Page 1

LA GAZETTE  DE  YOSHI      SEPT-­‐OCT  2012  

Numéro 13    

La Gazette de Yoshi

Sept-Oct 2012

WWW.KARATE-­‐LEERS.FR

DANS CE  NUMERO  

De l’intérêt de sortir de chez soi…

by Fabrice  Caudron  et  Nathalie  Grenier  

S’entraîner régulièrement,   c’est   une   chose.   Accepter   de   sortir   du   confort   de   son   dojo   et   de   ses   partenaires   habituels   c’en   est   une   autre  !   S’ouvrir de nouvelles perspectives

Lorsqu’on choisit   de   pratiquer   un   art   martial   ou   un   sport   de   combat,   on   doit   aussi   faire   avec   l’offre   disponible.   Toutes   les   communes   n’accueillent   pas   de   club   d’arts   martiaux   et   rares   sont   celles   qui   en   accueillent   plusieurs.   S’il   s’agit   de   s’entraîner   deux   ou   trois   par   semaine,   en   soirée,   il   est   alors   plus   simple   de   choisir   un   club   pas   trop   éloigné   de   son   domicile…   Le   choix   est   donc   partiellement   contraint   et   si   la   discipline   pratiquée   plaît,   elle   peut   ne   pas   répondre   totalement   à   nos   envies.   Dès   lors   quoi   de   plus   normal   que   de   participer   à   des   stages   d’autres   styles,   dans   d’autres   communes,   avec   d’autres   experts,   afin   de   découvrir   de   nouvelles   techniques   et   une   nouvelle   pédagogie  ?   Sortir   de   son   club   c’est   aussi   voir   de   nouvelles   choses,   s’ouvrir   à   une   forme   pratique   qu’on   n’imaginait   peut   être  pas  au  départ.   Se tester

Après plusieurs  années  de  pratiques,  on  peut   aussi   éprouver   le   besoin   de   se   tester,   de  

vérifier que   ce   qu’on   a   appris   dans   son   style   peut   aussi   être   utile   dans   un   autre.   Les   passerelles   ne   sont   pas   aisées,   la   possibilité     de   transférer   des   techniques   dépend   largement  du  style  essayé.  Si  l’on  a  l’habitude   de   pratique   un   sport   pieds-­‐poings,   il   y   a   de   fortes   chances   pour   qu’un   stage   de   jiu-­‐jitsu   brésilien   doit   quelque   peu   déstabilisant  !   Mais  il  est  aussi  très  formateur  puisque  c’est   une   occasion   unique   de   découvrir   les   limites   de  son  propre  style.

Les Experts Montpellier

Page 2  

Rencontrer

Tous les   pratiquants   expérimentés   vous   le   diront  :   pratiquer   un   art   martial   c’est   aussi   s’ouvrir  à  de  belles  rencontres.  Un  club  n’est   pas   non   plus   un   site   de   rencontres…   mais   c’est   lors   de   stage   que   l’on   peut   avoir   la   chance   de   rencontrer   des   pratiquants   de   grande  valeur  qui  nous  aideront  à  progresser.   Vous   l’avez   compris,   nous   ne   saurions   trop   vous  conseiller  de  profiter  des  déplacements   du   club   dans   les   différents   stages   organisés   cette   saison   (gratuits   pour   la   plupart)   pour   vous  aider  dans    votre  progression  !     La  nouvelle  formule  de  la  Gazette  de  Yoshi  a  été   lancée  grâce  au  soutien  financier  du  CNDS.  

Les Experts Japonais

Page 4  

Rentrée   2012  :   le   bilan,   p2   –   Les   Experts   à…   Maubeuge,  p5  –  Le  Karaté  ce  n’est  pas  qu’au   Dojo  !,   p6   –   Technique,   p7   –   Un   peu   d’histoire,   p8   –   Et   bien   plus…


LA GAZETTE  DE  YOSHI      SEPT-­‐OCT  2012  |  Numéro  13  

2  

Rentrée 2012 : le bilan by Nathalie  Grenier  

Cette  année  encore,  la  saison  a  repris  sur  les   chapeaux  de  roue  !  Si  la  rentrée  a  eu  lieu  le  4   septembre,  l’équipe  s’est  mise  en  route  bien   avant.  Car  c’est  dès  le  mois  de  juillet  que  les   nouveaux  membres  du  Comité  Directeur  ont   été   formés   sur   les   modalités   d’inscription   et   les   obligations   légales   qu’il   nous   faut   respecter.     Premiers cours

Tous les   cours   ont   pu   commencer   avec   un   minimum  d’adhérents…  voire  même  avec  un   nombre   déjà   conséquent   de   pratiquants,   ce   qui   n’est   pas   toujours   le   cas   lorsqu’on   reprend   les   cours   en   même   temps   que   l’école  !   Dès   le   début   on   a   donc   dénombré  :   8   chez  les  enfants,  une  quinzaine  chez  les  ados,   près   de   30   chez   les   adultes,   une   bonne   dizaine  en  Body  Karaté,  8  chez  les  babies.  

