Page 1

4GEFORCE 7800 GT : LE TOP DES PERFS À BON PRIX

PC Update

PCUpdate 4 septembre / oct. 05 n°19

Pour choisir, upgrader et booster son PC !

GUIDE P.32

COMPARATIF P.104

Spécial achats de rentrée FAITES LES BONS CHOIX

PLUS de silence PLUS d’overclocking ! Reffroidissez vos cartes graphiques PRATIQUE P.68

NOS CONFIGS LE PALMARÈS DE LA RÉDACTION POUR TOUS LES COMPOSANTS

IDÉALES

COMPARATIF P.110

CARTES 3D

les bonnes affaires à moins de 100 ¤

RADEON X800GT la réponse d’ATI à la 6600 GT

Installez un PC dans votre voiture ! MP3, GPS, lecture DVD, radio...

DOSSIER P.120

Boîtiers de stockage réseau NAS La solution de partage des données idéale

PERFS 3D CPU et cartes 3D : comment définir le bon rapport de puissance ? L 18982 - 19 - F: 5,90 € - RD

bel / lux : 6,5 ¤ CH 9,5 FS - CAN 9 $ - DOM/TOM 6,10 ¤ GR/PORT CONT : 6,40 ¤ - MAR : 65 DH


© 2004 Blizzard Entertainment. Tous droits réservés. World of Warcraft et Warcraft sont des marques déposés de Blizzard Entertainment aux Etats-Unis et/ou dans d’autres pays.

Prêt pour De nouveaux univers ? Allumez et explorez de nouveaux univers – plus vrai que nature ! Plongez dans le monde fascinant du NEC MultiSync ® LCD1970GX à technologie OptiClear. Top performances – avec un temps de réponse de seulement 8 ms. Luminosité extrême : écran brillant pour une nouvelle dimension des couleurs et des images. Netteté parfaite : avec un contraste de 700:1 et une luminosité de 400 cd/m 2. De vraies couleurs – le DVM (Dynamic Visual Mode) analyse le contenu des images et optimise la restitution des couleurs. Soyez prêt à en découdre ! Pour en savoir plus : www.nec-display-solutions.com


PCUpdate

Édito

38 rue garibaldi, 93100 Montreuil Email : redac@techage.fr Abonnements : PC Update Service abonnements BP 1121 31036 Toulouse Cedex 01 Pour tout renseignement sur les abos : 08 25 15 00 95

Président et directeur de la publication : Christian Marbaix Hardware Mag est édité par Tech.Age SAS au capital de 78300 ¤ Principaux actionnaires, Christian Marbaix et Jeremy Panzetta. Siège : 38 rue Garibaldi 93100 Montreuil RCS Bobigny B 442 769 410 Siret : 442 769 410 14. Publicité : Mediadd Directeur commercial : Jerôme Le Marec Tel : 01 49 72 59 66

L’envoi de tout texte, photo ou vidéo implique l’acceptation par l’auteur de leur libre publication dans le journal. Les documents ne sont pas retournés. La loi du 11 mars 1957 n’autorisant aux termes des alinéas 2 et 3 de l’article 41 d’une part que « des copies ou reproductions strictement réservées à l’usage du copiste et non destinées à une utilisation collective» et d’autre part que les analyses et courtes citations dans un but d’exemple et d’illustration, « toute représentation ou reproduction, intégrale ou partielle, faite sans le consentement de l’auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause, est illicite » (alinea premier de l’article 40). Cette représentation ou reproduction, par quelques procédé que ce soit, constituerait donc une contrefaçon sanctionnée par les articles 425 et suivants de l’ancien code pénal. Textes, photos : copyright 2004/ 5 Tech.Age SAS Impimeur : N.I.I.A.G Printed in Italy, imprimé en Italie N° de commission paritaire : 0908 K 83994 Dépôt légal : troisième trimestre 2005 Distribution : MLP

4GEFORCE 7800 GT : LE TOP DES PERFS À BON PRIX

PCUpdate

PC Update

Editeur et Rédacteur en chef : Christian Marbaix Rédacteur en chef adjoint : Jeremy Panzetta Ont participé à ce numéro : Thomas Olivaux, David Guillaume, Tridam, Manuel Da Costa, Damien Prat, Laurent Dilain Conception graphique : David Benamou Maquettiste : Cyril Albo

4 septembre / oct. 05 n°19

Pour choisir, upgrader et booster son PC !

GUIDE P.32

COMPARATIF P.104

Spécial achats de rentrée FAITES LES BONS CHOIX

PLUS de silence PLUS d’overclocking ! Reffroidissez vos cartes graphiques PRATIQUE P.68

NOS CONFIGS LE PALMARÈS DE LA RÉDACTION POUR TOUS LES COMPOSANTS

IDÉALES

COMPARATIF P.110

CARTES 3D

les bonnes affaires à moins de 100 ¤

RADEON X800GT

Installez un PC dans votre voiture ! MP3, GPS, lecture DVD, radio...

DOSSIER P.120

Boîtiers de stockage réseau NAS La solution de partage des données idéale

PERFS 3D CPU et cartes 3D : comment définir le bon rapport de puissance ? L 18982 - 19 - F: 5,90 € - RD

la réponse d’ATI à la 6600 GT

bel / lux : 6,5 ¤ CH 9,5 FS - CAN 9 $ - DOM/TOM 6,10 ¤ GR/PORT CONT : 6,40 ¤ - MAR : 65 DH

L’économie est mondiale, il n’y a plus guère qu’en France que l’on veuille encore en débattre. L’informatique est quant à elle américaine ou asiatique. A croire que les pays à 70% de charges n’ont aucune chance sur un marché aussi concurrentiel. Résultat, depuis quand n’a-t-on pas vu une initiative tricolore dans le domaine du hardware informatique ? Bien sûr, il y a toujours quelques exceptions à la règle, les Lacie, Archos, Guillemot, et ce constat n’a rien de nouveau. La réflexion revient en fait de la lecture de la liste des 67 pôles de compétitivité retenus par le gouvernement, dont on ne peut pas dire qu’elle mette beaucoup l’informatique en valeur. On remarque certes un pôle jeux vidéo à Lyon, un peu de réseau, de multimedia ou d’images de synthèse ou de nanotechnologie par ci par là mais rien évidemment concernant l’informatique grand public. Un domaine qui a définitivement échappé à l’Europe sorti de quelques périphériques. Au-delà de ces thèmes d’excellence qui préparent sans nul doute l’avenir, il est bien dommage que la compétitivité à la française ne veuille cibler un peu plus l’environnement économique des PME. Eternelles délaissées de l’économie, celles-ci emploient pourtant beaucoup de monde et paient un maximum d’impôts puisqu’elles sont prisonnières de l’indigente fiscalité nationale. Elles permettent à des petits artisans de sortir des magazines ciselés sur mesure pour un public exigeant par exemple ;) Mais pourquoi ne permettraient elles pas aussi de voir émerger des Zalman ou des Coolermaster à la française ? Cela nous ferait tellement plaisir de voir ce genre de produits siglés « made in France ». Ne rêvons pas trop, d’ici à ce que les conditions économiques soient réunies pour que nous puissions concurrencer les autres continents, on ne refroidira sûrement plus les PC à l’air. Et en attendant, à quelque chose, malheur est bon, avec une parité Euro/Dollar aussi déséquilibrée, le prix du matériel micro est bas, très bas. Vous n’avez qu’à voir notre dossier de rentrée sur les configs idéales, pas la peine de mettre des fortunes pour avoir le top des perfs ou tout simplement un PC qui tourne correctement. Espérons simplement que d’ici à ce que le dollar remonte, nos impôts auront un peu baissés. Il se pourrait même que les deux soient liés, le comprendra-t-on un jour dans l’hexagone. Comme quoi, pour faire 10 000 au 3D mark, même l’économie compte ! ;) CM


Sommaire

Boîtiers de stockage réseau NAS La solution de partage des données idéale

120

6

12 16

Sommaire Septembre/Octobre

Tests

110

> Quel PC pour la rentrée ? Les configs idéales de la redac. Analyse exhaustive du marché micro et palmarès de la rédaction pour tous les composants

32

Usage par usage, mais aussi budget par budget, nous vous avons concocté les meilleures configurations du moment ainsi qu’un palmarès de tous les composants PC. Maousse dossier !

Pratique

News > Le meilleur du hardware Creative XFI, Windows Vista, Mac OS sur PC, etc > Notre sélection de jeux > Cas pratiques

Dossier

> nVidia 7800 GT Après le GeForce 7 800 GTX aux performances monstrueuses mais à un prix de 550 ¤, arrive le GeForce 7 800 GT plus « abordable » : 400 ¤. La bonne affaire ?

20

> ATI Radeon X800 GT La X800 "GT", vendue moins de 200 ¤, veut détroner la GeForce 6600 GT sur le milieu de gamme.

26

> Aspire X-QPACK/420 Destiné aux cartes mères

28

> Installez un PC dans votre voiture Musique, films, GPS… un PC dans votre voiture vous ouvrira de nouveaux horizons. Voici un guide complet de la conception à l'utilisation, en passant par la réalisation.

68

> Cartes mères « tout intégré » Réseau, raid, son, etc, faut-il encore acheter des composants séparés ?

82

> Sous-titres vidéo lecture, édition et synchronisation Il est difficile de trouver des fichiers sous-titres parfaitement adaptés à ses vidéos. Voici un guide afin de les lire parfaitement, de les synchroniser, et les editer.

88

Comprendre > CPU et cartes 3D, le bon rapport de puissance Mon CPU est-il suffisant pour une GeForce 7 800 GTX ? Quel CPU est nécessaire pour profiter des cartes graphiques haut de gamme ? Comment ne pas brider mes jeux ?

94

Reportage

CARTES 3D microATX, un peu plus volumineux qu’un Aria d’Antec mais plus fonctionnel, le X-QPACK/420 peut-il devenir une référence ?

les bonnes affaires à moins de 100 ¤ Offres d’abonnements p53/54

> Watercooling chez OVH Le Watercooling d’OVH est à votre système personnel ce qu’un supercalculateur est au Pentium 4 : Un lointain et monstrueux cousin.

100

Comparatifs > Refroidissement des cartes graphiques 104 Pour overclocker ou réduire sa carte 3D au silence, les fabricants inventent des systèmes de remplacement à l’efficacité surprenante, silencieux, et coûtant une bouchée de pain.

Anciens numéros p73


RADEON X800GT la réponse d’ATI à la 6600 GT

Spécial achats de rentrée FAITES LES BONS CHOIX

26

32 > Les cartes 3D à moins de 100 ¤ Que reste-il aux cartes d’entrée de gamme à part le prix ? Peut-on jouer avec une telle carte ?

110

> Boitiers de stockage réseau NAS Le stockage en réseau NAS et NDAS s’opposent aux petits serveurs pour partager les données. Font ils mieux ?

120

> Digital Everywhere firedvb Digital Everywhere, nous propose des boîtiers FireWire capables de recevoir le satellite S, câble C, ou terrestre T (TNT). Des références !

128

> Western Digital SE 16 vs Hitachi 7K500 7 200 tours ,16 Mo de mémoire cache, Hitachi et Western sortent la grosse artillerie. L’occasion de refaire le tour du marché des disques durs hautes performances. > Alimentations Morex, Sunbeam et Superflower Dix ans de garantie pour Morex, câbles détachables pour Sunbeam et Superflower.

NOS CONFIGS LE PALMARÈS DE LA RÉDACTION POUR TOUS LES COMPOSANTS

IDÉALES

Installez un PC dans votre voiture !

132

MP3, GPS, lecture DVD, radio... 136

68

PLUS de silence PLUS d’overclocking ! Reffroidissez 104 vos cartes graphiques


NEWS Windows Vista La 3D pour le bureau Microsoft a annoncé il y a peu le nom commercial de son prochain système d'exploitation auparavant connu sous le nom de code Longhorn : Windows Vista. Parallèlement à cette annonce, la première bêta du système d'exploitation a été rendue disponible et nous avons pu y jeter un coup d'œil.

création d'applications visuellement plus complexes, mais permet également d'ajouter de nouveaux effets graphiques assez sympathiques aux différentes fenêtres et autres objets présents sur le bureau. On remarquera directement l'effet de transparence dans la barre de titre des fenêtres, le fondu très réussi lors de leur agrandissement ou rétrécissement ainsi que les boutons « lumineux ».

IE 7 amène enfin la gestion des pages par onglets.

Premier choc, lors de l'installation, l'interface ancestrale qui nous rappelait les programmes DOS des années 80 a disparu et fait place à une interface plus claire et moderne. Outre les changements esthétiques, Microsoft en a profité pour la rendre plus pratique. Par exemple, lorsque vous êtes amenés à choisir l'endroit où Windows va être installé, il est maintenant possible de rentrer à ce moment un driver pour un contrôleur Le nouvel explorateur a gagné en efficacité : SCSI ou SATA qui peut se trouver il affiche des informations utiles pour chaque type de fichier, n'importe où. Avec Windows XP sans mode de listing des éléments très souple et barre d'adresse remplacée par un système de navigation redoutablement efficace. la disquette et sans l'avoir indiqué dès le début du chargement de l'installation, les disques ne sont pas détectés. Il s'agit d'un détail mais qui illustre bien les Mais cela a un inconvénient : il faut une carte évolutions que l'on va retrouver dans le 3D efficace pour afficher le bureau de Vista en prochain OS de Microsoft. mode haute qualité (Aero Glass). Chaque

News

Il n'y a pas que l'interface d'installation qui a subi un petit lifting, c'est valable pour l'ensemble du système dont l'interface utilise maintenant la 3D. Attention cependant car cela ne signifie pas que l'on va avoir le bureau tridimensionnel des films de science-fiction, mais simplement qu'il sera affiché en passant par le pipeline de rendu 3D. Globalement, cela apporte plus de flexibilité et de simplicité à la

Effets de transparence et graphismes plus stylisés seront au rendez-vous.

<6>

PC Update septembre / octobre 05

L'explorateur Windows a subi un gros lifting. Bien qu'un peu perturbant au début, il s'avère très efficace à l'usage, tout comme le menu démarrer et sa fonction « recherche » : il suffit de taper une lettre et le système recherche tous les programmes qui peuvent y correspondre. Dans l'explorer, la navigation est fortement facilitée via différentes astuces, comme la possibilité de cliquer sur chaque élément de l'adresse où l'on se trouve pour faire afficher tous les répertoires du même niveau. Très efficace ! Internet Explorer 7 est également de la partie avec, enfin, la gestion de plusieurs pages Web via des onglets comme le proposent des navigateurs concurrents depuis longtemps. En bref, Windows Vista sera donc plus pratique à l'usage et plus joli pour les yeux. Nous avons pu nous en apercevoir rapidement avec cette première bêta, mais c’est à peu près tout ce qu’on peut en dire à ce stade car il reste encore beaucoup de travail à Microsoft.

fenêtre peut être considérée comme une texture et il faut donc pouvoir stocker toutes ces textures en mémoire et y accéder rapidement. Personne n'a envie d'avoir un bureau qui rame comme Doom 3 sur graphique intégré Intel ! En plus de la carte 3D, les drivers seront très importants et un nouveau modèle de drivers devra être utilisé (LDDM) avec notamment une gestion de la mémoire plus avancée. ATI en a fourni assez tôt à Microsoft et ceux-ci sont intégrés dans la version bêta, mais nVidia était un petit peu en retard et a sorti en catastrophe une version alpha sur son site Web. Le tout étant encore à un stade très peu avancé, difficile de juger des performances finales, mais à l'heure actuelle ce Le menu Démarrer affiche maintenant les différents programmes sur la colonne de gauche. n'est pas fluide avec les Il suffit de pousser sur une touche pour qu'il recherche automatiquement tous les cartes d'entrée de gamme. programmes qui peuvent s'y rapporter. Par exemple « e » fait apparaître des raccourcis vers l'explorateur, IE, Outlook Express, un Editeur etc.


Chipset intégré chez Nvidia Fin septembre, Nvidia devrait enfin proposer un nouveau chipset de la gamme nForce 4 mais cette fois avec un core graphique intégré. Le marché des chipsets intégrés est très juteux et actuellement dominé par Intel bien qu'ATI s'en tire très bien lui aussi. Nvidia aimerait donc également avoir sa part du gâteau, et les chipsets C51 (AMD, socket 754), C51PV (AMD, socket 939) et C60 (Intel) devraient l'y aider. Nvidia a déjà commercialisé de tels chipsets par le passé puisque le nForce IGP intégrait un core GeForce 2 MX et le nForce 2 IGP un GeForce 4 MX, mais sans T&L. Il est logique de penser que cette fois Nvidia va utiliser un core de type NV44 soit GeForce 6200 TurboCache puisque cette technologie permet à la base d'utiliser efficacement la mémoire centrale au lieu de la mémoire vidéo (bien entendu les performances sont limitées). Cette puce étant assez grosse, 77 millions de transistors, il est probable que Nvidia en retire certains éléments, par exemple les 3 unités de vertex shader puisque aucun core graphique intégré qu'il soit d'ATI ou d'Intel n'en dispose (c'est le CPU qui se charge donc de cette partie du rendu).

Hardware magazine

Hardware août/sept 2005 numéro 18 5,90 ¤

LE MEILLEUR AMI DE VOTRE PC ! COMPARATIF

magazine PRATIQUE

Cartes mères à moins de 100 ¤

LA CONFIG HOME CINEMA IDÉALE : le software

pour Athlon et Pentium > Choisir le bon chipset > Notre sélection à la loupe ! > Processeurs, quelles sont les bonnes affaires ?

> Interface, TV, HD, enregistrement, lecture DVD, post processing, notre pas à pas de A à Z

TEST

ANTEC P180

PRATIQUE

LE BOITIER IDÉAL ?

DivX 6

PRATIQUE

REFROIDISSEMENT NE LAISSEZ PAS VOTRE PC GRILLER ! > >

Trucs et astuces pour un PC plus stable Comparatifs ventilateurs

Test du premier codec multimedia Guide d’encodage complet

GUIDES > Mémoire vive : exploitez à fond vos barrettes >Windows : cure de régime pour un PC plus rapide >ITX : une autre façon de voir le PC

LES PREMIERES 7800 GTX EN TEST

Bel/Lux : 6,50 3- CH 9,5 FS-Dom/Tom 6,50 3- CAN 9$ GR/PORT CONT : 6,40 3 - MAR : 65 DH

En kiosques jusque fin septembre !

Les pixel pipelines du NV44 sont organisés non pas en bloc de 4 comme c'est le cas habituellement mais bien en 2 blocs de 2. Nvidia pourrait donc en retirer un ce qui nous ferait un 6200 avec 2 pipelines tout comme le Radeon Xpress 200. Le bloc PureVideo pourrait lui aussi passer à la trappe mais il nous semblerait plus logique pour Nvidia de le conserver étant donné qu'il permet la lecture de vidéos HD sur les machines d'entrée de gamme, ce qui est un gros plus par rapport aux chipsets intégrés concurrents. Il faudra patienter encore quelques semaines pour vérifier tout cela.

Révolution chez Intel Mi-2006, Intel lancera une toute nouvelle architecture de processeurs développée de manière à conserver les avantages de consommation du Pentium M tout en augmentant nettement les performances. Au moment où vous lirez ces lignes, Intel devrait avoir levé un coin du voile sur ces futurs CPUs dont les noms de code sont Conroe (PC de bureaux) et Merom (portables). Nous savons déjà qu'ils devraient être dual-core et disposer d'un cache L2 global de 4 Mo, rien que ça. Le core d'exécution devrait avoir subit un petit lifting et proposer plus d'unités de calcul et être accompagné d'une logique de contrôle bien plus avancée afin d'augmenter l'efficacité du CPU. Intel aura pour défi de faire oublier une fois pour toute l'argument seul de la fréquence auprès du grand public puisque le plus gros Conroe au moment du lancement devrait avoir une fréquence inférieure à 3 GHz. Etant donné que début 2006, Intel lancera la plateforme Napa, qui pour rappel est la plateforme mobile qui sera bâtie autour du Yonah, le Pentium M dual core, il est raisonnable de penser que celle-ci sera directement compatible avec le Merom. Intel semble donc avoir décidé de précipiter les choses et de reprendre sa place de leader technologique et de performances dans nos PC. AMD pourra-t-il réagir face à ces nouveaux CPU ?

Le prix de la Xbox 360 Ça y est, la Xbox 360 a un prix ! Il faudra compter 299,99 ¤ pour la version de base, et 399,99 ¤ pour la Premium Edition. Cette version sera dotée d’une manette sans fil, d’un câble HD et d’un disque dur amovible de 20 Go. Elle est aussi fournie avec un casque Xbox 360, ainsi qu’une télécommande compatible Windows XP Media Center. La version de base aura une manette filaire, et un câble AV standard en lieu et place du câble HD. Les deux versions bénéficient d’un système de personnalisation de façade, et d’un abonnement Xbox Live Silver qui permet de télécharger des contenus, mais pas de jouer sur le Net. Le prix des accessoires séparés a aussi été dévoilé. Comptez 99,99 ¤ pour un disque amovible 20 Go, 44,99 ¤ pour une manette sans fil, 29,99 ¤ pour la télécommande Xbox 360 Universal Media Remote, et 34,99 ¤ pour une carte mémoire de 64 Mo. Le lancement de la Xbox est toujours prévu pour la fin de l’année 2005, et devrait avoir lieu simultanément au Japon, aux Etats-Unis et en Europe.

PC Update septembre / octobre 05

<7>


News

ATI toujours pas là, nVidia améliore encore Alors que tout le monde attend l'arrivée de la nouvelle génération de puces ATI, c'est nVidia qui lance un nouveau produit haut de gamme, le GeForce 7 800 GT. ATI qui multiplie les retards ne semble toujours pas avoir fixé précisément la date de sortie des nouvelles Radeon (qui devraient arriver fin septembre), ni du CrossFire pourtant annoncé en mai ! Ces retards deviennent inquiétants et sont du pain béni pour nVidia qui peut avancer tranquillement en peaufinant ses produits et probablement en préparant la riposte au cas où les GPU d'ATI seraient aussi performants qu'en retard. nVidia a particulièrement travaillé sur le SLI afin d'en améliorer les performances, d'étendre son support à une grande partie de sa gamme de GPU et de reprendre les bonnes idées du CrossFire d'ATI. Ainsi, nVidia propose maintenant un nouveau mode d'antialiasing appelé SLI AA qui consiste à combiner des images rendues avec un très léger décalage sur chaque GPU, comme c'est le cas pour le SuperAA du CrossFire. Malheureusement, chez nVidia, le transfert de la seconde image vers la première carte graphique ne peut pas se faire via le connecteur SLI. Il faut donc passer par le PCI-Express ce qui massacre littéralement les performances. Mis à part dans de très vieux jeux, il n'est donc pas vraiment utilisable, mais il permet à nVidia de faire un pied de nez à ATI en l'ayant rendu fonctionnel avant même que CrossFire ne le soit ! Pour améliorer légèrement (ce qui reste à vérifier) les performances du SLI, et probablement nettement celles du SLI AA, nVidia vient de sortir un

Pour créer le SLI x16, nVidia place 2 puces nForce 4 SPP sur la même carte mère. En SLI aussi ?

nouveau chipset, le nForce 4 SLI x16 qui dispose de 2 vrais ports PCIExpress 16x, alors que dans le cas des autres nForce 4 SLI il s'agit de 2 ports 8x, et cela sans concevoir de nouvelle puce. Sur la plate-forme AMD, ce sont 2 nForce 4 SPP classiques au lieu d'un qui sont utilisés, le premier reliant le CPU, un port PCIE 16x et le second reliant l'autre port PCIE 16x et tout le reste. Du côté d'Intel, c'est légèrement différent puisqu'à la base le chipset est composé de 2 composants, un SPP et un MCP : le SPP classique est réutilisé et remplit le même rôle (CPU, mémoire et port PCIE 16x) mais le SPP pour Athlon est utilisé à la place du MCP, ce qui apporte donc la gestion du second PCIE 16x en plus de tout le reste, qu'il intègre tout comme le MCP pour nForce 4 Intel Edition.

Tous les 2 sèment la confusion Lorsque les différents services marketing doivent trouver des noms pour de nouveaux produits, ils sont souvent en manque d'inspiration et décident d'aller copier la concurrence. Pour que ce soit plus « amusant », ils préfèrent reprendre un suffixe qui pour les utilisateurs représente une gamme à l'opposé de celle pour laquelle il va être utilisé. ATI vient donc de lancer un Radeon… X800 GT. Il ne s'agit pas d'une puce haut de gamme mais bien Les X800 GT, ici de HIS, d'une puce bridée dont la moitié des pipelines de seront le bas de la gamme X800 contrairement à ce que rendu sont désactivés (8 de fonctionnels donc et à leur nom laisse penser. 475 MHz) afin de se débarrasser des stocks de puces défectueuses. Bien entendu le prix est lui aussi revu à la baisse, avec 170 ¤ pour la version 256 Mo et un peu moins pour la version 128 Mo mais qui sera équipée de mémoire moins performante (390 MHz au lieu de 490). De quoi amener encore plus de confusion dans les différents modèles.

News

Comme une mauvaise idée a souvent la fâcheuse habitude d'être reproduite, nVidia a directement réagi en sortant le GeForce… 6 800 XT. Alors que chez ATI, XT représente le haut de gamme, c'est de nouveau le contraire ici et la puce ne dispose également que de 8 pipelines et d'une fréquence encore inconnue. nVidia la garde secrète (ce qui veut dire qu'elle est plus faible que celle du X800 GT) mais indique que les performances seront identiques à celles du X800 GT avec un prix légèrement inférieur à celui des cartes ATI. Avec les X800 GT et 6 800 XT, ATI et nVidia auront démontré qu'ils sont aussi bons l'un que l'autre en matière de noms de produits ridicules. Reste que ces 2 produits pourraient avoir un rapport qualité prix intéressant grâce à la petite guerre à laquelle se livrent ATI et nVidia sur ce segment.

<8>

PC Update septembre / octobre 05

Un nouveau boîtier PCHC chez Lian Li Les boîtiers PCHC, chez PC Update, on adore… et dans le domaine des boîtiers, Lian Li est une marque réputée qui n’hésite pas à innover, mais a tendance à afficher des tarifs un peu décourageants. Le petit dernier de Lian Li pourrait donc s’avérer intéressant, car ce petit boîtier home cine est proposé au tarif très honnête (pour un boîtier PCHC en alu) de 130 ¤. L’intérieur est d’une conception très simple, sans fioritures ni astuces silence, ce qui est dommage. La présence de deux emplacements 5"1/4 avec caches en alu est inhabituelle sur un tel produit, et ceux qui tiennent à avoir deux lecteurs optiques dans leur PC home cine ont aujourd’hui trouvé leur bonheur. Le refroidissement est assuré par deux ventilateurs, un 80 mm et un 60 mm, ce qui n’est pas optimum pour le silence. Reste que le tarif est attractif pour ce boîtier plutôt mignon, que nous nous ferons un plaisir d’intégrer à notre prochain comparatif de boîtiers home cinema.


Creative X-Fi Plus de 10 000 MIPS… c’est la puissance de calcul du processeur des nouvelles cartes Creative X-Fi. Une puissance proche de celle d’un Athlon 64 3 500+ ou d’un P4E 560 (3,6 GHz) en théorie du moins puisque ce n’est pas vraiment comparable dans les faits ! Comment ces performances vont-elles être exploitées ? C’est le module SRC (Sample Rate Converter) qui s’en arroge la majeure partie. Celui-ci est chargé d’assurer la conversion de la fréquence d’échantillonnage. En effet, les cartes X-Fi ne présentent plus les limites de leurs ancêtres en termes de fréquence d’échantillonnage, et sont capables de convertir à la volée n’importe quelle fréquence, avec une qualité prévue pour être exceptionnelle. Les capacités du module SRC ne s’arrêtent pas là, puisqu’il devrait aussi permettre l’application d’effets sonores temps réel comme l’effet Doppler ou les modifications de pitch, le tout avec une précision chirurgicale. Les nouveautés ne s’arrêtent pas là, et nous allons tenter de dresser une liste exhaustive. D’abord, il y a le module Crystalizer, conçu pour améliorer la qualité de la restitution audio. Il est censé donner l’impression d’un son plus « présent », et améliorer

notablement la qualité des MP3. Les améliorations audio par post traitement ne sont pas une nouveauté, et se montrent rarement convaincantes, on attend donc avec impatience d’en savoir plus sur Crystalizer. Tout aussi intéressant est le CMSS 3D, qui est conçu pour transformer une source stéréo en source 5.1 ou 7.1. CMSS 3D est censé être assez intelligent pour positionner correctement les sons dans l’espace, et ce sur la plupart des sources, ce qui pourrait donner une seconde vie à vos DivX. Ce même module doit aussi améliorer l’écoute au casque en plaçant l’auditeur face à l’orchestre, ce qui est plus agréable que d’avoir la sensation que les musiciens jouent dans votre crâne.

RAM (permettant d’améliorer les performances dans les jeux, mais qui n’est pas encore prise en compte dans aucun jeu à notre connaissance et dont on ne peut donc tester les performances pour l’instant même si Creative promet la lune dans ce domaine. En tout état cause, elle n’aura donc pas d’intérêt dans un premier temps en espérant que les développeurs en tirent profit. Enfin, les plus riches pourront (peut-être) s’offrir la Sound Blaster X-Fi Elite Pro, modèle semblable à la Fatal1ty mais offrant en plus un rack externe équipé de convertisseurs de qualité supérieure. Celui-ci offre aussi des entrées spéciales comme l’entrée haute impédance sur laquelle on pourra brancher une guitare électrique.

Conçues pour répondre aux attentes de tous les publics, les cartes exploitant la technologie X-Fi pourront fonctionner selon trois modes. C’est dans le driver qu’on choisira le mode en fonction de son usage du moment : Gaming, Entertainment ou Creation. Le premier active l’accélération matérielle des effets 3D (EAX 5.0), le deuxième est destiné à l’écoute de musique ou de DVD/DivX, tandis que le dernier sera utilisé pour la création musicale et l’enregistrement.

En attendant de voir arriver le X-Fi, profitons en pour signaler que les puces Sound Blaster Live ! 24 bits intégrables directement aux cartes mères supportent désormais la technologie DTS. Les constructeurs Shuttle et Gigabyte, qui ont prévu d’exploiter ces puces sur leurs futurs produits, profiteront donc du son DTS 5.1, avec décodage DTS-ES et DTS neo:6. Signalons aussi la sortie aux USA d’un encodeur externe DTS qui raviera tous les amateurs d’ampli externes qui aimeraient pouvoir profiter du son 3D des jeux sans passer par des câbles analogiques. Espérons qu’ils sortira en France !

Dans un premier temps, la gamme devrait se composer de quatre produits. On trouve tout d’abord la Sound Blaster X-Fi XtremeMusic, un produit abordable affiché tout de même à 129,99$. Il sera suffisant pour profiter des nombreuses améliorations apportées par X-Fi et de sa qualité audio et intéressera surtout les amateurs de musique et de home cine. Pour 199,99 $, on trouvera la Sound Blaster X-Fi Platinum qui sera fournie avec un rack à installer dans un emplacement 5"1/4 et une télécommande. Au-delà, il faudra compter 279,99 $ pour la Sound Blaster X-Fi Fatal1ty FPS, destinée aux joueurs. Cette carte, similaire à la Platinum, recevra en plus 64 Mo de mémoire X-

Mac OS X sur votre PC ? Les bidouilleurs s’acharnent depuis quelque temps sur la version Intel de Mac OS X livrée en beta version à quelques privilégiés, afin de le faire tourner… sur PC ! Rappelons que les futurs ordinateurs Apple tourneront sur des machines à processeur Intel, mais qui ne sont pas censées être considérées comme des PC pour autant. Les principaux problèmes à contourner pour faire tourner OS X sur un PC classique sont au nombre de trois. Tout d’abord, il y a la puce TPM qui permet à l’OS de vérifier qu’il tourne bien sur un Mac. Pas de problème, cette puce a été craquée et un patch suffit désormais à contourner la protection. Ensuite, il va falloir émuler le support SSE3, et enfin le chipset graphique GMA900. Cela peut être réalisé sur n’importe quel PC avec VMWare, mais le résultat est alors un système très lent et instable. Une autre solution est d’appliquer des patchs qui remplacent les appels aux instructions SSE3 par des appels SSE2, et appliquent un traitement équivalent aux appels au GMA900. Bonjour la bidouille, et bien sûr, la stabilité n’est pas au rendez-vous non plus. La solution idéale est donc d’utiliser un matériel adapté, comme les cartes mères Intel de la série D915 GA, GL ou GU. Les bricoleurs du dimanche qui se livrent à ces expériences interdites sont aussi parvenus à de bons résultats avec les cartes Gigabyte GA-8I915P Duo-A. On obtient alors un OS stable, sur lequel la plupart des applications de base fonctionnent !

Bien sûr, Apple ne doit pas voir d’un bon œil que des docteurs Frankenstein en herbe bidouillent son système d’exploitation. D’autant que s’il devenait possible de transformer n’importe quel PC en Mac, les pertes financières seraient immenses pour Apple. C’est ainsi qu’un site qui relayait ces informations, aurait été enjoint par Apple à retirer les vidéos illustrant le procédé. A croire qu’Apple investit plus dans son service juridique que dans la conception de ses puces de protection… En attendant, les intéressés pourront suivre l’actualité du bricolage d’OS X pour le faire fonctionner sur n’importe quel PC sur le site http://www.osx86project.org..

PC Update septembre / octobre 05

<9>


News

Avalanche de nouveautés chez Logitech Le fabricant de claviers et souris Logitech n’a pas pris de vacances cet été. La première nouveauté, ce sont les souris de la série « G », spécialement destinées aux gamers. Annoncées au Japon, elles devraient apparaître en France sous peu. La G1 est une souris proche de la MX300, dotée d’un nouveau capteur 5,8 mégapixels. La G3 est un modèle supérieur, avec un capteur d’une résolution pouvant passer de 1 600 à 800 ou 400 dpi grâce à une pression sur un bouton. Elle est filaire et dispose de huit boutons, son tarif étant d’environ 36 ¤ HT. La G5 a un capteur laser d’une Le clavier G15 de Logitech est clairement destiné aux gamers. résolution de 2000 dpi, que l’on peut là aussi modifier composé d’un clavier, d’une souris… et d’une télécommande. pour passer à 800 ou 400 dpi. L’un de ses atouts est la Son look épuré en fait un bon choix pour un PCHC, et son prix présence de poids en dessous de la souris, que l’on peut retirer reste accessible : environ cent euros. La télécommande n’offre pour l’alléger. Si comme nous, il vous est déjà arrivé de que sept boutons, mais s’avèrera suffisante pour un usage démonter une souris pour retirer les poids qui se trouvent à modéré, surtout si l’on a le clavier à portée de main. Ce kit sera l’intérieur, vous serez ravis par cette innovation. La molette de la disponible dès septembre. Enfin, Logitech met à jour son kit G5 est quadridirectionnelle, et son prix devrait être d’environ MX3000 avec quelques différences de design pour le clavier, et 51 ¤ HT. Une souris G7 devrait aussi voir le jour, qui reprendra le remplacement de la souris MX700 pour une MX600. Ce les caractéristiques de la G5 mais en version sans fil. Le tarif nouveau kit devrait être disponible au prix de 109,99¤. tournerait autour de 86 ¤ HT.

News

Outre ces nouveautés, Logitech met à jour sa gamme actuelle de kits claviers/souris. Ainsi, le diNovo Media Desktop Laser propose aujourd’hui la compatibilité avec la version 2.0 de Bluetooth. La souris retenue est une MX1000 Bluetooth, avec un nouveau sabot de chargement. Il sera possible d’utiliser le stack Bluetooth de Microsoft avec ce kit, là où le précédent exploitait le stack WIDCOMM 5 exclusivement. Il devrait arriver en octobre, pour un tarif d’environ 200 ¤. Toujours pour ceux qui apprécient les claviers/souris « de luxe », le kit Cordless Desktop MX 5 000 Laser devrait combler vos désirs. Equipé d’une MX Laser Mouse et d’un clavier sans fil Bluetooth (2.0) doté d’un écran LCD, il permettra d’afficher tout un tas d’informations directement sur le clavier : affichage des playlists, de l’état des touches de verrouillage, ou encore fonction calculatrice… On retrouve les fonctions du diNovo, pour un peu moins cher toutefois : 150 ¤ (dispo en octobre). Quant au Cordless Desktop S510 Media Remote, c’est un kit

Ce n’est pas encore fini ! Logitech annonce aussi un nouveau clavier, le G15, destiné avant tout aux joueurs. Il intègre un écran LCD dont les usages seront multiples. Un kit de développement devrait permettre aux développeurs de rendre les jeux compatibles avec cet écran, et on espère voir apparaître des titres qui donneront des informations à partir de ce nouvel écran. Avouons quand même que ce n’est pas très pratique, puisqu’il faudra quitter l’écran principal des yeux pour regarder celui-ci. Le G15 propose aussi 18 touches programmables, et trois touches de mode permettant de créer jusqu’à 53 combinaisons. Le logiciel fourni avec le clavier permet d’exploiter l’écran LCD pour afficher des informations comme les titres des chansons que l’on écoute. Petit atout supplémentaire, un bouton permet de désactiver la touche « Windows » du G15, pour ne pas interrompre une partie en appuyant dessus par mégarde. Ce clavier, par ailleurs rétroéclairé, sera proposé au tarif de 79,99 ¤ à partir d’octobre.

Le kit MX3000 fait l’objet de quelques petites améliorations cette année.

<10>

PC Update septembre / octobre 05


JWT

TELE2, PLUS DE DÉBIT POUR LE MÊME PRIX, VOILÀ QUI NE VOUS LAISSE PAS LE CHOIX.

ADSL jusqu’à 20 méga

14,85 €

ADSL jusqu’à 20 méga (1)

téléphone illimité

(1)

local et national

24,85 €

Prix TTC/mois. Avec présélection à la téléphonie. Débit maximal valable en zones dégroupées

L’ADSL TELE2 INTERNET, c’est tous les avantages de l’ADSL associés à des tarifs qui font la renommée de TELE2 • Disponibilité permanente de votre ligne téléphonique • Durée de connexion, volume d’envoi et réception de données illimités • Pas de frais de mise en service • Décidément, il est temps de passer à l’ADSL avec TELE2 INTERNET !

www.tele 2 .fr 0 805 04 11 52

Inscription en ligne sur ou au

Le piratage nuit à la création artistique (loi du 21 juin 2004). Tarifs au 07/07/05. (1) Offre disponible uniquement en zones dégroupées par TELE2.Tarif mensuel TTC valable pendant un an (au-delà majoration de 5€ TTC/mois), sous réserve de la souscription au service de téléphonie avec Présélection (sans souscription ou en cas de résiliation ultérieure de la Présélection, tarif majoré de 5,10 € TTC/mois) et de l’éligibilité de la ligne au service TELE2 ADSL, hors frais de résiliation (96€ TTC, diminué de 3 € pour chaque mois calendaire entier écoulé entre les dates d’activation et de résiliation) et, le cas échéant, hors location du modem (2,5 € TTC/mois). Débits ATM maximaux disponibles en fonction des caractéristiques de la ligne téléphonique : de 20 Mb/s à 608 kb/s en voie descendante et de 800 kb/s à 160 kb/s en voie ascendante. Pour le téléphone illimité : offre réservée aux particuliers pour un usage personnel et familial. Forfait mensuel d’une durée illimitée, applicable 7j/7 et 24h/24 aux appels vers un téléphone fixe, en France métropolitaine, hors : numéros spéciaux, numéros d’accès à internet et télécopie. Les appels non compris dans le forfait sont facturés selon le tarif de base TELE2 en vigueur. Services disponibles séparément: pour plus de renseignements, contacter TELE2 au 0 805 04 11 52 (appel gratuit) ou sur tele2.fr. (*) Source : L’Ordinateur Individuel n°171 daté avril 2005.


News

Le meilleur du jeu, tout frais sorti ou à venir 1

BloodRayne 2 (Vivendi Universal)

Apparu sur Gamecube il y a déjà quelque temps, l’adaptation de BloodRayne sur PC avait été une réussite. Le célèbre Vampire toujours aussi assoiffé de sang revient donc avec ce deuxième opus qui propose toujours le même style de jeu soit une sorte de hack and slash à la troisième personne. C’est à base d’attaques dévastatrices, de combos et autres coups et déplacements spéciaux que vous devez avancer dans l’aventure. Malheureusement, alors que les premières heures de jeu sont agréables, le titre s’étouffe rapidement au fil des niveaux pour devenir répétitif. Si vous recherchez un jeu qui sorte un peu de l’ordinaire, il fera l’affaire mais les hardcore gamers passeront leur chemin.

Battlefield 2 (EA)

1

Gros carton de cet été, Battlefield 2 n’a pas déçu et s’est vite constitué une large communauté. Principalement orienté multijoueur, grâce à sa grande variété de cartes, de véhicules (tank, helicos, hovercrafts, avions de chasse), de soldats (assaut, sniper, special ops, ingénieur, antitank…), et l’ajout d’un système de commandement donnant une plus grande dimension stratégique, BF2 est un régal et vous occupera pour les mois à venir voire beaucoup plus. Dans l’ensemble, les nouveautés ne sont pas gigantesques mais sa parfaite réalisation, ses graphismes et sa bande-son immersifs en font LE FPS multijoueur du moment que tout gamer se doit d’avoir dans sa ludothèque. Mais BF2 n’est pas parfait et on regret-

tera un mode solo peu intéressant si ce n’est pour prendre le jeu en main, de trop longs temps de chargement, et un module de

connexion aux serveurs raté. Vous aurez d’autre part besoin d’une machine très puissante pour en profiter au maximum. 2

2

Dungeon Siege 2

(Microsoft Games)

News

Hormis Sacred, les amateurs de hack and slash n’ont pas eu de quoi se mettre sous la dent depuis un moment. Voilà de quoi les rassasier avec ce Dungeon Siege 2 toujours aussi défoulant et encore plus « billesque ». Si vous connaissez le genre Diablo, et bien vous ne serez pas perdus, Dungeon Siege 2 reprend les éléments qui ont fait le succès de ce genre de titre pour en faire un cocktail de qualité. Parmi les principales nouveautés, on notera un système de familier amélioré et plus varié avec des bêtes pouvant acquérir de certaines capacités, ainsi qu’un développement du personnage bien plus riche donnant accès à des aptitudes spéciales venant avec l’expérience. L’aventure est au final très linéaire et pas du tout rôle play mais le principal est là et si on aime ce genre de jeu, il donne envie d’aller au bout et d’atteindre les plus hauts niveaux de l’avatar. Vous pourrez de plus jouer l’intégralité de la campagne solo en multijoueur.

<12>

PC Update septembre / octobre 05


> 1

Heroes of the Pacific

(Codemasters)

Heroes of the Pacific vous propose de revivre la Seconde Guerre Mondiale à bord d’un des coucous américains ou japonais de l’époque et au travers de 26 missions tirées des campagnes de l’US NAVY dans le Pacifique. Pas moins de 35 avions sont disponibles parmi lesquels on peut citer le F4F Hellcat, le F6F Wildcat, le SBD Dauntless, le P-40 Warhawk ou encore le F4U Corsair. Pas besoin d’avoir des notions quelconques d’aviation, le titre est purement arcade. La prise en main est donc rapide, l’action immédiate et d’après les vidéos disponibles sur le site officiel, le gameplay semble soutenu et varié. Espérons que l’on retrouvera les sensations et le fun d’un Crimson Sky qui avait été l’une des références du genre il y a quelques années.

On les attend de pied ferme rôle. Prévu pour la mi-octobre, le nouvel opus devrait offrir davantage de liberté au joueur en mettant l’accent sur la possibilité d'être une entité bonne ou mauvaise pouvant établir une coexistence pacifique ou chaotique entre les peuples. Unique représentant auprès de vos fidèles, vous devez prendre soin de votre créature divine à choisir entre une vache, un singe, un loup ou un lion, la faire grandir et l’éduquer, au même titre que votre cité et vos suivants. Il faudra encore attendre encore quelques semaines pour donner un verdict final mais Black and White 2 s’annonce comme un des gros succès de cette fin d’année.

3

2

Serious Sam 2 (2K Games)

Serious Sam premier du nom avait séduit grâce à un gameplay décalé mariant efficacement le délire à temps à massacrer, exploser ou laminer les ennemis à l’aide d’armes toutes plus destructives les unes que les autres. Fun, défoulant, et reprenant en quelque sorte un gameplay bourrin à l’ancienne, Serious Sam 2 présente toutes les caractéristiques d’un très bon jeu de shoot. Espérons que les développeurs aient eu la bonne de conserver le mode multijoueur coopératif de la première version. Verdict final au mois d’octobre.

1

4

Age of Empire 3

(Microsoft Games)

2

Black and White 2 (EA)

Que l’on aime ou pas, Black and White est un jeu que l’on ne peut pas oublier tant il était novateur. Glisser dans la peau d’une divinité chargée de gagner la croyance de toujours plus de fidèles humains par la crainte ou l’adoration afin de chasser les autres dieux, le titre mélangeait habilement le type STR à un jeu de

l’action et à contre-courant des habituels FPS. Serious Sam 2 repart sur les mêmes bases mais avec un tout nouveau moteur graphique apparemment très soigné si on en juge par les screenshots. L’univers à prendre au second degré semble toujours aussi kitch, l’action soutenue, et le très sérieux Sam devra passer son

Avec des graphismes impressionnants de détails et une réalisation technique prometteuse, Age of Empire 3 semble convaincant. Basé après Age of Empire 2 : Age of Kings, entre les années 1500 et 1850, huit civilisations sont disponibles au total (Britanniques, Espagnols, les Portugais, Allemands, Russes, Ottomans, Néerlandais et Français), chacune ayant ses propres caractéristiques, bâtiments et unités. Une des

grandes nouveautés est l’apparition d’un moteur physique. Les dégâts sont dorénavant localisés, que ce soit sur les bâtiments ou les unités, et le moteur a un impact aussi bien sur le gameplay que sur les animations graphiques variées qu’il entraîne. La présence d’une « homecity » est un autre ajout intéressant. Il s’agit d’une ville éloignée des combats à développer au fur et à mesure de vos actions, et donnant accès à un arbre technologique dont il faudra choisir judicieusement les orientations, car contrairement aux précédents opus, il ne sera pas possible d’accéder à tout. Age of Empires 3 attirera les amateurs de STR dès le mois de novembre.

Pirate of the Burning Sea (?) Cette fin d’année sera riche en MMO. Pas moins de neuf titres sont prévus d’ici les fêtes de Noël, à commencer par celui que nous attendons le plus, Pirate of the Burning Sea.

PC Update septembre / octobre 05

<13>


News

3

5

Basé au 18 e dans les îles des Caraïbes à une époque où les trois grandes puissances espagnole, française et anglaise se disputent le contrôle de ce carrefour commercial, le jeu vous propose d’incarner un capitaine de marine, un marchant ou encore un pirate qui devra se frayer un chemin dans cet univers beaucoup plus réaliste que fantaisiste. Pirate of the Burning Sea semble intégrer tout ce que nous aimons voir dans ce type de jeu, à savoir un système

d’avancement du personnage qui repose non pas sur des niveaux mais sur des classes et de nombreuses compétences à développer par la pratique ou l’apprentissage, un monde sur lequel les joueurs peuvent avoir un impact via les prises de ports et de territoires, un choix varié des carrières et de navires qu’il faudra personnaliser intégralement, un univers ouvert au PVP, et des graphismes magnifiques. S’il n’a pas de retard, le titre est prévu

4

pour fin décembre et sera disponible uniquement en téléchargement sur Internet. 5

Dark and Light (Farlan)

Très ambitieux, le MMORPG médiéval fantastique Dark and Light prévu pour le mois de novembre et développé par des Français se vante d’avoir l’univers virtuel et dynamique le plus vaste jamais conçu. Pas moins de 40 000 km 2 de territoires sont à

explorer, que ce soit sur terre, sous terre, sur les mers ou dans les airs. 12 races, 14 classes de personnages, 10 royaumes PVP, plus de 4 000 forteresses à conquérir par royaume, 213 cités, et de nombreux villages, voilà quelques chiffres qui illustrent bien l’étendue du titre. La progression du personnage est quant à elle originale puisqu’elle s’effectue à deux niveaux via de l’expérience sociale et de l’expérience guerrière. D & L propose de plus un serveur unique, ce qui a l’avantage de ne pas diviser la communauté.

MotoGP Ultimate Racing Technology 3 (THQ)

News

Climax reste discret à propos de MotoGP Ultimate Racing Technology 3, mais les informations disponibles nous laissent croire que cette suite fera certainement un carton. Comme de coutume, MotoGP URT 3 vous met aux guidons des plus puissantes machines du moment, sur circuit mais aussi en milieu urbain, ce qui est une nouveauté par rapport à MotoGP2. Six modes de jeu sont proposés dont ce mode Extreme qui s’exploite au travers de seize villes factices inspirées de lieux véritables. On retrouvera par ailleurs la licence MotoGP 2004 et toutes les possibilités de customisation et d’upgrade déjà vues dans la version précédente. D’après les captures d’écran, le moteur 3D et la modélisation des motos semblent de plus impressionnants.

<14>

PC Update septembre / octobre 05


    

**/;8;312=8=<317303/*G;8"3A/5;355+7=

+%&   ' !! !'&(% (%$('+"'$( " %" %' "' /*D1+B843+3-'-+2+398'38,'/11++3;+781'6:'1/9C!#!+891+57+2/+7B5742+997+B8+8)1/+398:3).'3-+2+39*+1'*'11+*+847*/3'9+:785479'(1+8*+ 1'8C7/+$% +9% *D81+57+2/+75/=+1(7/11'39*C9+)9C#3+8/251+57+:;+*').'9*'9C+8:,,/9B,'/7+574)C*+7B1C).'3-+*+1'*'11+*'38:3*C1'/*+  04:78'57D81'*'9+*').'9 #35/=+1(7/11'39+89:35/=+14::384:85/=+17+89'39+35+72'3+3)+(1'3)(1+:74:-+4:;+79*C9+)9C8:7:3,43**C)7'334/7+85/=+1834/78*C9+)9C88:7,43*)1'/78439+=)1:8 43*/9/438*+-'7'39/+*/8543/(1+88:78/251+*+2'3*+5'72'/1)422+7)/'1'8:8,74:5'79C1C543+':    3:2C74/3*/-4A

+% 

+% 

+%  

+% 

('%#"%'*

#%' +!#%"% !&  (' +'&')

#'"%  (' +

&"&%&!( +%$(& "&

"+).3414-/+4(/1+39+1A+397/34@ 74)+88+:739+1A+39/:2A8C6:+3)+ ./58+939+1A  433+=/437C8+':8'38,/139+1A  %/7+1+88  /)7484,9A%/3*4<8A& */9/43'2/1/'1+ 74,+88/433+1 )7'3  ? =   "4(/1/9>@ '*+43A& =57+88 1:+9449.

