Issuu on Google+


Mémoire en Images

l’Entité de Lens Bauffe, Cambron-Saint-Vincent, Lens, Lombise et Montignies-lez-Lens

Lu d i v i n e Deganseman


Première édition 2009

The History Press The Mill, Brimscombe Port, Stroud, Gloucestershire, GL5 2QG Angleterre www.thehistorypress.co.uk www.editionstempus.be © Ludivine Deganseman, 2009 Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation, même partielles, sous quelque forme que ce soit, réservés pour tous pays. Dépôt légal D/2009/8557/016 isbn 978-90-76684-90-1 NUR 693


Table des matières

Remerciements

7

Préface

7

Petit tour d’horizon lensois

9

deux

Que la campagne est belle

15

trois

Le travail c’est la santé

43

quatre

En groupe, en lique, en procession

51

cinq

Au quotidien

61

Les instants volés aux vacarmes de la vie

75

Grands événements lensois

81

un

six

sept


Remerciements Ce livre est l’aboutissement de longues, patientes et riches recherches menées auprès de nombreux habitants de Lens et environs. Non seulement votre accueil fut à chaque fois chaleureux et amical mais de plus vous m’avez ouvert bien plus que vos maisons : vos souvenirs. Certaines erreurs ou imprécisions ont peut être pu se glisser dans ce livre. Mais aidée par de nombreux témoignages et documents, je me suis efforcée de les réduire au maximum. N’ayant pu retenir toutes les photographies, j’en ai sélectionné les meilleures. Peut-être que celles non sélectionnées serviront un jour pour un deuxième tome. Je tiens à remercier tout particulièrement Monsieur et Madame Lucien Bastien, Monsieur et Madame Berland, Madame Beth, Monsieur Jean Beugnies, Madame Marie-Thérèse Boitquin, Monsieur Michel Bonge et sa famille pour l’aide dans l’identification des photos, Madame Rolande Brognez, Monsieur et Madame André Col, monsieur Grégoire Cuvelier, Madame Marie Degrez, Monsieur Maurice Delabie, Monsieur et Madame Freddy Delhaye, Monsieur et Madame Bernard Delmotte, Madame Nelly Dendal, Monsieur Guy Dewasmes, Messieurs Pascal et Sylva Dewolf, Monsieur Willy Dubois, Monsieur et Madame Jean-Pierre Egels, Madame Marie-Claire Ergot, Monsieur Paul Fourmois, Monsieur et madame Maurice Gauquier, Madame Francine Gemin Monsieur Jean-Marie Ghem, Madame Huguette Godeau, Madame Monique Godeau, Monsieur et Madame Jean-Marie Goessens, Monsieur Jean Grumiau, Madame Mariette Havaux, Madame Marie-Josée Leblond, Madame Fernande Legrand, Madame Françoise Lemaire, Madame Christianette Liard, Monsieur et Madame Josse Loiseau, Monsieur Paul Maistriau, Monsieur et Madame Bernard Mauroy, Monsieur et Madame Albert Meunier, Monsieur Gabriel Michez, Monsieur et Madame Laurent Muller, Monsieur andré Pécher, Monsieur et Madame Jean-Pierre Petitjean, Monsieur et Madame Michel Pigeon. Monsieur Michel Soupart, Madame Lia Top, Madame Régina Top, Monsieur André Vilain pour son aide dans la rédaction des légendes sur le village de Lens ainsi que Madame Gilberte Dramaix et sa fille pour leur collaboration des photos sur Bauffe.


Préface Lens c’est un « bourg », un gros village avec son marché, un chef lieu de canton avec justice de paix, un doyenné. C’était une seigneurie étendue et une des prairies les plus importantes du Comté du Hainaut. Depuis les fusions des communes de 1977, l’entité lensoise est donc formée des anciennes communes de Bauffe, Cambron-saint-Vincent, Lens, Lombise et Montignies-lez-Lens. L’histoire, les sites et l’environnement de ces cinq villages me tiennent particulièrement à cœur ; leurs archives paroissiales, je les ai classées, je les ai presque toutes fait visiter par des cercles archéologiques de la région (habitats, édifices civils et religieux, fermes, châteaux…). Ce livre « mémoire en images de Lens » vient à son heure et ne peut que réjouir les habitants de l’entité. Il vient compléter d’une façon actualisée : pour Lens, « L’histoire du Bourg de Lens-sur-Dendre » de Maurice Van Audenarde et « Lens Rétro » par André Vilain ; pour Montignies-lez-Lens, « le flus civil de 1952 » de l’abbé Notez ; pour Lombise enfin, « Histoire de Lombise, le village, le château, les habitants » par Thierry de la Kéthulle de Ryhove. Ce «mémoire de Lens en images » fait revivre notre passé, nos racines, il prépose un meilleur avenir. Docteur Victor Fiévez

7


un

Petit tour d’horizon lensois


L’ancienne fermette proche du pont Boquet à Lens en allant vers le chemin de Cambron-Casteau. En observant bien les détails, on s’aperçoit que l’ouverture de la grange est faite de chaume. Situons une date imprécise de 1920.

