Page 1

►Cécilia Rosa : Une évidence est apparue au cours de ma 2e année d’ESC : la réalité du marché de l’emploi est bientôt là et les employeurs demandent systématiquement un anglais courant. J’ai travaillé, appris, mais je n’ai jamais pratiqué. Pourquoi l’Australie ? Cette destination est un défi : c’est un pays lointain aride et plat, la faune fait partie de la plus dangereuse au monde. Je profite de ma césure pour vivre une expérience forte et enrichissante avant de sauter dans le "tourbillon du travail " ; occasion donnée pour en profiter et revenir plus mûre sur le marché de l’emploi. La culture australienne (so friendly) est plus décontractée et détendue qu’en France. Les Australiens adorent les Français et notre accent anglais (so cute !). Les gens dialoguent, beaucoup ont le sourire. Dans les magasins on prend de tes nouvelles tout en te demandant si tu viens acheter ou juste regarder. Naturellement les Australiens apportent de l’aide, cela fait Après cinq mois à Sydney, je viens d’arriver à Brisbane (700 km de Sydney).

partie

de

leurs

habitudes.

En Australie, on peut gagner de l’argent facilement, il y a de nombreux "jobs". Notre visa Working- Holliday nous fait accéder à de nombreuses offres mais il faut se méfier car certaines ne sont pas déclarées. Les payes et les loyers sont basés sur la semaine. Traditionnellement, les pauses du midi sont de 30 min, le repas est composé de biscuits salés trempés dans la sauce (dipping). Pour les salaires, j’ai vu des offres oscillant entre 9$ par heure chez Mc Donalds et 30$ par heure pour un architecte en stage. J’ai aujourd’hui la tête pleine de paysages différents ; les Blues Mountains avec les 3 sisters, la city de Sydney et notre vie dans des backpackers (auberges de jeunesse), la vie en communauté avec différentes nationalités : américain, canadiens, écossais, allemands, suédois, argentins, mexicains, colombiens et français… Avec Benoit, nous allons faire un road trip pendant deux mois dans un van. Nous souhaitons nous immerger ; l’intérieur des terres sera l’occasion de découvrir une autre Australie différente des grandes villes.


►Yoann Genier : J’effectue ma césure en Australie après ma dernière année ESC. Mon parcours en alternance depuis le BTS du CESNI, ne m’a pas donné l’opportunité de partir à l’international ; j’en éprouve aujourd’hui le besoin. J’effectue ma césure en report de diplôme après ma troisième année : cela va me permettre de faire un stage marketing. Le but de ce séjour est évidemment d’améliorer mon anglais, mais également de m’enrichir d’un point de vue personnel, et d’en revenir grandi par les connaissances assimilées ; elles me seront utiles dans ma vie professionnelle. Mon départ en césure se situe à un moment charnière de ma vie, entre les études et la vie active ; deuxièmement je n’ai pas d’attache particulière en France; troisièmement je conserve le statut d’étudiant pour effectuer éventuellement un stage. La première chose qui m’a surpris en arrivant à Sydney – où je réside depuis deux mois – c’est le côté civilisé et respectueux des gens. Que ce soit dans les escalators où chacun respecte sa file (ceux qui se " laisse monter " à gauche et les "pressés" à droite). Dès que l’on semble perdu, dans la rue, où ailleurs, les gens viennent naturellement se proposer pour nous orienter. Au supermarché, j’ai vu une caissière quitter son poste et courir après un client dans la rue parce qu’il avait oublié son sac de course. Cette culture et cet état d’esprit sont vraiment très agréables. De plus il y règne dans les rues un sentiment de sécurité qu’on ne connait pas dans les grandes villes française. Il est également amusant de voir des surfeurs avec leurs planches dans le métro ou le bus, les gens cultivent la "cool attitude", les gens ne semblent pas stressés, ils ne sont pas nerveux et bien plus "relax" qu’en France. Dans la City - centre ville de Sydney les gens semblent moins pressés, ils n’ont pas les mêmes manières de réagir face aux stress comparativement aux Européens. Sydney présente un visage cosmopolite très marqué. J’ai rencontré de nombreuses nationalités ; dans le métro les échanges sont dans toutes les langues. Le nombre impressionnant d’étrangers transitant ou résidant à Sydney est important. Dans la maison où je réside, je suis avec deux Ecossais, un Canadien, une Américaine, un Iranien, un Mexicain, un Colombien et un Italo-argentin. Nous apprenons beaucoup les uns des autres ; connaissances qui sont et seront très importantes pour connaître le monde dans lequel on vit. Cela me permettra de mieux l’appréhender, ne serait-ce que pour faire du commerce international. Par ailleurs Sydney est sur le point de devenir la capitale mondiale des gays et lesbiennes, ce qui dénote une grande ouverture d’esprit.