"+).3414-/+4(/1+39+1A+397/34@ 74)+88+:739+1A"/7=3>6E <G:>/7-/

239</=7=/5E" 877/A387;G</+><+7<0357=/5E "#! (3;/5/<<

 3-;8<80=E(37.8@<E)" .3=387+6353+5/ ";80/<<3877/5 -;+7 C  A   % 8,353=BD#+./87E



%/-2785813/ 8,35/7=/5E/7=;378D ";8-/<</>;7=/5E"/7=3>6E <G:>/7-/

239</=7=/5E "  877/A387;G</+><+7<0357=/5E "#! (3;/5/<<

 3-;8<80=E(37.8@<E)" .3=387+6353+5/ ";80/<<3877/5 -;+7 C  A

 % 8,353=BD#+./87E)

"A9;/<< 5>/=88=2

%/-2785813/ 8,35/7=/5E/7=;378D ";8-/<</>;7=/5E"/7=3>6E <G:>/7-/

239</=7=/5E "  877/A387;G</+><+7<0357=/5E"#! (3;/5/<<

 3-;8<80=E(37.8@<E)" .3=387+6353+5/ ";80/<<3877/5 -;+7 C  A   %>7/;%'2B,;3./+7+5813:>/ 7>6G;3:>/37=G1;G'% % 8,353=BD#+./87E)

  8"A9;/<< 5>/=88=2

    

     


Cas Pratiques

Cas Pratiques Gagnez 1 Go de mémoire Corsair ! En nous envoyant une question technique par mail, vous pouvez gagner un kit mémoire Corsair 2*512 Mo TWINX512-3200XL avec une latence record de 2-2-2-5, de quoi sérieusement booster les performances de votre PC… La rédaction choisira la question la plus pertinente et son auteur recevra le Giga de mémoire ! Notez que nous ne pourrons sans doute pas répondre de manière individuelle à toutes les questions ! Par : Thomas "M. Scott" Olivaux

Après avoir upgradé mon PC, je me retrouve maintenant avec quelques composants désormais inutilisés. J’ai un Pentium 4 3.0C (socket 478), une carte graphique Hercules 3D Radeon 9 800 Pro et une alimentation TSP 350 W. Sachant que j’ai donc un nouveau PC principal qui fonctionne très bien (je m’en sert tant professionnellement parlant que pour jouer), j'aimerais réutiliser les anciens composants pour m’assembler une seconde machine, spécialement pour l’overclocking. Sachant que je n’ai jamais overclocké (je ne souhaite d’ailleurs pas overclocker mon PC principal), quels sont donc les composants supplémentaires que vous pouvez me conseiller, quel refroidissement et quelles méthodes adopter ? D’autre part, quels résultats puis-je attendre d’un tel PC overclocké ? Les fondus d’overclocking

> ont souvent des PC principaux à peu près normaux, c'est-àdire pas ou peu overclockés, ainsi que des plates-formes spécialement dédiées à l’overclocking. C’est une solution intéressante, car cela permet de s’investir à fond sur l’overclocking d’une plate-forme sans compromettre le fonctionnement du PC principal en cas de problème, permettant d’aller généralement beaucoup plus loin. Le Pentium 4 3.0C est une excellente base pour overclocker. Il monte assez facilement et ne chauffe pas outre mesure, très peu même en comparaison du Pentium 4 3.0E qui l’a remplacé. Vous ne nous parlez pas de carte mère, peut-être est-elle encore dans votre PC principal, il faut donc vous en procurer une. Si l’overclocking est votre priorité, ne prenez pas la première venue. Un chipset 865PE ou

<16>

875P est souhaitable, les cartes Abit et Asus étant de bonnes candidates pour l’overclocking. Chez Abit, en 865PE, évitez les premières IS7 qui n’offrent pas encore beaucoup de réglages et privilégiez l’AI7, un modèle qui permet d’aller très loin. Les Abit IC7 et Asus P4C800, en 875P, sont très intéressantes également. Si vous souhaitez battre des records, il existe plusieurs « mods » à faire sur ces cartes pour décupler leurs aptitudes d’overclocking. Enfin, sachant que les cartes dont nous venons de parler ne sont trouvables qu’en occasion, pourquoi ne pas prendre la carte Asus P4P800 SE, encore en vente actuellement contre 90 ? En continuant par la mémoire, en possédez-vous déjà ? Sinon, il faudra donc acheter de la DDR, dont les prix ont littéralement chuté. Vous avez l’option économique qui consiste à prendre de la PC3200 et

PC Update septembre / octobre 05

de désynchroniser la vitesse du bus et celle de la mémoire, ou la voie royale de la DDR haute vitesse (au moins PC4000) mais les prix s’enflamment sans garantie de résultat. La carte graphique que vous possédez est également intéressante, nous vous conseillons simplement de la mettre à niveau avec un système de refroidissement qui sera à la fois plus performant et plus silencieux, le Zalman VF700 ou l’Artic Cooling VGA Silencer (Rev. 3) étant adapté à votre modèle, environ 20 à 25 pièce. Pour l’alimentation, celle que vous possédez déjà devrait suffire, toutefois un overclocking record ne s’en contentera peut-être pas. Pour ce qui est du boîtier, ne préférez-vous pas rester sur table ? Autrement, n’importe quel boîtier bien ventilé fera l’affaire, sachant qu’un overclocker ne ferme pas très souvent la porte latérale pour ne pas accumuler trop de chaleur.

Concernant le refroidissement, vous avez plusieurs options. Soit l’on reste en refroidissement à air, il existe des solutions déjà très performantes, soit l’on passe en watercooling, mais le budget risque de s’envoler, sans compter la différence de complexité des deux systèmes à mettre en place. Si c’est votre première expérience d’overclocking, nous sommes convaincus que l’aircooling suffira. D’ailleurs, mieux vaut privilégier un bon système de refroidissement à air qu’un watercooling d’entrée de gamme, vous obtiendrez de meilleurs résultats. Sachant que nous avons déjà parlé du refroidissement de la carte graphique, optez pour un bon radiateur à installer sur votre processeur. Le Thermalright XP-120 (50 sans ventilateur) est une référence en la matière, ainsi que le Zalman CNPS-7700 (35 ) même s’il est un peu moins efficace. L’avantage


de ces deux modèles réside dans l’utilisation d’un ventilateur de 120 mm, ce qui offre non seulement un souffle puissant sans générer trop de bruit, mais aussi un souffle sur une surface importante, ce qui sera bénéfique pour le chipset de la carte mère ainsi que les mofsets en charge de l’alimentation électrique du processeur. Au sujet des mofsets, selon la carte mère que vous achetez, ils ne sont pas toujours refroidis. N’hésitez pas à acheter un sachet de tout petits radiateurs pour améliorer la dissipation, car en overclockant, ils vont beaucoup chauffer. Si jamais vous avez une préférence pour le refroidissement à eau, qui peut être plus efficace et moins bruyant en optant pour un kit haut de gamme (entre 200 et 400 ?), nous vous conseillons d’attendre quelques semaines pour lire le dossier complet que nous sommes en train de vous concocter.. Pour l’overclocking en lui-même, nous n’allons pas redonner une

nouvelle fois les méthodes alors que nous l’avons déjà fait à plusieurs reprises dans le passé. Il faut bien sûr augmenter la fréquence de bus de façon importante, sachant que les cartes que nous vous avons recommandées sont toutes capables de flirter avec la barre des 300 MHz. Selon nous, votre Pentium 4 3.0C à toutes les chances d’atteindre au moins 3,5 GHz (FSB 233 MHz), sans doute 3,75 GHz et plus (FSB 250 MHz et plus). Essayez tant que possible de garder la mémoire synchronisée avec le bus processeur. N’hésitez pas à augmenter la tension du processeur jusqu'à 1,7 V, celle du chipset jusqu’à 1,6 V et celle de la mémoire jusqu'à 2,9 V si elle n’est pas refroidie, un peu plus de 3,0 V si elle l’est. En ce qui concerne la carte graphique, vous avez toutes les chances d’atteindre au moins les résultats d’une 9 800 XT (VPU 412 MHz, RAM 365 MHz), le modèle supérieur, pourquoi pas même un peu plus ? Bon courage et bon overclocking !

Je voudrais savoir s’il est possible de brancher le PC directement à une chaîne hi-fi pour éviter l’achat d’un kit d’enceintes et profiter de la qualité de son du matériel de salon ? Y a-t-il des choses à observer ? Il est tout à fait possible

> de relier un PC à une chaîne hi-fi, c’est d’ailleurs une solution très appréciable car, comme vous le dites, ça permet une économie financière tout en permettant d’apprécier la qualité de son d’une chaîne généralement meilleure qu’un kit PC. Pour relier les deux appareils entre eux, il suffit d’un câble. Soit vous pos-

sédez un ampli moderne avec des entrées numériques (optiques ou coaxiales) et votre carte son est également équipée d’une sortie numérique, auquel cas il faut privilégier cette option, soit vous possédez une chaîne 100 % analogique et vous devrez alors brancher la sortie « lineout » de la carte son, la prise verte, vers une entrée libre de

l’amplificateur. Dans le premier cas, il faut acheter un cordon coaxial ou optique, dans le second, un câble mini-Jack côté PC et double RCA côté chaîne. Sous Windows, vérifiez bien que vous avez paramétré vos hautparleurs sur « Haut-parleurs stéréo de bureau » dans l’onglet de réglage avancé des propriétés

« Sons et périphériques audio » du « Panneau de configuration ». Réglez également à fond les volumes « Principal », « Sons wave », « Synthé SW ». Laissez les autres au minimum, particulièrement les entrées ligne et le micro, pour éviter tout bruit parasite inutile et réduire considérablement le souffle. Laissez donc vos volumes à fond, ainsi que dans vos différents logiciels, ne jouez plus qu’avec le volume de l’amplificateur de la chaîne hi-hi. Si jamais le son sature quelque peu, abaissez légèrement le volume principal du PC, entre 75 et 90 %. Ces conseils sont également adaptés à l’usage d’un kit PC amplifié, pour lequel il vaut mieux procéder de la même façon et ne régler le volume qu’à l’aide du bouton approprié, sans quoi votre amplificateur chauffera plus et consommera plus d’énergie à beaucoup amplifier un signal faible pour atteindre le volume de votre choix.

PC Update septembre / octobre 05

<17>


Cas Pratiques

Sachant qu’un lecteur de DVD est capable de lire « physiquement » les données depuis un support « compatible » (DVD, CD…) et de les transmettre à un logiciel PC qui saura les exploiter, pourquoi n'est-il pas possible de lire des CD au format SACD sur le lecteur d'un PC et de ressortir les pistes 5.1 contenues sur ce type de support ? Je n'ai pas fait l'essai avec les DVD Audio mais je ne pense pas que cela fonctionne non plus. Existe-t-il une explication, est-ce un verrouillage ? Merci à vous, je pense que la réponse pourra intéresser d'autres mordus d'informatique et de home cinema. Les SACD et autres DVD Audio

> intéresseront plus les audiophiles

que les amateurs de home cinema, mais vous avez raison, il est intéressant de faire le point sur ce sujet. Le SACD, pour « Super Audio Compact Disc », n’a rien d’un CD traditionnel. Ce « nouveau » support est également une galette de 12 cm, ressemblant donc comme deux gouttes d’eau aux CD et DVD, mais il est construit différemment d’un point de vue technique. Le SACD contient deux couches de données, comme le DVD. La première physiquement lisible par les lecteurs CD et DVD, mais la seconde requiert obligatoirement un lecteur SACD, le lecteur CD ne sachant pas lire plusieurs couches et le lecteur DVD étant perdu car l’espace qui sépare les deux couches n’est pas le même que sur un DVD. Le but du SACD étant de fournir une qualité audio accrue, le procédé d’enregistrement a donc évolué par rapport au CD. Nous parlons à présent de codage DSD (Direct Stream Digital), avec une fréquence d’échantillonnage de 2,8224 MHz. Les SACD ne sont donc pas lisibles sur PC, ni même sur une chaîne hi-fi, sauf en utilisant un véritable lecteur SACD. Vu le public assez restreint auquel s’adresse le SACD, il y a peu de chance que l’on voit apparaître un jour un lecteur SACD au format 5,25" pour PC. Notez qu’il existe plusieurs variantes de SACD. Certains n’ont qu’une couche, mais pour les versions double couche, il existe des SACD avec une première couche PCM (CD Audio classique) et une couche DVD (SACD). Si tel est le cas, il y a de fortes chances pour que vous puissiez lire la couche CD Audio sur votre PC, mais vous ne profiterez pas du gain qualitatif du SACD. A contrario, le DVD Audio, autre successeur potentiel du CD Audio, est parfaitement lisible sur PC. D’une part, les disques sont physiquement compatibles avec nos lecteurs, d’autre part, il existe des logiciels appropriés, comme WinDVD depuis la version 5 par exemple. D’un point de vue technique, les SACD et DVD Audio sont largement supérieurs au CD Audio. Ils offrent beaucoup plus d’espace de stockage, ce qui permet d’enregistrer en 5.1 à la place de la stéréo, des

<18>

PC Update septembre / octobre 05

morceaux de meilleure qualité. Là où le CD n’offrait qu’une bande passante de 22 kHz et une plage dynamique de 96 dB, le SACD permet d’atteindre 100 kHz et 120 dB. Le DVD Audio, qui n’utilise pas le même encodage DSD que le SACD, n’est pas en reste avec 96 kHz et 144 dB. Il est assez difficile de relativiser ces chiffres ; dans la pratique, il faut posséder un matériel haut de gamme ainsi qu’une ouïe particulièrement fine pour apprécier la différence entre ces formats. Elle n’est pas aussi flagrante qu’entre un MP3 128 kHz et un CD Audio, alors que bon nombre de personnes n’arrivent déjà pas à la cerner. SACD et DVD Audio inutiles ? Non, c’est un progrès intéressant, autant en profiter. S’il y a peu de chance pour que vous puissiez mesurer la différence de qualité acoustique entre un CD Audio et un SACD/DVD Audio, vous serez tout de même satisfait d’écouter la musique en 5.1, une nouvelle dimension. L’avenir

nous dira quel format saura légitimement remplacer le CD Audio qui, selon nous, a encore de beaux jours devant lui. Car entre SACD et DVD Audio, la guerre n’est pas terminée, d’autant que les formats du futur seront bientôt présents (HD DVD et Blu-Ray). Les éditeurs se tourneront sans doute en priorité vers les formats les plus « lisibles » en fonction du parc des lecteurs installés, mais également vers ceux qui proposent une protection anticopie comme le SACD.


Nouvel acquéreur de PC Update, j’apprends beaucoup sur le matériel et je vais bientôt pouvoir booster mon PC un petit peu. Vous m’avez fait découvrir CPU-Z, je vais enfin savoir si l'on ne m'a pas roulé en achetant un Athlon 1,2 Ghz + avec un FBS de 266 MHz. Hélas, pour moi, CPU-Z c’est encore du chinois, je ne comprends pas tout. D’après la photo, est-ce que mon Athlon a bien un FSB de 266 MHz comme je l’ai toujours cru ? Je ne vois ça nulle part. Rassurez-vous, vous n’avez pas été Comme nous pouvons le constater sur la capture, il s’agit bien d’un Athlon 1 200 FSB266. Effectivement, il n’y a pas marqué FSB266 mais 133 MHz. Juste en dessous, il est écrit « Bus Speed 266 MHz ». L’Athlon utilise un bus qui, comme la mémoire DDR, permet de transférer deux fois plus de données en un cycle d’horloge que les précédentes générations. Le marketing aidant, AMD a préféré parler d’un bus à 266 MHz pour montrer un progrès important par rapport à ses anciens modèles, mais surtout face aux processeurs d’Intel, l’ennemi de toujours. Pas de chance, Intel ne l’a pas entendu de cette oreille et nous a pondu le bus « Quad Pumped » avec le Pentium 4, pour lequel une véritable cadence de 100 MHz devient FSB400. Depuis, la course ne s’est jamais arrêtée. Aujourd’hui, les Pentium 4 utilisent majoritairement un bus de 200 MHz réels (FSB800) et certains modèles très haut de gamme un bus à 266 MHz (FSB1066). De retour chez AMD, alors que les derniers Athlon XP avaient un bus de 200 MHz (FSB400), l’Athlon 64 n’a

> berné.

J'ai lu quelques articles sur les plaques Peltier, qui offrent des températures très bonnes mais aussi beaucoup d'inconvénients. Qu'en pensez vous ? Qu’est-ce qu’une plaque Peltier et quels sont les problèmes qui y sont liés ? Sont-elles intéressantes ? Une plaque Peltier, plus correcte-

> ment appelée plaque thermoélectrique (TEC), est un composant possédant deux surfaces planes. Lorsque l’on applique un courant continu, de faible tension, aux bornes d’une TEC, l’une des deux faces refroidit et l’autre face chauffe. C’est le phénomène Peltier, du nom de son découvreur. En théorie, la différence de température maximale entre la face froide et la face chaude d’une plaque Peltier ne peut dépasser 69°. L’intérêt d’une TEC consiste à refroidir un processeur plus efficacement

plus véritablement ce que l’on pourrait appeler une vitesse de bus. Toutefois, la fréquence HTT qui sert à calculer d’autres fréquences (processeur, bus HyperTransport, mémoire…) est aussi égale à 200 MHz. Sur votre capture, nous pouvons voir un FSB de 134,3 MHz

pour un bus équivalant à 268,6 MHz. Ceci est uniquement lié au manque de précision du générateur d’horloge de votre carte mère qui sort un peu plus de 134 MHz lorsqu’on lui demande 133… à moins que vous n’ayez overclocké le bus d’un mégahertz !

qu’en simple aircooling ou watercooling, sachant que ces deux méthodes ne peuvent descendre en dessous de la température de l’air ambiant. Une TEC est définie par sa capacité de refroidissement maximale, exprimée en watts. D’une manière générale, plus cette valeur est élevée, plus il y aura des chances de s’approcher du maximum théorique de 69° d’écart de température entre les deux plaques. Dans la pratique, pour connaître la différence de température qu’il y a entre la plaque chaude et la plaque froide, il faut effectuer l’équation suivante. Delta T = (1 – (chauffe du CPU / capacité de refroidissement max du TEC)) * différence de température maximum. Prenons par exemple un processeur moderne tel l’Athlon 64 3 000+ qui, dans sa version 0,09 μ, ne génère pas plus de 67 W. Si l’on utilise une plaque Peltier de 40 W, Delta T = 1 – (67 / 40) * 69, soit 41,4°. Et oui, vous avez bien compris, il y a un écart de température négatif… ce qui signifie qu’au lieu de réduire la température de votre processeur, vous allez le faire cuir ! En revanche, avec une plaque de 226 W, Delta T passe alors à 49°. Dans ces conditions, la plaque froide sera 49° plus fraîche que la plaque chaude. Le premier problème est donc

d’avoir une TEC suffisamment puissante pour refroidir votre processeur. Le second, pas des moindres, consiste à pouvoir dissiper la chaleur de la face chaude de la plaque Peltier, sans quoi, malgré la différence de température entre les deux côtés, vous risquez de cramer votre CPU ! Et là, les choses se corsent. En effet, il ne suffit plus d’un radiateur normal, mais il faut un système de refroidissement capable de dissiper la somme des dégagements calorifiques du processeur et de la plaque Peltier. Pour reprendre notre exemple, il faut pouvoir dissiper (67+226) 293 W ! A l’heure actuelle, les TEC ne peuvent donc plus être utilisées simplement en aircooling, il faut obligatoirement de bons watercoolings pour qu’elles soient intéressantes. Dernier point, important lui aussi, l’alimentation en électricité. La puissance des TEC augmentant, vous devez utiliser de bonnes alimentations ! Généralement, une TEC de 226 W consomme 25 A à elle seule !

PC Update septembre / octobre 05

<19>


News

La GeForce 7 800 GT mesure un gros centimètre de moins que la 7 800 GTX.

GeForce 7 800 GT Le petit haut de gamme Comme c'est le cas à chaque nouvelle génération, les GPU haut de gamme sont déclinés en plusieurs versions. En juin, nVidia a lancé le modèle très haut de gamme, le GeForce 7 800 GTX qui affiche des performances monstrueuses mais à un prix de 550 ¤. Aujourd'hui, Nvidia lance son petit frère, le GeForce 7 800 GT qui devrait se trouver à un prix déjà plus abordable de 400 ¤. La bonne affaire ? e « petit » haut de gamme est souvent vu comme la bonne affaire, il suffit de se rappeler le GeForce 4 Ti ou le GeForce 6 800 GT qui ont su séduire les passionnés étant donné qu'avec un petit overclocking, on obtenait aisément les performances du

L

plus gros modèle en réalisant une économie substantielle. Mais aujourd'hui, ce ne sont plus sur les mégahertz que les fabricants se battent mais bien sur la parallélisation de leurs GPU, ce qui a une influence sur les spécifications du petit haut de gamme : au lieu d'être bridé

« Le G70 utilise plusieurs fréquences » uniquement au niveau de la fréquence, il l'est maintenant également au niveau de son nombre d'unités de traitement.

News

Ainsi, alors que le 7 800 GTX dispose de 6 quads engines, soit de 24 pipelines de pixels shaders, le 7 800 GT n'en utilise que 5, soit 20 pipelines, ce qui permet à nVidia de récupérer des puces qui n'ont pas toutes leurs unités de fonctionnelles. Le nombre d'unités géométriques est lui aussi en baisse et passe de 8 à 7 pour les mêmes raisons. Les fréquences passent de 430 MHz à 400 MHz pour le GPU et de 600 à 500 MHz pour les 256 Mo de mémoire, ce qui combiné avec la baisse des unités de calcul nous donne –22% de baisse de puissance de calcul au niveau des pixels, -17 % au niveau des

<20>

PC Update septembre / octobre 05


Réveiller les unités désactivées ? Avec Rivatuner, un petit utilitaire qui permet d'avoir accès à un nombre important de paramètres de sa carte graphique nVidia, il est possible de réactiver les unités qui auraient été désactivées par nVidia. Il faut savoir que bien qu'à la base la man?uvre soit destinée à réutiliser des puces défectueuses, la demande du marché peut pousser un fabricant à désactiver des unités parfaitement fonctionnelles pour pouvoir en fournir la quantité requise. Cela ajouté au fait que les défauts relevés peuvent être mineurs, rend possible le passage au modèle très haut de gamme qui dispose de toutes les unités activées.

Avec les 7800, il n'est plus possible de réactiver les unités désactivées, tout du moins pour le moment.

Transformer un 7800GT en 7800GTX c'est possible donc ? Oui et non. En théorie, c'est possible comme sur tout autre GPU, mais en pratique nVidia semble avoir trouvé une parade efficace. Nous avons pu nous servir de Rivatuner pour désactiver plus d'unités de calcul, mais réactiver les unités endormies s'est avéré sans effet. nVidia a très bien pu trouver un moyen de bloquer définitivement le fonctionnement des unités désactivées en faisant la man?uvre directement sur le die du GPU au lieu de le faire via le BIOS, les drivers et les résistances sur le packaging du GPU. Bien entendu, l'astuce est peut-être plus simple et une nouvelle version du programme permettra peut-être de l'outrepasser mais il vaut mieux envisager le fait que ce ne sera jamais possible au moment de votre achat. vertices/triangles et -17 % en bande passante mémoire, ce qui correspond à la différence habituelle entre les déclinaisons haut de gamme. Tout le reste est identique entre les 2 puces qui supportent les mêmes technologies, à savoir, les shaders 3.0 qui permettent aux développeurs d'utiliser des effets complexes, le HDR en FP16 qui amène un éclairage plus évolué, le Transparency Antialiasing qui pour la première fois permet de filtrer les objets créés à partir d'alpha tests (comme les grillages) et bien entendu le SLI qui permet de doubler les performances à condition de ne pas avoir peur de vider son portefeuille.

Bonne nouvelle cette fois, alors que la carte 7 800 GTX était assez longue, celle du 7 800 GT est similaire aux GeForce 6800, ce qui n'est pas aussi court que les Radeon, mais déjà 1,5 cm plus court que

Le 7 800 GT fait appel à la même puce que le GTX, mais des blocs d'unités de calcul sont désactivés.

les 7 800 GTX. Autre bonne nouvelle, la consommation est nettement revue à la baisse grâce à la réduction des fréquences et aux unités désactivées qui en plus ont probablement permis de réduire la tension appliquée au GPU. Nous avons ainsi pu mesurer une baisse de la consommation de près de 40 % ! Les chiffres officiels parlent de 100 W pour la GTX contre 85 pour la GT, mais nous avons plutôt constaté 70 que 85 Watts pour cette dernière, ce dont nous ne nous plaindrons pas !

Voici le coupable ! Une fois en action, ce petit ventilateur est tout sauf discret.

UNE CARTE PLUS COURTE MAIS PLUS BRUYANTE… Alors que nVidia avait pris de bonnes résolutions en équipant le GeForce 7 800 GTX d'un système de refroidissement assez discret, nous avons malheureusement pu constater qu'il n'en était rien de celui du 7 800 GT. Celui-ci produit un bruit de soufflerie qui ne passe pas inaperçu, d'autant plus que n'étant pas autorégulé, il tourne plus souvent à vitesse élevée. Heureusement, certains fabricants de cartes devraient le remplacer rapidement par un système plus efficace.

PC Update septembre / octobre 05

<21>


News

Far Cry - HDR

1600 HDR

Splinter Cell 3

1920 HDR

1600x1200

1920x1200

GeForce 7800 GTX SLI 52

59

GeForce 7800 GTX SLI

GeForce 7800 GT SLI 45

122

53 GeForce 7800 GTX 49

57

133

GeForce 7800 GT SLI

GeForce 7800 GT 43

106

51

GeForce 6800 Ultra 33 39 GeForce 6800 GT

118

GeForce 7800 GTX

30 36

67

Radeon X850 XT PE

77

Radeon X800 XL

GeForce 7800 GT 56

0

10

20

30

40

50

64

60

GeForce 6800 Ultra 43

Splinter Cell 3 est l'un des jeux les plus dépendants de la carte graphique, ce qui lui permet de mettre fortement en avant les performances monstrueuses du SLI avec des gains supérieurs à 80 % ! Le 7 800 GT se place entre le GTX et le 6 800 Ultra comme on pouvait s'y attendre. Dans Colin McRae, les choses sont légèrement différentes puisque cette fois les 7 800 prennent le large par rapport aux 6 800. Difficile de connaître la raison exacte, mais à configuration identique (nombre d'unités de calcul), nous avons pu constater un gain de 45 % qui provient uniquement des modifications d'architecture du GPU ou des drivers, ce qui est assez impressionnant. Tout cela couplé avec l'augmentation des pipelines dans les 7 800 leur procure un avantage confortable. Les Radeon qui auparavant menaient la danse se voient ainsi ravir la première place, mais le X850 XT PE se permet malgré tout de rester un rien devant le 7 800 GT.

38

51 59 Radeon X800 XL 40

0

20

46

40

60

Sous Splinter Cell, les Radeon sont cette fois capables d'afficher le mode HDR une fois le

Splinter Cell 3 - HDR

100

120

patch 1.04 du jeu installé. Mais alors que nVidia utilise un HDR similaire à celui de Far Cry, celui d'ATI n'est pas aussi avancé et ne produit pas un résultat similaire. Notez que nous avons également activé d'autres effets comme les ombres adoucies et le parallax mapping (bump mapping de meilleure qualité) qui eux donnent un résultat similaire chez ATI et chez nVidia. Si les Radeon sont plus performantes que les 6 800 dans ce mode, les 7 800 reprennent le dessus.

1600 HDR

1920 HDR

GeForce 7800 GTX SLI 85

96

GeForce 7800 GT SLI 71 81 GeForce 7800 GTX 45

52

GeForce 7800 GT 37

43

GeForce 6800 Ultra

1920 4x / 8x

28

GeForce 7800 GTX SLI 80

34

97

GeForce 7800 GT SLI

GeForce 6800 GT

69 84

25

GeForce 7800 GTX 43

31

50

GeForce 7800 GT 37

Radeon X850 XT PE

44

31

GeForce 6800 Ultra 30

37

38 GeForce 6800 GT

News

80

GTX que du 6 800 Ultra, ce qui montre que nVidia a optimisé ce mode de rendu avec son nouveau GPU, nous avons mesuré 17 % de gains uniquement dus aux petites améliorations de l'architecture. Les Radeon qui ne supportent pas le filtrage et le blending au format FP16 sont incapables de rendre Far Cry dans son mode HDR.

En HDR soit en rendu au format 64 bits (4x FP16) au lieu de 32 bits (4x INT8), sous Far Cry on remarque que le 7 800 GT est plus proche du 7 800 1600 4x / 8x

48

Radeon X850 XT PE

Une fois l'antialiasing et le filtrage anisotrope activés, les résultats se tassent mais la donne ne change pas énormément. Les Radeon traditionnellement plus à l'aise sur ce terrain se positionnent assez bien par rapport à la nouvelle offre de nVidia : dans Splinter Cell, la X850 XT PE se rapproche de la 7 800 GT et dans Colin McRae, elle se permet d'égaler la 7 800 GTX. Le SLI permet, lui, de mettre tout le monde d'accord : c'est nVidia qui a la plus grosse.

Splinter Cell 3 - FSAA 4x et Aniso 8x

53

GeForce 6800 GT

Radeon X800 XL

27 35

25

Radeon X850 XT PE 35

29

41 Radeon X800 XL 28 32 0

<22>

20

40

60

80

100

PC Update septembre / octobre 05

0

20

40

60

80

100


Colin McRae 05 - FSAA 4x et Aniso 8x

1600 4x / 8x

Colin McRae 05

1920 4x / 8x

GeForce 7800 GTX SLI

1600x1200

1920x1200

GeForce 7800 GTX SLI 122

74

85

GeForce 7800 GT SLI 65

107 75

115

GeForce 7800 GTX

GeForce 7800 GTX 46

84

53

GeForce 7800 GT

73

48

GeForce 6800 Ultra

49

36

53

GeForce 6800 GT

GeForce 6800 GT

27

44 48

33 Radeon X850 XT PE

Radeon X850 XT PE

46

74

53

83

Radeon X800 XL

Radeon X800 XL

39

61

44 20

30

81

GeForce 6800 Ultra

29

10

92

GeForce 7800 GT 41

0

131

GeForce 7800 GT SLI

40

69 50

En HDR, le SLI n'apporte pas toujours des gains conséquents. Nous avons ici 2 exemples extrêmes : dans Far Cry, les gains sont pour ainsi dire nuls alors que dans Splinter Cell, ils

… QUI S'OVERCLOCKE BIEN Tout comme le 7 800 GTX, le modèle GT s'overclocke relativement bien. Nous avons ainsi pu passer facilement de 400/500 à 496/575, ce qui est un gain appréciable et amène des performances proches de celles du modèle GTX.

60

70

80

0

20

40

atteignent un impressionnant 90 %. D'après le fonctionnement du moteur, nVidia peut ou pas l'accélérer correctement en SLI, mais on peut supposer qu'à l'avenir les développeurs

Mais il y a bien plus à dire sur l'overclocking des GeForce 7 800 qui réservent quelques petites surprises. La fréquence que vous pouvez lire et modifier dans les outils d'overclocking ou dans les drivers nVidia ne correspond en fait à rien. Toutes les parties du GPU ne fonctionnent pas à

Fréquence affichée

Fréquence Pixel Shader

Fréquence Vertex Shader

400 405 410 415 420 425 430 436 441 445 451 455 460 466 470 475 481 485 490 496 500 505 511 515 521 526

405 405 405 418,5 418,5 418,5 432 432 432 432 459 459 459 459 459 486 486 486 486 486 513 513 513 513 513 513

438,75 445,5 450 455,62 459 465,75 468 473,85 482,62 486 491,4 495 501,42 504 510,3 516,37 522 526,5 529,2 535,5 540 546,75 551,57 556,87 558,9 567

60

80

100

120

prendront en compte le SLI lors du travail sur leur moteur, de manière à ce que les gains soient plus proches de ceux de Splinter Cell que de ceux de Far Cry.

« nVidia a réduit la qualité du filtrage des 7 800 »

la même fréquence et aucune des fréquences de fonctionnement réelles ne correspond à la fréquence que l'on peut sélectionner. Le G70 reçoit 2 fréquences principales : la première est appliquée à la structure du GPU et aux vertex shaders, elle vaut la fréquence affichée + 40 MHz, et la seconde est appliquée au plus important (pour les performances) soit aux pipelines de pixels shaders et aux ROP et vaut le multiple de 27 le plus proche de la fréquence affichée (mis à part quelques cas spéciaux). Pas très simple tout cela et la tâche des overclockers sera rendue plus ardue puisque certaines augmentations de la fréquence ne produiront pas de gains pratiques. Référez-vous aux tableaux des fréquences pour vous faciliter la tâche: vous remarquerez qu'entre un GPU affiché à 445 MHz et un autre affiché à 430 MHz, le plus important sera cadencé à 432 MHz dans les 2 cas. Bien entendu, 445 MHz c’est mieux que 430 puisque les vertex shaders voient eux leur fréquence augmenter, mais il faut savoir qu'ils ont peu d'influence dans les jeux. Autrement dit, si un fabricant vend une carte

PC Update septembre / octobre 05

<23>


News

Filtrage Le filtrage des textures a toujours été un point important dans le rendu 3D. Tout le monde se souvient des premières cartes 3Dfx qui permettaient de se débarrasser des textures pixellisées grâce au filtrage bilinéaire. Mais ce n'est pas le seul rôle du filtrage qui en plus doit éviter l'aliasing. L'aliasing sur les textures correspond soit à des interférences, soit à un fourmillement très désagréable dans les textures qui se produit quand la taille de la texture est trop grande par rapport à la taille de la surface sur laquelle elle est affichée. Autrement dit, il se produit principalement à l'arrière-plan et n'est visible qu'en mouvement, ce que nous ne pouvons donc pas vous montrer. Pour éviter ce problème il faut filtrer plus que ce que ne fait le simple filtrage bilinéaire (filtrage sur 4 texels). Une solution est de préfiltrer la texture dans différentes tailles : c'est le mipmapping. De cette manière, le fourmillement est évité et les performances ne baissent pas puisqu'un seul accès à la texture est fait dans le niveau de préfiltrage adapté. Par exemple si on accède au second mipmap, celui-ci a un côté réduit d'un facteur 4, ce qui représente un préfiltrage sur un carré de 16 texels, couplé au filtrage bilinéaire, nous obtenons un filtrage sur 64 texels qui permet d'éviter le fourmillement. Mais le problème du filtrage avec mipmaps est qu'il est appliqué d'une manière grossière, ce qui rend les textures très floues. Chaque problème a une solution et celle de celui-ci se nomme filtrage anisotrope. Il permet

overclockée, vérifiez qu'elle produira bien des gains au niveau des pipelines de pixels shaders, sinon à moins d'être au même prix, la carte n'aura pas d'intérêt.

de repousser l'utilisation des mipmaps en filtrant plus par lui-même. Par exemple, un filtrage anisotrope 16x (64 texels) va filtrer autant que l'exemple précédant et il est donc possible de ne pas faire appel aux mipmaps sur une plus grande partie du rendu, ce qui augmente fortement la netteté. En contrepartie, le filtrage anisotrope est 16x plus lent que le filtrage bilinéaire, c’est pour cette raison que les fabricants de GPU ont mis au point différentes optimisations mais également des compromis sur la qualité. Par exemple, ATI a ouvert le bal avec le niveau de filtrage variable selon l'angle sous lequel les différentes surfaces sont vues, ce qui augmente fortement les performances mais réduit nettement la qualité. nVidia a suivi ATI et a intégré cette optimisation dans les 6 800 et 7 800. Mais nVidia a décidé d'aller plus loin dans les compromis et sous-filtre certaines parties. Pour ne pas perdre en netteté, les 6 800 et 7 800 ne font pas plus appel aux mipmaps que les Radeon mais filtrent moins (par exemple 48 texels au lieu de 64), ce qui entraîne le retour du fourmillement dans les textures. Ce problème était déjà présent sur les 6 800 mais a été accentué sur les 7 800 qui utilisent un compromis plus poussé vers les performances. C'est avec regret que nous constatons ce genre de chose sur un GPU haut de game duquel on attend une hausse de la qualité et non une baisse. Nous espérons que l'algorithme de filtrage des GeForce 7 800 n'est pas complètement fixé dans le hardware et que nVidia pourra le modifier via de nouveaux drivers.

30 %, ce qui en fait donc un GPU au meilleur rapport performances/prix. Le rapport qualité/prix inclus, lui, d'autres critères comme le silence et

cette fois, le modèle GT est nettement moins à la fête et pourra paraître moins intéressant que le modèle GTX aux yeux des amateurs de silence. Ceci bien entendu pour les cartes équipées du système de référence, puisqu'il en ira différemment pour les fabricants qui utiliseront un système de refroidissement plus discret. Ce point noir pourrait donc disparaître sur les cartes qui seront disponibles dans le commerce courant septembre. Mais il y a un autre point noir sur la série des 7 800 : le filtrage. Malheureusement, nVidia en a réduit la qualité avec les 7 800, ce qui est tout bonnement inadmissible et incompréhensible sur un GPU de la trempe des 7 800. Nous espérons vivement que nVidia pourra corriger ce problème via de futurs drivers, mais rien n'est sûr. Nous vous informerons d'éventuelles évolutions à ce sujet. En attendant, les amateurs de qualité graphique seront quelque peu déçus. Les inconnues sur le système de refroidissement, sur la correction de la qualité du filtrage ainsi que l'arrivée prochaine de la nouvelle génération ATI (à moins qu'elle ne suive le même chemin que Duke Nukem ForNever) nous poussent à vous conseiller d'attendre si vous le pouvez. Le mois prochain, les choses devraient être plus claires et vous pourrez alors acheter en toute connaissance de cause.

UN GPU EFFICACE

News

Le 7 800 GT de nVidia permet d'afficher des performances de haut niveau grâce à ses unités de calcul supplémentaires par rapport aux 6 800 et grâce aux petites améliorations que nVidia a apportées à son architecture SM 3.0. Par rapport au 7 800 GTX, la perte de performances est de 15 à 20 %, alors que la différence de prix est de 25 à

<24>

PC Update septembre / octobre 05

Bien que les premières cartes utilisent le système de référence, Asus passera rapidement à un système différent, moins bruyant, identique à celui utilisé sur les 6 800 GT de la marque.


News

ATi Radeon X800 GT La tueuse de GeForce 6 600 GT Alors que nous attendons toujours la nouvelle génération, ATi sort une nouvelle Radeon appartenant à la famille X800. La « GT », qui sera vendue moins de 200 ¤, a pour objectif de détruire le leadership de la GeForce 6 600 GT sur le milieu de gamme. Ti vient de sortir une nouvelle carte graphique qui vient tirer vers le bas la célèbre gamme X800. La X800 GT, c'est son nom, est moins véloce mais aussi moins chère que la X800 XL ; elle vient directement concurrencer la GeForce 6 600 GT de nVidia, la carte la plus populaire entre 150 et 200 ¤. Alors que la X700 Pro n'offrait pas tout à fait le même niveau de performances, la X800 GT a l'ambition de faire mieux, devenant en quelque sorte la X700 XT qui n'a jamais été vendue.

A

La X800 GT n'offre rien de révolutionnaire. C'est une X800 bridée, tant sur le plan des fréquences que sur le nombre des unités de calcul des pixels. Pour notre test, nous avons reçu la X800 GT de PowerColor. Cette dernière, bien que reconnue en tant que X600 R423 par RivaTuner, embarque le VPU R480. Et oui, vous avez bien lu, il s'agit du même VPU que les surpuissantes X850 XT ! Toutefois, seuls huit pipelines de pixels sont activés au lieu de 16, et la fréquence du VPU n'est plus que de 475 MHz au lieu de 540. Nous ne savons pas encore si tous les fabricants équiperont

leurs X800 GT de R480, mais cela semble de bon augure pour l'overclocking et, pourquoi pas, l'activation d'unités de calcul manquantes. La carte embarque 256 Mo de mémoire de type GDDR3, cadencée à 490 MHz. En fait, les puces sont des Samsung 2ns que l'on retrouve sur une bonne quantité de cartes graphiques modernes, elles sont donc capables de

3DMark

3DMark05 3DMark03

X800 XL

X800 GT

News

6600 GT

0

<26>

2000

4000

PC Update septembre / octobre 05

6000

8000

10000

tenir au moins 500 MHz. Le bus mémoire est de 256 bits, comme toutes les X800. La carte PowerColor que nous avons testée est équipée de deux sorties DVI, un adaptateur DVI/VGA étant livré, ainsi que d'une sortie TV S-Vidéo.

MISSION ACCOMPLIE Sans plus attendre, nous avons testé les performances de la nouvelle X800 GT afin de voir ce qu'elle donne par rapport à la 6 600 GT bien sûr, mais aussi à la X800 XL, une référence un peu à part, à mi-chemin entre les cartes milieu et haut de gamme. Les chiffres parlent d'euxmêmes. A part dans les faibles résolutions sous Doom 3 et quelques rares autres exceptions, la X800 GT obtient systématiquement de meilleurs résultats que la 6 600 GT. L'écart n'est pas très important, mais il se creuse dès que l'on ajoute des filtrages et que l'on augmente en résolution. Non seulement cette carte marche bien, mais elle se montre également discrète, ne consommant pas beaucoup d'énergie et ne produisant que très peu de bruit. Le ventilateur présent sur la PowerColor s'adapte de façon intelligente à la charge de la carte graphique. Hélas, si la carte n'est pas très chère, le bundle s'en ressent. Livrée avec Pacifique Fighters et CyberLink DVD comme unique offre logicielle, il n'y a pas de quoi s'extasier.


Jeux

X800 XL

X800 GT vs 6 800 XT ?

6600 GT

X800 GT

Half Life 2 (12x10) AA4X AF8X

nVidia ne souhaitant pas se laisser voler la vedette ainsi, la firme vient d'annoncer la GeForce 6800XT. Nous ne savons toujours pas si cette carte verra le jour dans le commerce ou si elle sera limitée aux PC de grande marque, mais toujours est-il, ce dérivé de la 6 800 LE vient jouer les trouble-fête et montre que la guerre est loin d'être terminée. Au fait, Messieurs les constructeurs de cartes graphiques, ne souhaiteriez-vous pas choisir des appellations moins ridicules ? (XT, GT…)

Half Life 2 (12x10)

FarCry (12x10) AA4X AF8X

FarCry (12x10)

Doom 3 (12x10) AA4X AF8X Basée sur le R480, nous pensions dès le départ à overclocker cette X800 GT car nous savons que les puces gravées en 0,13 μ montent plus facilement que les nouvelles en 0,11 μ. Nous avions vu juste, sachant que la PowerColor X800 GT a tenu toute la procédure de test à 545 MHz, soit un peu plus que la fréquence d'une X850 XT PE. La mémoire quant à elle nous a un peu déçus, mais elle a tout de même fonctionné à 550 MHz. La mémoire ainsi cadencée, les résultats progressent encore de 5 à 10 %, réduisant alors l'écart important qu'il y a pour équivaloir les X800 XL et autres 6 800 GT.

Doom 3 (12x10)

0

10

20

30

40

50

60

Sachant que les X800 GT seront rapidement trouvables sous la barre des 200 ¤, à peine plus chères que les 6 600 GT, elles seront donc plus intéressantes si l'on ne se soucie pas du SLI. Nous attendons toujours la nouvelle gamme d'ATi, ainsi que le CrossFire (concurrent du SLI), mais la « nouvelle » X800 GT se révèle être un très bon produit, bénéficiant d'un bon rapport performances/prix. En bref, pour un budget de 200 ¤, la X800 GT est la nouvelle carte à acheter, la 6 600 GT conservant l'avantage d'une possibilité d'évolution SLI. Le R480 qui équipe cette X800 GT PowerColor n'a que 8 pixels pipelines, mais le reste est identique aux X850 XT.

Pixels Pipelines Vertex Engines Fréquence GPU Fréquence mémoire Bus mémoire Fillrate (Gpixels/s) Géométrie (Mtriangles/s) Bande passante (Go/s) Prix approximatif

X850 XT

X800 XL

X800 GT

X700 Pro

6 600 GT

16 6 520 MHz 540 MHz 256 bits 8,3 780 34,6 450 ¤

16 6 400 MHz 500 MHz 256 bits 6,4 600 32 290 ¤

8 6 470 MHz 490 MHz 256 bits 3,8 705 31,4 200 ¤

8 6 425 MHz 430 MHz 128 bits 3,4 638 13,8 150 ¤

8 3 500 MHz 500 MHz 128 bits 4 375 16 170 ¤

PC Update septembre / octobre 05

<27>


News

ASPIRE X-QPACK Boîtier

Nouveau venu sur le marché français, le constructeur Aspire débarque avec un boîtier destiné aux cartes mères microATX. Un peu plus volumineux que l’Aria d’Antec mais plus fonctionnel, le X-QPACK/420 peut-il devenir une référence ? es boîtiers microATX ne sont pas nombreux sur le marché et peu de modèles sortent du lot au final. Notre référence était jusque-là l’Aria d’Antec, mais l’arrivé du X-QPACK d’Aspire risque de changer la donne. Basé sur des matériaux en aluminium et une façade avant en plastique, ce « miniPC », pas si mini que ça puisqu’il reste tout de même plus volumineux qu’un Shuttle ou qu’un Aria, se montre léger et d’un design agréable bien que banal. Il est livré tel quel, sans ajouts de connectiques ou de logiciels, mais intègre par défaut une alimentation de 420 W et un ventilateur 120 mm lumineux placé sur la face intérieure arrière du boîtier. Ce dernier offre au total deux emplacements 5,25 pouces et trois 3,5 pouces dont deux sont positionnés dans une baie amovible à fixer sur l’un des côtés de l’appareil. On trouve en façade deux connectiques USB 2.0, une FireWire, une prise casque et une prise micro que vous devez relier sur la carte mère, ainsi qu’un petit écran LCD chargé d’afficher la température des deux sondes intégrées. Elles pourront être placées sur le processeur et sur l’un des disques durs par exemple. Une poignée

News

L

<28>

PC Update septembre / octobre 05

Une alimentation de 420 W et un ventilateur de 120 mm sont fournis avec le boîtier.


Le ventilateur 120 du boîtier aura besoin d’être régulé car il n’est pas très silencieux.

Le X-QPACK n’est pas très compact mais offre en contrepartie deux baies 5,25 pouces et trois 3,5 pouces

de transport encastrable, pratique pour balader le PC en LAN, a par ailleurs été ajoutée en façade. Le X-QPACK n’est pas encore bien distribué en France, mais on le trouve déjà dans quelques boutiques à un prix avoisinant les 120 euros. Six versions se distinguant par la couleur de la façade (noire, bleue, grise, verte, rouge ou jaune) sont proposées et toutes possèdent une robe noire équipée de trois panneaux transparents.

MONTAGE ET USAGE

Fiche technique • Type : boîtier pour cartes mères MicroATX • Façade avant : 2 USB 2.0 1 FireWire 1 prise casque 1 prise micro • Façade arrière : • Alimentation : 420 W (quatre prises Molex, une SATA, deux 4 pins) • Baies : deux 5,25 pouces, trois 3,5 pouces • Nombre de ventilateurs : un 120 mm, un 80 mm dans l’alimentation • Dimensions : 13,8 pouces x 11,2 pouces x 9 pouces • Prix : 120 euros • Site Web : www.aspireusa.net

L’espace disponible à l’intérieur du boîtier est confortable, ce qui permet de monter des configurations très complètes selon la carte mère choisie.

Le montage du X-QPACK est un exemple de simplicité. Il possède un fond coulissant qu’il est possible de retirer entièrement du boîtier afin de viser facilement la carte mère et les éléments qui s’y rattachent. Cela laisse également un large champ de man?uvre pour monter les autres composants tels que les unités de stockage. L’espace à

Plus :

• Conception et montage • Espace intérieur • Nombre de baies • Alimentation 420 W • Deux sondes de température + petit écran LCD

Moins :

• Finitions • Fragile • Design ? • « Click-Click » de l’alimentation

PC Update septembre / octobre 05

<29>


News

profondeur réduite comme peut en faire Liteon. Si le montage en lui-même est un jeu d’enfant, le X-QPACK a tout de même un inconvénient majeur. Toutes ses coques métalliques sont en effet coupantes et si on ne fait pas attention il faudra vite sortir les pansements. Les autres finitions sont quant à elles correctes mais auraient tout de même mérité un peu plus de soin. Deux ventilateurs sont présents dans le boîtier, un 80 mm dans l’alimentation et le 120 mm de la face arrière. Ils ne sont pas très silencieux mais vous pourrez certainement obtenir moins de nuisances en ajoutant un potentiomètre sur le 120 mm. L’alimentation a néanmoins un petit défaut car même au repos elle fait un bruit de « click-click » permanent et qui est assez désagréable à la longue. Les amateurs de tuning pourront par

ailleurs s’en donner à coeur joie car entre l’espace disponible dans le boîtier et ses trois façades transparentes, il y a de quoi monter un PC au look et aux effets de lumière sympathiques.

MIEUX QUE L’ARIA Nous avons été agréablement surpris par le X-QPACK d’Aspire. Il est loin d’être parfait mais nous le préférons à l’Aria d’Antec, d’autant plus qu’il n’y a que quelques dizaines d’euros de différence entre les deux modèles. Il est bien plus simple à monter, plus fonctionnel, il intègre plus de baies et une plus grosse alimentation. Son défaut principal reste ses finitions et cette petite nuisance sonore de l’alimentation qui, espér ons le, n’est pas de série sur tous les X-QPACK Ils ne deviennent pas une référence mais se placent pour le moment comme un bon

Aucun problème pour insérer des cartes graphiques volumineuses et l’ajout d’un refroidissement imposant ne condamnera qu’un slot PCI.

l’intérieur du X-QPACK est confortable et suffisant pour fixer des cartes graphiques avec un refroidissement imposant. Vous pourrez aussi choisir un ventirad relativement volumineux, mais il faudra néanmoins se diriger vers un modèle avec une hauteur raisonnable comme un Zalman CNPS7000-AlCu par exemple (un ventirad tel que le 3D Cooler de Gigabyte sera trop haut). L’alimentation offre six connectiques au total, quatre Molex, une SATA et deux 4 pins. Comme sur presque tous les miniPC, elle n’a pas une taille conventionnelle et est faite sur mesure pour le X-QPACK. Il sera difficile, en cas de besoin, de la remplacer car si vous optez pour un modèle classique sa longueur gênera la fixation des lecteurs optiques. Le seul moyen sera alors d’opter pour un lecteur CD/DVD de

Le montage est facilité par une baie amovible 3,5 pouces et un fond coulissant très pratique pour fixer la carte mère, le ventirad et les cartes PCI. Dommage que les parois métalliques soient coupantes.

News

Plus volumineux mais mieux équipé, le X-QPACK d’Aspire prend la relève du vieillissant Aria d’Antec

<30>

PC Update septembre / octobre 05

investissement dans cette catégorie de boîtiers pour cartes mères microATX. Ils risquent néanmoins d’avoir un concurrent sérieux dès que le SG01 de Silverstone sera disponible. Nous ne manquerons pas de tester ce modèle prochainement, dont on sait déjà qu’il sera bien plus cher (200 euros environ). Dans un autre style et toujours chez Silverstone, le LC11 (160 euros) que nous avons testé récemment se pose également comme un excellent choix. Si vous avez besoin d’un modèle MicroATX un peu plus compact et s’intégrant mieux à une configuration de salon, n’hésitez pas. Il faudra néanmoins acheter un riser PCI-Express en supplément si vous optez pour une carte mère supportant ce type de slot.


Le complément idéal de PC Update ! x couv hm18 finale.q

e r a w d r a H

are Hardw magazine

18 5,90 ¤ août/sept 2005 numéro

VOTRE PC ! LE MEILLEUR AMI DE

magazine PRATIQUE

COMPARATIF

Cartes mères ¤ à moins de 100 tium

LA CONFIG HOME CINEMA IDÉALE : le software

pour Athlon et Pen t

> Choisir le bon chipse loupe ! > Notre sélection à la ? sont les bonnes affaires es ell qu > Processeurs,

TEST

ANTEC P18ÉA0L ?

egistrement, > Interface, TV, HD, enr cessing, pro t lecture DVD, pos Z à A de pas à notre pas

PRATIQUE

DivX 6

LE BOITIER ID

Test du premier codec multimedia

PRATIQUE

ISSEMENT REFROIDNE LAISSEZ PAS

VOTRE PC GRILLER ! > >

Trucs et astuces pour un PC plus stable rs Comparatifs ventilateu

let Guide d’encodage comp

GUIDES > Mémoire vive : ttes exploitez à fond vos barre ime pour > Windows : cure de rég ide un PC plus rap voir le PC > ITX : une autre façon de

LES PREMIERES 7800 GTX EN TEST

9$ FS-Dom/Tom 6,50 3- CAN Bel/Lux : 6,50 3- CH 9,5 MAR : 65 DH GR/PORT CONT : 6,40 3 -

En kiosque actuellement


Dossier

LES CONFIGURATIONS IDÉALES DE LA RENTRÉE : FAITES LES BONS CHOIX ! Par : Thomas Olivaux

Le palmarès de la rédaction pour tous les composants Les bonnes affaires du moment

C'est déjà la rentrée, le moment venu de s'offrir une nouvelle machine afin d'attaquer du bon pied. Usage par usage, mais aussi budget par budget, nous vous avons concocté les meilleures configurations du moment ainsi qu'une sélection des composants de référence. <32>

PC Update septembre / octobre 05


n septembre, c'est la rentrée pour tout le monde ; les élèves du primaire et du secondaire, les étudiants bien sûr, mais aussi pour les salariés de nombreuses entreprises qui sont rentrés de leurs congés estivaux. C'est généralement un moment privilégié pour l'achat d'une nouvelle machine, synonyme de renouveau, qui permet de se mettre au travail avec le sourire, même si ledit PC ne sert pas qu'à travailler.

