Issuu on Google+

Cabaret

Les seniors restent branchés

P4

Grands-parents : un soutien efficace

P5

Portrait

Direction brésil au Diamant rouge

60 ans de passion pour les plantes

Tout près de Vire dans le Calvados

Les narcisses de James Rivière

PaGe 6

Page 10

22 octobre 2011 - www.lamanchelibre.fr

seniors

Les secrets d’une belle retraite

La retraite n’est pas synonyme d’ennui. en quelques pages, découvrez les secrets d’une retraite heureuse, active et dynamique. • Monte-escaliers • Ascenseurs • Portes automatiques

Crédit + de 20 ans d’ impôts d’expérience av an tages basé sur le service fiscaux et le produit

SAV près de Route de Villedieu - CANDOL - 50000 SAINT-LO chez vous www.handicare.fr 24h/24 - 7 j/7 Tél. 02 33 55 32 19 www.societe-espass.com


2

SPECIAL/ SENIORS La retraite ? Profitez-en !

Avoir enfin du temps. Du temps pour les loisirs, pour le bricolage, le jardinage, pour voyager. La retraite est une période de la vie que beaucoup attendent avec impatience. Pour autant, pas toujours facile de choisir l’activité qui permettra de rester actif, tout en profitant de ce temps libre, parfois attendu depuis longtemps !

Aujourd’hui, on est vieux plus tard ! Une chose est sûre, c’en est fini de l’image d’Epinal des personnes âgées restant assises sur un banc, sous leur platane tout au long de la journée. Aujourd’hui, l’amélioration des conditions de vie, l’évolution des techniques et des technologies offrent aux seniors une qualité de vie incomparable. Et puis, à 60 ans, 65 ans et même jusqu’à 75 ans, on n’est pas encore vieux ! Au fil des pages de ce dossier spécial, vous pourrez retrouver de nombreux portraits de seniors heureux de vivre leur retraite. Notamment parce qu’ils profitent de ce temps pour découvrir le monde, pour certains en camping-car, ou pour pratiquer de multiples activités. Bonne lecture !

Ça y est ! Vous êtes à la retraite ! Vous allez enfin pouvoir profiter un peu de la vie. Une approche de la soixantaine partagée par de plus en plus de seniors.

REPERES

■ La succession à Vire A Vire, jeudi 20 octobre à 14 h 30, Maître Basnier, notaire, donne une conférence sur les règles successorales et la protection du conjoint survivant à la salle La Halle. Entrée gratuite. De 9 h à 12 h et de 13 h 30 à 18 h : accès libre à la Ludothèque de la MJC de Vire autour des jeux entre grands parents et petits enfants.

■ Aînés en ville à Caen

Du 17 au 21 octobre, la Ville de Caen et le CLIC de Caen couronne ont choisi de valoriser le rôle et l’action “des aînés dans la ville”. Jeudi 20 octobre - Salle du Réfectoire : “Les aînés dans la ville – Enjeu d’architecture et d‘accessibilités” en partenariat avec ICADE. Vendredi 21 octobre - Palais Ducal : “Quels aides et services pour l’autonomie ?”.

■ Balade chantée

Le CLIC du Mortainais et la Loure organisent une balade chantée le 19 octobre à Barenton, ouvert aux visiteurs de tous âges. Entrée libre. De 10 h à 12 h Parcours 2.7 ou 4,7 km – Départ de la gare de Barenton - Le Teilleul.

POMPES FUNEBRES MARBRERIE Organisation complète des obsèques Intervention toutes communes et hôpitaux avant et après mise en bière 24h/24 Chambres funéraires 7j/7 Fleurs et articles funéraires Marbrerie GRANVILLE - 97 rue du Vieux Moulin (face cimetière St-Paul) - 02.33.50.10.17 LA HAYE-PESNEL - route d’Avranches - 02.33.61.50.64 VILLEDIEU - 33 rue du Général de Gaulle (face au Mutant) - 02.33.50.38.76 Orias 07 032 657 - www.pfguerin.fr Contrat d’assurance obsèques. Sur présentation de ce bon : FRAIS D’ADHESION OFFERT !

22 OCTOBRE 2011

“La valeur ajoutée” des seniors La semaine nationale des retraités a lieu jusqu’au 23 octobre. C’est certainement la première question que se pose une personne à la retraite : pour quelle cause, dans quelle association vais-je m’investir ? Car les seniors sont la source vive du bénévolat. Cette tendance, “La Semaine Bleue”, semaine nationale dédiée aux retraités et aux personnes âgées, a choisi de la mettre en lumière en 2011. Ce sont aujourd’hui les retraités qui font vivre les territoires, les communes, les quartiers… en s’impliquant dans les solidarités de proximité. Ils constituent “le premier mode de garde de la petite enfance, le gisement le plus productif de militants associatifs et d’aidants familiaux, et un levier économique puissant pour le maintien des commerces et des services dans les territoires”, insiste Dominique Balmary, président du Comité national d’entente de la semaine bleue. “La Semaine Bleue doit être l’occasion de renforcer et de valoriser toutes ces contributions qu’apportent les personnes âgées à la qualité du tissu social au sein de nos villes et de nos territoires”. Jusqu’au 23

Les retraités ne veulent plus être catalogués comme inactifs. Les seniors n’ont jamais été aussi nombreux à s’investir dans la vie locale.

octobre, des manifestations et des actions spéciales sont organisées pour mettre en valeur la participation des personnes âgées à la vie sociale. Soixante ans après la création de la “Journée des vieillards” par le ministère de la Santé publique et de la Population afin de collecter des fonds distribués aux aînés les plus démunis, cet événement

national a évolué au fil du temps. Intitulée “Semaine Nationale des Vieillards”, puis “Semaine Bleue” dès 1997, cette manifestation est devenue l’occasion d’organiser des initiatives axées sur la convivialité, et des actions de proximité. Son slogan “365 jours pour agir, 7 jours pour le dire” exprime la volonté de mettre en avant le rôle des associations d’aînés.


3

sPECIAL/SENIORS Endurance et souplesse, les seniors prennent soin de leur corps Le sport n’est pas réservé aux jeunes. Après 65 ans, il est recommandé d’entretenir son corps. Les sports d’endurance se trouvent aux premiers rangs des activités très bénéfiques pour les seniors. Ils vont leur permettre d’augmenter leur fréquence cardiaque. Cette stabilité au niveau du cœur aidera les personnes âgées à être plus autonomes. La marche nordique est très recommandée. Elle se pratique avec des bâtons en fibre de carbone. La poussée à la fois verticale et horizontale des bâtons fait travailler les bras, les pectoraux, les épaules et les muscles fessiers. Le travail cardiovasculaire est important. Cet exercice d’endurance équilibré et harmonieux génère moins d’impacts et de chocs que la course à pied. En effet, les bâtons allègent d’un tiers le poids porté sur les genoux. Un élément loin d’être négligeable quand on parcourt plusieurs kilomètres par jour.

