Issuu on Google+


Nord

Est

Ouest

Sud


 5 6 4 

* i


ZI

ISABELLE NICOLAZ

n

Poncho e in t is r h C e d ie h artograp Illustrations et c sphoto io B e c n e g ’a l e d s Photographie

D

: ( 3 ; (

6 3 6 *


E R I ] A M M O S [ NOTRE PLANÈTE terre

8

« Notre planète bleue est peut-être unique dans l’Univers. C’est le seul endroit connu où la vie s’épanouisse. Car la Terre nous offre tout ce dont nous avons besoin… »

TERRE

10

LA PRESSION SUR LA NATURE. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L’AGRICULTURE EN CRISE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . MOINS DE FORÊTS, PLUS DE DÉSERTS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . LA BIODIVERSITÉ EN DANGER . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . LA GESTION DES DÉCHETS. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

12 14 16 18 20

HOMMES

22

LA DÉMOGRAPHIE ET L’URBANISATION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24 LE TRANSPORT DE MARCHANDISES. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26 LES VOYAGES. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28 LA SANTÉ HUMAINE. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30 LE MONDE DES ENFANTS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32


EAU

34

LES RESSOURCES EN EAU . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36 L’EAU DOUCE MENACÉE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38 OCÉANS ET LITTORAUX . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40

AIR

42

LA PRODUCTION D’ ÉNERGIE. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . LA POLLUTION INDUSTRIELLE. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L’AIR DES VILLES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . UN CLIMAT PERTURBÉ. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

44 46 48 50

DES SOLUTIONS…

52

EUROPE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ASIE. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . AMÉRIQUE DU NORD . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . AMÉRIQUE DU SUD. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . AFRIQUE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . OCÉANIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

54 55 56 57 58 59

DICTIONNAIRE DE L’ÉCOLOGIE

60

Empreinte écologique : outil permettant de mesurer l’impact des activités humaines sur l’environnement. Elle évalue la superficie nécessaire pour produire tout ce que consomme un individu [ou une population – transport, logement, alimentation, etc. –] et pour absorber les déchets qu’il rejette.


[

E R R E T e t è n a l p e notr

]

Notre planète bleue est peut-être unique dans l’Univers. C’est le seul endroit connu où la vie s’épanouisse. Car la Terre nous offre tout ce dont nous avons besoin : de l’air à respirer, une atmosphère qui nous protège des rayons nocifs du soleil tout en gardant une partie de sa douce chaleur ; des plantes et des animaux pour nous nourrir, tisser des vêtements et construire des habitations ; des métaux pour fabriquer des outils ; et, bien sûr, de l’eau pour boire...

Mais ces ressources sont fragiles, et en quantité limitée. Depuis environ un siècle, nous les prélevons beaucoup trop vite pour qu’elles puissent se renouveler. Les activités humaines polluent l’eau et les sols, le pétrole devient rare, certains milieux naturels, comme les barrières de corail et les mangroves, ne supportent pas d’être surexploités et meurent, des animaux et des forêts entières disparaissent. Si nous ne faisons rien, la Terre deviendra inhospitalière, difficile à habiter pour les animaux et pour les hommes. Mais si nous prenons conscience du danger que nous faisons courir aux générations futures, ces plaies peuvent cicatriser. Cela exige de gros efforts. Il faudra accepter de ne pas pouvoir acheter et consommer tout et très vite. L’effort à fournir sera d’autant plus grand que les pays pauvres, eux, ont besoin de produire plus pour se développer. C’est ce que l’on appelle le développement durable : continuer à offrir une vie plus belle à la majorité des habitants, mais sans épuiser la planète. C’est l’affaire de tous. De chacun d’entre nous d’abord, parce que les individus peuvent aussi faire pression sur les gouvernements, qu’ils élisent, pour leur demander d’agir. Les entreprises peuvent s’engager à produire plus proprement. Les associations, enfin, peuvent propager leurs idées et convaincre l’opinion publique et les gouvernements qu’il est temps d’agir.

L’effort est important, mais notre planète le vaut bien. [] Notre planète Terre


Gaspillage d’un côté et pénurie de l’autre ! 1• L’Afrique

L’Afrique est le continent des premiers humains. Il est aujourd’hui le deuxième continent le plus peuplé au monde. Il regorge de richesses naturelles : pétrole, gaz, métaux, pierres précieuses. Mais l’Afrique est également le continent le plus pauvre. Une grande partie de la population souffre de maladies infectieuses, a du mal à trouver de l’eau et à se nourrir. C’est un continent fragile, qui risque de payer cher les dérèglements climatiques dus à nos modes de vie occidentaux.

2• L’Asie

L’Asie est un continent en plein changement. Les modes de vie traditionnels y côtoient les villes les plus modernes. C’est le continent le plus peuplé, avec près des deux tiers de la population mondiale et une croissance démographique très rapide, notamment en Inde et en Chine. C’est également un continent qui connaît une pollution record du fait de l’incroyable explosion économique chinoise et de l’accélération de l’économie indienne. On dit souvent que ces pays sont devenus l’atelier de l’Occident, car c’est là que l’on produit la plupart des biens que l’on consomme en Europe et en Amérique du Nord (ordinateurs, jouets, vêtements, chaussures, etc.).

5• L’Amérique du Sud

On y trouve la plus grande forêt tropicale du monde, l’Amazonie, qui abrite de nombreuses espèces de plantes et d’animaux encore inconnues. Mais celle-ci est détruite pour installer des terrains agricoles, notamment pour cultiver de la drogue ou des agrocarburants. On y trouve aussi le plus long fleuve du monde, l’Amazone, ainsi que des cultures traditionnelles très diverses. Une richesse qu’il faut préserver, alors que la population se concentre de plus en plus dans de grandes villes polluées.

6• L’Océanie

L’Océanie, le plus petit des continents, est morcelée en de nombreuses îles, grandes (comme l’Australie) ou minuscules. C’est donc un continent de mer et de pêche. Il est la première victime de la mort des coraux et de la disparition de nombreuses espèces de poissons. C’est ici que l’on recense les premiers réfugiés climatiques. La monté des eaux, due au réchauffement de la planète est en train de chasser les habitants des îles Kiribati. Le même phénomène touche d’autres secteurs de la planète, comme certaines îles basses des Maldives, un archipel de l’océan Indien.

3• L’Europe

L’Europe est appelée le « Vieux Continent ». C’est là qu’est né, il y a 150 ans, le modèle économique actuel : le développement des industries permettait d’accéder à de nombreux biens de consommation, la santé et l’éducation ont été améliorées, les pays se sont enrichis et ont acquis des technologies de plus en plus poussées. Mais ce développement s’est réalisé aux dépens de la santé de la planète. C’est pour cela qu’aujourd’hui l’Europe se doit d’être un modèle. Elle doit réinventer un autre mode de développement, plus respectueux de la Terre et de ses habitants.

3

4• L’Amérique du Nord

Les États-Unis et le Canada sont des pays prospères qui connaissent un taux de chômage faible et un niveau de vie élevé. Mais leurs modes de vie sont extrêmement gourmands. Si tout le monde vivait comme les Américains, il nous faudrait 5 planètes ! Cependant les mentalités sont en train de changer. Partout, les gens prennent conscience qu’ils doivent faire des économies d’énergie. Il s’agit maintenant de passer aux actes.

4

5

6

2

1


E R ] R E T [

R R E T [ Depuis environ un siècle, la terre est mise à rude épreuve. Elle doit nourrir de plus en plus d’hommes. Les terres cultivées s’étendent aux dépens des forêts, les villes empiètent sur les milieux naturels. Privées de leur habitat, chassées ou pêchées pour nourrir la population, ou encore victimes de la pollution, de nombreuses espèces vivantes disparaissent. Car l’homme puise dans les réserves terrestres sans compter, saccageant les sols parfois inutilement. C’est pour cela que l’on cherche aujourd’hui à inventer un mode de vie durable, qui laisserait le temps aux ressources naturelles de se renouveler.

. . . . . . . . . . . . . 12 E R TU A N LA R SU N LA PRESSIO 14 . . . . . . . . . . . . . . . E IS R C EN E R TU L L’AGRICU RTS . . . . . . . . . 16 SE DÉ DE US PL , TS RÊ MOINS DE FO R . . . . . . . . . . . 18 E G N A D EN É IT S R E LA BIODIV 20 . . . . . . . . . . . . . . . TS E H C É D S DE N LA GESTIO

11


[

s t r e s é d e d s u l p , moins de forêts

Aujourd’hui, la forêt recouvre environ un tiers des terres. Mais, entre 1990 et 2005, elle a perdu 3 % de sa surface. La diminution de la surface couverte par les forêts s’appelle la déforestation*. On coupe en effet des arbres pour planter des cultures agricoles ou pour fabriquer des meubles ou des maisons.

