Page 1

Le T h é a Tr e DU

R N

Janvier-avril 2018 Journal n°46

23 rue des Potiers 31000 Toulouse - 05 61 62 14 85 - www.grand-rond.org

Festival Détours de chant Du 23 janvier au 3 février

Le Grand Rond est à nouveau partenaire du festival. Pour l’occasion, les apéro-spectacles sont à déguster dans la grande salle (voir p.4). On vous en dit plus dans le portrait (voir p.18).

Porteur·euse·s de paroles © Mouvement HF

L’Association devient SCIC Réunion d’infos le 13 janvier à 13h

Le Grand Rond opère sa migration du statut associatif au statut de Société Coopérative d’Intérêt Collectif. Mais pourquoi ? A lire, l’édito (voir ci-contre puis p.3) et le focus (voir p.18).

Édito

Toute l’équipe du Théâtre du Grand Rond vous souhaite à toutes et à tous une excellente année 2018. Qu’elle soit riche de surprises, d’étonnements, de curiosités et d’yeux / oreilles / nez / mains... suite en page 3


LES

du Grand R nd

Le Théâtre du Grand Rond a 14 ans et accueille désormais plus de 52 000 spectateurs et spectatrices par saison dans une ambiance chaleureuse et conviviale, propre à la découverte et la curiosité. Le Théâtre du Grand Rond est un endroit d’échanges et de partages, de réflexion collective, un théâtre de rencontres et de rires salutaires, accessible aux handicapé·e·s, aux curieuses et curieux, aux rêveurs et rêveuses, aux inquièt·e·s, aux sages, aux sérieuses et sérieux, aux vivant·e·s !

Le Club des spectatrice·teur·s Devenez ambassadeur et ambassadrice du Théâtre du Grand Rond auprès de vos ami·e·s, connaissances ou collègues ! Échangez avec d’autres membres passionné·e·s de spectacle vivant, profitez d’une relation privilégiée avec l’équipe du Théâtre et soutenez un lieu associatif et culturel. L’adhésion au Club (15€) vous permet : - de proposer un accès à tarif réduit aux personnes vous accompagnant. - d’accéder aux cinq premiers spectacles à tarif réduit (8€). - de profiter de l’ensemble de la programmation gratuitement dès le 6ème spectacle (environ quarante spectacles sur la saison). Renseignements : 05 61 62 14 85 ou publics@grand-rond.org

Le Billet suspendu Peut-être connaissez-vous déjà le « café suspendu » ? Tradition de solidarité née dans les bars napolitains, elle consiste à commander 1 café et à en payer 2 : 1 pour soi et 1 pour l’inconnu·e qui n’a pas de quoi s’offrir une boisson chaude et qui verra sur l’ardoise du cafetier qu’il y a quelques cafés d’avance… C’est de là que vient l’idée du Billet suspendu : deux 2 - Journal n°46 - janvier/avril 2018

Sommaire

tirelires dédiées dans lesquelles vous mettez ce que vous voulez. Un fil sur lequel les billets sont accrochés. D’un côté comme de l’autre, nous vous invitons à participer !

La p’tite librairie du Grand Rond A l’accueil du Théâtre, tout près du bar, vous trouverez notre librairie ! En partenariat avec la librairie Les Frères Floury (36 rue de la Colombette), le Théâtre du Grand Rond vous propose une sélection d’ouvrages en lien avec la programmation. Du théâtre, bien sûr, mais aussi des romans, nouvelles et livres à destination du jeune public, avec aussi quelques exemplaires de nos auteur·e·s fétiches...

Bord de scène C’est tous les jeudis à l’issue de la représentation du spectacle de 21h !* *Sauf cas particuliers

Au Grand Rond si j’y suis sur Radio Mon Païs (90.1 FM)

Pour la 5 année consécutive, retrouvez le Grand Rond une fois par mois sur l’antenne de Radio Mon Païs. Au programme : des invité·e·s, des lives, des éditos dynamités, un chroniqueur adulé et parfois quelques surprises... Rendez-vous le 2ème mardi du mois de 14h à 15h pour l’émission en direct, le lendemain à 23h pour la rediffusion et à tout moment pour les podcasts en ligne sur www.radiomonpais.fr ou www.grand-rond.org. ème

P3. Édito P4. Les apéro-spectacles P6. Les spectacles tout public P13. Les spectacles jeune public P17. Les expos P18. L’actu P19. Infos pratiques

Le Théâtre du Grand Rond, c’est : - L’équipe : Romuald Berrier, Alice Dinomais, Patrick Fessart, Chloé Grassi, Adrien Poussou, Sophie Sciabica, Eric Vanelle, Maryline Vaurs, Cécile Vicart et Sam Vigneron. - Les metteur·euse·s-en-scène des ateliers de création : Muriel Benazeraf, Alexandre Berhnardt, Laetitia Bos, Lisa Boudet-Valette, Philippe Cancé, Mallory Casas, Martin Cros, Hélène Dedryvère, Brice Pomès, Emilie Prukop, Eric Vanelle et Maryline Vaurs. - Ils ont co-fondé la SCIC avec nous : Didier Bergeot, Paco Bialek, Marie Brien, Aurore Carpentier, Nathalie Caulat, Mary Lynn Clarke, Karine Defait, Silvia De Pilla, Juliette Godier, Brice Pomès et Alain Régus. - Et un immense merci aux bénévoles  : Alain, Anaïk, Annie, Arnaud, Aurélie, Bénédicte, Bertrand, Bruno, Cédric, Chrystelle, Christophe, Clotilde, Daniel, Emma, Etienne, Evelyne, Franck, Ingrid, Isabelle, Jean-Philippe, Laura, Laurence, Marie, Marion, Maryse, Mustapha, Olivier, Pablo, Philippe, Richard, Romain, Sophie... et MarieFrance pour les petits plats ! Retrouvez les distributions et crédits complets des spectacles sur notre site internet : www.grand-rond.org


Légende des pictogrammes Langue des Signes Française spectacle visuel spectacle sans parole

Édito suite de la page 1

...grandes ouvertes. Pour y contribuer, nous vous avons concocté la programmation que vous allez pouvoir découvrir au fil de ces pages. Ces débuts d’année sont également le temps des bonnes résolutions. Une bonne résolution est une résolution que l’on prend en début d’année et dont on sait que personne ne nous en reprochera l’abandon dans les minutes/heures/ jours/semaines qui suivent son affirmation. Les bonnes résolutions ont donc ceci de très pratique qu’elles sont réutilisables d’une année sur l’autre. Parfois, cependant, une bonne résolution se transforme en acte et cela vaut le coup d’en parler. Nous avions la bonne résolution de transformer l’association Loi 1901 Théâtre du Grand Rond en une Société Coopérative d’Intérêt Collectif (SCIC). Et c’est fait depuis le 1er janvier 2018. C’est une nouvelle page de l’histoire du Théâtre qui s’ouvre. Une page toute blanche que nous espérons remplir avec vous.

en travaillant ensemble pour le développement de cet outil considéré comme commun. Contrairement aux sociétés capitalistiques habituelles où, dans les faits, c’est bel et bien le capital qui dicte l’évolution de l’entreprise (dans les cas emblématiques, délocalisation pour une meilleure rentabilité quand bien même l’usine est rentable et fait vivre un territoire), dans une SCIC c’est l’intérêt général qui prime. Dans la nouvelle SCIC du Théâtre du Grand Rond, à côté du collège de salarié·e·s, il y a un collège de spectateur·trice·s, un collège de compagnies, technicien·ne·s et artistes, un collège de partenaires et un collège composé des anciens membres du Conseil d’Administration de l’association.

Qu’est-ce qu’une SCIC ? Créée par la loi 2001-624 du 17 juillet 2001, c’est tout d’abord une société coopérative : - Tout·e·s les associé·e·s ont une voix lors des assemblées générales, quels que soient les fonds qu’ils/elles ont mis dans la société. - Les salarié·e·s sont associé·e·s et possèdent donc, en partie, leur outil de travail.

Nous vous convions le samedi 13 janvier à 13h au Théâtre du Grand Rond : nous vous expliquerons en détail cette nouvelle organisation, vous pourrez poser toutes les questions que vous voudrez et, si vous le souhaitez, devenir associé·e (et on vous offre un verre). Ce choix nous le faisons pour beaucoup de raisons mais l’une des principales est de participer à montrer qu’être gouverné par le capital n’est pas le seul horizon possible et que l’on peut (re) penser les échanges entres les êtres humains à l’aune de l’intérêt collectif plutôt que de l’intérêt de quelques un·e·s.

C’est ensuite une coopérative d’intérêt collectif : Les salarié·e·s, les usagers, les bénéficiaires, les partenaires… sont associé·e·s à la gouvernance

Le 27/11/2017

Bon. C’est pas gagné d’accord. Mais on peut essayer non ?

Journal n°46 - janvier/avril 2018 - 3


Les Apéro-spectacles © DR

Du mardi au samedi à 19h - Ouverture des portes à 18h30 Participation libre mais nécessaire !

désordre... ensuite on verra. Léo Haag voyage avec son piano et ses chansons pour livrer pagaille sur les routes de France. Armé d’un verbe virtuose et d’un jeu pianistique surprenant, il nous embarque dans un univers de textes et d’explorations sonores poétiques et jubilatoires… avec un quart de queue en apéro !

du 9 au 13 janvier à 19h

En pleines formes Stef ! is back

du 23 au 27 janvier à 19h

Moran

Détours de chant

© DR

Les apéro-spectacles vous invitent, dans la partie accueil, à déguster de courts spectacles. Qu’ils·elles soient confirmé·e·s ou en devenir, tous les artistes ne convoquent qu’une chose : votre curiosité.

