Page 1

Février

2014

#1

QATAR ENTRETIEN Avec Jordy Staelen et Simon Renaud, fondateurs de 3Mundi

LES RENCONTRES Les leviers et les outils pour construire l’image d’une destination

STRATÉGIE Que reste-t-il de nos agences de voyages ?


LA REPUBLIQUE DOMINICAINE AUX COULEURS DU MICE Au-delà d’une desserte aérienne importante, d’une infrastructure hôtelière de pointe, et de DMC performants et reconnus, la République Dominicaine vous présente sa plus grande richesse… les dominicains : un peuple authentique, généreux et hospitalier. Bienvenidos !


éditorial

Le pari d’un nouveau journal

L

© DR

Le premier numéro que vous a création d’un titre avez en main est l’aboutissement est toujours un évéde cette volonté. nement. Encore plus aujourd’hui, au moLe débat d’abord, avec de nomment où la presse breux espaces réservés, sous affronte la crise la forme de tribunes libres, aux plus profonde de son histoire. institutions  * mais aussi à qui C’est donc un vrai pari, qui exige souhaite partager ses idées pour sans doute une bonne dose faire progresser le(s) métier(s). Le d’inconscience. Mais pas seuledébat encore, avec les rencontres François-Xavier Izenic ment. Dans le secteur du travel de TendanceNomad, rendez-vous Conseiller éditorial management, on observe depuis mensuel au cours duquel les plusieurs mois une convergence entre le voyage acteurs de notre activité peuvent échanger en d’affaires et ce que nous appellerons par comtoute liberté (p.38). modité le MICE, un acronyme un peu (beaucoup) L’audace ensuite, en donnant la parole, tant que fourre-tout. La consolidation des dépenses MICE faire se peut, à de jeunes entrepreneurs qui n’héet de déplacements professionnels est un objectif sitent pas à prendre des risques pour réinventer clairement affiché par de nombreuses sociétés. Sa les métiers. Tels Jordy Staelen et Renaud Simon mise en pratique n’est pas simple, loin de là, et au (p.30), qui sont en train de donner un nouveau sein de l’entreprise, la répartition des rôles entre souffle à la distribution des voyages d’affaires Travel Manager, Acheteur et Direction Marketing grâce à l’alliance de l’humain et de la technologie. et Communication reste à écrire. Mais les fronL’innovation enfin, en faisant découvrir des tentières bougent et la porosité des métiers et des dances et des destinations, comme le Qatar (p.60), activités est en train de tisser de nouveaux liens dont nous levons le voile, en avant-première, sur entre les mondes de l’entreprise et du voyage. un tourisme d’affaires qui se retrouve au cœur TendanceNomad se veut être le miroir de cette des projets d’un émirat aux ambitions sans limites. évolution, un outil de décryptage et d’accompaBonne lecture ! gnement, au service de toutes celles et ceux qui dans les entreprises, et parmi leurs fournisseurs, * Nous tenons d’ailleurs à remercier pour sa confiance sont au cœur de cette nouvelle dynamique. Coml’AFTM (Association Française des Travel Managers) ment ? L’équipe de TendanceNomad entend faire qui diffusera désormais TendanceNomad auprès la part belle au débat, à l’audace et à l’innovation. de l’ensemble de ses adhérents.

3

Février 2014 - n°1 •


CAP SUR ...AU RADISSON BLU HOTEL PARIS BOULOGNE GRÂCE À SES SALLES DE SÉMINAIRE À LA LUMIÈRE DU JOUR ET SON ENVIRONNEMENT VERDOYANT AVEC SA VIGNE ET SES TERRASSES PRIVÉES

L’ E X C E L L E N C E

RADISSON BLU HOTEL, PARIS BOULOGNE

33 Avenue Edouard Vaillant, 92100 Boulogne Billancourt, France T: +33 (0)1 46 08 85 00 sales.boulogne@radissonblu.com radissonblu.com/hotel-parisboulogne


6

Et si on changeait de métier ? Par Michel Bensadoun, administrateur de l’ANAé et Directeur associé de La Fonderie

8

Michel Roncka, travel manager chez RTE

10

Des chiffres et des faits

12

Mice : pas d’éclaircie en vue

24

Travel Quizz Repères L’étude

28

Entretien 30 Jordy Staelen et Simon Renaud,

Tribune libre

14 22

Tendances Nouvelles Technos Sesame, héberge-moi !

Tests Hôtel Cape Grace à Cape Town Eurostar en Business Premier

Tribune libre

fondateurs et directeurs généraux de 3Mundi

38

Les Rencontres

44

Stratégie

52

Marché

60

Repérages

62

Dossier spécial

Destinations : les défis de l’image

Que reste-t-il de nos agences de voyages ?

Les palais des congrès créent l’événement

Qatar - New York - Corse

Capitales et villes européennes : pleins feux sur les nouvelles adresses

96

Le 57e congrès de l’UIA à Macao

98

Le travel manager, maître d’œuvre caméléon du mobility management. Par Claude Lelièvre, vice-président de l’AFTM

TendanceNomad « Meeting, Travel, Mobility Magazine » est une publication TendanceNomad Publishing SAS au capital de 7 000 euros Siège social : 2, rue Saint-Maur 94430 Chennevières-sur-Marne Tél. +33 (0) 1 49 65 10 37 › Président : Olivier Chauvaud › Associés : Pierre-Antoine Benoist, émilie Braud, Mona Karaa › Directeur de la publication : Olivier Chauvaud ochauvaud@tendancenomadpublishing.com + 33 (0) 6 24 73 76 22

© Sergey Borisov

© DR

© rabbit75_fot

SOMMAIRE

Opération Tribune libre Destinations, racontez-nous plus d’histoires ! Par Philippe Mugnier, président d’Attract

› éditeur : Olivier Chauvaud › Conseiller éditorial : François-Xavier Izenic fxizenic@orange.fr › Rédaction : Leprince & Pourrias Presse (LPP) › Rédacteur en chef LPP : Dominique Pourrias pourrias.dom@orange.fr › Ont collaboré à ce numéro : Jean-François Bélanger, Eric Bonnet, Karinne Delorme, Blandine Fleury, Didier Forray, Julien Hirsinger, Vincent de Monicault, Niels Sicard, Alexandre Nestora › Directeur artistique et réalisation : Philippe Lewit - philippe@lewit.fr Photos : Fotolia, DR, Offices de Tourisme Photo de couverture : Fotolia - Poles

5

› Publicité France : Pierre-Antoine Benoist pabenoist@tendancenomadpublishing.com + 33 (0) 6 20 39 19 04 › Publicité International : émilie Braud ebraud@tendancenomadpublishing.com - + 33 (0) 6 66 98 51 82 › Web: Mona Karaa - mkaraa@tendancenomadpublishing.com Impression et routage : Imprimerie Paton, 10120 Saint-André-les-Vergers Commission paritaire : en cours ISSN : en cours - Dépôt légal à parution Malgré le soin apporté à la réalisation de cet ouvrage, l’éditeur décline toute responsabilité quant aux erreurs éventuelles qui s’y seraient glissées. Les noms des marques qui figurent dans les pages rédactionnelles sont donnés à titre informatif sans aucun but publicitaire. Pour les pages publicitaires, les informations sont publiées sous la seule responsabilité des annonceurs. La reproduction même partielle des pages est interdite sans l’autorisation de l’éditeur.

Février 2014 - n°1 •


TRIBUNE LIBRE

… Et si on changeait de métier ?

F

© DR

aut-il renoncer à l’excitation de créer des événements, des voyages exceptionnels ? Faut-il changer de métier pour retrouver ce goût d’entreprendre, d’innover ? Aujourd’hui les agences se sentent menacées par des marges en forte baisse, qui pèsent sur leur capacité à se développer. Nombreux sont ceux qui ne veulent pas abdiquer, et qui se tournent vers de nouveaux vecteurs de croissance. Comment en est-on arrivé à cette situation ? Les raisons sont multiples : baisse de compétitivité, dureté des rapports avec les clients... La baisse de compétitivité est multifactorielle, liée à l’évolution des modes de consommation, de la communication et de la rémunération des agences. Certains acheteurs ont été des apprentis sorciers, faisant jouer la concurrence jusqu’à l’extrême, l’absurde. D’un autre côté, certaines agences acceptent de travailler à des conditions impossibles. Faire appel à la responsabilité de chacun est un vœu pieux. Au bout du compte, c’est la valeur ajoutée des agences, des prestations qui n’est plus perçue. Le temps passé qui ne correspond plus à la réalité de ce qui est facturé… Si on ajoute à cela des règlementations de plus en plus contraignantes, des taxes à n’en plus finir,... cela fait beaucoup, trop pour certains, qui expriment un ras le bol général. Si la plupart des agences ne veulent pas

Michel Bensadoun Administrateur de l’ANAé et Directeur associé de La Fonderie

• Février 2014 - n°1

6

renoncer et continuent à se battre pour mettre en avant nos métiers, notre valeur ajoutée, la plupart considère comme salutaire le fait d’aller regarder ailleurs. Ce qui amène bon nombre d’entre nous à se poser des questions, et à se dire… et si on changeait de métier ? Pour certains, ce n’est déjà plus une question, mais une réalité, sous couvert de diversification, c’est parfois vers de nouveaux métiers que nous allons ! Plusieurs courants voient le jour : ceux qui veulent encore croire à notre métier, mais plus en France, vers des pays qui sont en pleine expansion, et où la « French Touch » est recherchée. En tête de liste : émirats, Chine et Brésil. Ceux qui veulent s’engager vers une offre plus globale, et en priorité dans les secteurs qui sont en forte expansion : Digital, Relations publiques, Services marketing et supports, Brand content, Formation,… Un certain nombre d’agences ont à cœur de changer les rapports avec les clients. Elles sautent le pas, et deviennent « propriétaires » d’événements grand public qu’elles commercialisent, de congrès qui sont rachetés. Certaines vont plus loin, et ont pris en charge l’exploitation de salles de réunion, de restaurants, d’hôtels… Les anthropologues ont coutume de dire que les espèces qui survivent sont celles qui savent évoluer le plus vite. Alors oui, réfléchissons pour faire évoluer notre métier et pourquoi pas le changer avant que lui ne nous change… ●

www.bensad.com


LES CLÉS DE LA RÉUSSITE POUR VOTRE ENTREPRISE.

#2: Optez pour un investissement rentable à court terme NOUVELLE CARTE D’ABONNEMENT JUSQU’À – 35% SUR VOS VOYAGES AMORTIE DÈS 2 ALLERS-RETOURS

• À partir de 299 €/an*. • Jusqu’à 35 % de réduction** sur plus de 150 lignes Air France et HOP! en France métropolitaine, vers l’Europe et l’Afrique du Nord***. • Amortie en 2 à 3 allers-retours selon les lignes. • Billets modifiables et remboursables sans condition. • Nombreux autres avantages et services exclusifs.

* Prix TTC hors frais de service, réservé aux entreprises bénéficiant d’un accord commercial avec Air France ou membres du programme de fidélité BlueBiz ; prix public : 399 € TTC hors frais de service. ** Sur le plein tarif hors taxes et hors frais de service. *** Europe étendue à Israël ; Afrique du Nord = Algérie, Maroc et Tunisie.

Renseignez-vous sur www.airfrance.fr, au 36 54 (0,34 € TTC/min à partir d’un poste fixe), sur afklm-newsaffaires.fr ou dans votre agence de voyages.


travel quizz

Michel Roncka

© DR

Travel manager chez RTE (Réseau de Transport d’Electricité)

Travel manager ? Quelle drôle d’idée ! ça vous est venu comment ?

d’un voyageur dépendait de moi ! J’ai seulement du résoudre deux-trois situations cocasses mais sur lesquelles il n’est pas nécessaire de s’étendre...

J’étais acheteur dans ma prime jeunesse (rires). J’avais en charge le suivi des déplacements et, un beau matin, je me suis dit qu’il fallait faire quelque chose pour cadrer ça de manière plus efficace. J’ai pris contact avec différentes entreprises pour voir ce qu’il était possible de faire et j’ai rencontré Michel Dieleman, président de l’AFTM, qui m’a mis au courant de l’existence de ce métier. Et me voilà !

Quelle est l’erreur que vous ne commettrez plus? Communiquer à la dernière minute sur de gros projets.

Quelle est la remarque de voyageur qui vous agace le plus ? Sans conteste : « J’ai trouvé moins cher sur internet »...

Quel est votre premier réflexe quand vous arrivez au bureau?

Plutôt best buy ou plutôt contrats ?

Lire la presse spécialisée dans le voyage d’affaires. C’est un monde qui bouge tout le temps, avec de nouveaux outils, de nouvelles pratiques. Toujours s’informer : c’est le nerf de la guerre.

Les deux, mon colonel ! Il y a des prestations comme l’hôtellerie qui se prêtent plus au best buy. Après, les contrats offrent une certaine sécurité et il ne faut surtout pas les négliger.

Quelle est la partie de votre métier que vous préférez ?

Poursuivez cette phrase : « demain, le monde du voyage sera…»

établir les benchmarks avec d’autres entreprises. C’est toujours intéressant de voir ce qui se fait ailleurs et puis cela permet de mesurer la distance entre ce que l’on veut faire et ce que l’on peut faire...

... à la portée de tous et de plus en plus nomade.

Une bonne résolution pour cette année ?

Et celle que vous redoutez le plus ?

Professionnellement : réussir l’implémentation de mon OBT (n.d.r. : Online Booking Tool). Et personnellement : réussir à courir un marathon entre 3h45 et 4h !

J’avoue aborder avec une certaine réticence tout ce qui touche de près ou de loin à la facturation, même si on dispose aujourd’hui dans ce domaine d’outils assez performants type cartes logées.

Un conseil pour ceux qui arrivent dans la profession ?

Quelle est la situation la plus délicate que vous ayez eu à gérer ?

Ne pas se laisser abattre par la masse d’informations à gérer : avec un peu d’organisation, on s’en sort très bien. ●

Je croise les doigts mais, pour l’instant, je n’ai pas eu à gérer de situations où la vie • Février 2014 - n°1

Propos recueillis par Julien Hirsinger 8


LILLE, YOUR NEXT DESTINATION

lille-meeting.com

CARRÉ NOIR LILLE / CRÉDIT PHOTO : MAXIME DUFOUR PHOTOGRAPHIES


• Février 2014 - n°1

10


La Réunion :

pour un événement inoubliable ! Pour organiser votre prochain congrès, motiver vos collaborateurs ou récompenser vos meilleurs clients, offrez la plus originale des destinations : l’île de La Réunion.

une îLe paRticuLièRement aDaptée à L’incentive et au team buiLDing Cocktail de travail et de découvertes, mais aussi de détente, le voyage incentive trouvera à l’île de La Réunion un environnement dépaysant et ludique : un véritable terrain d’expression grandeur nature ! Les moments partagés, tantôt sportifs, culturels ou ludiques, offriront des souvenirs qui feront grandir le groupe. une oRganisation optimaLe pouR vos congRès et séminaiRes Un congrès, un séminaire ou un colloque nécessitent une organisation parfaite, avec une logistique performante. Cet événement unique, atteindra alors ses objectifs : motiver et/ou récompenser les équipes. L’image véhiculée auprès de vos clients sera teintée d’exotisme et les relations s’en trouveront enrichies par cette destination aux multiples facettes. Des événements et soiRées D’exception L’île de La Réunion dispose de lieux exceptionnels et insolites : jardins, musées, plages au sein desquels des animations originales et variées créeront une ambiance inoubliable.

© Studio Lumière

Des infRastRuctuRes De quaLité L’île dispose de toutes les infrastructures indispensables aux congrès et séminaires. Les hôtels aux normes françaises, allant jusqu’au 5*, sont parfaitement organisés pour recevoir les groupes. Les halls d’expositions ultramodernes, les salles de conférences et de réunions de toutes dimensions, entièrement climatisées sont dotées du matériel audiovisuel de dernière génération. Le fort taux d’équipement en outils NTIC, vous permet de garder le contact avec vos collaborateurs, partenaires et clients, à tout moment. Les routes permettent des déplacements aisés.

EnviE dE découvERtE ? infoRmEz-vous ! À découvrir sur www.reunion.fr • Des salles de séminaires adaptées à votre événement • Des établissements hôteliers et des résidences de tourisme classés à découvrir www.nordev.re : NORDEV ADPE, un centre de séminaires et congrès aux équipements modernes www.la-halle.com : la Halle des Manifestations du Port, une salle modulable pour des manifestations de tailles différentes. Représentation ile de La Réunion tourisme à Paris :

Contact : William Técher Fonction : Sale representative European Market Tél. : +33 (0)1 40 75 02 79 - E-Mail : w.techer@reunion.fr


l’étude

Mice : pas d’éclaircie en vue Le besoin de réunir « utile » est plus que jamais d’actualité. Et pas question pour les entreprises de desserrer les cordons de la bourse en 2014.

L

’étude Coach Omnium est au secteur du Mice ce que le Baromètre Amex est à celui du voyage d’affaires : une prise de température qui fait office de référence pour les 365 jours qui suivent. Alors, quel temps fait-il sur le Mice français cette année ? Plutôt grisou. Certes, les entreprises établies en France ont dépensé l’an passé un tout petit peu plus (+1,1 %) qu’en 2012 pour leurs événements, soit 8,5 milliards d’euros. C’est toujours mieux que les -4,9 % enregistrés l’année dernière mais ceci ne suffit pas à adoucir la nostalgie du début des années 2000 et leur folle croissance de 5 à 6 % par an. L’heure est à la maîtrise des dépenses. La fréquence des événements se réduit  : 37 % des entreprises en ont organisé moins de 3 en 2013 contre 21 % en 2008. Leur durée baisse sensiblement : 32 % des sociétés privilégient le format à la demi-journée contre 23 % en 2011. Les opérations incentive n’ont plus la faveur des organisateurs, plébiscitées par seulement 9 % d’entre eux contre 14 % en 2011. Quant aux activités périphériques (ludiques, sportives, culturelles...), elles sont en chute libre, retenues par 46 % des entreprises contre 76 % en 2006. On retrouvera cette obsession de la moindre dépense à toutes les étapes de l’organisation de l’événement : « Les entreprises sont majoritaires à mettre les prestataires systématiquement en compétition et les services « achats » sont de plus en plus co-commanditaires  », remarque Coach Omnium.

Enfin, si les hôtels restent privilégiés par 63 % des sociétés pour la tenue des événements, ils ne cessent de perdre du terrain au profit de lieux de réception plus originaux. Bref, 2014 ne devrait rien

• Février 2014 - n°1

12

10%

21%

17% 14%

13%

22%

23%

Nombres moyens de réunions professionnelles organisées par an

Plus de 20 10 à 20

22% 37% 21%

5 à 10 3à5 Moins de 3

2013

2008

Source : Coach Omnium

L’appel aux agences événementielles Rarement

12 %

De temps en temps

18 %

60 %

Jamais

10 % Souvent Source : Coach Omnium L’étude peut être commandée sur le site www.coachomnium.com

changer : les deux tiers des entreprises pensent que leur activité Mice sera identique à celle de 2013, seules 5 % d’entre elles envisagent une hausse. Pas de quoi pavoiser. ● Julien Hirsinger


Publi rédactionnel

Découvrez la nouvelle classe affaires de THAI au départ de Paris

Un cocon ergonomique

Située sur le pont supérieur et habillée d’un camaïeu de violet, la cabine Royal Silk Class est répartie en deux zones de 48 et 12 sièges. Vous apprécierez d’abord la distribution des fauteuils en quinconce qui assure un accès individuel direct à l’allée avant de vous installer dans un confortable cocon ergonomique, parfaitement pensé et organisé. Le large siège de 51 cm dispose d’un repose-pieds en profondeur et se transforme à 180° en véritable lit. L’espace est équipé d’une desserte fixe, d’une table escamotable pivotante, d’une lampe de lecture et d’un bel écran plat tactile de 38 cm avec 2 prises USB. La prise d’alimentation 110V et celle du casque audio sont très faciles d’accès. Vous profiterez d’un vaste choix de divertissements (100 films, 150 programmes de télévision, 500 albums de musique et 60 jeux).

L’hospitalité thaïe, en vol....

Accueillis à l’embarquement par le salut traditionnel thaïlandais (waï), le sourire et la gentillesse du personnel de bord vous accompagnent durant tout le trajet. À l’heure des repas, un choix de mets succulents et une carte des boissons d’une grande variété vous sont proposés. Un espace bar en self-service est a votre disposition durant tout le vol.

... et au sol

THAI Airways International Membre de Star Alliance Contact service société service.societes@thaiairways.fr www.thaiairways.fr

Passagers de Royal Silk Class, vous bénéficiez de comptoirs d’enregistrement dédiés, d’une priorité aux contrôle de sécurité et d’un accès à des salons d’attente privés avant d’embarquer. À Paris Charles de Gaulle THAI utilise les salons de Star Alliance, et à l’aéroport international de Bangkok Suvarnhabumi, elle propose 8 salons Royal Orchid sans oublier le Royal Orchid Spa où vous apprécierez particulièrement un massage décontractant de 30 mn des épaules, du cou ou des jambes.


TENDANCES

transport

© Civipol - les évadés - Jacques Boisnais

Quand la Sncf fait du porte-à-porte…

P

rendre en charge les voyageurs d’un bout à l’autre de leur voyage, et non plus simplement d’une gare à l’autre : telle est l’ambition de la Sncf et de son patron, Guillaume Pépy, qui veut concilier transport de masse et voyage sur mesure. Avec le service Porte-à-Porte développé par la compagnie nationale, le voyageur peut réserver, au plus tard la veille du départ de son TGV, son véhicule avec chauffeur à prix fixe et tout compris, proposé dès 9,90 €. Sans supplément, il bénéficie d’une garantie de prise en charge sans attente, même en cas de retard de son train. Son chauffeur l’attend en tête de train afin de lui simplifier son voyage. Il suffit de se rendre sur www.pap.sncf. com pour réserver et payer à l’avance sa course Porte-à-Porte depuis son lieu d’origine jusqu’à la gare, et inversement. Le prix annoncé comprend le transport de une à quatre personnes avec leurs bagages. Le jour de la course, le client reçoit un SMS pour le prévenir de l’arrivée de son véhicule et tout est réglé à l’avance. Ce service est disponible dans de nombreuses gares. Pour celles de Paris Montparnasse et Paris Austerlitz, c’est la société Allocab.com, premier réseau national de véhicules de tourisme avec chauffeur, qui a remporté l’appel d’offres lancé par la Sncf. ●

lieux

L’événementiel s’empare de l’éphémère

P

© DR

lace, jardin public ou privé, hippodrome, bords de fleuve, esplanade comme celle du Champ de Mars à Paris où s’est déroulée l’exposition « 100 ans de la police judiciaire  » privatisable en dehors des horaires d’ouverture (jusqu’à 500 personnes), mais aussi musée, monument historique ou tout autre lieu détourné de sa fonction première, peuvent être investis et métamorphosés par des acteurs événementiels pour une durée déterminée. Pionnier dans ce domaine, le groupe Jaulin, aménageur notamment de la Halle Freyssinet (de 500 à 15 000 personnes), temple de l’événementiel automobile, dispose d’accords sur des sites parisiens. Il propose en extension de site existant ou en espace éphémère des structures sur mesure conçues pour chaque architecture, et permettant d’augmenter les capacités d’accueil, de réaliser des éléments de décors, des aménagements, et toutes prestations événementielles. L’opérateur dispose pour cela de modèles standards ou sur mesure : dais, tentes, pagodes, hexagones, pyramides, géodes, tipis… A titre d’exemple : ces derniers, de 50 à 10 000 m2, offrent de nombreuses possibilités d’implantation par leur modularité, et peuvent accueillir d’importantes capacités. ●

• Février 2014 - n°1

14


TENDANCES

© DR

environnement

Copenhague toujours plus verte

L

© DR

e saviez-vous ? Le Danemark a été le premier pays au monde à adopter une loi sur l’environnement (en 1973). Aujourd’hui, Copenhague vient d’être nommée la Capitale Verte d’Europe pour 2014 par la Commission Européenne pour l’Environnement. Elle rivalise en effet de durabilité en termes de transport (la culture du vélo), de gastronomie bio et à base de produits locaux et naturels (avec les restaurants étoilés Noma et Geranium, ou BioM), de préservation de la nature (parcs et réserves naturelles et eaux de baignade propres au cœur même de la ville). Mais, ici, 63 % des chambres d’hôtel sont aussi certifiées du point de vue écologique. Quelques exemples : le Crowne Plaza Copenhaguen Towers avec ses 25 étages éco-durables, les établissements des groupes Guldsmeden Hotels (label Green Globe) ou Scandic Hotels. Copenhague se positionne encore comme la capitale des conférences durables. Bella Center, le plus grand centre de congrès de la capitale, est certifié Green Key et a récemment investi dans des mesures pour diminuer sa consommation énergétique. Enfin, SAS vise à diminuer ses émissions de CO2 de 20 % avant 2020 et offre à ses passagers un calculateur pour les mesurer, avec la possibilité de les compenser. ●

Techno

Le monde est à vous avec L’interprète portatif !

T

© DR

ranslate Your World vient de lancer Interpreter in a Laptop (L’interprète portatif) pensé pour les réunions d’affaires internationales. Ce nouveau logiciel professionnel propose l’interprétation automatisée en temps réel dans 78 langues plus l’interprétation humaine simultanée dans une infinité de langues partout dans le monde, sur ordinateur portable et dispositifs mobiles. Ainsi, les organisateurs de conférence peuvent, facilement, et à moindre coût, faire de leur conférence un événement multilingue sur site comme en ligne ; et les salles de réunion sont l’occasion d’échanger en plusieurs langues. De même, les propos des intervenants étant traduits en temps réel, les réunions d’affaires en face à face comme en ligne peuvent désormais inclure les personnes conversant dans leur langue natale. Pour Peter Van Den Steene, directeur général de The Presence Group, l’un des leaders sur le marché linguistique en pleine mutation, « Translate Your World procure un moyen pour les entreprises de se hisser au-delà des langues et des cultures ». (…) « Il s’agit là de l’avenir de la prise en charge linguistique », poursuit-il. ●

15

Février 2014 - n°1 •


Communiqué I Relais Spa

Organisez un évènement unique 2 établissements hôteliers 4 et 5 étoiles à Roissy et Marne-la-Vallée L’art de recevoir Les Relais Spa disposent d’un Centre de conférence modulable, à la lumière du jour et doté d’équipements de pointe. Ils accueillent tous les deux de nombreux séminaires et sessions de formation. De très grands groupes comme de petites et moyennes entreprises comptent parmi les clients fidèles de ces établissements hôteliers. Une équipe spécialisée est à votre écoute pour vous accompagner dans la réussite de votre événement.

Un cadre somptueux Pour vos séminaires résidentiels, les appartements meublés et prêts à vivre proposent trois catégories

de chambres spacieuses, lumineuses et à l’ambiance raffinée, Premium, Junior Suites et Executive Suites. De standing 4 et 5 étoiles, ces deux établissements dégagent une atmosphère à la fois apaisante et sophistiquée. Une attention toute particulière est portée à la qualité des services haut de gamme et hautement professionnalisés tels que conciergerie, bar lounge, voiturier, parking, room service, bagagerie, wifi gratuit, pressing, …

Une escapade gourmande Une Brasserie Flo®, à l’intérieur de chaque établissement, vous propose une note gourmande pour vos pauses, déjeuners et dîners

d’affaires. Elle offre une cuisine typiquement française de haute volée. Vous découvrirez au gré des saisons, une riche sélection de saveurs accompagnée des meilleurs vins, dans une ambiance feutrée et élégante.

