Issuu on Google+

 

par hedig le Sam 17 Sep - 20:44 il était encore la, debout, quand il entendit Haru lui crier d’arrêter de provoquer Katsuo car c'était un affront au sacrifice de ses parents, ses paroles résonnérent dans sa tête, que savait-elle de lui pour lui dire ça   ? que savait-elle de son passé pour essayer de l'arreter ? ! pour la première fois depuis la révélation du meurtre de ses parents, il se retourna vers une personne autre que Katsuo

                                                             

-cet homme... a tué mes parents..... et je me suis jurer que je me vengerais de lui........ Alors oui si je dois mourir je le ferais !!! tu ne sais rien de ce que je ressens alors je ne te laisserais pas dire ce que tu veux a propos de moi !!!! bizarrement il n'eut pas de réponse, il retourne de nouveau vers Katsuo qui semblait...... .......heureux, après un court instant Haruki pris la parole, elle s'adressa directement a l'homme se trouvant devant hedig , puis ce dernier sentit quelque chose le porter, on le soulevait de la position dans laquelle il était , et katsuo sortit de son champs de vision, ,aprés quelque seconde il compris qu'il n'étais plus dans la même piéce , et qu'il se dirigeais vers la sortit, il se débattit autant qu'il put mais ayant perdu la puissance de ses jambes il n'arriva pas a se libérer ... la personne qui le soulevait sortit du manoir et le mit directement dans une voiture -LACHEZ MOI!!!!! JE DOIS RETOURNER LA BAS !!!!! LAISSEZ MOI SORTIR!!!!!!! une voix lui adressa la parole lui disant qu'elle n'aller pas laisser Elel mourir, Elel? Mourir ? il se rendit compte que la personne qui était tomber devant lui n'était autre qu'Elel elle même ( ça fait un peu lourdeau comme phrase la xD ) ça eut pour effet de le calmer immédiatement........ Pourquoi....... pourquoi ne s'en était il pas rendu plus tôt ?................

par tampopo22 le Dim 18 Sep - 19:40 Tampopo observa la scène en silence, son cœur se déchirant dans la poitrine. Haru avait réussi à faire diversion. Elel, Hedig, Nunnaly et Killian allaient à l'hôpital ... Ils partaient à 4 mais ... à combien rentreraient-ils à la maison? Cette pensée l'attrista et soudain une nausée infâme lui parcourra l'estomac, les membres pour finir dans la tête.

     

 

Une perle de sang s'échappa de ses lèvres, pour venir mourir et s'étaler sur le sol en un grand fracas. Un lourd silence s'était installé. Elle tourna la tête vers Haruki. Elle avait aussi du sang qui coulait le long de son cou et son père aussi, saignait. Les paupières lourdes, Tampopo s'aperçut que quelque chose avait changé.


Son père ... Katsuo était désarmé. Son cœur rata un battement. Ses veines s'enflammèrent. Elle avala sa salive au gout de fer. Il n'y avait plus personne entre eux. Juste des corps. Juste eux. Juste le cœur et la vengence, une fille et son père. Juste deux êtres qui n'avaient finalement plus rien avoir ensemble ... Non. Qui n'avaient JAMAIS été ensemble. Elle avait été sa machine et c'était finit maintenant. Oui. Finit. Elle leva son révolver vers lui. Une autre goutte de sang coula. -Adieu. Elle tira.

par haruki31 le Lun 19 Sep - 22:26 été 1985 Un jeune homme était assis à l'ombre d'un arbre. Il lisait un livre sur les capacités du corps humains et avait perdu tout contact avec le monde extérieur, plongé dans son bouquin. Soudain, deux mains fraiches lui masquèrent les yeux. -Devine qui c'est! demanda une voix légère et mélodieuse qu'il reconnut

                                 

  aussitôt.

