Page 1

à vos qu s e es s ti on

?

r le Syde m s su e on

Les ré p

...pour vous ressourcer en informations

Edition 2014

LE SYDEM’QUID


Edito " Le Sydeme est exemplaire ! " Lorsqu’il y a moins de 15 ans les élus de Moselle-Est et de l’Alsace bossue se sont associés pour traiter leurs déchets ménagers, ils n’imaginaient sans doute pas quelle importance leur action allait prendre. D’un classique avant-projet d’usine d’incinération totalement remis en cause par la volonté de valoriser intelligemment les différentes filières de traitement, la mise en place de nos centres de tri, de recyclage, de méthanisation avec tous les services annexes, a apporté au Sydeme une notoriété et un savoir-faire dépassant largement les frontières de notre pays. Initiée par une politique de développement avant-gardiste, cette réalisation n’a pu se faire que grâce à l’adhésion de l’ensemble des acteurs, à commencer par la population dont le tri, à la base de la collecte, est un facteur indispensable au bon fonctionnement du système. Aujourd’hui, après moins de 10 ans de développement et d’investissements, le résultat est là. Notre syndicat s’est doté d’outils innovants permettant de maîtriser la technique et les coûts de nos filières de valorisation de nos déchets. Les outils adaptés, la compétence du personnel et la connaissance des process permettent à l’ensemble de la population desservie par le Syndicat de bénéficier d’un service fiable, répondant à toutes les contraintes réglementaires, à des coûts maîtrisés. C’est pour travailler ensemble, en toute transparence, que nous allons renforcer nos échanges. Pour vous permettre à tout moment d’avoir à portée de main les réponses aux interrogations que vous et votre entourage pourraient se poser au sujet de notre organisation, nous avons réédité notre Sydem’ quid. Depuis sa dernière parution, la situation a bien évoluée. A l’époque nous parlions de projets, aujourd’hui nous sommes dans la réalité. Puissent les données que nous vous présentons vous éclairer et vous rassurer sur les actions de vos élus et de l’ensemble du personnel du Sydeme. Loin d’être une boîte noire au fonctionnement occulte, le Sydeme se doit d’être votre Syndicat, exemplaire, ouvert et transparent avec comme objectif la valorisation de nos déchets et la maîtrise de ses coûts.

Serge STARCK Président du Sydeme

2


6

Présentation du Sydeme

26

Les dates clés

46 48

Présentation de la régie Ecotri Moselle-Est Présentation de la régie CSM Présentation de la régie DSM Organigramme Sydeme-Régies

52 54 56 58

Grands principes de fonctionnement du Sydeme

60

Organisation de la valorisation et du traitement des déchets

68

Prévention Déchets

70

Dispositif multiflux Fonctionnement de la collecte simultanée Test et généralisation du dispositif Consignes de tri Sydem’base/Sydem’pass Suivi de collecte Prise d’échantillon sur voirie Résultats globaux des caractérisatisations

72 73 74 76 78 80 82 84

Carte de localisation des sites

86

Logistique Centres de transfert Transport des déchets ménagers

88 88 90

Son territoire Ses compétences Son partenariat transfrontalier Ses chiffres clés 2013 Ses chiffres clés 2014 Son histoire Les étapes de la construction du Sydeme

26 27 30 32 40 46

SOMMAIRE

L’essentiel du Sydem’quid

3


Filières de traitement et sites

92

Tri multiflux

92

Centres de tri multiflux

Biodéchets

96

Recyclables

106

Résiduels Biomasse

115 116

Méthavalor

Centre de tri des recyclables de Sainte-Fontaine

Déchets verts Plate-forme de compostage - Plate-forme de réception et de broyage des déchets verts Bois de déchèterie Plate-forme de broyage de Sainte Fontaine

116 122

Ferme énergétique

124

Déchets ultimes

126

Centre d’enfouissement technique

Filières REP* (Responsabilité Élargie du Producteur)

128 130 134 136

Développement du MEITS

138

Communication générale

142

Stratégie de la communication Présentation des vecteurs de communication Centre transfrontalier d’éducation et de sensibilisation à l’environnement Site Internet Journal Trions, Valorisons... Partenariat Médias Numéro vert Supports audiovisuels Concours et projets pédagogiques Manifestations/Evénements

4

128

DASRI D3E Textiles Mobilier

142 143 144 146 148 149 150 151 152 153


154

Organes de fonctionnement

158

Présentation des collectivités adhérentes

162

Lexique

176

Plus d’infos

188

Index

190

Rapports annuels intercos – déchèterie Rapport d’activités annuel du Sydeme Réunions de travail Plate-forme extranet

Comité syndical Bureau Commissions

154 154 154 156

158 158 160

L’ESSENTIEL DU SYDEME

Communication Sydeme-Intercos

5


L’essentiel Composition du Bureau Le Bureau comprend le Président et 15 membres représentants les différentes intercommunalités qui composent le Sydeme. Membres

6

Fonction

Structures adhérentes

Serge STARCK

Président

CAFPF

Gilbert SCHUH

1 Vice-Président

CAFPF

Jean-Luc LUTZ

3e Vice-Président

CASC

Cyrille FÉTIQUE

4 Vice-Président

CCAL

Simone RAMSAIER

5e Vice-Président

CCFM

Valentin BECK

6e Vice-Président

CCW

Edouard SCHAMING

7e Vice-Président

SCPB

Victor MICHEL

8 Vice-Président

CCDUF

Jean-Paul DOR

Délégué titulaire

CCB

Joël NIEDERLANDER

Délégué titulaire

CASC

René STEINER

Délégué titulaire

CCPN

Michel KUFFLER

Délégué titulaire

CCPSU

Pascal RAPP

Délégué titulaire

CCH

Guy BORN

Délégué titulaire

CCCM

Jean-Marie BLASER

Délégué titulaire

CCAB

François TROMBINI

Délégué titulaire

CCPB

er

e

e


Pour les 3 régies du Sydeme, le Conseil d’Administration se compose des membres suivants : Le Président des 3 régies est : Serge STARCK Les 3 Vice-Présidents élus au Conseil d’Administration des 3 régies sont : - 1er Vice-Président : Jean-Paul DOR - 2e Vice-Président : Guy BORN - 3e Vice-Président : François TROMBINI Membres

Fonction

Structures adhérentes

Serge STARCK

Président

CAFPF

Gilbert SCHUH

1 Vice-Président du Sydeme

CAFPF

er

Jean-Luc LUTZ

3 Vice-Président du Sydeme

CASC

Joël NIEDERLANDER

Délégué titulaire

CASC

Simone RAMSAIER

5e Vice-Président du Sydeme

CCFM

René STEINER

Délégué titulaire

CCPN

Michel KUFFLER

Délégué titulaire

CCPSU

Valentin BECK

6 Vice-Président du Sydeme

CCW

Pascal RAPP

Délégué titulaire

CCH

Jean-Paul DOR

Délégué titulaire

CCB

Guy BORN

Délégué titulaire

CCCM

Cyrille FÉTIQUE

4e Vice-Président du Sydeme

CCAL

Edouard SCHAMING

7e Vice-Président du Sydeme

SCPB

Victor MICHEL

8 Vice-Président du Sydeme

CCDUF

Jean-Marie BLASER

Délégué titulaire

CCAB

François TROMBINI

Délégué titulaire

CCPB

e

e

e

L’ESSENTIEL DU SYDEME

Conseil d’Administration des 3 régies : Régie Ecotri Moselle-Est - Régie CSM - Régie DSM

Pour les 3 régies, le Conseil d’Administration est également composé d’un usager : Mme Aurélie GRIMMER

7


L’essentiel

CAFPF

L’Assemblée

Alain FLAUS Délégué de la CAFPF Adjoint au Maire de Forbach

Jean-Bernard MARTIN Conseiller Général 57 6e VP de la CAFPF Maire de Cocheren

Gilbert SCHUH 1er VP du Sydeme 4e VP de la CAFPF Maire de Morsbach

Serge STARCK Président du Sydeme 2e VP de la CAFPF Maire de Nousseviller-St-Nabor

Joël NIEDERLAENDER 8e VP de la CASC Maire de Grosbliederstroff

Jean-Luc LUTZ 3e VP du Sydeme Délégué de la CASC Maire de Bliesbruck

Denis NILLES 11e VP de la CASC Conseiller municipal Sarreguemines

Hubert BOURING 14e VP de la CASC Maire de Rémelfing

Sébastien-Jean STEINER Délégué de la CASC 2e Adjoint au Maire de Sarreguemines

Mireille STELMASZYK Déléguée de la CCPN 6e Adjointe au Maire de St-Avold

Frédéric MULLER Délégué de la CCPN 1er Adjoint au Maire de Valmont

Jean-Pierre BIES VP de la CCPN 1er Adjoint au Maire de Carling

René STEINER Délégué de la CCPN 1er Adjoint au Maire de Saint-Avold

Dominique STEICHEN VP de la CCPN Maire de Valmont

Daniel ZINTZ Conseiller Général 57 Président du SCPB Maire de Siersthal

Francis SIDOT VP du SCPB Maire de Montbronn

Edouard SCHAMING 7e VP du Sydeme Délégué du SCPB Maire de Reyersviller

Christian MARTINÉ Délégué du SCPB Maire de Bining

Valentin BECK 6e VP du Sydeme VP de la CCW Maire d’Ham-sous-Varsberg

Jean-Paul DASTILLUNG Président de la CCW Adjoint au Maire de Creutzwald

François TROMBINI VP de la CCPB Maire de Téterchen

Vincent CRAUSER Délégué de la CCPB Conseiller municipal de Boulay

CCPB

CCW

8

Danièle STAUB VP de la CCDUF Maire de Haute-Vigneulles

CCAB

SCPB

CCDUF

CC PN

CASC

Laurent KALINOWSKI Député de la Moselle 1er VP de la CAFPF Maire de Forbach

Jean MATHIA Président de la CCAB Conseiller municipal d’Asswiller


Jean-Luc JÉHIN Délégué de la CAFPF Maire d’Etzling

Philippe LEGATO Délégué de la CASC Maire d’Ippling

Cyrille FÉTIQUE 4e VP du Sydeme VP de la CCAL Maire de St-Jean-Rohrbach

Bernard CLAVÉ Délégué de la CCAL Maire de Holving

Pascal RAPP Président de la CCH Maire de Falck

Pierre LANG Président de la CCFM Maire de Freyming-Merlebach

Simone RAMSAIER 5e VP du Sydeme 6e VP de la CCFM Maire de Béning-lès-St-Avold

Hubert BUR 1er VP de la CCFM Maire de Cappel

André DUPPRE Délégué de la CCFM Adjoint au Maire de Guenviller

Victor MICHEL 8e VP du Sydeme Délégué de la CCDUF Maire de Chéméry-lès-Faulquemont

Raphaël GARCIA Délégué de la CCDUF Adjoint au Maire de Pontpierre

Guy BORN VP de la CCCM Maire de Bérig-Vintrange

Patrick SEICHEPINE Délégué de la CCCM Maire de Grostenquin

Michel KUFFLER VP de la CCPSU Maire de Herbitzheim

Marc SENE Président de la CCPSU Maire de Sarre-Union

L’ESSENTIEL DU SYDEME

Jean-Claude HOLTZ Vice-Président du CG 57 3e VP de la CAFPF Maire de Stiring-Wendel

Jean-Charles GIOVANELLI Délégué de la CAFPF Maire de Spicheren

Jean-Marie BLASER Délégué de la CCAB Maire de Kirrberg

CCB

CCPSU

CCC M

CC FM

CCH

CCAL

Jean-Paul HILPERT 10e VP de la CAFPF Maire de Théding

Jean-Paul DOR VP de la CCB Maire de Colmen

Alphonse MASSON Président de la CCB Maire de Rémelfang

9


L’essentiel Liste des 298 communes du territoire du Sydeme Collectivités Nombre adhérentes de communes

10

CAFPF

21

CASC

26

CCAL

12

CCH

11

CCPN

10

CCFM

11

SCPB

46

Noms des communes et nombre d’habitants

Alsting, Behren-lès-Forbach, Bousbach, Cocheren, Diebling, Etzling, Farschviller, Folking, Forbach, Kerbach, Metzing, Morsbach, NoussevillerSaint-Nabor, Oeting, Petite-Rosselle, Rosbruck, Schoeneck, Spicheren, Stiring-Wendel, Tenteling, Théding. Blies-Guersviller, Bliesbruck, Blies-Ebersing, Ernestviller, Frauenberg, Grosbliederstroff, Grundviller, Guebenhouse, Hambach, Hundling, Ippling, Kalhausen, Lixing-lès-Rouhling, Loupershouse, Neufgrange, Rémelfing, Rouhling, Sarreguemines, Sarreinsming, Siltzheim, Wiesviller, Willerwald, Wittring, Woelfling-lès-Sarreguemines, Woustviller, Zetting. Hazembourg, Hilsprich, Holving, Kappelkinger, Kirviller, Nelling, Puttelange-aux-Lacs, Remering-lès-Puttelange, Richeling, Saint-JeanRohrbach, Sarralbe, Val de Gueblange. Berviller-en-Moselle, Château Rouge, Dalem, Falck, Hargarten-auxMines, Merten, Oberdorff, Remering, Tromborn, Villing, Voelfling-LèsBouzonville. Altviller, Carling, Diesen, Folschviller, Lachambre, L’Hôpital, Macheren, Porcelette, Saint-Avold, Valmont. Barst, Béning, Betting, Cappel, Farebersviller, Freyming-Merlebach, Guenviller, Henriville, Hombourg-Haut, Hoste, Seingbouse. Achen, Baerenthal, Bettviller, Bining, Bitche, Bousseviller, Breidenbach, Eguelshardt, Epping, Enchenberg, Erching, Etting, Goetzenbruck, Gros Rederching, Hanviller, Haspelschiedt, Hottviller, Lambach, Lemberg, Lengelsheim, Liederschiedt, Loutzviller, Meisenthal, Montbronn, Mouterhouse, Nousseviller-lès-Bitche, Obergailbach, Ormersviller, Petit Rederching, Philippsbourg, Rahling, Reyersviller, Rimling, Rohrbachlès-Bitche, Rolbing, Roppeviller, St-Louis-lès-Bitche, Schmittviller, Schorbach, Schweyen, Siersthal, Soucht, Sturzelbronn, Volmunster, Waldhouse, Walschbronn.


Nombre de communes

Communes et nombre d’habitants

CCDUF

33

CCCM

31

CCW

5

CCPB

26

CCAB

32

CCPSU

13

CCB

21

Adelange, Adaincourt, Arraincourt, Arriance, Bambiderstroff, Boucheporn, Créhange, Elvange, Chémery-lès-Faulquemont, Faulquemont, Flétrange, Fouligny, Guinglange, Hallering, Han-surNied, Haute-Vigneulles, Hémilly, Herny, Holacourt, Laudrefang, Longeville-lès-St-Avold, Mainvillers, Many, Marange-Zondrange, Pontpierre, Téting-sur-Nied, Thicourt, Thonville, Tritteling, Vatimont, Vahl-lès-Faulquemont, Vittoncourt, Voimhaut, Zimming. Altrippe, Baronville, Berig-Vintrange, Biding, Bistroff, Boustroff, Brulange, Destry, Diffembach-lès-Hellimer, Eincheville, Erstroff, Fremestroff, Freybouse, Grening, Grostenquin, Guessling-Hémering, Harprich, Hellimer, Landroff, Laning, Lelling, Leyviller, Lixing-lès-StAvold, Maxstadt, Morhange, Petit-Tenquin, Racrange, Suisse, VahlEbersing, Vallerange, Viller. Bisten-en-Lorraine, Creutzwald, Guerting, Ham-Sous-Varsberg, Varsberg. Bannay, Bettange, Bionville-sur-Nied, Boulay-sur-moselle, Brouck, Condé-Northen, Coume, Denting, Eblange, Gomelange, Guinkirchen, Helstroff, Hinckange, Mégange, Momerstroff, Narbéfontaine, Niedervisse, Obervisse, Ottonville, Piblange, Roupeldange, Téterchen, Valmunster, Varize, Velving, Volmerange-lès-Boulay. Adamsviller, Asswiller, Baerendorf, Berg, Bettwiller, Burbach, Bust, Butten, Dehlingen, Diedendorf, Diemeringen, Drulingen, Durstel, Eschwiller, Eywiller, Goerlingen, Gungwiller, Hirschland, Kirrberg, Lorrentzen, Mackwiller, Ottwiller, Ratzwiller, Rauwiller, Rexingen, Siewiller, Thal-Drulingen, Volksberg, Waldhambach, Weislingen, Weyer, Wolfskirchen. Altwiller, Bissert, Domfessel, Harskirchen, Herbitzheim, Hinsingen, Keskastel, Oermingen, Rimsdorf, Sarre-Union, Sarrewerden, Schopperten, Voellerdingen. Alzing, Anzeling, Bibiche, Bouzonville, Brettnach, Chemery-lèsDeux, Colmen, Dalstein, Ebersviller, Filstroff, Freistroff, Guerstling, Heining-lès-Bouzonville, Hestroff, Holling, Menskirch, Neunkirchenlès-Bouzonville, Rémelfang, Schwerdorff, St-Francois-Lacroix, Vaudreching.

