Issuu on Google+

PalaiS DES SPOrTS

POLITIQUE

“Je n’exclus pas mon retour” Pierre albertini, ancien maire de rouen de 2001 à 2008

N° 4 - 17 avril 2011

Page2

PagE 3

Il sera splendide

SaNTE Les sangsues vous veulent du bien HOCKEY Invincibles Dragons ! SOrTiES Le nouveau Yann Tiersen au 106

PagE 6

PagE 11

PagE 17

Etudiants

Le boom du logement ! Construction de nouvelles résidences (notre photo), modernisation des anciennes : Rouen chouchoute ses 40 000 étudiants. PagE 4


N° 4 - 7 avril 2011

Les temps forts de la semaine 15, Place de la Haute Vieille Tour - 76000 Rouen Tél. 02.35.98.28.25 Fax : 02.35.98.28.62

Web Radio - Le journal de Rouen - www.tendanceouestrouen.com

Directeur de la publication : Benoit LECLERC Directeur délégué : François GILLOT Tirage : 45 000 exemplaires. Journal édité par la société Tendance Ouest, quai Joseph Leclerc-Hardy 50000 Saint-Lô Publicité : Nord Ouest Communication, tendancecaen@nordouestcommunication.com Impression : Centre d’Impression de Presse de l’Ouest quai Joseph Leclerc-Hardy - BP 20803 - 50958 Saint-Lô Cedex 9 Reproduction interdite de tout article, illustration, publicité sauf accord écrit du journal.

✔✔ Nature Samedi 9 avril, semaine du développement durable : visite du patrimoine végétal du Square Verdrel de Rouen. Tél. 02 35 08 88 75.

✔✔ Concours Finale régionale des Timbrés de l’Orthographe, avec Philippe Delerm, samedi 9 avril dès 14 h à la faculté de droit de Rouen.

✔✔ Foire La Foire internationale de Rouen, au parc des expositions, ferme ses portes dimanche 10 avril. Encore un week-end pour en profiter.

✔✔ Basket Championnat de France de Pro B,

✔✔ Exposition Vendredi 8 avril, ouverture

✔✔ Concert Bernard Lavilliers, la voix incon-

de l’exposition “Deux photographes, un territoire”, à la Fabrique des Savoirs, à Elbeuf.

AU COURRIER

SPO Rouen - Clermont, au gymnase des Cotonniers, samedi 9 avril à 20 h.

tournable de “Stand The Ghetto”, se produit au Zénith de Rouen, mardi 12 avril à 20 h 30.

EXPLIQUEZ-VOUS

“Trottoirs crottoirs”

IL PUBLIE UN LIVRE Pierre Albertini, maire de Rouen de 2001 à 2008

“On m’a raconté que le sujet des crottes de chiens avait été évoqué lors du dernier conseil municipal. Il y a quelque temps, des amis de passage me faisaient justement part de leur surprise devant l’état des trottoirs dans le centre ville. Comment admirer en toute tranquilité les beautés architecturales de notre ville lorsqu’il faut constamment surveiller le sol pour éviter les crottes ? Impossible !” G. Desplanques

“Bravo à nos Dragons !”

“S’il y a bien un domaine dans lequel Rouen excelle, c’est le hockey ! Encore une fois, nos Dragons ne nous ont pas déçus en survolant la Ligue Magnus et en décrochant ce nouveau titre de champion de France. Espérons, qu’un jour, la ville possède aussi, comme Caen ou Le Havre, un club de football en Ligue 2 ou un Ligue 1... car derrière le hockey, c’est un peu le désert ur les podiums. Rouen mériterait plus de clubs sportifs de très haut niveau”. L. Jarcin

■✔ Vous aussi, vous souhaitez vous exprimer ? Ecrivez-nous à Tendance Ouest Rouen, 15, place de la Haute Vieille Tour - 76000 Rouen, ou à redactionrouen@tendanceouest.com

Abonnez-vous à Vous souhaitez recevoir votre journal à votre domicile porté par votre facteur ? Il vous suffit de nous faire parvenir votre nom et votre adresse accompagnés de votre réglement, 58 € pour un an à : Tendance Ouest Rouen,

15, place de la Haute Vieille Tour - 76 000 Rouen - Tél 02.35.98.28.25

”Rouen est en compétition” Alors qu’il vient de publier “La France est-elle gouvernable ?”, son dernier essai, l’ancien maire de Rouen n’exclut pas un retour en politique. Sous conditions... ■✔ Dans votre dernier essai, vous essayez de comprendre pourquoi la France est en “dépression”. Quelle est votre analyse ? “Depuis la fin du XIXe siècle, la France oscille entre tonus et phases dépressives. Après les Trente Glorieuses, dans les années 1980, elle s’est mise à douter. Selon moi, cette phase dépressive, dans laquelle nous nous trouvons toujours, trouve ses causes profondes dans le rapport à l’éducation. L’école ne remplit plus sa fonction de socialisation et de diffusion du savoir et de la citoyenneté. Elle patine depuis les années 1990, les enquêtes internationales le montrent.” ■✔ C o m m e n t d e vraient agir les dirigeants politiques pour redonner confiance aux Français ? “En réaffirmant le socle de la cohésion sociale : éducation, justice et solidarité ! Nicolas Sarkozy a déçu après 2007 et s’est contenté d’une politique de mesurettes. Il faut

NOS dIFFUSEURS

N Musique, infos sur votre web-radio

on loin de la place Saint-Marc, place Auguste Houzeau, Normandie Médical Service distribue Tendance Ouest. Le magasin vend du consommable et du matériel médical et participe également à l’aide au maintien à domicile en louant par exemple des lits médicalisés ou encore des fauteuils roulants. Les trois employés ont à coeur d’adapter leurs propositions aux besoins de chacun. Le magasin est ouvert du lundi au vendredi de 9h à 12h et de 14h à 18h.

■✔ Auteur de “La France est-elle gouvernable ?” (L’Harmattan), Pierre Albertini sort de son silence.

redonner la priorité à la jeunesse”. ■✔ Ce désarroi de la population existe-t-il aussi vis-à-vis des élus locaux ? “Oui, mais il n’est pas autant puissant. Les élus locaux ont dans leurs mains un pouvoir limité, mais aux actions très visibles. S’ils mettent en valeur leur territoire, leur ville, ils peuvent créer les conditions d’un nouvel élan. Il faut se concentrer absolument sur ce point, car les villes, comme Rouen, sont en compétition. L’élu local qui ne se consacre pas pleinement à la valorisation de sa ville manque pleinement à sa tâche. C’est exaltant et

difficile”. ■✔ L ’ é q u i p e m u n i cipale actuelle arrive à mi-mandat. Comment jugez-vous ces trois ans de pouvoir à la tête de Rouen ? “Jusqu’à présent, je me suis refusé d’intervenir, préférant rester silencieux après ma défaite, en 2008. Il fallait laisser sa chance à la nouvelle équipe. Aujourd’hui, le grief principal que je lui fais est qu’elle n’a pas assez pris conscience de l’importance du besoin de dynamiser l’image de Rouen. Je ne vois pas l’ambition dans sa politique. Je ne vois pas non plus l’ambition dans les

rapports qu’elle entretient avec la communauté d’agglomération. La Ville ne peut pas être à la remorque de la Crea, ni s’inscrire dans une rivalité”. ■✔ Pensez-vous vous réengager en politique ? “Actuellement, je ne suis nulle part politiquement. Mais si je trouve une femme ou un homme politique me donnant envie de m’engager à nouveau, je le ferais. Au niveau national, je pourrais m’engager pour trois personnalités : François Bayrou, que j’ai soutenu en 2007, Martine Aubry, si elle arrive à sortir des alliances qui la rendent prisonnière, et, surtout François Hollande, sûrement le plus sérieux de tous”.

■✔ Une vie, six dates 1944 : naissance en Algérie 1980 : élu maire de MontSaint-Aignan 1993 : élu député de Seine-Maritime 2001 : élu maire (UDF) de Rouen 2008 : battu aux élections municipales par Valérie Fourneyron 2008 : crée l’Université populaire de Rouen

Normandie Médical Service

■✔ Le force de Normandie Médical Service : disponibilité, réactivité et écoute.


N° 4 - 7 avril 2011

3

Le palais où les sports seront rois

La vitrine du haut niveau Le souhait des élus de la Crea est largement exaucé : le Palais des Sports représentera une surface utile de 14 000m2. Le plateau de la grande salle occupera à lui seul 1 800m2, sans compter les 2 300m2 de gradins fixes et mobiles qui

lui donneront une capacité d’accueil de 3 500 à 6 000 places ! On y trouvera également un gymnase de 850 places, une salle d’activité et d’échauffement, une salle de musculation ainsi que 1 500m2 de salons de réception. Un projet d’envergure qui se chiffre à 65 millions d’euros, comprenant le coût de l’opération et l’achat du foncier. Le bâtiment sera labellisé Très Haute Performance Energétique (THPE). Deux pompes à chaleur permettront de chauffer l’hiver et climatiser l’été, et les 30 m2 de capteurs solaires couvriront 50% des besoins en eau chaude. Si cet équipement de la Crea permettra à la ville de Rouen de se positionner comme ville d’accueil de compétitions d’envergure nationale et internationale, il n’en restera pas moins ouvert aux étudiants ou aux scolaires. “Nous souhaitons que le Palais des Sports vive et qu’il soit occupé.”

Vue : Cabinet Dominique Perrault Architecte

L

e chantier, à deux pas des Docks 76 et au coeur du quartier de Luciline, est une véritable ruche : 95 ouvriers travaillent à la réalisation du futur Palais des Sports. “Nous voulions une salle qui puisse accueillir de grands tournois, ainsi qu’une plus petite permettant aux sportifs de s’échauffer”, explique Régis Zaknoun, vice-président de la communauté d’agglomération (Crea), chargé du dynamisme local. Le projet n’est pas nouveau : on en parlait déjà il y a dix ans. Il sort maintenant de terre sous la houlette de l’architecte Dominique Perrault, reconnu au niveau national et international.

■■ Le futur splendide palais des sports, dont les travaux ont débuté en mars 2010, devrait être inauguré en septembre 2012.


4

N° 4 - 7 avril 2011

NEWS

Le logement étudiant en plein boom Répartition

 Près de la  moitié des étudiants ont un besoin  de logement. 40 % d’entre eux sont  logés dans le parc privé et 10  % par  le Crous.

A Rouen

 A la rentrée prochaine, la ville comptera six résidences Crous : Herbouville, Jardins  Saint-Paul, La Varende, Charpak,  Gilles de Gennes et Barbet.

Hors Rouen Le Crous

gère six autres résidences universitaires dans l’agglomération : quatre à  Mont-Saint-Aignan et deux à SaintEtienne-du-Rouvray.

Crous

 Les Centres régionaux des  oeuvres universitaires ont été créés en  1955 et sont des services publics de  l’Etat. Ils gèrent le logement, la restauration et les bourses étudiantes.

E

n septembre prochain, deux résidences étudiantes flambant neuves ouvriront leurs portes à Rouen : la résidence Gilles de Gennes, avenue du Mont-Riboudet, et la résidence Barbet, rue des Forgettes. Comptant respectivement 114 et 81 studios de 19 m2, ces deux nouvelles venues mettent en lumière le renouveau du logement étudiant dans l’agglomération rouennaise. Et il était temps...

Migration vers le centre “A la fin des années 1990, la réorganisation de l’enseignement secondaire sur Rouen a profondément modifié le paysage estudiantin”, explique Jean-Claude Esquirol, directeur du Crous de HauteNormandie, structure publique qui a en charge, entre autres, la question du logement social étudiant. Après le départ de la faculté de droit vers la Préfecture, en 2000, le pôle de MontSaint-Aignan a ainsi perdu près de 10 000 étudiants, tandis que le Madrillet se constituait en technopôle. Ces “migrations” d’étudiants ont eu un impact logique sur la demande de logement. Brutalement, le centre-ville s’est alors retrouvé très demandé, “alors qu’il n’y avait jusqu’alors qu’une seule résidence, les Jardins Saint-Paul, de 95 places”. Effet inverse : le site de Mont-Saint-Aignan, disposant de la plus importante offre de logements du Crous (2 500 environ), n’arrivait plus à faire le

■■ La résidence universitaire Panorama, sur le site de l’université de Rouen, à Mont-Saint-Aignan, a subi de profonds travaux de réhabilitation. Dans sa nouvelle version, les studettes et les studios remplacent les minuscules chambres de 9 m2.

plein. Il aura donc fallu près de dix années pour que les institutions réagissent, sous l’impulsion de Jean-Claude Esquirol. En septembre dernier, l’ouverture de la résidence Charpak - 150 logements partagés entre le Crous et l’Institut national de la boulangerie -pâtisserie -, située sur le boulevard de l’Europe, a marqué la première

étape d’un vaste programme incluant Gilles de Gennes et Barbet (lire plus haut), ainsi que deux futures réalisations dont l’ouverture est prévue pour 2013 : la résidence Gambetta, près du CHU et de la faculté de médecine, et la résidence Malibran, en face de la maison d’arrêt. Dans ces résidences “nouvelle génération”, les

chambres exigües sans toilette ni douche privative ne sont qu’un mauvais souvenir. Désormais, les studios mesurent 18 m2 minimum et sont plus confortables. Le Crous en a aussi profité pour moderniser ses vieilles résidences. Ainsi, à MontSaint-Aignan, la résidence “Panorama” sort tout juste d’un immense programme de réhabilitation de 16 mil-

lions d’euros et qui aura duré plus de cinq ans. “Nous avons tout modernisé et recréé, à partir des 750 chambres existantes, 500 studettes”, détaille le patron du Crous régional. Avec, sur les hauteurs de Mont-Saint-Aignan, des taux d’occupation inférieurs à ceux enregistrés dans le reste de l’agglomération (81 % contre 91 %), le

Crous a ainsi opté pour une diminution du nombre total de logements au profit du confort. Une trentaine d’appartements ont également été repensés pour loger des couples. Généralement, un étudiant pouvant bénéficier d’un logement du Crous débourse de 300 à 350 € par mois pour un studio de 18 m2. Thomas Blachère

L’agglomération aux 40 000 étudiants

S

Depuis dix ans, le paysage universitaire rouennais a bien changé. Aujourd’hui, l’université est présente sur quatre sites. A Mont-SaintAignan, étudient environ 12 000 étudiants en sciences des sports (STAPS), sociologie, psychologie et sciences de l’éducation, lettres et

Photo LC - Université de Rouen

Retrouvez tous nos articles et nos dossiers sur notre site

ur les 40 000 étudiants présents dans l’agglomération rouennaise, 24 351 sont inscrits à l’université de Rouen, le reste se répartissant dans les écoles privées et les instituts publics.

■■ Le site de Mont-Saint-Aignan accueille 12 000 étudiants.

sciences humaines, chimie et bio. Sur le site de Pasteur, près de la Préfecture, on y enseigne le droit, l’économie et la gestion. A Martainville, à côté du CHU, se regroupent les étudiants en médecine et en pharmacie. Enfin, au Madrillet, le Technopôle accueille les sciences et techniques et quelques laboratoires de grande envergure. Au total, l’université de Rouen dispense 348 formations différentes. Chaque année, près de 4 300 bacheliers rejoignent ses rangs.


N° 4 - 7 avril 2011

5

NEWS

Photo Bat’illustre

Le quartier Lombardie en voie de réaménagement

●■ CANTONALES Un recours en annulation Seulement un peu plus de 300 voix lui a fait perdre l’élection au Conseil général au profit de la socialiste Christine Rambaud, dans le canton de Rouen 5. JeanFrançois Bures, candidat de l’UMP, a déposé un recours en annulation du scrutin, estimant que le courrier, envoyé entre les deux tours aux locataires de Rouen Habitat par Yvon Robert, maire-adjoint chargé du logement, leur promettant une baisse de leur facture de chauffage, était de nature à influencer ces derniers.

●■ LyONNAISE dES EAUx Nouveau directeur Jean-Christophe Famel, 43 ans, ingénieur ENSI, a été nommé directeur du Centre régional Normandie Lyonnaise des Eaux, Suez Environnement, dont le siège est situé à Maromme.

●■ CANCER des tulipes contre le fléau Les Lions Clubs de la zone de Rouen invitent les volontaires, du 7 avril au 1er mai, à s’associer à leur action en les aidant à préparer les bouquets sur leur champ de tulipes de Boos, les vendre avec eux ou les acheter sur le champ ou dans les hypermarchés. Infos sur www. lions103dnie.org

Un plan d’aménagement des espaces publics a été lancé en novembre dernier sur le quartier Lombardie. Le projet prévoit dans un premier temps la création d’une nouvelle voie d’accès au centre commercial Galilée, dont les travaux sont prévus jusqu’à octobre, la

rouen@archea.fr

sept dispositifs déjà opérationnels. Enfin, la délégation à la Sécurité routière annonce pour cet été la mise en place, à titre expérimental, de radars automatiques embarqués à bord de voitures banalisées qui se fonderont dans la circulation. A bon entendeur...

Un conseil très mouvementé

“O

n aurait dû faire payer l’entrée”, ironisait, amusé, un conseiller municipal de Rouen, vendredi 1er avril, dans les couloirs de l’Hôtel de Ville. Et pour cause, le dernier conseil municipal a été mouvementé : des anti-nucléaires aux comédiens mécontents, en passant par des parents d’élèves inquiets, la salle du conseil avait fait le plein.

