Issuu on Google+

NeWs

PORT

Un métro plus grand en 2012

“Tous les voyants sont au vert” N° 1 - 17 mars 2011

Page 8

FaITs DIVers Page 13 Prison : “détenus dans des toilettes” ! sPOrTs Page 14 Hockey : Rouen s’envole en demi-finale

Philippe Deiss, directeur général du grand port maritime de rouen Page6

sOrTIes Page 20 Festival : l’Europe de l’Est en lumière

Rive gauche

La grande métamorphose L’actuel royaume des camions et du stationnement anarchique des quais bas rive gauche est condamné à disparaître. Page 4

SPORTY SAS

65-67 avenue du Mont Riboudet 76000 ROUEN Tél. 02.32.10.27.00 - Fax. 02.32.10.27.09 www.honda-rouen.com

Bonus écologique de 2.000€ réservé aux particuliers (d’après les modalités de la loi de finances 2011). Consommation mixte : 4,5 l/100 km. Emissions de CO2 : 104 g/km. *Donnez vie à vos rêves.

N° 1 - 17 mars 2011

Les temps forts de la semaine 30, Avenue de la République - 76000 Rouen Tél. 02.35.98.28.25 Fax : 02.35.98.28.62

Web Radio - Le journal de Rouen - www.tendanceouestrouen.com

Directeur de la publication : Benoit LECLERC Directeur délégué : François GILLOT Tirage : 45 000 exemplaires. Journal édité par la société Tendance Ouest, quai Joseph Leclerc-Hardy 50000 Saint-Lô Publicité : Nord Ouest Communication, tendancecaen@nordouestcommunication.com Impression : Centre d’Impression de Presse de l’Ouest quai Joseph Leclerc-Hardy - BP 20803 - 50958 Saint-Lô Cedex 9 Reproduction interdite de tout article, illustration, publicité sauf accord écrit du journal.

✔✔ Emplois en Seine 30 000 visiteurs sont attendus au Parc des Expositions, jeudi 17 et vendredi 18 mars. Lire page 7.

✔✔ Transeuropéennes Jusqu’au 26 mars, les Pays d’Europe Centrale et de l’Est occuperont le devant de la scène. Lire page 20.

✔✔ Elections Dimanche 20 mars, plusieurs cantons de l’agglomération votent pour le premier tour des élections cantonales. Lire page 12.

✔✔ Ligue Magnus Vendredi 19 et samedi 20 mars, à 20 h, les Dragons de Rouen reçoivent Amiens pour les demi-finale de Ligue Magnus.

✔✔ Cinéma

✔✔ FC Rouen Place au derby en National ! Les footballeurs du FCR accueillent Pacy-sur-Eure, vendredi 18 mars à 20 h, au stade R. Diochon.

Dimanche 20, lundi 21 et mardi 22 mars, le printemps du cinéma permet d’assister à n’importe quelle séance pour 3 €.

AU COURRIER

EdITORIAL

“Où sont passés les contrôleurs” ?

TEndAnCE OUEST ROUEn

“En revenant de Paris par le train Saint-LazareRouen, le hasard des réservations m’avait placé dans le fond d’une voiture à proximité immédiate du local “réservé au service”. Au départ, je vois deux contrôleurs entrer dans leur cabine. A chaque arrêt, ils descendent sur le quai et remontent aussitôt pour s’enfermer dans leur local. Arrivés au Val de Reuil, l’un des deux descend avec sa sacoche. L’autre reste seul. Aucun contrôle des titres de transport n’a encore été effectué. Le contrôleur restant sort alors de sa cabine et vérifie les billets, le train est aux deux tiers vides. Dix minutes plus tard, il a terminé. Cet épisode prêterait à sourire si nous ne gardions en mémoire les trains empêchés de rouler parce que les contrôleurs sont en grève”. M. Meslin

“L’identité normande”

“Il est déplorable qu’un historien local affirme qu’après cinquante ans, “la séparation normande est trop ancienne pour être réparable”. Le cas normand n’est pas celui de la Corée. Notre région historique a été divisée en deux régions administratives sans consultation de sa population. Le terme de divorce n’est pas recevable. La Normandie économique, culturelle, touristique souffre de cette division imposée et entretenue, l’identité normande aussi. La réunification ne résoudra pas tout, mais elle aura le mérite de redonner de la visibilté à notre région, de l’ambition, des projets, des moyens. C’est aussi cela l’identité”. L. Lemarchant

■✔ Vous aussi, vous souhaitez vous exprimer ? Ecrivez-nous à Tendance Ouest Rouen, 15, place de la Haute Vieille Tour, ou sur redactionrouen@tendanceouest.com

Abonnez-vous à Vous souhaitez recevoir votre journal à votre domicile porté par votre facteur ? Il vous suffit de nous faire parvenir votre nom et votre adresse accompagnés de votre réglement, 58 € pour un an à : Tendance Ouest Rouen,

15, place de la Haute Vieille Tour - 76 000 Rouen - Tél 02.35.98.28.25

Infos, musique

Un autre regard sur notre ville

C

ette année à Rouen, le printemps débute sous le signe de la nouveauté : lancement d’un nouveau journal indépendant dont vous découvrez le premier numéro, mise en ligne d’un nouveau site internet, développement d’un web-radio. L’ensemble repose sur une démarche complète de proximité. Ces trois médias, conçus pour être de solides outils d’information locale, sont en effet animés par une équipe de journalistes et de collaborateurs plurimédia dont l’objectif est de valoriser l’actualité locale sous la forme écrite, le son et la vidéo. Mis gratuitement à la disposition de tous les Rouennais, ces nouveaux supports de communication, sous le titre « Tendance Ouest Rouen », offrent aux annonceurs un moyen unique de toucher au plus large les habitants de l’ agglomération. Les raisons de notre démarche ? Elles sont triples. D’abord, nous entendons offrir aux Rouennais une information de proximité dans une métropole régionale où la

CAThédRALE

■✔ L’équipe de tendance Ouest, devant ses locaux provisoires du 15, place de la Haute vieille tour. Elle emménagera après travaux dans l’ancien cinéma Gaumont.

Presse écrite n’a qu’un faible taux de pénétration par rapport à l’importance de sa population. Ensuite, nous sommes persuadés que les jeunes notamment peuvent reprendre goût à la lecture des journaux, à condition de les mettre directement entre leurs mains. Enfin,

nous souhaitons contribuer avec un esprit d’indépendance au pluralisme de l’information. Imprimé à 45 000 exemplaires, le nouveau journal de Rouen est diffusé par un réseau reposant sur plus de 400 commerces et services de proximité, renforcé par

une distribution directe auprès de la population effectuée par des crieurs dans les lieux les plus fréquentés du centre-ville et près des gares SNCF et routière. Il est fait pour vous et avec vous. François Gillot, directeur délégué

Travaux de printemps sur le clocher

L

a cathédrale qui trône depuis des siècles en plein coeur de Rouen offre une cure de jouvence à son clocher. Des échaffaudages vont venir progressivement masquer les trois clochetons d’angle qui la coiffent. Ils descendront bientôt de leur hauteur pour être restaurés au Hangar 108. Le lieu a l’avantage de n’être pas trop loin du centre ville et de permettre ainsi au public de visiter le chantier. En effet, la ville de Rouen, ainsi que la Drac, ont voulu que ce

■✔ Autour des clochetons, un travail de funambule.

chantier puisse demeurer visible.Les visites devraient pouvoir commencer dès le début du mois de mai. Les dates exactes seront fixées en fonction de l’avancement du chantier. A partir du 28 mars, les ouvriers commenceront à découvrir le clocheton Sud Est. Deux semaines plus tard, il aura disparu pour être restauré. Le 4e clocheton, tombé lors de la tempête de 1999, va également être remis en état. Au terme du chantier, la cathédrale aura retrouvé ses quatre clochetons.

N° 1 - 17 mars 2011

3

Ils manifestent pour réhabiliter  la gare de triage de sotteville La gare de triage de Sotteville : 41 voies qui ne servent plus aujourd’hui qu’à stocker des locomotives inutilisées. En 2002, 2 500 wagons y défilaient quotidiennement. Aujourd’hui, il n’y en a plus qu’une cinquantaine. “On préfère au fret ferroviaire le réseau rou-

TRAVAUx En VILLE ●● sAInT-GERVAIs  Le stationnement et la circulation sont fortement perturbés jusqu’au 1er avril, rue du Renard, rue des Forgettes, rue Henry Barbet et rue Nicolas Mesnager. ●● RUE sAInT-fILLEUL  Travaux entre la rue de Constantine et la rue Mustel et la partie en impasse, jusqu’au 22 mars. Stationnement interdit.

●● RUE VICTOR HUGO  Stationnement interdit du

14 mars au 15 avril entre la rue Alsace Lorraine et la rue Martainville, entre la rue Martainville et la rue Géricault et entre la rue Géricault et la rue d’Amiens.

●● BOULInGRIn  Nettoyage de la place du Boulingrin et rebouchage des trous. Circulation et stationnement des véhicules interdits le 22 mars sur la partie Ouest, le 23 mars sur la partie Est, de 13 h à 18 h. ●● GARE  Branchements de gaz sur la rampe Beauvoisine, du 16 mars au 1er avril. La circulation des véhicules est réduite et le stationnement qualifié de gênant au numéro 2. ●● sAInT-HILAIRE  Remplacement des branchements plomb sur la rampe Saint-Hilaire, du 16 mars au 1er avril. Circulation des véhicules réduite et stationnement interdit et qualifié de gênant au niveau des travaux. ●● HôTEL dE VILLE  Travaux entre la rue du Pont de l’Arquet et la rue des Boucheries Saint-Ouen, du 14 mars au 15 avril. Stationnement interdit par endroit.

●● îLE LACROIx  Travaux sur l’éclairage public, avenue Jacques Chastellain, du 3 mars au 22 avril. Circulation réduit et stationnement interdit sur 30 mètres.

●● RUE ALBERT sOREL  Jusqu’en novembre, des

travaux opérés par la Matmut réduisent la circulation et interdisent le stationnement. La circulation des piétons est déviée.

●● EUROPE  Réhabilitation de la plateforme de métro-bus Europe. Jusqu’au 17 avril, la circulation continuera à être perturbée sur le boulevard de l’Europe. ●● LEs sAPIns  Renouvellement du réseau gaz rue Henri Dunant, du 17 mars au 15 avril. Stationnement interdit selon l’avancement des travaux.

●● POLITIQUE  Hervé Morin en campagne à Rouen Le président du Nouveau Centre, ancien ministre de la Défense, est de passage à Rouen, jeudi 17 mars, dans le cadre de son “Tour de France sur la dépendance”. Il vient également soutenir les candidats de son parti aux élections cantonales.

●● COnféREnCEs  Tout sur le cerveau à H2O Dans le cadre de la semaine nationale du cerveau, organisée du 14 au 20 mars, la communauté d’agglomération organise un cycle de conférences sur le sujet, samedi 19 mars, de 15 h à 17 h 30, à l’espace H2O, quai de Boisguilbert. Au menu : les conséquences du cannabis ou de l’alcool, la mémoire, la sclérose en plaque, le suicide...

●● PARTEnARIAT  Rouen Business school aime l’Asie L’école de commerce Rouen Business School vient d’annoncer la signature de nouveaux partenariats avec des établissements d’études supérieures en Asie, en Inde, au Pakistan, en Chine, à Taïwan et au Vietnam. Rouen Business School regroupe 83 nationalités différentes sur son campus, à Mont-Saint-Aignan.

CHAnTIER 

tier : c’est de la pollution en plus et une dégradation plus rapide des routes, déplore Pierre Ménard, du comité de défense de la gare de triage qui manifestait le 10 mars. C’est en contradiction avec le Grenelle de l’environnement. Il est essentiel de réactiver le fret.”

Le pont Jeanne d’Arc consolidé

C

onsolider le pont Jeanne d’Arc : telle est la raison de tous ces échaffaudages que peut voir le passant. Commencé au mois de janvier, le chantier, piloté par le Groupement Bouygues Travaux Publics et MAES, devrait durer jusqu’en avril, voire mai 2012.

Consolider et rajeunir L’objectif est de renforcer l’ouvrage d’art pour le rendre apte à supporter les nouvelles rames de métro, plus lourdes que les anciennes. Une plateforme vient d’être installée sous le pont afin de permettre aux ouvriers de travailler. Les équipes arriveront début

avril et se relaieront jour et nuit. Le jour, les ouvriers prépareront le chantier, en installant des plaques d’acier qui serviront à renforcer le pont. Les travaux de soudure n’auront lieu que la nuit puisqu’ils nécessitent l’arrêt du métro. Celui-ci circulera donc uniquement de 5 h à 21 h et sera remplacé par une navette en dehors de ces heures. “Nous allons profiter de ce renforcement pour procéder à la réfection des peintures ou des gardes-corps. L’objectif est de redonner au pont trente nouvelles années de vie,” indique Alexandre Burban, directeur technique du chantier, dont le coût est estimé à 5,3 millions d’euros.

■● Le chantier devrait être terminé courant 2012.

4

N° 1 - 17 mars 2011

NEWS

La rive gauche redécouvre son fleuve 18 millions L’aménagement  Paysages Pour le maire des quais bas rive gauche est estimé  à 18 millions d’euros. Le coût est partagé entre la CREA, la Ville, la Région  et le Département.

Valérie Fourneyron, les quais de la  rive gauche, plus larges, seraient  propices à la création d’une “succession de lieux de vie et de loisirs”.

France...

 Parmi les quatre cabinets d’urbanisme retenus, on trouve  deux français : les Lyonnais d’In Situ  et Alexandre Chemetoff, de Gentilly.  Deux “pointures”.

...contre Hollande

  Les deux autres finalistes sont basés  en Hollande :  West 8, de Rotterdam,  auteur de projets prestigieux à travers  le monde, et Okra, d’Oudegracht.

U

n seul mot d’ordre : “se réapproprier les quais”. Après avoir métamorphosé la rive droite, Rouen s’attaque à un autre gros morceau : les quais bas rive gauche, actuel royaume des camions, du stationnement anarchique et fief historique de la foire Saint-Romain. En 2013, une page sera tournée. Les Rouennais pourront flâner sur des quais paysagés, entièrement redessinés.

“La Seine, notre histoire et notre avenir” Fin février, un jury présidé par le maire Valérie Fourneyron a écarté 61 équipes d’urbanistes concurrentes du monde entier pour ne retenir que quatre finalistes, deux françaises et deux hollandaises. Ces dernières remettront leur dossier final le 21 avril, avant que le jury désigne le grand vainqueur en juin. Mme Fourneyron croit dur comme fer en son projet. “Les Rouennais se réapproprient très vite leurs quais, estime-t-elle. Il n’y a qu’à voir le succès de Rouen sur Mer, des terrasses et du concert de l’été, qui se déroulent sur les quais bas rive gauche. La ville, enfin, se tourne vers son fleuve, représentant à la fois son histoire et son avenir”. Le projet comporte trois volets. Le premier, entre les ponts Corneille et Jeanne d’Arc, sera un pur aménagement paysagé en bord de fleuve. Les travaux, qui débuteront en juin 2012,

■■ Les quais bas de la rive gauche offrent une des plus belles vues sur le centre-ville historique. Mais à l’heure actuelle, les rares promeneurs marchent sur un espace bitumé surplombé par le trafic de voitures et de poids lourds.

devraient s’achever à la fin de la même année. Le deuxième volet, entre les ponts Jeanne d’Arc et Guillaume le Conquérant,sera légèrement différent, puisqu’il doit intégrer l’espace nécessaire à l’accueil annuel de la foire Saint-Romain. Enfin, dernier volet, la presqu’île de Waddington, rive droite, sera entièrement repensée,

“afin qu’elle devienne un lieu idéal pour les grandes animations : concerts, foires...”. En juillet 2013, tout devrait être terminé. Rouen aura donc attendu le 21e siècle pour redécouvrir la Seine. “La ville s’est satisfaite trop longtemps de son patrimoine historique. Nos concitoyens ont envie qu’on leur offre un fleuve”, analyse le maire. “L’axe Seine

doit permettre de développer à la fois la qualité de vie, les logements et l’activité économique. Nous ne voulons pas opposer le port et les loisirs”. Autrement dit, il y aura de la place pour tout le monde sur les berges qui, à terme, devraient former un ensemble cohérent, enrichi par les futurs éco-quartiers Flaubert et Luciline. Dans sa volonté de casser

son image de ville submergée par le trafic routier (lire ci-dessous), la municipalité veut rendre la Seine aux promeneurs, afin “d’améliorer la qualité de vie”. En plein coeur de ville, les quais bas rive gauche s’apprêtent ainsi à rentrer dans une nouvelle ère. “Tant mieux, car ils offrent la plus belle vue sur le centre-ville”, affirme Valérie Fourneyron.

La municipalité pourraitt-elle s’attaquer un jour à réaménager plus largement les quais de la rive droite, au niveau du centre-ville, dont la partie supérieure reste un axe de grand trafic automobile ? “Chaque chose en son temps, confie l’édile. De toute façon, je trouve intéressant que les deux rives restent complémentaires.” Thomas Blachère

Les voitures chassées des bords de Seine

S PORTE ES T OUVER DI SAME S 19 MAR 9h-12h h -17 et 14h

COMMUNICATIO COMMUNICATION GESTION INDUSTRIE BATIMENT AUTOMOBILES

www.la-chataigneraie.org

76240 LE MESNIL-ESNARD - 02.32.86.53.00

Si les forains de la Saint-Romain ont gagné leur bras de fer et obtenu que leur emplacement historique sur les quais bas rive gauche soit maintenu, ce ne sera pas le cas des voitures et des poids lourds, particulièrement nombreux à stationner sur ces bords de Seine. Des quais rendus aux piétons et à la végétation ne risqueront-ils pas de créer une pression automobile supplémentaire sur le reste de la ville ? La municipalité balaye l’hypothèse d’un revers de main, mettant en

avant “le développement des transports collectifs et des parkings périphériques. Une étude est en cours. Toutes les grandes villes d’Europe le font”, explique-t-on.

■■ Rive gauche, un vaste parking gratuit en sursis.

Même s’il restera quelques places de stationnement dans cette zone, la bataille engagée par la mairie pour chasser les camions et les voitures du centre s’intensifie. “On doit poursuivre nos efforts en faveur du stationnement organisé. Ce n’est plus possible d’avoir du stationnement gratuit en centre-ville”.

N° 1 - 17 mars 2011

5

NEWS Qui possède Rouen ? Les rentiers,  les collectivités et la Matmut, selon Le Point Jeudi 10 mars, l’hebdomadaire Le Point a consacré 28 pages à Rouen et “Ceux qui la possèdent”. “Cette cité sublime, qui compte le plus grand nombre de mètres carrés par habitant, veut échapper à son destin de “ventre mou” de la France”, pouvait-on lire dès les pre-

CATHéDRALE 

Le roi des enseignes

P

■● A Peinture fraîche, les enseignes se suivent entre les mains de Laurent Savisky, mais ne se ressemblent pas.