Plusieurs fois par semaine

La marche avec ou sans bâton est le meilleur moyen de faire du sport. Et dans notre région les beaux paysages ne manquent pas.

“Mangez de la viande”

En plus de la traditionnelle marche à pied, les seniors peuvent aussi choisir les sports nouvelle génération tels que les vélos elliptiques ou encore l’aqua gym. Pour plus d’efficacité il est recommandé de

02.33.44.63.98 Fax. 02.33.22.11.65

D’autres activités plus douces peuvent également aider les seniors à retrouver plus de mobilité. Les mouvements de taichi chuan et les différentes postures du yoga sont très favorables à la stimulation de la circulation de l’énergie à travers l’organisme. Grâce à cette propriété, la pratique de ces deux activités permettra aux seniors de solliciter de nouveau les muscles et autres articulations bloquées par certaines maladies liées à l’âge. Les exercices de respirations et de concentrations de ces deux sports favoriseront la détente et la relaxation des personnes âgées. Le golf fait aussi partie de ces sports de détente très intéressants pour les plus de 50 ans. A la fois activité ludique et sportive, le golf aidera les seniors à se divertir et à retrouver plus de souplesse. Nicolas Thomas

Matériel médical Vente & location

Particuliers & professionnels

confortsanteducotentin@orange.fr - www.confortsantecotentin.com

02.33.22.11.26

Prônée à tout âge, une alimentation saine et équilibrée est encore plus importante au fur et à mesure que les années passent. Tonus et vitalité en dépendent ! Bonne nouvelle cependant, les seniors font partie des catégories de la population qui se nourrissent plutôt bien. Et pour cause, selon une étude du Crédoc, 72 % des plus de 50 ans estiment ainsi que le premier moyen de préserver sa santé est de faire attention à ce que l’on mange. Mais si leur alimentation est saine, la répartition des aliments n’est pas toujours bien respectée.

“Il faut privilégier les fruits et les légumes, mais également, et c’est très important, le poisson et les viandes. Avec l’âge, le besoin en protéines augmente et les protéines animales sont les meilleures”, précise Cédric Menard, diététicien dans la Manche et le Calvados. “Même si elles n’y ont pas été habituées, notamment en raison des périodes de guerre et de privation,

Yoga, taichi et golf

15 A, rue des Entreprises - 50110 TOURLAVILLE

Santé et vitalité passent par votre assiette ! Conseils pour bien vieillir.

De la viande au dîner

pratiquer un sport d’endurance régulièrement à raison de trois séances de 20 minutes par semaine.

15, rue des Entreprises - 50110 TOURLAVILLE www.ambulances-lemarinel.fr

Lignes Taxis : 06 82 57 08 49

Selon une étude réalisée par le Crédoc, les seniors sont de plus en plus nombreux à plébisciter l’alimentation pour préserver leur santé.

les personnes âgées ne doivent pas hésiter à manger plus de viande le soir”, ajoute le spécialiste qui conseille de manger régulièrement de la viande au dîner à partir de 60 ans pour éviter l’ostéoporose et donc les fractures. Et en ce qui concerne les aliments à éviter ? “Il n’y a pas davantage de contre-indications que pour les autres catégories de la population :

il faut éviter les excès d’alcool, de matières grasses, ou encore faire attention à ne pas manger trop salé”. Un piège que les seniors ont tendance à ne pas voir car avec l’âge s’altère le goût. “Cela explique aussi pourquoi les personnes âgées apprécient souvent les sucreries”, conclut Cédric Ménard. Attention à ne pas en abuser !

POMPES FUNEBRES GIRARD COUTANCES - Tél. 02.33.45.19.17

22 OCTOBRE 2011


4

SPECIAL/SENIORS Nouvelles technologies : les seniors restent branchés

De plus en plus de seniors s’intéressent à des produits de plus en plus simples.

dits “seniors” dans le monde des nouvelles technologies, il existe en revanche de plus en plus de services qui se proposent de venir installer du matériel à domicile et y maintenir une maintenance technique et intellectuelle. C’est important quand on sait que les nouvelles technologies sont souvent et avant tout un moyen de rester en communication avec le reste de leur famille.

Plus le temps passe et moins les seniors sont imperméables aux nouvelles technologies. D’une part parce que les jeunes seniors ont déjà une certaine expérience des produits informatiques et numériques et d’autre part par ce que ces derniers sont, il faut bien le reconnaître, de plus en plus simples et faciles à utiliser.

Rester en contact avec la famille

Super équipés Ainsi, les I-Pod, tablettes numériques et autres smartphones sont détenus à plus de 55 % par des seniors. Mieux, ce sont eux qui passent le plus de temps sur internet, 2 h 20 par jour en moyenne, et qui sont les premiers acheteurs en ligne. Pouvoir d’achat oblige, ils font partie aussi de la catégorie de la population désormais la mieux équipée en nouvelles technologies. Certes, on constate toutefois un vrai fossé entre les plus de 70 ans et les nouveaux seniors qui viennent de rentrer dans la dé-

Les seniors passent en moyenne par jour 2 h 20 sur internet et ce sont les premiers acheteurs en ligne.

cennie des soixantenaires. Pour autant, le marché des seniors reste un des plus prometteur qu’il soit.

REPERES

■ Les “happy-boomers” Ils ont entre 50 et 60 ans et sont les enfants de la consommation et de l’innovation. Très différents de leurs aînés ils sont généralement bien équipés et habitués aux nouvelles technologies qu’ils continuent à suivre de près.

■ Les “libérés” Ils ont entre 60 et 75 ans. A la retraite et libérés de toute contrainte, ils ont du temps et des moyens pour s’intéresser aux nouvelles technologies.

■ Les “paisibles” Entre 75 et 85 ans, ils ne sont pas pressés mais s’intéressent à ce qui les entoure et notamment aux produits “seniors”.

■ Les TGV Les 85 ans et plus, autrement dit les Très Grands Vieillards ont des enfants happy-boomers ou libérés qui consomment à leur place pour leur faire partager les nouvelles technologies.

