Issuu on Google+


HAPPY FEW HIVER 2011/PRINTEMPS 2012 WINTER 2011/SPRING 2012 29ème ANNEE/29th YEAR

28

RAMAYANA

Couverture / Cover Papillon Féerique / Enchanting Butterfly Création exclusive pour Happy Few Exclusive creation for Happy Few © 2011: William Frey

42

Directeur de la publication Rédacteur en chef : GUY COULOUBRIER 40, avenue Niel - 75017 PARIS Tél. : 01 43 80 31 25 Fax : 09 56 72 16 82 http://happyfewmag.free.fr e.mail : guycouloubrier@free.fr

DIVINES MALDIVES

20

PARFUMS DE COLLECTION

Représentation Evénements internationaux : Lady Nancy CHOPARD-SAIN Coordination Chine : Alain Destrem Président de l’Association « Europe-Chine-Coopération » 中国事务负责人 阿兰・德斯坦姆 中欧名流协会主席 alain@destrem.fr

POMPEI, UN ART DE VIVRE

70

Coordination Maroc : Olivier CASANOVAS oliviercasanovas@hotmail.fr Direction artistique & Pré-presse : William Frey Impression et façonnage : Gibert Clarey Imprimeurs

76

AU ROYAUME D’ALEXANDRE LE GRAND

Comité de rédaction : Danièle Couloubrier Elizabeth Arkus Laurence Salingue (traduction) Jacques Crépineau Philippe Baldini HAPPY FEW MAGAZINE est édité par REAL G. PRODUCTIONS R.C. Paris B 318 247 830 00041 S.A.R.L. au capital de 45 000 € Siège social : 87, avenue Niel - 75017 Paris © 2011 HAPPY FEW Tous droits réservés. All rights reserved. La reproduction même partielle des textes et photographies est strictement interdite. Reproduction in whole or part is strictly prohibited.

LOUIS JOUVET TOUJOURS LE PATRON

84


« LIFE CAN ONLY BE UNDERSTOOD BACKWARDS, BUT IT MUST BE LIVED FORWARD »

« LA VIE NE SE COMPREND QUE PAR UN RETOUR EN ARRIÈRE, MAIS ON NE LA VIT QU’EN AVANT »

Kierkegaard

Kierkegaard

An artistic creation, as well as life, needs to be fed with the past in order to strongly apprehend the present time and thus endure in the future. So have we watched the 29 years sequence of HAPPY FEW passing by as to better prepare its 30th anniversary in 2012. To understand in order to bring to perfection and move forward in the meantime. Most of the politic, economic and financial officials ought to meditate on the sentence of the Danish thinker and theologist because so much set in their certainties, forgetting all of the lessons from the past except what suits them, charging blindly into the wall. They could not say, as did the hero Andrea Chénier in Umberto Giordano’s great opera, the last words of the poet touching his head while mounting the scaffold and declaring “and yet I had something in there”. This privilege of intelligence and spirit is the prerogative of a few ones only, considering that the community preference, the common appeal for the right-thinking attitude and penitence are from now on the new absolute references of our times. We have never accepted to merge into egalitarianism which is curiously turned towards mediocrity more than towards what elevate and more than ever we maintain our original specificity: to sublimate the beautiful and the precious, the genius and wisdom without hiding our face about the world’s misery mainly due to a massive population growth. So to the pervading gloom mongering we better prefer to fly to those heavenly Maldives, those delicious tours in France, find out a masterpiece of the Indian literature which will stand out in the publishing world, to visit exhibitions showing the passed and unequalled greatness of leading civilizations, from the glory of Alexander the Great to the sophisticated life in Pompeii. We have always tried to be familiar with the heights. We will not stop now when we are doing so well. Let us meet again to celebrate the most beautiful age of 30.

EDITORIAL

Une création artistique, à l’instar de la vie, a besoin de se nourrir du passé pour appréhender avec plus de force le présent et espérer ainsi perdurer dans l’avenir. Ainsi avons-nous regardé défiler le film des 29 ans de HAPPY FEW pour mieux préparer son 30ème anniversaire en 2012. Comprendre pour parfaire sans pour autant cesser d’avancer. Beaucoup de responsables politiques, économiques, financiers devraient méditer cette phrase du penseur et théologien danois tant ils sont figés dans leurs certitudes, ne retenant rien des leçons du passé sinon ce qui les arrange, avançant tête baissée dans le mur. Ce n’est pas eux qui pourraient prononcer, tel le héros Andrea Chénier dans le magnifique opéra d’Umberto Giordano, les dernières paroles du poète touchant sa tête alors qu’il monte sur l’échafaud et déclarant « Pourtant j’avais quelque chose là ». Ce privilège de l’intelligence et de l’esprit n’est plus accordé qu’à quelques-uns, tant la dilection du communautarisme, l’instinct grégaire vers la bien-pensance et la repentance sont désormais les nouvelles références absolues de l’époque. Nous n’avons jamais accepté de nous fondre dans l’égalitarisme qui curieusement est tourné vers la médiocrité plutôt que vers ce qui élève aussi nous « indignons » nous à notre façon et plus que jamais nous affirmons dans ce numéro notre spécificité originelle : sublimer le beau et le précieux, le génie et la sagesse sans se voiler la face sur la misère du monde due principalement à une croissance démographique échevelée bien plus qu’à l’alibi d’un réchauffement climatique. Ainsi à ce catastrophisme ambiant préférons-nous voyager vers ces divines Maldives, ces délicieuses escapades en France, découvrir un chef d’œuvre de la littérature indienne qui fera date dans le monde de l’édition, nous rendre dans des expositions faisant entrevoir la grandeur passée et inégalée de civilisations phares, de la gloire d’Alexandre le Grand à la vie raffinée à Pompéi, toujours nous aurons essayé de tutoyer les sommets. Nous n’allons pas nous arrêter en si bon chemin, nous vous donnons rendez-vous pour célébrer le plus bel âge : 30 ans.