A

crit une municipalité et une communauté d’agglomération (la Crea) avides de “s’accaparer une grande partie du patrimoine”, sans oublier l’appétit immobilier hors norme du “mammouth Matmut”ou la difficulté des commerçants indépendants à conserver une place dans

l’hypercentre, confrontés à la pression des enseignes nationales. Enfin, le magazine a rendu visite à l’Ecole nationale de police d’Oissel, partant à la rencontre de celles et ceux qui s’apprêtent à devenir les gardes du corps des grandes personnalités.

L’éclosion des Jardins d’Albane

L’ENTREPRISE

utrefois, les enseignes fleurissaient sur toutes les devantures des magasins. Puis elles se sont faites plus rares mais n’ont jamais complètement disparu. Travail d’artiste Et pour cause, Laurent Savisky perpétue ce métier depuis 1994. Après avoir fait ses armes dans différentes entreprises, il lance à Darnétal “Peinture fraîche”. “C’est un métier dont on ne parle pas énormément et que beaucoup pensaient voir disparaître avec l’arrivée de l’informatique.” Un travail d’artiste pour lequel lui et ses employés marient nouvelles techniques et savoir-faire

mières lignes du dossier. Le magazine s’est penché sur les “secrets” des grandes familles rouennaises “anti -bling-bling”, mais aussi sur ces hommes d’affaire ou rentiers discrets qui se partagent un patrimoine immobilier “très morcelé”. Le Point a également dé-

ancien. Peintures, adhésifs, laques : Peinture fraîche travaille sur tout support et avec tous les matériaux. Le travail est donc loin d’être monotone. “Nous oeuvrons sur des chantiers très différents, puisque nous réalisons des enseignes modernes comme de style plus ancien.” Ces enseignes ne laissent jamais indifférents et souvent interpellent le passant ou le font rêver. “C’est de l’art de rue, gratuit et accessible à tous.” Une affaire de passionnés et d’artistes pour redonner de la fraîcheur et de l’âme à des façades usées. Pratique. Peinture fraîche, 11 rue aux Juifs, Darnétal.

●● HUMANITAIRE  Menguy à la frontière libyenne

Le conseiller municipal UMP rouennais Edgar Menguy, anésthésiste réanimateur au CHU Charles Nicolle, a passé une semaine en Tunisie, tout près de la frontière libyenne, du jeudi 3 au jeudi 10 mars dernier. Il participait à une mission humanitaire en faveur des réfugiés égyptiens et tunisiens de Libye.

●● PORTES-OUvERTES  Le Conservatoire se dévoile

Samedi 19 mars, de 11 h à 17 h, le conservatoire de Rouen, situé au 50, avenue de la Porte-des-Champs, ouvre ses portes. Depuis 2006, l’établissement cherche ainsi à faire découvrir au grand public les enseignements qu’il propose. Etablissement à rayonnement régional, il accueille cette année près de 1 300 élèves. Plus d’informations sur www.conservatoirederouen.fr

●● JARDINS  “Fleurissons Rouen”, top départ !

Réservée aux Rouennais, l’opération annuelle “Fleurissons Rouen” est ouverte aux inscriptions jusqu’au 31 mai. Elle vise à récompenser les plus beaux jardins et les compositions florales privées visibles depuis la rue. Inscriptions en ligne sur www.rouen.fr.

eu à peu, le projet, très attendu par les Rouennais, prend forme. Les travaux ont débuté fin 2010. Aujourd’hui, les terrassement sont terminés, les plantes et les différentes essences qui viendront peupler les jardins d’Albane sont en cours de plantation.

Cour et jardins hauts Après avoir servi lontemps d’espace de chantier, notamment lors de la réfection de la cathédrale, le lieu promet de devenir très bientôt un espace où il fera bon s’arrêter, en plein coeur de la ville, à l’ombre de Notre Dame. A l’emplacement du cloître, prévu au XIIIe siècle mais qui n’a jamais vu le

jour, un jardin à la végétation basse est installé. Il sera accessible depuis la cour des libraires. L’autre partie du projet est constituée de jardins hauts. Des jardins qui ont été conçus pour servir de “refuge” en terme de biodiversité. Sans compter que le vieux marronnier va être conservé pour rendre possible la nidification d’insectes. Les murets de séparation, construits ça et là, réutilisent des pierres de la cathédrale. Ce chantier de taille, 1,5 millions d’euros financés par ville et par la DRAC, a profité de l’édification de l’espace Monnet pour voir le jour. Livraison prévue à l’été 2011.

■● Les Rouennais pourront profiter de ces jardins dès cet été.

6

N° 1 - 17 mars 2011

NEWS

COMMErCE MArITIME  L’African Wind,

un nouveau venu prometteur Plus que jamais, le port de Rouen a le sourire. “L’année 2011 débute sous d’heureux auspices avec cette entrée en service de la nouvelle flotte de Bocs”, s’est réjouit, le 7 mars dernier, la direction de l’établissement, lors du passage de l’African Wind, 166 mètres de long, nou-

ANNIVErSAIrE Le Kinder Bueno

investit le rEr parisien

veau “bébé” de l’armateur allemand de Brême. Il s’agit de la première escale française de ce nouveau type de navire polyvalent, transportant vracs et conteneurs. A terme, ses petits frères African Forest et African River devraient aussi passer par Rouen. De très bon augure.

EXPLIQUEZ-VOUS  Philippe Deiss, le directeur du port de Rouen, est optimiste

”Consolider notre bonne santé” Tous les voyants sont au vert pour le Grand port maritime de Rouen. Mais la réussite n’est pas un long fleuve tranquille.

■■ Il y aura des odeurs de noisette à la station Auber.

Pour les 20 ans du Kinder Bueno, fabriqué à Villers Ecalles, Ferrero va frapper fort. Du 5 au 8 avril, la barre chocolatée sera la star de la station de RER Auber, à Paris, près de la gare Saint-Lazare. Sur plus de 250 m2, un espace de découverte et de

dégustation sera installé là où, chaque jour, transitent 180 000 voyageurs. Plusieurs espaces-bulles - “petites faims”, “fondant” et “légereté” - permettront de se plonger dans une atmosphère dédiée à la noisette. Rien n’est trop beau pour le Kinder Bueno !

●■ THEâTrE  La Canaille va se serrer la ceinture

Le Théâtre de la Canaille a appris, fin janvier, que les subventions accordées par la mairie de Rouen allaient fondre cette année, passant de 39 000 € à 17 000 € . Assumant cette décision, la mairie a justifié cette baisse brutale par le fait qu’elle ne voulait plus soutenir financièrement les cours privés dispensés par le théâtre.

●■ EMPLOI  Les CCI créent un site pour les jeunes

Les chambres de commerce et d’industrie (CCI) de Haute-Normandie ont lancé un site internet destiné aux jeunes et visant à promouvoir les métiers de la maintenance industrielle. “Le héros, c’est toi”, peut-on lire sur la page www.rejoinsmaguilde.fr, qui donne tous les conseils et contacts pour s’orienter vers ces professions.

●■ CANTELEU  La ligne 3 du Teor bientôt renforcée

Début 2012, la Crea entend moderniser la ligne 3 du réseau Teor, à Canteleu. La communauté d’agglomération prévoit ainsi un renforcement de l’accessibilité aux personnes handicapées, des offres de transport et du système d’information. A Canteleu, sept stations vont être réaménagées et un parking créé.

BLOC NOTES UrgENCES SAMU faire le 15. CHU CHARLES NICOLLE : 02 32 88 82 84 PEDIATRIE : 02 32 88 80 29 CENTRE ANTI-POISON : 02 35 88 44 00 CLINIQUE SAINT-JULIEN : 02 32 88 65 65 CLINIQUE DE L’EUROPE : 02 32 18 11 69 SOS MÉDECINS : 02 33 01 58 52 SAPEURS·POMPIERS : 18 POLICE SECOURS : 17 COMMISSARIAT : 02 32 81 25 00 GENDARMERIE : 02 35 07 89 50 GAZ (dépannage) : 0 810 433 076 ÉLECTRICITÉ (dépannage) : 0 810 333 076 PRÉFECTURE : 02 32 76 50 00 ALLÔ LA MAIRIE : 02 35 08 69 00 PHArMACIES DE SErVICE Tél. 39 15 / 02 32 08 04 30 ou 02 32 88 89 95

■■ En 2010, le port a vu son activité liée au trafic maritime bondir de 14,5 %. Quel est votre recette ? “Notre force est de travailler sur plusieurs filières à la fois : les vracs, les céréales, les conteneurs... En 2010, nous avons bénéficié, en tant que premier port européen en la matière, d’un trafic céréalier exceptionnel, tout en réalisant une très belle année sur les hydrocarbures, notre principale activité. Durant les grèves concernant les retraites, le Port de Rouen a été le seul à alimenter l’Ile-de-France.” ■■ Le trafic fluvial se porte-il aussi bien ? “Oui, nous avons également battu un record historique avec une progression de 10 %. On voit que les trafics maritimes et fluviaux se développent ensemble. Ils ne sont pas concurrents.” ■■ Comment a débuté 2011 ? “Les premiers chiffres sont très positifs, avec une activité en hausse de 6 % par rapport à l’an passé. Nous nous maintenons dans les

■■ Directeur général du Grand port maritime de Rouen depuis 2008, Philippe Deiss a de quoi être comblé, même s’il affirme “ne pas faire la chasse aux records”.

vracs liquides et les produits pétroliers et bénéficions de la reprise marquée du marché du papier. Néanmoins, le trafic de céréales devrait être moins bon. Cette année, on ne fera pas la chasse aux records”. ■■ 2011 sera aussi l’année de l’approfondis-

sement du chenal ? “A la fin de l’année, et jusqu’en 2015, nous allons creuser 40 cm en moyenne du Havre à Rouen pour gagner un mètre de tirant d’eau supplémentaire. Cela permettra d’attirer des navires plus chargés et de développer notre activité”.

■■ Le port souffre-t-il des troubles en Afrique et dans le monde arabe ? “Notre activité ne souffre pas trop, mais la crise en Côte d’Ivoire est une vraie menace pour le trafic de cacao. En tant que port de l’Afrique, nous restons vigilants. “

régION  Chèques énergies : agir à la source du problème

L

e 7 mars, Alain Le Vern, président du Conseil régional, et Véronique Bérégovoy, vice-présidente en charge de l’environnement, présentaient le chèque énergie. Le but ? Agir à l’origine des déperditions d’énergie, la mauvaise isolation ou la vétusté du matériel. Peuvent en bénéficier les foyers touchant moins de 45 000€ par an et dont l’habitation a plus de dix ans. Un coup de pouce qui intéressera nombre de particuliers : la facture énergétique est la deuxième

cause d’endettement des ménages. Une thermographie aérienne a permis de cibler les logements les plus énergivores. Première étape : déterminer l’ampleur des travaux à faire par le biais d’un audit en partie financée par la Région avec le Chèque Audit. Le Chèque énergie Travaux sera délivré en priorité pour améliorer l’isolation d’un logement. Les entreprises employées devront être labellisées QUALIBAT. “Ce dispositif évoluera certainement, a souligné Alain Le Vern.

■■ Alain Le Vern l’affirme : “c’est un dispositif unique en France”.

N° 1 - 17 mars 2011

7

NEWS Enseignement public : non à la   diminution des moyens Ils étaient nombreux face à la Préfecture, mercredi 9 février. Devant la décision de supprimer 1400 heures d’enseignement dans les collèges, sans compter la suppression de 156 postes, un rassemblement avaient été décidé. Les mesures touchant l’école maternelle et

Le forum des Emplois en Seine

L’ASSOCIATION

RECRUTEMENT 

La magie d’un golf virtuel

L

■● Stanley Jacquenet devant son “bébé” : le Golf Indoor 76. “

G

olfer sur les plus beaux parcours du monde en restant au chaud et à Rouen, c’est désormais possible. Mardi 1 er mars, le Golf Indoor 76 a ouvert ses portes, dans les locaux du Rouen Squash. Inédit en Normandie, ce nouveau concept met la haute technologie au service du sport. Et le résultat est plutôt bluffant. Club en main, vous voilà face à un écran géant, dans l’ambiance d’un golf virtuel plus réaliste que jamais. Le golfeur n’a plus qu’à frapper sa balle contre l’écran. Instantanément, grâce à un système de calcul ultra-précis, la trajectoire se poursuit dans le “jeu”. Magique. “Les pros

primaire ne seront annoncées qu’en avril, à cause des élections. “Le Conseil Départemental de l’Education Nationale exige le retrait des mesures d’économie et la réaffectation des postes.” a indiqué Didier Marie, Président du Département de Seine Maritime.

qui ont essayé sont repartis impressionnés”, se réjouit Stanley Jacquenet, le gérant. Ce golf d’intérieur s’adresse aux débutants comme aux plus expérimentés, qui pourraient y trouver un moyen idéal de s’entraîner. Sur un deuxième écran, chaque swing est décortiqué et des caméras permettent d’analyser votre geste. L’aspect ludique n’a pas été négligé, avec les modes mini-golf, cibles ou golf démolition. Pratique. Golf Indoor 76, Espace des Marégraphes, 5, Quai de Bois-Guilbert, à Rouen. Tél. 02 32 08 14 31. Internet : golfindoor76.fr. Tarifs 15 € pour 30 minutes et 26 € l’heure.

●● LOGEMENT  Accueillir un étudiant étranger Pour loger ses étudiants internationaux, l’Université de Rouen est à la recherche de logements chez l’habitant, à proximité de Mont-Saint-Aignan et de préférence à moins de 350 € par mois. Renseignements au 02 35 14 69 10.

●● POLEMIQUE  Rififi autour de courts de tennis Plusieurs riverains du Mont-Saint-Aignan Tennis Club sont montés au créneau la semaine dernière, dénonçant un projet visant à détruire deux courts de tennis en terre battue sur le site des Cottes. Pour ces Mont-Saint-Aignanais en colère, ces terrains font partie du patrimoine et du charme de leur quartier.

●● LE TRAIT  Archimède aura des toits tout neufs La Société d’économie mixte de la ville du Trait, la Semvit, procède actuellement à la rénovation de la toiture d’un immeuble de cent logements dans le quartier Archimède. Les travaux devraient se poursuivre jusqu’à l’été. La toiture vétuste de l’édifice, construit en 1960, sera remplacée par une couverture bac acier.

e grand rendez-vous des demandeurs d’emploi tiendra sa 7e édition ces jeudi 17 et vendredi 18 mars, de 9h à 17h30 au Hall 1 du Parc des Expositions de Rouen. Pour ce plus important forum d’envergure régionale, plus de 200 recruteurs sont présents et ce ne sont pas moins de 3500 postes qui sont à pourvoir. Grandes entreprises, mais aussi PME et TPE seront sur place. Les secteurs qui recrutent le plus demeurent, au fil des années, le commerce, la distribution, la vente. 3 500 postes à pourvoir Les Carrefours pour l’emploi, qui organisent l’évènement, soulignent la né-

cessité de préparer sa venue au forum. “C’est la clé de la réussite”, indique un responsable de la société organisatrice. Un site internet expose, à cet effet, la liste des exposants et les postes qu’ils proposent. Le succès des Emplois en Seine ne se dément pas puisque le nombre de candidats croît chaque année. Le bilan qu’en tirent chaque année les organisateurs est globalement positif, comme est bon le taux de satisfaction. Même si le candidat n’obtient pas d’entretiens, le forum est l’occasion de redynamiser sa recherche, voire de redéfinir l’emploi qui l’intéresse.

■● Pour la 7e édition le forum attend 20 000 visiteurs.

8

N° 1 - 17 mars 2011

NEWS Le week-end du 1er mai, les Motonautiques 2011 seront réduites à douze heures Mardi 9 mars, les services de la préfecture, la mairie de Rouen et les représentants du Rouen Yacht Club ont fini par accorder leurs violons : samedi 30 avril et dimanche 1er mai, la prochaine édition des Motonautiques ne durera que douze heures, au lieu

Ferrero soutient le sport solidaire SOCIéTé

AGGLO

des traditionnelles vingtquatre. Cette décision est la conséquence directe du dramatique accident qui a coûté la vie à un gendarme, l’an dernier. “C’est la sécurité qui a tout dicté, a commenté Valérie Fourneyron, maire de Rouen. La course de nuit n’était pas assez sûre.

Cette décision nous convient, car il était important de préserver l’intérêt sportif et populaire”, tout en bénéficiant de règles de sécurité renforcées. Qualificative pour les championnats du monde, la compétition ne se déroulera donc plus de nuit. A la place, les organi-

sateurs ont annoncé deux manches de six heures chacune, le samedi de 14 h à 20 h et le dimanche de 10 h à 16 h. Les paddocks seront ouverts aux publics durant les deux jours, entre 9 h et 17 h. Enfin, une grande fête devrait avoir lieu le samedi soir sur les quais.

Un métro plus grand en 2012

■■ A Rouen, le karaté est un outil d’intégration sociale.

Soutenir le sport comme outil d’intégration d’enfants défavorisés, tel est le but de l’opération “Cinq maillots pour l’avenir”, soutenue dans la région par Ferrero. Comme en 2008, cinq associations sportives seront retenues par l’entreprise, puis épaulées durant trois années. La marque chocolatée mise sur le “sponsoring citoyen”, mêlant des aides financières et humaines.

Des employés donnent de leur temps Pour Frédéric Thil, le directeur général de Ferrero France, l’opération est “stratégique car elle témoigne de notre ancrage local et nous permet de participer à la vie sociale et sociétale de notre région”. A la clé : 10 000 € d’aide

par an, la création d’un blog, le suivi du projet par des employés - les parrains ou marraines - de Ferrero et la promotion de l’association lors d’un match du SPO Rouen Basket. “Gagner ce concours nous a permis de renforcer notre action en faveur des jeunes en difficulté, explique JeanPaul Reusser, professeur au Karaté Club de Rouen, un des lauréats 2008. Financièrement, nous avons pu investir dans du matériel”. Le dépôt des candidatures se déroule jusqu’au 24 avril sur le site www.5maillots. fr. Cette année, le grand public pourra voter en ligne pour les projets de son choix. En juillet, un jury composé de personnalités se réunira pour la sélection finale.

■■ L’agglomération rouennaise va s’offrir 27 nouvelles rames de métro Alstom dernier cri.

D

ans un an tout juste, en mars 2012, l’agglomération rouennaise va voir ses bons vieux métros bleus disparaître un par un, au profit de nouvelles rames ultra-modernes, contruites par Alstom. Début mars, la communauté d’agglomération (Crea) a dévoilé le visage de sa nouvelle acquisition qui lui aura coûté la coquette somme de 61 millions d’euros, quatorze autres millions étant à la charge de la Région. De couleur blanche, doté

AUTOMObILISTeS

Tendance Ouest Rouen recherche un correspondant sur la ville de Rouen Téléphoner au 02 35 98 28 25

de lignes douces et chaleureuses, le métro rouennais version 2012 aura “un intérieur moderne et des sièges indémontables”. Ces nouvelles rames, recyclables à 98 % et consommant 10 % d’énergie en moins, proposeront des informations visuelles et sonores et seront mieux adaptées aux personnes handicapées.