AUDIOPROTHESISTE Diplôme d’Etat

AUDITION Loïc PEIN

• Faculté de pharmacie Nancy I • D.U. nuisances sonores • Toutes technologies 24, rue Couraye - 50400 GRANVILLE Tél. 02.33.50.34.37 sur rdv 22 OCTOBRE 2011

En effet, sur les 30 ans à venir, 800 000 personnes vont franchir chaque année la barre de 60 ans

et devenir des seniors. Un marché énorme. Toutefois, s’il n’existe pas à proprement dit de produits

Si certaines de ces offres “clés en main” sont proposées par des professionnels du secteur ou de grandes enseignes de distribution, le monde associatif fait aussi un bel effort pour rester au goût du jour. Enfin, les nouvelles technologies oublient de moins en moins les durs d’oreilles ou les mal voyants qui se voient proposer des assistances numériques qui n’ont jamais été aussi efficaces. Une chose est certaine, la vulgarisation d’internet et la simplification des produits informatiques et de communication s’adressent désormais à tous, de 7 à plus de 77 ans. Un slogan à remettre aujourd’hui à la mode et qui n’a jamais été aussi vrai. Léonard Lièvre


5

sPECIAL/SENIORS Soutien scolaire : “Je vis des instants privilégiés”

Depuis quinze ans, elle aide des enfants de 6 à 7 ans le lundi soir. A 74 ans, elle n’est toujours pas prête à laisser le flambeau. Tous les lundis soirs, Mireille Boudet vit entourée de six ou sept enfants à la Maison de quartier de la Dollée. Ils sont en classes de CP au CE1. Deux bénévoles par cours sont présents pour les encadrer et les accompagner dans la révision de leurs leçons. Pour Mireille Boudet, c’est un vrai plaisir que de se sentir utile à ces enfants du quartier et scolarisés dans différentes écoles de la ville. “Il faut parfois les canaliser. C’est vrai qu’après une journée de cours, ce n’est pas toujours facile pour eux de rester encore sagement assis devant une table. Mais dans l’ensemble, ils sont sages et respectueux”, confie-telle. Elle accompagne ces élèves une heure et demie. “Au-delà, il devient beaucoup plus difficile de garder toute leur attention”, ajoute-t-elle.

Un vrai plaisir

Mireille Boudet (au milieu), entourée de trois enfants, lors de sa séance d’accompagnement scolaire à la Maison de Quartier de la Dollée

Ces sessions de soutien scolaire sont réservées aux élèves dont les parents sont inscrits à la Maison de Quartier de la Dollée, un quartier

populaire de Saint-Lô. Comme le précise Mireille Boudet, chaque enfant a un carnet de liaison qui permet un suivi des devoirs réalisés durant la séance. En théorie, les parents sont censés consulter ce carnet. Mireille Boudet estime son rôle encore plus important avec les élèves d’origine étrangère : “Ils arrivent de Tchétchénie, de différents pays d’Afrique et du Maghreb”. Cet accompagnement scolaire leur permet de s’adapter plus vite et de mieux s’intégrer. “J’ai toujours demandé à avoir les plus jeunes. Je vis des instants privilégiés avec eux”, observe-t-elle. Et quand elle ne fait pas d’aide aux devoirs ? Elle file tous les vendredis à l’école maternelle d’Agneaux pour lire des comptines aux enfants dans le cadre de l’opération “Lire et faire lire”. Mme Boudet a trois petits enfants de son unique fille mais ils ont déjà entre 18 et 24 ans. Le soutien scolaire est une façon pour elle de retrouver les plus petits, sa passion de toujours. Pratique. L’aide aux devoirs est présente dans de nombreuses villes. Contactez votre mairie.

“Nous voulons transmettre des valeurs” Pour Monsieur et Madame Jeannerat, les grands parents ont un rôle éducatif. M. Jeannerat, 64 ans, et Mme Jeannerat, 59 ans, ont cinq enfants et quatre petits-enfants de leur fille aînée, Mathilde. Ils s’appellent Bertille, Baudoin, Thibault et Gonzague. Ravis de les recevoir dans leur maison de Lison, ils considèrent que leur jardin est un lieu parfaitement adapté à leur épanouissement. En effet, leurs petits-enfants habitant à Angers en plein cœur de ville manquent d’espaces verts pour se dépenser.

“Transmettre des valeurs éducatives” Mais leur vision du rôle des grandsparents ne se cantonne pas à offrir un jardin. Ils essaient de transmettre à leurs petits-enfants les valeurs qu’ils ont enseignées à leurs propres enfants. Toujours, en fonction de la réalité d’aujourd’hui pour ne pas les couper du reste du monde. “On n’éduque pas nos petits-enfants comme nos grandsparents nous ont éduqué, mais on leur apprend des bases de l’éduca-

Monsieur et Madame Jeannerat dans le salon de leur maison de Lison. En dehors des vacances scolaires, leurs petits-enfants ne sont pas là. Ce qui n’empêche pas de les suivre.

tion propres à toute génération”, observe Mme Jeannerat. Parmi ces valeurs, la politesse évidement mais aussi savoir se tenir à

table et bien sûr le respect envers tout le monde et naturellement envers leurs grands-parents. “De manière générale, on considère

qu’il faut être souple. On essaye de transformer ce que nous avons appris de nos parents et grands-parents et de l’adapter en fonction des

évolutions de la société”, ajoute M. Jeannerat. “On aimerait retrouver la même éducation chez nos petitsenfants que celle que nous avons transmis à nos enfants”, considère Mme Jeannerat. Pari visiblement réussi avec ces petits-enfants de 2 ans à 10 ans. Leur rôle est aussi de les éveiller. M. et Mme Jeannerat sont passionnés de nature et de campagne. Ils transmettent cette passion à leurs petits-enfants : chasse, pêche, jardinage et culture dans le potager. Tout cela dans un but : stimuler leur curiosité et leur appétit intellectuel. Les enfants apprennent avec eux des choses qu’ils n’apprendraient pas forcément à l’école. “Nous leurs parlons comme s’ils étaient des adultes”, ajoute Mme Jeannerat. Façon pour eux de gagner plus vite en maturité. ll arrive qu’ils aident leur petitsenfants pour leurs devoirs, notamment en mathématiques, matière dans laquelle M. Jeannerat dispose de bases sériseuses, mais plus généralement, ils leur offrent des livres qui traitent de leurs passions. M. Jeannerat, médecin généraliste, est aussi très attentif à leur santé et donne de précieux conseils à leur mère. En somme, des enfants aimés et éduqués pour mieux affronter la vie plus tard. Aymar de Chaunac

22 OCTOBRE 2011


6

SPECIAL/SENIORS Le Diamant Rouge, un cabaret familial

REPERES

Michel et Ghislaine Guérinel, dans la salle feutrée du Diamant rouge, dont ils sont propriétaires.