Inscriptions au 30 septembre

Baby Karaté  :  13   Enfants  :  10   Ados  :  19   Adultes  :  34   Body  Karaté  :  24   Total  :  100  

     

   

“Les Experts” Montpellier by Fabrice  Caudron  

 

Les 5  Experts  de  la  FFKDA,   de  gauche  à  droite  :   -­‐  Serge  Chouraqui     -­‐  Hiroo  Mochizuki   -­‐  Jean-­‐Pierre  Lavorato   -­‐  Dominique    Valéra   -­‐  Bernard  Bilicki  

Du vendredi   31   août   au   dimanche   2   septembre   s’est   déroulé   le   5ème   stage   des   experts  de  la  Fédération  Française  de  Karaté   à   Montpellier.   C’est   la   deuxième   année   consécutive   que   le   club   envoie   un   représentant   pour   ce   qui   constitue   le   1er   grand   stage   de   la   saison,   celui   qui   lance   officiellement   l’année   sportive.   Un   représentant   Leersois   au   milieu   de   6   autres   Tai-­‐Jitsukas,   300   stagiaires   et…   aucun   autre   nordiste  !   Professeurs et Ceintures Noires

Réservé aux   professeurs   et   aux   ceintures   noires,   c’est   une   occasion   unique   de   croiser   des   karatékas   venus   de   toute   la   France   (ou  

presque), au   pôle   de   haut   niveau   de   Montpellier   (là   où   s’entraînent   nos   champions,   en   plus   de   l’INSEP),   pour   bénéficier   de   l’enseignement   des   plus   hauts   gradés   :   Dominique   Valéra   (9ème   dan   et   fondateur   du   Full   et   du   Karaté   Contact),   Jean-­‐Pierre   Lavorato   (9ème   dan   et   spécialiste   des   Katas),   Hiroo   Mochizuki   (9ème   dan,   «  Sempai  »,   c’est-­‐à-­‐dire   le   plus   ancien,   fondateur   du   Yoseikan   Budo),   Serge   Chouraqui   (9ème   dan   et   spécialiste   du   Karaté   Traditionnel)   et   Bernard   Bilicki   (8ème   dan,   responsable  du  Karaté  Jutsu  et  fondateur  du   Karaté  Défense).  


LA GAZETTE  DE  YOSHI      SEPT-­‐OCT  2012  |  Numéro  13  

3  

Un stage exigeant

Il s’agit  d’un  stage  particulièrement  exigeant   sur   le   plan   qualitatif   et   pour   l’intensité   des   entraînements  :   15   heures   de   Karaté   en   2   jours   et   demi,   dans   une   salle   de   sport   baignée   par   le   soleil   du   Languedoc…   Et   sur   les   tatamis,   on   trouve   beaucoup   de   ceintures   noires   (du   1er   au   5ème   dan)   mais   aussi   de   nombreuses  ceintures  blanches  et  rouges  (du   6ème  au  8ème  dan).  Autant  dire  que  le  travail  y   est  sérieux  !   Au programme…

La première   journée,   vendredi,   commence   avec   un   travail   de   bunkai   (application   des   katas   à   la   self-­‐défense)   proposé   par   Bernard   Bilicki.   Après   avoir   écouté   les   consignes   de   l’expert,   nous   sommes   invités   à   constituer   des   binômes…   il   y   a   dès   lors   deux   manières   d’appréhender   ce   genre   de   stage  :   ou   on   s’entraîne   avec   quelqu’un   qu’on   connaît   ou   pas   trop   costaud   ou   on   décide   que   ce   serait   dommage   d’avoir   fait   autant   de   kilomètres   pour   ne   pas   se   donner   à   fond…   la   journée   commence   donc   avec   un   entraînement   en   binôme   avec   un   professeur   de   Karaté   Contact,   ancien   pratiquant   de   kyokushinkai,   facile   à   repérer   puisque   c’est   écrit   sur   le   kimono.  Ce  sera  le  choix  pendant  les  2  jours   et   demi   de   stage  :   un   «  grand-­‐costaud  »   du   style   Shotokan   et   un   petit   gabarit   trapu   de   130   kg   du   Shito   Ryu   pour   la   suite…   avec   je   l’avoue   une   partenaire   féminine   durant   une   heure   et   demi   en   pensant   souffler   un   peu…   c’était  faire  peu   de   cas   de   la   force   de   frappe   d’une  pratiquante  de  Karaté  Contact  !   Un message pédagogique