-Hikari...tu n'as personne d'autre à embêter? La jeune femme se contenta de sourire, et ce sourire fit fondre son coeur. Il l'aimait tellement, et aurait tout donné pour qu'elle puisse continuer à sourire ainsi... -Kyoko et Hiroshi sont en cours! -Et le reste? -Ils sont dans le coin...mais je préfère te voir! Et puis ça fait longtemps qu'on a pas discuté ensemble! Elle s'assit à côté de lui puis commença, sans qu'il ne lui ait rien demandé, à lui raconter sa journée, les derniers potins, tout en dérivant sur des sujets tels que "tu devrais arrêter de rester dans ton coin et venir un peu t'amuser avec les autres!" ou bien "il serait tant que tu te trouves une petite amie!" . Il écoutait attentivement ce qu'elle racontait, bien que cela ne l'intéressa pas plus que ça: ce qu'il voulait, c'était entendre le son de sa voix, sentir sa proximité, et voir son merveilleux sourire. Il savait bien


qu'elle ne l'aimait pas, qu'elle rougissait parfois en observant Hiroshi, mais jamais il ne pourrait en aimer une autre. Katsuo avait le regard fixé sur celui de sa fille. Un regard dur, froid, remplit de haine, mais aussi d'une sorte de tristesse. Peut-être y avaitil aussi un peu de soulagement. Chose étrange, à son dernier instant, Katsuo sourit faiblement. -Tu lui ressembles tellement... Il entendit le bruit d'une détonation, puis ce fut le noir complet.

par Usui le Jeu 22 Sep - 21:45 Il rentra lentement dans le manoir après en être sortie. Il ouvrit sa main et la regarda, il souri. Il ne marchait pas normalement, il marchait difficilement et voyait flou, mais il n'allait pas tomber ici .....   pas maintenant ..... Il mit ses écouteurs et écouta "Dj abdel ft Sexion - Wati-b pas de nouvelles bonnes noouvelles QCD", il souri en repensant à certaines choses. Il regarda alors devant lui et, avec les quelques forces qu'il lui restait, il se mit à courir vers un endroit précis. Il vit alors passé rapidement Nun et Killian portant Elel et Hedig le long d'un couloir. Il souri alors en les voyant en vie mais vit le regard de Killian ...... Adieux Killian ...... Il arriva devant le tableau, dans le bureau du père de Tamp, il retira ses écouteurs écouta alors Tamp, son père et Haru parler et souria. Il remit ses écouteurs et remit la musique au début. Il avança alors vers l'endroit où ils se trouvaient. Il vit alors Tamp avec un pistolet visant son père. Il souria alors naïvement et se souvint des moments qu'il avait passé avec elle, les bons comme les mauvais, il n'avait jamais pu abandonner lorsqu'elle le rejeté .... ce souvenir le fit rire. Il n'y avait que trois choses importantes pour lui ..... Kira ..... c'était son ami et son rival .... il souria en pensant à lui. "Ne meurt pas, Konoyaro" À tout ses amis, ceux qu'il c'était fait dans cette ville, Nun, Elel, Hedig, Mega enfin tout le monde quoi. Mais aussi sa soeur Haruki, il la détestais mais l'adorait en même temps ..... Et enfin ..... cette personne ..... celle à qui il ne cessait de penser, celle à pour qui il était près à tout ..... la seule personne qu'il aimait ...... il l'aimait plus que tout au monde ..... Tamp-chan. Il se jeta alors avec ses dernières forces entre la balle et le père de Tamp. La balle se logea alors dans son dos, bien qu'il n'avait plus de


forces, il ne tomba pas, ne cria pas, ne pleura pas ..... mais il souri. Il ouvrit alors les yeux et regarda le père de Tamp. -Pas de chance .... cette fois-ci, j'avais pas de foutu titane sous mon t-shirt .... c'est pas d'chance ..... Il regarda alors le papa Tamp en lui souriant et se mit à lui parler tranquillement. -T'en aura mit du temps avant d'ouvrir les yeux le vioc' ..... tchhhh ..... Bakayaro ...... Mais bon .... je suppose que l'important est que tu l'ai fait .... non ?! Il regarda alors le plafond et ne souria plus. C'est marrant non ?! Jusqu'à la fin .... je serai toujours un élément perturbateur ..... Je n'étais même pas censé venir dans cette ville au départ .... ce n'est que le hasard ..... Bon ok mais parents sont morts .... mais aucunement par ta faute ..... donc je n'ai pas vraiment de point commun avec les autres .... Je n'ai jamais abandonné .... que ce soit un combat ou Tamp ..... Il rigola alors calmement. Je n'étais pas censé survivre non plus il y a quelques heures tout comme une autre personnes que j'ai aidé d'ailleurs ..... Et maintenant ...... tu étais censé mourir mais l'élément perturbateur est encore arrivé ...... ironique hein ..... J'aurais toujours été une sorte de virus dont on ne pouvait se débarrasser et pourtant .... on voit bien que c'est possible là ....... Vous avez intérêt à ne plus faire pleurer Tamp-chan le vieux !!!! Oh et ..... merci ...... sans vous, je ne l'aurait jamais connu ...... Il souria alors au père de Tamp puis se tourna vers Haru. Arigato, onee-san ..... Il regarda alors Tamp-chan. -Tamp-chan ..... Je ne voulais pas que tu le tue ... Tu l'aurais regretté et t'en serai voulue toute ta vie ..... Tu m'as rendu heureux, plus je ne l'aurais jamais été sans toi .... Je voulais juste te dire une dernière chose ..... du moins .... je pense que ce sera la dernière ...... Il la regarda droit dans les yeux et souria une dernière fois, avec le sourire le plus sincère qu'il n'eut jamais eut. -Je t'aime . Il tomba alors au sol, ses yeux se fermant sur le doux visage de Tampchan. Je suis heureux, si la dernière des choses que j'ai vu .... c'est elle ..... ce n'est pas grave si je pars maintenant ...... tout simplement parce que ..... ça aura était une vie plutôt chouette !!! (Et sinon, vous faîtes c'que vous voulez de moi, j'improviserai en voyons votre choix )


