Page 1

1

few 2017

D’amour et d’eau fraîche Quand on aime on a toujours

20 ans


2

Plan du parcours à Wattwiller D5.3

Groupes et structures partenaires Strasbourg

Artistes

Groupes de visiteurs adultes et jeunes

3 Fondation François Schneider

Rue des Vosges Rue

is es Bo

Structures partenaires

Rue d

Groupes de visiteurs scolaires

du M olke

Rue d

Colmar

ch

4D 4E

6

Rue de la Cantine

renba

e Thie

Rue d

C

1

Rue

Wattwiller

A

rain Molken

ACCUEIL

2 Rue du

and

Mairie

4A

nrain

Vieil Arm

Guebwiller

Rue du

Saint Amarin

ée

re Arm

remiè

e la P Église

5

4B

du G

énér

al de

Thann Cernay

Gau

lle

el

ed

Ru

7

e

nc

éra

p ’És

D5.3 Cernay

Le Manège Duo Être à toi La déclaration de Polyphème ô PolyphÈme mon amour La cachette d’Acis et galatée Aux sources du drame Retentissement Chambres pour Irène 113 artistes pour la 20ème FEW

Projet pédagogiques A Et quand on n’a pas 20 ans on aime comment? B TaToiJe (J’tai dans la peau) C Histoires d’amour et d’eau fraîche D Les Amours de l’eau et de l’acier

Rue de Berwiller

B

Salle Krafft

Mulhouse

1 2 3 4A 4B 4D 4E 5 6 7

D

D5.B Guebwiller


3

FEW 2017 D’amour et d’eau fraîche,

#20

quand on aime on a toujours 20 ans Parcours artistique à Wattwiller du 11 au 25 juin Projets pédagogiques de mars à mai Expositions et événements dans les lieux partenaires de mi-mai à fin juin

D’amour et d’eau fraîche - Quand on aime on a toujours 20 ans

• Les artistes et leurs créations p 6 • Pédagogie p 25 p 37 • Événements p 43 • Bilan des visites p 46 • Partenaires

www.few-art.org


4

Ci-dessus et page 5 : Exposition du livre «113 artistes pour la 20ème FEW» dont les pages ont été imprimées par 10 sur des plaques de PVC de 3 m


5

FEW 2017 20 ème édition C’était une édition chaleureuse! Au sens propre, puisqu’elle a été traversée par une période de canicule, et que le ciel n’a pas perdu sa belle couleur bleue. L’édition du livre «113 artistes pour la 20ème FEW» rassemblant des propositions aquatiques des participants aux 19 FEW précédentes a été soutenue avec enthousiasme par tous les artistes sollicités. De nombreux acheteurs, en pré-vente ou sur place, ont financé son impression à 400 exemplaires. Chaleureuse également car la tendresse du thème, l’énergie des membres de l’association, le caractère enjoué des artistes, la générosité des différents intervenants et des partenaires, la gentillesse des habitants qui accueillaient les œuvres et le public, ont émaillé ces deux semaines et celles qui les ont précédées de belles rencontres et de moments d’émotion et de fête. L’énergie et la ténacité de l’équipe de bénévoles, dont la plupart travaillent, a permis la joie des nombreux moments de rencontre autour de musique, de danse, de repas ou de la buvette ouverte tous les jours.


6

Cléa Coudsi et Éric Herbin - Artistes en résidence RETENTISSEMENT

Tambours d’océan, structures en bois, billes de plomb, moteurs, ordinateur, système son Abri famille Ebner

Cléa Coudsi et Éric Herbin recherchent des dispositifs visuels pour mettre en évidence les sons qu’ils aiment à collecter dans un contexte donné. Après une première visite à Wattwiller, ils ont choisi de s’intéresser aux chansons d’amour préférées des habitants pour les mettre en résonance avec des tambours océan. Ces tambours sont remplis de billes d’acier qui évoquent le roulis de la mer quand on les bouge. Ils étaient ici motorisés et leur mouvement était piloté par le son. La création de la bande son a été faite à partir d’une sélection d’enregistrements réalisés sur place. Lors de différentes rencontres organisées, les artistes ont demandé aux participants de chanter ou fredonner leur chanson d’amour préférée. Ils portaient un casque dans lequel était diffusée la chanson ce qui modifiait sensiblement leur façon de chanter. Les sons parfois dissonants mêlés au bruit des vagues, inattendu sur un versant des Vosges, accompagnaient le mouvement légèrement hypnotique des tambours, et les spectateurs se laissaient bercer et entraîner dans un voyage aux escales aussi variées que les sentiments amoureux.


