Page 1

Les Echos de la Cour des Miracles

Dimanche 29 Novembre 2009

Les Gueux

Quand la Peste sévie c’est nous, les Gueux qui en payons le prix fort, pendant que les nantis se goinfrent de bonnes choses et se remplissent la paillasse avec. Pendant ce temps, nous en crève de faim, on meurt de froid et la peste vient ravir peu peux qui restent. Mais un jour on se révoltera et on finira bien par un faire rôtir un ou deux à la broche ! C’est qu’ils sont bien dodus nos membre de la Cour Européenne, en tout

Les Manants

cas en ce qui concerne les hommes, car les femmes être sont plus délicates, plus fines dans tous les sens du terme. Bref si vous avez faim, on se tape un Roi, si on aime les mets plus délicat y’a plus qu’a se taper une Reine ! Et je ne parle pas des membres de l’Opus Dei, cela, ils sont trop vieux, et si je veux manger de la vieille carne j’ai déjà assez avec mes bouts de viandes séchées. Enfin tout ça sa me donne faim…

Vous avez vu ? A l’Opus Dei… le Baron du Rhin… une fois de plus il a été ridicule ! Il fait toujours des reproches au pape Léon XII, mais a coté de ça quand le Pape lui demande d’argumenter, il est bien en peine de le faire ! Lui qui braillait à qui voulait l’entendre qu’il aurait la tête du Pape sur une pique… ho, ho ! Il aurait, une fois de plus, mieux fait de se taire. Quand je pense qu’il avait osé déclarer que s’il deve-

que les soldats se reposent quoi, enfin qu’ils se reposent… qu’ils trouvent le repos du guerrier quoi ! ha ha ha ! j’suis morte de rire ! J’fais d’humour, moi, les clients y z’aime ça ! C’est quoi, une fille du bord de l’eau, faut pas qu’elle soit que belle, faut aussi qu’elle ait un peu de plomb dans la tête, enfin pas le plomb d’une balle, bein non quoi faut pas confondre, enfin bon…

Poff, quen que panse a tou cé grose ponte de la cour euro-ch’é pa quoi, qui qui s’playgne tou temp : g trop de cy g tro de sa, g pa assé de scie g pa acé de cha, bein y zon ka vénir s’y voir dan la ru que voir comen que sa se passe, bein véron bein q ‘ici y’a jamé de koi ki fo ! hein, bon, sauf pitête d’la piqet, fo dir qu’il é bein genti l’tavernié quen que passe, bein y’a toujour un peu de vinace pour

Les Ribaudes

Bein nous qu’est-ce qu’on veux, c’est qu’ils se fâche chier à la Cour Européenne, comme ça, nous ça nous fait plus de clients ! C’est vrai quoi ! C’est bien beau de vouloir partir en croisade, mais on à besoin de travailler nous, et pis je crois pas que les curtons de l’Opus Dei voudrons qu’on les suivent dans la croisade ! ha ha ha ! J’suis morte de rire, c’est quoi il faut bien

Journal de la Cour des Miracles n° 1

nait président de l’Opus Dei, beaucoup de choses allaient changer ! Pfff ! Il a la mémoire courte ! Il a déjà été président de l’Opus Dei et rien n’avez, déjà, alors changé ! Enfin, nous ça nous arrange, plus ils se disputent, moins ils s’organisent, et plus on peu agir à notre guise. Personne pour nous chasser, nous réprimander, c’est nous qui faisons régner l’ordre dans les rues, la Cour des Miracles est notre !

Les Malandrins

moi, et ca c’est bien. bon bein, tan zen tan y’a bein, un noble ou deu qui m’jete une pit pièce, hein hein, fo dir que dé quil me voi sourrire y m’jete une pièce pour que j’me kasse, sui pa méchan. Oua, l’aute jour y’a un solda qui qui venu me demandé si j’voulais m’engagé dans les croisé, j’sui é di ki pouvé fair un croi dsu ! oua, c drol fer une croi sur lé croisé, ki mefoute la paix !

Journal distribué uniquement sous le manteau.

Ier Echo  

Echo du 29 Novembre 2009

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you