Issuu on Google+

ARCHEOLABS TL

Le Châtelard 38840 Saint-Bonnet-de-Chavagne Tel. 04 76 38 51 03 - 06 88 06 91 52 archeolabs @wanadoo.fr

Fax 04 76 64 01 60

TEST D’ANCIENNETE PAR THERMOLUMINESCENCE Référence FP-06-37-03-01-TA Description : Récipient à anses anthropomorphes, terre cuite longueur : 23 cm ; hauteur : 10 cm Culture et époque présumées : République Dominicaine, culture Taïno ( 1000 - 1500 après J.C.) Prélèvements : Deux échantillons prélevés par forage - Échantillon A : sous un des pieds - Échantillon B : dans l’assise Courbes de therm olum inescence FC-06-37-03-01 Nat A Art A Intensit_ TL (ua)

bdf A

60

Nat B Art B bdf B

160

260 Tem p_rature (°C)

360

460

Conclusion de l’analyse : Les résultats obtenus sur les deux prélèvements sont homogènes et indiquent une cuisson moderne*. Responsable de l’étude : Olivier Langevin

Saint-Bonnet-de-Chavagne, le 22/09/06

*La cuisson moderne correspondant obligatoirement à une date de dernière cuisson postérieure à 1900.

Référence FP-06-37-03-01-TA

ARCHEOLABS TL

page 1


Le laboratoire Archéolabs TL est strictement indépendant du marché de l’art, il s’interdit d’intervenir à la fois sur toute forme d’expertise stylistique et évidemment sur toute opération commerciale liée à l’achat ou à la vente d’objets d’art. Les indications de culture et d’époque présumées portées sur les rapports d’analyse par thermoluminescence sont toujours fournies sous la responsabilité du commanditaire de l’étude.

Principe de la thermoluminescence La thermoluminescence est une méthode de datation applicable sur les matériaux contenant certaines structures cristallines, en particulier le quartz, ayant subi une chauffe le plus souvent lors de leur fabrication. Cette méthode de datation est utilisable sur la poterie archéologique (céramiques, briques, tuiles etc.), les objets d’art en terre cuite, les noyaux de coulée des bronzes, mais aussi sur certaines roches chauffées dans les foyers domestiques préhistoriques, ainsi que sur les coulées de lave. A l’échelle humaine, c’est l’ensemble des époques et des cultures qui peut être étudié grâce à la thermoluminescence. Le principe physique de la datation par thermoluminescence est le suivant : • certains cristaux ont la propriété de pouvoir stocker de l’énergie dans des pièges de leur structure interne (puits de potentiel), • lors d’un chauffage du matériau, ces pièges se vident, le « chronomètre thermoluminescence » est mis à zéro, • les radioéléments naturels (contenus dans le matériau et dans l’ensemble de son milieu ambiant) sont responsables d’une irradiation naturelle. Cette irradiation a pour effet d’apporter de l’énergie et de remplir progressivement les pièges. La dose d’irradiation totale absorbée par ces pièges depuis le dernier chauffage est une image du temps : on l’appelle dose archéologique ou dose naturelle. • lors d’un chauffage contrôlé du matériau en laboratoire, l’énergie contenue dans les pièges est libérée sous forme d’une faible émission lumineuse : c’est la thermoluminescence. Divers calculs permettent de remonter alors à la dose archéologique. • la datation de la dernière cuisson est obtenue en divisant la dose archéologique (dose absorbée depuis le dernier chauffage) par la dose annuelle (dose absorbée chaque année par l’objet).

Application au monde de l’Art Une datation précise par thermoluminescence étant, pour des terres cuites sorties de leur contexte archéologique, impossible à mettre en oeuvre, seules des méthodes de datations simplifiées sont applicables au marché de l’art. Il s’agit : • du test d’ancienneté par thermoluminescence qui, en vérifiant la modernité ou non du dernier chauffage, permet de se prononcer sur l’absence d’authenticité de la terre cuite étudiée. • de l’expertise d’authenticité par thermoluminescence qui, en fournissant une datation de la dernière cuisson avec une incertitude comprise, suivant la culture considérée, entre 10 et 25% (1σ), permet de se prononcer sur l’authenticité de la terre cuité étudiée.