7


8

Plusieurs habitants et membres de l’association se sont prêtés au jeu, et, à la demande des artistes, ont chanté dans des langues diverses : français, alsacien, allemand, turc, italien, le voyage était aussi dans ces intonations variées. Une séance d’enregistrement a été organisée dans la classe de Marie-Paule Ermel de l’école des Tilleuls de Cernay, ainsi que dans une classe de 3ème du Collège René Cassin de Cernay avec leur professeur de musique Claire Deshons. Les élèves avaient préparé leurs chansons, étudié les paroles, et envoyé les références aux artistes pour leur permettre de préparer les airs à diffuser dans le casque. Des enfants du CSC Agora de Cernay ont également prêté leur voix pendant une visite de l’exposition de Cléa Coudsi et Éric Herbin à la Médiathèque de Cernay. Un atelier dessin reprenant la technique des œuvres exposées était proposé à ceux qui n’étaient pas dans le «studio» d’enregistrement. Cette très belle création prévoit déjà de jeter l’ancre dans d’autres territoires, dont les voix des habitants créeront de nouveaux paysages.

Ci-dessus : Retentissement p 9 de gauche à droite et de haut en bas Monsieur et Madame Ebner, qui ont accueilli les œuvres et les artistes (image extraite de leur interview sur France 3 Rund Um), Cléa Coudsi au Collège de Cernay Cléa Coudsi au Collège de Cernay, des scolaires à l’écoute attentive des sons de l’installation


9


10

Denis Pondruel

CHAMBRES POUR IRÈNE T1, T2, T3, T4

Béton et fibres optiques 44 x 52 x 40 cm chaque bloc Collection Fondation Claudine et Jean-Marc Salomon - 2008 Jardin Ditner-Spinner

Installées dans un grand jardin ombragé, ces quatre sculptures aiguisaient l’attention du spectateur. Il comprenait rapidement que chacun de ces blocs en béton est une petite architecture composée de galeries et de chambres, souvent dissimulées et se faisait un plaisir d’explorer les secrets, les jeux d’optique et de lumière qui construisent le caractère de chacune de ces «maisons-cerveaux». Des percées permettent de cadrer le paysage alentour et de faire passer le regard de l’intimité de la pensée à l’ouverture sur le monde. Elles abritent quatre parties d’une phrase de Louis Aragon extraite de “La défense de l’infini“: T1 Est-il vrai qu’on aime une seule fois dans sa vie? T2 J’ai rencontré des êtres qui le pensaient T3 Je l’ai cru parfois T4 (Maintenant je m’oppose avec violence à cette conception inhumaine.) Cette dernière partie du texte est remplacée par un miroir qui permet de voir le ciel. Une réflexion sur le temps, notre évolution et celle de notre relation aux autres, à l’autre...


11


12

Denis Pondruel DUO

Métal, moteur et craies - 400 x 400 x 200 cm - Collection privée - 1987 Grange Arnold

Duo est une sculpture en mouvement qui met en scène la relation entre deux blocs de pierre blanche plantés comme des têtes au sommet de deux barres métalliques. Le caractère implacable de la mécanique est utilisé ici comme une métaphore de la vie et du déroulement du temps. Cette danse passionnelle peut être douce et langoureuse mais devient parfois violente quand le mouvement s’accélère et les pierres se rencontrent. Une usure inévitable est matérialisée par la poussière qui s’accumule autour de la sculpture au fur et à mesure de la diminution des blocs. Cette poussière dessine un espace qui encercle et protège le couple avec une trace de plus en plus nette formant un halo lumineux dans cette zone impénétrable. C’est la beauté du mouvement qui importe. S’il accélère une érosion de toute façon inévitable, c’est lui qui crée la variété de sensations et de sentiments qui donne vie à cette relation entre des matériaux humbles et, sans lui, inertes. Tendre ou désespérée jusqu’à l’auto-destruction, cette pièce a fasciné les spectateurs qui partageaient spontanément les rebondissements de cette rencontre.

