Issuu on Google+

23 JUIN 2012 - www.tendanceouest.com

L A I C E P S O R NUME


2

sPECIAL/TENDANCE OUEST RENCONTRE Benoit Leclerc, président et fondateur  de Tendance Ouest.

Une radio   au cœur de l’Ouest INTERVIEW

Depuis trente ans, Tendance Ouest apporte du bonheur aux Normands. ■■ Pourquoi avoir créé une radio en 1982 ? “Peu de temps après son élection en 1981, François Mitterrand a décidé de l’ouverture de la bande FM. De très nombreuses personnes se sont lancées. Il y avait de tout, des boîtes de nuit, des particuliers. Le gouvernement avait imposé en revanche le statut d’association. D’autres journaux ont démarré. J’ai toujours pensé que pour nous, qui étions des professionnels de l’information, il y avait une réelle vocation à entreprendre cette aventure. La radio était, et est toujours, très complémentaire du papier. Elle permet une grande interactivité. Depuis le début, nous avons voulu la mettre au service d’un territoire. Radio Manche a toujours su incarner ce territoire, cette région. C’est une motivation très forte.”

■■ Comment s’est déroulé le lancement ? “Avec ma femme, nous réfléchissions à la création d’une radio bien avant la décision du gouvernement. J’étais allé voir une radio italienne qui émettait en France. Nous sommes ensuite partis découvrir d’autres radios, comme Alouette en Vendée et rencontrer Roland Faure à Paris. Dès le début, nous avons eu une démarche d’entreprise avec la volonté de pérenniser la radio. Comme on ne trouvait pas en France de fabricant pour le matériel, je suis allé l’acheter en Italie. Je me souviens encore des surprenantes tractations avec les Italiens… Le matériel est d’ailleurs resté bloqué en douanes car les autorités craignaient qu’il serve à une radio pirate.” ■■ Quelle était l’équipe de départ ? “Nous avons commencé avec seulement quatre collaborateurs mais près de 70 bénévoles. Ce furent des temps héroïques. Déjà à l’époque, la programmation ne s’arrêtait pas. Contrairement à d’autres radios qui coupaient plusieurs heures par jour, Radio Manche émettait 24 heures sur 24. Avec tous ces

L’information   en continu Une information qui allie proximité et réactivité : ainsi la définit Jean-Baptiste Bancaud, directeur délégué de Tendance Ouest. “La place centrale accordée à l’information est une constante depuis la création de la radio en novembre 1982”. C’est une des principales caractéristiques de la station “qui occupe une place à part dans le paysage des radios privées régionale”. L’actualité est diffusée en continu de 7h à 22h, sept jours sur sept, 365 jours par an. Cette information, qui est traitée par les journalistes de la station, privilégie le direct et la proximité. “Nos journalistes sont présents sur le terrain pour être au plus près de leurs interlocuteurs”. Après Saint-Lô, Cherbourg et Caen, la radio dispose désormais d’un studio à Alençon, dans l’Orne, depuis la reprise de Normandie FM en août 2011. Cette démarche est amplifiée par le décrochage des journaux locaux. Les auditeurs sont tenus informés de l’actualité qui les touche au plus près. Mais l’information régionale, nationale et internationale, et non plus seulement locale, n’est pas oubliée. Les événements les plus importants sont développés et diffusés de 18h à 22h. D’une manière générale, “le principe est de faire court et d’être très réactif”. La réactivité, c’est par exemple interrompre un pro-

23 JUIN 2012

Jean-Baptiste Bancaud : “Renforcer l’interactivité avec les auditeurs”.

gramme musical, une émission pour relater en direct un événement d’importance, comme ce fut le cas lors du déplacement de François Hollande à Caen et Ranville le 6 juin dernier. “Cette possibilité est importante dans le cadre de l’actualité sportive, culturelle, politique et pour les faits divers. En écoutant Tendance Ouest, l’auditeur est assuré d’être informé à n’importe quel moment”. L’avenir ? “Renforcer l’interactivité avec les auditeurs, vrais relais d’information.”

bénévoles, l’ambiance était très melting-pot et l’antenne parfois un peu décousue. Je me souviens de certains qui dormaient dans les couloirs…” ■■ Cela n’a pas dû être rose tout le temps… “Non. Surtout que la bande FM n’était pas structurée comme aujourd’hui. Un jour, alors que nous connaissions déjà un grand succès, la radio est devenue tout à coup muette parce que notre fréquence venait d’être attribuée à une autre radio. A minuit, cette radio avait commencé à émettre et nous n’existions plus. Je suis intervenu auprès des instances nationales qui m’ont donné une nouvelle fréquence… déjà occupée par des radios de Jersey ! Nous avons donc décidé de prendre une fréquence libre. Et le député de Saint-Lô, Jean-Marie Daillet, est intervenu en séance publique à l’Assemblée Nationale pour nous soutenir. Le ministre de la communication, Georges Fillioud, nous avait du coup qualifiés de radio pirate !” ■■ Comment caractériser Radio Manche, puis Tendance Ouest ?