E

Le but d'un tel dossier consiste bien sûr à vous aider dans le choix des composants de votre prochain ordinateur, mais également à vous guider en fonction de vos besoins et de votre budget pour sélectionner quel type d'ordinateur vous conviendrait le mieux. Grâce aux mesures de performances réalisées, vous pourrez mieux apprécier les différences qui séparent nos différentes configurations. Comme vous pourrez vous en rendre compte, les plus petits ordinateurs sont suffisants à bien des usages. La règle d'or que nous avons toujours adopté reste la même pour tout ordinateur nouvellement assemblé. Il ne faut pas créer de déséquilibre entre les composants, pour éviter que certains soient complètement sous-exploités. Par exemple, nous ne vous proposerons jamais une carte graphique surpuissante avec un processeur très lent, sans quoi vous ne pourrez jamais tirer tout le potentiel de votre carte vidéo. De plus, il est important de savoir vivre avec son temps. Tous les PC que nous vous proposons aujourd'hui sont à 3,0 GHz ou équivalent au minimum, avec au moins 512 Mo de mémoire. Nous ne proposons plus de machine avec une carte graphique AGP dans un souci de pérennité, le PCI-Express s'étant peu à peu imposé. Ce guide concerne bien sûr l'achat d'un PC neuf, mais vous pourrez bien évidemment vous servir de nos recommandations pour réaliser la mise à niveau de votre unité centrale. Enfin, signalons que les prix que nous mettons en avant concernent l'unité centrale uniquement mais aucun périphérique car il se peut que vous en ayez déjà. D'autre part, le ou les écran(s) étant un élément qui peut jouer de façon très importante sur le tarif final d'un ordinateur, nous n'avons pas souhaité les inclure dans ce dossier.

Ce dossier conseille des tours traditionnelles, mais vous pouvez facilement transplanter nos configurations dans des boîtiers au format desktop ou même des barebones.

Une fois de plus, l'Athlon 64 est fréquemment recommandé dans ce guide d'achat ; n'achetez QUE des versions 0,09 μ, si possible de génération Venice.

En marge des quelques configurations que nous avons créées, nous vous proposons un important palmarès des meilleurs produits du marché actuel. Ainsi, si vous désirez varier les plaisirs, vous trouverez toujours réponse à vos questions, qu’il s’agisse de carte mère, de carte graphique ou même de boîtier. N’achetez pas votre prochain ordinateur sans PC Update sous le bras !

PC Update septembre / octobre 05

<33>


Dossier

1.

Travailler, surfer, chatter… our une fois, nous avons consacré une partie importante de ce dossier aux ordinateurs qui sont les moins puissants ! Et oui, car en y regardant de plus près, ce sont tout de même les applications les moins exigeantes que nous utilisons le plus, tout au long de la journée. Faites le compte de tous ses programmes que vous ne comptez même plus dans vos applications courantes tant ils paraissent évidents. Un client de messagerie, un lecteur multimédia, un navigateur Internet, un utilitaire de messagerie instantanée, un client « peer-to-peer », un programme de gravure… sont autant de logiciels dont nous nous servons tout le temps et qui ne requièrent pas une usine à gaz pour fonctionner à la perfection, même tous ensemble. La recette est simple, il suffit d'avoir un disque dur suffisamment rapide et une bonne quantité de mémoire vive.

P

Nous vous proposons ici trois machines de base, à personnaliser selon vos souhaits et vos besoins. Le premier PC représente l'ordinateur le moins cher que l'on puisse assembler aujourd'hui, sans pour autant tomber dans des produits de qualité médiocre. Nous sommes partis sur une base de carte mère Asrock dont les prix de vente sont tout bonnement incroyables. Filiale d'Asus, cette société a su s'imposer en l'espace d'un an en entrée de gamme, balayant de nombreux concurrents sur son passage comme le célèbre groupe ECS (Elite) qui régnait alors sur ce marché, mais en faisant également de l'ombre aux cartes mères premier prix des constructeurs les plus populaires comme MSI ou même Asus avec sa gamme « -X ». Ce PC est une

En socket 462, le Sempron est un Athlon XP maquillé, en socket 754 c'est un Athlon 64 bridé (moins de cache, pas de 64 bits et sans Cool ’n’ Quiet).

Pour travailler et surfer en musique, ici en triécran (3840x1024), pas besoin d'une puissance importante !

<34>

PC Update septembre / octobre 05


exception à ce que nous disions en introduction puisqu'il repose sur le vieux socket 462, utilisé depuis le premier Athlon jusqu'au tout dernier Athlon XP ainsi que les Duron et l'actuel Sempron. La carte mère choisie est au format microATX, ce qui ne pose pas vraiment de problème puisqu'elle embarque tout de même un port AGP 8x et deux ports PCI, que nous n'utilisons pas pour le moment. En effet, cette dernière propose une carte graphique, une carte son 5.1 et une carte réseau 100 Mbps. Basée sur le chipset SiS 741GX, ne vous attendez pas à des performances monstrueuses, d'autant que le Sempron 2 300+ ne vaut pas la puissance d'un Athlon XP 2 000+ sorti il y a trois ans déjà, mais il faut tout de même relativiser les résultats de benchmarks. En effet, grâce au disque dur Maxtor DiamondMax 10 que nous recommandons et les 512 Mo de DDR (limitées à 166 MHz sur cette carte mère), l'utilisation d'Internet et des logiciels de bureautique courants n'est absolument pas plus lent que sur les autres PC, ou de façon à peine perceptible. Les limites sont plus rapidement atteintes dès que l'on souhaite encoder de la vidéo en DivX par exemple, ou que l'on désire jouer car la carte graphique n'est vraiment pas un foudre de guerre. Si vous n'êtes pas à 50 ¤ près, mieux vaut s'orienter vers la seconde configuration que nous proposons. En effet, même si cette dernière n'est pas non plus ultrapuissante, elle reste parfaitement adaptée à un usage standard du PC (Internet, MP3, gravure…) et se révèle bien plus évolutive que la précédente. Pour un prix de vente comparable, vous pouvez choisir de passer au Sempron 2 600+ d'AMD ou au Celeron D 325 (2.53 GHz) d'Intel. Le premier se révèle un peu plus performant dans bien des résultats de benchmarks, mais le socket 754 est déjà en fin de vie, ce qui n'est pas encore le cas du 775 de la solution Intel. Toutefois, la carte choisie pour le PC AMD dispose d'un connecteur qui permet d'accueillir une extension de la part d'Asrock afin de remplacer le processeur S754 par un processeur S939, plus moderne, l'upgrade ne sera donc pas vraiment un souci là non plus. Ces machines reposent également sur des cartes graphiques intégrées aux chipsets (SiS 760GX pour AMD, i865GV pour Intel) dont les performances n'ont rien d'extraordinaire, mais elles suffisent à afficher parfaitement le bureau de Windows en 1024x768 ou 1280x1024 comme c'est généralement le cas sur une majorité d'écrans LCD et permettent de lire des vidéos. Pour jouer, il faudra alors envisager l'achat d'une carte graphique AGP, une GeForce 6 200 ou 6 600 sera

Pour les PC à petit prix, Advance produit de bons boîtiers comme le Vision, un modèle avec une alimentation de (soi-disant) 400 W qui embarque un afficheur multifonction.

l'idéal par rapport au reste du PC. Nous recommandons une nouvelle fois l'excellent disque dur Maxtor DiamondMax 10 qui reste la référence en matière de rap-

port performances/prix depuis déjà quelques mois. Dans le premier cas, la carte mère imposait d'opter pour un modèle IDE, faute de contrôleur SATA, Sauf budget très serré, un graveur de DVD est un must. Le Nec ND-3540 est ce qui se fait de plus rapide… pour 50 ¤ seulement !

PC Update septembre / octobre 05

<35>


Dossier

les solutions embarquées et plus véloce que sa concurrente X300. Par contre, pour seulement dix euros d'écart, ne vous privez pas d'une vraie 6200, beaucoup plus rapide qu'une 6 200 Turbo Cache qui puisse l'essentiel de sa mémoire vidéo dans la mémoire vive du PC. Si votre usage du PC repose beaucoup sur le multitâche, que vous laissez par exemple votre messagerie ouverte toute la journée, ainsi qu'un logiciel de gravure tout en tapant un courrier et en consultant des sites Internet, vous aurez intérêt à opter pour un giga de mémoire vive, ce qui ne représente qu'un surcoût de 45 ¤ environ.

Nous conseillons le Maxtor DiamondMax 10 tout au long de ce dossier. Il représente le meilleur rapport qualité/prix à l'heure actuelle, pour tous les usages.

Le premier prix AMD Sempron 2 300+ : 55 ¤ Asrock K7S41GX : 40 ¤ 512 Mo DDR PC3200 de marque : 45 ¤ Maxtor DiamondMax 10 160 Go : 70 ¤ LG 52/32/52 : 20 ¤ Advance 805 Kymic : 30 ¤

Prix de la configuration : 260 ¤ Rapport qualité/prix AMD Sempron 2 600+ S754 (70 ¤) ou Intel Celeron D 325 (75 ¤) Asrock K8Upgrade-760GX (60 ¤, AMD) ou Asrock 775i65GV (60 ¤, Intel) 512 Mo DDR PC3200 de marque : 45 ¤ Maxtor DiamondMax 10 160 Go SATA : 75 ¤ LG 52/32/52 : 20 ¤ Advance 8 808 Vision : 55 ¤

Prix de la configuration : 325 à 330 ¤ Puissance et élégance AMD Athlon 64 3 000+ S939 : 135 ¤ Abit AN8-V : 100 ¤ 512 Mo DDR PC3200 de marque : 45 ¤ Leadtek Winfast 6 200 TD : 75 ¤ Maxtor DiamondMax 10 160 Go SATA : 75 ¤ Nec ND-3540 : 50 ¤ Cooler Master CAV-T01 Cavalier 1 : 80 ¤

Prix de la configuration : 560 ¤

mais à présent, puisque vous pouvez prendre n'importe lequel des deux, autant acheter la version Serial ATA, résolument plus moderne. Si votre budget est vraiment très serré ou que vous trouvez 160 Go beaucoup trop gros, vous pouvez économiser 20 à 30 ¤ en vous rabattant sur un disque dur de moindre capacité, mais malheureusement, il ne s'agira pas alors de DiamondMax 10. L'Hitachi 7K250 80 Go à 50 ¤ nous semble alors le meilleur choix, mais entre nous, diminuer de moitié l'espace de stockage pour économiser 20 ¤ vaut-il le coup ?

<36>

PC Update septembre / octobre 05

Enfin, nous proposons un troisième PC, bien plus puissant, basé sur un processeur Athlon 64 3 000+. Nous avons conçu ce PC en prenant le plaisir et le confort en compte par rapport aux précédents, car il n'y a pas de raison que les joueurs ou les concepteurs graphiques soient les seuls à avoir un beau PC ! D'un point de vue des performances seules, ce PC est déjà beaucoup plus efficace que les précédents. Ça ne sert pas pour surfer sur le Web effectivement, mais ça peut être agréable pour compresser des fichiers, encoder des musiques et des vidéos. Au niveau de la carte graphique, nous avons augmenté d'un cran avec une GeForce 6200, bien plus performante que toutes

Bien entendu, ces configurations ne sont données « qu'à titre indicatif » comme on pourrait lire sur certaines publicités. En effet, nous avions des impératifs de prix et d'équilibre à respecter, mais selon vos desiderata, vous pouvez très facilement modifier ces sélections de composants. La première chose à faire consiste à changer le boîtier si jamais nos choix esthétiques ne sont pas les mêmes que les vôtres. Vous noterez que les deux premiers PC n'ont qu'un graveur de CD, mais si vous le souhaitez, vous pouvez acheter un lecteur de DVD pour le même tarif ou un graveur de DVD, capable de tout faire, pour 30 ¤ de plus. Nous n'avons pas ajouté de carte son car celles qui sont embarquées sont d'une qualité suffisante pour écouter de la musique avec des enceintes PC standard. Si vous êtes un fin mélomane ou que vous appréciez votre musique avec un casque de bonne facture, l'achat d'une SoundBlaster Audigy 2 Value (40 ¤) est intéressant.


2.

Pour les joueurs invétérés

i vous êtes un joueur, vous avez besoin d'un PC puissant, c'est bien connu. En fait, c'est surtout la carte graphique qui doit monter en gamme, par rapport au dernier ordinateur que nous avons proposé dans la catégorie précédente. Repartons donc d'un Athlon 64 3 000+, loin d'être le processeur le plus rapide actuellement mais encore très performant dans les jeux. Si vous préférez Intel, vous pouvez opter pour un Pentium 4 530J (3.0 GHz) pour un prix à peine supérieur, mais sachez que les CPU AMD Athlon 64 sont plus efficaces dans les jeux que leurs concurrents, à fréquence/p-rating comparables. Au niveau de la carte mère, puisque votre machine sera construite avec les jeux en usage principal, nous vous proposons de partir sur une solution SLI. En effet, sans conseiller l'achat de deux cartes graphiques simultanément, nous recommandons le SLI comme méthode permettant d'évoluer en douceur. Ainsi, si vous achetez aujourd'hui votre PC avec une carte mère SLI et la GeForce 6 600 GT que nous proposons, vous pourrez aisément décupler les performances ludiques en ajoutant une seconde 6 600 GT d'ici six mois, lorsqu'elle coûtera probablement moins de 150 ¤. Bien sûr, si le SLI n'est pas votre truc, vous pouvez acheter une autre carte mère nForce4 ou nForce4 Ultra et ainsi économiser une trentaine d'euros. De même, si vous n'avez pas besoin de graver des CD, vous pourrez économiser 30 ¤ de plus en vous contentant d'un lecteur DVD ou d'un graveur CD. Pour ce PC, ainsi que le précédent, nous avons sélectionné le boîtier Cooler Master Cavalier, car c'est l'un des seuls boîtiers à moins de 100 ¤ avec une alimentation qui soit de si bonne facture, avec une façade en aluminium et un design soigné. Il existe une version de ce boîtier qui intègre un gros vumètre en façade, pour le son, à l'ancienne. Le Cavalier 1 a le vumètre, le Cavalier 3 ne l'a pas. Ils existent en couleur argent ou noir.

S

Si vous désirez jouer à tous les derniers titres en 1280x1024 avec les détails à fond y compris sur les dernières productions, un 3 000+ et une 6 600 GT ne suffisent pas. Pour satisfaire la majorité des joueurs, nous vous avons concocté une unité centrale d'une valeur inférieure à 1 200 ¤ dont la puissance est net-

Même si la qualité d'une carte son haut de gamme ne se perçoit pas vraiment sans enceintes haut de gamme, la spatialisation du son surround dans les films et dans les jeux est sensiblement meilleure.

tement supérieure à ce que nous avions assemblé jusqu'ici. Il s'agit de la même recette que la précédente, mais le processeur, la mémoire et la carte graphique ont monté d'un cran, ce qui explique l'écart de prix. Avec un Athlon

64 3 500+ et une GeForce 6 800 GT, vous êtes à l'aise dans tous les jeux d'aujourd'hui et tranquilles pour un petit moment encore. Nous recommandons la 6 800 GT pour rester fidèle à notre logique du SLI en guise d'évolution

Si vous êtes un joueur avant tout, pas d'hésitation, c'est un Athlon 64 qu'il vous faut.

PC Update septembre / octobre 05

<37>


Dossier

De bonnes bases AMD Athlon 64 3 000+ S939 : 135 ¤ Asus A8N SLI : 130 ¤ 512 Mo (2x 256 Mo) PC3200 de marque : 50 ¤ MSI NX6600GT-TD128E ou Leadtek Winfast 6600GT TDH : 175 ¤ Maxtor DiamondMax 10 160 Go SATA : 75 ¤ Nec ND-3540 : 50 ¤ Cooler Master CAV-T01 Cavalier 1 : 80 ¤

Le chipset nForce4 SLI est et reste LA référence actuelle.

Prix de la configuration : 695 ¤

Alternative +100 ¤ : retirer la carte mère SLI et la carte graphique 6 600 GT et les remplacer par une carte mère standard de type Abit AN8-V et une Radeon X800 XL.

La tranquillité AMD Athlon 64 3 500+ S939 : 240 ¤ Asus A8N SLI Deluxe : 145 ¤ 1 Go (2x 512 Mo) PC3200 de marque : 90 ¤ Gigabyte GV-NX68T256D (6 800 GT) : 375 ¤ Maxtor DiamondMax 10 160 Go SATA : 75 ¤ Nec ND-3540 : 50 ¤ Gigabyte Aurora 3D (100 ¤) + Enermax 485 W Noisetaker (95 ¤) : 195 ¤

Prix de la configuration : 1 170 ¤ Sans concession

AMD Athlon 64 3 800+ S939 : 375 ¤ Asus A8N SLI Premium : 200 ¤ 2 Go (4x 512 Mo) PC3200 de marque : 180 ¤ MSI NX7800GTX-VT2D256R ou Leadtek Winfast 7800GTX TDH : 550 ¤ Maxtor DiamondMax 10 160 Go SATA x2 (RAID-0) : 150 ¤ Nec ND-3540 : 50 ¤ Gigabyte Aurora 3D (100 ¤) + Enermax 485 W Noisetaker (95 ¤) : 195 ¤

Prix de la configuration : 1 700 ¤

ultérieure, mais si vous êtes pro-ATi, nous ne saurions vous conseiller autre chose que la X800 XL. Cette carte, coûtant une centaine d'euros de moins que

la 6 800 GT arrive fréquemment aux mêmes résultats, elle est même meilleure dans certains tests. Cette carte est également recommandable pour la première configuration, avec le 3 000+ ou un 3 200+. Enfin, pour les personnes les plus exigeantes, sachez qu'il est possible d'acheter un PC beaucoup plus

Même s'il y a bien plus performant, la GeForce 6 600 GT reste très intéressante. Elle permet de jouer à tous les jeux en 1024x768 détails élevés, parfois même en 1280x1024, tant que l'on n'active pas trop de filtres de type antialiasing et anisotropique.

<38>

PC Update septembre / octobre 05

puissant que le précédent, déjà très véloce, en effet, en augmentant légèrement la cadence du processeur et en optant pour la toute nouvelle GeForce 7 800 GTX. Toutefois, ce PC fait dans le haut de gamme sans pour autant dépenser l'argent de façon démesurée. Par exemple, nous avons préféré jeter notre dévolu sur un Athlon 64 3 800+ qui conserve un rapport qualité prix acceptable tandis que le 4 000+ ou les Athlon 64 FX sont franchement inabordables. En ce qui concerne la carte graphique, il s'agit quand même de débourser 550 ¤ pour avoir le dernier cri… sachant qu'en sortant 550 de plus, il est possible de les associer en SLI. Rassurez-vous, il ne sert strictement à rien, si ce n'est à battre des records dans les benchmarks, d'acheter deux 7 800 GTX, une seule étant déjà surdimensionnée. Avec un tel PC, n'hésitez pas à investir dans un écran capable d'afficher du 1600x1200 si ce n'est mieux, car le PC sera assez puissant pour jouer dans de telles résolutions, dans tous les jeux. Pour la première fois, nous préconisons deux gigas de RAM, ce n'est absolument pas une nécessité, mais quelques jeux comme Half-Life 2 ou BattleField 2 sont capables d'exploiter plus d'un giga. En ce qui concerne la carte son, nos conseils restent les mêmes qu'avant, à savoir que les cartes son embarquées ayant bien progressé, l'achat d'une carte son PCI est plus superflu qu'autrefois. Néanmoins, si vous possédez un kit d'enceintes haut de gamme, vous pourrez profiter d'une Audigy 2 ZS (90 ¤) ou équivalent.


3.

Pour les graphistes (image et vidéo)

our les amateurs passionnés et les professionnels de l'image, de la 3D et/ou de la vidéo, la puissance est également très importante. Celle du processeur en premier plan, ainsi que la quantité de mémoire vive, mais également la performance de la carte graphique dans une moindre mesure, c'est surtout valable pour la conception 3D.

P

En ce qui concerne la photo et l'image, il faut surtout privilégier la mémoire vive et la vélocité du disque dur. Les machines que nous vous proposons intègrent au moins deux disques durs. Si vous les installez normalement, vous pourrez disposer le système d'exploitation et votre programme de retouche d'image sur le premier et utiliser le second comme disque de travail afin d'accélérer les performances. Vous gagnerez encore en vitesse en associant deux disques durs en RAID 0. Les gains sont difficiles à mesurer, mais très sensibles par rapport à une machine monodisque. Fidèles à notre stratégie visant à privilégier le rapport qualité/prix, nous n'avons pas conseillé les disques durs Western Digital Raptor, dont le modèle 74 Go est tout de même sensiblement plus rapide que le Diamond Max 10, car l'écart de prix est considérable. Vous pouvez vous offrir deux 160 Go en dépensant moins qu'un seul Raptor de 74 Go ! La vidéo requiert à peu près la même chose que la retouche d'image, si ce n'est que la capacité de stockage est plus importante et que la puissance

CPU prend de l'ampleur puisqu'un effet appliqué à la vidéo est à calculer 25 fois par seconde, même si les résolutions ne sont pas très élevées. Bien sûr, vous pourrez également souhaiter ajouter une carte d'acquisition haut de gamme offrant une accélération matérielle de nombreux effets. Pour commencer, sachez que les deux PC proposés intègrent du FireWire. Notez que si vous n'utilisez pas tellement le multithreading, il vaut mieux opter pour un gros processeur monocore comme le P4 560J plutôt qu'un dual core de fréquence inférieure tel que nous l'avons écrit. Pour la création 3D, le processeur est également très important. Les logiciels de 3D étant presque tous optimisés pour le multithreading, les nouveaux CPU dual core prennent de l'ampleur. Nous avons conseillé de l'Intel Pentium car ces modèles sont plus performants que les Athlon à fréquence/p-rating comparables. D'autre part, les Athlon 64 X2 n'étant actuellement déclinés qu'en hautes fréquences, ils sont encore très chers. En matière de 3D, la carte graphique joue également un rôle prépondérant, pas tant sur le rendu mais durant la modélisation et sur les facultés à afficher plus ou moins d'éléments en temps réel. Nous ne pensons pas que le passage aux gammes supérieures (6 800 / X800) mérite la dépense par rapport aux 6600, mais pour une fois, il est subtil d'investir quelques euros de plus pour une carte avec 256 Mo de mémoire plutôt que 128. Vous trouverez des 6 600 (non GT) et des Radeon X800 XL qui correspondent bien à cet usage.

En matière de retouche d'image et de conception 3D, les processeurs Intel sont plus véloces.

Pour la création 3D ou un usage vraiment intensif du multitâche, les Athlon 64 X2 (dual core) sont également intéressants, mais à plus de 550 ¤ le ticket d'entrée, rares seront les clients.

L'essentiel Intel Pentium 4 540J : 190 ¤ Abit AG8 : 120 ¤ 1 Go (2x 512 Mo) PC3200 de marque : 90 ¤ Asus EN6600 : 110 ¤ Maxtor DiamondMax 10 160 Go SATA x2 : 150 ¤ Nec ND-3540 : 50 ¤ Cooler Master CAV-T01 Cavalier 1 : 80 ¤

Prix de la configuration : 790 ¤ Deux valent mieux qu'un

Intel Pentium D 830 : 350 ¤ Asus P5LD2 Deluxe : 185 ¤ 2 Go (4x 512 Mo) PC3200 de marque : 180 ¤ MSI NX6600GT-TD128E ou Leadtek Winfast 6600GT TDH : 175 ¤ Maxtor DiamondMax 10 160 Go SATA x2 (RAID-0) + DiamondMax 10 250 Go : 275 ¤ Gigabyte Aurora 3D (100 ¤) + Enermax 485 W Noisetaker (95 ¤) : 195 ¤

Prix de la configuration : 1 360 ¤ La carte P5LD2, prête pour accueillir les processeurs dual core, peut recevoir en option une carte tuner TV/TNT et WiFi 54 Mbps, contre une soixantaine d'euros.

Alternative : remplacer le processeur par un Pentium 4 560J pour de bien meilleures performances dans les applications monothreads.

PC Update septembre / octobre 05

<39>


Dossier

4.

Overclockers l est des personnes pour qui l'overclocking est un devoir, un passage obligé pour tout nouveau PC. A ce jeu-là, les machines que

I

nous avons conseillées jusqu'ici ne s'en sortent pas trop mal, mais pour aller plus loin et overclocker à long terme, il vaut mieux choisir des composants spécifiquement conçus pour ou bénéficiant au moins d'un excellent potentiel. C'est justement le cas de l'Athlon 64 3 000+ que nous recommandons pour la première machine. Avec des overclockings s'échelonnant de 2,2 à 2,8 GHz (fréquence initiale de 1,8 GHz), vous obtiendrez une puissance au minimum équivalente à un 3 500+. Nous avons conseillé la carte mère Asus A8N-SLI dans sa version Premium, car elle dispose d'un bien meilleur potentiel d'over-

nant la mémoire sont tout simplement inouïs et elle dispose de fonctionnalités très intéressantes comme la possibilité d'enregistrer des profils de réglage de BIOS ou MemTest86+ directement

Quitte à overclocker, vous pouvez opter pour des cartes graphiques fortement refroidies d'origine, comme cette X800 XL de HIS.

DFI s'est rapidement imposé comme maître de l'overclocking, d'un niveau au moins équivalent à Abit et Epox.

Petit prix, potentiel élevé AMD Athlon 64 3 000+ S939 : 135 ¤ Asus A8N-SLI Premium : 200 ¤ 1 Go (2x 512 Mo) PC3200 de marque : 90 ¤ Leadtek Winfast 6600GT TDH : 175 ¤ Maxtor DiamondMax 10 160 Go SATA : 75 ¤ Gigabyte Aurora 3D (100 ¤) + Enermax 420 W Noisetaker (75 ¤) : 175 ¤ Radiateur ThermalRight XP-120 (55 ¤) + Enermax 120 mm réglable (15 ¤) : 70 ¤

Prix de la configuration : 920 ¤ Pour battre des records

AMD Athlon 64 3 700+ S939 : 360 ¤ DFI LanParty nF4 SLI-DR : 210 ¤ 1 Go (2x 512 Mo) PC4800 A-Data Vitesta : 320 ¤ Leadtek Winfast 6800GT TDH : 385 ¤ Maxtor DiamondMax 10 160 Go SATA : 75 ¤ Gigabyte Aurora 3D (100 ¤) + Enermax 485 W Noisetaker (95 ¤) : 195 ¤ Radiateur ThermalRight XP-120 (55 ¤) + Enermax 120 mm réglable (15 ¤) : 70 ¤

Prix de la configuration : 1 615 ¤

<40>

PC Update septembre / octobre 05

clocking que la Deluxe, tout en ne générant aucun bruit dû à l'absence de ventilateur du chipset. Si la compatibilité SLI ne vous dit rien, une Abit Fatal1ty AN8 sera alors idéale (180 ¤). Pour aller chercher des performances record, il faut partir de composants déjà fort puissants à l'origine. En restant fidèles à l'Athlon 64 qui s'overclocke très bien sans trop chauffer, nous recommandons le modèle 3 700+. Et oui, récemment sorti en S939, il s'agit d'un San Diego et non d'un Venice. Ainsi, overclocké, à 2,6 GHz et plus, il sera plus puissant qu'un Athlon 64 FX-55, contrairement aux modèles avec 512 Ko de cache qui restent en dessous dans certains benchmarks. La carte mère conseillée est une DFI LanParty nF4 SLI-DR, la carte mère disposant du meilleur potentiel d'overclocking qui soit ! Les réglages concer-

embarqués pour prétester des overclockings. Pour obtenir une mémoire top performance, de la PC4400 est un minimum. La fameuse Corsair 4400C25 est très intéressante, nous avons obtenu 280 MHz à 2.5/4/3/6, mais la A-Data PC4800 monte encore plus en fréquence (plus de 300 MHz !) avec des timings à peine supérieurs… pour peu que l'on n'ait pas peur d'utiliser 3,2 V au quotidien. Le choix de la carte graphique dépend directement de ce que vous souhaitez faire avec ce PC et de votre budget. Nous avons choisi une 6 800 GT qui s'overclocke aisément en 6 800 Ultra et offre ainsi de très bonnes prestations, mais une Radeon X800 XL représente un bien meilleur rapport performances/prix. Toutefois cette dernière, gravée en 0,11 μ, ne s'overclocke pas autant que sa cousine de nVidia.


5.

Les performances

our mieux illustrer nos propos et nos décisions quant aux PC, nous avons décidé de publier certains résultats de benchmarks. Comme vous allez vous en rendre compte, il existe des différences importantes d'une machine à l'autre, et celles-ci vont dans le sens des utilisations que nous avons conseillées jusqu'ici, tant mieux ! Il est une chose difficile à retranscrire via des graphiques toutefois, c'est la réactivité du PC à l'usage quotidien, lorsque l'on reçoit ses mails et que l'on surfe sur Internet. Même s'il existe de légères différences, toutes les machines recommandées ici sont à l'aise dans cet exercice. Ce n'est qu’à partir du moment où de nombreux programmes sont ouverts simultanément que les premiers PC avec 512 Mo de mémoire pourront très légèrement ralentir.

P

3D Studio Max 7

Temps (s)

A64 2.8 GHz : -25% PD 830 : -44% P4 540J : -24% Athlon 3800+ : -20% Athlon 3500+ : -10% Athlon 3000+ 6600 GT

Pour commencer, nous avons réalisé quelques tests de temps de chargement afin d'illustrer l'intérêt que l'on peut avoir à acheter un disque dur performant y compris sur une « petite » machine, ainsi que l'impact de la quantité de RAM. Ainsi, pour ce qui est de charger Windows XP et ses pilotes, même notre PC le plus lent met un temps identique aux autres ! Et oui, non seulement la puissance du processeur n'est pas requise pour le chargement, mais les PC moins haut de gamme ayant un peu moins d'équipements (pas de FireWire par exemple), il y a aussi moins de pilotes à charger. Ensuite, nous avons

Photoshop CS2

Athlon 3000+ 6200 Celeron D 325 : 21% Sempron 2300+ : 25%

0

1000

Temps (s)

A64 2.8 GHz : -6%

2000

3000

4000

5000

lancé Half Life 2 et chargé un niveau exigeant en mémoire. Ici, bien que les disques durs utilisés soient tous identiques, nous voyons bien l'impact de quantité de mémoire vive. Un giga apporte beaucoup, deux un petit peu. Nous voyons aussi la vélocité des deux disques en RAID-0. Le test suivant a consisté à scanner une image

PD 830 : -4% VirtualDub DivX

P4 540J : -2%

Temps (s)

A64 2.8 GHz : -27%

Athlon 3800+ : -4%

PD 830 : -8% P4 540J : -13%

Athlon 3500+ : -2%

Athlon 3800+ : -19%

Athlon 3000+ 6600 GT Athlon 3500+ : -16%

Athlon 3000+ 6200

Athlon 3000+ 6600 GT Athlon 3000+ 6200

Celeron D 325 : 15%

Celeron D 325 : 13%

Sempron 2300+ : 36% Sempron 2300+ : 73%

0

50

100

150

200

250

300

0

100

200

300

400

500

PC Update septembre / octobre 05

600

<41>

700


DESIGN

SILENCE

w w w . o m w a v e . c o m

X11

X15e

HV5

Welcome To HTPC

HV7SQ

Welcome To HTPC

Parfaitement adaptés aux PC Home Cinéma, les produits Origen* sont des boîtiers haut de gamme, constitués d’aluminium ; ils présentent ainsi un design exceptionnel, pour des finitions particulièrement soignées. Décliné en plusieurs coloris selon les modèles (noir, argent ou titane), chaque boîtier est équipé d’un écran tactile (modèle X15e) ou d’un écran VFD.

* : anciennement Uneed

PUISSANCE OMWAVE : 8, Rue Paul Bert - 75011 PARIS - Tel: 01 53 27 07 07 - Fax 01 53 27 07 01 - info@omwave.com


en haute définition sous Photoshop, ne pesant pas moins de 400 Mo, et nous avons appliqué par-dessus un filtre de netteté. Avant même de calculer l'effet, Photoshop enregistre une copie de l'image ouverte afin d'accélérer le temps d'annulation si le filtre appliqué ne plaisait pas. Une fois de plus, malgré le fait que les disques durs soient identiques, nous voyons clairement l'impact de la quantité de mémoire vive. Avec 512 Mo, il manque déjà de l'espace pour charger l'image initiale, le temps d'application de l'effet de netteté est alors atrocement long. Avec un giga, les choses vont beaucoup mieux, mais un rapide coup d'œil sur le gestionnaire des tâches de Windows et sur la diode du disque dur montre que la mémoire est tout de même occupée à 100 %. Enfin, avec deux gigas, il y a encore un gain de temps sensible.

Jeux Doom 3 (images/s) Wofenstein ET (images/s) A64 2.8 GHz

Nous avons poursuivi en lançant une série de tests classiques visant plutôt à mettre en évidence la puissance pure des PC conseillés, avec Photoshop CS2, 3D Studio Max 7 et un encodage DivX sous VirtualDub. Nous voyons clairement la domination des processeurs Intel dans ces exercices, et l'intérêt tout particulier du dual core sous 3D Studio, mais un peu aussi sous Photoshop. Nous avons encodé du DivX 5.2.1 pour ce test, car la version optimisée dual core du nouveau codec DivX 6 n'était pas encore disponible en version finale. Dès que l'on utilise des applications lourdes telles que celles-ci, les Sempron et Celeron montrent clairement leurs limites. Enfin, car nous sommes tous de grands enfants, nous avons testé ces PC avec trois jeux, deux références modernes, Doom 3 et Far Cry, ainsi que Wolfenstein ET, un jeu très apprécié et reposant sur l'antique moteur de Quake III Arena. Ici, la carte graphique fait la loi, et les PC de bureautique avec carte graphique embarquée ne permettent pas de jouer aux jeux récents. Dès lors que l'on arrive à la GeForce 6600, les choses vont mieux, avec une nette amélioration pour les 6 800 GT et 7 800 GTX. Cette dernière ne creuse pas beaucoup l'écart avec la 6 800 GT, mais sachant que nous avons fait des tests principalement en 1024x768, la carte était alors limitée par le processeur central du PC.

FarCry (images/s)

PD 830 P4 540J Athlon 3800+ Athlon 3500+ Athlon 3000+ 6600 GT Athlon 3000+ 6200 Celeron D 325 Sempron 2300+

0

50

100

150

200

PC Update septembre / octobre 05

<43>


Dossier

6.

Processeurs, fiche technique e choix d’un processeur n’est pas si compliqué qu’il n’y paraît. Il n’existe que deux constructeurs, produisant tout de même neuf gammes de CPU suscep-

L

Très cher, l'Athlon 64 FX est le processeur mono core le plus performant. Idéal pour les "hardcore gamers" fortunés, accompagné d'une GeForce 7800 GTX.

tibles d’intéresser le grand public, à savoir les AMD Sempron, Athlon 64, Athlon 64 X2, Athlon 64 FX et les Intel Celeron D, Pentium 4, Pentium D, Pentium Extreme Edition et Pentium M. Les critères à prendre en compte, outre le rapport performances/prix bien entendu, sont la performance dans les applications que l’on privilégie ainsi que la consommation électrique et le dégagement thermique, deux caractéristiques qui conditionneront la complexité du refroidissement et donc le bruit. Les fonctionnalités additionnelles ne sont pas à négliger non plus. Nous pensons notamment à l’HyperThreading des Pentium 4, cette émulation de biprocesseur absente des autres CPU qui devient rapidement indispensable dès que l’on y a goûté. L’overclocking est également un critère pour bon nombre de passionnés de hardware.

D’un point de vue compatibilité, il faut garder à l’esprit le fait que les processeurs ne fonctionnent pas tous sur les mêmes cartes mères. Nous distinguons principalement les cartes pour processeurs AMD et celles pour Intel, mais là encore il y a des précisions à connaître. Chez AMD, outre quelques Sempron premier prix qui exploitent encore le vieux socket 462 (également appelé socket A) des générations d’Athlon précédentes, les Sempron utilisent le socket 754, comme les premiers Athlon 64. La majorité des Athlon 64 modernes, ainsi que les A64 X2 et A64 FX tournent sur socket 939. Côté Intel, c’est un peu plus facile. Le socket 478 faisant désormais partie de l’histoire, tous leurs processeurs sont sur socket 775. Il faut donc choisir son processeur en même tant que sa carte mère mais aussi penser à l’avenir en analysant les possibilités d’évolution.

Processeurs AMD hez AMD, tout va bien. Depuis la sortie de l’Athlon 64, le constructeur n’a proposé que d’excellents produits, si ce n’est que la tarification n’est plus aussi avantageuse que dans le passé, spécialement en ce qui concerne les Athlon 64 X2 et Athlon 64 FX.

C

En entrée de gamme, AMD propose le Sempron, remplaçant du Duron. Il existe en fait plusieurs Sempron différents, notamment selon qu’ils sont sur socket 462 ou 754. Les modèles 462 broches sont en fait des Athlon XP de génération TBred maquillés. Ils reprennent donc les mêmes caractéristiques, à savoir un bus de 333 MHz et 256 Ko de cache L2 pour les plus importants. En revanche, le PRating a été revu à la hausse ; par exemple, l’Athlon XP 2 000+ (1,67 GHz) est devenu le Sempron 2 400+. Les modèles 754 sont en revanche issus de l’Athlon 64 et existent en de nombreuses versions. Certains possèdent 128 Ko de mémoire cache, tandis que d’autres en ont 256, AMD jouant ainsi sur le P-Rating

<44>

PC Update septembre / octobre 05

Le Sempron est un processeur d'entrée de gamme relativement puissant. Avec une carte graphique milieu de gamme (séries X700 ou 6600) vous pourrez même apprécier la majorité des jeux.


à fréquences identiques. Si vous êtes un fan du silence, sachez que la technologie Cool ’n’Quiet qui permet de réduire la fréquence en cas de faible utilisation du CPU n’existe pas sur les Sempron socket 462, ainsi que sur les Sempron 754 cadencés en dessous de 1,8 GHz. En d’autres termes, seuls les Sempron 3 000+ et plus rapides sont concernés. Les Sempron vendus jusqu’alors ne sont pas pourvus du jeu d’instructions 64 bits, mais c’est sur le point de changer. D’un point de vue puissance, le Sempron accuse le coup, particulièrement les modèles socket 462. A partir du 3 000+ s754, le Sempron se révèle tout de même performant et permet même de jouer confortablement, c’est impressionnant pour un processeur à si bas prix. L’Athlon 64 est le processeur vedette d’AMD. De plus en plus performant et technologiquement avancé, il nous a séduits dès sa sortie. Ses principales qualités sont d’excellentes prestations dans le milieu ludique, une consommation et un dégagement calorifique très contenus ainsi qu’un excellent potentiel d’overclocking pour les modèles 0,09 μ. A l’instar du Sempron, il existe de nombreuses versions d’Athlon 64. Sorti

sur socket 754, il est aujourd’hui sur socket 939, le passage d’un socket à l’autre ayant apporté un contrôleur de mémoire dual channel. Si les Athlon 64 754 ne s’overclockent pas beaucoup et n’intègrent pas les dernières innovations, ils n’en restent pas moins d’excellents « performers ». Les modèles 939 sont résolument orientés vers l’avenir puisque les nouvelles versions Winchester, rapidement remplacées par les Venice et San Diego, ont été développées uniquement pour ce socket. Pour un achat neuf, privi-

légiez les Venice et San Diego qui présentent les meilleures performances et le plus grand nombre de technologies, comme SSE3. Le potentiel d’overclocking des Athlon 64 0,09 μ (Winchester et plus récent) est tout simplement excellent, particulièrement pour les plus petits modèles (autour du 3 000+). Les Athlon 64 FX sont des versions vitaminées de l’Athlon 64, offrant une puissance sans précédent… ainsi qu’un tarif déconcertant, tout comme ceux de l’Athlon 64 X2, la gamme dual core d’AMD.

Processeurs Intel ntel, malgré la progression fulgurante d’AMD, reste le leader incontesté du marché des processeurs. Pourtant, la production actuelle ne correspond pas à ce que le constructeur a su nous proposer dans le passé.

I

Le Celeron D, processeur d’entrée de gamme, est un dérivé du Pentium 4 actuel, utilisant le core Prescott. Il n’embarque que 256 Ko de mémoire cache au lieu de 1 024 et se contente du bus à 533 MHz contre 800 pour son grand frère. Les performances de ce processeur sont assez en retrait par rapport à la production actuelle. S’il fait un peu mieux que les Sempron 462, il est tout de même nettement en dessous des Sempron 754. Toutefois, il faut garder à l’esprit que l’usage principal pour lequel le Celeron D a été conçu reste la bureautique, ainsi qu’Internet, domaines dans lequel il s’en sort très très bien, même avec de petites fréquences. Intel a tout de

même su baisser les prix de son Celeron, ce qui le rend plus attractif qu’autrefois. Aujourd’hui, le plus gros Celeron reste moins cher que le plus petit Athlon 64. Si le Celeron n’a pas la vedette en entrée de gamme, le Pentium 4 s’en sort un peu mieux. Longtemps décrié, le Pentium 4 Prescott est tout de même intéressant. Malgré un vrai problème de chauffe, il se révèle plutôt performant, meilleur que l’Athlon 64 dans de nombreux domaines, essentiellement créatifs (encodage, création 3D). Lorsque nous disons « meilleur », il s’agit bien sûr de fréquences et de P-Ratings comparables. Malgré un dégagement thermique honteux, surtout à partir de 3,4 GHz, le Pentium 4 s’overclocke plutôt bien. Il y a de plus en plus de modèles qui passent la barre des 4 GHz ! D’un point de vue tarifaire, le Pentium 4 est un peu plus cher que l’Athlon 64, mais l’écart est bien plus faible qu’à l’époque de l’Athlon XP,

Le Pentium D est cadencé moins vite que l'Athlon X2, mais il est également beaucoup moins cher. Pour la création 3D, il est le roi.

PC Update septembre / octobre 05

<45>


Dossier

AMD étant un peu plus gourmand qu’autrefois. Comme AMD et son Athlon 64 FX, Intel propose le Pentium 4 Extreme Edition, une version boostée

avec 2 Mo de mémoire cache et un bus à 1 066 MHz pour certains modèles. Ce dernier, particulièrement hors de prix, a perdu de sa superbe à la sortie des Pentium 4 6xx, identiques aux P4 5xx à l’exception d’une mémoire cache doublée, soit deux mégas. Les Pentium 4 intègrent la technologie HyperThreading, qui simule deux processeurs en un, permettant de gagner sensiblement en performances dans un environnement multitâche intense. Dès que l’on y a goûté, il est difficile de revenir en arrière, un Athlon 64 3 500+ pouvant parfois sembler plus lent qu’un Pentium 4 520 (2,8 GHz) lorsque de nombreux processus tournent simultanément. Pour les aficionados du vrai multiprocessing, Intel a

sorti le Pentium D, pour dual, un Pentium 4 dual core. Une fois n’est pas coutume, alors qu’AMD a privilégié les hautes fréquences et les tarifs élevés, Intel s’est montré plus modeste. Les Pentium D n’existent qu’entre 2,8 et 3,2 GHz et les prix sont un peu plus attractifs que chez leur concurrent. Bien que ça ne concerne pas grand monde, les personnes utilisant de façon très intensive le multitâche et les applications multithreads auront plutôt intérêt à prendre un Pentium D de fréquence inférieure que le Pentium 4 du même prix. Par exemple, sous 3D Studio Max, le Pentium D 830 (3,0 GHz) obtient de meilleurs résultats que le Pentium 4 560 (3,6 GHz).

Le choix de la rédac e choix du processeur paraît compliqué à la lecture des nombreuses caractéristiques évoquées précédemment, mais les prix de vente aident également beaucoup à prendre une décision. Ainsi, tous les Athlon 64 FX, Athlon 64 X2 et Pentium Extreme Edition sont immédiatement exclus de notre sélection ; aussi perfor-

L

Le Pentium 4 est un très bon processeur mais il chauffe vraiment beaucoup.

<46>

PC Update septembre / octobre 05

mants soient-ils, leur rapport performances/prix ne nous semble pas intéressant du tout. Si vous ne faites qu’un usage peu gourmand en puissance de votre PC (bureautique, Internet, lecture audio/vidéo), n’importe quel processeur fera l’affaire, même les petites fré-

quences. Les meilleurs rapports qualité/prix sont, en ce moment, les Sempron 754 2 600+ et 2 800+ ainsi que les Celeron D 325 et 330. Pour plus de puissance, il vaut mieux passer aux gammes supérieures, avec les Athlon 64 et Pentium 4. Depuis des mois, ce sont les modèles à 3 GHz (P4 530 et A64 3 000+) qui possèdent le meilleur rapport performances/prix, même s’ils ne sont plus vraiment ce que l’on peut appeler des processeurs haut de gamme. Vous les trouverez de 130 à 170 ¤. Pour un PC haut de gamme, puissant en toutes circonstances, l’Athlon 64 3 800+ représente le meilleur choix selon nous. A 350 ¤, il est de loin le plus puissant. Si vous désirez overclocker, peut-être que le 3 700+ vous intéresse d’avantage. Cadencé un peu moins vite et possédant un méga de mémoire cache, il pourra facilement être transformé en Athlon 64 FX55 et même FX57, des processeurs à 1 000 ¤ !


7.

Cartes mères, fiche technique

ous ne le répéterons jamais assez, la carte mère est le composant le plus important d’un PC, celui qui conditionne tout. Le type de processeur, de mémoire, les périphériques mais également les aptitudes d’overclocking sont autant de paramètres à étudier lorsque l’on souhaite acheter une carte mère.

N

Avant d’entrer dans les détails, il faut bien sûr choisir le processeur que l’on souhaite, c’est pour ça que nous avons d’ailleurs présenté les CPU en premier. Si vous souhaitez un processeur AMD, vous devrez opter pour une carte adaptée, en socket 462, 754 ou 939 tandis que chez Intel, il en existe en socket 478 et 775. Pour des raisons évidentes de pérennité, nous conseillons les cartes 939 et 775. Une fois que votre décision est prise, il convient de sélectionner un chipset. En effet, le chipset représente l’essentiel d’une carte mère, le jeu de composants qui définit les caractéristiques essentielles. Bien qu’il en existe beaucoup, le choix n’est pas si compliqué. Pour les cartes mères AMD, les chipsets nVidia nForce sont les plus intéressants, que ce soit le vieillissant nForce2 à l’époque du socket 462, le nForce3 pour le s754 et c’est encore plus vrai avec le nForce4, la star incontestée pour les cartes s939. Le nForce4 se décline en quatre versions, trois pour

Les Athlon 64 939 avec des cores 0.09μ ont un excellent potentiel d'overclocking.

s939. Le nForce4 tout court concède le SATA II et la technologie réseau ActiveArmor au nForce4 Ultra, celui-ci laissant la célébrité au nForce4 SLI, capable d’exploiter deux cartes graphiques nVidia SLI simultanément. Au sujet des cartes mères pour processeurs Intel, le nForce4 a également fait une incursion grâce à une version SLI des plus intéressante, mais ce sont les chipsets Intel qui règnent en maître pour les

N'hésitez pas à privilégier une carte mère passive. C'est généralement le petit ventilateur du chipset qui est le plus bruyant dans nos PC, surtout après quelques mois d'utilisation.

PC qui se contentent d’une carte vidéo. Aujourd’hui, le 945P nous semble être le meilleur choix mais le 915P, d’un an son aîné, permet de repousser le passage à la DDR2 si vous souhaitez conserver vos barrettes. En dehors du fait que le 915 (ainsi que le 925) n’est pas capable de faire tourner les processeurs dual core, ils n’ont pas grand-chose à envier aux nouveaux 945/955. Les chipsets moins célèbres, fabriqués par SiS et VIA notamment, ne sont pas forcément mauvais, mais ils représentent une gêne dès que l’on souhaite le maximum de performances ou le meilleur potentiel d’overclocking. Pour créer un PC de bureautique, le choix du chipset est effectivement moins important. Le choix d’une carte mère ne se limite pas au chipset, bien entendu. Si celui-ci définit les aptitudes principales d’une carte, il existe d’autres points à considérer, comme la présence d’un ventilateur par exemple. Aujourd’hui, nous privilégions bien entendu les cartes silencieuses. Le bundle a aussi son importance. D’une marque à l’autre, la quantité d’accessoires livrés peut varier du tout au tout ! Enfin, pensez à vérifier les caractéristiques précises de la carte mère que vous convoitez. Ce n’est pas parce qu’une carte embarque un chipset nForce4 qui intègre une gestion réseau gigabit que la carte mère aura obligatoirement une carte gigabit.

PC Update septembre / octobre 05

<47>


Dossier

Cartes AMD S939 ous les grands constructeurs de cartes mères proposent aujourd’hui d’excellentes cartes mères AMD socket 939. Comme nous le disions sur la page précédente, la famille de chipsets nForce4 est tellement performante que nous ne vous avons sélectionné que des cartes à base de ces derniers. Les cartes que nous recommandons, parmi de nombreuses testées, se classent en plusieurs catégories. Pour commencer, le format a son importance. Nous avons les cartes ATX d’un côté, en majorité, les microATX de l’autre. La catégorie ATX se divise également en deux parties, les cartes SLI pour joueurs et les autres. Bien sûr, pour chaque cas de figure, nous avons également considéré l’équipement et donc le prix de vente pour satisfaire toutes vos exigences.

T

Les Abit AN8 Ultra, Asus A8N-E et MSI K8N Neo4 Platinum sont trois cartes très performantes en ATX, avec toutes les trois un chipset nForce4 Ultra et des caractéristiques relativement proches. L’Asus remporte les palmes du prix le plus faible (95 ¤) et du bundle le plus complet tandis que l’Abit (135 ¤) se distingue pour ses capacités d’overclocking… au prix d’une carte mère SLI ! La gamme Abit A8N doit toutefois subir une importante baisse de prix courant septembre, il faut donc guetter tout changement important. La carte MSI (125 ¤) fonctionne très bien elle aussi, mais son rapport qualité/prix est loin de valoir celui de l’Asus. Si vous souhaitez réduire les coûts, sans pour autant acheter une carte mère premier prix, les choses ne sont pas si faciles. Il existe bien une Abit AN8-V ou même des modèles à

Pour les overclockers, les cartes mères DFI LanParty sont excellentes.

tarif réduit chez Gigabyte ou MSI, mais ils ne sont guère moins chers que l’Asus A8N-E. Toutefois, si vous souhaitez vraiment une carte mère peu onéreuse, vous pouvez vous orienter vers les produits d’Asrock, une filiale d’Asus. La K8 Combo-Z, outre sa conception relativement intéressante (s754 et s939), ne vaut que 70 ¤. Elle ne repose pas sur un nForce4 toutefois, mais sur un ULi M1689 que nous avons trouvé très performant, même si la carte n’offrait pas beaucoup d’aptitudes d’overclocking.

Si vous êtes un joueur, vu les baisses de prix, vous souhaiterez sans doute investir dans une carte mère compatible SLI… d’autant que les solutions CrossFire d’ATi se font sérieusement attendre. Durant des mois, l’Asus A8NSLI Deluxe (150 ¤) a été notre référence mais l’annonce de l’Abit AN8 SLI pour un prix de l’ordre de 100 ¤ est venue bouleverser notre classement. D’un point de vue technique, les deux cartes sont aussi intéressantes l’une que l’autre, avec un léger avantage pour l’Abit (overclocking, carte son déportée). Si le tarif annoncé est respecté, cette carte sera sans hésiter le choix à adopter, autrement l’Asus reste intéressante. Si vous êtes un overclocker dans l’âme, l’évolution Asus A8N SLI Premium (190 ¤) se révèle plus performante, sans oublier les excellentes DFI LanParty nForce4 SLI-DR (210 ¤) à réserver aux experts grâce/à cause de ses nombreux réglages. En microATX, l’offre est beaucoup moins étoffée et l’overclocking n’est toujours pas à l’honneur. Parmi les cartes que nous avons eues entre les mains, les Foxconn CK804K8MA (85 ¤) et NF4K8MC se sont révélées de bons choix, sans fioritures.