Ci dessus : les blocs de craie avant l’usure provoquée par leur dialogue. Page de droite : Duo, en action, dans la grange de Christine Arnold - Photographie Leïla Macaire


13


14

Les Fondeurs de roue Le Manège

Matériaux divers, lumière et son, 6 x 6 x 3 m Place des Tilleuls

Rassemblement de créations visuelles et sonores, le manège est avant tout une œuvre d’art contemporaine, mais une œuvre qui se laisse pénétrer par le public et joue avec lui. Le manège a été un pôle important de cette édition de la FEW, il a focalisé les enfants, mais aussi les adultes, et créé une athmosphère de fête pendant les deux semaines où il est resté Place des Tilleuls. Sa présence a nécessité un effort financier important pour l’association, qui a ainsi fait le choix de mettre cette 20 ème édition sous le signe du rassemblement. Il a été le témoignage parfait du désir de la FEW de concilier la recherche de formes nouvelles avec un esprit joyeux et convivial. Il a suscité des rassemblements dont certains étaient programmés, mais d’autres improvisés, pour profiter des lumières dans la fraîcheur des soirées, tous rendus possibles par la disponibilité et l’enthousiasme sans faille des Fondeurs, disponibles tous les jours de la FEW. La FEW est fière d’être co-productrice de cette création innovante, qui avait été montrée brièvement à La Grande Halle de la Villette à Paris le 7 juin, et à laquelle nous souhaitons de nombreuses autres fêtes. Ci-dessus : Marc Herblin aux commandes et au micro, sur le toit, le pompon poulpe de Romain Triquand p 15 : Fanny Didelon surveille que les enfants sont bien attachés sur les sujets du manège


15


16

Les Fondeurs de Roue Marc Herblin - la machine à tickets, pôle technique du manège - Siège de tracteur, cabine d’engin de chantier

Pierre Alexandre Rémy et Marine Class - Le CaterpilLar - Céramique, métal, peinture marbrée

Julien Laforge - Gilliatt - Bois et peinture Thomas Perino - Plafonds - Bois imprimé Antoine Carbonne - Frontons - Bois peint Mathieu Pillaud - Césarine - Bois découpé et peint Nicolas Giraud Loges - Purgatoire - Acier et caoutchouc synthétique Charles-Henri Fertin - Dialogue de socles - Acier , caoutchouc, bois et mécanique Romain Trinquand - le Pompom et le Fanion - Toile de parachute, feutre Le système sonore varie en fonction de la vitesse du manège qui devient «tournedisque». Il est conçu par Blandine Brière & Morgane Doré, Camille Le Chatelier et Spoémi Raphaël Alexandre - Conception et programmation système lumineux itératif avec les bandes sons. Cécilia Feller - Conception et création de l’identité visuelle (tickets, logo, site..) Sur une proposition de Fanny Didelon p 15 Romain Triquand, le fanion p 16 Thomas Perino, plafonds et Antoine Carbonne, frontons p 17 et 18 de gauche à droite : Julien Laforge - Gilliat, Mathieu Pillaud - Césarine, Charles-Henri Fertin - Dialogue de socles, Nicolas Giraud Loges Purgatoire


17


18


19


20

Myriam Martel ÊTRE À TOI

Chaise et plaque de métal, impressions sur tissu Ruisseau du Silberloch

L’installation de Myriam Martel évoquait le mythe de Narcisse et Écho, raconté par Ovide dans les Métamorphoses. Narcisse, qui dédaignait tous ceux qui tombaient amoureux de lui, était aimé par Écho. Cette nymphe, condamnée par Junon à n’être plus qu’une voix, ne pouvait que répéter les dernières mots des autres. Narcisse, subjugué par la beauté de son propre reflet dans l’eau, tomba amoureux de cet être insaisissable jusqu’à dépérir. Écho assista impuissante à sa mort, ne pouvant que répéter ses soupirs et ses adieux au reflet inaccessible. Au moment d’ensevelir son corps, les nymphes ne retrouveront qu’une fleur jaune au cœur safran auquel il donnera son nom. - « Que je meure avant d’être à toi ! » s’exclama Narcisse surpris par la fougue d’Écho. « Etre à toi ! » ne put que répondre la Nymphe dédaignée. Dans un cadre champêtre (voir aussi p 42) cette vaste installation incitait à la méditation et à la réflexion sur ces métamorphoses multiples. Narcisse était symbolisé par une chaise rouge penchée sur une plaque de métal, son reflet et son effacement, Écho, par des images d’eau imprimées sur des tissus flottant au vent. Au fil des jours, une trace s’est imprimée sur la plaque de métal, dans laquelle les adeptes de paréidolie reconnaîtront le visage de Narcisse. Ci-dessus : la trace du visage de Narcisse - Photographie Myriam Martel p 21 : Narcisse et Écho


