Page 1

Qui veut payer des millions? Perspectives économiques et financières

13 septembre 2012 © 2012 Banque SYZ & CO SA


I. Le groupe SYZ & CO

Neuch창tel, Page 2


SYZ & CO en résumé

SYZ & CO est un groupe bancaire suisse spécialisé dans la gestion de fortune

SYZ & CO se concentre sur le but premier de son métier : la performance de gestion

Faits & chiffres-clés

 Fondé en 1996 par Eric Syz, Alfredo Piacentini et Paolo Luban  Actifs en gestion : CHF 25 mias  Personnel : 450 collaborateurs

Neuchâtel, Page 3


SYZ & CO dans le monde

Neuch창tel, Page 4


II. Perspectives économiques et de marché Fabrizio Quirighetti Chef économiste

Neuchâtel, Page 5


Contexte économique (1/2)

Une croissance globale médiocre

 Environ 3.0% en 2012 (inférieure à 2011) et pas mieux en 2013…  Récession en Europe  Risques à la baisse importants (asymétrie)

Economies développées : une croissance cahin-caha (“muddling through”)

 Reprise en forme de racine carrée: pas d’excès de stocks, d’investissements ou

d’emplois limite le risque d’un sévère ajustement à la baisse de la production en l’absence d’un choc exogène. La poursuite du désendettement bride la croissance

 Cocktail toxique à base de faible croissance, d’endettement massif, de politiques

monétaire et fiscale à court de munitions et d’un déficit croissant de crédibilité des institutions. D'où viendra la reprise si jamais on rentre en récession?

 Dans l’ensemble, les risques à la baisse excèdent le potentiel de hausse…  Les incertitudes sur la zone euro agissent comme un boulet

Neuchâtel, Page 6


Contexte économique (2/2)

Marchés émergents : atterrissage en douceur

 Le ralentissement de l’inflation leur redonne des marges de manœuvre au niveau des politiques économiques pour faire éventuellement face à un trop fort tassement de la croissance

 Le risque principal, ce sont… les pays développés et la remontée des matières

premières. La crise du crédit en Europe pourrait pousser l'économie mondiale dans une dépression généralisée, tandis que les coûts liés à l’alimentation et à l’énergie sont des sujets sensibles pour les économies émergentes.

 Dans un contexte fragile et incertain, les faiblesses structurelles/cycliques

deviennent plus visibles et évidentes (marché immobilier chinois, dérapage de l’inflation en Inde, endettement des ménages au Brésil)

Risque de déflation actuellement supérieur à celui d’inflation

 Un scénario à la japonaise, certainement moins sévère et moins long, reste plausible  L’inflation reste une possibilité mais seulement lorsqu'on commencera à voir le bout du tunnel

Neuchâtel, Page 7


Économie mondiale Cahin-caha G4 + Suisse

BRIC

70

70

65

65

60

60

55

55

50

50

45

45

40

40

Plus caha que cahin actuellement…

35 30

35 30

25 2006 US

2007

2008

EMU

Neuchâtel, Page 8

JAP

2009 UK

2010 SWI

2011

2012

Source: SYZ A sset M anagement

25 2006 BRA

2007 CHI

2008 RUS

2009

2010 IND

2011

2012

So urce: SYZ A sset M anagement


Économie mondiale 2012: année du triple R… Récession en Europe, Résistance aux US et Ralentissement en Chine

Croissance du PIB (prix constants)

Prévisions FMI World Economic Outlook juillet 2012 2010 2011 2012 (p) 2013 (p) PIB mondial

5.3

3.9

3.5

3.9

Economies développées Etats-Unis Zone euro Royaume-Uni Suisse Japon

3.2 3.0 1.9 2.1 2.7 4.4

1.6 1.7 1.4 0.7 1.9 -0.7

1.4 2.0 -0.3 0.2 0.8 2.4

1.9 2.3 0.7 1.4 1.7 1.5

Economies émergentes Chine Inde Russie Brésil

7.5 10.4 10.8 4.3 7.5

6.2 9.2 7.1 4.3 2.7

5.6 8.0 6.1 4.0 2.5

5.9 8.5 6.5 3.9 4.6

Commerce mondial

12.9

5.8

3.8

5.1

10 8 6 4 2 0 -2 -4 1990

Encore trop optimiste selon nous

1995

World Emerging & dev. eco. Dec 2011

Neuchâtel, Page 9

2000

2005

Advanced economies Switzerland

2010 So urce: IM F


Etats-Unis Les mauvaises habitudes sont tenaces La bonne tenue du consommateur américain ces derniers mois est due en grande partie à… 5 / 9 /1 2 la baisse du taux d’épargne, à un rebond du crédit à la consommation et à la baisse du prix de l’énergie 3 0 0 0

C o n s . c re d i t (e x c l m

o rtg a g e )