■ Les Artistes de Saint-Germain

Tenu par Gilles Cartier, ce cabaret situé à SaintGermain-sur-Ay plage est ouvert les vendredi soir, samedi soir et dimanche à midi, ainsi que tous les jours à midi et le soir pour les groupes, sur réservation, au 02 33 46 89 67. Site web : www.cabaretsaintgermain.com. Il présente en ce moment le diner-spectacle “Story 80” qui fait revivre les chansons et les événements des années 80.

■ Le cabaret O Roches

Situé près de Cherbourg, à Sideville, ce cabaret dirigé par Magic Charly et Daniel Ingouf propose restaurant, dîner et spectacles. Il est ouvert le samedi et en semaine pour les groupes. Renseignements au 02 33 52 02 65 ou 06 63 10 06 94. Site web : www.cabaretoroches.com

■ Le Chaudron du Marais

Ce cabaret localisé à Marchésieux, entre Saint-Lô et Périers, est ouvert pour les groupes du jeudi à midi au dimanche à midi et tous les samedis soir pour les individuels. Renseignements au 02 14 15 51 68. Site web : www.fabricel.skyrock.com

Cette année, à Vire, le Diamant rouge axe ses spectacles en direction du Brésil, avec son lot de paillettes et de danseuses, un divertissement qui plaît beaucoup au public senior.

Michel Guérinel insuffle à son établissement une énergie débordante et une ambiance chaleureuse. Joséphine Baker, la Goulue, les Folies bergères, le Moulin Rouge… Ces noms évoquent encore et toujours le cabaret, un univers dont raffolent les seniors avec son ambiance feutrée, ses plumes et paillettes, ses chanteuses, danseuses de rêve… Mais inutile d’aller à Paris pour découvrir ou redécouvrir ce monde façon Belle Epoque. Notre région dispose elle aussi de beaux établissements, dotés de spectacles de grande qualité, à l’image du Diamant Rouge. Créé en 2008 par Michel et Ghislaine Guérinel, deux passionnés, ce cabaret est un endroit unique lové dans un cadre magnifique, au fond d’une vallée verdoyante, à Vire.

qu’une idée en tête : en mettre plein la vue, voir les gens s’amuser et ressortir de son établissement avec le sourire.

Là, un grand hall d’accueil, une salle splendide aux tonalités rouges, un bon repas et des animations de haute volée vous attendent. Vous serez placés autour de petites tables dressées de nappes blanches, avec chandelier, pour assister à plus de 4 h 30 d’animations suivies d’une partie dansante. Le spectacle, très proche du public, est assuré par une troupe constituée de 3 danseuses, d’un transformiste, d’une chanteuse et d’un animateur qui n’est autre que Michel Guérinel. C’est en courant que ce dernier entre sur scène et annonce les artistes qui vont vous éblouir, en insufflant une ambiance explosive. Car le propriétaire n’a

“Je veux que ce soit parfait” “J’adore mon métier et je veux que ce soit parfait.” Pour cela, Michel Guérinel a mis plus d’un an à concevoir le fil rouge de ses animations. “Le cabaret, c’est complexe. C’est ce qu’il y a de plus pointu dans le domaine du spectacle. On n’a pas droit à l’erreur et pour réussir, il faut réunir trois impératifs : une belle, un bon repas et un très beau plateau d’artistes.” Le cabaret, c’est une équipe et des tableaux qui se succèdent sur la piste, au milieu des tables, dans une ambiance début de siècle. C’est l’univers des bustiers

sombres rehaussés de tulle et de dentelle. Le “Chat noir”, créé en 1881 par Rodolphe Salis à Montmartre, fut l’un des premiers cabarets artistiques. D’autres ont suivi, chacun ayant son univers propre. A Vire, pas de piano-bar ni de grandes illusions, mais une ambiance de feu, que les maîtres des lieux veulent conviviale. “Nous avons fait un cabaret à notre style. Ça galope dans tous les sens. Tout est basé sur l’animation. On fait participer les gens et ils adorent ça. Le public applaudit énormément et quand il repart, il nous fait généralement la bise. Ici, nous sommes une grande famille.” Pratique. Le Diamant Rouge est situé route de Champ-du-Boult, à Vire, dans l’enceinte du complexe Le Tiffany. 150 places assises. Réservations au 02 31 68 62 27. www.le-diamantrouge.com Christophe Delaroche

DEVENEZ PROPRIETAIRE DE VOTRE RESIDENCE SECONDAIRE (ex. : parcelle viabilisée et mobil-home chalet : 77.100€ TTC*)

200 m de la plage

Possibilité de location de parcelle à l’année (ouvert toute l’année)

*hors frais de notaire et selon stock disponible

Allée des Dunes - 50590 MONTMARTIN-SUR-MER www.campingmanche.fr

Tél. 02 33 91 70 20 22 OCTOBRE 2011


7

SPECIAL/SENIORS Odile Leseigneur et Daniel Martin, un couple très dansant Veufs, Odile, de Saint-Vigor-le-Grand et Daniel, de Reviers, se sont fait tourner la tête. A la ville comme sur les parquets. “C’est pas drôle de rester sur le banc. Parfois 30 personnes attendent et ça fait mal de les voir”. Odile Leseigneur parle de ce qu’elle n’a jamais vécu. La première fois qu’elle a mis les pieds dans un thé dansant, elle y a rencontré Daniel Marie et depuis, ils dansent ensemble ! “On s’est calmés aujourd’hui mais au début, on faisait deux ou trois soirées par semaine”, se souvient Daniel. “C’était de la folie pure”, ajoute Odile, “un jour, on a fait Bayeux-Ouistreham la nuit dans la neige et on y est retourné le lendemain ! Maintenant on y va une à deux fois par semaine, le samedi soir ou le dimanche après-midi”.

“Ce n’est pas programmé sur un ordinateur”

Odile, 63 ans et Daniel, 71 ans sont passionnés de danse et “en observant on apprend, on se lance et, si on a la musique dans la tête, on y arrive”.