Archéolabs TL peut poursuivre son étude et effectuer, sur simple demande et sans prélèvement supplémentaire, une expertise d’authenticité à partir de tout test d’ancienneté.

Référence FP-06-37-03-01-TA

ARCHEOLABS TL

page 2


Détail du protocole analytique Le laboratoire Archéolabs TL utilise des protocoles expérimentaux élaborés et rigoureux directement issus des études en science archéologique. • Prélèvement : Nous préconisons au minimum deux prélèvements par pièce. La validité de l’analyse dépend de la qualité de ceux-ci. Ils doivent être effectués dans les meilleures conditions possibles (choix des zones, lumière faible, forêt à usage unique, limitation de l’échauffement lors du forage). Les résultats des analyses de thermoluminescence portent exclusivement sur ces prélèvements. L’extrapolation à l’ensemble de l’objet est possible à condition que la représentativité de ces prélèvements soit incontestable. Le choix des zones de prélèvements est délicat, un compromis doit être trouvé entre les parties les plus représentatives de l’objet (souvent les plus importantes) et le préjudice esthétique. Bien entendu, ces prélèvements sont obligatoirement réalisés par un membre du laboratoire. • Préparation chimique : Les préparations chimiques sont destinées à éliminer des prélèvements toute substance susceptible de produire des thermoluminescences parasites (combustion de matières organiques, transformation en chaux des carbonates de calcium ...). Une série d’attaques à l’acide chlorhydrique et à l’eau oxygénée suivies d’une succession de rinçages à l’eau déminéralisée, à l’alcool éthylique et à l’acétone sont obligatoires. Suivant la composition et la qualité de cuisson de la terre cuite, ces préparations peuvent durer de deux jours à plusieurs semaines. Chaque prélèvement, correctement nettoyé, est utilisé pour remplir une unique nacelle qui sera introduite dans le montage de thermoluminescence et servira à enregistrer l’ensemble des courbes de thermoluminescence nécessaires à la réalisation d’un test d’ancienneté.

Test d’ancienneté par thermoluminescence Mesure de la thermoluminescence naturelle : On enregistre, en chauffant les nacelles correspondantes, la thermoluminescence émise par chaque prélèvement. Le prélèvement n’a alors absorbé que la dose archéologique que l’on souhaite visualiser. On obtient ainsi les courbes naturelles « Nat A » et « Nat B ». Après cette chauffe qui a éliminé toute thermoluminescence, on mesure, sur les mêmes nacelles, le bruit de fond du montage (luminescence parasite due à l’effet de corps noir et aux dérives électroniques de l’appareillage). On vérifie ainsi le comportement des prélèvements étudiés et le bon fonctionnement du montage de thermoluminescence (courbes « bdf A » et « bdf B »). Mesure de la thermoluminescence artificielle : Les nacelles, dont la chauffe lors de l’enregistrement du bruit de fond a de nouveau vidé toute thermoluminescence, sont alors irradiées à l’aide d’une source de Strontium 90 calibrée. La dose d’irradiation artificielle utilisée est équivalente à une dose d’irradiation naturelle correspondante à une cuisson moderne des prélèvements. Elle est évidemment ajustée au cas par cas, selon la culture et l’époque présumées de la terre cuite étudiée. On enregistre alors la nouvelle thermoluminescence, il s’agit des courbes artificielles « Art A » et « Art B ». Comparaison des courbes de thermoluminescence : On compare ensuite les courbes de thermoluminescence provenant de l’irradiation naturelle, courbes « Nat A » et « Nat B », aux courbes de thermoluminescence provenant de l’irradiation artificielle, courbes « Art A » et « Art B ». Lorsque les courbes naturelles sont comprises entre les courbes artificielles et les bruits de fond correspondants, le dernier chauffage des prélèvements est nécessairement moderne.

La responsabilité du laboratoire porte uniquement sur l’analyse scientifique par thermoluminescence des échantillons prélevés par ses soins. Le laboratoire ne sera en aucun cas responsable de l’interprétation ou de l’utilisation de ces résultats et de leurs conséquences éventuelles

Référence FP-06-37-03-01-TA

ARCHEOLABS TL

page 3



MODERN terracotta pot from carribean people - taino