Un moment de relaxation Le Spa est un lieu d’exception qui invite à la relaxation après une journée de travail. Il met à la disposition de ses clients une piscine privée, un jacuzzi, un hammam, un sauna et un centre de fitness. Un éventail de soins, en collaboration avec NUXE®, vous est proposé par une équipe d’exception afin d’éveiller vos sens à la sérénité.

Quelques chiffres Relais Spa Paris-Roissy CDGHHHHH

Relais Spa Val d’EuropeHHHH

• 1100 m² de salons modulables pouvant accueillir jusqu’à 250 personnes : 7 salles de 75 m² à 380 m² et 8 salles de sous-commission

• 400 m² de salons modulables pouvant accueillir jusqu’à 120 personnes : 1 salle de réunion de 150 m², 5 salles de réunion de 45 m² dont 3 salles décloisonnables et 2 salles de sous-commission de 20 m²

• Spa de 750 m² • Brasserie Flo® , 2 couverts au Guide MIChELIN® 2013, d’une capacité de 170 places assises • 465 chambres et suites

• Spa de 800 m² • Brasserie Flo® d’une capacité de 140 places assises • 220 chambres et suites

L’abus d’alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération.

R

elais Spa est la marque luxe de Ré s i d e é t ud e s Apparthotels. Concept unique de résidence hôtelière aux prestations à haute valeur ajoutée, cette marque propose aujourd’hui deux établissements hôteliers avec espace bien-être et affaires. Ils sont situés dans des zones stratégiques en région parisienne, l’un dans la zone d’activités de Marne la Vallée et proche du parc d’attraction Disneyland® Paris ; l’autre au cœur du hub international de l’aéroport Paris-Charles de Gaulle.


Relais Spa Val d’EuropeHHHH

8, allée du Verger - 95700 Roissy-en-France Tél. : +33 (0)1 39 94 70 70 Email : paris-roissy.cdg@relais-spa.com

1, rue des Grands Prés - 77700 Chessy Tél. : +33 (0)1 64 17 31 31 Email : paris.chessy@relais-spa.com

www.relais-spa.com Relais Spa est une marque du Groupe Réside Etudes Apparthotels.

RCS Paris 488 885 732 – © 2014. Document non contractuel à caractère indicatif et publicitaire. Photos non contractuelles. Crédit photos : Eric Cuvillier - Nomad 02/14.

Relais Spa Paris-Roissy CDGHHHHH


TENDANCES

mice

Brasilia se fait une place

O

© DR

utre São Paulo et Rio de Janeiro, Brasilia s’impose depuis plusieurs années comme une ville incontournable pour l’organisation d’événements internationaux (désormais dans le top 3 au Brésil d’après le classement ICCA). Elle accueillera cette année des matchs de la Coupe du Monde de la FIFA et en 2019 les Universiades, les jeux olympiques universitaires. La capitale du Brésil dispose de toutes les infrastructures adéquates et offre de nombreuses possibilités de découvertes, notamment en termes d’architecture et de design. Les réalisations de l’architecte brésilien Oscar Niemeyer, connu dans le monde entier, sont en effet présentes dans toute la ville. Ses œuvres les plus célèbres sont la cathédrale, le Congrès national et la résidence du président, le palais Alvorada. « Je suis convaincu qu’à compter de ce jour le nombre d’événements organisés à Brasília sera encore plus important, affirme Flávio Dino, président d’Embratur, l’office de tourisme brésilien. Brasília dispose des espaces nécessaires pour les conventions et d’une structure hôtelière qui lui permet d’être l’un des principaux lieux d’accueil d’événements internationaux, qu’ils soient de grande ampleur ou plus réduits. » ●

mécénat

Art contemporain : Pullman s’engage !

P

© Snaptitude

our fêter ses plus belles ouvertures, Pullman, la marque internationale haut de gamme du groupe Accor, organise des Pullman Artnights qui permettent de faire découvrir l’établissement de manière inédite, résolument « in style ». Les dernières en dates ont eu lieu le 14 novembre 2013 au Pullman London St Pancras qui a dévoilé son nouveau visage après un an de travaux et le 14 janvier 2014 lors de l’inauguration du Pullman Brussels Midi (sur le site de la gare Bruxelles-Midi). Mais, outre ces manifestations ponctuelles, Pullman s’engage résolument en faveur de l’art contemporain en tant qu’acteur culturel à part entière pour faire vivre à ses hôtes une expérience unique. Pour preuve, le Pullman London St Pancras (par ailleurs premier hôtel à accueillir la nouvelle salle de réunion Business Playground) présente de façon permanente les dernières œuvres du photographe nigérien George Osodi. Un artiste que l’on retrouve également aux côtés de Liz Hingley et Richard Bellia. Et le Pullman Brussels Midi, qui bénéficie d’un design entièrement pensé par Jean-Philippe Nuel, a acquis des œuvres de l’artiste française Véronique Durruty, dont la majorité sont issues de la série « Esprit de ville ». ●

• Février 2014 - n°1

18


TENDANCES

ILE MAURICE

hôtellerie

UNE MêME ENVIE… PARTAGER VOTRE REUSSITE

Hébergement alternatif pour voyageurs d’affaires

A

lternative aux hébergements traditionnels pour les voyageurs d’affaires, les logements chez l’habitant ont aujourd’hui le vent en poupe. Ils répondent à l’évidence à une demande pour plus d’authenticité tout en étant intéressant en termes de coût. Plusieurs opérateurs investissent désormais le secteur et rencontrent déjà un certain succès. Ainsi Gîtes de France a lancé l’offre City Break by Gîtes de France. Séjourner au sein d’un City Break Gîtes de France, c’est profiter de l’authenticité, de la convivialité et de l’hospitalité des propriétaires qui sont heureux de partager leur amour pour leur région avec leurs hôtes, et de leur donner quelques conseils avisés sur les meilleurs restaurants ou les sites à visiter des alentours. C’est aussi la garantie d’être en centre-ville avec un emplacement géographique privilégié et facile d’accès, proche de toutes commodités, d’un confort haut de gamme et d’un accueil sur mesure. Gîtes de France surfe sur le début d’une tendance lancée par Airbnb, premier service communautaire de location d’hébergements entre particuliers dans le monde avec une présence dans plus de 34 000 villes. « Près de 20  % de nos clients sont des hommes et des femmes d’affaires », explique Nicolas Ferrary, directeur d’Airbnb France. ●

La Pirogue**** L’authenticité mauricienne

Sugar Beach***** L’incentive ; une passion

Long Beach***** Elégance et modernité

Ambre**** Accessible à tous Incentive deStinAtionS incentive destinations.incentive@wanadoo.fr melkaim.destinations@wanadoo.fr www.destinations-incentive.com

© DR

Informations et réservations Maurice Elkaïm Cécile Bellissard 25 rue Fourcroy 75017 Paris Tél : 01 56 33 15 56 Fax : 01 56 33 15 55

19

Février 2014 - n°1 •


TENDANCES

séminaires

Marriott Hotels inaugure Meetings Imagined © Olivier DIGOIT

M

lieux

Séminaires écologiques en Provence

S

urplombant la mer Méditerranée et les collines de Provence, le Dolce Frégate Provence propose 133 chambres au charme provençal avec terrasse et d’un centre de conférence (treize salles à la lumière du jour) disposant des derniers équipements audiovisuels. L’établissement propose aux entreprises un nouveau forfait intitulé « Séminaires écologiques », avec un souci éco-environnemental du transport aux repas jusqu’aux installations. Ainsi, afin de respecter l’environnement, l’hôtel prend en charge le transport des professionnels dès leur arrivée, en rentabilisant les véhicules alloués, afin de diminuer les rejets en CO2, tout en respectant le confort des passagers. De même, souhaitant instaurer une vraie éthique écologique, le Dolce Frégate Provence propose un menu gastronomique élaboré à partir des paniers d’une AMAP (Association pour le Maintien de l’Agriculture Paysanne). La ferme des Olivades située à Ollioules, à quelques kilomètres de l’hôtel, distribue chaque semaine au chef cuisinier un panier de fruits et légumes frais et de saison. Atout plus : le Dolce Frégate Provence met à disposition les services d’un conference planner, de techniciens audiovisuels et d’informaticiens. ●

© DR

arriott Hotels vient d’inaugurer Meetings Imagined, concept pionnier qui réinvente la planification des réunions, pour une expérience plus visuelle, connectée et efficace. La plateforme internet MeetingsImagined.com propose des conseils de spécialistes, les dernières tendances et des centaines d’images visant à inspirer les organisateurs, le tout en fonction de l’objectif de chaque réunion. Via le site internet, les organisateurs peuvent travailler avec les hôtels pour concevoir des réunions personnalisées ou consulter des formules types, mais aussi poster leurs images préférées sur les réseaux sociaux comme Pinterest et Facebook. Ainsi, au lieu de se concentrer uniquement sur les dates, les tarifs et les plans de salles, Meetings Imagined adopte une approche globale et approfondit l’objectif précis de chaque réunion. Avec des conseils : comment mettre les participants à l’aise ? Quels repas et quelle musique choisir pour créer l’ambiance voulue ? Cet outil est disponible dans quatre hôtels européens : le Marriott Grosvenor Square de Londres, le Marriott Rive Gauche de Paris et les Marriott de Munich et Amsterdam. Et il sera déployé dans d’autres établissements Marriott courant 2014, aux Etats-Unis et à travers le monde. ●

• Février 2014 - n°1

20


Pullman Paris Charles de Gaulle Airport, une escale design et chaleureuse, vue sur les pistes. Roissypôle Ouest - Route de la Commune - 95713 Roissy-en-France

Photographe : Didier Gomes

Réservations sur pullmanhotels.com

Paris . Londres . Marseille . Bruxelles . Toulouse . Berlin . Munich . Barcelone REJOIGNEZ NOTRE PROGRAMME DE FIDÉLITÉ MONDIAL SUR ACCORHOTELS.COM DESIGN YOUR JOURNEY : DONNEZ DU STYLE À VOS VOYAGES.


Nouvelles technoS

SEsame, héberge-moi ! Avec Sesame, il suffit de scanner un QR Code pour entrer dans sa chambre d’hôtel. Une innovation française à la conquête de l’hôtellerie mondiale !

© www.lesquare.com

possible pour un hôtel de mettre en avant, de façon ciblée, une promotion au spa ou au restaurant ou toute autre publicité », explique Frédéric Buis, fondateur et directeur général de Sesame Technology. L’application offre aussi une dimension sociale ludique puisque les clients qui le souhaitent peuvent s’identifier via les réseaux sociaux Viadeo et LinkedIn et, grâce aux croisements de la base de données, être mis en relation par e-mail ou via un simple push sur leur téléphone avec d’autres clients présents en même temps qu’eux dans l’hôtel et qui partagent leurs centres d’intérêt.

A

© www.lesquare.com

près les compagnies aériennes et la SNCF, c’est au tour des hôtels de se mettre à l’heure du QR Code ! La société Sesame Technology vient de présenter Sesame, un nouveau dispositif qui permet de remplacer les clés ou les cartes

• Février 2014 - n°1

magnétiques des chambres d’hôtels. Le principe est simple : dès que le client a validé sa réservation, il reçoit un e-mail contenant son numéro de chambre et un QR Code à imprimer ou à conserver sur son smartphone. Une fois arrivé à l’hôtel, plus besoin de passer par la réception pour s’enregistrer et obtenir une clé  : il suffit de se diriger directement vers la chambre attribuée et de scanner le QR Code sur le boîtier fixé sur le montant de la porte. La reconnaissance du QR Code fait le reste en déclenchant le déblocage de la porte.

Une palette d’avantages Le boîtier est par ailleurs équipé d’un petit écran LCD tactile qui permet d’afficher un message d’accueil ou toutes autres annonces. « Il est par exemple 22

En phase de commercialisation Pour l’heure, la jeune société française vient tout juste de débuter la phase de commercialisation et de premiers contacts sont en cours. « Notre technologie s’applique parfaitement aux hôtels d’affaires et aux établissements proches des aéroports car ils connaissent une forte rotation de la clientèle  », martèle Frédéric Buis, qui base son modèle économique sur la location des boîtiers via une redevance mensuelle par chambre aux alentours de 10 à 15 €. A noter que les hôtels peuvent parfaitement faire cohabiter le dispositif de Sesame Technology et les systèmes d’accès par carte traditionnelle, laissant ainsi le choix au client. Frédéric Buis espère qu’une dizaine d’hôtels proposeront son boîtier d’ici la fin de l’année. « Mais le développement pourrait aller bien plus vite si nous touchons des chaînes hôtelières  », s’enthousiasme le fondateur qui espère franchir les portes… du succès ! ● Didier Forray


STAR CLIPPERS

Les Voiles de la Récompense

Mettez le cap sur la réussite de votre voyage !

3 Voiliers : Le Star Clipper le Star Flyer et le Royal Clipper Le charme, l’atmosphère conviviale et le confort des voiliers Star Clippers sont autant d’atouts pour la réussite d’un voyage incentive. Ces navires d’exception allient le sens de la tradition et des équipements grand confort pour offrir une expérience contemporaine de l’univers mythique de la navigation à voile.

En affrètement ou en groupe, nos croisières offrent un lieu fédérateur et une dynamique du voyage grâce aux escales quotidiennes. Leur petite capacité (de 85 à 114 cabines) est propice à la privatisation et favorise ainsi une programmation personnalisée à la carte qui répondra avec souplesse à vos demandes d’organisation les plus exigeantes.

NOS DESTINATIONS Hiver : LES CARAÏBES & CUBA Printemps-Été: LA MÉDITERRANÉE (Corse, Italie, Croatie, Monténégro, Grèce, Turquie, Baléares) Contactez votre agence incentive ou Star Clippers France : 01 39 21 10 98 - beatrice.frantz@starclippers.com

www.starclippers.com


TESTé pour vous

hôtel Cape Grace, Cape Town (Afrique du Sud)

Quoi ? Membre de la prestigieuse chaîne The Leading Hotels of The World, le Cape Grace compte parmi les fleurons de l’hôtellerie locale. Les 120 chambres et suites, de différentes superficies (minimum 45 m2), sont toutes de grand standing et le service est soigné, jusque dans les moindres détails (transfert en voiture de luxe offert).

© DR

© DR

› Le Cape Grace est idéalement placé, dans le quartier très vivant du V&A Waterfront. En toile de fond, la grandiose Table Mountain se reconnaît à sa forme caractéristique.

› Les chambres et les suites sont toutes spacieuses et lumineuses.Certaines se prolongent avec une terrasse qui donne sur les bateaux à quai.

On aime moins : la piscine extérieure a le mérite d’exister, mais elle n’est pas très grande et entourée d’un petit solarium avec un nombre limité de transats.

© DR

On aime : le bâtiment ressemble à un long paquebot, arrimé entre le port et la marina, et la décoration intérieure, assez classique, fait la part belle aux antiquités, meubles et tableaux anciens, riches en références maritimes. Le restaurant gastronomique (Signal) sert un savoureux menu dégustation dans un décor raffiné. Les chambres avec vue sur la Table Mountain sont particulièrement séduisantes. › Le spa est situé au dernier étage de l’hôtel et comprend cinq salles de soins.

du V&A Waterfront, à deux pas de multiples restaurants, boutiques, et du futur Zeitz Museum of Contemporary Art Africa qui doit ouvrir en 2016. Il possède une salle de réunion de 14 places, un centre de fitness et un petit spa avec une terrasse et une vue imprenable sur le port, Signal Hill et la Table Mountain. Son bar à whiskies, vins et cocktails (Bascule Bar) est un passage obligé : il propose quelque 500 références de whisky et organise des whisky tastings de haute volée, dans un cadre cosy, chic et intimiste qui rappelle la cabine d’un bateau de grand luxe. ● www.capegrace.com Niels Sicard • Février 2014 - n°1

24

© Athol Moult

Infos pratiques : le Cape Grace est situé au cœur

› La salle de réunion et de repas privatifs reprend à son compte la décoration élégante et raffinée de l’hôtel.


100 % événements mai 2014

Design

Un mur d’image issu des dernières technologies

Outremer 02 40 60 02 40 - Illustration non contractuelle - Epsilon 3D

Contemporain alliant luminosité et transparence

High-Tech

Modularité

écologie

de nouveaux plateaux modulables et plus spacieux

Bâtiment HQE Haute Qualité Environnementale

Venez découvrir notre nouvelle offre & 02 40 11 51 60

www.labaule.fr


TESTé pour vous

EUROSTAR

© photogenics

Paris-Londres en classe Business Premier

Nord à la gare de St Pancras au cœur de Londres en 2h20 propose trois classes : Standard, Standard Premier et Business Premier. Le service se hisse à un niveau élevé depuis la réservation du billet jusqu’à l’arrivée en gare. Au départ, on peut se détendre dans le salon business qui met à disposition des boissons chaudes et froides, des viennoiseries et des en-cas sucrés ou salés. On accède ensuite directement au quai par une porte dédiée. A bord, un personnel aux petits soins sert à la place des mets de saison créés par le chef 2 étoiles Raymond Blanc. Les voyageurs matinaux apprécieront la machine à expresso mise à leur disposition. Dernière innovation, un authentique Afternoon Tea concocté par le célèbre restaurateur est servi de 14h00 à 17h30.

On aime : la flexibilité des billets qui permet de changer sa réservation. Cette disposition, testée à St Pancras, se révèle très pratique en cas de réunion écourtée ou prolongée, et facile grâce à un personnel efficace et sympathique. On aime moins : les longues rangées de fauteuils qui se font face dans le salon de la gare du Nord confèrent au lieu un aspect un peu austère.

› Eurostar a transporté 10 millions de voyageurs en 2013 et 140 millions depuis son lancement, en 1994.

© Tim Young

Quoi ? Le train à grande vitesse qui relie Paris gare du

› Scones, confiture de fraise, crème fraîche… Le chef 2 étoiles Raymond Blanc perpétue la tradition gourmande de l’Afternoon Tea.

• Février 2014 - n°1

© lightworkphotos

› La flexibilité totale des billets permet une grande souplesse dans l’emploi du temps du voyageur d’affaires. 26

© lightworkphotos

Infos pratiques : les voyageurs bénéficient d’un comptoir dédié pour les formalités et peuvent se présenter à l’enregistrement 10 minutes avant le départ du train. A bord : prises de courant françaises et britanniques, service de pré-réservation de taxi. Wi-Fi gratuite dans les salons des gares. ● www.eurostar.com Karinne Delorme

› On apprécie les nombreux titres de presse, française et étrangère, disponibles dans les salons et à l’entrée des rames Business Premier.


la qualité au service de l’affrètement vol privé

garanties financières

affrètement conseil prix

incentive & congrès anticipation VIP fiabilité leader réac:vité équipe

vol urgent

assistance

service vol spor:f

business jet

expertise disponibilité 24h/24 sécurité des vols

exclusif

éthique

maîtrise des  opéra.ons

personnalisa:on

33 a ve nu e de Wagram

PAR I S DU B LIN LO NDON PAL M A PH O E NI X BR U SSE LS DAK AR ABI DJA N

33 avenue  de  Wagram 75017 Paris 75017  Paris Affrètements  Incen:ve  et  Avia:on   d’Affaires f f rè te m e nt s Incent i ve Tel  :  0Té 1  5l 8  : 601 1  258 7  261 7 27 21 i nce nti ve@avico .com incen:ve@avico.com Permanence  24h/24 Av ia ti o n d’Affa i res Tel  :  0Té 1  5l 8  : 601 1  258 7  261 4 27 27 h24@avico.com exe c uti ve@avico.co m Ce l l u le O p é rat i o ns 2 4 h /2 4 Té l : 01 58 61 27 24 h2 4@avico .com


TRIBUNE LIBRE

Le Travel Manager, maître d’œuvre caméléon du Mobility Management

L

© DR

es voyages d’affaires ont été longtemps considérés comme le privilège de certains collaborateurs. Les activités de l’entreprise s’étant faites de plus en plus internationales et ouvertes à tous, les budgets liés aux déplacements professionnels se sont envolés, attirant dès cet instant le regard des Directions Générales. Cinq années « de crise » plus tard, le prix d’achat de chaque prestation est désormais disséqué à l’excès sous le microscope des Directions Achats et des Directions Financières. Où se situe le Travel Manager dans ce paysage ? On vous expliquera ici ou là que ce « titre », inconnu il y a 15 ans, ne définit plus correctement la fonction. Il y a 6 ans, en France, la profession a défini ses activités et s’est structurée autour de l’AFTM. Le contour n’a cessé de s’élargir depuis et nous parlons maintenant de « gestion de la mobilité ». Bravant les effets de mode, le Travel Manager évolue depuis le poste privilégié qu’il occupe au sein des entités mais avec le recul nécessaire à son objectivité. Il saura ainsi détecter les leviers optimisés et conseiller chaque secteur sur les actions prioritaires à entreprendre dans la gestion des déplacements professionnels.

Claude LELIèVRE Vice-président de l’AFTM (Association Française des Travel Managers)

• Février 2014 - n°1

28

Sur le plan humain pour commencer, il doit aujourd’hui intégrer les notions de droit du travail, la responsabilité sociale et sociétale des entreprises, la sécurité et la sureté, la communication, la formation, ce qui en fait un interlocuteur naturel des DRH ou des Directions Sécurité. Les données et donc les technologies de l’information, par leur caractère stratégique, sont le plus souvent rattachées à la Direction Financière. En charge de cette analyse globale des coûts, le Travel Manager doit alimenter les bases de traitement sur un périmètre de plus en plus large : notes de frais, flottes de véhicules, visio et audio-conférences, téléphonie fixe ou mobile, séminaires et événementiel. Que l’on parle « d’environnement de travail  », de «  mobilité physique ou virtuelle  », «  d’outils de mobilité  » ou «  d’avantages en nature  », le Travel Manager ne pourra jamais être « expert en tout  ». Il sera avant tout un chef d’orchestre qui saura à moindre coût partager son expérience et de sa vision globale sur ce qui compose la « mise en relation des collaborateurs ». En mode projet, il s’appuiera sur les compétences des experts de chaque domaine pour piloter les unes après les autres les composantes de la mobilité des salariés sans perdre de vue ses objectifs : simplicité, bas prix et bon sens. ● Pour en savoir plus : livre blanc « Mobility Management » dans la collection « Profession Travel Manager » - Septembre 2013 En téléchargement sur www.aftm.fr


Depuis 20 ans, partout en France, Charlestown met son savoir-faire au service des entreprises. Ecoute, Souplesse, Proximité, Exigence, Réactivité... Parce que la première impression est essentielle, entre vos clients et vous, il y a nous !

www.charlestown.fr - 55, rue Fondary 75015 Paris - 01 70 91 22 22

PARIS - LILLE - NANTES - BORDEAUX - LYON - MARSEILLE

Bronx (Paris) - www.bronx.fr - Illustration : CharlotteGastaut/costume3pieces.com

COMME PERSONNE


entretien

© DR

voyage d’affaireS

Jordy Staelen (à gauche) et Simon Renaud, directeurs généraux et fondateurs de 3Mundi

« A fond sur des solutions innovantes ! » Début janvier, l’annonce de l’échec du rachat de FFTP par 3Mundi a sonné comme un coup de tonnerre. Les fondateurs de ce dernier disent avoir digéré l’affaire et détaillent pour TendanceNomad leur nouvelle stratégie dans un entretien sans langue de bois. Décapant !

• Février 2014 - n°1

30


entretien

On imagine beaucoup de déception à la suite de l’échec du rapprochement avec Frequent Flyer Travel Paris (FFTP) ? Jordy Staelen : Inévitablement, comme avec tout projet qui n’aboutit pas. Cela représente beaucoup de travail. Mais c’est plutôt engageant pour la suite, cela montre aussi qu’on est capable de mobiliser nos équipes sur un gros projet, c’est le signe du dynamisme de notre entreprise.

Cela remet-il en question vos objectifs de développement ? JS : Cela ne remet pas en question nos objectifs mais la stratégie. Celle-ci était assez simple  : on absorbait FFTP, on doublait de taille, cela nous permettait d’aller chercher des comptes plus gros, autour de 15-20 millions. Désormais, pour atteindre cet objectif, on va plutôt investir l’argent prévu pour ce rachat dans des solutions innovantes. Les moyens changent mais l’objectif de croissance reste identique.

Vos objectifs ne passent donc plus par de la croissance externe ? JS : Si vous avez des noms, des numéros de téléphone, on est preneur ! On peut imaginer avoir des discussions avec d’autres acteurs, on ne se l’interdit pas, on a le soutien de nos actionnaires, mais il n’y a rien dans les tuyaux. Simon Renaud : Un des objectifs du rapprochement avec FFTP était d’aller chercher un certain nombre d’outils que nous n’avions pas. Désormais, nous devons les avoir par nous-mêmes.

Et quels sont ces fameux outils ? SR : Nous devons réfléchir et concevoir « mobilité  ». Ces outils concerneront la simplification du voyage d’affaires en général, la réservation, la gestion en voyage et puis tout ce qui a trait à la data, un très gros chantier. Notre but est d’apporter une meilleure expérience pour le voyageur d’affaires et lui simplifier la vie tout en respectant les contraintes et les obligations du travel manager et de l’acheteur.

« Apporter une meilleure expérience au voyageur d’affaires, lui simplifier la vie. »

JS :   La barrière entre pro et perso n’existe plus grâce aux terminaux qui sont dans nos poches. Inutile de se battre contre, au risque d’avoir des voyageurs fatigués et mécontents, des travel managers qui vont servir de bureaux des plaintes et in fine des solutions qui, économiquement, ne seront pas intéressantes pour l’entreprise. Plutôt que de batailler, réfléchissons à accompagner cette tendance irréversible.

Et sur la data, que comptez-vous faire ? JS : Il y a beaucoup à faire. Trop de données disparates, trop de sources d’information qui ne convergent pas, compliquant les affaires de l’acheteur pour mieux négocier. Et cela ne va pas aller en s’améliorant, notamment avec la multiplication des frais ancillaires, et le développement de l’open booking. Les budgets voyages vont fatalement augmenter sans que l’acheteur puisse avoir la moindre idée de l’origine de cette hausse. On va donc offrir une solution qui fera gagner en clarté et en lisibilité.

Quand vont sortir ces outils ? SR : En deuxième partie d’année 2014. La solution data ne sera pas terminée cette année mais on souhaite la tester le plus rapidement possible. Pour ces projets, on discute avec des partenaires

« On ne mérite pas d’être payé là où on n’apporte pas de valeur ajoutée. » 31

technologiques, sur toutes les composantes du métier. Et on vient de créer un département Recherche et Développement qui devrait rapidement comprendre 5 à 10 personnes.

Au total, quel est le montant de ces investissements technologiques ? SR : Cela signifie beaucoup de petits investissements récurrents pour tester les solutions et voir si ça marche. Mais au total, ce sera de l’ordre du million d’euros tous les ans. S’il y a une technologie spécifique qui existe déjà, on pourra l’acquérir directement, inutile de réinventer la roue.

Aujourd’hui, quels sont les dangers qui menacent les fondamentaux de 3Mundi ? SR : Il y a un danger évident pour l’ensemble des distributeurs, c’est celui de la désintermédiation, inéluctable. Mais nous le voyons clairement comme une opportunité. Le marché ne va pas disparaître, les prestataires de services non plus mais ils doivent changer. Le marché devient bipolaire entre du très simple, totalement désintermédié, et le compliqué où il y aura toujours besoin de services. A nous de savoir si on veut faire les deux, l’un des deux, ou changer pour devenir un agrégateur de solutions techniques.