21


22

Carolle Masson et les étudiantes de la HEAR - Mulhouse Les métamorphoses amoureuses Rue de Thierenbach et jardin Spinner -Ermel

Quatre étudiantes de la HEAR de Mulhouse ont travaillé sur le thème de la rencontre amoureuse, pendant un workshop déplacé pour l’occasion à Wattwiller. L’artiste Carolle Masson, photographe plasticienne, a travaillé avec elles, et proposé également une création. Le thème général qui s’est dégagé de leurs réflexions de la semaine est celui de Galatée, racontée par Ovide dans les Métamorphoses. Les amours de cette néréide (nymphe marine) avec le berger Acis sont contrariées par le désir du cyclope Polyphème de séduire Galatée. Il tente d’écraser Acis sous un rocher, mais Galatée transforme son amant en rivière; il seront ainsi réunis éternellement. À partir du mythe chaque artiste a développé sa propre réponse en inventant un autre dénouement à cette intrigue amoureuse.

Carolle Masson

La déclaration de Polyphème Collages papier. Mélange de phrases et de photographies extraites de films d’amour collées au sol ou sur des rochers.

Morgane Lohazic Ô polyphème mon amour Grillage, papier mâché, terre. Condamné à une éternelle solitude le cyclope attend désespérément l’amour.

Laura Mercuri La cachette d’Acis et Galatée Papier mâché peint Anouk Mazoyer Aux sources du drame 6 pièces transparentes, peinture acrylique. L’histoire racontée en dessins installés dans les branches d’un arbre

p 22 Carolle Masson - Photographie Lisa Masson p 23 de gauche à droite et de haut en bas Morgane Lohazic, Anouk Mazoyer, Laura Mercuri Carolle Masson, Anouk Mazoyer, la table d’orientation gravée présentant l’histoire et orientant vers les différents projets


23


24


25

Pédagogie • 9 classes élémentaires et une classe de collège ont été impliquées dans un projet avec un artiste. • Une vidéo a été réalisée en interviewant des enfants et adolescents ayant bénéficié des projets pédagogiques de la FEW les années passées. Pas facile pour beaucoup de rassembler leurs souvenirs mais certains sont remontés 7 ou 8 ans en arrière ! À voir sur le site de la FEW à la page pédagogie, ou en copiant ce lien : http://www.few-art.org/vidéos/2017fenetre.mp4 • Plusieurs projets avec des étudiants : la conception du BAR FEW, avec le Lycée Le Corbusier d’Illkirch, le visuel de la FEW avec la HEAR (le projet sélectionné était celui de Louis Fouilleux), le workshop avec la HEAR. • Visite de 2h pour les classes maternelles et visite de 6h pour les classes élémentaires et secondaires, incluant pique-nique et exercices plastiques. 6 médiateurs, plus la directrice artistique et un membre de l’association sont mobilisés pour les accompagner. • La FEW forme chaque année des étudiants à la médiation. Deux étudiantes de la HEAR et une étudiante en histoire de l’art ont ainsi travaillé en binôme avec des médiatrices confirmées pendant les premiers jours, puis ont accompagné seules les groupes. Un étudiant en communication a également fait un stage de 2 mois. • Depuis 2015, la FEW est organisme de formation en médiation et art contemporain. 8 animateurs de Centre Sociaux Culturels ont bénéficié d’une formation aux arts plastiques. p 25 : rencontre avec Polyphème - photographie Leïla Macaire p 26 de haut en bas : exercices autour du manège, dessiner les nuages et recherches sur les relations entre la sculpture et le socle