2 2

R a tio

c re d i t/i n c o m

e

0

2

2 5 0 0 2 0

4 2 0 0 0 1 8

6

1 5 0 0 8

1 6 1 0 0 0

1 0 1 4

5 0 0

1 2

0 7 0 7 5 8 0 8 5 9 0 C o n s u m e r c r e d i t o u t s ta n d i n g

1 2 9 5

0 0

0 5

1 4

7 0 7 5 8 0 8 5 9 0 9 5 0 0 0 5 1 0 S a v i n g r a t e ( % d i s p i n c o m e ) , 3 M M a v ( R .H . S C A L E ) R a ti o c o n s . c r e d i t o u ts t a n d i n g / p e r s . i n c o m e

S o u r c e : T h o m s o n R e u te r s D a ta s tr e a m

Neuchâtel, Page 10


Etats-Unis En perte de vitesse avant d’affronter la « falaise fiscale » 5 / 9 /1 2

La croissance des investissements productifs et du secteur industriel s’essouffle 3 0

L o n g

te rm

vie w

(Y /Y %

c h g e )

2 0

1 0

S in c e

2 0 0 7

(Q /Q % )

5

1 0 0 0 -5 -1 0 -1 0 -2 0

-3 0

-4 0 9 4 9 5 9 6 9 7 9 8 9 9 0 0 0 1 0 2 0 3 0 4 0 5 0 6 0 7 0 8 0 9 1 0 1 1 In v e s t m e n t i n e q u i p & s o ft ( Y / Y % ) C a p i ta l g o o d s o r d e r s ( 3 M A ,1 Y % )

-1 5

-2 0 0 7 0 8 0 9 1 0 1 1 In v e s t i n e q u i p & s o f t ( 1 Q % ) C a p i ta l g o o d s o r d e r s ( 3 M A ,1 Q % )

S o u r c e : T h o m s o n R e u te r s D a ta s tr e a m

Neuchâtel, Page 11


Etats-Unis Une bombe à retardement… Un brutal resserrement budgétaire et fiscal aux Etats-Unis après les élections présidentielles pèserait lourdement sur les perspectives de croissance américaine 5 /9 /1 2 90

4

Aucune économie/pays n’est vraiment à l’abri d’une spirale infernale liée à un endettement excessif

Nos économies sont dorénavant matures et endettées: faible croissance potentielle du PIB… surtout après une grave crise financière

Le vieillissement démographique est un défi structurel majeur: nos capacités à épargner se réduisent tandis que les dépenses liées à la santé et aux retraites explosent…

Le long et difficile chemin d’une consolidation fiscale pourrait ne servir à rien... si ses gains se retrouvent «absorbés» par une croissance économique anémique

2 80

0

70 -2

60

-4

-6 50

-8 40 -1 0

US debt and deficit as % GDP 30

-1 2

80 82 84 86 88 90 92 U S G r o s s P u b li c D e b t a s % G D P U S fis c a l d e fic i t/s u r p lu s a s % G D P ( R .H .S C A L E )

94

96

98

00

02

04

06

08

10

S o u r c e : T h o m s o n R e u te r s D a ta s tr e a m

Neuchâtel, Page 12


Etats-Unis … Et un joker! Et si l’immobilier américain renaissait de ses gravats? 5 /9 /1 2 2400

Mises en chantier, demandes de permis de construire et5 /9 /1 2 stock de nouvelles maisons

550

2000

500

1800

450

1600

400

1400

350

1200

300

1000

250

800

200

600

150

400

100 86

88

90

92

94

96

98

00

02

04

06

08

10

B u i ld in g P e r m its A v a il a b le fo r s a le s ( e n d p e r i o d ) ( R .H .S C A L E )

Neuchâtel, Page 13

4000

35

3500

600

2200

80 82 84 H o u s i n g u n i ts s ta r te d

40

S o u r c e : T h o m s o n R e u te r s D a ta s tr e a m

Indice de confiance des constructeurs et performance boursière du secteur 30

3000

25

2500

20

2000

15

1500

10

1000

5 2007 2008 N A H B h o u s in g m a r k e t in d e x S & P H o m e b u ild e r s ( R .H .S C A L E )

500 2009

2010

2011

2012

S o u r c e : T h o m s o n R e u te r s D a ta s tr e a m


Etats-Unis Pas assez mauvais pour justifier un QE3? Création d’emplois, taux de chômage et demandes d’indemnisation chômage 6 /7 /1 2 800

Création d’emplois dans le secteur privé selon la taille d’entreprise 6 /7 /1 2 11

400

Le moteur c’est les PME et donc l’économie domestique! 10 600 200

400

8 0

200 6 -2 0 0

0

-2 0 0

4

-4 0 0

-4 0 0 2

-6 0 0

-6 0 0

-8 0 0

0

2003 2004 2005 P a y r o lls c h g e ( 2 M M A ) U n e m p lo y m e n t r a te ( R .H .S C A L E ) J o b le s s c la im s

