Issuu on Google+

CHRONIQUE D’UN FESTIVAL DE THÉÂTRE Quotidien gratuit. Conçu et édité au Lycée Tevfik Fikret d’Ankara. Année 2010. Numéro 3.

Photo du jour

Sans titre

VOIX OFF n°3

-1-

SAMEDI 15 MAI 2010


VOIX OFF

Chronique d’un festival de théâtre

Edito (sélection) Quand on pense à ces sept derniers jours, on se dit que cette année, le festival était magnifique. Nous sommes tristes, parce que la fin arrive mais nous sommes émus en attendant les prix. Oui, c’est le jour des prix ! Qui gagnera le prix de la meilleure pièce? Qui gagnera le prix de la meilleure actrice? Toutes les troupes jusqu’à présent étaient superbes c’est pourquoi le jury doit beaucoup réfléchir. Néanmoins on se pose une question : est-ce que c’est vraiment important de gagner un prix ? En effet, tous les comédiens ont travaillé pendant une année entière. Alors est-ce que c’est juste de donner un prix seulement pour la “meilleure” troupe ? En préparant les pièces, le but de la troupe n’était pas de gagner un prix. Les comédiens veulent d’abord s’amuser en jouant les pièces. Tous les costumes, les décors, les maquillages sont un choix, est-ce que c’est nécessaire de juger ?

Carnets en poche Entretien avec Steven Champs, co-responsable de la troupe de Sainte Pulchérie (Istanbul)°

Je suis danseur-chorégraphe. J’ai une compagnie de danse qui s’appelle « Atmasyon de Dans Kumpanyası ». Je suis intervenant en danse hip-hop au Lycée Sainte Pulchérie. Est-ce que vous avez fait du théâtre pendant vos années-lycée ? Oui, j’ai fait du théâtre au lycée. J’avais des rôles silencieux : ou je dansais ou je montrais les choses avec le corps. Qu’est-ce qu’un metteur en scène ? C’est mon métier, c’est ma manière de partager avec les autres. Pour vous, quelle est la qualité principale que doit avoir un comédien ? Aimer ce qu’il fait. S’il aime ce qu’il fait, il

VOIX OFF n°3

-2-

aura beaucoup plus de chance de le faire aimer aux autres. Qu’attendez-vous d’un comédien ? Les prix ne sont pas les plus importants. Pour moi ce qui compte, c’est de partager le travail de chaque groupe d’élèves puis échanger à propos du travail sur les différentes manières d’aborder le théâtre. Est-ce que c’est la première fois que vous participez à ce festival ? Oui, c’est la première fois. Il y a beaucoup de monde. C’est un beau festival. J’apprécie beaucoup aussi le buffet fait par les parents. Car ça ne se fait pas partout des choses comme ça.

SAMEDI 15 MAI 2010


VOIX OFF

Chronique d’un festival de théâtre

Carnets en poche Entretien Jean-Guy Lecat, professionnel de théâtre et membre du jury

Quelle est votre définition de théâtre ? Le théâtre est la vie en plus concentré, il représente la vie, et on peut l’observer plus facilement. Si vo u s étiez un personnage de théâtre qui seriez-vous ? Je serais Le Roi Lear, il est aveugle devant ce qui se passe autour de lui, en avançant dans l’âge, il perd tout ce qu’il a, mais il découvre ses vérités intérieures. Quel est votre parcours professionnel ? Je suis décorateur de théâtre. J’ai commencé par faire tous les métiers, j’ai travaillé comme assistant, par exemple. En fait je n’ai pas d’école. Maintenant je travaille tout seul, je suis consultant pour les architectes et les décorateurs. Pourquoi vous avez

accepté de participer à ce festival ? J’ai arrêté de travailler avec Peter Brook, un metteur en scène il y a 10 ans. J’ai décidé de passer un peu de temps avec les jeunes et j’organise des stages. Quel est le rôle du jury selon vous, est-ce que c’est donner des prix ou faire des critiques ? Dans la vie, il faut être positif. Donner des prix peut encourager les comédiens, ce n’est pas que critiquer, c’est reconnaître l’originalité d’un groupe, la cohérence entre eux et l’originalité de leur pièce. Est-ce qu’il vous paraît important de donner des prix ? C’est un question contradictoire : c’est difficile parce qu’il y a des personnes déçues. En même temps c’est stimulant : chaque année les

VOIX OFF n°3

-3-

comédiens essayent leur mieux. Selon vous est-ce que les ateliers sont efficaces ? Quand vous êtes concentré et vous ne restez pas en retrait, et si vous participez bien aux ateliers ils sont efficaces. Est-ce que vous avez un programme que vous utilisez pour chaque groupe ou bien vous décidez quand l’atelier commence ? Non, je n’ai pas de programme précis, je décide en fonction des élèves, mais tous les ateliers se font à travers l’improvisation et l’imaginaire. Qu’est-ce que vous pensez de ce festival ? Je suis impressionné par la qualité de ce festival, il y a un bon niveau de théâtre, avec beaucoup de g é n é r o s i t é e t d’enthousiasme.