Tout au   long   du   stage   les   experts   se   sont   succédés,   avec   chacun   un   message   à   la   fois   technique   et   moral   à   faire   passer.   Au-­‐delà   de   l’apprentissage   technique,   c’est   également   quelques  points  de  repère  que  les  professeurs   sont   venus   chercher   (et   aussi   quelques   informations   diffusées   à   cette   occasion   par   les   élus   de   la   Fédération).   Etre   confronté   à   différents   experts   et   à   différents   styles   c’est   aussi   une   manière   de   se   déstabiliser   et   de   s’obliger  à  pratiquer  de  façon  complètement   inhabituelle.   C’est   donc   troublant   et   difficile   mais  formateur.  Le  stage  n’était  évidemment   pas   tout.   Le   samedi   soir   les   organisateurs   nous  avaient  concocté  un  repas  collectif,  une   paella   typique   de   la   région,   moment   idéal   pour  découvrir  les  talents  cachés  de  nos  plus   hauts  gradés…   Me Mochizuki

C’est à   Hiroo   Mochizuki   que   revenait   l’honneur   de   conclure   le   stage   lors   d’un   dimanche   matin   où   beaucoup   d’entre   nous   auraient  probablement  préféré  rester  au  lit  à  

récupérer des   deux   précédentes   journées…   mais  une  chose  est  sûre,  tout  le  monde  a  été   heureux   de   s’être   levé   pour   transpirer   une   dernière   fois,   et   écouter   les   leçons   d’un   homme   de   75   ans   qui   fut   l’importateur   en   France   et   en   Europe   des   styles   Shotokan   et   Wado   Ruy   sur   invitation   de   Me   Henry   Plée   (alors   élève   de   Minoru   Mochizuki)   dans   les   années  1960  !    


LA GAZETTE  DE  YOSHI      SEPT-­‐OCT  2012  |  Numéro  13  

4  

La   photo   des   Experts   Japonais   de   la   Fédération   réunis   à   Paris   en   août   pour   préparer   le   stage   de   la   mi-­‐septembre.  

ACTUS DU  TAI  JITSU  

Deux nouveaux clubs de Taï

Erre et  Fretin.  Ce  sont  les  deux  villes  de  la  région  où   s’ouvre   un   nouveau   club   de   Taï-­‐Jitsu.   A   Erre   c’est   Jean-­‐Marie   Leroy,   ancien   pratiquant   à   Somain   qui   lance   des   cours   à   destination   des   enfants   et   des   adultes.   Pour   Fretin   c’est   Benoît   Defives,   ex   professeur   du   club   de   Baisieux,   et   Christian   Vasseur   (webmaster  du  site  tai-­‐jitsu.net)  qui  se  lancent  aussi   dans   l’aventure.   Avec   la   création   du   club   de   Rieulay   l’an  passé,  le  Taï-­‐Jitsu  a  le  vent  en  poupe  !  

“Les Experts” Japonais by Fabrice  Caudron  et  Xavier  Pesquet    

Référents techniques

L’an passé   une   nouvelle   Commission   Taï-­‐Jitsu   a   été   nommée   au   sein   de   la   Fédération.   Elle   est   dirigée   ème par  Pascal  Burlion.  C’est  Christian  Bisoni,  6  dan,   qui  en  assure  la  direction  technique.  Après  appel  à   candidatures,   plusieurs   référents   techniques   régionaux   ont   été   désignés.   Ce   sont   eux   que   vous   retrouvez  sur  la  photo  ci-­‐dessus.  Ils  seront  chargés   d’animer   des   stages   en   région   afin   d’assurer   une   cohérence  technique  au  sein  du  Taï-­‐Jitsu.  

QUELQUES STATS    

100

223 344

C’est le  nombre  de  pratiquants  de  Karaté  (FFKDA)  en   er France  au  1  février  2012.    