<48>

PC Update septembre / octobre 05


Cartes Intel LGA775 es règles qui s’appliquent aux cartes AMD 939 sont à peu près les mêmes pour les CPU d’Intel, au format LGA775. Nous trouvons également de très bonnes cartes mères chez tous les fabricants habituels, quels que soient le niveau de gamme et le format.

L

Pour construire un PC neuf aujourd’hui, nous conseillons de passer au chipset Intel 945, sachant que ce dernier impose le passage en DDR2. A commencer par le haut de gamme, la carte Asus P5LD2 Deluxe s’impose comme la carte la mieux équipée de sa catégorie, mais aussi la plus chère (180 ¤, environ 260 ¤ avec option WiFi-TV). Elle ne souffre d’aucun gros défaut si ce n’est d’un BIOS un peu compliqué malgré les efforts du fabricant. A l’heure actuelle, il n’y a de toute façon pas beaucoup de concurrence, les cartes 955X n’étant pas spécialement des plus intéressantes selon nous, bien que des modèles comme l’Asus P5WD2Premium (210 ¤, environ 290 ¤ avec option WiFi-TV) ou la Gigabyte 955X Royal (210 ¤) soient franchement impressionnantes. Si vous ne souhaitez pas investir autant et/ou conserver de la mémoire DDR de première génération, le chipset 915 reste un très bon choix. Attention, il existe des cartes 915 en DDR, en DDR2 et certaines sont même hybrides. En DDR, l’Asus P5GD1 Pro (100 ¤) est la référence ; le constructeur taïwanais n’est vraiment pas n°1 mondial pour rien ! Si vous souhaitez un modèle hybride DDR/DDR2, les Asus P5GDC Deluxe (130 ¤) et Gigabyte 8I915P Duo Pro (115 ¤) sont les meilleures. Comme vous l’aurez constaté, les cartes socket 775 sont un peu plus chères que les s939. Pour les personnes qui souhaitent acheter un processeur Intel sans pour autant y laisser leur chemise, il existe également quelques bonnes cartes sous la barre des 100 ¤. Elles reposent sur des chipsets plus anciens, comme le célèbre 865PE sur l’Abit AS8-V (85 ¤) ou le 858P sur l’Asus P5P800S (70 ¤). Encore moins cher, Asrock propose la P4 Combo qui intègre également un 848P. Hélas, ces cartes mères ont un vrai problème, elles ne gèrent que le bus vidéo AGP et non le PCI-Express !

avons citées précédemment sont bien entendu à la hauteur, mais elles ne sont pas compatibles SLI. Bien qu’il existe quelques cartes avec deux slots PCIExpress 16x sur des chipsets Intel, seules les cartes à base de nForce4 SLI Intel Edition peuvent réellement fonctionner en SLI, pour le moment du moins. Le meilleur rapport qualité/prix revient ici à Abit, avec sa NI8-SLI qui devrait tomber autour de 120 ¤ d’ici peu, suivi par l’Asus P5LD2 Deluxe (180 ¤) deux cartes fanless, c’est assez peu fréquent avec le nForce4 SLI. Le microATX existe toujours, ce qui permet de satisfaire de nombreuses applications home cinema et barebone mais ces cartes sont toujours un peu moins

équipées et "bidouillables" que les autres. A l’heure actuelle, l’offre microATX en 945/955 n’étant toujours pas disponible, il faudra se rabattre sur les cartes 915/925. Toutefois, outre l’incompatibilité des processeurs dual core, il n’y a pas grand-chose à y perdre. L’excellente carte Asus P5GD1 existe aussi en microATX, c’est la P5GD1-VM (95 ¤). Gigabyte propose aussi la 8I915G-MF (95 ¤). Ces deux cartes sont construites autour d’un chipset 915G qui intègre un contrôleur graphique, mais elles disposent aussi d’un port PCI-Express 16x si vous désirez installer la carte vidéo de votre choix. Ce sont deux des très rares cartes de ce format qui disposent d’options d’overclocking très correctes.

Pour les joueurs, les cartes que nous

PC Update septembre / octobre 05

<49>


Dossier

Autres cartes omme nos pages sur les processeurs le laissaient supposer, il existe des cartes mères pour d’autres formats que les AMD s939 et les Intel s775. Nous nous intéressons particulièrement aux cartes AMD s754, car les processeurs sont encore en vente dans le commerce, tant en Sempron qu’en Athlon 64. Ces cartes sont aujourd’hui beaucoup plus abordables qu’autrefois, l’intérêt général étant passé sur le s939. En premier prix, la carte Asus K8V-X est déjà de très bonne facture, pour un prix de vente de 60 ¤ seulement, mais nous préférons largement

C

la K8N pour cinq euros de plus, avec un chipset nForce3 250 au lieu du K8T800. La K8N Neo a longtemps été une référence pour la rédaction et le reste encore aujourd’hui. La version Platinum (nForce3 250GB) coûte moins de 90 ¤ aujourd’hui, avec un équipement très haut de gamme incluant réseau Gigabit et FireWire. Toutes les cartes citées jusqu’ici proposent un port graphique AGP, mais sachez qu’il existe désormais des cartes s754 en PCI-Express, grâce au chipset nForce4 4X. Nous avons apprécié les Asus K8N4-E Deluxe (95 ¤) et Gigabyte XXX.

Grâce au nForce4-4X, mêmes les processeurs AMD s754 ont droit aux dernières innovations.

Le choix de la rédac n ce qui concerne les cartes mères, il n’est pas vraiment possible d’établir un « choix de la rédaction » tant il existe de modèles recommandables. Les quelques pages

E

qui ont précédé furent d’ailleurs un « choix de la rédaction » élargi plus qu’autre chose, la place manquant pour détailler ces cartes plus précisément. Nous pouvons toutefois donner notre avis quant aux plates-formes que nous achèterions aujourd’hui, incluant carte mère et processeur. Bien sûr, tout dépend de l’usage que l’on compte faire du nouvel ordinateur. Comme nous l’avions déjà précisé dans la partie guide d’achat, la plate-forme AMD Athlon 64 sur socket 939 remporte notre coup de cœur. C’est la plus polyvalente selon nous car elle se révèle performante en toute situation, spécialement dans les jeux, tout un offrant un rapport qualité/prix bien meilleur que les autres. Aujourd’hui, un Athlon 64 3 000+ accouplé à une carte Asus A8N-E offre d’excellentes prestations pour un tarif inférieur à 230 ¤ ! Sans changer de carte mère, vous pouvez aisément opter pour un Athlon 64 entre 3 500+ et 3 800+ pour profiter d’une vitesse de calcul accrue, mieux adaptée aux cartes gra-

<50>

PC Update septembre / octobre 05

phiques haut de gamme et conservant toujours un bon rapport qualité/prix. Si vous ne faites que travailler et/ou créer sur votre PC, un processeur Intel Pentium 4 peut être également intéressant, dans les petites fréquences du moins car les modèles cadencés à plus de 3,4 GHz chauffent beaucoup trop pour conserver un refroidissement silencieux. Encore une fois c’est Asus que nous préférons, que ce soit avec les cartes de la gamme P5GD (915) ou la superbe P5LD2 (945). Si vous faites partie de ces personnes qui n’achètent un PC qu’avec l’overclocking en tête, les choix à faire ne sont pas forcément les mêmes. Pour les processeurs Intel, la P5LD2 d’Asus est là aussi une référence, mais pour un maximum de performances et de réglages, nous recommandons la DFI LanParty nF4, qu’elle soit en SLI ou non. Vous pourrez ajuster votre mémoire comme aucune autre carte ne le permet, tout en la testant grâce à MemTest86+ directement intégré dans le BIOS !


8.

Mémoire, fiche technique

a mémoire vive s’achète selon plusieurs critères, tous importants. Le premier qui vient à l’esprit ne peut être autre que le type de mémoire. En effet, selon votre carte mère, vous devrez opter pour de la DDR ou de la DDR2, les deux étant incompatibles entre elles. Il y a peu, la DDR2 coûtait encore deux fois plus cher que la DDR, aujourd’hui l’écart de prix a pour ainsi dire disparu.

Avec des barrettes d'entrée de gamme, les grandes marques de mémoire sont devenues bien plus accessibles. Les Corsair Value Select ne coûte pas beaucoup plus cher que des modules "no name", tout en étant d'une plus grande qualité.

L

Une fois que le type de RAM est défini, il faut se décider pour une vitesse. En matière de DDR, la réponse est simple. Sauf overclocking, il faut acheter de la DDR à 200 MHz, également appelée DDR400 ou PC3200. C’est le standard officiel le plus rapide, le plus répandu et même le moins cher de nos jours. Les Athlon 64 et les Pentium 4 exploitent tous deux la PC3200. N’achetez pas moins rapide, ça serait franchement dommage d’autant que vous ne réaliserez pas d’économies. En DDR2, la mémoire à 266 MHz (DDR2-533, PC2-4200) est la plus

courante et la seule à être vraiment exploitée par nos cartes mères, si ce n’est que les nouvelles cartes en 945/955/nForce4 SLI sont désormais capables de tirer profit de la DDR2 à 333 MHz (DDR2-667, PC5300). Si vous souhaitez améliorer vos performances, sans overclocker, vous pouvez opter pour de la mémoire avec des timings faibles. Toutefois, cette mémoire

est très chère par rapport aux gains obtenus et mieux vaut privilégier l’achat d’un processeur ou d’une carte graphique plus performante. Les overclockers auront en revanche intérêt à privilégier la mémoire haute fréquence. En DDR, il ne faut plus hésiter à acheter de la PC4400 (275 MHz) et plus pour obtenir de beaux résultats en laissant le bus et la mémoire à des fréquences synchronisées.

Le choix de la rédac our choisir une marque et un modèle de mémoire, il n’y a pas beaucoup de règles à connaître. Nous conseillons vivement d’éviter la mémoire inconnue, généralement baptisée « no name » car sa compatibilité relève de la loterie et elle est parfois incapable de tenir les fréquences annoncées. En dehors de ça, toutes les marques connues sont recommandables, que ce soit Samsung, PQI, Corsair, A-Data, TwinMOS, Kingston, MDT, OCZ ou Elixir pour n’en citer que quelques-unes. Des fabricants comme Corsair ou OCZ ont construit leur réputation sur les barrettes haut de gamme mais ils proposent désormais des barrettes « normales » à des prix « normaux ». Ainsi, les Corsair de la série Value Select rencontrent un vif succès car elles garantissent la qualité Corsair pour un tarif à peine supérieur aux premiers prix. Toutefois, comme nous le disions, les barrettes de marque n’ayant aucun problème de fonctionnement, il n’est pas spécialement nécessaire d’aller chez Corsair pour bénéficier uni-

P

quement d’un nom plus prestigieux. Une barrette de DDR PC3200 d’une capacité de 512 Mo coûte aujourd’hui de 40 ¤ (PQI, MDT) à 50 ¤ (Corsair, Samsung). La DDR2 a tellement baissé de prix qu’il faut compter à peu près la même somme pour 512 Mo de PC4200, de 45 à 55 ¤ (Elixir, Samsung, Corsair). La mémoire haute performance ne tient pas compte des mêmes réductions tarifaires et un

kit d’un giga coûte encore facilement 200 ¤, quand ce n’est pas 300 ¤. Nous avions une petite préférence pour les barrettes A-Data Vitesta PC4800 (300 MHz) qui coûtent moins cher que les Corsair PC4400 (275 MHz), mais elles sont difficilement trouvables en France. OCZ propose également d’excellents produits, mais seules les boutiques spécialisées en ont.

PC Update septembre / octobre 05

<51>


Dossier

9.

Disques durs, fiche technique e disque dur fait partie de ces éléments qui jouent tant sur les aptitudes du PC que sur ses performances. Nous entendons par là que sa capacité conditionne les usages que vous pourrez faire de votre machine mais que la vélocité influe aussi fortement sur les performances générales, tant au niveau des temps de chargement que de la réactivité globale.

L

Concernant la capacité, nous ne pouvons pas vous donner le moindre conseil, les plus petits disques en vente actuellement

étant largement assez dimensionnés pour faire fonctionner un PC. Il devient difficile de trouver des disques plus petits que 100 Go sachant qu’Hitachi vient de sortir un modèle de 500 Go. Les modèles entre 160 et 250 Go ont le meilleur rapport capacité/prix à l’heure actuelle. Au niveau des performances, chaque gamme possède ses propres caractéristiques mais il faut s’assurer de prendre au moins un disque dur dont les plateaux tournent à 7 200 tours par minute. La quantité de mémoire cache a aussi de l’importance, les disques modernes ayant tous huit mégas.

Il reste un détail à prendre en compte au moment d’acheter, à savoir celui du type de disque dur qui peut être ATA ou SATA ! Si votre carte mère intègre un contrôleur SATA, comme c’est le cas sur toutes les cartes neuves, nous vous recommandons d’opter pour cette norme, plus moderne et plus performante. A l’heure actuelle, tous les fabricants de disques durs fabriquent encore leurs gammes en ATA et en SATA. Toutefois, il se peut que les modèles ATA n’intègrent pas certaines innovations comme le NCQ.

500 Go en un seul disque, de quoi rêver ! Attention à bien sauvegarder vos données.

Disques Hitachi itachi a racheté la division disques durs d’IBM il y a quelques années et a fait les efforts qu’il fallait pour revenir sur le devant de la scène. Les modèles actuels sont très performants, ne font pas trop de bruit et sont surtout fiables. Outre le tout nouveau 7K500 de 500 Go, la

H

gamme T7K250 est la plus intéressante (250 et 160 Go). Ces trois disques, outre des versions ATA, sont compatibles Serial ATA II. Si vous ne désirez pas d’aussi gros disques, les anciens 7K250 (de 40 à 250 Go) sont encore intéressants mais ils sont tout de même dépassés par plusieurs modèles plus récents.

Disques Maxtor epuis que Maxtor a sorti sa gamme DiamondMax 10, nous l’avons élue en référence. Ce sont les disques durs 7 200 tours très plus performants et parmi les moins onéreux. Bien qu’ils ne soient pas SATA II, ils sont déjà compatibles avec la technologie Native Command Queuing. Les modèles de 80 à 200 Go possèdent 8 Mo de

D

<52>

PC Update septembre / octobre 05

mémoire cache tandis que les capacités supérieures à 200 Go, soit 250 et 300 Go, en embarquent 16 Mo ! De nombreuses boutiques vendent encore la gamme précédente, à savoir DiamondMax Plus 9, mais évitez ces disques dont les performances sont quelque peu dépassées alors que le prix de vente reste identique aux plus modernes.

Après de long mois de leadership, le DiamondMax 10 a enfin trouvé son maître, le WD2500KS de Western. Il reste néanmoins un excellent disque dur.


Offre spéciale

34

d’abonnement

magazine

Hardware

100% HARDWARE, 100% PASSION, 100% PRATIQUE

avril/mai 2005 numéro 16 5,90 ¤

LE MEILLEUR AMI DE VOTRE PC !

4Mai / Juin 05

n°17

pour choisir, upgrader et booster son PC !

TEST

COMPARATIF P.92

Intel et Microsoft

PRATIQUE P.40 .66

Cartes 3D

20

6600/GT et X700/pro sélectionnées

CPU & mémoire

Overclocking, Silence, Performance, Bundle :

Trouvez les réglages optimums Perfs extrêmes : DDR 300 Mhz ou low latency ?

Nos élues COMPARATIF P.24

MULTIBOOT WINDOWS/LINUX

TNT

Nos conseils pour une réception parfaite Notre sélection de cartes TV COMPARATIF P.106

Toutes les solutions pour avoir plusieurs OS sur un seul PC

TEST NFORCE4 SLI INTEL Le P4 revient dans la course grâce à nVidia ? PRATIQUE P.52

64BITS

au

Pentium4 EM64T Le premier CPU 64 bits Intel face à l’Athlon 64

Ha rd w m a ag r az e ine

34

nu of mé fe ro rts s

un marché en ébulition

Quelle techno choisir ? Comment bien les utiliser avec un PC ?

PRATIQUE

GUIDES

pour booster votre PC

Comment fabrique-t-on un processeur ?

EN COMPLEMENT Bien exploiter son hardware avec linux : multimedia, raid, etc

Que changer pour gagner en confort

TOUTES LES CLÉS POUR MAITRISER LA

l’assemblage

TÉLÉVISION NUMÉRIQUE TERRESTRE

Du choix des composants au montage :

nos configs idéales PRATIQUE P.82

pas à pas pour des sauvegardes parfaites

Athlon 64

Téléphone

“Winchester”

Economisez grâce à votre PC

Boostez votre

carte graphique Overclocking, voltmods, flashage en modèle supérieur... Des solutions pour toutes les générations?

TEST P.18

Le MP3 est dépassé, changez !

LE GUIDE DU REFROIDISSEMENT SILENCIEUX

Enregistrement Installation Choix du matériel PRATIQUE P.66

Copie de DVD vidéo

Comprendre

SOUS LINUX OU WINDOWS

pour choisir, upgrader et booster son PC !

Le guide de

GUIDE D’ACHAT

TV LCD, PLASMA OU RETRO DLP ?

CRÉEZ UNE

DIVX BOX

4Mars / Avril 05 n°16

PRATIQUE P.26

Mieux ventilés, plus fonctionnels :

Windows 64 est là : quels changements ?

ECRANS LCD 16/9 jeux, bureautique, vidéo, le format idéal

PC Up da te

COMPARATIF

Quoi de neuf en Boîtiers ?

Codecs audio

Alimentations 150 Silence, rendement, stabilité, le palmarès de 300 à 560 watts

passent

100% HARDWARE, 100% PASSION, 100% PRATIQUE

PCUpdate TNT

PC Update

nous vous offrons :

offerts

PCUpdate Hardware magazine

PC Update

Avec ces 2 abonnements au choix,

numéros

Test et guide du processeur

ultime pour l’overclocking

APPAREILS PHOTO DE POCHE Le comparatif des APN ultra compacts : la photo sans se prendre la tête

DOMOTIQUE Contrôlez votre installation audio vidéo avec votre PC

Bel/Lux : 6,50 3- CH 9,5 FS-Dom/Tom 6,50 3- CAN 9$ GR/PORT CONT : 6,40 3 - MAR : 65 DH

bel / lux : 6,5 ¤ CH 9,5 FS - CAN 9 $ - DOM/TOM 6,10 ¤ GR/PORT CONT : 6,40 ¤ - MAR : 65 DH

bel / lux : 6,5 ¤ CH 9,5 FS - CAN 9 $ - DOM/TOM 6,10 ¤ GR/PORT CONT : 6,40 ¤ - MAR : 65 DH

❏ Oui je m'abonne à Hardware Magazine pour 12 numéros et PC Update pour 12 Numéros au prix spécial de 120 €. J’ai bien noté que je recevrai mon CDR sous 30 jours.

❏ Pour les pays de la CEE autres que la France, merci de rajouter

12 € de frais de port. Pour le reste du monde, merci de rajouter 36 €

Mr

Mme

Melle

(merci de remplir cette partie en lettres majuscules)

Nom : Prénom : Adresse : Code Postal :

Ville :

Pays : Téléphone :

les 34 anciens numéros de PCUpdate et

Hardware magazine

Fax : Email :

❏ ❏ ❏

Chèque bancaire ou postal (à l’ordre de Tech-Age) Mandat à l’ordre de Distri-abonnements Carte bancaire CB- VISA - Eurocard

(Les Ebooks sont des fichiers PDF optimisés pour un affichage écran)

(merci d’indiquer les 3 derniers chiffres au dos de la carte bleue)

N° : Expire fin : Date :

en ebooks sur CDR

€ par :

Ci-joint mon règlement de

/

/

signature :

En cas de paiement par carte bancaire, vous pouvez aussi envoyer un fax au 05 61 727 650 Bulletin d’abonnement à retourner à l’adresse suivante :

Tech.Age service abonnements BP 1121 - 31036 Toulouse Cedex 01

CD1

tel : 08 25 15 00 95

Tarif valable pour la France métropolitaine uniquement. En application de la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978, vous disposez d’un droit d’accès et de rectification aux données vous concernant.


formule essai ❏ Oui je m'abonne à Hardware Magazine pour 6 numéros et PC Update pour 6 Numéros au prix spécial de 63 € pour la communauté européenne, rajouter 12 € de frais de port (reste du monde 18 €)

2 3

formule solo ❏ Oui je m'abonne à PC Update pour 12 numéros au prix spécial de 63 € ❏ Oui je m'abonne à Hardware Magazine pour 12 numéros au prix spécial de 63 € pour la communauté européenne, rajouter 12 € de frais de port (reste du monde 18 €)

formule passion ❏ Oui je m'abonne à Hardware Magazine pour 12 numéros et PC Update pour 12 Numéros au prix spécial de 120 € pour la communauté européenne, rajouter 24 € de frais de port (reste du monde 36 €)

plus d’infos ? 08 25 15 00 95 ou redac@techage.fr De l’étranger, appeler le 05 61 727 662 PLATINE DIVX VS PC

ergonomie, qualité, le match

(merci de remplir cette partie en lettres majuscules)

PC Update

PCUpdate ❏ Mr OVER 4janvier / fevrier 05 n°15

pour choisir, upgrader et booster son PC !

PRATIQUE P.28

Disque dur, mémoire, raid 0 :

Doublez votre vitesse à cout ZERO !

CLOCKING

AVANCÉ Gagnez les derniers MégaHertz ! Sans risques ! COMPARATIF P.114

Optimisation de Windows : la sélection des meilleures astuces pour accélérer XP TEST P.20

Cartes mère

Mme

Melle

Nom : Prénom :

MiniPC Toutes les nouveautés au banc d’essai Que vaut la nouvelle génération i915 ?

SLI

Guide de l’occasion : Bien acheter/vendre son matériel micro La côte de l’occasion

Upgrade, puissance, installation, le SLI en pratique

1 ou 2 cartes 3D pour vos jeux ?

Pratique

BOOSTEZ vos performances

Téléphonez gratuitement partout avec Skype

Adresse : Code Postal :

Ville :

Guides d’achat :

cartes mère et cartes graphiques bel / lux : 6,5 ¤ CH 9,5 FS - CAN 9 $ - DOM/TOM 6,10 ¤ GR/PORT CONT 6 40 MAR 65 DH

magazine

Hardware

Hardware février/mars 2005 numéro 15 5,90 4

LE MEILLEUR AMI DE VOTRE PC !

magazine

Pays : Téléphone :

COMPARATIF OPTIMISATION

29

CARTES MÈRES

DISQUES DURS

Maitrisez votre stockage : RAID 1 : sécurité AAM : silence NCQ : performance

Athlon 64 Pentium4

pour et

Special tweaking

• overclocking, • bundle, • conception, • bonnes affaires...

Toutes les astuces de la redac pour un PC ultra optimisé

COMPARATIF

Fax : Email :

GUIDES

LES VIDÉOPROJECTEURS à moins de

Ventirads LGA 775

1000 euros

Les élus de la rédaction

Cartes 3D Toutes les marques se valent elles ?

TRANSFORMEZ UN DIVX EN DVD Notre pas à pas pour une conversion top qualité

WIFI Améliorez votre connexion

€ par :

Ci-joint mon règlement de

Alimentations 350 watts, ça suffit ?

3G LE COMPARATIF DES TÉLÉPHONES ET DES OFFRES

Bel/Lux : 6,50 3- CH 9,5 FS-Dom/Tom 6,50 3- CAN 9$ GR/PORT CONT : 6,40 3 - MAR : 65 DH

Hardware décembre/janvier 2005 numéro 14 5,90 4

magazine

Hardware

comme vous le souhaitez...

ABONNEZ-VOUS

1

LE MEILLEUR AMI DE VOTRE PC !

magazine

DOSSIER COMPARATIFS

14 Balladeurs

MP3

les meilleures affaires de 1,5 à 20 Go sur disque dur En complément

Le guide des sites de musique payants : prix, codecs, catalogue audio, compatibilité DRM ...

GUIDE PRATIQUE

Athlon 64 4000+ et nForce4

❏ Chèque bancaire ou postal (à l’ordre de Tech-Age) ❏ Mandat à l’ordre de Distri-abonnements ❏ Carte bancaire CB- VISA - Eurocard N° :

L’arme ultime pour la puissance ?

Écrans plats 19”

CPU nouvelle génération et

12 et 16 ms

Overclocking

Les élus à moins de 450 €

GUIDES

les meilleurs CPU pour overclocker notre pas à pas pour gagner des Mhz

COPIE DE CD LE GUIDE DE L’EMULATION ET DU BACKUP

Mémoire Quelle Ram pour votre PC ? Codecs Quels sont les codecs vidéo les plus efficaces ? Alims silencieuses Le comparatif des alimentations fanless : rendement, fiabilité

Bel/Lux : 6,50 3- CH 9,5 FS-Dom/Tom 6,50 3- CAN 9$ GR/PORT CONT : 6,40 3 - MAR : 65 DH

les 3 derniers chiffres imprimés au dos de votre carte Expire fin : Date : ...… / . . . … / . . . …

signature :

En cas de paiement par carte bancaire, vous pouvez aussi envoyer un fax au 05 61 727 650 Bulletin d’abonnement à retourner à l’adresse suivante :

Tech.Age service abonnements BP 1121 - 31036 Toulouse Cedex 01 Tarif valable pour la France métropolitaine uniquement. En application de la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978, vous disposez d’un droit d’accès et de rectification aux données vous concernant.


Disques Seagate l y a quelques années, avec la gamme Barracuda ATA IV, Seagate s’était illustré pour le silence de fonctionnement de ses produits. Depuis, chaque nouvelle gamme génère un peu plus de bruit que la précédente alors que les performances n’augmentent pas tant que ça. Après avoir vendu de nombreux 7200.7, dont les transferts internes étaient vraiment plus lents que la concurrence, nous avons vu apparaître le 7200.8. Apparu discrètement, il n'offre pas grand-chose de plus que son ainé et nous attendons déjà son remplaçant avec impatiente. En effet, le 7200.9 sera le premier disque dur commercial à utiliser la technolo-

I

gie "Perpendicular Recording". Alors que le 7200.8 existe de 200 à 400 Go, les 7200.9 seront proposés de 40 à 500 Go ! C’est une nouveauté intéressante car il est rare d’avoir des disques durs récents en petite capacité. Avez-vous réellement besoin de 200 Go pour un disque dur système ? Mieux vaut acheter un disque entre 40 et 80 Go pour y installer Windows et les logiciels et utiliser un second disque, volumineux, pour stocker vos autres données. Alors que Seagate est encore célèbre pour le silence de fonctionnement de ses disques, sachez que les nouveaux modèles produisent 28 dB au repos et près de 37 en écriture.

Disques Western Digital estern Digital n’avait pas sorti de nouvelles gammes depuis un bon moment, mais les choses viennent de changer. Les nouveaux Caviar SE et Caviar SE16 (pour 8 et 16 Mo de mémoire cache), compatibles SATA II, se révèlent très performants. Ils sont relativement silencieux et néanmoins très véloces. Ces disques existent en ATA et en SATA, pour des capacités allant de 120 à 250 Go (le modèle 16 Mo n’existe qu’en 250 Go).

W

Pour plus de performances, Western Digital propose toujours la très appréciée gamme Raptor, les premiers et seuls disques 10 000 tours par minute qui ne soient pas SCSI, mais SATA. Le Raptor 74 Go reste une référence en taux de transfert et en temps d’accès, mais il n’est pas beaucoup plus véloce qu’un bon disque 7 200 tours des dernières générations alors que son tarif reste prohibitif.

Le choix de la rédac rès d’un an après sa sortie, la gamme Maxtor DiamondMax 10 reste une référence. Toutefois, ce sont les Hitachi T7K250

P

et les Western Digital Caviar SE (et SE16) qui sont désormais conseillés en priorité. Seul le besoin d’un disque de plus de 300 Go pourrait vous faire

voir ailleurs, chez Hitachi de préférence avec le 7K500 si possible, sachant que le 7K400 reste assez performant lui aussi.

PC Update septembre / octobre 05

<55>


Dossier

10.

Cartes graphiques, fiche technique ous vous aurions volontiers écrit que la carte graphique faisait partie de ces éléments primordiaux dans un PC, mais ça serait rabaisser les autres composants alors que tous ceux que nous avons vus jusqu’ici jouent un rôle prépondérant. En bref, la carte graphique est un composant de premier ordre, comme d’autres, qu’il convient de choisir sérieusement tant il existe de modèles différents.

N

Chez les deux constructeurs principaux que sont ATi et nVidia, nous distinguons trois gammes principales : les cartes d’entrée de gamme, le milieu et le haut de gamme. Rien de bien extraordinaire jusqu’ici, si ce n’est que chacune de ces gammes est divisée en plusieurs catégories. Nous pouvons classer ces trois séries selon l’usage que vous ferez de votre PC. Grosso modo, les cartes d’entrée de gamme permettent de travailler et de surfer tandis que les cartes milieu de gamme sont déjà capables de tout faire, y compris de jouer dans de bonnes conditions. Les cartes haut de gamme sont là pour apporter plus de confort, permettant par exemple de jouer dans de plus hautes résolutions ou avec plus de détails graphiques, tout en privilégiant la pérennité du PC, si ce terme peut encore trouver un sens en matière de matériel informatique. Pour résumer de façon tarifaire, une carte d’entrée de gamme coûte entre 50 et 100 ¤, une carte milieu de gamme entre 100 et 200 ¤ tandis que les modèles les plus performants peuvent se vendre jusqu'à 550/600 ¤. D’un point de vue technique, le choix d’une carte graphique se fait essentiellement sur son chipset graphique. Vous devez donc décider si vous préférez une GeForce 6 600 GT ou une Radeon X800 GT par exemple.

Une fois que vous avez sélectionné le processeur, vous devez également accorder de l’importance à la mémoire, tant à sa capacité qu’à sa vitesse. Si 64 Mo suffisent largement pour un usage bureautique et multimédia, il faut au moins 128 Mo pour jouer aux jeux les plus récents. Les cartes graphiques haut de gamme sauront tirer profit de 256 Mo mais 512 sont encore inutiles à l’heure actuelle. La vitesse en

L'AGP est en voix d'extinction. Pour la première fois, les nouvelles cartes graphiques n'existeront plus qu'en PCI Express.

<56>

PC Update septembre / octobre 05

MHz de la mémoire est généralement conditionnée par le processeur, puisque ATi et nVidia définissent des fréquences de mémoire à associer avec chacune de leur puce, mais il se peut que certains fabricants dévient. C’est régulièrement le cas pour la largeur du bus de la mémoire qui passe par exemple de 128 à 64 bits ou de 256 à 128 bits, réduisant automatiquement la bande passante maximale par deux ! En dehors des performances, le choix d’une carte graphique peut aussi se faire en fonction de sa taille, surtout si vous utilisez un barebone, son système de refroidissement ou son bundle. Amis du silence, sachez que certains constructeurs proposent désormais des cartes graphiques avec des ventirads Artic Cooling de série, d’autres vont même jusqu’aux solutions 100 % fanless. Habituellement, le choix d’une carte graphique se fait aussi en fonction des technologies qu’elle supporte, notamment la version de DirectX pour laquelle elle est conçue, mais sachant que tous les produits actuels sont compatibles DirectX 9, ce n’est guère important.


Cartes ATi Ti contre nVidia, une guerre qui dure depuis plus de cinq ans, une guerre qui nous est profitable puisqu’elle n’a de cesse de stimuler les ingénieurs pour sortir des cartes de plus en plus performantes. La nouvelle gamme d’ATi se fait attendre, en réponse à la sortie de la GeForce 7 800 du moins, mais les produits en vente actuellement sont déjà très intéressants.

A

A commencer par les cartes les moins chères, ce sont les Radeon X300. Ces cartes sont assez lentes ce qui signifie que vous ne pourrez pas vraiment jouer avec, si ce n’est aux titres âgés de deux ans et plus, mais elles suffisent amplement pour un usage strictement bureautique. Sur ce genre de carte, pas besoin de dépenser plus de 128 Mo de mémoire, une version 64 Mo suffisant d’ailleurs largement. Toutefois la X300 SE, un peu moins chère, est également bien moins performante notamment à cause d’un bus mémoire de 64 bits seulement. Pour ne pas encore perdre de vitesse, évitez les versions HyperMemory, à peine moins chères. Une X300 coûte dans les 60 ¤ tandis qu’une X300SE ne vaut que 50 ¤. Les cartes milieu de gamme du Canadien sont les X700 et X700 Pro, mais le constructeur propose également

un intermédiaire en la gamme X600. Les cartes X600 Pro sont déjà bien plus véloces que les X300 et se trouvent entre 80 et 100 ¤. Il est inutile d’en acheter une pour gagner des performances en bureautique, mais si vous êtes un joueur et que votre budget est très serré, c’est une carte intéressante, dont les performances rappellent celles des populaires 9 600 Pro et 9 600 XT, en PCI-Express cette fois-ci. Le vrai milieu de gamme actuel d’ATi est bien sûr la X700 qui apporte un vrai gain par rapport aux 9 600. Les X700 ne sont pas beaucoup

La famille X800/X850 a perdu de son intérêt à cause du SLI, mais ces cartes sont pourtant très performantes.

plus performantes que les X600 Pro, alors qu’elles valent près de 120 ¤, mais les X700 Pro creusent franchement l’écart pour s’approcher des très appréciées GeForce 6 600 GT. Pour un budget de 150 ¤ environ, c’est la carte la plus performante qui soit. Succédant à la célèbre gamme Radeon 9800, les X800/X850 sont d’excellentes cartes. En oubliant la X800 « tout court », la X800 XL offre un très bon rapport qualité/prix. Pour moins de 300 ¤, elle offre des performances dignes de cartes vendues entre 350 et 450 ¤. C’est le meilleur choix qui soit pour s’offrir une carte haut de gamme sans y laisser sa chemise. En haut de gamme, les X850 Pro et X850 XT sont deux très bonnes cartes, légèrement meilleures que les 6 800 GT et 6 800 Ultra de nVidia mais elles sont aujourd’hui dépassées par la 7 800 GTX et n’offrent pas encore de solution type SLI pour combiner la puissance deux processeurs graphiques. Malgré l’annonce du CrossFire en mai dernier, ATi n’a toujours rien fourni de concret à ce sujet. Récemment, ATi a annoncé une nouvelle déclinaison de sa X800, la X800 GT. Derrière cette dénomination étrange se cache une carte qui devrait être plus à même de concurrencer la 6 600 GT que ne l’a fait la X700 Pro. Attendue autour de 200 ¤ à peine, nous avons hâte de pouvoir l’essayer mais c’est surtout la future gamme Radeon R520 qui se fait attendre.

PC Update septembre / octobre 05

<57>


Dossier

Cartes nVidia hez nVidia, depuis environ un an, le soleil est au beau fixe. Après avoir souffert d’une rude concurrence de la part d’ATi durant les deux années précédentes (les Radeon 9x00 ayant connu un plus franc succès que les GeForce FX), nVidia a le vent en poupe avec ses gammes actuelles.

C

cartes haut de gamme des deux constructeurs (9 800 et FX5900) vendues pourtant bien plus cher en leur temps. La 6 600 GT possède également un atout de taille, également présent sur la 6 600 depuis peu, le SLI. En effet, grâce à cette technologie de nVidia et une carte mère compatible, il

meilleures, mais elles ne sont pas compatibles SLI. Si la GeForce 6 800 est à éviter au profit de la 6 600 GT moins onéreuse, ainsi que la 6 800 Ultra trop chère, la 6 800 GT se révèle le meilleur compromis. Récemment, le haut de gamme a explosé chez nVidia puisque les nouvelles GeForce 7 800 GT et 7 800 GTX sont apparues. Offrant des performances sans précédent pour 450 et 550 ?, les tarifs des 6 800 sont en chute libre et les cartes ATi haut de gamme perdent beaucoup d’intérêt.

SLI

Pour les configurations les plus modestes, les GeForce 6 200 se révèlent un peu plus performantes que les Radeon X300. Ici aussi, mieux vaut éviter les 6 200 TurboCache, les cartes avec très peu de mémoire vidéo embarquée. Toutefois, si ces cartes sont un peu plus véloces, elles sont aussi un peu plus onéreuses, entre 60 et 80 ?, sans que ce surplus de puissance ne soit justifié pour un PC dédié à la bureautique et à Internet. C’est sur le milieu de gamme que nVidia a vraiment pris de l’avance, grâce à sa gamme GeForce 6 600. La 6 600 est intéressante, légèrement plus véloce que les X700 pour un prix comparable, mais ce sont surtout les 6 600 GT qui ont su séduire. Vendues seulement 170 à 200 ?, elles sont un peu plus performantes que les anciennes

<58>

PC Update septembre / octobre 05

est désormais possible de combiner la puissance de deux cartes graphiques. Certes, il n’est pas très judicieux d’acheter deux 6 600 GT plutôt qu’une carte très haut de gamme, mais si votre budget ne le permet pas, vous serez bien contents de pouvoir upgrader votre PC à l’aide d’une seconde carte quelques mois plus tard ! Sur le segment des hautes performances, les GeForce 6 800 sont aussi très performantes. A modèles comparables, les Radeon sont très légèrement

La technologie SLI permet de combiner la puissance de deux cartes graphiques pour démultiplier les performances dans les jeux. De plus, vous pourrez brancher jusqu'à quatre écrans sur votre PC pour profiter d’un affichage multimoniteur hors norme. Pour pouvoir utiliser le SLI, il faut une carte mère à base du chipset nVidia nForce4 SLI, avec un logo SLI Ready et deux cartes graphiques de même modèle (6 600 GT x2 par exemple). Il y a peu, les cartes devaient être identiques mais nVidia a assoupli son pilote dernièrement, permettant ainsi de mixer deux cartes de marques différentes. Le SLI est possible avec les gammes 6600, 6 800 et 7 800 à l’heure actuelle. Pour plus d’informations sur les matériels compatibles, vous pouvez vous rendre sur www.slizone.com ou tout simplement parcourir nos anciens numéros.


Le choix de la rédac e choix de la carte graphique se fait en deux temps. Le premier consiste à trouver le bon modèle de processeur, par exemple une Radeon X800 XL, le second à savoir quelle marque et quel modèle précis choisir. Pour une machine dédiée à la bureautique et capable d’exécuter correctement des applications multimédias, nous prendrions une GeForce 6 200 comme la Leadtek WinFast 6 200 TC TDH qui ne coûte que 60 ¤ en 128 Mo. Pour un PC de joueur, la 6 600 et la X700 sont correctes, mais mieux vaut passer directement à la 6 600 GT ou la X700 Pro avec une nette préférence pour la première. Sauf si un jeu vous plaît spécialement dans un bundle, les moins chères sont aussi les meilleures (MSI NX6600GTTD128E, Leadtek WinFast 6 600 GT TDH ou Gigabyte NX66T128D-3). Elles sont désormais trouvables pour moins de 170 ¤. En haut de gamme, nous avons jeté notre dévolu sur les Radeon X800 XL puis les GeForce 6 800 GT. Les Radeon X800 XL sont moins performantes, mais également moins chères. Si l’arrivée des GeForce 7 800 fait chuter le prix des 6 800 GT au niveau de celui des X800 XL, mieux vaudrait prendre la carte nVidia.

L

Pour les adeptes du PC silencieux, sachez qu’il existe des cartes équipées d’un système de refroidissement sans ventilateur. Gigabyte fut le premier à proposer des 6 600 GT et X800 XL ainsi équipées, mais il vaut mieux ne les installer que dans des boîtiers fortement ventilés car la chaleur accumulée dans leurs immenses radiateurs devient rapi-

Pour utiliser une 6600GT de façon passive, comme cette carte Gigabyte, il faut bien ventiler l'ensemble de son boîtier.

dement importante. Pour ne pas prendre de risques, et ne pas overclocker même, vous pouvez regarder chez HIS et Sapphire qui proposent des cartes ATi refroidies avec des ventirads Artic Cooling et Zalman, les références. C’est également le cas de la nouvelle GeForce 7 800 GTX d’Asus (550 ¤) qui ne fait presque aucun bruit comparée au système de refroidissement d’origine de nVidia, tout en étant plus efficace.

PC Update septembre / octobre 05

<59>


Dossier

11.

Cartes son, fiche technique a carte son est primordiale car nous ne saurions nous passer de bandes sonores dans les jeux ou les films ou même d’écouter de la musique, toutefois son choix est beaucoup moins important que pour d’autres composants. A l’exception des musiciens qui sont en droit d’exiger un certain niveau de qualité, une aptitude à jouer/enregistrer suffisamment de sons simultanément et des connectiques bien précises, les utilisateurs lambda que nous sommes peuvent généralement se

L

contenter des cartes son embarquées aux cartes mères aujourd’hui. Pour choisir une carte son, outre le fait qu’il n’y est plus beaucoup de concurrence, il est nécessaire d’analyser certains critères. La qualité sonore est très importante bien sûr, mais elle est difficile à apprécier sur papier. Les fonctionnalités doivent aussi correspondre à vos attentes, comme un éventuel encodage MPEG-2 ou la compatibilité avec les normes de son 3D que vous utilisez

En attendant X-Fi, l'Audigy 4 représente le summum qualitatif des cartes son "grand public".

dans vos jeux et, si vous êtes justement adeptes du son sur plus de deux canaux, elle doit posséder les sorties son adéquates.

Cartes Creative e marché des cartes son « retail » en 2005 se résume à Creative, car en dehors de quelques produits vieillissants proposés par Hercules et Terratec, il n’existe plus grand-chose d’autre. Chez Creative, ce sont toujours les gammes Audigy qui règnent, avec une famille complète

L

d’Audigy 2 et une Audigy 4 destinée aux musiciens, en attendant de pouvoir tester la soi-disant révolutionnaire X-Fi. L’Audigy 4 offre une qualité légèrement supérieure à l’Audigy 2, ce que les passionnés d’audio apprécieront, mais n’importe quelle Audigy 2, même une Audigy de première génération, suffit largement

pour les utilisateurs « lambda » que nous sommes. Les différentes versions ne jouent pas vraiment sur la qualité, mais sur le type d’installation et les options éventuelles comme le rack multifonction ou la télécommande. Toutes les Audigy 2 sont bonnes, à vous de voir laquelle vous correspond le mieux.

Cartes son embarquées e plus en plus de PCistes se contentent des cartes son embarquées, c’est un excellent choix. Certes, la qualité de ces cartes son a toujours été en retrait par rapport aux bonnes cartes vendues séparément, mais le niveau atteint par

D

les modèles actuels, en AC’97 d’une part mais particulièrement pour les cartes HD Audio des cartes mères Intel récentes, suffit à se passer de l’achat d’une carte son séparée. Les puces son présentes sur les cartes mères ne sont pas toutes aussi

bonnes les unes que les autres. Par exemple, une Realtek ALC850 est plus intéressante qu’une vieillissante ALC650 ou ALC655. Toutefois, en dehors du nombre de canaux (de 5.1 à 7.1), il est difficile de faire la différence dans la pratique.

Le choix de la rédac raditionnellement, nous aurions élu une carte son séparée comme meilleur produit mais les progrès réalisés par les puces audio embarquées aux cartes mères nous font réviser notre jugement. Attention, une carte son de type Audigy 2 offre toujours une qualité sonore nettement plus élevée que la meilleure carte embarquée, ainsi

T

<60>

PC Update septembre / octobre 05

que des fonctions plus élaborées comme le décodage matériel du Dolby Digital EX, mais nous estimons qu’il n’est pas vraiment possible d’apprécier des différences avec les enceintes PC que nous retrouvons le plus souvent, des modèles d’entrée et milieu de gamme. Si vous possédez un très bon kit d’enceintes ou que vous utilisez souvent votre casque,

vous serez peut-être à même d’apprécier une SoundBlaster Audigy 2. Notez que pour un usage home cinema dans lequel vous brancheriez votre PC à un ampli de salon via une prise SPDIF (optique ou coaxiale), il n’y aurait aucune différence qualitative entre une carte embarquée et une carte fille, l’ampli s’occupant luimême du décodage.


12.

Boîtiers, fiche technique

e choix d’un boîtier se fait en fonction de son format, de sa qualité de fabrication, de son côté fonctionnel mais aussi de son look. Sachant que ce dernier point est totalement subjectif, nous éviterons de nous y attarder.

une taille. Attention, les boîtiers les plus petits sont généralement conçus pour les cartes mères microATX, faites y attention. C’est surtout dans les boîtiers tours qu’il existe différentes tailles permettant d’accueillir de six à quatorze périphériques 3,5 et 5,25".

Il est très facile de décider d’un format de boîtier, tout dépend des composants que vous souhaitez y installer et de la place que vous désirez lui consacrer. Il faut commencer par se décider entre un boîtier au format tour ou bureau (vertical ou horizontal) ou encore de type barebone (cubique) puis sélectionner

La qualité d’un boîtier, c’est le choix des matériaux mais aussi la qualité de découpe, d’assemblage et de finition. Quelques exemples typiques sont la facilité d’ouvrir les portes latérales ou la présence d’arrêtes saillantes sur lesquelles l’on se coupe. Pour en revenir au choix des matériaux, il n’y en a pas

L

beaucoup que l’on retrouve dans les boîtiers d’ordinateurs. En dehors des matières plastiques, il y a généralement de l’acier et, sur les tours haut de gamme, de l’aluminium. Enfin, le côté fonctionnel d’un boîtier est apprécié en fonction des petites astuces de montage que l’on peut y trouver. Par exemple, certains boîtiers ne requièrent par l’utilisation d’un tournevis pour réaliser le montage, d’autres ont des baies de disques durs disposées de façon à ce que l’on puisse facilement installer les disques (en transversale).

Boîtiers Antec ntec, un des leaders du marché des boîtiers fait toujours partie de nos favoris. Bien que la dernière gamme ne soit pas aussi impressionnante que l’ont été d’anciens produits, elle se révèle complète et globalement intéressante.

A

Pour satisfaire les amateurs des célèbres Antec Performance, le constructeur a sorti récemment les Performance TX, la troisième génération. Si la façade semble plus fragile qu’autrefois, le reste a globalement progressé dans le bon sens. Nous avons particulièrement apprécié la présence d’un ventilateur de 120 mm en extraction, ajustable en vitesse. Malheureusement, l’agencement intérieur n’a quasiment pas évolué. Certes, il vaut mieux ne pas changer une équipe qui gagne, mais en 2005, nous aurions apprécié de voir des disques durs en position transversale, avec des fixations rapides. Les prix de ces boîtiers sont un peu élevés si l’on considère qu’ils ne sont pas en aluminium, mais ils sont livrés avec des alimentations de qualité. Les deux modèles qui rappellent le plus les anciens Performance sont le TX1050B (noir, SmartPower 2.0 500 W, 125 ¤) et le TX1088B (gris, TruePower 2.0 480 W, 145 ¤). Les adeptes du silence avaient apprécié le Sonata. Aujourd’hui, le Sonata 2

améliore encore un peu ce concept, mais il ne s’agit vraiment pas d’une révolution. A vrai dire, le système de prise d’air sur le flanc latéral est plus difficile à installer qu’autre chose. A 115 ¤, vous aurez une tour de taille moyenne équipée d’un ventilateur de 120 mm à l’arrière et d’une alimentation SmartPower 2.0 de 450 W, elle aussi silencieuse. En option, vous pourrez ajouter un 120 mm à l’avant mais aussi un 92 mm et un 80 mm dans la condui-

te d’air latérale pour aider au refroidissement du processeur et de la carte graphique. Enfin, le nouveau P180 saura séduire les personnes qui ne souhaitent pas trouver un compromis entre performances et silence. Conçu avec toutes les astuces permettant de refroidir efficacement en tête, il se révèle très efficace. Il vaut tout de même 145 ¤ sans alimentation.

PC Update septembre / octobre 05

<61>


Dossier

Boîtiers Cooler Master hez Cooler Master, la référence en matière de boîtiers hauts de gamme tout aluminium, les choses n’évoluent pas beaucoup non plus. Il y a bien quelques nouvelles références, mais le châssis alu reste identique aux premiers modèles à succès du constructeur, sortis il y a plus de trois ans déjà !

reste peu évolué. Vous trouverez des vis à main pour les capots et les cartes filles, mais l’installation des éléments 3,5 et 5,25" reste traditionnelle. Le Stacker (150 ¤), lui, est un boîtier de grande dimension destiné à accueillir de nombreux périphériques (jusqu’à 15 !) comme l’Armor de ThermalTake que nous avions testé il y a peu.

La critique que nous venons de faire est valable pour les boîtiers des gammes Praetorian et WaveMaster qui, outre l’impressionnant Stacker, représentent le haut de gamme de la marque. Le WaveMaster (150 ¤) reste une référence, tant en qualité de fabrication qu’en look, sauf que l’agencement intérieur

En entrée de gamme, Cooler Master s’est diversifié et propose quelques produits intéressants comme la gamme Cavalier. N’utilisant l’aluminium que pour la façade, ces boîtiers sont moins onéreux mais ils offrent une qualité des plus correcte, meilleure que les Centurion, à partir de 65 ¤.

C

L'intérieur des boîtiers Cooler Master n'est pas des plus fonctionnels, mais comment ne pas succomber à ce look ravageur ?

Boîtiers Advance dvance produit une quantité astronomique de boîtiers et nous ne leur accordons qu’un quart de page… il n’est pas possible de tous les tester. Il s’agit majoritairement de boîtiers d’entrée de gamme, vendus sous la barre des 70 ¤ avec une alimentation ; de nombreux modèles sont identiques entre eux à l’exception du design de la façade.

A

A prix plancher, c'est-à-dire 30 ¤ avec une alimentation, le 805 Kymic remplit pleinement son office. Il n’offre pas une

Boîtiers LianLi l’instar de Cooler Master, LianLi s’est rendu célèbre pour ses boîtiers tout aluminium très haut de gamme. Ayant moins réussi son implémentation en France que son concurrent, le fabricant propose tout de même quelques boîtiers très intéressants, comme l’excellente gamme V-x000 (V-1000, V-2000). Vendue très cher (près de 200 ¤ pour le premier modèle, sans alimentation), c’est l’une des meilleures qualités de fabrication

A

<62>

PC Update septembre / octobre 05

Le très onéreux V2000 est l'un des plus grands boîtiers qui soit, très bien conçu et aéré.

avec une très bonne circulation d’air et un agencement sans précédent. Pour rester sous la barre des 150 ¤, vous pourrez vous rabattre sur des modèles plus classiques comme le PC-6077 (140 ¤) ou même le PC-0700 qui donne un ticket d’entrée à l’alu pour moins de 100 ¤. Le classique PC-65 qui a contribué au succès de la marque reste une bonne référence mais, comme les châssis Antec ou Cooler Master, il accuse un peu son âge.

excellente qualité de fabrication, mais vous bénéficierez au moins d’une vraie marque et non d’un boîtier mal fini et totalement inconnu. Pour un budget de 55 ¤, nous avons apprécié le 8 808 Vision. Avec son écran afficheur LCD en couleur, il vous informe des températures et autres vitesses de rotation des ventilateurs. L’alimentation de 400 W doit plutôt être considérée comme une bonne 300 W mais à ce prix, c’est déjà fort correct.


Dossier

Boîtiers Morex orex, comme Advance, propose de nombreuses références de boîtiers à bas prix, tout en intégrant un bloc d’alimentation. Toutefois, le célèbre grossiste a cessé d’utiliser des alimentations d’entrée de gamme qui affichent toutes des puissances mirobolantes pour ne livrer plus que des modèles de

M

bonne qualité, ne dépassant généralement pas les 300 W… mais de vrais watts. Le choix d’un boîtier Morex doit se faire essentiellement sur le look, comme chez Advance. Nous avons testé les MX-19 et MX-90 (60 ?) qui sont deux bons boîtiers, peut-être un poil chers par rapport aux

produits Advance mais cela reste très correct. Morex propose également un boîtier original, le I-Tee (70 ?) dont la particularité est de ressembler à un « T » lui vaut une carte mère installée en transversale de tous les lecteurs, au fond, mais il n’est pas très bien conçu si bien que certaines cartes ne sont pas compatibles.