par tampopo22 le Ven 23 Sep - 21:04

 

Usui plongea. Son père tomba au sol ... (référence au post de Haru; je considère que Katsuo est tombé par terre même si Usui semble lui parler …) La confusion teinta les yeux verts de Tampopo. Usui l'avait sauvé. Il avait sauvé celui qu'elle détestait le plus au monde. Son esprit vacilla. Pourquoi avait-il fait ça? Pour lui éviter le regret? Regretter quoi? Il n'y avait pas eu d'amour entre elle et Katsuo. Jamais. Elle avait choisi de le tuer depuis le début. C'était légitime et en même temps logique. Elle n'aurait jamais voulu qu'un autre le fasse et Katsuo savait qu'il allait mourir. Elle regardait Usui lui parler mais elle ne l’écoutait pas. Katuo était tombé mais aucune balle ne l'avait touché. Usui tomba par terre à son tour, sans doute épuisé ou sans vie. Elle ne le vit pas, elle regardait Katsuo. Une larme de sang s'échappait de sa bouche entrouverte. Katsuo était bel et bien mort mais pas de son révolver, pas de sa main. Elle esquissa un mouvement de tête vers Haru qui semblait regarder Usui, à terre. Tampopo tenait toujours sa veste en cuir noir dans la main qu’elle avait trouvé quelques minutes avant, seule dans le couloir, imbibée de sang. Elle posa ses yeux sur le corps inerte d’Usui avec un sentiment nouveau. Elle mit la veste sur le corps de Usui, le recouvrant. Quelque chose avait changé. Elle se tourna vers Haru. Ses veines, son sang battaient fortement dans l'ensemble de son corps. Elle espéra que Haru comprendrait ses sous-entendus et ses regards.

par haruki31 le Sam 24 Sep - 18:28 Le poison continuait de courir dans ses veines, augmentant à chaque instant l'intensité de la douleur. Les deux tubes dans les mains, elle s'apprêtait à parler, mais elle vit alors Tampopo sortir une arme et la pointer sur Katsuo. Son coeur rata un battement. Elle savait ce qu'elle   allait faire, elle savait que ça allait arriver depuis le début. Mais voir cet