Guy COULOUBRIER


DIVINES MALDIVES par Guy & Danièle COULOUBRIER

D

es confettis de jade entre azur et océan versicolore ourlés de sable blond comme une caresse. Un Eden du bout du monde en plein Océan Indien, un archipel de près de 700 km de long sur 130 de large au sud de l’Inde et à l’ouest du Sri Lanka, une vingtaine d’atolls protégés par des récifs coralliens, 1192 îles, pour la plupart inhabitées et si petites que chacune d’elle a une vocation spécifique. Seules 220 parmi cette constellation abritent des âmes et encore un quart d’entre elles parlant le divehi , dialecte cinghalais, se bousculent sur Malé, la grande île-capitale de 2 km2. Les Maldives subirent un Sultanat autocratique jusqu’en 1887, date à laquelle elles furent placées sous protectorat britannique échappant ainsi aux incursions incessantes des rois du Malabar et du Bengale. Longtemps les Maldives ont joué un rôle économique mondial puisqu’elles produisaient la « monnaie de coquillages » qui avait alors cours de la Chine à l’Afrique. Depuis 1968 c’est désormais une république à la religion unique islamique, un islam modéré mais très attentif où la consommation d’alcool est strictement interdite sauf dans les « resorts ». Evitez d’enrichir le duty-free alcool au départ de Paris car toute bouteille vous sera confisquée et depuis mai 2011 non rendue. Les principales ressources des Maldives sont aujourd’hui la pêche et le tourisme. Vous arriverez sur l’îleaéroport de Hululé et de là sous un ciel céruléen découvrirez l’île-président, l’île-hôpital, l’île-prison, l’île-entrepôt, les îleshôtels… des îles de poupée posées sur l’Océan qui semblent si fragiles, ne culminant qu’à 2 mètres environ et pourtant, quelle

perfection exaltée par cette végétation émeraude, luxuriante, une mini-jungle où s’entremêlent frangipaniers et arbres à guimauve, arbres à pain, banians et volubilis. Contraste étonnant de ces eaux cristallines, lagons d’opale et de saphir, palette chatoyante de dégradés turquoise et indigo, un rêve en bleu, Eldorado des plongeurs fascinés par cet univers liquide, immense aquarium naturel où dans une débauche de couleurs, et dans un ballet sans fin plus de 7000 espèces s’ébattent, poissons-clowns, poissons-papillons, poissons-pyjamas, poissons-demoiselles… et soudain tel un nuage sous-marin, majestueuse et aérienne, la raie-manta pouvant atteindre les 5 mètres d’envergure et aussi de miniatures et attendrissants « babies-sharks » supposés totalement inoffensifs. Sur l’écume des vagues de facétieux dauphins et des poissons volants agrémenteront vos sorties en mer en dhoni, bateau local en cocotier à la curieuse voile triangulaire soumis à la brise marine. Dans ce décor de carte postale où la réalité a dépassé la fiction, souhaitons longue vie à ces îles exquises car « toute beauté est joie qui demeure » ainsi que l’écrivait John Keats. Comme nous vous serez « addict » des Maldives. Les Maldives comptent en leur sein quelques-uns des plus spectaculaires resorts du monde, tant au niveau des infrastructures hôtelières que de la gastronomie, souvent d’une qualité équivalente, voire supérieure à celles des grandes tables du monde ; pour ce voyage nous avons séjourné dans trois d’entre eux et vous livrons leurs secrets. �


Haut lieu de l’esthétique masculin, l’Institut DELACRE offre des méthodes de soins exclusifs naturels ou high-tech prodigués dans un salon à l’ambiance feutrée ou dans de confortables cabines. Après un diagnostic personnalisé le savoir –faire des coiffeurs experts DELACRE associé à une grande confidentialité ravira les plus exigeants. Dans ce temple du Beau vous seront proposés entre autres un rasage dans la tradition des Maîtres-Barbiers, un diagnostic capillaire, une manucure et des soins pour ongles. Un hammam sauna spacieux ainsi qu’une salle de relaxation prolongeront avec harmonie l’excellence des prestations.

BEAUTY NEWS par Danièle Couloubrier

Premier Parfum Hespéridé des masculins CARON, YUZU man tire son nom de l’agrume japonais éponyme auquel le parfumeur créateur de la Maison CARON, Richard Fraysse a associé la verveine des Indes et le basilic d’Indonésie, des notes fruitées avec la figue de Provence et le lentisque d’Espagne, des essences de bois du cèdre de l’Atlas et du santal d’Australie. Un voyage initiatique olfactif entre Orient et Occident.

Epure de verre, éclat du métal, entrelacement des 2G emblème de la Marque GUCCI ainsi se présente Gucci Guilty un oriental floral à la fois doux et capiteux, une arme féminine auquel le patchouli signe distinctif des parfums Gucci délivre un message d’audace associé à l’ambre d’une délicatesse absolue, dernière création de la Directrice Artistique Frida Giannini. Dans la mouvance de cette voluptueuse fragrance des dérivés luxueux telle que l’huile de massage pour le corps, soyeuse et non grasse et la poudre scintillante pour la touche glamour.

Nouvelle parure de dentelle noire pour The One lace edition chez DOLCE&GABBANA. Fidèles à leur héritage Sicilien les créateurs associent avec un pur bonheur la beauté de leur collection à la séduction de leur Parfum, un « floriental « mariant des fruits tels que la mandarine, le litchi, la pêche et autres à la grâce des fleurs blanches, lys, muguet et jasmin. Une aura de féminité et d’élégance se dégage de cette eau intemporelle.

Développé par SIF COSMETICS, société Islandaise de cosmétiques, Bioeffect egf sérum est le premier produit de soin à partir d’orge modifié génétiquement contenant des activateurs cellulaires à base de plantes. Son ingrédient principal l’egf ou facteur de croissance épidermique présent dans la peau humaine est un puissant hydratant qui régénère la peau et embellit le teint. Sans conservateur, parfum ou colorant il retarde les signes de l’âge.


La Maison CARTIER édite un nouveau féminin imaginé par Mathilde Laurent parfumeur maison, un Parfum floral tout en finesse Baiser Volé. Une approche magistrale de la fleur de Lys sublimée dans son intégralité par la délicatesse du pétale, la puissance du pistil, la fraîcheur de la feuille. Nous sommes ici au plus près de la matière dans son écrin de verre au fermoir de métal lisse et sensuel. Exalter l’insaisissable, Baiser Volé dernier joyau parfumé dans la tradition Cartier.