Afrique Asie Europe Am. centrale et Caraïbes Am. du Nord Océanie Am. du Sud Total monde

[ ] La planète pe rd jour l’équivalen chaque t en forêt de

La déforestation, alliée à la sécheresse, au surpâturage et à l’exploitation excessive des sols, transforme certaines terres en déserts. La désertification modifie le mode de vie des populations, fait disparaître de nombreuses espèces vivant dans les forêts, et bouleverse le climat.

2 fois Paris. la surface de

Désertification et déforestation

Évolution des forêts entre 2000 et 2005 (en milliers d’hectares par an)

]

- 4 040 + 1 003 + 661 - 231 - 101 - 356 - 4 251 - 7 317

Asie

Amérique du Nord Europe

Source : FAO, 2005

Tropique du Cancer

Afrique

Équateur

Amérique du Sud

Tropique du Capricorne

Océanie

Nord

Est

Ouest

Sud

Désertification (% de la surface totale par an)

Déforestation (% de la surface totale par an)

Élevée : plus de 0,5 %

Élevée : plus de 1,5 %

Modérée : moins de 0,5 %

Modérée : de 0,5 à 1,5 %

Pas de dégradations significatives Source : La Documentation française

[16] Terre

La forêt perd du terrain

Plus de la moitié des forêts de la planète se trouve au Canada, aux États-Unis, en Russie et au Brésil. Si certaines zones, comme l’Europe, sont reboisées, la plupart des continents se déboisent. En Asie du Sud-Est et en Amérique du Sud, la déforestation suit un rythme inquiétant. L’industrie du bois, essentiellement pour fabriquer des meubles, et les cultures sur brûlis (qui consistent à brûler les forêts pour planter des cultures) ont amputé le continent africain de 9 % de sa surface forestière entre 1990 et 2005.


Rio Negro

e

zon

Toc ant ins

Pu

Ta pa jos

s

Ama

La déforestation en zone tropicale est causée principalement par l’industrie agroalimentaire*. Les cendres des forêts brûlées font de l’engrais naturel pour les cultures. Mais l’incendie a aussi appauvri le sol en profondeur.

La déforestation de l’Amazonie

[

État de la forêt actuelle Pertes estimées pour 2050 si la tendance se poursuit

Zoom sur l’Amazonie

Source : WWF

La plus grande forêt du monde

L’Amazonie est la plus grande forêt du monde. Mais si l’on continue à couper des arbres comme en l’an 2000, toutes les zones de forêts en rouge auront disparu d’ici 2050. Aujourd’hui, la forêt vierge disparaît sous les pelles des bulldozers, les scies des forestiers et le feu des agriculteurs qui pratiquent encore la culture traditionnelle sur brûlis. L’Amazonie abrite des centaines d’espèces d’oiseaux, des milliers d’espèces végétales aux vertus médicinales et les derniers jaguars, menacés d’extinction.

Alors que la déforestation de l’Amazonie ralentissait depuis 3 ans, elle a repris de plus belle en septembre 2007. Le manque de terres et la hausse des prix des produits agricoles encouragent en effet les agriculteurs à défricher, même si les lois brésiliennes sur l’environnement l’interdisent.

abritent

des forêts naturelles de la Terre.

]

Évolution de la déforestation en Amazonie brésilienne (en milliers de km2, entre 1988 et 2007) Milliers de km2 30 25 20 15 Source : INPE, 2007

Un faux espoir

10 pays 80 %

10 5 0 1988

1991

1994

1997

2000

2003

2006

Dans les zones tropicales arides, le bois est la principale source d’énergie domestique. Terre [17]


[

]

s t e h c é d s e d n o i t s la ge

Nous jetons de plus en plus de déchets très divers : des emballages ou de vieux objets en provenance des maisons, des métaux ou des produits toxiques en provenance des usines, etc. La production de déchets ne ralentit pas, d’autant que de nombreux

pays accèdent au mode de consommation occidental : des produits suremballés, que l’on jette rapidement alors qu’ils sont composés de matériaux difficilement dégradables comme les plastiques.

[ ] 2,5 milliards On collecte

de tonnes de dé par an alors qu chets ’on produit 2 milliards de tonnes de céréales !

Conventions relatives aux déchets dangereux

Les 4 grande s conven 1989 : conven tions 1996 : protoc tion de Bâle ole de 1998 : conven Londres tio de Rotterdam n 2001 : conven tio de Stockholm n

Norvège

Finlande Suède Lettonie

Canada

Europe

Royaume-Uni

Danemark Allemagne Rép. tchèque Autriche France Roumanie Espagne Slovénie

Amérique du Nord

Asie

Jordanie Égypte

Panamá

Nigeria

Éthiopie

Afrique Équateur

Amérique du Sud

Tropique du Cancer

Malaisie

Équateur

Tanzanie

Bolivie Tropique du Capricorne

Paraguay

Nombre de conventions signées (par pays, en mai 2005) 4 conventions

1 convention

3 conventions

Aucune

2 conventions

Pas de données

Australie Uruguay

Océanie

Afrique du Sud

Nouvelle-Zélande

Source : Basel Action Network, 2005

Trafic de déchets

Au cours des années 1980, les pays occidentaux ont adopté des lois strictes. Les déchets toxiques devaient être traités pour qu’ils ne soient plus nocifs pour l’environnement. Comme ces traitements coûtent cher, de nombreuses entreprises ont tenté de se débarrasser de leurs déchets vers des pays où de telles lois n’existent pas, notamment en Afrique. Suite à des scandales, le transfert de déchets vers les pays du Sud a été régenté. Un autre trafic s’est mis en place vers l’Europe de l’Est. [20] Terre

Les conventions sur les déchets

Selon ces accords, signés entre plusieurs pays, les déchets ne peuvent plus circuler librement. La convention de Bâle, par exemple, définit des catégories de déchets dangereux. Elle exige que tout transport de déchets dangereux soit signalé aux pays dont on passe la frontière. Les déchets ne peuvent pas entrer dans un pays sans son accord et si celui-ci ne dispose pas des usines, des technologies et du personnel pour les traiter et les rendre inoffensifs. Chaque pays signataire doit par ailleurs informer les autres des entrées et sorties de déchets, et de ce qu’il fait pour les traiter.


Dans nos poubelles

L’industrie et l’agriculture (avec l’exploitation des forêts) sont les deux secteurs économiques qui produisent le plus de déchets. Ils représentent presque la moitié des déchets des 30 pays industrialisés regroupés au sein d’une organisation appelée OCDE. Les déchets des villes (municipaux) arrivent en quatrième position. Les déchets produits par les familles ont augmenté de 30 % depuis 4 ans, pour atteindre en 2008, 2,4 milliards de tonnes. Industrie Agriculture - sylviculture* Construction - démolition Déchets municipaux Mines Production d’énergie Purification de l’eau Autres 0

Millions de tonnes

Source : OCDE, 2001

500

1 000

Les 10 sites les plus pollués du monde, hors États-Unis et Europe 7 9

8

1

2 5

Nord

6

Chaque pays gère ses déchets différemment. Aux États-Unis et en Australie, la surface du pays permet la mise en décharge de plus de 60 % des déchets. Au Japon ou au Danemark, l’incinération est privilégiée par manque de place.

[

En Europe,

8 à 9 millions de voitures sont mises à la ferraille tous les ans.

]

3

4

10

Est

Ouest

Sud

1

Sumgayıt, Azerbaïdjan : pétrochimie et complexes industriels

2

Linfen, Chine :

automobile et émissions industrielles

3

Tianying, Chine :

exploitation minière et transformation métallurgique

4

Sukinda, Inde :

mines et transformation de chrome

5

Vapi, Inde :

industries

6

La Oroya, Pérou :

exploitation de mines de métaux lourds

7

Dzerjinsk, Russie :

ancienne production d’armes chimiques

8

Norilsk, Russie :

exploitation de mines de nickel et métaux liés à cette activité

9

Tchernobyl, Ukraine :

accident nucléaire survenu en 1986

10

Kabwe, Zambie :

exploitation de mines de plomb

Source : Institut américain Blacksmith, 2007

Des populations en danger

Les 10 sites les plus pollués de la planète se répartissent dans 7 pays. Ils touchent 12 millions de personnes. Celles-ci boivent de l’eau polluée, cultivent des sols contaminés ou souffrent de maladies provoquées par ces contaminants. La pollution au plomb par exemple entraîne chez les enfants une malformation du cerveau et des problèmes de croissance.

Chaque pays gère ses déchets comme il le peut. Dans la plupart des grandes villes des pays en voie de développement, ils posent un sérieux problème et s’entassent dans des décharges à côté des bidonvilles. Les plus pauvres vont y fouiller pour trouver de quoi s’habiller ou se nourrir. Terre [21]


[

[

]

S E M HOM

E M M HO L’espèce humaine n’a jamais affiché une aussi bonne santé. Nous vivons plus vieux, les femmes et les enfants meurent beaucoup moins lors des naissances, nous savons combattre la plupart des maladies infectieuses qui nous faisaient mourir il y a un siècle. Mais tout n’est pas rose pour autant. Les inégalités parmi les hommes s’accroissent. Les riches sont de plus en plus riches, les pauvres de plus en plus pauvres. Et dans les agglomérations les plus surpeuplées, les bidonvilles, ces villes de fortune qui ne disposent ni de l’eau courante ni de l’évacuation des eaux usées, grossissent.