L’ESSENTIEL DU SYDEME

Collectivités adhérentes

11


L’essentiel Composition des 8 Commissions du Sydeme Le Président et les 8 Vice-Président sont conviés aux réunions de chaque Commission. Les commissions du Sydeme se répartissent ainsi :

Commission Transfrontalier conduite par le 1er Vice-Président : Gilbert SCHUH Membres

Fonction

Structures adhérentes

Jean-Luc JÉHIN

Délégué titulaire

CAFPF

Laurent KALINOWSKI

Délégué titulaire

CAFPF

Jean-Charles GIOVANELLI

Délégué titulaire

CASC

Hubert BOURING

Délégué titulaire

CASC

Alphonse MASSON

Délégué titulaire

CCB

Simone RAMSAIER

Vice-Présidente

CCFM

Vincent CRAUSER

Délégué titulaire

CCPB

Commission Finances conduite par le Président : Serge STARCK

12

Membres

Fonction

Structures adhérentes

Jean-Bernard MARTIN

Délégué titulaire

CAFPF

Laurent KALINOWSKI

Délégué titulaire

CAFPF

Jean-Paul HILPERT

Délégué titulaire

CAFPF

Jean-Claude HOLTZ

Délégué titulaire

CAFPF

Joël NIEDERLANDER

Délégué titulaire

CASC

Bernard CLAVÉ

Délégué titulaire

CCAL

Hubert BUR

Délégué titulaire

CCFM

André DUPPRE

Délégué titulaire

CCFM

François TROMBINI

Délégué titulaire

CCPB

Michel KUFFLER

Délégué titulaire

CCPSU


Membres

Fonction

Structures adhérentes

Jean-Bernard MARTIN

Délégué titulaire

CAFPF

Alain FLAUS

Délégué titulaire

CAFPF

Joël NIEDERLANDER

Délégué titulaire

CASC

Bernard CLAVÉ

Délégué titulaire

CCAL

Danièle STAUB

Déléguée titulaire

CCDUF

Raphaël GARCIA

Délégué titulaire

CCDUF

André DUPPRE

Délégué titulaire

CCFM

Simone RAMSAIER

Vice-Présidente

CCH

Jean-Pierre BIES

Délégué titulaire

CCCM

René STEINER

Délégué titulaire

CCAB

Mireille STELMASTZYK

Délégué titulaire

CCPB

Jean-Paul DASTILLUNG

Délégué titulaire

CCW

Francis SIDOT

Délégué titulaire

SCPB

Guy BORN

Délégué titulaire

CCCM

L’ESSENTIEL DU SYDEME

Commission Multiflux conduite par le 3e Vice-Président : Jean-Luc LUTZ

Commission Développement Industriel conduite par le 4e Vice-Président : Cyrille FÉTIQUE Membres

Fonction

Structures adhérentes

Jean-Luc JÉHIN

Délégué titulaire

CAFPF

Laurent KALINOWSKI

Délégué titulaire

CAFPF

Jean-Charles GIOVANELLI

Délégué titulaire

CASC

Sébastien-Jean STEINER

Délégué titulaire

CASC

Hubert BOURING

Délégué titulaire

CASC

Alphonse MASSON

Délégué titulaire

CCB

Raphaël GARCIA

Délégué titulaire

CCDUF

André DUPPRE

Délégué titulaire

CCFM

René STEINER

Délégué titulaire

CCPN

Jean-Paul DASTILLUNG

Délégué titulaire

CCW

Edouard SCHAMING

Délégué titulaire

SCPB

13


L’essentiel Commission Emploi et Insertion conduite par le 5e Vice-Président : Simone RAMSAIER Membres

Fonction

Structures adhérentes

Gilbert SCHUH

5 Vice-Président

CAFPF

Jean-Luc JÉHIN

Délégué titulaire

CAFPF

Alphonse MASSON

6 Vice-Président

CCB

René STEINER

Délégué titulaire

CCPN

Mireille STELMASZYK

Délégué titulaire

CCPN

Michel KUFFLER

Délégué titulaire

CCPSU

Francis SIDOT

Délégué titulaire

SCPB

e

e

Commission Communication conduite par le 6e Vice-Président : Valentin BECK

14

Membres

Fonction

Structures adhérentes

Jean-Claude HOLTZ

Délégué titulaire

CAFPF

Bernard CLAVÉ

Délégué titulaire

CCAL

François TROMBINI

Délégué titulaire

CCPB

Mireille STELMASTZYK

Délégué titulaire

CCPN


Membres

Fonction

Structures adhérentes

Alain FLAUS

Délégué titulaire

CAFPF

Sébastien-Jean STEINER

Délégué titulaire

CASC

Hubert BOURING

Délégué titulaire

CASC

Jean MATHIA

Délégué titulaire

CCAB

Danièle STAUB

Délégué titulaire

CCDUF

Raphaël GARCIA

Délégué titulaire

CCDUF

Hubert BUR

Délégué titulaire

CCFM

L’ESSENTIEL DU SYDEME

Commission Méthanisation conduite par le 7e Vice-Président : Edouard SCHAMING

Commission Filières conduite par le 8e Vice-Président : Victor MICHEL Membres

Fonction

Structures adhérentes

Jean-Bernard MARTIN

Délégué titulaire

CAFPF

Alain FLAUS

Délégué titulaire

CAFPF

Joël NIEDERLANDER

Délégué titulaire

CASC

Jean-Marie BLASER

Délégué titulaire

CCAB

Alphonse MASSON

Délégué titulaire

CCB

Danièle STAUB

Délégué titulaire

CCDUF

Vincent CRAUSER

Délégué titulaire

CCPB

Francis SIDOT

Délégué titulaire

SCPB

Edouard SCHAMING

Délégué titulaire

SCPB

15


Chauffeur Biodéchets

L’essentiel Les visages du Sydeme

Chauffeur SPL

Responsable parc véhicules

Service communication

Service Sydem’pass

Sydem’base

16

Service Comptabilité

d’exploitation

Chauffeur Déchèterie

Technicien

Service biomasse

Agent d’accueil et de pesée


Agent de

Logisticien service

Opérateur multiflux

Manutentionnaire

maintenance

L’ESSENTIEL DU SYDEME

Conducteur d’engins

Chef d’équipe

Conducteur de ligne

d’exploitation

Agent de tri

Responsable

Service qualité

multiflux

17


L’essentiel Les contacts Les services du Sydeme sont à votre écoute pour toute demande.

1 rue Jacques Callot 57600 MORSBACH Tél : 03 87 00 01 01 Fax : 03 87 00 02 09 Site internet : www.sydeme.fr Email : contact@sydeme.fr

Pour toutes correspondances, l’adresse postale est : Sydeme CS 80 007 57601 FORBACH Cedex

Comment cibler votre interlocuteur selon vos besoins ? Nature de la demande

Contact/Fonction

Mise à disposition d’outils Nadia Sanfilippo de communication, Responsable communication élaboration de rédactionnels, demande de visites élus. Demande d’informations sur le tri des déchets, les horaires d’ouverture des sites ou autres informations générales.

Cindy Schubert Chargée de communication multiflux

Téléphone et email Tél. : 03 87 00 01 01 Email : n.sanfilippo@sydeme.fr

Numéro vert :

Du lundi au jeudi de 10h à 12h et de 14h à 16h. Le vendredi de 10h à 12h. En dehors de ces créneaux horaires, il est possible de laisser un message ainsi que ses coordonnées sur le répondeur du numéro vert. Contact email : trions.multiflux@sydeme.fr

Demande de visites pour les scolaires.

18

Valérie Dillenseger Chargée de communication scolaire

Tél. : 03 87 00 01 01 Email : v.dillenseger@sydeme.fr


Aurélie Grimmer Responsable Filières et Multiflux

Tél. : 03 87 00 01 01 Email : a.grimmer@sydeme.fr

Questions sur les filières de traitement, sur le fonctionnement des sites.

Aurélie Grimmer Responsable des relations Sydeme - Intercommunalités

Tél. : 03 87 00 01 01 Email : a.grimmer@sydeme.fr

Organisation des réunions avec les élus et les services, relations élus.

Virginie Lavigne Assistante de Direction

Tél. : 03 87 00 01 01 Email : v.lavigne@sydeme.fr

Toutes autres demandes

Serge Winkelmuller Directeur Général des Services

Tél. : 03 87 00 01 01 Email : s.winkelmuller@sydeme.fr

L’ESSENTIEL DU SYDEME

Organisation des permanences de distribution de sacs.

19


L’essentiel Les chiffres clés

200 000 tonnes de déchets pris en charge par an

Ecotri Moselle-Est bénéficie d’un statut d’ pour les agents de tri :

Entreprise d’Insertion

30 postes conventionnés

2

ème Entreprise d’Insertion de Lorraine

Mise en oeuvre d’un projet et d’infrastructures en alliant 2 objectifs :

valorisation des déchets

et maîtrise des coûts

20


non délocalisables

créés au sein du Sydeme et de ses régies

8 sites d’exploitation

L’ESSENTIEL DU SYDEME

198 emplois locaux

30 ensembles routiers 36 véhicules GNV 21


L’essentiel Médiatisation du projet du Sydeme Presse écrite : Plus de 100 articles publiés depuis le lancement de la filière biométhane du Sydeme le 23 octobre 2012. Reportages TV :

Vu sur ...

TF1, France 2, M6, Direct 8, Arte, SR 1 France 3 Lorraine et nationale, TV Mirabelle, TV8 Moselle-Est, TV Mosaik, TV Hombourg-haut. Passages radio :

Entendu sur ...

Europe 1, France Bleu Lorraine Nord, Virgin Radio, Radio Mélodie.

22


23

L’ESSENTIEL DU SYDEME


L’essentiel L’innovation reconnue

Prix ProtectAir 2012 Le Président du Sydeme en 2012, Charles STIRNWEISS a eu l’honneur de recevoir le Prix ProtectAir 2012 pour sa volonté persévérante de mettre en pratique la signature du Sydeme : «Nos déchets ont de la ressource !». Ce prix a été remis par des représentants de l’AFGNV, de GNVERT et d’IVECO, les 3 Prix ProtectAir 2011, acteurs majeurs de la promotion du carburant GNV en France, qui ont tenu à lui passer conjointement le relais. C’est la première fois qu’un Prix Protect Air a été remis «Intuitu personae».

Prix Energies citoyennes 2013

Les Prix Énergies Citoyennes 2013 récompensent les collectivités qui, conscientes de l’urgence écologique en matière de réchauffement climatique, ont mis en place de véritables stratégies assorties d’actions concrètes pour économiser l’énergie et lutter contre les émissions de gaz à effet de serre. Le Sydeme a été gratifié de ce prix pour la mise en place de son modèle d’économie circulaire territorial.

Elue la collectivité la plus Déééglinguée de France en 2013

24

Dans le cadre de notre participation à la Tournée des DÉÉÉglingués 2013 avec la collaboration de 10 collectivités engagées dans l’organisation de cet événement, le Sydeme a remporté la première place du Palmarès. En récompense, le Sydeme a été gratifié par la représentation d’un spectacle inédit de cirque autour de la thématique du recyclage des D3E, intitulé : "Les Déééglingués font leur cirque !".


Prix Inovana 2013

Prix de l’Innovation VKU 2013

L’ESSENTIEL DU SYDEME

Dans le cadre de la 3e édition du Concours INOVANA 2013, le Sydeme a été récompensé, au Palais des Congrès de Nancy le 25 novembre 2013, en obtenant le Prix «Valorisation des biodéchets».

Dans le cadre de la commémoration du cinquantenaire du Traité de l’Elysée, le Sydeme et son homologue sarrois l’EntsorgungsverbandSaar (EVS) ont eu le plaisir de recevoir le Prix spécial de l’Association des Services Publics Municipaux (VKU) pour récompenser la coopération transfrontalière initiée entre les deux territoires dans le domaine de la gestion des déchets.

Trophée de l’économie circulaire 2014 Le Sydeme, lauréat de la 1ère édition des Trophées de l’économie circulaire, a été récompensé le 3 juillet 2014 lors du Forum CICLE à Bordeaux pour sa démarche globale et la mise en place de son modèle d’écologie industrielle et territoriale. Ce concours organisé par l’Institut de l’économie circulaire vise à valoriser les initiatives et démarches innovantes dans le domaine de l’économie circulaire et promouvoir les structures actrices du changement.

25


Le Sydeme Son territoire Le Sydeme (Syndicat Mixte de Transport et de Traitement des Déchets Ménagers de Moselle-Est) regroupe, au 1er janvier 2015, 14 intercommunalités réparties sur 298 communes représentant une population d’environ 381 000 habitants. Le territoire de compétence du Sydeme s’est progressivement élargi et couvre, en plus de 3 arrondissements du département de la Moselle (Sarreguemines, Forbach et St-Avold), 2 intercommunalités d’Alsace Bossue, ce qui représente une superficie de 2 559 km2, soit une densité de 148 hab / km2.

26


Le Sydeme assure les compétences de transport et de traitement des déchets ménagers et assimilés sur son territoire et met en oeuvre un schéma global de gestion des déchets, conforme au Plan Départemental d’Élimination des Déchets Ménagers et Assimilés (PDEDMA) de la Moselle. La valorisation optimale des déchets est la vocation première du Sydeme : il développe des filières adaptées à chaque type de déchet. En effet, sa politique s’inscrit dans un contexte de préservation de l’environnement, de maîtrise des coûts et de développement des énergies renouvelables. L’objectif principal du Sydeme étant d’assurer de façon autonome, économique et la plus environnementale possible le transport, le stockage, le traitement (tri & transformation) et la valorisation des déchets ménagers de son territoire.

Les compétences du Sydeme se déclinent ainsi :

Domaine de compétences TRANSPORT DES DÉCHETS MÉNAGERS

Missions b le transport des déchets à partir des centres de transfert vers les exutoires (centre de tri multiflux, centre de tri des recyclables, Méthavalor, centre de valorisation thermique, centre d’enfouissement).

PRESENTATION DU SYDEME

Ses compétences

b la prise en charge de l’acheminement des déchets issus de la collecte multiflux et des ordures ménagères résiduelles au delà d’une distance de 15 km du barycentre des intercommunalités. TRI MULTIFLUX

b le tri optique des sacs multiflux et l’acheminement des 3 fractions de déchets vers leurs sites de traitement ou leurs exutoires.

TRI DES RECYCLABLES

b le tri, le conditionnement des déchets ménagers recyclables et leur revente aux filières de recyclage.

b la gestion du contrat unique au barème E avec Eco-Emballages. TRAITEMENT DES DÉCHETS MÉNAGERS

b la valorisation et le traitement des déchets ménagers collectés en porte-à-porte et le cas

échéant des déchets collectés en apport volontaire. Bois de déchèterie : broyage et valorisation des déchets de bois déposés en déchèterie. Déchets verts* : valorisation par compostage ou par méthanisation des déchets verts déposés en déchèterie ou sur les plate-formes de regroupement - commercialisation du compost. DASRI*: élimination des Déchets d’Activités de Soins à Risques Infectieux - Gestion du contrat avec l’Éco-organisme DASTRI. D3E* : récupération des Déchets d’Équipements Électriques et Électroniques - Gestion du contrat avec les Éco-organismes Eco-systèmes et Recylum. TLC* : collecte et traitement des textiles, linge de maison et chaussures usagés avec notre partenaire Tri d’Union - Gestion du contrat avec l’éco-organisme EcoTLC. Mobilier : collecte et traitement du vieux mobilier - Gestion du contrat avec Ecomobilier.