Aujourd’hui, elles s’invitent à chanter au milieu du public, dans la rue, sur les places, dans les cours et autres lieux insolites où pourront se poser leurs voix. Pour l’occasion, elles plongent à la recherche de leurs racines. Elles ont des origines, comme on dit... Des parents ou des ancêtres, venus d’Italie, de Bretagne, du Mali, qui ont voyagé pour s’installer à Paris… Impertinence féminine a capella !

voyage, sur un fond de brise portuaire et d’air marin... Après deux albums et plus de 200 concerts en Suisse, France, Canada, Angleterre et Rép. Tchèque, Capitaine Etc. débarque au Grand Rond. Découverte du festival Voix de Fête (Suisse), coups de cœur du Chat Noir (Suisse), du public du Bijou… et de nous aussi ! du 20 au 24 février à 19h

Michel et Yvette Ukudéon et accorlélé

du 6 au 10 février à 19h

Livrer pagaille

© LucieMahe

Quart de queue !

D’abord livrer pagaille... se jeter avec les mots, avec le corps et sans doute aussi le piano, surprendre la parole, essayer de se perdre et créer un peu de 4 - Journal n°46 - janvier/avril 2018

du 30 janvier au 3 février à 19h

Quartet Buccal

Les Femmes aux yeux ouverts sont dangereuses - Détours de chants Voici un petit paquet d’années que Véronique, Claire et Marisa bourlinguent sur les mêmes routes.

© DR

Moran possède une sorte de force tranquille, même pour délivrer de saines colères. Il reste un artiste confidentiel mais il est un artiste essentiel. Il continue d’affiner son art, de se laisser commander par l’exigence, de défier les modes et de chanter chaque syllabe avec le même souffle vital. De la voix et des textes, Moran pointe le Québec et les grands espaces canadiens, ses expériences et ses émotions aussi... Au dernier passage sur la scène du Bijou, Moran a soulevé le public de sa chaise pour une ovation plus que méritée.

Après Prométhée poème électrique, le Théâtre du Menteur présente Je suis contre la mort (version de poche), un oratorio sur la force de vie et tout ce que nous tentons pour nous opposer à la crise et aux appels à la résignation. Soulevés par une musique électroinventive et un verbe impulsif, Julien Defaye et François Chaffin mélangent les énergies du théâtre et du concert, faisant écho à nos désirs, à tout ce que nous offre le vivant... Allez, il faut que ça flambe !

Les chansons de Michel et Yvette nous livrent une version du rapport homme-femme très loin des clichés. S’accompagnant à l’accordéon et au ukulélé, ils interprètent avec truculence leurs compositions dans un spectacle musical tendre et drôle, où l’émotion est toujours au rendez-vous… enfin si elle est pas là, elle va arriver. « Avant, j’aimais pas trop l’accordéon ni le ukulélé, mais depuis que j’ai vu Michel et Yvette, ça va.» Sylvie, infirmière, 44 ans. du 27 février au 3 mars à 19h

Re NaïQa

Organo électronique

du 13 au 17 février à 19h

Capitaine etc.

Chansons au rhum

Capitaine etc. c’est de la chanson, de la poésie, du rhum et des rêves de

© DR

du 16 au 20 janvier à 19h

Enrageons-nous ! © DR

Qu’on se le dise : Sainte est Stef ! Sans complexe, pétillante, Stef ! chantonne, auto-dérisionne, émotionne et donne un bon coup d’aspiro sur la poussière du cabaret... et ça brille ! Son sourire et ses rondeurs généreuses débordent de son body noir jusque dans ses textes et donnent envie d’en reprendre une assiette. Avec ce nouveau spectacle, Stef ! conjugue la chanson au féminin et prouve qu’elle est définitivement... En pleines formes !

© DR

© DR

Je suis contre la mort

Re NaïQa (prononcer « ré » naïqa), quartet toulousain, issu de la mouvance


Nous sommes particulièrement heureux·ses et impatient·e·s de vous proposer l’avant-première-laboratoire du nouvel opus de Jef’S. Un conseil : venez tôt...

Chanson à grande bouche

Quand Hyperclean rencontre Sandra Campas St Jean

Tropic Hotel

Fergus McKay & Nothing Concrete Toute l’Ecosse… et le reste !

© DR

Lucien la Movaiz Graine en solo

Nothing Concrete c’est un groupe folk rock original, une musique festive, conviviale et internationale ! Un mélange d’influences folk-celtique, blues, swing et calypso. Une course musicale autour du monde, riche, dansante et visuelle ! Nothing Concrete (re)vient à votre rencontre en mélodie avec la ferme intention de vous faire partager leur voyage et le tempo soutenu de leur univers frais et enthousiaste.

« Ben Herbert Larue, cet ogre affamé de mots, qui se goinfre de phrases sorties de son imagination sensible, impressionne. Avec lui, tout fait ventre. Ou plus exactement, tout est absorbé de façon théâtrale avec une justesse de diamantaire. Dans un élan à la sensibilité d’éponge, il nous offre son rire et sa poésie comme un onguent parfumé dont il est doux de s’imprégner (…) Ses deux complices, Xavier Milhou et Nico Jozef Fabre lui apportent l’aide nécessaire pour envelopper ce concert de rêve. » L’Écho Républicain du 10 au 14 avril à 19h

Marcel Dorcel & Son Orchestre de Merde

© DR

Heureusement

© DR

du 17 au 21 avril à 19h

Ben Herbert Larue

du 20 au 24 mars à 19h

du 6 au 10 mars à 19h

Sur la base d’un travail de traduction en français de poésies brésiliennes du répertoire bossa nova des années 60, un homme et une femme jouent, chantent en face à face le discours amoureux, comme la BO hypnotique, électrique d’un road movie tropical. Brut, au plus près de la langue, le français y découle du brésilien comme une évidence, car Chico Buarque, Carlos Lyra, Pixinguinha, Vinicius de Moraes sont des poètes musiciens et leurs mots, déjà des notes de musique. Un régal ! du 24 au 28 avril à 19h

Hara Kiri le retour

Musique Baroque en duo

Haendel, Hotteterre, van Eyck, Telemann, Bach...

du 27 au 31 mars à 19h

Au bout du Comptoir, la mer ! Olivier Jeannelle boit la tasse

du 13 au 17 mars à 19h

Vers la métamorphose

© DR

© DR

Jef’S opus 3

Rien ne va plus ! Malgré tous nos efforts, le monde ne répond pas à nos attentes. Tout est nul ! Pour éviter la déprime totale, Jef’S se lance dans la création de son troisième One Man Show. Pour vous ! Dans cet Apéro-LaboStand-Up, Jef’S en métamorphose va tester et improviser pour nous assurer à toutes et tous un avenir meilleur.

Un artiste accoudé au bar d’un casino se raconte et livre des tranches de vie amères et drôles. Lui, c’est Stéphane (buveur, un peu ; mythomane, beaucoup). Son rêve, c’était Hollywood, le cinéma, les palaces, les tournées, Shakespeare, les lumières… Alors en sirotant son verre (ses verres !), il raconte sa vie, ses rêves, ses déboires… C’est un très très grand bonheur d’avoir en avant-première cette rencontre entre Olivier Jeannelle et le texte de Serge Valletti.

Marcel Dorcel & Son Orchestre de Merde a pour vocation de tirer son public vers le bas, Et ce n’est pas si simple tant les gens qui viennent voir le groupe sont près du sol. Le trio réécrit les classiques de la variété francophone et parfois même internationale en y ajoutant une touche personnelle souvent très limite. Ça vole bas, c’est sale, bêtement méchant et les membres du groupe eux-mêmes ne sont pas fiers d’eux. Ils ne font d’ailleurs pas écouter ce qu’ils font à leurs enfants, encore moins à leurs parents. Un spectacle à voir en famille.

© DR

© DR

Au commencement, il y a un homme. Plutôt ordinaire mais quelque peu ahuri… Puis il y a une histoire, son histoire… Heureusement ! Puisque cette dernière, riche à partager car pleine de vérités, va révéler des énergies insoupçonnées. Sur le rythme soutenu de ses compositions musicales, Julien Malherbe vous invite à découvrir l’histoire de Lucien La Movaiz Graine. Un spectacle où chaque moment fera écho à votre propre vie.

du 3 au 7 avril 19h

© DR

electronic art rock, vous invite dans un univers où l’organique danse avec l’électronique. Leur musique s’inspire d’artistes de la scène rock/pop/ world expérimentale tels que Björk, Camille ou encore King Crimson. Entre électronique et rock progressif, ils vous feront traverser un univers tendre et souvent cruel, tribal et magique à la fois. Une découverte !

Oyez, oyez, honnêtes curieux·ses ! Plus de trois siècles après les collaborations de Lully et Molière, une première aux apéro-spectacles du Grand Rond : un concert de Musique Baroque ! Marc Armengaud et Sam Crowther relèvent le défi de la rencontre des publics du théâtre et des mélomanes... Loin de présenter une « galerie des ancêtres » que l’on écouterait avec respect et dévotion, le duo déambule librement parmi les Préludes, Suites, Sonates et Fantaisies : ornementant par-ci, improvisant par-là, ils donnent un nouveau souffle à ce répertoire plein de vie !