52 987  CEINTURES  NOIRES  EN  FRANCE   1er février 2012, depuis les débuts du Karaté en France (encore en activité ou non) : e

36718 1 dan // 9584 2 dan 3770 3e dan // 1629 4e dan // 842 5e dan // 322 6e dan // 86 7e dan // 29 8e dan // 7 9e dan

Les présents

Les Leersois   présents   au   Stade   Pierre   de   Coubertin   :   Julien   Pérun,   Tony   Grenier,   Frédéric   Andrys,   Régis   Vandenbosch,   Xavier   Pesquet   et   Fabrice   Caudron.   Ils   y   ont   retrouvé   Jean-­‐Pierre   Dal,   ex-­‐professeur   du   club   de   Sailly   sur   la   Lys   aujourd’hui   pratiquant   «  libre  ».   Avec   un   départ   à   6h   du   matin   et   un   retour   vers   23h,   la   journée   de   samedi  a  été  chargée…   ateliers diversifiés     Comme  d'habitude,  le  contenu  des  ateliers  a   été   particulièrement   riche  !   Cette   richesse   vient   directement   de   la   diversité   des   styles   de   Karaté   représentés  :   Shotokan,   Yoseikan,   Ueshi   Ryu,   Nanbudo,   Shito   Ruy,   Shukokai   etc.   Vous   le   savez,   parlez   «  du  »   Karaté   n’a   pas   beaucoup   de   sens   puisqu’il   en   existe   de   Des

C’est le   nombre   d’inscrits   au   club   en   cette   rentrée   2012  au  30  septembre.  

er

Samedi 15   et   dimanche   16   septembre   s'est   déroulé   le   stage   des   experts   Japonais   de   la   FFKDA   à   Paris.   Le   club   s'y   est   déplacé   en   masse   avec   6   ceintures   noires   (le   financement   est   assuré   par   le   CNDS   dans   le   cadre   de   la   formation   des   enseignants   et   techniciens  du  club,  le  coût  du  stage  étant  de   30  euros  par  personne  pour  le  week-­‐end).  

Xavier en  compagnie  de  Me   Nanbu,  9ème  dan,  créateur   de  son  propre  style,  le   Nanbudo  et  un  des   premiers  Japonais  arrivés   en  France,  connu  à  l’époque   pour  être  un  combattant   redoutable.  

nombreux   styles,   certains   sont   plus   «  doux  »,   d’autres   plus   «   durs  ».    

Julien en  compagnie  de  Me   Kawanishi,  spécialiste  de  la   casse  de  morceaux  de  bois   en  tout  genre…  et  dont  la   taille  des  pieds  témoigne   d’un  endurcissement   engagé  il  y  a  de  longues   années  !  

Samedi   matin   l’échauffement   commence   avec   un   travail   sur   les   esquives.   Pas   la   peine   de   démarrer   trop   vite,   il   faut   tenir   toute   la   journée…   Dans   la   foulée,   nous   nous   séparons   en   plusieurs   groupes   pour   pouvoir   suivre   des   ateliers  différents  :  les  clés,  les  blocages  et  les   atémis   (sur   les   points   vitaux).   Plusieurs   thématiques   seront   proposées   tout   au   long   du   week-­‐end   avec,   à   chaque   fois,   un   programme   de   travail   une   fois   revenu   en   club.   Du haut niveau… Fabrice,  en  compagnie  de   Me  Mochizuki,  plus  haut   gradé  et  Sempaï  (le  plus   “ancien”)  de  la  FFKDA.  Le   fondateur  du  Yoseikan  a  75   ans  et  se  porte  comme  un   charme…  

Les experts   présents   sont   tous   des   Japonais   (parfois   naturalisés)   présents   en   France   depuis   plusieurs   décennies,   envoyés   ici   pour   développer  leur  art.  Certains  sont  même  des   héritiers   de   familles   de   samouraïs,   d’où   une   approche   assez   particulière   de   l’art   martial,   très   éloignée   de   la   dimension   sport-­‐


LA GAZETTE  DE  YOSHI      SEPT-­‐OCT  2012  |  Numéro  13  

5  

compétition par  exemple  (pourtant  plusieurs   d’entre   eux   ont   été   des   compétiteurs   redoutables).   Trois   d’entre   eux   sont   considérés   comme   des   «  maîtres  »   (9ème   Dan)   MOCHIZUKI   Hiroo,   NAKAHASHI   Hidetoshi,   NANBU   Yoshinao   accompagnés   de:   AOSAKA   Hiroshi,   ADANIYA   Seisuke,   KAMOHARA   Tsutomu,   KAWANISHI   Eiji,   NAKATA   Kenji,   OKUBO   Hiroshi,  OMI  Naoki,  OSHIRO  Zeneï,  OTSUKA   Kazutaka,   SATO   Yuichi,   SHIMABUKURO   Yukinobu,   UEMURA   Shigeru   et   TSUKADA   Ryozo.  