* Se reporter au lexique p. 166

27


Le Sydeme Domaine de compétences

Missions

COLLECTE DES BIODÉCHETS NON MÉNAGERS

b la collecte des biodéchets non ménagers (restauration collective, métiers de la bouche,

TRANSPORT DES BENNES DE DECHETERIES

b la location et/ou le transport des bennes de déchèteries pour les acheminer dans les

RAMASSAGE DU VERRE

b la collecte du verre à partir des bennes d’apport volontaire.

SACS MULTIFLUX

b la confection et le stockage des sacs multiflux. b la distribution des sacs multiflux.

administrations, grandes et moyennes distributions alimentaires...)

installations de traitement adéquates.

* Se reporter au lexique p. 176

28


29

PRESENTATION DU SYDEME


Le Sydeme Son partenariat transfrontalier Partenariat EVS- Sydeme Le Sydeme et l’Entsorgungsverband Saar (EVS), son homologue sarrois, se sont associés afin de développer une coopération dans le domaine de la gestion des déchets en région transfrontalière franco-allemande. Cette mutualisation des moyens permet d’améliorer la prise en charge de nos déchets sur le plan écologique et économique tout en optimisant leurs installations respectives de traitement et de valorisation des déchets. Le Sydeme respecte l’ordre des grands principes définis dans le Plan Départemental de Prévention et de Gestion des Déchets Non Dangereux de la Moselle (PDEDMA). En effet, notre politique de gestion des déchets a pris parti de réduire la quantité de nos déchets par la valorisation organique grâce à notre projet phare Méthavalor. Parallèlement, nous avons privilégié la valorisation énergétique de nos déchets résiduels à leur stockage (enfouissement). L’investissement dans une unité d’incinération étant trop lourd à l’échelle du Sydeme, nous avons fait le choix d’une coopération transfrontalière pour nous ouvrir à de nouvelles perspectives.

L’accord passé entre le Sydeme et l’EVS porte sur un échange de flux de déchets. En effet, notre syndicat peut acheminer annuellement jusqu’à 70 000 tonnes de déchets résiduels (sacs bleus) sur le site de Neunkirchen en Sarre. En contrepartie, l’EVS peut apporter à Méthavalor jusqu’à 15 000 tonnes de biodéchets par an, issus de leur collecte séparative. Ainsi, notre centre de valorisation biologique par méthanisation put fonctionner à pleine charge bien que la généralisation du dispositif multiflux n’était pas encore complètement déployée sur notre territoire. Les termes de ce partenariat ont été arrêtés dans un contrat signé le 24 octobre 2011 par le Président du Sydeme de la précédente mandature, Charles Stirnweiss et les Présidents Directeurs Généraux d’EVS, Karl Heinz Ecker et le Dr Heribert Gisch. Cette coopération a pour objectif d’optimiser la capacité de traitement du centre de méthanisation de Morsbach et de l’unité de valorisation thermique de Neunkirchen, exploitée par EEV. Ce contrat de coopération a pris effet à la date de signature et s’achèvera à la fin de l’année 2016. Après cette date, le partenariat se poursuivra mais les clauses du contrat pourront évoluer.

30


De 2012 jusqu’à décembre 2014 près de 80 000 tonnes de déchets résiduels (sacs bleus) ont été valorisés sur le site de Neunkirchen. En retour, 15 000 tonnes de biodéchets sarrois ont été valorisés sur le site Méthavalor de décembre 2012 à décembre 2014 .

PARTENARIATS DU SYDEME

Chiffres clés

Cette opération permet, non seulement de valoriser nos déchets résiduels en chaleur et en électricité mais surtout de limiter le recours à l’enfouissement. En effet, les sacs bleus étaient auparavant destinés à l’enfouissement dont le coût ne cesse d’augmenter en raison d’une TGAP grimpante (Taxe Générale sur les Activités Polluantes). En optant pour la valorisation thermique, le Sydeme bénéficie de soutiens supplémentaires qui contribuent notamment à la maîtrise des coûts de nos déchets.

Pour plus d’informations sur EVS, consultez le site internet : www.evs.de 31


Le Sydeme Les chiffres clés 2013 Répartition des tonnages de déchets traités en 2013 Biodéchets ménagers (sacs verts)

16 812,56 t

Biodéchets professionnels

1 738,60 t

Déchets verts

18 113,90 t

Total Biodéchets

36 665,06 t

Recyclables (hors verre, hors cartons)

22 176,04 t

Cartons

2 373,46 t

Verre

11 610,73 t

Total Recyclables

36 160,23 t

Ordures Ménagères Résiduelles

22 923,19 t

Résiduels (sacs bleus)

44 713,30 t

Assimilés (Encombrants + Collectivités + Assimilés)

6 150,17 t

Tout-venant

23 620,48 t

Total Résiduels

97 407,14 t

Bois de déchèterie

11 036,13 t

D3E

2 061,98 t

Total Autres

13 098,11 t

TOTAL

183 330,54 t

Évolution du taux et du type de valorisation de 2006 à 2013 2006

16% 0%

Valorisation matière

2013

21%

Valorisation biologique

Valorisation biologique

Valorisation thermique

Valorisation thermique 20%

Non valorisé 84%

32

Valorisation matière

29%

Non valorisé 30%


CHIFFRES CLÉS 2013

Évolution des tonnages par filière de 2006 à 2013 Évolution des tonnages de recyclables collectés

40 000 35 000 30 000

Tonnages

25 000 20 000 15 000 10 000 5 000 0

2006

2007

2008

2009

2010

2011

2012

2013

Années

Tonnages 2013 : 36 523 t de recyclables collectés

33


Le Sydeme Les chiffres clés 2013 Évolution des tonnages par filière de 2006 à 2013 Évolution des tonnages de verre collecté 14000

12000

10000

8000 Tonnages 6000

4000

2000

0 2009

2011

2010

2012

2013

Tonnages 2013 : 11 787 t d’emballages en verre collectés Évolution des tonnages de biodéchets ménagers (hors déchets verts) 20 000 18 000 16 000

Tonnages

14 000 12 000 10 000 8 000 6 000 4 000 2 000 0 2006

2007

2008

2009

2010 Années

Tonnages 2013 : 18 551 t de biodéchets ménagers 34

2011

2012

2013


CHIFFRES CLÉS 2013

Évolution des tonnages par filière de 2006 à 2013 Évolution des tonnages de résiduels (tout-venant y compris) 160 000 140 000 120 000

Tonnages

100 000 80 000 60 000 40 000 20 000 0 2006

2007

2008

2009

2010

2011

2012

2013

Années

Tonnages 2013 : 97 407 t de résiduels collectés Évolution des tonnages des déchets verts 20 000 18 000 16 000

Tonnages

14 000 12 000 10 000 8 000 6 000 4 000 2 000 0 2006

2007

2008

2009

2010

2011

2012

2013

Années

Tonnages 2013 : 18 198 t de déchets verts collectés 35


Le Sydeme Les chiffres clés 2013 Évolution des tonnages par filière de 2006 à 2013 Évolution des tonnages de bois de déchèterie 14 000

12 000

Tonnages

10 000

8 000

6 000

4 000

2 000

0 2006

2007

2008

2009

2010 Années

Tonnages 2013 : 11 036 t de bois de déchèterie collecté

36

2011

2012

2013


CHIFFRES CLÉS 2013

Évolution des tonnages des D3E 2 500

Tonnages

2 000

1 500

1 000

500

0 2006

2007

2008

Tonnages 2013 : 2 116 t de D3E collectés

2009

2010

2011

2012

2013

Années

37


Le Sydeme Les chiffres clés 2014 Tarifs des prestations assurées par la Régie Ecotri Moselle-Est (tarifs de septembre 2014) Tri des recyclables Flux

Tri € HT/tonne

Multimatériaux

193,64 €

Emballages

319,30 €

Papiers

76,22 €

Cartons

27,81 €

Papiers-cartons en mélange

72,00 €

Cartons particuliers

37,08 €

Collecte, traitement et valorisation des biodéchets Flux

Tri € HT/tonne

Traitement et valorisation de biodéchets ménagers

Flux

65 €

Tri € HT/tonne

Collecte et valorisation de biodéchets non ménagers

41,20 €

Collecte et valorisation de biodéchets tiers

123,60 €

Collecte et valorisation de biodéchets emballés

133,90 €

Fourniture de sacs biocompostables 50 L - 20 unités

6,40 €/rouleau

Traitement du bois de déchèterie et des déchets verts Flux

38

Tri € HT/tonne

Broyage du bois de déchèterie

19,57 €

Broyage du bois de tiers

37,08 €

Valorisation des déchets verts

30,90 €


Tri multiflux Transport de déchets

Transport € HT/km

Tri multiflux

15,45 €

Tri du multiflux issu des campings

Autres services

118,45 €

CHIFFRES CLÉS 2014

Tarifs des prestations assurées par la Régie Ecotri Moselle-Est (tarifs de septembre 2014)

Contribution €/hab.an

Mise à disposition des sacs multiflux

9,27 €

Centres de transfert Réception de déchets non ménagers tiers

Réception € HT/t

Centre de transfert de Forbach Marienau Centre de transfert de Sarreguemines Centre de transfert de Bitche

126,84 € 126,84 € 126,84 €

Collecte du verre Collecte et transport du verre Collecte du verre en borne d’apport volontaire (transport compris)

Transport € HT/t 45,00 €

39


Le Sydeme Les chiffres clés 2014 Tarifs des prestations assurées par la Régie Ecotri Moselle-Est (tarifs de septembre 2014) Transport des biodéchets - recyclables - biodéchets Transport de déchets

Transport € HT/km

Transport de déchets en semi-remorque

6,23 €

Transport de déchets en porteur

4,07 €

Transport des bennes de déchèteries Flux Bois de déchèterie

85,49 €

Déchets verts

85,49 €

Cartons en bennes

85,49 €

Tout-venant

85,49 €

Papiers

85,49 €

Emballages

85,49 €

Ferrailles

85,49 €

Papiers (bennes operculées)

86,52 €

Benne camping multiflux

86,52 €

Bidons

86,52 €

Pneumatiques

79,52 €

Gravats

73,54 €

Compacteur à cartons

40

Transport € HT/rotation

241,00 €


Service particuliers pour les bennes Services Mise à disposition d’une benne Mise en place et traitement d’une benne de marché Livraison d’une benne de compost Livraison d’une semi-remorque de compost

Unité 51,50 €/mois 159,03 €/rotation 90,85 €/rotation

CHIFFRES CLÉS 2014

Tarifs des prestations assurées par la Régie Ecotri Moselle-Est (tarifs de septembre 2014)

180,25 €/rotation

41


Le Sydeme Les chiffres clés 2014 Tarifs de traitement du Tout-venant et des résiduels (sac bleus) Tarifs d’enfouissement - Téting-sur-Nied Site

€ HT/tonne TGAP* incluse

Centre d’enfouissement de Téting-sur-Nied

Évolution des tarifs d’enfouissement TGAP comprise (€ HT/tonne)

€ TTC/tonne TGAP* incluse

93,99 €

103,38 €

100,00 € 90,00 € 80,00 € 70,00 € 60,00 € 50,00 € 40,00 € 30,00 € 20,00 € 10,00 € 0,00 €

Évolution de la TGAP (€ HT/tonne)

2006

2007

2008

2009

2010

2011

2012

2013

2006

2007

2008

2010

2011

2012

2013

2014

25,00 €

20,00 €

15,00 €

10,00 €

5,00 €

0,00 €

Tarifs d’incinération Sites Centre de valorisation thermique

42

€ HT/tonne 87,97 €

€ TTC/tonne 96,76 €


Produit

Revente € HT/tonne

Compost issu de la plate-forme de compostage de déchets verts de Sarreguemines

Tarif unique : 8 €/t

Compost issu de la méthanisation des biodéchets

Tarif unique : 8 €/t

Revente des engrais (liquides ou granulés) Produit Engrais liquides issus de la méthanisation des biodéchets Granulés (engrais séchés issus de la méthanisation des biodéchets°

CHIFFRES CLÉS 2014

Revente du compost

Revente € HT/tonne Gratuit/libre-service Mise à disposition des agriculteurs locaux 20 €/t

Revente du bois de déchèterie broyé Produit Bois de déchèterie broyé

Revente € HT/tonne 1 à 2 €/t

43


Le Sydeme Les chiffres clés 2014 Production en énérgies renouvelables au centre de méthanisation Production d’éléctricité

8 000 000 7 000 000 6 000 000 5 000 000 4 000 000 kWh

3 000 000 2 000 000 1 000 000 0

2012

2013

2014

Année

Production cumulée de janvier 2012 à décembre 2014 : 20 433 133 kWh

44


CHIFFRES CLÉS 2014

Production de biométhane

3 000 000 2 500 000 2 000 000 1 500 000 kWh 1 000 000 500 000 0

2012

2013

2014

Année

Production cumulée de mai 2013 à décembre 2014 : 4 699 155 kWh

45


Les étapes de la construction

Le Sydeme Son histoire

199

1 9 9 9-

8

Création du Sydeme

0 0 2 200

Grand e du sch s orientati ons éma et de t de transpor des dé raitement t chets ména gers

1

2010

11 0 2

• Démarrage des travaux de construction du centre de tri multiflux de Morsbach • Mise en service de la plate-forme de réception des déchets verts de Sarralbe

2

200

9

20

• Injection du biométhane produit sur le site Méthavalor dans le réseau GrDF • Prise de compétence de la filière Mobilier • Mise en service du centre de tri multiflux de Faulquemont

13

• Acquisition d’une flotte de véhicules GNV pour le service transport et la logistique multiflux • Mise en service de la station de biocarburant par GNVERT

1 0 2

• Exercice effectif de la compétence transport et traitement des ordures ménagères • Instauration de la péréquation du coût de transport des ordures ménagères

publ • Démarrage des travaux de construction • Lance de Méthavalor • Début de la généralisation • Démar de la collecte multiflux multiflu • Démarrage de la compétence • Mise en traitement des déchets verts va avec la reprise de la plate-forme d de compostage des déchets verts de Sarreguemines • Mise en place de la collecte des gros producteurs de biodéchets

• Mise en service du centre de tri multiflux de Morsbach • Prise de compétence de la filière TLC • Mise en service • Mise en service de la plate-forme de réception des déchets verts de Morsbach de l’unité

46

2


du Sydeme

20

0 3

2004

• Instauration de la péréquation du Mise en service coût de transport du centre de tri des recyclables de la collecte sélective de • Lancement de la Sainte-Fontaine consultation pour le centre de méthanisation

• Désignation

05

200

20

• Prise de compétence du tri des déchets issus de la collecte sélective • Création de la régie Ecotri Moselle-Est pour l’exploitation des équipements du Sydeme • Mise en service du centre de tri des recyclables de Sarreguemines

20

20

07

du centre de tri de Sainte-Fontaine

2014

• Mise en service de l’unité de confection de sacs multiflux au Technopôle de Forbach • Mise en service de la serre pédagogique • Mise en service de la plate-forme déchets verts de Sainte-Fontaine • Démarrage de la collecte du verre • Ouverture des portes du Centre Transfrontalier d’éducation et de sensibilisation à l’environnement.

06

8

• Enquête • Lancement du dispositif du constructeur de Méthavalor lique sur le projet d’élimination des D.A.S.R.I. • Signature d’un contrat unique au • Prise en charge et encadrement Méthavalor Barème D avec Eco-Emballages des visites scolaires ement de la collecte D3E au centre de tri de Sainte-Fontaine • Lancement du dispositif test rrage du centre de tri • Transformation du centre de tri de multiflux à Rouhling (CASC) ux de Sarreguemines Sarreguemines • Plantation d’une pépinière de n place de la filière de au tri multiflux miscanthus alorisation bois ère • 1 édition des Portes Ouvertes de déchèterie

47


Le Sydeme Son histoire

1998

Les dates

• Adhésion au Sydeme des collectivités suivantes : CAFPF, CASC, SIVCOM, du SCPB, des CCCM, CCAL, CCW et CCDUF.

1999

• Conclusion d’une étude fixant les grandes orientations du schéma de transport et de traitement. • Adhésion au Sydeme des collectivités suivantes : CCAB et SIVOM VRD.

2000

• Adhésion au Sydeme de la collectivité suivante : CCPSU.

2002

• Exercice effectif de la compétence transport et traitement des ordures ménagères. • Instauration de la péréquation du coût de transport des ordures ménagères.