Journal n°46 - janvier/avril 2018 - 5


Programmation Tout public Le Bol Ikea et autres chutes Théâtre avec humour et sans décor Du 26 décembre au 6 janvier du mardi au samedi à 21h

Le mardi : 1 place achetée = 1 place offerte ! Disons le tout net, ce n’est pas à un mais bel et bien à trois spectacles auxquels vous êtes convié·e·s. Ce n’est pas Noël pour rien ! Venez assister à la terrible mort de Knuff, un bol Ikéa identique à des millions d’autres bols Knuff, admirer René, le moustique qui fait de sa (fin de) vie une œuvre de Pollock et venez trembler pour la révolution en marche face au tyran à moustaches. C’est loufoque, caustique, poétique… politique et indispensable ! Déjà accueilli deux fois, le formidable duo que forment Vincent Lahens et Romain Louvet nous revient enfin. Le Bol Ikea c’est une forme de quintessence non pas du théâtre mais bien d’un théâtre. Et un théâtre qu’on aime particulièrement. L’histoire de Knuff, le bol de 6 - Journal n°46 - janvier/avril 2018

Soirée spéciale 31 décembre : séances à 19h30 et 22h spectacle + buffet + coupe de champagne Plein tarif 30€ / Tarif réduit 25€ Réservation uniquement par téléphone : 05 61 62 14 85 Genre : théâtre - Durée : 1h10 - AIAA Théâtre - De, mise en scène et avec : Vincent Lahens, Romain Louvet - Complicité d’écriture : Déborah Hafota Masson - Assistantes mise en scène : Audrey Mallada, Aurélia Tastet

Princess Bernard Le Grand Rond fait son cirque du 9 au 13 janvier à 21h

Princess Bernard © Citizen JiF

Le Bol Ikea et autres chutes © Le Clou dans la planche

Dans le cadre des fils rouges A toute vitesse et Top chef (voir p.12)

chez Ikea qui donne son nom au spectacle est à ce titre emblématique : au prétexte d’une hilarante histoire de dépression nerveuse d’un Knuff parmi les Knuff, c’est toute la société de consommation qui est passée à la moulinette de ces deux virtuoses du verbe et du corps. Sans rien d’autre que leur imagination et la nôtre, c’est tout un hypermarché qui se crée devant nous et la mission des courses devient quasiment le 5ème épisode d’Indiana Jones. On vous laisse la surprise des deux autres paraboles toutes aussi décalées, jouissives et ô combien transgressives sous leurs faux airs de grands éclats de rire. Les situations se renouvellent plus vite qu’un rayon de grand magasin, le verbe claque et le spectacle file à une vitesse très largement audelà des limites autorisées.

Du mardi au samedi à 21h Re-voilà le mois de janvier, et avec lui, notre scène s’ouvre aux arts circassiens, en partenariat avec Le Lido et La Grainerie. Autant vous dire que nous avons sauté de joie (et le mot est faible) lorsqu’ils/elles nous ont proposé d’accueillir, sur ce premier créneau qui leur est réservé (à suivre celui de juin…) la toute nouvelle création de Céline Berneron de la compagnie 220 Vols… Un spectacle tout en promesse, en explosion des clichés, mâtiné de second degré, bref, tenez-vous prêt·e·s pour un road strip féministe et féerique. Céline Berneron, comédienne et musicienne, crée en 2006 la compagnie 220 vols : du cirque aérien rock où s’entremêlent humour, goût du risque et légèreté, sur fond de musique live. En 2015, cette circassienne multi douée (corde lisse, corde volante, danse voltige, pole dance/ mat dansé) donne naissance à un personnage sensible, burlesque et profond : Princess Bernard, pour nous parler des préjugés, des émotions et de ses représentations. Métacognition philosophique, frasques, sensualité et second degré seront au rendezvous de ce parcours initiatique, qui explore les clichés du genre avec autodérision. Un détournement audacieux et joyeux des codes et canons esthétiques pour jouer du dégoût et du fantasme de la différence, pour chanter du Disney et trouver ça rock ! En bref, une ode à la force par la fragilité, un spectacle tout public


Genre : cirque - Durée : 1h - Cie 220 Vols - De et avec : Céline Berneron, Edouard Gautron - Mise en scène : Sigrid Bordier

Qu’on n’en parle plus

(d’après Voyage au bout de la nuit)

Qu’on n’en parle plus © DR

Conclusion d’une trilogie réussie du 16 au 20 janvier à 21h

C’est comme l’attente de la nouvelle saison d’une bonne série. Ou plutôt le moment où l’on sait qu’elle arrive enfin ! C’est ce qui se passe avec ce troisième opus (suite et fin) du Voyage au bout de la nuit qui arrive au Grand Rond, après Ça a débuté comme ça et L’Apoplexie méridienne. Un travail au long cours mené

par la Compagnie Rhapsodies nomades qui s’y attèle depuis maintenant 8 ans et qui trouve sa conclusion cette saison. Nous avons fait connaissance avec notre héros, Bardamu, engagé volontaire dans la Grande Guerre. Puis on l’a suivi en Afrique, pour échapper à cette boucherie. Dans ce nouvel opus, dernier voyage géographique de Bardamu, nous irons de l’Amérique à la banlieue parisienne, dans laquelle Bardamu s’enfonce dans une exploration du corps social... toujours plus loin dans la nuit. De la solitude des grandes villes, à la solitude face à la mort et à la maladie, Bardamu s’enfonce dans la nuit, persuadé que c’est le « voyageur solitaire qui va le plus loin », à la recherche de « ce je ne sais quoi »… Bien sûr, nous retrouvons Antoine Bersoux incarnant encore une fois magistralement Bardamu. Avec lui un trio de musiciens, véritables partenaires de jeu, pour nous faire sentir cette Amérique, ce cinéma muet qu’il découvre aux Etats-Unis et plus tard en France. C’est une véritable gageure que d’avoir porté sur scène la totalité de ce monstre de la littérature et nous espérons que celles ou ceux qui n’ont jamais osé s’y plonger puissent entendre cette langue célinienne qui explose entièrement sur une scène de théâtre. Genre : théâtre - Durée : 1h40 - Rhapsodies nomades D’après Voyage au bout de la nuit de Louis-Ferdinand Céline  - Mise en scène : Chloé Desfachelle - Avec : Pierre Bayse, Antoine Bersoux, Guillaume Corral, Joseph Vu Van Création lumières : Enzo Giordana - Coproduit par le Théâtre du Grand Rond

Fallait pas vouloir Odyssée administrative du 23 au 27 janvier à 21h

Qui ne s’est jamais senti·e submergé·e par la complexité et l’absurdité de lignes à remplir, de cases à cocher, de numéros d’identifiant introuvables ? Vincent Lahens (Le Bol Ikea et autres chutes), Dorian Robineau et Thomas Fiancette (batteur et percussionniste à l’imaginaire prolixe, bien connu au Grand

Fallait pas vouloir © DR

décalé et fantasque à ne rater sous aucun prétexte !

Rond) vous invitent à un voyage chaotique au pays de l’impatience, une escale sur les plages du désœuvrement, une croisière bercée d’absurde, de surréalisme. Vous l’aurez compris, Fallait pas vouloir n’est rien de moins qu’une odyssée administrative. Ils sont deux. L’un est derrière son bureau et l’autre attend. Entre eux, une simple feuille de papier. Objet ultime qui les liera tout au long du spectacle. Cette feuille, chargée de convoitise pour l’un, de pouvoir pour l’autre est l’enjeu capital de la pièce. Tout tourne autour de ce banal objet. Est-ce le bon formulaire ? La bonne photocopie ? L’originel original ? Serat-il validé ? Tamponné ? Et puis, au rythme des piétinements, des attentes interminables, des coups de tampons, des clignotements des néons, comme dans les grandes épopées, les héros se révèlent, l’odyssée peut commencer. Bienvenue en Absurdie ! Nous sommes très impatient·e·s d’accueillir pour la première fois la compagnie lotoise La Famille Vicenti avec cette création ! Genre : théâtre, musique, danse - Durée : 1h10 - La Famille Vicenti et Par Les Temps Qui Cours... - Mise en scène : Frédéric Laroussarie - Avec : Thomas Fiancette, Vincent Lahens, Dorian Robineau - Chorégraphe : Julie Dardey Coproduit par le Théâtre du Grand Rond Journal n°46 - janvier/avril 2018 - 7


που εξόργισε ! du 30 janvier au 3 février à 21h

Genre : théâtre et LSF - Durée : 1h - L’IVT - International Visual Theatre - De : Aldous Huxley - Mise en scène, adaptation et avec : Alexandre Bernhardt, Olivier Calcada

Crises

Speed dating du 6 au 17 février du mardi au samedi à 21h

Fils rouges Les Joies de la famille et A toute vitesse (voir p.12) Si on vous dit La Famille vient en mangeant ou G.R.A.I.N, on vous voit déjà trépigner et vous remémorer les bons moments passés sur nos fauteuils, les yeux ébahis par ces deux soli de Marie-Magdeleine. La voici qui nous revient avec deux autres autrices-comédiennes pour une variation autour de chaises et de couples… enfin, plutôt de la fin des couples. Une création toute fraîche qui devrait ravir jusqu’aux plus endurci·e·s des célibataires !