Les Verts quittent l’exécutif Pour couronner le tout, le groupe Europe Ecologie Les Verts, présent dans l’exécutif aux côtés des socialistes et des communistes depuis 2008, s’est officiellement désolidarisé de l’équipe de Valérie Fourneyron. Les Verts ont reproché aux socialistes de les avoir isolés au sein de l’exécutif. Renforcés par leurs bons résultats aux élections cantonales, les écologistes ont ainsi repris leur indépendance, tout en demeurant dans la majorité. Face à la suppression de postes annoncée dans les établissements scolaires Maurice Nibelle, Jules Ferry, Jean de La Fontaine, André Pottier ou des Sapins, plusieurs dizaines de parents d’élèves, accompagnés d’enfants, ont également pris la parole. Soutenant le mouvement, l’équipe municipale s’est en-

L

96, rue Jeanne d’arc - 76000 Rouen tél. 02.77.76.48.24

Actuellement, 19 radars fixes sont en service en Seine maritime. Cinq nouveaux sites sont en gestation. Sans compter les onze appareils de détection de franchissement de feu rouge, dont six à Rouen, qui seront bientôt mis en service, en complément des

ROUEN Vendredi 1er avril, la mairie était en effervescence

L’ASSOCIATION

Rangements suR mesuRe - DRessings - BuReaux sépaRations De pièce - BiBliothèques - stoRes

réalisation d’une allée pavée reliant les immeubles au centre commercial et davantage d’espaces verts. Dans ce cadre, jusqu’au 31 mai, la rue Le Verrier, l’une des principales artères du quartier, est interdite à la circulation afin de créer un nouveau passage piétons.

Les radars vont être multipliés dans le département

■■ Des parents et des jeunes élèves de l’école Nibelle étaient présents lors du dernier conseil municipal, inquiets de l’annonce de la fermeture d’une classe à la rentrée 20112012.

gagée à contester les fermetures auprès de l’inspection académique. En revanche, elle n’a pas bougé d’un iota quant à sa décision de diminuer de 22 000 € les subventions accordées au Théâtre de la Canaille, réputé pour ses cours particuliers. Appuyés par l’opposition et les Verts –

sur tous les fronts –, le comité de soutien du théâtre s’est ému des conséquences d’une telle diminution de subventions sur une structure très impliquée dans la diffusion du théâtre à Rouen. Une pétition de 2 660 signatures a été remise à Valérie Fourneyron. En vain. Le maire a assumé son choix et “son

courage politique”, prônant une meilleure répartition territoriale de la politique culturelle, “dont le budget est en hausse”. Du côté des délibérations attendues, le conseil municipal a voté pour la construction d’une école, d’un gymnase et d’un centre de loisirs, rue des Murs-Saint-Yon, rive gauche.

Maman, nounou et moi...

’association “Maman, Nounou et Moi” regroupe 27 assistantes maternelles et reçoit deux à trois matinées par semaine des enfants de moins de 3 ans. Mireille Beguin est l’une des pionnières de la structure créée en 1993. “Cela fait onze ans que je m’occupe des enfants. Nous leur faisons faire de la peinture, du bricolage, des jeux et chanter des comptines”. Entourées des parents et grands-parents, les assistantes sont entre 15 et 18 par matinée avec, à charge, deux ou trois enfants cha-

cune. Ces matinées récréatives se déroulent de 9 h à 11 h 30, le 1er et 3e mardi du mois à Belbeuf, 2e et 4e mardi à Mesnil-Esnard, 2e et 4e vendredi à Franqueville-Saint-Pierre et tous les jeudis à Bonsecours. Plus qu’une simple garderie, l’association propose, pour 20 € par an, des séances de baby gym, organise des fêtes et fait venir un accordéoniste deux fois par mois faire découvrir la musique aux enfants. Pratique. Maman, Nounou et Moi. Tél. 06 81 42 24 79.

■■ Assistantes et enfants en pleine activité de peinture.


6

N° 4 - 7 avril 2011

NEWS La ville de Canteleu dit non à la future prison Le bras de fer est engagé entre le maire de Canteleu, Christophe Bouillon, et le préfet, à propos de la possible construction d’un nouveau centre pénitencier sur sa commune. Prévu pour remplacer la maison d’arrêt de Rouen (notre photo), il est censé ouvrir en 2015.

●■ PaSTEur Rue de Tanger, la circulation des véhicules est réduite au numéro 18. Le stationnement des véhicules est interdit sur 50 mètres linéraires de part et d’autre de la rue. Jusqu’au 25 avril. ●■ CôTEaux ouEST Rue Saint-Gervais, entre la

rue du Renard et la rue Crevier, stationnement interdit sur 12 emplacements. Jusqu’au 15 avril.

●■ ruE du BEL aIr Circulation et stationnement réduits ou ralentis selon l’avancement des travaux. Du 1er au 29 avril. ●■ ruE vErTE Aménagements d’arrêts de bus. Circulation et stationnement limités par endroit. Jusqu’au 20 mai. ●■ BouLINGrIN La circulation et le stationnement

des véhicules est réduite sur la place selon l’avancement des travaux. Jusqu’au 11 avril.

●■ HôTEL dE vILLE Travaux entre la rue du Pont

de l’Arquet et la rue des Boucheries Saint-Ouen. Stationnement interdit par endroits. Jusqu’au 15 avril.

●■ ruE vICTor HuGo Stationnement interdit entre la rue Alsace Lorraine et la rue Martainville, entre la rue Martainville et la rue Géricault et entre la rue Géricault et la rue d’Amiens. Jusqu’au 15 avril.

●■ vIEux-MarCHé Rue Percière, la circulation des véhicules est interdite à partir de la rue Saint-Lô. Le sens unique est inversé à partir de la rue Ganterie. Jusqu’au 31 juillet de 7 h à 8 h.

●■ QuaI CorNEILLE Entre la rue de la Tour de Beurre et la rue Grand Pont, circulation interdite sur la contre-allée du quai Pierre Corneille. Stationnement interdit. Du 11 avril au 22 avril. ●■ HauT-dE-rouEN Rue Le Verrier, aménagement

de voirie. Circulation des véhicules interdite. Une déviation sera mise en place. Du 4 avril au 31 mai.

●■ rIvE GauCHE Avenue Jean Rondeaux, cir-

culation réduite et stationnement interdits sur la contre-allée nord du boulevard de l’Europe. Du 8 avril au 1er octobre 2012.

●■ EuroPE Réhabilitation de la plateforme de métro-bus Europe. La circulation continuera à être perturbée sur le boulevard de l’Europe. Jusqu’au 17 avril.

BLoC NoTES urGENCES SAMU faire le 15. CHU CHARLES NICOLLE : 02 32 88 82 84 PEDIATRIE : 02 32 88 80 29 CENTRE ANTI-POISON : 02 35 88 44 00 CLINIQUE SAINT-JULIEN : 02 32 88 65 65 CLINIQUE DE L’EUROPE : 02 32 18 11 69 SOS MÉDECINS : 02 33 01 58 52 SAPEURS·POMPIERS : 18 POLICE SECOURS : 17  COMMISSARIAT : 02 32 81 25 00  GENDARMERIE : 02 35 07 89 50  GAZ (dépannage) : 0 810 433 076 ÉLECTRICITÉ (dépannage) : 0 810 333 076 PRÉFECTURE : 02 32 76 50 00 ALLÔ LA MAIRIE : 02 35 08 69 00 PHarMaCIES dE SErvICE Tél. 39 15 / 02 32 08 04 30 ou 02 32 88 89 95

La méningite a encore frappé. Lundi 28 mars, un nourrisson de six mois de l’agglomération rouennaise est décédé après avoir contracté une infection invasive à méningocoques de type C. Mercredi 30 mars, c’est un homme de 24 ans, résidant près d’Evreux, qui

est mort de cette même infection. Depuis le début de l’année, sept personnes ont développé cette maladie dans la région, mais il s’agit des premiers décès depuis 2009. Un traitement antibiotique de prévention a été administré aux familles concernées.

SaNTé Elles sont utilisées comme prescription médicale

Les sangsues vous veulent du bien

L

’Hirudo medicinalis, dite sangsue, fait l’objet d’une prescription médicale comme n’importe quel médicament. “Nous les utilisons depuis au moins cinq ans, affirme Martine Damade, cadre de Santé au CHU de Rouen. Je les ai découvertes par le biais du Docteur José Goncalves, qui les avait vues employées ailleurs et a décidé de le mettre en pratique ici. Il y a d’abord eu un mouvement de recul et un peu d’appréhension au sein de l’équipe. Cependant, depuis que nous utilisons cette technique, je n’ai jamais vu un patient refuser qu’on lui administre des sangsues. Il y a bien sûr tout un travail de présentation du procédé et d’explication qui se fait en amont. Mais lorsqu’il s’agit de la réussite d’une greffe ou d’une implantation, les patients n’hésitent pas. ”

Partenaires précieux des chirurgiens Ces sangsues sont employées dans le service SOS Mains du CHU de Rouen. “Elles aspirent le sang qui engorge les lambeaux ou les doigts réimplantés. Nous les achetons 7 à 8 € pièce à la pharmacie qui se les procure dans deux élevages : l’un se trouve à Caen, l’autre à Bordeaux. Nous avons constaté que celles de Bordeaux étaient plus voraces.”

GENS du voyaGE

E

n activité depuis 1995, l’aire de Sotteville-lèsRouen en charge d’accueillir les gens du voyage devrait être rénovée dans le courant de l’année 2011. Après le constat d’un affaissement de terrain, la communauté d’agglomération (Crea) prévoit la réhabilitation des lieux. Les voiries, réseaux, bâtiments et aménagements paysagers seront refaits à neuf. Le coût de ces réaménagements est estimé à 2 millions d’euros. La difficulté est de trouver

Photo : CHU de Rouen

Travaux EN vILLE

Le député-maire appelle à la mobilisation pour empêcher la construction de cette prison. D’une capacité maximum de 700 détenus, le bâtiment se situerait à proximité de 240 pavillons de deux lotissements neufs, ce qui est une aberration pour les autorités locales.

Méningite : un bébé décède, puis un homme de 24 ans

■■ Utilisées autrefois dans les hôpitaux, les sangsues sont tombées dans l’oubli avant de revenir sur le devant de la scène.

En attendant d’être prescrites, les petites bêtes sont stockées dans un bocal d’eau minérale où elles n’attendent qu’une chose : manger. Autant dire qu’elles n’hésitent pas lorsqu’on leur présente leur repas ! Apposée sur l’endroit à draîner, la sangsue se fixe par la tête grâce à trois petites dents.

Elle libère alors de l’hirudine : un anti-coagulant qui contient également de l’anesthésiant. Le patient, lorsqu’il a sa sensibilité, ressent à peine l’équivalent d’une rapide piqure d’ortie. Une fois rassasiée, la sangsue, qui est devenue aussi grosse qu’un pouce, se détache d’elle-même. Elle

est alors placée dans un bocal réservé aux déchets à risque, car elle est gorgée de sang, puis renvoyée à la pharmacie où elle sera euthanasiée. Après plusieurs années, les résultats parlent d’eux-mêmes : “force est de constater que cela fonctionne.” Anne Letouzé

urgence pour une aire vétuste des terrains stables où de nombreuses familles doivent pouvoir s’installer. “Il est important de savoir que chaque commune détermine le choix du terrain. L’aire de Sotteville-lès-Rouen est une des plus importantes de la région et sa réhabilitation est nécessaire”, explique Dominique Randon, vice-président chargé du personnel de la Crea. Ce “coup de jeune” est très attendu par la communauté des gens du voyage qui sont de plus en plus sédentaires dans ces aires d’accueils.

■■ L’aire de Sotteville est particulièrement vétuste.


N° 4 - 7 avril 2011

7

NEWS les agents de la Crea reçoivent  leurs voitures électriques Une dizaine d’agents des services téléphonie, communication et distribution de la communauté d’agglomération (CREA), ont reçu vendredi 1er avril les clés et leur habilitation à conduire les nouvelles Kangoo “ zéro émission”(ZE) 100% électriques, fournies

l’EntREPRisE

tRansPoRts 

Ponpon, fier d’être normand

l

■■ Luc Lozé, Isabelle Rachedi et François Pontreué font du cidre normand et l’affichent sur leur bouteille.

a

vec son cidre Ponpon, François Pontreué fait de la résistance. Basé à Darnétal, le dernier producteur rouennais refuse la “standardisation”, prône un cidre “naturel honnête” et n’a pas peur d’affirmer son identité normande. “L’office de tourisme Rouenvallée de Seine nous a contactés pour que nous prenions part aux festivités du 1100e anniversaire de la Normandie”, dévoile ce fils et petitfils de cidrier, héritier d’une entreprise familiale créée en 1935. “Nous avons tout de suite accepté. A nous de promouvoir notre région et nos produits !” Une bouteille de cidre Ponpon spéciale a ainsi vu le jour.

Aux manettes de la petite entreprise, François “Ponpon” est soutenu par un ami de toujours, Luc Lozé, et par Isabelle Rachedi. La cidrerie possède quelques vergers, mais s’approvisionne principalement auprès d’agriculteurs locaux. Chaque année, elle produit près de 100 000 bouteilles, consommées ensuite dans la région à travers un petit réseau d’épiciers et de restaurateurs. Si le cidre forme le gros de la production, l’entreprise Ponpon produit aussi du jus de pomme, du Calvados ou du pommeau. Pratique. Cidre Ponpon, 20, route de Lyons, à Darnétal. Tél. 02 32 12 03 02. Internet : cidreponpon.fr

●■ uRbanisME  un prix pour Elbeuf

Jusqu’en 1969, l’entreprise textile Gasse et Canthelou, faisait la fierté du centre ville d’Elbeuf. La friche industrielle qui lui a succédé l’a plutôt dénaturé. Ce temps est révolu. L’usine a été réhabilitée et transformée en logements. Cette opération lui a valu le grand prix régional d’architecture et d’urbanisme Auguste Perret.

●■ flashMob  C’est le Printemps de Rouen

Pour ouvrir sa saison culturelle, le “Printemps de Rouen” invite tous les curieux, samedi 16 avril, à 16h20, à participer sur la place du 19 avril 1944 à une chorégraphie collective. Répétition au gymnase du lycée Jeanne d’Arc, 2, rue Dumont ce samedi 9 avril de 17h30 à 20 h. Inscriptions sur www.rouen.fr.

●■ CinéMa  Claude lelouch à l’omnia

Ce vendredi 8 avril, à 20h15, le réalisateur vient présenter en personne au grand public son film documentaire “D’un film à l’autre”, témoignage de l’oeuvre et de la vie de l’auteur qui a occupé les écrans durant près d’un demisiècle. Invitations à retirer à l’accueil de la Fnac pour ses adhérents. Infos sur www.omnia-cinemas.com

le bus à la demande arrive en juillet

e 1er juillet, la communauté d’agglomération (Crea) va lancer Filo’R, son service de bus à la demande. Environ 50 000 habitants de 34 communes périphériques de la Crea sont concernés. 448 arrêts Moyennant 1,40 € par trajet, ils pourront réserver leur voyage par téléphone, la veille. Avec 15 véhicules neufs de 9 à 20 places, le service adaptera quotidiennement ses trajets aux demandes individuelles. A l’intérieur de la zone, soit 448 arrêts, les bus rejoindront les commerces, les services ou les lignes régulières des transports en commun habituels.

tRansPoRt 

Les communes concernées. A l’ouest : Le Trait, Epinay/Duclair, Ste-Marguerite/Duclair, Duclair, StPaer, St-Pierre-de-Varengeville, Yainville, Jumièges, Le Ménil-sous-Jumièges, Yville, Anneville-Ambourville, Berville/Seine, Hénouville, Bardouville, St-Martin-deBoscherville, Quevillon, St-Pierre-de-Manneville, Sahurs, Hautot/Seine, Valde-La-Haye, Canteleu. A l’est : Fontaine-sousPréaux, St-Martin-du-Vivier, Roncherolles/Vivier, St-Jacques-de-Darnétal, Montmain, La NeuvilleChant-d’Oisel, Boos, St-Aubin-Celleville, Quevreville La Poterie, Ymare, Gouy, Belbeuf, Les Authieux.

■■ Filo’R sera disponible du lundi au samedi, de 6h30 à 19h30.

la vatine roule écolo avec Easy Mouv

l

e club de la Vatineregroupe 330 entreprises et près de 6 000 salariés dont plus de 50% prennent la voiture. Une étude a révélé que ces derniers représentaient 8 000 déplacements matin et soir, et 4 000 à midi. Pour faciliter l’accès à ses différentes zones d’activités - l’Espace Leader, les Bocquets et la Bretèque - le Club de la Vatine a lancé un plan de déplacements interentreprises, baptisé Easy Mouv. Par ce biais, il entend contribuer au développement durable en favorisant

innovation 

par Renault. Ils sont 16 sur les 1 050 salariés de la Crea à avoir été sélectionnés pour jouer les “testeurs volontaires”. Après une formation de deux heures par des équipes de Renault, les salariés peuvent désormais circuler dans Rouen et exposer ces voitures du futur.

les modes de transports alternatifs (co-voiturage, vélo). Ainsi, le 1er avril a été lancé le co-voiturage, avec le site co-voiturage 76. Le rôle du plan de déplacements est aussi de mettre en place des solutions pratiques. En demandant, par exemple, la multiplication des arrêts et du nombre de bus ainsi que la création de nouvelles pistes cyclables ou passages piétons ; ou encore de développer la restauration en interne afin de limiter au maximum les déplacements.