40 000 usagers en plus par jour Sur les vitres, des signes distinctifs de la ville et de la région seront représentés,

tels la cathédrale, le Pont Flaubert, une vache ou encore le Zénith. Mais fantaisie mise à part, ces nouvelles rames permettront avant tout d’accroître les capacités de transport du métro. “Plus grandes, elles pourront accueillir 60 % d’usagers en plus, soit 40 000 personnes supplémentaires par jour”, a détaillé Laurent Fabius, le président de la Crea. Une bonne nouvelle alors que le réseau sature aux heures de pointe, “débordé par son succès”. A l’heure actuelle, près

de 60 000 personnes l’empruntent chaque jour, soit 16 millions de voyageurs par an. Au total, 27 rames nouvelle génération seront ainsi mises en service entre le mois de mars et la fin de l’année 2012. Quant aux anciennes, elles seront revendues en France ou à l’étranger. Parallèlement, trois stations vont être rénovées prochainement : Technopole, Saint-Sever et Boulingrin.En modernisant son métro, l’agglomération de Rouen paufine son image.

bientôt flashés aux feux rouges

R

sout de Barneville, la rue d’Elbeuf, la route de Lyons (RN31) et deux autres points non communiqués.

Au total, la ville comptera six équipements de ce type : sur le boulevard des Belges (notre photo),la rue Bri-

Après l’installation du matériel, les services de l’Etat procéderont à une phase de test durant une à cinq semaines. Sauf imprévu, les nouveaux yeux des feux rouges flasheront en avril. “L’objectif est de réduire la vitesse sur ces portions où il y a d’importants mouvements de piétons”, explique-t-on à la Direction départementale des territoires et de la mer (DDTM).

ouen s’attaque aux grilleurs de feux. Dans quelques semaines, la ville va voir l’apparition de radars de franchissement, appelés “équipements de terrain de franchissement de feux rouges”. En réalité, il s’agit de boucles magnétiques posées sous la chaussée, une avant le feu et une autre après. En cas de franchissement interdit, le véhicule sera flashé deux fois.

■■ Un“radar” de feu rouge boulevard des Belges.

N° 1 - 17 mars 2011

9

NEWS

Le Centre Saint-Sever s’offre un lifting à 4 millions d’euros D

■■ Sauf imprévu, le grand lifting du centre commercial de Saint-Sever devrait être terminé début avril. Des plafonds au parking, toute son identité visuelle a été redynamisée.

es plafonds d’un blanc étincelant, des couleurs “tendance” - framboise, chocolat ou orange -, un logo modernisé et même une zone de rechargement pour véhicules électriques : le centre commercial Saint-Sever a fait fort pour redonner un coup de jeune à son image. Coût de l’opération : 4 millions d’euros (dont un pour les parkings) déboursés par le groupe Unibail Rodamco, également propriétaire des Docks 76. “Le groupe veut des centres de niveau quatre étoiles”, explique Philippe Varin, le directeur des lieux.

de près de 5 % en 2009.

“Fiers de la rive sud”

Dans cette vaste opération, le centre Leclerc, qui occupe 22 % des lieux, a mis la main à la poche, comprenant que son intérêt passait par un centre plus attractif.

Pour “relooker” Saint-Sever, Unibail a fait appel au designer de renom Saguez & Partners. C’est la première fois que le centre, construit en 1978, modernise entièrement son image. “On s’est dit que si l’on ne faisait rien, on allait chuter”, confie le patron du centre. La crise, à Saint-Sever, s’est faite sentir, faisant baisser l’activité

“Ces travaux nous permettent d’affirmer notre côté “village en centre-ville”. Nous modernisons toute notre signalétique tout en développant les espaces verts et les zones de détente. Ainsi, les petits manèges à pièce pour les enfants disparaîtront. On va leur proposer des aires de jeux gratuites, avec des écrans”. Objectif : que les Rouennais aient envie d’y flâner. Car ici, 31 % des visiteurs ne sont “que” des piétons, traversant le centre pour se rendre à un autre endroit de la rive gauche.

“Nous voulons être modernes tout en restant populaires”, précise Philippe Varin. “Nous sommes fiers de faire partie de la rive sud et d’accompagner l’aménagement de ce quartier”.

L’ASSOCIATION

Cuisiner est un jeu d’enfant

■■ Des enfants, mais aussi des hommes retraités, prennent des cours de pâtisserie avec Arnaud Houley.

I

l n’est jamais trop tard pour apprendre à cuisiner. Depuis 2007, l’association “Faites-le vousmême”, présidée par Marie Lionis, donne des cours de cuisine dans ses deux ateliers, rue Eau de Robec et place du 39e Régiment d’infanterie. Dans ce dernier, Arnaud Houley enseigne la pâtisserie avec passion. “Les gens viennent les mains dans les poches et apprennent à faire des chocolats, des macarons ou des sorbets, explique le “professeur”. Le but est qu’ils puissent les refaire chez eux”. Dans l’autre atelier, c’est la cuisine traditionnelle, et surtout la cuisine des quatre coins

du monde, que l’on vient apprendre à dompter. Les cours ne désemplissent pas. “Les livres de cuisine ne peuvent pas tout apprendre. Lors des ateliers, je donne les bases. Ensuite, les participants peuvent écouter leur créativité”, détaille Arnaud Houley. L’association planche aussi sur de nouveaux projets autour de l’alimentation au service de la santé ou de la précarité. Pratique. “Faites-le vousmême” : 160, rue Eau de Robec (cuisine) ou 2, place du 39e Régiment d’infanterie (pâtisserie). Tél. 06 62 81 56 74 ou 06 64 50 71 23.

www.jfcauto.fr

4 RUE DE LILLEBONNE

02 32 10 81 81

10

N° 1 - 17 mars 2011

NEWS Au printemps, partez donc à la découverte  de la Normandie ! Prendre le temps de partir à la découverte de sa région : c’est le but de l’opération “Au printemps, la Normandie se découvre !” “Les habitants doivent devenir les premiers ambassadeurs de la Région” souligne Alain Le Vern, président de la Région Haute Normandie. La

Des éditeurs rouennais  au Salon du livre à Paris EDITION 

ECLAIRAGE 

6e édition, qui aura lieu du 9 avril au 8 mai, a d’abord été conçue pour “Les Normands et les Normands de coeur.” L’opération propose de nombreuses visites à prix réduits, voire gratuites, sur simple présentation du “Pass Découverte”. Et le succès est au rendez-vous :

500 000 brochures-programmes vont être éditées cette année contre 250 000 en 2010. La première année 180 partenaires ont participé à l’événement. Six ans plus tard, ils sont 364. La nouveauté 2011 : le groupement professionnel des boulangers et des bou-

langers-pâtissiers s’associe à l’opération. Dès le début du mois d’avril, le site internet consacré à l’événement ouvrira ses portes : un bon moyen pour préparer ses sorties de chez soi. Et un réservoir d’idées pour le reste de l’année !

Lampadaires, la fin d’une ère

■● Les éditeurs vont à Paris pour “vendre et échanger”.

Du vendredi 18 au samedi 21 mars, une dizaine d’éditeurs régionaux exposeront au Salon du livre, Porte de Versailles à Paris, le rendezvous annuel de référence en France. Parmi eux, quatre éditeurs rouennais : Laurent Campagnolle des éditions

d’Aldébaran, Jean-Marc Deverre de PTC - édition des Falaises, et Max Obione des éditions Krakoen (notre photo), ainsi que les Publications des Universités de Rouen et du Havre (PURH). Pour l’occasion, les deux Normandie seront réunies sur un même stand.

●● AGGLO  Appelez-là désormais “Eau de la Crea” La communauté d’agglomération (Crea)a trouvé un nouveau nom pour la régie publique de l’eau, dont elle a la charge. Désormais, elle se nommera “Eau de la Crea”. Il s’agit de la plus grande régie publique d’eau de France. En janvier 2012, douze nouvelles communes l’intègreront.

●● NATURE  Une nuit pour connaître la chouette Samedi 19 mars, l’association culturelle du château du Taillis, à Duclair, organise sa quatrième nuit de la chouette. De 19 h à 21 h, les participants découvriront tous les petits secrets du rapace nocturne. Une virée dans les allées du château permettra de s’en approcher. Renseignements au 02 35 37 95 46.

●● HISTOIRE  La Tapisserie de Bayeux au Rectorat Pour célébrer le 1 100e anniversaire de la Normandie, le Rectorat de Rouen, 25, rue de Fontenelle, accueille jusqu’au 25 mars une reproduction de la fameuse tapisserie de Bayeux, témoignage unique de la conquête de l’Angleterre par Guillaume, duc de Normandie. Cette reproduction en 9/10e est l’oeuvre de l’artiste-brodeur Claude Biénace. L’exposition, organisée par le Club Unesco - Les Temps d’Art, est visible en semaine dans le hall, de 9 h à 16.

●● AGGLO  Appelez-là désormais “Eau de la Crea” La communauté d’agglomération (Crea)a trouvé un nouveau nom pour la régie publique de l’eau, dont elle a la charge. Désormais, elle se nommera “Eau de la Crea”. Il s’agit de la plus grande régie publique d’eau de France. En janvier 2012, douze nouvelles communes l’intègreront.

●● EMPLOI  Découvrir de nouveaux métiers La Cité des Métiers de Haute-Normandie organise des rencontres pour découvrir certains métiers. Le lundi 21 mars, les métiers d’art occuperont le devant de la scène à 14 h et 15 h 30. Toujours aux mêmes horaires, jeudi 24 mars, à 14 h et 15 h 30, la Cité des métiers présentera le marketing. Le 24 mars ce sera au tour de la communication, puis du bâtiment, le vendredi 25. Des ateliers sont aussi proposés, Vivre et travailler à l’étranger”, le vendredi 18 mars de 9 h 30 à 12 h.

■● Des employés de Citeos changent un lampadaire, rue de la République. Depuis 2007, c’est la routine.

D

ébuté en 2007 par l’ancienne équipe municipale, le remplacement complet du système d’éclairage public de la ville de Rouen ne faiblit pas. “Fin 2012, à la fin du programme, on aura posé au total 10 800 nouveaux luminaires dans la ville”, détaille Christian Lancelin, patron de Citeos Rouen, basée à Grand-Couronne, la société chargée, entre autre, de la réfection de l’éclairage public rouennais. En janvier et février derniers, ce sont des ampoules leds qui ont fleuri

CINéMA 

sur la place du Vieux Marché, comme ce fut le cas sur la place de l’Hôtel de Ville.

Commandée à distance “Les leds ne sont adaptées qu’aux squares et aux places, pas encore aux rues. Nous avons réalisé des tests qui ne se sont pas avérés concluants”, explique le chef d’entreprise. Prochainement, la place de la Pucelle devrait elle aussi être éclairée avec ces luminaires ultre-basse consommation. En revanche, dans le reste de la ville, les lampadaires

nouvelle génération sont équipés d’ampoules aux iodures métalliques. Fini l’éclairage orange des années 80, la lumière moderne est blanche, “a un meilleur rendu des couleurs, consomme beaucoup moins et est directionnelle, donc limite les pollutions lumineuses”. Car les vieilles boules, encore présentes dans certaines zones de la ville, ont une fâcheuse tendance à éclairer le ciel... L’ensemble permet à Rouen d’économiser 30 % d’énergie, une baisse que Citeos

a répercuté dès 2007 sur la facture d’éléctricité adressée à la Ville, cette dernière déboursant actuellement 800 000 € par an pour s’éclairer. Grâce à un système électronique commandable sur chaque lampadaire ou à distance, l’entreprise adapte l’éclairage en fonction des besoins. “Vers deux heures du matin, on diminue l’intensité, sauf à certains endroits, comme au-dessus des passages piétons”, indique ainsi Christian Lancelin. Une idée lumineuse.

Fini, les longues files d’attente

D

epuis le 16 février, quelques clics sur internet permettent d’éviter les files d’attente aux cinémas Gaumont-Pathé des Docks 76 et Grand Quevilly. Ce billet électronique, que l’on peut imprimer chez soi ou transférer sur son portable, est muni d’un code barre qui doit simplement être scanné avant d’accéder aux salles obscures. “Les clients sont très contents, surtout les familles, car cela leur fait gagner du temps”, se félicite Mario Tommasini,

directeur des cinémas Gaumont et Pathé de Rouen. Tous les tarifs, toutes les séances sont concernés par cette nouveauté. Un problème de dernière minute ? “Il est aujourd’hui possible d’acheter ou d’annuler son billet jusqu’à l’heure de la séance.” On peut également acheter les lunettes prévues pour les films 3D. “La vente à distance représente environ 2,5% du volume total de nos ventes. Notre objectif est d’atteindre les 10, voire 15%, et nous pensons les atteindre assez vite.”

■● Le billet électronique : facilité, tranquilité, rapidité !

N° 1 - 17 mars 2011

11

NEWS Tournoi inter-écoles de commerce : les étudiants   sur la piste de danse Ce week-end des 19 et 20 mars, entrechats et chorégraphies s’enchaîneront au Gymnase du Mont Saint Aignan à l’occasion du Rouen Battle of Style. Ce tournoi de danse inter-écoles de commerce est née l’année dernière à la Rouen Business School. Cette année,

Le Kalif au secours des  oreilles qui souffrent

AUDITION 

six écoles feront concourrir leurs danseurs : Audencia, Bordeaux Ecole de Managment, EM Normandie, Euromed Managment, ICN Business School et Rouen Business School. Quatre épreuves sont prévues pour explorer tous les styles de danses, du hip-hop au clas-

sique. Entre programmes imposés et improvisation, les équipes devront se démarquer les unes des autres sous les yeux du jury, présidé par un professionnel de la danse. Cette année, la compagnie de danseurs de Hip-Hop, X-Law, a été invitée. Nathalie Lucas sera la

marraine de l’événement. Le tournoi, ouvert au public, avait attiré l’an passé plus de 200 personnes. Cette année, entre 350 et 400 personnes sont attendus. Les vainqueurs iront voir le spectacle du Miami Ballet City, à Paris. Que les meilleurs gagnent !

SANTé   Pour une naissance moins médicalisée

Accouchez “zen” au CHU

V

■● Le directeur du Kalif, Stéphane Maunier, estime "que le bruit est banalisé, ce qu'il faut éviter à tout prix".

D

ifficile d'avoir manqué la campagne d'affichage sur les "méfaits du bruits". Derrière cette opération, imaginée pour la journée nationale de l'audition du jeudi 10 mars, on retrouve Le Kalif, l'association rouennaise dédiée à la pratique musicale, soutenue par plusieurs insitutions régionales.

cousie (sensibilité extrême aux bruits), mais aussi du stress, des problèmes de sommeil ou de digestion. Et souvent, c'est irreversible. "C'est un problème de santé publique trop peu connu", déplore Stéphane Maunier, le directeur du Kalif, lui-même atteint de ces troubles. Toute l'année, l'association sensibilise à tout va, via des distribuVous avez les oreilles  tions de bouchons d'oreille qui sifflent ? lors de concerts et dans les Ceux qui ne cessent, de- écoles de musique, et par puis 2006, de mettre en l'organisation de concerts garde contre les risques de pédagogiques dans les collésions de l'appareil auditif lèges et lycées. sont donc eux-même des "Le seuil de danger pour professionnels du son. l'oreille est de 85 décibels. Que peut provoquer une Or, une rue bruyante atexposition à des bruits trop teint 80 dB", interpelle élevés ? Des acouphènes Stéphane Maunier. Infor(sifflements permanents mations sur www.gererdans l'oreille), de l'hypera- sonaudition.com.

oilà un an et demi, trois chambres “zen”, les premières en Haute-Normandie, ont vu le jour au CHU Charles-Nicolle de Rouen. “C’est une tendance générale aujourd’hui que de vouloir retrouver les vertus de l’accouchement naturel, que beaucoup opposent d’ailleurs à l’accouchement médicalisé. Mais les deux ne sont pas contradictoires” fait remarquer le professeur Marpeau, chef du service gynécologie-obstétrique à la maternité du CHU. Un succès relatif “Notre idée était de prendre les bons côtés de chaque méthode.” C’est ainsi que sont nés ces salles de travail prévues pour permettre un accouchement moins médicalisé. Le bloc est juste à côté pour pouvoir intervenir si nécessaire. La différence entre une chambre “zen” et une salle de travail dite “classique” ? “La décoration est plus travaillée, on peut y mettre de la musique, des lumières particulières, le lit est de forme ronde, dans une des chambres on dispose même d’une baignoire. C’est surtout l’ambiance qui change. Au niveau médical, on essaie d’intervenir le moins possible. Cela signifie que la future maman n’est pas perfusée et qu’on ne pratique pas de péridurale. ”

■● Lit rond, décorations aux murs, lumières particulières, musique : la chambre “zen” se veut moins médicalisée que la salle de travail “classique”.

A l’heure du retour à la nature et de l’écologie, quel est le succès de ces chambres ‘zen’ ? “La demande n’est pas aussi importante que l’on pourrait croire. On en parle beaucoup parce que c’est assez tendance mais il n’y a pas eu de mouvement de foule.” Si ces salles sont très appréciées par les fu-

tures maman pour le début du travail, rares sont celles qui y restent jusqu’à l’accouchement. “Sur plusieurs centaines de femmes, seulement une vingtaine de naissances à proprement parler ont eu lieu dans ces chambres. Comme nous n’y faisons pas souvent de péridurales, quand les choses se précisent, les

femmes deviennent demandeuses d’un accompagnement plus médicalisé.” Ce sont les mêmes sages-femmes qui assistent aux deux formes d’accouchement : les formations suivies pour ces accouchements naturels sont également utiles dans les salles de naissances conventionnelles.

●● ORDURES  Que faire des déchets végétaux ? La communauté d’agglomération (Crea) rappelle que les déchets végétaux sont ramassées en porte à porte pour les habitats individuels. Selon les quartiers, ils devront être déposés en déchetterie. Les collectes, hebdomadaires, ont repris lundi 14 et mardi 15 mars. Le ramassage est effectué de 5 h 30 à 21 h 30. Renseignements au 0800 021 021.

●● VOYAGES  En excursion avec les seniors Cette année, l’association Rouen Seniors organisera trois voyages : en Haute-Savoie en mai, dans le Finistère en juin et en Chine en septembre. Informations et réservations au 02 32 08 60 80.

**POUR LES MAGASINS SUIVANT L’OPERATION ET SELON AUTORISATION PREFECTORALE

L’approche de la nouvelle saison est synonyme de marché de printemps à Darnétal. Samedi 19 et dimanche 20 mars, l’édition 2011 de cet événement, créé il y a huit ans, aura lieu au centre culturel Savale. Alimentation, vêtements et artisanat local garniront les stands.

*Valable pour toute commande enregistrée du 1er au 31 mars 2011 inclus d’un montant minimum de 1.000€ HT - Hors volets roulants et options. Sur menuiseries PVC = fenêtres, baies et portes - non cumulable avec d’autres offres en cours. Valable pour la pose en rénovation.