2003

• Extension de la compétence du Sydeme au tri des déchets issus de la collecte sélective. • Création de la Régie Ecotri Moselle-Est pour assurer l’exploitation des équipements mis en place par le Sydeme. • 19 septembre : Mise en service du centre de tri des recyclables de Sarreguemines. • 3e trimestre : Pose de la première pierre du centre de tri des recyclables de Sainte-Fontaine.

2004

• 2e trimestre : Mise en service du centre de tri des recyclables de Sainte-Fontaine. • Mise en service du centre de transfert de Bitche. • 17 septembre : Inauguration du centre de tri des recyclables de Sainte-Fontaine. • Reprise de l’exploitation du centre de transfert de Marienau.

2005

• 1er mai : Reprise de l’exploitation du centre de transfert de Sarreguemines. • Instauration de la péréquation du coût de transport de la collecte sélective. • Lancement de la consultation pour la construction du centre de méthanisation. • 21 avril : Reprise de l’exploitation du centre de transfert de Bitche. • Juillet : Acquisition du premier camion ampliroll et d’une remorque. • Élaboration de la ligne pilote de tri optique.

2006

• Adhésion au Sydeme des collectivités suivantes : CCB, CCH et SIEPB. • Mars : Lancement de l’appel d’offres pour la construction du centre de méthanisation des biodéchets. • Plantation d’une pépinière de miscanthus. • 16 septembre: Signature d’un contrat unique au Barème D avec Eco-Emballages. • 16 septembre : 1ère édition des Portes Ouvertes du centre de tri de Sainte-Fontaine. • Septembre : Recrutement des 1ers chauffeurs du service transport de la Régie Ecotri Moselle-Est. • Novembre : Lancement du projet pilote de collecte et de tri multiflux sur la commune de Rouhling (CASC).

48


• Lancement du dispositif d’élimination des D.A.S.R.I. (Déchets d’Activités de Soins à Risques Infectieux). • 21 mars : Visite du site Kompogas à Zürich. • Prise en charge et encadrement des visites scolaires au centre de tri des recyclables de Sainte-Fontaine. • Transformation du centre de tri des recyclables de Sarreguemines en centre de tri multiflux.

2008

• Dissolution du SIEPB. • Adhésion au Sydeme de la collectivité suivante : CCPB (remplace le SIEPB et le SIVOM VRD). • Enquête publique sur le projet du centre de méthanisation baptisé Méthavalor. • Lancement de la collecte des D3E (Déchets d’Équipements Électriques et Électroniques). • 31mai : 2e édition des Portes Ouvertes du centre de tri des recyclables de Sainte-Fontaine et remise des trophées du concours pédagogique "Tritotem". • Mise en place de la filière de valorisation du bois de déchèterie. • Novembre : Démarrage du centre de tri multiflux de Sarreguemines. • Décembre : Participation au Salon Pollutec à Lyon.

HISTORIQUE DU SYDEME

clés 2007

2009

• 1er janvier : Transfert de la plate-forme de compostage des déchets verts de la CASC au Sydeme • Démarrage de la compétence de traitement des déchets verts. • Début de la généralisation de la collecte multiflux sur les collectivités suivantes : CCAB, SCPB et la CASC. • Démarrage des travaux de construction de Méthavalor. • Octobre : Lancement du projet pédagogique "Arbr’abric". • Mise en place de la collecte des biodéchets des professionnels. • Dissolution du SIVCOM.

2010

• 23 février : Visite des élus du Sydeme au centre de méthanisation de Kempten en Autriche. • 2e trimestre : Mise en place d’aménagements spécifiques à la préservation du crapaud vert, du crapaud calamite et du lézard des murailles sur la zone de construction du site Méthavalor. • 1ère édition de l’Opération "À la découverte du Compost". • 04 juin : Inauguration de la plate-forme de réception des déchets verts à Sarralbe. • Participation à la 1ère édition de la Tournée des Déééglingués. • 08 juin : Remise des trophées des concours pédagogiques "Croa’ton histoire" et "Déchet’mode". • Août : Démarrage des travaux de construction du centre de tri multiflux de Morsbach. • 22-23 septembre : Bouquet final du gros oeuvre et Portes Ouvertes des chantiers des sites Méthavalor et du centre de tri multiflux de Morsbach. • Poursuite de la généralisation de la collecte multiflux sur les collectivités suivantes : CCAB et CCPSU. • Acquisition d’un véhicule de collecte spécifique pour la collecte des biodéchets des professionnels. • Adhésion au Sydeme des collectivités suivantes : CCPN et la CCFM en substitution du SIVCOM. • Décembre : Mise en ligne du nouveau site internet du Sydeme.

49


Le Sydeme Son histoire

Les dates

2011

• Généralisation de la collecte multiflux sur les collectivités suivantes : CAFPF, CCH, CCPB et CCW. • Mars - Juin : 2e édition de l’Opération "À la découverte du Compost". • Avril : Lancement de la Campagne de communication sur le tri du verre. • Juin : Mise en service du centre de tri multiflux de Morsbach. • 06 septembre : Mise en service du centre de méthanisation Méthavalor. • Mai : Clôture du projet pédagogique "Pass’écolo". Création du Label Viridis pour la collecte des biodéchets de professionnels. • Participation à la 2e édition de la Tournée des Déééglingués. • 24 octobre : Signature du partenariat Sydeme-EVS.

2012

• Passage au dispositif Multiflux des collectivités suivantes : CC du Bouzonvillois, CC du District Urbain de Faulquemont et CC de Freyming-Merlebach. • Février : Mise en service de la cogénération à Méthavalor. • 09 février : Pose de la première pierre du centre de tri multiflux de Faulquemont. • Mars-Mai : 3e édition de l’Opération "A la découverte du Compost". • 03 avril : Signature du contrat d’injection avec GrDF. • Juin : Mise en service du Sydem’Tour. • 15 juin : Remise des trophées du concours pédagogique "Expression Biodéchets". • 28 juin : Remise des clés officielle de la flotte de véhicule GNV et mise en service de la station d’approvisionnement en biométhane GNVERT. • 02 juillet : Mise en service de la plate-forme de réception et boyage des déchets verts de Morsbach. • Mai-Juin :1ère édition de l’événement "Allotri débarque dans ton bahut !". • 02-09 juin : Participation à la 3e édition de la Tournée des Déééglingués. • 23 octobre : Inauguration de la filière biométhane du Sydeme. • 23 octobre : Lauréat du Prix "Protect’Air 2012". • 13 novembre : Visite des élus du Bureau du Sydeme. • Décembre : Participation au Salon Pollutec à Lyon.

2013

• Passage au dispositif Multiflux des communes suivantes de la CC du Pays Naborien : Lachambre, Altviller, Diesen et Carling. • Février - Mai : 2e édition de l’événement "Allotri débarque dans ton bahut !" • Février - Avril : 4e édition de l’Opération "A la découverte du Compost". • 03 avril : Lauréat du Prix "Energies citoyennes 2013". • Mai : Lancement du chantier de construction des locaux administratifs et du Centre Transfrontalier d’éducation et de sensibilisation à l’environnement du Sydeme. • 17 mai à 9h27 : Injection du biométhane produit à Méthavalor dans le réseau GrDF. • Mai : Clôture du projet pédagogique "Pass’écolo : spécial prévention déchets". • 07 juin : Pose de la première pierre de l’unité de confection de sacs multiflux. • Juillet : Le Sydeme élu la collectivité la plus Déééglinguée de France. • 01-08 juin : Participation à la 4e édition de la Tournée des Déééglingués. • 9 septembre : Mise en service de la plate-forme de réception et de broyage des déchets verts de Faulquemont. • 25 novembre : Lauréat du Prix "Inovana 2013". • 27 novembre : Lauréat du Prix de l’Innovation "VKU 2013" aux côtés d’EVS. • Décembre : Mise en service du 3e centre de tri Multiflux à Faulquemont.

50


• Février - Avril : 5e édition de l’Opération "A la découverte du Compost". • 17 mars : Mise en service de l’Unité de Confection de sacs multiflux. • Mai : Démarrage de l’activité des régies CSM et DSM. • 10 avril : Inauguration de l’Unité de Confection de sacs multiflux. • 11 juin : Renouvellement de l’Assemblée d’élus du Sydeme. • 17 juin : Remise des trophées du concours pédagogique "Tri dell’Arte". • Mai-Juin : 3e édition de l’événement "Allotri débarque dans ton bahut !". • 14-21 juin : Participation à la 5e édition de la Tournée des Déééglingués. • Juin : Mise en service de l’unité de séchage des jus. • 03 juillet : Lauréat des "Trophées de l’Economie Circulaire 2014". • Juillet : Création de la SEM Sydeme Developpement. • Septembre : Acquisition d’une remorque pour la collecte des emballages en verre. • Novembre : Emménagement dans les nouveaux locaux administratifs du Sydeme.

En images...

HISTORIQUE DU SYDEME

clés

2014

51


La Régie Ecotri Moselle-Est Le Sydeme a créé en juillet 2003 sa propre régie à personnalité morale et autonomie financière dénommée Ecotri Moselle-Est. Elle exploite les installations et les équipements mis en place par le Sydeme. Les missions confiées à Ecotri Moselle-Est sont : - le transport des déchets issus de la collecte multiflux à partir des centres de transfert, des centres de tri multiflux jusqu’aux exutoires de traitement ; - le traitement et la valorisation des biodéchets ménagers et non ménagers ; - le tri et le conditionnement des recyclables par flux ; - le broyage, le traitement et la valorisation des déchets verts ; - le broyage du bois de déchèterie ; - la location / le transport des bennes de déchèteries pour les intercommunalités qui le souhaitent ; - la collecte des biodéchets non ménagers ; - la collecte du verre à compter de 2014. Le mode de gestion en régie permet au Sydeme de pouvoir maîtriser pleinement le coût de service, d’assurer le financement de l’investissement et de contrôler toute la prestation (gestion des moyens et du personnel, pesée des flux...) au travers de moyens propres. En date de septembre 2014, la régie assure le fonctionnement de ces sites : 1 centre de tri des recyclables, 3 centres de tri multiflux, 3 centres de transfert, 1 plate-forme de compostage, 3 plateformes de réception des déchets verts, 1 plate-forme de broyage du bois, d’ensembles routiers (14 tracteurs, 40 semi-remorques, 11 porteurs ampliroll, 8 remorques déchèterie, 5 bennes de collecte des gros producteurs de biodéchets, un broyeur à bois mobile, un broyeur et un crible à déchets verts mobile), une remorque pour la collecte du verre et la logistique de plus de 200 bennes de déchèteries. Ecotri Moselle-Est emploie au total, sur 7 sites (voir carte des sites page 73), 144 personnes dont 30 sont en parcours de réinsertion et 33 personnes par le biais des associations intermédiaires.

Rue Jacques Callot 57600 MORSBACH Tél : 03 87 00 01 01 Fax : 03 87 00 02 09 Site internet : www.sydeme.fr Email : contact@sydeme.fr

52


- La régie a été créée par délibération du Comité Syndical du Sydeme en juillet 2003. Ses statuts sont conformes aux articles L-2221-1 à L-2222-2 et R2221-1 à R2222-6 du Code Général des Collectivités Territoriales. - Le Conseil d’Administration de la régie est constitué des membres du Bureau du Sydeme auxquels s’ajoutent un usager. - La régie n’assure le fonctionnement que des équipements du Sydeme et n’intervient que pour ses collectivités membres. - Tous les investissements sont supportés par le Sydeme qui met ses biens à disposition de la régie moyennant un loyer annuel correspondant à l’amortissement des immobilisations. - A l’exception du Directeur de la régie, l’ensemble du personnel est obligatoirement de droit privé. - La régie est soumise à tous les impôts comme une entreprise privée, à l’exclusion de l’impôt sur les Sociétés. - Elle est assujettie à la TVA de droit commun avec déclaration et récupération mensuelle. - La comptabilité de la régie est publique, les fonctions de comptable sont exercées par le Trésor Public.

REGIE ECOTRI MOSELLE-EST

A savoir...

- Les budgets et comptes de la régie sont votés par le Conseil d’Administration et transmis au contrôle de légalité. - Le Conseil d’Administration fixe par délibération les tarifs des différentes prestations de transport, tri et traitement.

53


La Régie CSM Le Sydeme a créé une régie dédiée à l’exploitation de l’unité de confection des sacs multiflux en décembre 2013. La construction de l’unité de confection de sacs multiflux est un projet qui a été lancé par le Sydeme, en collaboration avec ses collectivités adhérentes, pour assurer son indépendance vis-à-vis des fournisseurs de sacs, pour sécuriser l’approvisionnement des foyers tout en s’inscrivant dans une démarche de développement durable. Depuis le début de la généralisation du dispositif multiflux en 2009 et jusqu’à janvier 2014, les sacs multiflux étaient confectionnés hors des frontières de l’hexagone. Cette unité de fabrication de sacs complète le modèle d’écologie industrielle et territoriale mis en place par le Syndicat. Cette implantation permet, à coût équivalent à la fourniture d’Extrême-Orient, de contribuer au développement de l’emploi local sur le territoire. En poursuivant la démarche vers son modèle d’économie circulaire, le Sydeme va pouvoir, de plus, faire évoluer les sacs multiflux. Effectivement, le Syndicat tient à travailler sur la confection de sacs verts bio-compostables, de sacs orange fabriqués à partir de sacs orange régénérés et de sacs bleus à partir principalement de granulés issus du recyclage.

Le site a été mis en service fin mars 2014 et les premiers sacs multiflux ont été produits début avril 2014. Informations techniques : Superficie de l’unité : 3 200 m2 Montant d’investissement global (bâtiments + équipements de confection) : 7,2 millions d’euros Capacité de production annuelle : 60 millions de sacs multiflux (3 couleurs confondues : vert, orange, bleu - petits et grands sacs) Création de postes : 20 emplois à terme Production : 240 rouleaux de sacs/heure par façonneuse

Adresse du site : Rue Louis Gay-Lussac Technopôle Forbach Sud 57460 BEHREN-lès-FORBACH Tél : 03 87 00 01 01 Fax : 03 87 00 02 09 Site internet : www.sydeme.fr Adresse du siège : Rue Jacques Callot 57600 MORSBACH Tél : 03 87 00 01 01 Fax : 03 87 00 02 09 Site internet : www.sydeme.fr Email : contact@sydeme.fr

54


REGIE CSM

Fonctionnement de l’Unité de Confection de sacs multiflux 1. Déchargement 1 du polyéthylène dans les silos.

2 et 3. Aspiration progressive des granulés nécessaires à la fabrication du plastique des sacs multiflux à partir des 4 silos situés à l’extérieur du bâtiment : des granulés vierges de polyéthylène (couleur neutre), du carbonate de calcium (couleur grisâtre) et des granulés de couleur (orange, vert ou bleu).

2

3

4 4. Mélange et fonte des granulés à la base de l’extrudeuse à près de 210°C pour former un tube gonflé à l’air froid sur 16 m de hauteur. Composition de la gaine plastique: 3 couches de plastique dont seule celle du milieu est colorée. L’élévation de la gaine plastique va lui permettre de refroidir progressivement, de se stabiliser et de se solidifier.