Tendance Ouest n’est pas simplement une entreprise commerciale, c’est un état d’esprit différent de celui des autres radios”

“C’est une radio au service de ses auditeurs, et de la démocratie. Très vite, nous avons organisé de grandes soirées électorales ouvertes au public. Il y avait d’ailleurs un monde fou. Léon Jozeau-Marigné, président de la Manche, a appris sa défaite inattendue aux élections cantonales dans nos studios. Lors des grandes tempêtes, EDF et la préfecture ont utilisé notre antenne pour communiquer avec la population et leurs équipes sur

le terrain. Dès le début, des débats de société eurent lieu sur l’antenne, par exemple sur le SIDA avec la présence de malades et de médecins. Aujourd’hui, la radio va continuer à aller de l’avant. Elle est très présente sur Internet et le sera de plus en plus. Nous avons la volonté de poursuivre notre développement régional. La reprise de Normandie FM nous permet de conforter notre rayonnement sur l’Ouest


3

sPECIAL/TENDANCE OUEST Les Cherbourgeois ont leur radio Le nord-Cotentin a sa radio : c’est Tendance Ouest avec des décrochages locaux à chaque heure et tous les jours.  Tendance Ouest à Cherbourg, c’est un studio, avec journaliste et commercial. C’est surtout plus d’information locale avec des décrochages sur le nord-Cotentin tous les jours et toutes les demiheures de 7h à à 8h30 puis toutes les heures de 9h à 16h, le tout orchestré par Antoine Gillot, en direct de notre studio de la rue Albert Mahieu à Cherbourg. Le matin, c’est le moment fort de la radio. La vie politique, la vie associative, les faits divers de la nuit… Dès le réveil vous êtes au courant de toute l’actualité de chez vous. 

dans l’édition cherbourgeoise de La Manche Libre.  Le jeudi matin, en alternance Léonard Lièvre ou Benoît Merlet, de La Manche Libre à Cherbourg, annoncent le sujet phare du journal. Enfin, durant cette longue période électorale, tous les acteurs politiques locaux sont passés sur notre antenne à Cherbourg pour faire vivre le débat et la démocratie locale.

La démocratie locale 

Puis, Tendance Ouest Cherbourg, c’est aussi une présence sur des événements comme le festival Ecoute s’il pleut de Valognes, les Art’zimutés à Tourlaville, le Relais des 4 châteaux autour de l’agglomération de Cherbourg ou encore le Challenger de tennis de Cherbourg. Tendance Ouest est présente aux côtés de la Marine nationale pour la journée de la Base de Défense ou encore du Derby de la Hague où elle donne son nom à un prix en association avec La Manche Libre.

Thibault Deslandes et Thierry Valoi : la proximité

Eric Mas : il connaît l’Orne comme sa poche Au début des années 80, Eric Mas travaillait… chez Alcatel Thomson à Querqueville, dans le Nord-Cotentin. Son bac F3 électrotechnique obtenu au lycée Alain d’Alençon lui avait donné une bonne compétence pour participer à la fabrication de centraux téléphoniques. Mais au bout de quelques années, l’activité est délocalisée et l’unité de production manchoise ferme. C’est alors qu’Eric Mas, passionné depuis toujours par les radios internationales, participe, avec des amis, à la création d’une radio en pays d’Auge : Coraly. Ce sont les temps héroïques !  Bien vite, Eric Mas complète son expérience par les modules “journaliste radio” du Centre de Formation et de Perfectionnement des Journalistes à Paris. Devenu pigiste, il intègre en 1996 la radio Normandie FM. Qui a été reprise en août 2011 par Tendance Ouest. Eric Mas est désormais un des “piliers” de l’antenne…

L’information de proximité est une force de Tendance Ouest, qui entretient des rapports étroits avec ses auditeurs. Le journaliste Thibault Deslandes est responsable en semaine de l’information qui va dans la Manche de Sainte-Mère Eglise au Mont Saint-Michel, zone de diffusion historique de la radio. Sur le pont dès 6h du matin, il s’attache à la préparation des journaux qu’il présentera toutes les demi-heures à partir de 7h et jusqu’à 8h30. Rien de ce qui fait l’actualité dans le centre et le sud du département ne lui échappe, dans le souci constant de la proximité avec les auditeurs et la volonté d’aller toujours à l’essentiel. 

La force du week-end

 

Avec Nicolas Sarkozy Ayant grandi à Vimoutiers, il connaît très bien le département. Il l’a beaucoup sillonné pour effectuer des reportages économiques, politiques… Il y a deux ans et demi, lors de la visite du président Nicolas Sarkozy, à Flers, Eric Mas a eu l’occasion d’animer une table ronde avec le chef de l’Etat : un événement complémentaire à la visite présidentielle de l’équipementier automobile Faurécia. “Ce que j’aime, dans mon métier, c’est la diversité”, confie Eric Mas ! Vous retrouverez son analyse calme et posée dans les bulletins d’info, tous les jours, à l’antenne ! 

/

Le divers droite Hervé Corbin, l’écologiste Catherine Marrey, le socialiste Jean-Michel Houllegatte, le centiste Cyril Bourdon se sont affrontés dimanche 10 juin devant le micro du chef d’édition de La Manche Libre Léonard Lièvre, et sous les yeux de Wilfried Berland de Tendance Ouest et d’Audrey Dreillard de La Manche Libre.

Eric Mas a le journalisme dans le sang, et la radio dans le cœur. Il aime la diversité du métier.