Neuchâtel, Page 14

2006

2007

2008

2009

2010

2011

S o u r c e : T h o m s o n R e u te r s D a ta s tr e a m

-8 0 0 2003 2004 A D P L a r g e c o m p a n ie s M e d iu m S m a ll

2005

2006

2007

2008

2009

2010

2011

S o u r c e : T h o m s o n R e u te r s D a ta s tr e a m


Économies développées Malheureusement, le chômage ne se résorbe pas tout seul… Evolution du taux de chômage en zone euro, aux Etats-Unis et au Royaume-Uni

En comparaison internationale, la Suisse tire son épingle du jeu U n e m p lo y m e n t r a te (% ) 12

12

Fiscal austerity vs. Fiscal profligacy

11

11

10

10

9 9

8

8

7

6

7

5 6

4 5

3 4

2

1

3 00 01 E U R O A R E A U N IT E D S T A T E S

02

03

U N IT E D K IN G D O M

Neuchâtel, Page 15

04

05

06

07

08

09

10

11

12

S o u rc e : T h o m s o n R e u te rs D a ta s tre a m

95 C A N A D A U S S U IS S E JA P O N

96

97

98

99

00

01

02

03

04 05 06 07 08 09 10 11 12 A U S T R A LIE Z O NE E U R O U K N O R V E G ES o u r c e : T h o m s o n R e u t e r s D a t a s t r e a m


Zone euro Récession ou récession? Indice du sentiment économique, ventes de détail et PIB (variation annuelle)

PMI composite zone euro 120

65

6

60

4

110

55 2 100

50

0

45 90

40 -2 80

35

-4

30

70

25 2006 EMU

65

2007 GER

2008 FRA

Neuchâtel, Page 16

2009

2010

ITA

SPA

2011

2012

So urce: B lo o mberg, SYZ A M

96 E CO NO M R E T A IL S E URO A R

-6 97 98 99 00 01 02 03 IC S E N T IM E N T IN D E X A L E S - 3 M M A Y o Y % (R .H .S C A L E ) E A - G D P Y oY % (R .H .S C A LE )

04

05

06

07

08

09

10

11

12

S o u rc e : T h o m s o n R e u te rs D a ta s tre a m


Zone euro Des perspectives peu enthousiasmantes donc… Prévisions de PIB (variation annuelle) de la Commission Européenne

GRE

IRE

2

BEL 1

GRE

POR SPA

ITA

NET

Prévisions de déficit budgétaire (% du PIB) de la Commission Européenne

FRA

GER FIN

AUT

0 -1 -2

0

-3 -1

-4 -5

-2

-6 -3

-7 -4

-8

-5

-9

2012 2013

2012 2013

Neuchâtel, Page 17

IRE

SPA NET FRA

BEL POR AUT

ITA

GER

FIN


Zone euro

La zone euro, un ensemble hétérogène mais complémentaire menacé par le manque d’intégration budgétaire PIB en niveau (base 100 : 1° trimestre 2000) 152

Balance des paiements courants allemande et des pays d’Europe périphérique

0 0 0 'S 60

150

40 140

20

130

0

-20

120

-40 110

-60

100 98 00

01

02

03

04

G E R F RA IT A S P A

05

06

07

08

09

10

11

12

P O R IR E G RE S o u rc e : T h o m s o n R e u te rs D a ta s tre a m

Neuchâtel, Page 18

-80 00 01 02 03 G E R IT A + S P A + G R E + P O R + IR E

04

05

06

07

08

09

10

11

S o u rc e : T h o m s o n R e u te rs D a ta s tre a m


Zone euro Encore plus d’action avec Super Mario… La BCE attache une grande importance à la création de crédit. A tel point d’avoir causé ses deux dernières erreurs de politiques monétaires!

La plus grande partie des injections de liquidités de ces derniers mois sont retournées… dans les coffres de la BCE! La transmission de la politique monétaire était cassé

11

6

3500

10 4

9

3000

2500

8 2 7

2000

6 0

1500

5

1000

4 -2 3

500 2

-4

0 2007

1

0

-6

99 00 01 02 03 04 E M U - C r e d it t o e u r o a r e a r e s id e n t s Y o Y % E M U - G D P Y o Y % (R .H .S C A L E )

05

06

07

08

09

10

11

12

S o u rc e : T h o m s o n R e u te rs D a ta s tre a m

Neuchâtel, Page 19

2008

2009

2010

Deposit facility (EUR bn) ECB balance sheet size (EUR bn) Balance sheet (net of Dep. Facility and CA)

2011

2012

So urce: Bloomberg, ECB , SYZ AM


Zone euro …Et son “conditional” bazooka Bilan des banques centrales en % du PIB

Rendement des obligations gouvernementales à 2 ans 80%

8

2-year governm ent rates

7

70%

6

60%

5

50%

4 40%

3 30%

2 20%

1

10%

0 -1 2010 GER

2011 FRA

ITA

Neuchâtel, Page 20

SPA

0% 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012

2012 So urce: Blo omberg

FED

ECB

BoE

BoJ

SNB

Source: Fed, ECB, BoE, BoJ, SNB, Datastream, Bloomberg


Zone euro La Roue de la Fortune tourne… L’Allemagne était encore il y a peu «the sick man of Europe » Indice du sentiment économique