Pour Daniel, “c’est une passion, on s’entend tellement bien pour danser. Ça ne me viendrait pas à l’idée de danser avec une autre partenaire, d’ailleurs peu le font, ceux qui viennent seuls font uniquement les danses en ligne. Ce sont surtout des femmes, il n’y a pas assez d’hommes donc, comme dans les bals ou les surprises parties où j’al-

Dans les bals, les seniors mènent la danse Les danses préviennent l’ostéoporose et la perte d’équilibre. Dans notre région, tant dans les villes que dans les campagnes reculées, les seniors sont nombreux à fréquenter les bals, dès le weekend venu. Ils y aiment naturellement l’ambiance et les moments de convivialité. “Je n’en loupe aucun”, affirme le Saint-Pairais René. “Dès que La Manche Libre arrive dans ma boîte aux lettres, je me jette sur la rubrique Les Bonnes adresses en quête d’une soirée”, ajoute-t-il. A 70 ans passés, l’homme est en pleine forme. Quoi de plus normal… Plus encore que le vélo, la marche ou la natation, les danses de salon demeurent les activités à privilégier pour prévenir les chutes. “Elles luttent contre l’ostéoporose, la perte d’équilibre et le manque de coordination”, confirme un médecin spécialiste. Ce n’est pas tout. D’après le corps médical, les salsas, valses et autres tangos agiraient sur les humeurs et conforteraient la communication dans le couple. Plus sérieusement, elles augmenteraient l’endurance et feraient du bien au cœur. Mais attention, on ne s’improvise pas danseur acroba-

■ Un phénomène

La tête et les jambes

tique. “Qui veut aller loin ménage sa monture”, ajoute un rhumatologue. “Bouger et pratiquer la danse peut être bénéfique, à condition

qu’elle soit exécutée sur un rythme lent avec des gestes non saccadés.” Mais quoi danser ? Naturellement, le rap est déconseillé… Mais les

Frédéric Oblin

REPERES

autres danses de salon peuvent être pratiquées par les retraités, hommes ou femmes. “Le choix doit être fait en fonction des priorités esthétiques ou encore morphologiques.” Le tango sollicitera le haut du corps, les abdominaux et les cuisses et le rock tous les muscles. En revanche, la salsa agit durablement sur les fessiers, les jambes et la valse jouera sur le dos…

Toutes les danses sont possibles quand on prend de l’âge. L’important est de bien connaître ses limites et de ne pas trop en demander à son corps.

lais quand j’étais jeune, beaucoup font tapisserie et peu de couples se forment”. Odile, elle, a trouvé son cavalier et ils s’entendent parfaitement sur la piste comme à la ville. “Le slow ce n’est pas notre danse préférée, nous, c’est le paso doble, la béguine, le boston, le tango… plutôt les danses rapides mais pas la valse, ça nous étourdit !”, précise Daniel. “Moi, j’aime aussi la danse en ligne comme le sirtaki, le madison casa, le twist ou le country”, ajoute Odile. Et c’est aussi cette diversité qu’ils apprécient dans les thés dansants qu’ils fréquentent. “On peut y danser sur toutes sortes de rythmes, du disco des années 80 aux danses de salon, on y voit des gens de tous âges et le prix est tout à fait abordable”. En amateurs éclairés, ils savent maintenant ce qui leur plaît le plus et sont fidèles à leur orchestre “Le Tropico” qu’ils suivent dans toute la région. “C’est un accordéoniste portugais qui joue avec son fils et qui met de l’ambiance. Il sait s’adapter aux demandes des danseurs parce que ce n’est pas programmé sur un ordinateur. Il ne fait pas semblant de jouer !”.

Entre toutes les danses, il est parfois difficile de faire un choix. Sachez que l’apprentissage de la salsa est assez facile. “On est dans une danse très instinctive”, assure un danseur professionnel. Le tango, la valse, voire les danses folkloriques, nécessiteront beaucoup plus d’efforts. Mais rien ne sert de paniquer. Il faut juste demander aux professionnels le bon conseil. “Lors des séances d’apprentissage, les professeurs décomposeront avec vous les pas afin d’intégrer les leçons en fonction de vos capacités physiques et de mémorisation.” Pour en savoir plus, plusieurs sites sont consultables sur l’internet. On vous conseille le suivant : www.masalledesport.com.

“La danse de salon est devenue un vrai phénomène de société dans la Manche et partout en France”, explique Daniel Avenel, directeur d’un centre de danse à Saint-Pair-sur-Mer, près de Granville. “Beaucoup de monde fréquente nos salles et celles des associations.”

■ Une adresse Le centre de danse de Daniel Avenel est situé à côté du Géant Casino, derrière le comptoir saigneurie Gauthier. Centre de danse Avenel, 269 rue de Jersey, zone artisanale du Croissant, Saint-Pair-sur-Mer. Tél. 02 33 90 15 10.

■ Danses Daniel et Cathy Avenel proposent plusieurs danses dans leur centre : rock, swing, salsa, cha-cha, valse, tango, disco dance, danse sportive. Tarifs : 6,50 euros de l’heure. Abonnement : 200 euros l’année.

22 OCTOBRE 2011


8

sPECIAL/SENIORS Voyages :  le soleil et la culture

Les seniors sont de grands voyageurs.  Ils aiment le soleil, les beaux paysages  et enrichir leur culture. Ce qu’ils n’ont pas pu faire lors de  leur vie active, la plupart des seniors mettent à profit leur retraite  pour le réaliser. Il en va ainsi des  voyages, pour lesquels ils économisent, et qu’ils peuvent envisager  comme ils le souhaitent, n’étant  pas contraints de les effectuer aux  périodes de vacances classiques. Comment choisissent-ils leurs  destinations, à quelles périodes  de l’année et vers quelles parties du monde ? Les agences de  voyages sont bien placées pour  l’observer. A Saint Lô, Emeraude  voyages constate qu’en général  les destinations ensoleillées ont  leur préférence. “Les circuits en autocar vers l’Espagne et la Costa Brava sont toujours très demandés”, constate Anaelle Anger, de  l’agence National tours à Saint-Lô.  “Mais de plus en plus, si les destinations ensoleillées ont la faveur des seniors, ils ne recherchent pas que la chaleur. Ils demandent aussi qu’il y ait une dimension culturelle à leur voyage.” C’est pourquoi elle choisit en Europe des pays comme la Croatie  avec  ses  villes  remarquables.  Lorsque  la  destination  choisie  est plus lointaine, en dehors de 

l’Europe, les seniors se rendent  volontiers en Inde, en Thaïlande et  au Vietnam. L’Amérique latine et le  Mexique ont aussi leurs faveurs.