homme s'effondrer après treize ans de cauchemars...elle se demanda ce qu'elle ressentirait. De la joie et du soulagement, sans doute. Mais peutêtre aussi de la peur. Car une fois qu'il aurait disparu...lui resterait-il encore une raison de vivre? Voir même le simple droit de vivre? Après toutes les atrocités qu'elle avait commis...elle s'était juré de tout faire pour venger les gens dont il avait détruit l'existence, mais s'était toujours refusé de penser à "Après". En regardant le visage de Katsuo, elle remarqua une lueur étrange dans son regard. Un instant, il parut ne plus rien voir, comme s'il pensait totalement à autre chose...ce qui serait très étrange dans le cas présent. Finalement, son regard s'illumina de nouveau, et la chose qui saute aux yeux d'Haru fut le soulagement et le regret qu'elle y lit. Elle se sentit alors plein de pitié pour cet homme, pitié qui disparut aussitôt. Il était bien trop tard pour les regrets. Alors que tampopo était sur le point d'appuyer sur la gâchette, elle sentit comme un coup de vent et vit Usui se placer entre l'arme et Katsuo. Avant qu'elle ne puisse faire un geste, le coup partit et se logea dans le dos d'Usui. Paralysée, elle écouta le discours de son frère dans ses moindre détails, incapable du moindre mouvement. Elle sentait quelque chose d'étrange se répandre en elle, et ce n'était pas le poison. Sa tête lui faisait mal, mais c'était une douleur différente que tout à l'heure. "Arigato, onee-san ..." Ce fut comme si un barrage venait d'éclater. Elle ne vit alors plus rien d'autre que le regard d'Usui, même si il s'était tourné vers tampopo. Elle ne vit pas le sang s'écouler de la bouche du père de Tampopo, de même qu'elle ne fit pas attention au regard de celle-ci. Non, ce qu'elle vit, c'était un homme, une femme, et deux enfants, des jumeaux, âgés de quelques années de moins qu'elle. Ce qu'elle vit, c'était une petite fille aux yeux rouges et aux cheveux bruns, comme son père. Elle revit l'image d'un majordome un peu coincé mais gentil, l'image d'une femme de chambre qui la coiffait chaque matin. Elle se revit entourée d'une famille peut-être un peu distante, mais heureuse. Et elle revit aussi ce matin, comme tout les autres matin, où l'accident eu lieu. Des larmes de sang coulèrent sur ses joues, laissant deux sillons rouges sur sa peau pâle. Elle se mordit les lèvres pour s'empêcher de hurler face à la douleur dans sa tête...et dans son cœur. Petit frère... ____ Il s'arrêta devant l'hôpital, le coeur battant. Ils avaient quittés le manoir il y a environ quatre minutes et demie, donc Elel avait fait un arrêt cardiaque il


y a environ 5 minutes. Techniquement, elle était déjà morte. Il sortit en trombe de la voiture et, à l'aide de Nunnaly, amena Elel et Hedig dans le hall des urgences. Un médecin arriva immédiatement et Killian, le regard brillant de détermination mais aussi de peur contenue, s'adressa directement à lui. -Ma soeur à fait un arrêt cardiaque il y a environ six minutes. Elle a toujours eu des problèmes de coeur. Je suis son frère jumeau, alors...Alors échangez nos coeur. Je lui donne le mien, et elle vivra avec: je n'ai pas sa maladie, je suis en bonne santé, nous sommes jumeaux. Les conditions sont bonnes non? Les larmes coulaient de ses yeux au fur et à mesure qu'il parlait. Elles coulaient, et la sensation de fraicheur humides sur ses joues, de même que l'oppression qu'il sentait sur son cœur, il savait qu'il ne la connaitrait plus jamais. Mais là, c'était sa soeur qui importait. Ils n'avaient pas grandis ensemble, mais il sentait bien au fond de lui qu'il était lié à elle et que s'il avait un destin, c'était de se sacrifier pour elle. -Nous ne pouvons pas tuer quelqu'un en bonne santé p... Killian sortit un couteau de sa ceinture avant que le médecin ne puisse finir sa phrase et le mit sous sa propre gorge. Il cria plus qu'il ne parla: -Alors je me tuerai ici et maintenant! C'est de ma sœur qu'il s'agit, merde! Je suis né avec elle et si je meurs, ce sera pour elle, ou avec elle! Alors je vous en prie... Il sentit sa voix diminuer de volume et le regard qu'il adressa à ce moment au médecin était celui d'un homme désespéré. -...sauvez ma jumelle. Exactement une minute et vingt secondes plus tard, il était allongé sur une table en fer, sa sœur inconsciente allongée sur une table à moins d'un mètre de lui. Il avait demandé à ce que Hedig, bien que blessé, reste avec lui avant le début de l'opération. Il était blessé aux jambes, mais des médecins avaient regardés et s'étaient aperçu qu'aucune artère n'était touché et que les os avaient été miraculeusement évité. Ils avaient donc amenés Hedig juste en face de la table d'opération, soutenu par Nunnaly et un infirmier. D'une voix faible, Killian tourna son regard vers le petit ami de sa soeur. Il se rappela qu'au moment où il avait apprit qu'elle s'était mise avec quelqu'un, il avait fait de nombreuses recherches sur ce jeune homme et l'avait même fait suivre pendant quelques jours. N'avait-il pas le droit de s'inquiéter pour sa jumelle, après tout? Il sourit faiblement et dit doucement, d'une voix un peu rauque: -Quand elle se réveillera, tu lui diras que je l'aime. Profondément. Qu'elle


