Page 1

JUNE 3-5, 2010

HUMANIZING GLOBALIZATION

PRESS BOOK


FT.com print article

Financial

file:///Users/admin/Library/Mail%20Downloads/Financial%2...

FTFM REGULATION AND GOVERNANCE Close

The great and the good aim to ‘humanise globalisation’ By Ian Fraser Published: June 20 2010 09:27 | Last updated: June 20 2010 09:27

The ghost of a dead economist haunted the Zermatt Summit, a new annual event on the subject of “humanising globalisation” held earlier this month. Several speakers at the three-day conference denounced the Nobel prizewinning monetarist economist, Milton Friedman, as a charlatan who had had a pernicious influence on capitalism over the past four decades. The reason for their disgust? Mr Friedman, who died in 2006, believed companies should prioritise their shareholders above all other stakeholders. In a New York Times magazine article published in 1970, he wrote: “The social responsibility of business is to increase its profits.” In the wake of the financial crisis of 2008-10 and the BP Gulf of Mexico oil spill, such views are hardly fashionable. Several speakers at the Zermatt Summit believe the time has come for Mr Friedman’s theories to be consigned to the dustbin of history. Philippe de Woot, emeritus professor at the Catholic University of Louvain, was the most outspoken. He said the late economist’s belief in shareholder primacy is today “an absurdity, an obscenity”. He said the goal of the Zermatt Summit – conceived as an antidote to the World Economic Forum at Davos by Swiss businessman Christopher Wasserman – was to chart a course that permits capitalism to be reinvented with people, not profit, at its heart. He would like every company in the world to revisit their raison d’être, drop their obsession with shareholder value, and find other ways of addressing the common good, such as by refocusing on entrepreneurship and creativity. But he conceded the “process of metamorphosis to change our capitalist system from a caterpillar to a butterfly” probably will not occur without “external pressure”, possibly from regulators worldwide. Mary Bush, a former US representative on the International Monetary Fund’s board, president of Bush International, a consultant, agreed Mr Friedman had had a corrosive influence. “I think his views are politically and morally unacceptable and we should call them by their proper name: obscene.” However, other speakers at the event stood up for the arch-monetarist and were more willing to acknowledge the critical role of shareholders in “humanising globalisation”. Colin Melvin, chief executive of Hermes Employee Ownership Services, remains confident the best way of persuading companies to behave more responsibly and sustainably is if committed and engaged shareholders nudge them in the right direction. “We don’t like the terms ‘corporate governance’, ‘SRI’, ‘CSR’ – they’ve led to an industry of box-tickers and empty compliance,” Mr Melvin said. “But we are interested in companies creating sustainable value (making money for our clients over time) and being accountable (having structures in place that ensure accountability of the board to the owners).” If this is not happening today, Mr Melvin said it is largely because of the weakness of the current system of intermediation, the way in which investment decision making is outsourced. Many fund managers remain shorttermist, he said, because of flawed incentives and flawed mandate construction However, he believes the interests of asset management firms can be realigned with those of the ultimate, beneficial owners of the shares (such as individual pension fund members and pensioners). “The best fund managers are rethinking their relationships with their clients, the duration of mandates, the products they’re offering, how they’re incentivised, and how that drives their own behaviour. That should culminate in longer-term mandates and better behaviours on behalf of the end users and the ultimate shareholders. “I believe it’s possible to humanise globalisation through corporate ownership. But I concede that some measure of regulation may also be required.” The merits of more holistic approaches to corporate reporting, including the Global Reporting Initiative, were also explored at the summit. GRI, which incorporates some 90 indicators against which companies can measure their performance, aspires to become the internationally-recognised standard for non-financial reporting and has already raised awareness of the need to measure non-financial performance. “The GRI is well-intentioned and has had a positive impact on company reporting,” said Mr Melvin. “If it has a problem, it is one common to most such attempts at standardisation – that is, one size does not fit all. What might be appropriate for a multinational oil company would be inappropriate for a retailer or IT firm.” Critics of GRI fear it is becoming another box-ticking exercise that is open to abuse, for example by companies

1 sur 2

30.06.10 16:55


FT.com print article

file:///Users/admin/Library/Mail%20Downloads/Financial%2...

seeking to disguise poor performance. Mark Drewell, Brussels-based chief executive of the Globally Responsible Leadership Initiative, and another speaker at the Zermatt Summit, suspects GRI might be a form of window-dressing. “The future of meaningful reporting lies in companies framing their reports in the context of what society needs rather than the incremental description of what they’re doing now and how they plan to get better, or perhaps trumpeting the fact they are achieving a slightly lower negative impact.” Next year’s Zermatt event is scheduled for June 16-18.

Copyright The Financial Times Limited 2010. Print a single copy of this article for personal use. Contact us if you wish to print more to distribute to others.

"FT" and "Financial Times" are trademarks of the Financial Times. Privacy policy | Terms © Copyright The Financial Times Ltd 2010.

2 sur 2

30.06.10 16:55


20 RELIGIONS

Le Nouvelliste

Samedi 12 juin 2010

jcz - sv

A la recherche d’un «capital spirituel» ZERMATT SUMMIT  Quand un congrès international sur l’économie

et la finance laisse un temps de parole à des hommes d’Eglise, cela donne un discours décalé mais pertinent. VINCENT PELLEGRINI

Le 1er Zermatt Summit s’est déroulé du 3 au 5 juin derniers au pied du Cervin pour réfléchir à la manière d’humaniser la globalisation (www.zermattsummit.org). Il n’a pas seulement réuni d’éminents professeurs d’économie, des banquiers ou des industriels venus du monde entier (voir notre édition de lundi dernier), mais aussi des ecclésiastiques qui ont rappelé selon la formule de Paul VI que «l’Eglise est experte en humanité», y compris dans les sujets connexes au domaine économique. L’Eglise a en effet un longue tradition dans l’enseignement d’une doctrine sociale et le pape Benoît XVI a par exemple publié en été 2009 une encyclique («La Charité dans la Vérité») où il décortique les rapports entre l’économie et la société humaine.

DIMANCHE

La vraie contrition Le psaume responsorial de la messe synthétise toute la thématique de la liturgie dominicale qui gravite autour de la contrition (douleur vive et sincère d'avoir offensé Dieu, volonté de ne plus commettre de péchés). «Je t’ai fait connaître ma faute, je n’ai pas caché mes torts. Je rendrai grâce au Seigneur en confessant mes péchés. Et toi, tu as enlevé l’offense de ma faute. Tu es un refuge pour moi, mon abri dans la détresse, tu m’as entouré.» La vérité face à Dieu est source de salut, «La vérité vous rendra libre». Le mensonge et la simulation, au contraire, mènent à la séparation du Seigneur et à la stérilité spirituelle: «Ma vigueur se desséchait comme l'herbe en été.» Pourquoi manquons-nous à ce point de sincérité avec Dieu? Parce que nous sommes orgueilleux. Cette attitude nous empêche de nous soumettre à Dieu, de nous reconnaître dépendant de Lui. A cause de l’orgueil, il nous est plus difficile de reconnaître que nous avons mal agi et ainsi rectifier notre conduite. Si nous persistons sur ce chemin, nous arriverons à l’aveuglement spirituel. C’est pourquoi nous avons besoin d’une attitude humble, comme la femme pécheresse de l’Evangile de ce dimanche pour mieux nous connaître et confesser nos péchés. N’hésitons pas à faire notre examen de conscience en présence de Dieu, sans fausse justification et reconnaissons nos péchés dans une confession sincère afin d’accueillir le Seigneur. CHNE YANNICK-MARIE ESCHER

Crise spirituelle Le cardinal Peter Kodwo Turkson, du Ghana, fut l’un des conférenciers du Zermatt Summit. C’est une personnalité puisqu’il est président du Conseil pontifical Justice et Paix, un dicastère de la Curie romaine qui s’emploie justement à promouvoir la doctrine sociale de l’Eglise. Pour le cardinal Turkson la crise n’a pas seulement des causes économiques et politiques, mais aussi morales, culturelles et spirituelles. Pour lui, l’économie est en effet trop souvent dominée par l’avidité et une vision à court terme alors que «le développement, lorsqu’il répond aux besoins spirituels et moraux de la personne, bénéficie également à l’économie». Et d’ajouter: «La mondialisation ne peut être humaine que dans des cœurs brûlants d’amour et des têtes remplies d’intelligence.» Pour Mgr Turkson, «le moteur de la croissance humaine reste l’acte gratuit, la logique du don qui inspire des actes démunis de valeur commerciale». Le cardinal a expliqué que «le péché n’est pas dans les outils économiques, mais chez ceux qui les utilisent mal». Et de conclure: «Si l’être humain peut changer son cœur et ses pensées, les structures changeront également.»

L’être ou le faire Directeur de la Maison Sainte-Marthe au Vatican, Mgr Aldo Tolotto a expliqué que pour changer une société du tout à l’économie qui vit dans le bruit et la turbulence, il fallait d’abord réapprendre aux hommes le silence et la recherche de la perfection personnelle. Pour le Dr Ted Roosevelt Malloch (The Roosevelt Group), «il est temps de renouveler notre capital spirituel en vivant les vertus dans toutes les sphères de l’entre-

SAINT-MAURICE

400e anniversaire de la présence des capucins

Le cardinal Peter Kodwo Turkson, président du Conseil pontifical Justice et Paix, a expliqué à Zermatt que «le moteur de la croissance humaine reste l'acte gratuit». LE NOUVELLISTE prise». Selon un spécialiste de l’Asie qui s’est exprimé au colloque, même le Gouvernement chinois est en train de réaliser que les valeurs religieuses peuvent stabiliser la société. Et enfin, le Père Nicolas Buttet a conclu le Zermatt Summit en expliquant notam-

ment que les acteurs économiques devaient réapprendre que la finance est un moyen et non une fin, qu’ils devaient retrouver le principe de réalité, passer de la transaction à la relation, revoir leur hiérarchie des valeurs et restaurer le primat de l’être sur le faire.

Economistes et financiers à confesse Le Zermatt Summit a permis aux top économistes, banquiers et industriels retirés dans le cadre inspirant du pays du Cervin de parler sans tabou du marché économico-financier. Ils ont ainsi fait leur examen de conscience sans concession. Voici quelques phrases significatives prononcées durant le sommet. Professeur Nouriel Roubini, l’un des économistes les plus connus de la planète et qui a annoncé en 2006 déjà la crise des subprimes: «Les crises financières ne sont pas dues au hasard. Elles sont même prévisibles et peuvent être empêchées si l’on prend de bonne mesures. Or, nous sommes à un point où l’on pourrait même assister à un défaut de paiement du système européen. La déréglementation financière des marchés ces vingt dernières années a été excessive. Il manque une discipline sur lesdits marchés. La cupidité doit être encadrée car elle fait prendre sur le marché des risques insensés par ailleurs récompensées par de grandes primes alors qu’il faudrait rémunérer les

banquiers sur la base des résultats à long terme. Le problème, c’est que les banques sont devenues trop grandes pour être gérées. Personne ne peut réussir ce travail surhumain.» François Lemarchand, fondateur et patron de Nature et Découvertes: «Les marchés, même quand ils existent, sont parfois idiots. L’éthique sociale et environnementale doivent faire partie de la décision économique.» Olivier Le Grand, directeur de BNP Paribas Personal Investors: «La plupart des crises sont dues à un faible contrôle des banques dans le monde anglo-saxon. Et si beaucoup ont beaucoup perdu, c’est aussi parce qu’ils demandaient des rendements trop élevés. Plus profondément, il faut abandonner l’idée que l’argent a une valeur intrinsèque. L’argent a en effet une valeur relative qui dépend de la manière dont nous l’utilisons.» Paul Jorion, journaliste économique au journal «Le Monde»: «Dans le processus de

démocratisation du monde occidental, la sphère économique a été laissée de côté. Nous devons achever ce processus en introduisant de l’éthique dans le monde de la finance au lieu de croire naïvement à l’intervention d’une main invisible en économie.» Professeur Prabhu Guptara, chairman du Zermatt Summit et directeur exécutif du développement d'organisation pour UBS Wolfsberg: «Ce Sommet de Zermatt doit travailler à fixer un bien commun minimum pour chaque habitant de ce monde et lancer un mouvement dans ce sens. Pour commencer, chaque être humain devrait avoir un bon repas par jour et deux jeux de vêtements pour pouvoir se changer.» Colin Melvin, patron d’Hermes Equity Ownership Services qui est à la tête de l’un des plus grands fonds d’investissement gérant plus de 100 milliards de dollars d’actifs: «L’humanisation de la globalisation commence dans l’entreprise où il faut changer les attitudes. Le comportement est aussi une création de valeur.» VP

Envoyés par l'évêque de Genève, François de Sales, les premiers capucins savoyards arrivèrent à Saint-Maurice vers 1602. Arrêtés par le capitaine Antoine de Quartéry, ils s'établirent à Saint-Maurice grâce à l'accueil et la bienveillance des chanoines de l'abbaye. Leur communauté, érigée en 1610, vécut tout d'abord à Saint-Laurent, chapelle et dépendance des chanoines. En 1647 ils emménageront sur les terrains du capitaine, où ils sont encore aujourd'hui. Nous aurons samedi à 17 h le privilège de recevoir l'original de la lettre de saint François de Sales remerciant Antoine de Quartéry pour l'accueil des capucins à Saint-Maurice. En septembre 1880, un scolasticat des capucins ouvrait ses portes, puis les élèves furent envoyés au collège de l'Abbaye. Depuis 1940, une chapelle, œuvre de Fernand Dumas, est réputée pour les vitraux d'Alexandre Cingria, les peintures de Paul Monnier et les émaux de Marcel Feuillat. Samedi, conférence de fr. Marcel Durrer, sur la spiritualité capucine (9 h16 h 30). A 17 h concert «Foi de capucin» avec des proclamations et un groupe instrumental dirigé par Samuel Cosanday. Dimanche, messe présidée par Mgr Roduit à l'église paroissiale Saint-Sigismond (10 h), conférence de M. Raymond Berguerand au Foyer franciscain (11 h 15), raclette pour tous dans les jardins.