Taux de chômage (%) 30

120

25

110

20 100

15 90

10 80

5 70

65

0

00 G E R M A N Y F R A N C E

01

02

03

IT A LY

Neuchâtel, Page 21

04

05

06

07 08 S P A IN P O R T U G A L G R E E C E

09

10

11

12

S o u rc e : T h o m s o n R e u te rs D a ta s tre a m

00 G E R M A N Y F R A N C E IT A LY S P A IN

01

02

03

04

05

06

07 08 09 10 11 12 P O R T U G A L IR E LA N D G R E E C E S o u rc e : T h o m s o n R e u te rs D a ta s tre a m


Suisse Force du franc suisse et exportations: Même pas (trop) mal! Par contre, le ralentissement global est plus inquiétant PIB (YoY %) et indice PMI manufacturier

Exportations et importations (CHF milliards, prix constants)

0 0 0 'S

1 0 /9 /1 2

75

70

65

60

55

50

45

40

35

30

25 93 E x p o r ts Im p o r ts

94

95

96

97

98

99

00

01

02

03

04

05

06

07

08

09

10

11

S o u r c e : T h o m s o n R e u te r s D a ta s tr e a m

Neuchâtel, Page 22


Marchés émergents Mo de rato , w hat e ls e ? Chine: PIB (var. annuelle %) et PMI mfg (3M MAV)

Neuchâtel, Page 23

PIB (var. annuelle %) au Brésil, en Inde, Russie et Chine


Marchés émergents Ne w C hina v s . O ld C hina Exportations, importations (var. annuelle) et balance commerciale chinoise

Ventes de détail dans les BRIC (variation annuelle) 5 /9 /1 2 20

5 /9 /1 2 80

1000

60

15

800 40 10

20

600

5 0 0

400 -2 0

-5 -4 0

-1 0

200

-6 0 0

-1 5

-8 0

2005 2006 2007 B r a z il r e ta il s a le s ( v o lu m e , Y /Y % ) R u s s ia r e ta il s a le s ( v o lu m e , Y /Y % ) In d ia c o n s u m e r s p e n d in g ( v o l, Y /Y % )

Neuchâtel, Page 24

2008

2009 2010 2011 C h in a r e ta il s a le s ( v o lu m e , Y /Y % )

2012

S o u r c e : T h o m s o n R e u te r s D a ta s tr e a m

98 99 00 E x p o r ts ( 3 M m a Y /Y % ) Im p o r ts ( 3 M m a Y /Y % )

-5 0 01

02

V is ib le tr a d e b a la n c e ( 3 M m a ) ( R .H .S C A L E )

03

04

05

06

07

08

09

10

11

12

S o u r c e : T h o m s o n R e u te r s D a ta s tr e a m


III. Allocation d’actifs Actions, obligations, taux de change et matières premières

Neuchâtel, Page 25


Allocation d’actifs S’adapter aux nouveaux fondamentaux 

Une vision à “court terme”  Les cycles haussiers sont de plus en plus courts et les phases baissières sont de plus en plus brutales

Les facteurs exogènes exercent de plus en plus d’influence sur les marchés  Décisions politiques  Banques centrales

Recherche désespérée de rendement et de diversification  Répression financière: le rendement du cash/obligations est inférieur à l’inflation  Rendement (ou «portage») insuffisant pour absorber le moindre choc négatif dans les portefeuilles  Difficultés croissantes à trouver des investissements décorrelés à court-moyen terme: ils évoluent tous selon l’appétence pour le risque

Neuchâtel, Page 26


Allocation d‘actifs Le drame des taux bas: Ça eut payé... Rendement implicite d’un portefeuille balancé en USD depuis 1987

Taux directeurs de la Fed (proxy du rendement du cash USD) et inflation américaine

3 /9 /1 2

3 /9 /1 2

7

18

5% Cash + 40% Govt Bonds + 10% Corporate Bonds + 45% Equities

6

16

14

12 5 10

4

8

6 3 4

2 2 0

1

-2

87 89 91 93 95 97 99 01 03 5 % F e d F u n d R a te + 1 0 % c o r p o r a te b o n d y ie l d + 4 0 % g o v t b o n d s + 4 5 % e q u ity In fla tio n U S ( m o y e n n e s u r 2 a n s )

05

07

09

11

S o u r c e : T h o m s o n R e u te r s D a ta s tr e a m

Neuchâtel, Page 27

1955 1960 U S in fl a tio n F e d F u n d s R a te

1965

1970

1975

1980

1985

1990

1995

2000

2005

S o u r c e : T h o m s o n R e u te r s D a ta s tr e a m


Allocation d‘actifs Oubliez la courbe de Gauss! Jun 1987 – Dec 1999 18%

Jan 2000 – Jun 2012

Distribution des performances sur 12 mois du Dax30 (données mensuelles)