Un message

Le discours   a   été   le   même   pour   tous   les   experts  :   pratiquer   un   Karaté   vivant,   plus   réaliste  que  ce  qui  a  pu  se  faire  au  cours  des   dernières  décennies  où  l’on  s’est  trop  attaché   à  la  forme,  au  détriment  de  l’efficacité.  Deux   voies   possibles  :   la   compétition   (interdiscipline   notamment)   ou   la   tradition   (avec   un   accent   sur   le   réalisme   de   la   pratique,   c’est-­‐à-­‐dire   exigeante   physiquement   et   «  intelligente  »   en   apprenant   à   viser   par   exemple   les   points   vitaux   et   en  

LES  EXPERTS  JAPONAIS   Les  experts  constituent  un  groupe  de  travail  de   haut   niveau   créé   à   l’initiative   de   Francis   Didier   (Président  de  la  FFKDA)  pour  élever  petit  à  petit   le  niveau  technique  des  pratiquants.  

“Les Experts” Maubeuge ! by Fabrice  Caudron  

Probablement  moins  sexy  que  Montpellier  ou   Paris,   Maubeuge   reste   malgré   tout   une   jolie   petite   bourgade   du   Nord,   connue   pour   son   zoo  et  ses  baraques  à  frites…   Nous   étions   deux   ceintures   noires   du   club   à   avoir   fait   le   déplacement,   Frédéric   Andrys   et   moi-­‐même,   pour   suivre   le   cours   de   Pascal   Thibaut   et   Pascal   Burlion   sur   le   thème   du   passage  de  grade  ceinture  noire,  du  1er  au  3ème   dan.   Etaient   également   présents   tous   les   professeurs   des   clubs   de   la   région   pour   une   harmonisation  des  pratiques.   Une   matinée   de   travail   avec   un   repas   en   commun   et   un   stage   sur   les   Katas   à   deux   l’après-­‐midi  (4ème  et  6ème  kata)  :  un  rythme  pas   nécessairement   très   soutenu   mais   une   recherche  technique  appliquée  !    

à…

pensant sa   pratique   sur   le   long   terme,   en   intégrant   les   questions   liées   à   la   santé  :   travailler  du  souffle  ou  de  l’énergie  «  vitale  »).   Encore   une   fois   on   repart   avec   un   programme   de   travail   extrêmement   dense…   et   qui   donne   surtout   des   perspectives   d’évolution   pour   les   années   à   venir  !


LA GAZETTE  DE  YOSHI      SEPT-­‐OCT  2012  |  Numéro  13  

6  

« Ne pas penser que le Karaté n’est qu’au Dojo » by Xavier  Pesquet  

 

Dojo nomi no Karate to omu na

 

Voici le  8ème  principe  du  Karaté  selon  Funakoshi  Gichin,  un  célèbre  maître  de  Shuri-­‐te  créateur  de  l’école  Shotokan  Karate-­‐do.   Il  est  souvent  difficile  de  se  faire  une  idée  précise  du  sens  de  ces  principes  ou  plutôt  devrais-­‐je  dire  des  sens  de  ces  principes.  Au  mieux  peut-­‐on  en  faire   une     interprétation. Nous   sommes   tous   déjà   convaincus   de   la   nécessité   de   travailler   les   arts   martiaux   en   dehors   de   nos   deux   séances   d’1h30   par   semaine.   Et   plus   ou   moins   nous   complétons   par   des   exercices   de   musculation,   d’assouplissements,   par   de   la   course   à   pied.   Nous   répétons   nos   katas,   nous   apprenons   des   katas,   parfois   nous   pratiquons   des   kihons   personnels.   Nous   nous   instruisons   par   la   lecture   d’ouvrages   spécialisés   et   par   de   longues  recherches  sur  internet. Mais  ce  8ème  principe  du  Karaté  ne  nous  emmène-­‐t-­‐il  pas  plus  loin  ? Ne  nous  conseille-­‐t-­‐il  pas  en  fait  de  mixer  les  arts   martiaux  à  notre  vie  de  tous  les  jours  ? La forme de corps est un travail de chaque instant.

Comme l’on  se  tient  droit  en  seiza  lors  du  salut  ou  de  la  mise  en  garde  “Kamaé”,  nous  aurons  cette  même  attitude  assis  sur  notre  chaise  de  bureau   afin  de  réduire  les  problèmes  de  dos  voûté.  Et,  oh  miracle,  cela  fait  aussi  travailler  le  gainage  sans  s’en  rendre  compte. Comme  l’on  descend  en  kiba-­‐dachi  le  dos  droit  pour  asséner  un  atemi  vers  le  bas,  il  est  préférable  de  faire  ce  même  geste  pour  ramasser  un  stylo  par   terre  plutôt  que  de  se  plier  en  deux  les  jambes  tendues.  Si  je  dois  déplacer  cet  objet  lourd,  pourquoi  ne  pas  placer  convenablement  mon  centre  de   gravité  sous  celui  de  l’objet  à  soulever,  comme  je  le  fais  pour  exécuter  une  projection,  ce  sera  moins  difficile  et  je  risque  moins  de  me  faire  un  tour  de   reins. Les  arts  martiaux  sont  une  école  de  bonne  santé,  les  pratiquer  hors  du  dojo  nous  amène  à  garder  un  bon  fonctionnement  de  notre  corps. L’attitude doit être travaillée au moins autant hors du dojo qu’au dojo.