Vers quelle option penchez-vous ? SR : Aujourd’hui, on ne s’interdit rien  : on a un service haut de gamme pour tout le monde, va-t-on pouvoir le maintenir économiquement à long terme  ? Sans doute pas, mais ce n’est pas grave. Notre volonté est de proposer des technologies qui permettent de faire les choses faciles sans nous. En clair, un voyageur qui passait auparavant 20 réservations chez 3Mundi n’en passera peut-être que 3 à l’avenir sur lesquelles il aura un vrai besoin, et comme nous n’aurons pas dépensé un euro pour les 17 réservations automatiques, nous pourrons en gagner autant voire plus qu’avant sur les 3 autres. JS : Aujourd’hui, on a un taux de réservation online de 75 %, qui continue de croître doucement. Mais les 15 derniers Février 2014 - n°1 •


entretien

 Entrepreneurs dans l’âme

Quels sont d’ailleurs les résultats 2013 de 3Mundi ?

U

ne trajectoire pas banale ! Simon Renaud (EM Lyon) et Jordy Staelen (UTC) sont dans la même boîte d’ingénierie quand ils se rencontrent. Ils ont alors quelques petites années d’expérience à leur actif, le plus souvent à l’étranger. Marre de faire gagner de l’argent à leur patron et envie de voler de leurs propres ailes : ils créent l’agence 3Mundi en 2006, Jordy Staelen a alors 26 ans  ! Simon Renaud raconte  : «  On ne connaissait rien au voyage d’affaires mais on a vu une opportunité dans la suppression des commissions versées aux agences par les compagnies aériennes. On s’est dit que les structures en place allaient avoir du mal à proposer une valeur différente à leurs clients ». Ils créent donc ce qu’ils appellent une TMC de troisième génération, qui allie le meilleur de la technologie et du service. Ils possèdent aujourd’hui encore, à parts égales, 85 % du capital de 3Mundi. Et vivent cette aventure pleinement  : «  Tous les six mois, on se demande ce qu’on pourrait faire pour être plus efficace et mieux servir nos clients. On se dit alors  : et si on changeait tout  ? Heureusement, on arrive à se raisonner… » ●

pour cent seront difficiles à compresser car il y a toujours des modifications, des voyages complexes… Plus on a de online, et plus on peut positionner notre personnel très bien formé sur des demandes à haute valeur ajoutée. Nos collaborateurs utilisent les technos pour faciliter leur propre travail, ce qui explique aussi le taux élevé de online. Ils n’ont pas peur de perdre leur job parce que le taux online va augmenter. Au contraire, plus il augmente, plus ils travaillent sur des dossiers pertinents.

Dans ces conditions, comment voyez-vous votre modèle économique évoluer ? JS : Notre chiffre d’affaires* est composé de trois éléments  : le transaction fee à hauteur de 30-35 %, le revenu de la part de nos fournisseurs, à hauteur de 15 % et qu’on plafonne volontairement, et le reste, un plus de la moitié, provient des économies que nous générons à nos clients. Pour chaque euro d’économie que nous générons, nous avons une quote-part qui nous revient, de l’ordre de 25 à 30 %. Notre modèle est plus stable car le transaction fee tend inexorablement vers zéro, sauf pour les dossiers à haute valeur ajoutée comme des voyages circulaires en Asie par exemple. Mais pour le train, je n’ai pas envie de payer un intermédiaire. SR : Moi, je viens toutes les semaines de Genève à Paris, j’achète mes billets de

• Février 2014 - n°1

train sur Capitaine Train et mon retour Easyjet sur l’application du même nom avec ma carte corpo. Je sais, ce n’est pas bien, je ne passe pas par 3Mundi, mais c’est vraiment génial. Il faudrait que le reste du voyage d’affaires soit aussi simple. JS : Notre modèle économique va évoluer vers davantage de partage d’économies. L’idée, c’est de remplacer le transaction fee sur l’ensemble des transactions par le transaction fee sur les transactions où on a de la valeur ajoutée. Vous me suivez ? Là où on n’a pas de valeur ajoutée, on ne mérite pas d’être payé. SR : Il faut trouver le moyen de ne pas avoir de coût pour ne pas exiger un paiement à nos clients. Les agences de voyages d’affaires n’apportent pas assez de valeur. Ce n’est pas un hasard si la valeur se déplace sur le marché des TMC vers les éditeurs et SBT. JS : Notre valeur ajoutée n’est plus dans la distribution mais dans les économies que nous générons chez nos clients.

« La désintermédiation est une opportunité formidable. » 32

JS : Nous avons terminé l’année à 51  % de croissance, soit 60 millions de volume d’affaires. Mais le véritable indicateur pour nous est la marge opérationnelle qui est en croissance de 50  % également (91 500 euros en 2012).

Pour combien de salariés ? SR : 10 en Suisse, une petite vingtaine à la fin de l’année 2014 et 42 aujourd’hui à Paris sans compter notre nouveau département R&D en cours de création.

Et combien de clients ? JS  : 250 environ. On a pris des beaux comptes en 2013, l’Institut Pasteur, RATP, le groupe Vivarte (gagné fin 2012 mais traité en 2013), Motul, Secours Catholique, Dailymotion, la filiale suisse de Carrefour…

Tirez-vous un trait sur les fameux comptes intermédiaires que le rapprochement avec FFTP vous permettait de séduire ? SR : On peut déjà les séduire mais il faut les rassurer. Ce n’est plus la taille qui doit compter. Nos méthodologies nous permettent de traiter demain un PSA, on devra staffer c’est tout. JS  : En termes d’assise financière, on a des fonds propres qui sont très élevés, la holding est capitalisée à hauteur de plusieurs dizaines de millions d’euros. En termes de cash, on est bien pourvu et on a le soutien de nos actionnaires. Et troisième élément, les gros comptes sont souvent encartés (chez Air Plus ou chez Amex), donc le flux financier ne passe pas chez nous. Il n’y a aucun risque financier à passer chez nous. SR  : Avec notre future offre technologique, la taille et le service ne seront plus des verrous. C’est d’ailleurs le cas : le service n’est utile que dans 20 % des cas. Il faut qu’on montre au marché que ce n’est plus une question.

à partir de quel volume le verrou saute-t-il pour un client ? JS : Prenons un compte qui fait 80 % de online, la vraie charge de travail pour


entretien

Un volume d’affaires en progression constante (en millions d’€)

JS : Plus 35  %. Que des nouveaux comptes. Ceux déjà installés décroissent car on fait du bon travail, c’est pourquoi le volume d’affaires n’est pas un bon indicateur chez nous. Notre boulot, c’est d’acheter le moins cher possible pour nos clients, donc plus on travaille bien, plus notre volume d’affaires baisse. Si on cherchait à faire de la croissance de volume d’affaires, cela signifierait qu’on facturerait trop cher nos clients.

Comment voyez-vous le marché du business travel évoluer en 2014 ? JS  : Il est totalement atone. En 2013, nos clients se situaient entre - 1 et + 1 % en nombre de transactions. Pas ou peu de changement à prévoir en 2014, car la croissance économique n’est pas en France.

JS : Le best buy est généralisé et nous poussons chez 3Mundi très activement à la baisse du ticket moyen BSP. Easyjet est notre deuxième compagnie aérienne la plus utilisée par nos clients. Air France a une part de marché relativement réduite chez nous, 50 à 55 %, pas plus. Quand un client nous rejoint, il a en général 70 à 75 % de parts de marché Air France sur son périmètre, notre objectif est de le passer en dessous de 50 % car les propositions alternatives sont moins chères. Les compagnies du Golfe sont aussi très agressives. Aller en Chine en business class via Doha est deux fois moins cher que sur Air France. Et le service est incomparable. Et on travaille aussi beaucoup avec Turkish depuis Genève.

* 14 20

13 20

12 20

11 20

10 20

09

La baisse du poids de l’aérien dans le budget voyages va-t-elle se poursuivre ?

* Prévision

Une tendance à suivre sur l’hôtellerie ? SR : Un début de tendance avec l’alternative à l’hôtellerie chez l’habitant. Moi par exemple, cela fait six mois que je ne suis pas aller à l’hôtel quand je viens à Paris, c’est-à-dire toutes les semaines. J’utilise Airbnb. Cette semaine, j’ai un appartement de 50 m2 pour 120 euros la nuit en plein centre de Paris, à deux pas d’ici (Madeleine). Il y a d’abord un intérêt tarifaire, et puis je découvre des coins de Paris que je ne connais pas… La semaine dernière, j’étais à Montmartre dans un appartement un peu plus petit pour 70 euros. C’est imbattable. Je n’ai pas eu une seule mauvaise expérience, grâce au réseau social. La seule mini-contrainte, c’est de donner rendez-vous avec le propriétaire pour la remise des clés.

Pour finir, qu’en est-il du Mice chez 3Mundi ? RS : C’est une vraie tendance qui répond à une vraie demande des clients. Nous allons nous structurer en créant une cellule Mice en 2014. ●

Propos recueillis par François-Xavier Izenic

© DR

Justement, quelle croissance prévoyez-vous en 2014 ?

20

08

80 70 60 50 40 30 20 10 0 20

nous est donc de 20 %. Concrètement, si on sait traiter 10 millions de vraie charge de travail et que ça représente 20 % du budget voyages, cela signifie qu’on peut absorber un compte de 50 millions sans souci. Dès lors qu’il est online, encore une fois. La maîtrise de la croissance, on sait faire, on réalise chaque année 50 % de croissance, on continue de gagner de l’argent, on n’a pas de turn over des salariés, 98  % de nos contrats sont renouvelés… il est plus facile pour nous d’accueillir un compte de 20 millions plutôt que 20 comptes de 1 million. Le travail pour nous est plus simple.

33

* En distribution des voyages, on distingue le volume d’affaires (le produit des ventes totales) du chiffre d’affaires (le résultat net).

Février 2014 - n°1 •


Communiqué

Le Québec,

un festival de sensations

F

rancophone par la langue et pourtant imprégné de culture nord-américaine, vaste dans ses paysages, mais intime dans son atmosphère, à la fois facile d’accès et profondément dépaysant, attaché à son patrimoine et déclinant un formidable art de vivre, le Québec s’inscrit comme une destination MICE exceptionnelle tout au long de l’année.

Montréal, Québec et les Laurentides constituent un captivant triptyque illustrant à merveille l’offre exotique du Québec. Car au-delà de leurs différences impulsant une infinie palette d’activités, ces trois régions rassemblent la même culture de l’accueil, un sens festif fécond et un savoir-faire professionnel aguerri qui transforment l’organisation d’un événement d’entreprise en expérience inoubliable, synonyme de succès.

Carnet de voyage Accès aérien : Air Canada, Air Transat www.aircanada.com - www.airtransat.fr Durée de vol : environ 7h30 Décalage horaire : - 6h Formalités : passeport en cours de validité pour les ressortissants français Informations : www.laurentidesaffaires.com,

• Février 2014 - n°1

www.tourisme-montreal.org, www.quebecregion.com, www.QuebecOriginal.com/motivation Association des Réceptifs et forfaitistes du Québec - www.ARFQuebec.com Contact : Destination Québec André Martel - Tél. : (33) 01 53 30 77 64

34


Communiqué

Montréal,

une ville « monde » conviviale offre. Entre deux sessions de travail, les visiteurs prennent ici plaisir à partager une découverte ludique de la ville à travers de nombreux circuits. à pied, dans le Vieux-Montréal bordé de chefs-d’œuvre des XVIIe et XVIIIe siècles, de cafés sympathiques et autres restaurants gastronomiques, ou bien à vélo, le long des 350 km de pistes cyclables, ou encore en raquettes, à l’occasion d’une conquête vivifiante du Mont Royal l’un des plus beaux parcs de la ville recouvert l’hiver d’un épais manteau blanc. Et pourquoi pas une sortie en rafting sur le Saint-Laurent ?  à moins d’opter pour une croisière en bateau sur le fleuve constellé de 400 îles. Et, le soir, la vue sur la ville illuminée en pleine effervescence est totalement fantastique  ! Autant de façons originales de partir à la rencontre de l’âme authentique mais aussi festive de l’ancienne Ville Marie hôte d’événements culturels majeurs comme le Festival Juste pour Rire, le Festival de Jazz ou encore Montréal en Lumières.

énergique, cosmopolite et chaleureuse, prenant parfois l’accent américain du haut d’un « skyline » contemplant près de 375 ans d’une riche histoire amérindienne, française et britannique, Montréal déploie tous les atouts d’une capitale culturelle et d’affaires ouverte sur le monde.

C

ette dynamique métropole s’est positionnée au premier rang des villes de congrès d’Amérique du Nord grâce à son professionnalisme conjugué à des standards de services rigoureux. En toute logique, elle accueille un palais des congrès parfaitement adapté à l’organisation d’événements internationaux d’envergure. Equipé d’installations ultramodernes, il offre aussi un accès direct au métro ainsi qu’à la « ville souterraine  », un réseau piétonnier de 33 km jalonnés de boutiques, hôtels, cinémas, salles de spectacle... Pourtant, loin de se reposer sur ses enviables performances renforcées par une hôtellerie diversifiée et haut de gamme, Montréal ne cesse de peaufiner des attraits propres à combler sa clientèle MICE tout en plaçant la convivialité au cœur de son

TourHebdo190x122.indd 1

18/11/13 11:44

35

Février 2014 - n°1 •


Communiqué

Les Laurentides, concentré d’incentives

à 45 minutes au nord de Montréal, voici un vaste royaume que se partagent des montagnes sillonnées de pistes de ski et des forêts touffues avec des milliers de lacs abreuvés par une myriade de cours d’eau… pas toujours sages !

I

ci, au fil des quatre saisons, une palette de paysages grandioses ponctués de pittoresques villages dévoile un fantastique décor pour réaliser toute une gamme d’activités incentives. Si les beaux jours privilégient les jeux d’eau, canoë, rafting… et le golf, la blancheur de l’hiver rivalise d’attraits. C’est aussi le temps des folles chevauchées en traîneau à chiens ou à motoneige. Sensations garanties ! Dans cette région si attractive, les groupes incentives peuvent encore s’essayer à la pêche blanche sur l’un des lacs gelés. Autre must, la visite d’une ancestrale cabane à sucre où se savoure la fameuse tire d’érable sur neige. On se sent bien dans ces chaleureux chalets en bois et on en profite pour partager un morceau de Sieur Corbeau des Laurentides, rappelant que le Québec est bien l’autre patrie du fromage ! D’une beauté à couper le souffle, les Laurentides invitent à pratiquer tous les sports d’hiver comme à Mont-Tremblant, centre de villégiature au charmant village piétonnier. Cette région dispose

d’un parc hôtelier très complet avec des établissements haut de gamme comme le Quintessence à Mont-Tremblant ou l’Estérel Resort (à Estérel) ainsi que d’un centre de congrès à Tremblant parfaitement équipé pour concilier réunions et incentives en pleine nature. Si le bleu du ciel et le blanc de la neige sont les deux couleurs dominant l’hiver, l’automne joue sur toute la gamme allant du jaune éclatant au rouge profond en passant par le rouille lumineux. Et la magie de l’été indien se démultiplie en se reflétant dans les eaux paisibles d’un lac… Il faut alors s’envoler à bord d’un hélicoptère ou d’un hydravion pour profiter de cette fabuleuse œuvre impressionniste.

Nos agences réceptives et DMC vous assurent un mariage parfait d’expériences, clés du succès d’un programme de motivation, congrès ou séminaire.

© Tourisme Manawan Mayoke

Goûtez l’hospitalité légendaire des Québécois. Découvrez leur sens inné de l’aventure et de la fête. Savourez la grande nature dans un luxueux complexe de villégiature tout en bois rond et l’effervescence de Montréal ou Québec. La gastronomie, des activités haut de gamme uniques et exclusives, un contact privilégié avec la culture québécoise et amérindienne, voilà les avantages indéniables de faire affaire avec un spécialiste !

«Coups de cœur»

Découvrez leurs forfaits au Québec sur http://quebectourbrochure.arfquebec.com

L'association des Agences réceptives et forfaitistes du Québec (ARF-Québec) est la seule association professionnelle reconnue par Tourisme Québec regroupant réceptifs, agences de voyages et voyagistes spécialisés sur le Québec et opérant sur tout le Canada et l'Amérique du Nord.

• Février 2014 - n°1

36

Les clés de

votre succès

avec les membres de l’ARF-Québec

Originalité • Créativité • Authenticité • Qualité • Professionnalisme • Rapidité • Grande expertise • Pouvoir d’achat incomparable •


Communiqué

Québec,

berceau de la culture française pour plonger au cœur d’une nature somptueuse, à l’image du parc de la Chute-Montmorency tandis que l’île d’Orléans prête son décor champêtre à des balades-dégustation de cidre et de chocolat. La nature plus sauvage de la station touristique Duchesnay est idéale pour les team building. Et si la ville de Québec chérit son passé, elle sait se passionner pour les innovations en accueillant le récent Complexe Capitale Hélicoptère, le plus grand centre héliportuaire commercial du Canada. La capitale de la province accueille enfin de très nombreux festivals tout au long de l’année et le célèbre carnaval d’hiver.

Fondée en 1608 par Samuel de Champlain sur les bords du Saint-Laurent, la ville de Québec, berceau de la culture française dans le Nouveau Monde, représente la seule cité fortifiée d’Amérique du Nord. Son quartier historique est classé au patrimoine mondial de l’Unesco.

à

l’abri des remparts, le Vieux-Québec abrite des bâtiments séculaires et l’on se perd dans le dédale des rues pavées du Petit-Champlain. Depuis la place Royale, les participants à un séjour MICE gagneront le cap Diamant dominé par le légendaire Château Frontenac. Ce brillant patrimoine architectural et historique, avec entre autres le parc des Champs-de-Bataille, la ville de Québec le partage volontiers en offrant aux groupes MICE la possibilité de privatiser les principaux musées et certains lieux historiques pour l’organisation de réceptions d’exception. à sa tradition d’accueil, la ville de Québec ajoute un savoirfaire reconnu dans l’organisation de congrès. Son centre de congrès à la pointe de la technologie, mais aussi son parc hôtelier de grande qualité participent au rayonnement de la cité hors les frontières.Depuis la ville, il suffit de quelques minutes

CANADA EN VOL DIRECT NOTRE CABINE NOUVELLEMENT REDESSINÉE. Nous mettons tout en œuvre pour faire vivre une expérience hors pair dès l’arrivée à bord. En plus d’offrir un service courtois et attentionné, des avantages exclusifs, nous avons entièrement repensé nos cabines.

ÉCRANS TACTILES INDIVIDUELS

SIÈGES SPACIEUX ET CONFORTABLES

ÉCLAIRAGE D’AMBIANCE

Notre système de divertissement de 9 po, à la fine pointe de la technologie, pour regarder une foule de films et de séries et écouter notre vaste sélection de musique sur demande.

De nouveaux sièges ergonomiques en cuir italien plus spacieux, munis d’un appuie-tête à quatre positions et garnis de mousse nouvelle génération pour soulager les points de tension.

Un tout nouveau système d’éclairage qui reproduit les variations de la lumière du jour et emplit la cabine de couleurs apaisantes pour aider à arriver à destination en pleine forme.

Service groupes et MICE : volgrp@airtransat.fr

01 58 91 41 50

Ces caractéristiques sont disponibles à bord de certains appareils. TRANSAT FRANCE SA au capital de 44 168 €, représentant exclusif d’Air Transat en France – 6, rue Truillot, 94204 Ivry sur Seine cedex – RCS de Créteil 347 941 940, immatriculée au registre des opérateurs de voyages et de séjours N°IMO94130003 – Garantie financière APST 15 avenue Carnot 75017 Paris – RCP ZURICH INSURANCE plc Levallois Perret Cedex.

AIR-13-1043 France - Publication - MICE by TOUR HEBDO - BtoBtoC_v2.indd 1

2013-11-18 3:04 PM

37

Février 2014 - n°1 •


les rencontres

mice

destinations : les défis de l’image

Quels sont les leviers et les outils pour construire l’image d’une destination ? Quel est le rôle des médias ? Comment les professionnels de la meeting industry utilisent cette image ? Autant de questions qui ont animé les premières rencontres de TendanceNomad, le temps d’un petit déjeuner.

Quel est le rôle de l’image dans le choix d’une destination Mice ? Michel Bensadoun Soit on a des clients qui savent où ils veulent aller parce qu’il y a un congrès qui s’y déroule et la question ne se pose pas. Soit on a des clients qui viennent nous voir pour organiser un événement à l’étranger et n’ont aucune idée de la destination. Dès lors, on présente deux, voire trois destinations, et on a très peu de temps pour la présenter. Il y a déjà un débat en interne sur le choix de la destination, cela répond à différents éléments stratégiques : problème d’accessibilité, la meilleure période pour s’y rendre, et puis à un moment donné l’image de la destination intervient. Ce, à deux niveaux : l’attractivité de la destination, puis la sécurité, car il s’agit bien sûr de ne pas prendre de risques.

Esthel Joubert-Gaillard, directrice conseil chez Wellcom

Michel Bensadoun

Philippe Fournier Tout dépend du type de client et d’opération, comme le disait Michel, entre un voyage incentive, une convention ou un congrès. L’image est certes importante : je suis toujours impressionné par l’image de Paris auprès des étran• Février 2014 - n°1

gers et quand on la vend pour un événement quelconque, 50 % du boulot est fait. Mais la compétition est devenue tellement rude qu’il faut désormais aller au-delà de l’image. Le décideur vous demandera d’abord : quel est mon intérêt à venir dans cette destination ? L’image est aujourd’hui passée au second plan. Les entreprises vont chercher autre chose que l’attractivité ou l’image. Elles se disent : « Si j’y vais, qu’est-ce que ça m’apporte d’amener ma communauté dans telle ou telle destination ? » Y compris sur les petits événements comme les incentives.

Leila Tekaia, directrice de l’Office de Tourisme de Tunisie en France 38

Je me rends compte qu’au niveau de nos équipes, dans les agences, on reste assez traditionnel. Les présentations sont souvent issues du monde du tourisme, je suis d’ailleurs toujours agacé par les copier-coller touristiques. Mais il faut dire que les destinations ellesmêmes nous donnent assez peu d’éléments pertinents pour convaincre nos clients. Car tout se joue en très peu de temps, l’image, c’est quelque chose d’immédiat, on a tout de suite une image positive ou négative.


Photos : Alexandre Nestora

les rencontres

Michel Bensadoun, directeur associé de La Fonderie, administrateur de l’Anaé

Philippe Fournier, président MCI, administrateur de l’Anaé

Paul Roll, hôtelier, ex-dg de l’office du tourisme et des congrès de Paris

Michel Fournier Si la sécurité de la destination pose problème, ce n’est pas la peine de se battre. En revanche une mauvaise image est vendable.

Michel Bensadoun Avec un bémol toutefois, c’est très difficile d’aller contre l’image véhiculée par une destination car on est dans un contexte de compétition et on va devoir se battre contre d’autres agences. Notre souci n’est pas de convaincre notre client d’aller contre l’image d’une destination mais de gagner la compétition. Donc on va tendance à surfer sur une certaine facilité comme le Brésil avec la Coupe du monde. C’est plus facile sur les destinations qui n’ont pas d’image car nous pouvons alors raconter une histoire. Là où je rejoins Michel Fournier c’est que la plupart du temps, quand on fait une proposition sur trois destinations, on prend un risque sur une des trois. C’est aussi sur une prise de risque qu’on peut gagner une compétition.

Les autorités touristiques sont-elles porteuses de l’image d’une destination ? Philippe Mugnier Il y a encore la perception que les offices du tourisme maîtrisent le façonnage de l’image de la destination. C’était vrai dans les années 20 quand l’Adonet par exemple s’appelait encore l’Association Nationale des Organismes des Propagande. Mais aujourd’hui, l’élément déclencheur pour aller ou non dans une destination dépasse largement l’image touristique d’une destination : la mort de Mandela, la venue d’un pape, un événement sportif, la sortie d’un livre comme le Da Vinci Code…

« Si la sécurité de la destination pose problème, ce n’est pas la peine de se battre. En revanche une mauvaise image est vendable. » Michel Fournier

Philippe Mugnier, président Attract

Eric Valmir, journaliste-animateur à France Inter de l’émission Partout ailleurs

Un mariage princier en Angleterre est mille fois plus efficace que les CDT, CRT et OT réunis. En revanche, le boulot des offices du tourisme, quand il y a un événement médiatique qui intervient, c’est d’une part anticiper puis de faire une prise de judo pour le transformer en un élément d’attraction touristique et de mise en marché touristique.

Michel Bensadoun Il y a toujours eu un problème dans notre activité : le tourisme regroupe beaucoup de domaines qui n’ont rien à voir dont le nôtre. Dans beaucoup de pays, même en France, il n’y a pas forcément une bonne connaissance de notre activité, pas de compréhension de nos problématiques. Et puis les destinations sont devenues des marques mais on ne sait pas qui est propriétaire, qui les défend et qui intervient. Du coup, cela complique nos affaires.

Paul Roll

« Notre souci n’est pas de convaincre notre client d’aller contre l’image d’une destination mais de gagner la compétition. » Michel Bensadoun

39

Il y a les enfants gâtés et les autres. Pour les premiers, tant que ça tenait, c’était facile. à Paris, c’est un peu ce qu’on a vécu. La grosse évolution s’est faite entre ceux qui ont compris que le travel était une industrie et qu’il fallait le traiter comme telle et un pouvoir politique qui a compris qu’il n’avait plus les moyens de subventionner et qu’il devait se rédéfinir un nouveau rôle. Tant qu’on n’est pas capable de comprendre cette évolution, cela ne marche pas. Dans le cas de Paris, on a raté une grosse marche, qui est la conséquence de ne pas avoir anticipé. L’image se construit tous les jours à Paris, elle ne se construit pas sur des éléments touristiques. Donc, en résumé, un : il faut admettre que c’est une industrie, ce n’est pas honteux. Deux : le rôle de l’état, c’est de faciliter la vie des opérateurs. Le reste, nous les opérateurs, on s’en occupe. Février 2014 - n°1 •


les rencontres

Les australiens ont été très précurseurs et ont créé une image capable de briser leur isolement géographique, notamment vis-à-vis de l’Europe et des Etats-Unis. Autre exemple phénoménal de ce marketing de destination : Singapour au début des années 2000.

Esthel Joubert-Gaillard

Quels sont les leviers de création d’une image ? Philippe Mugnier Il y a une vraie mutation dans le métier parce que les offices du tourisme ont pris conscience que l’image touristique a également un intérêt pour attirer des investisseurs, des capitaux, des étudiants, des expatriés… Elle est nécessaire aussi pour construire ce qu’on appelle la soft diplomatie. J’ai l’impression que les différents organismes de promotion extérieure, les chambres de commerce, les offices du tourisme, les ambassadeurs, les centres culturels se vivaient dans des silos séparés alors que maintenant tout s’entrecroise. Les anglosaxons utilisent le terme de country branding, c’est en réalité un bon marketing territorial d’où émergent des marques territoire. Pour se faire, l’économique, le culturel, le touristique, le diplomatique se réunissent et se structurent à cette fin, ce qui n’est pas le cas en France. Regardez la mission sur la marque France qui doit être dévoilée en février. Il y a des ministères totalement absents de cette réflexion : l’Education nationale, la Francophonie, la Culture… Autrement dit des leviers essentiels de construction de l’image de la France ne sont pas impliqués. Tous les pays, qui n’ont pas cette culture administrative de silos propre à l’Europe, sont beaucoup plus réceptifs à faire travailler les gens ensemble.