16% 14% 12% 10%

20%

Min Max Avg Std. Dev. Q1 Q3 Median

18% 16% 14% 12% 10%

8%

8%

6%

6% 4%

4%

2%

2%

0% [-50; [-40; [-30; [-20; [-10; [0; [+10; [+20; [+30; [+40; [+50; -40[ -30[ -20[ -10[ 0[ +10[ +20[ +30[ +40[ +50[ +60[

0% [-50; [-40; [-30; [-20; [-10; [0; [+10; [+20; [+30; [+40; [+50; -40[ -30[ -20[ -10[ 0[ +10[ +20[ +30[ +40[ +50[ +60[ 10%

12%

Min Max Avg Std. Dev. Q1 Q3 Median

9% 8% 7% 6% 5%

-30.2 76.7 13.3 21.6 -2.9 28.6 13.3

10%

8%

6%

4% 4%

3% 2%

2%

1%

[ [- 10 [ 1 0 ; -5 [ [5 ; [0 0[ [+ ; + 5[ 5 [+ ; + 10 10 [ [+ ; + 15 15 [ [+ ; + 20 20 [ ; [+ + 25 25 [ ; [+ + 30 30 [ [+ ; + 35 35 [ [+ ; + 40 40 [ [+ ; + 45 45 [ ; [+ + 50 50 [ ; [+ + 55 55 [ ; + 6 0 [

[

5 -1

;

[1

5

[

0 -2

;

;

[2

0

[

5 -2

;

[2

5

[

0 -3 [3

0

[

5 ; 5

[3

0

;

-3

0

5

-4

-4 ;

; 5

[4

0

[4

[5

0 ; [4 45 5 [ [- ; -4 4 0 0[ ; [3 35 5 [ ; [3 30 0 [ [- ; -2 2 5 5[ [- ; -2 2 0 0[ ; [1 15 5 [ ; [- -10 1 0 [ ; [- 5[ 5 ; [0 0[ [+ ; + 5 5 [+ ; + [ 10 10 [+ ; + [ 15 15 [+ ; + [ 20 20 [+ ; + [ 25 25 [+ ; + [ 30 30 [+ ; + [ 35 35 [+ ; + [ 40 40 [+ ; + [ 45 45 [+ ; + [ 50 50 [+ ; + [ 55 55 [ ; + 6 0 [

[5

Neuchâtel, Page 28

[

0%

0%

-54.6 61.5 5.3 27.1 -16.1 26.5 11.4


-0.5%

-1.0%

-1.5%

-2.0%

-2.5%

-3.0%

Neuchâtel, Page 29 mai.12

janv.12

sept.11

mai.11

janv.11

sept.10

mai.10

janv.10

sept.09

mai.09

janv.09

sept.08

mai.08

janv.08

sept.07

mai.07

janv.07

sept.06

mai.06

janv.06

sept.05

mai.05

janv.05

1.5%

0%

1.0%

-2%

0.5%

-4%

0.0%

-6%

-10%

-8%

-12%

-14%

-16%

-18%

mai.07

mai.12

janv.12

sept.11

mai.11

janv.11

sept.10

mai.10

janv.10

sept.09

mai.09

janv.09

sept.08

mai.08

janv.08

sept.07

2% janv.07

2.0%

mai.06

4%

sept.06

6%

2.5%

janv.06

3.0%

mai.05

8%

sept.05

10%

janv.05

JPM EMU GOVERNMENT ALL MATS. (E) - TOT RETURN IND

mai.04

Performances mensuelles du marché obligataire

sept.04

4.5%

janv.04

3.5%

sept.04

4.0%

mai.04

janv.04

Allocation d‘actifs Il y a un avant et après 2008

Performances mensuelles du marché actions

12% MSCI WORLD - Price Index


Allocation d‘actifs Grille pour un portefeuille balancé –risque moyen- en CHF Reference Currency

Risk Profile

CHF

Medium

Cash

EUR GBP CHF SEK USD JPY Emerging Other TOTAL Min Allocation Max Allocation

Neuchâtel, Page 30

10%

Equities

Bonds

Gold

Currency Hedging

Monetary Exposure

ST

LT

Total

3%

7%

10%

10%

-12%

8%

25%

0%

25%

3%

42%

80%

0% 2%

12%

Alt. Inv.

28%

7%

35%

12% 4% 4%

14%

6%

-20% -4% -6%

12% 0% 0%

33%

14%

6%

0%

100%

5%

0%

5%

10%

5%

40% (*)

100%

60%

100%

60%

50%

100% (*)


Obligations Bienvenue au Japon!