En randori  nous  devons  rester  sur  le  qui  vive,  montrer  notre  détermination,  prendre  l’ascendant  psychologique  sur  notre  partenaire.  Autant  de  savoir-­‐ faire  qui  sont  utiles  au  boulot,  à  l’école,  à  la  fac  ou  simplement  dans  la  rue.  Pour  présenter  un  kata  nous  devons  nous  présenter  sûr  de  nous,  saluer   avec  courtoisie,  énoncer  distinctement  le  nom  du  kata  et  commencer  ni  trop  vite,  ni  trop  tard  en  imprimant  notre  combativité  à  nos  mouvements.   C’est  exactement  l’attitude  nécessaire  en  présence  d’une  personne  suspicieuse  ou  quand  on  veut  séduire,  impressionner  ou…  manipuler. Les  arts  martiaux  nous  enseignent  comment  avoir  une  attitude  juste,  équilibrée  et  combative  dans  la  vie  quotidienne.   La base du Tai-Jitsu est : 1-esquive, 2-atémi, 3-clé/projection.

Voilà des  principes  applicables  à  des  situations  pas  forcément  physiques  !  Une  personne  est  agressive,  si  je  fais  front  je  fais  monter  la  pression,  si  je  lui   souris   1   -­‐   esquive,   je   lui   tends   la   main   2   -­‐   atemi,   je   dis   une   chose   gentille   3   -­‐   clé/projection   ;   l’agressivité   est   redescendue   d’un   cran,   et   on   respecte   en   même   temps   l’étiquette   du   Budo   :   apprendre   à   se   battre   pour   ne   pas   avoir   à   se   battre.   Une   personne   m’insulte,   si   je   réponds   j’engage   un   bras   de   fer   hasardeux,  si  je  ne  dis  rien  et  l’ignore  je  fais  esquive/parade  simultanée,  je  viens  de  faire  sen  no  sen  sans  même  me  battre  ou  plutôt  sans  engagement   physique. Le  Tai-­‐Jitsu  que  l’on  apprend  au  dojo  a  des  vertus  facilement  transposables  au  quotidien. Et  vice  et  versa  il  est  bon  de  mettre  de  soi  dans  son  Karaté  au  dojo. D’être  plutôt  dans  l’esquive  si  l’on  est  léger,  dans  l'absorption  si  l’on  est  plus  lourd.   De  jouer  de  sa  fébrilité  si  l’on  est  une  “boule  de  nerf”  ou  de  sa  décontraction  si  au  contraire  on  est  un  peu  mou.  D’être  dur  avec  des  ripostes  en  piques   de  doigt  ou  en  ippon  ken  si  l’on  est  un  travailleur  manuel  avec  des  mains  durcies.  De  jouer  de  sa  capacité  d’analyse  et  de  sa  rapidité  de  réflexion  si  l’on   est   plutôt   doué   pour   cela. Sans   bien   sûr   oublier   d’apprendre   à   faire   ce   qui   nous   semble   opposé   à   notre   naturel. Personne   n’a   jamais   dit   que   ça   serait   simple  :) Ceci   n’est   qu’un   début   de   réflexion   sur   le   8ème   principe   du   Karaté.   Libre   à   vous   maintenant   de   vous   faire   vos   propres   idées   de   la   signification   de   :   «  ne   pas  penser  que  le  Karaté  n’est  qu’au  dojo  ».


LA GAZETTE  DE  YOSHI      SEPT-­‐OCT  2012  |  Numéro  13  

7  

ACTUS  DE  LA  FEDE  

Technique : Uke by Fabrice  Caudron  

Le terme   «  Uke  »   revient   très   fréquemment   lors   d’un   entraînement.   Il   désigne   en   premier   lieu   le   partenaire   qui   subit   la   technique.   Celui   qui  l’exécute  est  alors  appelé  «  Tori  ».  C’est  le   cas   lorsque   je   démontre   une   technique   ou   un   enchaînement,   je   suis   «  Tori  »   et   mon   partenaire   est   «  Uke  ».   Les   rôles   s’inversent   quand  je  subi  à  mon  tour  une  technique.   Le   terme   «  uke  »   est   également   utilisé   dans   d’autres   circonstances,   notamment   lorsqu’il   s’agit   de   désigner   certains   blocages.   Ainsi   Soto   Ude   Uke   correspond-­‐il   au   blocage   extérieur-­‐intérieur   quand   Uchi   Ude   Uke   désigne   le   blocage   intérieur-­‐extérieur.   Dans   cette  expression,  «  Ude  »  est  l’avant-­‐bras.   Quoi de commun entre le Uke-partenaire et le Uke-blocage ?