●● DARNéTAL  Revoilà le marché de printemps

FERMINOX Avenue Général Leclerc - 76250 DEVILLE-LES-ROUEN - 02 35 76 14 79

12

N° 1 - 17 mars 2011

NEWS

Ils préparent les Jeux olympiques  de Londres à Petit-Couronne Le Centre régional jeunesse et sports de Petit-Couronne accueille une quinzaine de sportifs du monde entier venus préparer les prochains Jeux olympiques 2012 de Londres. Dans le cadre d’un partenariat avec le Comité international olympique, le département

La liste des candidats dans l’agglomération

CANTONALES 

de Seine-Maritime, via sa section Solidarité internationale, se rêve comme “un tremplin pour les jeux”. Plusieurs communes de la communauté d’agglomération se sont liées à l’opération et accueilleront ces sportifs au cours de leur préparation.

La gauche repart favorite

●● ROUEN IV

Caroline Dutarte (PS), Edgar Menguy (UMP), Françoise Lesconnec (EELV), Carine Goupil (FG), José Marin (NPA), Gabriel Calippe (POI), Patrick Lemaçon (FN).

●● ROUEN V

Christine Rambaud (PS), Jean-François Bures (UMP), Cyril Grenot (NC), Martine Fauchard (EELV), Michel Pupin (FN), Hugues Vigier (PCF), Hubert de Bailliencourt (MPF).

●● ROUEN VI

Mamadou Diallo (PS), Salah Benbia (UMP), Laurence de Kergal (NC), Stéphane Martot (EELV), Hélène Klein (FG), Bruno Paluteau (FN), Isabelle Plouchard (DVG), Christophe Chomant (GM), Brigitte Brière (DR). Conseiller général sortant Robert Foubert ne se représente pas.

●● ROUEN VII

Ludovic Delesque (PS), Bruno Devaux (UMP), Alain Mbongo Oyi (NC), Jean-Michel Bérégovoy (EELV), Guy Allain (FN), Gérard Mannig (DVG), Amélie Louvet (PCF). Conseiller général sortant Michel Bérégovoy ne se représente pas.

●● SAINT-ETIENNE-DU-ROUVRAY

David Fontaine (PS), Jacques Gaillard (FN), Jaeoad Khili (EELV), Hubert Wulfranc (PCF), Philippe Renoult (DVG), Michel Champalbert (UMP), Olivier Petit (NPA).

●● SOTTEVILLE-LES-ROUEN OUEST

Luce Pane (PS), Véronique Christol (PCF), Romain Barelle (FN), Benoît Hébert (Alt).

●● MONT-SAINT-AIGNAN

Pierre Leautey (PS), Catherine Flavigny (UMP), Stéphanie Taleb-Tranchard (EELV), Jean-Claude Gaillard (FN), Martine Gest (PCF).

●● MAROMME

David Lamiray (PS), Gérard Levillain (EELV), David Tabesse (FN), Boris Lecoeur (PCF), Frank Prouhet (NPA), Sandrine Henri (UMP).

●● PAVILLY

Pascal Marchal (PS), Valérie Karmere-Loisel (UMP), Thibault Nivière (EELV), Timothée Houssin (FN), AnneMarie Blondel (PCF).

●● GRAND-COURONNE

Dominique Randon (PS), David Cormand (EELV), Patrice Dupray (PCF), Nicolas Bay (FN), Francis Pautrat (UMP).

●● DARNéTAL

Jacques-Antoine Philippe (PS), Bertrand Terreux (NC), Marie Chalin (EELV), Elizabeth Lalanne de Haut (FN), Olivier Demiselle (PCF), Patrick May (DVG), Michèle Prevost (DVD).

●● DUCLAIR

Pierrette Canu (PS), Jean Delalandre (UMP), Jean Dupont (NC), Hubert Avenel (FN), Jérôme Andrieu (PCF), Claire Lutz (EELV), Dominique Ponty (GM). Le conseiller général sortant Bernard Léger ne se représente pas. Abréviations des partis politiques. Alt : Alternatifs. DVD : Divers Droite. DVG : Divers Gauche. EELV : Europe Ecologie Les Verts. FG : Front de gauche. FN : Front National. GM : Gauche Moderne. MPF Mouvement pour la France. NC : Nouveau Centre. NPA : Nouveau Parti Anticapitaliste. PCF : Parti Communiste Français. POI : Parti ouvrier indépendant. PR : Parti Républicain. PRG : Parti Radical de Gauche. PS : Parti Socialiste. UMP : Union pour un Mouvement Populaire.

■● Le Conseil général sera renouvelé de moitié au soir du second tour des élections, le dimanche 27 mars.

C

e dimanche 20 mars, un certain nombre de Rouennais et d’habitants de l’agglomération sont appelés aux urnes. Il s’agit pour eux d’élire ou de réélire leur conseiller général. Le vote ne concerne qu’une partie des cantons de Rouen et de la Seine maritime. En effet, le renouvellement des conseils généraux se fait par moitié tous les trois ou quatre ans. Quatre cantons sont ainsi renouvelables à Rouen, huit dans ses villes voisines (lire ci-contre). Les heureux élus

TéLéVISION 

U

au soir du second tour (27 mars) siègeront pour trois ans seulement, la réforme des collectivités votée récemment entrant en application en 2014.

Nouveau grand chelem ? Dans la métropole régionale, mis à part un grand risque de forte abstention, ce scrutin ne devrait pas révéler de surprises. La gauche socialiste truste actuellement tous les sièges de conseillers de l’agglomération et semble les tenir solidement. Dans le contexte

national toujours marqué par la crise économique et l’impopularité du Président de la République, la droite, déjà minoritaire au sein du Conseil général, ne peut espérer guère plus que sauver les sièges dont elle dispose ,en majorité dans les cantons ruraux. L’enjeu véritable se situe davantage au niveau du taux de participation des électeurs, qui ne se passionnent plus guère depuis quelques années pour une assemblée départementale dont le rôle se réduit progressivement

à celui d’une assistante sociale. Ainsi, les abstentionnistes pourraient être les véritables vainqueurs de la compétition. Il faudra également observer les résultats du Front national qui pourraient être dopés par la montée en puissance de sa nouvelle patronne. Car, et ce n’est pas rien, cette élection à un an du scrutin présidentiel permettra aussi de mesurer l’état des forces politiques en présence. Même si on ne peut que difficilement comparer deux types de scrutin dissemblables.

Rouen à l’heure de Midi en France

n grand chapiteau blanc a établi ses quartiers sur la place de l’Hôtel de Ville. Le logo bleu de France 3 se détache sur fond blanc : Midi en France s’est installé à Rouen pour la semaine. “Nous sommes heureux de valoriser ce que les gens font dans la région”, expliquait Pierre Sled, qui a lancé l’émission. “C’est une vie itinérante, nous allons de de ville en ville pour mettre en avant la culture, la richesse et le patrimoine de chaque coin de France.” Jusqu’au vendredi 18 mars

,Laurent Boyer et son équipe de 14 chroniqueurs partent à la rencontre des gens de la région. Un magazine de proximité qui est un formidable moyen de révéler les perles rares de chaque terroir. Pour la version rouennaise, c’est Jan-Lou Janeir, présentateur et chroniqueur des programmes de France 3 Normandie, qui s’est chargé de mettre en avant le patrimoine normand, la vie en Normandie ainsi que les personnalités originaires d’ici.

■● Pierre Sled, Laurent Boyer et Jan-Lou Janeir.

13

N° 1 - 17 mars 2011

Le cuivre et les métaux, cibles des voleurs Nouvelle illustration, cocasse, de la multiplication des vols de métaux : mercredi 9 mars, trois jeunes adultes ont été interpellés à Rouen par la police. Leur voiture, bloquée sur le pont Mathlide (notre photo), était pleine à craquer de câbles électriques, prisés des

Un an de prison ferme pour le SDF braqueur Jeudi 10 mars, un Oisselien de 27 ans, sans domicile fixe, a été condamné à deux ans d’emprisonnement dont un an ferme suite à deux vols avec violences. Il était également recherché pour avoir incendié quatre véhicules à Saint-Etienne-du-Rouvray, en mai 2010. Les vols, eux,

voleurs pour le cuivre qu’ils contiennent. En janvier et février, la police a recensé 14 vols de ce type dans l’agglomération, contre 76 en 2010. Avec la hausse du prix du cuivre, la tendance reste soutenue. En ligne de mire : les voies ferrées et les bâtiments industriels.

●● MAROMME Tentative de suicide au lycée Vendredi 11 mars, au matin, une lycéenne de l’établissement Bernard Palissy, à Maromme, a fait une tentative de suicide en se jetant du deuxième étage de son lycée. Agée de 18 ans, la jeune femme, élève de première, s’est grièvement blessée. Une cellule psychologique a été rapidement mise en place.

PRISON

remontent aux 1er et 2 mars dernier, près de la place Saint-Marc, à Rouen. Sous la menace d’un couteau, l’individu a d’abord extorqué 20 € dans une boutique d’esthétique. Le lendemain, dans une boulangerie, les cris de l’employée avaient provoqué sa fuite.

”Détenus dans des toilettes”

●● SAINT-MARC Bagarre entre militants extrêmistes Dimanche 13 mars, en plein coeur du marché de la place Saint-Marc, une distribution de tracts politiques a bien failli tourner à la bagarre générale. Des tensions ont éclaté entre près de 50 militants d’extrême gauche, principalement du Nouveau parti anticapitaliste (NPA), et une dizaine de sympathisants du Front national. En s’interposant, la police a évité que l’altercation dégénère.

●● DUCLAIR Rattrapés par la justice belge Jeudi 10 mars, deux jeunes habitants de Duclair ont été placés en détention provisoire, à Rouen. Ils étaient recherchés par la justice belge pour avoir commis deux vols de voitures avec violence l’été dernier, en Belgique. L’un des deux individus est également soupçonné d’avoir organisé un casse dans une parfurmerie de Verneuil-surAvre (Eure), en août 2010.

●● ROUTES Un week-end sous le signe de l’alcool Samedi 12 et dimanche 13 mars, dans l’agglomération rouennaise, les forces de l’ordre ont recensé pas moins de 17 contrôles positifs lors de tests d’alcoolémie au volant. Dimanche, deux Marommais, ayant respectivement 2 g et 1,8 g d’alcool dans le sang, ont causé, tour à tour, deux accidents. Le premier avait pris la fuite après avoir percuté un autre véhicule près des Docks 76 et le second s’était endormi au volant, rue du Champ-des-Oiseaux.

●● GRAND-QUEVILLY La machine à laver prend feu Une femme d’une quarantaine d’année a eu la mauvaise surprise de voir sa machine à laver prendre feu, dimanche 13 mars, dans son logement du Grand-Quevilly, situé boulevard Léon Blum. Intoxiquée par les fumée, elle a été amenée par les pompiers au CHU CharlesNicolle.

●● JUSTICE Un chauffeur de car devant les juges Jeudi 10 mars, au tribunal correctionnel de Rouen, huit mois de prison avec sursis ont été requis à l’égard du chauffeur de car qui avait encastré son véhicule dans un tunnel, près de la maison d’arrêt Bonne-Nouvelle, en juillet 2009. Une douzaine d’enfants et une animatrice de centre aéré avaient été blessés. Le tribunal rendra sa décision mardi 5 avril.

●● ROUEN Flagrant délit de casse de rétroviseurs Dans la nuit de vendredi 11 au samedi 12 mars, trois individus ont été pris en flagrant délit en train de détruire des rétroviseurs, rue Racine, près de la place du Vieux Marché. Bien alcoolisés, ils auraient commencé à commetre leurs méfaits après avoir été refoulés d’une boîte de nuit. Malheureusement pour eux, une patrouille de la Brigade anti-criminalité les suivait depuis plusieurs minutes.

●● GRAND-QUEVILLY Ils mettent le feu à une benne Deux adolescents de 14 et 15 ans ont été interpellés puis placés en garde à vue, mercredi 9 mars, après avoir incendié une benne à ordures, près de l’établissement scolaire Jean Moulin, au Grand-Quevilly, où ils résident. Le feu avait gagné la végétation du parking attenant.

■● La maison d’arrêt de Bonne Nouvelle sera détruite en 2015.

I

l faut que ces procédures se multiplient”, lance Me Etienne Noël, avocat pénaliste et “terreur” de l’administration pénitentiaire. Le 3 mars dernier, grâce à son action, le Tribunal administratif de Rouen a condamné l’Etat à verser de 400 à 4 000 € d’amende à 25 détenus de la maison d’arrêt de Bonne Nouvelle. Son tort : les avoir incarcérés dans des conditions “contraires à la dignité” humaine. C’est la quatrième fois, après 2008, 2009 et 2010, que l’Etat

INCENDIE

est condamné. A chaque fois, Me Noël, membre de l’Observatoire international des prisons, est derrière le coup. “Et j’ai encore 78 nouvelles requêtes qui ont été déposées”. Depuis 2008, les détenus n’ont plus peur d’attaquer l’Etat et son administration pénitentiaire.

“L’Etat doit accepter le débat” “Pourtant, rien ne change, explique l’avocat. Dans des cellules d’une dizaine de mètres carrés, s’entassent deux ou trois détenus. Dans

un coin, on trouve des toilettes avec un cloisonnement limité et sans aération spécifique. Ils me disent : “je suis détenu dans des toilettes”. Pour que la dignité humaine soit respectée, le Comité européen de la prévention de la torture estime à 7 m2 la surface minimum par prisonnier. “Ces nouvelles condamnations doivent contraindre l’Etat à accepter un débat”, estime Me Noël. Selon lui, le construction d’une nouvelle prison ne changera rien si on ne s’interroge pas

sur l’enfermement, “pas une fin en soi”, et sur l’aménagement même des cellules. L’avocat juge que la dignité des détenus pourrait être respectée si ces derniers vivaient seuls par cellule. A Rouen, la maison d’arrêt regroupe plus de 500 prisonniers à travers 291 cellules. “Le problème, c’est que l’administration comptabilise les quartiers pour femmes et mineurs, moins peuplés, pour obtenir un taux de surpopulation générale moins élevé”.

Drame dans les Hauts-de-Rouen

M

ercredi 9 mars, dans les Hauts-deRouen, une petite fille de dix-huit mois a perdu la vie dans un incendie. Vers 4 h du matin, dans un immeuble “verre et acier” de la rue Rameau, un appartement situé au premier étage a été dévoré par les flammes. La mère de famille et trois de ses quatre enfants qui y résidaient ont réussi à passer par la fenêtre, mais le plus jeune n’a pu être sauvé. Outre la famille, sept autres personnes ont été intoxiquées par les fumées et hos-

■● Les flammes ont grimpé jusqu’au quatrième étage.

pitalisées. Une soixantaine de personnes ont été prises en charge. D’après les premiers éléments de l’enquête, l’incendie pourrait être parti d’un chauffage électrique d’appoint. Ce n’est pas la première fois que ces immeubles, construits entre 1966-1975, sont victimes des flammes. Entre 2006 et 2008, Immobilière BasseSeine avait repris la gestion de 25 bâtiments de ce type dans le quartier puis procédé à un vaste programme de modernisation et de remise aux normes.

14

SPORTS

Une fusée burundaise  aux Boucles de la Seine Le Burundais Willy Nduwimana (notre photo) a survolé le semi-marathon des Boucles de la Seine, dimanche 13 mars, à SaintPierre-lès-Elbeuf. En bouclant les quelques 21 km en 1 h 03’49”, le coureur a réalisé le nouveau record du parcours. Il s’est imposé

ENTRETIEN

Garcin : “Il faut battre Pacy”

HOCKEY 

devant les Kenyans Patrick Cherotwo et Dominique Ruto, et l’Ukrainien Sergii Marchuk. Le Havrais Mohamed El Ghazouani, en terminant quatrième, a remporté le titre de champion de Haute-Normandie de la spécialité (photo normandiecourseapied.com).

N° 1 - 17 mars 2011

Volley : Canteleu-Maromme  trébuche à Conflans En Nationale 1 masculine, samedi 12 mars, les volleyeurs de l’AL CanteleuMaromme ont laissé filé les points de la victoire dans la salle de Conflans. Menés deux sets à zéro, les Cantilo-Marommais ont réussi à renverser la vapeur, revenant à 2-2 avant de perdre

sur le fil le cinquième et dernier “round” (21-19). Samedi 26 mars, à 20 h, l’ALCM, troisième à égalité de points avec le deuxième Saint-Nazaire, se rendra à Fréjus (8 e). Objectif : la victoire, afin de conserver une chance d’accéder en Ligue B à la fin de la saison.

Rouen s’envole en demi

on concède un but sur un coup de pied arrêté. Après, c’est difficile de revenir dans le match. On n’a pas fait le maximum pour essayer de prendre les trois points. La marche était haute hier soir”. ■● V e n d r e d i 1 8 mars, vous recevez Pacysur-Eure, relégable, qui n’a pas gagné depuis le 12 janvier dernier. Comment abordez-vous ce match ? ■● Eric Garcin attend une réaction de ses joueurs.

Eric Garcin, l’entraîneur du FC Rouen, fait le point après la défaite de ses joueurs le week-end dernier à Fréjus (1-0) et juste avant le “derby” face à Pacy-sur-Eure. ■● Eric, quelle est votre analyse du match ? “On a fait une première mi-temps où nous avons été costauds défensivement. On ne s’est pas créé beaucoup d’occasions, mais je pense qu’en 2e mitemps, il aurait fallu être encore plus rigoureux en défense, sur un terrain très difficile. Il a plu et il y a eu beaucoup de vent pendant tout le match. On s’était dit qu’il suffirait de se créer deux ou trois occasions et puis, malheureusement,

“On était sur une bonne série avant de perdre, donc il va falloir repartir sur une nouvelle dynamique, derby ou non. Nous avons l’obligation de prendre les trois points”. ■● Vous cumulez les pépins physiques. Où en êtes-vous, côté infirmerie ? “J’ai toujours mes deux premiers gardiens blessés. Le troisième, Salomon Morris, a débuté samedi dernier pour la première fois. C’est vrai qu’il y’a pas mal de petits bobos, ce sont les aléas du métier et cela fait pas mal de chamboulement, mais on s’adapte”. Prochain rendez-vous pour le FCR contre Pacysur-Eure, le vendredi 18 mars à 20 h au stade Robert Diochon.

●● RUGBY  Vitry-Rouen a viré à la bagarre On retiendra, bien sûr, la précieuse victoire du Stade rouennais, dimanche 13 mars, sur la pelouse de Vitry-sur-Seine (3-17), pour le compte de la 9e journée retour de Fédérale 2. Mais Rouennais et Franciliens se sont surtout illustrés en fin de match en se livrant à une véritable bagarre collective. Le 17 avril, Rouen (4e) se rendra à Nantes, à égalité de points.

●● BOXE  Un Rouennais champion de France Samedi 12 mars, à Saint-Quentin (Aisne), Chabane Fehim, licencié au club des Arts de la boxe éducative des Hauts-de-Rouen, a été sacré champion de France amateurs des moins de 64 kg, face à Samir Machrouh (Levallois). Il s’est imposé aux points.

●● ART MARTIAL  18e Open de Taekwondo Dimanche 20 mars, le Rouen Taekwondo Academy organise la 18e édition de son Open, destiné aux catégories benjamins et cadets. Plus de 200 concurrents de toute la France sont attendus au gymnase Saint-Exupéry, entre 9 h 30 et 17 h. Spectacle garanti.