Couper l’hiver Quant aux Etats-Unis, c’est une  destination où les seniors préfèrent  se rendre en groupe. Mais lorsqu’il  s’agit pour eux de couper l’hiver,  toujours long à passer, ils n’hésitent  pas à opter pour de longs séjours  de quatre à cinq semaines en Tunisie ou au Maroc. “Dans ce cas, il n’y a pas de préoccupation culturelle. Les seniors ont souvent pris l’habitude de séjourner dans tel hôtel, qu’ils connaissent et où ils retrouvent d’autres retraités d’année en année”. Pour ne pas se heurter au désagrément des grands départs en  vacances et profiter de la baisse  des tarifs hors saison, les seniors  partent surtout au printemps et au  mois de septembre. Chez ceux qui  préfèrent les circuits en autocar  plutôt que les déplacements en  avion, les destinations sont majoritairement le Tyrol, l’Autriche  et l’Espagne, en plus de la France. A Saint-Lô, Anaëlle Anger de l’agence de voyages National tours constate que les seniors plébiscitent les Fabrice Constensoux

POMPES FUNEBRES IZABELLE - RENAUD

Chambre funéraire Tous services obsèques Articles funéraires

24h sur 24 et 7 j sur 7 au 02 33 55 18 39 N° Orias 07027787 - MARIGNY - PERCY - TESSY-SUR-VIRE

destinations ensoleillées et pratiquent le tourisme culturel.

Camping-car : la liberté sur quatre roues Pour les seniors,   le camping-car   est l’instrument   de la liberté.

Le Contrat Obsèques... Pourquoi pas moi ?

Sur les parkings des grands sites  touristiques ou bien sur la route,  lorsque vous croisez un campingcar, il y a de fortes chances pour  que le conducteur soit un senior.  Rien d’étonnant à cela, puisqu’aujourd’hui 71 % des acheteurs de  camping-cars ont plus de 60 ans,  tant ce type de véhicule a été  adopté  par  les  retraités  dynamiques. Les raisons sont multiples.  Avec l’allongement de la durée de  vie et la possibilité de vivre longtemps en bonne santé, les seniors  mettent à profit cette période de  leur existence pour voyager aussi  bien en France qu’à l’étranger.

De nombreux modèles

• Votre résidence en toute sécurité • Des maisons confortables et accueillantes

Venez visiter sur RDV

22 OCTOBRE 2011

Tél. 06 15 20 77 21 www.resiloft.fr

Or, le camping-car est le véhicule  qui s’y prête le mieux puisqu’il  permet de se déplacer en toute  liberté, en faisant halte presque là  où l’on veut. Et tout cela dans des  conditions de confort tout à fait  appréciables. Les plus aventureux  des seniors - et ceux qui en ont  les moyens financiers - n’hésitent  d’ailleurs pas à passer l’hiver au  Maroc ou dans  les pays chauds 

Les acheteurs de camping-cars sont essentiellement des seniors. Ce véhicule leur permet de voyager facilement et de façon confortable.

avec leur camping-car. En général,  ils partent en toutes saisons, légèrement moins en juillet et août afin  d’éviter les grands déplacements  estivaux. Pour séduire cette clientèle, les constructeurs proposent  de  nombreux  modèles  avec  le  maximum d’équipements et faciles  à conduire. Ainsi le camping-car  offre à la fois un espace agréable,  des lits confortables, une salle de 

bains et une cuisine fonctionnelles.  Avant d’acheter leur camping-car,  les seniors se forment souvent  une idée très précise de ce qu’ils  veulent et n’hésitent pas le cas  échéant à y mettre le prix. Si bien  que ces véritables maisons roulantes demeurent relativement  chères : il faut compter en moyenne  entre 45 000 et 55 000 euros pour  un camping-car neuf.


9

SPECIAL/SENIORS De la mosaïque pour toutes les envies !

Dessous de plat, tables, horloges, ou encore encadrement… Avec la mosaïque tout est permis. Plaisir et détente assurés ! Clés de carreleur en main, ils sont un peu plus d’une douzaine à se réunir une fois par mois lors des cours de mosaïque de l’association Agneaux Culture Loisirs. Dans le rôle du chef d’orchestre : Odette Hec, passionnée de mosaïque depuis une dizaine d’années. “J’ai découvert la mosaïque au début de ma retraite. Cela m’a tout de suite plu. Je suis fille d’artisan maçon et mon père travaillait beaucoup le carrelage”, sourit la retraitée. “J’aime le côté manuel, on peut vraiment faire de jolies choses”, ajoute-t-elle. Et ce n’est pas son intérieur qui témoignera du contraire ! Dessous de plat, table basse, pendule murale… Odette a déjà réalisé de nombreux objets, tous plus colorés les uns que les autres.

“Tout le monde peut y arriver”

Plaisir et détente sont au rendez-vous lors des ateliers mosaïques animés par Odette Hec. “Tout le monde peut y arriver”, assure la professeur bénévole, qui a découvert cette activité lors de sa retraite.

Des chiffres et des lettres comme à la télé La passion “chiffres et lettres” existe. Nous avons rencontré ses fans. La formule ne se démode pas et rencontre un succès croissant. Depuis cet automne 2011, le club des chiffres et des lettres de Saint-Lô compte plus de 30 adhérents. Les séances d’entraînement se déroulent dans une salle de la maison des associations, impasse Schweitzer, le lundi soir ou le mercredi aprèsmidi. Le lundi soir, ce sont plutôt les actifs - travaillant en journée qui se réunissent sous l’égide du club saint-lois et le mercredi après-midi, les retraités. D’ailleurs, la “doyenne” du club de la villepréfecture a… 96 ans. Il s’agit de Marcelle Brochard. Visiblement, pratiquer le jeu des chiffres et des lettres permet de conserver la pleine vivacité. Elle fait partie du club local depuis 1988. Le club saint-lois, justement, existe depuis environ un quart de siècle. “En fait, au départ, il a été créé par M. Bataille, alors élu saint-lois et M. Yon, du Crédit Agricole”, se souviennent les actuels adhérents. Ceux-ci apprécient l’ambiance conviviale et le petit défi d’agilité mentale et de rapidité qui se joue entre eux. Avec

“En général, les débutants commencent par un dessous-de-plat, mais je n’impose rien. Chacun réalise ce dont il a envie”, ajoute cette professeur bénévole.

Une fois le dessin du motif réalisé, il faut découper le carrelage en morceaux puis le coller, avant de passer aux joints. Attention ! “Il est très important de bien choisir sa couleur de joints, car dans le cas contraire, ils peuvent gâcher tout le travail”, indique Odette Hec. Terre cuite, bois, pierre et même polystyrène, la mosaïque peut être collée sur de nombreux supports. Les qualités requises pour cette activité ? “Il faut être patient c’est vrai, mais tout le monde peut y arriver ! Pas besoin d’être créatif car on peut s’inspirer de motifs qui existent déjà”, rassure la spécialiste. “La plupart des personnes qui suivent mes cours viennent pour le plaisir d’être ensemble”. Parmi elles, une majorité de femmes, mais pas seulement. “Les messieurs sont très minutieux. Ils ont de très bonnes idées mais demandent souvent conseils pour les couleurs”, sourit Odette Hec. Pour ceux à qui cela dit, il reste toujours des places dans son atelier ! Pratique. Agneaux culture loisirs. Cotisation annuelle de 18 €. Tél. 02 33 05 26 27. Audrey Dreillard

REPERES

■ Un succès de la télé Le jeu “des chiffres et des lettres”, c’est d’abord une réussite incroyable, à partir de l’émission télé créée il y a une quarantaine d’années, sur une idée d’Armand Jammot. Et ça dure ! L’émission est toujours diffusée cinq jours par semaine, à 17 h 30 sur France 3, avec en “maître de cérémonie”, l’animateur Laurent Romejko.