Boîtiers Silverstone E

ncore peu réputé en France, Silverstone est un constructeur allemand qui monte. Avec

des tarifs clairement haut de gamme, le constructeur n’utilise pourtant pas que de l’aluminium et des matières nobles sur ses produits. Il a su n’en mettre que là où il fallait, c'est-à-dire sur la façade et en forte épaisseur en privilégiant une peinture haut de gamme sur la coque. L’intérieur paraît généralement plus fade mais il y a tout de même quelques astuces de montage intéressantes, comme dans l’imposant TJ-05. Ce dernier, vendu autour de 200 ¤ sans alimentation, embarque

deux (bruyants) ventilateurs de 120 mm et permet l’installation de deux 80 mm devant les cartes graphiques, idéal pour une utilisation en SLI. Son importante profondeur facilite le montage, d’autant que les disques durs sont montés sur rails et en position latérale. Pour le home cinema, au format desktop, le LC03 (160 ¤, 200 ¤ avec afficheur LCD) fait partie de nos références depuis un long moment. Les boîtiers Silverstone existent en noir et en gris.

Le choix de la rédac ous ne saurions vous recommander un seul et unique boîtier. Il en existe tant pour tellement d’usages différents ! Avant d’émettre la moindre sélection, il faut également préciser que d’autres constructeurs proposent des boîtiers intéressants, comme ThermalTake et, depuis peu, Gigabyte. Le premier modèle de ce dernier, l’Aurora 3D, nous a littéralement séduits. Pour seulement 100 ¤, il n’utilise que des matières nobles, il est silencieux et l’agencement est bien pensé. Vous y trouverez même deux trous pour passer les tuyaux d’un watercooling !

N

En vous aidant des noms de modèles cités jusqu’ici, vous pouvez être certains d’avoir un boîtier de bonne facture, ayant un bon rapport qualité/prix sauf peut-être pour les

<64>

PC Update septembre / octobre 05

plus haut de gamme. Pour le premier prix, il n’y a pas à hésiter. Les boîtiers Advance et, dans une moindre mesure Morex, sont les mieux placés. Si vous avez un peu plus d’argent, n’hésitez pas à acheter un Cooler Master Cavalier. Ils ne sont pas très chers (moins de 100 ¤ avec une alimentation). Le meilleur rapport qualité/prix de tous les boîtiers est peut-être représenté par le modèle de Gigabyte qui offre la qualité des plus grands pour 100 ¤ seulement. Si vous privilégiez le fonctionnel, les Antec Performance TX sont intéressants, mais ils ne valent pas le boîtier Gigabyte. En haut de gamme, c'està-dire 130 ¤ et plus, vous serez nombreux à craquer pour le look du Cooler Master WaveMaster tandis que certains préféreront l’exclusivité d’un LianLi ou d’un Silverstone.

Le boîtier Gigabyte Aurora 3D, fraîchement débarqué, nous a immédiatement séduits.


13.

Barebones, fiche technique

n barebone se choisit comme un boîtier, sur sa fonctionnalité et son look, mais également sur la qualité de sa carte mère et les options qu’il peut y avoir, comme une télécommande ou un afficheur LCD. Il faut également prêter attention à l’agencement des composants car cela influe fortement sur la facilité de montage, le refroidissement et donc le bruit. Si vous dési-

U

rez jouer avec votre barebone, c'est-àdire installer une carte graphique puissante, assurez-vous d’avoir suffisamment d’espace et une alimentation puissante d’au moins 275 W. Pour cet usage, nous recommandons fortement l’utilisation d’un Athlon 64 pour limiter le dégagement de chaleur dans un espace aussi confiné, d’autant que l’A64 est plus véloce pour les jeux.

Barebones AMD s939 euls Biostar et Shuttle proposent des barebones en socket 939 avec des technologies récentes comme le PCI-Express. Nous avons particulièrement apprécié le Shuttle SN25P (410 ¤), pratique et silencieux, mais le Biostar iDEQ 330P (330 ¤) se veut plus complet avec son mode audio PC éteint, tout en étant plus abordable. Malheureusement, nous avons eu quelques problèmes à nous en servir tandis que le montage et l’utilisation du SN25P se sont déroulés sans encombre. Ces deux modèles reposent sur un chipset nForce4.

S

Si vous désirez conserver une carte graphique AGP, le Shuttle SN95G5 (340 ¤) est également très bon, en nForce3, mais nous avons une petite préférence pour la gamme EQ3901 (270 ¤) de Soltek, mieux équipée et moins onéreuse. Autant les anciens modèles Shuttle étaient réputés bruyants, autant les nouveaux produits sont les plus silencieux.

PC Update septembre / octobre 05

<65>


Dossier

Barebones Intel s775 n socket 775 pour processeurs Celeron et Pentium 4 d’Intel, l’offre est un peu plus étoffée. Il n’y a pas encore de barebones avec le nouveau chipset 945, mais ceux que nous vous conseillons reposent sur l’excellent 915.

E

La nouvelle gamme IDEQ (300G et 330G à 350 et 320 ¤) offre un montage plutôt révolutionnaire, mais nous n’avons pas été satisfaits de ces produits à 100 % car ils sont assez vite bruyants (évitez les Pentium 4 de plus de 3,2 GHz) et l’utilisation des contrôleurs ATA reste incomprise à ce jour. Chez Shuttle, il existe d’excellents barebones, tant en haut de gamme avec le SB95P V2 et son 925XE, malgré un prix astronomique de 440 ¤, qu’en milieu de gamme avec le superbe et très compact SB83G5 vendu 340 ¤. Aopen propose aussi une série de barebones intéressante, possédant un excellent rapport qualité/prix. Nous avons un faible pour le XC Cube EX915, qui ne coûte que 220 ¤ pour un équipement comparable aux modèles à 350 ¤.

Le choix de la rédac our construire un PC autour d’un barebone, nous avons une nette préférence pour la solution AMD. La différence de température est si importante qu’elle change tout au bruit généré par un PC si petit. Dans ce cas, le choix est vite fait, c’est le Shuttle SN25P qu’il vous faut. Il sera parfaitement adapté pour un usage en tant que PC principal, tout autant que si vous l’installez dans le salon. Si vous souhaitez plus d’espace, les barebones Soltek sont un peu plus intéressants, mais le constructeur ne propose pas encore de modèles s939 avec PCI-Express.

P

<66>

PC Update septembre / octobre 05


14.

Graveurs CD/DVD

’il y a bien un domaine qui a connu d’importantes fluctuations de prix, c’est bien celui de la gravure. N’évoluant plus beaucoup, les graveurs de CD et de DVD sont devenus très abordables.

S

C’est bien simple, pour moins de 25 ¤, vous pouvez vous offrir ce qu’il se fait de mieux en matière de graveurs CD, c'est-à-dire des modèles capables de graver en 52x (environ 2 minutes 30 pour un CD complet !). Les modèles LG et Lite-On sont très bons, mais ils sont un peu bruyants comparés aux Philips et aux Plextor alors qu’on peut les trouver pour les mêmes prix. Mais pourquoi se cantonner à un simple graveur de CD lorsque les graveurs DVD les plus véloces ne coûtent pas 50 ¤ ? Ici aussi, presque tous les modèles sont intéressants mais nous avons une nette préférence pour les

15.

traditionnels graveurs beiges ou noirs, Nec est le seul à en proposer de couleur grise, améliorant l’intégration dans les boîtiers en aluminium.

Moniteurs LCD

epuis l’an passé, les ventes d’écrans LCD ont largement pris le dessus de celles des écrans CRT (à tube cathodique). Cet engouement pour la technologie LCD, outre les qualités techniques que nous lui connaissons, est devenu possible grâce à l’impressionnante baisse des prix que nous avons pu constater ces derniers mois. Dans toutes les tailles, les prix ont chuté, c’est pourquoi nous sommes de plus en plus nombreux à craquer pour les 19". Pour un budget de 270 à 400 ¤, vous pouvez vous offrir de très bons LCD 19" affichant du 1280x1024. Les 17" sont un peu moins chers, mais l’écart de prix n’est plus très important et mieux vaut en profiter pour gagner en surface d’affichage. En haut de gamme, les modèles de 23/24" ont également connu d’importantes baisses de prix, mais leur rapport taille/prix reste bien moins intéressant que les 17 et les 19". Les caractéristiques à analyser en achetant un moniteur LCD sont le temps de réponse,

D

Nec de la série ND-3500 (actuellement le ND-3540) qui offrent toujours le summum de la technologie pour un prix défiant toute concurrence. En sus des

exprimé en ms qui caractérise beaucoup la rémanence, ainsi que le taux de contraste et la luminosité. Aujourd’hui, tous les bons écrans ont un temps de réponse de 12 ms au maximum et un taux de contraste supérieur à 450:1. Vendu moins de 300 ¤, le LG 1915S est une référence. Ce n’est pas le meilleur écran, mais son rapport qualité/prix est sans doute imbattable. C’est un modèle 12 ms avec un taux de contraste de 500:1. Pour 50 ¤ de plus, nous vous recommandons l’excellent Samsung SyncMaster 913N, offrant une dalle 8 ms et 800:1. L'écran offrant la meilleure qualité d'affichage à l'heure actuelle est le ViewSonic VP191b, avec sa dalle de type VA. Il coûte cependant plus de 400 ¤. Si vous n’avez pas le budget pour un 19", vous pouvez également acheter la même référence en 17", le Samsung 713N (250 ¤) mais il n’offre plus que 600:1 mais cela suffit déjà amplement.

PC Update septembre / octobre 05

<67>


Pratique

Un PC dans votre voiture Musique, GPS, DVD et miniITX, mode d’emploi Par : Thomas Olivaux

M usique, films, GPS… la présence d'un PC

dans votre voiture vous ouvrira de nouveaux horizons. De la conception à l'utilisation, en passant par la réalisation, voici un guide complet du « carputer », l'ordinateur vraiment mobile.

Pour faciliter l’usage de votre PC mobile, privilégiez les interfaces spécialisées au bureau de Windows.

<68>

PC Update septembre / octobre 05


uand on est passionné, le PC trouve sa place partout, même et surtout là où nous l'attendons le moins. Après avoir envahi - presque - toutes les pièces de la maison, il débarque ce mois-ci au sein de nos chères automobiles. Et oui, c'est un projet un peu fou, mais il rassemble déjà un bon nombre d'adeptes sur les forums Internet spécialisés dans le « carpc ».

Q

A quoi peu bien servir un PC dans une voiture ? A plein de choses, pardi. Pour une majorité de gens, la lecture de musiques compressées (MP3 et dérivés) sera l'usage principal. La présence d'un disque dur augmentera considérablement la bibliothèque musicale que vous transportez avec vous. Imaginez qu'en ne consacrant que 30 Go aux MP3, ce sont déjà plus de 10 000 morceaux de trois minutes (à 128 kb/s) que vous stockerez ! Pour ce strict usage, un petit afficheur LCD peu suffire mais généralement, un petit écran LCD de cinq à huit pouces est installé. Avec la présence d'un écran, les possibilités d'utilisation d'un PC dans la voiture explosent ! En liant la vidéo à l'audio, vous pourrez également profiter de votre ordinateur de voiture pour visionner des films et toutes sortes de vidéos. Ce sont vos passagers qui seront satisfaits ! Il existe un autre usage, « logique » et apprécié, celui d'une navigation assistée par GPS, pour vous guider durant vos déplacements, mais également pour vous prévenir de la proximité de toutes sortes de points d'intérêt comme… les radars automatiques. Nous sommes de plus en plus nombreux à succomber à l'appel du PDA/GPS, pourquoi ne pas voir plus grand ? Dans le même esprit, que vous ayez un GPS ou non, l'installation d'un logiciel de cartographie vous permettra de revenir sur le bon chemin en cas d'égarement ou de planifier des balades, comme vous l'auriez fait avec un atlas papier. Enfin, à l'aide d'un téléphone mobile approprié ou d'un point d'accès Wi-Fi à proximité, vous pourrez profiter des avantages d'une connexion réseau et/ou Internet. Pour le coup, le bureau mobile prendra toute l'ampleur de sa définition. Sachant que le PC embarqué est sur le point d'exploser, des constructeurs se sont déjà lancés dans la fabrication de PC minuscules qui tiennent dans l'emplacement d'origine de l'autoradio. Toutefois, pour plus de souplesse et pour réduire les coûts, nous préférons comme toujours assembler nous-mêmes notre ordinateur, c'est pourquoi nous n'allons parler que des éléments séparés. La conception d’un PC de voiture est plus complexe qu’il n’y paraît. Il faut prendre en compte des considérations différentes de celles auxquelles nous sommes habitués. Ici, la puissance et le silence cèdent la place à la faible consommation et à l’encombrement réduit. Par ailleurs, si vous souhaitez faire une installation de qualité, tant informatique qu’acoustique, vous devrez vous révéler bricoleurs car l’intégration du PC dans la voiture n’est pas de tout repos pour obtenir un résultat concluant. Le PC que nous allons construire ensemble à pour objectif de remplacer votre autoradio. Toutefois, si vous ne souhaitez pas investir et installer des composants audio trop complexes et onéreux dans votre voiture, vous pourrez tout de même profiter du PC, à condition que votre autoradio actuel dispose d’une entrée audio afin d’y relier la sortie de la carte son. Bien que cela dépasse le cadre de votre magazine, nous ferons un encadré sur la réalisation d’une installation audiomobile afin de compléter le projet du PC dans la voiture.

A l’image de MP3Car, il existe des sites Internet spécialisés sur l’installation d’un PC dans la voiture.

PC Update septembre / octobre 05

<69>


Pratique

Choisir ses composants our construire un ordinateur de voiture, vous devez acheter quelques composants, mais vous pouvez également faire un peu de récupération car, pour une fois, la puissance n'est pas un critère primordial. A commencer par le choix du couple carte mère/processeur, plusieurs solutions s'offrent à vous. Nous recommandons d'opter pour une plate-forme VIA EPIA au format miniITX. Avec un gabarit aussi petit que 17x17 cm et une consommation électrique ridicule pour un prix relativement attractif, c'est sans aucun doute le meilleur choix. Pour plus de puissance, le Pentium M se révèle lui aussi très intéressant car il existe aussi des cartes mères miniITX pour ce dernier. Hélas, les tarifs d’une base Pentium M s'envolent. A moins que vous souhaitiez lancer des jeux 3D dans votre voiture, il n'est pas nécessaire d'aller voir si loin. Pour réduire les coûts au maximum, vous pouvez également recycler une ancienne carte mère ATX ou microATX accompagnée d’un

P

12x12 cm, le format nanoITX est encore plus intéressant, mais c’est encore trop tôt.

« Un PC miniITX VIA EPIA complet consomme moins qu’un Pentium 4 530 (3.0 GHz) seul ! »

Lorsque la voiture propose un tableau de bord avec pas mal de place, autant y intégrer proprement l’écran !

<70>

PC Update septembre / octobre 05

ancien Duron/Athlon ou Celeron/Pentium III, mais songez que votre PC de voiture consommera alors bien plus, chauffera d’avantage sans oublier que les formats ATX (30,5x24,4 cm) et microATX (24,4x24,4 cm) sont plus difficiles à loger. Selon la carte mère que vous choisissez, il vous faut peut-être une carte graphique et/ou une carte son. Une fois que vous aurez choisi puis acheté votre carte mère et votre processeur, vous devrez encore vous procurer, au minimum, une barrette de mémoire, un disque dur et une alimentation électrique. Le lecteur CD/DVD, les dongles infrarouges, Bluetooth et Wi-Fi ainsi que le lecteur de cartes mémoire sont des plus. Indépendamment du PC, il vous faudra aussi un écran et une installation audio, mais nous reviendrons là-dessus dans un deuxième temps.

FAIBLE CONSOMMATION Comme dit, nous avons une préférence pour les plates-formes EPIA de VIA pour assembler un PC de voiture. Ces cartes mères miniITX intègrent un processeur, soudé, ainsi qu’un équipement très complet (audio, vidéo, USB 2.0…). Les prix du neuf varient de 110 ¤ pour 533 MHz à près de 250 ¤ avec 1,3 GHz. Les fréquences peuvent paraître faibles par rapport aux processeurs dont nous équipons nos PC domestiques aujourd’hui, mais c'est ainsi que l'on produit des processeurs très peu gourmands en énergie, capables de tourner sans ventilateur jusqu'au gigahertz ! D'un point de vue puissance par ailleurs, ce n'est pas folichon du tout. Les tests que nous avons menés placent le C3 1 GHz à un niveau comparable au Pentium III 500 seulement ! Ça paraît bien peu, mais il suffit de se remémorer les applications sou-


que l'on peut se procurer pour 170 ¤.

haitées pour se rassurer. Nous lisions déjà des fichiers MP3 en 1997 avec des processeurs de moins de 166 MHz. La décompression des films DivX est plus exigeante, mais si la carte graphique ne se croise pas les bras, ils sont facilement lus par un Pentium III de petite fréquence. Le GPS quant à lui n’est pas non plus très exigeant, il faut surtout un disque dur rapide pour que la carte s’affiche rapidement. Pour vous guider dans le choix du processeur, nous recommandons une carte mère EPIA qui embarque un CPU d’au moins un gigahertz si vous souhaitez profiter des DivX, bien que certains s'en sortent avec moins, sachant qu’un modèle de fréquence inférieure sera parfaitement adapté à la lecture des fichiers MP3. Les cartes mères EPIA intègrent en standard une carte graphique, peu puissante mais satisfaisante, une carte son de qualité suffisante et des connectiques modernes en nombre suffisant pour la plupart des cas (USB 2.0, FireWire). Selon les modèles, vous trouverez également des options intéressantes comme le lecteur de cartes PCMCIA et le lecteur de cartes CompactFlash des modèles EPIA MII. Le projet que nous avons réalisé pour illustrer ce dossier repose sur une EPIA M10000 (1 GHz)

Dans le cas où vous auriez un besoin important de puissance, le Pentium M permet de conserver une consommation électrique réduite. Comme nous le disions, il existe également des cartes mères au format miniITX, de marque

Commell (www.commell.com.tw) ou DFI (www.dfi.com.tw) par exemple, mais elles se vendent entre 230 et 350 ¤. Ajoutez à cela les quelque 210 à 450 ¤ nécessaires pour le processeur. A la finale, la solution Pentium M coûte un minimum de 440 ¤, presque le double de la plus grosse carte mère EPIA ! Il y a également l’option qui consiste à acheter un barebone et à n'utiliser que sa carte mère, mais le prix de revient n’est pas plus intéressant. Reste alors la solution ATX ou microATX, malgré l'encombrement. Si vous partez dans cette optique, à moins de conserver l’idée du Pentium M, ne prenez pas un processeur trop gourmand en énergie. A moins que vous ne possédiez une voiture avec un alternateur et une batterie surdimensionnés, il vaut mieux essayer de réduire la consommation au maximum. Pour vous donner quelques points de repère, sachez que vous n’aurez aucun mal à alimenter un PC consommant jusqu'à 100 W. C’est exactement ce que tirent deux ampoules de codes ou de plein phares, les plus courantes. Toutefois, moins vous consommerez, moins votre batterie se déchargera et moins votre alternateur (qui génère de l’électricité en roulant et recharge la batterie) sera sollicité. En partant d’une plate-forme VIA EPIA, un PC complet ne consomme pas plus de 50 W en charge maximale, sachant qu’il ne tirera pas plus de 25 W en

En Europe, CarTFT.com est leader concernant la vente d’écrans et d’accessoires spécialisés pour l’installation d’un PC dans la voiture.

PC Update septembre / octobre 05

<71>


Pratique

Les cartes mères VIA EPIA, au format miniITX, sont les plus intéressantes à l’heure actuelle pour construire un carputer.

usage basique, lecture audio MP3 par exemple. Les PC Pentium M ne consommeront pas beaucoup plus si vous êtes restés sur les plus petites fréquences. En revanche, le moindre

<72>

PC Update septembre / octobre 05

Pentium III 1 GHz réclame déjà bien plus d’énergie électrique, autour de 30 W, quant à l'Athlon de cette époque, c'est encore pire, pas loin de 50 W à lui tout seul. C’est d’ailleurs plus qu'un

Pentium 4 2.0A (Northwood) ! En sus du couple carte mère + processeur, vous avez besoin de mémoire vive, d’un disque dur et d’une alimentation électrique, pour le strict minimum. Concernant la mémoire, optez pour un minimum de 256 Mo et un maximum de 512 Mo. La simple lecture de fichiers audio MP3 peut se contenter de 128 Mo, mais vous devez alors choisir un système d’exploitation moins gourmand que Windows XP pour ne pas trop « ramer ». La vitesse de la mémoire n’a guère d’importance, les cartes mères VIA EPIA ne sachant même pas tirer profit de la PC3200 (200 MHz), sauf la nouvelle série EPIA SP ! Une barrette de récupération en PC2100 (133 MHz) ou PC2700 (166 MHz) sera donc tout à fait appropriée. Attention, les cartes miniITX n’ont généralement qu’un seul emplacement de DDR. Pour le disque dur, la vélocité reste un critère important, la capacité n’étant liée qu’à votre désir de stocker plus ou moins de musique. Comme nous le disions en introduction, un simple disque de 30 Go suffit à embarquer environ 10 000 morceaux de musique, il n’est donc pas nécessaire d’aller acheter un disque de grande capacité. En revanche, nous recommandons l’usage de disques durs 2,5", les modèles conçus pour les ordinateurs portables. En effet, outre leur encombrement réduit, ces disques sont capables d’encaisser les chocs bien mieux que les disques 3,5" conventionnels. Dans une voiture, même si la suspension est confortable, soyez certains que le


Commandez les

Anciens numéros en E-book sur CD Rom 00 59 FX

EM PR LA FIN EN

DOSSIER PORTABLE

Un PC portable peut il remplacer un PC de bureau ?

UN PC OLIDATA, UNE GEFORCE FX MSI ET BEAUCOUP D’AUTRES LOTS À GAGNER !

S, IA AT VID ULT E N RÉS D S NSE IER O RÉP

RAND CONCOURS

ENFIN TESTÉ : ATHLON 64, FAUT IL ATTENDRE POUR L’ACHETER ?

GE FORCE FX : NVIDIA À L’ASSAUT DE LA RADEON 9700

PC : 3 Configs idéales selon votre budget

Le réseau sans fil passe au haut débit !

TEST EXCLUSIF

Test et mise en pratique des premiers kits 54 Mbps

RADEON 9700 : LA NOUVELLE BOMBE ATI DÉV

Economisez ! Boitiers, alimentations

DOSSIER UPGRADE

Comment upgrader ou acheter au moindre prix

votre PC carte 3D

les pièges à éviter

pour booster vos jeux? Faut il craquer

alimentations ventilateurs

Les clés pour bien choisir

4Plus d’esthétisme, plus de silence

ET COMPARATIF

Préparation, montage, astuces et les 19 meilleurs ventirads en test EN

PRATIQUE

Pilotez votrePC et toutes vos applications avec une télécommande !

Overclocking de cartes graphiques : gains faciles, coût 0

FSB 400, 533, 800 ? Performances, optimisation, tout sur le Front Side Bus des cartes mère

Pour mieux comprendre

> notre guide des chipsets, de la 3D et de la RAM Cartes 3D Que faut il acheter aujourd’hui

Stockage de poche clés USB, mini disques, notre sélection

Créez votre vidéo DivX de A à Z

DOSSIER

Special haut débit 4 partager EN

PRATIQUE

EN

PRATIQUE

sa connexion son routeur ou son modem son forfait

PRATIQUE

4 choisir

Transformez votre Overclockez votre Créez vos PC en magnétoscope intel et AMD et DVD vidéo, numérique gagnez des MHz c’est facile !

4 choisir

Le guide des processeurs vous upgrader votre CPU ? • AMD ou Intel ? • Prix, performances, capacité d’overclocking • Quelle ram utiliser ?

Redécouvrez votre PC : carte graphique, processeur, comment ça marche ?

PCUpdate

magazine

4Septembre - Octobre 2002 - n° 1

pour choisir, upgrader et booste

numéro

ET COMPARATIF

Spécial

DVD

numéro

1

Processeurs : les bons choix pour votre ordinateur

Dossier Upgrade Donnez une seconde jeunesse à votre PC

1 5,904

4Toutes

les solutions de mise à jour décortiquées, configuration par configuration. 4Des conseils pour tous les budgets et tous les usages

> Graveurs

Les vrais gains de l’upgrade composant par composant

> Normes > Lecture vidéo > Création

de DVD > Copie

lecteurs portables : emmenez vos vidéos partout

EN

magazine

Hardware

DOSSIER PRATIQUE

• Devez vous et pouvez

Le comparatif des platines DivX de salon

Serial ATA les disques durs sont enfin là !

Comparer, choisir, optimiser son PC

pour choisir, upgrader et booster son PC !

64

numéro 1

Maîtriser

DIVX

Plus de confort et de nouveaux usages pour votre micro

belgique / luxembourg : 6,5 € CH 9,5 FS

PRATIQUE

Bien refroidir son processeur

4 Mai / juin 2003 - numéro 5

DOSSIER PRATIQUE

Rajeunissez votre PC !

sans fils SPECIAL

Bel/Lux : 6,50 3- CH 9,5 FS-Dom/Tom 6,50 3- CAN 9$

Ne jetez pas votre PC, donnez lui un nouveau souffle ludique !

L 18982 - 4 - F: 5,90 E - RD

Toutes nos astuces dans 4 PC tuning, les meilleurs produits

DOSSIER

plus de stabilité

> toutes les nouveautés des chipsets de référence Intel > le comparatif des meilleurs produits > les gains du Pentium 4 FSB 800 > notre guide pour l’upgrade et le montage

3:HILSTI=WUZ^UW:?a@a@a@o@k;

8BLACK GOLD

magazine

Octobre/novembre 2002

GUIDE D’ACHAT

Cartes mères ? I865 et I875 FSB800

8HOME CINEMA

bel / lux : 6 5 ¤ CH 9 5 FS CAN 9 $ DOM/TOM 6 10 ¤

8TRANSPARENT

&

Le PC Bluetooth, réseau, clavier, joystick, souris, joystick, écran, vidéoprojecteur, télécommande multimedia, webcam, débarassez votre PC de ses chaines !

4Plus de performances,

pour les nouvelles 8PC HIGH QUALITY

N’ACHETEZ PLUS SANS NOUS !

pour choisir, upgrader et booster son PC ! DOSSIER

magazine

Hardware

4 Janvier - février 2003 - n° 3

Boîtiers

GUIDE D’ACHAT

Gagnez en performances en dépensant moins !

Ventirads refroidissement,

PRATIQUE

stabilité, silence, prix : les élus

GUIDES D’ACHAT • Mémoire vive : la bonne quantité • Disques durs : taille, vitesse, cache ; que choisir ? • Photo : de 2 à 8 Mpixels, la bonne définition

bel / lux : 6,5 ¤ CH 9,5 FS - CAN 9 $ - DOM/TOM 6,10 ¤

magazine

COMPARATIF

DOSSIER PRATIQUE

Personnalisez Quelle

Octobre/Novembre 2003 numéro 7 5,90 4

PCUpdate

N’ACHETEZ PLUS SANS NOUS !

pour choisir, upgrader et booster son PC !

PCUpdate

magazine

?

4 Mars - avril 2003 - n° 4

Hardware

PCUpdate Hardware PCUpdate Hardware PCUpdate Hardware PCUpdat Juin/Juillet 2003 numéro 5 5,90 4

ET COMPARATIF

Watercooling Performant !

Bel/Lux : 6,50 3- CH 9,5 FS-Dom/Tom 6,50 3- CAN 9$

Silencieux ! EN

PRATIQUE

Esthétique !

Montage de PC Monitoring pas à pas pour un montage la chaleur arrive, propre, pratique et esthétique surveillez votre PC !

Facile et pas si cher que çà !

Comparer

Notre sélection des meilleures imprimantes pour la photo

Comparer

Transportez et stockez vos données : toutes les solutions au banc d’essai

Choisir

Enceintes les 15 me modèles 4.1 et hom

Pratiquer

Lecteurs MP3 : disque dur, mémoire, CD, lequel acheter ?

TESTS

Benchez et optimisez votre micro Belgique : 6,50 3

PRATIQUE

Monter son premier film DV

COMPRENDRE

Choisir sa norme DVDR

AMD/Intel : Les meilleurs processeurs de la rentrée

A renvoyer à : Tech.Age Anciens numéros, 38 rue Garibaldi 93100 Montreuil N’ayant plus d’exemplaires papier, nous vous proposons des versions E-book, livres electroniques en format PDF de très haute qualité sur CD. Cochez ci-dessous les cases correspondant aux numéros que vous souhaitez.

✂ -----------------------------------------------------------------

❏ Les 17 anciens numéros de PC Update en Ebooks sur CD : 25 € ❏ Les 17 anciens numéros de Hardware Mag en Ebooks sur CD : 25 € ❏ Les 34 anciens numéros de PC Update ET Hardware Mag en Ebooks sur CD : 40 €

(merci de remplir cette partie en lettres majuscules)

❏ Mr

❏ Mme ❏ Melle

Nom :

Prénom :

Adresse : x Code Postal : x x x x x x Ville : Téléphone : x

x

x

x

x

x

Pays :

x

x

x

x

x

x

x

Fax : x

x

x

x

x

x

x

x

x

x

x

Email : Ci-joint mon règlement de

x

x € par chèque bancaire ou postal (à l’ordre de Tech-Age)

Bulletin à retourner à l’adresse suivante :

Tech.Age Anciens numéros, 38 rue Garibaldi 93100 Montreuil Tarif valable pour la France métropolitaine uniquement. En application de la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978, vous disposez d’un droit d’accès et de rectification aux données vous concernant.

VOUS POUVEZ EGALEMENT TELECHARGER LES ANCIENS NUMEROS à L’UNITE SUR NOTRE SITE WEB

WWW.TECHAGE.FR


Pratique

Les « risers » « Si vous souhaitez utiliser une alimentation classique de PC, il faudra l’associer à un redresseur de tension » disque dur sera bien secoué. Pour une fois, le bruit n’est pas vraiment un critère de choix, sachant que le disque dur sera caché d’une part, que vous aurez un bruit environnant (voiture + route) relativement élevé d’autre part. Intéressons-nous enfin à l’alimentation électrique. En voiture, le fonctionnement d’un PC pose un vrai problème, sachant que les alimentations ATX que nous connaissons réclament un courant 220 V alternatif tandis que nos autos fonctionnent avec du 12 V continu. Ici, deux solutions se présentent. La première, moins noble mais également moins onéreuse, consiste à conserver une alimentation électrique de PC et à utiliser un appareil capable de transformer du 12 V continu en 220 V alternatif, c’est ce que l’on appelle un redresseur de tension. Si vous optez pour cette idée, prenez l’alimentation PC de votre choix, avec une préférence pour les modèles de barebones plus petites (150 W suffisent amplement !) et procurez-vous un redresseur de tension chez votre accessoiriste auto favori. Ils sont généralement vendus pour être branchés sur la prise allume-cigare et existent de différentes puissances. Une fois encore, 150 W suffisent si vous êtes partis sur une plate-forme EPIA ou Pentium M. La seconde solution consiste à acheter une alimentation électrique spécialement conçue pour

Pour l’installation des cartes filles, AGP et/ou PCI, il existe un accessoire fort pratique appelé « riser ». Le riser permet par exemple de mettre une carte fille à plat et non à la verticale, avec un angle de 90°. Il existe aussi des risers souples, la carte fille étant reliée par une sorte de nappe au connecteur AGP/PCI. Enfin, des risers doubles permettent, comme nous l’avons fait, de brancher deux cartes PCI sur un seul port PCI. Tant que vous n’utilisez pas des périphériques trop gourmands en bande passante, ça ne sera pas un problème.

les PC de voiture. Et oui, ça existe, elles présentent même de nombreux avantages. Pour commencer, transformer du 12 V en 220 V pour ressortir du 12 V de nouveau représente un beau gâchis énergétique. Vous aurez un bien meilleur rendement avec ces alimentations 12 V – 12 V. D’autre part, ces alimentations sont également conçues, pour certaines d’entre elles, avec des fonctionnalités spécialement étudiées pour un usage automobile. Par exemple, elles peuvent détecter que le moteur tourne et lancer le PC automatiquement, mais égale-

ment l’éteindre une fois la voiture éteinte. Vous trouverez ce type d’alimentation sur des sites spécialisés dans les composants de PC embarqués comme Think ITX (www.thinkitx.com) ou miniitx.com (www.mini-itx.com), mais les tarifs sont assez prohibitifs (70 ¤ minimum). Pour notre réalisation, nous avons acheté une barrette de 512 Mo PC3200 de marque PQI, un disque dur 2,5" Hitachi (7 200 tours, 8 Mo) et nous avons conservé une petite alimentation électrique de barebone, de 300 W, à laquelle nous avons adjoint un redresseur de tension.

ALLEZ PLUS LOIN Bien que le PC décrit plus haut puisse sembler suffisant pour un usage strictement automobile, quelques composants supplémentaires permettent d’aller plus loin. Malgré la présence d’une carte graphique sur la plate-forme EPIA, nous avons choisi d’installer une carte graphique séparée. Ce n’est pas le manque de puissance 3D qui a motivé ce choix, car la GeForce4 MX PCI choisie ne permet pas non plus de jouer aux jeux récents, mais l’impossibilité de créer des résolutions personnalisées. Sachant que l’écran que nous avons retenu est prévu pour fonctionner en

<74>

PC Update septembre / octobre 05


800x480, nous avons préféré l’utiliser tel quel. Toutefois, la carte graphique d’origine permettait déjà d’obtenir un affichage de bonne qualité en 800x600, mais l’image est alors un peu écrasée. De même, nous avons préféré utiliser une carte son différente de celle d’origine, bien qu’elle ne soit pas mauvaise. C’est la SoundBlaster Audigy 2 ZS qui a été retenue, pour sa qualité audio bien sûr, mais surtout car c’est la seule carte qui, à notre connaissance, permet de faire du bistéréo et de passer d’une paire d’enceintes à l’autre. En effet, en temps normal, les aficionados du PC de voiture installent un doubleur à la sortie de leur carte son pour disposer d’une sortie pour les enceintes avant de la voiture et d’une sortie pour les arrières. Grâce à l’Audigy 2 ZS (les premières Audigy 2 n’en sont pas capables) et son logiciel CMSS 3D, vous pourrez directement brancher vos deux câbles à deux des sorties de la carte et régler le volume de l’une à l’autre, recréant exactement le principe de « fader » des autoradios. Attention toutefois, ceci n’est nécessaire que si vous optez pour une installation audio haut de gamme dans votre voiture, en utilisant des amplificateurs externes. Si vous entrez via une prise « ligne » de votre autoradio habituel, vous n’aurez pas cette notion à prendre en compte. Soit l’autoradio reproduira lui-même le signal à l’avant et à l’arrière et le fader intégré fonctionnera, soit vous n’aurez du son qu’à l’avant ou à l’arrière, mais c’est fort peu probable. Vous pouvez également ajouter d’autres composants pour étendre les possibilités de votre PC de voiture. Un dongle Bluetooth par exemple, permettra d’accueillir des périphériques comme un GPS, un clavier/souris ou un téléphone. Le contrôleur Wi-Fi vous permettra de récupérer des musiques et d’autres fichiers depuis votre PC principal, tout en étant garé dans la rue ! A proximité d’un « hotspot » Wi-Fi, vous pourriez même avoir accès à Internet ! Si vous désirez visionner des images ou rapporter quelques fichiers sans encombrement, un lecteur de cartes mémoire sur port USB pourra vous servir. Sur notre PC, nous avons ajouté le Bluetooth, le Wi-Fi ainsi qu’une petite télécommande infrarouge (de marque Trust) pour piloter le volume et le changement de morceau sans avoir à allumer l’écran.

Xenarc fabrique de nombreux écrans, que l’on retrouve sous divers appellations.

pour un écran format cinéma de 7" environ. Ceux sont désormais les plus courants, une taille bien adaptée à un usage automobile. Il en existe de différentes sortes, fixes ou amovibles et tactiles ou non. L’écran fixe, à visser par exemple sur le tableau de bord, est moins cher. Toutefois, dans la société actuelle, laisser un écran LCD en évidence est, hélas, synonyme de vitre brisée en quelques jours si ce n’est quelques heures. Si vous êtes bricoleurs, l’écran fixe peut toutefois être mieux intégré dans la voiture, pouvant même donner l’illusion d’être un écran d’origine comme nous en voyons de plus en plus. Certes, dans une R5 de 1975, ça ne respirera pas l’origine… mais au moins il ne sera pas volable aussi facilement. Si vous préférez rester discrets, il existe également des écrans escamotables, généralement motorisés. Ceux-ci viennent occuper l’emplacement d’origine de l’autoradio et ne sortent que sur demande. Fermés, ils sont très discrets. Selon les modèles, les dalles peuvent être tactiles, c'està-dire que vous pourrez vous en servir comme souris. Dans une voiture, c’est un must ! Il existe de nombreux sites qui vendent des écrans LCD adaptés à l’usage automo-

bile, le plus complet et réputé en Europe étant CarTFT.com (www.cartft.com). Nous avons opté pour l’écran motorisé et tactile K301, vendu 500 ¤, pour notre projet, mais sachez que les premiers modèles tactiles sont vendus moitié moins. Pour la partie affichage, faites très attention à acheter un écran VGA, avec une prise VGA Sub-D15 et non une simple entrée vidéo composite car la qualité d’affichage change du tout au tout. La résolution n’a que peu d’importance, la majorité de ces écrans affichant du 800x480, 800x600 (SVGA) ou 848x480 (WVGA). Côté dalle tactile, il faut généralement une prise USB, mais certains modèles sont sur port PS/2 et d’autres sur port série.

Une fois que vous avez sélectionné les composants pour votre PC embarqué, il faut également choisir un écran. Bien que les tarifs aient considérablement baissé, ça reste l’élément le plus cher à acheter. La mode veut que vous optiez Un PC miniITX tient sans encombre dans une boîte à gant, du moins les anciennes sans airbag, plus volumineuses.

PC Update septembre / octobre 05

<75>


Pratique

La hi-fi en voiture our bénéficier d’un son de qualité en voiture, l’usage d’un autoradio d’origine est fortement déconseillé. Même les autoradios haut de gamme n’offrent pas une qualité transcendante. Et pour cause, lorsque l’on voit la taille d’un autoradio, comment voulez-vous y loger un amplificateur haute puissance de qualité ? Habituellement, la solution consiste à faire appel à un ou des amplis externes, c’est d’ailleurs l’idéal dans le cadre d’une utilisation d’un carpc. De même, les haut-parleurs d’origine sont généralement de piètre qualité et l’absence de caisson de basses ne permet pas de reproduire correctement le bas du spectre audio. Enfin, les fils d’enceintes de base sont un peu petits pour y faire transiter du son sans attraper de parasites… A ceux qui s’imaginent déjà devoir dépenser une fortune dans l’équipement audio de leur auto ou qui se croient partis pour une installation de

P

<76>

PC Update septembre / octobre 05

type « tuning » qui ne leur conviendrait pas du tout, sachez que c’est partiellement faux. Pour commencer sur le plan financier, il est vrai que l’investissement n’est pas anodin, surtout si vous optez pour des composants neufs. Toutefois, l’audiomobile est un milieu qui bouge beaucoup, dans lequel vous trouverez facilement des pièces d’occasion en très bon état. Au sujet du tuning, c’est à vous de voir. Si vous souhaitez transformer votre coffre en véritable showroom, libre à vous, mais sachez qu’il est aussi possible, en jouant d’astuces, de réaliser une installation invisible à l’oeil nu, si ce n’est la présence d’un caisson de basses ; ce dernier pourra lui aussi être très discret, en épousant par exemple le même revêtement que votre coffre. Pour bien commencer, il faut acheter un kit d’enceintes éclaté pour mettre à l’avant de votre voiture. Un kit éclaté est en fait un ensemble de deux hautparleurs, l’un spécialisé dans les sons

de type medium et l’autre pour les aigus (le tweeter), les deux étant branchés à un filtre capable de diviser les fréquences et d’assigner uniquement celles qu’il faut aux deux membranes. Comptez environ 200 ¤ en neuf et 120 ¤ en occasion pour un kit éclaté avec un medium de 13 cm ou 16 cm de bonne facture. Il faut également acheter un caisson de basses à mettre dans le coffre. Un modèle avec une gamelle de 27 cm suffit déjà largement, comptez 250 à 300 ¤ en neuf, à partir de 100 ¤ en occasion. Côté amplification, il vous faut un amplificateur trois ou quatre canaux, deux pour l’avant (gauche et droite) et un pour le caisson de basses. Comptez 250 ¤ pour un modèle neuf, à peine plus de 100 ¤ sur le marché de l’occase. Si vous souhaitez installer des HP à l’arrière, bien que ça ne soit pas du tout une obligation, vous devez également acheter une paire d’enceintes et prévoir un ampli avec suffisamment de canaux (deux de plus). Pour quatre haut-parleurs et un caisson de basses, il existe des amplificateurs 4+1. Pour le câblage, prévoyez du fil de 1,5 à 2,5 mmÇ pour les enceintes et un cordon d’au moins 10 mmÇ, sans doute 20 mmÇ pour l’électricité à amener à l’amplificateur. Dans le doute, demandez plus de précisions à un spécialiste. Une installation audio de qualité avec quatre haut-parleurs (kit éclaté à l’avant), un caisson de basses et l’amplification ainsi que le câblage nécessaire vous coûtera donc environ 800 ¤ pour du matériel neuf, moitié moins pour de l’occasion. D’un point de vue qualitatif, même si vous n’êtes pas encore en mesure de gagner des concours, c’est déjà « le jour et la nuit ». Pour choisir la puissance de votre ampli et de vos haut-parleurs, prenez l’habitude de parler avec de « vrais » watts, les watts RMS. Un amplificateur qui sort 40 W RMS par canal est suffisant, sauf pour le caisson de basses où une puissance de 100 W semble être un minimum. Vous pouvez opter pour plus, mais assurez-vous que les haut-parleurs achetés sont alors capables d’encaisser la puissance de votre amplificateur. Concernant la taille des haut-parleurs, des mediums de 16 cm sont souhaitables à l’avant, mais pour simplifier l’installation, mieux vaut réutiliser la taille d’origine de votre voiture, généralement 13 ou 16 cm.


Il faut faire très attention à soigner l’alimentation électrique des amplificateurs. C’est nécessaire tant pour le bon fonctionnement que pour la sécurité.

C’EST DU BOULOT Une fois que vous avez acheté tout votre matériel, qu’il soit destiné à un usage via autoradio ou PC, il faut encore l’installer ! Si vous n’avez jamais fait ça auparavant, prévoyez de ne pas utiliser votre voiture durant quelques jours ! Voici, en quelques mots, ce qu’il faut faire. Commencez par décider de l’endroit où vous allez installer votre (vos) amplificateur(s). Tous les câbles s’y regroupant, c’est un choix important. Il se loge généralement dans le coffre, mais parfois sous un siège ou tout autre endroit suffisamment grand, peu visible et correctement ventilé. L’ampli devra être vissé, à même la tôle ou contre une planche de bois, selon votre voiture et votre maniaquerie. D’un point de vue du câblage, vous devez tirer une alimentation directement depuis la batterie. Un amplificateur étant gourmand en énergie, ne blaguez pas avec l’alimentation sans quoi vous risquez de mettre le feu à votre auto ! Le câble positif doit partir de la batterie et finir à la borne « + » de l’ampli, en utilisant impérativement un porte-fusible à proximité de la cosse « + » de la batterie. Pour la masse, il faut utiliser le cordon le plus court possible, 20 cm étant par exemple une bonne distance. Vous pouvez visser la masse à même la tôle de votre coffre, en ayant pris le soin de poncer la peinture sur une petite surface au préalable pour assurer un bon contact. Vous devez également tirer des fils d’enceintes depuis l’amplificateur jusqu'aux haut-parleurs, ainsi que des cordons RCA/RCA ou RCA/mini-Jack depuis les sorties de l’autoradio/PC aux entrées de l’ampli. Petit détail important, un amplificateur requiert un signal de +12 V pour démarrer. Ce signal est communiqué par l’autoradio via une fiche bleue (norme ISO). Pour un usage PC comme nous faisons, vous pouvez brancher ce petit fil à même un connecteur Molex, en face du fil jaune de la fiche Molex. Notez que les cordons RCA/RCA que l’on utilise en

audiomobile sont équipés d’un petit fil entre les cordons noir et rouge, ce petit fil est justement prévu à cet effet, la commande de l’amplificateur. Pour une installation propre, il faut démonter l’essentiel de l’intérieur pour dissimuler les câbles

sous la moquette, dans les passe-câbles d’origine de la voiture. Enfin, il faut prévoir de fixer le caisson de basses pour qu’il ne se balade pas à chaque virage. Avec un peu d’expérience, cette opération peut être menée en un week-end bien chargé.

Nous avons installé ces deux amplis au fond du logement de la roue de secours. Cette dernière sera remplacée par une roue moins épaisse.

PC Update septembre / octobre 05

<77>


Pratique

Pas à pas installation 1

CHOISIR L’EMPLACEMENT

Avant de vous lancer dans de gros travaux, vous devez définir où votre PC sera installé. Si vous voulez quelque chose de discret, il n’y a pas beaucoup de solutions. Soit votre boîte à gants est assez grande, soit vous devez le mettre dans le coffre. Dans certains véhicules tels que les monospaces, la hauteur sous les sièges avant est parfois suffisante. Il est important de bien penser l’emplacement car vous devez en faire partir tous les câbles, notamment le cordon VGA jusqu'à l’écran et les cordons RCA audio jusqu'à l’amplificateur. Dans notre cas, nous avons opté pour la boîte à gants. Le véhicule étant ancien et non équipé d’un airbag, le volume était suffisant pour un PC miniITX. Nous avons acheté une seconde boîte à gants à la casse afin de ne pas détruire celle d’origine en pensant à la revente éventuelle. En optant pour la boîte à gants, assurez-vous qu’il y a assez d’espace autour pour y loger des câbles et que cette dernière puisse encore s’ouvrir ! Si vous optez pour le coffre, l’espace n’est plus vraiment un problème. Au passage, si l’intégration n’est pas votre dada, vous pouvez très bien loger un barebone ou tout autre PC peu volumineux à même le coffre, fixé comme vous le feriez avec un caisson de basses !

1

2 idéale. Si vous souhaitez empiler plusieurs composants, prévoyez de pouvoir fermer la boîte ! Dans notre cas, nous avons opté pour l’installation de la carte mère à même le fond, sur des petits picots en laiton comme dans les boîtiers traditionnels. Le disque dur sera vissé tout au fond, n’occupant quasiment pas d’espace et l’alimentation sera à l’opposé de la carte mère. Nous avons choisi d’installer notre carte graphique et notre carte son PCI au-dessus de la carte mère en utilisant un « riser » souple pour nous laisser plus de liberté. Les connectiques sortiront donc à gauche de la boîte à gants, la place étant juste assez grande pour que les fils branchés ne soient pas gênés.

LA CRÉATION

« PENSER » MONTAGE

3

La partie montage n’est pas dès plus facile. Puisque nous ne partons pas d’un boîtier standard, il faut penser, découper, visser… Comme toute personne qui modifie régulièrement son boîtier PC, nous sommes équipés d’une perceuse de précision, couramment appelée Dremel du nom des plus célèbres. C’est un investissement que nous vous recommandons vivement si vous appréciez bricoler. A l’aide de petits disques, nous avons procédé à des découpes dans notre boîte à gants, notamment sur la gauche pour poser la plaque ATX et sur la droite pour l’alimentation électrique (prise et ventilateur). Nous avons également fait quelques trous pour visser les cartes et le disque dur. A voir en photo, ça paraît simple, mais il y a déjà là quelques

LE

2

Pour réaliser un ordinateur dans un environnement aussi confiné qu’une boîte à gants, il faut regorger d’astuces. N’hésitez pas à essayer différents emplacements pour vos composants jusqu'à trouver la solution

<78>

PC Update septembre / octobre 05

3


4 heures de travail pour obtenir un résultat propre.

MONTAGE, INSTALLATION Une fois votre boîte à gants ou votre coffre « préparé », vous pouvez procéder à l’assemblage du PC. Ici, rien ne diffère vraiment du montage traditionnel. Pour brancher un disque dur 2,5" à une carte mère, sachez qu’il existe des nappes 2,5" vers 3,5". Nous avons découpé les fils de la nôtre par groupes de 10 pour en faire une nappe ronde et ainsi gagner de la place. Une fois que le PC est complètement assemblé, vous pouvez passer à l’étape suivante. Si votre PC est dans une boîte à gants, ou s’il s’agit d’un barebone, installez Windows et les logiciels chez vous, ça sera plus confortable. Même si vous avez opté pour une alimentation 12 V, rien ne vous empêche de brancher une alimentation ATX standard, temporairement, pour procéder à votre installation logicielle.

4

seur de tension, nous recommandons de brancher celui-ci à même la batterie, en supprimant l’éventuel adaptateur allume-cigare. Trouvez-lui un emplacement, dans le compartiment moteur ou sous le tableau de bord et branchez un câble d’alimentation entre le PC et ce dernier. Ici aussi, bien que ça soit facile à dire, vous aurez un petit peu de travail. Par prudence, débranchez systématiquement votre batterie (débranchez la borne négative). Avant de la débrancher, vérifiez qu’il n’y a pas des consignes particulières concernant l’autoradio, l’alarme ou les airbags dans la notice de votre voiture.

Attention, plus vous isolez le PC, plus celui-ci chauffera, n’hésitez surtout à installer un ventilateur ou deux pour créer un flux d’air. Vu le bruit que génère une voiture, vous ne serez pas perturbés par le bruit de deux ventilateurs PC. Pour allumer le PC, vous pouvez acheter une télécommande appropriée ou vous bricoler un bouton. Dans ce cas, l’idéal consiste à trouver un bouton d’origine du constructeur de votre voiture, d’une option que vous n’auriez pas, pour l’intégrer proprement sur le tableau de bord. Si vous n’avez pas peur de découper un peu votre habitacle, vous pouvez également intégrer des prises USB en façade, un lecteur de cartes ou encore un afficheur LCD pour indiquer le titre du MP3 en cours sans avoir à sortir l’écran escamotable.

ASTUCES Pour achever l’installation de votre PC de voiture, vous pouvez le dissimuler en simulant l’origine. Par exemple, si votre boîte à gants est recouverte d’une feutrine grise comme c’est le cas pour nous, vous pouvez découper une petite plaque à fixer au-dessus du PC et la recouvrir de feutrine. Il vous restera une toute petite boîte à gants et le PC sera totalement invisible. Vous pouvez faire de même dans le coffre.

INSTALLATION DANS LA VOITURE Lorsque votre PC est prêt, vous devez le mettre en place dans la voiture, si ce n’est fait. Si rattacher la boîte à gants n’a rien de bien compliqué en soi, vous aurez l’obligation de passer tous les câbles et de les faire arriver le plus proprement possible près de l’endroit où ils seront branchés. C’est plus facile à dire qu’à faire, surtout si vous souhaitez conserver l’ouverture de votre boîte à gants. Dans le cas où vous passeriez par un redres-

5

5 PC Update septembre / octobre 05

<79>


Pratique

L'interface logicielle ’un point de vue logiciel, vous pouvez utiliser ce qui vous plaît, mais il faut garder à l’esprit que l’absence de clavier ne facilitera pas les choses. Vous devez donc prévoir un maximum de raccourcis et simplifier l’usage du mieux possible. Comme nous le recommandons pour les PC home cinema, l’idéal reste toutefois de posséder une interface plein écran remplaçant le bureau de Windows et adaptée à l’usage que nous faisons. Si Meedio et ses équivalents sont idéaux pour un PC de salon, il existe des applicatifs spécialement conçus pour l’usage automobile. En attendant la nouvelle version de Windows embarquée, privilégiez un Windows XP avec l’une de ses interfaces, que vous pourrez entièrement personnaliser. La liste des interfaces est assez longue, sachant en plus que la majorité d’entre elles sont en cours de développement, certaines même arrêtées. Pour notre projet, nous avons retenu l’interface NeoCar Media Center (www.neocarmediacenter.com), sachant que MediaCar (www.media-car.fr.st), FrodoPlayer (frodoplayer.com), Media Engine (mediaengine.org) et Road Runner (guino.home.insightbb.com/ roadrunner.html) sont également très appréciées. Ces interfaces plein écran permettent d’afficher les fonctions les plus utilisées sous forme de gros boutons, facilement sélectionnables avec un écran tactile par exemple (MP3, Vidéo, Photos, GPS…). Elles sont généralement « skinnables », ce qui signifie que vous pouvez concevoir votre propre look

D

Avec des talents de graphistes, vous pourrez donner un look totalement saisissant à l’interface de votre PC de voiture !

et l’adapter parfaitement à vos envies et à votre voiture. L’interface graphique seule ne suffit pas. Avant même de s’y intéresser, vous aurez installé Windows XP avec tous ses patchs et les pilotes adaptés à votre matériel. Si vous avez un écran qui utilise une résolution sortant des sentiers battus, vous devez soit utiliser la résolution la plus proche, soit en créer une, ce qui requiert l’utilisation d’une carte graphique plus souple que celles des cartes mères EPIA ainsi que le logiciel PowerStrip (www.entechtaiwan.com) pour jouer sur tous les timings. Sachant que beaucoup d’écrans de voiture sont basés sur des écrans Xenarc de 7" avec une matrice 800x480, voici quelques réglages qui pourront peut-être vous servir, à utiliser dans PowerStrip : Pixel clock : 38.550 MHz Horizontal Geometry ; Scan Rate : 37.355 ; Active : 800 ; Front porch : 40 ; Sync width : 80 ; Back porch : 112 ; Total : 1 032 Vertical Geometry ; Refresh rate: 60.056 ; Active : 480 ; Front porch : 61 ; Sync width : 3 ; Back porch : 78 ; Total : 622

Viamichelin propose la même navigation sous Windows que sur PDA… la taille de l’écran en plus.