Nouveaux doyens et responsables diocésains Mgr Norbert Brunner a nommé trois nouveaux doyens. Il s’agit de l’abbé Paul Martone pour le décanat de Brigue, de l’abbé Robert Zuber pour le décanat de Sierre et du chanoine Olivier Roduit pour le décanat d’Aigle. Pour succéder au chanoine Jean-Michel Lonfat, il a nommé en outre l’abbé Pierre-André Gauthey nouveau responsable du Service diocésain de la pastorale spécialisée. Il a mandaté Mlle Jocelyne Voide comme responsable de l’Eveil à la foi dans le Service diocésain de la catéchèse. BERNARD BROCCARD, VICAIRE GÉNÉRAL

MÉMENTO SION

Deux ordinations à la cathédrale L’événement devient malheureusement rare: demain, dimanche 13 juin à 10 heures, Mgr Norbert Brunner ordonnera prêtres Sylvain Gex-Fabry, de Val-d’Illiez, et Vincent Lafargue, de Genève, tous deux pour le diocèse de Sion. Les deux futurs prêtres sont d’origine et de vocations très diverses, mais poursuivent un même but, celui de servir avec humilité les paroissiens qui leur seront confiés. «Joyeux dans l’espérance, patients dans la détresse et persévérants dans la prière» telle est la devise qu’ils ont choisie. SDI


2

GRAND ANGLE

Lundi 7 juin 2010

jpr - gb

Redonner un visage humain ZERMATT SUMMIT  De nombreuses personnalités du monde entier se sont retrouvées durant trois jours au ÉCONOMIE ÉTHIQUE

Quelques bonnes pratiques Le but d’un Sommet comme celui de Zermatt est aussi de mettre les acteurs économiques en réseau et de leur permettre d’échanger les bonnes pratiques.  Mike Hannigan, PDG de Give Something Back qui est une importante société de fournitures de bureau, a par exemple expliqué que son entreprise connaît un taux de croissance important alors qu’elle repose sur une pratique particulièrement provocante: celle de reverser aux projets sociaux des collectivités publiques l’entier de son bénéfice après les réinvestissements nécessaires au développement de l’entreprise.  François Lemarchand, PDG de Nature et Découverte qui aide les urbains à redécouvrir la nature et qui emploie 1400 personnes, y compris en Suisse, affecte l’équivalent de 10% de la masse salariale de son entreprise à la formation de ses employés et 20% de ses profits à une Fondation finançant des projets conformes à sa philosophie.  Mary K. Bush (Bush International) a donné l’exemple d’une entreprise américaine développant les valeurs communautaires et le sens de la solidarité de ses employés en leur octroyant chaque année six jours de congés payés pour qu’ils puissent s’adonner au volontariat en transmettant leur savoir gratuitement à ceux qui en ont besoin.

VINCENT PELLEGRINI

«Humaniser la globalisation, changer les cœurs et les esprits», tel était le programme titre du 1er Zermatt Summit qui a réuni durant trois jours au pied du Cervin, au Grand Hôtel Zermatterhof, de nombreuses et éminentes personnalités venues de tous les continents. Professeurs d’économie dans des grandes écoles, chefs d’entreprises, artistes, et même ecclésiastiques ont mis en commun leurs savoirs transversaux pour réfléchir à la manière de remettre la finance au service de l’économie et celle-ci au service du bien commun. Le but ultime étant de replacer la personne humaine et sa dignité au centre du système économique et financier. Dans la ligne de la dernière encyclique de Benoît XVI qui appelle à un changement de l’état d’esprit des acteurs économiques en préambule à toute restauration et réhumanisation du marché mondialisé. Dans son discours de bienvenue aux congressistes à l’église de Zermatt, le ministre valaisan des Finances Maurice Tornay a bien mis en valeur la tonalité à la fois économique et spirituelle de ce rendez-vous original. Il a notamment déclaré: «Je suis, avec vous, persuadé que l’ordre technique, l’ordre économique, l’ordre politique et l’ordre culturel ne peuvent trouver unité et cohérence sans un cinquième ordre qui est l’ordre spirituel.» Le Zermatt Summit (www.zermattsummit.org) est en fait un processus qui doit déboucher sur des

 Olivier Le Grand, directeur de PNB Paribas Personal Investors, a mis en place une réduction de ses marges sur les achats d’actions d’entreprises ayant reçu une note suffisante lors de différentes formes d’évaluations éthiques, pour inciter ses cliens à investir dans de telles entreprises.  Dans l’entreprise Gore, il n’y a pas de hiérarchie. Vous y devenez leader si un nombre suffisant de gens sont convaincus par vos idées et vos projets. Chez Best Buy, ce sont les employés qui ont remplacé les experts externes pour prédire ce qui va correspondre au marché. Chez Whole Foods, un nouveau salarié est engagé seulement s’il est accepté par les équipes de l’entreprise et les employés décident de ce qui sera ou non commercialisé. Et bien d’autres exemples ont été explorés durant le Zermatt Summit. VP

Le congrès international s’est déroulé au Grand Hôtel Zermatterhof (ici durant l’intervention de l’économiste William Inboden). LE NOUVELLISTE

propositions concrètes pour remettre l’ordre économico-financier sur les rails. Rendez-vous est d’ores et déjà donné à Zermatt pour le 2e sommet agendé du 16 au 18 juin 2011. A noter enfin que la Zermatt Summit Founda-

tion qui a organisé le congrès est présidée par Christopher Wasserman et que deux Valaisans font partie de son comité directeur: le conseiller aux Etats Jean-René Fournier et le Père Nicolas Buttet qui a donné samedi la

conclusion du congrès au nom de l’Institut Philanthropos.  Ecophilos, qui a participé à l’organisation du Zermatt Summit, organise une université d’été à Fribourg du 2 au 4 juillet (www.ecophilos.org).

Quand la sagesse et l’éthique manquent Le professeur Philippe de Woot, ancien professeur d’économie dans des écoles prestigieuses telles l’INSEAD et cofondateur du GRLI (Globally Responsible Leadership Initiative), a posé dans la conférence inaugurale du Zermatt Summit le LE NOUVELLISTE diagnostic et des pistes pour réhumaniser le système économique et financier mondial. Interview. Philippe de Woot, le système économico-financier actuel vit-il une crise de croissance ou quelque chose de plus grave? Je suis convaincu que le modèle économique

actuel est en train de s’effondrer, qu’il n’est plus durable ni défendable. Il a certes engendré des merveilles, comme la concurrence, la créativité, la souplesse, l’innovation entrepreneuriale. Et cette économie de marché a aussi amené un développement extraordinaire de la croissance. Mais il nous faut désormais nous demander pourquoi ce système qui était efficace est devenu insupportable et pourquoi il a dévié au point de ne plus être durable. La mondialisation apporte une partie de l’explication. Une autre explication réside dans le fait que le système a non seulemment pris trop de pouvoir sur les sciences, le management d’entreprises, etc., mais surtout que ce pouvoir s’est détaché de la politique et de l’éthique. Vous voulez dire que la finance et l’économie ne sont plus sous le contrôle du politique?

Le vide politique dans lequel évolue le système économique et financier s’explique par le fait que l’Etat nation est trop petit pour gérer des problèmes énormes et trop grand pour s’occuper des petits problèmes. De plus, il n’y a pas au niveau mondial une réglementation appropriée. Il manque des cadres. L’Europe a peutêtre trop de législations, mais il n’y a pas de gouvernance mondiale. Trop de gens croient encore aveuglément qu’une main invisible guide les marchés et va résoudre les problèmes. Or, c’est totalement erroné. Vous parlez aussi de vide éthique. Le moteur du système économico-financier manque en effet totalement de moralité. Il obéit à une logique instrumentaliste qui n’est pas une logique visant une fin et suivant un système de valeurs. Le fondamentalisme du marché n’a

L’INVITÉ

.ch PHILIPPE BARRAUD journaliste

Ne secouez pas trop l’Etat social Ceux qui lui veulent du bien l’appellent Etat social; ceux qui lui veulent du mal l’appellent Etat-Providence. Mais quel que soit le nom qu’on lui donne, avec la crise, il va souffrir. C’est particulièrement vrai dans la zone euro, où les gouvernements rivalisent de sévérité dans les plans d’austérité, bricolés à la hâte, qu’ils sortent de leur chapeau. Entre baisse des rentes vieillesse, baisse de toutes sortes de prestations sociales, hausse des impôts et augmentation de l’âge de la retraite, c’est à qui annoncera les plus impitoyables tours de vis. Mais est-ce que ça marchera? Probablement pas. Pendant des décennies, l’Etat social a été patiemment construit, négocié, financé, puis implanté dans la population, qui en apprécie depuis lors les bénéfices et y tient mordicus –même si elle juge les prestations insuffisantes, bien sûr. Or, on voit mal comment on

pourrait, d’un trait de plume, diminuer drastiquement, voire supprimer, des prestations vitales pour des millions de gens. Cela engendrera d’une part des drames sociaux à répétition, mais aussi un effet pervers sur la reprise économique. En effet, comme le pouvoir d’achat va diminuer, la consommation va suivre la même courbe, et donc freiner ou stopper la relance de l’économie. Dans ce contexte d’amaigrissement de l’Etat social en Europe -– et en Suisse aussi –, l’augmentation de l’âge de la retraite n’est pas la panacée que veulent nous faire accroire les politiciens. En réalité, il s’agit d’une sorte de monstruosité, déconnectée de la réalité de tous les jours et du marché du travail, et qui elle aussi, s’avérera contreproductive. Il est en effet une question à laquelle les partisans de l’augmentation de l’âge de la retraite ne répondent jamais –on imagine bien

pourquoi: ces salariés presque septuagénaires, qui va les engager et les employer? Lesecteur privé n’en voudra pas, le secteur public non plus. Ils viendront donc grossir les rangs des chômeurs seniors, qui ne coûteront certainement pas moins à l’assurance chômage, que ce qu’ils auraient coûté à l’AVS. C’est un problème sérieux, parce que les problèmes d’emploi vont frapper de plus en plus tôt. Je connais des gens très bien formés, dans le domaine scientifique notamment, à qui on fait comprendre qu’à 40 ans passés, ils commencent à se faire vieux, et qu’ils coûtent bien plus cher, en termes de salaire et surtout de caisse de pension, que les petits jeunes qui sortent de l’université. Sachant qu’à partir de 50 ans, votre ticket n’est plus valable, qu’allez-vous faire pendant les quinze, dix-sept et vingt ans qui restent?

AUJOURD'HUI SUR INTERNET

Réseaux sociaux Vous êtes sur facebook, Twitter, YouTube ou Flick'r? Suivez-nous!

www.facebook.com/lenouvelliste www.facebook.com/bouger.vs www.twitter.com/lenouvelliste

Vidéos www.youtube.com/nouvellistevideo

Images www.flickr.com/nouvelliste

Nos dossiers Haïti, Caprices festival, Nant de Drance, Pages santé… http://dossiers.lenouvelliste.ch


Le Nouvelliste

GRAND ANGLE

Lundi 7 juin 2010

3

à la mondialisation pied du Cervin pour changer l’esprit et les cœurs des acteurs de l’économie et de la finance. ECLAIRAGE

L’indice de prospérité des nations Dans la perspective de l’humanisation de la globalisation, comment peut-on mesurer la prospérité d’un pays? William Inboden (Legatum Institute) a présenté à Zermatt un «indice de la prospérité» qui a été mis au point pour être applicable à toute nation dans le monde. Et neuf éléments sont déterminants dans cet indice qui livre une note finale au pays examiné: les fondamentaux économiques, l’entrepreneurship et l’innovation, l’état de la démocratie et des institutions, le niveau d’éducation, la santé, la gouvernance, la liberté personnelle et le capital social. Pourquoi un tel indice? Parce que s’il y a bien une relation entre le revenu et le bien-être, cela ne suffit pas pour une évaluation. Dans un pays pauvre, chaque dollar supplémentaire contribue au bonheur, mais dans un pays «riche», à partir d’un certain revenu, la courbe du bonheur s’aplatit. Ainsi, aux Etats-Unis, 3000 dollars supplémentaires sur une année ne contribuent à augmenter que pour 0,6% le bien-être d’un individu.

Christopher Wasserman, président du Zermatt Summit, et le cardinal Peter Kodwo Tukson, président du Conseil pontifical Justice et Paix, plantent un arbre sous le regard du président de Zermatt Christoph Bürgin afin de montrer le caractère durable du congrès. JOE CONDRON/ROCKZERMATT

ISO et responsabilité mondiale En novembre apparaîtra une nouvelle norme de qualité ISO 26 000. Elle permettra de certifier la «responsabilité sociétale» («social responsability»), de toute entreprise, organisation, institution, de manière à fonder sur des bases plus justes les échanges mondiaux. Les principes de cette norme ISO sont les suivants: devoir de rendre compte (être responsable), transparence, comportement éthique, respect des intérêts des parties prenantes, respect des accords internationaux et respect des droits de l’homme. Cette norme, qui a obtenu un consensus des 162 pays membres d’ISO, a été présentée à Zermatt par Julien Pitton (International Organization for Standardization – ISO). VP

au système économique et financier de la globalisation plus rien à voir avec une éthique. Un prix Nobel d’économie comme Friedman a écrit que la responsabilité sociale des marchés était d’améliorer les bénéfices pour les actionnaires. C’est l’une des plus grandes obscénités qu’un économiste puisse prononcer... Et quelles sont les conséquences du dérèglement moral du marché? Le système engendre de plus en plus de conséquences qui ne sont pas souhaitées: déshumanisation, inégalités croissantes, etc. L’être humain sait parfois ce qu’il fait mais il devrait mieux s’asssurer des conséquences, disait Paul Valery. Ce qui est ancien se meurt et ce qui est nouveau n’est pas encore né, a dit un philosophe italien. C’est ce que nous vivons. Le problème, c’est que cet interrègne fait naître des monstres car le système s’écarte de plus en plus de la morale et de la jus-

tice équitable. Il faut donc désormais avoir le courage de remettre en question l’efficacité des marchés et le rôle de la finance dans un tel système.

preneuriaux se font surtout en faveur de l’environnement. Cela ne va pas assez loin car il faut carrément changer la culture économique.