■■ Le vélo électrique : un mode de transport alternatif.

MobExplore Rouen de façon ludique

M

obExplore vient d’arriver à Rouen et conviendra certainement à ceux qui voudront visiter la ville en toute indépendance. Cette application, téléchargeable gratuitement sur I-phone et Smartphone, permettra bientôt au visiteur de déambuler dans les rues de la ville ou de partir à la découverte d’un monument en suivant un parcours interactif et ludique. “C’est un moyen de transmettre la culture en sortant du côté académique des visites guidées”, explique

un des membres de l’entreprise.

■■ MobExplore propose des visites interactives.

La visite se déroule donc au fil des questions, agrémentées de vidéos ou de photos. “C’est une sorte de ‘serious game’, très en vogue aujourd’hui, qui permet de capter plus longtemps l’attention de celui qui visite.” Si Mobexplore fait son entrée à Rouen, c’est que “la ville et la région sont très riches au niveau culturel et patrimonial. C’est un terrain idéal pour Mobexplore.” Et des visites ludiques à venir pour les curieux.


8

N° 4 - 7 avril 2011

NEWS Dernier week-end à la foire internationale de Rouen La Foire de Rouen se termine ce dimanche. Après dix jours d’exposition, les rouennais devraient être incollables sur l’histoire de la Chine impériale. Si ce n’est pas le cas, séance de rattrapage ce week-end. Pour les trois derniers jours, écologie et sérénité seront

L’ENSEIGNE

Fast Sushis arrive à Rouen

PSYCHIATRIE

les mots d’ordre, puisque le salon des énergies renouvelables et de l’habitat sain, ainsi que le comptoir chinois, sont à l’honneur. Entre conseils pour consommer « économe » et culture chinoise, voici le programme de ce week-end à la Foire de Rouen.

Les travaux dans le métro expliqués aux habitants Les lignes de métro rouennaises vont connaître d’importantes modifications. Pour adapter le réseau actuel aux 27 nouvelles rames attendues en 2012, plusieurs stations vont être réhabilitées. A l’origine de ce projet, la communauté d’agglomération (CREA)

s’engage à sécuriser et améliorer l’accès à certaines stations (Saint-Sever, Boulingrin...). Yvon Robert, maire-adjoint de Rouen et vice-président de la Crea, viendra présenter le projet aux habitants le 14 avril, à partir de 18 h 30, à l’Hôtel de Ville de Rouen.

Une unité très spéciale

■■ Rezlane Debbar, gérante du restaurant Fast Sushis, au milieu de son équipe.

N

ems, sushis, makis, cuisine chinoise ou japonaise, Fast Sushis est la nouvelle table asiatique à Rouen. Situé place de la haute vieille Tour, ce fast-food, version pays du soleil levant, est le premier, à Rouen, à proposer un service de livraison à domicile.

Manger vite et bien Ouvert depuis un dizaine de jours, Fast Sushis est aux couleurs de sa cuisine. Avec une décoration entre rose bonbon et bleu électrique, les Rouennais semblent déjà conquis. “ La population rouennaise a la réputation d’être difficile mais semble

apprécier les nems et les sushis puisque ça marche !” se félicite Rezlane Debbar, gérante du restaurant. Comptant deux cuisiniers et deux livreurs, la petite équipe de Fast Sushis met l’accent sur les plats à emporter et l’aspect “manger vite et bien”. Entre clientèle de bureau le midi et particuliers le soir, Fast Sushis aspire à devenir une ligne de restaurant dans les semaines et mois à venir et marche dans les traces d’un des leaders : Planète Sushis. Pratique. Fast Sushis, 32, place de la haute vieille Tour, Rouen. Ouvert tous les jours, de 11h30 à 15 h et de 18h30 à 23 h. Tél. 02 35 15 15 35.

●■ AqUAGYM Soirée zen

Pour la seconde fois, le conseil des sports de la Ville organise une nouvelle soirée zen à la piscine Duchêne, île Lacroix, consacrée au modelage et au bien-être. 28 professionnels feront ce smedi 9 avril, de 20 h à 23 h,découvrir réflexologie, bioénergie, plongée, méditation assise, sophrologie, aromathérapie, etc. Infos, tél 02 35 07 94 70.

●■ SENIORS Journée du bénévolat

Le Clic des aînés (Centre local d’information et de coordination) organise mardi 12 avril, à la Halle aux toiles, une journée du bénévolat, dans le but de recruter des Rouennais volontaires dans le cadre de ce dispositif d’aide aux personnes âgées. Entrée gratuite, inscription obligatoire, tél. 02 32 18 20 92.

●■ PâqUES “Tes vacances à Rouen”

Les inscriptions sont ouvertes pour les parents désireux de faire profiter à leurs chers petits de 2 à 17 ans les activités proposées par la Ville du 18 au au 29 avril. Infos auprès de la direction du temps de l’enfant, tél. 02 35 08 68 74 ou sur www. rouen.fr

■■ Jacques Leprêtre, directeur des travaux, devant la future unité pour malades difficiles. Quatre autres seront construites en France.

D

unités de vingt lits la composeront.

sera reliée à une cour de promenade grillagée où les malades pourront se rendre, sur accord des psychiatres. De même, ils pourront suivre des ateliers de détente, de sport, de jardinage ou d’art. Sous la supervision, toujours très stricte, des médecins. Une UMD compte plus de personnels que de patients ; une centaine d’infirmiers, aides-soignants, psychiatres et employés administratifs au total, pour quarante malades. Que des hommes. “Nous limitons les risques au maximum et augmentons la

ans un coin isolé de l’hôpital psychiatrique du Rouvray, à cheval sur les communes de Sotteville et de Saint-Etiennedu-Rouvray, un étrange bâtiment bétonné sort de terre. Bientôt, un haut mur d’enceinte le coupera des regards extérieurs. Il s’agit de la future unité pour malades difficiles (UMD), qui accueillera les malades mentaux les plus délicats à soigner... et les plus dangereux. En novembre, celle du Rouvray devrait rentrer en service. Sur 5 000 m2, deux

Limiter les risques Au centre de la zone de jour, regroupant des salons et une cafétéria, une salle semi-circulaire aux lourdes vitres permettra de contrôler en permanence les malades. Un système de vidéo-surveillance complètera le dispositif. Murs en bétons, lits fixés au sol : “Rien n’est laissé au hasard”, juge Véronique Hamon, directrice de l’établissement. Chaque unité

AGGLOMéRATION

Six ans pour stimuler le logement

“N

ous souhaitons un développement équilibré du logement”, a expliqué Laurent Fabius, le président de la communauté d’agglomération (Crea), lundi 4 avril, avant la réunion du dernier Conseil consultatif de développement, chargé d’examiner tous les grands projets de l’agglomération. Pour la période 2012-2018, la Crea va ainsi consacrer 8 millions d’euros par an dans le cadre de son Programme local de l’habitat. L’objectif : soutenir la pro-

duction de logements, déjà élevée, et leur réhabilitation. “Il faut attirer et maintenir la population dans notre territoire”, a justifié Hubert Wulfranc, viceprésident en chargé de ces questions. La Crea espère ainsi développer l’habitat social et l’offre générale, et maîtriser les prix de l’immobilier tout en stimulant les investissement en faveur des économies d’énergie. Vaste ambition. Entre 2000 et 2008, 17 000 nouveaux logements ont vu le jour dans l’agglomération.

présence humaine pour améliorer les soins et trouver un traitement chez des personnes résistant aux traitements classiques”. Malgré l’apparence des lieux, Mme Hamon rejette le terme de prison : “C’est un lieu de soins, pour une prise en charge intensive et temporaire”. Les dirigeants de l’hôpital du Rouvray l’assurent : le placement en UMD excèderait rarement six mois. Le projet, validé en 2009 et qui a coûté 16 millions d’euros, s’inscrit dans le cadre du plan de relance voulu par le gouvernement.

■■ L’agglomération compte 30 % de logements sociaux.


N° 4 - 7 avril 2011

9

NEWS classement des lycées : Fénelon,  Baisse “notable”  à elbeuf, premier de l’agglo du chômage à rouen Le palmarès des lycées 2011 a été rendu public le 29 mars. Pour la filière générale, l’établissement Fénelon d’Elbeuf (notre photo) est le premier de l’académie de Rouen. Le lycée J-B. de la Salle, à Rouen, se classe troisième. Pour établir ce classement,

un nouveau gymnase au lycée val de seine

trois indicateurs sont pris en compte : le taux de réussite au bac, la capacité à faire progresser les élèves et la différence entre les lycées sélectifs et accompagnateurs. A quelques mois du baccalauréat, la pression monte pour les élèves et enseignants de la région.

Les dernières statistiques de l’emploi dans la région ont révélé une baisse “notable” du chômage dans le bassin économique rouennais. Entre le 4e trimestre 2009 et le 4 e trimestre 2010, celui-ci a diminué de 0,4 %, d’après l’Insee de Haute-Normandie.

Il s’établit désormais à 9,8 %, contre 10,2 % pour l’ensemble de la région, où seules les zones de Fécamp et de Pont-Audemer n’ont pas affiché d’amélioration. Pour rappel, entre 2008 et 2009, le chômage a augmenté de + 1,9 % dans le bassin rouennais.

éducation  Les scolaires à la découverte de la musique

grand-queviLLy 

Les enfants de Beethoven

Photo ATAUB Architecte

“c ■■ Le gymnase sera fait majoritairement de bois

Le lycée Val de Seine à Grand-Quevilly va disposer de nouvelles installations sportives pour ses élèves. Les élus de la Région ont engagé depuis le 21 mars, une consultation sous forme d’appel d’offres pour les travaux. Le coût total de l’opération

s’élèvera à 5 450 000€. Le gymnase comprendra une grande salle de sport avec un mur d’escalade, des vestiaires, un local pour les associations et un bureau pour les enseignants. Les travaux devraient démarrer à l’automne et être achevés en octobre 2012.

●■ étudiants étrangers  Bienvenue en famille Afin de faire découvrir la culture française, les familles qui le souhaitent peuvent accueillir deux étudiants étrangers à déjeuner, à dîner ou à goûter, à l’occasion de deux dimanches durant lesquels l’Université de Rouen propose à ces derniers d’aller sur les traces des écrivains normands : les 19 juin ou les 10 juillet. Informations sur summer.univ-rouen.fr

●■ ForMation  Le forum des entreprises Mercredi 13 avril, dans ses locaux de La Vatine, à MontSaint-Aignan, le Cesi ouvre ses portes de 10 h à 17 h pour son 9e Forum des entreprises. L’établissement a fait de la formation professionnelle, et de l’alternance, sa priorité. Il prépare à des métiers dans les domaines de la qualité, l’environnement, la sécurité du travail, l’organisation industrielle, le bâtiment, la maintenance informatique, l’administration des réseaux et les ressources humaines.

●■ saint-etienne L’avenir de l’hippodrome divise Les élus du conseil municipal de Saint-Etienne-du-Rouvray ont passé une soirée agitée, jeudi 31 mars, lors du dernier conseil municipal. Certains socialistes ont critiqué la gestion du Plan local d’urbanisme du maire Hubert Wulfranc (PCF). Ce dernier souhaiterait urbaniser l’hippodrome des Bruyères. Les socialistes, eux, attendent un hypothétique projet de la communauté d’agglomération (Crea) sur le site.

●■ petit-queviLLy  Le trophée de l’accueil C’est un établissement du Petit-Quevilly qui a reçu cette année l’un des Trophées nationaux des buralistes. Les dynamiques propriétaires du Bar du Centre ont en effet été distingués récemment par la Fédération des buralistes d’Ile de France qui regroupe cette région, l’Oise et la Seine-Maritime.

●■ prévention routière gardez vos bouchons En partenariat avec la Ville de Rouen, Bouchons 276 lance un challenge d’ici au 29 juin, jour de la finale du challenge de Prévention routière. Les écoles sont invitées à collecter le maximum de bouchons et couvercles en plastique. Infos sur www.bouchons276.org

hut, Beethoven compose” ! s’inscrit dans le cadre du projet “Musique à l’école”, lancé par l’Education nationale. Le Théâtre des Arts, en lien avec l’inspection académique, propose à des élèves de participer à une activité artistique. Depuis septembre, des élèves de primaire écoutent et travaillent des œuvres écrites par Beethoven ou inspirées de son oeuvre, afin de les chanter sur la scène du Théâtre des Arts. C’est un travail de longue haleine pour ces petits écoliers du CE1 au CM2 de six écoles des Hauts de Rouen : les Sapins, Rameau, Villon, Marot et deux de Debussy.

Musique universelle Une partie de ce qu’ils chanteront sur scène a été écrite par Olivier Urbano qui s’est appuyé sur l’œuvre de Beethoven pour composer certaines pièces. Le programme sera varié et éclectique : il y aura l’Hymne à la Joie, chanté en allemand, tout comme un morceau de rap, écrit à partir de l’oeuvre du grand compositeur. “Cette grande diversité des genres permet de créer un passage entre la musique classique et la musique contemporaine”, explique Anne Marguerin, responsable pédagogique à l’Opéra

pratique 

“J

■■ Oswald Sallaberger, chef d’orchestre du projet, dirigera l’orchestre et les enfants lors du concert ouvert au public qui aura lieu au Théâtre des Arts, le 13 avril prochain.

de Rouen. “Ils apprennent les chants, mais également à reconnaître les notes, placer leur voix. C’est un travail qui s’inscrit dans la durée. Ce qui est intéressant est de suivre tous ces écoliers pendant un an. C’est pourquoi ils ont visité l’Opéra, ils y ont découvert un autre monde. Le but n’est pas de les produire une

fois sur scène. Nous voulons qu’ils se sentent fiers de leur prestation et en gardent un souvenir inoubliable”. Inoubliables, ces instants le seront très certainement pour ces enfants qui vont monter sur une des plus belles scènes de Normandie, avec un orchestre pour les accompagner.

Ce projet, financé par l’Education Nationale, n’aurait pu se faire sans l’engagement et la motivation des enseignants. “Chut, Beethoven compose” sera donné au Théâtre des Arts, le mercredi 13 avril, à 19h. Il sonnera comme le couronnement d’une année de travail.

Monsieur Bricolage à la rescousse

e n’y connais pas grand chose”, explique cette dame qui a quelques problèmes de télévision. “C’est la deuxième fois que je fais appel à la mission “petit bricolage”. Je suis ravie. Je croyais voir arriver un vieux monsieur, mais pas du tout ! Il est jeune et s’y connaît parfaitement.” Un bel éloge que cette Rouennaise n’est certainement pas la seule à faire à Médéric Rolland, alias Monsieur Bricolage. Ce service gratuit - seul le matériel est facturé - a été mis en place, en oc-

tobre 2009, par la Mairie de Rouen pour les Aînés de la Ville. Tout rouennais de plus de 70 ans ou de plus de 60 ans s’il est seul ou a difficultés de santé, y a droit. “Nous avons beaucoup d’appels”, note Médéric Rolland. “Cette année, nous avons déjà effectué 140 interventions. C’est un service pratique qui permet aussi aux aînés de passer un moment convivial et de discuter.” Pratique. La mission petit bricolage travaille du lundi au vendredi, de 8h30 à 16h30. Tél. 02 32 18 59 40.

■■ Médéric Rolland s’occupe de tous les petits travaux.


N° 4 - 7 avril 2011

10

Braquage express dans une station service d’Oissel Mercredi 31 mars, vers 22 h, deux hommes cagoulés ont braqué la station service Total de Oissel, boulevard du Général de Gaulle. Située dans un quartier tranquille, peu visible du voisinage, la station était sans doute une “proie” facile pour les

Ivre et violent, il tente de semer la police Lundi 28 mars, vers 4 h du matin, un habitant de Saint-Etienne-du-Rouvray a été interpellé après avoir tenté de semer la Brigade anti-criminalité (BAC). Tout a débuté après une plainte de sa compagne, victime de violences conjugales. Après l’avoir frappée,

petits braqueurs. D’autant plus qu’à cette heure tardive, une seule employée tenait la boutique. Les individus ont demandé la caisse, menaçant la femme avec une arme de poing. Ils ont pris l’argent, quelques centaines d’euros seulement, avant de fuir.

●● VIOLENCES Une vieille dame blessée suite à un vol Samedi 2 avril, vers 15 h, dans la rue Eau-de-Robec, une Rouennaise de 75 ans a été victime d’un vol à l’arraché particulièrement violent. Le duo de malfaiteurs, une homme et une femme, a commencé par pulvériser du gaz lacrymogène sur la malheureuse grand-mère, avant de lui extirper son sac à main. En chutant, cette dernière s’est blessée à la jambe. Un témoin a tenté de poursuivre les voleurs, sans réussir à les rattraper.