a été pour moi une véritable lumière, un nouvel espoir d'avoir encore une famille sur cette terre. Je suis sa seule famille, tu sais, ça? Et c'est ma seule famille. Tu lui diras de ne pas être trop triste et de ne pas faire de bêtises. Qu'à travers elle, je serais là, et que dès qu'elle se sentiras seule il suffira d'écouter les battement de son coeur. De notre coeur. Tu lui diras, hein? Et tu la protègera, aussi...oui, tu prendras bien soin d'elle, tu es quelqu'un de bien, je le sais... Il semblait apaisé. Il avait toujours peur, mais c'était une peur lointaine, comme s'il était déjà presque mort et que cette peur ne faisait plus partit de lui. Ses larmes continuaient de couler lentement sur ses joues, mais il ne les sentait déjà plus. Tout bas, il se remit à parler, les yeux dans le vague. Il parlait, mais il ne savait même plus à qui il s'adressait. C'était peut-être ce masque sur ses lèvres qui rendait ses paupières si lourdes? -Et puis tu diras à Jay que je l'aime...c'est mon petit ami, tu sais, ça? Dit lui que je pars en avance, mais qu'il ne doit pas me rejoindre tout de suite...Et dit lui de vivre, d'être heureux et de continuer à veiller sur Haru et sur ma soeur...Et toi aussi, soit heureux...parce que... Ses paupières se fermèrent et le médecin fit sortir Hedig et Nunnaly afin de soigner Hedig et d'examiner Nunnaly. Killian, allongé sur la table froide, souriait. Parce que si tu es heureux, alors elle le sera aussi. par tampopo22 le Mar 27 Sep - 16:11 Elle se tourna complètement de Usui et de Katsuo. Dans la poitrine, un étau étreignait son cœur, ses organes, l'empêchant de respirer. Sa gorge se serra. Le silence avait remplacé les hurlements de cœur de chacun. Un goût de sang, de honte, de fureur avait déjà envahi sa bouche.

                         

 

Dos tourné elle jeta un dernier regard à Usui. Elle n'avait même pas envi de savoir s'il été mort ou pas. Elle n'avait que ce gout amer dans la bouche, ce mal de tête qui lui lacérait le cerveau, cette sensation de cesser d'exister. Pourquoi avait-il fait ça? Sur le moment, elle savait qu'elle regretterait ses pensées, ses gestes jusqu'à la fin. Katsuo mine de rien, avait été son père et il avait déteint sur elle, elle le savait. Elle s'éloigna des corps lentement, sans se retourner. Elle balança sans sentiments: -Haru, on y va, il n'y plus rien à faire. C'est fini. Personne ne vit les larmes qui coulèrent sur sa joue ce jour-là.


Personne. Et tout le monde aurait pu croire qu'elle n'en avait plus rien à faire. Mais ce jour-là, elle avait perdu plus qu'en une vie. Son Usui, son amour, son père, sa famille, ses amis, ... Elle n'était plus la petite fille de 16 ans d'il y a un an. Ce jour là ... elle a cessé d'exister pour elle même.

par Usui le Mar 27 Sep - 21:10 (Ben ouais je fais chier et j'vous emmerde >< Même pas c'est possible mais j'le fais quand même =) ) Usui n'était pas totalement inconscient, il n'avait plus de force, il n'en pouvait plus, ouvrir ses yeux lui aurait fait fournir le plus grand effort qu'il   n'eut jamais fait, il se disait simplement qu'il allait se laisser aller et que tout irai bien, après tout il n'avait plus rien à faire ici ...... maintenant, mais, il était heureux. Et c'est lorsqu'il pensait que tout irai mieux que les paroles de Tampopo parvinrent jusque son cerveau ..... "Haru, on y va, il n'y plus rien à faire. C'est fini." Alors que ses paroles raisonnaient fortement dans son crâne, en lui tout se brisa. C'était comme si son âme avait quitté son corps, et pourtant il la "rattrapa", mais pour la briser de lui même. Il savait bien que se lever lui ferait plus de mal que jamais .... et pourtant, ses bras se déplacèrent d'eux même de façon à le faire se lever. Une fois debout, il ouvrit n'ouvrit que son oeil droit et fit un pas, se pas était le plus douloureux qu'il eut à faire de toute sa vie, ses os étaient brisés du sang sortait de ses jambes, de tout son corps d'ailleurs ...... Si il avait était seul, il aurait sans aucun doute crié les pires cris de douleur qui puissent être, mais pourtant, il ne dit pas un mot. Il pris le père de Tamp sur son dos qui se brisa, ce qui le fit mettre un genoux au sol qui lui même se brisa encore plus, cependant, il se releva et sortit de la pièce en passant à côté de Tamp et Haru sans même tourner la tête vers celles-ci. Il ne devait pas montrer sa faiblesse, en ce moment précis, toutes les parties de son corps le faisaient souffrir le martyr, et sur chaque parties de son corps, du sang de cessait de couler. Une fois dehors, il partit le plus loin possible, sans avoir la moindre expression sur le visage, il était brisé, moralement et physiquement. Il ne pensait même plus que, plus il marchait, plus ses blessures s'ouvriraient et le feraient souffrir. Il avança ainsi encore quelques temps, il sentait la douleur parcourir son corps avec une force indescriptible. Alors qu'il continuait de marcher sans but, il sentit un souffle parcourir son visage et lâcha le père de Tamp qui tomba en arrière ...... C'est alors qu'un autre souffle parcourut son visage et soudain, un choc parvint aux alentours et le corps d'Usui vola le long de la route sur laquelle il marchait sans s'en rendre compte ...... un camion était arrêté à une dizaine de mètres du corps inerte.