Que faire dans l’immédiat? Il n’y a pas de recette miracle pour transformer le système car le problème est très complexe. C’est pourquoi un sommet comme celui de Zermatt doit initier des recherches pour amorcer un changement. Or, pour encadrer tout ce processus il faut une vision. Comme le disait Edgar Morin, le monde des affaires, et surtout le monde financier, n’est pas en mesure, à lui seul, de transformer le système capitaliste. Par contre, on voit que le monde de l’entreprise a déjà commencé à changer de stratégie et de comportement. Pour développer la responsabilité sociale des entreprises il faut commencer par échanger les meilleures pratiques. Or, actuellement, les changements entre-

Et si vous deviez nous donner les concepts clés qui devraient présider à un changement de l’économie vers plus d’humanisation? Il faut revoir la raison d’être de l’entrepreneur. Parler de finalité. L’entreprise est trop souvent dédiée au bénéfice des actionnaires. Il faut revenir à l’entreprenariat dont le but est la création, l’innovation et la participation au progrès tant humain qu’économique. Ensuite il faut réintroduire l’éthique. Cela commence peut-être par l’écoute du premier cri de la souffrance humaine, à réaliser que ma décision de patron peut engendrer de la souffrance humaine. En tout cas il faut sortir d’une vision purement techniciste. Notre monde a des ressources énormes mais il y a trop de cupi-

dité, une concurrence féroce, l’individualisme. Les vrais leaders économique doivent faire sens contrairement aux managers qui administrent des choses et pas des personnes. Il y a d’ailleurs un vrai problème dans nos écoles d’économie. Il faut enfin un nouveau partenariat entre l’entreprise, la politique et les citoyens. Le problème c’est que les leaders économique laissent le problème en main des politiques alors qu’ils doivent aussi s’intégrer dans cette conversion. Tout comme il faut une plus grande participation citoyenne à la résolution du problème économique. Le mot de la fin? Nous devons revenir au cœur et à l’âme. Nous demander: où est donc passée la sagesse? Dans un monde de l’information, le moment est venu de revenir au savoir, à la sagesse et à la vie. Propos recueillis par VINCENT PELLEGRINI

PUBLICITÉ

L’original

Le confort c’est ... de pouvoir être aux premières loges ! Système coulissant breveté

tente des matchs Pour profiter tout en dé de football ! de la Coupe du Monde ®

, sur votre canapé, avec votre propre installation home ® sait allier, grâce à ses

cile :

mi Promotion cinéma à do

Soutien lombaire breveté

®

vous apportera une entière satisfaction, bien au-delà

Authentique seulement avec la marque Stressless® ! Fonction sommeil structure + fonction

10 ans de garantie

www.stressless.ch


23 von Philipp Löpfe (Text) und Severin Nowacki (Fotos)

Herr Roubini, Sie treten hier in Zermatt an einem ­internationalen Kongress auf. Im neuesten Film von Oliver Stone werden Sie bald als Sie selbst zu bewundern sein. Sie sind zum Superstar der Ökonomen aufgestiegen. ­Gefällt Ihnen Ihr neues, glamouröses Leben? Ich finde es eigentlich nicht be­ sonders glamourös. Sicher genies­ se ich es, dass ich meine Ideen und Theorien mit wichtigen Leu­ ten rund um den Globus diskutie­ ren kann. Aber? Derzeit habe ich das Gefühl, dass ich etwa 90 Prozent meiner Zeit auf Reisen verbringe. Glauben Sie mir, das ist alles andere als gla­ mourös. Ich finde es vor allem verdammt anstrengend. Früher blieben Ökonomen eher im Hintergrund. Sie ­verkörpern ein neues ­Phänomen: einen Ökonomen mit Rockstar-Status. Das sehe ich anders. Erstens ein­ mal haben sich die Ökonomen in den letzten Jahren nicht gerade mit Ruhm bekleckert. Sie haben, was die aktuelle Krise betrifft, vie­ les falsch gesehen und sind dafür an den Pranger gestellt worden. Sie mussten viel Spott über sich ergehen lassen. Wenn ihr schon so schlau seid, warum habt ihr die Krise nicht voraussagen können?, wirft man ihnen hämisch vor. Sie müssen unter diesem Spott nicht leiden, denn Sie ­haben die Krise frühzeitig ­erkannt. Warum eigentlich? Ich habe mich stets mit Makro­ themen beschäftigt, und derzeit sind es nun mal die Makro­themen, die die Welt in Atem halten. Was hat sich der Laie unter ­Makrothemen vorzustellen? Einfach ausgedrückt sind das die grossen Trends in der Volkswirt­ schaft, also nicht das Schicksal eines einzelnen Unternehmens. Ich kann es mit einem Vergleich erklären: Wenn der Wald brennt, dann ist das Schicksal des ein­ zelnen Baumes nicht mehr so wichtig. Und ich bin Spezialist für brennende Wälder. Man könnte auch sagen: Sie waren der einsame Warner in der Wüste. So einsam war ich nicht. Es gab andere Ökonomen, Stephen ­Roach oder Nassim Taleb beispielsweise, die ebenfalls Warnsignale erkannt und die richtigen Punkte mitein­ ander verbunden haben. Aber Sie sind bei weitem der Bekannteste. Warum? Ich war mit der Materie bestens vertraut, denn ich habe mich wäh­

SonntagsgesprächFokus 6. Juni 2010

«Die Schweiz hätte nicht die Mittel, ihre zwei Grossbanken zu retten» Der US-Wirtschaftsprofessor Nouriel Roubini über die absehbare nächste Krise, Rufer in der Wüste und unbekümmerte Banker, die nichts gelernt haben

fortsetzung auf seite 24

Früher Warner Nouriel Roubini sah die Krise im US-Immobilienmarkt weit voraus. Nouriel Roubini, 51, ist Wirtschaftsprofessor an der Stern School of Business der New York University und der neue Ökonomie-Star. Als einer von wenigen hat er eindringlich vor der ­Blase des US-Immobilienmarktes und den Folgen des Platzens gewarnt. Lange wurde er deshalb als «Dr Doom» verspottet. Inzwischen ist Roubini ein gefragter Redner und war am Freitag Gast beim Zermatt Summit. Er ist Gründer und Vorsitzender des ­Beratungsunternehmens RGE. Nouriel Roubini hat mit Stephen Mihm soeben ein Buch zur Weltwirtschaftskrise veröffentlicht: «Das Ende der Weltwirtschaft und ihre Zukunft», Campus-Verlag. Nouriel Roubini, 51: «Die Ökonomen haben sich in den letzten Jahren nicht gerade mit Ruhm bekleckert. Sie haben, was die aktuelle Krise betrifft, vieles falsch gesehen» 


24

FokusSonntagsgespräch 6. Juni 2010

3 Fortsetzung von Seite 23

Star-Ökonom Nouriel Roubini rend Jahrzehnten mit den Krisen von Entwicklungs- und Schwellenländern befasst. Dazu habe ich in Washington für das US-Finanzministerium gearbeitet und ein Buch zur ganzen Schuldenproblematik verfasst. Oft heisst es doch, dass Krisen ohne Vorwarnung und ­ völlig überraschend auftreten. Das ist ein weitverbreiteter Irrtum. Die Krisen sind keine ­Naturkatastrophen wie Erdbeben oder Hurrikane. Auch keine «schwarzen Schwäne» oder FatTail-Ereignisse, die nur alle 10 000 Jahre auftreten. Krisen, wie wir jetzt eine erleben, sind bis zu einem gewissen Grad vorhersehbar. Sie sind «weisse Schwäne». Mit anderen Worten: Krisen weisen ökonomische Gesetzmässigkeiten auf, die regelmässig eintreten. Was sind die wichtigsten ­Merkmale solcher Krisen? Die üblichen Symptome sind billiges Geld, billige Kredite, eine Aufblähung der Vermögenswerte und ein Mangel an Aufsicht und Regulierung. Sind das nicht typische ­Erscheinungen bei Krisen in armen Ländern mit korrupten Regierungen? Das stimmt, aber was wir heute erleben, ist nichts anders als eine typische Entwicklungslandkrise in entwickelten Ländern.

Umso erstaunlicher, dass nur wenige Experten sie kommen sahen. Wie erklären Sie das? Wenn sich eine wirtschaftliche Blase bildet, beginnen die Menschen auch mental in einer Blase zu leben. Sie bewegen sich nicht mehr in der realen, sondern in einer Fantasiewelt. US-Konsumenten glaubten, sie könnten dank steigenden Häuserpreisen für alle Zeiten Schulden machen wie verrückt. Die Politiker waren glücklich, weil die Wirtschaft scheinbar wie geschmiert lief und sie problemlos wieder­gewählt wurden. Die Banken waren ebenfalls zufrieden, weil ihre Profite von Jahr zu Jahr grösser wurden. Alle waren in ihrer Blase glücklich. Nur Sie machten sich mit Ihren Kassandrarufen unpopulär. Noch heute haben Sie deswegen den Spitznamen «Doktor Untergang». Stört Sie das? Ich habe inzwischen gelernt, mit diesem Übernamen zu leben. Trifft er auch zu? Sind Sie von Natur aus pessimistisch? Keineswegs. Ich halte mich selbst für einen pragmatischen Realisten. Die Bezeichnung «Doktor Untergang» halte ich für ziemlich doof, aber was solls? Mir geht es primär darum, dass ich mithelfe, wie man Krisen besser vermeiden und meistern kann. Darum geht es auch in meinem neuen Buch.

«Ich halte mich für einen pragmatischen Realisten und die Bezeichnung ‹Doktor Untergang› für ziemlich doof»

Das Buch endet aber erneut mit einer düsteren Prognose. Sie sprechen von sehr instabilen Zeiten, die uns bevorstehen. Es gibt verschiedene Gründe, ­warum ich fürchte, dass wir auf unsichere Zeiten zusteuern. Nämlich? Am meisten bekümmert mich, dass sich die Finanzinstitute bereits wieder so verhalten, als ob nichts geschehen wäre. Hohe Verschuldung, riskante Geschäfte, ­Financial Engineering, alles ist wieder da, und es gibt bisher keine Instanz, die dieses System kon­ trollieren könnte. Nur die USA haben jetzt eine Reform des Finanzsystems zumindest angekündigt. Sie gehen in Ihrem Buch viel weiter und schlagen vor, man

müsse die grossen Banken ­zerschlagen. Ein ziemlich ­radikaler Vorschlag. Weil mir die gängigen Rezepte zur Stabilisierung des Finanzsystems – mehr Eigenkapital für die Banken, mehr Liquidität und eine Art Testament – nicht ausreichend, ja illusorisch erscheinen. Wenn Goldman Sachs oder Morgan Stanley oder sonst eine Grossbank künftig wieder in Schwierigkeiten geraten sollte, stecken wir im gleichen Schlamassel. Was meinen Sie konkret? Es wird erneut kein geordnetes Konkursverfahren geben, bei dem die Verantwortlichen für ihre Risiken geradestehen müssen, sondern der Steuerzahler muss abermals in die Bresche springen. Die-

se Banken sind nicht «too big to fail», sie sind ganz einfach «too big». Deshalb muss man sie zerschlagen. Gibt es keine Alternative? Doch: Das Kapital muss so hoch gesteuert werden, dass die Grossbanken beschliessen, sich selbst aufzuteilen. Es wird sonst schlicht zu gefährlich, denn die Banken sind nicht nur «too big to fail», sondern auch zu gross, um gerettet zu werden. Gilt das auch für die Schweizer Grossbanken UBS und Credit Suisse? Ja, die Schweizer Regierung hätte niemals die Mittel, diese beiden Banken zu retten, sollten sie einmal in die gleiche Situation geraten wie die Banken in Island.

Heisst das, dass man auch UBS und CS zerschlagen müsste? Nein, denn die Schweizerische Nationalbank hat sich sehr klug verhalten. Worauf spielen Sie an? Sie hat sehr früh darauf gepocht, dass die Grossbanken ihr Eigenkapital massiv erhöhen müssen. UBS und Credit Suisse müssen mit diesen Auflagen leben, oder sie müssen sich selbst aufteilen. Was spricht für eine solche Aufteilung? Diese Finanzinstitute sind heute sehr komplex geworden, möglicherweise zu komplex, um noch effektiv gemanagt zu werden. Wenn eine Geschäftsbank, eine Vermögensverwaltung, eine Investmentbank und dazu noch selbstständig agierende Hedgefonds und was weiss ich unter einen Hut gebracht werden, dann übersteigt dies die Kapazität auch der klügsten Manager. Citigroup oder AIG haben gezeigt, dass bei so komplexen Organisationen das Desaster vorprogrammiert ist. Was schlagen Sie vor, um ­solches künftig zu verhindern? Ich bin dafür, dass die verschiedenen Bankgeschäfte, vor allem Geschäfts- und Investmentbank, per Gesetz getrennt werden müssen. Was haben Sie gegen das Investmentbanking oder gegen Hedgefonds? Nichts. Ich bin bloss der Meinung, dass sie nicht mit dem normalen Geschäftsbanking verknüpft werden sollten. Es muss auf rein privater Basis betrieben werden und darf keinen Anspruch auf

anzeige

Rauchen fügt Ihnen und den Menschen in Ihrer Umgebung erheblichen Schaden zu. Fumer nuit gravement à votre santé et à celle de votre entourage. Il fumo danneggia gravemente te e chi ti sta intorno.


SonntagsgesprächFokus

25

6. Juni 2010

Rettungsaktionen des Steuerzahlers haben. In der Schweiz streiten wir uns nicht nur um das Investment­ banking und die hohen Boni, sondern auch um das Bank­ geheimnis. Wie sehen Sie das? Die Unterscheidung zwischen Steuerhinterziehung und Steuerbetrug kann im internationalen Umfeld nicht länger aufrechterhalten werden. Die Schweizer Banken brauchen diese Art von Bankgeheimnis gar nicht mehr. Politische Stabilität, Rechtssicherheit und guter Service sind viel wichtiger geworden. Sie plädieren für die Rückkehr des «langweiligen Bankers». Was meinen Sie damit? Dass Banker Spargelder annehmen und verzinsen sollen und dieses Geld zu vernünftigen Konditionen der Wirtschaft zur Verfügung stellen. Das ist die volkswirtschaftliche Aufgabe einer Bank, und dafür können sie auch den Schutz des Staates in Anspruch nehmen. Dieser Schutz soll aber nicht für hoch riskante Geschäfte wie das Investmentbanking gelten. Nochmals: Ich habe nichts gegen diese Geschäfte, aber ich habe etwas dagegen, dass der Steuerzahler gezwungen wird, dafür zu bürgen. Viele Banken haben das missbraucht, sie haben Geschäfte gemacht, die ein Hedgefonds oder eine PrivateEquity-Firma machen soll. Ist es möglich, dieses ­Verhalten wieder unter Kontrolle zu ­bringen, oder sind die Banken zu mächtig geworden?