TION . . . . 24 IS N A B R U L’ ET IE H P A LA Dé M OGR ISES . . . . . . 26 D N A H C R A M DE T R O LE TR A NSP . 28 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . S E LES VOYA G . . . 30 . . . . . . . . . . . . . . . . . . E IN A M U H LA S A NTÉ . 32 . . . . . . . . . . . . . . . . TS N A F N E S DE LE M ONDE

23


[

n o i t a s i n a b r u ’ l t e e la démographi

Nous sommes de plus en plus nombreux sur Terre. En 2007, nous étions 6,5 milliards d’habitants et nous serons plus de 9 milliards en 2050. Mais cet accroissement va s’effectuer de façon assez inégale. Alors que la population de certains pays d’Afrique ou d’Asie va doubler, elle aura tendance à diminuer en Europe ou au Japon par exemple. Dans un même temps,

]

les populations vont s’urbaniser, c’est-à-dire se déplacer des campagnes vers les grandes villes pour y chercher travail, soin, ou éducation. C’est ce que l’on appelle l’exode rural. Ce phénomène touche surtout les pays en voie de développement où les habitants des campagnes espèrent échapper à la misère et trouver à la ville de meilleures conditions de vie.

[ ] La population mondiale va augmenter

un tiers en 50 ans d’

.

Croissance de la population mondiale

Amérique du Nord

Europe 74,7 / 1,46

Asie

Europe

Amérique du Nord

Asie

69,2 / 2,33

Afrique

78,5 / 2

Est

Océanie 52,9 / 4,63

73,4 / 2,35

Océanie

Ouest

Afrique

Nord

Amérique du Sud

Amérique du Sud

Sud

75,3 / 2,29

Antarctique

Plus nombreux et plus vieux

Il y a 50 ans, l’espérance de vie moyenne était de 46 ans. Aujourd’hui, elle atteint 67 ans. Grâce aux médicaments, aux vaccins, à l’hygiène, et aux progrès de l’alimentation, on vit plus longtemps dans tous les pays. Les femmes ont également de moins en moins d’enfants. Il y a 200 ans, elles avaient en moyenne 5 à 6 enfants. Aujourd’hui, elles en ont en moyenne entre 2 et 3. Un couple de deux personnes donne donc naissance, toujours en moyenne, à plus de 2 enfants : le remplacement des générations est assuré. Comme les gens vivent plus vieux et que l’on fait encore suffisamment d’enfants, la population continue de croître. [24] Hommes

Plus de de 1 % De 0 à 1 % Moins de 1 % pas de données Source : The World Bank Group, 2007

La croissance de la population (en pourcentage, en 2006)

Espérance de vie (en années)

Nombre d’enfants (par femme)


Densité de population et urbanisation* AMÉRIQUE DU NORD population totale : 443 millions 77 %

ASIE population totale : 3 903 millions

23 % Moscou

75 % Londres EUROPE

AMERIQUE LATINE

AMERIQUE DU NORD

OCÉANIE

San Francisco

ASIE ASIE

Los Angeles ASIE

Répartition de la population AFRIQUE AFRIQUE par continent

EUROPE EUROPE

AMERIQUE LATINE AMERIQUE LATINE

AMERIQUE DU NORD AMERIQUE DU NORD

%

EUROPE EUROPE population totale : 734 millions

Washington AFRIQUE OCÉANIE OCÉANIE

Ruhr Istanbul

AMERIQUE LATINE Le Caire

Téhéran

Chongqing

AMERIQUE DU NORD New Delhi Bagdad

ASIE Séoul Shanghaï

Tokyo

AFRIQUE

Nagoya

Kinshasa

Population rurale

Lima

Rio de janeiro

AMÉRIQUE LATINE ET CARAÏBES population totale : 560 millions Est

38 % Johannesburg

Buenos Aires

AFRIQUE population totale : ASIE 944 millions

75 % ASIE

25 %

AFRIQUE

EUROPE

AMERIQUE LATINE

De 75 à 299

EUROPE

De plus en plus de citadins

AMERIQUE LATINE

AMERIQUE DU NORD

De 25 à 74

70 %

De 0 à 24 AFRIQUE

EUROPE

AMERIQUE DU NORD

Sud AFRIQUE

Plus de 300

Jakarta

62 %

São Paulo

EUROPE AMERIQUE LATINE Source : Population Data, 2008

Densité de la population (nombre d’habitants au km2)

Manille

Bangkok Lagos

Nord

30AMERIQUE % LATINE

AMERIQUE DU NORD

OCÉANIE

Source : Wikipedia Commons, 2007

OCÉANIE population totale : 32 millions

OCÉANIE

OCÉANIE

Depuis 2008, et pour la première fois de l’histoire de l’homme, il y a plus de monde à vivre en ville qu’à la campagne. Cela était déjà le cas depuis longtemps en Amérique du Nord, en Europe et en Amérique latine. Le phénomène a gagné le reste du monde. Aujourd’hui, la population des villes augmente beaucoup plus rapidement dans les pays pauvres

que dans les pays riches. La plupart des mégapoles, ces villes de plus de 10 millions d’habitants, se trouvent dans les pays en voie de développement. Malheureusement, 1 habitant sur 3 de ces mégapoles vit dans un bidonville : des quartiers de maisons faites de bric et de broc, sans électricité, ni eau, ni téléphone, ni écoles, ni transports...

ssouffle ulation s’e p o e p a l e d tion breux sur Terr L’augmenta 4 fois plus nom e qu es pr s ne ns on sero oyenne, 4 pers En 2050, nous seconde, en m e accroît qu s’ n ha C tio . la 50 . La popu qu’en 19 nt re eu m s ne rson e nde. Mais cett naissent et 2 pe s chaque seco ne rce que on pa , rs 70 pe 2 19 donc de s années le is pu de it nt rale t. Du coup, qu’auparavan augmentation s nt fa en d’ ns t moi s chaque les femmes on oins d’habitant m en ns oi m e de ser vrait se stabili la planète gagn n mondiale de tio la pu . po 50 La année. années 21 enter dans les et ne plus augm à 2050 ale de 1950

lation mondi

la popu Évolution de Population en milliards

11

  6 675 897 000 habitants

  2 535 090 000 habitants

  9 191 290 000 habitants

5,5

0 1950

2000 2008

Source : INED

ASIE

Ville de 7 à 10 millions d’habitants

Osaka-Kyoto-Kobe Taipei

Hong Kong

Calcutta

Ville de plus de 10 millions d’habitants

62 %

OCÉANIE Dacca

Karachi Bombay

Ouest

38 %

Pékin

Paris

Mexico

Population urbaine

%

25 % New York

Chicago

Les 38 plus grosses villes

2050

[ ] En 1950, seule la ville de New York dépassait les

10 millions d’habitants.

À l’exemple de nombreux pays du Sud, l’Égypte est victime d’un puissant exode rural. Ces nouveaux citadins investissent les toits de la ville, créant des bidonvilles suspendus. Hommes [25]


[

s e s i d n a h c r a m e d t r o le transp

Depuis 1945, un marché mondial s’est progressivement mis en place. Les progrès des modes de transport permettent aujourd’hui d’envoyer des marchandises rapidement à l’autre bout du globe : l’Europe importe des vêtements et du matériel électronique de Chine, laquelle importe des avions

]

et des médicaments des États-Unis ; le Brésil exporte du café à travers le monde entier, etc. Mais cette mondialisation des échanges de marchandises a un coût pour l’environnement : pollutions, consommation d’énergie, émission de gaz qui réchauffent la planète, destruction des terres agricoles au profit des routes...

[ ] En 150 ans, les échanges de marchandi ses ont été multip liés

par 1 000 à la surface du

Les échanges mondiaux de marchandises

ex-CEI Europe 388 milliards de $ 3,3 %

Asie

3 651 milliards de $ 31,4 %

905 milliards de $ 7,8 %

Amérique du Sud et Amérique centrale Amérique du Nord 242 milliards de $ 2,1 %

Le commerce mondial de marchandises (en milliards de dollars)

Amérique du Nord Europe 709 milliards de $ 6,1 %

Afrique Europe 268 milliards de $ 2,3 % 111 milliards de $ 1,0 %

Échanges commerciaux à l’intérieur d’une zone

globe.

Amérique du Nord 1022 milliards de $ 8,8 %

80 milliards de $ 0,7 %

Moyen Orient Asie 451 milliards de $ 3,9 %

72 milliards de $ 0,6 % 33 milliards de $ 0,3 %

1 636 milliards de $ 14,1 %

La nature des échanges Marchandises : 81 % (6 milliards de $)

Europe Asie 970 milliards de $ 8,3 %

Services : 19 % (1,5 milliard de $)

Échanges commerciaux entre zones

Source : OMC, 2001

Source : OMC, 2006.