(J'enverrai mon message à Haru pour qu'elle comprenne et ne m'engueule pas ^^)

par hedig le Mer 28 Sep - 22:12 il était encore dans la voiture, perdu dans ses pensées, l'homme qui avait tuer ses parents était dans le manoir, il ressentait une forte envie   d'y retourner mais il n'en avait pas la possibilité, a cause de ses jambes mais aussi ..... a cause de la fille qu'il aimait, il était supposer étre partit avec elle pour la protéger mais il n'a même pas était capable de voir qu'elle était en danger, maintenant elle était entre la vie et la mort et c'était de sa faute......... les minutes passaient telles des heures et le trajet pour l’hôpital lui parut être un très long voyage Il se demandait quelle était cette sensation qui s'était emparer de lui lors de la 'confession' de katsuo.... la haine ? la vengeance ? ce qui était sur c'est que ça n'a fait qu'engendrer plus de malheurs que nécessaire.... il arrivèrent enfin à l’hôpital et se firent aider a y entrer , la bas un docteur les intercepta rapidement, et........Killian, le frère d'Elel avoua ses intentions , il voulait se sacrifier pour sauver sa soeur -qu'est ce........ qu'est ce que tu racontes?!! si quelqu'un doit mourir ici c'est bien moi !!!! je n'ai pas était capable de la protéger je ne mérite pas d’être en vie !!! mais la vérité était que le temps pressait et que les chances qu'ils soient compatibles étaient mince..... Killian était allongé sur la table d'opération, il y avait dans son regard un mélange de peur et de détermination, il le regardait..... - je suis désolé....... tu n'avais pas à faire ça...... c'est moi qui devrait être à ta place.... il serra les poings quand le frère d'Elel lui dit ses derniers mots, des mots d'amours qu'il adressait a sa soeur et à son frère, une larme perla sur sa joue, il se surpris en train de pleurer en silence, bien qu'il ne l'avait jamais refait depuis le jour où s'est parents ont était tuer, la vie était vraiment injuste...... -je..... je le ferais....

par Elel le Mer 28 Sep - 22:28 Tout était noir. Son corps ne bougeait plus du tout, ses yeux s'étaient fermés, sa respiration s'était totalement arrêtée, son coeur de battait plus du tout.   Tout était immobile. C'est comme si rien ne s'était passé. Elle était


pourtant bien à l'hôpital, sur le point d'être opérée mais tout ça était loin, bien trop loin. Tout était silencieux. Son cerveaux ne captait plus aucun sons. À quoi bon de toute façon ? Elle n'était plus là pour y prêté attention. Les dernières paroles de Killian n'étaient que triste mélodie dans le vent (......je deviens poétique en mourant....waoh ! c'est dingue...xD) Son corps était tellement léger et pourtant si lourd à la fois. Comme si elle était un esprit auquel des tonnes avaient été rattachées. Son esprit n'était plus dans son corps...ou plutôt, sa conscience avait était engloutie dans les ténèbres. Elle avait l'impression de flotter dans le vide. Elle se demandait qui elle était, ce qu'elle faisait là. Elle essayer de se rappeler ce qui c'était passé mais rien ne venait. Le blanc complet dans un monde interne si noir. L'opération allait commencé, son frère allait mourir, Hedig pleurait et rien de tout ça ne l'atteignait. Elle était seule dans ce monde de silence et de mort.

par haruki31 le Sam 1 Oct - 23:07 Après un moment passé à regarder dans le vide, plongée dans des souvenirs qui ne lui paraissaient pas les siens tant ils étaient irréels, elle reprit contact avec la réalité par l'un des pire moyen qu'il soit: en crachant une gerbe de sang. Elle remarqua alors que tampopo s'était éloignée des corps. -Haru, on y va, il n'y plus rien à faire. C'est fini.                              

