Issuu on Google+

The European Court ~ Tribune

Dimanche 3 Mai 2009

Edition Spéciale Election Présidentielle de l’Opus Dei

Les préparatifs de l’Election Présidentielle de l’Opus Dei La   première   pierre   de   l’édifice   qu’a   été   cette   élection   est   l’éviction   de   la   Baronne   de   la   Mauredorée,   qui   a   due,   comme   vous   le   savez   a   été   démise   de   ses   fonctions par le Prince Fo du   Syndicat,   suite   à   de   malversations   dénoncée dénoncée   par   le   Corbeau   auprès   du   Président de l’Opus Dei, qui   du   coup   a   due   intervenir   auprès   du   Prince   Fo   pour   que   la   Baronne   soit   déchue   de   tous   ces   titres.   Et   son   remplacement   par   le   Baron   de La Troué, aurait peut­être   pu   changer   l’issu   de   l’élection à la présidence

La   Deuxième   pierre   de   cet   édifice   et   l’éviction   de   la   Comtesse   de   la   Ferté   Beauharnais,   membre   de   la   commission   des   finances,   mais aussi et surtout membre   de l’Opus Dei, et en tant que   tel,   elle   détenait   une   voie   essentielle qui aurait pu faire   basculer le vote en faveur du   Comte   de   Port   Saint­Louis,   qui   brille   depuis   fort   longtemps   déjà   la   vice­ présidence de l’Opus Dei qui   doit   pouvoir   lui   ouvrir   les   porte de la présidence. Mais   le   remplacement   de   la   Comtesse   n’a   fait   que   renforcer le pouvoir et

La   main   mise   du   parti   Médéfpart  (dont  fait  parti  le   Cardinal Adam, Président de   l’Opus   Dei   avant   cette   élection, au grand damne du   Comte   de   Port   Saint­Louis,   qui vue, une fois de plus lui   échapper   la   vice­présidence   et du coup la présidence et du   se   contenter   du   titre   de   Trésorier de l’Opus Dei. La   troisième   pierre   de   l’édifice c’est la querelle qui   dure   depuis   sont   élection   entre le Pape Léon XII et le   Baron du Rhin Roger II, et le   fait que le Pape ait tenté de   faire élire à la Présidence la   Comtesse de la Madeleine

du Piedmont, qui a déjà été   présidente  de  l’Opus  Dei  à   Deux reprises et qui s’était   jurée   de   ne   plus   se   représenter.   Et   pour   cette   raison,   elle   a   refusée   la   proposition   du   Pape   afin   qu’elle   présente   une   nouvelle fois sa candidature.   De ce fait le Baron du Rhin   perdait   sa   seule   menace   sérieuse   à   sa   deuxième   tentative de prise du pouvoir   à   l’Opus   Dei.   Mais   malgré   tout il y avait une pierre de   plus   qui   est   venue   se   jeter   dans la mare du Baron c’est   le   Vicomte   de   la   Pexe­sur   Saône.

Une Election qui laissera des traces

Le   Pape   Léon   XII,   espérait,   plus   ou   moins   secrètement   que   le   Baron   du   Rhin   ne   réussisse   pas   à   retrouver   la   Présidence   de   l’Opus   Dei   tant   il   avait   contribué   à   réduire   le   nombre   de   ses   partisans   et   à   réduire   son   influence en agissant de sorte   à retourner ses propres amis   contre lui et à l’isoler au sein   de   la   commission   des   finances et au sein de l’Opus   Dei,   grâce   entre   autre   au   soutien   indéfectible   du   Cardinal Adam qui a

occupé   la   vice­présidence,   puis la présidence de l’Opus   Dei. Il a été l’atout maître du   Pape   pendant   les   quatre   dernières   années,   mais   ses   récents   problèmes   et   ses   soupçons   infondé   de   détournement   de   fond   on   considérablement  affaiblie  le   Cardinal   au   Point   que   son   parti,   le   Médéfpart,   lui   a   retiré   son   soutien   pour   sa   candidature, à nouveau, à la   vice­présidence. Et c’est ainsi   que le Comte de Grammont,   qui   finalement   n’était   qu’un   homme   de   paille   du   Médéfpart,   car   même   pas   membre   de   l’Opus   Dei,   se   retrouve   proposé   pour   la   vice­présidence. Le Comte de   Port   Saint­Louis   ayant   été   écarté de la vice­présidence,   c’est   donc   le   Comte   de   Grammont qui est propulsé à   la   vice­présidence   et   devient   de fait membre de l’Opus Dei  

le Cardinal Adam, ne devant   dorénavant que jouer un rôle   secondaire,   bien   qu’il   reste   membre de l’Opus Dei. Pour   la Présidence le seul candidat   qui   voulait   s’opposer   au   Baron   du   Rhin   c’est   le   Vicomte   de   la   Pexe­sur­ Saône, mais son parti l’en a   dissuadé,   car   le   Baron   du   Rhin avait lui­même négocier   dans   son   dos   afin   que   son   parti lui retire son soutien en   échange   de   quoi   le   Baron   soutiendrait leur parti l’or de   la   tentative   de   prise   de   pouvoir en temps que fermier   général   de   Loraine,   leur   permettant ainsi de diriger la   politique   agricole   et   du   monde de l’emploi, au sein de   ce   pôle   d’emploi   qu’est   le   fermage   général.   Et   c’est   donc   ainsi   qu’au   grand   damne  du pape Léon XII, le   Baron du Rhin, Roger II est   devenu,   ou   plutôt   est   redevenu 

Président   de   l’Opus   Dei.   Mais cette fois, tout pourrait   changer  changer !   Car   bien   que,   le   Pape   Léon   XII,   ne   renoncera   pas   à   sa   tiare,   bien   qu’il   est   déclaré   qu’il   le ferait si le Baron du Rhin   été   élu   à   la   tête   de   l’Opus   Dei,   le   Baron   du   Rhin,   n’aura   plus   l’opposition   systématique   du   Cardinal   Adam,   et   ce   n’est   pas   le   vice­président,   le   Comte   de   Grammont   qui   semble   pouvoir   s’opposer   à   lui.   Roger   II   à   donc   les   mains   libre   en   apparence.   Mais,   tous   ceux   qui   l’on   soutenu   dans   cette   élection   l’ont   prévenu,   pas   de   guerre   ouverte   ni   d’opposition   systématique  au  Pape  Léon   XII sous peine d’une fronde   dont   le   Baron   pourrait   ne   pas se remettre. C’est donc   une   élection   qui   va   laisser   des traces dans les esprits  des traces dans les esprits !

Journal disponible uniquement auprès des membres éminents de la Cour d’Europe.


Edition Spéciale N°2