Cette section d’environ 50 m de la rue Vallaville à Lens comptait, dans les années 30, 10 commerces : une boucherie, des épiceries, des estaminets, une mercerie, une horlogerie, un mécanicien de vélos et une boulangerie. Les personnes présentes sur cette photo sont : Léonie Dufer et sa fille Jeanne, Rosa Lermusiaux, Louisa Caroyer, Julia Finet. 10


A proximité du passage à niveau en direction du village de Lens. L’enfilade de bornes, sans doute autrefois reliées par une barre, séparait la route de la voie vicinale (tram). Aujourd’hui, à cet emplacement, une série de constructions masque l’entrée du village. La rue de la Baille doit son nom à un octroi qui percevait des taxes d’entrée au bourg dans cette même rue.

Le presbytère déjà mentionné en 1604, incendié, puis reconstruit en 1760, surplombe le petit bâtiment qui servait de morgue à une époque où le cimetière entourait encore l’église. Son style architectural parfaisait l’ensemble des murs, et de l’hôtel de ville, place de la Trinité à Lens. 11


Les établissements Martens ont remplacé cette usine Belgo-Française de produits réfractaires dont l’origine remonte à 1929. Elle occupait une centaine de personnes jusqu’à sa désaffection après la guerre de 1940. Le long de ce mur passait la ligne vicinale de Lens vers Cambron-Saint-Vincent, Lombise et le « Noir Jambon » à Silly.

Lieu dit « Pont Gigot » menant vers Oeillies à Lens. Le pont, jadis passerelle sur la Dendre, porte le nom de la famille Gigot qui donna un centenaire à Lens en 1997. Dans la toponymie du bourg, il est inclus dans un fief appelé IEBU signifiant planche à l’écluse. 12


Le moulin à eau de Lens au XVIIIème siècle, le long de la route de Mons a appartenu à divers seigneurs dont le dernier fut le comte d’Egmont. En 1737, son rendement fut tel qu’on lui attribua une deuxième roue à aubes. L’énergie électrique permettrait toujours aujourd’hui de le faire fonctionner.

13


Les petites gares SNCB avaient presque toutes le même style architectural. Voici celle de Lens dont la vue fut prise en 1963. La ligne, autrefois de trains à vapeur et de Michelines fut électrifiée ; ce qui nécessita la démolition, pour le progrès, du bâtiment ci-contre en 1978. De l’autre côté de la place se trouvait la gare vicinale où s’arrêtait non-loin les trams à vapeur qui devaient refaire le plein d’eau.

Cette vue du « Sabot »à Lens dont on ignore l’origine du nom date des années 1925-1930. A droite, se trouve actuellement le magasin Aldi. Remarquons que cette route était encore pavée. 14


Les 3 étapes de l’évolution de la Grand Place de Lens : au XVIIème siècle il y passait la rue Francheville ; au XVIIIème siècle, on y construisit au long de la Grand Place la route Mons-Ath ; enfin depuis le IXXème siècle l’aspect est tel sauf que les bornes de l’avant plan ont été supprimées. L’enfilade des autres bornes faisait la distinction entre la route et la place sur laquelle se faisait annuellement une foire aux chevaux.

Voici les premières maisons de la résidence de la Baille à Lens dont la première pierre fut posée en 1974 par le ministre Falise. 15


Cette rue « Edgard Pierman » était autrefois appelée « Rue des Tanneurs » à cause de l’implantation d’un bon nombre d’artisans de cette profession. Dans le fond, le bâtiment de l’ancienne maison communale de Lens, en partie masquée par l’arbre de la liberté situé derrière le monument. La maison de droite fut au XVIIIème siècle une des nombreuses auberges installées à Lens : c’était « A la Chaîne d’Or ».On aperçoit à droite Marie-Josée Beugnies et Thérésa Swanet et à gauche Eugénie Vaniékaut, éditrice de cette série de carte postale.

La rue du Séwoir à Lens au temps où elle était encore pavée. On y voit à gauche la brasserie Dieryck avec son porche en arc de cercle. Tout au fond le moulin et sur votre droite, au milieu de l’image, la pharmacie de Jean Frébutte. 16


Cette rue de Lens changea 4 fois de dénomination. Appelée en 1430 « rue d’Aval la ville », elle devint plus tard, « rue Vallaville ». On lui attribuera quelques années plus tard le nom de « rue des Chauffours » lors de la construction fours à chaux à Oeillies pour en revenir par après à la « rue Vallaville » mais dernièrement notre bourgmestre l’a fait rebaptiser « rue des Chauffours ».

17


Ruelle au long de l’hôtel de ville de Lens où l’on peut admirer l’arcade qui a aujourd’hui disparue. Nicole Marcq, la femme de Marcel Beugnies pose sur le muret.

Voici la première maison de la rue de la garde à Lens. C’est celle de Sylva Dewolf. Depuis lors, cette rue est presque entièrement construite. 18


Photo prise à la fin des années 40, début des années 50. Nous avons les deux demoiselles Cuvelier : Marthe et Marie-Louise qui se trouvent à la rue du Calvaire à Lens juste en face du concessionnaire Dedoncker. On aperçoit aussi que la route est encore constituée de pavés.

19


La rue de l’église à Lens en 1925. On y voit différents commerces comme l’imprimerie Vilain, le magasin d’ameublement d’Emile Moreau, et la maison juste à côté qui était un café. Il y avait 5 commerces sur les 7 maisons de cette rue.

Le livre est en vente dans les librairies, supermarchés, marchands de journeaux de Lens et Jurbise et chez www.proxis.be www.azur.be

20


Mémoire en Images - l'Entité de Lens