Ambre, Musc, Santal de la SULTANE DE SABA. Un élixir précieux mais d’abord une émotion, un éveil des sens, séducteur en diable empreint d’une envoûtante sensualité. L’orient ancestral et langoureux se révèle dans ses notes suaves pour une absolue féminité. Son flacon est un prisme de lumière reflétant la quintessence de ce jus.

NOTRE COUP DE CŒUR BEAUTÉ À PARIS : LE SPA DU BRISTOL C’est l’événement Beauté de la rentrée, un Spa sans équivalent à Paris. LE SPA LE BRISTOL BY LA PRAIRIE a été dessiné par Maja Oetker et l’architecte Pierre-Yves Rochon l’a réalisé ; il s’étend sur 440 m2 et sur 3 étages. Lieu de détente à taille humaine pour se régénérer, se relaxer, se détoxifier, d’un luxe raffiné et discret, à l’image du palace, il allait de soi que la Marque La Prairie soit la marque phare de ce Spa haute couture. Le Soin Platine Rare est une grande parenthèse de détente, deux esthéticiennes s’occupent de vous pendant 80 mn ; le Soin Beauty Express le Bristol vous permet d’irradier en moins d’une heure, il est conçu pour les hommes et femmes pressés. La carte du Spa propose des massages et des soins du corps Signature tel le Rituel Rose de Mai, hommage à la roseraie du jardin de l’hôtel, il a été conçu par la marque londonienne organique The Organic Pharmacy. Un moment de plénitude absolue de la tête aux pieds. Equipée d’une table en marbre chauffant la Russian Room vous surprendra avec la Marque Russie Blanche proposant des soins inspirés du traditionnel « Banïya » russe aux rituels régénérants et destressants comme le « battage » du corps aux veniks, branches de bouleau infusées dans des huiles essentielles. Le maquillage est assuré par la prestigieuse marque française By Terry qui propose une gamme complète avec un choix de couleurs très large. Les soins Thermes Marins de Saint-Malo offrent quant à eux tous les bienfaits marins. Enfin la Maison de l’Argan permet de bénéficier des effets bénéfiques de l’Argan riche en antioxydants neutralisant les radicaux libres. Un voyage immobile au cœur du luxe, du calme et de la volupté. www.lebristolparis.com - Tél : 01 53 43 41 67


ESCAPADES pour Happy Few BASTIDE SAINT ANTOINE

48 rue Henri Dunant - 06130 GRASSE Tél : 04 93 70 94 94 - Fax : 04 93 70 94 95 www.jacques-chibois.com

© Didier Bouko

Q

uinze ans que cette délicieuse thébaïde créée par Jacques et Odette Chibois nous enchante. Dans la belle campagne grassoise aux allures de Toscane trône cette bastide du XVIIIe entourée d'un parc en restanques planté d'oliviers millénaires et possédant une vue imprenable. Bientôt, à la bâtisse principale avec ses chambres portant des noms de petits villages de la région, Opio, Saint Vallier, et à la « Maison » attenante avec ses appartements dans un style plus contemporain dont celui du dernier étage avec son jacuzzi privé, s'ajouteront sur la dizaine d'hectares récemment acquis deux mas avec 16 nouvelles chambres et suites ainsi qu'un spa totalement innovant qui proposera un voyage sensoriel à travers la capitale mondiale des parfums et des arômes et la création d'une gamme spéciale de cosmétiques naturels… . Nous suivrons de près cette belle aventure. Mais revenons au présent avec une nouvelle décoration

... sur la RIVIERA

dans des teintes lumineuses, chaudes et colorées où l'on se sent si bien et une nouvelle carte où Maître Jacques donne libre cours à une cuisine toute de légèreté et de sensibilité, de finesse et d'invention sans cesse renouvelées : « Papillon de Langoustines en émulsion de pulpe d’Orange à l’Huile d’Olive et Basilic », « Turbot sauvage, sauce Ache et parmesan », « Elégance de homard sur sa douceur de poireau citronné, jus de Pélargonium, calisson de poivre de Séchuan et poivron rouge », « Pomme de ris de veau en tranche dorée au caviar de pâtes, fricassée de morilles », « Pêche blanche cuite avec son blanc d'amande, fruit rouge, glace verveine, sorbet pêche »… Un certain guide « rouge » devrait "rougir" de sa décision de rétrograder cette Adresse. Fort heureusement ses aficionados n'y sont jamais venus aussi nombreux, indignés devant une telle injustice. Il y avait pourtant dans la région un autre 2 Etoiles à sanctionner. n


LE MAS CANDILLE

Boulevard Clément Rebuffel - 06250 MOUGINS Tél : 04 92 28 43 43 - fax : 04 92 28 43 40 www.lemascandille.com

U

n lieu idyllique dans l'un des plus beaux villages de France. Blotti dans un écrin de verdure de 4 hectares, cette ancienne ferme où l'on cultivait la vigne et l'olive prit à la Révolution le nom de « Candille », « chandelle » en patois car son imposant cyprès servait de point de repère aux soldats de la liberté qui ne reconnaîtraient plus aujourd'hui devant les somptueux travaux d'embellissement leur bivouac ! 46 chambres et suites réparties entre le Mas, la Bastide et la nouvelle Villa Candille, toutes spacieuses offrant un confort optimal, superbement décorées avec des objets d'art originaux, des tissus nobles et du beau mobilier, salles de bains en marbre et équipement high tech, la plupart possédant balcon ou terrasse avec des vues superbes sur Grasse et les Préalpes. Deux spectaculaires piscines dont l'une à débordement, un jacuzzi dans un cadre naturel grandiose, un jeu de boules et un Spa unique de style zen, premier Spa Shiseido en Europe installé dans son propre jardin japonais. L'autre atout majeur du Mas Candille c'est la table gastronomique de Serge Gouloumès avec sa cuisineplaisir où le produit est essentiel et où ses assiettes florales et herbacées nous ont littéralement enthousiasmées : « Carpaccio de langoustines aux algues, rapé et écume de chou fleur, sorbet citron », « sole soufflée en rectangle, miroir de vin rouge, oignons grelots et lard fumé », « filet de canette laqué aux épices douces » et l'incontournable « Tatin de foie gras façon Candille à l'Armagnac », la partie sucrée est de la même veine inventive, « Macaron noisette à la truffe noire, crème glacée praliné noix de pécan caramélisées », « Mont Blanc à la crème Philadelphia rafraîchi au drambuie ». Avec son second David Chauvac et le Chef Pâtissier Edmond Peillot, la 2ème étoile devrait poindre très vite. Giuseppe Cosmai a suivi la genèse du Mas Candille depuis son rachat par Mark Silver il y a une dizaine d'années et le dirige avec d'autant plus de professionnalisme et d'enthousiasme. Un endroit de charme unique pour se ressourcer. n