●● INCENDIE La friteuse prend feu Lundi 4 avril, en pleine nuit, un habitant de la rue du Dr Paul-Hélot, à Rouen a provoqué un incendie en se préparant des frites. L’huile, débordant de la friteuse, s’est enflammée. Sa cuisine a été endommagée.

ESCROQUERIE

V

endredi 1 er avril, Monun, Rouennais de 31 ans, a été condamné par le tribunal de Rouen à un an d’emprisonnement avec sursis et au dédommagement de 32 victimes. Des colis vides Entre 2005 et 2009, à Rouen et Sotteville, l’individu a escroqué plus de 100 per-

l’homme, ivre, avait tenté d’incendier la voiture de cette dernière. La BAC est arrivée et une coursepoursuite s’est engagée. L’homme a finalement été maîtrisé sur l’A13, derrière une rambarde de sécurité. Il a été placé sous mandat de dépôt par le tribunal.

Il repérait ses victimes sur internet sonnes pour une somme totale évaluée à plus de 30 000 €. Ses victimes : des consommateurs à la recherche de matériel informatique, consoles, places de concert, sur un site internet de petites annonces. Sa technique consistait à les contacter par téléphone avant de leur promettre l’objet en échange d’un mandat cash.

Pour ne pas se faire repérer, il changeait régulièrement de numéro de téléphone, donnait l’adresse d’un patronyme, et commençait à agir sur tout le territoire. En général, il n’envoyait rien à ses victimes, ou alors un colis vide, en rejetant la faute sur La Poste. Lors de l’audience, le Procureur a souligné le mode

opératoire peu sophistiqué et les sommes escroquées assez faibles (de 55 à 350 €), mais n’a appelé à aucune clémence. Le recensement des plaintes dans toute la France a longuement mobilisé les enquêteurs et les tribunaux. Le prévenu a tenté d’expliquer ses actes par son endettement à l’époque des faits.

●● JUSTICE En grève de la faim devant le tribunal La semaine dernière, Patrick Dilard, 45 ans, manifestait en silence et le ventre vide devant les grilles du palais de justice, à Rouen. Se sentant lésé par la justice dans l’affaire de divorce qui l’oppose à sa femme, ce Dieppois a décidé d’entamer une grève de la faim.

●● ROUTES Un lycéen meurt au volant Jeudi 31 mars, vers 13 h, une voiture seule a fait une violente sortie de route, à Saint-Aubin-Epinay, sur la RD7. Sur les cinq occupants du véhicule, un lycéen d’une vingtaine d’année est décédé et un autre grièvement blessé.

●● BOOS Le petit avion finit dans un fossé Vendredi 1er avril, un petit avion de tourisme n’a pas réussi à décoller, à l’aéroport de Boos, finissant sa course hors piste. Un coup de vent a provoqué le blocage d’une roue, envoyant l’engin dans un fossé. Par chance, le pilote n’a pas été blessé.

●● ROUTES Choc mortel à Yvetot La matinée de dimanche 3 avril a été tristement marquée par un violent accident de la route, à Yvetot, sur la RD 131. Deux camionnettes sont impliquées dans ce face-à-face qui a causé la mort d’un homme âgé de 62 ans. L’autre conducteur, âgé de 31 ans, est quant à lui grièvement blessé. Les deux autres personnes, qui se trouvaient dans les deux fourgons, n’ont été que légèrement blessées.

●● GRAND-COURONNE Vol de métaux Lundi 28 mars, en fin de soirée, trois individus - deux jeunes hommes de 16 et 19 ans et une femme de 19 ans - originaires de Sotteville-lès-Rouen et Saint-Saëns, ont été pris en flagrant délit de vol de métaux par la Brigade anti-criminalité, à Grand-Couronne. Quand les policiers sont intervenus, ils étaient en train d’opérer dans une déchetterie.

●● DIEPPE Une mère de famille se défenestre Lundi 4 avril, une femme de 37 ans s’est donnée la mort en sautant du cinquième étage de son appartement, à Dieppe. Avant qu’elle ne saute, les pompiers et les policiers ont tout tenté pour la raisonner.

LE HAVRE

Evasions à la prison

La semaine dernière, deux détenus de la prison de Saint-Aubin-Routot, près du Havre, ont profité d’une hospitalisation pour s’évader. Le premier, 16 ans, a été envoyé à l’hôpital après avoir bu de l’eau de javel. Là-bas, il a prétexté une

envie d’uriner pour s’enfuir, avant d’être rattrapé. Le second, lui, a pu quitter l’hôpital lorsqu’on l’a démenotté. Il a toutefois rejoint lui-même la prison le lendemain. Une querelle entre surveillants pénitentiaires et policiers est évoquée.

CALOMNIE

L

Un médecin condamné

e 27 janvier 2009, un médecin de 72 ans exerçant autour de Saint-Etienne-du-Rouvray, mandaté par les entreprises pour contrôler les arrêts de travail, se rend chez un patient. La visite tourne mal. Le médecin porte plainte pour violences et dégradation de matériel médical, soutenant qu’il a été “roué

FRAUDE

L

toutefois reconnu avoir jeté son stéthoscope à terre.

En récidive En juin 2010, le tribunal a alors relaxé le prévenu. Mais dans la foulée, ce dernier a porté plainte contre le médecin pour dénonciation calomnieuse… Vendredi 1er avril, le tribunal de grande instance de Rouen ne s’est

pas laissé persuader par les certificats médicaux délivrés par les collègues (médecins) du docteur mis en cause. Le juge a prononcé à son encontre une peine de trois mois d’emprisonnement avec sursis. En 2000, il avait déjà été condamné pour dénonciation calomnieuse à l’autorité judiciaire et escroquerie.

Véreuse affaire de couple

undi 4 avril, un couple divorcé comparaissait devant le tribunal de Rouen pour fraude fiscale, abus de biens sociaux et banqueroute dans l’exercice de l’activité de leur société, basée à Sottevilleles-Rouen. Les faits remontent à la période 2002-2005. Sur un compte bancaire occulte ouvert à leur nom, le

BRAQUAGE

de coups”. Le patient, qui avait déposé plainte contre son employeur pour harcèlement moral, affirme de son côté que la conversation a été houleuse. Selon lui, le médecin envoyé par son employeur avait à plusieurs reprises soutenu que son arrêt de travail était injustifié. Niant avoir levé la main sur le praticien, il a

couple a fait transiter plus de 400 000 €, une partie des bénéfices de la société.

Voyage de luxe Leur but : offrir des pots de vin à leurs collaborateurs ou proposer des “voyages d’affaire” somptuaires au Maroc, en Algérie ou à Dubaï. Pour couronner le tout, le couple se serait partielle-

ment soustrait au payement de la TVA et l’impôt sur les sociétés, tout en affichant une comptabilité irrégulière. Pour la justice, le problème majeur consiste désormais à déterminer les responsabilités d’époux divorcés depuis 2005 et se “renvoyant la balle”. A l’audience, la femme s’est défendue en

affirmant qu’elle n’était que “gérante de droit” à la demande de son ex-mari, ce dernier prenant les décisions financières. Elle l’a accusé en outre de “pressions”. Mais les déclarations des époux se sont contredites. Le réel responsable de la fraude reste à déterminer. Verdict le 13 mai.

Quatre hommes se font ouvrir le coffre

L

undi 28 mars, vers minuit, quatre hommes cagoulés se sont présentés à la fermeture du Buffalo Grill de SaintEtienne-du-Rouvray. Une employée était en train de fermer le restaurant. Ils ont alors obligé cette dernière à rentrer dans le bâtiment puis à leur ouvrir un coffre, s’emparant d’environ 500 € en liquide, avant d’essayer d’ouvrir avec une meuleuse un autre coffre. En vain. Un des quatre hommes visiblement non armés -, a alors forcé l’employée du

■● Près de 500 € ont été dérobés sans arme ni violence.

restaurant à monter dans sa propre voiture, puis s’est dirigé vers l’A13, suivi du fourgon où avaient pris place les trois autres voleurs. A la sortie de Tourville-la-Rivière, le premier voleur a immobilisé la voiture, prenant soin de jeter les clés, et abandonné là l’employée. Les quatre hommes ont ensuite repris la route sur l’autoroute. Après avoir retrouvé ses clés, l’employée du restaurant a réussi à contacter la police. La brigade criminelle de la Sûreté départementale mène l’enquête.


N° 00 - 16 avril 2011

SPORTS

Photo Romain Flohic

Volley : l’ALCM échoue de peu  face à Saint-Nazaire Samedi 2 avril, encouragée par Abdel-Kader Chékhémani, adjoint au maire de Rouen et ancien sprinter sur 1500 m, et par une salle Rabelais pleine, l’AL Canteleu-Maromme s’est inclinée 3-2 (22-25, 25-19, 18-25, 25-14, 12-15) face à SaintNazaire, qui a chipé, par la

même occasion, la 2e place aux Normands. L’ALCM s’est battue jusqu’au dernier point, mais n’aura pas marqué l’ultime set décisif. L’accession à la ProB n’est pas encore perdue. Canteleu se déplace à Brive (11e), ce samedi 9 avril.

11

En CFA, l’US Quevilly reste  dans le sillage des Corses

En CFA, les footballeurs de l’US Quevilly (2e) avaient l’occasion de distancer leur adversaire direct, Bastia (1er), samedi 2 avril. Mais les Jaunes et noirs n’ont pu faire mieux qu’un match nul (1-1), plutôt flatteur face à des Corses agressifs. Au classement, l’USQ reste

donc derrière les Bastiais, avec le même nombre de points (70), mais avec un match de plus à jouer. Lors de la prochaine rencontre, Quevilly se déplace à Villemomble (12e), ce samedi 9 avril, à 18 h. Bastia, lui, se rend chez la réserve de Lens (8e).

HOCKEY  Le Rouen Hockey Elite 76 décroche le titre de champion de France

Invincibles Dragons !

Le FC Rouen enchaîne  les victoires et continue à rêver

FOOTBALL 

L

L

es Diables rouges rouennais ont balayé Créteil (3-0), samedi 2 avril, au stade Robert Diochon, pour le compte de la 33e journée de championnat de National. Un troisième succès de suite qui entretient l’espoir : la montée en Ligue 2 est possible. Direction Luzenac Le match est parti sur les chapeaux de roues. Dès la troisième minute, les Normands inscrivent un but par Ndoh sur une reprise de volée en deux temps. Les Rouennais doublent la mise à la 28e minute sur un ciseau de Dragon pour le 2-0. Jean-Paul Mendy, pourtant blessé sur le dernier match, s’est montré

intenable et décisif en inscrivant le troisième et dernier but des Rouges et blancs sur une frappe à ras de terre trompant le portier francilien. Grâce à ce nouveau succès, le FC Rouen conforte sa place de 5e mais ne rattrape pas ses adversaires directs qui se sont tous imposés, à l’exception d’Amiens (2e). Lors du prochain match, les Diables rouges iront en Ariège défier Luzenac, actuel 13e du championnat, ce vendredi 8 avril, à 20 h. Dans le même temps, le concurrent direct, Strasbourg, jouera sur le terrain d’Alfortville, battu par les Rouennais la semaine passée (2-1).

●● HANDBALL  Oissel grimpe en Nationale 2

L’équipe première de Oissel-Déville jouera en Nationale 2 masculine la saison prochaine ! Vainqueurs 35-30 de Limoges (7e), samedi 2 avril, lors de la 22e journée de N3, les joueurs de l’agglomération rouennaise ont engrangé les derniers points qui leur manquaient pour s’assurer l’accession dans la division supérieure. Toujours en Nationale 3, mais dans la poule 3, Rouen a trébuché à Angers (défaite 32-27) et occupe la 3e place du classement.

●● HANDBALL  Victoire surprise des Rouennaises

Après cinq matchs sans victoire, les joueuses du Rouen 76 ont réussi un petit exploit, samedi 2 avril, lors de la 18e journée de Nationale 3 féminine. Elles sont allées battre le sixième, Arques-la-Bataille (20-22).

●● BASEBALL  Rouen frappe un grand coup

Les Huskies de Rouen, champions de France en titre, ont su rebondir après le match nul réalisé lors de la première journée de championnat Elite face à Savigny. Dimanche 3 avril, ils ont sèchement battu le Paris Université Club : 10-0 et 16-3, lors de la deuxième journée.

BASKET 

Photo Robaëys / RHE76

■● Réalistes, efficaces et solides : les joueurs du FC Rouen brillent en championnat.

Un onzième titre de  champion La patinoire de L’Iceberg, à Strasbourg, a vécu la première finale de son histoire. Malgré une modeste 11 e place acquise en saison régulière, les Strasbourgeois avaient su déjouer les plans de leurs adversaires pour se hisser au top niveau. Mais l’Etoile Noire n’a pas été en mesure de rivaliser face à l’armada offensive et l’expérience de Rouen. Le 1er avril, les Rouennais ont ouvert le score dès la 16e seconde de jeu sur un tir de Bergstrom, dévié par Teddy Da Costa. Les Strasbourgeois ont recollé à la marque grâce à un but de Cruchandeau, mais un peu plus d’une minute après, le Rouen Hockey Elite 76 reprenait l’avantage grâce à Brunelle. Plus rien ne sera marqué jusqu’à la 30e minute... Et puis, pendant un peu moins de quatre minutes, les comp-

■● Ils étaient favoris en finale de la Ligue Magnus et ont fait respecter leur statut : les hockeyeurs du Rouen Hockey Elite ont conservé leur titre de champions de France.

teurs se sont affolés. Teddy Da Costa inscrit d’abord un double et offre le break aux Rouennais (3-1), annulé trente secondes après par le but strasbourgeois de Lehtisalo (3-2). Mais Rouen, par Desrosiers, a enfoncé le clou trois minutes plus tard (4-2). Dans le 3 e tiers-temps, Stras-

bourg a tenté le tout pour le tout, mais rien n’y a fait. Les Dragons ont remporté sans trembler leur 11e titre de champion, le deuxième d’affilée, avec une série en cours impressionnante de 20 victoires consécutives. Un deuxième et dernier titre cette année après la coupe de France gagnée au mois de

janvier. Jonathan Zwikel a ainsi mis fin à sa carrière sur deux nouveaux titres. Le staff n’aura pas le temps d’en profiter car la période des transferts commencent et le départ du défenseur Jens Olsson vers Munich ne devrait pas tarder à être officialisé. Carl Malette, lui, reste sur les bords de Seine.

Le SPO Rouen en plein doute

A

près les revers concédés à Boulogne (notre photo) et Nantes, le SPO Rouen n’a pas réussi à redresser la barre, samedi 2 avril, lors de la 28e journée de Pro B. Les Rouennais se sont inclinés à Quimper, pourtant 15e du classement, pour la troisième fois consécutive (80-63). Le SPO Rouen n’a pas été assez solide défensivement. La rencontre en Bretagne a été marquée par la sérieuse blessure au genou du meneur Elliott Saint-Gilles. Une mauvaise

nouvelle de plus en pleine course à la montée en Pro A, qui voit Nanterre distancer le club haut-normand après sa large victoire face à Fossur-Mer (90-60). Juste derrière Rouen, Evreux revient fort grâce à sa victoire sur Saint-Vallier (82-60).

Photo SPO Rouen

Photo FC Rouen

es Dragons de Rouen se sont imposés, vendredi 1er avril, en finale de Ligue Magnus face à Strasbourg. Ils ont remporté le troisième et ultime match (4-2) dans la patinoire de l’Etoile noire et sont devenus, comme en 2010, champions de France. Lors des deux premiers matchs, Rouen s’était déjà imposé 5-1 et 5-3 à domicile.

■● Rouen, ici Darnell Williams, perd du terrain en Pro B.

Lors de la prochaine journée, samedi 9 avril, à 20 h, le SPO tentera de mettre fin chez lui à cette spirale négative, face à Clermont, avant dernier du championnat. Nanterre se rendra à Boulazac (11e) et Evreux jouera à Dijon (4e).


12

FraNce MONDe

banlieues

les violences du samedi soir Identifiés grâce à des caméras de vidéo-surveillance, dix jeunes, dont huit mineurs et une fille de 14 ans, ont été interpellés par la police le 4 avril dans la cité du BoisPerrier à Rosny-sous-Bois, en Seine-Saint-Denis. Ils sont accusés d’avoir lynché un garçon de 19 ans dans un couloir souterrain de la gare RER de Noisyle-Sec. L’agression, d’une violence inouïe, a laissé la victime entre la vie et la mort : éclatement du foie et hémorragie intra-crânienne. Or le motif de cette sauvagerie dépasse l’imagination. Le garçon était de la cité des Indes à Sar-

trouville (Yvelines), mais il sortait avec une fille de la cité de Rosny-sous-Bois, et les huit jeunes “n’auraient pas supporté qu’une fille habitant le même quartier qu’eux fréquente un jeune de Sartrouville”, explique l’un des enquêteurs... Mobile inepte, violence totale : “une affaire de territoire amoureux”, raconte la préfecture en termes enjolivés. La police parle plus rudement : “c’est une affaire de jeunes de cité qui n’ont pas grand-chose dans le cerveau”, estime Michel Marrec, secrétaire du syndicat de police USGP-FO de la Seine-Saint-Denis.

eau radioactive

12 000 tonnes dans la mer Au Japon, dans la centrale sinistrée de Fukushima, les équipes de lutte anti-catastrophe ont commencé, le 3 avril, à rejeter dans l’océan des milliers de tonnes d’eau radio-active. En larmes à la télévision, un porte-parole de la firme exploitante (Tepco) a présenté ses excuses : “Nous avons déjà causé tellement de souffrances et de torts

aux habitants locaux... Nous ne pouvons exprimer combien nous sommes désolés d’avoir à imposer ce nouveau fardeau.” Le gouvernement japonais a ajouté, par la voix de son porte-parole Yukio Edano : “Nous n’avons pas d’autre choix que de rejeter cette eau contaminée dans l’océan comme mesure de sécurité.”

libye : la guerre s’enlise, les Kadhafi négocient

N° 4 - 7 avril 2011

chaos et tueries en côte-d’ivoire

■■ Mardi, les forces de Laurent Gbagbo abdiquaient et ce dernier, enfermé dans son “bunker”, négociait son départ.