SAMEDI 15 MAI 2010


VOIX OFF

Chronique d’un festival de théâtre

Du côté des spectacles Romeo et Juliette

(1)

par la troupe du Lycée Saint-Joseph d’Istanbul

Avec des décors parfaits, avec de la musique “live”, leur pièce nous a beaucoup plu, tout comme elle a fasciné les spectateurs : il y a beaucoup de personnes qui se sont levées à la fin du spectacle pour applaudir. Les voix de Roméo et Juliette étaient géniales et impressionnantes. Leurs costumes étaient bien choisis. Avec une troupe nombreuse, c’est difficile de travailler ensemble et d’essayer de ne pas perdre le contrôle. Grâce à leur professeur - et avec l’aide des comédiens, ils ont très bien réussi. Félicitations, St Joseph! On estime que vous méritez un prix ! Bahar

VOIX OFF n°3

-4-

SAMEDI 15 MAI 2010


VOIX OFF

Chronique d’un festival de théâtre

Du côté des spectacles L’affaire Poliakoff

(2)

par la troupe du Lycée Tevfik Fikret d’Izmir

Hier, on a vu la pièce de Tevfik Fikret İzmir. C’était magnifique et très drôle. La pièce racontait une enquête policière: les bijoux de Madame Poliakoff ont été volés. Et après, la police cherche le coupable. Toute la pièce se passe au commissariat, dans le bureau des inspecteurs. Les décors étaient parfaits ! La diction était impressionnante : l’acent russe de la comtesse paraissait naturel! Si on parle des costumes, ils étaient très naturels et ils expliquaient l’état civil des personnages (âge, profession, etc.). Il y avait plusieurs musiques utilisées à des moments précis de la pièce. Finalement, félicitations ! Votre pièce était absolument parfaiiiittte !!!!

VOIX OFF n°3

-5-

SAMEDI 15 MAI 2010


VOIX OFF

Chronique d’un festival de théâtre

Du côté des spectacles Alice au Pays des Merveilles

(3)

par la troupe du Lycée Sainte Pulchérie

Ils ont commencé par une chanson et ils ont continué par les danses. Les danses n’ont pas interrompu le rythme de leur pièce, en fait cela a attiré notre attention. Selon l’opinion générale, le théâtre a besoin de nombreux décors mais on a vu que s’il n’y avait pas de décors la pièce pouvait être extraordinaire aussi. Les spectateurs ont remarqué que c’était la pièce des acteurs. Ils ne sont pas liés seulement à leur texte. Les comédiens ont mis quelque chose d’eux-mêmes. Par exemple la scène de danse avec la chanson de Michael Jackson.C’était une idée géniale. En plus la scène de la chenille, c’était magnifique aussi. Ils ont joué en harmonie. Il n’y a pas une seule Alice dans la pièce, il n’y a pas une seule actrice principale et c’est pour cela que cette pièce est différente des autres. Le rythme de leur pièce n’a pas ralenti une seconde. Les danses les chansons ont assuré cela. Asli demirci

VOIX OFF n°3

-6-

SAMEDI 15 MAI 2010


VOIX OFF

Chronique d’un festival de théâtre

Reportage Que vous apporte le travail en atelier ?

Ege Kôtenli, Istanbul Saint Joseph Utiliser notre corps et notre cerveau dans la pièce. L’importance de la concentration. La synchronisation du corps et du cerveau. L’importance de travailler ensemble.

VOIX OFF n°3

-7-

Le lien entre les autres écoles. Serim aytimur et Ece Demir Izmir Saint Joseph On a appris à bien montrer nos émotions et notre comportement et à protéger notre énergie.

SAMEDI 15 MAI 2010


VOIX OFF

Chronique d’un festival de théâtre

Pour ou contre ? Les prix Pierre et François, responsables de troupe : Le principe du prix pour le t héât r e scolair e m e dérange parce qu’il met l’accent sur un résultat et non sur la dimension éducative du travail. En revanche, le regard porté par un jury de professionnels peut être très riche d’enseignements, comme c’est le cas cette année où le jury anime des activités, participe aux débats et va à la rencontre des participants … mais qui ne l’était pas lors des années précédentes ; d’où un sentiment parfois d’arbitraire, voire d’injustice chez les jeunes comédiens. Une manière de valoriser le travail de tous serait peut– être de remettre un compte -rendu à chaque troupe en fonction de ce que le jury a remarqué sur le travail des comédiens (qualité de l’écoute, travail de voix, générosité, interaction). Ipek, comédienne : Les acteurs qui ont eu le prix le méritent, on comprend qui est le meilleur mais même s’il n’y avait pas de prix je viendrais au festival parce que c’est amusant. Isil, comédienne : Toutes les pièces sont différentes; t ous les prof s ont différentes idées donc on ne peut pas comparer les pièces. Et puis les élèves qui commencent dans le théâtre et qui ne gagnent