<80>

PC Update septembre / octobre 05

Ou bien Pixel clock : 38.550 MHz Horizontal Geometry ; Scan Rate :

37.646 ; Active : 800 ; Front porch : 32 ; Sync width : 56 ; Back porch : 136 ; Total : 1 024 Vertical Geometry ; Refresh rate : 60.719 ; Active : 480 ; Front porch : 71 ; Sync width : 3 ; Back porch : 66 ; Total : 620 Enfin, vous devez également installer les codecs nécessaires pour lire les films DivX et dérivés, Ffdshow étant généralement suffisant et si vous désirez utiliser la navigation GPS, il faut aussi un logiciel GPS capable de fonctionner sous Windows. Celui de ViaMichelin (www.viamichelin.fr), conçu pour les PDA, fonctionne aussi sous Windows. Il propose la carte complète, la navigation vocale 3D et la signalisation des points d’intérêt !


Pratique

Cartes mères « tout intégré » Les cartes PCI ont elles encore une raison d’être ? Par : Thomas Olivaux

Plus le temps passe, plus les cartes mères intègrent des composants que nous avions l’habitude d’acheter séparément sous la forme de cartes filles AGP/PCI ou de petits boîtiers externes. Mais la qualité de « l’intégré » vaut-elle celle des éléments séparés ?

S

ur une carte mère haut de gamme, il peut y avoir tellement d’équipements que vous n’aurez plus

besoin d’en rajouter. Cela va de la carte graphique au contrôleur FireWire en passant par le son, le réseau (avec ou sans fil, firewall compris), la prise en charge ATA + SATA avec ou sans RAID, l’USB 2.0… si tant est que seuls le processeur et la mémoire viennent encore jouer leur rôle sans que cela soit remis en cause. Etrangement, l’accueil que nous réservons traditionnellement aux compo-

<82>

PC Update septembre / octobre 05

sants intégrés n’est pas du tout le même, selon son type. Ainsi, si nous sommes tous satisfaits des contrôleurs USB 2.0 ou FireWire, presque personne ne s’attarde sur les cartes vidéo embarquées. L’objectif de cet article vise à vérifier le bien fondé de tout ceci en comparant, élément par élément, les aptitudes, la qualité et la performance de l’embarqué face aux composants séparés les plus appréciés. Attention, il s’agit de comparer la qualité des composants, mais aussi leurs fonctionnalités.


Avec des cartes mères de plus en plus complètes, nos PC sont de moins en moins équipés de cartes filles.

Cartes graphiques ous commençons par les cartes graphiques, le plus gros morceau. Alors qu’il n’existe plus une seule carte mère sans carte son ou contrôleur USB 2.0, elles sont assez peu nombreuses à proposer une carte vidéo. Et pour cause, les performances délivrées par les contrôleurs graphiques intégrés aux chipsets sont loin, très loin derrière celles des cartes AGP ou PCI-Express. Avant même d’annoncer le moindre chiffre, il suffit de savoir que la plus « puissante » carte graphique embarquée n’arrive pas à la cheville des plus petits modèles de cartes graphiques vendus à l’heure actuelle, nous parlons des ATi Radeon X300 SE HyperMemory et nVidia GeForce 6 200 TurboCache.

N

Les cartes graphiques intégrées les plus populaires sont sans doute celles que l’on trouve dans la version IGP du chipset nForce2, mais les plus vendues dans le

monde sont, sans conteste, les cartes graphiques Intel présentes dans de nombreux chipsets de la marque (i810, i815, i845, i915, i945…). Aussi stupéfiant que cela puisse paraître, Intel est même le numéro un mondial de la carte graphique si l’on prend en compte le nombre de machines vendues avec une carte mère intégrant un chip vidéo Intel ! SiS et VIA proposent aussi leurs solutions graphiques dans certains de leurs chipsets. Vous l’aurez compris, lorsqu’une carte mère intègre une carte vidéo, il ne s’agit pas de puces dédiées mais bien d’un chipset spécial qui embarque le contrôleur graphique. En ce qui concerne la mémoire, les cartes graphiques intégrées se servent directement dans la mémoire vive du PC, la quantité pouvant généralement varier d’un simple réglage du BIOS. La carte graphique embarquée la plus « puissante » du moment est celle que l’on trouve dans les versions "G" du chipset Intel

945 (i945G). La GMA950 (Graphics Media Accelerator). Sur le papier, cette carte graphique se révèle relativement intéressante. Compatible DirectX 9, sa fréquence de fonctionnement est de 400 MHz. Elle dispose d’un taux de remplissage de 1,6 gigapixel par seconde et, grâce à la gestion nouvelle de la DDR2-667, d’une bande passante mémoire de 10,9 gigaoctets par seconde. La prise en charge des Pixels Shaders 2.0 est même de la partie.

LE LIÈVRE ET LA TORTUE Pour mesurer les performances de la GMA950, nous l’avons soumise à quelques benchmarks que nous faisons habituellement, mais face au manque de puissance constaté, nous avons été contraints de baisser nos réglages pour atteindre 1024x768 détails moyens. Sachant que certains jeux n’étaient toujours pas jouables, nous avons également testé en 640x480 détails élevés. A titre

PC Update septembre / octobre 05

<83>


Pratique

Sur le plan financier Les prix de la micro-informatique fluctuent sans cesse, c’est bien connu. Nous avons une tendance naturelle à nous dire que les cartes mères « tout intégré » sont celles qui disposent du meilleur rapport qualité/prix, du moins du rapport équipement/prix, mais ce n’est pas toujours le cas. Prenons par exemple les cartes à base du chipset i915G. Elles sont généralement vendues autour de 150 ¤. Sachant que l’on trouve des cartes mères i915P comparables, à l’exception de la carte vidéo bien sûr, pour environ 100 ¤, il reste 50 ¤ à placer, soit le prix d’une Radeon X300 SE et quasiment celui d’une GeForce 6200, bien plus véloces. Il en va de même pour certains contrôleurs. Sachant que l’on trouve des cartes USB 2.0 et/ou FireWire pour moins de 15 ¤, des cartes SATA pour le même tarif, il ne faut pas se précipiter les yeux fermés sur un modèle précis de carte mère sans avoir fait le tour des différentes possibilités qui vous sont offertes. Il faut donc bien faire attention aux prix, prendre le temps d’analyser avant d’acheter, vous pourriez avoir quelques surprises. Toutefois, les composants intégrés aux cartes mères sont tout de même moins onéreux que s’ils étaient achetés séparément, heureusement.

de comparaison, nous avons mis en face une carte graphique GeForce 6 200 TurboCache de marque Leadtek, une carte déjà peu puissante comme nos tests passés l’avaient démontré. Tous nos tests ont été menés sur une machine puissante du reste, un Pentium 4 561 (3,6 GHz) avec un giga de RAM. A commencer par des benchmarks synthétiques, la GMA950 ne sort pas 1 000 points sous 3DMark05 ! Même si la 6 200 n’obtient pas non plus de bons résultats,

ils sont néanmoins deux fois plus élevés. C’est clair, bien que capable d’exécuter les jeux DirectX 9, vous ne risquez pas vraiment de jouer avec. Par curiosité, nous avons également lancé 3DMark03 et 3DMark2001 afin d’analyser les performances de la GMA950 sur d’anciens titres. Comme vous pouvez le constater, elle obtient 7 500 points au 3DMark2001, contre 11 200 pour la 6 200 TurboCache. A titre de comparaison, nous obtenons déjà plus de 10 000 avec la bonne vieille GeForce4 Ti4200 et largement plus de 20 000 avec une GeForce 6 800 GT. Dans les jeux, c’est encore pire. Alors que Doom 3 et Half Life 2 sont parfaitement jouables sur la 6 200 TC avec nos conditions de test (640x480 full ou 1024x768 medium), ils ne le sont plus du tout sur la GMA950. Pire encore, certains jeux ne se sont même pas lancés sur la GMA950, dont Splinter Cell : Chaos Theory, bien que les spécifications du chipset graphique soient ok. Comme nous l’avons vu, les cartes graphiques embarquées ne sont clairement pas faites pour jouer. Nous avons testé la plus performante, sans surprise. Les futures solutions graphiques intégrées d’ATi et nVidia seront certainement plus véloces mais il y a peu de chance que cela suffise. Toutefois, pour un usage strictement bureautique, avec quelques sollicitations vidéo (DivX, DVD), les cartes graphiques intégrées sont suffisantes. Si tel est votre usage, il n’est pas nécessaire d’investir dans une carte sur port AGP ou PCI-Express.

Les jeux récents tels que Doom 3, sont injouables sur les cartes graphiques embarquées aux cartes mères, même en petite résolution.

<84>

PC Update septembre / octobre 05


GeForce 6200 TC

GeForce 6200 TC

GMA950

GMA950

Half-Life 2 10x7 3DMark05

34,2 6,4

1354

Half-Life 2 6x4 702

75,2 6,8 Doom 3 10x7

3DMark 01

24,6 10,9

12062

Doom3 6x4 7512

53,1 16,5 0

10

20

30

40

50

60

70

0

2000

4000

6000

8000

10000

12000

Cartes son e sujet des cartes son intégrées fait sûrement partie des plus intéressants. En effet, nous savons d’une part que les chipsets audio embarqués ont fortement progressé ces dernières années, toutefois nous ne savons jamais vraiment ce qu’ils valent face aux cartes audio PCI les plus populaires, SoundBlaster en tête. Avant de prendre une décision, il convient de distinguer et d’analyser deux problématiques distinctes que sont les fonctionnalités et la qualité acoustique. A commencer par les fonctionnalités, il en existe bien plus que l’on ne peut l’imaginer de prime abord. Une des caractéristiques les plus intéressantes concerne le nombre de canaux bien sûr. S’il n’existe plus de cartes son strictement stéréo, elles peuvent être 5.1, 6.1 ou 7.1. Ça n’a guère d’importance, certes, mais si jamais vous possédez un kit d’enceintes 7.1 comme l’excellent GigaWorks de Creative, il serait dommage de ne pas avoir la carte son qui va avec, non ? Tant qu’à parler de multicanal, les cartes son peuvent avoir, ou ne pas avoir, de sorties audio numériques. Au format SPDIF optique ou coaxial, les sorties audio numériques servent à relier le PC à un amplificateur home cinema qui sera en charge du décodage des signaux qui lui sont envoyés (PCM, Dolby Digital, DTS).

L

Celles-ci n’ont pas d’importance si vous utilisez un kit PC avec des fils séparés, mais il vous en faudra une pour profiter du multicanal sur un ampli audio vidéo de salon. Tant que nous parlons des sorties, il faut aussi prendre en compte le nombre de sorties analogiques si vous vous en servez. Si toutes les cartes son PCI possèdent des sorties séparées, certaines cartes son intégrées partagent les sorties des enceintes : surround, centrale et caisson de basses avec l’entrée ligne et le micro, ce qui signifie que vous ne pouvez pas tout brancher en même temps. Les fonctionnalités ne s’arrêtent pas là. Vous devez également prendre en compte les technologies de son multicanal supportées, tant dans les jeux (EAX, A3D) que pour les films (Dolby Digital, DTS). Par exemple, les cartes son intégrées ne sont compatibles qu’EAX 1 et 2 tandis que les Audigy 2 supportent également EAX 3 et EAX 4, avec de bien meilleurs effets. De même, les cartes son embarquées ne décodent pas les signaux Dolby Digital et DTS, laissant la tâche aux décodeurs logiciels présents dans WinDVD ou PowerDVD par exemple. Une carte son haut de gamme comme l’Audigy 2 peut décoder elle-même le Dolby Digital, en effectuant un meilleur travail (meilleure spatialisation) et sans utiliser autant de

ressources CPU. Certaines cartes très récentes sont également compatibles avec la technologie Dolby Digital Live qui permet d’encoder en temps réel toutes vos sources de son en un signal Dolby Digital. C’est une avancée inté-

En utilisant un casque, la différence de qualité audio est très sensible entre les cartes son intégrées et les cartes son séparées.

PC Update septembre / octobre 05

<85>


Pratique

un kit PC de base, c'est-à-dire vendu entre 0 et 200 ¤, vous n’entendrez pas beaucoup de différences. En revanche, avec de bonnes enceintes, vous constaterez un manque certain de clarté et plus de parasites. C’est encore plus flagrant avec un casque.

Si vous utilisez un ampli home cinema, à l’aide d’une sortie audio numérique, la différence de qualité disparaît puisque c’est l’ampli qui traite le son.

ressante pour les utilisateurs d’amplificateurs de salon car ces derniers n’étaient pas à même d’interpréter des signaux EAX ou A3D ne sortant que par les prises analogiques des cartes son. Avec DDLive, la carte son réencode le signal EAX en DD 5.1 pour en profiter en toutes circonstances ! Curieux, nous avons essayé cette fonctionnalité sur des sources mono et stéréo et, comme par enchantement, nous nous sommes rendus compte que le signal n’était pas altéré. En écoutant un morceau de musique (stéréo), l’amplificateur switch est bien en Dolby Digital dès lors que la fonction Dolby Digital Live est activée, mais seules les deux enceintes principales produisent du son, ne créant pas un effet surround peu souhaitable depuis une simple source stéréo. Seuls certains codecs compatibles avec la norme HD Audio peuvent utiliser Dolby Digital Live, c’est le cas des puces ALC882 de Realtek et de CMI8768 de C-Media. En attendant les nouvelles Creative X-Fi, seule la carte HDA Digital X Mystique 7.1 en est capable sur le marché des cartes séparées. Elle est pour ainsi dire introuvable en France.

24 BITS/192 KHZ POUR TOUS L’autre point important lorsque l’on compare une carte son embarquée aux cartes séparées concerne bien entendu la qualité du son. D’un point de vue technique pure, les cartes son haut de gamme d’un Creative ou d’un Terratec sont bien meilleures, mais en ce qui concerne l’intégré, la norme HD Audio a fait avancer les choses dans le bon sens. Alors que les cartes compatibles AC’97 étaient déjà satisfaisantes pour de nombreux usages, les cartes HD Audio sont devenues très correctes. Pour parler de chiffres, la norme AC’97 autorisait un encodage maximum sur 16 bits échantillonné à 48 kHz alors que HD Audio offre 32 bits et 192 kHz (ce qui ne signifie pas que les cartes son

<86>

PC Update septembre / octobre 05

actuelles sont déjà à ce niveau !). Le codec HDA le plus répandu sur les cartes mères modernes, le Realtek ALC880, utilise le mode 24 bits/192 kHz. C’est la même chose sur une Audigy 2 ZS ! Dans la pratique, la différence de qualité est appréciable. Les cartes son embarquées utilisent plus de ressources processeur (5 à 10 % d’écart) et leur qualité est moins bonne, en analogique du moins. Outre des spécifications un peu moins bonnes, les cartes embarquées souffrent surtout du « bruit » généré par l’intense activité des nombreux composants électroniques situés à proximité sur la carte mère, ce bruit à l’origine du souffle important et des parasites que l’on peut entendre avec une puce son intégrée. Pour nous en convaincre, il suffit d’utiliser une carte mère Abit avec la carte son déportée qui offre déjà une qualité accrue. Attention, lorsque nous parlons de qualité, en dehors des benchmarks tels que RightMark Audio Analyser, il convient de relativiser les résultats. Sur

En résumé, les cartes son embarquées aux cartes mères ont fortement progressé depuis l’avènement de la norme HD Audio à la place d’AC’97 (merci Intel, dans les deux cas) et sont devenues satisfaisantes pour de nombreux utilisateurs. Toutefois, si vous êtes un maniaque de la qualité de son, vous trouverez encore un vrai intérêt à acheter une carte son dédiée et à désactiver celle de votre carte mère, à condition d’avoir de bonnes enceintes et/ou un casque haut de gamme.


Cartes réseau es cartes réseau sont également devenues des standards sur les cartes mères. Autrefois compatibles Fast Ethernet (100 Mbps), il y en a de plus en plus en Gigabit Ethernet (1 000 Mbps). Ces cartes n’ont pas grand-chose à envier aux cartes filles sur bus PCI, surtout pour l’usage que nous en faisons en tant que particulier. D’ailleurs, sauf pour les très grands réseaux de certaines entreprises, elles sont également adaptées à un usage professionnel. Les deux différences que l’on peut constater entre différentes cartes réseau, d’un point de vue des performances, sont les débits atteints et l’émission de paquets (broadcast). En termes de débits, les cartes embarquées s’en sortent bien. En fait, c’est surtout le driver qui fera la différence. Par exemple, avec une carte Realtek 100 Mbps (8 139), testée sur carte mère et sur carte fille, nous avons obtenu les mêmes résultats. Le débit maxi atteint sous Windows XP est de

L

9,3 Mo/s et de 12 sous Linux, pour un maxi théorique de 12,5. Avec une carte 100 Mbps haut de gamme, de marque 3Com, nous n’avons pas obtenu plus de vitesse de transfert en revanche, il est vrai que l’émission de paquets en dehors des moments d’activité était un peu moins importante. Ça ne change strictement rien pour nos usages, mais sur un important réseau, trop de broadcasts réduit sensiblement les performances générales. Niveau fonctionnalités, les cartes embarquées possèdent généralement « Wake-on-lan » qui permet d’allumer le PC à distance, mais n’ont pas souvent la possibilité d’installer une puce qui permet de booter un système d’exploitation directement sur le réseau. Encore une fois, les particuliers, que nous sommes, n’en ont pas besoin. Concrètement, il n’est pas nécessaire d’acheter une carte réseau Ethernet sur bus PCI. Signalons même l'avantage d'avoir une carte réseau intégrée à la carte mère, si celle-

Les cartes Wi-Fi embarquées aux cartes mères sont aussi intéressantes que les cartes PCI comme celle-ci, d’autant qu’elles possèdent généralement une antenne déportée.

ci utilise le bus PCI Express comme c'est de plus en plus souvent le cas. En effet, avec une bande passante de 133 mo/s, le bus PCI peut se retrouver saturer en exploitant à fond et simultanément une carte réseau Gigabit et une carte d'acquisition vidéo par exemple. Concernant le Wi-Fi, c’est pareil. Les cartes intégrées remplissent parfaitement leur office et n’ont rien à envier aux cartes filles PCI ou USB.

Cartes contrôleurs our conclure ce dossier, nous avons comparé les aptitudes et les performances offertes pas différents contrôleurs, qu’ils soient ATA, SATA, USB ou FireWire. Au niveau des fonctionnalités justement, les contrôleurs embarqués aux cartes mères n’ont rien à envier aux cartes filles. Qu’il s’agisse du nombre de périphériques que l’on peut y brancher, des fonctions comme le RAID ou le branchement à chaud, rien ne change. Ce sont les performances qui varient le plus mais, pour une fois, ça n’a pas vraiment de rapport avec le fait que les contrôleurs soient intégrés ou non, mais avec la qualité même du contrôleur. Ainsi, nous avons constaté que les chipsets nForce3 et 4 étaient clairement plus véloces en ce qui concerne les transferts ATA et SATA que les autres. De même, l’USB 2.0 des cartes mères à base d’i915/925/945/955 est

P

un peu plus rapide qu’ailleurs. Quoi qu’il en soit, nous n’avons pas eu de meilleurs débits avec une carte USB ou FireWire PCI. Seules les cartes contrôleurs RAID peuvent gagner à être sous la forme de cartes filles et non de contrôleurs intégrés. D’une part, les cartes RAID PCI intègrent un vrai processeur RAID qui effectue généralement 100 % du travail, alors que le CPU s’occupe d’une bonne partie dans le cas des contrôleurs RAID sur une carte mère, d’autre part, les cartes RAID haut de gamme embarquent plus de mémoire, offrant de meilleures performances lorsqu’il y a au moins quatre disques sur la grappe. En dehors des considérations de bandes passantes liées aux bus, les différences de performance que l'on peut observer ne sont pas lié au fait que les cartes soit intégrées ou déportées, mais bel et bien au contrôleur (la puce même) utilisé.

PC Update septembre / octobre 05

<87>


Pratique

Sous-titres vidéo ?

lecture, édition et synchronisation Par : Jeremy Panzetta

Lorsqu’on aime regarder des films avec leur bande-son originale, que l’on souhaite enrichir le contenu de ses DVD importés ou que l’on est malentendant, le sous-titrage rend bien service. Il est cela dit difficile de trouver des fichiers sous-titres parfaitement adaptés à ses vidéos. Afin de les lire parfaitement, de les synchroniser, de corriger certains de leurs défauts ou de les fusionner, voici un guide qui vous permettra de les manipuler facilement. ous avez téléchargé des DivX d’excellente qualité pour ne pas avoir à encoder vos DVD vidéo originaux et vous souhaitez leur ajouter des sous-titres ? Vous avez capturé des émissions en langue étrangère sur le câble ou le satellite que vous voulez pouvoir sous-titrer ? Voilà le genre d’opérations que nous vous proposons d’effectuer dans ce guide. La première chose à faire est évidemment de récupérer les fichiers sous-titres de vos films ou de vos séries et pour cela, vous avez le

V

<88>

PC Update septembre / octobre 05

choix d’extraire les pistes de vos DVD vidéo ou de les télécharger via Internet sur des sites spécialisés comme www.divxsubtitles.net, www.extratitles.to ou www.subtitles.ro. Dans la plupart des cas, ces derniers proposent pour chaque film plusieurs fichiers ayant été faits par des amateurs ou provenant directement d’un rip de DVD. Une fois le fichier téléchargé, il faut ensuite trouver un logiciel de sous-titrage et en particulier, un qui puisse fonctionner à partir des vidéos associées. Il existe un grand

nombre de freewares et de sharewares destinés à la gestion des fichiers sous-titres et après en avoir essayé une bonne quinzaine, nous avons finalement retenu le programme Subtitle Workshop (www.urusoft.net), gratuit, très complet et relativement simple d’usage. Son module vidéo fonctionne à partir de Windows Media Player. Il faudra donc impérativement que les codecs adéquats soient installés sur votre machine pour que les pistes audio et vidéo du film soient lues correctement dans le logiciel.


Chez Tech.Age, nous aimons regarder les films avec leur bande-son originale et sous-titrée en français ;).

I : LIRE DES SOUS-TITRES Le filtre de référence pour la lecture de sous-titres est Vobsub. Vous pouvez le télécharger gratuitement sur le site www.divx-digest.com. Il se charge de la lecture du fichier sous-titres dès que la vidéo correspondante est visualisée dans un logiciel comme Windows Media Player, Media Player Classic ou Zoomplayer. Mais pour que cela se fasse automatiquement, il est impératif que le nom du fichier soustitres soit exactement le même que celui de la vidéo. Le film starwars4.avi devra par exemple avoir le fichier starwars4.sub placé dans le même répertoire. Il existe une grande variété de formats de soustitres. Les plus couramment utilisés sont le SUB, le SRT et le SSA et le TXT mais Vobsub les supportent tous. Dans le cas où votre fichier sous-titres correspond bien à la vidéo, vous n’avez rien à régler, la lecture devrait être parfaite.

Vous pourrez en revanche personnaliser l’affichage de sous-titres via les options de Vobsub en changeant leur police, leur couleur, leur taille ou leur emplacement à l’écran. Fouillez dans les options de l’utilitaire, il est très simple à comprendre. Si vous possédez un fichier sous-titres dont les timings généraux correspondent à la vidéo mais dont la lecture est un peu décalée, que ce soit en amont ou en aval, il faudra alors jouer avec le paramètre Timings de Vobsub. Si les sous-titres sont en avance par rapport au film, entrez une valeur positive (elle est exprimée en millisecondes), si les sous-titres sont en retard, entrez une valeur négative. L’autre option Speed Ratio peut aussi caler les soustitres au cas où le délai n’arrange rien. Elle permet de jouer la piste texte à une vitesse différente de celle du film via ce rapport de valeurs mais elle est assez difficile à ajuster. Il faut y aller à tâtons et cela prend du

temps. Mieux vaut alors passer le fichier sous-titres dans un logiciel d’édition pour synchroniser efficacement la piste, ce que nous allons voir plus loin. Notez d’autre part que la lecture d’un fichier sous-titres par-dessus une vidéo est considérée comme du postprocessing, au même titre que les filtres de Ffdshow tels que le Sharpen. Cela signifie que votre machine ne profitera plus de l’éventuelle accélération matérielle de votre carte graphique pour la lecture de fichiers MPEG 2 par exemple. C’est le processeur qui s’occupera du travail. Cela n’a pas d’incidence réelle sur des machines de configuration récente mais sur des DivX box ayant un petit CPU, cela peut poser quelques problèmes de fluidité, surtout si vous avez l’habitude d’appliquer d’autres types de filtres.

PC Update septembre / octobre 05

<89>


Pratique

« Pour lire un fichier sous-titres automatiquement avec Vobsub, il est indispensable de lui donner le même nom que la vidéo et de le placer dans le même répertoire.» II : CHOISIR SES SOUS-TITRES, QUEL FORMAT UTILISER ? Les sous-titres proposés en téléchargement sur les sites Web que nous avons cités sont gratuits mais ils ne se valent pas tous. Certains sont faits par des particuliers et peuvent avoir quelques défauts comme des fautes d’orthographe ou des caractères buggés, d’autres sont en un ou plusieurs CD et ont des fréquences d’image différentes, sans oublier les fichiers parfois infectés par des virus. Ces derniers sont rares mais mieux vaut lire les appréciations données par les utilisateurs précédents et avoir un antivirus à jour sur sa machi-

<90>

PC Update septembre / octobre 05

ne avant de télécharger un sous-titre. Le mieux est d’en récupérer et d’en tester plusieurs en jouant tout d’abord avec les options de Vobsub pour voir s’ils peuvent faire l’affaire. Pensez également à choisir des sous-titres ayant une cadence d’image identique à celle de votre film (23.976, 25, 29.97 FPS…). Cette information est souvent donnée sur les sites Web dans les détails du fichier que vous téléchargez. Pour connaître la cadence d’image de votre film, passez par des utilitaires gratuits comme AVICodec ou GSpot. Si vous ne trouvez pas de fichiers sous-titres correspondant exactement à votre film et que les paramètres de VobSub ne suffisent pas, rien n’est perdu, Subtitle Worskop va certainement pouvoir corriger les timings. Nous avons par ailleurs constaté qu’il était plus simple de travailler à partir de sous-titres basés sur des indices de temps que sur des indices d’image. Ces derniers peuvent parfois être la source de désynchronisations. Le format SRT qui se base sur des indices de temps se montre parfait, il est de plus

supporté par la grande majorité des platines DVD/DivX de salon. Si vous possédez un fichier basé sur les images et que vous souhaitez le transformer en un fichier par indice de temps, il suffit de le charger dans le logiciel Subtile Workshop (File/Load subtitle…) puis de le sauvegarder dans le format SRT avec la commande File/Save as… sans oublier de choisir la bonne cadence de sortie du film à la case FPS dans la fenêtre principale du logiciel. Vous pouvez d’autre part savoir sur quel type d’indice se base votre soustitre en le chargeant dans Subtitle Workshop. La fenêtre du bas affichera alors le sous-titrage avec des chiffres correspondant au nombre d’images ou à un timing.

III : JOINDRE DES SOUS-TITRES Pour fusionner deux ou plusieurs fichiers sous-titres en un seul, allez au menu Tools/Join subtitles… de Subtitle Workshop. Cliquez sur le bouton Add pour sélectionner les sous-titres à fusionner. Classez-les ensuite dans l’ordre en les sélectionnant dans la fenêtre principale de ce petit menu et en les déplaçant vers le haut ou vers le bas. Si vos sous-titres sont basés sur des indices de temps, sélectionnez alors leur cadence d’image correcte dans la case à côté du bouton Clear. Veillez à ce que la case Recalculate times values soit cochée pour que les timings des sous-titres allant être assemblés soient ajustés automatiquement. Sélectionnez ensuite un format de sortie dans Output format puis la cadence d’image souhaitée si ce format se base sur des indices de temps. Cliquez enfin sur Join pour que le soustitre soit généré. Subtitle Workshop peut


cliquez sur Apply. Tous les timings du sous-titre seront automatiquement affectés du délai que vous avez défini.

B : AJUSTEMENTS COMPLETS Si les lignes de temps de votre sous-

fusionner des sous-titres de formats et de cadences d’image différents.

titres, et le FPS à la cadence à laquelle vous souhaitez sortir le fichier.

IV : SYNCHRONISER DES SOUS-TITRES

A : DÉLAI

Avant de synchroniser un sous-titre, il est judicieux de vérifier que des lignes de texte qui n’ont rien à voir avec les dialogues du film n’ont pas été ajoutées par les créateurs des fichiers. En effet, ils signent bien souvent leur création ou ajoutent d’autres informations succinctes en début ou en fin de sous-titrage, ce qui peut fausser la synchronisation. Veillez donc à les supprimer au cas où. Si vous utilisez des sous-titres basés sur des indices de temps, il faudra par ailleurs bien faire attention aux deux paramètres Input FPS et FPS dans la fenêtre principale de Vobsub. L’Input FPS correspond à la cadence d’image originale de votre fichier sous-

Si votre sous-titre présente les bons timings mais qu’il est seulement décalé par rapport au film, vous pouvez bien sûr ajuster la lecture avec un délai via les options de Vobsub mais vous pouvez aussi corriger définitivement le fichier pour ne pas avoir à faire cette manipulation à chaque fois. Pour cela, chargez votre sous-titre dans le logiciel Subtitle Workshop (File/Lod subtitle…) et vérifiez que la cadence d’image à la case Input FPS est la même que celle de votre fichier si celui-ci se base sur des indices de temps (réglez aussi le FPS de sortie). Allez ensuite au menu Edit/Timings/Set delay…, choisissez un délai positif ou négatif, entrez sa valeur, sélectionnez For all the subtitles puis

titre ne correspondent pas du tout à ceux du film, vous avez le choix de passer par trois techniques différentes sous Subtitle Workshop. La première se trouve au menu Edit/Timings/Adjust/Adjust subtitles…, à l’onglet Simple. Il s’agit ici d’attribuer le temps exact de la première ligne de sous-titre et celui de la dernière ligne en se basant sur la vidéo. Naviguez donc dans le film pour trouver les deux timings vidéo correspondant au premier et au dernier sous-titrage, entrez-les dans les cases de l’onglet Simple puis validez. Quelques centaines de millisecondes de décalage suffisent pour que les sous-titres ne soient pas tout à fait ajustés, n’hésitez pas à faire plusieurs tests avec des valeurs proches. La deuxième technique se base aussi sur deux points de synchronisation qu’il faut cette fois choisir à l’intérieur du film.

PC Update septembre / octobre 05

<91>


Pratique

Vous trouverez des sous-titres gratuitement sur les sites Web www.subtitles.ro, www.extratitles.to ou www.divxsubtitles.net.

Plus les points que vous sélectionnez seront proches du début et de la fin du film, plus la précision de l’algorithme de calcul qui redéfinit les timings sera grande. Mais ne prenez pas les premières et dernières lignes du sous-titre comme points de synchronisation sinon cela revient à effectuer la première technique. Après avoir chargé la vidéo et le soustitre (sans oublier de définir l’Input FPS et le FPS de votre fichier), sélectionnez une des lignes de sous-titre, naviguez dans le film pour trouver l’endroit correspondant à ce dialogue et cliquez sur Movie/synchronisation/First sync point pour marquer le premier point. Faites de même avec le deuxième et dernier point mais en cliquant cette fois sur Movie/synchronisation/ Last sync point. Une fenêtre de confirmation vous demande alors de valider l’opération. La dernière opération possible est à utiliser si les deux précédentes n’ont rien donné. Elle permet de sélectionner plusieurs

Les fichiers sous-titres que vous trouverez sur le Net ne sont pas tous parfaits. Comme on peut le voir ici, des majuscules sont attribuées à certains caractères alors qu’elles ne devraient pas y être.

points de synchronisation au sein de la vidéo et des sous-titres et d’ajuster ainsi l’ensemble partie par partie. Pour que cela

fonctionne au mieux, il est conseillé de charger d’abord le fichier sous-titres dans Subtitle Workshop puis la vidéo. Sélectionnez une ligne de sous-titre, naviguez dans la vidéo pour trouver l’endroit correspondant au dialogue puis cliquez sur l’option Movie/Synchronization/Add synchronization point… Une fenêtre apparaît alors et enregistre le point que vous avez marqué. Faites ensuite de même pour d’autres points de synchronisation. Si votre sous-titre est décalé à des endroits précis, le mieux est de choisir ces parties de la vidéo pour la synchronisation. Une fois cela terminé, sélectionnez une des trois options du menu If Time is outside the point scope. Le paramètre Extrapolate (à utiliser par défaut) recalcule l’intégralité des timings du sous-titre, les deux autres ne recalculeront que des régions voisines des marqueurs.

V : AUTRES MODIFICATIONS Si vous souhaitez changer simplement le FPS d’un sous-titre, la manipulation est simple. Chargez le fichier, définissez le Input FPS selon la valeur originale de votre sous-titre, sélectionnez le FPS de sortie désiré dans FPS puis cliquez sur File/Save as… Choisissez ensuite votre format de sortie en sélectionnant son

<92>

PC Update septembre / octobre 05


FPS. Vous pouvez utiliser la même manipulation pour changer simplement le format d’un sous-titre. Pour effectuer des modifications dans les textes des sous-titres, servez-vous de la case tout en bas du logiciel. Vous pouvez y corriger les lignes de dialogue. Pour changer la police de tout le fichier, sélectionnez simplement une autre police dans le menu de gauche (ANSI etc..). Pour changer certains mots ou certains caractères automatiquement dans l’intégralité du sous-titre, servez-vous de la commande Search/Search and Replace. Vous pouvez enfin ajuster manuellement les timings de chaque ligne de sous-titre en passant par les cases de temps en bas à gauche du logiciel.

reprises de redéfinir le ou les caractères de certains mots. Cela peut prendre du temps mais c’est indispensable. Une fois l’opération terminée, choisissez la cadence d’image FPS dans la fenêtre où sont affichés les sous-titres, cliquez sur l’icône de la disquette et baptisez le fichier .SRT qui sera généré.

VII : INTÉGRER DES SOUSTITRES À UNE VIDÉO Pour intégrer définitivement un sous-titre

à une vidéo, vous allez devoir réencoder tout le film. Comme de coutume, nous vous recommandons VirtualDub pour cette opération. Il est par ailleurs indispensable d’avoir coché l’option VirtualDub à l’installation de VobSub sinon son filtre ne sera pas disponible dans le programme. Chargez votre film dans le logiciel, allez au menu Compression/Filters, cliquez sur Add… puis sélectionnez le filtre Vobsub dans la liste. Cliquez sur Open dans la fenêtre apparue puis chargez votre fichier sous-titres. Validez et lancez une prévisualisation du film avec la touche F5 pour voir si l’emplacement des dialogues à l’image vous convient. Au cas où, corrigez ceci avec les paramètres du filtre. Il faut ensuite effectuer un encodage similaire à ceux que vous avez l’habitude de faire. Pensez à activer l’option Video/Full processing mode car la vidéo va être réencodée, et Audio/Direct Stream Copy car la bande-son ne sera pas modifiée.

A la lecture d’un film et de son fichier sous-titres, l’icône Vobsub et ses options apparaissent dans la barre des tâches.

VI : EXTRAIRE LES SOUS-TITRES D’UN DVD Pour extraire des sous-titres provenant d’un DVD, nous vous conseillons le logiciel SubRip que vous trouverez sur www.subrip.fr.st ou www.doom9.org (version plus récente). Avant d’exploiter cet utilitaire, il est obligatoire d’avoir ripper le DVD vidéo sur le disque dur pour casser sa protection. Utilisez comme de coutume des logiciels tels que DVD Decrypter, SmartRipper ou DVDShrink. Lancez ensuite SubRip, cliquez sur Fichier/Ouvrir Vob(s), puis sur le bouton Ouvrir rep. Choisissez votre langue aux options de la case Canal de langue, cochez bien tous les fichiers VOB, sélectionnez Image vers texte via OCR dans les paramètres Action, puis cliquez sur le bouton Commencez. L’extraction des sous-titres débute et vous demandera à de nombreuses

PC Update septembre / octobre 05

<93>


Comprendre

CPU et CARTES 3D, quel rapport de puissance ?

<94>

PC Update septembre / octobre 05


Pas de CPU assez costauds pour une 7 800 GTX ? Mon CPU est-il suffisant pour une GeForce 7 800 GTX ? Quel CPU est nécessaire pour profiter des cartes graphiques haut de gamme ? Quelle carte est la moins limitée par le CPU ? STOP. Toutes ces questions sont de mauvaises questions et il est temps de tordre le cou à certaines fausses croyances qui ont la vie dure : non, le processeur ne bride pas la carte graphique. Tout du moins pas directement et pas dans le sens qui est en général perçu. Par : Tridam

Comment ne pas brider vos jeux ? PC Update septembre / octobre 05

<95>


Comprendre

Augmenter la résolution permet d'augmenter la charge de la carte graphique. A 60 FPS, en 640x480, 18 millions de pixels doivent être calculés chaque seconde. Dans les mêmes conditions, en 1920x1440, ce sont 165 millions de pixels que la carte doit traiter chaque seconde !

IL Y A QUELQUES ANNÉES… …le travail du processeur et de la carte graphique était fortement imbriqué l'un dans l'autre, la globalité du rendu étant effectuée par les 2 éléments. Le CPU pouvait alors limiter la carte graphique et s'il n'était pas assez performant il était alors impossible d'utiliser pleinement une carte graphique. Qui plus est, certaines cartes graphiques se chargeaient d'une plus grande partie du rendu que d'autres, ce qui permettait alors de dire qu'une carte graphique dépendait moins du processeur qu'une autre. Les drivers étaient également beaucoup moins évolués et les interactions carte graphique, drivers, API très différentes d'une carte à l'autre. Les résolutions maximales prises en charge par les cartes graphiques étaient limitées au 640x480 puis au 800x600, puis au 1024x768. Tout ceci a fait que pendant plusieurs années il était souvent

question de lien entre un CPU et une carte graphique puisque pour profiter de toute la puissance d'une carte graphique, il fallait une certaine puissance de calcul au niveau du processeur.

AUJOURD'HUI… …les choses ont évolué. Premièrement, le rendu est réalisé en quasi-totalité par toutes les cartes graphiques, les interactions entre les drivers et les API sont bien maîtrisées et il n'y a plus vraiment de limites de résolution. Et ça change tout ! Tous les éléments qui justifiaient que l'on fasse un lien entre la puissance du CPU et celle de la carte graphique ont disparu au fil du temps, ce qui nous permet d'affirmer qu'avec tout CPU actuel, il est possible d'exploiter pleinement toute carte graphique actuelle.

LA RÉSOLUTION

Le fonctionnement du rendu Avant d'aller plus loin, il est intéressant de rappeler le fonctionnement d'un jeu vidéo. Le moteur du jeu commence par calculer, sur le CPU, les interactions entre les différents éléments du jeu, ce qui inclut principalement l'IA et la répercussion des actions du joueur dans l'environnement du jeu. Une fois cela fait, il connaît la position des objets mais également de la caméra, c'est-à-dire de l'endroit d'où est vue la scène. Le moteur va alors envoyer tous les éléments à la carte graphique, et contrairement à ce qu'on pourrait penser au premier abord, l'envoi des divers éléments est une tâche assez lourde pour le processeur. Ensuite, c'est au GPU de travailler en commençant par les calculs géométriques qui sont principalement le positionnement des objets dans la scène 3 D et le calcul de la base de l'éclairage. Après cela, les triangles sont découpés en pixels qui se voient appliquer différents effets avant d'être enregistrés en mémoire et enfin affichés à l'écran.

<96>

PC Update septembre / octobre 05

Il est important de différencier la partie des calculs qui dépendent de la résolution du reste. Cette partie est constituée de la découpe des triangles en pixels et du calcul de ceux-ci (ce qui inclut leur écriture en mémoire). La découpe des triangles est une unité fixe étudiée de manière à ne jamais être un facteur qui limite les performances, nous pouvons donc ne pas nous en soucier. Le calcul des pixels est donc la seule et unique chose qui dépende de la résolution, ce qui fait intervenir 2 choses : la puissance de calcul des pixels shaders et la bande passante mémoire. Pas de CPU donc. Autrement dit, augmenter la résolution augmente l'utilisation de la carte graphique mais pas celle du processeur, ce qui implique qu'il est possible d'utiliser pleinement la carte graphique en montant en résolution. Bien entendu, il existe des limitations à ceci : certains jeux ne prennent pas en charge une résolution qui permette d'utiliser pleinement la carte graphique. Et c'est là que se trouve l'élément principal : le jeu.

LE JEU D'après son IA, la complexité des interactions entre les divers éléments, la manière dont le nombre de batches est réduit etc., un jeu va prendre un certain temps pour faire sa part de travail sur chaque image. L'inverse de ce temps utilisé est le nombre d'images par seconde que le CPU peut calculer. Celui-ci dépend donc uniquement du jeu, ce qui nous amène à un premier lien de performances : processeur – jeu. Il faut donc veiller à ce que le proces-


« Ce qui était vrai il y a quelques années ne l’est plus. Mais il est important de différencier la partie des calculs qui dépendent de la résolution du reste»

seur soit adapté aux jeux que l'on utilise. Si un processeur est incapable de préparer plus de 20 images à calculer chaque seconde, le jeu ne sera pas fluide et l'utilisation du jeu sera limitée par le processeur. Le travail de la carte graphique dépend en grande partie des pixels shaders et la complexité de ceux-ci varie d'après le jeu. Ce travail dépend également du nombre de pixels à calculer pour chaque image soit de la résolution, qui elle-même dépend du jeu (bien que de plus en plus de jeux supportent maintenant les très hautes résolutions) mais également de l'écran. Difficile de jouer en 1600x1200 sur un CRT 14" ou sur un TFT 17" (1280x1024 natif) ! Nous avons ici affaire à une triple interaction : carte graphique – jeu – écran. Si la carte graphique n'arrive pas à calculer un nombre suffisant d'images par seconde dans un certain jeu et dans une certaine résolution adaptée à l'écran ou au niveau de qualité désiré par son utilisateur, elle limitera l'utilisation du jeu. Il n'y a donc pas de lien direct entre la carte graphique et le processeur. Si un processeur limite la carte graphique, il suffit de monter en résolution pour se défaire de cette limite qui n'est donc pas absolue mais relative à une situation particulière. Parler d'une carte graphique limitée par un processeur, au sens global comme on l'entend assez souvent, n'a donc pas vraiment de sens.

Entre FIFA 2005 et Les Chroniques de Riddick, les besoins en puissance tant CPU que GPU varient fortement.

PC Update septembre / octobre 05

<97>


Comprendre

A l'époque des premières cartes 3D, il était justifié de parler de « dépendance processeur ». Certaines cartes étaient moins limitées par le processeur que d'autres.

« Si Far Cry n’est pas fluide en 640*480 bas détails, changez de CPU plutôt que de carte graphique »

DANS MON CAS, COMMENT SAVOIR ? Très souvent certains tests de cartes graphiques sont critiqués parce qu'ils sont réalisés avec un processeur haut de gamme souvent hors de prix. Et pourtant c'est la meilleure chose à faire. Un CPU a une limite (presque) fixe de performances alors que la carte graphique a une limite de performances qui dépend de la résolution et de différentes options de qualité. Pour connaître ce dont est capable une carte graphique, l'idéal serait d'avoir à disposition un processeur d'une puissance de calcul infinie. En attendant qu'Intel ou AMD le fabrique, il faut se contenter du processeur le plus performant pour s'approcher des performances maximales d'une carte graphique dans chaque résolution. Cela veut donc dire que le processeur limite la carte graphique et contredit ainsi ce que nous venons d'expliquer ? Non. Dans certaines situations, le processeur peut limiter mais pas d'une manière absolue. Par exemple, un pro-

<98>

PC Update septembre / octobre 05

cesseur va limiter une carte graphique en 640x480 s'il est capable de calculer 200 FPS, alors que la carte graphique pourrait en calculer 400. Mais il suffit d'augmenter la résolution au 1280x1024 pour que la carte graphique ne puisse plus en calculer par exemple que 100 et ne plus être limitée par le processeur. Dans le cas de l'étude des performances d'une carte graphique, il est intéressant de mesurer les maxima et donc un processeur qui permet de calculer 400 FPS est utile. Pour savoir si une nouvelle carte graphique est intéressante pour mettre à jour un PC, c'est beaucoup plus simple qu'on ne le pense en général. Il faut déterminer si son système peut profiter d'une carte plus puissante et pour cela, il suffit de tester les jeux qui nous intéressent en très basse résolution : s'ils sont rendus d'une manière fluide (notion subjective que chacun apprécie comme il l'entend) alors, le CPU est adapté aux jeux en question. Ensuite, il faut vérifier si le jeu et l'écran permettent d'afficher un niveau de qualité que la carte graphique actuelle est inca-


Exception pable de rendre d'une manière fluide. Dans ce cas, une carte graphique plus performante permettra d'augmenter la qualité graphique du jeu et/ou les performances si vous vous contentiez d'une fluidité approximative. Par exemple, en 640x480 bas détails, Far Cry, jeu représentatif de ce qui vous intéresse, n'est pas fluide : oubliez l'achat d'une carte graphique et changez de processeur. Si au contraire votre système vous permet de jouer d'une manière fluide à Far Cry en 640x480, votre CPU est adapté. Votre GeForce 6 600 GT vous permet de jouer en 1024x768 et le niveau de fluidité qui vous intéresse tourne autour de 60 FPS. Far Cry disposant de nombreuses options graphiques et de l'accès aux très hautes résolutions, le jeu ne limitera pas une carte graphique. Si votre écran est un vieux CRT 15", vous ne pourrez pas monter en résolution et le passage à une carte graphique plus performante ne vous apportera rien, mais si votre écran est un TFT 19", soit en 1280x1024 natif, passer à une carte supérieure vous permettra de profiter d'une amélioration de la qualité. Une GeForce 6 800 GT dans un test affiche au moins ces 60 FPS, soit le niveau de

Il existe une exception à ce qui a été expliqué dans cet article. Le traitement de la géométrie sur le GPU n'est pas dépendant de la résolution et il est donc possible de confondre une faiblesse d'un GPU au niveau géométrique dans un jeu spécifique avec une faiblesse du CPU dans ce même jeu. Heureusement, ce cas de figure se produit très rarement. Doom 3 fait partie des rares jeux qui peuvent présenter cette spécificité mais bien que cela soit possible, ce cas de figure ne se présente qu'avec certaines cartes anciennes, par exemple de type GeForce FX 5 200 qui n'ont qu'une seule unité de traitement géométrique. Pour être sûr d'éviter cette situation, il suffit généralement de réduire les options graphiques autres que la résolution. fluidité recherché, dans ce cas elle vous sera donc utile. Par contre, une carte comme une 7800GTX qui affiche 90 FPS ne vous sera pas utile puisque les FPS supplémentaires ne changeront pas grand-chose et que le 1600x1200 dans lequel elle affiche les 60 FPS n'est pas pris en charge par votre écran. Si vous installez une 7 800 GTX dans le cas pratique elle sera bridée par votre écran (et non par le CPU !). Si vous disposez d'un écran TFT 23", 1920x1200, et que vous avez envie de profiter de l'antialiasing, 2 GeForce 7 800 GTX vous seront nécessaires et ainsi de suite. Le tout varie d'après les jeux qui vous intéressent (prendre le plus gourmand comme repère), le niveau de fluidité recherché (qui lui aussi dépend du type de jeu, solo ou multijoueur) et la qualité que

vous recherchez, ce qui peut être la résolution ou des options comme l'antialiasing ou le HDR. Utiliser un CPU puissant permet ainsi d'afficher des mesures plus précises, plus proches d'une courbe de performances idéale, qui vous permettent ensuite de déterminer dans votre cas particulier si une carte est intéressante ou pas. Plus le CPU est limité dans un test moins il permet de vous communiquer des données utilisables dans une large gamme de situations. Bien entendu, l'idéal serait de tester toutes les cartes sur tous les CPU, mais ce n'est pas possible pour des raisons évidentes et dans ce cas, le CPU le plus puissant donnera toujours les résultats les plus utiles pour le plus grand nombre.

Possesseur d'un CPU qui permet de traiter 80 images par seconde, il est tentant de se dire que des résultats obtenus avec la dernière carte graphique sur CPU moyen vous sont nécessaires pour savoir si elle vous serait utile. Cette courbe vous enseigne que vous pouvez jouer à 80 FPS jusqu'en 1 280 ou à 60 FPS en 1 600. Mais la courbe de performances avec un CPU puissant vous enseigne en fait la même chose. Par contre, un joueur « professionnel » qui estime avoir besoin de 150 FPS pour être efficace en LAN party ne trouvera pas l'information dont il a besoin si la nouvelle carte graphique a été testée sur un CPU moyen. Plus le CPU est puissant plus le résultat est utile à un grand nombre d'utilisateurs.

PC Update septembre / octobre 05

<99>


Reportage

OVH :

le watercooling à grande échelle Par : Damien Prat

OVH, hébergeur français bien connu des webmestres de l’Hexagone, a installé dans son Datacenter de Paris, un système de refroidissement inédit. Techniquement, cette installation est bien un watercooling au sens qu’un liquide est utilisé pour évacuer la chaleur. Mais ses dimensions n’ont rien de commun. Le watercooling d’OVH est à votre système personnel ce qu’un supercalculateur est au Pentium 4 : un lointain cousin.

Les baies de serveurs chez OVH, ne cherchez pas les arrivées d’eau, vous ne les verrez pas.

<100>

PC Update septembre / octobre 05


L’arrivée de l’eau du forage.

VH, société française créée en 1999, est aujourd’hui numéro un sur le marché de l’hébergement mutualisé. Plusieurs facteurs ont permis son ascension à ce niveau, notamment des prix très compétitifs, rendus possibles en partie par une densité de serveurs supérieure à celle de ses concurrents dans les salles d’hébergement. Là où certains hébergeurs se limitent à une vingtaine de serveurs par baie, OVH en utilise une quarantaine. Bien évidemment, dans ces conditions, les contraintes techniques sont nombreuses, l’alimentation électrique doit être particulièrement soignée, l’accès facile aux connecteurs et le démontage des serveurs et des disques durs sont également des points clés pour pallier rapidement toute panne. Pour répondre à ces problématiques, OVH a décidé il y a quelques années de construire ses propres boîtiers serveurs, au format 1U, soit 4 cm de haut. Ainsi équipée, la société a pu continuer sa croissance. Mais avec les dernières générations de processeurs, la quantité de chaleur à dissiper a augmenté dans de telles proportions qu’il aurait fallu passer à un format deux fois plus épais pour évacuer la totalité de l’énergie. Une décision qui aurait eu un impact direct : le doublement de la surface nécessaire pour héberger le même nombre de serveurs. Plutôt que de se résoudre à cette solution, OVH décide de chercher une alternative aux systèmes de refroidissement classiques. Octave Klaba, fondateur de l’entreprise, possède un peu d’expérience dans le domaine des systèmes hydrauliques, c’est donc naturellement qu’il oriente l’équipe chargée du projet dans cette direction. Après un an de recherches, un système

O

Les échangeurs thermiques entre le liquide diélectrique et l’eau à 13 °C. Près d’un mètre de haut, impressionnant !

