Page 26

Arles: rencontre avec la photographie di Margaux Buyck

Nadège Mériau, Grotto, 2011 COURTESY OF NICOLAS CESEAR

Au cours de l’été, le sud de la France accueille un florilège de festivals et d’événements. Du 2 juillet au 23 septembre 2012 se tient en Arles la 43e édition des Rencontres de la photographie. Cette année est également l’occasion pour l’Ecole Nationale Supérieure de Photographie d’Arles (ENSP), créée en 1982, de dresser le bilan de trente années de formation.

Une école française: chauvins les arlésiens? Au risque d’être accusées de chauvinisme, les Rencontres d’Arles ont choisi cette année de mettre en avant les travaux des 640 étudiants arlésiens de l’ENSP. Le pari était risqué notamment du côté du public international qui pouvait y voir l’expression d’un snobisme à la française, mais l’occasion était trop belle. L’Ecole Nationale Supérieure de Photographie d’Arles fête en effet ses trente ans d’existence. On peut cependant se demander pourquoi les organisateurs ont attendu ce trentième anniversaire pour faire le bilan. Pour François Hébel, directeur des Rencontres: dix ans, vingt ans, trente ans, c’est le temps nécessaire pour que s’épanouissent les talents de photographes, d’historiens, de commissaires, formés à l’École nationale supérieure de photographie (ENSP). Il fallait donc attendre d’atteindre une certaine maturité, que les talents éclosent avant de tirer un bilan et d’affirmer la spécificité française dans le milieu de la photographie. L’ENSP revendique une place à part entière de la photographie dans l’art contemporain. Par ailleurs, elle compte bien se démarquer des écoles allemande et américaine qui occupent la scène internationale de la photographie. Le leitmotiv de l’école d’Arles est celui de la diversité des styles. Il s’agit d’éduquer l’œil et non de le formater. Pour les enseignants, l’objectif n’est pas de fondre les étudiants dans un moule, mais de privilégier le développement et l’expression des personnalités, des talents. Cette absence de style «made in Arles» dérange parfois, certains confrères allant jusqu’à nier l’existence d’une école française. Il est vrai que les français peinent à rivaliser avec les artistes allemands et américains qui dominent le marché de l’art contemporain. On ne peut cependant reprocher à l’école d’Arles cette volonté d’atteindre l’excellence dans la diversité. Bien que les Rencontres d’Arles aient choisi cette année le titre d’école française, les organisateurs ne s’engluent pas

26

Merci Marlène - Eva

dans un nombrilisme primaire ou tout un chacun s’autocongratule. On note la présence de nombreux invités venant des quatre continents. De grands artistes tels que Joseph Koudelka avec sa magnifique rétrospective Les Gitans ou encore Amos Gitaï et Klavdij Sluban sont à l’honneur. Le prix Découverte des Rencontres permet également de mettre en avant de nombreux talents venus du monde entier. Illustrer un article sur un tel événement est un choix cornélien et l’on se voit confronté à sa propre subjectivité. Nous avons choisi de suivre notre instinct en présentant un panel de quatre photographes provenant d’univers différents, nous ayant séduit, pour des motifs différents, au premier regard. Alain Desvergnes: Portraits en tant que paysages / Paysages en tant que portraits Outre l’exposition des travaux des étudiants, cette 43e édition des Rencontres de la photographie a choisi de rendre hommage aux fondateurs et enseignants de l’ENSP. Au cours de ses déambulations dans les anciens ateliers de la SCNF, le visiteur rencontrera les fameuses photos d’Alain Desvergnes, ancien directeur des Rencontres et fondateur de l’ENSP, qu’il dirigera pendant près de 16 ans. Cette série intitulée Portraits en tant que paysages / Paysages en tant que portraits retrace le périple du photographe dans le Mississippi au cours des années 60. Alain Desvergnes affirmera avoir recherché au cours de cette quête photographique les personnages des romans de William Faulkner. En effet, dans ces clichés des années 60, qui oscillent entre

Olivier Calbat, Welcome, Gourna, 2004 COURTESY OF RENCONTRES DE LA PHOTOGRAPHIE D'ARLES

The Artship  

Bulletin of Visual Culture