Des échanges entre pays riches

De plus en plus de biens s’échangent dans le monde. Les pays qui achètent et font venir ces biens s’appellent des importateurs. Ceux qui les produisent et les envoient aux acheteurs sont les exportateurs. Mais une partie du monde commerce peu avec l’extérieur : l’Afrique, l’Amérique du Sud, le Moyen-Orient et l’Europe de l’Est. Même quand ils possèdent des ressources à vendre (des diamants, du pétrole ou des métaux), ce commerce est souvent contrôlé par des entreprises des pays riches. [26] Hommes

5 premiers exportateurs de marchandises, (part du marché mondial en 2006)

5 premiers importateurs de marchandises, (part du marché mondial en 2006)

1• Allemagne : 9,2 %

1• États-Unis : 15,5 %

2• États-Unis : 8,6 %

2• Allemagne : 7,3 %

3• Chine : 8 %

3• Chine : 6,4 %

4• Japon : 5,4 %

4• Royaume-Uni : 5 %

5• France : 4,1 %

5• Japon : 4,7 %


Que s’échange-t-on ? Japon Yokohama Nagoya Osaka

Vancouver Long Beach

Chine Dalian Qinhuangdao Tianjin Qingdao Shangaï Ningbo Guangzhou Shenzhzn Hongkong

Canada États-Unis La NouvelleOrléans

Houston

Les principaux ports de marchandises (en millions de tonnes)

Corée du Sud Gwangyang Ulsan Pusan Inchon

Plus de 300

Taïwan Keelung Taishung Kaohsiung

De 150 à 250 De 120 à 150

Bergen New York

Rotterdam Amsterdam

Anvers

De 100 à 120

Hambourg Newcastle

Le Havre Marseille

Singapour

Algesiras

De 80 à 100

Australie

De 60 à 80

PortHedland

Source : Journal de la marine marchande, 2003

Dampier Itaqui Brésil

Les exportations* dominantes de chaque pays Pays à dominante exportatrice industrielle Tubarão

Pays à dominante exportatrice minière Pays à dominante exportatrice agricole Afrique du Sud

À chaque pays sa spécialité

Pas de données Richards Bay

Les pays peuvent échanger différents produits. Il peut s’agir de matières premières (du fer, du pétrole, etc.), ou de produits agricoles (du blé, des volailles, etc.). D’autres pays, qui possèdent de nombreuses industries, fabriquent des objets à partir des matières premières. On parle de produits

manufacturés*, comme des chaussures ou des téléphones. Enfin, certains pays vendent plutôt des services. Un service est un travail « de l’esprit ». L’organisation de circuits touristiques, l’étude de la solidité d’un pont ou la recherche d’information sont des services.

Le voyage d’un yaourt à la fraise

Environ 9 000 km sont parcourus pour qu’un yaourt à la fraise arrive dans le réfrigérateur d’un consommateur allemand. Pour arriver à ce chiffre, on prend en compte le voyage de tous les ingrédients : le transport du verre pour fabriquer le pot, la récolte du lait dans plus de 5 000 fermes, la cueillette des fraises en Pologne, le sucre, les bactéries pour la fermentation le lait, le couvercle en aluminium, l’emballage, l’étiquette, le transport jusqu’au magasin...

[ ] 200

Environ millions de camions roulent chaque jour sur Terre.

Les trois quarts du commerce mondial empruntent la voie maritime. C’est aussi le mode de transport de marchandises le moins polluant par tonne transportée. Malheureusement, nous transportons trop de marchandises d’un bout de la planète à l’autre. Ce secteur devrait quasiment doubler ses émissions de CO2 d’ici à 2050. Hommes [27]


] U A [E

U A E [ L’eau est indispensable à la vie. Les hommes ont besoin de boire entre 2 et 10 litres d’eau par jour, suivant le climat. Mais ils doivent aussi se laver, abreuver les animaux d’élevage et arroser les cultures. Enfin, la plupart de leurs industries utilisent de l’eau. Or l’eau douce se raréfie. La grande majorité (97 %) de l’eau de la planète bleue est de l’eau de mer, salée, et les deux tiers de ce qui reste est pris dans les glaces. L’eau des rivières et des nappes phréatiques* est, quant à elle, de plus en plus souvent polluée. Une situation qui met en danger l’homme, mais aussi les milieux naturels.

36 . . . . . . . . . . . . . . . U A E EN S E C R U LES RESSO 38 . . . . . . . . . . . . . . . . . E É C A N E M E C L’E A U DOU 40 . . . . . . . . . . . . . . . . . X U A R TO IT L OCÉ A NS ET

35


[

]

e é c a n e m e c u o d u L’ea

Sur Terre, on trouve de l’eau douce dans les réserves souterraines, les glaciers, les marais, les lacs et les cours d’eau. Mais ces sources d’eau sont polluées, car la plupart de nos déchets finissent dans la nature. Les origines principales de la pollution sont : les villes (par la lessive, les excréments, les déchets...),

les usines (métaux, produits chimiques) et l’agriculture avec les pesticides et les engrais. L’eau n’a plus le temps de se régénérer au cours de son cycle naturel : évaporation, pluie, ruissellement, infiltration, eau souterraine. Toutes ces pollutions sont nocives pour notre santé et celle des milieux naturels.

[ ] Chaque jour,

22 000 personnes meurent de m aladies transmises pa r une eau pollu ée.

Les engrais, source de pollution

Alaska

Norvège

Consommation d’engrais en 2001 (en tonnes par million d’habitants)

Asie

Islande

Finlande

Canada

plus de 80 000

Pologne Biélorussie

Amérique du Nord

Irlande France

États-Unis

Danube

Europe

de 40 000 à 80 000 Indus

Espagne

Yangzi Jiang

de 20 000 à 40 000

Rio Grande

moins de 20 000

Tropique du Cancer Gange

Afrique

Nil

Salouen

Mékong

pas de données

Malaisie

Équateur

Source : Banque mondiale 2004

Amérique du Sud

Fleuves menacés

Tropique du Capricorne Australie Murray-Darling

Nord

Océanie

Source : WWF 2007

Río de la Plata

Est

Ouest

Nouvelle-Zélande Sud

Les dégâts de l’agriculture

Antarctique

Les engrais améliorent les rendements des cultures. Ce sont des produits chimiques (de l’azote) ou des déjections animales que l’on répand sur les sols. Le surplus, qui n’est pas absorbé par les plantes, est entraîné par les pluies et pollue les rivières et les eaux souterraines. Ils sont accompagnés de pesticides, ces produits utilisés pour combattre les maladies des cultures. Or des produits peuvent perturber le développement et la fertilité des animaux et des hommes qui les ingèrent. Les trois premiers utilisateurs de pesticides au monde sont les États-Unis, le Japon et la France. [38] Eau

La mauvaise santé des fleuves

Plusieurs grands fleuves risquent de disparaître à cause des activités humaines. Pourtant des millions de personnes en dépendent pour vivre ! 80 % des zones humides et des plaines inondables qui bordent le Danube en Europe ont déjà été détruites. En Asie, le Mékong est victime de la pêche excessive et le Yangzi, en Chine, est menacé par la construction de barrages, dont le plus gigantesque est celui des Trois-Gorges qui a causé la disparition d’espèces animales et le déplacement de millions de riverains. Au Pakistan, le rétrécissement des glaciers de l’Himalaya menace le débit de l’Indus, qu’ils alimentent en eau.


Les eaux usées

Les eaux usées qui sont rejetées directement dans les sols, les lacs ou les cours d’eau polluent peu à peu les réserves d’eau douce. Les stations d’épuration* ont pour mission de nettoyer les eaux usées avant qu’elle ne soient rejetées dans la nature. Aujourd’hui, la moitié des habitants de la planète ne disposent pas de tels équipements, surtout en Afrique et en Asie. Bien que le nombre de personnes qui ont accès à l’eau potable et qui sont raccordées à un réseau d’assainissement* (égout, fosse septique...) ait augmenté ces 10 dernières années, la situation est différente dans les grandes villes où le développement des infrastructures n’a pas suivi le développement urbain. ffit à polluer Les maladies liées aux eaux polluées de pesticide su sont graves et souvent mortelles : typhoïde, choléra, diarrhées…

[

1 seul gramme 10 millions de litres d’eau.

]

L’industrie émet les polluants les plus dangereux : métaux lourds*, substances toxiques... Les papeteries sont parmi les usines les plus nocives pour l’environnement.