« Tous les pays, qui n’ont pas cette culture administrative de silos propre à l’Europe, sont beaucoup plus réceptifs à faire travailler les gens ensemble. » Philippe Mugnier

Philippe Fournier Dans les pays anglo-saxons, ils sont plus forts que nous dans l’image véhiculée et en marketing de destination. En France, on n’est pas très doué, le tourisme a toujours été regardé avec indifférence bien qu’on en fasse, paraît-il, une cause nationale. • Février 2014 - n°1

40

Aujourd’hui, une destination doit être traitée comme une marque. Mais, et on le voit bien dans les briefs internationaux sur lesquels on travaille dans notre agence de communication, on observe un manque de vision contemporaine de la part des destinations. Elles ont encore trop souvent une vision très large, une adaptation d’un programme qui doit être calquée dans tout les pays visés. C’est une approche trop globale et pas assez personnalisée par pays, par segment de clientèle. Les destinations veulent tout dire et probablement trop en dire, et n’ont pas assez d’éléments de discours de preuve pour venir étayer chacun de leurs avantages et chacune de leurs forces. Et puis il y a un volet pas assez anticipé, c’est celui de la communication sensible qui est démultipliée par les réseaux sociaux. Le résultat de tout ça est une communication un peu fourretout. On se noie dans une masse d’informations et la destination n’arrive plus à émerger sur des messages clés, sur des éléments qui vont faire la différence. Il faut apprendre à les hiérarchiser et à les adapter à chaque marché.


les rencontres

Paul Roll Il y a un sujet qui est la base de la base. Toute destination a des gênes et on n’invente pas les gênes d’une destination. Des gênes est issue une légitimité. Et sans légitimité, les destinations ne durent pas bien longtemps.

Esthel Joubert-Gaillard S’il n’y a pas cette légitimité ou s’il y a difficulté à trouver une différenciation, la bonne idée est alors de partir d’une promesse.

Michel Bensadoun Tout à fait d’accord, avec une contrainte, qui est de tenir la promesse. Le Costa Rica par exemple est engagé dans le tourisme durable et tient sa promesse. Du coup, quand on rentre en France, on va véhiculer un message qui est une réalité.

Philippe Mugnier L’enjeu est peut-être d’apporter un discours storytelling cousu main pour chacune des cibles. Si on revient au ressort même du choix d’une destination, le plus important n’est-il pas ce qu’on va raconter à ses collègues le lundi matin à la machine à café en revenant d’un voyage, quel qu’il soit. Se raconter des histoires et raconter des histoires à son entourage, c’est peut-être ça l’essentiel. Donc un office du tourisme qui apporte clés en main des histoires pré-machées pour que chacun puisse « faire le malin » à la machine à café le lundi matin, n’estce pas là l’enjeu majeur ? Au lieu d’une image globale, il faut alors privilégier une segmentation par personne.

Quel rôle ont les réseaux sociaux ?

« On

Esthel Joubert-Gaillard

n’invente pas les gênes d’une destination. Des gênes est issue une légitimité. Et sans légitimité, les destinations ne durent pas bien longtemps. »

Le storytelling doit être incarné. On assiste au retour de l’humain et de l’humanisation des rapports. Le storytelling doit donc être porté par des gens de conviction qui y croient. C’est ce que j’appelle le discours de la preuve. Il faut des gens derrière tout ça.

Paul Roll

Michel Bensadoun

Leila Tekaia Je suis d’accord avec tout ce qui vient d’être dit mais pour nous c’est vertigineux car il faut être partout, or on ne peut pas être partout. Nous devons faire des choix et ce sont les moyens financiers qui dictent les choix. Il faut oser trancher, ne pas être partout, ne pas parler de tout et donner des priorités.

On en revient au « bon vieux » bouche à oreille qui a été reformaté par les réseaux sociaux, où chaque ami sur Facebook ou twitter se transforme en homme sandwich.

Je ne sais pas si les réseaux sociaux sont si influents sur l’image d’une destination. J’ai l’impression que les médias traditionnels sont beaucoup plus efficaces.

Eric Valmir J’aimerais nuancer ce qui vient d’être dit. Il y a un mot qui me semble encore plus important, c’est la question du sens. Tout le monde veut donner du sens à ce qu’il fait et cela passe par le loisir et le voyage. La machine à café le lundi matin, c’est pour dire « je n’ai pas fait comme les autres », donc pas pour faire le malin mais pour donner un sens à son temps libre.

Philippe Mugnier

« Les destinations vont toujours avoir tendance à investir dans les medias traditionnels où elles sont sûres d’avoir des articles très lissés. » Esthel Joubert-Gaillard 41

Eric Valmir Sur Twitter, ils retwittent toujours des articles des médias traditionnels. Il n’y a quasiment plus rien de personnel. Twitter, c’est un truc de journalistes et les médias sont en train petit à petit de reprendre la main.

Esthel Joubert-Gaillard Attention, la communication en ligne est maintenant essentielle. Pour communiquer avec les journalistes sur Twitter par exemple. Et dans les recommandations, on va être très présents sur les réseaux sociaux, notamment sur tous les sujets sensibles. Février 2014 - n°1 •


les rencontres

Quel impact ont les médias sur l’image d’une destination ? Eric Valmir Je reviens de Roumanie pour un reportage. Regardez l’image qu’on a en France de la Roumanie, pays pauvre, de mendiants, de roms qui fuient leur pays pour venir « voler et racketter » les Français. Or, il y a en Roumanie une énergie incroyable qui va à l’encontre de toutes les idées reçues. Quand les médias parlent d’une situation à l’étranger, on est quasiment toujours dans le cliché et la caricature. On préfère l’idée qu’on se fait de la destination à la vérité de la destination afin d’avoir quelque chose de simple à faire comprendre. A la télévision, il y un principe : il faut une idée forte et la répéter. Toutes les trois phrases, il faut capter l’attention du téléspectateur et la marteler. Dans ce trop plein de caricature, s’informer est un investissement personnel, cela demande un effort, du temps.

Leila Tekaia Je ne peux qu’être à 100 % d’accord vu ce que la Tunisie est en train de vivre. Comment peut-on réagir face à ça ? Quand les médias amplifient le moindre petit événement, il faut parler d’autre chose, s’atteler au storytelling, en apportant des témoignages, en parlant d’autres événements, du Tunis Fashion Week par exemple. Permettre à un autre type d’information de circuler plutôt que contrecarrer l’acharnement des médias en apportant des rectificatifs qui ne seront pas pris en compte.

Eric Valmir Je me souviens de la première phrase qu’on m’a dite en école de journalisme : « Vous avez trois ennemis, l’attaché(e) de presse, les agences de communication et tout ce qui se rapporte à l’événementiel ». Ce qui est préparé à l’avance n’intéresse pas les journalistes. Ce qu’ils veulent, c’est l’imprévu qui va tout balayer, qui ne sera pas téléguidé. Toutes les tentatives venant d’égypte ou de Tunisie sont contreproductives. Il faut au contraire porter les initiatives de la société civile, c’est un vrai canal.

Attractivité touristique : le top 12 Rang 2013

Rang 2011

Suisse

1

1

Allemagne

2

2

Autriche

3

4

Espagne

4

8

Royaume-Uni

5

7

états-Unis

6

6

France

7

3

Canada

8

9

Suède

9

5

Singapour

10

10

Australie

11

13

Nouvelle-Zélande

12

19

Source : Forum Economique Mondial 2013

Les 10 incontournables en 2014 Comme chaque année, le célèbre guide Lonely Planet donne la tendance en 2014 et dévoile les noms des 10 pays à visiter. Leur méthode ? Une pincée de subjectivité et une bonne dose d’objectivité, liée à une image en train d’évoluer ou un événement d’importance qui s’y déroulera cette année.  1 Brésil  2 Antarctique  3 Ecosse  4 Suède  5 Malawi

« Ce qui est préparé à l’avance n’intéresse pas les journalistes. Ce qu’ils veulent, c’est l’imprévu qui va tout balayer, qui ne sera pas téléguidé. »

Leila Tekaia Il y a en effet des initiatives institutionnelles et des initiatives privées. Les deuxièmes sont beaucoup plus efficaces. Notre situation nous oblige à réviser notre culture administrative. Notre image ne peut plus être l’affaire du gouvernement et des institutions mais des entreprises privées et de leur permettre de réali• Février 2014 - n°1

 6 Mexique  7 Seychelles  8 Belgique  9 Macédoine  10 Malaisie

Source : Le Best Of 2014 de Lonely Planet

ser leur projet. On en revient à ce que disait Paul Roll sur le nouveau rôle de l’Etat.

Eric Valmir L’envie de s’informer par un autre biais que les médias traditionnels prend vraiment corps aujourd’hui. Je pense qu’il faut faire appel à l’intelligence des gens et leur parler autrement. L’international aujourd’hui, c’est soit de la géopolitique très technique, soit du tourisme de masse, voyage, évasion… Entre les deux, il n’y a rien. Il faut que les deux univers se rencontrent pour parler différemment des choses.

Esthel Joubert-Gaillard

Eric Valmir

Pour rejoindre ce que vous dites, les destinations vont toujours avoir tendance à investir dans les medias traditionnels où elles sont sûres d’avoir des articles très lissés. ● Propos recueillis par François-Xavier Izenic 42


NEWSLETTER › Retrouvez tous les vendredi votre nouvelle newsletter hebdo : TendanceNomad Newsletter › Un regard sur l’ensemble de la profession Meeting, Travel, Mobility

› Chronique de la semaine, témoignage, image/vidéo de la semaine, nominations, et les news transport, destinations, hôtel, réceptifs, etc.

Recevez TendanceNomad Newsletter : newsletter@tendancenomad.com

Communiquez sur TendanceNomad Newsletter, à partir de 600 € HT : contact@tendancenomadpublishing.com

› Envoyée à 80 000 contacts ultra qualifiés (agences, organisateurs et prescripteurs de séminaires, d’incentive, de congrès et d’évènements en France et vers l’International) qui organisent au minimum 5 évènements par an en France et à l’International.


© DR

stratégie

VOYAGE d’affaires

Que reste-t-il de nos agences de voyages ? Services, outils, mode de rémunération : en dix ans, tout a changé dans la vie des agences et des TMC. Une nouvelle donne qui a fait bouger les lignes entre les différents acteurs du marché. Et ce n’est pas fini.

• Février 2014 - n°1

L

e saviez-vous ? L’année prochaine, nous fêterons les dix ans de la « commission zéro », révolution du mode de rémunération – et donc du fonctionnement – des agences de voyages. Pas sûr que cela fasse la une des gazettes au milieu du centenaire de la naissance de Franck Sinatra ou des dix ans de la mort de Jean-Paul II... Pas sûr, non plus, que l’on fasse une immense nouba pour fêter ça en janvier prochain sur les plateaux des grands réseaux intégrés, aux prises avec des Plans de Sauvegarde de l’Emploi (PSE) qui plombent 44

forcément un peu l’ambiance. Mais un anniversaire, c’est toujours une bonne occasion de faire le point. De se souvenir, tout d’abord, des sigles disparus depuis 2005 au fil des fusions et des concentrations, de «  B  » comme BTI à « T » comme TQ3 Travel Solutions. De voir, surtout, ce qui a changé dans le paysage. Dans celui des agences elles-mêmes tout d’abord. Tout le monde est formel là-dessus : le métier n’a plus rien à voir avec ce qu’il était en 2005. Le « simple  » agent de voyage s’est dilué dans les anglicismes et les plateaux d’affaires ont été envahis par les opérateurs de help


stratégie

© Thierry Mercier

desk, les performance solutions managers, les quality supervisors et autres responsables du client technology support. La tête couronnée par le micro-casque, les opérateurs gardent désormais l’oeil rivé sur leurs deux écrans, l’un connecté aux offres des GDS, l’autre au communicateur interne et aux mails du client. Voilà pour le changement de décor, passons maintenant au casting.

New wave

« Le seul débat qui vaille, c’est de savoir si l’agence a les bonnes ressources, les bonnes équipes pour servir ses différents clients en fonction de ses besoin, de sa maturité.  » Eric Audoin PDG France et Benelux d’American Express Voyage d’Affaires

© Jeanette Dietl

Commençons par les stars de l’année 2013, 3Mundi et FFTP, dont le rapprochement (avorté depuis) avait beaucoup fait parler dans le Landerneau du voyage d’affaires. Ici, l’humeur est plutôt au beau fixe malgré l’echec des négociations entre les deux entreprises. « Dans un marché qui est au mieux à zéro depuis quatre ans, nous sommes sur des taux de croissance annuels qui sont de 10 à 30  % et la quasi-intégralité des clients qui nous rejoignent viennent des grands

45

réseaux   » souligne Marc Leidelinger, créateur de Frequent Flyer Travel Paris où s’organisent notamment les voyages de Nexter, Rémi Cointreau, Ceva, la CCIP ou l’Organisation Internationale de la Francophonie. Des clients qui ont trouvé chez FFT un point de chute ad hoc. « Le budget voyages de nos clients va de de 10 000 à 8 millions d’euros par an. Là où nous avons une très grosse valeur ajoutée, c’est pour des clients de 500 000 à 3-4 millions d’euros qui seraient tout petits ailleurs et qui sont très importants chez nous  », explique Marc Leidelinger, pour qui la recette du succès est simple : « De l’humain, de l’humain, de l’humain, avec un très faible turnover de collaborateurs, une technologie qui n’a pas à rougir comparée à celle des grands réseaux et un catalogue le plus éclectique possible de solutions qui nous permet de faire les assemblages les plus pointus pour chaque demande client. » De l’humain combiné au « meilleur de la technologie   » : c’est aussi ce que met en avant Jordy Staelen, cofondateur avec Simon Renaud de 3Mundi, l’autre « petite agence qui monte  » et qui revendique « plus de 50  % de croissance rentable en 2013   » avec quelques références notables comme Bacardi, la RATP, Vivarte, l’Institut Pasteur, Toyota, Hyundai ou Juva Santé. Autant de conquêtes qui font pousser des ailes : « 3Mundi a réinventé le métier d’agent de voyages en lui donnant de nouvelles attributions : accompagnement à l’utilisation des SBT, expertise en achats, haut niveau de qualité de service, le tout financé par le reversement d’une partie des économies que nous générons pour nos clients. Avec un peu de créativité et l’envie de sortir des sentiers battus, il est donc possible de grandir, d’avoir des clients heureux et des salariés épanouis !  », affirme Jordy Staelen. Dimension, démarche, vision : tout semblait promettre FFT Paris et 3Mundi à un rapprochement qui devait théoriquement se concrétiser au début de l’année 2014 afin de permettre aux deux agences d’atteindre cette fameuse «  taille critique  » susceptible de leur permettre d’attirer des grands comptes. Mais ce ne sera pas pour cette fois, les négociations entre les deux entités ayant finalement capoté « en raison de l’absence de consensus autour de questions juridiques   ». Partie remise ? Février 2014 - n°1 •


stratégie

Mais il n’y a pas que dans les agences « nouvelle génération » que l’on a le sourire. D’un coin à l’autre du pays, on arrive aussi à trouver des niches de croissance au sein des réseaux volontaires. La preuve chez Selectour Afat avec Bleu Voyages, où le rythme de croissance de « 10 % par an depuis 5 ans  » devrait permettre de tutoyer la barre des 200 millions d’euros de volume d’affaires en 2014. Une vraie success story au long cours pour cette agence née en 1968 dans la vallée du Gier, entrée dans le voyage d’affaires pour servir les besoins en déplacements des entreprises du cru avant de s’imposer comme le leader « affaires  » du réseau Selectour Afat avec plus d’une centaine de collaborateurs, sept plateaux (dont deux à Paris) et des clients comme l’OCDE, CEGID, Kronenbourg, Rexel, Chantelle, Sony, Pôle Emploi ou Radio France, sans oublier une myriade de mairies, de chambres de commerce et d’ONG. « Pendant longtemps, notre baseline, c’était « une PMI-PME au service des PMIPME  », rappelle Jean-Pierre Lorente, qui a repris les rênes de l’agence créée par son père. Au fil du temps, nos clients ont grandi avec nous, on a intégré des filiales et on a pu attaquer des marchés réservés jusqu’ici aux majors. Aujourd’hui, nous avons une trentaine de sociétés clientes qui font plus d’un million d’euros de volume. Notre différence, elle se fait surtout sur les comptes intermédiaires entre 3 et 5 millions d’euros. Chez nous, ce sont des comptes clés à qui nous accordons une attention toute particulière. Chez nos compétiteurs intégrés, ces clients ne seraient qu’une goutte d’eau, un numéro • Février 2014 - n°1

«  Au fil du temps, nos clients ont grandi avec nous, on a intégré des filiales et on a pu attaquer des marchés réservés jusqu’ici aux majors. » Jean-Pierre Lorente DG de Bleu Voyages

de compte dont le départ n’aurait aucun impact. » Là aussi, on insiste sur la différence d’un suivi personnalisé : « Nos conseillers voyages accompagnent leur client de bout en bout, de la réservation à la facturation en passant par l’émission. Toutes ces étapes sont exécutées par la même personne, contrairement à ce qui se passe chez les majors où l’on a segmenté les tâches et où l’on peut avoir trois personnes sur le même dossier, ce qui crée une certaine opacité et une moindre responsabilité.  » Pour le directeur de Bleu Voyages, la présence au sein du réseau est un argument de vente puissant : « Il ne faut pas oublier que Selectour Afat est le premier acheteur du marché avec 3 milliards de dépenses voyages par an, tous secteurs confondus. Cela nous permet de dire à nos clients « ne vous inquiétez pas, nous avons les meilleurs prix du marché. » D’autant plus qu’entre la multiplication des workshops dédiés et la création d’une certification AFNOR spécifique aux voyages d’affaires en 2012, le réseau encourage ses membres à s’engager plus avant sur ce segment qui représente déjà plus de la moitié de son volume d’affaires. « On sent ça sur le réseau, c’est très net, confirme Jean-Pierre Lorente. Ceux qui faisaient de la billetterie affaires de manière sporadique comprennent aujourd’hui que cela représente du volume et des revenus complémentaires, d’autant plus que le voyage « loisirs  » est un peu à la peine. Et les agences s’équipent en conséquence !  ».

Une offre non standardisée © DR

La force du réseau

© DR

Pas sûr, en tout cas, que l’on voit émerger de sitôt de nouveaux challengers car le ticket d’entrée n’est plus au même prix. « La donne a complètement changé, explique Marc Leidelinger. Je vais être très clair : j’ai créé FFT Paris en 2001 avec 300 000 francs, remboursés au bout de six mois. Aujourd’hui, pour entrer sur ce marché, il faut à mon avis poser sur la table un million d’euros au strict minimum et atteindre dans les deux ans qui suivent 10-15 millions d’euros de volume d’affaires. » Pas si simple, en effet…

« Sur la partie techno, on a pris depuis longtemps le virage du online, où transite aujourd’hui entre 40 et 50 % de notre volume d’affaires. On peut challenger de grosses TMC car nous avons les mêmes outils ou l’équivalent. » Aurélien Rath DG de Cap 5

46

Même son de cloche plus au nord chez Cap 5 (réseau Manor), qui a alimenté la chronique l’an passé en reprenant le budget AG2R La Mondiale, jusqu’ici divisé entre Amex et Carlson. Dans cette agence basée à Armentières, on met aussi en avant « des équipes à taille humaine  », « une offre qui n’est pas standardisée » et une vraie compétence sur les outils. « On colle aux attentes du marché, affirme Aurélien Rath, DG de Cap 5. Sur la partie techno, on a pris depuis longtemps le virage du online, où transite aujourd’hui entre 40 et 50 % de notre volume d’affaires. On peut challenger de grosses TMC car nous avons les mêmes


Plus de 900 idées de programmes Incentive Originales dans 51 Destinations ! EUROPE Allemagne Autriche Bulgarie Chypre Croatie Espagne France Grèce Hongrie Irlande Islande Italie Luxembourg Malte

Montenegro Pays Bas Portugal République Tchèque Royaume-Uni Slovénie Suède Suisse Turquie MOYEN ORIENT Dubaï et Abu Dhabi Israël Jordanie Liban

AMERIQUE CENTRALE Argentine Brésil Mexique

AMERIQUE DU NORD Canada Etats-Unis ASIE Chine Inde Indochine Sri Lanka

AFRIQUE Afrique du Sud Algérie Egypte l’Ile de la Réunion Kenya Madagascar Maroc Sénégal Tunisie

5% de remis

e*

*si vous réservez en Février pour un évènement en Mars ou Avril

Contactez-nous au 01 40 40 04 01 - contact@seminaire.com


stratégie

L’avis du travel manager

outils ou l’équivalent. Nous sommes d’ailleurs de plus en plus souvent sollicités pour des appels d’offres de sociétés installées à Paris. » Une remarque confirmée par un coup d’oeil sur le portefeuille où l’on retrouve, à côté de grandes entreprises du Nord (Leroy-Merlin, Castorama, Roquette, Lyreco) des sociétés comme le Groupe Général de Santé ou Embraer. © DR

Du côté du client, le online a-t-il tenu toutes ses promesses ? Réponse avec Claude Lelièvre, vice-président de l’Association Française des Travel Managers (AFTM)

«  Dans un marché qui est au mieux à zéro depuis quatre ans, nous sommes sur des taux de croissance annuels qui sont de 10 à 30  % et la quasi-intégralité des clients qui nous rejoignent viennent des grands réseaux.  »

Des géants contraints à se réinventer Mais aussi vigoureux soit-il, le dynamisme des FFT, 3Mundi, Cap 5 ou Bleu Voyages ne saurait masquer la réalité d’un marché qui reste quand même globalement dominé par les deux leaders historiques que sont American Express Voyages d’Affaires et Carlson Wagonlit Travel et, juste derrière, leurs nouveaux challengers directs que sont BCD Travel et Egencia.

© DR

Marc Leidelinger

« Il y a dix ans, l’agence de voyages voyait l’avenir en mode binaire : les voyages simples allaient tous basculer vers le online et les voyages plus complexes vers le offline. Aujourd’hui, on est bien loin de tout ça : les gens ont pris l’habitude d’aller sur internet pour leurs voyages privés, ce qui les amène à être beaucoup plus exigeants sur les tarifs proposés. Résultat des courses : il n’est pas rare de les voir revenir vers l’agent de voyages afin d’optimiser un tarif qu’ils n’arrivent pas à baisser euxmêmes sur le online ! La quête du best buy amène les voyageurs et les travel managers à contester l’exhaustivité de ces outils online et à se retourner vers l’agence pour lui dire : « trouvez nous moins cher, c’est votre métier ». On se retrouve alors avec des surcoûts pour l’agence … ou pour le client selon le type de contrat qui a été mis en place. Car le souci, c’est que quand on met un numéro de téléphone à leur disposition, les gens appellent... Et le voyageur ne sait pas forcément qu’à chaque fois qu’il appelle, on facture peut-être 30 euros, même si c’est juste pour savoir si un train est bien confirmé ! Difficile de penser online  sans chiffrer la hotline. » • Février 2014 - n°1

Créateur de Frequent Flyer Travel Paris

Quels services les entreprises attendent-elles des agences de voyages ? Online booking 56 % 47 % Assistance 24/24 52 % 52 % Rapatriement/Rerouting 41 % 36 % Sourcing air, hôtel, mice 32 % 32 % Approbation des dépenses 27% 25% Construction de politique voyages 26 % 24 % Intégration politique voyages 26 % 24 % Audit de la stratégie achat 26 % 26% Audit du workflow 20% 20% Solutions mobiles 18 % 15 %

0

10

20 48

30

2013 2012 Source: Baromètre AEVA/Concommitance auprès de 583 entreprises européennes.

40

50

60


1 numéro er

avril 2014

› Le nouveau magazine Voyages d’Affaires encarté dans Enjeux Les Echos › La plus forte diffusion de la presse Voyages d’Affaires : 65 000 exemplaires payés Contact : contact@tendancenomadpublishing.com Tél. +33 (0) 1 49 651 037


stratégie

A l’évidence, ces besoins évoluent et même dans le groupe de tête il a fallu se réinventer. Chez Amex comme chez Carlson, on a vu apparaître dans le catalogue, au fil des années, de nouveaux services spécifiques, que ce soit sur la sécurité, l’organisation de MICE ou les voyages VIP. On a segmenté, également, comme Carlson avec CWT Energy Services, division entièrement dédiée aux industries du gaz, du pétrole et de l’exploitation minière. Mis en lumière par une armée de livres blancs, d’études, de groupes de réflexion et d’outils de reporting, l’expertise et le conseil sont par ailleurs devenus des éléments essentiels dans l’offre des grandes agences, qui sont allées chercher la valeur ajoutée là où elle était encore : dans l’analyse des données, le contrôle des achats et l’accompagnement du changement. Et pour demain ? Après la révolution online et la métamorphose de « l’agence de voyages  » en «  Travel Management Company  » cheminant avec son client dans le déploiement de sa politique voyages, l’industrie est en train de prendre un nouveau virage. Petits ou grands acteurs, l’horizon est le même pour tous : tout va se jouer sur le mobile et le voyage porte-à-porte.

Intégrer les différents canaux

« Ce qui fera la différence, ce sera la capacité à intégrer les différents canaux pour organiser cette mobilité. » Laurent Bensaid Directeur account management France de BCD Travel

© DR

L’avenir se joue sur le mobile

© DR

Du côté des géants, on réfute vigoureusement cette vision manichéenne qui risque toujours de virer au procès en ringardisme : celle d’un monde divisé entre les petites structures souples et les grosses et lourdes machines. «  Pour moi, le débat n’est pas entre «   jeunes agences  » et «  agences traditionnelles », affirme Eric Audoin, PDG France d’Amex. «  Le seul débat qui vaille, c’est de savoir si l’agence a les bonnes ressources, les bonnes équipes pour servir ses différents clients en fonction de ses besoin, de sa maturité . »

« Dans le monde des agences, on est passé en quelques années de l’émission de billets à l’intégration techno et la bataille se porte aujourd’hui sur l’intégration du mobile dans leur offre de services. » Yann Barbizet

« Demain, ce qui fera la différence, ce sera la capacité de l’agence à proposer à ses clients et aux voyageurs un ensemble de services intégrés sur des applications

Directeur associé du cabinet Concomitance

• Février 2014 - n°1

50

permettant d’avoir la visibilité de bouten-bout du voyage, de recevoir des informations et d’être averti en temps réel de toute modification », résume Eric Audoin, PDG France d’Amex. « On ne pourra plus se contenter de penser au déplacement principal, il faudra aussi donner toutes les solutions avant et après. Ce qui fera la différence, ce sera la capacité à intégrer les différents canaux pour organiser cette mobilité » reprend, comme en écho, Laurent Bensaid, directeur Account management France de BCD Travel.