Oubliez l’inflation pour l’instant

 Se focaliser sur les rendements réels (et non pas nominaux)  Favoriser la protection du capital pour les échéances longues (>5 ans): avantage à la liquidité et à la qualité

 Chercher du rendement sur les échéances plus courtes: adoptez une stratégie “buy and hold” d’Italie (échéance de 2-3 ans), de financières de bonne qualité, de “covered bonds” et d’obligations d’entreprises “low investment grade” avec des échéances au milieu de la courbe des taux (3-7 ans). Ces “risques” de crédit sont encore très bien rémunérés dans l’hypothèse d’un scénario déflationniste

Méfiez-vous des mouvements de foule

 Les dislocations, les craintes exagérées et les flux massifs peuvent offrir des opportunités  Diversifier autant que possible les risques de crédit/pays/secteurs

Neuchâtel, Page 31


Obligations The 2% Hap p y Fe w C lub – Bienvenue au Japon ! Evolution des rendements des emprunts d’Etats à 10 ans 4 /6 /1 2 6

5

4

3

As of 03/09/12 2

UK US Canada Sweden Germany Denmark Singapore Japan Switzerland

1

0 U G U S

2 0 0 7 S 1 0 Y b o n d 's e rm a n y K w it z e r l a n d

2 0 0 8 y ie ld

Neuchâtel, Page 32

2 0 0 9

2 0 1 0 Ja p a n Ca n a d a Sw e d e n S in g a p o r e

2 0 1 1

2 0 1 2

S o u r c e : T h o m s o n R e u te r s D a ta s tr e a m

1.65% 1.55% 1.77% 1.37% 1.37% 1.10% 1.31% 0.76% 0.48%


Obligations A la recherche du rendement perdu... La quête du Graal, pour les plus courageux, implique forcément des risques Rendement du dividende vs. rendement à l’échéance des obligations d’entreprises dans la zone euro (ex-financières)

Obligations gouvernementales à 10 ans libellées en USD

2 4 /8 /1 2 7

SENEGAL (B+)

6

6.33%

LEBANON (B)

6.15%

ITALY (A)

6.12%

DOMINICAN REP (B+)

5.59%

ROMANIA (BB+)

5.58%

SRI LANKA

5.55%

5

EGYPT (B) 4

5.21%

NIGERIA (B+)

4.76%

NAMIBIA (BBB-)

4.09%

LITHUANIA (BBB)

3.90%

PHILIPPINES (BB) 25Y

3.89%

3

TURKEY (BB)

3.75%

SOUTH AFRICA (BBB+)

2

3.21%

INDONESIA (BB+)

3.15%

MEXICO (BBB) 1 96 97 98 99 00 M L E M U In v e s t G r a d e N o n - F i n Y T M E M U N o n - F i n S to c k s D iv id e n d Y ie l d

01

02

03

04

05

06

07

08

09

10

11

12

Neuchâtel, Page 33

2.52%

COLOMBIA (BBB-)

2.42% 2%

S o u r c e : T h o m s o n R e u te r s D a ta s tr e a m

?!

3%

4%

5%

6%

7%

8%


Actions Est-ce grave docteur?

Les (grandes) sociétés américaines et européennes bénéficient de bilans sains et de coûts de financements bas. Elles sont « assises sur une montagne de cash »

 Depuis 2008, elles se sont focalisées sur leur profitabilité et leur capacité à générer du free cash flow, même dans des contextes économiques défavorables

Dividendes élevés pour certaines d’entre elles

 Attention tout de même aux faux amis

Malgré la baisse des taux, les actions –en particulier celles de la zone euro- ont connu une compression de leur multiple (PER)

 Le secteur financier est logiquement la première, mais pas la seule, victime

La croissance des bénéfices a ralenti mais ne s’est pas arrêtée

Neuchâtel, Page 34


Actions Privilégier les thématiques qui mettent en avant la visibilité, la croissance et le rendement

Hausse du pouvoir d’achat dans les marchés émergents:

 Biens de consommation, spiritueux,…

(exemple suisse: Nestlé)

Secteurs de niche / hautes barrières à l’entrée:

 Gaz industriels, TIC (Testing Inspection Certification), opérateurs satellites,… (SGS)

Taux réels en baisse (négatifs)

 Récurrence des cash flows et dividendes élevés

(Roche, ZFS)

 Immobilier allemand, sociétés aurifères,…

Reprise du marché de l’immobilier américain

 Homebuilders, banques régionales américaines, magasins de bricolage,…

Nourrir la planète

 Fertilisants, machines agricoles, agri-business

Neuchâtel, Page 35

(Syngenta)


Actions Fortunes diverses selon les pays et les secteurs Performances des principales bourses européennes depuis 2010