L’Australie était avant la crise une place idéale pour travailler. Quiconque pouvait aisément venir et trouver un job. La crise est là, et il est actuellement plus difficile de se faire embaucher, surtout quand on n’est pas bilingue. Cependant, il y a toujours du travail dans le pays, l’exploitation du territoire, de par sa taille et ses richesses naturelles nécessitent sans cesse une main d’œuvre importante. L’Australien est plus flexible sur les horaires qu’en France ;Quand on fait de l’intérim toute demi-journée entamée et payée comme complète, quelque soit l’heure de fin. Certains commerçants n’hésitent par ailleurs pas, quand il fait beau, à fermer boutique pour aller surfer ou profiter de la plage. Un mot est laissé sur la porte stipulant qu’il est parti profiter du soleil. Certains employés aménagent leurs horaires pour finir plus tôt et pouvoir profiter de la houle et des vagues. Pour l’embauche, les gens sont moins regardants sur l’apparence, il est ainsi amusant de voir les différents looks des chauffeurs de bus, chemise ouverte avec des gants de cuir, barbu et tatoué de partout, ou bien encore un chinois ou un libanais. on sent une grande liberté et un respect de l’identité de chacun. L’Australie est une société démocratique multiculturelle dotée d’une économie forte et compétitive. Avec 21 millions d’habitants elle est la plus grande île et le sixième pays au monde. Certains chercheurs affirment que l’Australie était habitée il y a 60 000 ans. L’histoire contemporaine de l’Australie est courte, ne datant que du 26 Janvier 1788, date de conquête par la Grande Bretagne. L’Australie détient 10% de la biodiversité mondiale et possède de nombreuses espèces animales ne vivant qu’ici. Le pays tente au mieux de protéger ses richesses. Que ce soit par le biais associatif, ou part la création de parcs, de lois, de restrictions douanières, la protection de l’environnement est comme une cause nationale pour les Australiens. Pour preuve, la fondation qui reçoit le plus de dons par an est celle visant à entretenir et protéger les 700 plages du pays.

L’Australie est la 14ème plus grande économie mondiale et c’est le 9ème pays le plus industrialisé. Pour conclure, je dirais que l’Australie est un pays à découvrir, que ce soit pour y faire du business, des études où passer ses vacances…

► Jonathan Guillou Mon départ pour l’Australie est un rêve qui se réalise enfin. Cette île mystérieuse m’attire depuis un long moment. J’inscris donc ce voyage entre aventure, découverte, enseignement et dépaysement. La culture Australienne est différente de notre culture Française. L’Australie reste un pays jeune et marqué par un mélange de culture,


aussi bien américaine par son nombre impressionnant de Fast food qu’anglaise avec leurs sens de circulation. Ce qui me marque le plus c’est la gentillesse et le respect d’autrui que l’on ressent partout ou l’on se trouve. Par exemple les gens sont bien plus volontaires qu’en France à laisser leur place dans le bus pour les personnes âgées. Le culte du corps prend une place très importante dans la vie des australiens. Il y a des zones de musculation sur les plages tel Bondi beach (Lieu de tournage de Hartley cœur a vif) ou Coogee beach. Evidement le surf est le sport national on y retrouve donc tous types de personnes à l’eau du " grommies " (enfant) au " sixties " avec leur longboard. Ce mélange de génération créer une ambiance très conviviale sur les plages malgré les « sharks alarm » qui retentissent régulièrement mais qui n’ont pas l’air d’effraye les " Aussies " plus que ca. Actuellement je vis sur Sydney, le rythme de vie est très banal (métro, boulot, dodo). La population chinoise est très développée en Australie donc beaucoup de restaurant, magasin sont tenue par des chinois. Petit conseil : le vouvoiement n’existe presque pas en Australie !