Des travels solutions compagny Conséquence logique : on a assisté au cours des derniers mois chez les leaders à une accélération spectaculaire des partenariats et des mouvements capitalistiques destinés à prendre le pas, le plus rapidement possible, sur ces terrains de la mobilité et du porte-à-porte. BCD Travel s’est associé à RouteRank pour lancer Total Trip Planning. Carlson a racheté Worldmate pour optimiser son outil mobile CWT To Go. Amex a lancé mobileXtend et signé un accord avec TripCase. « Dans le monde des agences, on est passé en quelques années de l’émission de billets à l’intégration techno et la bataille se porte aujourd’hui sur l’intégration du mobile dans leur offre de services, confirme Yann Barbizet, directeur associé du cabinet Concomitance. La limite de l’exercice, c’est la compétence des agences sur ce domaine et la volonté du client à payer ce service. Il y a deux solutions : soit l’entreprise choisit d’externaliser cette fonction auprès de spécialistes, soit elle choisit d’utiliser l’agence de voyages comme intégrateur de toute la chaîne du voyage qu’elle a mise en place .  » C’est la grande expression du moment  : la Travel Management Company doit désormais se transformer en Travel Solutions Company et sa première vertu sera d’aider son client à se repérer dans l’océan des applications existantes et mettre en place les solutions les plus performantes. La TMC est morte, vive la TSC ! Qui en sortira gagnant ? Réponse dans dix ans. ● Julien Hirsinger


stratégie

« Des efforts d’adaptation extraordinaires »

grandes agences globales, très « processées  », où le client sera servi de la même façon où qu’il soit et quelle que soit l’heure. Vous aurez d’un autre côté des acteurs plus locaux qui vendront du service plus personnalisé à des entreprises qui ne seront pas globales.  Je pense également que l’on continuera d’assister au regroupement des petites agences autour d’acteurs régionaux ou nationaux afin de faire face aux mouvements de consolidation et optimiser les achats pour les équipements technologiques. Faire 40 millions d’euros de chiffre d’affaires chacun de son côté, c’est insuffisant

Comment les agences tiennentelles le coup ?

Régis Chambert

© DR

Président RC2

2005-2014 : quelles ont été selon vous les grandes lignes de changement dans le monde des agences ? Je retiens cinq facteurs d’évolution fondamentaux : le changement du modèle économique et du mode de rémunération, bien sûr, mais aussi l’arrivée des nouvelles technologies, la crise économique et le risque financier accru qu’elle a généré pour les agences de voyages, la prise en compte du risque sécuritaire et une relation beaucoup plus professionnelle entre le client et l’agence. Aujourd’hui, on a la confiance d’un client parce qu’on est passé à travers un filtre d’achats, avec des responsables qui appliquent à notre industrie des processus qui ont fait leurs preuves. On n’est plus simplement dans la vente, on est dans la gestion, avec un suivi des performances et des tableaux de bord. Et la marge est de plus en plus réduite : on tourne autour de 5 à 6 % aujourd’hui alors qu’on était plutôt autour de 9-10  % de marge au début des années 2000.

En faisant des efforts d’adaptation extraordinaires. Elles sont passées d’un métier très basique de distribution, où la vraie problématique était d’avoir suffisamment d’oreilles à mettre en face de téléphones et de mains pour écrire des billets, à une économie très environnementale basée sur la prestation de services à valeur ajoutée. Mais le mode de rémunération reste très tendu. Il demeure quelques commissions versées par les transporteurs (1 % environ), qui correspondent à une assurance pour le ducroire protégeant l’agence contre une défaillance de l’entreprise, car c’est l’agence qui paie le billet et celui-ci n’est pas remboursé en cas de faillite du client. Il reste également quelques accords de marges arrière, qui sont très réglementés. Mais ces bonus n’ont plus rien à voir avec ce qu’ils étaient quand j’étais plus jeune. Aujourd’hui, le rémunérateur, c’est le client à plus de 85  %.

aujourd’hui ! C’est une industrie à très faible marge qui demande énormément d’immobilisation financière. La sécurisation ne peut se faire que par un effet volume ou par l’internationalisation. De plus, avec le développement de nouveaux acteurs comme les brokers et les compagnies low-cost, les agences doivent continuer à s’équiper afin de balayer toutes les offres que l’on ne retrouve plus sur les outils de la profession. Cela oblige à renouveler les parcs tous les deux ou trois ans et nécessite des investissements très lourds. C’est un fait : désormais, le choix d’un partenaire informatique est devenu stratégique pour une agence. ●

VOTRE PARTENAIRE GLOBAL POUR VOTRE COMMUNICATION VOYAGES D’AFFAIRES TOURISME D’AFFAIRES • éVéNEMENTIEL

Le seul magazine mensuel à apporter un regard nouveau sur les tendances et stratégies des métiers de la mobilité : Tourisme d’Affaires, Voyages d’Affaires et Evénementiel 8 n° / an - 15 000 ex. diffusés nominativement (certification OJD en cours)

Au moment de quitter la direction d’Avexia, quels changements voyez-vous venir dans la structuration du marché ?

La plus forte diffusion Voyages d’Affaires. Encarté dans Enjeux Les Echos, la marque référence des Tops Managers (Ipsos Business Elite Europe 2013) 4 n° / an 65 000 ex. payants France (Source OJD 2010)

à mon avis, il y aura une dichotomie de plus en plus évidente entre deux types d’acteurs : des agences qui vont d’abord vendre du prix et d’autres qui vont vendre avant tout des services et des produits. Vous aurez des

Le supplément dédié au MICE et diffusé avec Tour hebdo, la référence de la presse professionnelle Tourisme 3 n° / an - 5 000 ex. diffusés (Source OJD 2011) Contact : contact@tendancenomadpublishing.com - tél. : +33 (0) 1 49 651 037

51

Février 2014 - n°1 •


marché

MEETINGS

Les palais des congrès créent l’événement Par Blandine fleury et Vincent de Monicault

En France, les grandes villes comme celles de taille moyenne rivalisent d’initiatives et se dotent de centres de congrès modernes et innovants. Aux six coins de l’Hexagone, ouvertures, rénovations, extensions se succèdent à un rythme soutenu. Un objectif ? Attirer de plus en plus de manifestations, dont celles à caractère international, pour générer des retombées économiques à forte valeur ajoutée.

D

’après le classement 2012 de l’ICCA, l’Association Internationale des Congrès et des Conventions, la France, avec 469 événements accueillis (428 en 2011), demeure la cinquième destination mondiale pour les congrès internationaux (*) derrière les États-Unis, l’Allemagne, l’Espagne et le Royaume-Uni. Paris, avec 181 manifestations, occupe de nouveau la deuxième place derrière Vienne et devant Berlin, Madrid et Barcelone. Parmi les villes françaises, Lyon fait une percée en un an (41 événements) et passe de la 83e à la 55e place. Nice et Toulouse (30 événements) progressent toutes deux et s’inscrivent ex æquo à la 78e place (elles occupaient respectivement les 83e et 92e places en 2011). Bordeaux en revanche recule avec 23 événements, passant de la 79e à la

97e place. Marseille n’occupe que la 142e place en 2012 (20 événements) mais elle devrait pouvoir compter sur les retombées positives de son image en tant que capitale européenne de la culture en 2013. Suivent Nantes (207 places, 11 événements) à la même place que Monaco, puis Montpellier (228e, 10 événements), Lille (263e, 8 événements) et Strasbourg (286e, 7 événements). Une surprise, on trouve dans cette liste toutes les capitales régionales françaises mais pas des villes de taille moyenne aux forts attraits touristiques et Mice telles Cannes ou Biarritz. Pourtant elles font elles aussi preuve d’un réel dynamisme. Certes elles misent en priorité sur la clientèle de proximité mais elles pourraient aussi, avec l’aide des autorités locales, miser sur leurs spécificités régionales pour séduire les étrangers.

• Février 2014 - n°1

52


marché

Et la compétition va se faire plus vive encore dans les prochaines années, avec des ouvertures de centres de congrès à Agen, Rouen et Troyes (2014) ou Quimper (2015), les rénovations de Saint-Malo ou La Baule, et les programmes d’agrandissement tels Montélimar...

◗ Antibes

Le nouveau palais des congrès d’Antibes Juan-les-Pins, fruit d’un partenariat entre public et privé, compte bien

© DR

Un site d’accueil phare sur la Côte d’Azur › Le palais des congrès Jean Prouvé de Nancy sera livré cet été.

› À Antibes, la nouvelle installation se déploie sur 14 000 m2 face à la mythique pinède Gould.

53

Février 2014 - n°1 •


marché

3 questions à... De nombreux centres de congrès ouvrent ou font l’objet de rénovation...

Emmanuel Dupart Directeur délégué de France Congrès

Quel bilan 2013 pour le secteur des congrès en France ? L’année 2012 avait été une année de référence. 2013 ne l’aura pas remplacée. Le premier semestre a été assez tendu d’un point de vue commercial. On a ensuite constaté un redémarrage, avec bien sûr des nuances selon les destinations et équipements. La situation est évidemment très variable au regard des 54 territoires affiliés au réseau France Congrès. La reprise est réelle mais progressive sur le corporate. La part associative se porte plutôt bien. Pour 2014, nous scrutons bien évidemment la conjoncture économique. Le début d’année confirme la reprise. Notre marché offre une certaine visibilité et on peut déjà se féliciter de belles projections sur 2015. Mais il faut rester prudent.

L’éclosion de centres des congrès n’est pas un phénomène nouveau, si l’on se rappelle cette période de près de vingt ans entre le début des années 80 et la fin des années 90. Il y a aujourd’hui un besoin d’investissement pour renouveler l’offre. Reste à savoir si le marché de proximité – car la plupart des centres de congrès misent sur celui-ci – suffit toujours à justifier l’investissement. Et notre rôle peut parfois consister à réorienter certains projets, voir à en décourager d’autres. Je note par ailleurs que les prochaines élections locales ne sont pas toujours étrangères à certains reports ou mise en sommeil. Il y a bien sûr une prime à la nouveauté. Mais la dynamique de l’innovation doit s’inscrire dans une chaîne de services. Avoir un bel équipement ne suffit pas. Les enjeux des villes se trouvent dans leur capacité à fédérer, coordonner, à s’engager dans des démarches de qualité, d’accueil, à véhiculer une image de dynamisme.

Quid du nouveau site internet de France Congrès ? Il a vu le jour début décembre. Avec la refonte graphique et son ergonomie améliorée, il facilite la consultation des offres disponibles, compare les villes du réseau, permet d’adresser facilement un cahier des charges. ● www.france-congres.org

◗ Grand Nancy

Un outil stratégique Livré cet été, le nouveau centre de congrès Prouvé devrait booster encore l’attractivité du Grand Nancy. En conformité avec le programme de rénovation urbaine, le palais des congrès de Nancy, datant des années 70, va donc être remplacé l’été prochain par un nouveau centre : le centre de congrès Prouvé, à dix minutes à pied de la célèbre place Stanislas. Cet outil stratégique pour le rayonnement du Grand Nancy jouxtera la gare TGV, dans le nouvel éco-quartier Nancy Grand Cœur en centre-ville. La nouvelle structure, à l’architecture design et élégante, englobera l’ancien

› Auditorium du palais des congrès Jean Prouvé à Nancy. • Février 2014 - n°1

s’affirmer comme un site d’accueil phare sur la Côte d’Azur pour les opérations Mice de taille moyenne. Face à la mythique pinède Gould, il se dresse tel un paquebot aux lignes futuristes signées de l’architecte Jean-Jacques Ory. Tout à la fois lieu d’accueil pour le Mice et lieu de vie antibois (galerie commerciale), la nouvelle installation se déploie sur 14 000 m2, dont la moitié est dédiée aux congrès et aux séminaires. Il comprend une salle plénière de 500 places, installée sous une coupole de verre et d’acier, 12 salles de commission modulables, un hall d’exposition et un restaurant panoramique. Le tout sur 14 000 m2 de surface, répartis sur deux niveaux de 6 500 m2. Malgré la concurrence des palais de Cannes, Nice, Monaco ou Mandelieu, Antibes entend bien valoriser ses trois atouts principaux pour attirer des congrès médians : un aéroport international, une offre hôtelière importante (1 000 chambres de 3 à 5-étoiles et deux résidences hôtelières, soit 2 182 chambres) et le soleil de la French Riviera. Pour 2014, une vingtaine de congrès d’envergure nationale et internationale figurent déjà au planning. Pour 80  % d’entre eux, il s’agit de manifestations de 500 participants. En synergie avec son gestionnaire l’office de tourisme, le nouvel outil majeur pour le développement de l’économie locale devrait largement contribuer à étendre la saison de la station azuréenne toute l’année.

54


marché

?

Le saviez-vous ? Valenciennes :

le futur centre d’expositions et des congrès de Valenciennes Métropole sera inauguré fin 2015-début 2016. Ce bâtiment polyvalent de 5 500 m² comprendra un auditorium modulable de 150 à 850 places. Ce dernier pourra s’ouvrir sur le hall d’exposition et accueillir en cumul jusqu’à 1 200 personnes. Des salles de commission pourront recevoir de 20 à 200 personnes.

Le Touquet : le projet de modernisation du palais des congrès du Touquet a pris du retard. Touquet Paris-Plage Tourisme, gestionnaire de l’équipement, parle plutôt d’une inauguration fin 20152016. Ce projet prévoit la rénovation du bâtiment principal (Art déco) et son extension avec la construction d’une nouvelle salle (1 200 à 1500 places selon les configurations).

Troyes : le centre de congrès de l’Aube accueillera ses premières manifestations en avril 2014. Il possédera un auditorium modulable de 400 à 800 places, des espaces d’accueil et d’exposition de 600 m², des lieux de restauration, et dix salles de réunion de 30 à 300 m².

Marseille : en centre-ville, Marseille Chanot a achevé des travaux de modernisation avec la construction du Palais de l’Europe (5 000 m2 de surface d’exposition) et le palais des congrès s’est doté d’une façade de verre. Le Palais des Evénements, lui, dispose d’un nouveau système de gradins mobiles, pour accueillir des plénières de 1 600 à 3 200 fauteuils.

Le Havre : le quartier des Docks va accueillir un centre de congrès et de spectacles doté d’une grande salle modulable de 800 à 2 000 places. Novembre 2016. • Février 2014 - n°1

centre de tri postal réalisé par Prouvé qui marqua de ses réalisations le paysage urbain nancéien. Elle disposera de deux amphithéâtres de 850 et 300 places, d’un espace d’exposition de plus de 2 400 m2 divisible et aménageable en salle de conférence de 1 500 places, de 13 salles de commission modulables, de 1 100 m² de foyers à la lumière du jour et 400 m² de salons. Un espace réceptif panoramique modulable, ainsi qu’une mezzanine, permettront d’accueillir jusqu’à 1 200 couverts dans un cadre d’exception. Le nouvel équipement estampillé Haute Qualité Environnementale a noté d’ores et déjà une bonne vingtaine de dossiers confirmés sur ses tablettes.

◗ Strasbourg

Modernisation et extension Le palais des congrès Pierre Pflimlin (PMC) de Strasbourg est en cours de modernisation et d’agrandissement. Une extension de 8 000 m² va se greffer à l’aile existante et accueillir des surfaces d’exposition, des espaces de réunion et de restauration et un nouvel auditorium de 600 places. Cette extension devrait être achevée fin 2014. Des travaux ont dans le même temps été engagés dans l’ancienne structure. Le PMC disposera ainsi, en 2016, d’un outil modernisé avec trois amphis (2 000, 1 100, et 600 places), 10 salles plénières, 15 salles de commission et 3 espaces de restauration. Le palais des congrès de Strasbourg est un bâtiment

de verre situé au cœur du quartier européen, gérée par Strasbourg Événements, à l’instar du parc des Expositions.

◗ La Baule

Atlantia rouvre en mai Atlantia avait été sérieusement endommagé par la tempête Xynthia. Le palais des congrès de La Baule rouvre en mai prochain après quinze mois de travaux. Cette structure, exploitée depuis le début de l’année par une société publique locale et non plus sous statut associatif a été inaugurée il y a un quart de siècle non loin des plages. Sa réhabilitation se traduit par une remise à neuf du bâtiment. Celui-ci gagne en espace et en confort, de l’auditorium modulable en style école de 900 places, à la salle polyvalente Brière pouvant accueillir 600 participants en style théâtre et 400 en style cabaret, en passant par l’espace d’exposition de 3 000 m², les 14 salles de réunion et l’espace de restauration.

◗ Montélimar

Une offre plus adaptée et plus qualitative Inauguré en grande pompe en présence de Charles Aznavour en septembre dernier, « le nouvel outil, extension de l’ancien Espace Mistral, lui-même totalement réhabilité, positionne la ville sur le secteur des congrès et des salons de façon plus convaincante, plus adaptée et plus qualitative, avec une jauge augmentée et un

à Metz, le projet se concrétise

L

e projet d’un nouveau palais des congrès à Metz, qui continue de soulever pas mal de critiques quant à l’opportunité d’une telle réalisation, se concrétise peu à peu. La pose de la première pierre est espérée pour le printemps 2015, la livraison, au mieux, un an après. Situé en face du Centre Pompidou, au pied de la gare TGV, Metz Métropole Moselle Congrès devrait être dimensionné pour recevoir des manifestations de plus de 1 000 personnes grâce à un auditorium de 1 200 places. L’actuel centre de congrès, adossé à Metz Expo, est vieillissant (à l’exception de son auditorium de 600 places refait il y a peu de temps) et éloigné du centre-ville. A Metz, l’Arsenal, réinventé par l’architecte Ricardo Bofill dans les années 80, doté de deux auditoriums de 850 et 350 places, reçoit également des congrès et des événements. ●

56


marché

Le saviez-vous ? Pau :

?

le Palais Beaumont innove pour ses clients ! Il est aujourd’hui le seul, parmi les 54 centres de congrès en France, à proposer une offre « team building musical » avec les musiciens professionnels de l’orchestre symphonique Pau Pays de Béarn.

Reims :

› Atlantia, le palais des congrès de La Baule rouvrira en mai prochain.

la Grande Nef du centre des congrès de Reims, un plateau de 2 500 m², peut désormais s’aménager en amphithéâtre de 1 500 personnes, en complément des deux auditoriums existants de 700 et 350 places. Le centre, géré par Reims Événements (de même que le parc des expositions) dispose également de dix salles de commission modulables éclairées par la lumière naturelle, et d’espaces de restauration.

Paris La Défense : Eurosites a ouvert un centre de congrès éco-responsable dans la Tour Europe à La Défense, avec un auditorium de 355 places et 22 salles de réunion éclairées à la lumière du jour, ainsi que d’espaces de restauration et d’exposition. Il se veut pionnier du Green IT événementiel avec ses 3 500 m² HQE sur quatre étages, en privilégiant des matériaux à faible émission de CO². › Le centre d’expositions et des congrès de Valenciennes Métropole sera inauguré fin 2015-début 2016.

Le Mans : Le Mans Evénements, qui gère le palais des congrès et le centre des expositions sarthois, a pris la gestion de l’Anova (Alençon) et de l’office de tourisme du Mans. Le bureau des congrès propose désormais tous les mois des packs séminaires à thème, avec pour les entreprises une large gamme d’activités et de découvertes.

Nancy :

› Le nouvel outil de Montélimar présente un équipement ultra moderne. 57

création fin 2013 du bureau de l’événementiel rattaché à Nancy Tourisme et Evénements pour organiser la promotion tourisme d’affaires pour la destination Grand Nancy. Février 2014 - n°1 •


marché

› En juin 2014, le parc des expositions d’Agen comprendra un nouveau centre de congrès.

équipement ultra moderne », se félicite Jean-Pierre Corteggiani, directeur de l’office de tourisme de la cité drômoise. Situé au cœur de la capitale du nougat, en région Rhône-Alpes, à deux pas de la gare SNCF et des hôtels (plusieurs 3-étoiles), le palais des congrès dispose d’un hall d’une capacité assise de 1 000 personnes et d’un auditorium de 1  700 places assises (3 200 en format concert), doté de cloisons modulables. Trois salles de commission de 70 à 200 personnes et un espace traiteur complètent la structure. Aux alentours, les allées provençales invitent les congressistes à la détente entre deux séances de travail.

◗ Agen

Une attractivité renforcée Agen, préfecture du Lot-et-Garonne, est une agréable ville de 100 000 habitants qui se situe en effet au cœur du sud-ouest, à mi-chemin entre Bordeaux et Toulouse. Une situation géographique privilégiée. Renommée pour son pruneau (AOC) et son club de rugby, elle ne manque pas d’atouts sur le plan touristique comme en matière de tourisme d’affaires. Et son attractivité va se renforcer en juin prochain : le parc des expositions d’Agen, situé à 5 minutes du centreville, de l’autoroute, de la gare et de l’aéroport, sera en effet flanqué d’un tout nouveau centre de congrès. Cette structure moderne abritera un

• Février 2014 - n°1

auditorium modulable de 700 à 2 000 places, un amphithéâtre de 578 places, 10 salles de commission sonorisées et modulables de 50 à 300 personnes, ainsi qu’une halle multifonction de 2 000 m². Côté hébergement, Agen et son agglomération totalisent 692 chambres en hôtel, 329 en résidence hôtelière et 384 en chambres d’hôtes et gîtes. La moitié des hébergements sont proches du futur centre de congrès. Côté résidences, Appart’City (3*), propose ses 105 appartements et un espace de réunion (25 personnes). La résidence hôtelière Astoria (3*), près du stade Armandie, rassemble 77 appartements rénovés et 3 salles de séminaire. Toujours en centre-ville, l’hôtel Hutot de Latour (4*), bâtisse du XVIIIe siècle, sera inauguré en 2015, ainsi qu’un 3* de 80 chambres en 2014. On notera aussi que le château Saint-Marcel (3*) a ouvert récemment à Boé. A signaler également, près de Nérac, à une trentaine de kilomètres d’Agen, le Domaine d’Albret, lequel dispose de 250 appartements, deux piscines, un golf 18 trous et 9 salles de réunion.

◗ Saint-Brieuc

Une grande modularité Après l’inauguration de son Pavillon 2, le palais des congrès de Saint-Brieuc permet dès lors une réelle modularité pour les opérations Mice. Accolé à la rotonde centrale, le Pavillon 2 compte un auditorium de 390 places (s’ajoutant à la

58

› Jusqu’à 2 400 congressistes à Saint-Brieuc.

salle Hermione de 1 200 places rétractables), 11 salles de sous-commission et un espace cocktail. L’ensemble des installations peut désormais rassembler jusqu’à 2 400 congressistes. à deux pas du centre-ville et à cinq minutes de la gare, il peut accueillir tout type de manifestations, avec une surface d’exposition de 15 000 m² répartie en 6 halls pouvant accueillir jusqu’à 200 exposants.

◗ Quimper

Le Chapeau Rouge restructuré Le Chapeau Rouge, situé en plein centre de Quimper, va être restructuré pour devenir le futur centre de congrès de la ville bretonne. L’inauguration est prévue début 2016. Ancien cinéma, le bâtiment va retrouver ses qualités architecturales d’origine, avec les arches des anciennes halles à l’intérieur, les arcades et corniches à l’extérieur. On y trouvera une salle plénière de 400 places assises en gradins amovibles au second étage, ainsi que des salles de commission au rez-de-chaussée et premier étage. Une Société d’économie mixte a été créée l’an dernier, Quimper Événements, disposant d’une délégation de service public pour l’exploitation du Chapeau Rouge ainsi que du parc des expositions de Quimper, actuellement en travaux et dont la réouverture est prévue courant 2015. ●


VENEZ VOIR LES CHOSES EN

UN ÉCRIN DE 20 000 M2 POUR METTRE EN LUMIÈRE VOS ÉVÉNEMENTS.

NANCY 1min de la gare TGV à 90min de Paris

Venez voir les choses en grand sur

Hébergement 3 000 chambres

UNESCO

www.grandnancy-congresetevenements.com : 03 83 30 80 00

Place Stanislas

Un équipement du


REPéRAGE ❘ 300 personnes • Qatar

Qatar Par Didier Forray

• Février 2014 - n°1

60


REPéRAGE ❘ 300 personnes • Qatar

Golfe persique

Al Zubara

Bahrain Golfe de Bahrain

Al Khor ARMÉNIE GRECE

TURQUIE

CHYPRE

Dukhan

Mer Méditérrannée

DOHA

Qatar

SYRIE

LIBAN

IRAQ

ISRAEL JORDANIE

KOWEÏT Go l

fe

LYBIE

r Me ug Ro

ARABIE SAOUDITE

QATAR

e

Mesaieed

Pe r

siq

EGYPTE

SOUDAN

ERYTHREE

YEMEN

ÉTHIOPIE

Émirats Arabes Unis

SOMALIE

5 

raisons d’y organiser votre événement

● Surtout connu pour ses gigantesques réserves de pétrole et de gaz et ses investissements dans l’immobilier, le luxe et le football, le Qatar a fait du Mice l’une des priorités de son développement touristique. De quoi éveiller l’intérêt pour une destination nouvelle. ● L’émirat se développe à une vitesse fulgurante et dispose d’infrastructures souvent flambant neuves. Plusieurs grands travaux sont d’ailleurs menés de front : le musée national signé Jean Nouvel, un nouvel aéroport, le métro et les dernières phases du Katara Cultural Village et de The Pearl, deux projets pharaoniques. ● Bien que jeune sur le marché Mice, le Qatar dispose déjà d’une offre

61

solide, à commencer par son fleuron, le Qatar National Convention Center, ouvert fin 2011. Outre 9 halls d’exposition, le QNCC comprend un théâtre, 3 auditoriums et 22 salles de réunion. Un second centre de congrès est en projet dans le City Center et nombre d’hôtels disposent de leurs espaces dédiés. ● La capitale Doha est une ville à taille humaine facile à appréhender. Les distances sont courtes, permettant de créer aisément une unité de lieu. ● à la différence de certaines autres destinations du golfe Persique, le Qatar possède une offre culturelle riche. A voir absolument : l’éblouissant musée d’Art islamique, dont l’entrée est gratuite.

Février 2014 - n°1 •

EMIRATS ARABES UNIS

OMAN

TCHAD

Arabie Saoudite

ue


REPéRAGE ❘ 300 personnes • Qatar

Le Top 1

5  © Gavin Hellier

de tendanceNOMAD

1001 merveilles au musée d’Art islamique

› Le souq Waquif, un incontournable de toute visite à Doha.

riers, des vendeurs d’animaux ou des marchands d’épices. Parmi les boutiques les plus étonnantes, Alajawad-Algalaf expose la collection hétéroclite d’un ancien colonel des gardes côtes qataris, des astrolabes de marins aux torches des derniers Jeux olympiques. Rendez-vous aussi chez Saad Ismail AlJassim, 76 ans, propriétaire de la boutique de perles The Pahlwan Old Pearl Diver. Le vieil homme ne se fait pas prier pour ouvrir son album de photos et raconter l’histoire de Doha et de la pêche des perles. Autre lieu typique : le Majlis Al Dama, fief des amateurs de jeu de dames.

à

l’image de son architecture anguleuse signée Pei, le musée d’Art islamique de Doha offre plusieurs facettes. Les galeries d’expositions présentent d’abord une superbe sélection d’environ 500 objets : céramiques, bijoux, casques, armes... Le musée dispose également d’un auditorium de 200 places. Ne pas manquer non plus les deux terrasses extérieures, qui offrent l’une des plus belles vues sur Doha et qui peuvent être privatisées. Enfin, le MIA accueille Idam, le seul restaurant d’Alain Ducasse au MoyenOrient. Perché entre ciel et terre, avec une vue imprenable sur le City Center, le restaurant de 60 couverts propose les grands classiques de la cuisine française et une petite folie : le chameau braisé surmonté de foie gras, un tournedos Rossini à la mode qatarie.

3

Dans le sillage des pêcheurs de perles d’Al Zubara

© Lois Lammerhuber

Ancien port de pêcheurs de perles, le village d’Al Zubara n’est plus qu’une côte aride battue par les vents. Une équipe d’archéologues travaille aujourd’hui à la préservation des ruines et à la reconstruction du fort. Les travaux ont bien avancé et, en juin dernier, Al Zubara a été inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco. Le site est ouvert aux événements et il est possible d’organiser déjeuners ou dîners au pied des remparts. L’éloignement de Doha, environ 1h15 en voiture, reste toutefois un handicap. Mais Al Zubara peut motiver les passionnés d’histoire et d’archéologie.

› Le musée dispose d’un auditorium de 200 places.