Performances relatives des secteurs de l’indice mondial depuis 2010 5 /9 /1 2

130

C yc lic a ls

120

120

5 /9 /1 2

110

110

120

D e fe n s iv e s

100 100 90

110 90

100

80

80

70

2010 B a s ic M a te r i a ls In d u s tr ia ls

90

2011

2012

O il a n d G a s

120

80

2010 H e a l th c a r e T e le c o m

2011

2012

U til itie s

F in a n c ia ls a n d T e c h n o

130

110

120

100

110

90

100

C o n s u m e rs

70

60

80

50 2010 D J S to x x 6 0 0 ( in E U R ) FTSE 100 D ax 30 Fra n c e C AC 4 0

Neuchâtel, Page 36

2011 Ita lia n M IB IB E X 3 5 S w is s S M I

2012

S o u r c e : T h o m s o n R e u te r s D a ta s tr e a m

2010 F i n a n c ia l s T e c h n o lo g y

90 2011

2012

2010 C o n s u m e r S e r v iv e s C onsum er G oods

2011

2012

S o u r c e : T h o m s o n R e u te r s D a ta s tr e a m


Actions Le cycle économique domine actuellement La décélération de l’activité devrait agir comme un frein pour les marchés actions 60 2.0

SyzCo US Business Cycle Indicator est basé sur les données suivantes: US ISM mfg index, weekly initial jobless claims et ISM non-mfg index

40 1.0

Rolling 10Y correlation between SP500 Y/Y% chge and SyzCo US business Cycle Indicator

1.0 0.8

20 0.0

0.6

0 -1.0

0.4

0.2

-20

-2.0 0.0

-40

-3.0 -0.2

S&P 500 (YoY% chge) SyzCo US Business Cycle Indicator -60 1964

-4.0 1969

1974

Neuchâtel, Page 37

1979

1984

1989

1994

1999

2004

2009

-0.4 1974

1979

1984

1989

1994

1999

2004

2009


Actions Une des meilleures protections contre l’inflation Argentina Merval stocks index and inflation expectations since 2004

Tel-Aviv Stock exchange and Israel CPI during the hyper-inflation period of mid-80’s 1 8 /5 /1 1 20

9 /7 /1 2

3000

18

16

4000

15 3500

2500 16

14

14

3000

13 2000

12

12 2500

10

1500

11 2000

8

10 1000

6

9

4 500

1500

8 1000

2

7

0

0 1984

1985

1986

Is r a e l C P I T e l- A v iv S to c k E x c h a n g e ( R .H .S C A L E ) S o u r c e : T h o m s o n R e u te r s D a ta s tr e a m

Neuchâtel, Page 38

6 2004 2005 2006 2007 In fla tio n in th e n e x t 1 2 m o n th s ( m a r k e t e x p e c ta tio n s ) A r g e n tin a M e r v a l In d e x ( R .H .S C A L E )

500 2008

2009

2010

2011

S o u r c e : T h o m s o n R e u te r s D a ta s tr e a m


Forex Cours plancher: « The ye ar afte r » … La BNS peut-elle avoir une crédibilité plus grosse que son bilan? Variations mensuelles des réserves de change de la BNS et évolution du taux EUR/CHF depuis 1 an

Evolution de taux de change contre CHF Rebasé à 100 au 01.01.2011

3 /9 /1 2

115

110

105

100

95

90

85

80

75 J F C H F /E U R C H F /U S D C H F /J P Y

M

A

M

J

J

Neuchâtel, Page 39

A

S

O

N

D J C H F /G B P

F

M

A

M

J

J

A

S o u r c e : T h o m s o n R e u te r s D a ta s tr e a m


Forex La baisse de l’euro: c’est aussi un élément de solution à la crise actuelle Euro/dollar US et Parité de Pouvoir d’Achat depuis 1999

Euro/dollar US et écart de taux à 10 ans entre (Espagne+Italie) et Etats-Unis 3 /9 /1 2

3 /9 /1 2

1 .5 0

400

600

1 .4 5

1.60

1.50

1.40 800 1 .4 0 1.30 1000 1 .3 5

1.20 1200 1.10

1 .3 0 1400 1.00 1 .2 5

1600

1 .2 0

1800

J A S O N D J F M U S D /E U R 1 0 Y b o n d s p r e a d b e tw e e n a S p a i n + Ita ly m ix - U S T r e a s u r y ( R .H .S C A L E )

A

M

J

J

A

S o u r c e : T h o m s o n R e u te r s D a ta s tr e a m

Neuchâtel, Page 40

0.90

0.80 99 00 01 U S D /E U R E u r o P P P a g a in s t U S D

02

03

04

05

06

07

08

09

10

11

12

S o u r c e : T h o m s o n R e u te r s D a ta s tr e a m


Matières premières Nos vues à l’emporter 5 /9 /1 2

L’or

comme devise alternative: Neutre à positif aussi longtemps que les banques centrales resteront accommodantes

140

130

Métaux industriels comme un “proxy” de la croissance mondiale: rester à l’écart ces prochains mois

120

Energie sentiment négatif

110

actuellement étant donné le tassement de la croissance et le développement du gaz de schiste aux Etats-Unis. Eventuellement une “assurance” contre les risques géopolitiques au MoyenOrient

100

90

Matières agricoles ne valent la

80

70 J F En e rg y B a s e M e ta ls

M

A

M

P r e c io u s M e ta ls

Neuchâtel, Page 41

J

J

A

S

O

N

D J A g r i c u ltu r a l

F

M

A

M

J

J

A

S o u r c e : T h o m s o n R e u te r s D a ta s tr e a m

peine d’être considérées que pour leur effet décorrelant. Mais quid de l’aspect éthique? A noter qu’il est encore plus difficile de prévoir la météo à moyen terme que l’évolution de l’économie et des marchés…