Das werden wir jetzt bald sehen. In den USA wird die sogenannte Volcker-Regel diskutiert, die wieder zur erwähnten Trennung von Investment- und Geschäftsbank führt. Wir können ­also zumindest Schritte in die richtige Richtung erkennen. Dieses Wochenende findet ein Treffen der G-20 statt. Auch dort ist die Regulierung der Banken ein Thema. Was erwarten Sie? Es geht um die bekannten Themen: mehr Eigenkapital, mehr Transparenz bei Derivaten etc. Wichtig ist, dass diese Dinge jetzt auch umgesetzt werden. Doch bei den G-20 türmen sich noch ganz andere Probleme. Woran denken Sie? An die Ungleichgewichte der Weltwirtschaft oder an die Verschuldungsproblematik oder an die Sorgen um Griechenland und die Club-Med-Länder. Derzeit steht die Eurokrise im Vordergrund. Wie schlimm ist sie wirklich? Ziemlich schlimm. Ich denke, einige Länder sind nicht nur illiquid, sondern insolvent. Das bedeutet? Es braucht eine Umschuldung. Bringt das nicht automatisch das Bankensystem erneut in Schwierigkeiten? Ich denke, man kann eine Umschuldung so durchführen, dass die Banken es verkraften können. Es muss nicht zu einem Chaos kommen wie zu Beginn des Jahrhunderts in Argentinien. Pakistan oder die Ukraine haben gezeigt,

«Ökonomisch gesehen ist Europa nach wie vor ein Gigant, politisch wird es zu einem Zwerg»

dass eine geordnete Umschuldung machbar ist. Was wären die Folgen, wenn es zu keiner solchen Umschuldung kommen sollte? Der materielle Schaden vergrössert sich, und die Leidenszeit der Menschen verlängert sich. Machen wir uns nichts vor: Griechenland wird so oder so umschulden müssen. Kann eine solche Umschuldung innerhalb der Währungsunion erfolgen, oder muss Griechen­ land die Eurozone verlassen? Technisch gesehen ist eine Umschuldung auch innerhalb von Euroland möglich. Das Problem ist, wie Griechenland wieder wettbewerbsfähig werden kann. Um dieses Ziel zu erreichen, muss die Europäische Zentralbank dafür sorgen, dass der Kurs des Euro nicht zu stark wird. Gleichzeitig sollten die Deutschen mehr importieren. Jeder hat seine Aufgabe: Die Club-Med-Länder müssen ihren Haushalt sanieren, die EZB den Euro noch billiger machen und Deutschland die Nachfrage ankurbeln. Was ist mit Sparen? Die südlichen Länder müssen ihre Haushalte sanieren, aber mit Sparen allein ist es nicht getan, das verschärft die Rezession. Die Musik der Weltwirtschaft spielt immer lauter in Asien. Ist Europa in Gefahr, ­bedeutungslos zu werden? Das vereinigte Bruttoinlandprodukt der EU ist etwa gleich gross wie das der Vereinigten Staaten. Europas Wirtschaftskraft ist also

immer noch sehr bedeutend. Doch das gilt für ein wirtschaftlich vereinigtes Europa. Politisch scheint es sich derzeit eher wieder zu entzweien. Genau da liegt das Problem. Ökonomisch gesehen ist Europa nach wie vor ein Gigant, politisch wird es immer mehr zu einem Zwerg. Die Mitglieder von Euroland, aber auch der EU, können sich immer weniger auf eine gemeinsame Aussen- und Verteidigungspolitik einigen. Wenn dies nicht geschieht, dann werden die Euro­ päer tatsächlich zunehmend marginalisiert. Europa braucht nicht nur eine Einheitswährung, es braucht auch mehr politische Einheit? Ja, Europa braucht den Euro, und es braucht mehr politische Inte­ gration. Wie gross sind die Chancen, dass es dazu kommen wird? Die Eurokrise ist der erste ernsthafte Test, den Europa zu bestehen hat. Wir werden sehen, ob die Europäer in der Lage sind, vernünftig zu sparen, struktu­ relle Reformen durchzuführen und gleichzeitig die politische und wirtschaftliche Integration in kleinen Schritten voranzutreiben. Und was, wenn nicht? Dann könnte Euroland im schlimmsten Fall wieder auseinanderbrechen. Die politische Integration, die bisher erfolgt ist, würde dann wieder zunichtegemacht. Und wirtschaftlich droht dann ein Absturz von Europa in eine neue Rezession.

anzeige

SIMSALADRIN! 4640.– PREISVORTEIL

CHF

*

L ANCIA DELTA SWISS EDITION MIT MAGIC PARKING AB CHF 28 490.– Mit Magic Parking millimetergenau einparken – und das freihändig. Sie müssen nur noch Gas geben und bremsen, das Fahrzeug lenkt wie von Zauberhand selbst. Reservieren sie jetzt eine Probefahrt bei ihrem Lancia Partner. * Lancia Delta Swiss Edition, 1.4 Turbo-Jet (88 kW / 120 PS), Promopreis ab CHF 28 490.– inkl. MwSt. (Basis: Lancia Delta Argento 1.4 T-Jet 120 PS ab CHF 29 990.– + Zusatzausrüstungen im Wert von CHF 3140.– = CHF 33 130.–; abzgl. Kundenpreisvorteil CHF 4640.– = CHF 28 490.- inkl. MwSt.) Preis des abgeb. Fahrzeugs: CHF 29 440.– inkl. MwSt. (CHF 28 490.– + Perl-Lackierung CHF 950.–).

w w w. l a n c i a . c h


Entre financiers éthiques et analystes critiques ZERMATI SUMMIT. Du 3 au 5 juin prochain, la station rassemblera des acteurs et observateurs des mutations de la société et de l'économie. OLIVIER GRIVAT

Organisé à l'initiative de l'industriel vaudois Christopher Wasserman (L'Agefi du 17 mai 2010),le tout premier colloque zermattois donnera la parole à des acteurs de l'économie qui ont concrètement contribué à faire évoluer un certain nombre de pratiques. ils démontrent ainsi que d'autres approches de l'économie sont possibles. Parmi eux, Mike Hannigan, CEO de Give Something Back, une entreprise qui repose sur une pratique plutôt provocante: donner ses bénéfices aprés les réinvestissements nécessaire au développement de l'entreprise, tout en permettant à sesclients de contribuer à choisir les bénéficiaires.

François Lemarchand, PDG de Nature et Dècouvertes, parlera de son entreprise créée autour du concept de redécouverte de la nature. Ses directeurs de magasins ne sont pas seulement payés en fonction du rèsultatmais également en fonction de la réduction de l'empreinte écologique exercée par l'activitè de l'entreprise. Directeur de BNP Paribas Persona! Investors, Olivier Le Grand a pour sa part mis en place une réduction des marges sur les achats d'actions d'entreprise qui ont reçu une note suffisante lors de diverses évaluations éthiques. Son compatriote Arnaud Mourot estledirecteureuropèend'Ashoka, réseau mondial d'entreprises sociales qui possède un double statut consistant à défendre une causehumanitaire tout en étant au sein de l'économie de marché. Même démarche également depuis plus de 15 ans pour Elisabeth Laville, la créatrice d'UTOPIES, premier cabinet français de conseil en stratégiede développement durable pour lesentreprises. Parmi lesautres ob-

servateurs de l'évolution de l'économie et de la société,on entendra Nouriel Roubini, un professeur de l'Université de New Yorkqui a implacablement analysé et dénoncé lestravers du système économique actuel en prévoyant, avec plus de deux ans d'avance, la crise telle qu'elle s'est finalement déroulée. Par vidéo,le Prix Nobel de la Paix 2006, le Bengladeshi Mobammad Yunus témoignera enfin de son expérience de« banquier des pauvres « comme initiateur du microcrédit. Aux côtés du Péruvien Hernando de Soto, auteur du best-seller « Les mystères du capital « qui témoignera aussi, c'est l'un des grands économistes du tiers monde à avoir été la source de nouveaux concepts s'appliquant également en Occident. Des témoins de la lutte pour le développement et lajustice mais aussi pour la réconciliation entre les peuples, tels Mgr Manso ur Labaky du Liban et l'activiste indienne Mallika Sarabhaï, donneront une note spirituelle. www.zermattsummit.org


Revenir aux sources de la finance Hernando de Soto sera Iun des économistes invités au premier Sommet de Zermatt consacré

à la mondialisation, du 3 au 5 juin. Il défend le principe de proportion cher à John Galbraith

S-

..

, 1

. ...

~

\.~--

La finance soutient la création de richesse mais, en soi, ne crée pas de valeur. Elle ne devrait jamais être autorisée à prendre la direction des opérations: le rôle de la finance est de permettre la continuité des échanges économiques en mettant la monnaie épargnée par certains à la disposition de ceux qui inventent et produisent des biens. La finance est une infrastructure, au même titre que les routes ou les égouts. Comme l'écrivait Adam Smith, l'argent est «la grande roue de la circulation. .. qui apporte au marché toute l'herbe et tout le grain du pays (mais) qui ne produit ni l'un ni l'autre». Même Marx reconnaissait que la valeur n'avait rien à voir avec la monnaie. C'est pourquoi nous devons cesser de rechercher des solutions à la crise actuelle du côté des mesures qui sacrifient la propriété et la richesse des producteurs de biens et qui subventionnent les institutions financières qui ont été mises

dans un état désastreux par les financiers d'aujourd'hui. Une des raisons pour lesquelles tout est aujourd'hui sens dessus dessous est le volume des financements qui est sans rapport aucun avec la valeur des actifs. Iexpansion du crédit utilisant des instruments dérivés a créé plus de monnaie que nécessaire. Un effondrement du crédit et des devises est inévitable si la finance n'est pas alignée avec les actifs et fonction de leur revalorisation. I'importance d'aligner la finance et les droits de propriété sur les actifs pour créer du crédit a été repérée très tôt par John Kenneth

Lafinance est une infrastructure, au même titre que les routes ou les égouts Galbraith; étudiant la crise de 1929, il concluait que les crises financières apparaissent quand le montant des dettes sécurisées ou créées à partir du nantissement d'actifs devient dangereusement «hors de proportion» avec les biens nécessaires pour rembourser la dette. Comment peut -on mesurer la «proportion» dont parle Galbraith?

En examinant si le financement mobilisé pour le développement d\m certain type d'actifs pourra effectivement générer de la valeur supplémentaire. La raison pour ce faire est aussi ancienne qu'Aristote qui expliquait déjà que le potentiel d'un actif est plus grand que cet actif lui-même. Cecijustifie l'effet de levier puisque découvrir et développer le potentiel d'un actif requiert du crédit supplémentaire «en proportion» avec une bonne estimation de la valeur supplémentaire pouvant être produite par cet actif Lemessage est simplement que la croissance vient d'une revalorisation des actifs - processus dans lequel la finance ne joue qu'un rôle d'appoint Ce principe de «revalorisation» a été respecté dès les premiers temps de la République américaine: un titre de propriété était attribué aux pionniers, aux chemins de fers, aux universités qui pouvaient revaloriser les terres qu'ils réclamaient ou qui leur étaient confiées. Leslois déjà anciennes relatives au droit de propriété reposaient sur des principes selon lesquels le financier devait constamment garder un œil sur les actifs concernés pour continuer de se souvenir de ce que le but du financement est de créer de la richesse supplémentaire et non

d'aller au-delà des possibilités de revalorisation de ces actifs: les actifs peuvent être nantis, transformés, combinés, recombinés, découpés, tranchés et repackagês, à condition toutefois que le processus augmente la valeur de l'actif original Or, dans l'univers actuel des produits et de l'engineering financiers, il n'y a pas de mécanismes ou d'incitations qui assurent que la division permanente des titres de propriété et leur recombinaison en tranches ne soient liées, dune façon ou dune autre, aux actifs et à leur potentiel. De plus, parce que nous n'avons aucune trace ou moyen de contrôler les instruments dérivés qui justifient le crédit, nous n'avons pas non plus les moyens de garder la trace de la taille, du prix réel, des implications et du parcours de ces dérivés. n en résulte que nous avons créé une crise se traduisant par une énorme création de crédit qui dépasse largement les besoins réels de la production et des personnes. Nous ne retrouverons la maîtrise de notre sort que lorsque nous aurons retrouvé le contrôle de toute la liquidité et de ces produits dérivés qui ont un fort contenu monétaire. Je parlerai de cela à Zermatt.


Bringing morality to Wall Street Groups push not only for stronger regulation of Wall Street banks, but a greater emphasis on ethical business practices.

 Protestors march in Washington on Monday, May 17 during a rally against Wall Street and corporate and antiimmigrant lobbyists. Faith, labor and community groups across the country are pressuring big banks to "stop acting unethically." Manuel Balce Ceneta/AP Enlarge By David R. Francis / May 18, 2010

At the heart of the financial crisis lay a moral failing. Too many financial-industry officials, and often their customers, lacked the ethical training and guts to refuse to sell or buy "liar's loans" and other toxic mortgages. Too many were willing to operate a massive casino that traded financial derivatives of little constructive value. Further, the ethical weakness on Wall Street led to "ripping the heart" out of the economic security of millions of middle-class Americans, says Elizabeth Warren, Harvard law professor and chair of the Congressional Oversight Panel, created to review the Troubled Asset Relief Program. With the financial crisis, the great recession, and the fall in house values, millions of homeowners have lost their houses, usually their largest asset and their "No. 1 retirement plan" when combined with Social Security pensions, she adds. "I am stunned there has been so little discussion [in the media] of Wall Street's moral failing." That may be changing. The financial issues indicate "a crisis in ethical and moral leadership," says Adam Kruggel, who heads Contra Costa Interfaith Supporting Community Organization, a federation of 25 church congregations.