2

Shopping typique dans le Souq Waqif

• Février 2014 - n°1

© Forgiss

Entièrement rénové en 2007, le souq Waqif constitue un incontournable de toute visite à Doha. L’artère principale est propice à la flânerie et à une pause à la terrasse de l’un des nombreux cafés et restaurants. Il faut ensuite se perdre dans le dédale de ruelles pour découvrir les échoppes des coutu-

› Pour les passionnés d’histoire… 62


REPéRAGE ❘ 300 personnes • Qatar

Questions

tionnels amarrés. Ne pas manquer également les salles consacrées à la vie quotidienne des Qataris, avec notamment les soldats de plomb et les dessins du Sheikh Faisal enfant. L’entrée est gratuite mais il est préférable de réserver, surtout si l’on souhaite être guidé. A noter que ce lieu insolite met à disposition des organisateurs d’évènements un majlis, un salon de réunion traditionnel d’une capacité de 250 personnes.

Hamad Al Abdan Directeur du Doha Exhibition Centre au sein du Qatar Tourism Authority

Le Qatar souhaite passer de 1,2 million de visiteurs étrangers en 2012, dont 73  % de voyageurs d’affaires, à 7,4 millions de visiteurs étrangers d’ici 2030, dont 36  % de voyageurs d’affaires. Les trois axes prioritaires du QTA : le tourisme culturel, le tourisme urbain et le Mice.

Quelle est votre stratégie pour aborder le marché Mice ? Avant tout chose, nous sommes en train de créer un convention bureau qui sera opérationnel cette année. Du point de vue

4

Qu’attendez-vous de la Coupe du Monde de Football en 2022 ?

© DR

Quels sont vos objectifs en termes de visitorat ?

5

stratégique, nous voulons nous concentrer sur les conventions, les conférences, les congrès et les expositions, forts de notre compétitivité en la matière. Nous ne négligerons pas l’incentive, mais il n’est pas une priorité à court terme.

Nous avons fixé un cap pour 2030 bien avant d’avoir obtenu l’organisation de la Coupe du Monde de Football. Mais cet événement majeur permettra d’accélérer encore le développement des infrastructures du pays. ●

› Au Qatar, le désert se veut un véritable terrain de jeu.

à environ une heure de route au sud de Doha, le désert n’est pas aussi inhabité qu’on pourrait le croire. En hiver, près de 4 000 camps bédouins sont dressés au pied des dunes et nombre de familles qataries aiment venir y prendre leurs quartiers le temps d’un week-end. Le désert se veut un véritable terrain de jeu, avec, parmi les activités les plus populaires, la promenade à dos de chameau et surtout le « dune bashing », du rodéo en véhicule 4x4 ou en quad. Plus calme, le désert invite aussi à la contemplation face à ces paysages de dunes plongeant dans la mer. Mais le clou d’une excursion dans le désert reste l’apparition, au détour d’une dune, de « l’inland sea », la majestueuse mer intérieure qui s’étire entre désert et golfe Persique. à l’horizon, les premières montagnes d’Arabie Saoudite émergent à la façon d’un mirage. Magique ! ●

L’inventaire du Sheikh Faisal Bin Qassim Al Thani

©©DR DR

Situé à environ 30 minutes en voiture de Doha, le musée du Sheikh Faisal Bin Qassim Al Thani a tout de l’inventaire à la Prévert. Sur 30 000 m², la collection personnelle de ce membre de la famille régnante est tout simplement ahurissante par sa richesse et son éclectisme. Au total, plus de 1 700 objets sont exposés, de ce fossile d’une tête de dinosaure à ces inestimables éditions calligraphiées du Coran en passant par des armes anciennes, des bijoux ou des tapis. On passe ensuite en revue la centaine de véhicules, de cette Chevrolet Impala de 1959 à une Formule 1 de l’écurie Williams. La collection accueille nombre de curiosités, par exemple ce confessionnal d’église catholique grandeur nature ou cette maison iranienne typique, démontée pierre par pierre pour être rebâtie ici. Le musée abrite même un port intérieur avec ses navires tradi• Février 2014 - n°1

Aventures dans le désert

› Au total, le musée expose plus de 1 700 objets. 64


REPéRAGE ❘ 300 personnes • Qatar

3 HÔTELS testés pour vous

› Ritz Carlton Doha

✶✶✶✶✶

Inauguré en 2001, le Ritz-Carlton fait partie des hôtels historiques de Doha. Sa situation à l’écart sur une île artificielle et ses 3 000 m² d’espaces évènementiels en font un produit très exclusif.

© DR

© DR

du City Center en fond. Vue à couper le souffle aussi depuis le restaurant La Mer et le Club Lounge, au 23e étage. Très jolie piscine extérieure.

● Pour qui ? A conseiller aux clients exigeants. Service irréprochable. ● Le + de l’établissement  : l’hôtel ne souffre d’aucun vis-à-vis et certaines chambres offrent des vues panoramiques sur le complexe de The Pearl et la skyline

● à savoir : 374 chambres et suites confortables, avec literie moelleuse. TV écran plat et Wi-Fi gratuit. ● Pratique : 2 salles de bal modulables, l’une accueillant jusqu’à 1 600 personnes et l’autre 500 personnes, ainsi que 6 salles de réunion, de 10 à 100 personnes. 4 restaurants et 2 lounges. www.ritzcarlton.com

› W Doha Hotel & Residences

✶✶✶✶✶

Installé depuis 5 ans au cœur du City Center, l’hôtel W Doha s’inscrit dans la droite ligne du concept W, entre chambres design et restaurants trendy.

© DR

© DR

deux supervisés par le chef étoilé JeanGeorges Vongerichten. Mention spéciale pour le Spice Market.

● Pour qui ? Un hôtel pour clients jeunes et branchés ! ● Le + de l’établissement  : décoration contemporaine inventive qui s’inspire de l’histoire de la pêche des perles au Qatar. Trois restaurants, dont

● à savoir : 291 chambres et suites et 151 résidences tout en rondeur pour rappeler la forme des perles. Wi-Fi payant pour les chambres standards. ● Pratique : 3 salles de réunion de 10 à 60 personnes et une « great room » modulable qui peut accueillir jusqu’à 600 personnes. Points forts : la lumière naturelle et des équipements dernier cri. www.whoteldoha.com

› Al Jasra

✶✶✶✶✶

Ouvert depuis décembre 2012, cet hôtel bénéficie d’un emplacement privilégié, entre le souq des faucons et l’artère principale du souq Waqif. De quoi plonger le visiteur dans une ambiance à la Sinbad !

© DR

© DR

des réceptionnistes parlant français. ● à savoir : les 26 chambres et suites offrent une atmosphère orientale chaleureuse. Kitchenette toute équipée, avec four micro-ondes et réfrigérateur. TV écran plat. Wi-Fi gratuit.

● Le + de l’établissement : décoration intérieure alliant tradition et modernité. Chambres spacieuses et confortables. Service personnalisé avec

● Pratique : Al Jasra appartient à la collection de la chaîne hôtelière qatarie Souq Waqif Boutique Hotels, qui compte un total de 6 établissements dans le souq. Des établissements de 14 à 37 chambres situés à quelques minutes les uns des autres. www.swbh.com

65

Février 2014 - n°1 •

● Pour qui ? L’adresse ravira les amateurs d’authenticité et, souk oblige, les inconditionnels du shopping.


REPéRAGE ❘ 300 personnes • Qatar

Le debrief de l’agence Hassen Hijji

© Sophie James

« Le tour de ville de Doha et l’excursion dans le désert sont les deux produits phares d’un programme au Qatar. Sachant que la durée de l’un et l’autre peuvent être personnalisé à loisir. Un tour de ville peut se faire sur une demi-journée ou sur deux jours, en incluant par exemple le musée d’Art islamique, une croisière en boutre traditionnel, une partie de pêche ou l’entrée à une course de chevaux. Même chose pour le désert : cela peut aller d’une journée d’activités dans la région de la mer intérieure à deux jours avec nuit dans un camp

› Doha

Questions Eric Didier Directeur général France-Benelux de Qatar Airways

Comment opérez-vous aujourd’hui entre Paris et Doha ?

Quel est votre offre à destination du marché Mice ? Nous proposons un programme Mice qui permet aux entreprises organisatrices de conférences, de réunions et d’incentives d’obtenir des conditions

• Février 2014 - n°1

parfaitement aménagé pour le confort des participants. Nous sommes d’ailleurs en train de développer de nouveaux produits dans le désert, notamment la chasse avec des faucons, des safaris de 1 à 2 jours à dos de chameau ou encore des séjours de petits groupes dans des maisons qataries traditionnelles. Au total, pour un incentive, on peut composer au Qatar un programme bien rempli sur 4 jours. » ●

Les conseils de TENDANCENOMAD

préférentielles pour les voyageurs. Le programme permet aussi de bénéficier de services personnalisés, qu’il s’agisse de l’accueil ou de tours de ville à Doha. © DR

Avec l’ajout de trois nouveaux vols par semaine en juin dernier, nous opérons désormais trois vols quotidiens entre Paris et Doha, le hub de la compagnie. Répartis entre la matinée, l’aprèsmidi et la soirée, ces départs offrent un maximum de flexibilité à nos passagers et des connexions très courtes. Les liaisons sont assurées en A340 configurés en 3 classes comprenant 8 sièges en première, 42 en classe affaires et 256 en classe économique.

© DR

PDG du réceptif Arabian Adventures

 

Quand va ouvrir le nouvel aéroport de Doha et qu’en attend Qatar Airways ? L’ouverture de l’aéroport international Hamad pourrait intervenir en 2014 mais nous ne connaissons pas encore la date précise. Cet aéroport deviendra une référence en termes d’infrastructure aéroportuaire et il permettra d’accueillir à terme 50 millions de passagers par an. Cette ouverture accompagnera efficacement le développement de la destination et celui de Qatar Airways dans les années à venir. ●

66

Insistez sur le caractère très sûr du Qatar. De façon générale, les Qataris se montrent d’ailleurs bienveillants et chaleureux vis-à-vis des visiteurs étrangers, dans la parfaite tradition de l’accueil bédouin. Rappelez que le Qatar est un pays qui suit les préceptes de l’Islam et qu’il convient de respecter les règles locales. La consommation d’alcool est par exemple strictement interdite en dehors des hôtels.

Prévoyez des marges confortables lors des transferts dans Doha aux heures de pointe car la circulation est difficile, en particulier à midi lors de la sortie des classes et à 16h.

Ne planifiez pas la visite du souq Waqif avant 16h, heure à laquelle le soleil décline et les Qataris commencent à affluer pour faire leurs emplettes, dîner ou simplement prendre un café. Ambiance garantie !

Pour les amoureux des chevaux, prévoyez une visite d’Al Shaqab, un complexe entièrement dédié aux purs sang arabe, sous la responsabilité de la Qatar Foundation. Sur demande, il est d’ailleurs possible d’y organiser un dîner avec spectacle équestre.


REPéRAGE ❘ 300 personnes • Qatar

© DR

© DR

U Casale Santa Catalin

3 RESTAURANTS testés pour vous

› Three Sixty/The Torch

› Al Bandar

› Mamig

● Pour qui ? Les amateurs d’architecture auront à cœur de se lancer à l’assaut de ce restaurant tournant perché au 47e étage de l’hôtel The Torch, l’une des tours emblématiques de Doha. L’adresse motivera aussi les fans de sports pour la vue imprenable sur l’Aspire Zone, immense complexe sportif.

● Pour qui ? Une adresse idéale pour relâcher la pression, en profitant de l’ambiance du souq Waqif.

● Pour qui ? Pour les gastronomes adeptes des voyages gustatifs. ● Le + de l’établissement : au rez-dechaussée, le décor oriental chaleureux constitue d’emblée une invitation au voyage. À l’étage, rendez-vous sur la terrasse pour une vue superbe sur la mer et la skyline du City Center.

● Le + de l’établissement : la vue à 360° impressionnante, de jour comme de nuit.

● Le + de l’établissement : l’emplacement en or sur l’artère principale du souq Waqif. La terrasse du rez-de-chaussée permet d’être en prise directe avec la rue tandis que les terrasses des 2 étages supérieurs constituent d’excellents points d’observation, avec vue plongeante sur le Souq Waqif Art Center.

● à savoir : cuisine internationale marquée par un fort penchant pour les spécialités méditerranéennes. Qualité correcte mais il ne faut pas s’attendre non plus à de la haute gastronomie.

● à savoir : cuisine orientale très copieuse. Viandes et mezzés excellents. Un seul bémol : dommage que le chef ajoute des frites surgelées à des plats qui se suffisent à eux-mêmes.

● Pratique : en privatisant le restaurant, il est possible de choisir la cadence de rotation de la salle, de 1h20 en standard à 60 minutes voire 45 minutes.

● Pratique :: le restaurant est rompu aux banquets et réunions. Possibilité de privatiser l’une ou l’autre des salles du restaurant. Capacité : 350 personnes.

● Pratique : cette adresse est posée sur le front de mer du Katara Cultural Village, permettant de combiner facilement repas et visite du village culturel. Capacité : 300 personnes.

www.thetorchdoha.com

www.albandarrestaurant.com

www.mamigdoha.com

● à savoir : Mamig propose un concept unique, marier les cuisines arménienne et libanaise. Le résultat s’avère savoureux avec de grands plats copieux à partager entre convives. En dessert, impossible de résister au succulent baklava.

INFOS PRATIQUES FORMALITéS : passeport en cours de validité (+ 6 mois) et visa délivré à l’arrivée (20 €). DECALAGE HORAIRE : + 2 heures en hiver, + 1 heure en été. MONNAIE : riyal qatari (1 € = 5 QAR environ). INDICATIF TELEPHONIQUE : + 974.

QUAND Y ALLER ? Privilégier la période s’étirant d’octobre à avril : les températures sont alors clémentes et agréables. Eviter la chaleur écrasante de l’été et ses températures maximales atteignant jusqu’à 50°C en juillet et août. COMMENT S’Y RENDRE ? Qatar Airways est la seule compagnie aérienne à proposer des vols directs au départ de RoissyCDG, à raison de 3 vols par jour.

67

OU SE RENSEIGNER ? Interface Tourism Représentation officielle du Qatar Tourism Authority en France Tél. : 01 53 25 03 56 Qatar Tourism Authority : www.qatartourism.gov.qa

Février 2014 - n°1 •


REPéRAGE ❘ 150 personnes • New York

New YorK

© Karinne Delorme

Par Karinne Delorme

• Février 2014 - n°1

68


New York • 150 personnes

états-unis

❘ REPéRAGE

New York

OCÉAN ATLANTIQUE

5 

raisons d’y organiser votre événement

© Karinne Delorme

© Mihai Andritoiu

● Outre le dynamisme de Manhattan qui voit émerger de nouveaux quartiers, la montée en puissance des quatre autres boroughs Brooklyn et Queens en tête, puis le Bronx, en attendant Staten Island - est irrésistible. Gageons qu’à terme les cinq boroughs de New York constitueront chacun une destination à part entière. ● Avec quelque 54,3 millions de visiteurs en 2013, son record, la ville est rompue à l’organisation d’événements de tous les types. à cet égard, vous pouvez compter sur les conseils éclairés et les services gratuits du Convention Visitors Bureau du NYC & Company. ● Lorsque leur séjour débute un dimanche, vos groupes peuvent bénéficier du programme « Meet me on sunday » mis en place par 69

le CVB en partenariat avec 59 hôtels. Parmi les avantages, une réduction jusqu’à 10  % sur la nuit du dimanche, une nuit d’hôtel offerte pour 40 chambres réservées et jusqu’à 50  % de réduction sur la location de la salle de séminaire/convention. ● Même si son coût reste élevé, avec un tarif moyen de 215 €/nuit, l’hôtellerie est diversifiée. La ville compte aussi quelque 24 000 restaurants et de nombreux lieux événementiels. ● Des réceptifs créatifs francophones mettent leur parfaite connaissance de la destination au service de vos besoins. Faites-leur confiance pour dénicher le petit plus qui fera de votre événement une réussite. Février 2014 - n°1 •


REPéRAGE ❘ 150 personnes • New York

Le Top de tendanceNOMAD

Tout commence à Manhattan © dell

1

5 

M

anhattan sait comme nul autre attirer l’attention en se réinventant sans cesse. Profitez-en pour proposer des programmes innovants. Mobilisez quelques heures pour visiter les Cloîtres, un musée-monastère situé à Washington Heights, tout au nord de l’île, qui vaut le coup. Puis vous redescendez sur Harlem disputer une partie de basket avec d’anciennes stars de la NBA. Si les messes gospel ont fait la renommée de ce quartier, sachez que certaines églises sont privatisables et accueillent des séances de travail. El Barrio, le quartier latino d’East Harlem, réserve de belles surprises architecturales. Midtown, le Top of the Rock, l’observatoire perché au 70e étage du Rockefeller Center révèle un panorama à 360° sur New York. Unique ! Direction ensuite le West Village et le Meatpacking District sur les rives de l’Hudson pour une balade sur la Highline, une coulée verte aménagée le long d’une ligne désaffectée de métro aérien. Vous arrivez au Chelsea Market installé dans d’immenses entrepôts reconvertis. C’est l’occasion de déguster un brownie fondant ou d’avaler quelques huîtres. Wall Street, le cœur historique de la ville avec ses bâtisses du XVIIe siècle, est passionnant à découvrir à pied, une fois le rush quotidien passé. Un arrêt au Memorial 9/11 ainsi que la visite d’une caserne de pompiers ou de la Federal Reserve peuvent être proposés. La balade se prolonge jusqu’à Battery Park, pour voir se profiler la silhouette de la Statue de la Liberté.

› Brooklyn et Long Island City se disputent la palme de la plus belle vue sur Manhattan. À vous de comparer !

2

à un jet de ferry, de l’autre côté de l’East River, Brooklyn est devenu ces dernières années LE borough en vogue, à la fois arty et populaire. Bordés d’anciennes usines et d’entrepôts de briques rouges reconvertis en appartements, restaurants à la mode et bars branchés, les quartiers de Dumbo au pied du pont de Brooklyn et de Williamsburg dévoilent un charme authentique. Vos clients pourront s’essayer à la boxe au Gleason’s Gym où le célèbre Hector Rocca les initiera aux rudiments du noble art lors d’une séance d’entraînement privée. Après une pause-café dans un atelier d’artiste, vous pourrez organiser une réunion de travail dans une serre du Botanical Garden avant de regagner Manhattan en traversant à pied le pont de Brooklyn. Spectaculaire !

3

L’ancien quartier industriel de Long Island City

© DR

L’ancien quartier industriel de Long Island City, dans Queens, connaît à son tour un profond remaniement et se construit une image artistique teintée d’avant-gardisme grâce à une offre culturelle florissante. Outre le MoMa PS1, une antenne du Museum of Modern Art, ce quartier niché aux abords du pont de Queensborough enjambant l’East River abrite le Museum of the Moving Image ainsi que le musée Noguchi dédié au sculpteur américano-japonais. Rendez aussi visite au fabricant de guitares Roger Sadowsky dans son atelier. Et vous ne manquerez pas d’admirer les sculptures monumentales exposées dans le musée à ciel ouvert du Socrates Sculpture Park qui accueille également des œuvres multimédia interactives.

› Installé dans une ancienne usine de biscuits, le Chelsea Market vous invite à une halte gourmande autour d’un brownie fondant ou d’huîtres goûteuses. • Février 2014 - n°1

Brooklyn, borough en vogue

70


TRAVEL CONCEPTS -

votre partenaire MICE

à New York et au-delà ! D e s t i n a t i o n

TRAVEL CONCEPTS

met ses 20 ans de présence aux

Etats-Unis au service de vos évènements professionnels

M

De s t i n a t i on

I

M a n a ge m e n t Meetings Incentive Travel C om p a n y

M a n a g e m e n t

C

E

Conferences

Events

pour les rendre uniques. L’équipe francophone de TRAVEL CONCEPTS , c’est aussi une expertise

MICE

sur de nombreuses autres destinations :

Chicago, Washington DC, Miami, Louisiane, Texas, Arizona, Wyoming, Las Vegas, Californie…

Tél. +1.504.891 3500 - mice @ travelconcepts.net

C o m p


REPéRAGE ❘ 150 personnes • New York

4

3 questions à ... Paul Black

Longtemps décrié pour cause d’insécurité chronique, le Bronx change lui aussi de visage. Dans ce berceau de la culture hip hop, les expériences favorisant les échanges avec les habitants sont privilégiées. On trouvera ici l’occasion idéale de prendre un cours de la célèbre danse ou de laisser libre cours à son imagination créatrice en réalisant quelques graffitis. Si vous disposez d’un peu de temps, la visite de Little Italy réserve de très belles surprises. Si Staten Island, le cinquième borough focalise moins l’attention, les groupes prendront avec plaisir le ferry gratuit pour faire la traversée depuis la pointe sud de Manhattan.

European Mice Sales & Marketing Director de NYC & Company en Europe

En 2012, New York a reçu 667 000 visiteurs français, dont 15  % de voyageurs d’affaires participant à des congrès ou des conventions. En réalité, en tenant compte des voyages incentives enregistrés comme voyages de loisirs, la proportion de voyageurs Mice est plus élevée. Au niveau international, le marché français est le quatrième plus important marché Mice pour New York.

Quid de la clientèle française Mice ? New York est très appréciée des Français. Il existe en outre une grande synergie dans le secteur des affaires entre la France et New York. Ce facteur, combiné à une excellente accessibilité aérienne et au désir

de la clientèle française de découvrir la ville, contribue à positionner New York comme une destination pleine d’attraits pour les groupes Mice français.

Quelles actions menez-vous auprès des professionnels du secteur ? NYC & Company a la volonté de développer sa présence sur le secteur du Mice dans le monde entier, et en particulier en Europe où la France constitue un marché prioritaire. En ce sens, l’action d’un directeur dédié au Mice pour l’Europe est primordiale car elle permet de renforcer notre visibilité à travers notamment une participation accrue aux grands salons professionnels. Nous organisons aussi de nombreux roadshows.

© Julienne Schaer

Quelle est la part du marché français pour le Mice à New York ?

› Bijou de l’architecture victorienne de Staten Island, le St George Theatre accueille réunions et réceptions privées, à une encablure de ferry - gratuit - de Manhattan.

5

Des nuits aussi belles que les jours !

© DR

Voici quelques idées pour faire vivre à votre groupe des soirées mémorables : cocktail sur la terrasse du Sky Room avec vue sur la skyline, dîner dansant rétro au Swing 46, soirée jazz au Dizzy jazz club ou au B.B. King, ambiance cabaret jazz également au Metropolitan Room. Pour une soirée de gala, vous pouvez opter pour une croisière sur l’Hudson avec orchestre et piste de danse aménagée ou organiser une réception privée au Gotham Hall. Pour un dernier drink, le rooftop du 230-Fifth s’impose comme l’endroit en vue du moment. Dans le Meatpacking, où les lounge-bars branchés fleurissent, le PH-D et le Plunge séduiront les insomniaques. Enfin, pour un after, faites un tour au Tenjune Nightclub, toujours dans le Meatpacking district. ●

› Envie de shopping à midi ou minuit? Direction Times Square, vibrant symbole de la « ville qui ne dort jamais » ! • Février 2014 - n°1

Le Bronx change lui aussi de visage

72


New York • 150 personnes

❘ REPéRAGE

3 HÔTELS CHOISIS pour vous ● Pour qui ? Une clientèle qui aime découvrir des endroits à la pointe de la mode… et se coucher tard !

› Dream Hotel

✶✶✶✶

Situé à la jonction du très tendance Meatpacking District et du quartier bohèmechic de Chelsea, cette luxueuse adresse du groupe Whyndham arbore un style contemporain volontiers flamboyant.

● Pour qui ? Une clientèle qui aime découvrir des endroits à la pointe de la mode… et se coucher tard ! ● Le + de l’établissement  : piscine, espace de réception (300 p) invités). La possibilité de privatiser les restaurants.

● à savoir : 315 chambres à la belle décoration classico-moderne équipées de TV écran plat et de Wi-Fi haut débit. Les draps en coton égyptien et les articles de salle de bain signés Etro témoignent d’un raffinement certain. ● Pratique  : les lieux disposent de 550 m2 d’espace événementiel modulable bénéficiant de la lumière naturelle. Une équipe dédiée aux groupes. Trois restaurants (Cherry, Bodega Negra et Melvin’s Juice Box) ainsi que deux bars-lounge complètent l’offre. www.dreamhotels.com

● à savoir : les 487 chambres spacieuses ouvrant sur d’immenses baies vitrées sont agrémentées d’œuvres d’art originales. TV écran plat, cafetière et réfrigérateur.

› Hyatt Times Square

✶✶✶✶

Proche de Broadway, cette nouvelle adresse dévoile une décoration lumineuse aux lignes contemporaines d’une élégance apaisante.

● Pour qui ? Les groupes qui souhaitent rayonner dans différents quartiers, dont Times Square. ● Le + de l’établissement  : ici, les amateurs pourront aussi profiter des équipements inédits du spa de 390 m2.

● Pratique : plus de 740 m2 d’espace de réunion bénéficiant de la lumière naturelle. Equipement high tech et service d’experts disponibles. Possibilité de transformer le toit terrasse (140 m2) en espace événementiel. Le T45 Diner, le bar-terrasse, offre des vues exceptionnelles sur l’East River et l’Hudson. www.timessquare.hyatt.com

● à savoir : 836 chambres plutôt petites, aux murs lambrissés de bois précieux et aux planchers importés d’Afrique. Produits de bain signés C.O. Bigelow. TV écran plat, station accueil iPod, Wi-Fi gratuit.

› Hudson Hotel

● Le + de l’établissement : une vue plongeante sur Manhattan et l’Hudson River couronne cet établissement à la décoration pleine d’audace. Service de qualité réputé.

● Pratique :outre différentes salles de sous-commission, des espaces de réunion peuvent convenir à des séminaires de 100 à 150 participants. En saison, un toit-terrasse de près de 400 m2 accueille réceptions, cocktails et banquets de 120 p. Bars à thèmes originaux. www.morganshotelgroup.com/hudson

73

Février 2014 - n°1 •

● Pour qui ? Les amateurs d’adresses urbaines qui lancent les tendances. ✶✶✶✶

Ce luxueux boutique-hôtel décoré par Philippe Starck se dresse à Midtown, non loin de Central Park et du quartier des théâtres.


REPéRAGE ❘ 150 personnes • New York

Le debrief de l’agence

Questions à... Béatrice de Rotalier

Véronique Perret

Qu’elle est l’offre de Delta à destination de New York ? Avec ses partenaires, la compagnie propose jusqu’à huit vols quotidiens depuis CDG vers JFK et Newark avec Air France ainsi que quatre vols via Amsterdam avec KLM et plusieurs vols depuis l’Italie avec Alitalia. Delta a aussi enrichi son offre depuis l’aéroport domestique de La Guardia en desservant désormais 61 destinations aux étatsUnis et en étant la seule compagnie à opérer trois navettes quotidiennes vers Washington, Boston et Chicago. Cette montée en puissance permet aujourd’hui à Delta d’être la première compagnie aérienne sur New York. En outre, le récent accord avec

« Notre agence, jeune, multiculturelle et polyglotte est spécialisée dans l’organisation d’événements d’entreprises pour lesquels nous enregistrons de plus en plus de demandes de dernière minute. En raison de la baisse budgétaire, on remarque aussi que les participants ne sont quasiment plus accompagnés de leur conjoint afin de réduire les coûts. Il arrive même que nos clients demandent que les participants partagent leur chambre d’hôtel à deux. Ces temps économiquement difficiles pour les en-

Virgin Atlantique a permis d’accroître notre présence à Heathrow en proposant sept vols par jour vers JFK et deux vols vers Newark, nous ouvrant ainsi les portes du marché affaires.