ESCAPADES pour Happy Few

COLUMBUS

23 avenue des Papalins - 98000 MONACO Tél : 0377 92 05 90 00 www.columbusmonaco.com

A

Fontvieille entre le port et la Roseraie Princesse Grace, à 200 mètres de l'héliport et à une dizaine de minutes du Casino, cet établissement très contemporain est une réussite architecturale et hôtelière. 1er boutique-hôtel en terre monégasque, le Columbus récemment acquis par le Groupe britannique London & Regional Properties vient de subir un lifting. Son style associant des matériaux nobles et naturels dans des tonalités douces crée une ambiance lounge chic et décontractée. L'hôtel compte 180 chambres et suites, de nombreux salons de réunion - la clientèle business a fait du Columbus son lieu de séjour de prédilection - une Table, la Brasserie Columbus, devenue un must de Monaco avec l'arrivée du jeune Chef Xavier Burelle regorgeant d'inventivité qui a fait ses classes dans quelques Grandes Tables, le Petit Nice à Marseille, le Four Seasons George V à Paris, le Métropole à Monte Carlo… Nous avons tout particulièrement apprécié lors de notre dernière visite le « gâteau de crabe au guacamole légèrement épicé à la coriandre fraîche accompagné de son taboulé aux fruits », le superbe « Saint Pierre cuit à la plancha, artichauts et asperges en fricassée », au niveau des desserts il revisite avec succès des grands classiques, l'aérien « Paris-Brest », le « baba au…limoncello ». Avec le grand hôtelier Alexandre-Pierre Faidherbe à sa tête qui retrouve la Principauté où il a fait ses premières armes avant l'Hôtel de la Cité à Carcassonne, le Négresco à Nice et de nombreux établissements de luxe aux quatre coins du monde, nul doute que le Columbus se placera dans le peloton de tête des meilleures Adresses de la région. n

46


CHATEAU DE LA CHEVRE D'OR Rue du Barri - 06360 EZE VILLAGE Tél : 04 92 10 66 66 - Fax : 04 93 41 06 72 www.chevredor.com

C

'est l'un des plus beaux panoramas au monde, un nid d'aigle à la vue spectaculaire suspendu entre ciel et Méditerranée. Au cœur de la cité médiévale d'Eze se niche l'un des plus fabuleux resorts de la planète, le Château de la Chèvre d'Or. Plusieurs légendes narrent les origines de la Chèvre d'Or, animal mythique de Provence, à l'origine de nombreux récits. C'est en 1953 que Robert Wolf, séduit par cette demeure particulière la transforme en restaurant, elle acquerra une renommée internationale avec la venue de Walt Disney, Alfred Hitchcock… et devant le succès, il rachète des maisons dans le village créant un hôtel qui devient l'une des six étapes de la « Route du Bonheur » en 1954, à l'origine de l'association des Relais & Châteaux. Aujourd'hui ce sont 37 chambres et suites lumineuses et somptueusement décorées, chacune dans un style différent, réparties dans Eze. Cette année 3 nouvelles Suites ont vu le jour, la « Suite Cocteau » qui garde le souvenir de l'écrivain, l'incroyable « Suite Luis Navarro », peintre ami de Picasso qui s'étend sur quatre niveaux, la « Suite Marc Ferrero », clin d'œil à un artiste local. Entouré d'une végétation luxuriante avec ses jardins peuplés de sculptures, ses sundecks en teck, sa salle de fitness à pic sur la Grande Bleue, sa piscine chauffée et ses jacuzzi extérieurs, l'ancien salon de musique transformé en Bar qui mériterait d'être classé monument historique, et depuis peu l'arrivée d'un des plus grands Chefs de sa génération, Fabrice Vulin qui avait obtenu en quelques mois seulement 2 Etoiles Michelin au Parc des Eaux Vives de Genève. Une cuisine au sommet à l'instar de cette adresse : « le loup, le tourteau, le caviar d'Aquitaine avec son risotto crémeux servi glacé », « grenouille cuite en blanquette », « bœuf de luxe Wagyu Auskobé, artichauts à la barigoule, farci d'une bolognaise de cèpes, panisses croustillantes » et les magnifiques desserts de Julien Dugourd « cerises poêlées, panacotta à la vanille, glace pistache », « palet au guanaya et sa raviole coulante ». On salue, après quelques années d'absence, le retour de Thierry Naidu qui avait donné ses lettres de noblesse à ce bijou hôtelier et qui, sous son impulsion, tutoie à nouveau les sommets. Ecoutons Nietzche qui a si bien résumé le sentiment qu'éprouve ceux qui y séjournent : « Ici, les jours se succèdent les uns aux autres avec une beauté insolente ». n

Thierry Naidu

Fabrice Vulin

47


d o main e d e

ROCHEVILAINE P

oste de gué imprenable depuis le XIIème siècle, le Domaine de Rochevilaine est situé sur une presqu’île rocheuse de plus d’un hectare, dont 300 mètres de façade maritime privée. Cet ensemble harmonieux est en quelque sorte le Conservatoire des architectures bretonnes : manoirs des XVème et XVIème siècles, maison de pêcheurs et paludiers, ancienne douane, château de granit et de verre, éléments d’un calvaire, passages en arche ouvrant sur des jardins de curé et réparties dans le « hameau » au milieu des arbres et des fleurs.  Trente huit chambres et suites avec des vues époustouflantes  sont  disséminées  dans  la  propriété.