Le Meilleur des mondes © Vincent Quenot

Fil rouge Enragez-vous ! (voir p.12) Vous vous rappelez Le Meilleur des mondes ? Cette société du bonheur universel, parfaitement organisée en 5 castes, des plus intelligents (les alphas, l’élite) aux quasiesclaves (les Epsilons)  ? Le fulgurant livre d’Aldous Huxley, qui a imprimé et imprime encore sa marque dans notre inconscient, est ici adapté à la scène par Emmanuelle Laborit de l’International Visual Theatre dans une version bilingue français / LSF captivante. Le Meilleur des mondes décrit ce que serait la dictature parfaite : une dictature qui aurait les apparences de la démocratie, une prison sans murs dont les prisonniers ne songeraient pas à s’évader. Un système d’esclavage où, grâce à la consommation et au divertissement, les esclaves « auraient l’amour de leur servitude  »... Cette description rapide n’est pas sans nous rappeler certaines craintes actuelles mais la version qu’en donne l’IVT enrichit encore le propos. Porté par un comédien sourd et un comédien entendant, le choc de l’oralité et de la langue des signes fait écho à la rencontre entre les « standardisés » et les derniers « sauvages » qui structure le livre. Et

Trois vies, trois bouleversements. Trois chaises, trois comédiennes. Trois tourbillons, mille façons de raconter : seules, entre elles, à nous. Autour d’un feu, d’une fêlure, d’un souvenir, tout sera bon à dire, à cracher, à éveiller. Avec le cœur, le corps, l’esprit, elles affirment, grondent, protestent, supplient, s’érigent, révèlent. En un mot, crisent, crient, rient… pour le plus grand bonheur des spectateurs·trices !

ce sont toutes les questions de la normalité, de la volonté d’uniformisation, des « minorités », des différent·e·s, qui sont explorées. Considérées comme des « handicapé·e·s » dont il faut réparer la « déficience », les personnes sourdes et leur culture portée par la langue des signes, parviennent difficilement à se faire entendre. Un parallèle frappant et… glaçant !

Crises © Joyjoy

Le Meilleur des mondes

8 - Journal n°46 - janvier/avril 2018

Pour la Saint-Valentin, le mercredi 14 février, si tu viens avec ton ex, on t’offre un verre !

La forme épurée chère à la Compagnie Mmm… sera menée ici encore plus loin, chacune des comédiennes amenant ses propres personnages et jouant avec ceux des autres. Inutile de vous préciser que nous sommes très impatient·e·s de découvrir - en même temps que vous - cette nouvelle création… Dans quels méandres leurs improvisations et leur travail de plateau auront mené les trois artistes ? Réponse à partir du 6 février, avec une seule certitude : le talent ! Genre : théâtre - Durée : 1h - Compagnie Mmm - Mise en scène : Julien Marot - Avec : Marie-Magdeleine, Camille Durand-Tovar, Clara Gasnot


L’Homme est le seul animal (...) © Visages Vagabonds

tout, féru de littérature, passionné de sciences et étrangement obsédé par tout ce qui nage, vole et respire. Alexandre Vialatte c’est surtout un fin sociologue qui bouscule nos préjugés par l’ironie, une pointe de cynisme et un humour de l’absurde. Marc Compozieux et Alexis Gorbatchevsky empruntent des textes à ses chroniques pour nous les livrer sur un plateau savoureusement fantaisiste, illustré par un bestiaire hétéroclite (tout y passe du chat empaillé au kangourou géant, en passant par le guépard - on ne vous en dit pas plus !). Chacun à leur tour ils incarnent, déclament et détricotent le fil rouge de la pensée de cet écrivain « notoirement méconnu ». Genre : théâtre - Durée : 1h - 11h11 - De : Alexandre Vialatte Avec : Marc Compozieux, Alexis Gorbatchevsky - Coproduit par le Théâtre du Grand Rond

« Deux voix, quatre yeux, un accordéon, du papier journal. Et ça suffit pour partir en voyage. (…) Le reste, c’est beaucoup de rires, plus encore de tendresse, des scènes qui poignent, au service d’un propos engagé – mais sans lourdeur – sur notre manière de traiter ces fous qui ne sont que des excès de nous-mêmes. « Sans la reconnaissance de la valeur humaine de la folie, c’est l’homme même qui disparaît », conclut le bon docteur Tosquelles. Tout est dit.» Jacques-Olivier Badia, Le Clou dans la planche Genre : théâtre - Durée : 1h20 - Frédéric Naud et Cie - Mise en scène : Marie-Charlotte Biais - Conception et jeu : Frédéric Naud, Jeanne Videau - Texte : Frédéric Naud - Musique  : Chloé Lacan, Alice Noureux - Aide aux écritures (texte et dramaturgie)  : Chloé Lacan - Lumière : Louna Guillot Coproduit par le Théâtre du Grand Rond

L’Homme est le seul animal qui porte des bretelles (ce qui le Méningite des poireaux distingue nettement du boa) La Moulin à folie et grain de vent Marc Compozieux et Alexis Gorbatchevsky vous proposent de (re)découvrir avec une bonne dose d’humour, une mise en scène décalée et beaucoup de poésie l’œuvre de ce personnage érudit, fantaisiste et hurluberluesque qu’était Alexandre Vialatte. Alexandre Vialatte pour ceux qui ne le connaissent pas, c’est le père spirituel de Pierre Desproges, un style inimitable et un humour décapant. À déguster sans détour ! On les avait accueillis pour leur premier spectacle Le 11/11/11 à 11h11 étonnant, non ?, hommage aux textes de Desproges qui nous avait régalés. La saison dernière au Grand Rond, ils se sont attaqués au maître supérieur, l’inspirateur de l’humour et de l’esprit desprogien, Alexandre Vialatte et avaient créé L’Homme est le seul animal... Comme nous avions beaucoup beaucoup aimé, et bien… on vous le re-propose ! Alexandre Vialatte c’est un chroniqueur libre, un amoureux du verbe, un intellectuel touche-à-

du 27 février au 10 mars du mardi au samedi à 21h

La Méningite des poireaux nous embarque en mots et en musique dans le tourbillon de la vie sanchopanchesque du Dr Tosquelles. Le révolutionnaire de la psychiatrie, le pourfendeur des idées reçues, l’ouvreur d’esprits et de paupières. La Méningite est de ces (rares) spectacles qui nous transforment, pour de bon, immédiatement. C’est quoi la folie ? C’est quoi être fou ? Folle ? Peut-être rien d’autre que la vie finalement. Avec La Méningite des poireaux, Frédéric Naud boucle sa seconde trilogie. Trois spectacles pour interroger les normes mentales, regarder avec des yeux neufs celles ou ceux que nous considérons comme « fous » ou « folles », celles et ceux qui ne rentrent pas dans les cases et finalement faire éclater nos préjugés dans un grand éclat de rire ou d’étonnement. Le pari de Frédéric Naud était risqué, d’aucun disait, totalement fou. Le résultat est un miracle de théâtre et d’intelligence collective. Toutes les belles idées sont des idées folles !

La Méningite des poireaux © Jacques-Olivier Badia

Pré-Desprogien du 20 au 24 février à 21hF

Le mardi : 1 place achetée = 1 place offerte !

Journal n°46 - janvier/avril 2018 - 9


LE PASS DU TPV : Pour 1 place achetée Le Tabou pendant l’événement, délivrance d’un PASS

Family business permettant l’accès au tarif de 3€ à l’ensemble dudes13spectacles au 17 marsproposés à 21h dans le cadre du TPV

2017 dans salles Fil rouge Lesles Joies de participantes la famille (voir! p.12) Il est des spectacles qui marquent des [BON PLAN] Les 100 premiers arrivés à la soirée tournants. Le Tabou fait partie de ceux-là. Nous d’inauguration se verront offrir un PASS. avons pu accueillir sa création lors du Festival SignÔ 2016 pour une seule représentation qui a affiché complet plusieurs semaines avant la date. À l’occasion de la Carte Blanche à ACT’S, nous sommes ravi·e·s de vous (re)proposer ce spectacle qui mêle théâtre, danse, chansigne et création sonore originale pour une expérience artistique au bilinguisme assumé ! Le point de départ de cette création collective est l’héritage familial. Celui que l’on porte toutes et tous en nous et qui influe, qu’on le Carte Blanche à ACT’S

veuille ou non sur le chemin de nos existences. Elnora a rendez-vous avec son passé, à travers sa première rencontre avec son grand-père, mystérieux personnage qui détient les secrets de sa famille. Nous voyageons alors dans la France de la Seconde Guerre mondiale, à travers les amours impossibles d’un jeune couple plein d’espoirs. Les sept artistes qui ont coécrit ce spectacle nous embarquent dans un univers théâtral qui mêle danse, chant, expressions corporelles et visuelles pour une palette explosive de la multiplicité des possibilités scéniques que permettent la langue des signes et le corps. Un spectacle « total » qui abat les frontières entre les arts et les gens pour aller à la rencontre de soi et des autres. Genre : théâtre visuel et LSF - Durée : 1h15 - ACT’S - Mise en scène : Sophie Scheidt - Avec : Simon Attia, Alexis Bernheim, Olivier Calcada, Emilie Rigaud, Morgane Robin, Sophie Scheidt, Joachim Sontag

Trois Ruptures Je t’aime, moi non plus du 20 au 31 mars du mardi au samedi à 21h

Le Tabou © Nathalie Denayrou

Fil rouge Les Joies de la famille (voir p.12) L’Agit est de retour au Grand Rond avec sa toute dernière création. Les joyeux·ses agitateur·trice·s vous proposent une immersion