■● Les choses sérieuses commencent pour les Dragons, face à Amiens, en demi-finale des play-offs. (Photo Robaëys)

L

es Dragons de Rouen ont fait respecter leur suprématie. Vendredi 11 mars, en s’imposant sur la petite glace des Pingouins de Morzine lors du troisième match des quarts de finale des play-offs de Ligue Magnus (6-1), ils ont obtenu sans trembler leur ticket pour le dernier carré de la compétition. Quelques jours plus tôt, sur l’île Lacroix, leurs deux premiers matchs face à Morzine s’étaient déjà soldés par deux victoires probantes (6-2 et 4-1).

BASKET 

En demi-finale, les Dragons seront opposés à Amiens, vainqueur à domicile de Briançon trois matchs à un. Si le premier match avait été remporté par Briançon, les Amiénois ont sur renversé la vapeur en enregistrant par la suite trois victoires d’affilée.

Amiens, ennemi coriace Une chose est sûre, cette demi-finale s’annonce haute en couleur entre les deux clubs rivaux du championnat. Cette année, les deux équipes se sont rencontrées

deux fois en saison régulière et le bilan est équilibré. Alors qu’Amiens s’était imposé 4-2 sur sa glace, Rouen avait pris sa revance (5-3) à domicile, lors du dernier match. A l’occasion des quarts de finale de la Coupe de la Ligue, Amiens, abonné aux 4-2, l’avait emporté avant de subir une claque (60) lors du match retour à Rouen. Un bilan encore une fois équitable pour les deux équipes, qui ont su toutes deux profiter du soutien de

leur public pour s’imposer. L’avantage de la glace aura donc son importance pour des Dragons qui auront le bénéfice de recevoir en premier suite à leur première place acquise lors de la saison passée. Les deux premières rencontres se dérouleront le vendredi 18 et samedi 19 mars, à 20 h, dans la patinoire de L’île Lacroix, puis les deux équipes auront rendez-vous le 22 mars au Coliseum d’Amiens, avant des éventuels quatrième et cinquième match.

Service minimum pour le SPO

L

e SPO Rouen s’est imposé dans la douleur (70-66), samedi 12 mars, face au Lille Métropole Basket, actuel 15e du championnat de Pro B. Un match intense où les défenses des deux équipes auront pris le pas sur les attaques. En cause, un manque cruel d’adresse aux shoots au cours de la première mitemps, comme en témoignent les statistiques : 10/30 côté rouennais et 9/28 côté lillois. En seconde mi-temps, les Rouennais ont su accéléré par l’intermédiaire de

■● Kareem Reid a inscrit 12 points. (Photo SPO Rouen)

Jason Siggers, puis conservé une petite avance jusqu’à la fin du match. Grâce à ce succès, le SPO conserve donc sa place de leader devant Nanterre qui, dans le même temps, s’est imposé sur le parquet de Chalons (10275). Lors de la prochaine journée, samedi 19 mars, à 20 h, Rouen se déplacera dans la salle du SO Maritime Boulogne, actuellement dans le ventre mou du classement, tandis que Nanterre se rendra chez la lanterne rouge du championnat, Charleville Mézières.

N° 1 - 17 mars 2011

FraNce MONDe

affaiRe

Renault finalement escroqué ? L’affaire tourne à la bouffonnerie. Le 14 mars, le procureur de Paris, JeanClaude Marin, a déclaré que “l’hypothèse de l’espionnage au profit d’une puissance étrangère” était “désormais abandonnée au profit de la piste d’une escroquerie au renseignement au détriment du groupe”. Autrement dit : le p-dg Carlos Ghosn et le directeur général Patrick Pélata auraient été dupés par leurs propres agents de sécurité interne, qui auraient monté une fausse affaire d’espionnage pour empocher 700 000 euros. Mais l’escroquerie, si elle se confirme, avait été

stupidement conçue : les “comptes en Suisse et au Liechtenstein” attribués aux trois cadres accusés n’existaient pas, ni les mystérieux enquêteurs qu’il avait fallu rémunérer, etc. Principal suspect de cette arnaque “de débiles mentaux” (dit un des avocats), le responsable de la sécurité de Renault est aujourd’hui en prison. Mortifiés, Ghosn et Pélata font maintenant amende honorable, présentent aux trois cadres – Bertrand Rochette, Matthieu Tenenbaum et Michel Balthazard – leurs “excuses” et leur promettent “réparation”. La note sera salée.

CantonaLes et immigRation

marine Le Pen fait campagne... Lundi, sur l’île italienne où transitent des milliers d’émigrants clandestins, la présidente du Front national est allée chercher des voix supplémentaires pour les élections cantonales de l’Hexagone. Arrivée en début d’après-midi à l’aéroport de l’île, elle a été accueillie par une banderole “Lampedusa n’est pas raciste”, brandie par

15

des manifestants venus du continent. Mais Marine Le Pen était l’invitée du maire, Bernardino De Rubeis, élu de l’île parce que membre du parti xénophobe “Ligue du Nord”. Reçue en tant que députée européenne, la Française a accusé l’Union européenne d’être “incapable de juguler le déferlement migratoire”.

Laïcité : le malaise français ne s’améliore pas

Catastrophe géante au Japon

■■ 100 000 soldats japonais ont été affectés à l’action sur le terrain. Ils sont soutenus par les secours affluant de l’étranger

Séisme, tsunami et explosions dans une centrale nucléaire : cette crise sans précédent stupéfie la planète.

P

lus de dix mille morts et 590 000 réfugiés ! Après le tsunami du 11 mars, un second tsunami allait-il maintenant déferler ? Des alertes circulaient lundi, tandis que le pays faisait face à la catastrophe. Elle était immense et double : d’une part, les ravages provoqués directement par le tremblement de terre et le raz-de-marée. D’autre part, l’accident nucléaire de Fukushima Dai-ichi, à 240 kilomètres au nord de Tokyo (35 millions d’habitants) : une centrale située près de la côte, donc inon-

dée par le tsunami... Les dispositifs anti-sismiques des bâtiments avaient fonctionné, les murs avaient tenu bon et les réacteurs s’étaient arrêtés automatiquement, comme prévu ; mais la noyade des circuits électriques par le tsunami avait mis en panne les circuits de refroidissement, infligeant aux réacteurs des fuites, des explosions d’hydrogène, puis un début de fusion, issue redoutable qui pouvait libérer des éléments hautement radioactifs. L’étonnant sang-froid du peuple japonais La fusion nucléaire, cette “fonte” du cœur d’une centrale, est le pire accident envisageable dans cette industrie. Au début de la semaine, les autorités nucléaires ja-

ponaises tentaient de rassurer le pays - et le reste du monde - en assurant que les enceintes de confinement des réacteurs n’avaient pas été endommagées. L’Agence internationale de l’énergie atomique (ONU) constatait pour sa part que les salles de contrôle de la centrale “restaient opérationnelles”. Le gouvernement japonais en déduisait qu’une fuite radioactive de grande ampleur était “improbable, même en cas de fusion des réacteurs”. Mais l’angoisse était immense. Les secours affluent Dans le chaos déchaîné par la catastrophe, le calme de la population japonaise a néanmoins frappé la communauté internationale.

Panne d’eau potable, panne d’approvisionnements, panne d’électricité... Cent mille soldats japonais ont été aussitôt affectés à l’action sur le terrain, pendant que des secours affluaient de l’étranger. Depuis les premières heures de la catastrophe, le Premier ministre Naoto Kan se prodiguait sur le terrain (et à la télévision) vêtu de l’uniforme des services d’urgence, et déclarait : “Le Japon fait face à sa plus grave crise depuis la Seconde Guerre mondiale.” “Les Japonais continuent de se rendre au travail par respect pour leur entreprise”, constataient avec perplexité les envoyés spéciaux des médias européens : “ils restent à Tokyo, par conscience professionnelle.”

Libye : laisser faire Kadhafi ?

R ■■ Olivier Poivre-d’Arvor, nouveau p-dg de France Culture

La classe politique française paraît de moins en moins à l’aise sur le terrain religieux, dont elle s’occupe avec obstination. La semaine dernière, le tout récent p-dg de France Culture, Olivier Poivre d’Arvor, abolissait sans préavis un usage issu de la Libération : la diffusion en direct des fameuses conférences de Carême de Notre-Dame de Paris... Deux jours avant la première conférence, il rompait la convention entre le service public de radiodiffusion et le diocèse – sans prendre la peine d’en aviser le cardinal archevêque, Mgr André Vingt-Trois, qui allait l’apprendre par l’AFP ! Selon des journalistes de la radio, la brutalité du

procédé aurait été dictée à Poivre d’Arvor “par ses pilotes politiques”. Elle semble avoir choqué du côté de l’archevêché, où l’on s’inquiète “de la manière dont le service public de l’audiovisuel envisage ses modes de relation avec l’Eglise, alors même que la place des religions dans la société fait grand bruit dans le débat public”. Pourtant, quinze jours plus tôt, Nicolas Sarkozy (qui nomma Poivre d’Arvor à France Culture) avait prononcé, au Puy-enVelay, un discours préélectoral en l’honneur du “patrimoine chrétien de la France”. Il s’était d’ailleurs attiré ce commentaire d’un membre de la conférence épiscopale : “le christianisme n’est pas un musée.”

eprise en main par les fils du dictateur, l’armée de Mouammar Kadhafi semblait avancer inexorablement vers Benghazi au début de cette semaine, chassant devant elle les débris des groupes d’insurgés. Désarmés, non entraînés, ceux-ci ne pouvaient tenir face aux blindés et aux avions de Tripoli. Le soulèvement, commencé un mois plus tôt, semblait promis à un écrasement suivi d’une implacable chasse aux survivants : après le temps des mercenaires, celui des tortionnaires ? A Benghazi, les porte-parole de la “révolution” lançaient des appels pathétiques à l’aide militaire internationale. Mais celle-ci paraissait de plus en plus improbable. Les ministres des Affaires étrangères du G8, réunis lundi à Paris, tergiversaient. Pourtant la Ligue arabe, 48 heures plus tôt, avait appelé l’ONU à autoriser la mise en

■■ A l’aéroport de Tripoli, l’attente est longue pour les étrangers qui quittent la capitale.

place d’une zone d’exclusion aérienne sur la Libye : procédé militaire qui clouerait au sol les chasseurs-bombardiers de Tripoli et donnerait (peut-être) un répit aux insurgés. Une initiative que Paris et Londres disaient

soutenir... Mais cette initiative signifiait la guerre. Et la Chine, l’Inde et la Russie, ennemies traditionnelles du “droit d’ingérence”, faisaient savoir au Conseil de sécurité de l’ONU qu’elles condamnaient d’avance

toute intervention armée contre Kadhafi. Celui-ci proclamait – non sans cynisme – que le soutien de Pékin et New-Delhi, “meilleurs clients pétroliers que les Occidentaux”, lui suffisait pour narguer le reste du monde.

16

N° 1 - 17 mars 2011

AUTOMOBILE

La Jetta dans la cour des grandes

RePÈReS

Nouvelle, la Jetta séduit par sa grâce, mais  s’avère en marge du  marché français. Un défi  pour VW

●● Peu prisée : Dans la catégorie des voitures compactes,  les berlines conventionnelles  à 4 portes ne réalisent que  de faibles volumes de vente  face aux 5 portes. Du moins  en Europe occidentale, car  dans le reste du monde,c’est  exactement l’inverse !

S

i la Jetta qui vient d’apparaître incarne la sixième génération du modèle, c’est surtout la première à sortir d’une page blanche puisque ses devancières n’étaient que des Golf greffées d’un coffre. Cette nouvelle compacte conserve une silhouette de berline classique avec coffre marqué, par ailleurs très bien dessiné, mais qui l’inscrit ainsi dans une formule peu prisée des automobilistes européens, hormis l’exception “premium” à laquelle elle n’appartient pas d’emblée. “L’allure de la dernière Jetta est une réussite sculpturale” Partant donc sur des bases neuves, Volkswagen a allégé son modèle d’une cinquantaine de kilos tout en l’allongeant de 9 cm, avec un gain en habitabilité arrière (10 % d’espace en plus aux jambes), assorti d’un énorme coffre de 510 litres. L’examen de l’habitacle

tendance

●● Flotte d’entreprise : Sur 

l’Hexagone, la Jetta se positionne en alternative crédible  aux grandes routières d’hier,  406 ou 407, Laguna ou  Mondeo, toutes remplacées  par des modèles plus longs.  Et elle aussi à l’attention  des particuliers désireux de  “descendre en gamme” sans  sacrifier leur confort.

■● Modèle intermédiaire entre Golf et Passat, la nouvelle Jetta introduit un certain raffinement “premium” susceptible de rallier un public opportuniste. Et une silhouette tricorps, peu répandue parmi les compactes.

reste sur cette note favorable grâce à l’équilibre des formes de la planche de bord, qui respire également de qualité. Cette berline 4 portes se situe à la lisière des BMW Série 3… qu’elle déborde d’ailleurs de 11 cm en longueur. En terme d’équipement, la Jetta soutient facilement la comparaison. A la fois par une répartition pertinente autour de trois niveaux (Trendline, Confortline et Carat), et une liste d’options à l’allemande,

au contenu high-tech rare dans cette catégorie. On pense au “Light Assist” qui gère automatiquement l’usage des feux de route (150 €), au “Keyless Access” (démarrage sans clé aux fonctions étendues, 375 €), ou encore à l’aide au stationnement (594 €). Au chapitre des motorisations, que le meilleur également avec le recours à des injections directes, pour les essence TSi comme pour les diesel TDi, où la techno-

logie BlueMotion est aussi largement mise à contribution pour minimiser les consommations (jusqu’à 20 % de moins) et les émissions de CO2. Au volant, difficile de ne pas être d’emblée emballé par la puissance douce et feutrée du TSi 105 ch, dont la double suralimentation essence assure déjà un punch de bon aloi. La direction, incisive, précise et directe, la boîte maniable et bien étagée, le confort de suspension, ainsi que la

discrétion acoustique du moteur, concourent à faire de la nouvelle Jetta une véritable compacte premium. En comparaison, le diesel TDi 105 ch – d’égale puissance donc – n’a pas la limpidité de fonctionnement de son pendant essence. En revanche, le couple encore plus présent permet de bien avancer sur un filet de gaz afin d’économiser du précieux gazole. Alors, vous pensez, avec une cavalerie plus poussée…

●● Plus soignée pour l’Eu-

rope : La Jetta est fabriquée  au Mexique pour le monde  entier, mais les versions européennes sont les plus soignées. Avec planche de bord  en matière moussée et non  en plastique commun, ou 4  freins à disque, et non deux  tambours à l’arrière comme  les Jetta américaines. ●● Verdict :  15.5/20 Sécurité ****  Finition ****  Confort ****  Economie d’usage ***  Séduction/Prix ***

elle inspire de plus en plus de Français

Bouleversements climatiques, souhaits de limiter le CO2, d’indépendance énergétiques et d’économie d’usage, les candidats à la construction se tournent de plus en plus vers un mode de vie soucieux de l’environnement. Voici ce qui leur est actuellement proposé. Retrouvez toutes nos infographies sur www.lamanchelibre.fr

La maison écolo Les matériaux

L’énergie photovoltaïque

L’énergie solaire Pour le chauffage de l’eau sanitaire, les capteurs traditionnels piégeant sanit les vitrée ont fait leur preuve. l calories l i dderrière iè une surface f On peut aller plus loin en recouvrant une partie de la toiture de tuiles photovoltaïques fonctionnant selon le même principe que les panneaux des satellites. Chaque tuile dégage une puissance de 2 watts. Il en faut 250 pour réduire de moitié la facture d’un pavillon.

r Plutôt que la laine de roche ou de verre, la maison verte favorise le chanvre, la laine, le lin ou, pour l’intérieur, le liège.

Ce matériau é i est dde plus l en plus apprécié pour les charpentes, les ossatures, les menuiseries et, bien sûr, le plancher.

Verre protecteur

semi-conducteur de type négatif

Borne négative

semi-conducteur de type positif

jonction Borne positive

Peintures, solvants et colles

AAcheter cheter des modèles marqués par des écolabels garantissant de faibles consommations d’eau et d’électricité.

Les fabricants proposent toute une gammee de peintures, lasures, laques, vernis, colles, huiles et cires évitant les produits dangereux: les asures ne doivent pas contenir de carbonyle, les peintures du formaldéhyde. Les produits à l’eau sont généralement moins nocifs.

Éclairage

Les matériaux

Fonctionnement

Le bois

Appareils ménagers

Utiliser ampoules Utiliser des ampoule fluocompactes. Plus chères à l’achat, elles sont plus résistantes et permettent jusqu’à 75 % d’économie sur la facture.

Les piles photovoltaïques utilisent, comme les transistors, des matériaux semi-conducteurs. Les photons perturbent l’équilibre entre la couche positive et la couche négative. Instable, la matière libère des électrons qui créent un courant continu.

L’isolation

1

Couche de type négatif

Pour l’arrosa l’arrosage, récupérer l’eau de pluie. Crédit d’impôt jusqu’à 40 % du coût de l’équipement.

PPas ass de moquettes synthétiq synthétiques mais des carreaux, des tomettes ou du bois. Pour les plans de travail dans la cuisine, céramiques et autres matériaux passifs sont en vogue. Plutôt que le parpaing, la brique à de bonnes performances en terme d’isolation. A l’intérieur de la maison, pour les murs non porteurs, le béton cellulaire fait figure de produit aidant au développement durable car constitué en grande partie d’éléments naturels, voire de récupération.

Garage

Sous-sols Ils doivent être isolés de l’extérieur mais aussi des pièces d’habitation.

L’isoler du reste de la demeure. A l’intérieur, une voiture peu gourmande en essence, hybride électricité/carburant ou au gaz.

On fait désormais mieux que le double vitrage. Les verres à isolation thermique renforcée sont trois fois plus isolants.

Matrice de semi-conducteurs M

Trou Jonction

Les fenêtres Eau

Au repos

Couche de type positif

2

Au soleil Electron délogé Electron franchissant la jonction Electron délogé

Electron

Rayons lumineux (photons)

Flux d’électrons

N° 1 - 17 mars 2011

interview

17

LIVRES

“A 4 ans, je savais que je serais médecin”

Médecins sans Frontières, Samu social, ministère... A 72 ans, Xavier Emmanuelli jette un regard plein de sérénité sur sa vie. ■■ P o u r q u o i a v e z vous écrit un“livre-testament” alors que vous n’avez que 72 ans ? “Je me suis demandé pourquoi j’étais toujours en vie alors que mon père est mort à 70 ans. J’ai voulu faire une sorte de bilan intime”. ■■ On se rend compte dans votre livre que vous êtes très croyant. D’où vous vient cette foi ?