Tous les soirs et tous les week-ends, place à une nouvelle voix, celle de Thierry Valoi. Après plus de vingt ans de radio et de télévision, il est en charge de l’information régionale de fin de journée et chaque weekend. “Le soir, je sélectionne l’information qui est susceptible de toucher tout le monde en Basse-Normandie. Pendant six minutes, ce sont les grands sujets régionaux qui ressortent.” Le week-end, léger changement de ton avec une approche un peu plus détendue de l’information générale, tout en restant très fortement en prise sur ce qui fait l’actualité du samedi et du dimanche, notamment les faits divers. “J’essaie, quand le sujet s’y prête, d’adopter un ton différent, plus enjoué. Je donne beaucoup la parole aux gens en faisant des micros-trottoirs.” Semaine et week-end, Tendance Ouest est la radio de la proximité.

 

De plus, tous les jours à midi, un grand journal, en direct spécial Nord-Cotentin vient enrichir la programmation quotidienne. En collaboration avec la rédaction de La Manche Libre. A Cherbourg, tous les mercredis, une émission co-animée par Antoine Gillot et Léonard Lièvre, chef d’édition de La Manche Libre, présente une association locale ou une initiative. Cette interview en direct fait l’objet dès le lendemain, d’une demi-page

Aux côtés  de la population

Avec Thierry Valoi, l’info du week-end reste très proche des auditeurs. Le journaliste leur donne souvent la parole.

23 JUIN 2012


4

sPECIAL/TENDANCE OUEST Tendance Ouest, c’est aussi un journal !

Avec ses deux journaux gratuits d’information à Caen et Rouen, Tendance Ouest garde une longueur d’avance. Il y a trois ans, à la suite de l’attribution par le Conseil supérieur de l’audiovisuel d’une nouvelle fréquence à Caen, Tendance Ouest a lancé dans la capitale régionale un journal d’information locale sous le nom de Tendance Ouest Caen, dont les 30 000 exemplaires sont distribués gratuitement par des crieurs en centre-ville et 350 dépositaires dans l’ensemble de l’agglomération. Une rédaction de trois journalistes encadrés par François Gillot, auparavant rédacteur en chef adjoint de La Manche Libre, et une équipe commerciale travaillent dans une démarche multimédia très novatrice : chaque information est traitée simultanément pour la radio, le journal et le site internet, sous une forme audio, écrite et vidéo. A Caen et dans son agglomération, comme dans le Bessin et le Bocage virois, les auditeurs connaissent bien les voix de Floriane Bléas, chef d’édition, Maxence Gorréguès et Louis-Sébastien Jacquel-Blanc. Ils

Depuis leurs bureaux de l’avenue de la République à Rouen, ou sur le terrain, Thomas Blachère et Anne Letouzé font vivre l’actualité rouennaise.

préparent et présentent à la radio les journaux de la matinale et de midi. Cette organisation, encore originale en France, et ce partipris du plurimédia à la mode de Caen, ont permis à Tendance Ouest de se faire rapidement un nom et une place privilégiée dans le paysage médiatique. Reconnue

Une pépite  sur les ondes

Louis-Sébastien Jacquel-Blanc, Maxence Gorrégues et Floriane Bléas scrutent chaque jour l’actualité caennaise pour la faire partager chaque jour aux internautes, à leurs auditeurs et chaque semaine à leurs lecteurs, depuis leurs bureaux de la place de la République à Caen.

et appréciée par tous les acteurs de la métropole régionale, l’info locale est devenue, à Caen et dans sa région, très Tendance !

Un public jeune Le journal de Caen ayant fait ses preuves, Tendance Ouest a sou-

haité s’installer au cœur de l’autre grande cité normande. Une seconde édition est née il y a quinze mois à Rouen. Deux journalistes et une demidouzaine de correspondants de presse suivent et mettent en valeur l’actualité locale, sous la direction de François Gillot. Une web radio

sur le mode “hits & news” a été mise en ligne dans la foulée, de façon à épouser l’esprit et la force de la démarche multimédia initiée en Basse-Normandie. A Rouen comme à Caen, Tendance Ouest touche un public jeune ou ceux qui avaient renoncé à la lecture des journaux.

Dans les émissions du père Lefrançois, des personnalités dévoilent les aspects méconnus et précieux d’eux-mêmes.

Depuis 20 ans, toujours dans la bonne humeur, le père Jean-Luc Lefrançois, prêtre à la paroisse Saint-Clément de Granville, anime Tendance Confidences, tous les dimanches, de 9 heures à 9 h 30 : “L’émission est composée d’une interview de 22 minutes, suivie d’une chronique spirituelle”, confie celui pour qui la radio n’a plus de secret. Il peut même se targuer, bien qu’il ne le fera pas, d’avoir accroché plus de 1 400 invités à son tableau de chasse ! Et pas des moindres, parmi lesquels on retrouve : Mireille Du-

23 JUIN 2012

mas, Michel Drucker, Michel Leeb, Patrick Poivre d’Arvor ou encore Michel Serrault. “J’ai rarement essuyé des refus !”, souligne l’animateur, DJ dans une vie précédente. “Pour moi, cette émission est une chance : elle me permet d’aller à la rencontre de l’autre et d’ouvrir mon horizon. Je reste toujours surpris de voir à quel point les gens se confient : tout d’un coup une pépite verbale vous est confiée. Cela naît de la confiance, et elle est diffusée sur les ondes.” L’émerveillement reste intact.