CCISCO is part of a coalition of faith, labor, and community groups staging protests across the country against Wall Street's behavior. It has been pressuring big banks such as Well Fargo and Bank of America to "stop acting unethically," Mr. Kruggel says. "Stop foreclosing on families eligible for loan modifications from the federal government." Large demonstrations have been held in San Francisco and Charlotte, N.C., at shareholder meetings, and also at New York banks. The coalition is also urging customers of these banks to shift their deposits to smaller banks that the organization considers more ethical and responsible. "We need to rethink how to put the economy at the service of humans," says Christopher Wasserman, a Swiss executive organizing and helping finance a June 3-5 conference in Zermatt aimed at urging the next generation of business leaders to operate under a more ethical mandate. Roman Catholic Cardinal Peter Turkson, head of the Pontifical Council for Justice and Peace at the Vatican, and other church leaders are expected to attend this conference along with some CEOs and educators. Does Wall Street need stronger regulation? "Absolutely," says Professor Warren, a strong advocate of a bureau of consumer financial protection proposed in the financial reform bills still before Congress at this writing. "We tried the experiment of letting Wall Street write the rules." But Wall Street's business model is flawed, she adds, because it is based on financial people "trying to deceive each other ‌ and anybody who walks in the door." Though recognizing a need for better regulation, Mr. Wasserman sees a bigger requirement for business to go beyond just seeking pure profit and to revisit the corporate "raison d'être," integrate leadership training and ethics, and make corporate statesmanship a reality. He would like business schools to "reintegrate ethics in the oldfashioned way" in the training of their students. Wasserman cheers the formation a few years ago of the United Nations-connected Globally Responsible Leadership Initiative in Belgium to promote and support the development of a next generation of responsible and ethical business leaders. It now involves some 300,000 business students on five continents. "Companies should put ethics at the core of their strategy," he says.


       

      


       

      


UK NEWS

WARNINGS AS POUND FALLS AGAIN

The pound and euro slumped further against the dollar yesterday

Tuesday May 18,2010

By Daily Express Reporter Have your say(2)

THE pound and euro slumped further against the dollar yesterday as the European Central Bank gave a grim warning on the state of Europe’s economy. President Jean-Claude Trichet said the economy was “in its most difficult situation since the Second World War or perhaps the First”. The euro hit a four-year low against the dollar while the pound was at its weakest for 13 months after fresh fears over the strength of eurozone economies. The falls mean British holidaymakers will once again receive poor value for money in the eurozone or America. Christopher Wasserman, president of the independent Zermatt Summit for business, said: “The root cause is loss of trust. It has fallen to an all-time low and could fall further due to the high-risk approach. “For stability, we urgently need to govern and run our companies with an ethical, transparent and accountable mandate. “That needs to lead to a significant change in leadership behaviours, without which we are heading for further catastrophe.”


ECONOMIE ENJEUX-SUISSE Lundi 17 mai 2010

Imprimer cet article

Retrouver le sens du capitalisme 1er ZERMATT SUMMIT Du 3 au 5 juin, l’héritier de Castolin rassemblera 200 chefs d’entreprises au pied du Cervin.

Olivier Grivat «La crise mondiale est révélatrice du profond dysfonctionnement de tout un système. Le modèle actuel de développement économique génère de plus en plus de richesses, mais à quel prix?» Pour répondre à la question, l’industriel vaudois Christopher Wasserman, président fondateur d’Ecophilos, a donné rendez-vous à 200 dirigeants d’entreprise pour le 1er Zermatt Summit qu’il organise du 3 au 5 juin.


Euro hits four-year low

The Euro has hit a four year-low against the dollar following renewed fears over the strength of the Eurozone economies, with some experts predicting further falls and that it could even attain parity with the dollar.

Despite the huge sums of money that have been pumped into the Euro following the European and IMF announcement of a â‚Ź750bn support package investor confidence is continuing to fall. Christopher Wasserman, President and founder of the Zermatt Summit which is an independent business summit run by the Zermatt Foundation, said: ‘The continued loss of confidence is hurting our economies, and ultimately the root cause is loss of trust which has fallen to an all time low and could fall further, due to the high risk approach to debt, leading to a collapse in trust of our political and business leaders. For stability to be restored and sustained, we urgently need to govern and run our companies with an ethical, transparent and accountable mandate which needs to lead to a significant change in leadership behaviours, without which we are heading for further catastrophe. Already we are sowing the seeds for a second asset bubble. The Zermatt Summit, whose inaugural summit is taking place between the 3-5 June in Zermatt, Switzerland, has been created to allow innovative business leaders, CEOs, senior policy makers and NGOs to discuss how ethics and not the sole pursuit of pure profit can drive business practices forward in the forthcoming years. 17 May 2010


Business leaders: Europe needs action on economy

Continent said to be at risk of becoming “the Lehman Brothers of the sovereign debt world” By Ben Lobel | Tue May 4, 2010 TAGS: Christopher Wasserman, Europe, Greece, Zermatt Summit Investor confidence in Greece is at all time low The architect of Greece’s entry into the euro, Dr Yannos Papantoniou, Greek economy minister between 1994 and 2001, issued a strong warning for Europe to act “at very high speed” to rescue the economy. With investor confidence in the Greek economy at an all time low Christopher Wasserman, the President and Founder of the Zermatt Summit, warns that more fundamental change at a grass roots level needs to be implemented by policy makers and businesses to avoid further crises like this. Wasserman says that having witnessed the biggest corporate and financial collapses in history, many believe that we now need to encourage the next generation of business leaders to operate under a new and ethical mandate. “It is becoming increasingly critical that we influence the hearts and minds of key decision makers who are responsible for formulating policy in business and government towards responsible leadership, in order to restore stability and identify new opportunities for growth in the world markets,” he said. “The current market economy has become increasingly ambiguous and contrarian. Whilst generating unprecedented levels of growth, we are producing more wealth than ever before, but at what cost?” The Zermatt Summit, whose inaugural event is taking place between the 3-5th of June in Zermatt, Switzerland, has been created to allow innovative business leaders, CEOs, senior policy makers and NGOs to discuss how ethics and not the sole pursuit of pure profit can drive business practices forward in the forthcoming years. By Ian Armitage


“The Lehman Brothers of the sovereign debt world” Pubblicato da fidest su domenica, 2 maggio 2010 The architect of Greece’s entry into the euro Dr Yannos Papantoniou, Greek economy minister between 1994 and 2001, issued a strong warning for Europe to act “at very high speed” to rescue the economy. With investor confidence in the Greek economy at an all time low, Christopher Wasserman, the President and Founder of the Zermatt Summit, warns that more fundamental change at a grass roots level needs to be implemented by policy makers and businesses to avoid further crises like this. The summit’s President, Christopher Wasserman, says that having witnessed the biggest corporate and financial collapses in history, many believe that we now need to encourage the next generation of business leaders to operate under a new and ethical mandate. “It is becoming increasingly critical that we influence the hearts and minds of key decision makers who are responsible for formulating policy in business and government towards responsible leadership, in order to restore stability and identify new opportunities for growth in the world markets,” he said. “The current market economy has become increasingly ambiguous and contrarian. Whilst generating unprecedented levels of growth, we are producing more wealth than ever before, but at what cost?” The Zermatt Summit, whose inaugural summit is taking place between the 3-5th of June in Zermatt, Switzerland, has been created to allow innovative business leaders, CEOs, senior policy makers and NGOs to discuss how ethics and not the sole pursuit of pure profit can drive business practices forward in the forthcoming years. The main objective of the Zermatt Summit is to formulate a roadmap and focus on three areas: to revisit the corporate raison d’être of the firm, to integrate leadership and ethics, to make corporate statesmanship a reality Speakers at the summit include: Renowned economists such as Nouriel Roubini and Hernando de Soto who are the at forefront of the change of the economic paradigm, innovative business leaders whose firms are applying new business models and a pioneering group of business schools and firms such as the Globally Responsible Leaders Initiative representing 300,000 students and 1,000,000 employees. Colin Melvin, CEO of Hermes Equity Ownership Services, which is one of the world’s largest and most influential institutional investors, will be speaking at this year’s summit. Owned by the BT pension scheme, Hermes Equity Ownership Services has over $100bn worth of assets under advice and has been campaigning for a positive dialogue between company boards and their investors. The purpose of companies operating in the new paradigm should be “wealth creation with progressive policies which place social responsibility and sustainability at the heart of their operations. The new focus of companies operating in the 21st century economy should be people and not just the pursuit of profits at any cost. The world debut of a new 56 minute documentary, “Doing Virtuous Business” will be shown to delegates.


Le Nouvelliste

VALAIS

Vendredi 30 avril 2010

21 nc - bru

Humaniser l’économie ZERMATT SUMMIT  Plus de 200 patrons d’entreprise, économistes, politiques et humanistes sont attendus au pied du Cervin début juin, pour essayer de donner plus d’âme à la globalisation. Eclairage de Christopher Wasserman, président de la Fondation.

PASCAL GUEX

Après Davos, Zermatt! Décidément, les Alpes suisses offrent des espaces de réflexion particulièrement appréciés de nos dirigeants. Du 3 au 5 juin prochain, la station du pied du Cervin va en effet accueillir son premier sommet économique. La comparaison avec le Forum grison s’arrête cependant là. Si Davos réunit chaque hiver 3000 ou 4000 intervenants et invités, Zermatt a, elle, décidé de jouer la carte de la convivialité et de limiter à 250 le nombre des participants. Davos planche sur la mondialisation? A Zermatt, les débats seront placés sous le signe d’une globalisation à visage humain. «Changeons les cœurs et les mentalités!». Tel est le leitmotiv des organisateurs de ce premier rendez-vous haut-valaisan appelé à devenir tradition. Avec un premier budget de 1,5 million de francs en grande partie couvert par de généreux donateurs, ce Zermatt Summit s’est en tout cas donné les moyens de réussir son envol. «Nous devons très vite prouver l’utilité d’un tel rendez-vous pour intéresser de futurs parrains qui contribueront à pérenniser notre manifestation.» En attendant, Christopher Wasserman espère faire le plein de participants et intéresser encore quelques entrepreneurs et politiques Valaisans qui rejoindraient ainsi le conseiller d’Etat Maurice Tornay, l’un des animateurs de la journée du 5 juin.

Partager des valeurs, pas évangéliser Premier président de la Fondation reconnue d’intérêt public qui a lancé ce rendez-vous, Christopher Wasserman précise bien que la vocation de Zermatt n’est pas de concurrencer Davos. «Nous souhaitons apporter un éclairage différent sur l’économie, dans une ambiance beaucoup plus détendue et propice aux échanges.» Avec quels objectifs? «Le but est de mettre en contact des responsables de PME, des chefs de multinationales, des politiques, des responsables d’ONG, des artistes comme des personnalités du monde, de la spiritualité afin de dégager les nouvelles règles de l’économie de demain. Le tout en tenant compte des pistes fournies depuis toujours par l’Eglise.»

Pas question cependant aux dires de M. Wasserman d’évangéliser les participants à ce sommet. «Nous tenons simplement à partager des valeurs de respect, de dignité.» Mais pour quels résultats concrets? Christopher Wasserman ne veut pas croire que ce sommet de réflexion animé par des intervenants de tout premier plan ne débouche que sur quelques considérations théoriques. «Première oblige, il est certes difficile de prévoir ce qui va ressortir de nos débats. Mais pourquoi ne pas envisager de créer un prix appelé à récompenser des entreprises qui privilégient une approche plus humaine de l’économie? Nous prévoyons aussi de publier les résultats de nos réflexions et d’éditer un manuel de règles qui doivent permettre d’améliorer l’ambiance de travail.» Lui-même patron d’une PME d’origine suisse qui emploie près de 200 employés en Allemagne et en France, le président du Zermatt Summit a pu constater que la solidarité et une bonne communication au sein d’une entreprise pouvaient s’avérer payantes. «Alors que notre entreprise était frappée de plein fouet par la crise, mes collaborateurs ont accepté de sacrifier certaines primes sur l’autel du redressement. Nous avons ainsi pu éviter le dépôt de bilan et aujourd’hui, c’est reparti...» 1re édition du Zermatt Summit, du 3 au 5 juin au Schweizerhoff. Inscriptions et renseignements sur: www.zermattsummit.org

EN BREF RSV

Les Verts aussi veulent un audit «Le parti des Verts valaisans demande aux instances du RSV et au Département de la santé de communiquer pour rassurer la population sur la qualité des soins en Valais», communique le parti. Il estime que ce qui a été fait jusqu’à maintenant face aux rapports de Serge Sierro et JeanClaude Pont n’est pas suffisant. Si les Verts constatent que la mise en place du RSV a été bénéfique pour le canton, ils estiment qu’il «est temps aujourd’hui d’introduire plus de démocratie dans les processus administratifs et décisionnels internes.» Les Verts soutiennent l’idée d’un audit. Ils rejoignent sur ce point le PLR et l’UDC. JYG/C

RSV

Les syndicats chrétiens appellent au calme Le personnel soignant doit «essuyer des remarques désobligeantes et évoluer dans un climat malsain, alors même qu’il se démène corps et âme pour assurer une qualité optimale de prise en charge des patients», déplore les syndicats chrétiens. Raison pour laquelle ils lancent un appel au calme et au respect. Les attaques dont est l’objet le RSV concernent l’organisation du Réseau et l’activité des médecins et chirurgiens. Or, un amalgame est souvent fait entre toutes les fonctions soignantes. Bertrand Zufferey, le secrétaire général des syndicats chrétiens rappelle que «90% des soins sont assurés par le personnel soignant et que les 10% restants des actes sont prodigués par les médecins et chirurgiens.» Un personnel soignant dont le travail n’est pas remis en cause et qui mérite le respect. JYG/C

CONSEIL D’ÉTAT VALAISAN

Christopher Wasserman, président du 1er Zermatt Summit: «Nous devons très vite prouver l’utilité d’un tel rendez-vous pour intéresser de futurs parrains qui contribueront à pérenniser notre manifestation.» LE NOUVELLISTE

Une touche spirituelle «Ethique et responsabilité», «Changer les mentalités», «De nouveaux modèles pour demain»: le libellé de trois des ateliers choisis parmi la quinzaine qui seront proposés le vendredi 4 et le samedi 5 juin prochain donne le ton de ce premier sommet de Zermatt. C’est à une profonde réflexion que vont donc s’employer invités et participants. Les explications de Christopher Wassermann. «Nous avons voulu placer ce colloque autour de trois axes: la finance pour servir l’homme; l’entreprise pour servir le bien commun et ce bien commun pour servir la personne.» Le président de ce Zermatt Summit fait remarquer qu’aujourd’hui la finance a plutôt tendance à ne servir que ses propres intérêts ou que l’entreprise n’est pensée que pour favoriser la finance. Et c’est justement pour essayer de recentrer l’économie vers l’humain que les organisateurs ont aussi prévu de donner une touche spirituelle à ces débats. L’après-midi du samedi 5 juin sera ainsi réservée à une table ronde notamment animée par le Valaisan Nicolas Buttet et par Mgr Mansour Labaky, fondateur de l’école de sainteté Lo-Tedhal. PG