26

Fanny Munsch

Dialogue d’images

Depuis plusieurs éditions, l’équipe de médiation de la FEW prépare chaque année une sélection d’œuvres dans l’histoire de l’art, pour mettre en perspective le thème et montrer la continuité entre les époques jusqu’aux créations contemporaines. Ce document est présenté aux classes ou mis à leur disposition. Cette année, le choix a donc été fait, dans plusieurs époques et techniques différentes, parmi des œuvres qui évoquent la passion amoureuse : Les grands mythes amoureux, la légende de Dybutade (la naissance de la peinture) (4), Danaé (Jupiter transformé en pluie d’or) sur un vase Grec (10) ou par Klimt (11)Narcisse, vidéo par Patty Chang (12) et installation de Sylvain Barberot (13). Les différents visages de l’amour : Vénus par Boticelli (7), et deux femmes de Picasso (5) (6). L’embarquement pour Cythère par Denis Pondruel (8) ou Watteau (9). Le baiser par Brancusi (2) ou Chagall (3). La lettre d’amour par Vermeer (1) Ces images ont permis plusieurs actions pédagogiques développées ci-après. Le Dialogue d’images a également été présenté dans les médiathèques de Thann et Cernay. Par contre, il n’a pas pu être présenté dans les classes par manque de budget de médiation. Une présentation a été faite aux enseignants qui voulaient relayer. 2 1

3


27

5 4

10 11

6

7

8

9

12 13


28

Fanny Munsch avec les classes de l’École de Steinbach avec Olivier Rogeon, Annick Menny et Laurence Weiss, les classes de l’École des 4 fontaines de Wattwiller avec Dominique Ackermann, Sandra Arnold et Valérie Rodrigues Et quand on n’a pas encore 20 ans, on aime comment? Impressions sur PVC Rue de Thierenbach

Un projet sur l’analyse d’œuvres et le détournement d’images a été mené par Fanny Munsch avec les six classes des écoles de Steinbach et Wattwiller. Il permettait à la fois une initiation à la lecture d’image, et à l’utilisations des logiciels de traitement de photographies (GIMP, un freeware, a été installé sur les ordinateurs des classes et une initiation rapide a été proposée aux enseignants). L’idée était de réfléchir à ce qu’on aime et ce qu’on n’aime pas dans la sélection du Dialogue d’images, et peut-être, après analyse, à moduler ses goûts. Chacun a ensuite choisi l’œuvre qu’il aimait pour la modifier sur ordinateur. Puis les élèves ont échangé les images par mail et continué les montages numériques. Les créations communes étaient parsemées sur les clôtures de plusieurs habitations, comme autant de cartes postales dessinées à 4 mains. Ce projet a reçu le soutien de l’Académie de Strasbourg et de la DRAC Grand Est dans le cadre du dispositif ACMISA fédérateur.

Ci - dessus : accrochage sur les clôtures de plusieurs habitations Page de droite : quelques propositions des créations des élèves


29


30

Fanny Munsch et Robin Fougeront avec les CSC Agora de Cernay et le CSC de Thann Histoires d’amour et d’eau fraîche Impressions sur bâche Rue de la Cantine

Le projet a été conçu à partir de deux journées de formation en arts plastiques des animateurs des Centres Sociaux Culturels de Cernay et Thann. Différents ateliers ont été expérimentés avec comme point de départ la sélection d’œuvres du Dialogue d’images. Initiés aux différentes techniques développées avec les deux formateurs, les animateurs ont ensuite pu tester les ateliers avec les enfants pendant les vacances de printemps. Chaque enfant a pu tester plusieurs ateliers et est reparti avec un petit livre rassemblant les différentes créations. Pour l’exposition, l’ensemble a été rassemblé dans un grand livre en bâche. Virginie Ragué, Raïd Draouet : atelier photo - light painting de graffitis amoureux Mina Souiket : calligrammes à partir d’une chanson d’amour. Sabine Munsch, Robin Fougeront : peinture murale à partir de projection noir et blanc des images du diaporama remises en couleur librement. Nora Klarzynski : gravure, baisers mélangeant les personnages des œuvres Hervé Oberrieder, Joffrey Pierrat : animation stop motion   Claudia Cardoso, Fanny Munsch : cadavre exquis – collage photographique, continuer l’histoire à partir de la dernière image inventée par le groupe précédent.