 

 

Rachel éclaire votre route

Chaque jour, au moins deux fois par heure, et plus si nécessaire, Rachel Fauvel et Tendance Ouest déblaient la route des auditeurs.

L’Info Trafic est une des chroniques les plus écoutées de Tendance Ouest à tel point que les auditeurs réclament que sa zone de couverture s’étende de plus en plus. “Nous avons des auditeurs en Bretagne ou en Haute-Normandie qui nous appellent pour avoir des informations sur la circulation”, explique Rachel Fauvel, chargée parmi d’autres missions de monter les flashs Info Trafic et de les transmettre à l’antenne. Toutes les demi-heures, les fans de Tendance Ouest augmentent

le volume de leur autoradio pour connaître toutes les difficultés qu’ils vont pouvoir rencontrer : ralentissements, accidents de la circulation, travaux… et radars ! Rachel Fauvel se sert aussi de différents sites officiels pour établir ces flashs. “Une fois toutes les données de circulation collectées, je hiérarchise les infos par importance et par lieu, d’abord les grands axes et ensuite les plus petites routes”, poursuit-elle. Tendance Ouest fait également des points plus spéciaux sur les nouvelles

réglementations : triangle, gilet, disque de stationnement et bientôt les éthylotests obligatoires. Dans la journée, deux créneaux sont plus chargés : le matin de 8 h 30 à 9 h et de 16 h 30 à 18 h, qui correspondant aux heures auxquelles les auditeurs vont travailler ou rentrent chez eux. Les flashs durent deux minutes, pas une de plus ! “On a des appels après les flashs parce qu’une personne a raté l’Info Trafic et qu’elle veut tout savoir”. Vous l’aurez compris : l’Info Trafic, c’est une rubrique qui roule !


5

sPECIAL/TENDANCE OUEST Normandie matin : le réveil tonique

Avec Ludo, le sourire s’entend

“J’aime accompagner  les auditeurs”

 Le jeu par SMS débute à 6h15 avec un tirage au sort - assorti de cadeaux - le vendredi. Au programme ensuite le” Buzz de Normandie matin”, les pronostics hippiques d’Apollinaire, la météo pour les trois départements et “info trafic” (état de la circulation, radars). Une série qui revient toutes les demi-heures. A 6 h 50, c’est l’heure de l’info “people”avant à 7 h l’info nationale et locale département par département. Retour du jeu avec la “chasse du petit déjeuner”, rendez-vous au cours duquel les auditeurs sont invités à jouer à l’antenne. Il est 7 h 50 : Thibault Deslandes présente la revue de presse nationale et la “Une” de La Manche Libre, avant l’information locale. La suite des évènements ? Le programme et les news télé, le jeu ‘la voix de star”, les informations locales, les infos insolites et des idées de sortie en région. 

Lorsqu’il a débuté, il préparait la tranche des “bons réveils”. Puis il s’est éclipsé quelque temps sur Wit FM, à Bordeaux, et aussi… en Martinique, à Fort de France, pour des matinales très ensoleillées. En 2010, Ludo est revenu sur les ondes de Tendance Ouest et anime aujourd’hui une émission musicale, “Just hits”, tous les jours de 13 h à 16 h. Un programme copieux dans lequel s’enchaînent une cinquantaine de titres entrecoupés d’interventions : info trafic, idées de sorties, jeux… “Ce qui me plaît, c’est d’accompagner les auditeurs de manière agréable, en leur présentant les morceaux. Il faut que ça leur parle. Le genre de musique que nous abordons à l’antenne est très large. Il y en a pour tous les goûts.” Ludo veut leur apporter aussi de la bonne humeur. “Le sourire s’entend à l’antenne.”

 

Des news et des jeux

Nolwenn, c’est le réveil matin de Tendance Ouest. Avec elle, partez du bon pied !

Génération tendance : les bons plans

Ludo distille bonne humeur et ambiance tous les après-midis.

Laure ensoleille vos journées radio Tous les matins, “Tout l’or du monde”, c’est elle ! Pour la radio, elle est Laure. Pour l’état civil, elle est Marie-Laure Devulder. Née dans le Nord, ayant grandi en Haute-Normandie, elle a été formée à son métier d’animatrice radio au sein du “studio école de France” à Issy-les-Moulineaux.

Rodolphe de la Croix a la radio dans le sang, dans les gènes même. Depuis quatre ans, ce Saint-Lois pur sucre est animateur sur Tendance Ouest. Au début, pendant ses études, il gérait l’émission club du vendredi soir. Puis il a assuré les week-ends, toujours avec la même passion. C’est la première fois cette année qu’il anime une saison complète, quotidiennement, sur le créneau de 16 h-21 h. Aux commandes de “Génération Tendance”, il accompagne tranquillement les auditeurs pendant la fin de journée avec plusieurs rendez-vous comme Génération Music, Génération Ciné, et des hits durant les cinq heures de l’émission.

“Heureuse à vos côtés”

 

“Je m’éclate” “J’aime cet horaire car c’est un moment de détente pour les gens. Je leur apporte de la bonne humeur, beaucoup d’infos musicales et des bons plans.” L’émission est ponctuée de flashs infos, de jeux, de news musicales et d’interview. L’un des temps forts est “ZikOuest” : l’animateur y dévoile l’actualité musicale régionale : sorties d’albums, concerts… Rodolphe anime également “Toujours + de week-end” le dimanche soir, de 19 h à 22 h. Il y annonce le programme de la semaine à venir : météo, idées sorties, programme télé… Ce qui le passionne dans ce métier ? “Apprendre des autres. Il faut être très curieux et avoir beaucoup de répartie. Les gens entendent la radio, mais il faut leur faire écouter. C’est super intéressant… Moi, je m’éclate.”