Après la création de la « Longère des Peintres de  la  Marine  »,  quatre  chambres  magnifiques  portant  chacune  le  nom  d’un  Peintre  Officiel  de la Marine et enrichies d’une œuvre des artistes Paul Ambille, Michel Jouenne, Stéphane Ruais, Jean-Pierre le Bras, le DOMAINE de ROCHEVILAINE vient de rénover quatre Manoirs : les « Comptoirs des Indes » évoquent la fameuse compagnie homonyme, la « Closerie de la Mine d’Or » est un manoir privé au milieu d’un jardin intime et le « Manoir des Cardinaux » est un bâtiment privé du XVème siècle incrusté sur l’Océan, le « Loft des Artistes » de 90 m2 possède 10 mètres de vitrage directement sur la mer, il est décoré par des œuvres originales spécialement créées pour le Domaine de Rochevilaine par les nombreux artistes qui s'y sont succédé. Chacun de ces « logis » offre une vue spectaculaire et possède une large terrasse ou un grand balcon où il est possible de se faire servir un repas. Les nombreux salons et salles à manger sont habillés de grosses poutres aux dragons polychromes datant de 1505 et surplombent la mer. On a l’impression d’être à la fois sur terre et sur mer, hors du temps, embarqué pour un voyage au long cours au pays de l’Art de Vivre. Une très belle Galerie d’Art Contemporain attenante expose, outre des artistes connus et reconnus,  les  Peintres  Officiels  de  la  Marine.  Les superbes salles composant le restaurant panoramique  au  ras  des  flots  ont  une  vue  imprenable et ses tissus muraux apportent un confort visuel apaisant et propice à la dégustation de plats réalisés avec maestria


par le Chef Etoilé Patrice Caillault. En entrée, dans la tradition « terre et mer » : « ormeaux de l’île de Groix et pieds de veau à la crème », « royale de langoustines accompagnée d’un consommé crémeux à la coriandre » ; les « plats de toujours » nous enchantent depuis longtemps : « volaille fermière longuement pochée au bouillon riche et truffée sous la peau », « escargots de la presqu’île guérandaise servis en cocotte », la « campagne bretonne » à l'honneur avec la « noix de ris de veau piquée aux écorces de citrons confits accompagnée d’un risotto de céleri », un pur régal, comme les « poissons sauvages de proximité » : « bar de ligne, grosse sole meunière, blanc de Saint-Pierre ». Et bien évidemment le somptueux « Menu homard en trois services » qui est un incontournable à chacune de nos visites de même que les magnifiques « huîtres perles noires de la maison Cadoret ». Les "inspirations du

pâtissier" termineront ce repas sur une envolée sucrée. Pas moins de deux Chefs sommeliers, Hervé Guinoiseau et Jean-Marc Boitaud qui sauront vous surprendre par leurs choix judicieux en matière de flacons pour accompagner ces agapes. Mais le Domaine de Rochevilaine c’est aussi le premier et unique Spa Marin® « Aqua Phenicia » ainsi baptisé en souvenir des Phéniciens installés sur ce site. 1300 m2 de bien être avec des soins de haute qualité prodigués par un personnel expérimenté dont plusieurs soins exclusifs particulièrement relaxants et qui vous feront oublier votre stress : la « Table Phénicienne », désormais un incontournable du Spa, les Soins « Nomade », « Nopal », « Aquarêve », ce dernier conjuguant modelage du dos, des jambes, des pieds et du visage. La « Cure sensation + marine » est l'une des dernières créations du Spa marin elle est dispensée dans les nouvelles Spa Suites face à l'Océan, tout comme l'« Envol », nouveau soin phare consistant à soulever et balancer toutes les régions du corps à l'aide de foulards de soie procurant un effet d'apaisement et de soulagement de la tension neuro-musculaire, la sensation d'apesanteur étant décuplée grâce au lit flottant sur lequel se prodigue ce soin. Dès février 2012 un spectaculaire hammam de trois pièces différentes verra le jour.

Nous devons à Bertrand Jaquet, Maître des lieux et professionnel hors pair, ce pur moment de bonheur qu'est un séjour à Rochevilaine. Sans cesse soucieux de faire toujours mieux pour enchanter ses hôtes, il a fait de ce lieu au fil des ans une Adresse rare à la situation climatique exempte de toute pollution, une véritable bouffée d’oxygène pour votre moral et votre physique.

POINTE de PEN LAN 56190 BILLIERS

Tél. : 02 97 41 61 61 Fax : 02 97 41 44 85 www.domainerochevilaine.com rochevilaine@relaischateaux.com


n Tourné en 1966, le grand classique de Luigi Comencini L’INCOMPRIS est l’un des plus beaux films sur le monde de l’enfance. D’une efficacité rare, ce portrait de deux jeunes frères confrontés à la mort est une bouleversante tragédie de l’incompréhension et vous tirera des larmes. Le cinéaste mêle avec génie le chagrin à la joie, le poids du deuil et l’insouciance de l’enfance. On n’oubliera pas de si tôt l’interprétation d’Anthony Quayle dans le rôle du père et des deux enfants joués par Stefano Colagrande et Simone Giannozi formidables de justesse. Carlotta Films

n Comédie culte par excellence AFFREUX SALES ET MECHANTS d’Ettore Scola sortie en 1976, Prix de la Mise en scène à Cannes, appartient à l’âge d’or du cinéma italien qui a dominé le 7ème Art pendant près de 3 décennies. Impitoyable portrait du sousprolétariat romain des années 60, le film est un savoureux mélange de naturalisme et d’humour noir ravageur. Nino Manfredi est époustouflant en patriarche despotique et ce film est un tournant dans l’œuvre du cinéaste de « Nous nous sommes tant aimés », et d’« Une journée particulière » qui a pris récemment sa retraite cinématographique ne « réussissant plus à vivre le cinéma comme autrefois avec joie et légèreté ». Carlotta Films

n Une véritable pépite du cinéma italien réalisée en 1952 par Alberto Lattuada d’après la nouvelle éponyme de Gogol : LE MANTEAU. Œuvre à part dans le cinéma italien d’après guerre, ce conte social à l’humour noir dresse le portrait d’un fonctionnaire insignifiant écrasé par une bureaucratie kafkaïenne. A la fois mélodrame néoréaliste à la De Sica et satire fantasmagorique fellinienne le film est porté par l’extraordinaire Renato Rascel, émouvant personnage chaplinien. Carlotta Films