Comment se porte la destination ? Les intempéries hivernales sur New York et aux états-Unis nous ont contraints d’annuler quelque 1 500 vols sur l’ensemble du territoire. New York reste malgré tout une destination prisée des Français été comme hiver. La bataille des prix est rude avec une concurrence accrue en basse saison durant laquelle nous offrons des promotions constantes. ●

Denis Rufin

« La demande croissante des clients français de notre agence réceptive nous a convaincus de réaliser des programmes à New York, après 20 ans de présence sur de nombreuses destinations aux états-Unis. • Février 2014 - n°1

treprises n’empêchent pas notre agence de recevoir des requêtes de nouveaux clients potentiels. New York reste très attirante et surprenante par ses nouveaux quartiers en mutation. Et puis l’art est partout. Par exemple, chaque premier samedi du mois, le Brooklyn Museum reste ouvert jusqu’à 23h, faisant la part belle aux artistes locaux. » ●

Les conseils de TENDANCENOMAD

Pourquoi New York ?

Travel Concepts

© DR

Event Premiere

Directrice commerciale France de Delta Air Lines

Cette ville de la démesure est aussi l’une des plus pratiques pour l’organisation de séjours d’entreprises. C’est à la fois la destination la mieux desservie des états-Unis depuis la France, avec un décalage horaire de seulement six heures, et l’une des mieux adaptées aux programmes courts et intenses, particulièrement appréciés en ces temps de réductions budgétaires dans les sociétés. De plus, le cours favorable de l’euro contrebalance le prix parfois élevé de l’hébergement. » ● 74

Veillez à bien choisir l’hôtel, un aspect primordial dans la réussite d’un séjour, quitte à consacrer un peu plus de budget pour ce poste. Sachez que si l’offre hôtelière pour les séminaires se concentre encore sur Manhattan, d’autres quartiers comme Brooklyn et Long Island City développent leurs infrastructures. N’hésitez pas à proposer des lieux atypiques pour la tenue de réunions de travail : églises à Harlem, gymnases, toits-terrasse, la New York Public Library, le Harvard Club, bateaux…

Faites en sorte de ménager du temps afin que les participants puissent s’adonner au shopping, une activité incontournable dans la Grosse Pomme !

Outre le traditionnel show à Broadway, proposez des activités artistiques ou des visites culturelles à valeur ajoutée : visite de studio photo ou d’enregistrement, atelier graffiti, vernissage d’une galerie d’art à Chelsea, visite privée d’un musée…

Soyez créatif, sortez des sentiers (ra)battus de certains quartiers de Manhattan pour faire découvrir à vos clients d’autres horizons, à deux pas du centre.


Adoptez la TendanceNomad

Abonnez-vous ! 1 an

37 € HT

REPÉRAGE ❘ 300 personnes • Qatar

REPÉRAGE ❘ 300 personnes • Qatar

Golfe persique

Al Zubara

Bahrain Golfe de Bahrain

Al Khor ARMÉNIE GRECE

TURQUIE

CHYPRE

Dukhan

Mer Méditérrannée

DOHA

Qatar

SYRIE

LIBAN

IRAQ

ISRAEL JORDANIE

KOWEÏT Go lfe

Pe

rsiq

EGYPTE

LYBIE

ue

r Rou Me

ARABIE SAOUDITE

QATAR

EMIRATS ARABES UNIS

ge

Mesaieed

SOUDAN

ERYTHREE

OMAN

YEMEN

TCHAD

Arabie Saoudite

ÉTHIOPIE

Émirats Arabes Unis

SOMALIE

5

RAISONS D’Y ORGANISER VOTRE ÉVÉNEMENT

● Surtout connu pour ses gigantesques réserves de pétrole et de gaz et ses investissements dans l’immobilier, le luxe et le football, le Qatar a fait du Mice l’une des priorités de son développement touristique. De quoi éveiller l’intérêt pour une destination nouvelle.

Qatar

● L’émirat se développe à une vitesse fulgurante et dispose d’infrastructures souvent flambant neuves. Plusieurs grands travaux sont d’ailleurs menés de front : le musée national signé Jean Nouvel, un nouvel aéroport, le métro et les dernières phases du Katara Cultural Village et de The Pearl, deux projets pharaoniques. ● Bien que jeune sur le marché Mice, le Qatar dispose déjà d’une offre

solide, à commencer par son fleuron, le Qatar National Convention Center, ouvert fin 2011. Outre 9 halls d’exposition, le QNCC comprend un théâtre, 3 auditoriums et 22 salles de réunion. Un second centre de congrès est en projet dans le City Center et nombre d’hôtels disposent de leurs espaces dédiés. ● La capitale Doha est une ville à taille humaine facile à appréhender. Les distances sont courtes, permettant de créer aisément une unité de lieu. ● À la différence de certaines autres destinations du golfe Persique, le Qatar possède une offre culturelle riche. A voir absolument : l’éblouissant musée d’Art islamique, dont l’entrée est gratuite.

Par Didier Forray

• Février 2014 - n°1

58

59

Février 2014 - n°1 •

Le mensuel + L’e-newsletter hebdomadaire

BULLETIN D’ABONNEMENT

à compléter et à renvoyer accompagné de votre réglement à TendanceNomad Service abonnements - 2, rue Saint-Maur - 94430 Chennevieres-sur-Marne

❒ M. ❒ Mme ❒ Mlle

Mobile :...................................

Nom ...................................................................................................

N° SIRET......................................... Code NAF : ..............................

Prénom...............................................................................................

Mail : .................................................................................................

Entreprise...........................................................................................

indispensable pour recevoir votre code d’accès aux site et magazine en ligne

Fonction............................................................................................. Adresse .............................................................................................. Code postal....................................................................................... Ville .................................................................................................... Tél. . ...................................................................................................

Je règle la somme de 37 euros HT (+ 15€ Europe + DOM-TOM, + 30€ International) ❑ par chèque à l’ordre de TendanceNomad Publishing ❑ Je préfére régler à reception de facture

ACTIVITÉ : ❒ Agences évènementielle ❒ Prestataires ❒ Lieu/destination ❒ Annonceur ❒ Autre, précisez : .............................................................................

Conformément à la loi informatique et liberté du 6 janvier 1978, vous disposez d’un droit d’accès aux données vous concernant en vous adressant à TendanceNomad Service abonnements - 2, rue Saint Maur - 94430 Chennevieres-sur-Marne - contact@tendancenomadpublishing.com

TendanceNomad 2014/01

Oui, je m’abonne pour 1 an à TendanceNomad au tarif de 37 € ht, soit 8 numéros de TendanceNomad + les e-newsletters (TVA 2,10%)


REPéRAGE ❘ 150 personnes • New York

© DR

© DR

© DR

3 RESTAURANTS choisis pour vous

Le 230-Fifth

Carmine’s Times Square

Fig & Olive

● Pour qui ? Les groupes qui veulent faire la fête dans une ambiance à la fois chaleureuse et branchée tout en profitant d’installations extérieures et intérieures, la vue fabuleuse en prime.

● Pour qui ? Des groupes en goguette (et affamés !) qui seront ravis de se restaurer dans une ambiance festive après avoir assisté à un spectacle à Broadway. Aussi valable avant le show !

● Pour qui ? Les gastronomes appréciant une certaine sophistication et qui seront séduits par la cuisine aux accents méditerranéen, magnifiée par un décor design et élégant.

● Les + : le jardin, partiellement chauffé en hiver, peut être utilisé toute l’année.

● Les + : une situation idéale au coeur du quartier des théâtres. Une équipe professionnelle pour aider à l’organisation d’un dîner/réception.

● Les + : c’est l’un des endroits en vue du Meatpacking District. Vous pouvez y organiser un déjeuner et un dîner mais aussi un brunch pour les groupes arrivés le week-end.

● à savoir : sur la 5e Avenue, cet espace événementiel comportant un restaurant-lounge a installé sur son toit le plus vaste jardin-terrasse de Manhattan. à l’étage inférieur, une salle de réception permet de profiter de la vue éblouissante sur la skyline. ● Pratique : possibilité de recourir à un personnel dédié. ● Capacité  : les 7 300 m2 d’espace de réception peuvent accueillir des cocktails de 40 à 600 invités et jusqu’à 400 personnes pour des repas assis. www.230-fifth.com

● à savoir : voici un restaurant portant haut le mariage entre les gastronomies de l’Italie du sud et américaine. L’un des meilleurs italiens de la ville. ● Pratique  : au deuxième étage, une belle salle à manger privée accueille les groupes jusqu’à 200 personnes. à noter que cette salle bénéficie de larges fenêtres pour ne rien rater de l’animation de Times Square.

● à savoir : le chef Pascal Lorange a puisé son inspiration dans les saveurs gastronomiques du sud de la France, d’Espagne et d’Italie pour créer des plats alliant les parfums et les saveurs de ces régions. ● Pratique : une adresse inaugurée en 2005 dans le cœur vibrant de Manhattan.

● Capacité : jusqu’à 200 convives assis.

● Capacité : espace de 1 220 m2 pouvant accueillir jusqu’à 400 invités.

www.carminesnyc.com

www.figandolive.com

INFOS PRATIQUES FORMALITéS : passeport en cours de QUAND Y ALLER ? Climat continental. validité (+ 6 mois) et formulaire ESTA Le printemps et l’automne sont particuobligatoire et payant (14$) à remplir en lièrement agréables. ligne sur le site d’ESTA. COMMENT S’Y RENDRE ? DéCALAGE HORAIRE : - 6 heures. Air France et Delta Air Lines opèrent jusqu’à huit vols/jour vers JFK et Newark au départ de Roissy-CDG. Vols MONNAIE : dollar américain quotidiens avec American Airlines, (1 € = 1,30 $ environ). Continental Airlines, United Airlines… INDICATIF TéLéPHONIQUE : + 1 347. Openskies assure deux vols depuis

• Février 2014 - n°1

76

Orly vers Newark en classe affaires exclusivement. OU SE RENSEIGNER ? NYC & Company : www.nycgo.com Rubrique meeting planners www.nycandcompany.org/ meetingplanners Convention bureau de NYC & Company Tél. : + 1 212-484-1218 conventionsales@nycgo.com


La Tunisie : commenT convaincre vos annonceurs ? 600 pax sur une plage déserte, open bar et DJ : nuit blanche au Cap Bon

Une nOUveLLe COnSTITUTIOn pOUr Une nOUveLLe TUnISIe, C’eST MAInTenAnT LA nOUveLLe DeSTInATIOn pOUr vOS AnnOnCeUrS

Le

propos n’est pas de convaincre les professionnels, mais de présenter des arguments factuels pour remettre la Tunisie dans la boucle des appels d’offre. Les événements géopolitiques du bassin méditerranéen renvoient une image avide de sensationnel et de spectaculaire… mais les opérations événementielles ne se sont jamais arrêtées en Tunisie. Encore aujourd’hui, la destination accueille de grands événements reconnus, sur des thèmes très éclectiques :

• Le  17ème Octobre musical de Carthage, avec la participation de 14 pays. •  La 17ème édition des Défis du Chott pour une course marathon dans la région de Tozeur; une des concentrations sportives les plus reconnues d’Afrique du Nord. • Le World Social Forum Tunis 2013 • 600 traders de 25 pays du monde viennent fêter les 10 ans de leur société. •  Un séminaire sur mesure pour 250 pax à Carthage : Jeux de scènes historiques dans l’amphithéatre, spa, déjeuner chez l’habitant et séances de travail. •  Privatisation d’une crique au Cap Bon

pour 96 pax pendant 2 jours : Réflexion stratégique et Tai Chi, atelier idées vertes et plongée bouteille… • La 24ème édition du Congrès Mondial des Minotiers [IAOM] a eu lieu à Sousse. Plus de 600 délégués provenant de plus de 50 pays ont participé à l’événement.

Cette année démarre avec plusieurs bonnes nouvelles qui constituent le socle d’une stabilité retrouvée : > La nouvelle Constitution stipule l’égalité entière et irrévocable entre les hommes et les femmes > La Constitution tunisienne est ainsi la première du monde arabe à reconnaître la liberté de conscience dans un de ses articles. C’est la première fois que de telles dispositions sont inscrites dans la constitution d’un pays arabe et on peut considérer que ces actes constituent une base solide d’une renaissance de la Tunisie tant il est vrai que la transition démocratique a été par moments chaotique. La Tunisie a accueilli en 2013 plus de 5 millions 400 000 touristes et de nombreux évènements internationaux se sont déroulés dans des conditions optimales. Les solutions aériennes se multiplient

avec la création d’une nouvelle compagnie, Syphax, qui opère depuis toute l’Europe vers la Tunisie. Aujourd’hui avec Tunis-Air, Syphax, Air France, Transavia, Nouvelair… Ce sont 8 vols quotidiens au départ de Paris. Sur un plan très opérationnel, les autorisations peuvent être délivrées pour des tirs de feu d’artifice ou des open bars avec alcool à volonté sur des plages désertes ou aux portes du désert… Les autorités délivrent des services avec beaucoup plus de facilités, ainsi garde nationale, pompiers, ambulances / services médicaux, peuvent répondre aux besoins d’accompagnement d’événements. La Tunisie cumule beaucoup de valeurs ajoutées pour l’événementiel et souffre néanmoins de forts préjugés. Il y a une vraie responsabilité des professionnels du Mice à réhabiliter cette destination.


© Salina Boukhezar

REPéRAGE ❘ 50 personnes • Corse

Corse Par Vincent de Monicault

• Février 2014 - n°1

78


SWEDEN

norvège

Corse • 50 personnes

❘ REPéRAGE

Mer du nord

© Salina Boukhezar

DANEMARK

CAP CORSE

POLO

MER MÉDITÉRRANNÉE IRELANDE

GOLFE DE ST-FLORENT

PAYS BAS. ROYAUME-UNI

ALLEMAGNE

BASTIA

BELGIQUE LUX.

l’Île Rousse

RÉPUBLIQUE TCH

Calvi

AUTRICHE

Corte

GOLFE DE PORTO

FRANCE

SUISSE SLOVENIE

CROATIE

Iles Sanguinaires

AJACCIO ITALIE

ANDORRE

GOLFE D'AJACCIO

Mer a Mer Méditérranée

PORTUGAL

GOLFE DE PORTO-VECCHIO ESPAGNE

Bonifacio BOUCHES DE BONIFACIO

© Steffan Emmanuel

5 

MOROCCO

A LG E R I E

TUNISIE

raisons d’y organiser votre événement

● Les paysages. La Corse est un écrin naturel préservé. Ouverte sur la mer, avec ses plages de sable blanc, ses criques bordées par des eaux cristallines, ses tours génoises et ses jolies villes côtières, l’île de Beauté est aussi une terre de montagnes, profonde et secrète. ● La culture. L’île est connue pour la richesse de son patrimoine historique, son identité, son héritage culturel toujours vivace, sa gastronomie, ses chants, son empereur...

● Des structures de qualité pour le tourisme d’affaires. La Corse dispose de quatre aéroports bien desservis depuis la métropole, de bonnes routes, d’une infrastructure hôtelière de qualité - dont les établissements de luxe du Cercle des Grandes Maisons Corses - mais de capacité souvent limitée, suffisante toutefois pour accueillir des groupes de taille moyenne.

● Des lieux insolites et uniques. La Corse regorge de lieux étonnants pouvant accueillir des événements dans un cadre de prestige : tours, citadelles, musées, pénitencier et golf, demeures de caractère, vignobles...

● Côté congrès, l’île propose plusieurs lieux, dont le palais des congrès d’Ajaccio. En centre-ville, ce dernier comprend 9 salles de commission (200 places), un auditorium (434 places), un restaurant (500 places) et un espace plurifonctionnel (1 000 m2), modulable, dédié aux congrès (650 places) et aux activités événementielles culturelles.

79

Février 2014 - n°1 •

MALTE


REPéRAGE ❘ 50 personnes • Corse

Le Top de tendanceNOMAD

Espace Lazaret Ollandini, Ajaccio

© DR

1

5 

L

› Dans un paysage d’une beauté sauvage, entre falaises blanches et criques d’azur, face aux îles Lavezzi et à la Sardaigne, le golf de Sperone est l’un des plus beaux parcours au monde.

’Espace Lazaret Ollandini, maison-musée datant de 1844 et inscrit aux Monuments historiques, est situé au sud de la baie d’Ajaccio. Le lieu dispose d’espaces pour y organiser des plénières, des séminaires jusqu’à 40 personnes, des dîners, cocktails et pauses sous les oliviers. L’Espace Lazaret appartient à François Ollandini (frère du PDG du groupe Ollandini). © fonds Ollandini

3

Ensemble pisan de Bonifacio

© Tilio & Paolo

L’Ensemble pisan, situé dans la citadelle de Bonifacio, rassemble deux espaces mitoyens parfaitement adaptés pour l’accueil de séminaires d’une cinquantaine de personnes : l’Espace Saint-Jacques, aménagé dans une ancienne église édifiée au XIIIe siècle, et l’Espace Carréga situé dans une extraordinaire tour de guet, le Torrione, datant du XVe siècle. La terrasse belvédère de cette tour offre peut-être la vue la plus spectaculaire de Bonifacio, un lieu exceptionnel pour un cocktail, mais limité à vingt personnes.

› Espace Lazaret à Ajaccio.

2

Golf de Sperone, Bonifacio

Le golf de Sperone est l’un des plus beaux au monde. Situé non loin de Bonifacio, il est réputé technique, à l’instar des trous 15 et 16 séparés par la mer. Le club house dispose d’une salle parfaitement adaptée pour les séminaires (la salle des Membres) et d’un restaurant privatisable (le U Sperun) ouvrant sur une belle terrasse, un lieu parfait pour un cocktail avec la vue imprenable sur le golf et l’archipel des Lavezzi. Le chef du U Sperun concocte une agréable cuisine française, corse et bonifacienne. à noter que le golf dispose d’une quarantaine de voiturettes électriques.

• Février 2014 - n°1

› Bonifacio est établie sur un cap dominant la mer.

80


REPéRAGE ❘ 50 personnes • Corse

4 © Frog 974

La plage de la Revelleta est accessible, depuis Calvi, par la route ou par le sentier des Douaniers longeant le littoral. Ce havre de paix se niche au creux d’une jolie crique. On y trouve un agréable restaurant, le Mar a Beach. Le lieu est parfait pour y pratiquer de multiples activités, entre la dégustation de produits corses, les balades en quad, les virées en catamaran, jetski ou kayak de mer.

› La plage de Calvi.

3 questions à ...

5

Jean-Louis Moretti

L’année a été plutôt favorable comparé à 2012, ceci dans un contexte économique difficile, avec à la clé des manifestations de plus en plus courtes, des consultations de plus en plus tardives et des budgets serrés. Les entreprises ont heureusement toujours besoin de recréer du lien et de la cohésion d’équipe. Notre destination joue dans le même temps avec succès la carte de la proximité, d’une nature préservée, d’un climat clément jusqu’au mois de novembre, d’une exigence « d’excellence », d’une optimisation du rapport qualité/ prix. 2014 se présente bien, nous sommes fortement sollicité sur le Mice en ce début d’année.

Quid des atouts de la destination ? Ils sont multiples. L’offre hôtelière s’est beaucoup

améliorée ces dernières années, à la fois en termes de confort et de capacité. Dernier exemple en date, l’achèvement prochain des travaux de rénovation du Sofitel d’Ajaccio. La qualité des sites offrant des lieux de réunion et de galas témoigne aussi du professionnalisme des opérateurs locaux.

Et ses faiblesses ? Nous nous employons à renforcer la desserte de l’île, en nous appuyant également sur les low cost. Le nombre de sièges offerts a ainsi augmenté de 475 000 en 2013. Et il va croître encore fortement en 2014. L’ATC et ses partenaires – dont Air Corsica – entendent lier hausse de l’offre aérienne et extension des périodes d’exploitation des lignes, afin de favoriser le tourisme d’affaires.

© DR

Quel bilan peut-on dresser de l’année 2013 sur le Mice ?

U Casale Santa Catalina, Sisco (Bastia)

L’ancien couvent U Casale Santa Catalina – on l’appelle aussi le manoir de Sainte-Catherine – est situé à Sisco, à 15 km au nord de Bastia. Porte d’entrée du cap Corse, ce lieu est idéal pour accueillir des soirées de gala d’une cinquantaine de personnes. On y profite d’une vue magnifique, du cadre privilégié d’un couvent et d’une tour sarrasine datant des XIVe et XVIe siècles, d’un complet isolement au cœur d’une propriété de 25 ha. à noter que le couvent dispose d’une capacité d’hébergement de vingt personnes. Il se trouve en outre à 5 km du Castel Brando, hôtel 4 étoiles situé dans le petit port d’Erbalunga, un établissement de 45 chambres aménagé dans une demeure de maître du XIXe siècle et ses dépendances. ●

© Sylvain Alessandri

Directeur du pôle Développement & Promotion, Agence du Tourisme de la Corse

Mar a Beach et plage de la Revellata, Calvi

› Le couvent Casale Santa.

• Février 2014 - n°1

82


Corse • 50 personnes

❘ REPéRAGE

3 HÔTELS testés pour vous © upupup.fr

© Francis Vauban

Corse, au regard de son confort, de son style très contemporain, de sa localisation et surtout de sa capacité (170 chambres).

› RADISSON BLU RESORT & SPA - AJACCIO

✶✶✶✶

● Les + de l’établissement : le Radisson est désormais l’établissement phare du tourisme d’affaires en

des groupes importants. Le Santateresa (38 chambres, 4 suites) et le Solemare (3-étoiles, 40 chambres et 4 suites, une salle de réunion pour 20 personnes, un emplacement privilégié face à la marina avec vue sur la citadelle) appartiennent en effet au même propriétaire, Marie Lopez.

© DR

L’hôtel, inauguré en 2012, est situé face à la mer, de l’autre côté de la route du littoral bordant une grande plage calme,

sur la rive sud du golfe d’Ajaccio, à 5 km de la station balnéaire de Porticcio.

› L’hôtel Santateresa,

Bonifacio

✶✶✶

Le Santateresa est aménagé dans une ancienne maison de maître construite à la fin du XIXe siècle. Sa localisation est

● Pour quel type d’opération ? L’hôtel est parfait pour les séminaires et réceptions. Il dispose de sept salles d’une superficie totale de 400 m². Quatre d’entre-elles peuvent se convertir en une grande salle plénière permettant d’accueillir jusqu’à 250 personnes. www.radissonblu.fr/ resort-ajacciobay

exceptionnelle dans la cité génoise, en Haute-Ville, surplombant les falaises. ● Les + de l’établissement : la capacité combinée des hôtels Santateresa et Solemare permet de répondre à des demandes d’hébergement pour

● Pour quel type d’opération ? L’hôtel est situé non loin des Espaces Saint-Jacques et Carrréga accueillant des séminaires (voir l’Ensemble Pisan dans notre Top 5). www.hotel-santateresa.com

40 personnes en configuration classe, 80 en théâtre et 50 en banquet. à l’extérieur, un amphithéâtre accueille des événements tels les « Nuits de La Villa » dédiées à la musique classique.

› La Villa, Calvi

✶✶✶✶✶

La Villa, membre des Relais & Châteaux et du Cercle des Grandes Maisons Corses, est un hôtel de luxe situé sur les hauteurs de Calvi. Cet hôtel élégant

● Les + de l’établissement : sa salle de réunion peut accueillir

● Pour quel type d’opération ? Des réunions de comité de direction, des opérations de prestige, des incentives haut de gamme... L’hôtel voisin La Signoria offre un niveau de prestations aussi élevé, pouvant apporter en complément ses 24 chambres et suites, et cinq « casettas ». www.hotel-lavilla.com

83

Février 2014 - n°1 •

et raffiné dispose de 20 chambres, 23 suites, cinq appartements et quatre villas.


© Beboy

REPéRAGE ❘ 50 personnes • Corse

› Les îles Sanguinaires.

Le debrief de l’agence

Les conseils de TENDANCENOMAD

L

’Unesco pointe elle aussi l’exceptionnelle beauté des paysages corses. Ainsi, le golfe de Porto est inscrit au patrimoine mondial naturel. Les agences proposent de se rendre en zodiac dans la réserve naturelle de Scandola ou dans les calanches de Piana, et d’y prendre l’apéritif au pied des falaises de granite rouge. Le parc marin des Bouches de Bonifacio pourrait être aussi inscrit d’ici peu au patrimoine mondial. Les réceptifs proposent de découvrir cet endroit magique en bateau, dans le cadre d’une virée au pied des célèbres falaises tout en dégustant des langoustes, ou encore lors d’une plongée dans les Lavezzi où les mérous ont élu domicile.

Jean-Philippe Banghala Co-directeur Corse Incentive

« L’offre des agences réceptives Mice et des prestataires s’est beaucoup professionnalisée en Corse ces dernières années. Une orientation d’autant plus nécessaire que les budgets sont plus serrés et la saison plus courte, se concentrant sur les mois de mai à mi-juillet, septembre et octobre. Nous

Ajaccio représente à elle seule 55   % du tourisme d’affaires en Corse. Le choix des lieux où organiser soirées, cocktails et autres dîners de gala est vaste dans la cité de Napoléon et ailleurs dans le golfe d’Ajaccio, entre la belle galerie et la cour du Palais Fesch (récemment rénové), le Lazaret (voir Top 5), la Tour de Turghia ou le Pénitencier de Coti Chiavari.

• Février 2014 - n°1

© DR

84

travaillons par micro-région, Bastia – où nous sommes basé – et le cap Corse, Ajaccio, la Balagne avec Calvi, et enfin l’extrême sud avec Bonifacio et Porto Vecchio. Notre objectif est de faire preuve de toujours plus de créativité, d’originalité, de mixer les activités, notamment le sport et la culture. Nous constatons une forte demande pour les teambuildings, les opérations de cohésion de groupe, les chasses au trésor. La Corse tire profit du retour actuel vers plus d’authenticité et d’« humain  », ainsi que de ses coûts maîtrisés. On peut ainsi proposer, sur un séjour classique de trois jours, une nuit dans un hôtel de charme et une nuit en bivouac. » www.corse-incentive.com


Corse • 50 personnes

❘ REPéRAGE

© DR

© DR

© U Casale Santa Catalin

3 RESTAURANTS testés pour vous

› Domaine de Saparella

› Au Jardin d’A Cheda

› A Siesta Beach

Ajaccio

Bonifacio

L’Île-Rousse

● Pour qui ? C’est une terre du bout du monde, entre mer et maquis, à vingt minutes des hôtels d’Ajaccio par la mer. Cette élégante paillote, aux allures d’ancienne bergerie, convient aux adeptes d’un déjeuner ou d’un dîner au bord de l’eau.

● Pour qui ? Adresse privilégiée destinée aux épicuriens, Au Jardin d’A Cheda, est le restaurant gastronomique d’un petit lodge de charme (A Cheda, 4-étoiles, 18 chambres).

● Pour qui ? Pour les groupes « branchés » désirant allier art de vivre et gastronomie. Ce restaurant décline une excellente cuisine qui peut aussi se déguster sur une plage aménagée, sur des transats ou les pieds dans l’eau.