Traitement des eaux usées Amérique du Nord

Alaska Japon

Canada États-Unis

Asie Cuba

Océanie

Islande

Costa Rica

Kazakhstan

Europe

Indonésie

Malaisie Australie

Surinam Algérie Libye

Chili

Émirats Arabie arabes unis Saoudite

Sri Lanka

Ce lac est victime d’eutrophisation : un apport important d’engrais engendre un développement excessif d’algues, qui consomment l’oxygène nécessaire aux poissons, ce qui provoque leur mort.

Afrique

Argentine

Amérique du Sud

Population ayant accès à un réseau de traitement des eaux usées (en pourcentage) Moins de 50 %

Accès à l’eau potable (pourcentage de la population)

De 51 à 75 %

Source : OMS 2004

Pas de données Océanie : 50 %

Asie du Sud-Est : 82 %

Asie de l’Est : 78 %

Asie du Sud : 85 %

Russie : 92 %

De 91 à 100 %

Proche-Orient : 91 %

Afrique subsaharienne : 56 %

Afrique du Nord : 91 %

Amérique latine et Caraïbes : 91 %

De 76 à 90 %

Source : UNICEF 2004

Les barrages perturbent les écosystèmes. Ils bloquent par exemple les migrations nécessaires à certaines espèces de poissons pour se reproduire. Au barrage des Trois-Gorges, sur le Yangzi en Chine, on estime que des centaines d’espèces sont menacées. Eau [39]


[

océans et littoraux

L’état du littoral et les populations côtières

]

Population vivant à moins de 100 km des côtes (en pourcentage de la population totale du pays) Plus de 70 %

Parmi les plus altérés Altéré

Ville côtière de plus de 1 million d’habitants

De 30 à 70 %

Parmi les moins altérés

Source : PNUD, 2002

Moins de 30 %

La mer et les océans recouvrent 70 % de la surface de notre planète. Ils abritent des écosystèmes très riches, et des espèces vivantes en plus grand nombre que sur la terre ferme. Mais en surface, et près des côtes, les espèces marines sont malades des activités humaines. Et certaines dégradations sont irréversibles : un récif corallien ou une mangrove* détruits ne peuvent pas se reconstituer. Le transport maritime, les marées noires*, la surpêche, les constructions sur le littoral, le réchauffement planétaire sont les principales causes de cette dégradation.

État du littoral

Aucune

Islande

La pollution en mer vient du continent

Cuba

Venezuela Guyana

Surinam

Océan Pacifique : 7 %

Caraïbes et océan Atlantique : 22 %

Moyen-Orient : 39 %

Nicaragua Costa Rica Panamá

Océan Indien : 59 %

4 Guyane française

Honduras

Asie : 34 %

Rep. dominicaine

Haïti

2

Source : Water Ressource Institute (WRI)

Les trois quarts de la pollution arrivent par les fleuves. Le quart restant est rejeté intentionnellement ou accidentellement par les navires de commerce ou les plaisanciers (pétrole, huile, déchets solides et chimiques) et par les décharges sauvages de déchets. Chaque année, 6,5 millions de tonnes de déchets solides sont déversés en mer. D’autre part, en nettoyant leurs cuves illégalement en pleine mer (dégazage), les pétroliers sont responsables d’une importante pollution des océans. Enfin, même si les marées noires ont diminué de 60 % depuis les années 60, elles restent encore trop nombreuses.

Pourcentage de corail détruit par zone

Les 10 plus grandes marées noires 1 2 3 4 5

La plupart des ports sont équipés de stations de dégazage, mais bien peu de navires y transitent. Très souvent ils vident directement leurs déchets en haute mer. Un million de tonnes seraient déversées chaque année.

6 7 8 9 10

Koweït . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . > 26 janvier 1991 . . . . . . . . . . > 800 000 t Golfe du Mexique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . > 3 juin 1979 . . . . . . . . . . . . . . . > 500 000 t Ouzbékistan . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . > 2 mars 1992 . . . . . . . . . . . . . . > 299 000 t Tobago, Caraïbes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . > 19 juillet 1979 . . . . . . . . . . . > 276 000 t Angola . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . > 28 mai 1991 . . . . . . . . . . . . . . > 260 000 t Iran . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . > 4 février 1983 . . . . . . . . . . . . > 250 000 t Afrique du Sud . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . > 5 août 1983 . . . . . . . . . . . . . . . > 250 000 t Bretagne, France . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . > 16 mars 1978 . . . . . . . . . . . . > 227 000 t Gênes, Italie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . > 11 avril 1991 . . . . . . . . . . . . . > 144 000 t Pays de Galles, Grande-Bretagne . . . . . . . . > 18 mars 1967 . . . . . . . . . . . . > 121 000 t Source : Cedre, ITOPF

[40] Eau


La dégradation des côtes

[ ]

Les villes côtières détiennent des records de croissance et certaines se servent parfois de l’océan comme d’une poubelle. Combinée au phénomène d’érosion des sols*, la pollution du littoral aggrave la dégradation des côtes. Enfin, le phénomène El Niño, en provoquant le réchauffement des eaux de l’océan Pacifique, a fortement abîmé les récifs coralliens, notamment la Grande Barrière de corail située le long de la côte nord-est de l’Australie. Ce phénomène est inquiétant puisqu’il est irréversible et que les récifs coralliens abritent un quart des espèces marines.

30 %

des récifs cora lliens sont déjà mor ts

et 60 % en 2030 pourraient l’ê

tre

.

10 Norvège

Finlande

Suède

Royaume-Uni

Au cours des 50 dernières années, les captures de poissons ont été multipliées par 4. Un quart des espèces de poissons est pêché à un rythme tel qu’elles n’ont pas le temps de se renouveler. On parle de surexploitation. Les autres sont soit exploitées au maximum, soit pourraient l’être davantage.

9

8

Japon

3

Grèce Italie

Émirats arabes

Libye

Corée du Sud Oman

6

Viêtnam

Philippines

Malaisie

Sri Lanka

Irian Jaya Barat Papua

1 Indonésie

[

41 % lourdement affectés Environ des océans du monde sont

par les activités humaines.

]

Timor-Oriental

5

Australie

7

La disparition des mangroves

Les mangroves sont les forêts qui bordent les mers tropicales et subtropicales. Ces forêts protègent les côtes de l’érosion, du vent et des cyclones. Elles fournissent du bois, de la nourriture et des plantes médicinales. Elles sont un sanctuaire idéal pour un cortège d’animaux fabuleux : crocodiles, tigres, aigrettes, crevettes... Ces deux photos-satellite, prises au Honduras en 1987 et 1999, illustrent le recul des mangroves au profit de l’agriculture et de l’aquaculture. Leur superficie mondiale a diminué de presque 20 %.

1987

1999

On observe une urbanisation* quasiment ininterrompue sur certains littoraux comme ici sur la Côte d’Azur (France). On a construit des immeubles, des hôtels ou des ports au détriment des espaces sauvages qui sont alors réduits à néant. Eau [41]


] R I [A

R I A [ On ne le voit pas, mais il est tout autour de nous. L’air qui nous entoure est composé de gaz invisibles, pour la plus grande partie de l’azote et de l’oxygène. Tous les êtres vivants en dépendent pour leur respiration. Même la vie marine respire des gaz dissous dans l’eau ! Mais l’homme modifie la composition de l’air. En brûlant des combustibles comme le pétrole, le gaz ou le charbon pour produire de l’énergie, il le pollue. Certains polluants sont toxiques et provoquent des maladies, comme l’asthme. D’autres augmentent la capacité de l’air à piéger la chaleur du soleil. Du coup, la planète se réchauffe. Et le changement de climat perturbe la vie sur Terre.

. . . . . . . . . . . . . 44 IE G R E N É D’ N O TI LA PRODUC e. . . . . . . . . . . 46 l l IE TR S U D IN N O TI LA POLLU . 48 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . S E L IL L’A IR DES V . . 50 . . . . . . . . . . . . . . . . É B R TU R E P T UN CLIM A

43


[

e l l e i r t s u d n i n o i La pollut

]

[ ] L’air que l’on

L’industrie émet presque le tiers des gaz à effet de serre*, ces gaz responsables du réchauffement climatique. Tous les types d’industries sont concernés : la fabrication des aliments, du papier, de médicaments, de matières plastiques, de métaux, de tissus. Ces activités génèrent de nombreuses pollutions : métaux lourds, poussières dans

Les émissions de CO2 en 2004 (en tonnes par habitant) Plus de 11,5 t

Moins de 1,8 t

De 5,6 à 11,5 t

Pas de données

De 1,8 à 5,6 t

l’air (les aérosols), gaz toxiques... Pourtant, depuis des années, les industries font la chasse au gaspillage, recyclent* plus leurs déchets, mettent au point des moyens de production moins gourmands en énergie. Depuis 1990, elles ont réduit de 21 % leurs émissions de gaz à effet de serre. Mais ce n’est pas encore le cas dans les pays en voie de développement...

30 % de plus contient

de CO2 qu’ava nt 1850, quand le s usines étaient peu no mbreuses.