6. Installation de la bobine dans la façonneuse qui permettra d’imprimer les consignes de tri, de prédécouper les sacs, de façonner leurs anses, puis de confectionner les rouleaux avant de les lier par un bandeau de papier kraft. Stockage des rouleaux dans des caisses-palettes par couleur. 7

5. Descente de la gaine refroidie repliée jusqu’à l’enrouleuse qui permettra de stocker le plastique de la gaine en bobine. Cette gaine servira ensuite à la confection des sacs multiflux. 5

6

7. Régénération des chutes de plastique produites dans le processus de façonnage lors du découpage des anses et des éventuels rebuts des sacs en granulés de couleur. Aspiration des chutes de plastique des sacs vers l’installation de régénération, broyage, fonte et découpage Zoom sur en granulés. Intégration de ces les granulés granulés régénérés déjà colorés dans le processus de fabrication des sacs multiflux. 55


La Régie DSM

Le Sydeme a créé une régie dédiée à la distribution et la logistique des sacs multiflux à destination des usagers. Cette structure regroupe depuis juin 2014 les ambassadeurs du tri du Sydeme et les logisticiens de la régie Ecotri Moselle-Est. Dans le cadre du dispositif multiflux mis en place sur les 293 communes du territoire du Sydeme, les ambassadeurs du tri tiennent des permanences de redotation multiflux tous les 6 mois sur l’ensemble des communes du territoire, que ce soit dans les salles mises à disposition par les mairies ou dans le Sydem’Tour (remorque aménagée du Sydeme). L’organisation et la mise en place de ces rendez-vous multiflux impliquent une logistique avisée pour assurer le bon fonctionnement du dispositif multiflux. Les dates et lieux des permanences sont fixés pour chaque territoire, en collaboration avec les référents multiflux de chaque commune. Une fois que l’information, relayée notamment par le site internet du Sydeme, l’alerte email des permanences multiflux ou encore les médias, est transmise aux administrés, les équipes de la DSM prennent le relais. Sur la base des statistiques relevées sur la Sydem’base, les logisticiens préparent la quantité de rouleaux de sacs multiflux de chaque couleur nécessaires pour chaque permanence selon plusieurs critères : - le nombre de foyers de la commune/quartier concerné, - le nombre de professionnels, - la composition de chaque foyer, - les particularités de chaque foyer. Ce sont ces mêmes statistiques qui permettent au personnel de la DSM de déterminer le nombre de rouleaux de sacs à produire mensuellement. En travaillant ainsi à flux tendu dans la confection des sacs multiflux, les coûts de production sont optimisés. Les stocks de rouleaux de sacs sont ensuite mis en place sur palettes ou en caisse-palettes par couleur dans les véhicules ou dans la remorque aménagée du Sydeme, le Sydem’Tour. En général, la livraison des sacs est effectuée sur le lieu de la permanence le jour même. Les ambassadeurs du tri se chargent ensuite de la distribution aux administrés après identification de leur Sydem’pass puis, en fin de permanence, du comptage des sacs non distribués qui peuvent être livrés à la commune.

Informations : Adresse du siège : Rue Jacques Callot 57600 MORSBACH Tél : 03 87 00 01 01 Fax : 03 87 00 02 09 Site internet : www.sydeme.fr Email : contact@sydeme.fr

56

Nombre de salariés : 14 personnes Moyens : 6 véhicules légers, 2 fourgons 9 m3, 2 camions 20 m3


REGIE DSM

En images...

57


Le Sydeme Organigramme Sydeme-Régies

PRÉSIDENCE

Président Serge STARCK 1er Vice-président (Transfrontalier) Gilbert SCHUH

5e Vice-président (Emploi et insertion) Simone RAMSAIER

2e Vice-président (Finances) Jean-Paul DOR

6e Vice-président (Communication) Valentin BECK

3e Vice-président (Multiflux) Jean-Luc LUTZ

7e Vice-président (Méthanisation) Edouard SCHAMING

4e Vice-président (Développement Industriel) Cyrille FÉTIQUE

8e Vice-président (Filières) Victor MICHEL

DIRECTION

Directeur Général des Services Directeur des Régies

Serge WINKELMULLER Assistante de Direction

Virginie LAVIGNE

VALORISATION & TRAITEMENT DES DÉCHETS

Responsable Prévention, Valorisation & Traitement des déchets ménagers Responsable Relations Sydeme -Intercommunalités

Aurélie GRIMMER

MULTIFLUX Sébastien ALLEMAND Caroline TRAGUS COMMUNICATION Nadia SANFILIPPO Valérie DILLENSEGER Cindy SCHUBERT OBSERVATOIRE TERRITORIAL Anne-Aymone PETER ADMINISTRATION & FINANCES Alexandre LUTFALLA Nathalie DEWAELE Valérie GANGLOFF Claire MONIN RESSOURCES HUMAINES Audrey POINSIGNON SÉCURITÉ ENVIRONNEMENT Thomas FABER 58

QUALITÉ FILIERES Cathy RENOULLEAU Stéphane GROSSE Bernard RISSER


En charge de la Direction Technique de la Régie Ecotri

Guillaume NOVY

Responsable du centre de tri des recyclables de Sainte-Fontaine

Fabrice SUPEC

Responsable des sites de transfert et tri multiflux Responsable du service transport

Adeline JUNG

TRI MULTIFLUX Responsable d’exploitation des centres de tri multiflux

Sacha WAGNER

TRANSPORT En charge de la logistique transport SPL

Véronique LABOULAIS

En charge de la logistique transport des bennes de déchèterie

Catherine KENNEL

MÉTHAVALOR Responsable du centre de méthanisation de Morsbach

ORGANIGRAMME SYDEME-RÉGIES

EXPLOITATION DE SITES

Pierre GRANDJEAN

Responsable process

Thomas MAASS

Responsable d’exploitation

Christian KNOLL

BIOMASSE Responsable du service biomasse

Emmanuel MULLER RÉGIE DSM

Ambassadeurs du Tri et logisticien

Marie-Rose BECK, Zéhor BOUCHELAGHEM, Fatima BOUKHORS, Christiane DOUVINET, Brice GHEZAL, Annabelle HEINRICH, Mickaël LOSSON, Kévin MOHR, Angèle SPECHT , Joséphine TAFFNER, Elisa TINE et Jessica TOZZI et Stéphane RUFF. RÉGIE CSM

Responsable d’exploitation de l’Unité de confection de sacs multiflux

Laurent REITER

59


Grands principes de fonctionnement du Sydeme

Principes des relations des intercommunalités Sydeme - Ecotri Moselle-Est/CSM/DSM Le schéma ci-contre dresse d’une part, un état de la répartition de l’exercice des compétences entre les différentes entités et d’autre part, les circuits de financement de ces compétences. Depuis 2006, le Sydeme est devenu l’interlocuteur privilégié des intercommunalités en regroupant l’ensemble des prestations de transport et de traitement dans la contribution au traitement et en percevant pour le compte des intercommunalités les soutiens des écoorganismes et les recettes de revente des matériaux et produits. La contribution au traitement comprend ainsi : - le coût péréqué du transport des déchets ménagers, - le coût du transport des déchets assimilés, - le coût du tri multiflux, - le coût du tri des recyclables, - le coût du traitement des biodéchets ménagers, - le coût du traitement des déchets verts, - le coût de la valorisation thermique des résiduels, - le coût de l’enfouissement du tout-venant, - le coût du traitement du bois de déchèterie, - le coût de gestion de la Sydem’base, - le coût des sacs multiflux, - le gardiennage de déchèterie, - le coût du transport des bennes de déchèterie, - le coût de la collecte des biodéchets non ménagers, - le coût de la collecte du verre, - le coût de la fourniture des sacs multiflux.

60 60


61 61

A SAVOIR...


Grands principes de fonctionnement du Sydeme Péréquation des coûts de transport La péréquation permet de faire en sorte qu’une tonne de déchets ait le même coût de transport quelle que soit la distance entre le lieu de collecte et le site de traitement. La péréquation des coûts de transport s’applique aux flux des biodéchets, des recyclables et des résiduels. Elle a été mise en place en 2002 pour les ordures ménagères, en 2005 pour la collecte sélective et en 2008 pour le dispositif multiflux. Le transport couvre l’ensemble des opérations des véhicules de collecte jusqu’à l’acheminement des déchets sur le site de traitement. Le point de rupture correspond au centre de transfert ou à une distance de 15 km autour du barycentre de l’intercommunalité. Si la collecte s’effectue sur une distance supérieure à 15km, une compensation du surcoût de collecte est intégrée au calcul de la péréquation. Ce principe de la péréquation des coûts de transport s’applique donc : - au transfert des déchets, - au transport des déchets après transfert, - à l’acheminement des déchets au-delà d’une distance de 15 km du barycentre de l’intercommunalité, qu’il soit pris en charge par le Sydeme ou par l’intercommunalité (compensation). Le coût de la péréquation est obtenu par l’addition de l’ensemble des coûts constatés relevant du transport qui est divisé par le nombre total d’habitants du Sydeme. La contribution de chaque intercommunalité résulte ainsi de la multiplication du coût par habitant par la population identifiée. Le Sydeme recherche constamment à optimiser les coûts logistique liées : - aux véhicules - à l’organisation de rupture de charge.

62 62


63 63

A SAVOIR...


Grands principes de fonctionnement du Sydeme Établissement du montant de la contribution au traitement La contribution au traitement couvre l’ensemble des prestations de transport et de traitement relevant de la compétence du Sydeme (voir schéma p.58-59). Afin de faciliter le fonctionnement entre les intercommunalités et le Sydeme, un principe de contributions fixes réajustables a été mis en place. Cette contribution individualisée par intercommunalité est arrêtée par délibération du Comité Syndical. Le montant est fixé sur la base de la valeur effectivement constatée des prestations réalisées sur la période n-1, auquel s’ajoute le différentiel lié au bilan financier arrêté en fin de période précédente. Ainsi, sur une période courante, chaque mois, les intercommunalités versent un montant fixe au Sydeme qui a été arrêté en début de période. Au fur et à mesure du paiement effectif (basés sur les quantités réelles) des prestations des régies, ainsi qu’aux prestataires privés, le Sydeme effectue le calcul de la péréquation des coûts de transports et assure la ventilation des coûts de traitement en fonction des tonnages de chacune des intercommunalités. Ce calcul donne lieu à l’établissement d’un état mensuel de refacturation des prestations (document disponible sur la plate-forme extranet). Un suivi cumulatif mois par mois est également réalisé et permet d’établir le différentiel entre les montants avancés au travers des contributions et la situation réelle des prestations. En fin de période, le montant du différentiel (créditeur ou débiteur) est intégré à l’établissement de la nouvelle contribution pour la période à venir.

Contrat Eco-Emballages Le Sydeme a conclu pour le compte de ses collectivités adhérentes un contrat unique avec Eco-Emballages. Une convention a été signée entre les collectivités adhérentes et le Sydeme. Celle-ci définit d’une part le rôle et les attributions de chaque structure dans la mise en œuvre du contrat, et d’autre part, les modalités de reversement des soutiens financiers d’Eco-Emballages et des recettes de revente de matériaux.

64 64


En ce qui concerne les recettes de revente de matériaux, elles sont reversées intégralement en fonction de la répartition des tonnages. Le Sydeme a signé des contrats : - option «Fédération» pour les recyclables suivants : l’acier, l’aluminium, la cartonnette et la brique alimentaire, - et option «Filières» pour les plastiques (PET/PEHD) et le verre. Il a par ailleurs signé des contrats pour la reprise des JRM et pour le Gros de Magasin hors champ du Contrat Eco-Emballages.

A SAVOIR...

Établissement du montant des reversements

Au titre du dernier contrat signé avec Eco-Emballages, la population prise en compte au 1er janvier 2011(Données INSEE 2014) est de 380 719 habitants répartis sur 293 communes. Le territoire du Sydeme est considéré comme étant semi-rural avec un taux d’habitat vertical de 9.33 %.

Caractérisations Des caractérisations permettant l’individualisation des résultats de chacune des collectivités (par flux) sont réalisées selon le protocole de la norme AFNOR XP-X-306437. Tous les mois, un échantillon de chaque flux est prélevé puis caractérisé manuellement. Ces caractérisations sont réalisées par un Bureau d’études extérieur indépendant et suivi par le service qualité du Sydeme. Les collectivités sont invitées à assister aux campagnes de caractérisations qui ont lieu, en règle générale, chaque lundi et mardi. Ces caractérisations permettent au Sydeme de répartir les tonnages sortants du centre de tri des recyclables de Sainte-Fontaine entre chaque collectivité au prorata de leurs tonnages entrants et en fonction de la qualité respective des flux collectés. Les résultats des caractérisations sont transmis sous forme de tableaux et de graphiques avec la répartition en pourcentage de chacun des matériaux composant le flux caractérisé.

65 65


Grands principes de fonctionnement du Sydeme Suivi du tri La collecte des recyclables engendre par la revente des matériaux et le versement des soutiens des recettes importantes qui sont étroitement liées à la performance du dispositif de collecte. Afin d’identifier les performances de chacune des intercommunalités et de pouvoir reverser les recettes de la manière la plus transparente et la plus équitable possible, le Sydeme a mis en place un programme de suivi du tri. Le calcul des reversements est établi en accord avec les règles fixées dans la convention de gestion du contrat Eco-Emballages. Ce programme s’appuie d’une part, sur les résultats des caractérisations de chaque flux entrant, et d’autre part sur les quantités acheminées au centre de tri. A partir de l’ensemble de ces données, il est possible d’établir la clé de répartition de chacun des matériaux sortants du centre de tri. Sur la base de cette répartition des matériaux sortants, il est alors possible de déterminer les performances globales de chaque intercommunalité.

Refus de tri La notion de refus de tri comprend d’une part, le refus de tri caractérisé et d’autre part, le refus technique. Ces 2 notions sont expliquées ci-dessous : Refus de tri caractérisé de la collecte des sacs orange Lors des caractérisations des multimatériaux, des emballages ou des papiers, les matériaux sont triés dans les différentes fractions parmi lesquelles figurent les refus qui sont constitués: - des refus plastiques, c’est-à-dire des plastiques non admis dans la collecte sélective (films, barquettes, pots de yaourt…), - des refus de tri constitués des matériaux exclus du champ de la collecte sélective (porcelaine, fraction organique, bois, …), - des sacs de tri qui sont, pour le moment, encore considérés comme des refus. Lors des caractérisations, les 3 catégories de refus sont additionnées. Il est ainsi obtenu un refus global de caractérisation.

66 66


Les recettes issues de la revente des matériaux recyclables sont uniquement basées sur les quantités sorties du centre de tri des recyclables de Sainte-Fontaine. Il existe un décalage entre les quantités de produits résultant de l’extrapolation des caractérisations et la quantité effective de produits sortants. C’est ainsi que, par exemple, sur 100% des flacons plastiques évalués lors des caractérisations, environ 80% sont effectivement expédiés. Les 20 % de différentiel s’expliquent d’une part, par la marge d’erreur du tri manuel et automatique du centre de tri des recyclables de Sainte-Fontaine et d’autre part, par le processus d’échantillonnage. Le refus technique global des recyclables est obtenu par l’addition des refus techniques de chaque flux de matériaux.

A SAVOIR...

Refus technique

Refus total Le refus total correspond à l’addition du taux de refus caractérisé et du taux de refus technique. C’est ce taux de refus total que l’on retrouve sur les bilans de la collecte sélective. Il correspond à la quantité totale de refus en sortie du centre de tri.

Freinte La freinte se définit comme la perte de matière entre le tonnage entrant dans le centre de tri et le tonnage sortant. Cette différence est due à l’humidité, aux poussières…

67 67


Organisation de la valorisation et du traitement des déchets COLLECTE EN PORTE-A-PORTE

AUTRES

DÉCHETS ASSIMILABLES

BIODÉCHETS NON MÉNAGERS

BIODÉCHETS MÉNAGERS

VERRE EN AV

RECYCLABLES

PAPIER EN AV

RÉSIDUELS

MÉTHANISATION

68

REFUS

REFUS

VALORISATION THERMIQUE

CENTRE DE TRI DES RECYCLABLES VALORISATION MATIERE


TOUT VENANT

TRANSFERT

BOIS

DÉCHETS CARTON MOBILIER VERTS

BROYAGE

D3E

TEXTILES DASRI

BROYAGE

COMPOSTAGE

RETOUR AU SOL

VALORISATION ENERGÉTIQUE

VALORISATION ET TRAITEMENT DES DÉCHETS

DÉCHETERIES - FLUX RELEVANT DE LA COMPÉTENCE DU SYDEME

FILIERES DE VALORISATION

ENFOUISSEMENT

ÉLIMINATION

69


La prévention déchets 390 kilos : c’est la quantité d’ordures ménagères et d’assimilés (ordures ménagères résiduelles et collectes sélectives) que produit un Français chaque année. 590 kilos en ajoutant les 200 kilos que chaque Français dépose en moyenne en déchèterie*. Depuis 50 ans, la quantité mondiale de déchets a doublé. La croissance de la population, les changements de comportement et d’habitudes de consommation font partie des nombreuses causes expliquant ce phénomène. La prévention des déchets a pour objectif de réduire le volume de déchets à traiter, avant même qu’il ne soit produit et de diminuer leur nocivité. Elle vise aussi le changement de comportement de tous et s’applique à toutes les étapes de la vie des produits, de leur conception à leur fin de vie. La loi Grenelle 2 rend obligatoire la mise en oeuvre de programmes locaux de prévention dans les collectivités en charge de la gestion des déchets au 1er janvier 2012. L’objectif est de diminuer la production d’ordures ménagères et assimilées de 7 % en 5 ans, soit d’ici avril 2016. Après avoir mis en place le tri sélectif des emballages recyclables dès 2002, la collecte séparative des biodéchets à partir de 2008, le Sydeme s’est engagé en faveur de la réduction des déchets. En 2010, un accord-cadre a été signé avec l’ADEME (Agence De l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie) pour la réalisation d’un Programme Local de Prévention des Déchets applicable à compter de 2011. Chacun d’entre nous peut agir pour réduire sa production de déchets à son niveau. A la maison, à l’école, au bureau ou en faisant les courses, des gestes simples peuvent être appliqués pour y contribuer. Tous les acteurs du territoire sont également concernés : les mairies, les écoles, les associations, les entreprises, les industries, etc. Les gestes de prévention déchets s’appliquent au quotidien : imprimer recto-verso, respecter les doses conseillées lors de l’utilisation de produits ménagers, réparer les objets plutôt que d’en racheter, choisir des produits avec moins d’emballages, etc. * Source : Ademe

70


Le développement du compostage en collectif ou du compostage individuel : transformer simplement les déchets de cuisine et/ou de jardin en un amendement naturel. En parallèle, le Sydeme organise depuis 2010 une opération ponctuelle à chaque printemps : « A la découverte du compost... », qui est mise en place sur l’ensemble des déchèteries du territoire du Sydeme afin de faire découvrir aux particuliers les bienfaits du compost. Un compost local obtenu à partir des déchets verts triés par les habitants du territoire : un juste retour à tous les trieurs ! Trier les déchets verts permet de réduire le volume de nos déchets en les valorisant en compost ou en énergie par le biais de la plate-forme de compostage de Sarreguemines ou de Méthavalor, le centre de méthanisation de Morsbach. Cette initiative de mise à disposition de compost gratuit est réservée aux particuliers. Pour en profiter, il suffit aux usagers de se rendre en déchèterie pendant les horaires d’ouverture avec leur matériel de chargement (pelle et seau ou remorque). Cette opération prend fin lorsque la benne de compost de 30 m3 est vide, l’approvisionnement de compost est limité à 200 litres par foyer afin d’en faire profiter l’ensemble des usagers.