La conquête du sud du pays par le président élu s’est accompagnée de massacres opérés par les mercenaires.

d

ans Abdijan, lundi 4 avril à midi, les troupes d’Alassane Ouattara, président élu soutenu par l’ONU, ont lancé “l’assaut définitif” contre les forces de Laurent Gbagbo barricadées autour de la résidence de ce dernier, du palais présidentiel et de l’immeuble de la télévision d’Etat RTI. D’un côté, dix mille hommes, y compris des mercenaires libériens embauchés par Ouattara. De l’autre, la garde personnelle de Gbagbo et ses milices. Mardi, ce dernier, acculé, négociait son départ.

Depuis le 31 mars, le camp Ouattara annonçait son avancée “foudroyante” : la chute de Gbagbo n’était plus “qu’une question d’heures”. Les faits avaient d’abord confirmé cet optimisme : venant du nord du pays, l’armée Ouattara avait conquis rapidement le sud. Mais, en pénétrant dans Abidjan, elle s’était heurtée à la résistance furieuse des pro-Gbagbo. victoire “à l’africaine” Dimanche 3 avril, à la télévision pro-Ouattara (TCI), le Premier ministre Guillaume Soro déclarait : “la situation est désormais mûre pour que l’offensive soit rapide.” C’est ce que souhaitait ardemment le reste de la population. Et surtout les douze mille Français d’Abi-

djan, menacés de mort depuis plusieurs jours par les milices de Gbagbo... Les 1650 soldats français de la force Licorne, stationnés au camp de Port-Bouët près d’Abidjan, s’étaient emparés de l’aéroport, patrouillaient dans la ville, et embarquaient ou hélitreuillaient les expatriés les plus en danger : ce qui les faisait qualifier de “troupes d’occupation” par les partisans de Gbagbo. Il s’agissait de rassembler les civils français et européens dans un village de toile, à l’intérieur du camp de Port-Bouët, où près de deux mille personnes bivouaquaient depuis le 3 avril. Pendant ce temps, on apprenait que les troupes de Ouattara avaient perpétré des

tueries de masse dans plusieurs localités de l’ouest du pays : ainsi lors de la prise de la ville de Duékoué, où un grand nombre de civils (de trois cents à un millier) furent tués la semaine dernière. Les forces africaines de l’ONU, censées assurer la sécurité, étaient devenues invisibles dans tout le pays depuis plusieurs jours, “aux abonnés absents”, ironise Ally Coulibaly, ambassadeur de Côte-d’Ivoire à Paris. Quant au secrétaire général adjoint de l’ONU à Abidjan, Ivan Simonovic, il exprime sa “vive préoccupation par rapport à la détérioration de la situation des droits de l’homme entachée de massacres à l’Ouest et de nombreuses exactions contre les populations civiles”.

tapie : le Ps vise Mme lagarde

s ■■ Le signe de la victoire en passant les lignes rebelles.

c

omme on pouvait le prévoir, l’affrontement entre rebelles et kadhafistes se fige le long de la vieille frontière séparant l’est et l’ouest du pays : la Tripolitaine et la Cyrénaïque. Pendant ce temps, les armes lourdes volées dans les dépôts de l’armée passent entre les mains des terroristes d’Aqmi (“Al-Qaïda au Maghreb islamique”), ce qui était également à prévoir... et laisse penser à de prochains attentats contre des avions de ligne à l’aide de missiles sol-air. La situation est donc favorable à ceux qui, dans l’entourage de Mouammar Kadhafi, souhaitent éclipser celui-ci et conclure un accord de transition avec les puissances oc-

cidentales. Le 3 avril, le vice-ministre libyen des Affaires étrangères, Abdelati Obeïdi, arrivait à Athènes avec ce message : “le gouvernement de Tripoli souhaite négocier”. Le 4, il était à Ankara, pour discuter “d’une base commune pour un cessez-le-feu”. Le 5, il était à Malte... Encore mieux, selon le “New York Times”, deux des propres fils de Kadhafi discutaient directement avec le gouvernement de Londres. Leur objectif : substituer au régime de leur père un “pouvoir de transition démocratique” piloté par le plus “occidental” des fils du dictateur, Saif al-Islam. Mais deux des autres fils, au contraire, sont des jusqu’auboutistes...

elon un rapport parlementaire, il a fallu des “irrégularités” pour que Bernard Tapie se voie décerner en juillet 2008 (après quinze ans de bataille judiciaire avec le Crédit lyonnais) 390 millions d’euros de “réparations” – dont 45 millions au titre du “préjudice moral”. Traduction par les députés socialistes : en choisissant de recourir à un tribunal arbitral en 2008 plutôt que de laisser une cour d’appel statuer, la ministre de l’Economie Christine Lagarde a abusé de son autorité. Neuf députés PS, criant à la “connivence” du gouvernement, affirment que c’est “une affaire d’Etat” et entreprennent de porter le débat devant la Cour de justice de la République. Christine Lagarde, pour sa part, veut poursuivre en justice le PS. “Nous avons suivi”, dit-elle, “une procédure transparente et respec-

■■ Les millions d’euros de “réparations” pour Tapie sont dans le collimateur des socialistes.

tueuse du droit”, et le choix d’un tribunal arbitral a été fait “pour sauvegarder les intérêts de l’Etat”... Elle explique : “L’objectif de cette procédure était de mettre un terme de manière globale et définitive

aux nombreuses procédures coûteuses engagées depuis de nombreuses années et qui auraient pu se poursuivre encore plusieurs années. Le recours à l’arbitrage a été jugé régulier par le tribunal administratif de Paris le 8 octobre

2009, décision confirmée en appel par la Cour administrative d’appel de Paris le 31 décembre 2010... Au vu de ces éléments techniques et juridiques, l’accusation de détournement de fonds publics n’a pas de sens.”


N° 4 - 7 avril 2011

13

AUTOMOBILE

Mazda 3 MPS  

audi 

entre passion et raison

une a7 Sportback pour plaire à tout prix

■■ La Mazda3 MPS 2.3i offre des performances rares.

Si la raison pousse une majorité d’automobilistes à adopter des motorisations assagies, une faible frange d’individus à bons revenus conserve le désir d’avoir un surcroît de puissance sous le pied, évidemment en essence. Ford (Focus RS, plus disponible) ou Renault (Mégane RS) sont connus, parmi les constructeurs généralistes, pour proposer de tels modèles, véloces mais à prix encore contenus car ils dérivent de la grande série. Mazda est de ceux-là, avec sa fougueuse MPS (30 900 €). En dehors de son miniaileron arrière, sa grande bouche d’air supplémentaire qui perce le capot ou

côte d’ivoire 

ses jantes larges, la MPS ne se démarque guère des versions standard. Tout en affichant un élogieux rapport poids-puissance avec 260 ch pour moins d’une tonne et demie. Très équipé, l’habitacle se singularise par des sièges enveloppants et un pédalier en aluminium. On la perçoit davantage encore au volant, avec la sensation de disposer des forces nécessaires pour pouvoir se tirer d’un mauvais coup. Mais en usage quotidien, il suffit de renoncer au frisson des accélérations en faisant pédale douce sur le turbo du 2.3i pour obtenir une consommation contenue autour des 11 l./100.

■■ Perçue comme une voiture de luxe patentée, l’A7 Sportback laisse savourer à son volant le nec plus ultra technologique.

a

yant beaucoup du vaisseau amiral A8 dans son équipement intérieur, l’inédite A7 Sportback expose le meilleur du savoir-faire de son constructeur. On le remarque d’abord à la silhouette – très étirée - de l’A7 Sportback qui, sous 4,96 mètres de longueur, conjugue avec maestria l’altière allure d’une grande berline à la sportivité racée d’un coupé. C’est, un bon cran au-dessus, la formule de l’A5 Sportback, celle du

“coupé 4 portes”. La qualité maison A son tour, l’A7 Sportback joue cette carte de la séduction esthétique, qui ne sacrifie cependant pas l’habitabilité ni la fonctionnalité, avec 4 portes et un hayon à ouverture électrique, qui intègre aussi un petit aileron, automatiquement déployé au-dessus de 130 km/h. Elle se limite à 4 places pour le confort des occupants, qui baignent dans le summum de la qualité maison… à la hauteur du prix coquet

de l’A7 Sportback. Techniquement parlant, celle-ci fait son poids (1 845 kg), mais quelques inclusions d’aluminium le tempèrent. Étrennant la plate-forme de la prochaine A6, elle reçoit deux V6 essence mais, chez nous, c’est plutôt le V6 diesel 3.0 TDi qui retient l’attention (à partir de 61 500 €). A l’oreille, et même sous le pied droit, il peut d’ailleurs passer pour un essence, tant la filtration des vibrations est exceptionnelle. Epaulés par une transmis-

sion intégrale permanente Quattro et une boîte robotisée S-tronic, ses 245 ch peuvent indifféremment bondir, ou ronronner gentiment dans la circulation routinière, dans une consommation plutôt contenue (9,5 l./100 réalisables “pied léger”) qui doit aussi beaucoup, en ville, à la présence d’un système d’arrêtdémarrage Start&Stop.

tous nos essais sur

Petit retour en arrière

La bataille des présidents s’est soldée par l’échec de celui qui n’acceptait pas d’avoir été battu aux dernières élections. Au bord du chaos, la Côte d’Ivoire va devoir se reconstruire politiquement et économiquement sur fond de revanche et de possibles exactions entre ethnies. L’histoire de ce grand pays africain va-t-elle connaître un nouveau regain ?

Retrouvez toutes nos infographies sur www.lamanchelibre.fr

La Côte d’Ivoire 17 ans d’instabilité politique 1993 - 2000

La succession compliquée de Houphouët-Boigny

Côte d’Ivoire

L’affrontement MALI

BURKINA FASO

2000 - 2007 La difficile présidence Gbagbo L'élection présidentielle de 2000 voit la victoire de L. Gbagbo après de violents affrontements qui ont notamment conduit à la chute de Gueï. Deux ans plus tard, un soulèvement militaire fait plusieurs centaines de victimes. L'armée française déclenche l'opération Licorne alors que les rebelles occupent le Nord du pays, qui est coupé en deux. Les tensions s'apaisent après les accords de Marcoussis lors desquels Gbagbo partage le pouvoir avec l'opposition en échange d'un cessez-le-feu.

L’élection présidentielle de 2010 Prévue en 2005, l'élection a été reportée à 6 reprises. Dans un contexte tendu, un accord intervient en 2007 entre Gbagbo et le chef des rebelles G. Soro, qui devient Premier ministre. Le scrutin est finalement fixé au 31 octobre 2010. Gbagbo arrive en tête devant Ouattara. Troisième, 65 ans Konan Bédié appelle à voter pour Résultat 65 ans 1er tour / Ouattara. Au second tour, Ouattara Résultat 38 % 2nd tour est déclaré vainqueur à 54 % 1er tour : 32 % par la commission électorale. Tandis que Gbagbo est déclaré 54,1 %* 45,9 %* vainqueur à 51 % par le Conseil constitutionnel. Alassane Ouattara

Laurent Gbagbo

YOPOUGON Ambassade de France Primature (résidence du premier ministre)

ADJAMÉ Siège de la Assemblée Radio Télévision nationale COCODY Hôtel Ivoire PLATEAU TREICHVILLE

Laurent GBAGBO

occupe le palais présidentiel Né en 1945 (65 ans). Président depuis 2000, mais battu à l’élection présidentielle de 2010, il se proclame malgré tout élu grâce à l’armée qu’il garde sous son contrôle.

Laurent GBAGBO

est retranché à l’hôtel du Golf Né en 1942 (68 ans). Empêché de se présenter à la présidentielle 2000 sous prétexte d’«ivoirité» douteuse, il obtient 54 % des voix au second tour en 2010.

DEUXPLATEAUX Siège de l’ONUCI

Sites occupés par

Alassane OUATTARA

Korhogo

GUINÉE CÔTE D’IVOIRE Après la mort de F. Houphouët-Boigny Bouaké Man (premier président ivoirien) Daloa en 1993, ses héritiers Yamoussoukro se déchirent. H. Konan Bédié, conformément GHANA à la Constitution, achève le mandat. A.Ouattara, Abidjan LIBERIA alors Premier ministre et qui convoitait le poste, quitte le gouvernement. San-Pedro En 1995, Konan Bédié est élu président après avoir 150 km Golfe de Guinée instauré le concept d'«ivoirité» qui écarte Ouattara du scrutin. Il est renversé en 1999 par un coup d'État militaire mené par le général Gueï qui modifie la Constitution et entérine le concept d'«ivoirité».

* Selon la commission électorale

Vers ABOBO

Parc P du B Banco

Lagune Ebrié

MARCORY

ABIDJAN

VRIDI PORTBOUËT

Aéroport

Base de la force Licorne Photos : Reuters

Océan Atlantique

Autres sites 2 km

La France recommande à ses ressortissants de partir

Civils français

12 000, principalement à Abidjan et sa périphérie.

KOUMASSI

Lagune Ebrié

Alassane OUATTARA et Guillaume SORO

Sources : Ministère de la Défense, Ambassade de France

Militaires français

Opération Licorne : 900 hommes ONUCI : 10 hommes


14

entretien

N° 4 - 7 avril 2011

LIVRES

“Le port du voile n’est pas dans le Coran”

Djénane Kareh Tager, co-auteur avec Lubna Ahmad al-Hussein de “Suis-je maudite ?”, rétablit certaines vérités sur l’Islam. ■■ Qui est Lubna Ahmad al-Hussein ? “C’est une Soudanaise qui a été condamnée en 2009 comme 43 000 de ses concitoyennes pour outrage aux mœurs publiques. Sa faute : avoir porté un pantalon.” ■■ A quoi a-t-elle été condamnée ? “A 40 coups de fouet. Lubna s’est révoltée en disant “Le pantalon est obligatoire en Iran et interdit au Soudan. C’est quoi ces charias différentes ?” Pour Lubna, la charia n’est pas la loi d’Allah, c’est celle des hommes. Cette loi peut donc être contestée comme n’importe quelle loi. Lubna a ameuté la presse locale, arabe, internationale et à la suite de cette affaire, elle est devenue la porte-parole des femmes musulmanes.” ■■ Le Coran interdit-il ou non à la femme de por-

ter un pantalon ? “Il n’en parle pas. La seule chose qu’il dit à propos de la tenue vestimentaire est qu’“il vaut mieux porter une djellaba plutôt que de marcher nue”. C’est tout.” ■■ Il ne parle même pas du voile, le hijab… “Le mot hijab est mentionné sept fois dans le Coran. Mais cela n’a rien à voir avec le voile au sens où nous l’entendons. C’est le rideau qui va dissimuler les femmes du Prophète au regard des autres, celui que Dieu pose entre le Prophète et le reste de l’humanité quand il lui donne le Coran ou encore celui qui sépare les habitants de l’Enfer de ceux du Paradis. En aucun cas, il ne s’agit d’un habit.” ■■ Sur quels textes se basent les régimes islamiques pour instaurer de telles règles ? “Le Coran a été révélé par Allah au Prophète et a été retranscrit par les compagnons de Mahomet. Parallèlement, le Prophète a parlé, mais il avait demandé

qu’on ne note pas ce qu’il disait, pour qu’il n’y ait pas de confusion entre le Coran d’inspiration divine et ses paroles. Quand Mahomet est mort, les premiers califes de l’Islam ont donc fait brûler les retranscriptions des dires du Prophète (les hadiths). Mais les hadiths ont continué à se transmettre oralement. De quelques centaines au début, il y en a près de 500 000 aujourd’hui, chacun ajoutant son grain de sel et en inventant. Petit à petit, ces hadiths ont prévalu par rapport au Coran. Et la charia s’est forgée à partir de ces hadiths. Or, la seule vérité pour les musulmans, c’est le Coran.” ■■ La lapidation des femmes pour adultère estelle inscrite dans le Coran ou dans un hadith ? “Le mot lapidation n’existe pas dans le Coran. Des hadiths racontent que le verset de la lapidation a été révélé à Mahomet. Ses compagnons l’ont retranscrit mais il l’a caché sous son lit. Le jour où Mahomet est mort, Aïcha, sa femme, a oublié de

■■ “Dans les hadiths, on trouve tout et son contraire. Par exemple, certains disent que les femmes qui marchent pieds nus seront maudites pour l’éternité, d’autres non.”

fermer la porte. Une poule ou une chèvre, selon les variantes, serait rentrée et aurait mangé la retranscription du verset. On en rirait presque si des centaines de femmes ne se faisaient pas lapider à cause de cette histoire.” La femme est-elle vraiment considérée comme une demi-personne dans le Coran ?