10 - Journal n°46 - janvier/avril 2018

dans l’intimité de trois couples en pleine crise de nerfs. Ces trois ruptures contemporaines sont menées par deux comédien·ne·s désopilant·e·s à qui les répliques cinglantes et la méchanceté jouissive vont comme un gant. Entre L’Agit et nous (et vous !), la rupture n’est pas prête d’être consommée. Ne vous attendez pas à un happy-end. Avec un titre comme celui-là, le destin de ces trois couples est inévitable. La vie conjugale doit souvent faire face aux tensions du quotidien. Mais quand Rémi de Vos s’y attaque, ces petits riens prennent des proportions extravagantes et ces situations, un instant familières, deviennent ubuesques. Que ce soit un chien, un pompier ou un simple enfant, chaque couple découvre l’élément perturbateur qui va les entraîner vers la rupture (de câble). Le rythme est soutenu, les dialogues acides, la cruauté absurde et l’humour jubilatoire. Oh oui ! De Vos est un auteur que l’on aime beaucoup par ici. Ajoutez à son écriture acerbe, l’interprétation de François Fehner et Christelle Lehallier et la mise en scène de Marion Bouvarel, vous obtiendrez le spectacle idéal pour fêter, à notre manière, l’arrivée du printemps et son lot d’évocations romantiques. Genre : théâtre - Durée : 1h - L’Agit Théâtre - De : Rémi de Vos - Mise en scène : Marion Bouvarel - Avec : François Fehner, Christelle Lehalliers

En partenariat avec le Printemps du Rire Trois ruptures © Samuel Lahu


Thelma et Louise du 3 au 7 avril à 21h

Quelque part au milieu de la nuit © Eric Damiano, lepetitcowboy.com

Fil rouge Les Joies de la famille (voir p.12)

C’est l’histoire d’Agnès, qu’on suppose très vite être atteinte d’une maladie qui transforme sa mémoire en gruyère à gros trous, et qui, de ce fait, ne peut plus être autonome. Le spectacle commence au moment où Sylvie, sa fille, vient la chercher pour s’en occuper. On va les suivre toutes les deux au cours de leur voyage nocturne en train, depuis la maison de la mère, qui a été vidée de ses meubles, jusqu’à la maison de la fille où, désormais, elles vont vivre ensemble. C’est avec légèreté et un brin de dédramatisation que les deux comédiennes, Hélène Sarrazin (L’Agit, le Royal de Luxe…) et Jessica Laryennat (jeune comédienne issue du conservatoire) s’emparent avec brio de ce sujet rarement évoqué sur les planches, même si tous et toutes sont, ou seront probablement un jour ou l’autre, confronté·e·s à cette étonnante pirouette de la

vie qui fait de la fille, la mère et de la mère, une petite fille. C’est avec ce texte magnifique de Daniel Keene que Valérie Véril souhaite évoquer le thème d’une sphère familiale que la maladie va bouleverser. Valérie Véril, c’est l’autrice et la comédienne du désopilant Attifa de Yambolé. C’est une artiste dont l’acuité transformait nos racismes ordinaires en farce drolatique propre à réinterroger nos (trop) bonnes consciences. Gageons que cette finesse trouvera là aussi un terrain parfait où s’exprimer. Genre : théâtre - Durée : 1h15 - La Soi Disante Cie - De : Daniel Keene - Mise en scène : Valérie Véril - Avec : Jessica Laryennat, Hélène Sarrazin - Coproduit par le Théâtre du Grand Rond

Les spectacles circulent entre Le Moulin de Roques et le Grand Rond. La Soi Disante Cie sera en résidence à Roques-sur-Garonne et, avant de poser ses valises à Toulouse, fera une première sortie de son spectacle au Moulin le samedi 31 mars à 20h30.

Un Ubu au pouvoir ? Les nobles sont décapité·e·s, les magistrats décervelés, les financiers ratiboisés, les paysan·ne·s croûlent sous les impôts, les pauvres s’humilient pour une caisse d’argent et, pour finir ? C’est la guerre ! À l’heure des « vérités alternatives » (Alternative facts) du président des USA, de la déliquescence de notre propre système politique, il y a de quoi regarder cet Ubu avec attention… Le « décervelage » télévisuel faisant aujourd’hui clairement partie des stratégies employées par les « puissants » pour dominer les populations, la compagnie a choisi de se battre contre lui avec ses propres armes : c’est bien à une version télécinématrographique de la pièce que nous vous convions. Derrière un castelet propice à toutes les audaces et transformations, les comédien·ne·s-troncs nous embarquent dans un ballet délirant duquel la télévision sort essorée par le théâtre, la bêtise par les mots, la barbarie par la civilisation. Genre : théâtre - Durée : 1h15 - Le Puits qui parle - De : Alfred Jarry - Mise en scène : Valéry Forestier - Avec : Sabrina Amengual, Michaël Egard, Valéry Forestier

+ d’infos : www.lemoulin-roques.com

Ubu Roi

Farce télégénique du 10 au 21 avril du mardi au samedi à 21h Fils rouges A toute vitesse et Enragez-vous (voir p.12)

À la croisée du clown, de la marionnette, du théâtre d’objets et du petit écran, ce spectacle est un OVNI ludique et populaire, réconciliant les novices, les amoureux·euses du théâtre et des lettres, les jeunes et moins jeunes, les réfractaires, les cinéphiles et les téléphages. Cette version de Ubu est furieusement drôle, inventive et tellement vitaminée qu’en comparaison, un épisode de 24h chrono ressemble à un hommage contemplatif à La Petite Maison dans la prairie.

Ubu Roi © DR

Quelque part au milieu de la nuit

Journal n°46 - janvier/avril 2018 - 11


Ma vallée : un truc de fou !

Le spectacle mêle habilement chansons, récits mythologiques et anecdotes autobiographiques sur une installation mouvementée (« l’homme noir n’est pas répandu dans la vallée ») pour une variation autour du partage avec un grand P, à l’énergie communicative et à l’humour bien placé. « Toute une galerie de portraits aussi vrais, drôles, bêtes, naïfs que malins. L’ensemble sans cliché. En toute liberté de ton. Et surtout avec beaucoup d’humour… De la bonne gourmandise… » Sud Ouest

Retour à la terre du 24 avril au 5 mai du mardi au samedi à 21h

Ma vallée : un truc de fou ! © Benjamin Dubuis

Genre : théâtre - Durée : 1h10 - La Divine Fabrique - Mise en scène : Alberto García Sánchez - Avec : Ladji Diallo

Le mardi : 1 place achetée = 1 place offerte ! Nous avons rencontré Ladji Dialo lors de sa venue sur nos planches avec le premier volet de sa trilogie, J’kiffe Antigone. Après le premier choc de sa vie : sa rencontre avec le théâtre, ce nouvel opus nous fait découvrir son deuxième coup de foudre : les Pyrénées ! Et, pour ce Parisien d’origine, c’est l’émerveillement total. Bref, un vrai retour à la terre quoi ! Ladji Dialo nous raconte - avec la maîtrise de la langue qui le caractérise - son installation dans les Pyrénées et les personnages qui peuplent sa vallée, avec malice et bienveillance. On ne peut alors que s’émerveiller avec lui devant les êtres qui occupent cet endroit magique (dans le désordre) : ses voisins, les fées, l’ours, les vaches, les ânes, le blaireau…! Et on retient son souffle jusqu’au baisser de rideau ! 12 - Journal n°46 - janvier/avril 2018

Les Fils rouges Enragez-vous !

Contre les intolérances, les injustices et les dogmatismes de tout poil ! C’est en forme d’hommage à Jacques Prévert que s’ouvrent la saison et ce fil rouge. Laissez libre cours à votre soif de liberté et de justice ! Les chevaux de batailles de Prévert guideront vos pas : respect aveugle des dogmes et dérives du pouvoir... Le théâtre est encore et toujours politique cette saison !

toutes des grands travers et des petits défauts. A travers la relation de couple, parent-enfant ou les relations plus élargies, le fil rouge Les Joies de la famille, explorera le cercle familial à la loupe… Et vous la vôtre, elle est comment ?

À toute vitesse

Fans de sports extrêmes, de Formule 1 et de sensations fortes, attachez vos ceintures. Des spectacles qui ont pour point commun de vous garder scotché·e·s à votre siège, de vous embarquer dans leur univers sans avoir le temps de dire ouf. On se demande à quel moment respirent les comédien·ne·s. Un parcours à découvrir sur les chapeaux de roues !

Top chef

Et pour ce 1er fil, un Pass à garder tout au long de la saison vous donnera accès à des avantages et des cadeaux.

Les Joies de la famille

Ce fil rouge là, il devrait parler à tout le monde. Parce-qu’on en a toutes et tous, une famille ! Qu’elles soient nucléaires, nombreuses ou recomposées, nos familles respectives ont

Si votre passion (plus ou moins nouvelle et télévisuelle) c’est la cuisine, on a retrouvé pour vous toutes les propositions artistiques de la saison parlant de ou comprenant une recette, un ustensile, des fruits et légumes… La cuisine dans tous ses états et pour tous les goûts vous sera proposée à travers ce fil rouge non sans danger. Et pour les gourmand·e·s, bonne nouvelle ! Certains spectacles de la thématique vous permettront de goûter, déguster, bouloter, EN VRAI, de véritables propositions culinaires proposées sur notre plateau. À table !