 

Originaire de la Ferté-Macé, dans l’Orne, Ludovic Héroux a débuté dans la radio il y a tout juste 10 ans, en devenant animateur bénévole sur une petite station de sa région natale. C’est Tendance Ouest - à l’époque Radio Manche - qui lui a permis de prendre véritablement son envol, en lui proposant son premier poste salarié, en 2004. “C’est ma radio de cœur, celle qui m’a tout appris et avec laquelle j’espère travailler le plus longtemps possible. J’adore Tendance Ouest et l’évolution qu’elle connaît depuis plusieurs années”.

Une journée qui commence bien ? La recette : soyez à l’écoute de “Normandie matin”, émission matinale animée par Nolwenn Gueguen sur les ondes de Tendance Ouest. Dès 5h et jusqu’à 9h elle vous propose un cocktail d’information nationale et locale, de jeux et de musique tout à fait tonique. Entrée en matière pendant la première heure avec l’information nationale, l’horoscope (qui revient toutes les heures), et la musique. Dans la foulée, à 6h prend place l‘information nationale et  un point météo de 30 secondes, personnalisé pour la  Manche, le Calvados et l’Orne.

Avec Rodolphe, c’est “la musique dans la peau” !

Et depuis un peu plus de cinq ans, vous entendez sa voix pétillante chaque jour sur Tendance Ouest. Cette scientifique - elle a un bac S spécialité maths - a testé à peu près toutes les plages horaires de la journée. Chaque matin, de 9 h et 13 h, vous ne pouvez pas la rater ! Avec “Tout l’or du monde”, elle offre les derniers hits ponctués d’informations, de bons plans loisirs, et surtout de convivialité… Avec “Laure”, la matinée glisse agréablement. Ceux qui écoutent sont bien souvent des professionnels au travail : artisans commerçants, ou des personnes sur la route, l’autoradio bien calé sur la fréquence Tendance Ouest. Pour elle, savoir que ses propos divertissent et renseignent ceux qui tendent l’oreille, c’est le top ! Pour “Laure”, ces dernières années, l’extension de la zone de diffusion de “sa” radio a été une évolution très enthousiasmante, avec le Calvados et l’Orne. “Le nombre de ceux qui nous écoutent s’est bien développé”, souligne-t-elle. Passionnée de tir à l’arc, Laure ne rate pas sa cible et touche le cœur des gens.

Laure, une voix pétillante de la radio, au quotidien.

23 JUIN 2012


6

RETRO/TENDANCE OUEST ■■ Jean Marais

 

 

 

L’incomparable, l’inégalable acteur Jean Marais est venu répondre aux questions de Radio Manche à l’occasion d’un passage à Saint-Lô.

■■ Personnalités nationales

■■ 1985, avec les bénévoles

Les grandes questions de société étaient débattues avec des personnalités nationales, comme ici avec François Léotard, au micro de François-Xavier Paris.

Aux débuts de la radio, les bénévoles étaient nombreux à prendre le micro. Ici aux c

■■ Bienvenue M. Le président !

■■ Les débuts héroïques

En 1989, pour son septième anniversaire, Radio Manche a reçu la visite d’un curieux visiteur, le président de la République en personne ! Quoi qu’un peu jeune…

Le député de Saint-Lô Jean-Marie Daillet, à gauche, a été un soutien pour la radio. Il est ici aux côtés du directeur de Radio Manche, Benoit Leclerc.

■■ Campagnes politiques

23 JUIN 2012

■■ Joyeux anniversaire !

 

Olivier Stirn, à gauche, qui fut député de Vire, mais aussi de Cherbourg, a participé à de nombreux débats sur Radio Manche, comme ici en 1986 face à Jack Breton, directeur de la chambre de commerce de Cherbourg.

Cinq ans, dix ans, vingt ans et aujourd’hui trente ans. La radio grandit, et avec elle ses auditeurs. Elle s’est toujours adaptée aux nouvelles modes musicales.


7

 

 

■■ Philippe Jeantot Double vainqueur du BOC Challenge, une course autour du monde et créateur du Vendée Globe, Philippe Jeantot dans les studios de Radio Manche.

■■ Radio Manche a 10 ans

côtés de François-Xavier Paris, 1er directeur délégué de la radio. .

1992, 10 ans de la radio. L’équipe s’est professionnalisée. Autour de Benoît de la Croix, Thierry Hot, Ludovic Devesa, Didier Cauvin, Hervé Février et Patrice Gabard. Sérieux et bonne humeur étaient déjà les qualités de Radio Manche.

■■ Débats électoraux Lors des législatives de 1997 à Cherbourg, Yves Bonnet, ancien patron de la DST, à gauche, opposé à Bernard Cazeneuve, à droite, devant les micros de Fabrice Constensoux et François Gillot, de La Manche Libre.

■■ Politique et sports

■■ Soirées électorales

Le député de Saint-Lô Jean-Claude Lemoine et le président du Conseil général de la Manche Léon Jozeau-Marigné félicitent André Dessoude et son co-pilote sur les Dakar de 1985 et de 1986, le journaliste de La Manche Libre Philippe Bertin. En arrière plan, l’ancien sénateur Jean-PierreTison.