►Benoit Desbourdes : Après mon apprentissage comme assistant chef de projet en 3e année à ADREA Mutuelle Pays de Savoie, j’ai décidé de partir en Australie pour améliorer mon anglais. Je souhaitais également découvrir une autre culture, une autre façon de travailler afin d’enrichir mon expérience professionnelle et personnelle. Ce départ me permet aussi de me retrouver dans des situations parfois inattendues et de faire face à l’imprévu. Enfin, dans le cadre de ma scolarité à l’ESC Chambéry j’ai une période de six mois à réaliser à l’étranger et je dois obtenir le score de 750 points au TOIEC (examen international de langue). La culture Australienne Les Australiens sont très "Friendly" ; dès le premier jour cette différence entre la France et le pays "Down Under" saute aux yeux. Il suffit de sortir une carte de la ville et de chercher son chemin pour qu’une personne s’arrête pour vous guider. Tu peux encore demander à une personne dans la rue où se trouve un lieu, si celle-ci ne le sait pas elle fera tout son possible pour t’aider. Dans les escalators, tout le monde se positionne à gauche pour laisser les personnes voulant aller plus vite doubler pas la droite. Aux stations de bus les personnes attendent en file indienne, ce qui change de nos troupeaux à la française. Les Australiens ont le sens du commerce et arborent toujours un sourire de circonstances. Les Australiens dînent vers 18h00 et aiment se retrouver autour d’un barbecue public près d’une plage ou d’un parc. Le week-end, il n’est pas rare de voir des rassemblements familiaux dans les parcs où tous se retrouvent autour d’un pique-nique à partager un verre. Les Australiens font confiance aux personnes, c’est un pays très sûr. En effet, il y a des caméras partout dans les rues, tu peux rentrer avec tes sacs de courses dans les magasins sans aucun problème.


La recherche de travail en Australie se fait essentiellement par candidature spontanée. Il suffit de se présenter et de demander si le manager recherche un employé ; le cas échéant, tu passes un entretien et tu peux commencer dans la foulée une période d’essai qui est souvent d’une journée non rémunérée. Ensuite, il y a beaucoup d’emplois qui sont en ‘’cache money’’ c'est-à-dire sans contrat (ce qui est formellement interdit, mais pratiqué), ce qui suppose que l’employé n’a aucune sécurité et peut être viré du jour au lendemain sans préavis. Enfin pour mon cas, je teste le management participatif. Avant de commencer le travail le manager dit comment il souhaite procéder pour la journée et tu as la possibilité de donner ton avis sur la méthode proposée. En fin de journée, il y a un débriefing de la journée où chacun peut donner son avis afin d’optimiser le lendemain. L’Australie… Pays loin de tout et qui n’intéresse personne (ce qui commence à changer). En effet, qui connaît le nom du premier ministre Australien ? Qui sait pourquoi il y a 6 étoiles sur le drapeau ? Beaucoup de personnes se trompent quand il s’agit de donner le nom de la capitale australienne. L’Australie… jamais à la Une des journaux TV ; il n’y a pas de putsch politique, de guerre, de problème de religion, très peu de violence (Tu peux laisser une fille seule dans la rue à 2 heures du matin elle ne craint rien du tout) L’Australie un pays qui arrive même à se faire oublier !!! Et pourtant cette terre recèle plus d’un trésor avec un sol riche en matières premières (où il est encore possible de trouver de l’or), une terre qui n’a pas encore été complètement découverte et qui offre aussi la possibilité de découvrir de nouvelles espèces (faune et flore). L’Australie… Un pays où il n’y a pas de gastronomie particulière, cependant on constate un fort impact de la gastronomie asiatique (Noodles, Sushi…) et des spécialités qui ressortent comme le kangourou, l’émeu (herbivore des steppes ressemblant à l’autruche), le crocodile et les barbecues.

Savoyards dans le Monde Australie  

sdm, australie

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you