Programmation Jeune public La Première neige

Les mercredis et samedis à 15h ou Du mardi au samedi à 11h et/ou à 15h pendant les vacances scolaires

gestuelle corporelles, et magie. Sur scène, une comédienne, une musicienne et un magicien, ou bien un écureuil, un hérisson et un ours - c’est comme on veut - abordent de manière subtile, sans trop de mots, les thèmes de l’hiver, de la neige mais également de l’attente.

Théâtre - dès 3 ans du 2 au 6 janvier à 11h et 15h les mercredi 17 et samedi 20 janvier à 15h

La scénographie et les lumières sont particulièrement réussies. Elles mettent en avant cet univers de douceur, de calme et de silence qui nous plonge avec ravissement au cœur de l’hiver (et c’est rare que l’hiver nous ravisse).

Cette année, l’écureuil est bien décidé à ne pas s’endormir avant que les premiers flocons de neige ne soient tombés. Il veut absolument voir de ses propres yeux combien l’hiver peut être merveilleusement beau. L’écureuil et ses copains font donc tout pour ne pas s’endormir. Mais les premiers flocons se font attendre... Et si la neige était déjà tombée et qu’ils ne l’avaient pas reconnue ? C’est comment des flocons de neige ? « Le bouc dit qu’ils sont blancs et humides, froids et doux… » Adapté de l’album jeunesse de Sebastian Meschenmoser L’écureuil et la première neige, ce spectacle nous embarque dans un univers de douceur et de délicatesse mélangeant ambiance musicale, expression et

Durée : 35 mn - Les Pieds Bleus - De  : Sebastian Meschenmoser  - Mise en scène : Jacques Gouin - Avec : Baptiste Arnaud, Hélène Poussin, Céline Villalta

Histoire d’un escargot Théâtre - dès 5 ans du 24 janvier au 10 février les mercredis et samedis à 15h

Adapté de l’Histoire d’un escargot qui découvrit l’importance de la lenteur de Luis Sepúlveda, c’est avec humour et poésie que Coline Lubin et Kristen Annequin nous emportent dans ce voyage épique et atypique à hauteur de brin d’herbe... À travers les aventures de Rebelle l’escargot, une conteuse mutine et rassurante embarque le jeune public à la rencontre de personnages drôles et attachants. Le tout arrosé d’un peu de salade verte. Grâce à ce spectacle, véritable coup de cœur, une chose est sûre, vous ne regarderez plus les escargots de la même façon... Durée : 45 mn - CLAK Compagnie - De : Luis Sepulveda Mise en scène : Coline Lubin - Avec : Coline Lubin, Kristen Annequin

Histoire d’un escargot © Aïda Grifoll

La Première neige © Jonathan Bayol

Créée en 2009 dans le Lot (où l’hiver est rude), la compagnie Les Pieds Bleus posera ses valises au Grand Rond pour la première fois et nous sommes très heureux·euses de vous faire partager son travail.

Au milieu de son champ, un escargot se pose des questions. Pourquoi sont-ils si lents ? Pourquoi n’ont-ils pas, chacun, un nom ? Face à l’indifférence de ses congénères, cet escargot, bien décidé à avoir des réponses, va entreprendre un très long voyage. Le long de son parcours, il apprendra ce qu’est la peur, l’exil, l’importance des rencontres, et l’apprentissage du courage pour aller de l’avant.

Journal n°46 - janvier/avril 2018 - 13


Les Histoires de Rosalie

Rosalie c’était elle-même. ». Dans ces textes, Michel Vinaver raconte le parcours initiatique d’une petite fille. Audacieuse et facétieuse, Rosalie va vous émouvoir par son courage et sa curiosité, mais surtout vous faire rire par ses bêtises et son imagination débordante. Têtue, elle osera braver tous les dangers avec confiance, toujours entourée de la bienveillance et de la compréhension des adultes. Dans ce récit, Claude Sanchez prend la place de l’auteur et veut nous faire redécouvrir avec simplicité l’enfance que lui racontait sa grandmère, à travers les yeux de la dame qu’elle est devenue. Elle nous offre un spectacle à feuilleter comme on feuillette un album photos… Sourire aux lèvres et cœur léger !

Rosalie est une petite fille facétieuse, adorablement pénible qui, dans ce spectacle, va apprendre et découvrir le monde à travers mille et une bêtises. Les Histoires de Rosalie, d’après l’œuvre de Michel Vinaver, ce sont de courts récits qui se succèdent, habités de personnages touchants : vous croiserez tour à tour un loup, des pots de confiture, le docteur et sa piqûre. Un spectacle marionnettique, drôle et émouvant, à savourer sans modération ! « Ma grand-mère n’était pas seulement douce, elle était comme un soleil : bien du monde venait se chauffer à ses rayons. Quand elle souriait, c’est le monde entier qui semblait devenir gai et léger. Quelquefois ma grand-mère me racontait les histoires d’une petite fille qui s’appelait Rosalie. 14 - Journal n°46 - janvier/avril 2018

Durée : 45mn - Théâtre Folavril - D’après : Michel Vinaver Mise en scène : Claude Sanchez - Avec : Claude Sanchez Coproduit par le Théâtre du Grand Rond

Même pas faim !

Marionnette - dès 3 ans du 27 février au 3 mars à 11h et à 15h les mercredi 7 et samedi 10 mars à 15h Quand Anouchka Pasturel décide de travailler avec les marionnettes confectionnées par Virginie Lallement (de la Compagnie Rouge les Anges, qu’on ne présente plus !), cela donne un

Même pas faim © Laura Barataud

Les Histoires de Rosalie © Philippe Sanchez Clément

Marionnette - dès 5 ans les mercredi 14 et samedi 17 février à 15h du 20 au 24 février à 11h et à 15h

spectacle qui dépote, tendre et drôle à la fois, parfait pour parler de nourriture à nos jeunes spectateur·trice·s. Après un premier passage sur nos planches en avril 2016, on veut du rab ! Dans le bayou, c’est comme partout. Ivanoé boude son assiette. Petit crapaud facétieux, il met la patience de son père à rude épreuve. Papa crapaud a pourtant plus d’une histoire dans son sac pour lui ouvrir l’appétit. Redoublant d’ingéniosité il utilise fruits, légumes et éléments végétaux qui donnent tour à tour vie, à un crocodile à tête d’aubergine et tronc en ananas, à une petite fille à frimousse de tomate et corps en pelure de pomme de terre... L’objectif étant de faire comprendre à son petit que s’alimenter est nécessaire pour grandir mais pas seulement. Partager un repas permet de créer des liens, de donner de l’amour et d’en recevoir. Ivanoé entend bien ce que son papa lui explique. Mais il refuse tout de même de finir sa tarte aux limaces. Transporté dans un rêve très étrange, il va devenir acteur de sa destinée : en proie à des limaces désireuses d’en faire leur repas, il va devoir les affronter... Traitant avec délicatesse et humour des déboires d’Ivanoé, ce spectacle nous plonge dans un univers cartoon savoureux baigné de jazz New Orleans... Durée : 40 mn - Compagnie Chat Perché - De : Anouchka Pasturel - Mise en scène : Anouchka Pasturel - Avec : Richard Galbé-Delord, Anouchka Pasturel - Marionnettes : Virginie Lallement - Décors : Emmanuel Borgetto - Musique : Florant «Sarg» Mercadier - Lumière : Joël Abriac


Bouge plus !

Théâtre - dès 9 ans du 14 au 31 mars les mercredis et samedis à 15h rôle, ils tombent à corps défendant là où ils ne souhaitent pas, alors ils grimacent, ils se débattent, ils tentent une sortie, ils s’affrontent, se vexent, se chahutent, se tyrannisent. Le jeu est séquencé, dynamique, changeant, multiforme, parlé, chanté, dansé, grandiloquent ou léger,

réaliste ou métaphorique. Ils improvisent sous nos yeux, allègrement, pour rester en vie, pour rester debout ! Durée : 55 mn - Petit Bois Cie - De : Philippe Dorin - Mise en scène : Bilbo - Avec : Mallory Casas, Sarah Darnault, Thibault Deblache

Place jeu

Bouge plus ! © Le Clou dans la planche

Le flocon de La Première neige, le gastéropode de l’Histoire d’un escargot et l’ananas de Même pas faim ! te proposent un sudoku. La règle du jeu est simple : Dessine ces trois personnages dans les différentes cases vides. Mais ils ne doivent être présents qu’une seule fois par ligne et par colonne.