La Radio a très tôt organisé des soirées électorales, avec la présence à l’antenne du politologue Michel Boivin. Il est ici face à Alain Cousin, à droite, Jacques Desponts. Ces débats toujours aussi suivis aujourd’hui restent des rendez-vous forts de la démocratie locale.


8

sPECIAL /TENDANCE OUEST Le sport sous toutes ses coutures avec Thibault

Journaliste passionné de sport, Thibault Deslandes anime une heure d’émission spéciale tous les lundis. sommes la seule radio à le faire”, ajoute-t-il. Cette année, un de ses meilleurs souvenirs a été l’émission consacrée au Tour de Normandie, en direct sur un plateau spécial à l’extérieur pour le prologue du Tour à Saint-Lô. “C’était vraiment bien d’être au contact des sportifs et de la population. C’est différent que d’être dans le studio”, raconte-t-il.

Des rêves en tête Bien sûr, Thibault Deslandes aimerait animer d’autres grands rendezvous sportifs. Lui qui commente déjà les rencontres du Stade Malherbe aimerait réunir une fois sur un même plateau tous les coureurs cyclistes professionnels de BasseNormandie autour de Daniel Mangeas, originaire du sud-Manche et célèbre speaker du Tour de France. Enfin, cerise sur le gâteau, un des clous de Tendance Sports, la chronique immanquable est la “carte blanche” de Sylvain Letouzé. Avec son ton bien à lui, il donne son point de vue, souvent acerbe, sur un point de l’actualité sportive du week-end. Les auditeurs ne s’y trompent pas.

Un bon week-end

 

Chaque lundi de 12 h à 13 h, le rendez-vous Tendance Sports offre aux auditeurs le résumé du weekend mouvementé en rencontres et résultats sportifs. Thibault Deslandes, 25 ans, anime cette émission avec Maxence Gorregues, journaliste de Tendance Ouest à Caen et le consultant Sylvain Letouzé. Ce magazine est composé de plusieurs parties. Les dix premières minutes sont réservées au Stade Malherbe Caen : compte rendu des matchs, transferts, bruits de couloir, bilan infirmerie sont au programme. L’émission continue avec les Tops et les Flops, une partie qui se veut au contact de tous les sports et de tous les niveaux, du professionnel à l’amateur. “Ici, on couvre l’actualité sportive sur toute la Basse-Normandie. On ne laisse aucun sport sur la touche”, indique Thibault Deslandes. La troisième partie est une interview d’une personnalité sportive, qu’il soit athlète, entraîneur, président d’un club… “On ne s’intéresse pas qu’aux professionnels. On laisse aussi la place aux inconnus qui pourtant réalisent des exploits. Nous

Commentaires en direct des rencontres du Stade Malherbe Caen, Tendance sports du lundi midi, le trio Sylvain Letouzé, Yann Legarson et Thibault Deslandes vibre le sport au quotidien sur Tendance Ouest !

Wilfried Berland est arrivé à Tendance Ouest le 6 mai dernier. Il travaillait précédemment pour une radio associative à Beaumont-Hague.

Sur Tendance Ouest, le week-end se vit avec Wilfried Berland. C’est le petit jeunot de la radio, arrivé il y a deux mois à peine. Il est au plus près des Bas-Normands pour leur faire passer le meilleur des week-ends. Le samedi matin, de 7 h à 12 h, c’est “les bons week-ends”. Au programme des infos météo, de la musique, des jeux. A 9 h 25, place à la rubrique “ça se passe près de chez vous”. 2 mn 30 pour interroger l’organisateur d’un événement régional.

23 JUIN 2012

Wilfried reprend l’antenne à 17 h pour le créneau “Normandie weekend”. Là, les auditeurs ont le plaisir de profiter de sa rubrique “ça se passe ce soir”. A 18 h 25, au moment de choisir sa soirée, il propose le “Tendance Restau” et fait découvrir une bonne table normande. Enfin, à 18 h 45, c’est le “Tendance clubbing”, où les jeunes sauront tout pour sortir. Le dimanche matin, “les bons weekends” sont de retour. L’après-midi dans “Hits and trafic”, les auditeurs profitent des rubriques télé et auto.

 

 

30 ans de musique

Avant d’être coordinateur d’antenne sur Tendance Ouest, Charles Douchy a connu plusieurs autres radios. Il y a trois ans, il s’occupait de la Matinale. Il travaillait déjà il y a dix ans pour Radio Manche.

Lui, c’est presque le “vieux de la vieille”. Charles Douchy n’a que 29 ans, mais déjà plus de dix ans de radio. Il est le coordinateur d’antenne de Tendance Ouest, un métier qui consiste à faire la promotion de la radio et à chercher des partenariats. Il est surtout chargé de la programmation musicale. Un rôle essentiel dans une radio composée à 80 % de musique. “On diffuse 30 ans de musique mais 80 % des titres datent de moins de trois ans. 600 titres par semaine sont joués dont les 50 gros hits du moment

et on choisit 5 à 10 nouveautés”, explique-t-il. La programmation est orientée pop-rock à cause de la situation géographique de la Normandie à proximité directe de la culture anglo-saxonne. Et aujourd’hui, cette programmation se veut plus généraliste et plus jeune qu’avant. Plus proche des auditeurs qui peuvent voter sur le site internet de la radio pour choisir les titres diffusés le samedi entre 19 h et 21 h. Le travail quotidien de Charles Douchy a changé. Finis les CD qu’on lit

sur une platine. “Il est plus rapide pour un artiste de mettre en ligne sa musique que de sortir un CD. Si on veut être réactif, il faut surveiller les téléchargements”, explique-t-il. En programmant les morceaux les plus prisés, il est sûr d’être dans le coup ! Depuis quelques mois, une partie de son travail est la programmation du Tendance Live Show, aux côtés du directeur délégué de la radio. “On a toujours organisé des concerts gratuits, grand public et familiaux où les musiques sont festives et actuelles.”