 

Ces paroles eurent pour effet de la faire sortir définitivement de son état léthargique. Une colère sourde s'insinua en elle, irrationnelle, et, ses yeux rouges soudainement brillant de fureur, elle cracha avec violence ces mots: -Tu n'as pas à me donner d'ordres. Ce jour là, tout le monde changea. Chacun savait au fond de lui dès le début que plus rien ne serait jamais comme avant, mais c'était une autre chose de le voir de ses propres yeux et de le sentir directement au fond de son cœur. Ce fut aussi le cas d'Haru, mais ce changement, elle décida à cet instant de le garder pour elle autant que possible. Plus calmement, elle reprit: -Nous devons amener Usui à l'hôpital, et rapidement. Dans ce manoir, il se trouve des papiers et des pièces à convictions très importantes pour nos


recherches. Katsuo n'est pas mort, mais le sera bientôt. De même que nous mourrons aussi toute les deux si nous n'avalons pas ça immédiatement. Elle se tourna vers tamp et, sans voir la trace de larme sur sa joue, lui tendit les deux fioles d'antidotes. -Il y en a deux. Une pour moi, une pour toi. Cet antidote ne nous sauvera pas, mais repoussera le poison pendant plus ou moins de temps. Il n'a évidemment jamais été testé et j'ignore les possibles effets secondaires. Il se peut même qu'il ne marche pas. Mais il ne nous reste plus que ça. Je sais que le moment actuel n'est pas facile pour toi, mais il ne l'es pour personne. Tu le prends?

par tampopo22 le Dim 2 Oct - 0:34 -Tu n'as pas à me donner d'ordres. Les mots brulants et violents de Haru la transpercèrent d'une traite. Une flèche bien placé n'aurait pas fait aussi mal que ses paroles là. Tampopo regardait dans le vide, elle s'était arrêté nette aux mots de Haru. Elle aurait voulu crier toute sa rage, évacuer tout ça mais elle n'y arrivait pas, elle ne pouvait pas, elle ne voulait pas.

                                                 

 

Ses pensées encore floues qui se mélangeaient sans cesse lui donnait un mal de crane insupportable. A moins que ce ne soit le gout de sang et le battement insoutenable de ses veines dans son corps. Haru se tourna vers elle, elle en fit autant. Oui il fallait récupérer tous ses papiers, oui il fallait emporter le corps de Usui en dehors! Mais elle, elle voulait mettre le feu à tout ça et se barrer vite fait bien fait d'ici! Elle ravala sa salive gout de fer et son humeur massacrante. Elles étaient toutes les deux sur les nerfs. Haru lui tendit une fiole. Elle lui en avait déjà parlé, lui sembla-t-elle. Oui. Du poison s'écoulait dans son corps comme dans celui de Haru et de Katsuo.... qui n'était pas mort d'après elle ... ou pas encore. Elle regarda le flacon avec transparence puis croisa le regard de Haru. Elle saisit le flacon et but tout d'une traite. Elle en avait assez et voulait en finir au plus vite. Elle savait que ce geste renfrognerait Haru car il était un peu insolent. Elle s'approcha de Ciel évanouit et dit: -Je vais prendre Ciel sur mon dos. Pour les documents il doit tout avoir dans les pochettes dans son bureau. Elle montra du doigt le petit secrétaire derrière Katsuo. Elle s'en approcha et prit tout ce qu'elle pu dans un sac à bandoulière qui trainait. Elle laissa le reste à Haru. Puis elle passa près de Katsuo et d'Usui sans les regarder -elle ne voulait


pas, sa gorge se serraNe pas montrer ses sentiments ... Elle lança un regard sans vie à Haru. par haruki31 le Ven 7 Oct - 9:24 Tampopo prit le flacon sans dire un mot et le but d'une traite. C'était un geste un peu impoli mais elle ne s'en formalisa pas. Surtout au vu des circonstances actuelles... -Je vais prendre Ciel sur mon dos. Pour les documents il doit tout avoir dans les pochettes dans son bureau.