LIVRES et DVD n Auréolé de prix un peu partout à travers le monde en 2011 INCENDIES de Denis Villeneuve est une adaptation de l’admirable pièce de Wadji Moawad. Tragédie moderne sur fond de guerre civile et réflexion sur l’identité, ce voyage initiatique d’un frère et d’une sœur au Moyen Orient pour retrouver les terribles secrets de leur mère est servi par une actrice incroyable Lubna Azabal, son incarnation de la douleur et de la violence faite aux femmes rappelle les plus grandes tragédiennes de l’écran. On songe à Anna Magnani. On ressort de ce film implacable, secoué. CTV International/Happiness Distribution

n Parabole amère sur la création artistique et ses destins sacrifiés, LES CHAUSSONS ROUGES sorti en 1948 est le chef d’œuvre de Michael Powell & Emeric Pressburger qui a inspiré « Black Swan » de Darren Aronofsky. Imprégné d’une insaisissable magie, ce film est une référence pour de nombreux réalisateurs tels Scorsese, Coppola ou De Palma. Rarement le technicolor a eu une telle force dans cette œuvre entremêlant mélodrame enflammé et représentation théâtrale du monde. Carlotta Films

80


� Aux Editions NICOLAS HAUDUN, PARIS UNE CAPITALE AU-DESSUS DU VOLCAN (1910-1940) avec une sélection de 170 clichés présentée par Vincent Bouvet nous plonge du crépuscule d’une époque qui n’avait de «Belle» que le nom, à l’humiliation de l’Occupation. Néanmoins Paris demeura toujours cet extraordinaire foyer de création où l’on voyait Modigliani chahutant au bras de Picasso, Jean Marais en sauvage androgyne chez le comte de Beaumont, Malraux, Morand, Gide, Breton, Bataille, Aragon, Claudel… et puis une série de divas , tout en plumes comme Mistinguett ou gainée de dentelle comme Arletty mais aussi Coco Chanel, Suzy Solidor, Joséphine Baker… Une incomparable galerie de portraits pour beaucoup inédits.

� Préfacé par Christian-Luc Parison, rédigé par une équipe internationale de globe-trotters sous la direction d’Helen Arnold, FLAMMARION édite LES 1001 ESCAPADES QU’IL FAUT AVOIR FAITES DANS SA VIE. 1001 idées d’évasion vers plus de 100 pays. Richement illustré de photographies qui ne vous donnent qu’une envie : partir vers les plus belles destinations du monde et dans les plus formidables hôtels. Rien ne vous interdit de compléter cette liste -qui ne sera jamais exhaustive- par vos propres découvertes. Le seul souci c’est de se dire qu’il ne nous suffira pas d’une vie pour faire le tour de tous ces lieux paradisiaques.

� Marilyn Monroe n’a jamais cessé de susciter des passions que ce soit de son vivant ou après sa mort tragique et toujours inexpliquée. YB Editions avec IRRESISTIBLE MARILYN MONROE invite à une plongée dans la vie de Norma Jean Baker, ses passions et son intimité à travers une biographie fouillée signée Caroline Perreau et une iconographie excellente et abondante, certains clichés n’ayant été que très rarement vus. Une filmographie exhaustive complète ce bel ouvrage sur cette icône des icônes, beauté fatale qui a irradié le 7ème Art. Loin d’être futile et écervelée elle était fragile, exigeante et passionnée, cocktail détonant qui ne pouvait que la conduire au désastre.

� Ancien reporter de guerre Marc Charuel avec LE JOUR OU TU DOIS MOURIR chez ALBIN MICHEL nous offre un thriller spectaculaire avec un scénario implacable qui nous emmène de la France à la Thaïlande en passant par la Birmanie. Un rythme infernal, un réalisme troublant, une atmosphère lourde dans l’univers du snuff-movie qui classe d’emblée l’auteur parmi les grands de ce genre devenu au fil des années, majeur.

� Chez l’Editeur h.f .ULLMANN un ouvrage richement illustré par des photographies de mode, des affiches publicitaires, des portraits des couturiers, retraçant 150 ans d’histoire de la mode du début du XIXe à nos jours : MODE de Charlotte Seeling. Couturiers, stylistes et marques qui ont façonné le siècle se succèdent. Offrant une vue d’ensemble sur la mode synonyme de glamour, de créativité et d’une certaine conception de la vie, le livre se veut également un reflet des évolutions sociétales, historiques et culturelles d’hier à aujourd’hui. Un outil indispensable pour mieux appréhender cet univers secret.