Un gaz qui chauffe

Les émissions de CO2 des industries (en milliers de tonnes) 5 000 000 3 000 000 1 000 000

Source : AIE, 2004

respire

100 000

« CO2 », c’est la formule que les chimistes emploient pour désigner le dioxyde de carbone, qu’on appelle aussi le gaz carbonique. C’est un gaz que l’on trouve naturellement dans l’air. Mais il est aussi dégagé dès que l’on brûle de l’énergie. En trop grande quantité dans l’air, il contribue à modifier le climat. Cette carte montre que les émissions de CO2 sont inégalement réparties dans le monde. La quasi-totalité du changement climatique actuel est dû au développement des pays industrialisés.

Source : UNEP/GRID, 2008

Les émissions de dioxyde de carbone (CO2)

Alaska Finlande Estonie

Canada

Amérique du Nord

Europe

Asie

Rép. tchèque

États-Unis Qatar Arabie Saoudite

Afrique

Amérique du Sud Australie

Antarctique

Océanie


Nuage radioactif

Le 26 avril 1986, la plus grande catastrophe de l’industrie nucléaire se produisait à la centrale nucléaire de Tchernobyl, en Ukraine. Le cœur d’un réacteur, là où les réactions nucléaires se déroulent pour produire l’électricité, a explosé. Durant près de 10 jours, une partie importante des produits radioactifs (essentiellement du césium) s’est échappée dans l’atmosphère, formant un nuage radioactif qui s’est déposé sur toute l’Europe. Du césium de Tchernobyl a même été retrouvé aux États-Unis et en Asie. La radioactivité provoque des cancers, une maladie mortelle, et des déformations sur les nouveau-nés. Des milliers de personnes auraient été touchées.

Tchernobyl : une catastrophe nucléaire

Tchernobyl

Où est allé le césium de Tchernobyl ?

Asie + É-U 6%

Europe hors URSS 13 %

ExURSS 16 %

Non dispersé 65 %

Source : IRSN

Dépôts au sol de césium en mai 1986 (en kilobecquerels par m2)

Plus de 200

De 10 à 40

Moins de 2

De 40 à 200

De 2 à 10

Pas de données Source : IRSN

éenne ielle europ tr s ce u d in n o sur la présen La polluti ent s’informer t uv en pe m cu ns ye do to nsultant un Tous les ci co en , es nt r Internet. pollua t disponible su es d’entreprises il , R E P E é présente e. Appel registre. Elle ce qui les recens de e ré ti t sus es ettent de ennes qui ém La carte ci-des pé ro eu s ue c gazeux chimiq au. L’ammonia les industries l’e ns da et ir ie ns l’a dans l’industr l’ammoniac da ie du pétrole, im st un gaz ch ’e C la s. ns ai da gr ation d’en est utilisé ic br fa la ur et po et dangereux du caoutchouc pour l’homme e qu xi to , le inflammab nement. pour l’environ

[ ] En France,

31 %

Source : EPER

du dioxyde de soufre est produit par l’industrie.

La pollution varie d’une industrie à l’autre : des graisses proviennent des industries agroalimentaires ; des hydrocarbures proviennent des industries pétrolières ; des acides proviennent d’industries chimiques ; des traces de métaux proviennent d’usines métallurgiques comme ici en Australie. Air [47]


[

é

un climat perturb

Le climat de la Terre a beaucoup changé au cours de son histoire. Notre planète a déjà été entièrement gelée, ou beaucoup plus chaude qu’aujourd’hui. Mais ces changements s’établissaient lentement, et l’homme n’existait pas encore. Aujourd’hui, les activités humaines rejettent beaucoup de gaz qui réchauffent

]

[ ]

l’atmosphère : les gaz à effet de serre. Depuis 100 ans, le climat change à une vitesse inédite, menaçant de nombreuses espèces et mettant en danger des vies humaines. La pollution de l’air attaque aussi la couche d’ozone*, une couche de gaz située en altitude et qui filtre les rayonnements solaires nocifs.

La températu re moyenne mondiale a au gmenté de

0,6 °C

au cours du xxe

siècle.

Les conséquences du réchauffement climatique à l’horizon 2100

1

Asie

2

10 Amérique du Nord Europe eam lf Str

3

4

7

u Gu

ant d Cour

Tropique du Cancer

Afrique

Équateur

8

5

Amérique du Sud

9

Tropique du Capricorne

Nord

6

Est

Ouest

1 Antarctique

Sud

Sources : IPCC, CEA, GIEC

1 Régions polaires arctiques et antarctiques : fonte de la calotte glaciaire.

6 Australie/Nouvelle-Zélande : forte sécheresse.

2 Europe du Nord : pluies abondantes, fonte des glaciers, populations affectées

7 Moyen-Orient : désertification et inondation du delta du Nil.

par la montée du niveau des eaux, hivers plus rudes (à cause de l’affaiblissement du Gulf Stream, un courant chaud venant d’Amérique).

3 Europe du Sud : vagues de sécheresse, populations affectées par la montée

du niveau des eaux.

4 Asie du Sud : fonte des glaciers de l’Himalaya, récoltes en baisse, inondations,

manque d’eau, populations affectées par la montée du niveau des eaux.

5 Océanie : populations affectées par la montée du niveau des eaux.

[50] Air

8 Afrique : famines, manque d’eau, graves épidémies, agriculture menacée,

désertification, risque d’inondation et d’érosion des zones côtières.

9 Amérique du Sud : pénurie d’eau, transformation de l’Amazonie en savane,

disparition des glaciers andins, El Niño (un courant du Pacifique) va provoquer des inondations, des sécheresses et des cyclones* plus intenses.

10 Amérique du Nord : montée du niveau des eaux, chaleurs extrêmes,

pollution à l’ozone, guerre de l’eau, baisse du niveau des Grands Lacs.

Océanie


Amérique du Sud

Depuis la fin du xixe siècle, le niveau des océans est monté de 10 à 20 cm. Si ce phénomène se poursuit, de nombreuses îles et des côtes vont être rayées de la carte. La population des îles Kiribati (Pacifique) s’apprête à émigrer. Un appel à pays d’accueil à même été lancé.

Antarctique

Trou dans la couche d’ozone le 24/09/2006. Les couleurs sombres représentent le déficit en ozone. Source : ONU, 2008

La couche d’ozone en rémission

La couche d’ozone est une couche de gaz qui entoure la Terre à une altitude d’environ 25 km. Elle protège la vie des rayons ultraviolets du Soleil, qui provoquent des cancers de la peau, une maladie mortelle. La couche d’ozone est rongée par les chlorofluorocarbures, des gaz émis par les aérosols et les réfrigérateurs. Depuis 1987, la plupart de ces gaz sont interdits, et, bon an mal an, la couche d’ozone semble se rétablir. Mais cela prendra des dizaines d’années.

[

Le trou dans la couche d’ozone a atteint

27 millions de km2 en 2008 (50 fois la France)

]

Des situations extrêmes

Le xxe siècle est le plus chaud des 6 derniers. Les experts prédisent une hausse de la température moyenne de 1,4 à 5,8 °C d’ici 2100. Le climat devient chaotique, avec plus d’eau pendant les saisons déjà humides (risques d’inondation) et moins d’eau pendant les saisons sèches. Ces changements feront disparaître des plantes, des animaux... Les hommes souffriront plus souvent de sécheresse, d’inondation, et l’eau manquera encore plus par endroits. La planète entière sera concernée, mais les plus pauvres, qui vivent déjà sous des climats difficiles, seront les plus durement touchés. Concentration en dioxyde de carbone et température moyenne du globe Source : IFEN, 2003

en ppmv (parties par million en volume)

en °C 15,8

380 360

CO2

15,6

Température

15,4

340

15,2

320

15,0

300

14,8

280 260 1870 1880

14,6 1900

1920

1940

1960

1980

14,4 2000

En 2005, la sécheresse dans l’est et le sud de l’Afrique ont menacé la vie de plus de 14 millions de personnes. Air [51]


[

]

. . . S N O I T U L SO DES

Les hommes commencent à prendre conscience que les ressources de leur planète ne sont pas infinies et que, s’ils continuent à gaspiller ses richesses, ils vont à la catastrophe. Des États, des mairies, des organisations non gouvernementales, des associations, des industries ou des citoyens sont à l’origine de nombreuses initiatives qui vont dans le sens d’un développement plus respectueux de la planète. Voici un tour du monde de quelques idées retenues pour leur originalité et leur efficacité.

54 55 56 57 U S U D E U A MÉRIQ . . . . . . . . . . 58 . . . . . . . . . . . . E A FRIQU . . . . . . . . . 59 . . . . . . . . . . . . . . OCÉ A NIE

. . . . . . . . . . . . EUROPE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ASIE. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . A MÉRIQUE DU NORD D . . . . . . . . . . . . .