Une erreur  de  traduction  !  Le  terme  utilisé  est   adéquat.   Dans   les   deux   cas   les   Japonais   utilisent   bien   «  Uke  ».   Ce   qui   pose   problème   c’est   l’interprétation   de   «  Uke  »   comme   blocage.   Bien   qu’il   soit   difficile   de   traduire   au   mot   à   mot   les   idéogrammes   Japonais   (un   Kanji   relève   plus   du   concept   ou   de   la   notion   que   du   mot   comme   dans   langues   occidentales),   «  Uke  »   renvoie   plus   à   l’idée   d’absorber,  d’adhérer  qu’à  l’action  de  bloquer.   Et   c’est   ainsi   que   des   générations   de   Karatékas   se   sont   entraînés   à   exécuter   des   blocages   puissants,   violents   et   traumatisants   pour   les   articulations   (dans   les   exercices   de   Kihon  par  exemple)  au  nom  d’une  «  tradition  »   mal   interprétée   quand   cette   même   tradition   nous   invitait   simplement   à   travailler   avec   la   plus   grande   souplesse   possible   afin   de   «  sentir  »   d’adversaire-­‐partenaire.   Le   Karaté   est  devenu  essentiellement  «  Yang  »  alors  qu’il   comporte   aussi   une   forte   dimension   «  Yin  »   (ceux  qui  ne  comprennent  pas  chercheront  par   eux-­‐mêmes  !).  

Le kata   devient   dès   lors   beaucoup   plus   intéressant   à   pratiquer   car   plus   proche   de   la   réalité   et   d’une   logique   d’auto-­‐défense,   à   condition   d’être   capable   de   le   «  lire  ».   Il   devient   réellement   un   manuel   de   techniques   d’auto-­‐défense,   inventé   à   une   époque   où   l’impression   n’était   pas   aussi   répandue   qu’aujourd’hui...  Le  kata  est  un  livre  ouvert  !  Il   faut  «  juste  »  en  connaître  la  langue.  

Championnats Karaté 2012

monde

de

Ce qui  s’est  passé  avec  «  Uke  »  s’applique  aussi   à   d’autres   termes   (cherchez   du   côté   des   positions   par   exemple  :   «  zen   kutsu   dashi  »   désigne   la   fente   avant   mais   le   terme   détermine-­‐t-­‐il   pour   autant   l’écartement   des   jambes   en   largeur   et/ou   en   longueur  ?   Ou   encore,   le   «  Fudo  »   de   «  Fudo   Dashi  »   signifie   aussi   «  imperturbable  »   ou   «  indomptable  »,   comment   l’appliquer   à   la   position  ?)   et   c’est   ce   dont  rendent  compte  tous  ceux  qui  cherchent   un   peu   en   espérant   que   petit   à   petit   les   pratiques   issues   d’une   «  tradition  »   mal   interprétée   disparaissent   au   profit   de   ce   que   cette   «  tradition  »   a   de   mieux   à   nous   apporter.   Une  seule  condition  :  apprendre  à  lire.  

Du 21   au   25   novembre   2012   se   dérouleront   les   championnats   du   monde   de   Karaté,   accueillis   en   France  pour  la  première  fois  depuis…  1972  !  Autant   dire   que     l’événement   est   important,   d’autant   que   c’est  Bercy  qui  a  été  choisi  pour  être  le  théâtre  des   affrontements.   Une   belle   et   grande   salle,   remplie   plusieurs   mois   à   l’avance   pour   les   jours   de   finales.   Il   reste   donc   encore   quelques   places   pour   les   premiers   tours,   à   tarifs   préférentiels   pour   les   licenciés.   Et   pour   ceux   qui   ne   pourront   pas   faire   le   déplacement,   un   partenariat   a   été   passé   avec   les   chaines   du   groupe   France   Télévision   et   avec   Canal   Sport  pour  la  diffusion  des  épreuves.     Toutes  les  infos  sur  le  site  officiel  :  

www.karateparis2012.com

Appliquez la   théorie   lors   d’un     entrainement  :   Effectuez   votre   «  Uke  »   main   fermée,   main   ouverte,   en   percutant   l’adversaire   ou   en   cherchant   simplement   à   entrer   en   contact   «  doux  »,   sur   une   saisie   ou   sur   une   percussion,   avec   ou   sans   esquive,   avec   ou   sans   vrille   de   l’avant-­‐bras   etc.  