“Non c’est l’espérance. La foi c’est intime. Pas facile d’avoir la foi dans le monde dans lequel nous vivons. Bernanos disait “Qu’est-ce que c’est que la foi ? 23 h 50 de doute et dix minutes de certitude”. Mais j’ai la certitude que l’on est dans un projet divin. “ ■■ Enfant, rêviez-vous déjà d’être médecin ? “Dès l’âge de 4 ans, je savais que je deviendrais médecin. Mon père l’était et était d’une grande gentillesse avec ses malades et toujours disponible pour eux. Il adorait tellement ce métier que tous ses enfants sont devenus médecins.”

“C’est un grand mystère. Pourquoi certaines personnes ont la foi et d’autres pas ? Pourquoi est-ce si injuste ? C’est le phénomène dela grâce. Mes parents étaient catholiques. Avec l’âge, je m’en suis quelque peu éloigné. Et puis un jour, je me suis dit : “maintenant, on joue carte sur table. Tu crois ou tu ne crois pas ?” Et ma réponse a été “Je crois”.”

■■ Rêviez-vous aussi de faire de l’humanitaire ?

■■ Cette foi a-t-elle été le guide de votre vie ?

■■ Vous êtes l’un des co-fondateurs de Mé-

“J’ai longtemps cherché ma voie (médecin de campagne, dans la Marine, dans les mines...). Et puis, au début des années 70, j’ai rencontré mon maître, le Pr Huguenard, l’un des pionniers du Samu. C’est grâce à lui que j’ai découvert la médecine d’urgence. Ce fut une révélation pour moi.”

decins sans Frontières. Comment est née cette fabuleuse aventure ? “MSF est un enfant du Samu. A l’origine, c’est une bande de jeunes hommes qui cherchent à la fois l’aventure et la fraternité. Mais l’humanitaire, ce n’est pas de la charité, c’est donner son talent pour aider.” ■■ Quels souvenirs gardez-vous devotre passage à MSF ? “J’y suis resté 23 ans. J’ai été un des pères de l’association et je l’ai fait grandir. Grâce à MSF, j’ai vu le monde changer. J’ai été témoin de guerres, de famines, d’exodes, de tremblements de terre... Et puis j’ai rencontré des personnes exceptionnelles avec qui nous avons essayé de formaliser la médecine de crise.” ■■ C o m m e n t ê t e s vous devenu secrétaire d’Etat à l’humanitaire d’Urgence en 1995 ? “Par hasard. C’est grâce à Jacques Chirac, maire de Paris, que j’ai pu mettre en place le Samu social. Lorsqu’il a été élu Président, il m’a dit “Vous connaissez

■■ “J’ai longtemps cherché ma voie. Et puis, au début des années 70, j’ai rencontré mon maître, le Pr Huguenard, qui est l’un des pionniers du Samu. Une révélation”.

l’exclusion, vous venez”. J’ai hésité, et j’y suis allé.” ■■ R e g r e t t e z - v o u s votre décision ? “Absolument pas. C’est une expérience unique.” ■■ Comment avezvous eu l’idée de créer le Samu social ? “En voyant comment les clochards étaient ramassés dans la rue et les patholo-

gies qu’ils avaient..”

gez-vous votre avenir ?

■■ Quel bilan en tirezvous ?

“En essayant d’être le plus authentique possible, et faire en sorte que mes prières soient de bonnes prières. Je veux être prêt quand je me présenterai devant le créateur.”

“Il reste beaucoup de choses à faire mais le bilan est positif. Dans le sillage du Samu social, de nombreuses associations se sont mobilisées en faveur des plus démunis...Et surtout, l’exclusion a été prise en considération.” ■■ Comment envisa-

La mémoire d’une artiste comme on l’aime

L’amour d’une mère qu’on a privée d’enfant

e

C

nthousiaste, créative, généreuse : des qualités qui éclatent à toutes les pages de ces souvenirs. A l’écouter, Alice Dona n’est pour rien dans tous ses moments de bonheur : ce sont les autres qui ont éclairé son passé.Et comme elle ne veut pas garder cela pour elle toute seule, elle nous le raconte avec une spontanéité qui n’a d’égale que l’élégance de son écriture. Pas étonnant, s’agissant d’une compositeur-inter-

prète qui avait l’amitié de Serge Lama, Gilbert Bécaud et Georges Brassens... Vingt-trois grandes figures de la chanson et du cinéma partagent ce livre, parmi lesquelles Dalida, Serge Reggiani, Johnny, Annie Girardot ou encore Romy Schneider... Des rencontres, parfois fugitives, qui ont marqué une vie dans les années 1960 à 1980. Autre qualité d’Alice, et non des moindres : la fidélité. Tout ce qu’il faut pour nous enchanter.

Quelques cerises sur mon gâteau Auteur : Alice Dona Edition : Flammarion 294 pages, 19,90 €.

omme on aimerait que cela ne soit qu’un récit fictif... Hélas, tout y est vrai et porte la douloureuse empreinte du vécu. La romancière Camille Laurens a connu le drame de la mort, dès après la naissance, de son premier et unique enfant. Un bébé qu’elle n’a pas eu, donc ? - Ne dites pas cela à une femme qui a senti neuf mois palpiter en elle son enfant. Un échange de tous les instants, porter de toutes les promesses. La mort de Philippe ré-

sulte de la légèreté d’un gynécologue pourtant réputé, en réalité moins compétent et attentif que beau parleur imbu de sa notoriété. De surcroît, d’un manque de délicatesse consternant.L’auteur témoigne de ce deuil avec une colère contenue, sublimant sa douleur en des parolespoignantes de tendresse maternelle inassouvie. Un condensé d’émotion pour dire l’inimaginable prégnance de la vie prénatale.

Un long chemin, du cauchemar au rêve de dentelle

Réédition d’un maître livre sur la Normandie

A

L

nnées 1830, près du Puy-en-Velay : la petite Honorine voudrait bien sortir d’un cadre familial assez sordide. Ne dit-on pas que là où il y a une volonté il y a un chemin ? Celui qu’elle gravit la conduit à un atelier de dentelle, où son instruction lui gagne une petite place aux écritures ; mais son ambition reste d’avoir son propre atelier, de se faire un nom dans la dentelle. Jouant habilement des rencontres et des complémen-

tarités de talents, l’auteur conduit sa jeune Honorine, à travers bien des vicissitudes, sur une voie qui nous fait espérer avec elle l’accomplissement de son rêve... Benoît, un brave garçon des environs, fils d’un hobereau désargenté, serait-il le coup de pouce de la Providence ? Autrefois, il n’y avait pas d’“ascenseur social” ; mais on avait le courage et la ténacité. Ce roman en est l’édifiante illustration.

Le destin d’Honorine Auteur : Hubert de Maximy Genre : roman Edition : Presses de la Cité 352 pages, 19,50 €.

orsque a été publié pour la première fois ce livre, en 1899, il a suscité l’intérêt des spécialistes des affaires maritimes et, plus largement, a su attiser la curiosité des amoureux de la Normandie. Depuis, il est considéré comme l’ouvrage de référence pour tout ce qui concerne les villes et villages des départements de la Seine-Inférieure, du Calvados et de la Manche. Il faut dire qu’on y trouve une foule d’informations sur

la population, l’histoire, la vie économique et les coutumes des villes, bourgs et localités que recouvraient les subdivisions maritimes d’alors, auxquelles étaient rattachées même les communes rurales les plus éloignées du littoral. Une véritable mine, donc, que bien des collectionneurs s’étaient découragés de chercher.

nos sélections sur

Benoît de Villeneuve

(1) “Au seuil de l’éternité” Xavier Emmanuelli - Albin Michel - 2010.

Philippe Auteur : Camille Laurens Genre : récit Edition : Stock 94 pages, 11 €.

La normandie maritime Auteur : B. Girard Genre : monographie Edition : Sired 392 pages, 32 €.

18

DETENTE

LA RECETTE

N° 1 - 17 mars 2011

LA TABLE

Le Bistroquet - Chez Cédric, rue Martainville

Prenez le temps d’un soufflé ! En version sucrée ou salée, le soufflé ne réserve que des bonnes surprises pour vos convives. Vite fait bien fait, il saura ravir les plus exigeants des palais. En famille ou avec des invités de dernière minute, c’est le met idéal pour valoriser votre repas. Soufflé à l’angélique Pour 6 personnes Préparation : 20 mn cuisson : 10-12 mn

●■ 1 dl de lait ●■ 1 gousse de vanille ●■ 75 g de sucre en poudre ●■ 1 cuill. à soupe rase de

fécule ●■ 4 œufs ●■ 1 verre liqueur de liqueur d’angélique ●■ 75 g d’angélique confite ●■ 1 sachet de sucre vanillé Faire infuser la vanille dans le lait chaud. Délayer le sucre en poudre et la fécule avec 2 jaunes d’œufs. Ajouter peu à peu le lait chaud vanillé. Poser sur feu doux

Mots croisés Verticalement 1 – Recueil de bons numéros. 2 – Tête à faire peur. Ils se tirent avec la galette. 3 – Fait fonctionner sa matière grise. Spécialité de brigands. 4 – Tables de foire. Point à moi. 5 – 13 au classement périodique. Jouir de l’intimité des autres. 6 – On y entreposait les coiffes. 7 – Fin de circuit. Soutiens logistiques. 8 – Prix à gagner. Il s’est engagé pour le meilleur et pour le pire. 9 – Rapprochés par l’amitié. Prendre la tête. 10 – Elle coule aux PaysBas. Située chez le maître.

Burger de boeuf Il va falloir se décider... dur, dur. Je choisis, en entrée, une salade de saison au Neufchâtel, alliage parfait entre la fraîcheur de la verdure et la force du fromage régional. Une entrée en matière légère et agréable.Plus cornélien encore est le choix pour le plat principal, tant

Sudoku

7 8 I L T O T T E S E S M A A R I

M E N E R 9 L I E S

S I S E 10 Y S S E L

Verticalement 1 – Espèce de courge ! 2 – Il raccourcit la jambe du pantalon. Sujet à crise. 3 – Indien des Rocheuses. Phase astrale. Comme un coup de trique ! 4 – Elément au-dessus de la fenêtre. Petit patron. 5 – Elles ont le sang bleu. 6 – Pèlerinage japonais. Eau-de-vie à flamber. 7 – Arpente sans but. Il prend sa source dans le Larzac. 8 – Ancien sabre de cavalerie. Cours en botte. 9 – Prêt à fondre. Cordon de médaille. 10 – Brides qu’il ne faut point lâcher. Grand orateur grec.

mon coeur balance entre la tartine d’andouillette, la blanquette de veau, la côte de cochon grillé ou la marmite de la mer. Finalement, je me laisserai tenter par le burger de boeuf normand au camembert. Sur le petit pain croustillant, repose la viande tendre et ses légumes fondants. L’ensemble est joliment présenté et copieux. Une petite déception toutefois : la sauce, abondante, a tendance à noyer les autres saveurs. Pour clore ma halte au Bistroquet, je commande un mille-feuille de fraises et sa chantilly maison. Au final, j’ai dû régler16,50 €. Avec un service agréable, en prime. Pratique. Le Bistroquet Chez Cédric, 220 Rue Martainville, à Rouen. Tél. 02 32 08 09 60

Horizontalement A – Un style musical très en vogue dans les années 1950. B – Sujet philosohique. Habitant du 46. C – Salaire de journaliste. Instruments de dessin. D – Changent de trottoir. Pronom personnel réfléchi E – Remises en forme. F – C’est le gratin. G – Il fait une bonne mine. Grands bouleversements. – H – Ile des Cyclades. Belle île en mer. Ancienne ville d’Arménie. I – Vallées immergées. Précieux donc ? J – Relâche pendant la course. Elle faisait fureur Molière. Leschez solutions 2 3 4 5 6 O C K A B G O L O I G E N V I T E N E T A P E E L I T R S E I O S R E I A S R S C A L E

1 R E P E R T O I R E

2 3 4 5 6 O C K A B G O L O I G E N V I T E N E T A P E E L I T R S E I O S R E I A S R S C A L E

7 8 I L T O T T E S E S M A A R I

M E N E R

S I S E

9 L I E S

10 Y S S E L

Horizontalement A – C’est là que nichent les petites cocottes ! B – Il sont précieux au bricoleur. On ne la rend qu’une fois. C – Jeu de cartes. D – Moitié de couple. Il passe entre les mains de l’architecte. Sont en perte. E – Chanteurs vraiment passés de mode. F – Selon la légende, il supporte la voûte du ciel. – G – Désordre dans la rue. Lettre d’Aristote. H – Rapport de fin de ronde. Tirs au but. I – Celles de Pindare sont célèbres. Nabuchodonosor y régna. Paire de jumelles. J – Oiseau de nuit.

E

n face de l’église SaintMaclou, en plein coeur de ce quartier hors du temps, Le Bistroquet Chez Cédric et sa devanture rouge forment un petit repère incontournable. Que ce soit en terrasse au pied de l’église, ou à l’intérieur sous les vieilles poutres tordues, le cadre ne laisse pas insensible. La carte, elle, suscite l’intérêt et l’envie, proposant des plats aux accents normands.

1 R E P E R T O I R E

A B C D E F G H I J

Mots croisés

toutes nos recettes sur

■■ Dans la ruelle contournant l’église Saint-Maclou, le Bistroquet est un petit restaurant plein de charme.

A B C D E F G H I J

Horizontalement A – Un style musical très en vogue dans les années 1950. B – Sujet philosohique. Habitant du 46. C – Salaire de journaliste. Instruments de dessin. D – Changent de trottoir. Pronom personnel réfléchi E – Remises en forme. F – C’est le gratin. G – Il fait une bonne mine. Grands bouleversements. – H – Ile des Cyclades. Belle île en mer. Ancienne ville d’Arménie. I – Vallées immergées. Précieux donc ? J – Relâche pendant la course. Elle faisait fureur chez Molière.

et fouetter jusqu’à ébullition.Laisser tiédir. Ajouter les deux autres jaunes d’œufs, l’angélique confite coupée en petits morceaux, la liqueur d’angélique. Incorporer enfin les 4 blancs battus en neige ferme. Verser dans un moule à soufflé. Poser le moule dans le four, au 1/3 inférieur. Le four doit être très chaud. La cuisson est rapide. Quand le soufflé est cuit, saupoudrer la surface de sucre vanillé. Remettre 30 secondes au four.Servir aussitôt.

Verticalement 1 – Recueil de bons numéros. 2 – Tête à faire peur. Ils se tirent avec la galette. 3 – Fait fonctionner sa matière grise. Spécialité de brigands. 4 – Tables de foire. Point à moi. 5 – 13 au classement périodique. Jouir de l’intimité des autres. 6 – On y entreposait les coiffes. 7 – Fin de circuit. Soutiens logistiques. 8 – Prix à gagner. Il s’est engagé pour le meilleur et pour le pire. 9 – Rapprochés par l’amitié. Prendre la tête. 10 – Elle coule aux PaysBas. Située chez le maître.

N° 1 - 17 mars 2011

SORTIES

Il y aura “plusieurs lunes” au Zénith de Rouen Elle avait fredonné les notes connues de son répertoire lors de sa dernière tournée. Le 18 mars, à 20h30, Véronique Sanson (photo) viendra faire vibrer les planches du Zénith de Rouen, au rythme de son nouvel album : “Plusieurs lunes”, sorti dans les bacs

aGENDa MaNIFESTaTIONS Festival “Cultures nomades”

. Jusqu’au 16 avril, exposition “Enfances tsiganes”, de Jeannette Grégori, à la Mairie de Tourville-la-Rivière. . Vendredi 25 mars à 20h30: concert de Borruto family. . Samedi 26 mars, à 20h30 : concert de Manouch’Banda. . Samedi 26 mars, à 16h : projection du film “Swing”, de Tony Gatlif. . Samedi 26 mars, à 18h : conférence “Quand la caravane reste”. ateliers/animations

. Samedi 19 mars, à 15h : Sortilèges au muséum (atelier de pratique scientifique). Sur réservation au 02 35 71 41 50. Tarif : 5 €, térif réduit : 2.5 €. . Samedi 19 mars et dimanche 20 mars à 14h et 16h: “Des couleurs dans l’assiette” au Hangar H2O. Réservation au 02 35 529 529. A partir de 7 ans. Tarif : 3 €. . Samedi 19 et dimanche 20 mars à 15h : “Enquête d’ADN, ici les experts c’est vous ! ”, pour comprendre et découvrir l’ADN. réservations au 02 35 529 529. A partir de 7 ans. tarif : 3 €. . Dimanche 20 mars de 10h à 17h : grand jeu sur les forêts du monde à la Maison des Forêts de Saint Etienne du Rouvray. Accès libre, 10 personnes maximum simultanément. EXpOSITIONS . Samedi 19 mars de 14h30 à 16h30 : exposition de sculptures sur bois, à la Maison des forêts de Saint Etienne du Rouvray. Entrée gratuite. . Du 22 mars au 8 avril : exposition des oeuvres de Rodolphe Mabille, dans les Salons du Château sur le Campus de Rouen Business School. . Jusqu’au 27 mars, l’Atelier Normand de Création ouvre les portes de son 41e salon à la Halle aux Toiles de Rouen, pour offrir un panorama de la création contemporaine en Haute Normandie. Ouvert tous les jours de 14h à 19h. Entrée gratuite. . Jusqu’au 10 avril : “Traits pour traits” dévoile des dessins de la collection du Fonds d’Art Contemporain de Haute-Normandie. Ouvert le samedi de 14h à 17h et le dimanche de 10h à 12h et de 14h à 17h. SpECTaClES . Jeudi 17 mars, à 20h : “Daddy I’ve seen this piece six times before and I still don’t know why they’re hurting each other” (Danse contemporaine). Centre Culturel Marc Sangnier. tarif : de 5 à 13 €. . Jeudi 17 et Vendredi 18 mars, à 19h30 : “Minetti” pièce de théâtre de Thomas Bernhard, donné par la compagnie Bagages de sable. Théâtre de la Chapelle Saint-Louis. Durée : 1h25. . Dimanche 20 mars : “Et après on va dire que je suis méchant” (humour) de Frédérick Sigrist. Théâtre de l’Almendra. Réservation au 02 35 70 52 14. . Jeudi 24 mars à 10h et 14h30 : “Ficelles”, pièce de théâtre donnée par la compagnie belge Foule théâtre. Théâtre du P’tit Ouest. CONCERTS . Vendredi 18 mars, à 20h30 : Makasiwé (musique du monde). théâtre de l’Almendra. Renseignements au 02 35 70 52 14. Tarif : 5 €. . Dimanche 20 mars, à 16h : Récital d’orgue avec Michel Baumel. Eglise Saint Clément. Entrée libre. . Lundi 21 mars, à 20h30 : Gordon Melon (dans le cadre des lundis du Kalif). Darnetal. Tarif : 5 € (gratuit pour les adhérents).

le 25 novembre dernier. Un soupçon de nostalgie planera sur le Zénith le lendemain, dès 20h30 avec la tournée des année 90 Génération Danse Machine. C’est le duo Charly et Lulu qui animera la soirée et transformera le Zénith en discothèque géante.