31


32

Myriam Martel et la classe de CM1 d’Anne Catherine Valentin, école du Blosen à Thann Jeux d’eau, les amours de l’eau et de l’acier Plaques de fer oxydées, dessins et calligraphies sur papier Garage Valentin

Les élèves ont exploré le passage du temps et son action sur le métal avec des créations en rouille. Myriam Martel les a initiés à la conscience de soi et à la maîtrise du geste nécessaires à ces peintures avec de l’eau dont la simplicité des matériaux cache l’exigence. Chaque séance de travail avec l’artiste a débuté par une initiation aux Qi Gong des animaux, gymnastique qui favorise la concentration et l’énergie. Ils ont expérimenté différentes méthodes pour oxyder les plaques de fer : végétaux déposant leur humidité, matières ou découpages protégeant la tôle, grattage de la surface. En notant un mot par jour, les élèves ont créé des combinaisons poétiques en relation avec leurs sentiments. Ils ont calligraphié ces haïkus pour qu’ils viennent s’intercaler entre les oxydations et des dessins réalisés avec de la rouille.

p 32 Séance de Qi-gong en classe. Photographie Anne-Catherine Valentin p 33 Installation en damier des plaques de fer et des papiers


33


34

Collectif La Lucarne Eléonore Dumas et Fanny Munsch avec l’Institut St André, Résidents du FAS avec Régine Previtali, Résidents de la MRS avec Anne Bitsch, Résidents de l’Impro2 avec Célia Rummelhart Et la classe de CM2 de l’école des Tilleuls de Cernay avec Dominique Burrer TaToiJe (J’tai dans la peau) Impressions sur bâche Rue de la Cantine

Le collectif La Lucarne, Fanny Munsch et Éléonore Dumas, poursuit ce projet exemplaire de coopération entre les résidents de Saint André et la classe de Dominique Burrer. Cette année, l’enseignant a pu conserver les mêmes élèves que l’an dernier, ce qui a permis de créer des relations affectives et suivies autour du nouveau thème sur le corps et le dessin en relation avec celui de la FEW. Les marques sur la peau indélébiles que crée le tatouage sont souvent liées à des êtres aimés, des tatouages éphémères ont été réalisés à l’aide de projections, puis photographiés. Des projections également pour des géographies inspirées de la Carte de Tendre, créées par la présence de corps sous des draps, sur lesquelles étaient projetés des graphismes. Les élèves et les résidents ont également partagé la visite du parcours. À gauche : Éléonore Dumas et Fanny Munsch devant le «lit» sur lequel étaient imprimées les montagnes/corps À droite : tatouages éphémères - Photographie de Leïla Macaire


35


36


37

Événements Avant et pendant les deux semaines d’expositions à Wattwiller, différents temps forts sont organisés, culturels, gourmands ou festifs, avec toujours un regard sur la création. • Trois expositions dans des lieux partenaires permettent d’avoir une vision plus complète du travail des artistes : Denis Pondruel «Chambres de danse mentale» à la Médiathèque de Thann Cléa Coudsi et Éric Herbin «Tableaux de limbes» à la Médiathèque de Cernay Éléonore Dumas et les élèves de Régine Fimbel du Collège de Masevaux au Domaine du Hirtz «Robes en correspondance», photographies et robes en papier • Rencontres avec les artistes invités : Cléa Coudsi et Éric Herbin : rencontre avec l’association FEW en octobre 2016, puis avec les élèves du Collège de Cernay, de l’école des Tilleuls et du CSC Agora Les Fondeurs de roue : conférence à la Fondation François Schneider l’avant veille de l’inauguration, pendant le montage du Manège. • Un partenariat nouveau avec l’espace Grün de Cernay et le Relais Pierre Schielé de Thann pour deux séances de cinéma avec des films sur l’amour de deux artistes, le nouveau film «Rodin» et «Camille Claudel», sorti il y a 20 ans.

Ci dessus, «Elle sourit», sculpture, et «Salomé», impression sur bâche, exposition Denis Pondruel à la Médiathèque de Thann p 36, de gauche à droite et de haut en bas : Exposition Cléa Coudsi et Éric Herbin à la médiathèque de Cernay : «Tableaux de limbes», transferts et mines de plomb sur papier, vernissage autour de la table/atelier qui restera à la disposition des visiteurs pendant l’exposition, «Études de mains», photographie sur papier brouillard. Vernissage de l’exposition de Denis Pondruel à la Médiathèque de Thann Conférence des Fondeurs de roue à la Fondation François Schneider Exposition «Robes en correspondance», au Domaine du Hirtz, vernissage, lecture de texte par Roselyne Muller Éléonore Dumas présentant le travail pédagogique avec les collégiens pour la création de robes en relation avec les lettres d’amour, exposées en même temps que ses photographies.