PRÉVENTION DES DÉCHETS

Les actions mises en place par les collectivités :

La sensibilisation à l’éco-consommation : distribution d’autocollants « Stop pub » sur l’ensemble du territoire du Sydeme par le biais des mairies et des collectivités, choix de produit moins emballé et/ou moins nocif. Certaines collectivités et leurs partenaires informent les usagers sur ce mode de consommation bénéfique pour l’environnement et plus économique. La sensibilisation aux éco-gestes du quotidien : dématérialisation, location d’outils, achat de produits en vrac ou encore réparation du matériel endommagé. Le développement du réemploi : matériel électronique, mobilier, textile... Dans le cadre de son programme local de prévention des déchets, le Sydeme participe aussi en collaboration avec ses collectivités adhérentes à la Semaine développement durable en proposant des animations en lieux publics (supermarchés, marchés...) ou à des manifestations comme la Tournée des Déééglingués qui promeut le tri, le réemploi et la valorisation des D3E*.

Contact :

Aurélie GRIMMER Responsable Prévention Déchets a.grimmer@sydeme.fr

Nadia SANFILIPPO Animation Prévention Déchets n.sanfilippo@sydeme.fr

71


Le dispositif multiflux Le dispositif multiflux est un concept innovant permettant d’intégrer une collecte sélective des biodéchets tout en harmonisant et en simplifiant la gestion des déchets au quotidien dans les ménages.

72


73

DISPOSITIF MULTIFLUX


Le dispositif multiflux Retour sur la phase d’expérimentation du dispositif multiflux Ce dispositif a été testé depuis novembre 2006 sur la commune de Rouhling sur près de 900 foyers, dont 50 % résidaient en habitat pavillonnaire et les 50 % restant en habitat collectif. Lors de cette expérimentation, plusieurs points ont été testés et développés : - Test des sacs multiflux : taille, volume, couleur, type de fermeture... - Test de ramassage et de compaction : mode de collecte, taux de compaction maximum... - Test de la poubelle bi’sacs proposée gratuitement aux foyers du territoire

Démarche d’accompagnement des ménages pour le tri à la source des biodéchets

Les sacs multiflux : - Sacs verts (15L) = petit volume = changement du sac plus régulier (pour éviter les nuisances olfactives) - Sacs orange (50L) - Sacs bleus foncés (30L) - Sacs bleus foncés (50 L) Réservés aux professionnels

Poubelle à 2 compartiments : Sacs adaptés à la taille des 2 seaux. Petit seau vert : pour le sac vert (réservé aux biodéchets) Grand seau bleu foncé : pour le sac bleu foncé (réservé aux résiduels) Poubelle mise à disposition gratuitement. N’est pas la propriété des ménages

Simplicité du geste de tri des biodéchets

Pas de contrainte supplémentaire 74


DISPOSITIF MULTIFLUX

Elaboration d’une ligne de tri optique pilote

Le premier centre de tri multiflux d’une capacité de tri de 50 000 tonnes/an a été mis en place de février à octobre 2008 et a été mis en service en novembre 2008.

La phase de mise en place de la collecte multiflux a débuté en janvier 2009 et se poursuit jusqu’à fin 2014.

75


Le dispositif multiflux Consignes de tri

76


COMPRESSEZ vos bouteilles, aplatissez vos briques et vos cartonnettes !

DISPOSITIF MULTIFLUX

Conseils : Ecogestes

Bien fermer vos sacs à double noeud

Les sacs non ou mal fermés se vident de leur contenu lors des opérations de collecte et de déchargement. Dans ce cas, les fractions de déchets ne peuvent plus être valorisées et vos efforts de tri ne seront pas récompensés.

Optimisez vos sacs : pas de sacs trop pleins, ni trop vides ! Tous les sacs multiflux doivent être déposés dans le bac roulant

77


Le dispositif multiflux Sydem’base/Sydem’pass Première carte mise à disposition gratuitement. Règle de dotation : 1 Sydem’pass par ménage. Deux systèmes de lecture

Reliée directement à la "Sydem’base", la base de données du Sydeme, le Sydem’pass, équipé d’une puce RFID et d’un code barre, s’avère être l’outil indispensable pour répondre aux besoins actuels et futurs des usagers.

Avantages de la carte

- Facilite la recherche de l’usager dans la base - Réduit le temps d’attente lors des dotations - Tend vers le ‘’Zéro papier’’ - Permet d’élargir les systèmes de dotations (permanences, collectivités, mairies, distributeurs automatiques...) - Outil évolutif (carte d’accès en déchèterie...)

Sydem’pass perdu? En cas de perte, de vol ou de dégradation, la délivrance d’une seconde carte est payante.

La démarche à suivre

Pour recevoir une nouvelle carte, l’usager doit simplement transmettre par courrier au Sydeme ses coordonnées (nom et adresse postale) ainsi qu’un chèque bancaire d’un montant de 5 € libellé à l’ordre du Trésor Public. Il lui également possible de régler en espèces le montant de 5 € pour le renouvelement de la carte si l’usager se rend directement dans les bureaux du Sydeme. Si vous retrouvez l’une de ces cartes, veuillez contacter les services du Sydeme au :

Contact :

Sébastien ALLEMAND Responsable Sydem’base/Sydem’pass s.allemand@sydeme.fr 78

Adresse postale : ZI Forbach Ouest Rue Jacques Callot 57600 MORSBACH


Présentation du dispositif

Dotation en réunion publique Dotation de la poubelle bi’sacs et des sacs multiflux

DISPOSITIF MULTIFLUX

Mode de distribution

Sydem’Tour Dotation en permanence

79


Le dispositif multiflux Suivi de collecte Vérifier la bonne compréhension et la bonne application des consignes de tri multiflux par les ménages : c’est un véritable contrôle qualité ! Le principe : les ambassdeurs du tri du Sydeme effectuant des suivis de collecte sur toutes les communes du territoire du Sydeme précèdent le véhicule de collecte en contrôlant la qualité du tri des sacs multiflux. Des étiquettes de suivi de collecte sont ensuite apposées sur la poignée des bacs roulants en fonction des erreurs constatées.

Des étiquettes pour prévenir Etiquette de refus de collecte utilisée notamment en cas de dépôt de déchets en vrac dans les bacs roulants.

et interdire Étiquette orange : erreur dans le sac orange Étiquette verte : erreur dans le sac vert Étiquette rouge : non-respect des consignes de tri multiflux Étiquette jaune : présence de déchets hors sacs Étiquette bleu : erreur dans le sac bleu

Macaron tri du verre

« Le verre se recycle. Alors VOUS aussi, mettez-vous au VERRE !» Apposé sur les bacs roulants contenant des emballages en VERRE.

Objectif : réduire le tonnage des emballages en VERRE jetés avec les ordures ménagères. 80


pour féliciter les bons trieurs

Macaron « Je suis un bon trieur multiflux »

Opt imi se z

A destination des usagers qui auront déposé des sacs trop pleins ou trop vides dans leur bac. En effet, c’est un gaspillage de sacs et de transports.

... trop pleins

NON AUX SACS

Pen sez au ! stes ge oéc

Macaron « Bien remplir ses sacs Multiflux »

s! ac ss

x

vo

A destination des bons trieurs multiflux pour les encourager à poursuivre leurs efforts de tri.

... ou trop vides !

Triez utile :

DISPOSITIF MULTIFLUX

Des macarons

fermez bien vos sacs à double-noeud !

et communiquer sur les écogestes essentiels du bon trieur multiflux Macaron « Optimisation des sacs orange »

Apposé sur le bac roulant pour indiquer aux usagers qu’ils peuvent optimiser la place dans leur sac orange en pliant les cartonnettes, les briques alimentaires et les bouteilles en plastiques.

Contact :

Aurélie GRIMMER Responsable Multiflux a.grimmer@sydeme.fr

81


Le dispositif multiflux Prise d’échantillon sur voirie Pour pouvoir tirer des informations pertinentes des résultats de la mise en place du dispositif sur le territoire, le Sydeme entreprend depuis le mois de mars 2013 des prises d’échantillon de bacs roulants sur voirie en amont de la collecte multiflux effectuée par le prestataire de collecte. Camion-poubelle destiné à la prise d’échantillons sur voirie

Cette opération s’effectue à l’aide d’un mini camionpoubelle. Chaque mois, une commune de chaque collectivité est concernée. La fréquence épisodique pour une commune donnée varie en fonction du nombre de communes adhérentes à la collectivité.

La généralisation du dispositif multiflux sur le territoire des 14 collectivités adhérentes au Sydeme permet à présent d’atteindre certains objectifs de base, notamment : • la diminution des tonnages de déchets collectés en porte-à-porte, • l’augmentation des tonnages des recyclables, • les quantités de biodéchets collectés en sacs verts, • la validation des règles de dotation des foyers en sacs multiflux, • la participation des ménages quant au respect des consignes de collecte multiflux. Les résultats d’analyse des échantillons et les caractérisations impactent directement le montant des soutiens (et des aides) des éco-organismes reversés à chaque collectivité pour le tri des déchets valorisables. Il est ainsi primordial de respecter les consignes de tri des trois sacs, de ne pas déposer de déchets hors sac en vrac dans les bacs et de bien fermer les sacs à double nœud. La présence de déchets en vrac, notamment de recyclables, entraîne une perte financière pour la collectivité et par conséquent pour ses administrés. Aussi, les erreurs de tri dans les sacs orange et verts augmentent les coûts de traitement.

82


Un bac roulant sur 4 est collecté et ce, de chaque côté de la voirie. L’échantillonnage doit couvrir au minimum 2 rues. Pour chaque échantillonnage, une fiche de suivi est remplie par l’opérateur qui renseigne notamment les adresses des foyers concernés par l’échantillon. Les sacs multiflux ainsi ramassés lors de la prise d’échantillon sont déchargés au sol. Déchargement de l’échantillon de sacs multiflux collecté

Ils sont ensuite triés, comptés et placés dans des bacs roulants (préalablement pré-pesés pour connaître leur poids à vide) en fonction de la couleur des sacs.

DISPOSITIF MULTIFLUX

Processus de caractérisation

Les déchets en vrac éventuellement présents sont pelletés et également placés dans un bac roulant, tout comme les sacs non fournis par le Sydeme. Ainsi, les différentes fractions de déchets et les refus de tri sont séparés afin d’en déterminer le poids.

Les sacs bleus et verts seront réintroduits dans le dispositif de tri multiflux : les sacs verts seront ainsi dirigés vers le centre de méthanisation à Morsbach et les sacs bleus seront traités en centre de valorisation thermique.

Les sacs orange, quant à eux, sont conservés pour les caractérisations mensuelles des recyclables effectuées par un bureau d’études indépendant ; ces caractérisations ont lieu à chaque fin de mois. Cette caractérisation des sacs orange consiste à quantifier la présence des 5 familles de recyclables (papiers, briques alimentaires, métaux, cartonnettes et plastiques) et des indésirables appelés refus de tri.

83


Le dispositif multiflux Résultats globaux de ces caractérisations En moyenne sur le territoire du Sydeme, le poids des déchets collectés varie de : 330 à 250 kg/hab.an.

Entre 22 et 30 % 62 à 80 kg/hab.an Biodéchets Entre 25 et 30 % 60 à 70 kg/hab.an Recyclables Entre 45 et 55 % 110 à 125 kg/hab.an Résiduels

84


85

DISPOSITIF MULTIFLUX


Carte de localisation des sites Localisation des sites de transfert, de tri, de traitement et de valorisation du Sydeme

86


LOCALISATION DES SITES

Localisation des déchèteries présentes sur le territoire du Sydeme

87


Logistique Les centres de transfert Ces installations intermédiaires situées entre la collecte des déchets par benne à ordures ménagères/ déchèterie et leurs lieux d’exutoire permettent une rupture de charge entre la collecte et le transport. Une fois les déchets acheminés et déversés au centre de transfert par le collecteur, les agents de la régie Ecotri prennent le relais, ils rechargent ces déchets et les transportent vers les centres d’enfouissements.

Le centre de transfert de Sarreguemines

Le centre de transfert de Sarreguemines est implanté sur le site de Folpersviller à côté du centre multiflux.

88


LOGISTIQUE

Le centre de transfert de Forbach

Le centre de transfert de Forbach est implanté dans le quartier de Marienau à côté de la station d’épuration.

Le centre de transfert de Bitche

Le centre de transfert de Bitche est localisé à proximité de l’ancien site d’enfouissement de Bitche.

89


Logistique Transport des déchets ménagers Le service Transport de la Régie Ecotri Moselle-Est assure le transport des déchets ménagers et assimilés de la Moselle-Est et de l’Alsace Bossue entre les sites du Sydeme et les exutoires des différentes fractions de déchets. Aussi, la Régie Ecotri assure en compétence optionnelle le transport des bennes de déchèteries et le ramassage des emballages en verre.

La flotte de véhicules du Sydeme a été renouvelée en juin 2012 pour pouvoir rouler avec le biométhane produit sur le site Méthavalor. En effet, les tracteurs de semi-remorque, les porteurs de bennes de déchèterie, les camions de collecte de biodéchets des professionnels comme la plupart des véhicules de service des ambassadeurs du tri roulent avec le biométhane issu du traitement de nos biodéchets depuis le 17 mai 2013, date d’anniversaire de la première injection dans le réseau GrDF. Ce projet permet au Sydeme de mieux maîtriser les coûts de transport des déchets du territoire et d’offrir une solution écologique efficace pour préserver notre environnement. Ces véhicules de couleur verte ont été personnalisés par un marquage commun afin que la flotte soit identifiable et pour permettre de valoriser notre nouvelle filière biométhane.

90


LOGISTIQUE Les 12 tracteurs et 10 porteurs de notre flotte de véhicules ont été remplacés en juin 2012 par de nouveaux modèles équipés au système GNV. Un avantage économique et écologique pour toute notre logistique transport !