PC Update septembre / octobre 05

<101>


Reportage

block ne fait donc pas dans la fioriture, un simple bloc de cuivre ovale fixé sur le processeur par deux barres transversales. Ne cherchez pas les photos, vous n’en verrez pas. OVH nous a autorisés à publier quelques photos de l’installation, mais certains points sont classés sensibles. L’entreprise est bien consciente de son avance technologique sur ses concurrents et compte bien en tirer profit le plus longtemps possible. Certains éléments développés pour l’occasion vont d’ailleurs être brevetés sous peu, pour éviter toute récupération par d’autres hébergeurs. A la sortie du boîtier, les tuyaux sont connectés à des « nourrices », un système permettant d’approvisionner en liquide de refroidissement la quarantaine de boîtiers présents dans chaque baie, sans tirer autant de tuyaux depuis l’installation principale. Là encore, secret défense, pas question de prendre la moindre photo. De chaque baie, deux tuyaux plus importants sont connectés au système principal, au plafond. Chaque salle possède son propre réseau d’alimentation : pompe, filtre, bac de mesure et filtre antiair. Sans ces derniers, des bulles d’air pourraient rester coincées dans le circuit, faisant courir des risques aux serveurs. Une bulle coincée dans un waterblock et c’est la surchauffe et donc la mort du processeur en quelques secondes.

Les pompes vont par deux pour pallier les pannes, chacune avec un débit de 40 m3/heure

unique en France est mis en place. Aujourd’hui, 4 000 serveurs sont refroidis grâce à ce système de watercooling. Vous visitez sans doute tous les jours des sites Web hébergés sur des machines refroidies

Ne rêvez pas de ça pour votre chambre, vous n’en dormiriez plus, ces pompes produisent un bruit non négligeable.

<102>

PC Update septembre / octobre 05

dans ces conditions. Au niveau des serveurs, un seul waterblock développé spécialement pour les besoins d’OVH. Première contrainte, entrer dans un boîtier de 4 cm de haut. Le water-

Pour des raisons de sécurité et de performances, ce n’est pas de l’eau qui a été utilisée dans ce circuit, mais un liquide diélectrique, c’est-à-dire non conducteur. En cas de fuite dans un serveur ou sur un matériel électrique, il n’y aura donc pas de court-circuit. Une précaution indispensable dans un bâtiment regroupant plu-


sieurs milliers de serveurs. Autre nécessité, pour refroidir efficacement les 4 000 serveurs, le débit du liquide dans le système doit être très élevé. Les pompes utilisées n’ont rien à voir avec ce qu’on peut trouver dans nos systèmes personnels. Chaque pompe, une pour 1 000 serveurs, assure un débit maximum de 40 m3/heure ! Même à cette vitesse, la température du liquide peut varier d’une dizaine de degrés entre l’entrée et la sortie des salles. Une fois la chaleur récupérée, il fallait trouver un moyen de l’évacuer. La première approche, calquée sur le modèle automobile, a été celle d’un refroidissement à air. Malheureusement, le système nécessaire pour dissiper autant de chaleur aurait été très encombrant et très bruyant, deux éléments incompatibles avec une installation en quartier résidentiel, comme c’est le cas du Datacenter d’OVH situé dans le 19e arrondissement de Paris. C’est donc un système de refroidissement liquide qui est retenu. Le liquide diélectrique traverse des échangeurs thermiques, parcourus par de l’eau à 13 °C, directement puisée, par un forage situé dans le sous-sol de l’immeuble, dans la nappe phréatique parisienne. L’eau est ensuite rejetée dans cette même nappe, sans jamais avoir été en contact avec un élément extérieur, afin d’éviter toute pollution. La pompe qui extrait l’eau du forage possède un débit maximum de 70 m3/heure, mais n’est pour l’instant exploitée qu’à 50 % de ses capacités. L’installation possède encore une bonne marge de progression. Prévue pour refroidir jusqu’à 9 000 machines, elle devrait monter en puissance dans le temps, avec l’ajout de nouvelles pompes. A l’heure actuelle, près de neuf kilomètres de tuyaux ont déjà été déployés, un chiffre qui devrait quasiment doubler lorsque la pleine charge sera atteinte. En dehors de la démonstration technologique, l’installation a permis à OVH de réduire sa facture électrique de 30 %, le nombre de climatiseurs nécessaires étant plus réduit que lors d’un refroidissement à air. Et parce que chez OVH on n’aime pas le gaspillage, la société a proposé d’utiliser la chaleur dégagée par son installation pour chauffer gratuitement l’immeuble d’habitation qui jouxte les locaux. De son côté, tout est près, il ne manque plus que l’accord du syndic de l’immeuble. De quoi définitivement se mettre les voisins dans la poche !

Les boîtiers 1U fabriqués par OVH, simples et efficaces.

PC Update septembre / octobre 05

<103>


Comparer

Refroidissement des cartes graphiques Silence ou overclocking pour quelques euros ! Par : David Guillaume

Pour overclocker ou réduire son PC au silence, impossible aujourd’hui de se passer d’un système de refroidissement alternatif pour cartes graphiques. Car la puissance des cartes graphiques augmente, mais les ventilateurs d’origine sont toujours aussi bruyants ! En parallèle, les fabricants inventent des systèmes de remplacement à l’efficacité surprenante, silencieux, et coûtant une bouchée de pain. De quoi satisfaire les avides de performances comme ceux qui demandent du repos pour leurs oreilles. Le Zalman VF700 apporte un nouveau souffle dans le domaine du refroidissement alternatif des cartes graphiques.

<104>

PC Update septembre / octobre 05


Zalman ZM80C-HP

e système le plus classique pour refroidir une carte graphique est celui que l’on trouve d’origine sur la plupart des modèles. Un radiateur, généralement en aluminium, couvre le processeur graphique et éventuellement les puces de mémoire. Un petit ventilateur souffle sur l’ensemble, le flux d’air étant perpendiculaire à la surface de la carte. Le radiateur n’est généralement pas bien gros, ce qui permet aux fabricants de réduire leurs coûts et d’avoir des tarifs compétitifs. Mais pour le passionné, le radiateur d’origine est trop limité. Les systèmes de refroidissement alternatifs sont moins bruyants, plus performants, et ne coûtent pas bien cher. Diviser par deux le niveau sonore tout en améliorant le refroidissement, c’est tout à fait possible, et pour à peine trente euros !

L

Comment fonctionnent les systèmes de refroidissement alternatifs ? Les différents produits peuvent être répartis en trois catégories. Tout d’abord, les systèmes de refroidissement par caloducs, initiés par Zalman à l’époque du ZM80A-HP. Le principe de ces produits est de proposer une très grande surface de dissipation, grâce à d’imposants radiateurs situés au-dessus et en dessous de la carte. Le processeur graphique étant situé en dessous, le radiateur supérieur est relié au radiateur inférieur par un caloduc, sans quoi il ne serait pas efficace. Rappelons qu’un caloduc est un tube métallique rempli d’un gaz, dont les changements de phase permettent une transmission presque parfaite de la chaleur. Ces systèmes de refroidissement ont l’avantage de pouvoir fonctionner avec un très faible flux d’air, et peuvent même être utilisés sans ventilateurs sur des cartes de faible puissance (on parle de refroidissement passif). Ils sont donc recommandés pour ceux qui cherchent le silence à tout prix. Deuxième design – de plus en plus commun – celui des produits Arctic Cooling. La série des VGA Silencer est composée de radiateurs en alumi-

nium, avec une base en cuivre sur la plupart des modèles. Ces radiateurs de grandes dimensions sont refroidis par un ventilateur à flux d’air latéral. L’air parcourt donc les ailettes sur toute la surface de la carte graphique, et est ensuite évacué à l’arrière du PC. L’avantage d’un tel système est double : l’air circule sur une grande partie de la surface métallique, augmentant ainsi les performances, et il ne stagne pas dans le PC une fois qu’il est chaud. Les radiateurs Arctic Cooling s’avèrent ainsi très performants, tout en restant discrets. Le dernier design est tout nouveau, c’est celui du VF700. Le nouveau radiateur pour cartes graphiques de Zalman reprend la forme caractéristique des CNPS7000, qui évoque une tulipe. Le VF700 est composé de nombreuses ailettes positionnées en étoile autour du processeur graphique, un ventilateur placé au centre soufflant sur l’ensemble. Nous allons voir lors de nos tests ce que cette solution apporte en termes de performances et de niveau sonore.

Zalman ZM80D-HP

Arctic Cooling NV Silencer 5 et 6

Zalman VF700 Cu et AlCu

TROIS SOLUTIONS À UN MÊME PROBLÈME Il existe un certain nombre de points communs à tous ces designs. Tout d’abord, ils occupent plus de place que le système de refroidissement d’origine. Prévoyez de perdre l’emplacement d’extension qui est situé sous la carte graphique. Dans certains cas, le radiateur du Northbridge pourra aussi poser problème. Vérifiez toujours la compatibilité de votre matériel sur le site du fabricant ! Si vous ne trouvez pas toutes les informations que vous souhaitez, il vous reste à consulter les forums de matériel informatique sur Internet. Certaines personnes ont peut-être la même configuration que vous, et ont installé le radiateur que vous convoitez. Si vous n’êtes toujours pas sûrs de la compatibilité de votre matériel, tentez donc votre chance ! Un radiateur alternatif coûte généralement moins de 30 , et vous pourrez toujours le revendre si vous vous êtes trompés.

Thermaltake Schooner

Coolermaster CoolViva VGA Cooler PC Update septembre / octobre 05

<105>


Comparer

De tous les systèmes de refroidissement alternatifs que nous avons testés, le NV Silencer est le plus simple à installer. La peinture « couleur cuivre » ne trompe personne : le radiateur de notre 6 600 est en aluminium, et le meilleur radiateur alternatif de notre comparatif permet d’améliorer ses performances de presque 20 °C !

Parmi les modèles que nous avons testés, le Zalman VF700 nous a semblé être celui qui posait le moins de problèmes de compatibilité. Autre point commun à ces différents produits : ils vous feront perdre la garantie de votre carte. Soyez donc précautionneux lors du montage, et tout se passera bien. Si vraiment l’opération vous effraie, achetez une carte prééquipée d’un tel système. Pour ce comparatif, nous avons regroupé toute une gamme de systèmes de refroidissement provenant de chez Zalman, Thermaltake, Coolermaster, Arctic Cooling… Chacun de ces dissipateurs est compatible avec des cartes différentes, et il revient à l’acheteur de consulter les listes de compatibilité sur le site du fabricant.

Pour les tester, nous les avons installés sur deux cartes différentes : une GeForce 6 600 PCI-Express, et une GeForce 6 800 GT PCI-Express. Ces deux cartes ont l’avantage d’être équipées d’une sonde de température dans le processeur graphique. Les températures ont été relevées après 30 minutes de 3DMark 2005, et à chaque fois lors de la même scène du benchmark. Parmi ces deux cartes, la 6 600 a une dissipation thermique moyenne, tandis que la 6 800 GT a une dissipation thermique importante. La première est donc une bonne candidate pour un refroidissement silencieux, tandis que la seconde sera difficile à refroidir silencieusement. On cherchera néanmoins à obtenir une amélioration des performances et du niveau sonore du système de refroidissement d’origine.

LES DISSIPATEURS D’ORIGINE Avant d’installer un système de refroidissement alternatif, il faut bien sûr retirer celui qui se trouve d’origine sur la carte.

Dans le cas de la 6600, c’est très simple. On écrase les deux petits clips en plastique avec une pince, et on tire sur le radiateur. Celui-ci est chargé de refroidir la RAM et le GPU (processeur graphique), et il est fait d’une seule pièce. Avec la 6800GT, les choses sont un peu plus complexes. Il y a trois jeux de vis à dévisser, l’un retenant le ventilateur, l’autre le radiateur de la RAM, et l’autre le radiateur CPU. Armez-vous d’un peu de patience… Une fois le radiateur démonté, on constate que cette carte ne sera pas compatible avec les systèmes de refroidissement « génériques » d’ancienne génération comme le ZM80C-HP de Zalman. Ceux-ci exploitent les trous de 3 mm de diamètre présents sur la plupart des cartes graphiques, mais les 6 800 n’ont pas ces trous. Nous ne pourrons donc tester sur la 6800GT que les radiateurs spécifiquement prévus pour être compatibles avec cette carte : VF700, Thermaltake Schooner et Arctic Cooling NV Silencer 5.

Le radiateur d’origine de la 6800GT est d’une conception assez élaborée, mais il est aussi bruyant et les performances peuvent être améliorées avec un radiateur alternatif.

<106>

PC Update septembre / octobre 05


Zalman ZM80C-HP

(et ZM-OP1)

Performances : Silence : en passif, avec ventilateur à +5 V Facilité de montage : Prix sur le Net : 25 ¤ + 8 ¤ pour ZM-OP1

Zalman avait innové en proposant le ZM80A-HP, un radiateur passif à caloducs. Par la suite était arrivé le ZM80C-HP, mieux conçu, auquel on pouvait ajouter un ventilateur optionnel, le ZM-OP1. Aujourd’hui, le couple a vieilli et n’est plus très compétitif. Monter le ZM80C-HP est assez laborieux, les pièces étant nombreuses et petites. La pâte thermique est fournie en quantité tout juste suffisante – n’espérez pas faire plusieurs installations – et les tubes ne sont pas pratiques du tout. Le ZM-OP1 est fourni avec un adaptateur permettant de l’alimenter en +5 V ou +12 V, ce qui lui permet d’être au choix très discret ou plus performant que le système d’origine (mais plus bruyant sur notre carte). Si votre boîtier est bien ventilé, vous pourrez utiliser le ZM80CHP seul. Les performances sont alors plus faibles que celles du système d’origine, mais le silence est royal.

Zalman ZM80D-HP

(et ZM-OP1)

Performances : Silence : en passif, avec ventilateur à +5 V Facilité de montage : Prix sur le Net : 30 ¤ + 8 ¤ pour ZM-OP1

Cette évolution du ZM80C-HP s’avère plus performante grâce à l’ajout d’un deuxième caloduc. Le montage n’est pas plus compliqué, juste un peu plus long. Les défauts sont les mêmes qu’avec la version C : montage laborieux et pâte thermique rationnée. Le deuxième caloduc n’est pas là pour épater la galerie, et les performances sont effectivement boostées. C’est surtout vrai en fonctionnement passif, où le ZM80D-HP parvient à égaler le système de refroidissement d’origine dans notre configuration de test ! Autre avantage de cette version : la présence de huit dissipateurs pour la RAM. Ces petits radiateurs pour les puces de RAM au format BGA (carrés) offrent une sécurité supplémentaire en évitant une surchauffe de la mémoire, qui était refroidie par le système de refroidissement d’origine mais n’est pas couverte par les radiateurs à caloducs. Tout comme le ZM80C-HP, le ZM80DHP est surtout intéressant pour sa capacité à fonctionner sans ventilateurs. Il offre alors des performances nettement supérieures à celles de son petit frère.

Arctic Cooling NV Silencer 5 et 6 (rev 2) Performances : Silence : Facilité de montage : Prix sur le Net : 19 ¤

Les produits Arctic Cooling diffèrent de la concurrence en cela que la gamme se compose de neuf dissipateurs, chacun étant adapté à différents modèles de cartes graphiques. La compatibilité est donc maximale, mais il n’est pas toujours évident de trouver dans sa boutique préférée la version qui convient exactement à votre carte. Les deux dissipateurs que nous avons testés sont les NV Silencer 5 (pour GeForce 6 800) et 6 (pour GeForce 6 600). Ils utilisent le même principe de fonctionnement : un radiateur cuivre surmonté d’ailettes sur lesquelles souffle un ventilateur à flux latéral. Particularité des radiateurs Arctic Cooling, le ventilateur se branche sur le connecteur du ventilateur d’origine. On conserve donc l’éventuel mécanisme de thermorégulation de la carte. Le montage des produits Arctic Cooling est extrêmement simple puisqu’il suffit de faire passer les vis dans les trous de la carte et de serrer de l’autre côté. Enfantin ! Défaut flagrant : la pâte thermique fournie est d’une qualité exécrable, à tel point que nous avons renoncé à l’appliquer et l’avons remplacée par un produit générique. Outre ce défaut, les radiateurs Arctic Cooling font un « sans-faute », puisque les performances, le niveau sonore et le prix sont tous très bons. A noter que le NV Silencer 5 (pour 6 800) couvre les chips de RAM, tandis que le NV Silencer 6 (pour 6 600) ne les couvre pas.

PC Update septembre / octobre 05

<107>


Comparer

Zalman VF700

Cu et AlCu

Performances : Silence : avec ventilateur à +5 V Facilité de montage : Prix sur le Net : 23 ¤ (AlCu), 30 ¤ (Cu)

Zalman déçoit rarement, et le nouveau dissipateur pour cartes graphiques VF700 le prouve une fois de plus. Reprenant la forme du ventirad CNPS7000, il en offre aussi les performances et le silence. Son installation est beaucoup plus simple que celle d’un ZM80C-HP, et à peine plus compliquée que celle d’un radiateur Arctic Cooling. Il ne faudra donc que quelques minutes pour l’installer et bénéficier de son refroidissement de premier ordre. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : sur la 6600, le VF700 enterre tous les concurrents. C’est le plus performant, et lorsqu’on fait passer son ventilateur en +5 V avec l’adaptateur fourni, c’est l’un des plus silencieux bien qu’il offre encore un refroidissement exceptionnel. Sur la 6800, il est là aussi excellent mais le NV Silencer 5 est un meilleur compromis. Comme souvent chez Zalman, le radiateur est disponible en version Cu (tout cuivre) ou AlCu (cuivre + aluminium). Cette dernière version est plus légère et coûte moins cher que la précédente. Elle est aussi un petit peu moins performante, mais reste extrêmement compétitive. Il est fourni avec huit radiateurs pour puces de RAM format BGA, qui devraient être d’autant plus efficaces que le ventilateur souffle sur la RAM à travers les ailettes du radiateur. Fortement recommandé pour l’overclocking.

Thermaltake Schooner Performances : Silence : Facilité de montage : Prix sur le Net : 33 ¤

Quel étrange produit que le Thermaltake Schooner ! Semblable au ZM80C-HP dans son principe, il y ajoute un radiateur en cuivre conçu pour dépasser à l’arrière du PC. Un radiateur d’une aussi faible surface ne peut pas changer grand-chose aux performances, mais au moins le look est original… Avant de parler des performances, commençons par fustiger Thermaltake : le montage du Schooner n’est vraiment pas une partie de plaisir. Le microtournevis nécessaire n’est pas fourni (contrairement aux ZM80C-HP et ZM80D-HP), et vous devrez utiliser un tournevis aimanté pour vous en sortir. Pour ceux qui ne sont pas bricoleurs, précisons qu’on peut aimanter un tournevis en le frottant contre un aimant quelques minutes (on trouve des aimants dans le système de fermeture des portes de certaines armoires). Sans cet accessoire, et à part si vos doigts sont aussi fins que ceux d’un nourrisson, vous vous arracherez les cheveux pour installer les gros radiateurs du Schooner. Pour le reste, le Schooner offre des performances légèrement supérieures à celles d’un ZM80C-HP, pour le prix d’un ZM80D-HP. Si le look vous indiffère, tournez-vous plutôt vers ce dernier, qui offre en plus les dissipateurs pour la RAM et la possibilité d’installer un ventilateur additionnel. La possibilité d’installer le Schooner sur une 6 800 est anecdotique, les températures obtenues étant trop élevées pour qu’on puisse recommander cette solution.

Coolermaster CoolViva

VGA Cooler

Performances : Silence : Facilité de montage : Prix sur le Net : 20 ¤

Il n’est pas très connu, coûte moins cher que les concurrents… le CoolViva est pourtant un bon produit. Il offre des performances supérieures à celles d’un ZM80C-HP + ZMOP1 à 12 V, tout en faisant moins de bruit. La complexité de montage est équivalente à celle des produits Zalman à caloducs, mais le mode d’emploi est beaucoup moins clair. Si vous n’avez jamais monté un tel système de refroidissement, les photos minuscules et les explications laconiques risquent de vous perturber. Le ventilateur du Coolviva peut être placé au choix au-dessus ou en dessous de la carte, selon la place offerte par votre configuration. Les meilleurs résultats sont obtenus avec le ventilateur en dessous (plus près du GPU), comme on pouvait s’y attendre. A noter que le ventilateur ne souffle pas sur la RAM et qu’aucun radiateur n’est fourni pour celle-ci, ce qui limitera les possibilités d’overclocking. On regrette que le système de fixation du ventilateur, rudimentaire, augmente notablement son niveau sonore. En tenant le ventilateur à la main devant la carte, on réduit le bruit de plus de 10 dB(a) ! Les bricoleurs pourront donc remplacer cette fixation par un système réduisant les vibrations, obtenant ainsi un niveau sonore proche de celui du ZM-OP1 à 5 V. Pour overclocker son processeur graphique à moindre coût, le Coolviva est l’accessoire idéal. Mieux vaut quand même lui ajouter un ventilateur soufflant sur le côté afin de refroidir la RAM.

<108>

PC Update septembre / octobre 05


Performances sur 6800GT

Performances sur 6600

Niveau de pression sonore sur 6600 ZM80C-HP passif

ZM80C-HP passif

Schooner

Schooner

ZM80D-HP passif

ZM80D-HP passif

NvSilencer 6

ZM80C-HP + ZM-OP1 à 5v

ZM80C-HP + ZM-OP1 à 5v

Radiateur d'origine

ZM80D-HP + ZM-OP1 à 5v

Coolviva ventilo dessus

VF700 AlCu à 5v

ZM80D-HP + ZM-OP1 à 5v

VF700 Cu à 5v

ZM80C-HP + ZM-OP1 à 12v

Radiateur d'origine

ZM80D-HP + ZM-OP1 à 12v

Coolviva ventilo dessus

NvSilencer 6

Coolviva ventilo dessous

Coolviva ventilo dessous

VF700 AlCu à 12v

VF700 AlCu à 5v

VF700 Cu à 12v

VF700 Cu à 5v

Schooner

VF700 AlCu à 5v

Radiateur d'origine

VF700 Cu à 5v

VF700 AlCu à 12v

NvSilencer 5

ZM80C-HP + ZM-OP1 à 12v

VF700 AlCu à 12v

ZM80D-HP + ZM-OP1 à 12v

VF700 Cu à 12v

20

25

30

35

40

45

50

55

db(a) à 12,5cm

VF700 AlCu à 5v

VF700 Cu à 5v

NvSilencer 5

VF700 AlCu à 12v

VF700 Cu à 12v

Radiateur d'origine

30

50

60

70

80

40

20

30

40

50

60

70

80

90

°c

Le VF700 et le NV Silencer sont dans un mouchoir de poche sur la 6800GT. Le Schooner est compatible avec cette carte, mais une solution passive n’est pas recommandée : les températures crèvent le plafond !

Podium

Schooner

20

40

Sur la 6600, le Zalman VF700 écrase la concurrence en termes de performances.

Niveau de pression sonore sur 6800GT

10

30

°c

Les solutions passives (sans ventilateurs) sont bien sûr les plus silencieuses. Mais le meilleur compromis performances/bruit est obtenu par le VF700, suivi des radiateurs ZM80C-HP et ZM80D-HP associés au ZM-OP1.

0

20

VF700 Cu à 12v

50

db(a) à 12,5cm

Le VF700 est le plus silencieux sur la 6800GT lorsqu’il est en 5V, mais le NV Silencer offre un compromis bruit/performances un peu plus intéressant.

Premier ex aequo :

Premier ex aequo :

Troisième :

ARCTIC COOLING VGA SILENCER

ZALMAN VF700

ZALMAN ZM80D-HP

De tous les systèmes de refroidissement alternatifs, les VGA Silencer sont les plus simples à installer et les moins coûteux à l’achat. Les performances sont pourtant de premier ordre, et le niveau sonore bien contenu. A acheter les yeux fermés, mais non sans avoir vérifié la compatibilité de votre matériel sur le site d’Arctic Cooling (http://www.arcticcooling.com). Préférez les révisions 2, généralement moins bruyantes. Comme il existe neuf modèles différents, adaptables à différentes cartes (ATI ou nVidia), n’espérez pas le faire passer d’une carte à l’autre. Si vous voulez un système de refroidissement réutilisable après une upgrade, tournez-vous plutôt vers le VF700. Lors de nos tests, c’est surtout le NV Silencer 5 (monté sur la 6800GT) qui nous a impressionnés. Il est aussi performant que le VF700 à 12 V tout en faisant moins de bruit !

Vous voulez overclocker votre carte graphique ? Pas besoin d’y réfléchir à deux fois, c’est le VF700 qu’il vous faut. Facile à monter, peu coûteux, il offre les meilleures performances de ce comparatif. Il refroidit même la RAM, ce qui n’est pas le cas de tous les produits présentés ici. Non content d’obtenir les meilleures températures, il peut aussi devenir très discret lorsqu’on met son ventilateur en 5 V, et les performances restent excellentes. Le VF700 AlCu offre le meilleur rapport qualité/prix, mais la version Cu permet de gagner encore quelques degrés.

Vous tenez absolument à ce que votre carte graphique ne fasse pas un bruit ? Le ZM80D-HP est le meilleur radiateur passif disponible à ce jour. A tel point que lors de nos tests, il nous a permis d’obtenir la même température qu’avec le système d’origine, alors même qu’il n’était pas ventilé ! Néanmoins, nous vous recommandons de préférer une solution faiblement ventilée à une solution passive. Les performances seront bien meilleures, et le léger bruit sera généralement couvert par les autres éléments du PC. Le VF700 est le produit le plus adapté, son niveau sonore étant très faible en 5 V. Le ZM80D-HP ne s’impose que pour les plus exigeants, qui ont un PC très silencieux.

PC Update septembre / octobre 05

<109>


Comparer

Les cartes 3D à moins de

150 ¤ Par : Manuel Da Costa

Souvent mis en avant par ATI et nVidia, les cartes 3D haut de gamme laissent rêveur mais sont logiquement délaissées par grand nombre d’entre nous au profit du milieu de gamme dont le prix est bien plus abordable. Que reste-il alors aux cartes d’entrée de gamme ? Peuton jouer avec une telle carte ? Que peut-on faire avec une carte d’entrée de gamme ? A qui s’adressent ces cartes ? C’est ce que nous vous proposons de découvrir avec cet article.

<110>

PC Update septembre / octobre 05


Les raisons pouvant amener à choisir une carte 3D d’entrée de gamme sont diverses à commencer par l’aspect économique, tout le monde ne pouvant pas s’offrir une carte 3D à plus de 300 ?. Qui plus est, les derniers jeux ne sont peut-être pas ceux auquel vous prétendez vouloir jouer et dans ce cas, une carte plus modeste suffira amplement. Un second PC dédié à d’autres applications peut également être une raison motivant le choix d’une telle carte. Il est par exemple inutile de disposer de fonctions 3D avancées pour un PC que vous aurez dédié comme serveur de fichiers ou encore, en bon père de famille que vous êtes, vous désirez assembler ou dépoussiérer un vieux PC orienté multimédia mais capable à l’occasion de faire tourner divers jeux pour vos enfants. Bien que certaines puces graphiques intégrées comme le GMA 950 d’Intel équipant les cartes mères à base de i945 permettent déjà de répondre à ces besoins, il en est d’autres où cette solution commence à montrer quelques limites…

L

PC Update septembre / octobre 05

<111>


Comparer

LE HOME CINÉMA, DOMAINE PRIVILÉGIÉ DES CARTES 3D D’ENTRÉE DE GAMME ? Outre l’avantage du multi affichage, il est un autre élément crucial qui est en partie déterminant dans le cadre d’un PC Home Cinéma : l’aspect silence. Très souvent dérivés des GPU haut de gamme, les cartes d’entrée de gamme sont amputées de nombreuses fonctionnalités 3D et bénéficient d’une fréquence de fonctionnement bien moins élevée en rapport ce qui leur permet de chauffer beaucoup moins et de profiter ainsi d’un système de refroidissement passif. Mais l’intérêt d’une telle carte ne s’arrête pas uniquement là puisqu’elle intègre généralement une sortie TV au format S-vidéo offrant une qualité supérieure à

« Le bus mémoire 32 et 64 bits est un véritable goulet d’étranglement pour les performances 3D »

Il convient de prêter une attention particulière, certaines cartes 3D d’entrée de gamme embarquant un système de refroidissement avec un ventilateur.

<112>

PC Update septembre / octobre 05

Pour un usage Home Cinéma, les sortie S-Vidéo et YUV sont un minimum…

la sortie composite qui est heureusement plus rare aujourd’hui, sans parler de la possibilité de bénéficier, suivant la carte, d’un module VIVO (Video-In Video-Out) offrant des fonctions d’acquisition analogique intéressantes pour peu que vous disposiez encore de sources vidéo analogiques. D’autre part, bien que le décodage du format MPeg-2 ne soit plus un problème pour les cartes 3D d’entrée de gamme aujourd’hui, celles-ci intègrent en plus des procédés permettant d’améliorer la vidéo. C’est par exemple le cas avec le videoshader et le FullStream d’ATI permettant d’améliorer l’affichage d’une vidéo en basse résolution en jouant sur la netteté de l’image (limite l’effet de pixellisation), comme la

plupart des vidéos Internet en streaming.

diffusées

sur

Côté vidéo haute définition, bien que ce format soit encore assez rare en Europe, l’arrivée prochaine du HD-DVD ainsi que du Blue-Ray déjà en pleine ébullition aux Etats-Unis pourrait très vite faire évoluer les choses dans le bon

Mais pour une utilisation multi écrans mieux vaut disposer d’une sortie VGA ou DVI supplémentaire.


Sous le terme HDTV présent sur les packaging de cartes 3D se cache généralement un câble de type s-vidéo offrant les connectiques YUV

sens sans parler de la prochaine coupe du monde de football 2006 devant être diffusé au format HD ou encore la chaîne satellite euro 1080 diffusant déjà dans ce format, si bien que les cartes 3D intègrent désormais l’accélération matérielle pour décompresser le flux vidéo HD (WMV9, Mpeg2, Mpeg4…) ce qui permet de soulager fortement le processeur. Lors du lancement de sa gamme de GeForce 6800, nVidia annonçait fièrement le support du décodage/encodage du format HD via son moteur PureVideo qui au final s’est avéré défaillant ce qui n’a pas manqué de surprendre et décevoir pour une carte d’un tel standing.

D’ailleurs, même si le décodage HD est aujourd’hui fonctionnel sur la gamme 6600 et 6200, cette dernière se limitant au format 720p (1280x720) exception faite de la 6200 TurboCache 16 ne prenant pas en charge le décodage matériel, l’encodage est lui toujours manquant à l’appel. Toutefois, pour profiter de l’accélération matérielle du format WMV9 HD il convient d’installer le patch Microsoft DirectX Vidéo Accélération ainsi que la dernière version de Windows Media Player 10, sans oublier d’activer l’option ‘haute qualité’. Pour le reste des optimisations vidéo tel que le 3:2 pulldown par exemple, il est obligatoire d’utiliser

« Pas d’illusions, la carte 3D d’entrée de gamme n’est pas faite pour le joueur » le logiciel nVidia decoder qui est payant, les autres players ne le supporteront que dans leur prochaine version à commencer par WinDVD ainsi que PowerDVD.

Pour le prix d’une 6600 classique, la GeForce 6600 TurboForce de Gigabyte a vec une fréquence GPU de 300 Mhz équipé de mémoire GDDR3 500 Mhz (1 Ghz) est une bonne surprise, celle-ci offrant des performances très proche d’une 6600 GT.

PC Update septembre / octobre 05

<113>


Comparer

sera supporté que d’ici la fin de l’année. Dernier détail, certains constructeurs n’hésitent pas à mettre en avant la mention HDTV sur le packaging (marketing oblige), mais cela n’inclus en fait qu’un simple petit boîtier de connexion S-Vidéo offrant les connectiques YUV en sortie, les cartes aujourd’hui étant capables d’afficher les résolutions HDTV que ce soit via la sortie VGA ou DVI.

JOUER AVEC UNE CARTE D’ENTRÉE DE GAMME, RÊVE OU RÉALITÉ ?

afin de garder un niveau de jouabilité convenable, il faut abaisser drastiquement le niveau de détail graphique. Ici nous utilisons un niveau bas pour une résolution de 1024x768

En matière de 3D, le nombre important de références de cartes 3D fait régner une certaine confusion que certains constructeurs continuent à alimenter avec «ingéniosité ?». Quelques exemples ? Lors du lancement de la GeForce 6200 TurboForce par exemple, nous avons pu relever le slogan amusant ‘mettez un turbo dans votre PC’ ou encore, plus d’actualité, une mention de choix de la part d’une équipe de joueurs PC mondialement connu. Pour clarifier la situation, inutile de vous laisser embarquer par tous les belles promesses marketing de certains ni par le charisme de certains vendeurs en imaginant qu’une carte de moins de 150 vous permettra de jouer à tous les derniers jeux sans faire des concessions importantes sur la qualité visuelle pour ne pas trop nuire à la jouabilité. Alors que les cartes d’entrée de gamme ATI ne supportaient auparavant que la version 8.1 de DirectX avec les gammes RADEON 9000 et 9200 (au contraire de nVidia avec les GeForce FX), les choses ont évoluées puisque le support DirectX 9.0 est dorénavant implanté quelque soit la carte. Techniquement cela permet aux cartes d’ATI de supporter les shaders 2.0 jusqu’à la X700 qui elle supporte la version 2.0b au contraire de nVidia qui propose la version 3.0 pour toutes ses cartes avec en prime le HDR (High Dynamic Range Lighting) à partir de la GeForce 6600.

Notez la différence avec un niveau élevé et toujours une résolution de 1024x768.

Côté ATI, la décompression matérielle WMV9 HD n’est supporté qu’à partir de la Radeon X700 et là encore, un bug rendait défaillant l’accélération matérielle qui bien qu’activé dans le panneau Catalyst Control Center ne fonctionnait qu’avec l’application d’un patch contenu par exemple dans les pilotes alternatifs DH Zeropoint (http://www.driverheaven.net) ou encore Omega

<114>

PC Update septembre / octobre 05

(http://www.omegadrivers.net) mais avec la version 5.7 des pilotes Catalyst, le problème est maintenant résolu. Les gammes X300, X550 et X600 sont de ce fait bien moins attrayantes dans le cadre d’un PC dédié Home Cinéma ce qui profite à la GeForce 6200. A noter que l’autre format haute définition H.264, qui vient d’être implémenté dans la dernière mouture de Quicktime 7 ne

Bien que cela puisse être intéressant dans un premier temps, les différents tests que nous avons réalisé sur notre plateforme nForce 4 équipé d’un Athlon 64 3000+ et de 1024 Mo de mémoire DDR Corsair XMS400 (2.2.2.5) nous ont montré que ces cartes sont loin d’être des bêtes de courses sur les derniers jeux, à commencer par Far Cry qui utilise les shaders 3.0 à partir du patch 1.3 et pour lequel il est impossible de jouer convenablement avec un niveau de


Comparer

Half Life 2 Détails Max.

Half Life 2 Détails Min. 6600 128Mo (300/500)

6600 128Mo (300/500)

6600 128Mo (300/1000)

6600 128Mo (300/1000) 6200 128Mo

6200 128Mo

6200 TC 64 Mo

6200 TC 64 Mo

X700 256Mo

X700 256Mo

X300 128Mo X300 128Mo X300SE 128Mo HM X300SE 128Mo HM X300SE 128Mo X300SE 128Mo 0 0

50

100

150

200

20

40

60

80

250

Fps 800x600

1024x768

800x600

1280x1024

Thief III: Dark Project détails moyens

100

120

140

160

180

200

Fps 1024x768

1280x1024

WarHammer 40000 détails moyens

6600 128Mo (300/500)

6600 128Mo (300/500)

6600 128Mo (300/1000)

6600 128Mo (300/1000)

6200 128Mo

6200 128Mo

6200 TC 64 Mo

6200 TC 64 Mo

X700 256Mo

X700 256Mo

X300 128Mo

X300 128Mo

X300SE 128Mo HM

X300SE 128Mo HM

X300SE 128Mo

X300SE 128Mo 0

10

20

30

40

50

60

0

5

10

15

20

Fps 800x600

1024x768

25

30

35

40

45

Fps 800x600

1024x768

1280x1024

détail élevé permettant de profiter des shaders et du HDR sans nuire excessivement à la jouabilité. Et même si le framerate dans une basse résolution tel que le 800x600 peut paraître à priori suffisamment confortable pour profiter du niveau de détails très élevé d’après les tests que nous avons effectué, les améliorations visuelles sont au final imperceptibles tout comme avec HalfLife 2 qui se limite à la version 2.0b des shaders et par conséquent, seules les RADEON X700 et GeForce 6600, au minimum, permettent d’en profiter. Pour les jeux plus anciens comme UT2004, Splinter Cell premier du nom ou encore Prince of Persia par exemple, les shaders 2.0, 2.0b et 3.0 sont là encore inutile, ces jeux utilisant la version 1.4 des shaders tout au plus. Attendez-vous donc à faire d’énormes sacrifices dans les réglages 3D pour espérer jouer convenablement dans n’importe quels jeux récents. Au contraire, les jeux plus anciens, qui représentent une grande quantité de titres, ne présentent pas de problème

<116>

PC Update septembre / octobre 05


3D Mark05

3D Mark03 6600 128Mo (300/500)

6600 128Mo (300/500)

6600 128Mo (300/1000)

6600 128Mo (300/1000)

6200 128Mo

6200 128Mo

6200 TC 64 Mo

6200 TC 64 Mo

X700 256Mo

X700 256Mo

X300 128Mo

X300 128Mo

X300SE 128Mo HM

X300SE 128Mo HM

X300SE 128Mo

X300SE 128Mo 0

50

100

150

200

250

0

Fps

2

4

6

8

10

12

14

16

18

Fps Wings of Fury

Battle of Proxycon

Troll's Lair

Mother Nature

Return to Proxycon

Far Cry 1.32 Détails Min.

Firefly Forest

Canyon flight

Far Cry 1.32 Détails Max.

6600 128Mo (300/500)

6600 128Mo (300/500)

6600 128Mo (300/1000) 6600 128Mo (300/1000) 6200 128Mo 6200 128Mo

6200 TC 64 Mo X700 256Mo

6200 TC 64 Mo

X300 128Mo

X700 256Mo

X300SE 128Mo HM X300 128Mo X300SE 128Mo 0

20

40

60

80

100

120

0

140

10

20

30

40

800x600

1024x768

50

60

70

80

Fps

Fps 800x600

1280x1024

1024x768

1280x1024

pour des raisons qui nous échappent, Far Cry a refusé de tourner avec le niveau de détail très élevé sur les X300SE

Collin McRae 4

Quake III

6600 128Mo (300/500)

6600 128Mo (300/500)

6600 128Mo (300/1000)

6600 128Mo (300/1000)

6200 128Mo

6200 128Mo

6200 TC 64 Mo

6200 TC 64 Mo

X700 256Mo X700 256Mo

X300 128Mo X300 128Mo

X300SE 128Mo HM X300SE 128Mo HM

X300SE 128Mo X300SE 128Mo

0

10

20

30

40

50

60

70

80

90

100 0

Fps 800x600

1024x768

800x600 FSAA 4X

50

100

150

200

250

300

350

Fps 1024x768 FSAA 4X

1024x768

1280x1024

1024x768 FSAA 4X Aniso 4X

1280x1024 FSAA 4X Aniso 4X

PC Update septembre / octobre 05

<115>

400


ce type de mention n’est là que pour tromper l’acheteur. Avez-vous déjà vu un joueur équipé d’une carte 3D d’entrée de gamme participer à des tournois de jeux ?

aux cartes d’entrée de gamme et l’utilisation du FSAA est même possible dans bien des cas.

DES RÉFÉRENCES TROMPEUSES ? Vous l’aviez peut-être remarqué, la majorité des cartes mères avec port AGP proposait l’option AGP texturing dans le bios, fonction qui permettait d’allouer à la carte graphique une partie de la mémoire vive pour y stocker des textures. Cependant les limitations dues à la bande passante n’ont pas permis d’utiliser l’AGP texturing convenablement contrairement au PCI express qui grâce à son débit de 4 Go/s, soit le double de l’AGP 8X, permet aujourd’hui d’envisager l’utilisation de la mémoire centrale du PC et c’est justement ce que propose nVidia via sa technologie TurboCache et ATI avec le HyperMemory. Ces technologies permettent donc aux deux constructeurs de réduire significativement les coûts tout en maintenant théoriquement des performances décentes dans le but de concurrencer efficacement les solutions graphiques intégrées comme le récent GMA 950 d’Intel équipant les cartes mères i945G. Vous trouverez donc des cartes estampillées HyperMemory et TurboCache annonçant des quantités mémoire variant de 128Mo à 256Mo mais dissimulant en fait la quantité mémoire adressable (embarquée + système). La gamme 6200 TurboCache se décline en trois versions à commencer par les 6200 TC 16 (16 Mo de mémoire) et 32 TC annonçant un totale de 128 Mo de mémoire vidéo et la 6200 TC 64 pour 256 Mo. Là encore, nous trouvons regrettable de ne pas explicitement indiquer le type de carte employée pour

les cartes estampillées 128 Mo, la TC 16 ne disposant que d’un bus de 32 bits contre 64 bits pour la TC 32. Nous n’avons malheureusement pas eu de cartes TC 16 et 32 entre nos mains mais par expérience, nous savons que la largeur du bus mémoire représente un goulet d’étranglement faisant rapidement chuter les performances 3D. Du côté d’ATI les choses sont plus « claires » car une seule déclinaison existe, la X300SE HM embarquant 32 Mo, ce qui facilite grandement le choix mais tout comme nVidia, la largeur du bus mémoire n’est malheureusement toujours pas précisé.

LE MULTI AFFICHAGE, UN ARGUMENT DE CHOIX ? Hormis la plupart des mini PC, il n’est pas courant de trouver deux sorties vidéo sur une carte mère embarquant une solution graphique intégrée au contraire des cartes d’entrée de gamme qui intègrent pour la plupart deux RAMDAC gérant deux sorties vidéo, généralement une sortie DVI et une sortie VGA. Pour rappel, le RAMDAC (Random Access Memory Digital Analog Converter) permet de convertir l’affichage numérique en signaux analogiques délivrés au moniteur. Exprimée en MégaHertz, la fréquence du RAMDAC est peu parlante pour la plupart d’entre nous lorsque nous regardons de plus près les caractéristiques techniques d’une carte graphique. Celleci permet en fait de connaître la résolution maximale que la carte est capable d’afficher et se caractérise par la formule suivante : Résolution verticale x résolution horizontale x fréquence de rafraîchissement x 1,32

souhaite utiliser la résolution de 1280x1024 avec un rafraîchissement de 60 Hz. Le RAMDAC devra être cadencé à une fréquence d’au moins 103 Mhz environ pour être capable de traiter correctement cette résolution. Il est donc aisé, à l’aide de cette formule, de connaître la résolution maximale pouvant afficher chaque RAMDAC. Dans le cadre du multi affichage, la carte 3D d’entrée de gamme est donc une solution attrayante et n’est plus réservé aux plus fortunés d’entre nous sans parler des prix aujourd’hui très attractifs de la plupart des écrans plats 17 pouces. De plus, l’autre avantage réside dans le fait qu’une carte 3D embarque sa propre mémoire vidéo et permet par conséquent de disposer de plus de mémoire vive, contrairement aux solutions graphiques embarquées, ce qui est fort appréciable lors de l’utilisation d’applications telles que Photoshop, assez gourmand en ressources.

Pour illustrer, prenons le cas où l’on

Hardware magazine juin 05

<117>


Comparer

Choix de la l n’est pas facile de départager ces cartes, toujours est-il que c’est le domaine d’application qui est déterminant dans le choix final d’une carte 3D d’entrée de gamme. On peut ainsi dire que les gammes TurboForce et HyperMemory sont à proscrire pour les jeux, ces cartes étant trop peu performantes et il est plus judicieux d’investir quelques dizaine d’euros de plus en optant pour une GeForce 6600 ou une Radeon X700 plus adaptée pour le jeu. De plus, compte tenu de la faible différence de prix constaté entre la X300SE, X300SE HyperMemory et la X300, il serait ridicule de ne pas opter directement pour la X300 classique. Au contraire, ces cartes sont particulièrement adaptées pour un usage classique bureautique d’une part, bien qu’une solution graphique intégrée convienne aussi parfaitement pour un prix souvent inférieur à condition de ne pas souhaiter profiter d’un affichage multi écrans, mais également pour un PC Home Cinéma pour lequel ces cartes sont plutôt bien loties avec un système de refroidissement passif et une sortie TV, DVI et VGA. Dans ce sens, la GeForce 6200 est des plus intéressante avec le support matériel du décodage WMV9 HD en 720p, hormis la 6200 TC 16 que nous vous déconseillons fortement.

rédaction

I

Chipset Radeon X300SE Radeon X300SE HyperMemory (128 Mo) Radeon X300 Radeon X700 Radeon X700Pro GeForce 6200 TC16 (128 Mo) GeForce 6200 TC32 (128 Mo) GeForce 6200 TC64 (256 Mo) GeForce 6200 GeForce 6600 GeForce 6600 TurboForce GeForce 6600 GT

<118>

Nous vous recommandons toutefois un minimum de 512 Mo de mémoire vive pour la GeForce 6200 TurboCache 128 Mo et la Radeon X300SE HyperMemory 128Mo contre un minimum de 1024 Mo pour la 6200 TurboCache 256 Mo. Pour le reste, si vous n’êtes pas exigeant en terme de jeux soit parce que le jeu n’est qu’un loisir occasionnel ou si vous ne jouez qu’à des jeux anciens,

nous vous recommandons la Radeon X300 ou la GeForce 6200 embarquant toutes deux un bus mémoire de 128 bits.

Fréquence mémoire 200 Mhz 300 Mhz

Quantité mémoire 128 Mo 32 Mo

Bus mémoire 64 bits 64 bits

Pixels pipelines 4 4

Vertex pipelines 2 2

Shaders

RV 370 RV 370

Fréquence core 325 Mhz 325 Mhz

2.0 2.0

Prix moyen 55-60 ¤ 55-60 ¤

RV 370 RV410 RV410 NV44

325 Mhz 400 Mhz 425 Mhz 350 Mhz

200 Mhz 350 Mhz 430 Mhz 350 Mhz

128 Mo 128/256 Mo 128/256 Mo 16 Mo

128 bits 128 bits 128 bits 32 bits

4 8 8 4

2 6 6 4

2.0 2.0b 2.0b 3.0

60 ¤ 125 ¤ 160-170 ¤ 50 ¤

NV44

350 Mhz

350 Mhz

32 Mo

64 bits

4

4

3.0

60 ¤

NV44

350 Mhz

275 Mhz

64 Mo

64 bits

4

4

3.0

70 ¤

NV43 NV43 NV43

300 Mhz 200 Mhz 200 Mhz

550 Mhz 275 Mhz 500 Mhz

128 Mo 128/256 Mo 128/256 Mo

64/128 bits 128 bits 128 bits

4 8 8

4 8 8

3.0 3.0 3.0

90-100 ¤ 120 ¤ 130 ¤

NV43

375 Mhz

500 Mhz

128/256 Mo

128 bits

8

8

3.0

175-190¤

PC Update septembre / octobre 05


ENVOYEZ MOTOGP PAR SMS AU 61617 OU APPELLEZ LE 0 892 696 896 POUR TENTER VOTRE CHANCE. ET VOUS GAGNEREZ PEUT-ÊTRE UNE YAMAHA R6, REMISE AU MONDIAL DU 2 ROUES. Tarif : 0 892 696 896 : 0,34€/min - RCS : B 411 864 986 - Jeu gratuit sans obligation d'achat - modalités du remboursement du timbre (pour obtenir le règlement) et de l'appel figurant sur le règlement déposé auprès de Maître Montané, huissier de Justice à Toulouse, Règlement disponible gratuitement sur simple demande écrite à 123Multimedia BP 1141 31100 Toulouse - Photos non contractuelles.

Game and Software © 2005 THQ Inc. MotoGPTM URT 3 and © 2005 Dorna Sports, S.L. MotoGP and related logos, characters, names, and distinctive likenesses thereof are the exclusive property of Dorna Sports, S.L. and/or their respective owners. Used under license. All Rights Reserved. Developed by Climax Studios. Climax Studios and its logo are trademarks and/or registered trademarks of Climax Studios (Brighton) Ltd. GameSpy and the “Powered by GameSpy” design are trademarks of GameSpy Industries, Inc. All rights reserved. THQ and the THQ logo are trademarks and/or registered trademarks of THQ Inc. All Rights Reserved. Microsoft, Xbox, Xbox Live, the Live logo and the Xbox Logos are registered trademarks or trademarks of Microsoft Corporation in the United States and/or other countries and are used under license from Microsoft. All other trademarks, logos and copyrights are property of their respective owners


Comparer

Boîtiers de stockage réseau la solution de partage idéale ?

NAS

Par : Jeremy Panzetta

Le stockage en réseau représenté par les solutions matérielles NAS et NDAS s’ouvre progressivement au grand public. Destinés aussi bien à du stockage brut que du partage de données, nous avons voulu savoir quels avantages pouvaient avoir ce genre de produits face à de petites configurations serveurs traditionnelles en mettant sept appareils sur les bancs de test.

Un des moyens les plus couramment utilisés par les particuliers pour stocker et partager de grande quantité de données sur un réseau est de passer par un PC dédié faisant office de serveur. Que ce soit pour du stockage de travail ou pour accéder à ses MP3, ses photos et ses films via son PC de salon, cette solution présente de nombreux atouts. Il n’est par exemple pas nécessaire de monter une configuration puissante, des éléments vieillissants récupérés ici et là font l’affaire. L’espace de stockage n’est d’autre part limité que par le nombre et la capacité des disques durs acceptés par la carte mère, et celle-ci pourra exploiter les dernières interfaces réseau telles que le Gigabit, le WiFi ou le CPL. Mais cette solution serveur a plusieurs inconvénients. Vous devrez tout d’abord prendre le temps d’assembler le PC, d’installer son OS, ses drivers, et configurer l’ensemble. L’unité centrale prend ensuite de la place et doit bien souvent être accompagnée d’un clavier, d’une souris et d’un écran. Il est enfin nécessaire de laisser allumé ce PC en permanence pour avoir accès à ses données ce qui engendre d’éventuels problèmes de nuisances sonores. Il existe depuis longtemps une alternative à ces petites machines serveurs grâce aux disques durs externes réseau appelés NAS (Networks Attached Storage) et NDAS (Network Direct Attached Storage). Ils sont principalement destinés aux entreprises mais se démocratisent doucement et arrivent sur le marché grand public avec des solutions de plus en plus abordables.

U

<120>

PC Update septembre / octobre 05

Les NAS existent aussi en 2,5 pouces, comme ce WL-HDD d’Asus qui offre une interface Ethernet 100 Mbps et une Wi-Fi 802.11g


Open-e NAS Suite à une discussion sur notre forum, l’un de nos membres GDLN7BrigMec nous a fait découvrir un produit très astucieux destiné au stockage réseau et que nous avons pu tester. Baptisée Open-E NAS, il s’agit d’une petite cartouche à connecter sur le port IDE principal de la carte mère et qui transforme le PC en NAS sans avoir besoin d’installer un système d’exploitation sur l’un des disques durs de l’unité centrale. Le PC doit pour cela posséder une carte réseau Ethernet, mais il n’a pas besoin de lecteurs optiques, et l’usage d’un clavier, d’une souris et d’un écran ne sont utiles qu’une seule fois pour configurer le module IDE. Une fois connecté au port IDE de la carte mère et alimenté sur une des prises Molex, il est détecté comme un disque dur à part entière dans le BIOS. Il suffit de démarrer le PC sur ce disque virtuel contenant un micrologiciel d’exploitation qui se charge alors de détecter votre carte réseau, vos contrôleurs IDE, SATA, RAID, et les véritables disques durs qui y sont connectés. Le module met quelques minutes à se lancer puis vous emmène sur un menu « DOS » très succinct dans lequel il est nécessaire de configurer manuellement l’IP de la machine ou de laisser cette tâche au DHCP du réseau local. Les fonctionnalités de l’Opene NAS sont ensuite accessibles à partir d’une des machines du réseau local et d’Internet Explorer. Il existe trois versions de l’Open-E NAS allant de 200 à 600 euros, le Soho, le 2.0 et l’Entreprise. Le modèle Soho ne prend en charge que deux

disques durs au total, ceux placés sur le deuxième port IDE du contrôleur principal de la carte mère. Les deux autres modèles 2.0 et Entreprise supportent d’autres types de contrôleurs, qu’ils soient SATA, RAID ou sur des cartes PCI. Mais leur compatibilité avec ces contrôleurs est restreinte et nous n’avons par exemple pas pu faire fonctionner les Open-e NAS sur des cartes mères à base de nForce4 ou d’i915. La liste de compatibilité est disponible sur le site Web du constructeur www.open-e.com. Les autres différences entre les trois versions Open-e NAS viennent des options d’administration possibles ou de la sécurisation des données. Au final, l’idée était excellente mais les prix élevés des appareils et leur maigre compatibilité matérielle les pénalisent trop pour être intéressants.