38

• Pour mieux répondre à son désir de convivialité, la FEW a défini le cahier des charges pour l’élaboration d’une buvette mobile, avec ses exigences d’ergonomie et de sécurité. Deux enseignants du Lycée Le Corbusier d’Illkirch, Laurent Huchet et Isabelle Févry-Chambaud, ont soumis l’étude à leurs étudiants en BTS Design qui ont conçu plusieurs projets en équipe. Ce sont les membres de la FEW qui ont construit le projet lauréat dont l’utilisation s’est avérée très agréable. • Inauguration Restauration par le Cernay-Wattwiller hand-ball (140 repas) Atelier scientifique, aimants et cuisine moléculaire, proposé par Bénédicte Talamona et Emmanuel Valentin Ateliers artistiques par le CSC Agora, gravure, collages, d’après les références du Dialogue d’images Performance par l’Atelier d’improvisation de Wattwiller, avec Benoît Fimbel, et les élèves de Régine Fimbel qui ont fabriqué des robes en papier en relation avec des mots d’amour au cours d’un projet artistique avec Éléonore Dumas. • Apéritifs en musique avec un groupe de qualité chaque dimanche à 17h : Nathalie Berbett et Frédéric Reisz, Les amis de Bernadette et le groupe de jazz Plaza quintet

Ci-dessus, le bar FEW P 39, de gauche à droite et de haut en bas : Inauguration : présentation d’Anne-Catherine Valentin, présentation du chèque de la Fondation Passion Alsace par Aurélie Brengarth, le Maire, Raphaël Schellenberger, inaugurant le Manège Inauguration : atelier gravure, atelier scientifique, performance de l’atelier d’improvisation Nathalie Berbett et Frédéric Reisz, Les amis de Bernadette, le Plaza quintet


39


40

• Repas Kuirado, un buffet savoureux concocté par le chef Olivier Meyer pour un déjeuner le 18 juin qui a rassemblé une quarantaine de gourmets. •

Dialogue d’images dans les médiathèques de Thann et Cernay proposé par Fanny Munsch. Une mise en perspective du thème de l’amour à travers une sélection d’œuvres dans l’histoire de l’art présentée deux samedis matins devant une dizaine de personnes.

• Soirée guinguette lancée en début de soirée par un spectacle de danse de salon, puis bal animé par le DJ Vladimir Spoutnik et la visite surprise de Sébastien Kauffmann avec ses bulles de savon géantes et sculpturales. Tous les âges ont été réunis pour danser, discuter, boire et manger et faire des tours de manège à volonté!

Ci-dessus, Sébastien Kauffmann P 39, de gauche à droite et de haut en bas : Repas Kuirado, un visiteur et Polyphème, les mots d’amour de la FEW disséminés dans le village Les médiatrices, soirée guinguette animée par Vladimir Spoutnik Les manège des Fondeurs de roue, lancer du Pompon, la cabine, effets de lumières


41


42


43

Public 2017 environ 2500 personnes

624 personnes en visites guidées Plusieurs groupes et 9 classes ont annulé en raison de la canicule 597 scolaires (29 classes : 22 élémentaires, 5 maternelles, 1 collège, 1 lycée) Un bus affrété par Versant Est depuis Strasbourg (30 personnes) 400 personnes pour les apéritifs et la soirée guinguette Une centaine de personnes pour les trois vernissages dans les lieux partenaires et autant pour les rencontres avec les artistes et les films Les visiteurs des expositions ne sont pas comptabilisés Un livret de médiation, créé grâce à l’aide de la Fondation Passion Alsace, a permis la formation des bénévoles de l’association pour accompagner certains groupes. Pour encore plus d’accès à l’art, la Fondation François Schneider proposait l’entrée à 3€ pendant la durée de la FEW. 189 visiteurs en ont profité.

Bilan des visites

Augmentation du nombre de visiteurs qui suivent une visite guidée. Fréquentation perturbée en journée par la canicule et les directives de la préfecture. Beaucoup de succès pour les animations : repas, apéritifs concert, guinguette. La manifestation a bénéficié d’une très dense couverture presse par l’Alsace, les DNA et France Bleu Alsace, et d’un reportage dans France 3 Rund Um. Une réflexion est à mener pour étendre les horaires de visite le week-end et en soirée.