“Il y a un verset où sa parole compte pour moitié. C’est le verset spécifique aux transactions financières. Ce verset a été étendu à tous les domaines de la vie.” ■■ Lubna Ahmad alHussein risque-t-elle sa vie en menant ce combat en faveur des musulmanes ? “Bien sûr. Elle en a

Echapper au déterminisme de ses origines...

Ces Français qui étaient à bord du Titanic

C

L

ette fois, la collection “Terres de France” nous emmène dans les Vosges, à Vittel, pour un roman couvrant la moitié des deux derniers siècles, du Second Empire à la fin de la Seconde Guerre mondiale : une riche période historique, où nous assistons aux débuts de la station thermale vitelloise fondée par Louis Bouloumié. L’héroïne, la Malie, est une de ces filles de paysans a priori vouées à un avenir sans éclat, mais la jeune

fille a suffisamment de caractère et d’ambition pour que nous la voyions employée aux bains de Vittel, se construisant un destin peu conventionnel au prix d’une vie amoureuse pour le moins aventureuse. Les années passant, sa fille Julie connaîtra elle aussi le goût parfois âpre de la liberté, dans l’effervescence d’un Paris artistique dont la description est l’autre facette de ce roman historique et sentimental.

La Fontaine de Gérémoy Auteur : Gilles Laporte Genre : roman Edition : Presses de la Cité 438 pages, 21 €

es auteurs, tous membres de l’ “Association française du Titanic” créée en 1998, ont mené, sous la direction de François Codet, une véritable enquête. Le 15 avril 1912, naufrage du plus grand navire de luxe du monde : déjà bientôt cent ans qu’est survenue cette catastrophe qui a tant marqué la mémoire collective. Sur les quarante-neuf Français qui se trouvaient à bord, passagers ou hommes d’équipage, dix-neuf en ont

réchappé. Qui étaient-il ? Que sont-ils devenus par la suite ? Des questions auxquelles répond ce livre, tout en apportant un éclairage définitif non seulement sur la vie à bord du paquebot, mais aussi sur les circonstances précises du drame. Tout ce que la littérature et le cinéma ont pu produire de sensationnel sur cet événement devra désormais se lire ou se regarder à travers cette étude qui n’a rien à leur envier.

De la souffrance au dépassement de la douleur

Syrie : la clé d’un équilibre Nord-Sud ?

U

D

n mari mort accidentellement : pour transcender ce deuil, la narratrice, dont les accents de vérité sont tels qu’on se demande si elle ne se confond pas avec l’auteur, a trouvé dans la méditation, la contemplation de la nature et la réciproque affection de ses proches, l’échappatoire qui lui permet non d’oublier l’être cher, mais au contraire de sentir au plus profond la vie, par-delà ses apparences sensibles.

Et c’est par le mystère de Pâques, qui nous parle de mort et de résurrection, qu’elle nourrit sa certitude que l’être dépasse le néant : une intuition, oui, mais plus forte que le désespoir, et consolatrice. La réminiscence des moments heureux s’exhale en une prose poétique pleine de joie nouvelle, qu’elle adresse, comme des lettres d’amour, à ceux qui lui sont chers. Qu’ils appartiennent à sa vie d’hier ou à celle d’aujourd’hui.

Le silence est ma joie Auteur : Charlotte Jousseaume Genre : méditations Edition : Albin Michel 154 pages 13 €

ans l’effervescence, véritable révolution, qui secoue en ce moment le monde arabe et dont les enjeux pour l’Occident sont considérables, que fera la Syrie ? Que le Proche-Orient ne soit pas le Maghred induit-il à penser que la république baassiste de Bachar el-Assad restera stable ? Richard Labévière, rédacteur en chef de la revue “Défense”, et Talal el-Atrache, correspondant de presse à Damas, nous apportent de

conscience, mais elle dit que c’est son destin. Elle est très croyante. Elle a fui le Soudan et vit aujourd’hui à Ottawa sous protection. Malgré cela, elle reste très optimiste. Elle sait que son combat n’est pas vain et espère que ses livres permettront à des femmes musulmanes - notamment en Occident - d’ouvrir les yeux”.

très intéressants éléments de réflexion géopolitique. Ouverture, réforme du système politique et économique, alliance avec les gouvernements socialistes d’Amérique latine, pratique d’un islam tolérant et prudente retenue vis-à-vis de l’Iran : la Syrie pourrait bien jouer un rôle majeur dans la pacification des relations internationales.

nos sélections sur

Les Français du Titanic Auteur : collectif Genre : monographie Edition : Marines Editions 240 pages, 24 €

Quand la Syrie s’éveillera... Auteur : Richard Labévière, Talal el-Atrache Edition : Perrin, 386 pages, 22,90 €


N° 4 - 7 avril 2011

DETENTE

LA RECETTE

Préparation et cuisson : 45 mn + refroidissement

●■ 200 g de riz rond ●■ 75 cl de lait environ ●■ 1 sachet de sucre vanillé ●■ 150 g de sucre en poudre ●■ 1 noix de beurre ●■ 1 pincée de sel

Lavez le riz (à risotto)à grande eau. Faites-le bouillir 5 mn environ. Egouttez-le. Mettez le lait sur le feu avec le sucre vanillé, le sel et le riz bien égoutté. Couvrez à demi et laissez cuire, sur feu très doux, jusqu’à absorption presque complète du lait (de 30 à 35 mn). Quand le riz est cuit, retirez-le du feu. Mélangez-y le sucre et le beurre pour terminer la cuisson. Servez le riz au lait bien froid, tel quel ou avec de la confiture. toutes nos recettes sur

Mots croisés Verticalement 1 – Attentive aux moindres détails. 2 – Ils ne sont pas professionnels. 3 – Bavent, mais pas de jalousie. Un sujet pour les élèves. 4 – Plus va et plus il devient grand. S’appelait souvent Martin. 5 – En fin de vie. Est extrait de certains minerais de platine. 6 – Hors norme. 7 – Il niche dans les roseaux des marais. Une dame qui voit loin. 8 – Il inspira Vivaldi. Fais passer dans des trous. 9 – Héliopolis fut son principal lieu de culte. Largeur d’une pièce à piquer. Petite longueur. 10 – Placée à un niveau supérieur.

Des plats alléchants Mon voisin de table, qui a préféré une entrée à un dessert, se régale d’un tartare de courgettes au poulet et au curry. En guise de plat, j’ai opté pour une papillotte de capitaine et gambas, accompagné de riz. La papillotte, faite d’une feuille de bananier, laisse échapper un doux fumet et enferme un poisson et des gambas cuits à point. La sauce relève parfaitement ce poisson au goût discret.

Sudoku

Les solutions 4 5 6 7 A I C H G E E E E R I N O D R O N I R A D M I N I E R E U M M I A

S A S S E S 8 E T E

9 10 R S A U R O H A L U E S S M E M E

Verticalement 1 – Araignées des Pouilles. 2 – Elles en font des couches ! Rendez-vous d’aficionados. 3 – Minces plumes sur le sol. On l’échange en Asie. 4 – Reste rougeoyant dans l’âtre. Morgane, Clochette et Viviane. 5 – C’est l’argon du labo. Repris par quelqu’un d’autre. 6 – Muscle de la cuisse. Le roi se couche devant lui. 7 – Baie nipponne. Bonnes mamans. 8 – Un peu dure à avaler. Petit mot entre amis. 9 – Fille de la rue. 38 mais pas strontium. 10 – Critique moqueuse. Il tourne en banlieue.

Mon voisin avait préféré un onglet tendre et des frites maison. Le repas finit en beauté avec un moelleux au chocolat noir, encore tiède, qui dévoile un cœur fondant à souhait. Un vrai régal ! Les plats proposés sont fins et les prix raisonnables, mais ils peuvent ne pas suffire aux gros mangeurs. Pour eux, le menu ardoise : entrée-plat-dessert à 17€ avec des plats plus adaptés comme la joue de bœuf braisée au miel ou la tartelette choco-noisette, ou encore l’une des choucroutes proposées. Le service est aimable et empressé : c’est une bonne adresse où il fera bon retourner. Pratique. La Walsheim, 260 rue Martainville, Rouen. Tél. 02 35 98 27 50. www. lawalsheim.com.

Horizontalement A – Ils cultivent de grands jardins. B – Modèle de sagesse. Il a de fortes mâchoires. C – Se prend pour un poisson. L’hégire est celle des musulmans. D – Il vivait dans l’ouest du Colorado. Fut nourrice. Effet de surprise. E – Morceaux à cuisiner en pot-au-feu. F – Un bachelier peut y entrer. Terminaison. Un papier qui emballe. G – Erbium en réduction. Acceptées comme hypothèses. H – Industriels. I – C’est monnaie courante en Roumanie. Vieille femme. J – Il nourrit la bête. Emanation putride. 2 3 A R M A A G T E E N U T R S I L R S

1 M I N U T I E U S E

2 3 A R M A A G T E E N U T R S I L R S

4 5 6 7 A I C H G E E E E R I N O D R O N I R A D M I N I E R E U M M I A

S A S S E S

9 10 R S A U R O H A L U E S S M E M E

Horizontalement A – Invitations à la transgression. B – Charrues sans avanttrain. Il passe à Saint-Omer. C – Filet à gibier. C’est le vide complet ! D – Vieilles armes blanches. Un mois où tout est permis. E – Ce n’est sûrement pas le premier ! F – Beau monticule. Ancien abattoir privé. G – Nabuchodonosor y régna. A cheval sur le réglement. H – Profondément blessés. Fin de chantier. I – Prince de légende. Il illumine la voûte céleste. J – Capables de faire preuve de raison. Elle a remplacé la faculté.

L

a Walsheim déploie sa terrasse à l’ombre de l’église Saint Maclou, sous le regard des saints de pierre. Le menu gourmand à 12 €, entrée-plat du jourcafé ou plat du jour-dessertcafé, propose des plats aux noms prometteurs, qui emporte une solide adhésion.

1 M I N U T I E U S E

A B C D E F G H I J

Mots croisés

A B C D E F G H I J

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10

■■ La brasserie au nom alsacien est installée dans une maison de charme construite au XVe siècle.

A B C D E F G H I J

Horizontalement A – Ils cultivent de grands jardins. B – Modèle de sagesse. Il a de fortes mâchoires. C – Se prend pour un poisson. L’hégire est celle des musulmans. D – Il vivait dans l’ouest du Colorado. Fut nourrice. Effet de surprise. E – Morceaux à cuisiner en pot-au-feu. F – Un bachelier peut y entrer. Terminaison. Un papier qui emballe. G – Erbium en réduction. Acceptées comme hypothèses. H – Industriels. I – C’est monnaie courante en Roumanie. Vieille femme. J – Il nourrit la bête. Emanation putride.

LA TABLE

La Walsheim : sur un air d’Alsace

Un grain de fantaisie En sucré, en salé, le riz excelle dans de nombreuses recettes. Riz au lait pour 4 personnes

15

Verticalement 1 – Attentive aux moindres détails. 2 – Ils ne sont pas professionnels. 3 – Bavent, mais pas de jalousie. Un sujet pour les élèves. 4 – Plus va et plus il devient grand. S’appelait souvent Martin. 5 – En fin de vie. Est extrait de certains minerais de platine. 6 – Hors norme. 7 – Il niche dans les roseaux des marais. Une dame qui voit loin. 8 – Il inspira Vivaldi. Fais passer dans des trous. 9 – Héliopolis fut son principal lieu de culte. Largeur d’une pièce à piquer. Petite longueur. 10 – Placée à un niveau supérieur.

A B C D E F G H

J

8 E T E


16

SORTIES

Un spectacle aux couleurs  de la France et de Madagascar Elbeuf-sur-scène accueille, dans le cadre de sa saison culturelle, Mix Métisse. C’est un spectacle musical né du trio franco-malgache, qui est par ailleurs ambassadeur du concours “Chansons sans frontière.” Les morceaux interprétés mêleront le jazz aux chan-

MANIFESTATIONS . Vendredi 8, samedi 9 et dimanche 10 avril : Salon du Livre Ancien, Abbatiale Saint-Ouen. Entrée libre. . Vendredi 8 avril, 20h30 : Stage de dégustations des vins d’Alsace, Maison pour Tous, 2 rue Sergent-Major Tiremberg, Sotteville-lès-Rouen. Réservation obligatoire au 02 35 72 31 05. . Dimanche 10 avril de 15h à 18h : Foire à tout, Place de la Calende, Rouen. . Lundi 11 avril, 8h15 inscriptions pour la promenade dans la campagne normande en train rétro, programmée le 14 mai au départ de Sotteville-lès-Rouen. Renseignements et réservation auprès du Pacific vapeur Club, 02 35 72 30 55. . Mardi 12 avril, 10h30 : Journée d’informations sur le bénévolat en faveur des Séniors, Halle aux Toiles. Entrée libre. Inscriptions indispensables au 02 32 18 20 92. SpEcTAclES . Vendredi 8 avril à 19h, samedi 9 avril à 19h, dimanche 10 avril à 10h et 14h30 : Ces petits êtres étranges (comédie musicale pour enfants), Théâtre du P’tit Ouest, 1, rue de Buffon, Rouen. Réservations au 02 35 98 15 60. . Lundi 11 avril, 19h30 : Tempête ! (théâtre), Théâtre des Deux Rives, 48 rue Louis Ricard, Rouen. Tarifs : 4 à 18 €. Tél. 02 35 70 22 82. . Mardi 12 avril, 20h30 : Geografia (danse), Le Rive Gauche, 20 avenue du Val-L’Abbé, Saint Etienne du Rouvray. Durée : 1h. Tarifs : 8 € à 14 €. Billetterie 02 32 91 94 94. cONcErTS . Vendredi 8 avril : concert de June & Lula et d’Elisa Jo, 20h30, Trianon Transatlantique, 114 avenue du 14 Juillet, Sotteville-lès-Rouen. Tarifs : 8 à 16 €. Tél. 02 35 73 95 15. . Vendredi 8 avril, 20h : Eddy Mitchel, Zénith de Rouen. Tarifs : 45 à 70 €. Tél. 02 32 91 92 92. . Dimanche 10 avril, 16h : Récital d’orgue par Marie Blondel, église Saint Clément, Rouen. Entrée libre. ExpOSITIONS . Du jeudi 7 avril au lundi 30 mai de 9h à 17h : “A la manière d’eux” (exposition photo), Galerie du Temps de (poz), Insa de Rouen, Avenue de l’université, Saint Etienne du Rouvray.

●■ zéNITh  Bernard lavilliers en concert

Bernard Lavilliers sera sur scène, entouré de ses chansons qui mélangent sans fin les genres et les cultures. La poésie accompagnera le soul et le reggae, dans ces mélodies venues d’ici et d’ailleurs. Mardi 12 avril, 20h30, Zénith de Rouen. Tarifs : 40 € et43 €. Tél. 02 32 91 92 92.

●■ ENFANTS Inscriptions pour les ateliers vacances

Depuis le mercredi 6 avril, les inscriptions sont ouvertes pour Planète Vacances, qui propose de nombreux ateliers et animations pour occuper les petits Rouennais durant les congés. Inscriptions à la Direction des Temps de l’Enfant, au rez-de-chaussée de l’Hôtel de Ville, du lundi au vendredi de 8h15 à 16h45. Tél. 02 35 08 68 74.

●■ ExpOSITION  les secrets d’un bon jardinier

Pour les découvrir, il faut aller à l’exposition “Les quatre saisons du jardinier”, au musée des Traditions et des Arts de Martainville. L’art du jardinage a certes évolué depuis la Renaissance, mais les hommes ont toujours été animés de la même passion. Jusqu’au 27 novembre, au château de Martainville, musée des traditions et arts normands. Tarif : 3 €. tél. 02 35 23 44 70.

les chinoiseries se découvrent  en famille au Musée “Musées en famille” est une animation proposée une fois par mois, à 16h, par les Musées de Rouen. Ce sont des visites à deux voix, l’une pour les enfants et l’autre pour ceux qui les accompagnent. Chacun y trouve son compte. Dimanche 10 avril, le musée

de la céramique ouvrira ses portes pour une visite autour du thème des chinoiseries et de l’exotisme. Pratique. Voyage au pays du soleil levant, 10 avril à 16h, musée de la céramique, 1 rue Faucon, Rouen. Tarif : 4 €, gratuit pour les moins de 26 ans.

ExpOSITION  L’art et la musique s’invitent dans les églises

Nouvelle vague du courant d’art

l

es églises du diocèse de Rouen, à l’occasion de l’événement Courant d’Art, exposent pendant un mois les oeuvres de différents artistes contemporains. Expositions de sculptures, peintures et théâtre sont au programme. Pratique. Courant d’Art du 15 avril au 15 mai. Rouen : Installations de Mark Swysen, cathédrale Notre-Dame ; tous les jours de 9h à 18h sauf le lundi matin et le 1er mai. Sculptures de Geneviève Bayle, église Saint-Maclou ; du vendredi au lundi de 10h à 12h et de 14h à 18h. Journée des Peintres, 29 mai de 10h à 16h, abbatiale Saint Ouen. Motteville, Peintures de Matthieu Fourrier, église Saint Pierre, à partir du 18 avril, les mercredis, samedi et dimanche de 15h à 18h et lundi 25 avril. La Ferté Saint Samson, Peintures de Matthieu Fourrier, église Saint Pierre, à partir du 17 avril, les samedis et dimanches de 14h à 17h. Mont Saint Aignan, Peintures et Installations d’Edith Molet-Oghia, église Saint Aignan village, ouvert tous les jours de 10h à 18h. Concert orgue et trompettes le 8 mai à 17h, église Saint Thomas de Cantorbery.