Contact :

Adeline JUNG Responsable Transport jung.adeline@orange.fr 91


Filières de traitement et sites Le tri multiflux Les centres de tri multiflux se placent en amont de la chaîne de tri puisqu’ils permettent d’orienter les 3 fractions de déchets collectés dans les sacs orange, verts et bleus vers le lieu de traitement correspondant. Ces déchets résultent du tri multiflux : les sacs orange contenant les recyclables, les sacs verts comportant les biodéchets et enfin les sacs bleus qui contiennent les résiduels. Cette installation innovante dotée d’un système de reconnaissance optique, identifie les couleurs de sacs à leur passage et détermine ensuite l’acheminement correspondant : - les sacs orange seront alors dirigés vers le centre de tri des recyclables de Sainte-Fontaine, - les sacs verts vers le centre de valorisation biologique de Morsbach, Méthavalor, - et les sacs bleus seront évacués vers un centre de valorisation thermique.

Schéma de fonctionnement de l’installation de tri multiflux

92


Centre de tri multiflux de Sarreguemines

TRI MULTIFLUX

La progression du système multiflux est liée à la mise en fonctionnement des centres de tri multiflux auxquels sont rattachés les intercommunalités. À ce jour, les centres de tri multiflux de Sarreguemines et de Morsbach (implanté à côté du centre de méthanisation) sont en fonctionnement, ainsi que celui de Faulquemont depuis Décembre 2013. C’est pourquoi, la généralisation du multiflux a débuté au sein des intercommunalités rattachées au centre de tri multiflux de Sarreguemines.

Le centre de tri multiflux de Sarreguemines est le premier a avoir été mis en service en novembre 2008. Il réceptionne et trie aujourd’hui l’ensemble des déchets ménagers du territoire de la CC de l’Alsace Bossue, du SC du Pays de Bitche, de la CA de Sarreguemines Confluences, de la CC de l’Albe et des Lacs ainsi que la CC du Pays de Sarre-Union.

Capacité de traitement • 50 000 tonnes/an • 5 lignes de tri Coordonnées

Site de Folpersviller Chemin du Bruchwies 57200 SARREGUEMINES Tél. : 03 87 06 13 18 Fax. : 03 87 02 87 82

Horaires d’accueil Du lundi au vendredi de 7h30 à 15h00

93


Filières de traitement et sites

Centre de tri multiflux de Morsbach Le centre de tri multiflux de Morsbach a été mis en service en avril 2011. Il réceptionne et trie l’ensemble des déchets ménagers du territoire de la CA Forbach Porte de France, de la CC de la Houve, de la CC du Pays Boulageois, de la CC du Warndt, de la CC du Bouzonvillois et de la CC de Freyming-Merlebach.

Capacité de traitement • 70 000 tonnes/an • 7 lignes de tri

Coordonnées ZA Forbach Ouest Rue Jacques Callot 57 600 MORSBACH Tél. : 03 87 88 72 30 Fax : 03 87 88 70 52 94

Horaires d’accueil Du lundi au vendredi de 8h00 à 12h00 et de 13h00 à 16h00


Le centre de tri multiflux de Faulquemont est en service depuis décembre 2013. Il réceptionne et trie l’ensemble des déchets ménagers du territoire de la CC du District Urbain de Faulquemont, de la CC du Centre Mosellan et de la CC du Pays Naborien.

TRI MULTIFLUX

Centre de tri multiflux de Faulquemont

Coordonnées ZI de Faulquemont Avenue du District Urbain 57380 PONTPIERRE Tél. : 03 87 91 92 52 Fax : 03 87 91 92 54 Horaires d’accueil Du lundi au vendredi de 8h00 à 12h00 et de 13h00 à 16h00

Contact :

Capacité de traitement • 30 000 tonnes par/an • 4 lignes de tri

Sacha WAGNER Responsable d’Exploitation des centres de tri multiflux multi.sacha.wagner@orange.fr

95


Filières de traitement et sites Les biodéchets Collecte des biodéchets en sacs verts Le Sydeme a mis en place une filière spécifique de valorisation de la fraction fermentescible des déchets ménagers au travers d’une collecte à la source des biodéchets et d’une valorisation biologique par méthanisation. Avec la mise en place du dispositif Multiflux, les habitants du territoire du Sydeme ont un moyen simple et écologique de se débarrasser de leurs déchets. Les biodéchets sont destinés au sac vert, les recyclables au sac orange et les résiduels au sac bleu. Les 3 sacs collectés en même temps dans le même bac roulant suivent ensuite leur propre filière. Le sac vert est traité et valorisé au centre de méthanisation de Morsbach, d’une part sous forme de compost et d’engrais liquides et, d’autre part, sous forme d’énergies renouvelables : éléctricité, chaleur et biométhane carburant. Le tri des biodéchets en sac vert est tout à fait complémentaire à la pratique du compostage individuel des déchets fermentescibles. En effet, des biodéchets tels que les épluchures d’agrumes ou encore les papiers souillés sont facilement méthanisables mais difficilement compostables et les restes de viande sont rarement compostés pour ne pas attirer les nuisibles. Par conséquent, certains biodéchets comme les épluchures de fruits et légumes ainsi que les déchets verts du jardin peuvent très bien continués à être compostés au fond du jardin et utiliser en complément le sac vert pour les biodéchets plus difficilement compostables.

Collecte des biodéchets en bacs La mise en place de cette collecte spécifique des biodéchets non ménagers en vrac permet de traiter et valoriser les biodéchets des gros producteurs du territoire de compétence du Sydeme. Cette prestation de ramassage et de valorisation des biodéchets des professionnels répond à leurs besoins tout en valorisant leurs déchets : c’est un service simple, hygiénique, et respectueux de l’environnement. Cette collecte organisée en parallèle de la collecte des biodéchets en sacs verts de 15L s’adresse aux gros producteurs de biodéchets présents sur le territoire tels que : - les professionnels de la restauration (les enseignes de la grande distribution alimentaire,les restaurants, les cantines scolaires, les cantines d’entreprises et les cafétérias la grande et moyenne distribution), - les gros producteurs de déchets verts (fleuristes), - les gros producteurs de papiers (les administrations, les banques, les notaires et avocats ....) - et le corps médical (les cabinets de kinésithérapie, les cabinets dentaires...).

96


Les biodéchets collectés sont : • les produits alimentaires non emballés périmés ou en rebuts : fruits et légumes, restes de poissonnerie, pain et viennoiserie, etc…

BIODÉCHETS

Cette collecte est mise en place 1 à 2 fois par semaine au sein des 14 collectivités adhérentes au Sydeme qui ont fait appel à ce service.

• les produits alimentaires emballés périmés ou en rebuts : charcuteries emballées, produits laitiers, plats cuisinés, • les petits déchets verts : plante d’intérieur (sans terre), fleurs fanées. • les restes de cuisines crus ou cuits : préparation de repas (épluchures de fruits et légumes), restes de repas (coquilles d’oeufs, marc de café, sachets de thé, de tisane), papiers souillés (mouchoirs, essuie-tout, papier lacéré, ticket de caisse). Afin de promouvoir cette collecte et de valoriser les établissements qui s’engagent à bien trier leurs biodéchets, les services du Sydeme attribuent un label (déposé INPI) à ses différents clients : c’est la certification «Viridis».

Un ramassage par un camion spécifique

Rinçage automatique après vidage

Complément de nettoyage manuel des bacs si nécessaire

Contacts :

Aurélie GRIMMER Chargée Biodéchets - Gisements des collectivités /Contrats privés a.grimmer@sydeme.fr 97


Filières de traitement et sites Les biodéchets Le centre de valorisation biologique par méthanisation des biodéchets, Méthavalor Depuis son origine, le projet de cette unité de méthanisation a été développé sur le principe d’une valorisation exclusive de déchets fermentescibles issus d’un tri à la source, qu’il s’agisse des biodéchets ménagers ou des biodéchets issus des activités professionnelles. Un appel d’offres a été lancé dans ce sens et a abouti au choix du projet du groupement piloté par Vinci Environnement et mettant en œuvre le procédé Kompogas de digestion thermophile par voie sèche en digesteurs horizontaux. L’unité est dimensionnée pour un gisement de biodéchets de l’ordre de 45 000 tonnes/an et comporte 3 digesteurs disposés en parallèle. Le procédé met en œuvre les différentes étapes suivantes : • la réception en trémies distinctes par type de biodéchets, • la préparation des biodéchets avec des lignes distinctes par trémie de réception et le stockage en trémies tampon, • la digestion anaérobie (sans présence d’oxygène) selon le procédé Kompogas avec 3 lignes en parallèle, • la déshydratation du digestat dans l’atelier des presses comportant un ensemble de 4 presses et 2 centrifugeuses, • la maturation intensive en tunnels avec aération forcée, le remplissage automatique et la post-maturation en casiers avec aération forcée, • l’affinage par crible à étoiles, aspiration de légers, séparation d’inertes, • le stockage du compost et des engrais liquides, • le séchage des engrais liquides, • le dispositif de mise en dépression des bâtiments et de traitement de l’air par tour de lavage et biofiltre, • la valorisation du biogaz produit est réalisée au travers de deux filières, à savoir : • une unité de cogénération composée de 2 moteurs à gaz de puissances de production électrique respective de 1 000 et 740 kW, • le purificateur de biogaz d’une capacité de production en biométhane de 50 Nm3/h.

98


99

Biogaz : 5 500 000 m3/an

Les produits

15 %

85 %

Engrais: 10 000 m3/an

Compost : 8 000 t/an

Méthanisation

Co-génération

Epurateur Retour au sol Ferme énergétique Agriculture

BIODÉCHETS

Injection réseau GRdF

Réseau local de chaleur

Injection réseau ERdF


Filières de traitement et sites

Le centre de méthanisation des biodéchets, Méthavalor L’électricité produite est injectée dans le réseau public. La chaleur est utilisée, d’une part, pour assurer le maintien en température à 55°C des digesteurs et, d’autre part, pour chauffer les locaux administratifs de l’unité du Sydeme, son centre de ressources, la serre de démonstration ainsi que l’unité de séchage des digestats liquides. Cette multiplicité de consommateurs de chaleur permettra au Sydeme d’atteindre le degré d’efficacité énergétique optimal d’ici 2015. Le biogaz purifié en biométhane est réinjecté dans le réseau public à 4 bars. Une station de distribution de GNV (gaz naturel pour véhicules) qui s’alimente sur le réseau public en aval du point de réinjection, a été installée sur le site de Méthavalor et permet de desservir les véhicules de transport du Sydeme et tout autre véhicule de tiers fonctionnant au GNV, dont notamment les flottes des collectivités (transports urbains et véhicules de collecte). Les digestats liquides sont destinés à une valorisation agricole en qualité d’engrais liquides. Cette valorisation est assurée d’une part sur le site de la ferme énergétique développée par le Sydeme, et d’autre part au travers de partenariats avec des agriculteurs locaux. Le projet de ferme énergétique accompagnant celui de la méthanisation a pour objet de permettre d’offrir un exutoire maîtrisé par le Sydeme pour la valorisation des digestats liquides, mais également des éventuelles quantités de compost excédentaires qui n’auraient pas trouvé acquéreur. La ferme énergétique consiste dans la mise en culture de plantes énergétiques de seconde génération. Les récoltes, s’il s’agit de variantes « vertes » pourront, le cas échéant, venir compléter les intrants de l’unité de méthanisation et participer à la régulation et l’optimisation de la production de biogaz. Le compost produit sera mis en vente aux particuliers, aux collectivités et aux professionnels sur la base du modèle déjà développé pour le compost de déchets verts. L’ordre de grandeur des différentes valorisations attendues est le suivant : • Electricité : 10 900 MWh/an • Chaleur : 12 400 MWh/an • Biométhane : 4 000 MWh/an • Compost : 8 000 tonnes /an • Engrais liquides : 12 000 m3/an • Engrais solides : 600 t/an

100


Flotte complète

Station publique

Epurateur

Station biométhane

4 000 MWh/an

Autres usagers du réseau

Injection réseau ERdF

10 900 MWh/an

Gaz non conforme

Gaz pauvre

BIODÉCHETS

Réseau local de chaleur

12 400 MWh/an

Co-génération

Méthanisation 4 700 000 Nm3/an

Injection réseau GRdF

800 000 Nm3/an

Poste d’injection

Une double valorisation du biogaz pour une meilleure efficacité énergétique

Synoptique de valorisation du biogaz

101


Filières de traitement et sites Le centre de méthanisation des biodéchets, Méthavalor L’investissement global pour l’unité de valorisation biologique s’établit à hauteur de 40 M € HT. Le site a permis la création de 14 emplois. Les biodéchets en sacs verts issus des ménages constituent la principale ressource qui viendra alimenter l’unité de méthanisation. A coté de ce flux, le Sydeme développe d’autres dispositifs permettant de capter des flux complémentaires, à savoir : - l’organisation d’un dispositif de collecte spécifique pour la restauration collective, les métiers de la bouche (restaurants, boulangers, pâtissiers, traiteurs…), les autres producteurs de biodéchets (déchets non emballés de la grande distribution, fleuristes, professions libérales pour la fraction papier non recyclable et non souillée), - le déploiement de plates-formes de réception des déchets verts sur lesquelles les déchets verts seront broyés et pré-criblés avant d’être acheminés sur l’unité de méthanisation, - l’ajout aux équipements de réception-préparation d’une unité de déconditionnement de biodéchets emballés destinés essentiellement aux biodéchets emballés de la grande distribution, - l’acceptation de certains déchets de l’industrie agro-alimentaire ou de déchets comme les graisses et huiles végétales, - la possibilité d’intégrer les produits issus des récoltes de la ferme énergétique. Par ailleurs, le Sydeme développe des partenariats avec d’autres collectivités, en particulier dans un esprit de mutualisation des services, comme par exemple avec l’EVS : homologue du Sydeme côté sarrois. Ce partenariat nous permettra de réceptionner une partie des biodéchets ménagers sarrois sur Méthavalor et de profiter des capacités résiduelles ouvertes sur les installations de valorisation thermique des déchets résiduels en Sarre ( cf pages 22-23) .

L’observatoire olfactif de Méthavalor Depuis l’origine du projet Méthavalor, le Sydeme travaille aux côtés des riverains du site (français et allemands) et les associations environnementales locales pour respecter le principe «Zéro nuisance olfactive» autour du site. Pour ce faire, le Sydeme a notamment mis en place un répondeur téléphonique au 03 87 00 01 08 pour receptionner les appels eventuels des riverains en cas d’odeurs ressenties. L’usager devra simplement laissé un message sur le répondeur téléphonique regroupant ces informations : nom, adresse, heure de l’événement et type d’odeur. Ce dispositif est mis en place afin de permettre de comprendre les différents phénomènes en jeu et prendre les mesures adéquates pour supprimer ces nuisances.

102


Site réalisé avec le concours financier de :

BIODÉCHETS

Financement

103


Filières de traitement et sites Visite du site Notre projet suscite un fort intérêt sur le plan local, national et même international. Nous organisons des visites hebdomadaires sur le site Méthavalor à destination des élus, des collectivités, entreprises, associations, communes... Et, en parallèle, nous avons mis en place un partenariat avec GrDF depuis 2012 pour l’accompagnement de collectivités, agriculteurs ou autres porteurs de projets en leur proposant la visite de nos installations et la présentation de notre modèle d’économie circulaire.

Nous comptabilisons depuis septembre 2011 et jusqu’à juin 2014 pas moins de 170 visites avec plus de 3 500 visiteurs sur notre site de méthanisation. Coordonnées ZA Forbach Ouest Rue Jacques Callot 57 600 MORSBACH Tél. : 03 87 88 72 30 Fax : 03 87 88 70 52 Adresse à entrer dans son GPS pour accéder à Méthavalor : Rue Jacques Callot 57600 FORBACH

Contacts :

104

Site

Organisation des visites

Pierre GRANDJEAN Responsable d’exploitation de Méthavalor p.grandjean@sydeme.fr

Nadia SANFILIPPO Responsable Communication n.sanfilippo@sydeme.fr


105

BIODÉCHETS


Filières de traitement et sites Les recyclables Sur le territoire du Sydeme, les recyclables sont collectés via le dispositif multiflux ou en apport volontaire, triés, conditionnés et stockés en balles (sauf les JRM qui sont stockés en vrac) par type de matériaux, au centre de tri de Sainte-Fontaine, selon les différentes filières existantes.

Les journaux, magazines, catalogues, annuaires, prospectus (sans film plastique), courriers, enveloppes (avec ou sans fenêtre) et sacs en papier. • Type de traitement : Recyclage (pulpage, désencrage, séchage). • Devenir : papier recyclé.

Le carton et les cartonnettes • Type de traitement : Recyclage (pulpage, épuration, bobinage). • Devenir : carton.