La compétition en chiffres 

  

Réinterpréter les katas

D’où une   interprétation   nouvelle   de   certaines   phases   de   katas  :   ce   qui   semble   être   un   blocage   (irréaliste)   est   en   réalité   un   étranglement   ou   une   clé   articulaire.   Ce   qui   est   «  dur  »   peu   devenir   plus   «  doux  »…   et   plus   efficace   et   réaliste  !   Un   Soto   Ude   Uke   s’utilisera   par   exemple   facilement   comme   une   clé   de   coude.   Le   Jodan   Age   Uke   comme   un   atémi   à   la   gorge   et   le   Uchi   Ude   Uke   comme   une  clé  de  poignet.  

du

    

21 ce   sera   la   21ème   édition   des   Championnats  du  Monde  Seniors.     40  la  durée  en  années  pendant  laquelle   les   Championnats   du   Monde   de   Karaté   n’ont   pas   été   organisés   en   France.   En   1972,  ils  avaient  déjà  lieu  à  Paris.   100  le  nombre  de  nations  représentées.     250   le   nombre   de   bénévoles   recrutés   pour  cet  événement.     1   000   le   nombre   de   compétiteurs   attendus  pour  cette  édition.   Plein  d’infos  sur  www.ffkda.fr  


LA GAZETTE  DE  YOSHI      SEPT-­‐OCT  2012  |  Numéro  13  

8  

Le Forum des Associations 2012

PROCHAINE DATE  A  RETENIR   

 

Le club   a   participé   au   7ème   forum   des     associations   de   la   ville   de   Leers   samedi   8   et   dimanche   9   septembre   2012.     Pour   l'occasion   nous   avons   proposé   deux   démonstrations  :  samedi  à  16h  et  dimanche  à   10h.  La  thématique  était  simple  :  proposer  un   cours   "condensé"   de   manière   à   expliquer   au   public   la   spécificité   de   notre   art   martial.   Samedi   nous   avons   surtout   proposé   une   explication   sur   les   bunkaï   des   Katas   et   dimanche   un   focus   sur   des   techniques   de   défense.     Merci  à  tous  les  participants  pour  votre  aide  à   l'installation   du   vendredi,   l'animation   du   week-­‐end   et   au   rangement   du   stand   le   dimanche   soir   :   Nathalie(s),   Stéphanie,   Sandrine,  David  ou  Pauline.  

UN PEU  D’HISTOIRE   Il   est   difficile   de   préserver   l’histoire   d’un   club.  Nous  avons  créé  une  page  «  Archives  »   sur   le   site   du   club   mais   les   comités   directeurs   et   les   enseignants   ont   changé   et   tout   recenser   demande   beaucoup   de   travail  !   Nous   allons   donc   vous   rappeler   ou   vous   dévoiler,   petit   à   petit,   quelques   «  secrets  ».   Les  profs  :   Il  y  a  eu  trois  profs  «  officiels  »  au  club  (c’est-­‐ à-­‐dire   déclarées   auprès   de   la   Fédération,   sans   compter   tous   ceux   qui   ont   aidé   d’une   manière   ou   d’une   autre   à   l’animation   des   cours)  :   le   premier   d’entre   eux   s’appelle   Francis   Lemaire,   c’est   aussi   le   fondateur   du   club.   Le   deuxième   est   une   femme   et   s’entraîne  encore  au  club…  à  vous  de  trouver   (solution   dans   le   prochain   numéro)  !   Le   troisième,   c’est   lui   qui   vous   fait   transpirer   aujourd’hui.  

Merci à   tous   les   pratiquants   qui   ont   participé   aux  différentes  démonstrations.  Pour  samedi  :   Arnaud,  Julien,  Frédéric,  Baptiste,  Christophe,   Emeline   et   Fabrice.   Pour   dimanche   :   Arnaud,   Nathalie,  Tony,  Xavier,  Frédéric  et  Fabrice.   En    

espérant

n’oublier

Les président(e)s  :   Vous   connaissez   Nathalie,   notre   présidente   actuelle,   mais   saviez   vous   que   deux   pratiquants   actuels   l’avaient   aussi   été   quelques  années  ?  Lesquel(les)  ?  

personne !  

   

La Gazette de Yoshi Sept-Oct 2012

Karaté Taï-­‐Jitsu  Leers   Espace  Motte  Bossut  –  Av.  de  Verdun   59115  –  Leers   www.karate-­‐leers.fr    

Dimanche 28   octobre  :   sortie   au   Parc   Astérix  

Gazette de Yoshi - sept/oct 2012  

Gazette de Yoshi - sept/oct 2012 Karaté Tai Jitsu Leers

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you