Contacts Banque SYZ & CO SA Genève – Siège Banque SYZ & CO SA Rue du Rhône 30 Case Postale 5015 CH – 1211 Genève 11 Tél. +41 (0)58 799 10 00 Fax +41 (0)58 799 20 00 info@syzgroup.com www.syzgroup.com Zurich – Agence Bank SYZ & CO AG Dreikönigstrasse 12 CH – 8027 Zürich Tél. +41 (0)58 799 77 37 Fax +41 (0)58 799 22 00 Lugano – Agence Banque SYZ & CO SA Riva Paradiso 2 Casella postale 542 CH – 6902 Lugano - Paradiso Tél. +41 (0)58 799 67 20 Fax +41 (0)58 799 23 00 Locarno – Agence Banque SYZ & CO SA Via Cattori 4 Casella postale 1461 CH – 6601 Locarno Tél. +41 (0)58 799 66 66 Fax +41 (0)58 799 22 50

Autres sociétés du Groupe SYZ & CO Suisse

Europe

Genève - Siège SYZ Asset Management SA Rue du Rhône 30 Case Postale 5015 CH – 1211 Genève 11 Tél. +41 (0)58 799 18 00 Fax +41 (0)58 799 20 46 www.syzgroup.com

Londres SYZ & CO Asset Management LLP Authorised and Regulated by the FSA Buchanan House 3 St James’s Square London SW1Y 4JU Tél. +44 (0) 20 30 400 500

Zurich - Bureau de représentation SYZ Asset Management AG Dreikönigstrasse 12 CH – 8027 Zürich Tél. +41 (0)58 799 77 37 Fax +41 (0)58 799 22 00 www.syzgroup.com

Milan Banca Albertini Syz & C. SpA Via Borgonuovo 14 I – 20121 Milano Tél. +39 02 30 30 61 www.albertinisyz.it Rome – Agence Banca Albertini Syz & C. SpA Viale Bruno Buozzi 82 I – 00197 Roma Tél. +39 06 89 92 95 1 Reggio Emilia – Agence Banca Albertini Syz & C. SpA Via Roma 8 I – 42100 Reggio Emilia Tél. +39 0522 45 921 Bologna – Agence Banca Albertini Syz & C. SpA Piazza Calderini 3 I – 40124 Bologna Tél. +39 051 29 10 51

Madrid N+1 SYZ GESTIÓN Padilla 17 E – 28006 Madrid Tél. +34 91 745 84 84 Bilbao N+1 SYZ Agencia de Valores Alameda de Recalde, 35, 6° dcha E - 48011 Bilbao Tél. +34 94 443 63 51 Barcelone N+1 SYZ Paseo de Gracia, 110 E - 08008 Barcelona Tél.: +34 93 218 15 40 Luxembourg Oyster Asset Management SA Grand-Rue 74 L – 1660 Luxembourg Tel. +352 26 27 36-1 Global Investment Selection SA Grand-Rue 74 L – 1660 Luxembourg Tel. +352 26 27 36-1 OYSTER Sicav 69, route d’Esch L – 1470 Luxembourg

Paris Oyster (France) SAS 8, place Vendôme F – 75001 Paris Enregistré sous le numéro E002383 auprès de l’ANACOFI-CIF Tél. +33 (0)1 55 35 98 80 Amérique du Nord Nassau SYZ & CO Bank & Trust Ltd. Bayside Executive Park West Bay Street & Blake Road P.O. Box N-1089 Nassau – Bahamas Tél. +1 242 702 1400 Alternative Asset Advisors SA Bayside Executive Park West Bay Street & Blake Road P.O. Box N-1089 Nassau – Bahamas Tél. +1 242 702 1423 Asie Hong Kong SYZ & CO (Hong Kong) Ltd. 18th Floor, Entertainment Building 30 Queen's Road, Central Hong Kong Tél. +852 3757 8500

Ce document est réalisé uniquement à titre d’information et ne constitue pas une incitation à investir, ni une offre d’achat ou de vente de titres, ni un document contractuel. Les informations qu’il contient ne doivent pas être considérées comme un conseil juridique, fiscal ou comptable et peuvent ne pas s’avérer adéquates pour tous les investisseurs. Les évaluations de marché, conditions et calculs présentés ne sont qu’estimatifs et peuvent faire l’objet de modifications sans avis préalable. Les informations fournies proviennent de source présumées fiables mais le Groupe SYZ & CO ne garantit ni leur exhaustivité, ni leur exactitude. La performance passée ne constitue pas une indication de résultats futurs.

Neuchâtel, Page 42

Présentation Neuchatel Sep2012 revue RPA finale FQU  

Qui veut payer des millions? Perspectives économiques et financières

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you