SPECIAL/TENDANCE OUEST

9

Rock, chorégraphie, décibels et fête Une dizaine de groupes et artistes se relaieront sur la scène du Tendance Live Show 2012 !  En 2012, la première radio indépendante de Normandie fête ses trente ans ! En guise de gâteau d’anniversaire : un gigantesque concert gratuit réunissant les artistes “tendance” du moment vous est offert ce vendredi 22 juin sur la plage verte de Saint-Lô. Promis, il y en aura pour tous les goûts !  Parmi les têtes d’affiche qui se relaieront au pied des remparts : Les Blérots de Ravel et leur rock festif, Blankass, notamment connus grâce à La Couleur des blés, le très énervé Helmut Fritz ou encore le Dj Antoine Clamaran, qui transformera les lieux en un véritable dancefloor à ciel ouvert (lire leur interview en page 10) !  Avant cela, le public pourra découvrir Patchamama :  le groupe caennais a remporté sa place pour le Tendance Live en gagnant l’e-tremplin organisé par Tendance Ouest.  Egalement au menu : Colonel Reyel, récemment auréolé d’un disque de platine et Moussier Tombola, venu en personne vous apprendre la chorégraphie de son fameux “Logobitombo”, dont le clip a été visionné près de 30 000 fois sur Internet !   Le jeune Toma (Les bâtisseurs de France), sera également présent. Quant aux romantiques d’entre vous, ils ne seront pas en reste avec la venue de Princess Sarah, et la présentation d’un extrait d’Adam et Eve, le dernier spectacle musical signé Pascal Obispo. Pour tous les goûts, on vous dit ! 

Rock. La spécialité des Blérots de Ravel ? Le rock festif ! 

Comédie musicale. A découvrir des extraits d’Adam et Eve signé Pascal Obispo.

Chorégraphie. En piste avec Moussier Tombola et sa chorégraphie : le fameux “Logobitombo”.

Disque de platine. Récemment auréolé d’un disque de platine, Colonel Reyel enflammera les cœurs sur la plage verte. 25 000. Vous êtes chaque année près de 25 000 à venir chanter et danser devant le podium du Tendance Live Show. Merci !

infos + Toutes les photos et vidéos du Tendance Live sur 

www.tendanceouest.com

www.lamanchelibre.fr

23 JUIN 2012


10

sPECIAL/TENDANCE OUEST “Je suis fasciné par les femmes”

Pas trop inquiet de quitter les beaux quartiers parisiens pour venir en province à l’occasion du Tendance Live Show ? “Ça ne va pas ! Si je devais uniquement rester dans les beaux quartiers pour faire de la scène, je ne mangerais pas beaucoup ! J’aime me déplacer en dehors de Paris, et parfois je découvre des endroits pour lesquels j’ai un vrai coup de cœur”.   En Normandie par exemple ? “Je ne vais pas mentir, je ne connais pas très bien la Normandie. A part Cabourg, où j’ai déjà fait quelques escapades amoureuses…”    Vous venez à Saint-Lô en Vespa ou en DeLorean ? “(Il rit) En DeLorean bien sûr ! Je serai d’ailleurs accompagné de Marty McFly. Actuellement, il est malheureusement malade mais si je remonte le temps pour aller le chercher en 1985, je pense qu’il devrait être au top sur scène !”   Plus sérieusement, vous revenez avec un nouveau single, “Les

23 JUIN 2012

Filles”, quelle est la genèse de cette chanson ? “Dans le premier album, j’ai passé mon temps à me moquer des filles, avec leur gloss et leurs jeans slim et elles m’ont souvent fait la remarque. Elles m’ont même chambré en me demandant si je lisais la presse féminine pour pouvoir décrypter à ce point leurs manières et leurs tenues. La réponse est oui ! Je suis fasciné par les femmes. Pour me faire pardonner et les flatter j’ai décidé de leur dédier une chanson… et puis finalement je n’ai pas pu m’empêcher, mon côté moqueur a repris le dessus !”    Quelle est l’ambition de ce nouveau titre ? “Le projet est toujours le même : je garde le ton sarcastique, ma patte, et faire danser les gens. Même s’il n’aura pas le même impact que “Ça m’énerve”, parce que c’était nouveau à l’époque, je trouve que “Les filles” est plus dansant, il est mieux taillé pour le dancefloor”.   On croyait le personnage d’Helmut Fritz mort. Finalement vous l’avez ressuscité. Pourquoi ?

