». Adapté pour le théâtre, ce Journal à quatre mains des sœurs Groult édité en 1958, nous frappe par la modernité du propos et de la langue. Gaîté et insouciance alternent avec la gravité des temps et ces deux soeurs soudées dans leur folle passion de vivre traversent la guerre avec une vitalité inouïe. On y pressent également tous les engagements féministes de Benoîte Groult, la future auteur de Féminin pluriel ou du récent best-seller La Touche étoile. Un quatre-mains libre, tendre, drôle, grave et léger, avec Lisa Schuster et Aude Briant, révélation théâtrale aux Molières 2009. « Un spectacle qui va droit au coeur, entre rire et émotion profonde ! A voir d’urgence ! » (L’Express).

durée : 1h40 sans entracte | prix des places : Fr. 50.- et Fr. 45.- | avs, étudiants, apprentis, chômeurs : Fr. 45.- et Fr.40.étudiants, apprentis : Fr. 15.- le soir du spectacle à la caisse du théâtre

Mercredi 24 mars, 20h15


TILL FELLNER

Récital de piano

Programme Beethoven, Sonate mi majeur op 14/1, Sonate sol majeur op 14/2 Sonate do mineur op 13 (« Pathétique »), Sonate si bémol majeur op 21 Sonate mi bémol majeur op 81a (« Les Adieux »)

Till Fellner, né en 1972 à Vienne, commence le piano à l’âge de 6 ans. Il étudie au conservatoire de Vienne avec Hélène Sedo-Stadier, puis il travaille avec Meira Farkas, Alfred Brendel et Oleg Mainsenberg. L’artiste acquiert une réputation internationale en gagnant le premier prix du prestigieux Concours Clara Haskil en 1993. En 1998, il remporte le prix d’interprétation Mozart de la Société Mozart de Vienne. Till Fellner s’est produit avec des orchestres prestigieux en Angleterre, en Autriche et en France sous la direction, entre autres, de Claudio Abbado, Nikolaus Harnoncourt, Christopher Hogwood, Michel Plasson… Avec Kent Nagano et l’Orchestre Symphonique de Montréal, il a interprété et enregistré en 2008 l’intégrale des concerti pour piano de Beethoven. Après Gould, Lipatti, Richter, Serkin, il s’implique dans l’interprétation de l’intégrale des sonates de Beethoven avec raison et émotion, humour et logique ; ne cherchant pas à imiter les maîtres qui l’ont précédé, il trouve sa propre voie avec équilibre. Une occasion unique de voir ce virtuose interpréter des Sonates de Beethoven dont la célèbre Pathétique.

durée : 1h30 avec entracte | prix des places : Fr. 40.- et Fr. 35.- | avs, étudiants, apprentis, chômeurs : Fr. 35.- et Fr. 30.étudiants, apprentis : Fr. 15.- le soir du spectacle à la caisse du théâtre

Mercredi 31 mars, 20h15


TOUT AU BORD de B e r n a r d C o g n i a u x et M a r i e - P a u l e K u m p s – Comédie familiale Théâtre le Public {B} Mise en scène : Pietro Pizzuti Jeu : Bernard Cogniaux et Marie-Paule Kumps

Meilleur Auteur Prix de la critique 2008 {B}

Spectacle belge ayant reçu le Prix du théâtre 2008 dans la catégorie « Meilleur auteur », Tout au bord met en scène un couple ébranlé par le départ définitif de ses enfants, devenus adultes. Oscillant entre le cocasse (des rôtis empilés dans le frigo dans l’attente d’une hypothétique visite surprise) et le grave (le sentiment de vide, la recherche de nouveaux repères affectifs ou professionnels), la pièce distille joyeusement le désarroi qui surgit à ce momentclé de la vie des parents. Comment compenser l’absence des enfants, comment et pourquoi repartir dans une nouvelle vie ? Avec humour et sensibilité, les deux comédiens dressent, par petites touches apparemment anodines, le portrait d’un couple « tout au bord » de la déprime. Cette comédie observe avec acuité nos fragilités et les traduit dans un langage théâtral sobre. Bouleversant.

durée : 1h30 sans entracte | prix des places : Fr. 40.- et Fr. 35.- | avs, étudiants, apprentis, chômeurs : Fr. 35.- et Fr. 30.étudiants, apprentis : Fr. 15.- le soir du spectacle à la caisse du théâtre

Jeudi 15 avril, 20h15


FEARS de M a n u K r o u p i t , J o s H o u b e n ,

T h i e r r y R o c h e t e t Y v o M e n t e n s – Humour visuel

Mise en scène : Jos Houben et Yvo Mentens Jeu : Manu Kroupit

Fears, petit bijou de fantaisie et d’humour, nous entraîne dans le mental inquiet d’un célèbre violoniste, qui entre chaque fois en scène avec le trac et les peurs de ses débuts. Henry Goets, violoniste virtuose, veut toujours donner un récital d’excellence. Angoissé, il aborde chaque concert comme une bataille épique. Il est le meilleur et doit le rester. Lorsqu’il arrive ce soir dans sa loge, le violon le fuit, le verre d’eau se renverse…, les portes s’ouvrent et se ferment sans logique… Par le biais du mime et d’effets visuels étonnants, le monde fantastique du violoniste, ses peurs, ses cauchemars se matérialisent sur scène. Spectacle au rythme frénétique, feu d’artifice d’images, d’illusions et d’humour, Fears nous emporte dans un monde surréaliste, déconcertant, où réalité et virtuel se confondent. Magique !

durée : 1h sans entracte | prix des places : Fr. 40.- et Fr. 35.- | avs, étudiants, apprentis, chômeurs : Fr. 35.- et Fr. 30.étudiants, apprentis : Fr. 15.- le soir du spectacle à la caisse du théâtre

Jeudi 29 avril, 20h15


FESTIVAL DE LA CREATION PROFESSIONNELLE VALAISANNE Le Festival Scènes Valaisannes, par son amplitude et la qualité de sa programmation, est devenu un événement incontournable de la vie culturelle de notre canton. Il représente une véritable photographie culturelle du Valais, et permet, par le rassemblement de lieux culturels complémentaires, de dynamiser les échanges et d’inciter le public à découvrir de nouveaux espaces et types de spectacles. Par sa grande diversité et la qualité des spectacles présentés, il reflète la réalité de la création professionnelle générée par des artistes valaisans, en Valais et ailleurs.

L’édition ‘10 aura lieu en janvier et février A Monthey, au Crochetan « Au Pont-Rouge » et à la Bavette | A St-Maurice, au Martolet | A Evionnaz, au Dé | A Martigny, à l’Alambic et à la Médiathèque Valais | A Fully, à la Belle Usine | A Savièse, au Baladin | A Sion, au Studio Théâtre Interface, au Teatro Comico, à la Ferme Asile, au Carnotset des Artistes, au Petithéâtre et au Théâtre de Valère et aux Musées Cantonaux | A Sierre, aux Caves de Courten et aux Halles | A Viège, au Théâtre de La Poste | A Brigue, au Kellertheater. > La programmation ’10 : www.scenesvalaisannes.ch

Programme 2009-2010  

Programme 2009-2010 du Théâtre de Valère

Advertisement