81


DEUX SIECLES DE PERFECTION


N

OILLY PRAT est reconnu comme l’un des tout premiers vermouths français, l’un des plus raffinés et des plus précieux. L’histoire débute lorsque les tonneaux de vins étaient entreposés sur les ponts des navires à voiles au cours de longues traversées, ils étaient alors exposés aux éléments naturels tout au long des quatre saisons, l’action combinée du temps et du climat rendait la couleur du vin plus foncée et son goût plus prononcé et plus puissant. Mais au XIXe siècle, avec l’apparition des rapides navires à vapeur, les vins n’avaient plus le temps de se bonifier. En 1813 Joseph Noilly crée son premier vermouth français et c’est son fils Louis Noilly qui recréera ce processus naturel qui n’existe que chez Noilly Prat en faisant vieillir certains vins (Picpoul et Clairette en particulier) à ciel ouvert dans des tonneaux de chêne stockés dans une enceinte extérieure, l’« Enclos ». La société Noilly Prat a été constituée lorsque Louis Noilly et son gendre Claudius Prat ont uni leurs forces pour créer les Etablissements Noilly Prat & Cie en 1855. Dès les origines la Maison Noilly Prat s’est établie dans le joli petit village de pêcheurs du sud de la France, Marseillan, entouré de vignobles baignés de soleil et surplombant la Méditerranée. Outre l’« Enclos », le « Chai des Mistelles » bâti par Louis Noilly est dédié au vieillissement des Mistelles pendant douze mois, ce vin doux est un élément essentiel au procédé complexe qu’est la création du Noilly Prat. Après que les vins aient été vieillis dans l’« Enclos » ou dans le « Chai des Mistelles » ils sont alors transférés vers la « Salle des Secrets » macérant doucement pendant 3 semaines dans une composition secrète composée d’une vingtaine d’herbes et d’épices venues du monde entier. Chaque jour les vins sont remués à la main par le Maître de Chai, cette étape consacrée par la tradition est appelée le dodinage. Depuis sa création Noilly Prat a rencontré un succès international, dès 1911 par exemple le célèbre chef barman du Knickerbocker Hotel à New York Martini di Arma di Taggia déclarait que le Noilly Prat Original Dry était l’ingrédient essentiel de son « classic dry martini cocktail ». Aujourd’hui encore la qualité exceptionnelle de Noilly Prat est reconnue par les meilleurs mixologistes et experts du monde entier. Ainsi que ce soit dans les cocktails classiques ou contemporains le Noilly Prat Original Dry est LE vermouth haut de gamme par excellence. Il accompagne à merveille les huîtres et il est reconnu par de nombreux Chefs Etoilés sur la planète qui s’appuient sur ce breuvage d’exception pour ajouter un parfum complexe dans certaines de leurs recettes de poissons et de fruits de mer. �


HAPPY FEW au ROYAL DINASTY Shen Wang, directeur Groupe Eurasia

Eric Tong, Président Association Franco-Chinoise de Commerce, Alain Destrem, Président Europe-Chine Coopération, Guy Couloubrier

G

Photos : © Migail Montlouis-Félicité

rand Gala de Solidarité au profit du Secours Populaire Français organisé conjointement par l'Association Aubervilliers Plaine Commune Shanghai 2010 et le Royal Dinasty sous l'égide de l'artiste peintre Phélix Ludop qui pour l'occasion avait offert vingt de ses dessins vendus sous la houlette de Maître Guillaume le Floch.

Julien Lauprètre, Président du secours Populaire Français Catherine Paquet, Présidente Association Aubervilliers Plaine Commune Shanghai 2010, le contre ténor Fabrice di Falco

De nombreuses personnalités chinoises et françaises avaient répondu présent à cette belle soirée à la fois caritative et artistique puisque le chanteur lyrique Fabrice di Falco a enthousiasmé l'auditoire avec sa voix de contre ténor. �

Jacques Salvator, Maire d'Aubervilliers

Catherine Paquet, Phélix Ludop


HAPPY FEW 在 王朝大酒店

为了法国民间救援组织, 2010年奥拜赫维利耶 –平原公社–上海由和王朝大酒店主办了盛大晚会团结。 为了这个特别喜事, Phélix Ludop 送了20个画卷 拍卖由 Maître Guillaume le Floch。 许多中国和法国人士来到这个美好的慈善和艺术夜晚, 歌剧演唱家 Fabrice di Falco 歌剧演唱家也唱了几首。 Chérif Mohamed Lamine HAIDARA (马哈敦)


TABLES POUR HAPPY FEW

Par Guy COULOUBRIER

L'ATELIER ÉTOILE DE JOËL ROBUCHON

Publicis Drugstore 133 avenue des Champs Elysées - Paris 8ème Tél : 01 47 23 75 75 www.joel-robuchon.com

Après la Rive Gauche au 5 rue Montalembert, Joël Robuchon décline son Atelier Rive Droite à l’entresol du Drugstore Publicis dans un décor digne d’une discothèque. Son concept d’« Atelier » a entretemps conquis la planète avec un succès qui ne se dément pas, Londres, New-York, Las Vegas, Tokyo, Hong Kong. Ce sont ses deux fidèles et surdoués lieutenants qui assurent la pérennité de ce concept : Antoine Hernandez et Philippe Braun. 7 jours sur 7 (contrairement aux autres « Atelier » il est possible de réserver) ils se relaient pour vous faire découvrir les créations ou les plats fétiches de Robuchon à travers le « Menu Découverte de la saison », à la carte ou en « petites portions dégustation ». Ce fut ce soir là un festival de saveurs où le moindre produit est magnifié, porté à son pinacle : « œuf de poule mollet et friand au caviar impérial et saumon fumé », « black cod avec une mousseline de daïkon au yuzu » (de nombreux plats portent cette touche asiatique si chère à Robuchon), « girolle en royale avec un cappuccino de persil », « lotte et ses cocos de Paimpol mitonnés au chorizo iberico de bellotta », « agneau de lait de Lozère en côtelettes à la fleur de thym », et pour finir le « mikado au chocolat Orizaba, crumble friable aux graines de pavot, dôme à la pistache Pernigotti », « clafoutis aux pommes confites Royal Gala à la cannelle ». Les vins servis au verre furent de prodigieuses découvertes, devant vous un personnel jeune et attentionné, il n’ y a pas de miracle, Robuchon a tout compris, aucune place pour l’à-peu-près à aucun niveau, produit, ingrédient, service. On reste pantois devant une telle maîtrise. n