Bouge plus ! c’est un peu comme une photo de famille : quelqu’un dit « on bouge plus ! », mais, au final, y en a toujours un·e qui est flou·e, ou qu’on ne voit pas, ou qui fait la grimace. Les personnages, ça doit être comme les enfants qui disent toujours tout haut les choses qu’on ne doit pas dire et qui mettent tout le monde dans l’embarras, qui laissent sans voix. Bouge plus ! c’est à l’image de la vie qui est une tentative désespérée de tout faire tenir debout mais ça ne dure jamais longtemps. Ça bouge tout le temps. Bouge Plus ! est une pièce basée sur un jeu d’écriture centré sur une famille : père, mère, enfant. L’un après l’autre, chacun cherche sa place et essaie de la tenir. Et à tour de Journal n°46 - janvier/avril 2018 - 15


En attendant Coco © Daniel Margreth

Théâtre, marionnette - dès 3 ans du 4 au 14 avril, les mercredis et samedis à 15h du 17 au 21 avril à 11h et 15h Prenez un petit pirate facétieux, plongez-le dans les bras d’une belle, incorporez aussitôt un méchant jaloux, perfide et mesquin (gare aux grumeaux), portez le tout à ébullition et touillez ferme avant de laisser reposer (mais pas trop) jusqu’à ce que... tout explose ! Vous avez alors un magnifique spectacle de marionnettes assumant totalement un côté burlesque lorgnant vers Tex Avery, le tout sans un mot mais force bruitage ! Voilà une bien belle surprise que cet En attendant Coco. Portés par une énergie diabolique, les deux marionnettistes manipulent à une vitesse stupéfiante pas moins de 5 types différents de marionnettes tout en assurant bruitages et « effets spéciaux » en direct. Sans parole mais baigné dans un environnement sonore pétillant, En attendant Coco est un hymne à la malice et à la joie ! « Le spectacle En attendant Coco assume remarquablement le spectacle de tréteaux de la marionnette à gaine. Le dispositif scénique : un castelet manipulable permet une utilisation et une dissociation de l’espace scénique très efficace, et les éléments de décors et les accessoires, utilisés avec une grande économie de moyens, en font un argument stylisé qui 16 - Journal n°46 - janvier/avril 2018

sert l’imagination poétique et le compte rendu burlesque de la dramaturgie. » Alain Recoing, fondateur du Théâtre aux Mains Nues, commandeur des Arts et des Lettres Durée : 35 mn - Le loup qui zozote - Mise en scène, création marionnettes, objets et décors : Damien Clenet Manipulation  : Mathilde Chabot, Emmanuel Gaydon Fabrication du castelet : Yannick Guerin - Création lumières : Jean-Philippe Monteiro - Regard extérieur : Aymeri Suarez Pazos - Coach manipulation : Brice Coupey

1 & 2 : Ce sont deux recueils de poèmes du grand Jacques Roubaud et de l’illustre Roubaud Jacques. Durée : 50 mn - De : Marin - Textes de : Émilie Cadiou, Manu Galure, Jacques Roubaud, Hervé Suhubiette - Mise en scène : Hervé Suhubiette - Musiciens : Aude Bouttard, Marin, Guillaume Viala - Scénographie : Claire Saint Blancat Création lumière : Didier Landes - Création vidéo : Romain Gaboriaud/Prodigima Fims - Réalisation du décor : Claire Daulion, Claire Saint Blancat

Pitpit !

Concert - de 6 à 11 ans du 24 au 28 avril à 15h du 2 au 12 mai, les mercredis et samedis à 15h Les concerts pour enfants ne sont pas légion et nous sommes ainsi d’autant plus heureux·euses de vous proposer celui de Marin. Pitpit ! c’est non seulement un concert aux arrangements millimétrés et aux chansons travaillées au cordeau mais c’est aussi un spectacle à la scénographie astucieuse et au fil rouge aussi inventif que ludique. Une vraie belle réussite portée par trois musicien·ne·s que l’on aime particulièrement. Pitpit ! Le nouveau spectacle de Marin, c’est pour les écolièr·e·s. Y’a du sauvage raffiné, du domestique encanaillé, douze baguettes, six bras, quatre mentons et des chansons. Y’a des moutons en dépression, des éléphants dans les jardins, un canapé dans la baleine, des poèmes

Pitpit ! ©DR

En attendant Coco

de poètes : Jacques Roubaud, Hervé Suhubiette, Manu Galure, Émilie Cadiou. Y’a Les animaux de tout le monde1, y’a Les animaux de personne2, des bestioles sous le tapis, des animaux chics et louches, vous avez un moucheron sur le nez. Ça pianote, ça percute et ça déménage ! Tintinnabulez instruments zélectroniques, marimbas et kasskass ! Ronflez basses et contrebasses ! Vibrez vibraphones ! Brûlez pianos ! Soufflez poumons ! On sort le bestiaire du vestiaire...


Les expositions

Chaque mois une nouvelle expo dans la partie accueil

Iron Fish

Kantuta Varlet, costumière, et Sarah Malan, peintre, ont créé le duo « Les Chiffonnées ». Elles proposent pour cette exposition, une installation de boîtes lumineuses. Dans ces boîtes, des images, des mises en scène, des histoires… Chacun·e y est invité·e à toucher, ouvrir ou scruter par l’œil de juda pour découvrir des mondes imaginaires dentelés, ciselés, tirés à quatre épingles ou coupés au couteau.

de Jean Louis Galy

© Jean Louis Galy

© Eric Lagarde

du 2 au 29 janvier

Bernadette & Co de Eric Lagarde

du 29 janvier au 5 mars Bernadette Soubirous, entre février et juillet 1858, aura 18 apparitions mariales à la grotte de Massabielle. Par l’affluence de pèlerin·e·s, curieux·ses et journalistes, sa situation devient de moins en

de Fabrice Roque du 2 au 30 avril

de Sarah Malan et Kantuta Varlet du 5 mars au 2 avril

© Fabrice Roque

Les Chiffonnées

© Sarah Malan et Kantuta Varlet

En 2015, au cours d’une exploration sousmarine en apnée en méditerranée, au détour d’un tombant, Jean Louis Galy observe posé sur le sable un tas de ferraille à côté d’une épave de bateau. C’est en fouillant cet amas de ferraille rouillée qu’apparut la silhouette d’un poisson. Après de multiples plongées, le ramassage de la ferraille lui permit de recycler le fer rouillé et de transformer la matière. C’est ainsi qu’Iron Fish est né.

moins tenable. Trop sollicitée, elle décide d’une vie religieuse chez « Les Sœurs de la Charité » à Nevers, où elle décède en 1879. Bernadette & Co est le pendant mercantile de cette histoire. Lourdes est la deuxième ville hôtelière de France, elle accueille chaque année 6 millions de pèlerin·e·s, dont 60 000 invalides.

Photos interdites

Arrêter le temps du spectacle vivant, figer cet instant sans cesse en mouvement, donner une image à voir d’un spectacle à revoir. Fabrice Roque a la chance de pouvoir faire des photos où, généralement, elles sont interdites. Il vous propose donc dans cette exposition quelques arrêts sur image de spectacles très vivants vus ces trois dernières années...

Journal n°46 - janvier/avril 2018 - 17


Le p

rtrait

Philippe et Philippe

Pleins Feux sur… la SCIC Comme l’éditorial l’annonce, le Théâtre du Grand Rond change de statut juridique en janvier 2018 et devient une Société Coopérative d’Intérêt Collectif (SCIC).

On saute sur l’occasion du Festival Détours de chant, qui se tiendra à Toulouse et dans la Métropole du 23 janvier au 3 février, pour faire un peu d’histoire, culturelle… et chantante, of course ! L’occasion de vous parler un peu aussi des deux Philippe : Couret et Pagès… Détours de chant est né, comme beaucoup de projets, un peu par hasard et beaucoup par envie. Salle Nougaro, 2002, Philippe Couret est responsable de la programmation et s’apprête à accueillir Anne Sylvestre (Philippe C. a toujours eu bon goût), Hervé Suhubiette, qui dirige (entre autres) les Voix Express, une chorale amateure zélée propose d’adjoindre des premières parties à la grande dame, histoire de jouer la carte des découvertes ! Pari gagné, Détours de chant est né… Les années passent et comme, dès la 3ème édition, le projet s’élargit en partenaires et notamment Le Bijou (c’est là qu’apparaît le 2ème Philippe !) mais aussi Croix Baragnon, Les Mazades et Bonnefoy. 10 ans après les premières notes, l’association Détours de chant est officiellement créée ! Les deux Philippe fédèrent alors autour d’eux une vingtaine de salles pour une programmation qui fait toujours la part belle aux découvertes, tout en poursuivant un vrai travail d’accompagnement : en partant des jeunes pousses pour arriver jusqu’à la Halle aux Grains. Une histoire de passion, parce que ces deux Philippe là, aucun doute que c’est bien ça qui les anime, la passion du métier, et des artistes… On leur souhaite, on nous souhaite un très beau Détours de chant 2018, en espérant en prendre encore pour 20 ans ! Tout le programme : www.detoursdechant.com 18 - Journal n°46 - janvier/avril 2018