■ Les motivations

Les membres du club “des chiffres et des lettres” pratiquent ce jeu pour des raisons très personnelles et diverses. Mais beaucoup s’accordent à dire que le fait d’entretenir ses méninges et de faire cogiter sa mémoire est une motivation réelle, en plus du plaisir de manier la langue et le calcul mental.

■ Pratique

Club des chiffres et des lettres de Saint-Lô, entraînements deux fois par semaine, le lundi et le mercredi, à la Maison des Associations. Montant de la cotisation : 23 euros pour l’année. Renseignements complémentaires auprès de la présidente, Annick Lerebours. Tél. 02 33 05 64 81.

Concentration, quand la présidente délivre, avec l’ordinateur, les séries grâce auxquelles il faut composer le mot le plus long ou le calcul parfait.

l’ordinateur d’entraînement aux chiffres et aux lettres, la répétition des exercices est fructueuse. Et quand la machine sort les lettres Q, I, T, U, F, A, P, I, C, E, les plus habiles peuvent dénicher un mot de 9 lettres comme “pacifique”. Pour les mots obscurs ou litigieux, il y a de toute façon deux bibles de référence : les dictionnaires Robert et Larousse. Les “joutes” en voca-

bulaire et calcul qui se pratiquent tout au long de l’année trouvent le moyen de se tester lors d’événements de plus grande ampleur : par exemple les tournois organisés dans les différentes villes de Normandie, de Caen dans le Calvados, à Mamers, dans la Sarthe. Ou mieux encore, la consécration quand on est sélectionné pour aller participer à l’émission télé.

22 OCTOBRE 2011


10

sPECIAL/SENIORS 60 ans de passion pour les plantes

James Rivière et son ami Louis Valognes au jardin du Hutrel, à Saint-Lô, dont ils ont la charge comme membres de la Société horticole de Saint-Lô.

Comme ingénieur ou aujourd’hui comme retraité, James Rivière a toujours baigné dans l’univers du jardin. À 71 ans, James Rivière a déjà 60 ans de jardinage derrière lui. Pourtant tout commence avec un mauvais souvenir. “Mon père m’avait demandé de démarier les carottes, c’est-à-dire de retirer les mauvaises herbes entre les plants. Avec ma binette, j’ai arraché les carottes en même temps que les mauvaises herbes.

Mon père n’était pas très content”, se souvient-il amusé. C’est pourtant auprès de son père que commence à germer cette passion. “Il avait un potager et un petit vignoble, comme beaucoup en Touraine après la guerre. Et il m’avait laissé un petit coin pour que je m’initie. J’y ai fait mes premiers semis et mes premières

greffes”. La fibre végétale ne le lâchera plus jamais. À 14 ans, il entre dans une école horticole, viticole et arboricole à Tours. Après deux ans d’études, il parfait sa formation dans une école régionale de Clermont-Ferrand et sort avec ce qui serait un BTS aujourd’hui. Il part travailler à Angers où il passe 15 ans au service de la protection des végétaux avant de déménager dans la Manche. Il vient y rejoindre sa femme qui travaille à la pouponnière de l’hôpital Mémorial. Après une brillante carrière comme ingénieur horti-

cole, il prend sa retraite. Et c’est tout naturellement le jardinage qui occupe le plus clair de son temps libre.

Amoureux des narcisses “Je souhaite à tout le monde d’avoir quelque chose sur lequel se rattraper au moment de la retraite. C’est un tel bonheur”, souligne James Rivière. “Vous travaillez physiquement, mais aussi intellectuellement, car le potager est aussi une

question d’astuce”, assure-t-il. Aujourd’hui, il est vice-président de la société d’horticulture de Saint-Lô et se consacre à sa plante fétiche depuis 40 ans, le narcisse. “J’ai plus de 150 spécimens différents. Je fais des hybridations pour créer de nouvelles variétés. C’est une vraie joie et une fierté au printemps quand vous voyez un travail de plusieurs années éclore”. Et pourquoi pas, un jour, un narcisse “Rivière” ou “James”. Une juste récompense, dont il rêve secrètement. Florian Delambilly

présentent

vendredi soir, samedi soir et dimanche midi

OFFREZ DES REPAS SPECTACLES

MENUS 55€ et 80€ tout compris

PISTE DE DANSE ! Pensez aux réveillons Noël et Saint-Sylvestre

NOUVEAU

Sur réservation au 02.33.46.89.67 SAINT-GERMAIN-SUR-AY Plage - www.cabaret-saintgermain.com 22 OCTOBRE 2011


11

SENIORS/SOCIÉTÉ Le jardinage, une activité pleine de ressources Le jardinage regorge de vertus, que ce soit pour la santé ou le moral. Une alimentation plus saine, des efforts physiques, le jardinage a plus d’un atout dans son sac. Ses bienfaits sur la santé ont été prouvés. Bêcher, biner, tailler, semer, désherber, récolter sont des activités physiques qui entretiennent la souplesse et la résistance du corps. Les médecins conseillent d’ailleurs aux seniors de pratiquer le jardinage pour garder la forme. Il réduirait le risque de maladie cardio-vasculaire ou encore préviendrait l’arthrose en renforçant les muscles et le squelette. Selon plusieurs études médicales, une séance de 45 minutes de jardinage équivaudrait à 30 minutes de course à pied.