Mark Swyssen

AGENDA

sons et aux musiques traditionnelles de Madagascar. Pratique. Mix métisse, vendredi 8 avril, 20h30, Cinéma Mercure, square Raoul Grimoin Sanson, Elbeuf. Tarifs : plein, 15 €; réduit : 12 €; Reg’arts : 8 €. Réservations, tél. 02 32 96 99 22.

N° 4 - 7 avril 2011

■■ Mark Swyssen exposera ses oeuvres dans le déambulatoire, les absidioles et la chapelle axiale de la Vierge de la Cathédrale Notre-Dame. Toutes les expositions sont en entrée libre.

Un festival pour découvrir l’architecture

D

u 7 au 10 avril, des élèves de plusieurs écoles d’architecture viendront participer à un workshop, lors du festival Architectonik. Les étudiants travailleront à la réalisation d’un habitat, dans une case de 3 m2, autour du thème du nomadisme, en utilisant du carton. En conjugant architecture et concerts gratuits ouverts à tous, les étudiants souhaitent faire connaître leur future profession au grand public.

Pratique. Jeudi 7 avril, soirée à l’O’Kallaghan’s Pub,

■■ Avec ce festival, les étudiants veulent valoriser leur métier.

22h. Vendredi 8 avril, 14h, conférence avec “Echelle inconnue” sur la ville/mobile, Amphi de l’Ensa Normandie, 27 rue Lucien Fromage, Darnétal ; 16h, initiation Théâtre d’Impro, Amphi de l’Ensa ; 18h, lancement du workshop, Grand Hall de l’Ensa ; 20h, théâtre d’impro par Beding Be’dingue. Samedi 9 avril, workshop et animations, Hall de l’Ensa ; 22h, concert, Grand Hall. Infos. www.architectonik2011.wordpress.com


N° 4 - 7 avril 2011

SORTIES toizé Moi divorcent au théâtre de l’echo du robec Dans le cadre du Festival Rire en Seine, l’Echo du Robec accueille cette comédie, adaptée par Jacques Decombes. Certains fêtent leur mariage, d’autres, comme Camille et Simon ,ont décidé de donner une réception pour célébrer leur divorce. Ils ont en effet

ConCert

Il dirige Le Rive Gauche

M

■● Robert Labaye est arrivé en 1997 à la tête du Rive Gauche, à Saint Etienne du Rouvray

tion souhaitez-vous donner au Rive Gauche ? “Qu’il soit ouvert à un public le plus large possible, tant au niveau sociologique, géographique qu’au niveau de l’âge. Nous menons également différentes actions liées à l’activité artistique dans des quartiers. J’ai envie que le public se sente bien et qu’il ait envie de revenir chez nous. C’est pourquoi nous proposons des spectacles très variés. Le prochain est la ‘Comédie des erreurs’, une farce écrite par Shakespeare. Les comédiens y sont extraordinaires”. Pratique. Plus d’infos sur www.ville-saintetiennedurouvray.fr/rivegauche

●● ConCert Guillaume Grand au trianon

Il sera à Sotteville, sa guitare à la main, pour faire entendre sa voix rocailleuse : Guillaume Grand, révélé par sa chanson “Toi et Moi”, véritable tube de l’été, donnera un concert le jeudi 14 avril, à 20h30 au Trianon transatlantique. Tarifs : 9 € à 18 €. Tél. 02 35 73 95 15.

●● insCriptions Des places pour ateliers adultes

Les Musées de Rouen organisent des ateliers pour adultes. Au programme du 3e trimestre : des ateliers animés par le peintre graveur Dominique Penloup. Ils sont accessibles aux débutants comme aux confirmés. Aux ateliers du musée, esplanade Marcel Duchamp. Inscriptions auprès du service des public, tél. 02 35 52 00 62.

●● exposition itinéraire d’Art contemporain

Les particuliers mais aussi les commerçants des quartiers Saint Nicaise et Beauvoisine de Rouen, se feront théâtre d’exposition d’art contemporain. Samedi 9 avril, de 17h à 22h. Un vernissage à partir de 22 h ainsi qu’un concert à l’emporium Galorium, clôtureront l’événement. Entrée libre.

Deux versions de l’oeuvre seront données. Pour le premier concert, davantage à destination des familles,

faites durant la journée seront exposées autour de la fontaine de la place du lieutenant Aubert pour être photographiées à 18 h. Pratique. Marché des Créateurs, Place du Lieutenatn Aubert de 10h à 18h. Une animation sera organisée de 14h à 18h.

l’oeuvre de Moussorgski sera accompagnée d’un conte dit par un comédien, qui emmènera le public dans une histoire où les références à l’exposition de peintures sont nombreuses. Lors du second concert, en plus de l’oeuvre de Moussorgski, l’orchestre jouera Les fontaines de Rome d’Ottorino Respighi ainsi que Les Oiseaux de feu, d’Igor Stravinski. Pratique. Les tableaux d’une exposition en famille, Théâtre des Arts, Rouen, vendredi 8 avril, 19,h. Les tableaux d’une exposition, samedi 9 avril à 19h30 et dimanche 10 avril à 16h. Billetterie : tél. 0810 811 116.

■● C’est Luciano Acocella qui dirigera le concert.

un nouveau Yann tiersen au 106

A

près deux ans de travail, entre l’île d’Ouessant et une petite île du Sud des Philippines, Yann Tiersen a sorti son dernier album, Dust Lane. C’est ce dernier qu’il viendra présenter sur la scène du 106 de Rouen. Dans ces nouvelles chansons, où l’espoir est omniprésent, c’est un autre, un nouveau Yann Tiersen qui se dévoile. Sa musique se démarque de ses précédents albums en mariant le son de la mandoline et de la guitare acoustique

DAnse

Samedi 9 avril, le marché des Créateurs s’installera sur la place du lieutenant Aubert et dans la rue du Père Adam, à Rouen. Cette année, l’assocation Fabrique Emoi, qui organise l’événement, s’est donné pour thème le jardin. Toutes les réalisations

une exposition traduite en musique

oussorgski avait écrit ces pièces après avoir vu l’exposition d’un de ses amis décédé. Ces partitions sont donc la traduction en notes de musique des différents tableaux que l’artiste avait admirés. La musique, écrite pour piano seul, a été adaptée par la suite pour orchestre symphonique par Maurice Ravel. L’oeuvre sera donc donnée à Rouen par l’orchestre dans sa grande formation, offrant une grande palette instrumentale pour le plus grand plaisir des oreilles.

Musique

été touchés par la fameuse crise des sept ans. Pratique. Toizé Moi fêtent leur divorce, dimanche 10 avril, 17h, au théâtre de l’Echo du Robec, 4, impasse des marais de Carville, à Darnétal. Tarifs : 5 € et 11 €. Réservations, tél. 02 35 88 98 86.

7e marché des Créateurs : de la poésie dans le quotidien

aux sonorités plus particulières de synthés vintage. Le hasard est à l’origine de ce mélange original et particulier. Voix et violons s’y rencontrent également, ouvrant de nouveaux horizons au musicien rendu célèbre par la musique de la bande originale du Fabuleux destin d’Amélie Poulain. Pratique. Yann Tiersen, vendredi 15 avril, 20 h au 106, quai Jean de Béthencourt. Tarifs, Location : 19 €. Guichet : 22 €. TR : 17 €. Abonnés : 14 €. Infos, 02 32 10 88 60 ; www.le106.com.

Natahlie Curtis

entretien

■● Robert Labaye, vous dirigez le Rive Gauche, théâtre mais aussi scène conventionnée pour la danse. Qu’est ce que cela signifie? “Nous sommes le lieu de référence de la danse dans l’agglomération : on nous donne ainsi les moyens d’aider à la création et à la représentation de spectacles”. ■● V o u s d o n n e z également des pièces de théâtre ? “Oui et nous sommes attentifs aux équipes de cette région. Nous en accueillons, leur donnons l’espace et le soutien dont elles ont besoin”. ■● Quelle orienta-

17

■● “Dust Lane” est le sixième album studio de Yann Tiersen.

Acmé Ak-mé pour guérir de la douleur

L

a Hangar 23 accueille le 12 avril prochain, un spectacle de danse, à la charnière entre la danse contemporaine, le hip-hop et le buto, une danse née au Japon des traumatismes laissés par la seconde guerre mondiale. Ce spectacle, créé par Karim Amghar, interprète et chorégraphe, est né de la réécriture d’un premier solo Miroirs de l’âme. C’est à Rouen que le créateur-interprète viendra donner son spectacle pour son avantpremière nationale. Au fil de ce solo, qui se dé-

compose en quatre temps, l’interprète retrace les moments-clés de sa vie. Par la danse, il tente également de soulager sa douleur après la perte de sa mère, son frère et enfin son père. Les mots ne peuvent la rendre, c’est donc à travers la danse que Karim Amghar exprime ce qu’il ressent. Pratique. Acmé Ak-mé de Karim Amghar, mardi 12 avril, 20h30. Hangar 23, Boulevard Emile Duchemin. Tarifs : 12 € / 16 €. Réservations :tél. 02 32 18 28 10 ; www.hangar23.fr

■● Le solo Acmé est la réécriture de Miroirs de l’âme.


18

SUR LES ECRANS UGC Centre commercial St Sever - Rouen - Tél : 08 92 70 00 00. ●● Numéro quatre (VF) : tous les jours 11h00, 13h30, 15h40, 17h55, 20h05, 22h15. ●● Philibert (VF) : tous les jours 11h10, 13h55, 16h00, 18h05, 20h10, 22h15 ●● Titeuf le film (VF 3D) : tous les jours 10h40, 14h00, 15h55, 17h45, 19h50, 21h45. ●● Titeuf le film (VF) : tous les jours 11H10, 14h10, 16h10. ●● Pina (VF 3D) : tous les jours 10h50, 13h35, 15h35, 17h35, 19h40, 21h40. ●● Le flingueur (VF) : tous les jours 10h50, 13h50, 15h45, 18h00, 19h55, 21h50. ●● La nostra vita (VO) : tous les jours 11h10, 13h30, 15h30, 17h40, 19h40, 21h40. ●● Morning glory (VO) : tous les jours 10h35, 13h30, 15h40, 17h50, 20h00, 22h10. ●● Sucker punch (VF) : tous les jours 11h00, 13h40, 15h50, 18h00, 20h15, 22h25. ●● Easy money (VO) : tous les jours à 22H30. ●● Rango (VF) : tous les jours 10H45, 13h50, 16h00, 18h10, 20h20. ●● Tous les soleils (VF) : tous les jours 10H55, 13h45, 15h55, 18h05, 20h15, 22h25. ●● Big mamma : de père en fils (VF) : tous les jours (sauf jeu) à 17h55, 20h05, 22h15. ●● Ma part du gâteau : tous les jours 10h55, 15h55, 20h10 (sauf jeu). ●● The company men (VO): tous les jours 13h45, 18h05, 22h20, jeu. 07 à 13h45. ●● L’agence (VF) : tous les jours 11h05 sauf dim. 10, 13h40, 20h15, 22h25. ●● Les femmes du 6ème étage : tous les jours 15h50, 18h00. ●● Bonobos (VF) : sam. 09, dim. 10 à 11h00. ●● Le discours d’un roi (VO) : tous les jours à 17h30. ●● Je n’ai rien oublié (VF) : jeu. 07, ven. 08, lun. 11, 10h35, 13h35, 15h35, 19h50, 21h45, mar. 12, 10h35, 13h35, 15h35, sam. 09, dim. 10, 13h35, 15h35, 19h50, 21h45.

OMNIA Rouen - 28 rue de la République - Tél. 02 35 07 82 70

●● La nostra vita (VO) : jeu. 07, ven. 08, lun. 11, mar.

12, 14h00, 16h20, 19h40, 21h40, sam. 09, dim. 10, 10h30, 14h00, 16h20, 19h40, 21h40. ●● Essential killing (VO) : jeu. 07, mar. 12, 14h10, 19h50, 21h45, ven. 08, lun. 11, 14h10, 16h30, 21h45, sam. 09, dim. 10, 10h40, 14h15, 19h50, 21h45. ●● Revenge (VO) : jeu. 07, sam. 09, mar. 12 à 20h45, ven. 08, dim. 10 à 18h00, lun. 11 à 15h40. ●● 108 - Cuchillo de Palo (VO) : jeu. 07, sam. 09, 20h35, ven. 08, mar. 12, 15h50, dim. 10, lun. 11, 18h05. ●● Les yeux de sa mère : jeu. 07, lun. 11, mar. 12, 14h00, 16h20, 19h25, ven. 08, 14h00, 19h25, sam. 09, dim. 10, 10h30, 14h00, 16h20, 19h25. ●● Rango (VO) : jeu. 07, lun. 11, mar. 12, 13h30, 18h00, ven. 08, 13h30, 20H45, sam. 09, 11h00, 13h30, 18h00, dim. 10, 11h00, 13h30, 20h45. ●● Si tu meurs, je te tue : jeu. 07, mar. 12 à 18h05, ven. 08, lun. 11 à 13h35, dim. 10 à 20h35. ●● Ma part du gâteau : jeu. 07, lun. 11, 14h10, 16h45, 19h30, 21h45, ven. 08, 16h45, 21h45, sam. 09, dim. 10, 10h40, 14h10, 16h45, 19h30, 21h45, mar. 12, 14h10, 16h45, 21h45. ●● Le discours d’un roi (VO) : jeu. 07, sam. 09, dim. 10, mar. 12 à 16h30, ven. 08, lun. 11 à 19h25. ●● Le roman de ma femme : jeu. 07, lun. 11, 17h45, ven. 08, dim. 10 à 20h30, sam. 09, mar. 12, 13h30. ●● Route Irish (VO) : jeu. 07, sam. 09, dim. 10, lun.11 à 21h40. ●● Waste Land (VO) : jeu. 07, 13h35, 20h30, ven. 08, mar. 12, 13h35, 18h10, sam. 09, dim. 10, 11h00, 18h10, lun. 11 à 20h30. ●● Benda Bilili ! : jeu. 07, ven. 08, lun. 11, mar. 12, 15h40, sam. 09, 20h30, dim. 10, 13h30. ●● We want sex equality (VO) : jeu. 07, lun. 11 à 15h40, ven. 08, mar. 12 à 20h35, sam. 09 à 17h45. ●● Precious life (VO) : jeu. 07, ven. 08, sam. 09, dim.10, mar. 12 à 15h45, lun. 11 à 20h45. ●● La dame de Shanghaï (VO) : jeu. 07, lun. 11 à 13h30, ven. 08 à 17h45, sam. 09, dim. 10 à 15h45.

N° 4 - 7 avril 2011

CINEMA

Les aventures de Philibert

■● Jérémie Renier, Manu Payet et Aurélie Montea animent cette histoire sympathique qui éveille dans l’âme du spectateur le souvenir merveilleux d’anciens héros des films de Cape et d’épée comme le Bossu ou Fanfan la Tulipe.

D

ans le royaume de France, en 1550, Philibert est fils de paysan et se destine à prendre la succession de son père et à cultiver les artichauts de Bretagne. Mais, avant de mourir, son père lui révèle son douloureux secret : Philibert n’est pas son fils, mais le fils du comte Fulgence Bérendourt de Saint-Avoise, lâchement assassiné par un homme avec une tache de vin en forme de rose dans le cou. Bien décidé à venger son géniteur, Philibert décide de partir sur les routes, à la recherche de l’assassin. En chemin, il croisera la route de Martin, un brigand au grand cœur, qui deviendra son valet, et de la belle Inès de Bazouges de la Tour en Pendois, une ravissante jeune fille, dont il tombera amoureux. Mais cela ne lui fera pas oublier sa quête, régulièrement contée par un troubadour inspiré. Les films de cape et d’épée font partie de notre patrimoine cinématographique, et on ne pouvait que se désoler de voir ce genre si distrayant tomber en désuétude. Aussi faut-il saluer l’audace de Jean-François Halin (scénariste des “OSS 117”) et de Karine Angeli (scénariste de “Brice de Nice”) d’avoir osé s’attaquer

à ce genre avec cette œuvre parodique qui en respecte tous les codes. Devant des décors de carton-pâte, mais suffisamment bien faits pour qu’ils paraissent authentiques, avec les scènes obligées (les duels à l’épée, de préférence sur les escaliers, les sauts sur l’im-

posant lustre de la grande salle du château, la pure héroïne en danger, les brigands, la taverne, etc.), l’action se déroule, avec force clins d’œil. C’est vivant et bien mené, et on sent que les comédiens se sont beaucoup amusés en entrant dans la peau de personnages

mythiques. Alexandre Astier est un méchant plus vrai que nature et Manu Payet, un valet cocasse et roublard. Pourtant, si l’on sourit souvent, on regrette que la parodie ne soit pas plus cinglante et le rythme plus soutenu. Surtout, si Jérémie Renier possède la prestance qui convient à son personnage, il joue de manière trop outrancière pour convaincre totalement. C’est d’autant plus dommage que l’histoire est sympathique et qu’elle éveille dans l’âme du spectateur le souvenir merveilleux de ses anciens héros (le Bossu, Fanfan la Tulipe, la Tulipe Noire, Cartouche, etc.), sans oublier les héros incarnés par Errol Flynn et Stewart Granger. Marie-Christine d’André

Aventures françaises (2010) de Sylvain Fusée, avec Jérémie Renier (Philibert), Alexandre Astier (Clotindre), Manu Payet (Martin), Élodie Navarre (Inès), Éric Savin (le gratteur/Comédon), Aurélie Montea (Pénélope) (1 h 43).

toute l'actualité du cinéma


N° 4 - 7 avril 2011

19

CINEMA

suite...