Jean-Michel Cina à la présidence Le Conseil d'Etat du canton du Valais a désigné sa présidence pour la période qui court du 1er mai 2010 au 30 avril 2011. Sans surprise, le vice-président actuel, le conseiller d'Etat Jean-Michel Cina de Salquenen, est porté à la présidence du gouvernement. Il accède ainsi pour la deuxième fois à la tête de l’Exécutif valaisan et succède au président sortant Claude Roch de Port-Valais. Le conseiller d’Etat Jacques Melly de Granges (Sierre) devient, pour sa part, vice-président du gouvernement. C/PG

PUBLICITÉ

Département de l’économie, de l’énergie et du territoire Service de l’agriculture

Departement für Volkswirtschaft, Energie und Raumentwicklung Dienststelle für Landwirtschaft

1951 Châteauneuf/Sion - www.vs.ch/agriculture Tél. 027 606 76 00 - Fax 027 606 76 04

Communiqué No 6 du 29 avril 2010

ARBORICULTURE ARROSAGE DES VERGERS Afin d’écarter tout risque d’infection de Feu Bactérien, évitez d’arroser par aspersion les vergers en fleurs (cognassier, poirier, pommier) durant les heures où la température dépasse les 15°C. POMMIER: MALADIES Durant la floraison, la lutte contre la tavelure se fait de préférence avec des fongicides de la famille des anilinopyrimidines, efficaces également contre la pourriture de l’œil. Une couverture contre l’oïdium est aussi indispensable, sur l’ensemble des variétés. Par contre: AUCUN INSECTICIDE NE DOIT ÊTRE APPLIQUÉ DURANT LA FLORAISON! POIRIERS: TRAITEMENT POST-FLORAL Après la fin complète de la floraison, intervenir contre le puceron mauve et contre les autres ravageurs ci-dessous,

au besoin. Evitez si possible d’utiliser des produits toxiques pour les abeilles (en clair*). Prenez aussi les mesures nécessaires pour que des fleurs ouvertes ne subsistent pas dans la parcelle ou à proximité (faucher l’interligne, retarder l’application, l’effectuer hors des heures de vol des abeilles). • Puceron mauve: Pirimor, Pirimicarb, Aztec, Alanto, Gazelle, Actara*, Confidor*, tous limités à une seule application par saison sur pucerons de la même espèce. NeemAzal (admis en bio) a aussi une bonne efficacité, mais ne peut être utilisé sur certaines variétés sensibles. • Noctuelles et cheimatobie: Mimic, Match, Steward, Prodigy, Rimon*, Audienz* (admis en bio). • Capua: Steward, Audienz*, ou nouvelle application de Capex. • Eriophyides libres: Kiron, Envidor* (limité à une seule application par année) sur les parcelles ayant présenté des dégâts lors de la dernière récolte. Trois à quatre applications de soufre mouillable (3 kg/ha) durant la saison limitent aussi fortement les populations de ce ravageur. • Punaise des fruits: dans les parcelles atteintes en 2009, Reldan* ou Chlorpyriphos-methyl* permettent de lutter en même temps contre ces punaises et les chenilles de printemps, tout en ayant une efficacité partielle sur le puceron mauve. CERISIERS: TRAITEMENT POSTFLORAL Dès la fin de la floraison, surveillez les populations de puceron noir et appliquez un aphicide (seul ou combiné avec un fongicide), dès 5% de pousses attaquées, voir moins sur des arbres jeunes ou peu vigoureux. Produits: Pirimor, Pirimicarb, Alanto, Gazelle, NeemAzal (admis en bio). ABRICOTIERS ET PRUNIERS VOIR COMMUNIQUÉ PRÉCÉDENT

VITICULTURE ACARIOSE – ARAIGNÉES ROUGES Les températures élevées enregistrées ces derniers jours ont fortement limité les risques de blocages de croissance par l’acariose. Malgré tout, dans certaines parcelles contrôlées récemment, un traitement avec un acaricide se justifie. Par mesure de précaution, nous vous recommandons de contrôler au plus vite vos parcelles sujettes à l’acariose, ainsi que les jeunes vignes (2e et 3e feuilles), et d’intervenir en cas de besoin. Il arrive fréquemment que seulement une partie de parcelle soit atteinte. Dans ce cas, il est recommandé de ne traiter que la partie concernée. De plus, un ébourgeonnage précoce aide la vigne à reprendre une croissance normale. Il est également temps de contrôler les populations de typhlodromes et d’araignées rouges. Ce contrôle est en effet plus facile lorsque les pousses sont courtes (3-4 feuilles étalées), les populations d’acariens étant concentrées sur une petite surface. MILDIOU - OÏDIUM Dans les secteurs précoces, les œufs d’hiver de mildiou sont arrivés à maturité à ce jour. Le premier traitement contre cette maladie devra s’effectuer environ une semaine après l’infection primaire, qui ne se réalisera qu’en cas de précipitations abondantes, accompagnées de températures supérieures à 8-9°C. Le site d’accès libre www.agrometeo.ch vous renseigne sur les risques d’infection. La lutte contre l’oïdium devrait débuter au plus tard au stade G (pousses de 60 cm en moyenne), un peu plus tôt dans les parcelles sensibles à cette maladie. Afin de valider le modèle utilisé par agrométéo et, le cas échéant, de l’actualiser, nous vous serions reconnaissants de signaler immédiatement à l’office de la viticulture toute

observation de symptômes de l’une ou l’autre de ces maladies. SURFACES VITICOLES PRESENTANT UNE BIODIVERSITÉ NATURELLE La Confédération accorde un soutien financier de 1000.–/ha aux surfaces viticoles de biodiversité naturelle d’une qualité biologique particulière. Ces surfaces peuvent également être déclarées comme surfaces de compensation écologique (SCE). Les exploitants qui désirent recevoir ces contributions doivent inscrire leurs parcelles auprès du préposé communal à la culture des champs jusqu’au 12 mai.

CULTURES MARAÎCHÈRES MOUCHE DU CHOU Ces derniers jours, les pontes ont augmenté. En général, elles sont très importantes jusqu’à début juin. Les cultures sensibles (système racinaire et collet encore peu développés) doivent être protégées par un traitement au pied. Les cultures sous agryl et celles dont la récolte est prévue vers la fin mai sont peu menacées. De juin à septembre, les pontes des générations suivantes sont moins importantes. Produits: Birlane, Perfekthion MOUCHE DE L’ASPERGE Le vol a nettement augmenté ces derniers jours. Il va se poursuivre jusqu’à début juin. Les cultures sensibles sont les plantations, les cultures de 2e année (= récolte partielle) et celles forcées sous tunnel (= récolte terminée à mimai). Dès début juin, le vol étant terminé, les traitements sont inutiles. Dans les cultures où des dégâts ont été constatés l’année passée, il peut être nécessaire de protéger les turions sur lesquels a lieu la ponte. Produits: insecticide à base de Diazinon Service cantonal de l’agriculture – M. Genini


Zermatt Summit: to make corporate statesmanship a reality U hebt een pagina opgevraagd uit het Nieuwsbank persberichtenarchief en u bent geen abonnee. Daarom vragen wij u nu een kleine bijdrage voor het onderhoud van onze persberichtenverzameling. Hieronder ziet u de eerste 100 woorden van het door u opgevraagde persbericht, na betaling kunt u het hele persbericht lezen. Bent u al wel abonnee? Klik hier om uw wachtwoord op te geven. Wilt u nu snel binnen tien minuten abonnee worden? Klik dan hier. Koop geen kat in de zak! Lees dit goed:

Waarschuwingen: Let op de datum van dit persbericht, het kan verouderd zijn. Let op de lengte: Het volledige bericht is wellicht niet veel langer dan de eerste honderd woorden die u hieronder ziet. Nieuwsbank levert hier alleen bronmateriaal: als u een journalistiek eindproduct verwacht, ligt teleurstelling voor de hand. U betaalt niet voor dit bericht maar voor het gebruik van de Nieuwsbank verzameling; het kan zijn dat dit persbericht elders of later gratis aangeboden wordt.

Het gebruik van dit persbericht is aan voorwaarden gebonden. Onze klantenservice onderschrijft de ECPN gedragscode voor online zakendoen.

Uw email-adres blijft vertrouwelijk, Nieuwsbank gebruikt het alleen voor deze transactie.

Hebt u vragen over de betaling bel dan de Nieuwsbank helpdesk, hebt u vragen over de inhoud van het bericht, kijk dan naar de adresgegevens in het bericht zelf of volg de link naar de originele vindplaats.

Eerste 1430 tekens van het bericht: Datum: 03-06-2010 Zermatt Summit: to make corporate statesmanship a reality

Ingezonden persbericht Press release PR4/ 30.04.10 As Europe risks becoming "the Lehman Brothers of the sovereign debt world" business leaders call for urgent action The architect of Greece's entry into the euro Dr Yannos Papantoniou, Greek economy minister between 1994 and 2001, issued a strong warning for Europe to act "at very high


speed" to rescue the economy. With investor confidence in the Greek economy at an all time low, Christopher Wasserman, the President and Founder of the Zermatt Summit, warns that more fundamental change at a grass roots level needs to be implemented by policy makers ...

De rest telt nog 4046 tekens.


The UK will not suffer the same fate as Greece because of significant differences in the way its debt is structured, a currency trader says. View a printer-friendly version of this articleÂť

Mark Bolsom, head of UK trading desk at foreign exchange firm Travelex says he does not see a Greek style crisis hitting the UK, despite ongoing fears over a downgrade to the AAA credit rating on the country's debt. He says the UK's control over its own currency gives policymakers the option of devaluing the currency to boost exports - an option Greece does not have. He points to the UK's stock of debt as being older, which reduces the pressure to raise new debt, even compared to key eurozone members France and Germany. Finally, he says there is a key difference in attitude towards taxation. Citing a World Bank report, Bolsom says up to a third of the Greek economy is never touched by a tax return, balance sheet or other form of written record, all factors that are making it more difficult for Greece to make fiscal promises to lenders. However, in another view the organisers of a summit of business leaders in Zermatt, Switzerland in June are warning policymakers must avoid letting Europe becoming the "Lehman Brothers of the sovereign debt world". One of the speakers expected at the event is Colin Melvin, chief executive of Hermes Equity Ownership Services, which is owned by the BT pension scheme, and has around $100bn in assets under advice.


The inaugural Zermatt summit DATE: 20 Apr 2010

Biggest corporate and financial collapse in history drives ethical business practices By Ben Lobel

In the first annual business summit of its kind, innovative business leaders, CEOs, senior policy makers and NGOs will gather in Zermatt, Switzerland to discuss how ethics and not the sole pursuit of pure profit can drive business practices forward in the forthcoming years. The summit’s President, Christopher Wasserman, believes that having witnessed the biggest corporate and financial collapses in history, many believe that we now need to encourage the next generation of business leaders to operate under a new and ethical mandate. “It is becoming increasingly critical that we influence the hearts and minds of key decision makers who are responsible for formulating policy in business and government towards responsible leadership, in order to restore stability and identify new opportunities for growth in the world markets,” he said. “The current market economy has become increasingly ambiguous and contrarian. Whilst generating unprecedented levels of growth, we are producing more wealth than ever before, but at what cost?” The main objective of the Zermatt Summit is to formulate a roadmap and focus on three areas: 1. to revisit the corporate raison d’être of the firm 2. to integrate leadership and ethics 3. to make corporate statesmanship a reality The Summit will provide a unique forum for participants to ask searching questions on how key decision makers can be influenced to instigate change in company behaviours, cultures and at policy level. This will result in a series of practical recommendations, which will be widely published to ensure their implementation by business, political and civic leaders. Edited by Ian Armitage


Richemont fait le pari du luxe sur internet OFFRE D’ACHAT

SUR LA TOILE

La société suisse a lancé une offre amicale sur le site internet Net-a-porter, qui vend nombre de marques de prêt-à-porter luxueuses. Elle en détient déjà le tiers des actions.

Il n’y a guère, dans le portefeuille du groupe helvétique Richemont, No 1 du luxe dans le monde, que les marques de vêtements et d’accessoires Lancel (photo), Azzedine Alaia et Chloé, qui se rapprochent du fonds de commerce de Net-a-porter. Il n’en demeure pas moins que le rachat du site apporterait au groupe une expérience précieuse dans le domaine du commerce en ligne, un moyen de distribution que le secteur du luxe peine à accepter.

PIERRE-YVES FREI

I

l fut un temps où internet passait plutôt pour le pire ennemi du luxe. Avant tout parce que sur la Toile, on trouvait de tout – entendez du vulgaire – et bien souvent des contrefaçons. Mais l’ère du mépris a cédé sa place à celle de l’intérêt commercial. La plus belle preuve de ce changement des mentalités est venue jeudi

«Une enquête réalisée

GAMMA

par Google en 2008 auprès de millionnaires a montré que ces derniers étaient très désireux d’acheter des produits de luxe sur internet» dernier avec l’annonce officielle d’une offre publique d’achat (OPA) de la part de la société suisse Richemont sur le site Net-a-porter, qui valorise ce dernier à près de 550 millions de francs. Fondé par la journaliste de mode Natalie Massenet en 2000, Net-a-porter offre aujourd’hui près de 300 marques – dont Jimmy Choo, Stella McCartney ou Givenchy – dans quelque 170 pays. Son dernier chiffre d’affaires, en 2009, a approché les 200 millions de francs. Une démonstration époustouflante que le luxe peut faire recette sur internet.

que 80 millions de francs. Le nouveau propriétaire lui fait également confiance pour continuer de diriger cette société qui emploie 600 personnes dans ses deux principaux centres de Londres et de New York.