Plaisir et épanouissement “Il est incontestable que jardiner permet de s’entretenir physiquement”, confirme Georges Salliot, président de l’Association des jardins familiaux de Saint-Lô. “Beaucoup de nos adhérents le savent et préfèrent biner à la main qu’utiliser

Souvent réfugié dans son potager, Georges Salliot voit le jardinage comme un loisir, mais aussi un moyen de garder la forme.

le motoculteur”. Depuis les années 1970, l’association met à la disposition de ses adhérents des parcelles

cultivables. À l’origine, elles étaient réservées aux ouvriers vivant en HLM. Aujourd’hui, une majorité

de retraités et de plus en plus de jeunes demandent un petit carré de terre dans l’un des cinq jardins

de l’association de l’agglomération saint-loise. “Nous comptons 250 adhérents et des listes d’attentes sur certains sites. Nous donnons la priorité aux familles dans le besoin”, signale Georges Salliot. Retraité après une carrière dans la génétique porcine, il connaît bien les vertus du jardinage. “C’est une activité de plein air qui permet de garder la forme, mais c’est aussi un divertissement”, ajoute-t-il. “Les jardiniers sont heureux quand ils travaillent la terre, ils partagent leurs astuces, leurs petits trucs. Ils s’épanouissent. Et c’est primordial lorsque l’on arrive à la retraite”. Car, cultiver ses légumes ou ses fleurs agit aussi sur le moral. “Le plaisir de faire son semis, de récolter le fruit de son travail et de le déguster n’a pas de prix. Les jardiniers mangent aussi plus sainement. Ils se sentent plus proches de la nature et se ressourcent accroupis ou penchés, les mains dans la glaise. Certains essaient de même remettre au goût du jour des variétés anciennes et abandonnées comme le haricot Proudon ou le topinambour. Ils découvrent. Tout simplement”, conclut Georges Salliot. Jardiner permet ainsi de stimuler sa créativité et son intellect. Bref, le jardin n’est pas que la culture des légumes ou des fleurs. C’est aussi celle du corps et de l’esprit.

REPERES By

PROMO SALON DU BOURGET

jusqu’au 31/10/2011

HT T69 SUNLà IG partir de

4cv0BV€ 6 2r.5 4eu 130

mot

A découvrir : DES NOUVEAUTÉS - Exemple : T67 84 avenue du Cotentin - ST-GEORGES-MONTCOCQ - 02 33 05 27 77 sosson-evasion.fr

■ Jardins familiaux Les jardins familiaux poussent un peu partout dans la région. Ils permettent de disposer d’une parcelle de 70 m2 à 200 ou 300 m2 pour cultiver ses fleurs ou ses légumes. Saint-Lô compte par exemple 6 hectares de parcelles cultivables. De son côté, Caen affiche une superficie de 14 hectares.

■ Associations Pour bénéficier des parcelles des associations de jardins familiaux, il faut devenir adhérent de ces dernières. Il faut compter quelques dizaines d’euros par an selon la surface cultivée, comprenant généralement le prix de l’eau, auxquels s’ajoute éventuellement une somme pour la location d’un abri de jardin à proximité.

LE CONFORT ACTUEL ET TENDANCE Homme du 39 au 46 - Femmes du 35 au 42

■ Du sport

REPAS SPECTACLES

50€

Selon la Société nationale d’horticulture de France, on dépenserait la même énergie en tondant le gazon qu’en faisant de la natation ou des exercices d’aérobic. Pratiquer le jardinage aurait également des vertus relaxantes. Concentrés sur le potager, les jardiniers en oublieraient leurs soucis.

• Nombreux modèles adaptés à vos semelles orthopé- diques. • Large gamme de chaussons pour un hiver au chaud • Grand choix de modèles imperméables pluie et neige • Différentes largeurs pour tous les pieds même les plus forts.

22 OCTOBRE 2011


12

seniors/Société Lucienne Violet, une septuagénaire passionnée de gym

Lucienne Violet connaît les bienfaits de la gym pour les personnes âgées.

fiques existent comme les ateliers équilibre ou encore l’Acti’March’ porté plus particulièrement sur la capacité cardiaque. “Le public senior est un public demandeur, motivé et enthousiaste”, ajoute la Présidente.

Lucienne Violet, domiciliée à Villedieu, va avoir 74 ans et ça ne se voit pas. Ce sont ses yeux bleus pétillants de vie qui nous parlent. Le teint bronzé, elle est habillée avec un T-Shirt et un jogging. A coup sûr, il s’agit bien d’une sportive. Depuis novembre 2008, elle est Présidente du Comité départemental d’éducation physique et gymnastique volontaire. Mais cela fait 15 ans qu’elle est membre du Comité directeur.

Une activité physique très à la mode.

“La gym permet de garder son autonomie” Lucienne Violet organise les activités du comité mais elle enseigne aussi la gymnastique. Le Département de la Manche compte 11 500 licenciés répartis dans 180 sections différentes avec 91 animateurs. C’est le département de France le plus fourni en gymnastique volontaire. Mais là où les chiffres sont frappants, c’est que 40 % de ces licenciés sont des seniors, âgés de plus de 55 ans. Certains élèves ont même plus de 90 ans. “Les

Lucienne Violet, fanatique de gymnastique, est persuadée que c’est le meilleur remède contre la vieillesse.

retraités ont compris l’importance du sport santé pour le maintien de leur condition physique”, observe Lucienne Violet. Cependant, il ne

Présidente du comité départemental d’éducation physique et gymnastique volonntaire, Lucienne Violet enseigne aussi la gymnatique.

A l’écoute de vos besoins nous vous proposons des services pour tout public • Ménage, repassage • Courses • Garde d’enfants • Aide à la personne • Livraison de repas • Petits travaux Toutes ces prestations ouvrent droit à une

réduction ou à un crédit d’impôts (selon la loi de finances en vigueur)

130, rue du Jardin aux Chevaux - CS 93308 - 50008 SAINT-LO CEDEX www.admr.org

22 OCTOBRE 2011

s’agit pas seulement de condition physique mais aussi de mental. Le Comité départemental organise des séances de gym mémoire

permettant de stimuler les mécanismes cognitifs et développer les facteurs optimisant la qualité de la mémoire. D’autres ateliers spéci-

Le public senior a pris de plus en plus conscience que son corps a besoin de rester actif et dynamique pour que la vie soit plus agréable. Garder sa souplesse et son équilibre, faire travailler sa mémoire et son cœur. Voilà ce qu’enseigne Lucienne Violet. Elle a compris ça plus tôt que les autres. Célibataire, elle sait aussi le rôle social que ces activités peuvent avoir. “Il y a des villages où c’est la seule activité de la semaine pour des personnes âgées”, constate-t-elle. “C’est aussi un moyen de s’investir dans la vie quotidienne”, ajoute-t-elle. Lucienne Violet, malgré son emploi du temps surchargé, a d’autres passions comme les chevaux, la nature et son jardin. Avant son entrée au Comité départemental, elle était enseignante en milieu agricole. Elle y enseignait entre autre le sport… l’histoire de sa vie. Pratique. comité départemental 02 33 56 95 34.


Dossier spécial retraite - La Manche Libre