19

le monde du travail à travers l’oeil du photographe C’est jusqu’au 31 mars, à la bibliothèque Simone de Beauvoir. Une collection du Fonds Régional d’Art Contemporain qui conjugue dans un même cliché, art contemporain et monde du travail. Les photos mises en avant par le Frac à l’occasion de cette exposition

sont celles du photographe Charles Fréger et son regard porté sur les élèves des lycées professionnels de Haute-Normandie. Des portraits qui croisent ceux des ouvriers de la filature de Louviers, juste avant sa fermeture, et qu’avait captés Louis Schoellkopf.

OpéRa Le théâtre des Arts explore la comédie douce-amère

Elixir d’amour et badinages

C

e spectacle créé par Donizetti en 1832 pour le Teatro della Cannobiana de Milan, a séduit le public de Lille. Un petit bijou dû au génie de cet Italien, considéré comme l’un des fondateurs de l’opéra romantique de son pays. Pour ce spectacle coloré, Richard Brunel a conçu une mise en scène mariant notre monde d’aujourd’hui aux airs et aux paroles du XIXe. Cet opéra en deux actes arrive à Rouen avec quatre dates dans son carquois, quatre dates pour charmer et conquérir aux notes de l’Elixir d’amour. Elle est belle et admirée de tous dans son village, particulièrement du timide Nemorino. Bien évidemment c’est sur un autre - le soldat Belcore - qu’Adina jette son dévolu. Pour gagner le coeur de la jeune femme, Nemorino fait confiance au philtre d’amour de Dulcamara, un charlatan. Deux doigts de sentiments, une pincée de gaîté et un soupçon de truculence feront très certainement passer un bon moment aux spectateurs. (photo Jean Pouget) Pratique : Le vendredi 18 mars à 20h, dimanche 20 mars à 16h, mardi 22 mars à 20h et jeudi 24 mars à 20h. Durée : 2h40, entracte compris. 10 à 65 €. Tél. 0810 811 116.

■■ L’Elixir d’amour : une mise en scène moderne pour un opéra coloré tant au niveau instrumental que vocal.

Rouen à la folie avec l’Office de Tourisme

R

ouen est le point de départ de nombreuses animations. Tout au long de l’année, l’Office de Tourisme Rouen Vallée de Seine propose des visites et autres événements permettant à qui le veut de découvrir la ville et ses alentours sous un jour différent. Visite “classique” en calèche, petit train, visite à thème avec la série des “15h ! Partez, découvrez...” mises en place chaque samedi pour aller à la rencontre de Rouen et ses trésors. Sans oublier, d’avril à septembre,

■■ L’office de tourisme (photo JF Lange)

les deuxième et quatrième samedi du mois, les “15h ! Partez, découvrez... la CREA”. Un rallye est aussi prévu le 19 mars prochain. Départ 13h30, direction rive gauche de la Seine et ses mystères. Enfin, parce qu’une région se découvre aussi par la gastronomie, un vendredi par mois est organisée un atelier culinaire. Rendez-vous est donné pour le prochain le 18 mars. “Epatez-vous” fera découvrir aux gourmands les variations possibles autour de la pâte à chou.

20

SORTIES Des questions et un crime   innommable sur les planches Le théâtre de l’Amante anglaise, ou l’histoire de Claire, une femme à l’existence paisible, apparemment, mais qui n’en devient pas moins une meutrière. A l’origine : un fait divers comme point de départ à toutes ces interrogations qui jalonnent le spectacle.

●■ cinémA  regards sur la chine Le mois de l’Architecture est le point de départ de nombreux événements, conférences et débats. Ainsi le 17 mars à 20h au cinéma Ariel de Mont Saint Aignan, l’université de Rouen organise un ciné-géo autour de la Chine. En première partie, un documentaire viendra servir de base au débat portant sur les enjeux des grandes métropoles chinoises.

●■ festivAL  Prêts ? improvisez ! Les 18 et 19 mars prochain, à 20h30, les Remue-Méninges fêtent l’improvisation théâtrale. Deux jours durant lesquels les meilleurs improvisateurs francophones s’affronteront. Au Théâtre l’Echo du Robec. Réservations au 02 35 88 61 73.

●■ rePortAge  Les sables du sahara Le Sahara : une étendue immense et mystérieuse qui se divise entre plusieurs pays africains. Un coin de terre qui a vu passé de nombreux peuples. Une part de mystère au coeur du continent africain. Dany Marique présentera son reportage à la salle des fêtes du Mesnil-Esnard, le 22 mars à 20h30. Entrée libre.

●■ frAc  Autour du Beau “Le Beau est toujours bizarre” disait Beaudelaire. Une sentence que le FRAC de Haute-Normandie a choisi comme point de départ pour sa nouvelle exposition. Jusqu’au 17 avril, du mercredi au dimanche, le visiteur pourra découvrir les acquisitions faites par la FRAC durant les quatre dernières années. Renseignement au 02 35 72 27 51

●■ tHéâtre  Le mardi à monoprix Jean-Pierre - joué par le comédien Patrick Desrues devenue Marie-Pierre, passe tous ses mardis auprès de son père. Un père qui continue à l’appeler “mon fils”. C’est Nicolas Ragu, metteur en scène de la Compagnie Le Chariot qui a adapté les textes d’Emmanuel Darley. Jusqu’au 19 marsà 20h30 et le dimanche 20 mars à 17h, au théâtre du P’tit Ouest. Réservation au 02 35 36 13 18. Tarif : 15 €.

●■ fête  La jonquille à l’honneur Le dimanche 20 mars accueillera la fête de la Jonquille, dans le canton de Clères. Organisé par l’Office de Tourisme cet évènement met sous le feu des projecteurs la petite fleur jaune annonciatrice du printemps. De 10h à 18h les promeneurs pourront admirer les décorations qui orneront le centre-bourg.

●■ exPosition  Autour du Linceul de turin Une série d’expositions et de conférences est organisée par le diocèse de Rouen autour du linceul de Turin. Les expositions se dérouleront du 16 mars au 24 avril dans l’église Sainte Madeleine de Rouen. Les conférences seront données les jeudis 17, 24 et 31 mars ainsi que 7 et 14 avril à 20h30, en l’église Saint Gervais. Entrée libre.

●■ sALon  vive la BD Les livres peuplés de personnages et de bulles seront les vedettes lors du 5e salon de la BD qui sinstallera à Caudebec-lès-Elbeuf, le 20 mars prochain. des illustrateurs, auteurs, conteurs et scénaristes seront présents pour des séances de dédicaces. A noter : Jean-Charles Kraehn sera l’invité d’honneur.

N° 1 - 17 mars 2011

Questions que l’interrogateur pose inlassablement à Claire pour tenter d’expliquer l’inexplicable. Au théâtre des deux rives, où la pièce est donnée, les interprètes et spectateurs occupent le même espace : un moyen de les placer au coeur même du drame.

“Ha Ha Ha” : un spectacle tout  en clownerie

Un titre plein de promesses que celui de ce spectacle conçu pour un public allant de 7 à 77 ans. Sur scène ils sont deux personnages, créés par OKIDOK, affublés d’un nez rouge, pour faire naître ce fameux rire dans le public. Les sketches s’enchaînent et font défiler

les objets sobres ou bizarres qui sont autant de prétexte à des clowneries. Pratique. Mardi 22 mars au Sillon, à 20h. Réservations au 02 25 69 12 13, les lundi, mardi et jeudi de 16h à 18h et le mercredi de 14h à 18h. Tarif plein : 12 € / tarif réduit: 6 €.

événement  12e édition du Festival des Transeuropéennes

L’europe de l’est en lumière

D

u 11 au 26 mars, la 12e édition des Transeuropéennes jette un coup de projecteurs sur les pays d’Europe Centrale et de l’Est - et plus spécialement la culture tzigane - . Avec un tel programme, on ne pouvait rêver meilleur parrain que David Reinhardt, petit-fils du célèbre Django. Durant ces deux semaines, la quinzaine de pays européens présente rythmera au cours de 170 manifestations la vie d’une quarantaine de communes de la Crea.

Pratique. Jeudi 17 mars : Wenta, La Traverse, Cléon, 20h30 ; Monstre Moi, Maison de l’Université, Mt-StAignan, 20h30. Vendredi 18 mars : Orquestra de guitarras et Cuadro Flamenco, La Traverse, Cléon, 20h30 ; Flex’Orkestra et Kampec Dolores, Le 106, 20h30. Samedi 19 mars : Nouveau Philharmonique de Munich, église St Hilaire, Rouen, 19h00 ; Opus 76, Théâtre Charles Dullin, 20h30. Dimanche 20 mars : Maîtrise de Seine maritime, église St Louis, St-Pierre-lès-Elbeuf, 16h00 ; Merveilleuse Russie, Salle polyvalente, Belville, 16h ; Nouveau Pilharmonique de Munich, église St-Hilaire, Rouen, 16h. Lundi 21 mars : Totem et Allons-y tant qu’c’est chaud, La Traverse, Cléon,

ArcHitecture 

L

■■ David Reinhardt, petit-fils du célèbre Django est le parrain de cette 12e édition.

20h30 ; Asni et Piano Trio Kiev, Salle Le Vivier, St Martin du Vivier, 20h30. Mardi 22 mars : Ensemble d’accordéons et Piano Trio Kiev, Centre Culturel Bourvil, Franqueville-StPierre, 20h30 ; Orchestre de Minho, Centre Culturel Voltaire, Déville-lès-Rouen,

20h30. Mercredi 23 mars : Trio de cymbalums et Pad Brapad, Le Rive Gauche, St-Etienne-du-Rouvray, 20h30. Jeudi 24 mars : La Baba Yaga, Casino, Bonsecours, 20h30 ; In Serach et Cuivres Attitude, l’AvantScène, 20h30. Vendredi 25 mars : Michael Hruby,

Salle des mariage de l’Hôtel de Ville, Rouen, 12h15. Vendredi 25 et samedi 26 mars : Soirées de clôture et Russie-Trans-Express, Zénith de la Crea, Grand Quevilly, 20h. Retrouvez le programme au complet sur www.tendanceouestrouen.com

Découvrir le futur quartier Luciline

e mois de Mars a été consacré mois de l’architecture contemporaine. Une bonne occasion pour parler des grands projets de Rouen, comme le futur quartier de Lucilline. Dans le but de faire découvrir au public le chantier à venir de Luciline-Rives de Seine la ville de Rouen a mis en place, en association avec la maison de l’Architecture, une exposition : “Rouen Luciline Rives de Seine”. D’ici à l’horizon 2020 un écoquartier sortira de terre, à un kilomètre du centre his-

torique. Un sujet qui ne peut qu’intéresser les Rouennais. Une conférence sera donnée à l’Omnia vendredi 18 mars en présence de Valérie Fourneyron, maire de Rouen, et Christian Devillers, urbaniste sur le thème “L’Axe Seine, innovation et avenir. Le quartier Luciline Rives de Seine. Pratique. L’exposition sera jusqu’au 31 mars à l’Hôtel de Ville, du lundi au vendredi de 7h30 à 18h et le samedi de 9h à 12h. La conférence se tiendra à l’Omnia le vendredi 18 mars à 18h.

■■ Vue partielle du projet prévu pour le futur quartier Luciline

N° 1 - 17 mars 2011

SORTIES Deux semaines pour célébrer les poètes La 13e édition du Printemps des poètes, qui a lieu du 7 au 21 mars, a pris pour thème cette année ‘Infinis paysages”. C’est Juliette Binoche qui a été choisie pour marraine de cette édition 2011. Cette grande célébration des poètes et de la poésie, lancée à l’échelle na-

il n’est pas trop tard pour suivre alice Enfants

C’est une visite élaborée à partir d’Alice au Pays des Merveilles, conçue pour emmener les enfants à la découverte de ce gros horloge qu’ils ont dû entendre si souvent. Une façon ludique et originale de faire connaître aux têtes blondes le monument

21

emblématique de Rouen, tout en suivant les pas de la petite fille à la recherche du lapin blanc. Ouvert tous les jours, excepté le lundi, de 14h à 18h jusqu’au 31 mars, puis dès le 1er avril de 10h à 13h et de 14h à 19h. Renseignement : 02 32 08 01 90.

●● musiquE Promenade entre les notes Opéra, variété, musique classique : rien n’effraie la Frisette pianiste et la Frisette chanteuse. Le vendredi 25 mars, à 20h30 elles donneront un concert autour du thème de l’Amour. Rendez-vous donc à l’Espace Léonard de Vinci, salle George Guershwin, au Mesnil-Esnard. Réservation au 02 32 86 56 62. Participation libre.

●● théâtrE Contes revisités Il y avait ces contes que l’on aimait entendre enfant. Il y a ceux, beaucoup moins roses, que racontent Colette Garrigan dans Sleeping Beauty. Tous les poncifs des histoires enchanteresses sont passées à travers le prisme de notre monde moderne. Théâtre de la Chapelle Saint Louis, du 23 au 25 mars à 19h30. Réservation : 02 35 98 45 05. Tarifs : de 4 à 14 €.

●● DéCouvErtE “Les collections textiles” La Fabrique des Savoirs d’Elbeuf, a mis en place une exposition autour des textile du musée. L’occasion de découvrir les coulisses du métiers des fabricants drapiers d’Elbeuf, ainsi que l’organisation de sa production des origines jusqu’au XXe siècle. Gratuit, limité à 15 personnes. Informations et inscriptions au 02 32 96 30 43.

●● humour rire en seine La 2e édition du festival Rire en Seine approche à grands pas puisqu’il se déroulera du 5 au 16 avril. François Rollin sera là comme parrain de la mouture 2011, qui se veut un festival d’humour pas trop cher. Cette année 13 spectacles sont au programme.

●● sCuLPturE L’art au bout du maillet Jusqu’au 25 mars, à la Maison pour tous de Sottevillelès-Rouen, Caroline Strande, défenseur de l’art contemporain normand, expose ses sculptures. Trente deux oeuvres qui se déclinent dans des essences aussi variées que le merisier ou l’ébène.

●● ExPosition La faiseuse d’histoires Elle s’appelle Catherine Bernard et a monté l’exposition “Faiseuse d’histoires” visible jusqu’au vendredi 15 avril, au Rive Gauche, à Saint-Etienne-du-Rouvray. Elle fabrique ses papiers qu’elle couvre de signes et de mots, des mots, points de départ de nombreuses interprétations. Entrée gratuite.

●● zénith supertramp sera là en juillet Le 7 juillet Supertramp viendra rejouer au Zénith de Rouen, les tubes qui ont fait son succès. Un événement qui promet d’attirer les foules. Réservations au 02 31 91 92 92. Tarifs : de 94 € à 50 €.

●● Cinéma C’est le printemps ! Les dimanche 20, lundi 21 et mardi 22 mars, se déroulera la 12e édition du Printemps du cinéma. Trois jours durant lesquelles les scéances ne seront qu’à 3.5 €. C’est le moment de se rendre dans les salles obscures !

tionale s’est déclinée dans l’agglomération rouennaise à travers de nombreuses animations. La dernière est une tournée organisée du 8 mars au 9 avril, sur le thème du paysage-poésie, qui passera notamment Boos et Franqueville Saint Pierre.

Espionnage et burlesque sur fond de swing Pacifique a été créé à la Biennale de la danse de Lyon en 2010. Elle arrive au Hangar 23, le 22 mars à 20h30. Pour ce nouveau spectacle de danse contemporaine, Nasser Martin-Gousset immerge son public au coeur des romans d’espionnage. Les

références de film et séries télévisées ne manque pas tout au long de cette chorégraphie aux couleurs des années 70. Pratique. Pacifique, le 22 mars à 20h30 au Hangar 23. Durée : 1h20. Tarifs : 19 € / 15 €. Réservations : 02 32 18 28 10.

sPECtaCLE Rencontre extraordinaire à Bois-Guillaume.

émotions en chansons

“a

utrement capables”, c’est un concert, qui sonne comme le couronnement d’une belle et longue histoire. Tout a commencé avec des ateliers d’expression de soi, mené par Loïc Guingouin, au centre Normandie-Lorraine de MesnilEsnard. Un établissement qui accueille de jeunes gens déficients visuels, accueillis ici parce qu’atteints de troubles associés. “L’idée était que ces jeunes puissent mettre des mots sur leurs émotions, explique Loïc Guingouin. Et comme, en plus d’être enseignant, je suis musicien, l’idée m’est venue que nous pourrions mettre ces textes en chansons. A ça leur a plu !” L’année dernière, un partenariat avait été passé avec le conservatoire de Rouen qui travaillait alors sur la problématique “Musique et handicap”. Une initiative qui a permis de nombreux échange, et abouti à l’orchestration des différentes chansons par Philippe Tailleux, conseiller aux études du Conservatoire.

travailler ensemble à un projet commun Ce sont ces orchestrations qui ont été reprises par les élèves de l’école de musique de Bois-Guillaume-Bihorel-Isneauville. Ce sont eux

muséE

L

■● “Les élèves se sont bien débrouillés et adaptés lors des précédents concerts.”

qui accompagneront, le 24 mars, les jeunes, âgés de 15 à 22 ans, qui chanteront leur propre texte. “Notre objectif est de montrer qu’ils ont développé une capacité à se présenter et à chanter en public. Ils sont capables de faire des choses et d’émouvoir.” Organiser un tel spectacle provoque forcément des

rencontres. “Ils sont mis à égalité avec les élèves de l’école de musique pour monter ce spectacle. Ils sont les acteurs à part entière d’une oeuvre commune, ils produisent quelque chose et c’est valorisant pour eux, se réjouit Loïc Guingouin. Cela fait jouer la solidarité dans le travail : tous, valides comme

déficients visuels regardent dans la même direction : le succès de ce spectacle.” Pratique. “Autrement capables”, jeudi 24 mars à l’Espace Guillaume-le-Conquérant de Bois-Guillaume, à partir de 20h. Renseignements : Centre Normandie Lorraine, 02 32 86 51 60.

L’art sous un autre angle

e musée des BeauxArts de Rouen c’est d’abord l’une des plus prestigieuses collection publique de France. Peinture, sculpture, ou encore objets d’art sont autant de portes ouvertes vers différentes époques. Les grands peintres que sont Rubens, Fragonard, Delacroix ou Géricault n’en ont pourtant pas fait oublier ceux qui se sont fait un nom au XXe siècle comme les frères Duchamps pour ne citer qu’eux. Populariser les musées Non ! les musées ne sont pas

un refuge des après-midi pluvieux. L’art s’adapte à tous. La preuve : les musées de Rouen ont mis en place l’animation Musées en famille proposant aux enfants et aux parents la même visite mais avec des explications adaptées à l’âge de chacun. Le prochain Musées en famille se tiendra le 20 mars à 16h. Pour les plus pressés, des visites à thème de 45 min sont organisées les jeudis et vendredi à 12h30. Il ne reste plus qu’à choisir. (photo : Catherine Lancien et Carole Loisel)

■● La flagellation du Christ peint par Caravage.

22

SUR LES ECRANS UGC

N° 1 - 17 mars 2011

CINEMA

A l’affiche : Ma part du gâteau

Centre commercial St Sever - Rouen - Tél : 08 92 70 00 00.

●● Ma part du gâteau : tous les jours à 11h05, 13h40, 15h50, 18h00, 20h10, 22h20.