44


45

Les membres de l’Association œuvrent toute l’année à cette manifestation • Comité de direction : Aurélie Brengarth, Argine Jermann, Bernadette Brender, Martine Muller, Anne-Catherine Valentin - Comptabilité : Marc Jermann • Régie du parcours : Robin Fougeront et Fanny Munsch • Médiation territoriale et visites : Aurélie Brengarth, Argine Jermann, Jean-Marc et Roselyne Muller, Pierre Ruch, Mathieu Spinner, Dominique Ditner, Anne-Catherine Valentin • Ateliers : Emmanuel Valentin, Bénédicte Talamona, et pour le CSC Agora : Nora Klarzynski et Claudia Cardoso • Intendance : Nicole Delaire, Jean-Marc et Roselyne Muller, Martine Muller, AnneCatherine Valentin, Argine et Marc Jermann, Aurélie Brengarth, Bernadette Brender • Photographies : Dominique Ackermann • Médiation : mediationfew@hotmail.fr Eléonore Dumas, Fanny Munsch, Robin Fougeront Stagiaires en médiation : Lucie Castel, Mahé Cabel, Camille Ruckly • Accueil : Corentin Jacob (stagiaire en communication) Et les membres de soutien de la FEW qui contribuent à la synergie commune. • Direction artistique et réalisation de ce document : Sylvie de Meurville fetedeleau@wanadoo.fr • Photographies sauf mentions autres : Dominique Ackermann

La FEW est membre du réseau d’art contemporain Versant Est et de la FRAAP, et a adopté la Charte de l’Économie Solidaire de l’Art

p 42 Être à toi, Écho, Myriam Martel P 44 de gauche à droite et de haut en bas : Quelques membres de la FEW : Pierre Ruch, Argine Jermann, Bernadette Brender, Anne-Catherine Valentin, Marc Jermann, Jean-Marc Muller, Dominique Ackermann (photo Leïla Macaire), Roselyne Muller p 45 fin de journée d’inauguration pour l’équipe de la FEW


46

Les partenaires financiers de la FEW

Communauté de Communes de Thann - Cernay, Conseil Régional d’Alsace, Conseil Départemental du Haut-Rhin et Ministère de la Culture-DRAC Alsace, Commune de Wattwiller, Inspection Académique du Haut-Rhin, Fondation Passion Alsace, Grandes Sources de Wattwiller, Crédit Mutuel du Vieil-Armand

Partenaires en nature ou prestations

Centre Leclerc de Cernay, Office de tourisme de Thann-Cernay, Rougier&Plé Mulhouse, Usinox Stige

Les partenaires culturels

Médiathèque de Cernay, Médiathèque de Thann, Fondation François Schneider, Haute École des Arts du Rhin, Foyer St Érasme, Domaine du Hirtz, Espace Grün de Cernay, Relais Culturel de Thann, Le jardin des mots Laurent Huchet, Isabelle Févry-Chambaud et le Lycée Le Corbusier d’Illkirch, Écoles élémentaires de Wattwiller, du Blosen à Thann, de Steinbach, des Tilleuls de Cernay, Institut St André de Cernay, CSC Agora de Cernay, CSC de Thann, Collèges de Cernay et de Saint Amarin, Atelier Théâtre d’improvisation de Wattwiller

Ont également participé à la FEW 2017

Hébergeurs d’œuvres et d’artistes : familles Ebner, Spinner-Ditner, Muller, Ruch-Ackermann, Jermann, Valentin, Brender-Ramstein, Ermel, Gottfried et Christine Arnold Remerciements : Roland Plumail, Olivier Reboisson et Sté Sigma Ross, Raoul Ermel et Sté Bitsch, le Conseil municipal, le secrétariat et les employés de la Commune de Wattwiller, la Communauté de Communes de Thann-Cernay, le Cernay-Wattwiller Hand ball, Les Fleurs d’Orient et Virginie Raguet, Mathieu Fimbel, Brigitte Herbertz, Matthieu Jermann et Jules Valentin Les journalistes de L’Alsace et des DNA qui rendent compte des différents événements tout au long de l’année. p 47 : Chambres pour Irène, Denis Pondruel, dans le jardin des Ditner-Spinner


47


48

Association pour la FEW Mairie, 10 rue de la 1ère Armée 68700 Wattwiller

h t t p : / / w w w. f e w - a r t . o r g

FEW 2017 - D'amour et d'eau fraîche, quand on aime on a toujours 20 ans  

Compte rendu du parcours exposition à Wattwiller et des actions liées au thème de l'année. Pour sa 20ème édition, la FEW a choisi un thème l...

Advertisement