●● Franz et le chef d’orchestre : sam. 09 à 13h40,

dim. 10 à 11h15, 15h30. ●● Les moomins et la chasse à la comète : sam. 09, 11h15, 15h00, dim. 10 à 13h40.

Cinéma Gaumont Docks 76 Centre commercial Docks 76 - Rouen - Tél : 089269 66 96

●● Titeuf le film (3D) : tous les jours 11h00, 16h20, 18h20, 20h10, 22h20.

●● Titeuf le film (2D) : tous les jours à 14h20. ●● Philibert : tous les jours 11h15, 13h50, 15h55, 18h00, 20h10, 22h20.

●● Numéro quatre : tous les jours 11h00, 13h45,

15h55, 18h05, 20h15, 22h25. ●● Le flingueur : tous les jours 11h00, 14h25, 16h25, 18h25, 20h25, 22h25. ●● Pina (VO) : tous les jours 11h15, 13h50, 15h55, 18h00, 20h05, 22h10. ●● Sucker Punch : tous les jours 11h00, 13h45, 15h55, 18h05, 20h15, 22h30 ●● Rango : tous les jours 11h00, 13h35, 15h45, 17h55, 20h05, 22h15. ●● Les femmes du 6ème étage : tous les jours 11h15, 16h00, 20h20. ●● L’agence : tous les jours 11h00, 13h35, 15h45, 17h55, 20h05 et 22h25 (sauf lun. 11) ●● L’assaut : tous les jours 11h15, 13h35, 16h20, 18h20, 20h20, 22h20. ●● Le Marquis : jeu. 07, ven. 08, sam. 09, dim. 12, 14h25, 16h25, 20h25, 22h25, lun. 11, 14h25, 16h25, mar. 12, 14h00, 16h00. ●● The company Men (VO ST) : jeu. 07, ven. 08, sam. 09, dim. 10, 11H15, 18H20, sam. 09, lun. 11 à 11h15, mar. 12, 11h15, 17h55. ●● World Invasion : tous les jours à 22h20. ●● Je n’ai rien oublié : tous les jours 11h15, 14h05, 16h05, 18h05, 20h05. ●● Sans identité : tous les jours 13h50, 18h10, 22h30. ●● Ma part du gâteau : tous les jours 11h00 (sauf dim. 10), 13h40, 15h50, 18h00, 20h10. ●● Hell driver : tous les jours à 22h25. ●● Tous les soleils : tous les jours 11h00, 13h30, 15h40, 17h50, 20h00, 22h10. ●● La ligne droite : lun. 11 à 21h00.

Cinéma Gaumont Grand Quevilly 26, bd Pierre Brossolette - Grand Quevilly - Tél : 089269 66 96

●● Titeuf (3D) : tous les jours 13h40, 18h00, 20h10, 22h20, dim. 10, 11h00, 13h40, 18h00, 20h10, 22h20.

●● Titeuf (2D) : tous les jours à 15H50. ●● Numéro quatre : tous les jours 13h40, 15h50,

18h00, 20h10, 22h20, dim. 10, 11h00, 13h40, 15h50, 18h00, 20h10, 22h20. ●● Le flingueur : tous les jours 13h40, 15h50, 18h00, 20h10, 22h20, dim. 10, 11h00, 13h40, 15h50, 18h00, 20h10, 22h20. ●● Philibert : tous les jours 13h40, 15h50, 18h00, 20h10, 22h20, dim. 10, 11h00, 13h40, 15h50, 18h00, 20h10, 22h20. ●● Winx Club (VF 3D) : sam. 09 à 15h40, 17h40, dim. 10, 11h00, 15h40, 17h40. ●● Winx Club (VF 2D) : sam. 09 , dim. 10 à 13h40. ●● Morning Glory : tous les jours 14h00, 16h45, 19h45, 22h15, dim. 10, 11h00, 14h00, 16h45, 19h45, 22h15. ●● Sucker Punch : tous les jours 13h40, 15h50, 18h00, 20h10, 22h20, dim. 03, 11h00, 13h40, 15h50, 18h00, 20h10, 22h20. ●● Rien à déclarer : tous les jours 14h00, 16h45, 19h45, 22h15, dim. 03, 11h00, 14h00, 16h45, 19h45, 22h15. ●● Paul : tous les jours 14h00, 16h45, 19h30. ●● World invasion : jeu. 07, ven. 08, lun. 11, 14h00, 16h45, 19h30, 22h15, sam. 09, dim. 10, 19h30, 22h15, mar. 12, 14h00, 16h45. ●● L’agence : tous les jours, 14h00, 16h45, 19h30, 22h15, dim. 10, 11h00, 14h00, 16h45, 19h30, 22h15. ●● Le Mytho : tous les jours 14h00, 16h45, 19h30, 22h15, dim. 10, 11h00, 14h00, 16h45, 19h30, 22h15. ●● Rango : tous les jours à 13h40, 15h50, 18h00, 20h10, 22h20, dim. 10, 11h00, 13h40, 15h50, 18h00, 20h10, 22h20. ●● Tous les soleils : tous les jours à 14h00, 16h45, 19h30, 22h15, dim. 10, 11h00, 14h00, 16h45, 19h30, 22h15. ●● Big Mamma : tous les jours ●● Sucker Punch : tous les jours 13h40, 15h50, 18h, 20h10, 22h20, dim. 10, 11h, 13h40, 15h50, 18h, 20h10, 22h20. ●● Rien à déclarer : tous les jours 14h, 16h45,

19h45, 22h15, dim. 10, 11h00, 14h00, 16h45, 19h45, 22h15. ●● Paul : tous les jours 14h00, 16h45, 19h30. ●● World Invasion : ven. 08, lun. 11, 14h00, 16h45, 19h30, 22h15, sam. 09, dim. 10, 19h30, 22h15, mar. 12, 14h00, 16h45. ●● L’agence : tous les jours 14h00, 16h45, 19h30, 22h15 , dim. 10, 11h00, 14h00, 16h45, 19h30, 22h15. ●● Le mytho : tous les jours 14h00, 16h45, 19h30, 22h15 , dim. 10, 11h00, 14h00, 16h45, 19h30, 22h15. ●● Rango : tous les jours 13h40, 15h50, 18h00, 20h10, 22h20, dim. 10, 11h00, 13h40, 15h50, 18h00, 20h10, 22h20. ●● Tous les soleils : tous les jours 14h00, 16h45, 19h30, 22h15 , dim. 10, 11h00, 14h00, 16h45, 19h30, 22h15. ●● Big Mamma : tous les jours 13h40, 15h50, 18h00, 20h10, 22h20, dim. 10, 11h00, 13h40, 15h50, 18h00, 20h10, 22h20. ●● Bonobos : sam. 09, 13h40, 15h50, 18h00, dim. 10, 11h00, 13h40, 15h50, 18h00. ●● Chez Gino : tous les jours 14h00, 16h45, 19h30, 22h15, dim. 10, 11h00, 14h00, 16h45, 19h30, 22h15. ●● Hell driver : jven. 08, lun. 11, 13h40, 15h50, 18h00, 20h10, 22h20, sam. 09, dim. 10, 20h10, 22h20, mar. 12, 13h40, 15h50, 22h20. ●● Easy Money : tous les jours à 22H15.

Le Melville 75 Rue du Général Leclerc - Rouen - Tél : 02 32 76 73 21 ●● Incendies : ven. 08, sam. 09, lun. 11, mar. 12, 17h00, 20h30, sam. 09, dim. 10, 14h00, 17h00, 20h30. ●● Les duellistes (VO) : dim. 10 à 19h00, ven. 08, mar. 12 à 14h15, sam. 09, lun. 11 à 16h15. ●● Ma compagne de nuit : sam. 09, lun. 11 à 14h15, ven. 08 à 19h00, dim. 10 à 21h00. ●● Adieu poulet : sam. 09, lun. 11 à 19h00, dim. 10 à 16h30, mar. 12 à 16h15. ●● Beau père : ven. 08 à 16h15, sam. 09, lun. 11 à 21h00, mar. 12 à 19h00. ●● Un mauvais fils : ven. 08 à 21h00, dim. 10 à 14h15, mar. 12 à 21h20. ●● Le Decameron : dim. 10 à 13h30, ven. 08, lun. 11 à 16h00, sam. 09, mar. 12 à 20h45. ●● Les contes de Canterbury : jeu. 07, dim. 10, 16h00, ven. 08, lun. 11, 20h45, sam. 09, mar. 12, 13h30. ●● Les mille et une nuits : dim. 10, 20h45, ven. 08, lun. 11, 13h30, sam. 09 à 16h00. ●● Ha Ha Ha (VO): ven. 08, sam. 09, dim. 10, lun. 11 à 18h30, mar. 12, 16h00, 18h30. ●● Les rêves dansants : ven. 08, sam. 09, dim. 10, lun. 11, 15h40, 21h20, mar. 12, 15h40, 17h30, 21h30. ●● Equinoxe : ven. 08, sam. 09, dim. 10, lun. 11 à 17h30. ●● CirKus Columbia (VO) : jven. 08, sam. 09, dim. 10, lun. 11 à 19h10, mar. 12 à 19h20. ●● La femme aux 5 éléphants (VO) : tous les jours à 13h45.

■● Passage réussi de la BD au cinéma.

Titeuf, le film

T

iteuf est désespéré : Nadia donne une fête pour son anniversaire et ne l’a pas invité. Pire, depuis quelque temps, ses parents passent leur temps à se disputer et ils ont décidé de se séparer, pour prendre du recul, comme ils le lui ont expliqué. En vertu du principe que l’on n’est jamais mieux servi que par soi-même, c’est Zep lui-même qui a décidé de porter à l’écran sa célèbre bande dessinée mettant en scène les aventures de son jeune héros. Bénéficiant d’un beau budget, il a réussi un film d’animation de belle facture,

avec de nombreuses péripéties, des gags amusants (et pas trop vulgaires !) et quelques touches d’émotion. Quant à la bande originale, elle est remarquable et permet une brève scène avec un clone de Johnny Hallyday. Film d’animation français (2010) de Zep, avec les voix de Donald Reignoux (Titeuf), Maria Pacôme (Mémé), Jean Rochefort (Pépé), Zabou Breitman (Maman), Sam Karmann (Papa), Mélanie Bernier (Nadia), Michael Lonsdale (le psy) (1 h 27).

Grand Mercure Square Raoul Sanson - Elbeuf - Tél : 08 92 68 00 72 ●● Scream 4 : mar.12, avant-première à 21h45. ●● Numéro quatre : ven. 08 à 21h45, sam. 09, 14h15, 16h45, 19h30, 21h45, dim. 10, 10h30, 14h15, 16h45, 19h30, lun. 11 à 14h15, 20h30, mar. 12 à 21h45. ●● Le flingueur : ven. 08, 19h30, 21h45, sam. 09, 16h45, 21h45, dim. 10, 14h15, 16h45, lun. 11 à 14h15, mar. 12 à 21h45. ●● Titeuf (3D) : ven. 08 à 19h30, sam. 09, 14h15, 16h45, 19h30, 21h45, dim. 10, 10h30, 14h15, lun. 11, 14h15, 20h30, mar. 12 à 19h30. ●● Titeuf le film (2D) : dim. 10 à 16h45. ●● Morning Glory : jeu. 07 à 20h30, sam. 09 à 19h30, lun. 11 à 20h30. ●● Sucker Punch : ven. 08 à 19h30, sam. 09 à 21h45, dim. 10 à 19h30, mar. 12 à 21h45. ●● Big Mamma : ven. 08 à 21h45, sam. 09 à 19h30. ●● Philibert : jeu. 07 à 20h30, ven. 08, 19h30, 21h45, sam. 09, 14h15, 19h30, 21h45, dim. 10, 10h30, 14h15, 16h45, 19h30, lun. 11 à 14h15, 20h30, mar. 12 à 19h30. ●● Africa United : sam. 09 à 14h15. ●● Hell driver : dim. 10 à 19h30. ●● Profs sur le fil : mar. 12 à 20h30.

■● Les adeptes du film d’horreur vont pouvoir à nouveau frissonner avec un quatrième épisode prometteur...


20

N° 4 - 7 avril 2011

DECOUVERTE

La douleur d’une fille de déporté I

l est des histoires qui bouleversent. Celle de Marie-José Bernanose en est une. Chef d’entreprise reconnue au Trait, près de Rouen, où elle dirige la société GVG, spécialisée en mousses et tapis de sports, cette femme de 64 ans a pris la plume pour livrer ses souvenirs d’enfance, elle, la fille de déporté. Dans ce livre, “Si j’avais su, j’aurais pas entendu”, elle ouvre ainsi le couvercle de sa boîte à secrets, ceux d’une petite fille privée d’un père, mort des suites de sa déportation pendant la guerre. Tabou familial Sa famille, engagée dans la Résistance, fut lourdement endeuillée par cette guerre : un grand-père mort en camp d’extermination, un oncle fusillé à l’âge de 20 ans, une grand-mère survivante de l’enfer des camps et, enfin, un père revenu de Dachau avec le typhus et décédé peu après. Marie-José Bernanose avait 3 ans. “Mon enfance s’est déroulée

en intimité avec la mort et la torture”, raconte-t-elle. “Ces sujets étaient tabou. J’ai dû mener un jeu de piste pour comprendre ce qui s’était passé”. Un jour - elle le raconte dans son livre -, sa maîtresse d’école lui demande de lire un passage du livre d’histoire. Il évoque les camps d’extermination. Debout face à la classe, la jeune Marie-José voit alors pour la première fois le visage des déportés et l’image de son père. “Cela me fait si mal de savoir que lui, si beau, a été torturé là-bas”. Son témoignage, rare et simple, ébranle. Ce livre, publié cette année, n’est qu’une nouvelle étape dans sa démarche de témoignage. Depuis cinq ans, Marie-José Bernanose raconte son histoire à des écoliers. “Je leur dis tout. Ils me voient en pleurs. J’ai reçu des centaines de cartes de remerciements”. Un bel hommage aux victimes des camps et à ces résistants déportés, “un peu oubliés par l’histoire”.

■■ Marie-José Bernanose, fille de déporté, aujourd’hui chef d’entreprise dynamique de l’agglomération rouennaise, raconte son enfance douloureuse dans “Si j’avais su, j’aurais pas entendu” (éditions Fabert).

Dans les coulisses de la Seine R

ouen, ce n’est pas que la ville aux cent clochers. C’est aussi un port : le 5e de France. Péniches et navires y évoluent comme dans un ballet bien orchestré, et la tranquillité qui y règne cache une attention et un travail constants à la Capitainerie. Ils sont nombreux à opérer dans l’ombre, comme Stéphane Sorgniard, officier de port adjoint. C’est lui, entre autre, qui informe les usagers du trafic de de la Seine, veille à l’intégrité du domaine public et fait office de coordinateur entre tous les métiers qui interviennent sur le port.

La mer n’est jamais loin

■■ “Ce que j’apprécie à Rouen, c’est que la ville est juste à côté du port. Il y a donc beaucoup de contacts et nous ne sommes pas isolés.”

“Le travail ici est incroyablement diversifié. On gère le trafic fluvial et maritime, la mer n’est jamais bien loin.” Et cela ne peut laisser indifférent cet ancien navigateur de la Marine nationale, fasciné par la mer depuis ses 10 ans. Cette passion l’a conduit aux quatre coins du globe, à travers les océans.

“Au début j’étais parti pour trois ans : je suis entré dans la Marine nationale comme simple matelot, puis j’y ai passé mon brevet de navigateur. Lorsque j’ai quitté la marine, je voulais rester dans une profession en contact avec la mer. J’ai donc passé le concours pour devenir officier de port adjoint.” Et Stéphane Sorgniard ne regrette pas de s’être engagé dans cette voie. “Au port de Rouen, il n’y a pas de risque que la routine s’installe ! Il y a mille choses différentes à faire, des décisions à prendre, des problèmes à gérer, allant du navire qui s’échoue au suivi des matières dangereuses qui entrent dans le port, en passant par la surveillance des fonds du chenal.” Il est à la frontière entre l’aiguilleur et le veilleur, attentif aux détails et à l’écoute des acteurs du port. “C’est un monde qui est très varié tout en reposant sur des cadres bien définis et précis. C’est le mariage de ces deux aspects qui me plaît.”


Tendance Ouest Rouen du 7 avril