●● Route Irish (VO ST) : tous les jours à 10h50,

13h50, 16h00, 18h10, 20h20, 22h30. ●● Pollen : tous les jours à 11h00, 14h10, 16h10, 18h15, 20h05, 21h55. ●● Légitime défense : tous les jours à 10h55, 14h05, 16h05, 17h55, 19h45, 21h40. ●● World invasion : Battle L.A (VF) : tous les jours à 10h40, 13h55, 16h30, 19h40, 22h05. ●● Au bistro du coin : tous les jours à 11h05, 14h15, 16h15, 20h15, 22h15. ●● Les voyages de Gulliver : sam.19, dim.20, 10h45, 13h45, 15h55. ●● Black Swan (VO ST 13H45, sauf mer, sam, dim) : tous les jours à 18h05, 22h25. ●● Paul (VO ST): tous les jours à 18h05. ●● Rien à déclarer : tous les jours à 13h35, 18h05, 22h30. ●● Le discours d’un roi (VO ST 10.55 sauf mar): tous les jours à 15h45, 20h15. ●● Les femmes du 6ème étage : tous les jours à 10h50 (sauf mer, sam, dim), 15h55, 20h20. ●● L’assaut : tous les jours à 11h10, 14h05, 16h05, 18h10, 20h05, 22h05. ●● Fighter (VO ST 13h40 sauf mer,sam,dim) : tous les jours à 18h05, 22h25. ●● Sans identité : sam.19, dim.20, 18h00, 20h10, jeu.17, ven.18, lun.21, mar.22, 11h00, 13h40, 15h50, 18h00, 20h10, 22h20. ●● We want sex equality (VO ST 10h40 sauf mer, sam,dim) : tous les jours à 15h50, 20h10 (sauf mar). ●● Le rite (VF) : tous les jours à 14h00, 16h20, 19h50, 22h10. ●● True grit (VO ST) : tous les jours à 13h45, 18h00, 22h15. ●● La ligne droite : tous les jours à 10h40(sauf mar), 15h55, 20h10 (sauf lun). ●● Le marquis : tous les jours à 11h10, 14h00, 16h00, 17h55, 19h55, 22h00. ●● Animaux et Cie : sam. 19, dim.20, 10h40, 13h50. ●● Gnoméo et Juliette : sam.19, dim.20, 11h05, 14h05.



OMNIA Mondeville - Tél. 02.31.55.00.00 - Rép. 0800 000 000 ●● Never let me go (VO) : jeu. 17, ven. 18, 16h45, dim. 20, lun. 21, mar. 22, 21h45. ●● Ma part du gâteau : jeu. 17, ven. 18, lun. 21, mar. 22, 14h10, 16h40, 19h30, 21h45, sam. 19, dim.20, 10h40, 14h10, 16h40, 19h30, 21h45. ●● Le discours d’un roi (VO) : jeu. 17, lun. 21, mar. 22, 16h30, 19h20, ven. 18, 14h00, sam. 19, 10h30, 14h00, dim. 20, 10h30, 14h00, 19h20. La ligne droite : jeu. 17, mar. 22, 14h00, 16h30, sam. 19, dim.20, 10h30, 16h30, lun. 21, 16h30. ●● Route Irish (VO) : jeu. 17, ven. 18, lun. 21, mar. 22, 13h30, 15h50, 18h10, 20h45, sam. 19, dim.20, 11h00, 13h30, 15h50, 18h10, 20h45. ●● Poursuite : sam. 19, 11h00, dim. 20, mar. 22, 18h00. ●● True Grit (VO) : jeu. 17, 14h00, 21h40, ven. 18, 21h40, sam. 19, 19h25, 21h40, dim. 20, lun. 21, , mar. 22, 14h00, 19h25, 21h40. ●● We want sex equality (VO) : jeu. 17, ven. 18, dim. 20, 13h30, 18h00, sam. 19, lun. 21, 15h35, 20h35, dim. 20, 13h30, 18h00, mar. 22, 15h35. ●● L’étrange affaire Angelica (VO) : tous les jours à 13h35, 15h40, 20h30. ●● The hunter (VO) : sam. 19, lun. 21, 18h00, dim. 20, 11h00. ●● The silent house (VO) : jeu. 17, ven. 18, lun. 21, mar. 22, 14h10, 19h50, 21h50, sam. 19, dim. 20 16h45, 19h50, 21h50. ●● The party (VO) : jeu. 17, 20h30 (séance avec débat), dim. 20, lun. 21, mar. 22, 16h35. ●● Jimmy Rivière : jeu. 17, 16h00, 18h00, ven. 18, 16h00, sam. 19, lun. 21, mar. 22, 13h30, 18h00, dim. 20, 16h00, 20h35. ●● Les moomins et la chasse à la comète : sam. 19, dim. 20, 10h40, 14h15. ●● Le tigre et les animaux de la forêt : sam. 19, dim. 20, 11h15. ●● Dharma guns : soirée F.J OSSANG, ven. 18,

■● Karin Viard et Gilles Lellouche, l’ouvrière et le trader, se rencontrent par hasard. Une rencontre qui fait des étincelles.

E

lle vit avec ses trois filles à Dunkerque, où elle est ouvrière. Il est un brillant trader qui évolue entre la City de Londres et le quartier de la Défense, à Paris. A priori, ils n’avaient aucune chance de se rencontrer, pourtant, lorsque France perd son travail, car son usine s’est délocalisée, elle décide de se battre et de monter à Paris pour y trouver de quoi faire vivre sa famille. C’est ainsi qu’elle

accepte de devenir femme de ménage pour un riche client : Steve, le trader de Londres qui vient d’être muté à Paris. Le contraste entre l’univers coloré et chaleureux de l’une et celui froid et aseptisé de l’autre est saisissant, mais une singulière amitié va naître entre ces êtres que tout sépare et qui vont apprendre à mieux se connaître. Dès le début, Cédric Kla-

séance spéciale à 19h30.

●● L’affaire des divisions Morituri : soirée F.J OS-

SANG, ven. 18, séance spéciale à 21h45. ●● Le Caire, nid d’espions : soirée OSS 117, sam. 19, séance spéciale à 20h00. ●● Rio ne répond plus : soirée OSS 117, sam. 19 séance spéciale à 22h00. ●● Les yeux de sa mère : mar. 22, Avant-Première à 20h30.

pisch annonce la couleur : en opposant le monde ouvrier à celui de la haute finance, il signe un film politique et social, avec les gentils d’un côté et les méchants de l’autre. C’est le défaut majeur de ce film. Car ce manichéisme (les ouvriers sont sympas et solidaires, tandis que les traders sont cyniques et égoïstes) finit par devenir un peu lourd et atténue quelque peu la portée d’un

film engagé et percutant. Mais cette comédie sociale est réjouissante, avec du rythme et des dialogues percutants. Karin Viard est sensationnelle d’énergie, de franc-parler et d’humour, tandis que Gilles Lellouche impressionne dans un registre inhabituel.

toutel'actualitéducinéma

●● Fighter (VO ST) : jeu.17, ven.18, lun.19, 11H00,

14h20, 16h50, 19h45, 22h05, sam.19, 22h15, mar. 22, 11h00,14h.20, 16h50.

●● We want sex equality (VO ST) : jeu.17, ven.18, lun. 21, mar.22, 11h00, 16h50, 19h45.

●● Halal police d’état (VF) : jeu. 17, ven.18, lun.21,

mar. 22, 14h00, 22h20, sam.19, dim.20, 20h15.

  CinémaPathéDocks76

Centre Commercial Docks 76 - Rouen - Tél : 0892 69 66 96

●● Lucia Di Lammermoor (VO ST) : sam.19, 18h00. ●● L’agence (VF) : mar. 22, 19h45, 22h00. ●● Ma part du gâteau (VF) : tous les jours à 11h00, 13h30, 15h40, 17h50, 20h00, 22h10.

●● World invasion : Battle Los Angeles (VF) : tous les jours à 11h00, 14h00, 16h50, 19h30, 22h00.

●● Route Irish (VO ST) : tous les jours à 11h15, 14h15, 17h00, 20h00, 22h15.

●● Légitime défense (VF) : tous les jours à 11h15, 14h15, 16h15, 18h15, 20h15, 22h15.

●● Le marquis (VF) : tous les jours à 11h15, 14h25,

16h25, 18h25, 20h25, 22h25. ●● Animaux et Cie (VF) : sam. 19, 11h00 (3D), 14h00, 15h55 (3D), 17h50 (3D), dim. 20, 11h00 (3D), 14h00, 15h55 (3D), 17h50 (3D). ●● Gnoméo et Juliette (VF) : sam. 19, 11h00 (3D), 14h00, 16h00 (3D), 17h55 (3D), dim. 20, 11h00 (3D), 14h00, 16h00 (3D), 17h55 (3D). ●● Le discours d’un roi (VO ST) : tous les jours à 11h15, 14h10, 16h45, 19h35, 22h00. ●● Rien à déclarer (VF) : tous les jours à 11h00, 13h30, 15h40, 17h50, 20h00, 22h10. ●● Les femmes du 6ème étage (VF) : tous les jours à 11h15, 13h30, 15h40, 17h50, 20h00, 22h10. ●● Largo Winch 2 (VF) : tous les jours à 11h15, 14h20 (sauf jeu 24, ven. 25), 17h00, 19h35, 22h10. ●● Black Swan (VO ST) : tous les jours à 11h15, 14h15, 17h00, 19h50, 22h10. ●● L’Assaut (VF) : tous les jours à 11h15, 14h20, 16h20, 18h20, 20h20, 22h20. ●● Sans identité (VF) : tous les jours à 11h00, 14h20, 17h10, 19h40, 22h05

■● Le marquis, un film de Dominique Farrugia

N° 1 - 17 mars 2011

SUR LES ECRANS Cinéma Gaumont Grand Quevilly 26, bd Pierre Brossolette - Grand Quevilly - Tél : 089269 66 96

●● L’agence (VF) : lun. 21, 19h30, 22h15. ●● Ma part du gâteau (VF) : jeu. 17, ven. 18, sam.

19, lun. 21, mar. 22,13h40, 15h50, 17h55, 20h.05, 22h20, dim. 20, 11h00, 13h40, 15h50, 17h55, 20h05, 22h20. ●● World invasion : Battle Los Angeles (VF) : jeu. 17, ven. 18, sam. 19, lun. 21, mar. 22,14h00, 16h45, 19h30, 22h15, dim. 20, 11h00, 14h00, 16h45, 19h30, 22h15. ●● Au bistro du coin : jeu. 17, ven. 18, sam. 19, lun. 21, mar. 22,13h45, 15h50, 18h00, 20h00, 22h20, dim. 20, 11h00, 13h45, 15h50, 18h00, 20h00, 22h20. ●● The Silent House (VF) : jeu. 17, ven.18, sam.19, lun.21, mar.22,14h00, 16h45, 19h30, 22h15, dim.20, 11h00, 14h00, 16h45, 19h30, 22h15. ●● Conviction (VF) : jeu. 17, ven.18, lun.21, mar.22,13h40, 15h50, 17h55, 20h05, 22h20, sam.19, dim.20, 20h05, 22h20. ●● Le marquis (VF) : jeu. 17, ven. 18, sam. 19, lun. 21, mar. 22,13h45, 15h50, 17h55, 20h00, 22h20, dim. 20, 11h00, 13h45, 15h50, 17h55, 20h00, 22h20. ●● Paul (VF) : jeu. 17, ven. 18, sam. 19, lun. 21, mar. 22,14h00, 16h45, 19h30, 22h15, dim. 20, 11h00, 14h00, 16h45, 19h30, 22h15. ●● Rien à déclarer (VF) : jeu. 17, ven. 18, sam. 19, lun. 21, mar. 22,13h40, 15h50, 17h50, 20h00, 22h20, dim. 20, 11h00, 13h40, 15h50, 17h50, 20h00, 22h20. ●● Le discours d’un roi (VF) : jeu. 17, ven. 18, sam. 19, lun. 21, mar. 22,13h40, 15h50, 17h50, 20h00, 22h20, dim. 20, 11h00, 13h40, 15h50, 17h50, 20h00, 22h20. ●● Black Swan (VF) : jeu. 17, ven. 18, sam. 19, lun. 21, mar. 22,13h40, 15h50, 18h00, 20h10, 22h20, dim. 20, 11h00, 13h40, 15h50, 18h00, 20h10, 22h20. ●● Gnoméo et Juliette (VF) : sam. 19, 13h45, 15h50, 17h55 (3D)dim 20, 11h00,13h45,15h50, 17h55 (3D).

23

CINEMA ●● Sex Friends (VF) : jeu. 17, ven. 18, sam. 19, lun.

21, mar. 22,13h40, 15h50, 20h00, 22h15, dim. 20, 11h00, 13h40, 15h50, 20h00, 22h15. ●● Les voyages de Gulliver (VF) : sam. 19, 13h45, 15h50, 17h55, dim. 20, 11h00, 13h45, 15h50, 17h55. ●● Sans identité (VF) : jeu. 17, ven. 18, sam. 19, lun. 21, mar. 22,14h00, 16h45, 19h30, 22h15, dim. 20, 11h00, 14h00, 16h45, 19h30, 22h15. ●● Le rite (VF) : jeu. 17, ven. 18, sam. 19, lun. 21, mar. 22,14h00, 16h45, 19h30, 22h15, dim. 20, 11h00, 14h00, 16h45, 19h30, 22h15. ●● Fighter (VF) : jeu. 17, ven. 18, sam. 19, lun. 21, mar. 22,14h00, 16h45, 22h15, dim. 20, 11h00, 14h00, 16h45, 22h15. ●● La ligne droite (VF) : jeu. 17, 13h45, 22h20, ven. 18, lun. 21, mar. 22,13h45, 15h50, 17h55, 20h00, 22h20, sam. 19, dim. 20, 20h00, 22h20. ●● 127 heures (VF) : tous les jours à 19h30. ●● Une pure affaire (VF) : tous les jours à 18h00.

Le Melville 75 rue du Général Leclerc - Rouen - Tél : 02 32 76 73 21

■● Les Momins et la chasse à la comète.

●● Le voleur de lumières (VO) : jeu. 17, ven.18,

sam.19, lun.21, 14h15, 16h00, 20h30, dim.20, 14h15, 18h00, mar.22, 14h15,18h15. ●● Le bal des menteurs (VO) : jeu. 17, sam.19, 18h00, dim.20, 20h30, mar.22, 16h00. ●● Lumière (VO) : ven. 18, lun.21, 18h00, dim.20, 16h00 (+débat), mar.22, 20h30. ●● Aladin : tous les jours à 14h00. ●● Le journal d’une femme de chambre (VO) : tous les jours à 17h00. ●● JazzMix : tous les jours à 19h15. ●● Correspondances : tous les jours à 15h30, 21h15. ●● La permission de minuit : tous les jours à 13h45, 18h00. ●● La permission de minuit (VO) : tous les jours à 16h15, 20h45. ●● Séduite et abandonnée (VO) : tous les jours à 16h30. ●● Des hommes et des dieux : tous les jours à 13h30, 21h00. ●● Sale temps pour les pêcheurs (VO) : tous les jours à 19h00. ■● Revenge , un film de Susanne Bier

24

N° 1 - 17 mars 2011

DECOUVERTE

Etudiants étrangers : tous à Rouen ! L

a ville aux cent clochers comme destination d’études ? Une idée qui en effleure plus d’un puisqu’ils sont 2 145 étudiants du monde entier à venir à Rouen. Il faut dire que l’université a passé trois cents conventions avec des universités étrangères. Parcourir des centaines, ou des milliers de kilomètres pour s’instruire est une chose, recevoir autant d’étudiants qui connaissent peu, voire pas du tout le pays en est une autre. C’est au 17 rue Lavoisier, “quartier général” du service des Relations internationales de l’Université de Rouen que l’on gère et coordonne l’accueil des étudiants étrangers. Pour qu’ils n’arrivent pas en terre inconnue, un dispositif d’accueil a été mis en place, “Module au monde”, qui renseigne sur tous les aspects pratiques de la vie quotidienne (comment obtenir une carte de bus, le fonctionnement de la Caf, etc.). Un programme

de parrainage et d’accueil a été mis en place par l’association Servus Europa : des étudiants se proposent de venir chercher les nouveaux venus à la gare, par exemple. Des excursions sont également organisées tous les mois afin de faire découvrir quelques lieux français incontournables. Prochaine destination : Versailles.

Prêts à revenir “Les retours que nous avons sont très positifs” note Anne Dandeville, responsable du programme Erasmus. “Ils aiment la ville et sont très bien reçus par les habitants. Très souvent, ils gardent des contacts et certains, venus pour leurlicence, prévoient de venir faire leur doctorat ici.” Des campus d’été sont organisés pour les étrangers de tous âges désirant découvrir la France. Au programme : cours de cuisine, de français et visites. Et pour compléter l’immersion : passer un dimanche dans une famille française.

■■ Ce sont 2 145 étudiants étrangers à avoir choisi cette année la capitale normande.

La passion du chef aux multiples étoiles “

■■ La Guide Michelin a tranché : Gilles Tournadre, chef du Gill situé sur les quais, conserve les deux étoiles à sa toque.

Si on devient cuisinier, c’est un peu parce qu’à l’origine, on est gourmand !” déclare tout sourire Gilles Tournadre, chef étoilé du Gill, installé quai de la Bourse. La gourmandise : quoi de plus naturel pour ce Rouennais de la place SaintMarc, fils et petit-fils de pâtissier. “Mes parents m’ont apporté une aide précieuse : ils ont compris que les études n’étaient pas ma passion. La mienne, c’était la cuisine. Je ne me suis d’ailleurs jamais posé de question, j’ai toujours su que je voulais faire cela.” Après un apprentissage à Rouen, où il passe dans les cuisines de la Couronne, le jeune cuisinier part pour Paris : “Une étape incontournable, à l’époque, lorsque l’on voulait progresser.” Après Paris, le Loiret, Megève, le château d’Audrieu propose à Gilles Tournadre un challenge à la hauteur de ses envies : une place de chef et une étoile vacillante à relever. L’étoile, il l’a gardée pendant plus de trois

ans puis il est revenu ouvrir son propre restaurant dans sa ville natale “parce que je préfère être locomotive plutôt que wagon.” Un restaurant petit par la taille mais avec lequel il va conquérir deux étoiles au Michelin. Un restaurant au Japon En 1990, le Gill s’installe sur les quais. Depuis, le chef y a ouvert trois autres petits restos. Voilà deux ans, il a tenté l’aventure au Pays du Soleil Levant. Son établissement s’est vu lui aussi attribuer cette année une nouvelle étoile au Michelin ! “J’ai la chance de faire un métier qui n’est pas répétitif, qui suit le rythme des saisons. D’avoir l’opportunité de découvrir et faire découvrir de nouvelles saveurs. Je participe d’ailleur aux émissions Escapades Gourmandes.” Sa cuisine ? “Simple, parce que je veux laisser aux produits que j’utilise leur propre identité. La star de la cuisine, c’est les produits que l’on utilise, ce n’est pas le chef ! ” Anne Letouzé


Tendance Ouest Rouen