Pas de vente de montres Dans son communiqué transmis hier, Richemont a précisé qu’au sein du groupe, Net-a-porter constituera une entité opérationnelle indépendante. Cette OPA amicale a été saluée à la Bourse suisse, où le titre de Richemont a gagné plus de 2%. Alessandro Migliorini, analyste chez Helvea, avoue qu’il a été surpris par cette acquisition alors que le groupe détenait déjà 33%. Il doute des synergies qui pourraient exister entre ces deux sociétés. Il n’a, par exemple, pas été fait mention du côté de Richemont

Fondatrice aux manettes Jusqu’ici, Richemont, premier groupe de luxe du monde (Cartier, Azzedine Alaia, Lancel, Chloé, Piaget, Vacheron Constantin, etc.) détenait 33% du capital-actions de Net-aporter. Au mois de mars, des rumeurs insistantes parlaient d’un rachat entier. La société suisse a reçu l’aval de 80% de ses actionnaires pour cette acquisition amicale. En effet, Natalie Massenet a donné son accord à ce rachat qui, accessoirement, lui rapportera quel-

d’envisager la vente de montres de luxe sur internet. Il n’y a guère, dans le portefeuille du groupe helvétique, que les marques de vêtements et d’accessoires Lancel, Azzedine Alaia et Chloé, qui se rapprochent du fonds de commerce de Net-aporter. L’analyste d’Helvea admet néanmoins que ce rachat apporte à Richemont une expérience précieuse dans le domaine du commerce en ligne, un moyen de distribution que le secteur du luxe peine à accepter. Certaines maisons ont pourtant décidé de faire le pas, à l’image de Ralph Lauren ou encore de Tiffany Co. D’autres, comme Louis Vuitton (LVMH), Yves Saint Laurent (PPR) ou Alexander McQueen (PPR), plutôt que de faire le pari du e-commerce, ont préféré se développer sur les réseaux sociaux comme Twitter.

Et puis il y a les allergiques. En 2009, le couturier Karl Lagerfeld en avait appelé à la commissaire de la concurrence, Neelie Kroes, pour que l’Union européenne renforce sa législation sur les marques afin de donner à ces dernières des moyens supplémentaires pour lutter contre ceux qui les vendent sur internet sans autorisation. La même méfiance habite ceux qui tiennent des boutiques de produits prestigieux, qui cachent leur crainte d’internet en arguant qu’ils sont les seuls capables d’offrir les services attachés au luxe. Pourtant, une enquête réalisée par Google en 2008 auprès de 1000 personnes disposant d’une fortune supérieure à 1 million de dollars a montré que ces dernières étaient très désireuses d’acheter des produits de luxe sur internet.£

«Pour que l’économie se recentre sur l’humain» des ONG, des acteurs des mondes de l’art et de la spiritualité.

Début juin, Zermatt connaîtra la première édition d’un sommet économique qui deviendra un rendez-vous annuel. Un Vaudois est à l’origine de cette initiative. Interview.

– Pensez-vous que ces valeurs auront leur place dans l’économie en reconstruction?

– Notre sommet ne veut pas concurrencer Davos, mais apporter un éclairage différent sur l’économie. Nous n’aurons que deux à trois cents participants, afin que l’esprit soit plus convivial et qu’il y ait davantage d’échanges. De plus, nous invitons beaucoup de responsables Contrôle qualité

DR

RENCONTRE

– Vous annoncez une rencontre pour «changer le cœur et l’esprit» des dirigeants. Comment?

3 QUESTIONS À CHRISTOPHER WASSERMAN ENTREPRENEUR de PME, à qui nous offrons la possibilité de rencontrer non seulement des chefs de multinationales, mais aussi des politiques,

9

ÉCONOMIE

– Ne craignez-vous pas de ne prêcher qu’à des convertis?

Il s’agit d’économistes et de patrons réputés. Certains viendront justement apporter leur expérience dans ce domaine – par exemple ce fabricant français de pièces pour l’automobile, qui a su faire sa place dans un marché très concurrentiel en employant des personnes en difficulté, une preuve qu’on peut redonner à l’humain une place centrale sans pour autant faire «de l’humanitaire» ou de l’altermondialisme. A partir de là, et en espérant pouvoir tirer profit de l’image de marque de Zermatt, nous nous tournerons vers l’extérieur, avec des recommandations concrètes que nous rendrons publiques et aussi visibles que possible.

– Beaucoup des participants sont en effet convaincus qu’une autre vision de l’économie est possible.

E. BA. Zermatt Summit, du 3 au 5 juin. Voir www.zermattsummit.org

– C’est le bon moment! La crise a montré les limites d’une gestion basée sur le profit à court terme. Nous voulons donner de nouvelles pistes, préparer les règles de l’économie de demain. Sans négliger la réflexion qu’apporte l’Eglise sur l’homme au travail. Il ne s’agit pas d’évangéliser les chefs d’entreprise, mais de partager des valeurs qui sont précieuses d’un point de vue anthropologique.

Les Etats-Unis ont créé plus de 160 000 emplois en mars REPRISE Avec un niveau record de nouvelles places de travail, l’économie des Etats-Unis «est à un tournant», selon Barack Obama. Le taux de chômage, par contre, reste inchangé. Les analystes en espéraient un peu plus. Mais avec 162 000 emplois créés au mois de mars, les Etats-Unis renouent avec des chiffres qu’ils n’avaient plus connus depuis trois ans, soit avant le début de la crise économique. Le rapport sur l’emploi publié hier par la Maison-Blanche est salué de toute part. Même si les chiffres doivent être pondérés. Ainsi, 48 000 de ces nouveaux jobs sont des postes temporaires créés par le gouvernement américain pour procéder au vaste recensement de la population, qui intervient tous les dix ans. Et qui, au total, fera travailler 1,15 million d’employés intérimaires durant le premier semestre 2010. Toutefois, «il y a beaucoup de bonnes nouvelles dans ce rapport, estime l’économiste Scott Brown, cité par l’agence Bloomberg. Nous sommes clairement sur la voie de la reprise.» Un avis que confirme Christina Romer, économiste en chef de la Maison-Blanche: «Ces chiffres montrent des signes graduels de rétablissement, même s’il y aura probablement des obstacles sur la route qu’il nous reste à parcourir.» Pour le président Obama, qui s’exprimait dans une usine de Caroline du Nord, «nous sommes arrivés à un tournant. C’est une journée encourageante.» Ce relatif optimisme vient entre autres de la répartition des secteurs dans lesquels les créations

de postes ont été les plus soutenues. Avec 17 000 nouveaux emplois dans les usines, les attentes des analystes ont été dépassées. Le secteur de la construction, très lourdement touché par la récession, a vu le nombre de ses collaborateurs augmenter de 15 000 le mois dernier. Et Caterpillar, l’une des sociétés que les analystes aiment à considérer comme un «baromètre» de l’économie américaine en général, a elle aussi annoncé qu’elle revenait à l’embauche.

Un long processus Ces créations d’emplois n’ont toutefois pas suffi à faire bouger le taux de chômage, qui reste à 9,7% en moyenne nationale. Soit quelque 15 millions d’Américains, pour le troisième mois consécutif. Si l’on tient compte des personnes exclues de la population active – comme les chômeurs dits «découragés» et les salariés à temps partiel qui cherchent un temps complet – le taux de chômage «réel» a même augmenté de 0,1 point en mars, à 16,9%. Les dirigeants de la Banque centrale (Fed) ont déjà prévenu que la baisse de ce taux serait un processus de longue haleine, en raison, entre autres, de la difficulté pour les chômeurs de longue durée à retrouver un travail. Or les chiffres concernant cette catégorie de personnes ont atteint un nouveau record: 44,1% d’entre eux ont perdu leur travail depuis plus de 27 semaines. «Il est évident que le marché du travail américain reste gravement déprimé. Il faudra une croissance durable et robuste de l’emploi pour faire baisser ce chômage», estime la Maison-Blanche. E. BA. AVEC LES AGENCES

MEL EVANS/AP

SAMEDI-DIMANCHE-LUNDI 3-4-5 AVRIL 2010 24 HEURES

Le secteur de la construction, très lourdement touché par la récession, a vu le nombre de ses collaborateurs augmenter de 15 000 le mois dernier. Un signe positif de la reprise économique aux Etats-Unis.

EN BREF Le directeur de Fastweb démissionne TÉLÉCOMS Pour éviter une

mise sous surveillance, Stefano Parisi, patron de Fastweb – une filiale de Swisscom en Italie accusée de fraude fiscale – a décidé de se retirer provisoirement de son poste. Carsten Schloter, président de Fastweb et patron de Swisscom, assurera l’intérim. AFP

Revenus record FONDS SPÉCULATIFS Les

gestionnaires de hedge funds

ont à nouveau battu des records… de salaires! Les 25 mieux payés d’entre eux ont touché un pactole de plus de 25 milliards de dollars. Leader du classement, l’américain David Tepper a empoché 4 milliards de dollars, devant George Soros, avec 3,3 milliards. ATS

Strategis, c’est parti! PRIX L’appel aux candidatures

pour l’édition 2010 du Prix Strategis de l’entrepreneuriat a été lancé par l’Espace entreprises de HEC Lausanne. Peuvent participer toutes les sociétés visant à développer un produit ou un service innovant. Le jury jugera de ses chances de réalisation et de succès, les meilleures gagneront des prix en espèces ou en services de coaching. Voir www.prixstrategis.ch pour les détails. 2 VC6


SAMEDI-DIMANCHE-LUNDI 3-4-5 AVRIL 2010 TRIBUNE DE GENÈVE

Economie

9

Avec Net-a-porter, Richemont fait le pari du luxe sur Internet dine Alaia et Chloé, qui se rapprochent du fonds de commerce de Net-a-porter. L’analyste d’Helvea admet néanmoins que ce rachat apporte à Richemont une expérience précieuse dans le domaine du commerce en ligne, un moyen de distribution que le secteur du luxe peine à accepter. Certaines maisons ont pourtant décidé de faire le pas, à l’image de Ralph Lauren, ou encore Tiffany Co. D’autres, comme Louis Vuitton (LVMH), Yves Saint Laurent (PPR) ou Alexander McQueen (PPR), plutôt que de faire le pari du e-commerce, ont préféré se développer sur les réseaux sociaux comme Twitter.

OFFRE D’ACHAT La société suisse a lancé une offre amicale sur ce site Internet qui vend nombre de marques de prêt-à-porter luxueuses. PIERRE-YVES FREI

I

l fut un temps où Internet

passait plutôt pour le pire ennemi du luxe. Avant tout parce que sur la Toile, on trouvait de tout – entendez du vulgaire – et bien souvent des contrefaçons. Mais l’ère du mépris a cédé sa place à celle de l’intérêt commercial. La plus belle preuve de ce changement des mentalités est venue jeudi dernier avec l’annonce officielle d’une offre publique d’achat (OPA) de la part de la société suisse Richemont sur le site Net-a-porter, qui valorise ce dernier à près de 550 millions de francs suisses. Fondé par la journaliste de mode Nathalie Massenet en 2000, Net-a-porter offre aujourd’hui près de 300 marques – dont Jimmy Choo, Stella McCartney ou Givenchy – dans quelque 170 pays. Son dernier chiffre d’affaires, en 2009, a approché les 200 millions de francs. Une démonstration époustouflante que le luxe peut faire recette sur Internet.

Fondatrice aux manettes Jusqu’ici, Richemont, le premier groupe de luxe au monde (Cartier, Azzedine Alaia, Lancel, Chloé, Piaget, Vacheron Constantin, etc.) détenait 33% du capital-actions de Net-a-porter. Au mois de mars, des rumeurs

Richemont, le premier groupe de luxe au monde. Net-a-porter a reçu l’aval de 80% de ses actionnaires pour cette acquisition amicale. (KEYSTONE)

insistantes parlaient d’un rachat entier. La société suisse a reçu l’aval de 80% de ses actionnaires pour cette acquisition amicale. En effet, Natalie Massenet a donné son accord à ce rachat qui accessoirement lui rapportera quelque 80 millions de francs. Le nouveau propriétaire lui fait également

confiance pour continuer de diriger cette société qui emploie 600 personnes dans ses deux principaux centres de Londres et de New York.

Pas de vente de montres Dans son communiqué transmis hier, Richemont a précisé qu’au sein du groupe, Net-a-

porter constituera une entité opérationnelle indépendante. Cette OPA amicale a été saluée à la Bourse suisse où le titre de Richemont a gagné plus de 2%. Alessandro Migliorini, analyste chez Helvea, avoue qu’il a été surpris par cette acquisition alors que le groupe détenait déjà 33%. Il doute des synergies

qui pourraient exister entre ces deux sociétés. Il n’a, par exemple, pas été fait mention du côté de Richemont d’envisager la vente de montres de luxe sur Internet. Il n’y a guère, dans le portefeuille du groupe helvétique, que les marques de vêtements et d’accessoires, Lancel, Azze-

Une attente avérée Et puis il y a les allergiques. En 2009, le couturier Karl Lagerfeld en avait appelé à la commissaire de la concurrence, Neelie Kroes, pour que l’Union européenne renforce sa législation sur les marques afin de donner à ces dernières des moyens supplémentaires pour lutter contre ceux qui les vendent sur Internet sans autorisation. La même méfiance habite ceux qui tiennent des boutiques de produits prestigieux, qui cachent leur crainte d’Internet en arguant qu’ils sont les seuls capables d’offrir les services attachés au luxe. Pourtant, une enquête réalisée par Google en 2008 auprès de 1000 personnes disposant d’une fortune supérieure à 1 million de dollars a montré que ces dernières étaient très désireuses d’acheter des produits de luxe sur Internet.

«J’aimerais que l’économie globale se recentre sur l’être humain»

Le patron de FastWeb, filiale de Swisscom, démissionne provisoirement

RENCONTRE

ITALIE

Début juin, Zermatt connaîtra la première édition d’un sommet économique qui deviendra un rendez-vous annuel. Un industriel romand, Christopher Wasserman, est à l’origine de cette initiative. Interview.

Pour éviter une mise sous surveillance, le patron de la société fille de l’opérateur suisse s’écarte de la direction. C’est le big boss de Swisscom qui assurera l’intérim. directeur général de FastWeb, groupe italien au centre d’une affaire de fraude fiscale et de blanchiment présumés, a décidé d’abandonner temporairement ses fonctions, permettant ainsi au groupe d’éviter une mise sous tutelle judiciaire, a annoncé FastWeb vendredi. Stefano Parisi, qui est mis en examen dans cette affaire, «s’est Le

Vous annoncez une rencontre pour «changer le cœur et l’esprit» des dirigeants. Comment?