RESTAURANT LASSERRE

17 avenue Franklin Roosevelt - Paris 8ème Tél : 01 43 59 53 43 www.restaurant-lasserre.com Une institution parisienne depuis 1942 quand René Lasserre tomba amoureux de ce bistrot-hangar construit pour l’Exposition de 1937 et qui n’a eu de cesse depuis de régaler des convives du monde entier venus en pèlerinage culinaire. Après qu’un ascenseur-bijou vous eut déposé à l’étage, le grand cérémonial se met en route. Longtemps Monsieur Louis en fut le Monsieur Loyal, la figure emblématique du lieu régnant sur la scène d’un théâtre de la gastronomie avec ses ors et ses pourpres. Le temps semble n’avoir pas de prise sur Lasserre mais loin d’être figé c’est une remise en question permanente opérée par les équipes afin de toujours être au sommet. Jean-Louis Nomicos est parti pour ouvrir son propre restaurant et a été remplacé par Christophe Moret, bras droit de Ducasse qui était aux commandes du restaurant « Alain Ducasse au Plaza Athénée », le voilà désormais dans les pas du grand René Lasserre. Parmi ses créations ce soir là nous avons goûté les « cèpes de châtaignier en fine pâte craquante », les « langoustines en savoureux bouillon ginger-lime », en entrée puis un superbe « bar de ligne cuit à plat », suivi d’un « grenadin de veau de Corrèze, carottes et oignons caramélisés », avant de finir par le feu d’artifice sucré de Claire Heitzler « figues rôties, crème à l’huile d’olive, sorbet citron vert vanillé », « chocolat craquant aux framboises ». Le directeur de salle par ailleurs Meilleur Ouvrier de France Sommellerie 2011 est le charismatique Antoine Petrus qui orchestre ce ballet réglé au millimètre près et quand le fameux « toit ouvrant »laisse entrevoir le ciel de la VilleLumière on se dit que tout n’est pas perdu pour l’art de vivre à la française. n

99


HAPPY FEW • HAS BEEN • HAPPY FEW • HAS BEEN

Le cinéma américain devrait se contenter d’adapter ses héros, Superman, Batman, Spiderman… au vu du résultat navrant de ses récentes incursions dans les aventures des personnages mythiques européens. Tintin ou Les Trois Mousquetaires ont été botoxés au 3 D et ont perdu jusqu’à leur âme. Une fois n’est pas coutume, saluons en revanche le cinéma français qui, avec des sujets graves, réussit l’exploit de passionner le plus grand nombre de spectateurs damant ainsi le pion aux films anglo-saxons au box office: Polisse, The Artist, Intouchables, des œuvres totalement maîtrisées qui collent à la réalité et la sublime par l’humour, la générosité et la sensibilité. « Cry for me Argentina », tel pourrait être le nouveau mot d’ordre à Buenos Aires qui va voir son légendaire café littéraire Richmond de la rue Florida remplacé par un magasin Nike. Une insulte pour les grands auteurs du XXe siècle qui l’ont fréquenté : Saint-Exupéry y jouait au billard avec Jean Mermoz entre deux vols de l’Aéropostale, Borges y corrigeait ses textes et Graham Greene y avait ses habitudes… Espérons que cela ne donne pas des idées aux propriétaires des Deux Magots à Paris, du Café Greco de Rome, ou d’autres institutions en Europe ; il reste encore au Vieux Continent cet état d’esprit de conserver certains de ses joyaux, certes pour les exploiter jusqu’à la corde mais ils au moins le mérite d’être sauvegardés. Il faut dire que leur classement en tant que patrimoine national y est pour quelque chose sinon... L’Histoire de France assassinée ! Clovis, Saint Louis, Henri IV, François 1er n’ont plus droit de cité dans les collèges français. Relégués « en option » au profit de l’enseignement des « civilisations extra-européennes ». Le salutaire ouvrage de Dimitri Casali « Altermanuel d’histoire de France » fait froid dans le dos tant la disparition est grave pour la mémoire collective. Mais pour préparer demain il est certes préférable d’enseigner les empires du Ghana ou du Mali, la Chine des Hans ou l’Inde classique ! Après l’instruction civique abandonnée, la mort lente du latin à

l’école, le « politiquement correct » s’attaque aux grands personnages et aux arts qui ont fait notre Histoire. La décérébration est en marche, idéal pour fabriquer les ignares de demain plus faciles à tromper et à téléguider. « Cupid’s Coach », le « coach de Cupidon » fondé par Julie Ferman est une agence de rencontres d’un genre particulier, celle des esseulées « multimillionnaires » à la recherche de l’âme sœur. 5.000 dollars pour 6 mois avec rencontres à la clé, 50.000 pour une chasse à l’homme intercontinentale. Un prince charmant pour des « career women » plus du tout juvéniles et en mal d’amour. A savoir si l’étincelle amoureuse est vendue avec ! Toujours aux Etats-Unis la téléréalité exploite le filon de la chirurgie esthétique. Dans « I want a famous face » sur MTV les candidats changeaient de visage pour ressembler à leur idole jusqu’à un transexuel qui a souhaité changer de sexe et de visage pour ressembler à Jennifer Lopez. La « Chirurgy Academy » se développe. On attend son arrivée en France. Benjamin Castaldi, le présentateur attitré des affligeantes émissions de Téléréalité n’est pas prêt d’être à la retraite. La censure revient au galop. On croyait qu’en 2011 elle serait définitivement rangée au rayon de la préhistoire, que nenni. Déjà l’exposition de Larry Clark au Musée d’Art Moderne à Paris avait été interdite au moins de 18 ans mais depuis cette hérésie la liste s’allonge : le siège de Charlie Hebdo a sauté, des manifestations violentes ont eu lieu devant les théâtres programmant « Sur le concept du visage du fils de Dieu » de Roméo Castellucci ou de « Golgota picnic » de Rodrigo Garcia, ne parlons pas de la nouvelle campagne de United Colours of Benetton, habitué des publicités provocantes qui fait à nouveau scandale avec ces images faisant s’embrasser des politiques et qui a même dû retirer celle du pape embrassant un imam. La liberté d’expression, l’un des principes de la démocratie, en danger, bientôt toute œuvre d’art devra passer par un cabinet d’avocats avant d’être montrée, quelle victoire des intégristes de toute confession !

Et pour ne pas sombrer dans la sinistrose, deux livres jubilatoires « Manifeste pour l’optimisme » de Thierry Saussez chez Plon dont le slogan « Positivez ! C’est contagieux » devrait être enseigné dans les écoles et les universités et dans un autre registre « Le Fanatisme de l’Apocalypse » de Pascal Bruckner chez Grasset où le mot d’ordre « Halte au fanatisme écologique » devrait nous débarrasser de ces Khmers verts apôtres de la décroissance, ennemis du genre humain, dont le cœur a balancé entre un grand pollueur avant de s’abandonner dans des bras pas très « Joly ».

G.C.


HF 93-94