53


[

Europe

]

• Superficie : 10 392 855 km² (7 % des terres émergées) • Nombre de pays : 45 • Population : 734 000 000 • Densité : 71 habitants/km² • Principales langues : allemand, anglais, espagnol, français, italien, polonais, portugais, roumain, russe… • Plus grandes villes : Moscou, Londres, Paris, Berlin, Saint-Pétersbourg , Madrid, Milan, Barcelone, Athènes, Rome…

France

Danemark Copenhague, le paradis des vélos

La ville de Copenhague propose 3 000 vélos en libre-service. Ils s’utilisent comme des Caddie de supermarché. Empruntés dans un parking en insérant une pièce, ils peuvent être redéposés dans un autre parking à vélos. Aujourd’hui, la ville compte plus de 350 km de pistes cyclables. Des vélostaxis sont également à la disposition des habitants et des touristes. Avec plus d’un milliard et demi de bicyclettes circulant sur la planète, le vélo est toujours le moyen de transport le plus utilisé au monde. Des dizaines de villes (Paris, Toulouse, Lyon, Barcelone, Londres, Melbourne...) proposent des systèmes comparables, parfois payants mais très abordables.

La géothermie, ça chauffe

Le petit village de Soultz-sous-Forêts, dans le Bas-Rhin, possède un trésor : sous terre, les roches sont fracturées. Depuis plus de 20 ans, des chercheurs venus du monde entier ont fabriqué une centrale énergétique propre. Ils ont utilisé les fractures pour fabriquer une boucle dans laquelle ils font circuler de l’eau. Après un voyage à 5 km sous la surface, celle-ci ressort à 180 °C. Cette chaleur, sous forme de vapeur, fait tourner une turbine et produit de l’électricité. Depuis 2008, on y produit suffisamment pour alimenter 1 500 habitants.

Angleterre Construire écolo

La ville de Londres a décidé de réduire ses émissions de CO2 de 20 millions de tonnes d’ici 2025. L’effort concernera les habitations, les entreprises, la production d’énergie et les transports. L’Europe ayant annoncé qu’elle voulait diminuer de 20 % ses émissions de gaz à effet de serre, tous les pays européens vont aussi inciter les habitants à isoler leurs maisons et interdire la construction de logements trop gourmands en énergie. Aujourd’hui, plusieurs éco quartiers expérimentaux fonctionnent, comme à Fribourg, en Allemagne, ou à BedZED, un quartier de la banlieue sud de Londres. [54] Des solutions…

Pays : Danema rk Un par c éoli en en pleine Le par

c de H mer orns R du Nor ev, au d, est l arge d actuel éolien es côt lement offsho es de le plu re du suffisa la mer s gran monde. nte po d parc Sa pro ur cou de 150 ductio vrir l 000 fo n est es bes yers d le pay oins e anois. s a év n é lectri G ité la râce à thermi cité créati cette ques p o énergi n a rticip d à effe e n e, ouvell ant au t de s es cen x émis erre. d’éner trales sions Depuis gie pr de gaz 15 ans oduite de 30 , la q par de % par uantit s éoli an en é ennes Europe augmen . te


[

Asie

]

• Superficie : 43 810 582 km² (29,5 % des terres émergées) • Nombre de pays : 51 • Population : 3 903 000 000 • Densité : 89 habitants/km² • Principales langues : mandarin, arabe, russe, hindi, japonais, persan, ourdou… • Plus grandes villes : Tokyo, Séoul, Shanghai, Calcutta, Delhi, Karachi, Bombay, Manille, Dacca, Jakarta…

Singapour Attention aux papiers !

Singapour est peut-être la ville la plus propre du monde... Pour lutter contre les mauvaises habitudes, la ville a pris les grands moyens. Mâcher un chewing-gum est en effet interdit, jeter un papier ou un mégot par terre est puni d’une lourde amende, ou d’une obligation à travailler une journée pour ramasser les papiers gras. Pour traiter ses déchets, la ville a construit une île artificielle où elle enfouit les cendres des déchets incinérés.

Inde es femmes : ille s y d trava e a Pa n i u o q i Ell ion cat ociat ndiennes. elà s s L’édu a i -d ne

u au es n est des femm ation va prennent a j n u p G n rm Nari ancipatio où la fo emmes y a anté, f s m ants e é r s a ’ t e l l à s enf cen . L de e n d n o s u i o l t p t a o avai 46 % ouver lphabétis ses à pr du tr pays où o , a h s ’ c e l m n s u ns, e em de breus hommes-f rs. Dans e de 18 a hance m o n u c de ts ne ’âg t une appor es mi ant l des r mariage d riées av présenten ’emploi, ma re e l in ou du les sont ation marché d m r au se o l f n fi e o e l i s d t e d s ur si . entre ail s ur po ces c r du trav iorer le é entière l t i é u o d’av ussi d’am mmuna a la co s e i d a m t yer e du fo

Japon

Cambodge Du sur-mesure pour sauver la mangrove

Lutter contre le réchauffement climatique

En 1997, pour la première fois de l’histoire, à Kyoto, au Japon, de nombreux pays du monde se sont mis d’accord pour lutter ensemble pour l’écologie. Ceux qui signent le protocole de Kyoto s’engagent à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre. En 2012, elles devront être inférieures de 5,2 % aux émissions de 1990. Aujourd’hui, 172 pays se sont engagés dans le protocole de Kyoto. De nouvelles négociations sont en cours en vue d’un deuxième protocole, qui fixera des objectifs encore plus importants pour vraiment enrayer le réchauffement climatique.

Au bord des mers tropicales, les mangroves sont menacées par les constructions et la pollution. Elles sont deux fois moins étendues qu’autrefois. Pour les sauver, des scientifiques se sont alliés aux villageois dans la province du Koh Kong. Ensemble, ils ont entrepris de reboiser, et se sont mis d’accord pour limiter la pêche afin de redonner aux poissons le temps de repeupler la mangrove. Un peu partout, des scientifiques cherchent à travailler avec la population locale pour trouver des solutions où tout le monde est gagnant : les hommes et la nature. Des solutions… [55]


[

Amérique du Nord

]

• Superficie : 22 078 049 km² (14,9 % des terres émergées) • Nombre de pays : 3 • Population : 443 000 000 • Densité : 23 habitants/km² • Principales langues : anglais, espagnol, français. • Plus grandes villes : Mexico, New York, Los Angeles, Chicago, Washington, Baltimore, San Francisco, Toronto…

États-Unis La Californie prend le virage de l’écologie

La Californie est le 12e plus gros émetteur de C02 au monde dont 41 % par les transports. Cet État américain a cependant décidé de changer. En 2006, il devenait le premier État américain à s’engager à réduire ses émissions de gaz à effet de serre. Sur certaines routes, des voies sont réservées aux voitures contenant plusieurs occupants. Le covoiturage permet ainsi d’éviter les embouteillages. Un train à grande vitesse va être construit pour relier San Francisco à Los Angeles en 2017. Enfin, cet État s’est engagé à produire un tiers de son énergie à partir de sources renouvelables.

s-Unis s en 2008 t a t É é rer Pays : ges démont récupé e d t ra ten les permet des centra 64 bar à rrages er

cré s ba râce és, le rs d’eau g rmettent de c a l p Bien s cou où se es pe es. gie de es. D’autr ire un lac r e n é rivièr ’ u l a q s f i e r d r t pou lec rce hydroé nues d’eau ulent la fo trajets des e g t é e e r l s ux des r u bien perturbent on. Les vie nt, o , r e i s de t e è a g c t a baign ils végé barr ’ S a s l e . l x t en ous reu Mais et noi être dange ndations. S our s n o s pois vent s ino lite p es peu subite ion qui mi merican ouvrag oquent de t a (A enus ov associ méricains es dev ils pr ion d’une a g a u r a r e a ss 2008. urs d’ e 64 b la pre des co tèlement d commencé en é t n a n la s déma eux a ), le danger e m ê Rivers m es et inutil

Canada

Mexique La chasse aux Coccinelle vertes

Grand nettoyage de printemps

Chaque année, la Fondation des amis de l’environnement organise un grand nettoyage des rivages canadiens. En 2007, les 45 000 participants ont récolté plus de 87 tonnes de déchets en une semaine. S’ils ne sont pas ramassés, ces déchets aquatiques peuvent être responsables de multiples problèmes environnementaux. De nombreuses initiatives de nettoyage voient le jour à travers le monde. Des expéditions sont aussi menées pour nettoyer le mont Blanc ou l’Everest, le plus haut sommet du monde, souillé par les touristes. [56] Des solutions…

Les Coccinelle vertes étaient une curiosité à Mexico. Mais ces taxis, anciens, polluaient beaucoup. La ville a donc décidé de les remplacer par des véhicules moins polluants. Avec la restriction de circulation lancée dans les années 1990 et le développement de transports collectifs, l’air devrait devenir un peu plus respirable dans cette ville qui a longtemps fait partie des plus polluées du monde.