Notre sommet ne veut pas concurrencer Davos, mais apporter un éclairage différent sur l’économie. Nous n’aurons que deux à trois cents participants, afin que l’esprit soit plus convivial et qu’il y ait davantage d’échanges. De plus, nous invitons beaucoup de responsables de PME, à qui nous offrons la possibilité de rencontrer non seulement des chefs de multinationales, mais aussi des politiques, des ONG, des acteurs des mondes de l’art et de la spiritualité. Pensez-vous que ces valeurs auront leur place dans l’économie en reconstruction?

C’est le bon moment! La crise a montré les limites d’une gestion basée sur le profit à court terme. Nous voulons donner de nouvelles pistes, préparer les règles de l’économie de demain. Sans négliger la réflexion qu’apporte l’Eglise sur l’homme au travail. Il ne s’agit pas d’évangé-

autosuspendu du poste de directeur général jusqu’à la clarification de sa situation», indique un communiqué du groupe de télécommunications, qui est contrôlé par l’opérateur suisse Swisscom. FastWeb espère que la situation sera résolue «rapidement» et affiche à nouveau sa «conviction que Stefano Parisi est totalement étranger aux délits objets de l’enquête». Le patron, qui reste au sein du groupe Swisscom, sera remplacé à son poste par le président de FastWeb et directeur général de Swisscom, Carsten Schloter. Cette décision a entraîné le retrait par le Parquet de Rome

de sa demande de mise sous tutelle du groupe. Dans le cadre de l’accord avec les magistrats, FastWeb a par ailleurs séparé juridiquement du groupe la division Wholesale qui est au centre de l’enquête, tout en conservant son contrôle. FastWeb et Telecom Italia Sparkle, filiale de Telecom Italia, sont accusées d’avoir facturé environ 2 milliards d’euros de services téléphoniques jamais effectués auprès de sociétés étrangères de complaisance, fraudant de cette manière le fisc pour un montant de 365 millions d’euros. Les deux sociétés ont plaidé leur innocence dans cette affaire. (afp)

PUBLICITÉ

ÉCO EN BREF Christopher Wasserman. «La crise a montré les limites d’une gestion basée sur le profit à court terme.» (DR) liser les chefs d’entreprise, mais de partager des valeurs qui sont précieuses d’un point de vue anthropologique. Ne craignez-vous pas de ne prêcher que des convertis?

Beaucoup des participants sont en effet convaincus qu’une autre vision de l’économie est possible. Il s’agit d’économistes et de patrons réputés. Certains viendront justement apporter leur expérience dans ce domaine – par exemple ce fabricant français de pièces pour l’automobile qui a su faire sa

place dans un marché très concurrentiel en employant des personnes en difficulté, une preuve qu’on peut redonner à l’humain une place centrale sans pour autant faire «de l’humanitaire» ou de l’altermondialisme. A partir de là, et en espérant pouvoir tirer profit de l’image de marque de Zermatt, nous nous tournerons vers l’extérieur, avec des recommandations concrètes que nous rendrons publiques et aussi visibles que possible. (eba)

Revenus records

de gestion et aux commissions de performance. ATS

FONDS SPÉCULATIFS

Les gestionnaires de «hedge funds» ont à nouveau battu des records… de salaires! Les 25 mieux payés d’entre eux ont touché un pactole de plus de 25 milliards de dollars. Leader du classement, l’américain David Tepper a empoché 4 milliards de dollars, devant George Soros, avec 3,3 milliards. Ce classement prend en compte la valeur de leur part dans le fonds et les émoluments reçus. L’essentiel de la rémunération est lié aux frais

Strategis, c’est parti! PRIX L’appel aux candidatures

pour l’édition 2010 du Prix Strategis de l’entrepreneuriat a été lancé par l’Espace entreprises de HEC Lausanne. Peuvent participer toutes les sociétés visant à développer un produit ou un service innovant. Le jury jugera de ses chances de réalisation et de succès, les meilleures gagneront des prix en espèces ou en service de coaching. Voir www.prix-strategis.ch pour les détails. TG

<wm>10CAsNsjY0MDQ20jUyNjAzNAEArNrmig8AAAA=</wm>

<wm>10CEXKMQ6AIBAEwBdBdg8OOa80UBELNb7AWPv_ysTGYroZwzXis7T1aJsTTBIkoTA7ZYqq5oISTcyRQQExo6oBNdP_HVoPO7QDJxif634B5yxUfF0AAAA=</wm>


How to...have an ethical business 30 March 2010

Catherine Deshayes

In the first annual business summit of its kind, innovative business leaders, CEOs, senior policy makers and NGOs will gather in Zermatt, Switzerland to discuss how ethics, and not the sole pursuit of pure profit, can drive business practices forward in the forthcoming years...

The summit's President, Christopher Wasserman, believes that having witnessed the biggest corporate and financial collapses in history, many believe that we now need to encourage the next generation of business leaders to operate under a new and ethical mandate. "It is becoming increasingly critical that we influence the hearts and minds of key decision makers who are responsible for formulating policy in business and government towards responsible leadership, in order to restore stability and identify new opportunities for growth in the world markets," he said. "The current market economy has become increasingly ambiguous and contrarian. Whilst generating unprecedented levels of growth, we are producing more wealth than ever before, but at what cost?"

The main objective of the Zermatt Summit is to formulate a roadmap and focus on three areas:

to revisit the corporate raison d'ĂŞtre of the firm

to integrate leadership and ethics

to make corporate statesmanship a reality

The Summit will provide a unique forum for participants to ask searching questions on how key decision makers can be influenced to instigate change in company behaviours, cultures and at policy level. This will result in a series of practical recommendations, which will be widely published to ensure their implementation by business, political and civic leaders.

Speakers at the summit include:

Renowned economists such as Nouriel Rubini and Hernando de Soto who are the at forefront of the change of the economic paradigm, innovative business leaders whose firms are applying new business models and a pioneering group of business schools and firms such as the Globally Responsible Leaders Initiative representing 300,000 students and 1,000,000 employees.


Inaugural Business Summit Aims To Encourage Business Leaders To Operate Under An Ethical Mandate Source: Zermatt Summit Published Wednesday, 24 March, 2010 - 11:58

In the first annual business summit of its kind, the Zermatt Summit will seek to place the spotlight on the ‘human face of globalisation’ in the current economic crisis. The Zermatt Summit is expected to attract innovative business leaders, CEOs, senior policy makers and NGOs from around the world and Colin Melvin, CEO of Hermes Equity Ownership Services which is one of the world’s largest and most influential institutional investors has already been confirmed as one of the speakers. The president and founder, Christopher Wasserman believes that, “Whilst generating unprecedented levels of growth, we are producing more wealth than ever before, but at what cost? In the pursuit of short-term profits we are alienating many people who are key to long-term stability of the global economy through pollution, social injustice/exclusion and other irresponsible, profiteering business practices. Using the Zermatt Summit we aim to challenge that.” Other Speakers include: Reknowned economists, Nouriel Rubini and Hernando de Souto who are at the forefront of the change of the economic paradigm and innovative business leaders in their own right. Three days devoted to forming concrete recommendations The Zermatt Summit will provide a unique forum for participants to ask searching questions on how key decision-makers can be influenced to instigate change in company behaviours, cultures and at policy level. This will result in a series of practical recommendations, which will be widely published to ensure their implementation by business, political and civic leaders. A group will present a progress report


March 22, 2010

Global business summit aims for hearts, minds of innovative leaders London/ Zurich/ New York. Innovative business leaders, CEOs, senior policy makers and NGOs from around the world will gather in Zermatt, Switzerland for the inaugural Zermatt Summit scheduled to take place on 3 – 5 June 2010. It is the first annual business summit of its kind - which will be dedicated to placing the spotlight on the ‘human face of globalisation’ in the current economic crisis. The turmoil in the global economy has left key decision-makers facing challenges on a myriad of fronts, which has implications for every stakeholder. Most of them acknowledge that the current economic models are not working and that urgent action is required to change it. Many feel that placing a band-aid such as further regulation does not tackle the real root of the problem. Having witnessed the biggest corporate and financial collapses in history, many believe that we now need to encourage the next generation of business leaders to operate under a new and ethical mandate. "The current market economy has become increasingly ambiguous and contrarian. Whilst generating unprecedented levels of growth, we are producing more wealth than ever before, but at what cost? said Christopher Wasserman President of the Zermatt Summit. “In the pursuit of short- term profits we are alienating many human beings who are key stakeholders integral to long-term stability of the global economy through pollution, social injustice/exclusion and other irresponsible business practices." This is why it is critical that we influence the hearts and minds of key decision-makers who are responsible for formulating policy in business and government towards responsible leadership, in order to restore stability and identify new opportunities for growth in the world markets. Business leaders with a strong set of values and principles, can inspire new behaviours and cultures and drive sustainable change. The main objective of the Zermatt Summit is to formulate a roadmap and focus on three areas :

  

to revisit the corporate raison d’être of the firm to integrate leadership and ethics to make corporate statesmanship a reality

Colin Melvin, CEO of Hermes Equity Ownership Services, which is one of the world’s largest and most influential institutional investors, will be speaking at this year’s summit. Owned by the BT pension scheme, Hermes Equity Ownership Services has over $100bn worth of assets under advice and has been campaigning for a positive dialogue between company boards and their investors. Colin Melvin says "It is vital that companies change the way they behave and interact with their owners. As the world navigates through the current economic crisis, it is not more regulation that we need, but a greater level of accountability from businesses to their core stakeholders." The purpose of companies operating in the new paradigm should be “wealth creation with progressive policies which place social responsibility and sustainability at the heart of their operations. The new st focus of companies operating in the 21 century economy should be human beings and not just the pursuit of profits at the cost of people. Speakers at the summit include: Renowned economists such as Nouriel Rubini and Hernando de Soto who are the at forefront of the change of the economic paradigm, innovative business leaders whose firms are applying new business models and a pioneering group of business schools and firms such as the Globally Responsible Leaders Initiative representing 300,000 students and 1,000,000 employees. The world debut of a new 56 minute documentary, “Doing Virtuous Business” will be shown to delegates.


Three days devoted to forming concrete recommendations The Zermatt Summit will provide a unique forum for participants to ask deep questions on how key decision makers can be influenced to instigate change in company behaviours, cultures and at policy level. This will result in a series of practical recommendations, which will be widely published to ensure their implementation by business, political and civic leaders. A group will present a progress report on the implementation of these recommendations to the 2011 Zermatt Summit. Delegates wishing to attend the summit must apply through the registration process https://www.zermattsummit.ch/registration/index.html Contact: Zermatt Summit Foundation http://www.zermattsummit.org/


Global business summit Pubblicato da fidest su domenica, 21 marzo 2010 London/ Zurich/ New York. 3 – 5 June 2010. Innovative business leaders, CEOs, senior policy makers and NGOs from around the world will gather in Zermatt, Switzerland for the inaugural Zermatt Summit It is the first annual business summit of its kind – which will be dedicated to placing the spotlight on the ‘human face of globalisation’ in the current economic crisis. The turmoil in the global economy has left key decision-makers facing challenges on a myriad of fronts, which has implications for every stakeholder. Most of them acknowledge that the current economic models are not working and that urgent action is required to change it. Many feel that placing a band-aid such as further regulation does not tackle the real root of the problem. Having witnessed the biggest corporate and financial collapses in history, many believe that we now need to encourage the next generation of business leaders to operate under a new and ethical mandate. This is why it is critical that we influence the hearts and minds of key decision-makers who are responsible for formulating policy in business and government towards responsible leadership, in order to restore stability and identify new opportunities for growth in the world markets. Business leaders with a strong set of values and principles, can inspire new behaviours and cultures and drive sustainable change. The main objective of the Zermatt Summit is to formulate a roadmap and focus on three areas :-to revisit the corporate raison d’être of the firm -to integrate leadership and ethics -to make corporate statesmanship a reality


New Summit puts spotlight on globalisation 18 March 2010

The Zermatt Summit aims to explore the “human face of globalisation” and how it can enhance the common good. The event is scheduled to take place in the Swiss resort on 3-5 June 2010, bringing together innovative business leaders, chief executives, senior policy makers and NGOs from around the world. Positioned as the first annual business summit of its kind, the Summit is as a reaction to the economic turmoil of last year, the need to change business models and, as a result, the opportunity to inspire “responsible leadership”. “The current market economy has become increasingly ambiguous. Whilst generating unprecedented levels of growth, we are producing more wealth than ever before, but at what cost?” said Christopher Wasserman, president of the Zermatt Summit. “In the pursuit of short- term profits we are alienating many human beings who are key stakeholders integral to long-term stability of the global economy through pollution, social injustice/exclusion and other irresponsible business practices.”

Pip Brooking, London


Global business summit aims for the hearts and minds of innovative l.. U hebt een pagina opgevraagd uit het Nieuwsbank persberichtenarchief en u bent geen abonnee. Daarom vragen wij u nu een kleine bijdrage voor het onderhoud van onze persberichtenverzameling. Hieronder ziet u de eerste 100 woorden van het door u opgevraagde persbericht, na betaling kunt u het hele persbericht lezen. Bent u al wel abonnee? Klik hier om uw wachtwoord op te geven. Wilt u nu snel binnen tien minuten abonnee worden? Klik dan hier. Koop geen kat in de zak! Lees dit goed:

Waarschuwingen: Let op de datum van dit persbericht, het kan verouderd zijn. Let op de lengte: Het volledige bericht is wellicht niet veel langer dan de eerste honderd woorden die u hieronder ziet. Nieuwsbank levert hier alleen bronmateriaal: als u een journalistiek eindproduct verwacht, ligt teleurstelling voor de hand. U betaalt niet voor dit bericht maar voor het gebruik van de Nieuwsbank verzameling; het kan zijn dat dit persbericht elders of later gratis aangeboden wordt.

Het gebruik van dit persbericht is aan voorwaarden gebonden. Onze klantenservice onderschrijft de ECPN gedragscode voor online zakendoen.

Uw email-adres blijft vertrouwelijk, Nieuwsbank gebruikt het alleen voor deze transactie.

Hebt u vragen over de betaling bel dan de Nieuwsbank helpdesk, hebt u vragen over de inhoud van het bericht, kijk dan naar de adresgegevens in het bericht zelf of volg de link naar de originele vindplaats.

Eerste 1154 tekens van het bericht: Datum: 03-06-2010

Zermatt Summit Press Book  

Zermatt Summit 2010

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you