                                                                       

 

Elle hocha simplement la tête. Elle sortit son téléphone portable, appuya sur une touche qui envoya un signal à tout les hommes en place, et but les trois quart de son flacon. Tout d'abord, elle ne sentit rien, la douleur était toujorus là. Puis petit à petit, le sang cessa de s'écouler de ses orifices et la douleur reflua un peu. Elle en fut immédiatement soulagée: c'était signe que son antidote marchait, tout du moins pour l'instant. Elle regarda tampopo prendre un maximum de documents dans un sac à bandoulière. C'était étrange...pourquoi Katsuo, sachant qu'il allait probablement mourir, n'avait-il pas détruit ces documents? A moins que ceux ci ne soient sans importance? Décidant d'en avoir le coeur net, elle prit le sac à dos noir qu'elle avait depuis le début et s'approcha du secrétaire. Elle feuilleta certains documents, la plupart sans importance, quand elle tomba soudain sur des "comptes rendus d'expériences". En lisant les trois premières lignes, elle comprit de quoi il s'agissait. Elle rangea le reste des documents dans son sac, se demandant toujours pourquoi Katsuo avait fait ça. Il leur avait offert sur un plateau ces informations, ainsi que sa mort et la vérité sur leurs parents. Pourquoi? Peut-être que finalement, il désirait vraiment en finir, et qu'il avait voulu leur donner une chance de découvrir toute la vérité? Pourtant, à part tampopo, il n'avait aucune raison de le faire...il avait beau connaître vaguement leurs parents -et pour cause, quand on les a tués...- ce n'était certainement pas par remord envers leurs enfants. Peut-être ne connaitraitelle jamais la réponse... Elle s'éloigna du secrétaire et croisa le regard sans vie de tampopo, qui la pétrifia sur place. A cette instant, quelques vagues pensées s'entrechoquèrent dans son esprit, confuses. Ne me regarde pas comme ça. Ce n'est pas ta faute, ce n'est pas la mienne. Ne me regarde pas comme ça. Pleure, crie, hurle, frappe-moi même si ça peux te soulager. Ne me regarde pas comme ça. Je ne veux plus jamais que tu aie un tel regard.Elle s'approcha de tampopo doucement, et s'arrêta à moins d'un mètre d'elle. Elle hésitait. Elle n'avait


jamais été très affective, et encore moins avec tampopo. Mais ce qu'elle ressentait à cet instant...ce n'était même pas de la pitié. Quand elle voyait tampopo à ce moment là, elle se revoyait il y a quelques années de cela. Ce même regard, combien de fois l'avait-elle eu? Elle l'ignorait, et ne voulait pas le savoir. Mais ce dont elle était sûre, c'était qu'elle ne voulait pas que Tampopo se retrouve ainsi. Alors que ses hommes commençaient à entrer et à transporter Usui, Katsuo, et Ciel hors d'ici, ils virent une scène qu'ils ne furent pas près d'oublier. Pour quelqu'un d'autre, c'était un geste qui leur aurait parut banal, mais pour leur chef, serrer quelqu'un dans ses bras comme si c'était la toute dernière chose qui lui restait au monde était presque surréaliste. "Quand tu pleures, quand tu ris, quand tu es en colère, quand tu crie...tout ça, ce sont des choses que j'aime chez toi. Même si parfois, j'ai envie de t'étriper, même si parfois, tu as envie de m'étriper. Je t'en supplie, tampopo, si tu es sur les nerfs, si tu as envie de te défouler un bon coup, alors fait le. Si je suis venue jusqu'ici aujourd'hui, c'était aussi...pour que tu puisses enfin être toi-même sans jamais avoir à te cacher." ___

 

Les médecins sortirent de la salle d'opération. Deux infirmières emmenèrent Elel, une toute nouvelle cicatrice sur le corps, en salle de réanimation. Le médecin qui s'était chargé de l'opération avait fait du bon travail: l'opération s'était bien déroulée et même s'il existait toujours une chance de rejet, il était plutôt optimiste sur le coup.Cependant, il était sûr qu'il n'oublierait jamais le dernier regard que le jeune homme avait lancé vers sa soeur jumelle. Le regard rempli d'amour de celui qui se sacrifie pour sauver quelqu'un.    

 


Saison 2 page 20 version tableau