● Les + : le domaine fait appel aux services d’un traiteur réputé. ● à savoir : un concert de chants corses peut accompagner le dîner. ● Pratique : sa grande plage invite dans le même temps à la pratique des loisirs nautiques. ● Capacité : on peut restaurer au minimum toutes les personnes dormant sur place. A côté du domaine se dresse un bivouac composé d’une trentaine de tentes à usage single ou double ou triple (jusqu’à 130 personnes). Contact via les agences incentives

● Les + : Lionel Lebrun, jeune chef d’origine corse, a travaillé dans des restaurants étoilés sur le continent avant de venir sur l’île de Beauté y concocter une cuisine du terroir de qualité et inventive.

● Les + : le restaurant A Siesta met à l’honneur les produits de saison, la pêche du jour, les langoustes et les homards du vivier.

● à savoir : cette oasis de verdure dispose d’un beau jardin et d’un potager où sont cueillis, entre autres, les aromates utilisés en cuisine par le chef.

● à savoir : un partenariat a été noué avec le tout nouvel établissement 4-étoiles voisin, le E Liberata, lequel n’a pas de restaurant mais dispose d’une salle de réunion (40 personnes).

● Pratique : Au Jardin d’A Cheda est situé à l’entrée de Bonifacio, sur la route du golf de Sperone.

● Pratique : ce restaurant élégant et branché se trouve en bord de plage, au cœur de la ville de L’Île-Rousse

● Capacité : Au Jardin d’A Cheda peut accueillir jusqu’à cinquante personnes. www.acheda-hotel.com

● Capacité : le restaurant peut accueillir jusqu’à 150 personnes. www.a-siesta.com

INFOS PRATIQUES et Figari à Bastia et Ajaccio, et va Aller en Corse : Air France et Air Corsica relient toute l’année Paris opérer aussi la liaison Caen-Ajaccio. (CDG et Orly) et les principales capitales Easyjet, depuis Paris-CDG et Lyon, ouvre Figari en plus de Bastia régionales du continent et Ajaccio. à signaler également les aux quatre aéroports corses, Bastia, liaisons saisonnières de XL Airways Figari Sud (situé à 20 minutes en entre Paris-CDG et Ajaccio, Figari voiture de Bonifacio et 30 minutes et Bastia. Côté maritime, la SNCM, de Porto Vecchio), Ajaccio et Calvi. Des low costs desservent aussi la Corse. La Méridionale et Corsica Ferries relient par voie maritime les six ports de Volotea, au départ de Nantes l’île au continent. et Bordeaux, ajoute cette année Calvi

85

Se renseigner : consultez l’espace Tourisme d’affaires du site de l’Agence du tourisme de la Corse visit-corsisa. com, ainsi que les sites internet des offices de tourisme : • Ajaccio : www.ajaccio-tourisme.com • Porto Vecchio : www.ot-portovecchio.com • Bonifacio : www.bonifacio.fr • Calvi : www.calvi-tourisme.com • Bastia : www.bastia-tourisme.com • l’Île Rousse : www.ot-ile-rousse.fr

Février 2014 - n°1 •


DOSSIER Spécial

Capitales et villes européennes Pleins feux sur les nouvelles adresses Par Blandine fleury

Attractives pour le Mice, en raison principalement de leur accessibilité, les capitales et les grandes villes européennes s’enrichissent de nouveaux lieux d’accueil. De Londres à Berlin et de Paris à Istanbul, sélection des nouveautés.

M

oins loin, moins longtemps. L’injonction actuelle qui somme les agences et les travels managers offre l’opportunité aux capitales et grandes villes européennes de se positionner ou d’affermir leur place sur le Mice avec des arguments de taille : une accessibilité évidente permettant des formats de séjours courts (3 jours/2 nuits) et, bien souvent, un bon rapport qualité/ prix, voire excellent comme à Dublin ou à Lisbonne.

Des destinations en phase avec la conjoncture Dans un contexte tendu et de budget serré, ces destinations répondent, avec des disparités certes, à bon nombre de critères recherchés actuellement par les entreprises pour réunir et motiver. Des villes comme Reykjavik, • Février 2014 - n°1

ou celles d’Europe de l’Est telles Ljubljana ou Zagreb, se placent en force sur le marché, tandis que les classiques Prague, Berlin ou Barcelone confortent encore leur position, la crise favorisant parfois un regain de fidélisation de la part des annonceurs.

La carte de la proximité et de la sécurité Les voisines proches, Zurich, Genève, Bruxelles, Amsterdam et Luxembourg, actives sur le marché, jouent la carte de la proximité et de la sécurité. Enfin, des destinations comme Budapest, concurrencées par Varsovie ou Bratislava, ont gagné leurs galons sur l’échiquier du Mice avec des infrastructures d’excellente qualité et des lieux événementiels à foison. Selon la dernière étude d’American Express Meetings & 86


DOSSIER Spécial

Events, « 2014 Global Meetings Forecast  », Londres reste la destination privilégiée des meetings planners et Paris lui emboîte le pas. Barcelone, Amsterdam et Bruxelles figurent quant à elles dans le Top 5 du classement pour l’Europe. ◗ BARCELONE Le Majestic Hotel & Spa, situé en plein cœur du Paseo de Gracia, vient d’achever un ambitieux projet de rénovation, au terme de trois ans de travaux. Cette institution de l’hôtellerie barcelonaise de luxe, centenaire en 2018, passe ainsi de 303 à 275 chambres. L’espace de

réception occupe une surface de 650 m2 qui peut être divisée en six salles indépendantes. ◗ BERLIN Le nouvel établissement InterCityHotel Hauptbahnhof (412 chambres), à proximité de la gare de Berlin, a été inauguré en novembre dernier. Ce 4-étoiles est équipé de 10 salles de conférence pouvant accueillir 220 personnes. Il offre de multiples services, dont un ticket gratuit de circulation valable dans tous les transports en commun de la ville pour toute la durée du séjour.

© Mapics

© Mapics

©Jo

› Ci-dessous : vue aérienne de Vienne. En haut à droite : la ville de Ljubljana. En bas à droite : le parc Guell à Barcelone.

87

Février 2014 - n°1 •


DOSSIER Spécial

Dublin vu par

Business Tourism & Trade Marketing Executive Tourism Ireland

« Dublin est une petite capitale dépaysante, pas du tout bling bling. On oublie souvent qu’elle est située au bord de la mer et à 45 minutes de la montagne et des lacs. Elle convient très

© White shoes

› Budapest.

© Mapics

Caroline Phelan

bien à des groupes qui souhaitent vivre une demijournée d’activité team building et, en after work, sortir et faire la fête, comme dans le nouveau Ely Gastro Bar au cœur des Docklands. Ce lieu est désormais privatisable pour des événements et des dîners (60 pax). Autre lieu qui devient ultra trendy que l’on peut privatiser : la discothèque qui vient d’ouvrir au sous-sol de l’hôtel Clarence. Nous sortons de la crise et ça bouge sur Dublin ! Pour vous citer quelques exemples : le Marker, un hôtel design et luxe, a ouvert en avril dernier dans le quartier d’affaires de Dublin ; et le Ballsbridge Hotel a inauguré un centre de conférence dont une salle de gala pouvant accueillir 1 000 convives. » ●

› Londres.

Le groupe Accor a signé le contrat de gestion du Concorde Berlin qui prend le nouveau nom de Sofitel Berlin Kurfürstendamm. Deuxième de la marque dans la ville, l’établissement se trouve au cœur de Berlin Ouest, à 10 km de l’aéroport Tegel. Il totalise 311 chambres équipées des fameux MyBeds et 16 espaces de conférence ainsi qu’une grande salle de réception.

© Mapics

◗ BUDAPEST MGallery, la chaîne tendance et haut de gamme du groupe Accor, s’est implantée dans la capitale hongroise dans un édifice historique réhabilité. L’hôtel Nemzeti (80 chambres), un boutique-hôtel prisé par la clientèle affaires indivi-

› Dublin. • Février 2014 - n°1

88

duelle, joue un rôle actif sur la scène culturelle de la ville. ◗ ISTANBUL Hilton a ouvert le plus grand hôtel d’Istanbul, à 3 km de la place Taksim et à 21 km de l’aéroport international Ataturk. Le Hilton Bomonti Hôtel & Conference Center comprend 829 chambres et suites réparties sur 34 étages offrant de belles vues sur le Bosphore. Il comprend 12 000 m2 d’espaces événementiels dont la plus grande salle de bal (sans piliers) de la ville et, par ailleurs, un gigantesque espace consacré au bien-être. ◗ LJUBLJANA Le groupe Starwood fera ses grands débuts en Slo-


© photo : Fred Jonny Hammerø/Møre og Romsdal fylke

Norvège

Mettez de l’énergie dans vos projets d’affaires Besoin de stimulation, de réflexion ou de détente ? Avec sa nature sauvage et vivifiante, son sens de l’accueil et son authenticité, la Norvège saura répondre avec professionnalisme à toutes vos attentes en matière de tourisme d’affaires. Pour en savoir plus, contactez Anne Lisbet Tollånes de l’Office National du Tourisme de Norvège par mail à antol@innovationnorway.no ou tél. : 01 53 23 00 57, Norway Convention Bureau à post@NorwayConventionBureau.no ou consultez le site www.visitnorway.com/meetings

© photo : CH/www.visitnorway.com

© photo : CH/www.visitnorway.com


DOSSIER Spécial

marque Edition (créée par Ian Schrager en collaboration avec le groupe hôtelier Marriott) a ouvert ses portes fin 2013. Le London Edition, élégant bâtiment géorgien, abrite 173 chambres évoquant les luxueuses cabines d’un yacht. Une suite penthouse de 195 m2 offre une vue à 360° sur Londres. En plus des deux espaces de réunion et de la salle de restaurant privée, une « Punch Room » accueille les petits comités dans un décor de bibliothèque de manoir.

› Oslo.

 Norvège :

meetings à Oslo

S

ous ses allures de petite cité tranquille, la capitale des Vikings n’en demeure pas moins une destination Mice attrayante dotée d’équipements performants. Concernant son infrastructure hôtelière, elle recense une trentaine d’établissements (de 50 à 673 chambres) adaptés pour recevoir des séminaires. Cette capacité permet à la ville de recevoir des congrès de plus de 1 000 participants. Lesquels sont généralement accueillis par les deux gros porteurs : le Radisson Blu Plaza (676 chambres, 30 salles de réunion, jusqu’à 1 000 personnes) et le Radisson Blue Scandinavian Hotel (18 salles modulables dont une vaste pouvant accueillir 750 convives). Vénérable institution norvégienne, le Grand Hotel, inauguré en 1874 en plein centre-ville et cadre annuel du banquet du Prix Nobel de la Paix, peut accueillir, quant à lui, 400 personnes en conférence ou banquet.

◗ LONDRES Un hôtel Rosewood situé au cœur du quartier historique de Londres vient d’enrichir l’offre Mice de la capitale britannique. Implanté dans un bâtiment de style Belle Époque, le nouvel hôtel de luxe aux allures de manoir privé, compte 262 chambres et 44 suites, de nombreux restaurants et bars, un spa, et pas moins de 11 salles de réunion. À deux pas de la célèbre Oxford Street, dans l’élégant quartier de Fitzrovia, le second hôtel de la

◗ MADRID L’enseigne Inside by Melia vient de reprendre l’hôtel historique Suecia. Ce boutique-hôtel (127 chambres) rénové, au cœur de la capitale, dispose d’espaces polyvalents pour les réunions et événements jusqu’à 200 personnes.

© Kasto

© Arne JW Kolstoe

vénie en juin prochain, avec l‘inauguration de l’hôtel Four Points by Sheraton Ljubljana Mons : un établissement de 114 chambres, à mi-chemin entre le centreville et l’aéroport de la capitale slovène. Il sera doté de 850 m² d’espaces meetings et events.

› Madrid. • Février 2014 - n°1

90

◗ MILAN Le premier Moxy Hotel ouvrira ses portes dans l’enceinte de l’aéroport de Milan Malpensa au cours du premier trimestre 2014. Cette marque high tech et design lancée par Marriott et Ikéa compte atteindre la barre des 150 hôtels en Europe d’ici 10 ans. ◗ VIENNE Le premier Park Hyatt de Vienne (143 chambres), installé dans un bâtiment historique du quartier chic Innere Stadt, ouvrira en juin 2014. Il possède un centre de conférence de 640 m2. Le plus haut gratte-ciel d’Autriche, la tour Donau City, conçue par Dominique Perrault, est le nouveau siège de l’hôtel Melia Vienna. L’hôtel, stratégiquement situé face au centre de congrès Austria Center, propose 253 chambres spacieuses offrant une vue spectaculaire sur le Danube et la ville. Il dispose de plus de 1 000 m² d’espace événementiel modulable, dont une grande salle de bal et 8 petites salles de réunion. ◗ ZURICH Le groupe américain Starwood Hotels and Resorts Worldwide vient d’inaugurer un hôtel situé dans le quartier de Zurich Ouest, à 20 minutes en voiture de l’aéroport international. Le Sheraton Zurich Hotel compte 197 chambres et suites offrant une superficie d’au moins 31 m2 et dotées d’équipements audiovisuels dernier cri. L’établissement cible particulièrement le marché Mice avec 630 m2 d’espaces événementiels modulables dédiés à l’organisation de réunions, séminaires, congrès ou banquets pouvant accueillir de 8 à 240 personnes. ●


DOSSIER Spécial

Bertrand Caillard Directeur Meeting Europe Centrale

Votre agence est représentée dans plusieurs villes européennes. Quelles sont les mieux positionnées sur le créneau du Mice et pour quelles raisons ? Nous couvrons l’Autriche, la Slovaquie, la Hongrie et la République tchèque. Sur ces destinations, les villes les mieux positionnées sur le Mice sont incontestablement Prague, Vienne et Bratislava en raison essentiellement d’une facilité d’accès aérien. Sur Prague, par exemple, il existe des vols quotidiens depuis Paris, Lyon, Strasbourg, Nice, Mulhouse et Nantes en été. Budapest, moins bien desservie, n’en reste pas moins une ville majeure sur ce segment. Sur Prague, par exemple, qui est bien impliquée sur le Mice, quelles sont les dernières nouveautés en termes d’infrastructures ? Le boutique-hôtel Emblem, ouvert il y a cinq mois et • Février 2014 - n°1

Accor développe son offre « City Break » en Europe

doté d’espaces séminaires, peut être entièrement privatisé. Au cœur de Prague, cet établissement 5-étoiles, qui met à disposition un service de location de limousine/berline de luxe, dispose de 59 chambres et d’un spa. En 2015, un Ritz Carlton de 170 chambres et un Sofitel de 240 chambres devraient enrichir encore l’offre hôtelière. Un nouveau lieu événementiel a ouvert ses portes dans le Karlin, le quartier bobo et branché de la capitale. On peut y organiser aussi bien des réunions que des soirées thématiques. Le 15 avril prochain est prévue l’ouverture du musée Grévin où il sera possible d’organiser des cocktails. Par ailleurs, la ville offre les transports en commun pour les groupes de plus de 400 participants, ce qui permet de limiter les coûts des opérations événementielles, quelles qu’elles soient. Elle sponsorise, en outre, depuis début 2014, le cocktail du premier soir pour les groupes Mice.

Sur la seule année 2013, le groupe hôtelier a inauguré plus d’une trentaine d’hôtels au cœur des grandes villes européennes afin de répondre à la demande existante sur le segment des séjours de courte durée. Un segment qui englobe, en tout premier lieu, la clientèle Mice. Plusieurs ouvertures importantes ont ainsi été réalisées sur la période, concernant toutes les enseignes et gammes du groupe. L’offre comprend notamment le Sofitel Paris Arc de Triomphe (124 chambres), l’hôtel Carlton de Lyon de la Collection MGallery (80 chambres), le Novotel Lugano Paradiso (96 chambres), le Mercure Warszawa Centrum (338 chambres), l’Adagio Liverpool City Center (126 appartements), ou encore l’Ibis Genève Centre Natlons (216 chambres).

◗ Pullman Brussels Midi Le premier Pullman inauguré en Belgique en octobre dernier entre dans la catégorie des adresses « City Break ». Situé au cœur de la gare du Midi, il permet aux business travellers, qu’ils voyagent en Eurostar, Thalys ou TGV, de poser leurs valises quelques minutes à peine après leur descente du train. Le nouvel établissement abrite 237 chambres et propose 1 000 m² d’espace modulable pour les réunions dont deux salles étonnantes, avec vue panoramique sur l’arrivée des trains  ! Dotées des dernières technologies et entièrement modulables, elles peuvent accueillir jusqu’à 360 personnes en disposition théâtre. Un espace Pullman Chill-Out Space a été installé afin que les participants puissent se détendre entre deux événements. ●

En tant que DMC, quid de vos nouveaux produits incentives particulièrement attractifs pour les entreprises françaises ? Nous avons créé un programme spécial qui allie trois destinations en 48 heures - Vienne, Bratislava et la campagne hongroise - et qui remporte un énorme succès auprès des entreprises françaises (qui représente 90  % de notre clientèle). Ce produit peut se décliner en version séminaire ou incentive ou combiner les deux. ●

© DR

© DR

Questions

› Le premier Pullman inauguré en Belgique en octobre dernier entre dans la catégorie des adresses « City Break ». 92


Wallonie Bruxelles

© dinnerinthesky.com

www.belgique-tourisme.fr

À la hauteur de vos évènements !


DOSSIER Spécial

Evénements à Paris :

Sylviane Girardo Directrice Sagarmatha Paris

◗ Le Paris Event Center, Porte de la Villette à Paris, est un nouveau lieu événementiel dans Paris intra-muros. Lieu de grande liberté, il offre trois grandes halles (8 050 m², 6 000 m² et 4 500 m²) et quelques espaces annexes. Ces trois halles sont divisibles et peuvent ne faire qu’un seul et même vaste espace s’adaptant ainsi à tous les projets  : lancements de produits, congrès, salons, séminaires, réceptions.

◗ Le Badaboum Le Badaboum a ouvert ses portes rue des Taillandiers (XIe) à l’endroit où se trouvait la Scène Bastille. Le lieu propose sur une thématique industrielle 600 m² répartis en trois espaces indépendants : Club Live, Cocktail Bar et Secret Room. S’il est principalement dévolu à la musique électro et à la mixologie des cocktails, il peut aussi être privatisé pour des événements d’entreprise (de 50 à 400 personnes).

© Dominique Pourrias

« Marseille, capitale de la Culture en 2013, a changé

trois « places to be »

de visage et a modernisé et renouvelé toutes ses infrastructures. La ville offre désormais un panel de lieux tendance, atypiques, modernes et ouverts sur la mer : la Villa Méditerranée, le MuCEM, le nouvel Intercontinental fraîchement rénové, mais également l’étonnante Friche de la Belle de Mai ou le Silo, pour des soirées décalées et des événements très personnalisés. Marseille deviendra vraisemblablement l’alternative France incontournable pour les événements et incentives. » ●

© DR

© DR

Marseille vue par

◗ L’OpenMind Kfé : ce lieu de réunions et d’échanges ouvert en octobre dernier dans la cour d’un immeuble cossu du VIIIe arrondissement comblera les amateurs de site décalé. Dans cet « espace dédié aux réunions collaboratives efficaces et positives, plus innovant, plus dans l’air du temps et plus apprécié par les managers », selon son PDG Xavier Ginoux, on peut écrire sur les murs, se servir dans le frigo, cuisiner et discuter affaires dans un univers « décadrant et adapté ».

© DR

© Dominique Pourrias

› Le MuCEM de Rudy Ricciotti (musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée).

› Le Vieux-Port, une ambiance comme nulle part ailleurs.

• Février 2014 - n°1

94


INCENTIVE SPIRIT Votre expert DMC au Royaume-Uni

Nos clients apprécient notre créativité, notre flexibilité et nos budgets bien équilibrés. Bienvenue dans le cercle privilégié du succès. Incentive SPIRIT (E-voyages Ltd) Jubilee House, Merrion Avenue Stanmore (Londres) HA74RY ROYAUME UNI Offices in London, Paris, Lille, Edinburgh, Montreal +44 (0) 208 420 6630 info@incentive-spirit.co.uk www.incentive-spirit.co.uk


le debrief

Le 57 Congrès e

de l’UIA à Macao Par Eric Bonnet

1 000 avocats de 80 pays se sont réunis à Macao du 31 octobre au 4 novembre 2013 à l’occasion du congrès annuel de l’Union Internationale des Avocats (UIA).

Le commanditaire : ›› L’UIA Secteur : services juridiques Envergure : internationale Créée en 1927, plus ancienne association professionnelle internationale d’avocats, l’Union Internationale des Avocats représente près de 2 millions d’avocats répartis dans plus de 110 pays.

La cible : L’UIA regroupe plusieurs milliers d’avocats membres individuels, ainsi que plus de 200 barreaux, fédérations et associations, membres collectifs.

L’objectif : Congrès annuel accueillant des avocats venus du monde entier pour échanger autour de leur pratique professionnelle et de thèmes d’actualité. • Février 2014 - n°1

Déroulement ◗ Transport Macao est située à 60 km de Hong Kong et 110 km de Canton, et l’aéroport international de Hong Kong n’est qu’à seulement 50 minutes de l’île en ferry. Le « plus » : les deux compagnies locales (Turbo Jet et Cotai Jet) offrent la possibilité, au retour, d’enregistrer ses bagages dès le Macau Ferry Terminal.

fessionnelle et de thèmes d’actualité. Le networking y bat évidemment son plein.

◗ Lieux insolites Ils font souvent la réussite d’un congrès. Prestige oblige, la soirée d’ouverture s’est déroulée au Venetian Hotel. L’opportunité de faire découvrir aux

◗ Circuit Outre les traditionnelles extensions à la carte pré et post congrès, l’UIA proposait aux congressistes une excursion à Hong Kong  : visite architecturale  de la ville, du quartier de Central, de la ville portuaire d’Aberdeen, du couvent de Chi Lin avec ses bassins couverts de lotus et ses statues en or…

◗ Hébergement Le choix s’est porté sur le Conrad pour sa qualité de services et ses salles de réunion. Le Venetian n’a pas été retenu : surdimensionné, pas suffisamment typé tourisme d’affaires car conçu autour de son casino.

originalité ◗ Concept Pour les congressistes : rencontrer et échanger autour de leur pratique pro96

› L’hôtel Conrad.


le debrief

› Tribune de la cérémonie officielle d’ouverture.

L’avis du chef de projet

› Dîner de gala.

congressistes cette réplique du fameux hôtel de Las Vegas, ses canaux vénitiens et ses jardins. Pour la soirée informelle du deuxième jour, cap sur la tour de Macao, sa grande terrasse de nuit et son feu d’artifice sur la baie. Quant au dîner de gala, il s’est déroulé au Grand Lisboa, un hôtel mythique un peu rétro, avec un banquet de gala à la chinoise, un choix plus original qu’un dîner dans le Ballroom du MGM ou du Wynn.

◗ Activités Insolites A Macao, « enfer du jeu  », le visiteur, même préparé, ne peut qu’avoir le souffle coupé par le gigantisme des casinos de l’île dont l’activité jeux pèse 5 fois celle de Las Vegas. Sinon, activité plus insolite  encore pour les congressistes en manque de sensations fortes : le sky diving ou le sky walking en haut de la Tour de Macao…

◗ Mode d’organisation L’équipe de l’UIA (une dizaine de personnes dédiées) a préparé le congrès de Macao en partenariat avec l’agence Destination Plus (Paris) pour la logistique (transport et hébergement) et a fait appel au plan local à l’agence Prime Marketing (cf ci-contre).

RETOUR SUR INVESTISSEMENT Le congrès de Macao répondait à une volonté de l’UIA de renforcer sa présence en Asie. Essai transformé si l’on en juge par le fort contingent d’avocats chinois présents. Rendez-vous fin octobre 2014 à Florence pour le 58econgrès ! ●

L’agence Prime Marketing & Promotion Service • Date de Création : 1992 • Particularités : basée à Macao, cette agence événementielle a su se rendre incontournable dans le domaine du Mice au plan local (où elle fait figure de leader) mais également régional  (elle est aussi implantée à Pékin). • Références : départements d’état, multinationales et organisations internationales, qui apprécient tout particulièrement son approche stratégique, sa capacité créatrice et la force de ses réseaux. www.primemps.com 97

 Sabine David

Coordinatrice événements-Congrès de l’UIA

«

Le groupe Sands offre sur place une capacité hôtelière impressionnante avec le Conrad, le Sheraton, l’Holiday Inn... Or, nous avons besoin de « gros porteurs » en termes de chambres et de salles de réunion, même s’il nous faut aussi des hôtels de catégorie intermédiaire pour proposer une gamme de prix différents aux congressistes. Le lobbying est intense car la concurrence, particulièrement entre les grands groupes hôteliers, est rude. Et même si au plan culturel, les choses n’ont pas toujours été évidentes, et les négociations souvent lentes et âpres, à l’arrivée, nous avons rencontré une qualité de services inégalable... à mes yeux la meilleure jamais rencontrée dans un hôtel de congrès. 

»

Février 2014 - n°1 •


TRIBUNE LIBRE

Destinations, racontez-nous plus d’histoires !

P

Philippe MUGNIER Président d’ATTRACT

• Février 2014 - n°1

armi les industries qui racontent des histoires, le tourisme est sur le podium des champions. Les professionnels vendent depuis des décennies des charters entiers de « Destinations de rêves », sublimes « Best kept secrets » et autres «  Trésors cachés » pourtant bien connus ou encore de merveilleux «  Paradis  » sur terre «  Where to be  ». Ils comptent ainsi parmi les Maitres du storytelling de pays «  bisounours  ». Ne nous racontons pas d’histoires, derrière celles-ci se cachent aussi lagons massacrés, esclavage moderne et démocratie d’opérette. Mais n’est-il pas le propre d’un certain storytelling  que d’embellir en cachant, de séduire en exagérant ? Aussi, puisque la valeur des vacances tient souvent à la vacance des valeurs, les nouveaux « patronages » du tourisme éthico-solidaro-durable restent encore loin de gonfler le chiffre d’affaires de l’industrie des voyages. La machine à (se) raconter des histoires se poursuit alors de plus belle, amplifiée sur le digital. Elle n’est donc pas encore née l’agence de notation tourisme qui parviendrait à irriguer les hordes de voyageurs vers les destinations AAA championnes de la Responsabilité Sociale et Environnementale. Les clients  d’agences ne gobent plus les histoires de contrées paradisiaques, même chez Mickey. Ils murissent parfois leur choix de destination autant devant 98

« Entre

professionnels, arrêtons de nous raconter des histoires, inventons-en d’autres !

»

les écrans de BFM et à la lecture de Courrier International qu’à l’argumentaire powerpoint des agences. Alors pourquoi ne pas leur livrer d’emblée une vérité plus complète et complexe ? Dès lors, d’autres histoires pleines de sens restent à raconter. A un brief de projet d’incentive faisant écho à des problématiques managériales, le Bhutan sera le plus merveilleux des prétextes pour donner à réfléchir sur des histoires de bonheur, la nation «  Arc en Ciel  » sur la gestion des diversités, le Costa Rica sur le respect de l’environnement, les Emirats sur les enjeux de globalisation, la Tunisie et l’Egypte sur la gestion des bouillonnements internes, le Qatar sur la RSE…au sein de l’entreprise ! Les arguments sur la qualité des plages, plans de vols, marque de Champagne et m² de salles de réunions n’en gagneront alors que plus de saveur. En respectant davantage l’intelligence de leurs clients, les marqueteurs de destinations s’affranchiront plus aisément d’un storytelling trop convenu sur les édens chimériques. Entre pros, arrêtons de nous raconter des histoires, inventons-en d’autres ! ●


TendanceNomad #1  

Le seul magazine mensuel à apporter un regard nouveau sur les tendances et stratégies des métiers de la mobilité : Tourisme d’Affaires, Voya...

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you