Depuis le démarrage du projet en 2002, le Théâtre est porté par une association type loi 1901. Si cette structuration était pertinente lorsqu’il s’agissait de défendre l’existence même d’un lieu de spectacle sur les ruines de l’ancien Théâtre du Jour, elle n’a en revanche jamais réellement correspondu au fonctionnement et à l’essence même du projet. Au niveau du fonctionnement, les salarié·e·s ont toujours participé à la conduite et à la construction du projet associatif aux côtés des membres du Conseil d’Administration. Cette implication dans l’évolution de leur outil de travail est une composante essentielle et constitutive de la manière dont l’ensemble des salarié·e·s envisagent leur engagement au service de ce projet. En ce sens nous fonctionnons comme une SCOP depuis toujours. Le projet qui sous-tend l’ensemble de nos actions peut se résumer à la volonté d’être un endroit de rencontres entre public[S] et artiste[S] et de tout faire pour favoriser, approfondir et provoquer ces rencontres. Les endroits de discussions, d’échanges et de confrontations d’idées sont primordiaux pour la bonne marche du Théâtre : c’est ainsi que le Club des spectateur·trice·s est né, c’est ainsi que depuis toujours la programmation est faite collectivement par l’équipe et certains membres du CA, c’est pourquoi le Théâtre du Grand Rond est investi dans de nombreux réseaux et collectifs avec toujours la volonté d’y faire vivre la diversité. Si une association Loi 1901 n’empêche pas un tel fonctionnement, elle ne permet pas de le mettre en valeur car il n’est pas inscrit dans l’objet même d’une telle structure juridique. Dans le cas d’une SCIC, ça l’est ! L’organisation en collèges d’associé·e·s permet d’affirmer statutairement cette volonté

de dialogue et de co-gestion et de la défendre au service d’un intérêt collectif. Les collèges de salarié·e·s, d’artistes et technicien·ne·s, de spectateur·trice·s, de partenaires et enfin le collège des membres fondateur·trice·s affirment concrètement que le Théâtre du Grand Rond est un outil au service de tous et toutes et que tous et toutes ont une place en son sein si tel est leur désir. C’est notre manière de nous engager complètement dans la défense des Droits Culturels que la loi NOTRe a enfin reconnu en 2015. Enfin, et c’est un élément qui pour nous est capital, dans SCIC il y a société. Le Théâtre revendique d’être un acteur économique et souhaite être considéré comme tel. Un acteur de l’économie sociale et solidaire peut-être, mais un acteur économique à part entière. La culture pèse économiquement 7 fois plus que l’automobile dans le PIB national. Si elle pèse autant, c’est grâce à l’exception culturelle, grâce à l’intermittence, grâce au souci constant de l’exigence artistique qui habite les artistes et les lieux, grâce, finalement, à une manière d’envisager l’économie qui place l’humain avant l’argent.

La SCIC en chiffres 1 direction collégiale 5 collèges d’associé·e·s 718 jours de préparation 102 471 + 19,6 % (pour la TVA) de neurones en moins dans l’équipe


Légende Expo : exposition / TP : spectacle tout public / JP : spectacle jeune public / Ap : apéro-spectacle

la GRILLE de janvier à avril 2018 janvier Expo - Iron Fish

mars du 2 au 29 janvier

p.17

du mar au sam à 21h du mar au sam à 11h et 15h

p.6 p.13

TP - La Méningite des poireaux JP - Même pas faim ! Ap - Heureusement

du mar au sam à 21h du mar au sam à 19h

p.6 p.4

du 13 au 17 mars

du mar au sam à 21h mer et sam à 15h du mar au sam à 19h

p.7 p.13 p.4

du mar au sam à 21h mer et sam à 15h du mar au sam à 19h

p.7 p.13 p.4

du mar au sam à 21h mer et sam à 15h du mar au sam à 19h

p.8 p.13 p.4

du 2 au 6 janvier TP - Le Bol Ikea et autres chutes JP - La Première neige

du 16 au 20 janvier TP - Qu’on en parle plus JP - La Première neige Ap - Livrer pagaille du 23 au 27 janvier TP - Fallait pas vouloir JP - Histoire d’un escargot Ap - Moran - Détours de chant du 30 janvier au 3 février TP - Le Meilleur des mondes JP - Histoire d’un escargot Ap - Quartet Buccal - Détours de chant

du 29 janvier au 5 mars

p.17

du mar au sam à 21h mer et sam à 15h du mar au sam à 19h

p.8 p.13 p.4

du mar au sam à 21h mer et sam à 15h du mar au sam à 19h

p.8 p.14 p.4

du mar au sam à 21h du mar au sam à 11h et 15h du mar au sam à 19h

p.9 p.14 p.4

du mar au sam à 21h du mar au sam à 11h et 15h du mar au sam à 19h

p.9 p.14 p.4

du 6 au 10 février TP - Crises JP - Histoire d’un escargot Ap - Je suis contre la mort du 13 au 17 février TP - Crises JP - Les Histoires de Rosalie Ap - Fergus McKay & Nothing Concrete du 20 au 24 février TP - L’Homme est le seul animal (...) JP - Les Histoires de Rosalie Ap - Michel et Yvette du 27 février au 3 mars TP - La Méningite des poireaux JP - Même pas faim ! Ap - Re NaïQa

p.17

du mar au sam à 21h mer et sam à 15h du mar au sam à 19h

p.9 p.14 p.5

du mar au sam à 21h mer et sam à 15h du mar au sam à 19h

p.10 p.15 p.5

du mar au sam à 21h mer et sam à 15h du mar au sam à 19h

p.10 p.15 p.5

du mar au sam à 21h mer et sam à 15h du mar au sam à 19h

p.10 p.15 p.5

du 2 au 30 avril

p.17

du mar au sam à 21h mer et sam à 15h du mar au sam à 19h

p.11 p.16 p.5

TP - Ubu roi du mar au sam à 21h JP - En attendant Coco mer et sam à 15h Ap - Marcel Dorcel & son Orchestre de Merde du mar au sam à 19h

p.11 p.16 p.5

TP - Le Tabou JP - Bouge plus ! Ap - Vers la métamorphose - Jef’S du 20 au 24 mars TP - Trois ruptures JP - Bouge plus ! Ap - Capitaine etc. du 27 au 31 mars TP - Trois ruptures JP - Bouge plus ! Ap - Au bout du comptoir, la mer !

avril Expo - Photos interdites du 3 au 7 avril

février Expo - Bernadette & Co.

du 5 mars au 2 avril

du 6 au 10 mars

du 9 au 13 janvier TP - Princess Bernard Ap - En pleines formes - Stef !

Expo - Les Chiffonnées

TP - Quelque part au milieu de la nuit JP - En attendant Coco Ap - Ben Herbert Larue du 10 au 14 avril

du 17 au 21 avril TP - Ubu roi JP - En attendant Coco Ap - Lily Luca

du mar au sam à 21h du mar au sam à 11h et 15h du mar au sam à 19h

p.11 p.16 p.5

du mar au sam à 21h du mar au sam à 15h du mar au sam à 19h

p.12 p.16 p.5

du 24 au 28 avril TP - Ma vallée : un truc de fou ! JP - Pitpit ! Ap - Musique baroque en duo

Journal n°46 - janvier/avril 2018 - 19


Accueil et billetterie : le Théâtre est ouvert du lundi au samedi de 10h à 18h. Réservations téléphoniques : 05 61 62 14 85 Réservations en ligne : www.grand-rond.org (À surveiller ! Bientôt du nouveau...)

Tarif plein

12 €

Tarif réduit Carte Toulouse Culture et CE partenaires

10 €

Tarif réduit étudiant·e·s, demandeur·euse·s d’emploi et intermittent·e·s

8€

Tarif réduit moins de 12 ans

6€

de

Me tz Allée François Verdier

Tarifs des spectacles Tout public

Sauf mention spéciale, les représentations ont lieu à 21h du mardi au samedi.

Rue

Boulevard Lazare Carnot

Infos pratiques

Fr èr es Ru dese J

Lio

n

ard

ins

Place Dupuy Halle aux Grains R du ue Po nt M

on ta u

CARNET PLEINS FEUX 18 €

demandeur·euse·s d’emploi, RSA, intermittent·e·s, étudiant·e·s

Carnets de places non nominatives et sans limitation de durée valables dans les salles suivantes : le Bijou, la Cave Poésie, Théâtre Le Chien Blanc, Théâtre Le Fil à Plomb, Théâtre du Grand Rond, Théâtre Le Hangar, Théâtre du Pavé, Théâtre de la Violette et Théâtre Le Ring.

ses

Rue des Ab e

illes

Tarifs des spectacles Jeune public

Les représentations ont lieu mercredi et samedi à 15h. OU du mardi au samedi à 11h et/ou à 15h pendant les vacances scolaires.

6€

Tarif plein Carnet Jeune Public - Carnet 5 places (= 5 € la place)

25 €

Carnets de cinq places non nominatives et sans limitation de durée, uniquement valables pour les spectacles jeune public au Grand Rond. Le Grand Rond et The Petit London présentent : The Formule Cuisine Rock’n’roll et spectacle ! Formule à 15€ = 1 place de spectacle à 21h + 1 tapa et 1 boisson au bar The Petit London (avant ou après la représentation).

Règlement en espèces, chèque et carte bancaire. Chèques Culture et Chèques Toulouse Jeunes acceptés. Salle climatisée et gradinée de 120 places, accessible aux personnes à mobilité réduite. La billetterie ouvre 30 minutes avant le début du spectacle. Les places réservées sont remises en vente 5 minutes avant le début du spectacle. Possibilité de venir retirer vos places en avance directement au Théâtre du lundi au samedi de 10h à 18h.

Théâtre du Grand Rond 23 rue des Potiers - 31 000 Toulouse 05 61 62 14 85 - www.grand-rond.org

Licences d’entrepreneur de spectacles 1-1084179 2-1084180 3-1084181

� e rs

Tarif réduit - Carnet 3 places (= 6 € la place)

dr an

Rue des V a

e s Po

40 €

Rue d

Tarif plein - Carnet 5 places (= 8 € la place)

Square du Boulingrin Grand Rond Métro ligne B, arrêt François Verdier Lignes 1, 2, 10, 14, 16, 22, 29 et 38 Stations 23, 43 et 65

Partenaires institutionnels

Partenaires culturels au long cours

Partenaires média

Théâtre du Grand Rond - Journal n°46 - janvier/avril 2018  
Théâtre du Grand Rond - Journal n°46 - janvier/avril 2018  
Advertisement