[

Amérique du Sud

]

Bolivie

• Superficie : 17 840 000 km² (12 % des terres émergées) • Nombre de pays : 22 • Population : 371 000 000 • Densité : 21 habitants/km² • Principales langues : portugais, anglais, espagnol, néerlandais, français, guarani, quechua… • Plus grandes villes : São Paulo, Buenos Aires, Rio de Janeiro, Bogotá, Lima, Santiago, Caracas…

Des fours solaires contre la déforestation

En Bolivie et dans d’autres pays sud-américains, une association vient en aide aux femmes qui doivent aller chercher le bois de plus en plus loin pour cuire les aliments, participant ainsi à la déforestation. Cette association apprend aux femmes à fabriquer des fours solaires et à les utiliser. Des parois tapissées de papier d’aluminium ou de miroirs concentrent la chaleur du soleil sur l’aliment à cuire, qui atteint plus de 100 °C. Ces fours s’utilisent dès qu’il y a du soleil, c’est-à-dire à peu près toute l’année dans les pays tropicaux, et très souvent dans les régions plus tempérées.

Chili 15 000 litres d’eau de brouillard Souffrant de pénuries d’eau depuis des années, les habitants du nord du Chili ont trouvé une solution. De grands filets récupèrent l’eau du brouillard pour alimenter les villages en eau saine et gratuite. Cent panneaux de 4 mètres de haut sur 12 mètres de large récoltent ainsi 15 000 litres d’eau en moyenne par jour. L’eau s’écoule le long des filets, puis elle est récoltée dans des gouttières et stockée dans des réservoirs. Mais l’approvisionnement reste aléatoire. Il arrive parfois que le brouillard se fasse attendre pendant plusieurs jours. La solution est aussi utilisée dans certaines régions d’Afrique.

Brésil

Veja, la basket écolo

Veja est une marque française de baskets écologiques issues du commerce équitable : sa toile est en coton biologique cultivé par de petits producteurs du Nordeste brésilien et leur semelle en caoutchouc d’Amazonie récolté sur les hévéas qui poussent à l’état sauvage dans la forêt. En 2006, les ventes de produits certifiés équitables étaient estimées à plus de 1,6 milliard d’euros au niveau mondial (41 % de plus par rapport à 2005). On estime que près de 1,5 million de producteurs et travailleurs défavorisés bénéficient directement du commerce équitable.

Pays : Chi li Reboiser Dans la pr ovince de Malleco, a mapuche vi u Chili, l vaient dan es Indiens s la pauvr des mouton eté, en él s et en cu e vant ltivant de Depuis 200 s terres i 7, 530 fam ngrates. illes se s l’ouvrage, ont mises avec l’aid à e de scien planter 80 tifiques. L 0 ha d’arb ’idée : res. Sur 3 absorberon 0 ans, ces t pour leu arbres r croissan de CO2. Il ce 530 000 s vont aus tonnes si mainten et l’enric ir le sol hir. Ils v e n place ont attire forestiers r des anim , et reten aux ir une cer utile pour taine humi les ressou dité rces en ea ces arbres u. Une foi pourront ê s grands, tre coupés les Indien et vendus s qui en t par ireront de quoi vivre .

Des solutions… [57]


[

Afrique

]

Gabon Protégeons les gorilles

Toutes les espèces de gorilles sont en danger d’extinction aujourd’hui. Pour conserver les populations restantes, en Afrique centrale et en Afrique de l’Ouest, il faut à la fois préserver les forêts où ils vivent, éduquer les populations pour qu’elles se rendent compte de l’urgence qu’il y a à protéger les gorilles, et aider les scientifiques à étudier ces animaux qui sont de proches cousins de l’homme. Ces trois bonnes résolutions figurent dans l’accord de la convention de Bonn « Gorilla ». Ce texte a été signé fin 2008 par le Gabon. Il rejoint ainsi la République centrafricaine, le Congo, le Nigeria, la République démocratique du Congo et le Rwanda.

• Superficie : 30 206 704 km² (20,3 % des terres émergées) • Nombre de pays : 54 • Population : 944 000 000. • Densité : 31 habitants/km² • Principales langues : arabe, berbère, swahili, anglais, français, portugais, haoussa, yoruba, dioula, peul, wolof. • Plus grandes villes : Le Caire, Lagos, PretoriaJohannesburg, Kinshasa, Abidjan, Alexendrie, Casablanca…

Rwanda

Le rhinocéros noir revient

Autrefois, le rhinocéros noir vivait dans les savanes africaines mais on l’a tué pour vendre ses cornes. Aujourd’hui, seuls quelques pays conservent une population de rhinocéros noirs relativement importante : l’Afrique du Sud, la Namibie, le Zimbabwe et le Kenya. Il est en cours de réintroduction au Rwanda. Plus de 400 espèces de plantes et 250 espèces d’animaux ont déjà fait l’objet d’une tentative de réintroduction dans le monde. Entre 10 % et 50 % de ces réintroductions seraient un succès.

Zimbabwe Un petit coin d’écologie

Creusez un trou, disposez dessus une plaque en bois percée d’un trou, et isolez le tout des regards avec des murs légers. Vous avez fabriqué un « arborLoo ». Des toilettes écologiques. Quand le trou sera plein, vous enlèverez la plaque et les murs, et vous planterez un arbre qui utilisera les excréments comme engrais. Ce type de toilettes connaît un certain succès en Afrique, notamment au Zimbabwe, où il a été créé dans les années 1990. [58] Des solutions…

Soudan Pays : paille a l à e Boir pour est bon é la sant er t évit adies Commen es mal d r e p a r rrhée d’att la dia r i o v a d’eau et d’ ’a pas n n o t quand filtran e ? En ose. p s i potabl d t on n o d u l’ea eprise L’entr le ationa en intern Frands d r a a g r e Vest e cialis tes commer filtran s e l l i a p des . 10 ans depuis sse qui pa L’eau le a pail dans l sée barras est dé s ctérie des ba sables . respon erie, holéra dysent t du c e le ver de la e d e ï r cont hypho t e c a a l c ovoque de effi dans qui pr t même r s e e v rossit e t g l i t t El e e urent p , ules nes me ée,un c n n i o i s s u é r G v e p de des 22 000 lluée. fièvre, jour, eau po e e de la u n q u a h ar ps. C ises p le cor transm s e i d a de mal


[

Océanie

]

• Superficie : 9 008 458 km² (6,1 % des terres émergées) • Nombre de pays : 14 • Population : 32 000 000 • Densité : 4 habitants/km² • Principales langues : anglais, français… • Plus grandes villes : Sydney, Auckland, Melbourne…

Nouvelle-Zélande Des vacances en fermes bio

Le WWOOF (c’est-à-dire le travail volontaire dans une ferme biologique) est une façon de voyager écolo ! Chaque jour, le touriste consacre quelques heures aux travaux de la ferme (désherbage, cueillette...). En contrepartie, il est logé et nourri. Cette pratique est aussi très courante en Australie et au Canada.

Australie

Pays : A ustralie Protecti on de la Grande B de corai arrière l Cet imme nse réci f corall de l’Aus ien, sit tralie, ué au la e st consi structur rge déré com e vivant me la pl e s ur Terre par la p us grand . Mais i ollution e l est me marine, des eaux nacé l e réchau et la pê ffement che ce récif est aujou . Une grande par tie de rd’hui pr il est i otégée pa nterdit à certai r une réser même de ns endro s’y rend ve : its d’y re. Afin les plus pêcher o de proté spectacu u g er les h laires d faune et abitats u monde leur flore ainsi qu , il exis protégée e leur te plus d s. Elles e 100 000 couvrent à celles aires une supe de l’Ind rficie su e et de périeure la Chine confondu es.

Papouasie-Nouvelle-Guinée Le soutien du microcrédit

Une ville va se dorer au soleil

La ville de Cloncurry a choisi de s’équiper d’une centrale thermique solaire pour fournir de l’électricité à tous ses habitants. D’ici 2010, les 8 000 miroirs de la centrale concentreront le soleil en leur centre. La chaleur récupérée sert à faire bouillir de l’eau, qui se transforme en vapeur et fait tourner des turbines productrices d’électricité, comme sur cette centrale solaire australienne. Cloncurry doit devenir la première ville d’Australie à ne dépendre que de l’énergie solaire. C’est une bonne nouvelle pour les émissions de CO2 dans un pays où le charbon est le carburant le plus utilisé pour la production d’électricité.

Le microcrédit consiste à prêter une toute petite somme d’argent aux plus pauvres afin qu’ils créent leur emploi. Avec 20 euros, par exemple, une couturière peut acheter une machine à coudre d’occasion et gagner plus d’argent. Ce système est une excellente façon de combattre la pauvreté. Il aide également à lutter contre le travail des enfants puisque les parents, en créant leur emploi, gagnent leur vie et peuvent envoyer leurs enfants à l’école. En croissance de 30 % par an, le secteur du microcrédit compte déjà 150 millions de bénéficiaires à travers le monde. Des solutions… [59]


MON ATLAS ÉCOLO