“Honnêtement, j’ai fait beaucoup de pop avant Helmut Fritz et j’ai essayé de profiter de cette belle aventure qu’était “Ça m’énerve” pour lancer un projet pop. On a commencé à le faire, peut-être un peu trop vite… “Il est temps” était trop éloigné de l’univers Helmut, ça n’a pas fonctionné. Je suis donc entré dans une phase de réflexion pour savoir si j’avais toujours des choses à faire dire à Helmut et j’ai attendu d’avoir le bon titre pour le réveiller. J’ai compris que je ne pourrai pas avoir ce côté si désinhibé, cette énergie et cet échange avec le public sans Helmut. Or si je fais ce job, c’est juste pour la scène, pour ces shoots d’adrénaline !”   Qu’est-ce qui a changé chez Helmut depuis “Ça m’énerve”, à part l’accent que vous avez perdu ? “Au début j’étais totalement dans ce personnage : le faux Allemand et la fausse bio. Aujourd’hui, j’ai perdu l’accent, mais je garde le même timbre de voix, sur scène et sur le disque, la même énergie… Mais j’ai entamé une mue qui me ressemble davantage, ne serait-ce que dans la tenue vestimentaire. Le

 Dulceartwrok

Après l’immense succès de “Ça m’énerve”, Helmut Fritz revient avec un nouveau single, “Les Filles”. A l’occasion du Tendance Live, il répond… sans accent !

Il a perdu son accent allemand mais pas sa pêche et son humour. La preuve avec “Les filles”, le nouveau single d’Helmut Fritz. 

fait de moins cloisonner me permet d’endosser encore mieux le rôle”.   Quand vous n’êtes pas dans les clubs parisiens, où peut-on trouver Helmut ? “Pas tellement en Normandie (il rit) ! Dans les bars sympas de la capitale. Je suis un parisien d’adoption mais je ne me lasse pas de cette ville…

Sinon mes soirées c’est de plus en plus des potes, une bonne bouteille de vin, un saucisson, et on refait le monde ! Un peu kitsch mais c’est la vérité !”   Votre meilleur souvenir de Fête de la musique ? “Sans hésitation, le 21 juin 2009 sur le plateau de France 2 au Parc de Bagatelle à Paris…


11

sPECIAL/TENDANCE OUEST Ce que nous disent les Patachamama

Ils sont Caennais et ont entre 20 et 25 ans. Daisy, Pierre, Eliott, Florent, Thomas et Léo ont gagné leur passage au Tendance Live Show en remportant l’e-tremplin organisé cet hiver par Tendance Ouest et le Conseil général.

“Le projet est né en janvier 2009 et nous sommes au complet depuis juin 2010, date de l’arrivée

de Pierre, notre contrebassiste. L’an dernier nous avons fait une tournée estivale qui nous a me-

nés jusqu’en Espagne et lorsque nous sommes revenus nous avons enchaîné la musique de rue : nous

n’avions pas beaucoup de dates et c’était une manière de continuer à jouer devant le public, une priorité”.   Vos influences sont multiples. Comment définiriez-vous votre musique ? “Nous sommes six musiciens, autodidactes, et chacun a vraiment son univers musical. Daisy adore le jazz et la soul, d’autres sont plus électro, reggae, musique traditionnelle… Nous faisons de la chanson nouvelle scène : on ne s’interdit rien du point de vue des influences et nous chantons en français, espagnol, romani ou italien”…   Votre premier album s’intitule “La vraie vie”. Patchamama, c’est aussi une philosophie ? “Patchamama signifie la Terre nourricière en langue quechua. Dans les montagnes de la Cordillère des Andes, les populations font des offrandes et des rites de remerciements à la terre. En plus du groupe, nous avons également un projet associatif très développé : nous sommes par exemple partis en Belgique pour visiter des fermes alternatives, ou en Italie pour un projet autour de l’eau… L’esprit Patchamama c’est le respect, le partage, l’amour, la liberté, l’entraide… C’est “soit le monde que tu voudrais””.

ts

Station essence

Rempar

Rencontre avec Léo, guitariste et chanteur de Patchamama. A quelques jours du Tendance Live, comment ça va ? “Nous sommes franchement très heureux de participer à ce concert et de présenter notre musique à autant de personnes. C’est la première fois que nous jouerons devant autant de monde !”   Vous avez remporté l’e-tremplin organisé par Tendance Ouest. Qu’est-ce qui vous a donné envie d’y participer ? “Nous connaissons le projet des Décalés du bocage, vainqueurs l’année dernière, et lorsque nous avons découvert les vidéos de leur concert au Tendance Live 2011 cela nous a vraiment donné envie. Gagner ce concert, c’était une de nos motivations premières. Le groupe, c’est notre activité à temps plein, un pari que l’on se donne. Nous sommes en voie de professionnalisation comme on dit”.   Quel est votre parcours musical ?

 

Ce groupe caennais plein d’avenir a gagné l’e-tremplin Tendance Ouest.

Boutique Tendance Ouest

Tendance Ouest fête ses 30 ans Vendredi 22 juin à 19h Plage Verte à Saint-Lô Première radio indépendante de Normandie 17 fréquences Manche Orne Calvados

Rond point du juin

140 700 auditeurs* par jour en constante progression * Tendance Ouest/Normandie FM Médiamétrie-Médialocales, audience cumulée sur 13 ans et +, septembre 2010 – juin 2011, lundi au vendredi, 5h - 24h

23 JUIN 2012


23 JUIN 2012


Dossier spécial 30 ans de Tendance Ouest