pas de prix, ça peut casser leur confiance. Alexandre, responsable de troupe : Je suis contre la remise de prix dans la mesure où chaque atelier présente des handicaps différents au niveau linguistique et ne peut pas arriver à un résultat similaire. Le facteur de la langue est très important mais il y a aussi des façons d’animer différentes (directive, expérimentée ou pas, prof de lettres, intervenant extérieur). Le jury n’est pas à même (même avec un esprit critique) de comprendre la situation particulière des différentes troupes. Ege, comédien : Dans un spectacle, les acteurs peuvent avoir un rôle important ou un rôle mineur. Dans le deuxième cas ils peuvent être très bons mais on ne les remarque pas. Remettre un prix à une troupe plutôt qu’à une autre reste donc toujours arbitraire. Kerem, comédien : Il nous faut quelque chose qui montre qu’on a bien travaillé. C’est pour nous encourager. Eric, responsable de troupe : (…) Le théâtre est une activité extrascolaire pour les élèves. Ils font ça en plus de leur «travail» sur lequel ils sont jugés toute l’année. Je pense donc que de décerner un prix peut

VOIX OFF n°3

-8-

démoraliser les élèves car s’ils n’ont pas le prix, c’est une façon directe de ne pas reconnaître tout le travail d’une année. Je pense qu’il est meilleur de décerner un prix à tous pour leur participation et de donner un prix à toutes les troupes pour quelque chose de particulier qui aurait marqué le jury. Pinar, comédienne : Selon moi, les prix empêchent de s’exprimer vraiment ; on joue pour gagner, on essaie avant tout de plaire au jury et non à soi-même. Aylin, comédienne : Les personnes qui ont les moyens techniques sont favorisées par rapport aux autres. Marco, intervenant : Les prix, cela peut séparer les troupes au lieu de les rassembler. Mais en même temps cela permet à une troupe de reconnaître son travail. Ça permet aux troupes de montrer l’esprit de sérieux et de montrer sa force, ses moyens d’expressions et de les comparer avec les autres. C’est aussi un moyen (pour les élèves qui veulent devenir professionnels) de se préparer à l’esprit de compétition qui règne dans ce milieu. Obtenir un prix dépend aussi du désir des autres donc c’est un travail qui est vraiment dur. Aussi bien pour le comédien que pour le jury.

SAMEDI 15 MAI 2010


VOIX OFF

Chronique d’un festival de théâtre

Carnets en poche Entretien avec un comédien et le responsable de la troupe de Galatasaray (Istanbul)

Eric Collard, responsable de troupe

Kaan Karanfiloğlu, comédien

Metteur en scène, qu’est-ce que c’est ? C’est de créer un groupe. Faire que le groupe respire d’un même poumon. C’est d’orienter les comédiens dans les jeux et de les aider à sentir leur personnage dans la pièce. Avez-vous été comédien pendant vos années-lycée ? Non, mais j’étais comédien à l’université. Je jouais avec les étudiants. Quelle est la principale qualité que doit avoir un comédien selon vous ? A mon avis, c’est d’être à l’écoute de tout ce qui se passe, de réagir à ce qui se passe. Quelles sont vos premières impressions sur notre école ? L’accueil était bien et j’ai aperçu les petits qui réagissent tout de suite à la sonnerie et qui rentrent à l’école. C’est ça d’être comédien  . Qu’attendez-vous de ce festival ? Je voudrais que les acteurs s’amusent, qu’ils aient du plaisir de toutes les pièces, de tous les genres. Que le festival puisse leur donner beaucoup de bagage, leur ouvrir l’esprit. Ça peut leur permettre de voir que le théâtre ce n’est pas seul qu’on en fait et ça peut aussi leur permettre de repartir riche après le festival. Selin

Qu’attendez-vous du festival? Notre premier but est de nous amuser et de rencontrer d’autres personnes surtout venant d’autres pays comme la France et la Roumanie. Quel est votre meilleur souvenir des répétitions? Mon meilleur souvenir c’est la scène avec l’Espagnol quand je dis d’un ton extraordinaire : “N’espère pas de moi un regard moins que sévère!” Comment vous mettez-vous dans la peau de votre personnage? Au début j’avais des difficultés à me mettre dans la peau de mon personnage, Monsieur Alexandro, qui est un homme charismatique et très pervers. Mais grâce à l’aide de monsieur Collard, notre professeur, j’ai enfin réussi à trouver mon personnage. Dans quelles conditions avez-vous travaillé ? Au début c’était très facile de travailler et de trouver des idées mais juste avant le festival on a eu beaucoup de problèmes à propos de la pièce. On était assez stressé parce que trouver une salle libre était parfois difficile. Une autre fois, notre rideau s’est coincé dans le moteur. Une autre fois encore on a eu Jacques Chirac qui est venu dans notre école donc on n’a pas pu faire de répétitions. Feyza Arıduru

VOIX OFF n°3

-9-

SAMEDI 15 MAI 2010


VOIX OFF

Chronique d’un festival de théâtre

Divertissements Rébus

Solution : Mariez-vous ma sœur à la philosophie! (ma - ri - haie – vous - mât - sœur - à - la - fil - eau - zoo - fi)

6 différences

Archives (humour) Sans titre

VOIX OFF n°3

-10-

SAMEDI 15 MAI 2010


Voix Off N°3