PC Update septembre / octobre 05

<121>


Comparer

Certains NAS supportent des ports USB afin de connecter des disques durs et des clés USB supplémentaires. Ils peuvent aussi être utilisés pour brancher une imprimante.

donc limitée à 4 Go, ce qui est très pénalisant pour les amateurs de montage vidéo par exemple. Les NAS ne supportent jamais le NFTS, ou du moins pas en écriture. Seuls quelques rares produits savent reconnaître des disques durs externes NTFS sur leurs ports USB mais ils seront disponibles uniquement en lecture. Notez par ailleurs que si vous formatez ces unités USB avec le système de fichiers propriétaire des NAS ou celui de type Linux, ils ne seront alors plus reconnus sur votre PC en simple connexion USB.

PERFORMANCES, USAGES ET PRIX

Un NAS se configure à travers Internet Explorer et rend ses données disponibles à travers les favoris réseau de Windows

COMMENT ÇA MARCHE ? Les NAS comme les NDAS se présentent sous la forme de boîtiers plus ou moins volumineux contenant une ou plusieurs unités de stockage et supportant une interface réseau de type Ethernet et/ou Wi-Fi. Ils se connectent sur un hub/switch, un routeur ou un point d’accès sans fils et sont reconnus comme des ordinateurs à part entière sur le réseau local. Leur espace de stockage est alors disponible en passant par les favoris réseau de Windows ou en les attachant comme lecteurs réseau dans le poste de travail. Bien qu’ils se destinent aux mêmes types d’usages, il existe de véritables différences entre les NAS et les NDAS. Dans l’ensemble, les fonctionnalités du micrologiciel des NDAS sont beaucoup plus limitées. Chaque PC du réseau voulant accéder à ces données devra par exemple posséder les drivers adéquats, ce qui n’est pas le cas des NAS. Les NDAS ne peuvent d’autre part pas étendre leur capacité de stockage et les NAS haut de gamme sont les seuls à exploiter des contrôleurs RAID. Selon les capacités qui leur sont ajoutées, les NAS sont aussi capables de faire bien plus que partager des données sur un réseau. Ils possèdent tout d’abord des options d’administration complètes permettant

<122>

PC Update septembre / octobre 05

de créer différents répertoires partagés ainsi que des comptes et des groupes d’utilisateurs auxquels vous pouvez attribuer des autorisations d’accès. Ils peuvent ensuite faire office de FTP si votre réseau a accès à Internet, vous notifier de toutes sortes d’informations par email, ou faire office de DHCP. S’ils disposent en plus de ports USB, ils accepteront des disques durs externes et des clés USB pour augmenter la capacité de stockage ou ils pourront faire office de serveurs d’impression. Notez néanmoins que chaque port USB n’accepte qu’un seul disque dur, la connexion d’un hub USB ne fonctionne pas.

LE CAS DU SYSTÈME DE FICHIERS L’un des critères de choix pouvant faire pencher la balance vers un produit plutôt qu’un autre vient du système de fichiers supporté par ces solutions de stockage réseau. Il n’y a pas de problèmes avec les NDAS ou les unités internes des NAS qui utilisent des systèmes propriétaires ou de type Linux, mais les NAS possédant des ports USB présentent des limitations à ce niveau. Certains modèles ne proposent en effet que le support du FAT32 sur ces ports USB. La taille maximum d’un fichier sera

Les NAS et les NDAS présentés dans ce dossier possèdent tous des disques durs 3,5 pouces 7 200 tours/min récents et donc performants, mais leur potentiel sera bridé par l’interface réseau à laquelle ils sont couplés. L’Ethernet 100 Mbps est la plus courante, ce qui donne dans le meilleur des cas des débits de données réels d’environ 12 Mo/s. Ces débits sont confortables pour du transfert de fichiers, et suffisants pour la lecture de n’importe quel type de fichiers multimédias, pour de l’acquisition vidéo comme le DV qui demande 3,6 Mo/s, ou pour monter des fichiers images dans vos lecteurs virtuels. Mais ne comptez pas installer et lancer des applications gourmandes telles que les jeux sur ces

L’un des grands absents de ce comparatif, le DS-101g+ de Synology.


Dans un autre genre, voici le NSLU2 de Linksys. Il s’agit d’un boîtier Ethernet auquel ont été simplement ajoutés deux ports USB pour partager deux disques durs externes sur un réseau local (120 euros).

La plupart des NAS supportent le service réseau Upnp. Il permet à Windows de détecter et d’accéder facilement aux unités de stockage réseau.

disques externes. En ce qui concerne le Wi-Fi, la norme 802.11g est ce qui se fait de mieux sur ces produits. Elle permet d’atteindre des débits avoisinant au maximum 1 Mo/s ce qui limite déjà beaucoup plus les usages. La lecture de fichiers DivX, de MP3, de photos ou l’exploitation de fichiers de types PDF, Word et Excel à travers le réseau sont possibles mais des vidéos haute définition ne peuvent pas être lues de manière fluide par exemple et le transfert de gros fichiers sera pénible. Le mieux est au final d’opter pour des solutions ayant une interface réseau Gigabit mais peu de produits grand public le proposent. Il faut de plus posséder la carte réseau et le switch adéquat pour exploiter cette bande passante de 1Gbps/s. Nos tests ont montré que les performances de l’interface varient beaucoup selon les produits. Elles sont conditionnées par la qualité du micrologiciel. En 100Mbps, les meilleurs modèles atteignent les 11 Mo/s mais certains plafonnent bizarrement à 2 Mo. Quant aux prix des produits, ils deviennent certes abordables mais un NAS ou un NDAS représente tout même un investissement conséquent. Les premiers modèles de 250 Go sont commercialisés aux alentours de 250 euros, 140 euros pour un 80 Go, et les prix peuvent monter jusqu’à plus de 800 euros pour des solutions toujours de 250 Go mais ayant de larges fonctionnalités. Les NAS et les NDAS grand public sont au final des produits que nous avons trouvés plus pratiques à l’usage qu’une petite machine serveur mais qui peuvent revenir plus cher et dont les performances sont souvent inférieures.

Les NAS peuvent avoir de grandes capacités de stockage et des fonctions RAID, mais les prix des appareils sont alors très élevés avec des premiers prix aux alentours de 850 euros, comme les modèles de MacWay par exemple.

PC Update septembre / octobre 05

<123>


Comparer

Iomega

NAS 100d

Type : NAS Interfaces : Ethernet 10/100 Mbps, Wi-Fi 802.11g Connectiques supplémentaires : 2 ports USB 2.0 Capacités : 160, 250 Go Prix : 495 euros, 595 euros Site Web : www.iomega.fr Disponible en 160 et 250 Go, le NAS 100d d’Iomega est le seul NAS de ce dossier à posséder un point d’accès Wi-Fi 802.11g en plus de son interface Ethernet 100 Mbps. Il offre également deux ports USB 2.0 afin d’ajouter des disques durs externes ou des clés USB. Ces ports USB supportent les systèmes de fichiers FAT, FAT16, FAT32 et EXT2/3 mais les unités doivent être formatées avant d’être connectées au NAS, et il ne sera donc pas possible d’utiliser les unités USB avec des fichiers de plus de 4 Go, à moins de les avoir formatées en EXT2/3 au préalable. Les fonctionnalités du produit sont limitées puisqu’il ne dispose pas de mode FTP ni de serveur d’impression, et bien qu’il soit possible de créer différents répertoires de partage avec accès en lecture/écriture, il est impossible de créer des comptes et des groupes d’utilisateurs. On notera enfin que l’appareil émet un souffle régulier gênant et qu’il est livré avec un logiciel de backup maison.

Les plus : Deux ports USB, Point d’accès 802.11g, Prise en main simple

Les moins : Pas de support NTFS pour les unités USB, Fonctionnalités limitées, Bruyant, Prix

Plextor

PX-EH25L

Type : NAS Interfaces : Ethernet 10/100 Mbps Connectiques supplémentaires : 2 ports USB 2.0 Capacités : 250 Go Prix : 340 euros Site Web : www.plextor.be Le PX-EH25L est proposé uniquement en 250 Go. Il supporte une interface Ethernet 10/100 Mbps ainsi que deux ports USB 2.0 utiles pour connecter des unités externes ou une imprimante car il est capable de faire serveur d’impression. Il utilise un système de fichiers propriétaire qui vous permettra d’exploiter des fichiers de plus de 4 Go même sur ses ports USB, mais les unités ne seront alors plus reconnues par Windows en simple connexion USB. Avec le modèle Linksys, le PX-EH25L est le NAS qui offre le plus de fonctionnalités. Son interface d’administration aurait pu être mieux agencée mais tous les paramètres nécessaires sont présents (FTP, partages, comptes utilisateurs, wake on lan, time server, outils de gestion disques durs, etc.). Son interface 100 Mbps est de plus la plus rapide après celle des modèles Freecom et Linksys. Plextor ne fournit pas de logiciel de backup mais cette opération est possible directement à partir du NAS en utilisant un des disques durs USB comme sauvegarde.

Les plus : Performances Ethernet, ports USB, Support des fichiers de plus de 4 Go en USB, Fonctionnalités complètes

Lacie

Les moins : Pas de support NTFS en USB, Prix, Prise en main un peu complexe

Ethernet Disk Mini

Type : NAS Interfaces : Ethernet 10/100 Mbps, USB 2.0 Connectiques supplémentaires : Capacités : 250, 400, 500 Go Prix : 280, 460, 620 euros Site Web : www.lacie.fr Avec le modèle Freecom, l’Ethernet Disk de Lacie est le seul modèle de ce dossier à posséder une interface USB 2.0 en plus de son Ethernet 100 Mbps. Il peut donc être utilisé en réseau ou en simple connexion USB sur vos machines. Son disque dur de 250, 400 ou 500 Go selon les versions peut être formaté en FAT32 ou en EXT3, le seul système de fichiers qui supportera des fichiers de plus de 4 Go. Simples à installer et à configurer, ses options d’administration sont cela dit restreintes. On trouve quand même un mode FTP et la possibilité de créer différents répertoires partagés. Son plus grand défaut vient des performances de son interface Ethernet puisqu’il ne nous a fallu pas moins de 47 minutes pour copier un fichier de 10,2 Go contre moins de 18 minutes pour le meilleur modèle. Dommage, car les prix des trois versions Ethernet Disk Mini étaient raisonnables.

Les plus : Interfaces USB 2.0 et Ethernet, Capacités de 250 à 500 Go, Prix

<124>

PC Update septembre / octobre 05

Les moins : Fonctionnalités limitées, Performances Ethernet


Iomega Network

Hard Drive

Type : NAS Interfaces : Ethernet 10/100 Mbps Connectiques supplémentaires : Capacités : 160, 250 Go Prix : 165 euros, 250 euros Site Web : www.iomega.fr Simple d’usage, abordable et proposé en 160 ou 250 Go, le Network Hard Drive d’Iomega aurait pu sortir du lot mais il nous a posé de gros problèmes de transfert réseau. Son système de fichiers étant obligatoirement le FAT32, nous avons effectué les tests de copies avec des fichiers de plus petites tailles mais les débits constatés correspondaient plus à une interface 10 Mbps que 100 Mbps. Il s’agissait peut-être d’un modèle défectueux mais avec de tels débits, l’usage est très pénalisant si vous avez l’habitude de manipuler de grande quantité de données. Son panneau d’administration montre que le produit est destiné au grand public car la prise en main est rapide et les fonctionnalités limitées. Il ne propose par exemple aucune option d’administration par comptes et groupes d’utilisateurs et le mode FTP n’est pas intégré. Dommage également qu’il ne dispose pas d’une interface USB 2.0 supplémentaire.

Les plus : Prix, Prise en main rapide

Maxtor

Les moins : Performances Ethernet, Fonctionnalités limitées, FAT32 imposé

Shared Storage

Type : NAS Interfaces : Ethernet 10/100 Mbps Connectiques supplémentaires : 2 ports USB 2.0 Capacités : 200, 300 Go Prix : 265, 330 euros Site Web : www.maxtor.com Le Maxtor Shared Storage est un concurrent direct du PX-EH25L de Plextor. Les deux modèles offrent les mêmes connectiques à savoir une interface réseau Ethernet 100 Mbps et deux ports USB 2.0 supplémentaires pour connecter des disques durs, des clés USB ou une imprimante car le mode serveur d’impression est intégré. Contrairement au Plextor, le Shared Storage ne peut en revanche pas exploiter des fichiers de plus de 4 Go sur ses unités USB car seul le FAT32 est disponible. Des disques durs USB au format NTFS peuvent être reconnus et accédés uniquement en lecture mais nous avons eu quelques problèmes de détection avec des disques durs externes 2,5 pouces. La prise en main de l’appareil est plus simple que sur le PX-EH25L mais les options d’administration sont moins complètes et son interface réseau moins performante.

Les plus : Interfaces USB 2.0 et Ethernet, Deux ports USB,

Les moins : FAT32 imposé en USB, Performances Ethernet,

Supporte le NTFS en lecture sur l’USB, Prise en main simple

Pas de mode FTP

Freecom

Classic SL Network Drive

Type : NAS Interfaces : Ethernet 10/100 Mbps, USB 2.0 Connectiques supplémentaires : Capacités : 80, 120, 160, 250, 400 Go Prix : 140, 165, 180, 265, 400 euros Site Web : www.freecom.com Le Freecom Classic SL Network Drive est le seul NDAS de ce dossier. Cela signifie qu’il est nécessaire d’installer ses drivers sur toutes les machines de réseau pour qu’elles aient accès aux données du disque. Il est alors reconnu directement dans le poste de travail de Windows et supporte le format de fichiers NTFS. Ce NDAS n’offre aucune fonctionnalité particulière si ce n’est le partage de son disque dur en lecture et en écriture, mais il peut fonctionner aussi bien sur un réseau 100 Mbps que sur un PC en USB 2.0. Il est aussi possible de le mettre en miroir ou de l’agréger avec un autre SL Network Drive. Côté performances, il est tout simplement le plus rapide de ce dossier avec un temps de copie proche de ce que peuvent faire deux PC entre eux, soit environ 17 minutes pour transférer notre fichier de 10,2 Go. Proposé en cinq versions allant de 80 à 400 Go, les Classic SL network Drive sont de plus abordables. Un de leur seul défaut est la légère nuisance sonore causée par le ventilateur du boîtier.

Les plus : Interfaces USB 2.0 et Ethernet, Performances Ethernet,

Les moins : Un peu bruyant, NDAS donc besoin de drivers,

Prix, Capacités de 80 à 400 go

Fonctionnalités limitées

PC Update septembre / octobre 05

<125>


Comparer

Linksys

EFG250

Type : NAS Interfaces : Ethernet 10/100/1 000 Mbps Connectiques supplémentaires : 1 port parallèle, 1 baie 3,5 pouces Capacités : 250 Go Prix : 820 euros Site Web : www.linksys.com L’EFG250 de Linksys se distingue des autres produits de ce dossier parce qu’il est le plus volumineux et le plus cher, mais surtout parce qu’il est le seul à offrir une baie 3,5 pouces libre pour connecter un disque PATA supplémentaire d’au maximum 250 Go. Ses options d’administration sont très complètes, il peut faire office de FTP, de DHCP ou de serveur d’impression grâce à son port parallèle, et il intègre des outils d’analyse, de formatage, de backup et de défragmentation des disques durs. L’EFG250 possède aussi une interface Gigabit très appréciable lorsqu’on transfère fréquemment des données. Que ce soit en 100 ou en 1 000 Mbps, elle est de plus performante. Cet appareil est cela dit bien trop cher à notre goût puisque l’achat d’un modèle Plextor et deux disques durs externes USB reviendra moins cher pour plus de capacité. Si l’EFG250 disposait de fonctions RAID ou de quelques baies supplémentaires pour le même prix, il serait déjà beaucoup plus intéressant.

Les plus : Interface Ethernet Gigabit, Une baie 3,5 pouces libre, Performances Ethernet, Fonctionnalités complètes, Serveur DHCP, Serveur d’mpression

Choix de la

Les moins : Prix, Bruyant

rédaction

eux constructeurs se détachent de ce comparatif, Freecom et Plextor. Les SL Classic Network Drive conviendront aux personnes souhaitant avoir une solution simple d’usage et un choix de capacité varié, tout en pouvant exploiter l’unité au sein d’un réseau ou en USB 2.0. Le PX-EH25L conviendra quant à lui aux personnes plus exigeantes sur les options d’administration et les fonctionnalités générales de l’appareil, ou à ceux qui envisagent d’augmenter la capacité de stockage du NAS via les

D

deux ports dont il dispose. Notez qu’il y a quelques absents comme Ximeta ou Western Digital dans ce comparatif, mais le modèle qui manque le plus est certainement le DS-101g+ de Synology. Ce boîtier offre une interface Ethernet

Modèle

Iomega Plextor NAS 100d PX-EH25L

Temps 27 min de copie 33 s

<126>

23 min 41 s

PC Update septembre / octobre 05

Maxtor Shared Storage 29 min 10 s

Lacie Ethernet Dixk Mini 47 min 11 s

Iomega Network Hard Drive -

Gigabit et une Wi-Fi 802.11g, des fonctionnalités complètes, et il peut accepter jusqu’à quatre disques durs supplémentaires, trois en USB et un en SATA. Nous ne manquerons pas de le tester prochainement.

Linksys EFG250

Freecom

De PC à PC

21 min 41 s

17 min 49 s

16 min 17 s


AMEN RCS PARIS : B 421 527 797. IN WEB WE TRUST : Nous croyons au web. * sur les packs incluant un nom de domaine. ** satisfait ou remboursé : valable 10 jours sur les Packs Serveurs Privés et dédiés, Web Pro hors achat du nom de domaine; trafic illimité : selon les termes de nos CGV; haute disponibilité 99,9% : selon nos statistiques mensuelles. Conditions Générales de Vente sur www.amen.fr. Prix HT au 01/05/2005 pour un paiement annuel, modifiables sans préavis. Offre valable dans la limite des stocks disponibles.

NOMS DE DOMAINE• EMAILS• HÉBERGEMENT• CRÉATION DE SITE• E-COMMERCE• RÉFÉRENCEMENT

Toujours plus de services… sans augmentation de prix !

Nos engagements ** : • satisfait ou remboursé • trafic illimité • mise en service offerte • interface d’administration en ligne • haute disponibilité 99,9 % • monitoring proactif 24x7 • réseau redondant • bande passante garantie • aucun frais caché

www.amen.fr

0892 55 66 77

Paiement sécurisé

0,34 € TTC / mn depuis la France 9H30-19H


Tests

Le contenu du produit FireDTV

FIREDTV : LE DVB EN FIREWIRE Boîtier Vidéo

L’avenir de la télévision est déjà là : c’est le numérique. Digital Everywhere, une société autrichienne, nous propose des boîtiers FireWire capables de recevoir le format de transport DVB, qu’il soit de type satellite S, câble C, ou terrestre T (TNT). vec la démocratisation de la télévision numérique, les produits de réception et de capture pour PC se font de plus en plus nombreux. Malheureusement, la fabrication de ce type de périphériques est concentrée par deux ou trois grands fabricants comme Hauppauge qui ont tendance à se reposer sur leurs lauriers, il est ainsi donc de plus en plus difficile de trouver un produit original et alternatif. En parcourant le forum français de Media Portal, notre rédacteur en chef préféré est tombé sur un produit fabriqué par une petite entreprise autrichienne qui nous semblait prometteur : Il s’agit d’un boîtier externe connecté par FireWire permettant le décodage DVB et qui inclut une interface commune (CI) permettant à l’aide d’un module PCMCIA de se servir d’une carte d’abonné comme TPS ou CanalSat afin de décrypter les chaînes de ces bouquets. Les configurations minimums requises

A

<128>

PC Update septembre / octobre 05

avec une interface FireWire 400 sont assez gourmandes si l’on veut s’essayer à l’HDTV (Télévision Haute Définition) : Il faudra pour une utilisation standard un processeur cadencé à 1,5 GHz et 128 Mo de RAM, contre un 3 GHz et 256 Mo pour visualiser l’HDTV, ceci étant dû au fait que la FireDTV ne possède pas de décodeur MPEG 2 hardware, la décompression étant logicielle.

FireDTV. Il faudra donc obligatoirement installer la version livrée pour que le logiciel fonctionne correctement. Pour les possesseurs de PowerDVD 6, des fichiers de mise à jour seront bientôt disponibles sur le site Internet du constructeur, et les prochaines versions du package seront livrées de toute façon avec la dernière version de PowerDVD.

Le produit se compose du boîtier, d’une télécommande accompagnée de ses piles, et de deux câbles FireWire. On découvre aussi 2 CD, un d’installation contenant les pilotes et l’application MyTheatre, et l’autre permettant d’installer PowerDVD v5, logiciel de lecture de DVD et autres fichiers à la norme MPEG 1 et 2. L’installation en anglais se passe sans problème, mais il faut savoir que l’application MyTheatre nécessite des graphs spécifiques à PowerDVD et à la

La grande force de la FireDTV par rapport à ses concurrents, c’est l’offre logicielle qui comprend le célèbre MyTheatre qui est beaucoup plus abouti que le WinTV de la société Hauppauge. Non content d’être un très bon logiciel de réception DVB, il a été modifié et optimisé pour le boîtier FireDTV ! Certaines fonctions nécessaires pour la compatibilité d’autres cartes ont été retirées, et la configuration du logiciel ne passe pas par l’arrachage de cheveux : après l’installation


de MyTheatre, si votre antenne est dirigée vers les satellites Astra ou Hotbird, il suffit de cliquer sur une chaîne de la liste pour la voir apparaître. Grâce au très bon travail de l’équipe de développement, les graphs spécifiques permettent un rendu parfait de la décompression MPEG 2. Ces derniers permettent aussi d’obtenir la réception des chaînes émettant en HDTV sans aucun problème ni accroc, contrairement aux autres cartes et logiciels nécessitant nos prouesses de bidouilleurs. En parlant de bidouillage, les petits malins désireux de pirater les chaînes numériques cryptées seront déçus : Digital Everywhere ne désirant pas prôner l’illégalité, elle a modifié MyTheatre pour faire en sorte que les plugins de décryptage soient inopérants. Un bon point pour eux qui permettra peut-être un rapprochement entre les construc-

teurs et les éditeurs de bouquets, d’autant plus que le boîtier FireDTV embarque une interface commune qui permet, à l’aide d’un module PCMCIA non fourni ViaCrypt (Pour TPS) ou AstonCrypt (Pour CanalSat), de se servir de sa carte d’abonné en toute légalité. Attention néanmoins aux abonnés TPS, qui devront se procurer une carte à puce

dite « W » auprès de leur fournisseur à la place de la carte qu’ils introduisent dans leur démodulateur de location, car pour des raisons de piratage, celle-ci est incompatible avec les modules ViaCrypt et la majorité des démodulateurs qui ne sont pas de location.

FireDTV et le 16/9 La gestion des formats 16/9 et 4/3 n’est pas le fort de MyTheatre. Avec la FireDTV et un écran 16/9, si les émissions en cinémascope sont bien restituées, il n’en va pas de même pour celles en 4/3 : MyTheatre effectue un zoom sur l’image pour qu’elle prenne toute la largeur, ce qui entraîne des coupures du haut et du bas de la vidéo. Le logiciel dispose de 6 Presets pour régler ce problème et permettent de bien calibrer l’image au pixel près. Malheureusement, ce système de post processing consomme énormément de ressources, et serra destiné uniquement aux grosses configurations. Une fois la configuration effectuée pour chaque mode, on peut basculer d’un mode à l’autre à l’aide de la télécommande.

La face arrière de la FireDTV avec le CI et les deux connecteurs FireWire.

PC Update septembre / octobre

<129>


Tests

FloppyDTV : la version interne FireDTV

Pour la télécommande, l’installation est aussi « clés en main » : Un petit programme se charge de la gérer, et elle est préprogrammée pour l’utiliser avec MyTheatre.

Digital Everywhere vient de sortir la version 3,5 pouces de la FireDTV, exacte réplique au niveau du fonctionnement et des performances au prix de 199 ¤.

Un léger bémol justement par rapport à ce logiciel : si l’utilisateur de la FireDTV veut tirer pleinement partie de son installation, il ne devra pas installer les mises à jour du site officiel de MyTheatre. Bien que la version standard soit compatible avec la FireDTV, celle-ci ne sera pas licenciée (limite d’utilisation à une heure) et perdra le bénéfice des optimisations et du rendu des graphs.

Même s’il s’adapte très bien à une tour, il ravira particulièrement les possesseurs de miniPC en manque de port PCI : Les emplacements 3,5 pouces souvent peu utilisés peuvent abriter le petit boîtier contenant le lecteur CAM, celui-ci étant toujours relié par un câble Firewire et alimenté par le câble normalement dévolu au lecteur de disquettes. Un choix sans doute encore meilleur que la version externe pour la plupart d’entre nous.

ET MON MEDIA CENTER ? La FireDTV est livrée avec des drivers BDA, qui la rendent compatible avec ShowShifter, Media Portal, et bientôt TVCentral. Pour ce qui est des autres applications de visualisation directe, un SDK pour les développeurs va bientôt sortir, ce

qui permettra le support du boîtier dans ProgDVB par exemple. Ce produit est-il parfait ? Pour les utilisateurs de PC à la mode home cinema, il l’est sans nul doute avec le support de MyTheatre et des principaux logiciels de centres multimédias. Par contre, il faut savoir que le boîtier ne dispose pas de sorties vidéo et audio : il faut donc par exemple pour avoir un son en 5.1 disposer d’un système sur son PC. La transmission des données par satellite n’est pas non plus au programme de Digital Everywhere. Le peu d’utilisateurs intéressés par la diffusion d’Internet par satellite devront se tourner vers des produits d’ailleurs moins coûteux, car il faudra tout de même débourser 229 euros pour acquérir le fameux boîtier à partir du site du constructeur. Est-ce cher ? Pour un produit de qualité de construction 100 % européenne, il ne faut pas hésiter si l’on possède une bonne configuration.

MYTHEATRE Livré avec le boîtier FireDTV mais aussi disponible en version autonome, MyTheatre est l’un des logiciels leaders dans le monde DVB sur PC. Voici une bonne occasion de découvrir toutes ses possibilités. yTheatre est un logiciel shareware disponible sur Internet, qui permet principalement de lire les retransmissions DVB qui proviennent des satellites, du câble, ou bien du numérique terrestre. Comment se démarque-t-il ? En supportant une très grande majorité des cartes DVB présentes sur le marché et grâce à un développement datant de plusieurs années, MyTheatre permet de remplacer avantageusement le logiciel fourni avec ce type de matériels comme WinTV d’Hauppauge. Mais ce n’est pas tout : MyTheatre supporte aussi les fonctions avancées comme les Common Interfaces, nécessaires pour utiliser les cartes d’abonnement comme TPS ou CanalSat, mais aussi les télécommandes : plus besoin de configurations fastidieuses avec WinLirc ou Glide pour en profiter ! Au niveau satellite, il supporte le Disecq v1.2 qui permet de faire

M

<130>

PC Update septembre / octobre 05


fonctionner un système à plusieurs têtes LNB. Un des principaux intérêts de monter une configuration DVB sur un PC, c’est de pouvoir enregistrer les transmissions. MyTheatre remplit évidemment son office, en proposant d’enregistrer les flux au format MPEG 2 ou AC3 pour l’audio. En ce qui concerne le Timeshifting, qui permet de faire une pause en direct sur le programme, celui-ci fonctionne parfaitement, et il est même possible de faire un retour arrière sur l’émission en direct ! Mais ce n’est pas tout ! MyTheatre est à lui seul une station multimédia. En effet, il permet de faire office de lecteur DVD, et, avec l’installation de codecs appropriés de lecteur de fichiers divers audio et vidéo comme les célèbres MP3 et DivX. L’interface d’origine, bien que très design, est tout à fait modifiable grâce à un système de skins, ce qui permettra d’intégrer parfaitement MyTheatre à votre équipement home cinema et à la décoration de votre salon. Au niveau rendu de la vidéo, la qualité est présente, mais il faut néanmoins mettre un léger bémol : MyTheatre se sert de graphs DirectDraw pour l’audio et la vidéo, ce qui permet d’avoir un système indépendant et d’utiliser toutes les optimisations possibles suivant votre carte graphique. Le problème est que l’utilisation et la fabrication de tels graphs sont bien compliquées, et pour avoir un rendu optimal, il faudra passer des heures pour savoir comment fonctionne ce type de systèmes. Au niveau de la configuration minimum requise, Windows 98 et toutes versions

antérieures ne sont pas supportés. Un processeur de 1,7 GHz est obligatoire, en sachant que la vitesse de 2 GHz est préférable. Pour l’OSD (On-screen Display), système d’incrustation vidéo, une bonne carte graphique est nécessaire. En ce qui concerne les petits plus de la télévision numérique, MyTheatre dispose d’un module EPG (Electronic Program Guide) qui permet de voir en permanence les programmes des chaînes, mais aussi le télétexte sous la forme d’un plugin. En effet, les développeurs de MyTheatre ont pensé à tout en mettant à disposition un kit de développement SDK afin que les utilisateurs expérimentés soient en mesure d’ajouter facilement des options au logiciel. Il existe par exemple un plugin qui permet d’extraire le programme TV à partir d’un site Web anglais.

INSTALLATION ET CONFIGURATION Après avoir téléchargé et installé MyTheatre à partir du site http://www.dvbcore.com/, le logiciel se lance et reconnaît automatiquement le matériel DVB installé sur le PC. Pour les plus chanceux d’entre nous, MyTheatre est le seul logiciel à gérer deux systèmes DVB en même temps : par exemple, il est possible de recevoir CanalSat avec une carte satellite et les chaînes hertziennes numériques avec une carte DVB-T. Pratique pour avoir un système complet ! Toutes les options sont accessibles d’un clic droit, ce qui permet de laisser toute la place à la vidéo et éventuellement la liste des chaînes. A l’instar de

ProgDVB, MyTheatre peut se comporter en serveur de flux et permettra à d’autres PC présents sur un réseau LAN de partager la retransmission audio et vidéo, jusqu’aux DVD et autres fichiers multimédias. La recherche des chaînes est très simple, MyTheatre intégrant les paramètres de la majorité des satellites. Il suffit de choisir celui sur lequel la parabole pointe et de lancer le scan. Par contre, dans le cas d’une réception par câble ou TNT, il faudra connaître certains paramètres de la transmission, qui sont facilement trouvables sur Internet ou sur votre démodulateur de salon. Une fois le scan terminé, on obtient bien entendu une liste de chaînes qui peut être rangée dans plusieurs ordres : par satellites (dans le cas de plusieurs têtes ou cartes DVB), par providers (TPS, CanalSat, etc.), par transpondeurs, ou bien par listes de chaînes prédéfinies par utilisateur : on pourra faire par exemple des catégories sport, musique, actualités, pour se rendre plus facilement et rapidement à la chaîne désirée. Pour les parents soucieux de leur progéniture, une protection parentale peut même être aisément mise en place. Ces quelques pages ne suffisent certainement pas à faire un tour détaillé de MyTheatre, tant les options et les customisations foisonnent dans ce logiciel, notamment dans la gestion des graphs. Il faudra débourser 35 euros pour acquérir la licence qui permet de débloquer le logiciel limité à une heure d’utilisation par lancement, et d’accéder au support technique très compétent. Cette solution remplacera sans problème le logiciel fourni avec votre carte DVB, mais il faut savoir aussi que de nombreux freewares comme ProgDVB sont de bonne qualité. A vous de voir si vous avez besoin de MyTheatre pour ses multiples options ou simplement d’un visualisateur DVB.

PC Update septembre / octobre

<131>


Tests

WESTERN CAVIAR SE16 – HITACHI 7K500 LES NOUVEAUX DISQUES DURS QUI ARRACHENT ! Disques Durs

Le dernier disque dur 7 200 tours de Western Digital en 16 Mo de mémoire cache est enfin disponible et il est de même du monstre de 500 Go d’Hitachi. Le moment était donc venu de refaire un tour d’horizon du marché pour déterminer quel modèle est le plus intéressant afin de mettre son PC à jour et booster ses performances.

7K500 6543

T7k250 6031

WD2500KS 5864

DiamondMax Plus 16 5619

7200.8 5360

0

1000

<132>

2000

3000

4000

n ne le répétera jamais assez, le disque dur est souvent l’élément le plus limitatif d’une configuration machine. Opter pour un modèle de dernière génération est donc un excellent moyen de donner un petit coup de fraîcheur à sa machine. Que ce soit pour les temps de chargement des différentes applications, les décompressions de type Winrar, de simples transferts de fichiers ou des accès fréquents de type serveur, la vélocité des disques durs intervient à de nombreux niveaux lorsqu’on évalue les performances globales d’un PC. En dehors de l’augmentation traditionnelle de capacité qui induit entre autres une densité toujours plus importante des plateaux des disques durs, l’un des moyens utilisés dernièrement pour améliorer la vélocité des disques durs a été d’augmenter leur quantité de mémoire cache. Seul à proposer de tels modèles

O

PCMark 2005 (le plus haut est meilleur)

5000

6000

PC Update septembre / octobre 05

avec ses DiamondMax Plus 10, Maxtor est aujourd’hui rejoint par Western Digital et Hitachi. En dehors de sa gamme entreprise Raptor et Caviar RE, il y avait longtemps que Western Digital ne s’est pas illustré dans un comparatif de disques durs grand public 3,5 pouces. Son nouveau modèle 7 200 tours/min WD2500KS va peut-être changer la donne grâce à ses 16 Mo de mémoire cache et son interface SATA II. Mais le constructeur n’a pas fait les choses comme tout le monde car contrairement à Seagate ou Hitachi qui ont augmenté la capacité des plateaux à 125 et 133 Go sur leurs derniers modèles, le WD2500KS se base toujours sur des plateaux de 80 Go pour une capacité totale de 250 Go. Il se distingue également des autres unités SATA II commercialisées jusque-là par l’absence de support du Native Command Queuing. La gamme 7 200 tours de Western se


compose également des WDJS en SATA II et 8 Mo de cache (max 250 Go) et dans un avenir proche du WD400KD de 400 Go en SATA et 16 Mo de cache. Après avoir sorti ses T7K250 et le 7K80, Hitachi complète quant à lui sa gamme SATA II avec le plus gros disque dur du marché, le 7K500, qui n’offre pas moins de 500 Go avec 5 plateaux, mais aussi 16 Mo de mémoire cache, le NCQ et l’A/V Streaming Feature Set. Et comme nous allons le voir dans les tests, tous ces éléments contribuent à le rendre très rapide.

WESTERN DIGITAL REPREND LA MAIN Nous avons tiré plusieurs conclusions de ces tests et de ceux effectués dans le dossier Spécial SATA du dernier PC Update. La première est qu’un disque dur SATA II est plus rapide sur une interface SATA II que sur une SATA. La différence est faible mais elle existe. Une caractéristique illustrant bien la différence de capacité des deux interfaces

Les entrailles du 7K500.

High End Disk WinMark 99 Business Disk WinMark 99

Winbench 99 (le plus haut est meilleur) 7K500

PROCÉDURE DE TEST Nous avons mis cinq disques durs Serial ATA à l’épreuve pour ce minidossier : le 7K500, le WD2500KS, un DiamondMax Plus 10 de 250 Go en16 Mo de cache, le 7200.8 de 400 Go, et un T7K250 de 160 Go. Ils ont été testés sur une plate-forme nForce4 SLI avec ou sans NCQ, et en SATA II dès lors que l’unité le supportait. Nous aurions préféré avoir un T7k250 et un 7200.8 de 250 Go à comparer, mais cela donne déjà un très bon aperçu des performances des différentes gammes. Les benchmarks PCMark 2005 et Winbench 99 ont évalué les performances des disques durs dans des tâches applicatives telles que le chargement de Windows, une recherche de virus ou des copies de fichiers. HDTach a quant à lui testé les capacités brutes de lecture et d’écriture ainsi que les temps d’accès des unités, et IOMeter a déterminé le nombre d’entrées/sorties que le disque peut effectuer par seconde, ce qui correspond entre autres à le tester sous des usages de type serveur ou d’accès multiples fréquents.

53866 23566

WD2500KS 52900 23300

DiamondMax Plus 16 49833 20700

T7k250 42700 19400

7200.8 40833 14153

0

10000

20000

30000

40000

50000

PC Update septembre / octobre

<133>


Tests IOMeter (le plus haut est meilleur) HDTach 3 Winbench 99

Temps d'accès (le plus bas est le meilleur)

Web server File server

DiamondMax Plus 16

7200.8 15,7

103

15,8

108 DiamondMax Plus 16 16,3

7200.8

14,3

110

WD2500KS 13,3

107

13,5

WD2500KS

T7k250 12,6

110

12,8

123

7K500 12,4

T7k250

12,7

0

2

4

6

8

10

12

14

122

16

116 HDTach 3 (le plus haut est meilleur)

Débit en écriture Débit en lecture

7K500

7200.8

137 54,7

126

59,3

DiamondMax Plus 16 52

0

20

40

60

80

100

120

54

WD2500KS 50,9

Modèles

52,9

T7k250 49,8 51,8

7K500 49,6 51

44

46

48

50

52

54

56

58

HDTach 3 Burst (le plus haut est meilleur) 7200.8 135

DiamondMax Plus 16 137

WD2500KS 170

T7k250 223

7K500 224

50

<134>

100

150

200

PC Update septembre / octobre 05

3 ans 5 ans 3 ans 5 ans

Hitachi

3 ans

Deskstar

5 ans 3 ans

*Tableau de garantie pour des modèles achetés aujourd’hui

« Les débits bruts d’un disque dur ne suffisent pas pour juger de sa vélocité. Il faut aussi tester ses temps d’accès et ses performances au sein d’applications diverses »

0

Période de garantie

Western Digital Rapor, Caviar RE WD Scorpio, WD Caviar, WD Caviar SE, WD Caviar SE16 Maxtor DiamondMax Plus 10 Maxline III Samsung SpinPoint Seagate 7200.8

est le test de Burst dans HDTach. Il ne reflète pas un type d’usage particulier mais il met en évidence la bande passante maximum réservée aux débits de données entre le disque et la carte mère. Celle-ci n’est cela dit jamais atteinte en SATA II, ni en SATA, car les disques durs n’ont pas de tels débits. Le SATA II peut en définitive avoir une légère influence sur des unités SATA II au niveau d’opérations comme la copie brute de fichiers, mais il n’a aucune incidence sur les temps de chargement par exemple. Le deuxième constat qui ressort vient du NCQ. Il peut être bénéfique aux unités selon le type d’opération demandé, et en particulier dans des configurations RAID, mais son impact varie selon les constructeurs. La différence est là encore faible mais le NCQ améliore les performances chez Maxtor et Hitachi et les dégrade chez Seagate. Dernier constat, le DiamondMax Plus 10 perd son statut de référence au profit du WD2500KS de Western Digital

(160 euros), véloce mais aussi très discret. Si l’on synthétise l’ensemble des tests, seuls le Rapor 74 Go puis le 7K500 font mieux en termes de performances, mais ils ne boxent pas dans la même catégorie en raison d’un prix au Go bien plus élevé. Si la vélocité est votre principal critère de sélection, le Raptor 74 Go (170 euros) reste donc le premier choix. Le WD2500KS vient en seconde place si vous souhaitez plus de capacité. Pour économiser quelques dizaines d’euros, optez alors pour un DiamondMaxPlus 10 ou un T7K250, avec une petite préférence pour les Hitachi. Et pour les plus économiques possibles, mais aussi les plus silencieux, les modèles Samsung allant jusqu’à 160 Go (95 euros) sont un très bon choix. Nous n’avons pas oublié le 7K500 (420 euros) qui reste le disque 7 200 tours/min le plus rapide à ce jour, mais bien que cela double les risques de panne, l’achat de deux WD2500KS mis en RAID 0 reviendra moins cher et sera plus performant.


Tests

ALIMENTATIONS SUNBEAM, MOREX ET SUPERFLOWER Alimentations

Dix ans de garantie ! C’est ce que propose Morex, le distributeur des nouvelles alimentations Acbel Intelligent Power Gold. Au-delà de l’argument commercial, nous avons souhaité savoir ce que valaient ces alimentations. Nous en profitons pour les confronter à deux nouveaux produits également intéressants : les alimentations Sunbeam et Superflower à câbles détachables. Consommation lors que la machine à laver de votre grand-mère fonctionne encore aujourd’hui, la vôtre vient de rendre l’âme quelques mois après la fin de la période de garantie… rassurez-vous, vous n’êtes pas seuls ! Les appareils électroménagers ont des cycles de vie de plus en plus courts, et cela fait bien longtemps que les constructeurs ne cherchent plus à améliorer leur fiabilité. On peut donc s’étonner qu’un fabricant propose aujourd’hui une garantie de dix ans pour une alimentation… c’est qu’en réalité, le matériel informatique ne peut pas vraiment être comparé avec l’électroménager. L’évolution très rapide des normes rend les cycles de vie encore plus courts, et finalement, une garantie de dix ans n’est pas si difficile à tenir. Dans

A

Nous profitons du test de cette alimentation pour vous présenter deux alimentations à câbles détachables. Ici le modèle de Sunbeam.

Superflower

LC Power

Tagan

Acbel

215

220

225

230

240

245

250

255

Watts

trois ans, votre alimentation sera dépassée, et un modèle équivalent coûtera sûrement trois fois moins cher. Les dix ans de garantie sont donc pour nous un argument commercial valable, mais qui ne doit pas trop peser sur votre décision d’achat.

ACBEL FACE À LA CONCURRENCE Face à notre alimentation Acbel ATX-550CA-AB8FM, nous avons placé deux alimentations encore peu distribuées en France, mais que nous tenions à vous présenter. Il s’agit des Superflower « Plug n’ Power » SF500K14A et Sunbeam SUNNUO550EUAP. La principale particularité de ces deux alimentations est leur système de câbles détachables. Grâce à ce système, il est possible de sélectionner les câbles dont on a besoin en fonction

<136>

235

PC Update septembre / octobre 05

des périphériques présents dans le PC. Les autres peuvent être retirés ! On facilite ainsi la circulation de l’air dans le PC, et le boîtier est moins encombré. C’est pratique pour l’accessibilité, mais aussi pour le look si vous avez une vitre plexi. Pour parfaire ce comparatif, nous avons confronté les trois alimentations à deux produits de référence. Le premier est l’alimentation Tagan TG480U01, réputée pour son silence de fonctionnement. Le deuxième est la LC Power LC6550G, une alimentation 550 W économique à ventilateur 140 mm. Nos tests ont été réalisés sur une carte mère Asus P5WD2 Premium, un P4 3,0 GHz, 2 x 512 Mo de DDR2 Corsair XMS2, une 6800GT équipée d’un Zalman VF700 Cu et un disque dur Seagate 7200.7 80 Go. Le tout était installé dans un boîtier Antec SLK3700 AMB. Toutes les alimentations ont été soumises à une forte charge grâce au lancement simultané de deux instances


Acbel Intelligent Power Gold ATX-550CA-AB8FM Puissance : 550 W +3,3 V : 28 A +5 V : 30 A +12V1 : 12 A +12V2 : 22 A +12V3 : 14 A Connecteurs Molex 4 points : 7 Connecteurs SATA : 4

Autres connecteurs : 1 connecteur 6 points pour cartes graphiques + 1 connecteur huit points pour cartes mères Ventilation : 1 x 120 mm Prix (annoncé) : 129 ¤

Dix ans… l’alimentation Acbel a-t-elle d’autres arguments à faire valoir que la durée de sa garantie ? De toute évidence, oui ! Offrant trois sorties +12 V, une bonne quantité de connecteurs (dont un connecteur huit points pour cartes mères biCPU, ainsi que le connecteur 4 points « classique »), un ventilateur 120 mm thermorégulé, elle ne manque pas de charme. Le niveau sonore est un peu au-dessus de la moyenne sans être envahissant, et le refroidissement est de premier ordre. Dommage que celle-ci n’ait pas les câbles détachables, et que le tarif soit assez élevé. D’autres puissances existent, avec des prix plus doux : 500 W pour 93 ¤, 450 W pour 72 ¤, et 400 W pour 69 ¤. La version 450 W nous semble offrir un bon rapport qualité/prix.

Superflower « Plug n’ Power » SF-500K14A Puissance : 550 W +3,3 V : 35 A +5 V : 30 A +12V : 30 A Connecteurs Molex 4 points : jusqu’à 10 Connecteurs SATA : 2

Autres connecteurs : 1 connecteur 6 points pour cartes graphiques Ventilation : 1 x 140 mm Prix (annoncé) : 90 ¤

La Superflower « Plug n’ Power » est une alimentation à câbles détachables, ce qui est déjà un bon point. Elle offre bon nombre de connecteurs, mais souffre d’un problème : elle n’est pas compatible ATX 12V 2.0. Elle n’offre donc qu’une seule sortie +12 V, et s’avère donc un peu dépassée. En pratique, cela ne l’empêchera pas de fonctionner dans une configuration moderne, mais il nous est difficile de recommander une telle alimentation aujourd’hui. Pour le reste, elle s’avère séduisante. Son ventilateur de grande dimension remplit bien son office, et le niveau sonore reste raisonnable. D’autant que l’on peut choisir entre les modes « silencieux », « automatique » ou « ultra » (nos tests ont été conduits en mode automatique). Les produits Superflower semblent arriver au compte-gouttes en France, et dénicher ce modèle précis risque de s’avérer difficile pour l’acquéreur potentiel. Pas la peine de s’arracher les cheveux, autant se tourner vers des produits mieux distribués offrant des fonctionnalités équivalentes.

Sunbeam “Nuuo” SUNNUO550-EUAP Puissance : 550 W +3,3 V : 28 A +5 V : 36 A +12V1 : 20 A +12V2 : 18 A Connecteurs Molex 4 points : jusqu’à 10 Connecteurs SATA : jusqu’à 4

Autres connecteurs : 1 connecteur 6 points pour cartes graphiques + 1 connecteur huit points pour cartes mères + un adaptateur supplémentaire pour convertir deux Molex 4 points en un connecteur 6 points pour cartes graphiques Ventilation : 1 x 120 mm + 1 x 80 mm Prix (annoncé) : 110 ¤

Wahoo ! La Sunbeam Nuuo ne manque pas de fonctionnalités ! Commençons par son système de câbles détachables. C’est la seule alimentation qui permette d’origine d’obtenir deux connecteurs six points pour cartes graphiques (pratique pour le SLI, même si un adaptateur acheté séparément fonctionne aussi bien). Elle offre aussi un connecteur huit points pour les cartes mères biCPU, ainsi que bien sûr un connecteur quatre points. Son système de refroidissement à deux ventilateurs fonctionne correctement et sans faire trop de bruit. La grande originalité de la Nuuo, c’est le module à placer en façade dans un emplacement 3"1/2. Il indique la température à l’intérieur de l’alimentation, et permet de régler la vitesse du ventilateur. Pour nos tests, nous l’avons laissé en mode automatique. En plus de contrôler la vitesse de ses deux ventilateurs, la Nuuo peut aussi en piloter un troisième, par exemple le ventilateur du boîtier. En bref, Sunbeam propose ici une alimentation fort sympathique, qui tarde malheureusement à être disponible sur le marché français. Espérons que notre jugement positif motivera un importateur…

PC Update septembre / octobre

<137>


Tests

Fluctuations de tension

de CPUBurn et de 3DMark2005. Après une heure de ce traitement, nous avons relevé la consommation, le niveau sonore en sortie de l’alimentation, la température du CPU et de la carte mère, et la stabilité des tensions en faisant varier la charge. Nous avons ensuite laissé refroidir la configuration pour mesurer le niveau sonore au repos. Lors des mesures de niveau sonore, tous les ventilateurs du PC étaient temporairement arrêtés. A noter un cas particulier, celui de l’alimentation Sunbeam dont nous n’avons pas pu mesurer la consommation en raison d’une défaillance de notre matériel de mesure. Un problème que nous ne sommes pas parvenus à résoudre, nous ne jugerons donc pas l’alimentation Sunbeam sur ce critère.

Superflower

Tagan

Acbel

Sunbeam

LC Power

0

0,2

0,4

0,6

UNE GARANTIE QUI SE PAYE

0,8

1

Comment interpréter les résultats ? La consommation laisse apparaître le

rendement de l’alimentation. Plus elle est faible, plus le rendement est élevé, ce qui signifie que l’alimentation chauffe peu et vous coûtera moins cher en électricité. La stabilité des tensions est un gage de qualité de l’électronique, et le chiffre doit être le plus bas possible. Le niveau sonore doit aussi être le plus bas possible, mais toutes ces alimentations ont un niveau sonore raisonnable (la Tagan étant exceptionnellement silencieuse). Les températures montrent la capacité de refroidissement de l’alimentation.

Niveau sonore au repos LC Power

Superflower

Sunbeam

Tagan

1,2

1,4

1,6

Garantie ou pas, l’alimentation Acbel est digne d’intérêt. Elle offre un bon refroidissement, est compatible avec les technologies actuelles, et son rendement est bon. On peut donc la recommander à ceux qui sont en quête de performances, mais le tarif affiché est tout de même élevé. Mieux vaut se tourner vers des versions de puissance modérée pour espérer faire une bonne affaire. Du côté des challengers, on regrettera la mauvaise distribution de la Sunbeam Nuuo, un produit pourtant sympathique et qu’on aimerait trouver dans plus de magasins…

Acbel

34

36

38

40

42

Température carte mère

Températures

44

Température CPU

db(a) à 12,5cm

Tagan

Niveau sonore en charge LC Power

Superflower

Acbel

Sunbeam Superflower

LC Power Sunbeam

Acbel

Tagan

0

10

20

30

40

db(a) à 12,5cm

<138>

PC Update septembre / octobre 05

1,8

% de variation moyen

20

30

40

50

60

70


Har dwa mag re azin e DIS PON IBL E

EN KIO SQU E

Comparatif

Cartes mère à moins de 100 Euros

Aujourd'hui, avec moins de 100 ¤, vous pouvez vous offrir une véritable carte mère, fortement équipée et de grande qualité. Voici notre sélection.

Tests

Pratique

Gigabyte fait de ce coup d’essai dans le monde des boîtiers un coup de maître.

Le DivX 6 de A à Z

Qualité en hausse, HD, chapitres, sous titres, la nouvelle référence ? Tout sur le DivX Media, tests et performances, guide d’encodage

Boostez Windows XP !

Voici toutes les astuces permettant d’alléger, d’optimiser et de transformer Windows XP en véritable bête de course.

Test

Antec P180 et Sonata 2 nVidia Ge Force 7800 GTX

Dossier

Guide du refroidissement, SOS chaleur

Comment circule l’air dans un PC, quels ventilateurs acheter et comment les disposer, et enfin toutes nos astuces pour faire baisser la température d’urgence en cas de coup de chaud.

Le PC Home cinema idéal II : le software Configuration de MediaPortal, interface, réception, lecture DVD, postprocessing, enregistrement, HD

Mini ITX, une autre façon de voir le PC Que peut-on faire avec le Mini-ITX, ce Format de cartes mères et de boîtiers minuscules, et surtout, estelle faite pour vous ?

Exploitez à fond votre mémoire Il est plutôt difficile de tirer le meilleur des barrettes de mémoire, les paramètres par défaut du bios étant inadaptés. Voici nos astuces pour aller plus loin !

Gigabyte 3D Aurora

Sunbeam Trio, boitier ATX WIFI PréN et Mimo Le WIFI vraiment rapide ?


PC Update 19  

numéro de septembre 05

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you