Les bouteilles et flacons en plastique

Dans cette filière, seuls les thermoplastiques (matière fondant à la chaleur et reprenant sa rigidité en refroidissant) peuvent être recyclés. • Type de traitement : régénération et fabrication de paillettes de PET et PEHD. • Devenir : bouteilles, flacons, bidons, containers, tuyaux, jouets, pièces automobiles...

106


• Type de traitement : Fabrication de pâte à papier recyclé. • Devenir : papier essuie-tout, papier cadeau, enveloppes.

RECYCLABLES

Les briques alimentaires

Les emballages en acier & en aluminium Relativement faciles à trier, les métaux peuvent être également valorisés en matière première secondaire. Le recyclage de l’aluminium peut se faire à l’infini car les propriétés de ce métal ne s’altère pas lors des refontes successives.

• Type de traitement : vonte de l’acier, de l’aluminium et remoulage. • Devenir de l’acier : aérosols, composants électroniques, caddies, rail ferroviaires... • Devenir de l’aluminium : barquettes, jantes, cadre de vélo, câbles électriques...

Le verre Le recyclage du verre permet d’économiser la matière première : le sable, de réduire le volume des déchets d’emballage et d’économiser de l’énergie. En effet, le recyclage du verre nécessite une température de fonte moins élevée que celle des matières premières. Le verre peut être recyclé à l’infini sans perte de poids ni de qualité. 1kg de calcin = 1 kg de verre à la refonte. Après usage, le verre d’emballage est transformé en calcin pour être recyclé dans les fours verriers, où il servira à produire de nouveaux emballages en tous points identiques.

• Type de traitement : concassage, fonte et moulage du verre. • Devenir : bouteilles et pots alimentaires.

107


Filières de traitement et sites Les consignes de tri des emballages en verre Bouteilles, bocaux et pots en verre (verre transparent et coloré) sont recyclables. Une fois vidés, ils peuvent être déposés au conteneur à verre (sans leurs capsules et leurs bouchons).

À ne pas déposer au conteneur à verre : vaisselle cassée, porcelaine, faïence, pyrex, cristal, verres spéciaux (miroirs, vitrocéramique), vases…

108


[ Fin des idées reçues… ]

Il ne signifie pas qu’il s’agisse d’un emballage fabriqué à partir de matière recyclée ! Il ne signifie pas qu’il s’agisse d’un emballage recyclable ! Il ne signifie pas qu’il s’agisse d’un produit Bio ! Il ne signifie pas que cet emballage protège l’environnement ! Il ne signifie pas qu’il s’agisse d’un écolabel ! Il ne signifie pas que cet emballage doit être déposé dans le sac de tri sélectif !

RECYCLABLES

Le point vert

Le point vert, sa réelle signification ? Ce pictogramme, que l’on trouve sur 95 % des emballages, signifie que le producteur du produit adhère au dispositif de valorisation des emballages et paie donc une contribution à une entreprise de recyclage ou de valorisation des déchets comme Eco-Emballages (pour les emballages ménagers), Adelphe (pour les vins et spiritueux) ou Cyclamed (pour les médicaments). Les fonds ainsi obtenus sont reversés aux collectivités locales et servent à la mise en place de la collecte sélective des emballages ménagers. Le montant de cette participation, est calculé en fonction du type de matériau et du nombre de matériaux utilisés pour la conception de l’emballage, de leur «recyclabilité» et en fonction du poids de l’emballage.

109


Filières de traitement et sites

Notre partenaire, Eco-Emballages Créée en 1992, Eco-Emballages est une entreprise privée agréée par l’État qui a pour mission d’organiser, de superviser et d’accompagner le recyclage des emballages ménagers en France. Eco-Emballages perçoit des contributions financières de la part des entreprises pour la collecte, le tri sélectif et le retraitement de leurs emballages ménagers mis sur le marché. Cet éco-organisme soutient financièrement les acteurs des dispositifs tels que les collectivités. Quel est le lien entre Eco-Emballages et le Sydeme ? Les industriels versent leurs contributions financières à Eco-Emballages, qui de son côté, « soutient » financièrement et techniquement les collectivités comme le Sydeme dans leurs efforts de recyclage. Aussi, via un contrat, Eco-Emballages assure le pilotage du dispositif national de tri et de recyclage des emballages ménagers. Le montant de l’aide financière attribuée est fixée en fonction des résultats de recyclage. Quels sont les objectifs de recyclage à l’échelle nationale ? Quelles sont les solutions pour y parvenir ? Aujourd’hui, grâce au geste quotidien de millions de Français, 64 % des emballages ménagers sont recyclés en France. L’objectif fixé par le Grenelle est : 75 % de recyclage. Les entreprises, comme les collectivités, les associations et les filières de recyclage se mobilisent et agissent de l’amont à l’aval de la chaîne de recyclage : - en développant l’éco-conception* et en favorisant les emballages recyclables, - en travaillant à l’amélioration des techniques de tri et de recyclage des conditionnements, - en développant les débouchés des emballages recyclés, - et toujours en incitant les habitants à trier plus et mieux. Les ménages trient leurs déchets. Mais quels sont les efforts fournis pas les fabricants au niveau des emballages ? La prévention des déchets d’emballages est un axe prioritaire du Grenelle de l’environnement et donc un enjeu important pour les fabricants d’emballages. Eco-Emballages travaille à leur côté sur la réduction des conditionnements à la source. Au-delà des efforts d’allègement, les entreprises explorent également de nouvelles pistes pour réduire l’impact environnemental de leurs conditionnements comme la concentration des produits, le principe des écorecharges et l’intégration de matière recyclée. * Démarche qui consiste à intégrer l’environnement dès la conception d’un produit ou service, et ce lors de toutes les étapes de son cycle de vie. (AFNOR, 2004)

110


Ecofolio est l’éco-organisme des papiers en France. Il met en oeuvre la Responsabilité Élargie du Producteur (REP) en incitant à recycler plus, en améliorant les dispositifs de tri et collecte et en encourageant à trier mieux tous les papiers. Sa mission d’intérêt général lui a été confiée par l’État : mobiliser, orienter et accompagner les acteurs de la filière de la collecte et du recyclage des papiers. L’objectif prioritaire d’Ecofolio, fixé par l’État, est d’atteindre 55 % de papiers recyclés en 2016.

RECYCLABLES

Notre partenaire, Eco-Folio

Ecofolio collecte chaque année une éco-contribution auprès des émetteurs de papiers, acteurs économiques qui diffusent, distribuent ou fabriquent des papiers sur le marché français, puis la reverse sous forme de soutiens financiers aux collectivités locales en charge du service public de gestion des déchets. La priorité est donnée au recyclage des papiers et à l’accompagnement des collectivités vers des modèles plus performants. Ecofolio met à disposition des acteurs son expertise (audit, études, analyses techniques & environnementales, etc.) et pilote des expérimentations pour améliorer les performances du tri, de la collecte et du recyclage des papiers. Tiers-expert de la filière, Ecofolio propose des pistes d’innovation pour toutes les opérations (pré-collecte dans les foyers ou les entreprises, bacs de collecte sélective, centres de tri, préparation de la matière, etc.). La priorité d’Ecofolio consiste à favoriser l’éco-conception afin que le recyclage soit facilité et que les vieux papiers deviennent une matière compétitive alternative au bois.

111


Filières de traitement et sites Le centre de tri des recyclables de Sainte-Fontaine Présentation du site Implanté sur le carreau Sainte-Fontaine (entre Saint-Avold et Freyming-Merlebach), le centre de tri des recyclables joue un rôle déterminant dans la chaîne du recyclage. Il permet de séparer et de conditionner les différents matériaux recyclables issus de la collecte sélective par catégorie. Ce tri répond aux exigences de qualité des industries du recyclage qui en assurent la valorisation. Il se charge depuis 2004 du tri des déchets ménagers recyclables issus de la collecte sélective, à l’exception du verre. Après avoir été conditionnés et stockés par matériaux, ces déchets sont expédiés vers les usines de recyclage. Ce site fonctionne 5 jours sur 7 et trie l’ensemble des flux de collecte multiflux (sac orange) et de collecte sélective (sac transparent) issus de la collecte en porte-à-porte et des dispositifs d’apport volontaire mis en place sur le territoire du Sydeme (bornes à papier, cartons de déchèterie).

Capacité de tri • 5 tonnes par heure • 80 tonnes triées/jour soit environ 20 camions/jour

Contact : Site

Fabrice SUPEC Responsable du site

f.supec@wanadoo.fr

112

Coordonnées Rue du chevalement 57500 SAINT-AVOLD Tél : 03 87 04 53 24 Fax : 03 87 04 51 89


113

RECYCLABLES


Filières de traitement et sites Visite du centre de tri des recyclables de Sainte-Fontaine Afin de renforcer les actions de sensibilisation à l’environnement, au tri et au recyclage des déchets, le Sydeme encadre les visites du centre de tri des recyclables de Sainte-Fontaine tout au long de l’année.

L’organisation Les visites s’adressent principalement aux élémentaires et primaires du territoire (cycle 3 : essentiellement les classes de CM1 et CM2), à des collèges ainsi qu’à d’autres groupes curieux de découvrir le parcours des déchets recyclables depuis leur arrivée jusqu’à leur conditionnement. Les visites, d’une durée de 1h30 à 2h00, sont réalisables tous les jours sauf le jeudi, le vendredi après midi et le week-end. Les collectivités membres du Sydeme co-organisent ces visites, dont le nombre maximum de participants s’élève à 57 personnes, accompagnateurs compris. En 2013, 54 visites ont été organisées soit près de 2 000 personnes ont découvert le cheminement des recyclables au centre de tri de Sainte-Fontaine.

Le circuit de visite Le circuit de visite, calqué sur le cheminement des déchets, est rythmé par 9 points d’arrêt matérialisés par une signalétique claire et adaptée. Pour une visite sécurisée du site, tous nos visiteurs, enfants et adultes, seront revêtus de baudriers. Des audioguides, ergonomiques et faciles d’utilisation, permettront à chacun de profiter de toutes les explications.

Le transport scolaire Le Sydeme se propose de prendre en charge les déplacements des écoles présentes sur son territoire et d’affréter les autocars durant l’année scoalire, dans la limite des disponibilités de visite du site.

Contact : Organisation des visites

Valérie DILLENSEGER Chargée communication scolaire v.dillenseger@sydeme.fr 114


Valorisation des sacs bleus La fraction des résiduels triés par les ménages du territoire du Sydeme dans des sacs bleus est valorisée en électricité et en chaleur par incinération à une température d’environ 800 degrés au centre de valorisation thermique de Neunkirchen. Cette fraction détient un fort pouvoir calorifique puisqu’elle a déjà été séparée de la fraction fermentescible (biodéchets) des ordures ménagères.

RESIDUELS

Les résiduels

La chaleur produite sur ce site est, d’une part, utilisée dans un réseau local de chauffage urbain qui approvisionne environ 30 000 foyers ainsi que l’hôpital de Neunkirchen, et, d’autre part, transformée en électricité pour être injectée dans le réseau.

Centre de valorisation thermique de Neunkirchen

La valorisation de la fraction des résiduels en éléctricité et chaleur et...

115


Biomasse Les déchets verts Les déchets verts sont des déchets organiques formés de résidus issus de l’entretien des jardins privés, des espaces verts, des zones récréatives, des serres, des terrains de sports… Les déchets verts regroupent les feuilles mortes, les tontes de gazon, les tailles de haies et d’arbustes, les résidus d’élagage, les déchets d’entretien de massifs, les déchets de jardin des particuliers collectés par le biais des déchèteries présentes sur le territoire du Sydeme, de la plate-forme de compostage de Sarreguemines ainsi que de nos plates-formes de réception des déchets verts. Les déchets verts sont broyés et criblés avant d’être valorisés soit sur la plate-forme de compostage de Sarreguemines soit au centre de méthanisation de Morsbach (cf. illustration ci-dessous).

Schéma cycle des déchets verts

La plate-forme de compostage de Sarreguemines Présentation du site Depuis le 1er janvier 2009, le Sydeme compte parmi ses sites la plate-forme de compostage de Sarreguemines. Elle permet de traiter et de valoriser les déchets verts (branchages, tontes de pelouses, feuilles, tailles de haies) des communes adhérentes au Sydeme (déchèteries du territoire) , des collectivités, des professionnels et alimente également notre Centre de Méthanisation. Une extension de la plate-forme de compostage est prévue au dernier trimestre 2014 pour pouvoir, notamment, réceptionner plus de déchets verts et augmenter la taille de l’aire de broyage. Nous vous invitons donc à déposer en déchèterie tous les déchets verts que vous ne compostez pas vous-même afin qu’ils soient valorisés.

116


BIOMASSE Horaires d’ouverture De mars à juin : Du lundi au vendredi de 7h à 15h30 et le samedi de 8h à 11h30

De juillet à septembre : Du lundi au vendredi de 7h à 13h30

D’octobre à novembre : Du lundi au vendredi de 7h à 15h30 et le samedi de 8h à 11h30

De décembre à février : Du lundi au vendredi de 8h à 13h30

Tarifs de dépôt des déchets verts Pour les particuliers (en déchèterie) : gratuit. Pour les professionnels (directement sur la plate-forme) sous condition de l’ouverture d’un compte : le tarif est fixé à 30,90 €/tonne. Durée totale pour la transformation des déchets verts en compost : 4 mois.

Objectifs et intérêts de la filière de valorisation • Favoriser le développement du compostage afin de limiter l’enfouissement des déchets. • Maîtriser les coûts de traitement des déchets verts en arrêtant de les enfouir et en les valorisant. • Valoriser nos déchets verts en un amendement naturel de qualité pour enrichir nos sols. • Alimenter Méthavalor, le centre de méthanisation, pour créer des énergies renouvelables, du compost et des engrais.

117


Biomasse Les 7 étapes du processus de compostage Durée totale : 4 mois

Étape 1 : la pesée Chaque véhicule, entrant ou sortant de la plate-forme, est pesé sur le pont à bascule afin de connaître la masse de déchets verts apportés ou de compost repris.

Étape 2 : le stockage Les déchets verts sont déchargés sur l’aire de stockage. Une fois débarrassés des événtuels indésirables (sacs plastiques…), ils sont mélangés de manière homogène soit 70 % de carbone (bois) et 30 % d’azote (herbe).

Étape 3 : le broyage Une fois stockés, les déchets verts sont broyés afin de faciliter leur fermentation et diminuer leur taille.

Étape 4 : la fermentation en aérobie (en présence d’oxygène) Le broyat est mélangé et transféré sur l’aire de fermentation. Il est ensuite placé en tas appelés «andains». Pendant 4 semaines, la matière organique va se dégrader naturellement, par l’action des bactéries et grâce à un système d’aération forcée et d’humidité contrôlée. Le taux d’oxygène, le taux d’humidité et la température (sur 1 m de profondeur) sont alors surveillés.

Étape 5 : la maturation Une fois les andains fermentés, ils sont transportés jusqu’à l’aire de maturation pour permettre la formation de matières organiques stabilisées par l’action de champignons. Cette étape durera 3 mois.

Étape 6 : le criblage Lorsque la matière organique est stable, le produit passe au cribleur afin que le compost obtenu soit fin et homogène. La matière la plus grossière est réincorporée dans les déchets verts (le but étant de réincorporer le moins possible) ou revendu en bois d’énergie (copeaux…).

Étape 7 : la récupération Les particuliers, collectivités ou entreprises peuvent venir récupérer sur le site cet engrais naturel pour enrichir leurs jardins, plantations, jardinières.

Coordonnées Plate-forme de compostage Chemin du Bruchwies (à côté du centre de tri multiflux) 57200 Sarreguemines Tél. : 03 87 28 01 12

118


Le compost est le résultat de l’effort de tri des déchets verts des usagers. Il est conforme à la Norme NFU-44051, ce qui le rend compatible pour tous les usages. Cet amendement naturel est un excellent fertilisant pour tous les types de végétaux. Il est riche en oligoéléments qui agissent sur le long terme : • en stimulant l’activité biologique du sol ; • en améliorant la stabilité structurale du sol ; • en atténuant les effets de sécheresse ; • en facilitant le travail du sol.

BIOMASSE

Les bienfaits du compost

Ce compost convient pour vos plantes d’intérieur, vos cultures en pot, en jardinière comme pour les plantations d’arbres, les fleurs et les potagers.

Tarif unique du compost Pour les collectivités, professionnels et particuliers : le tarif est fixé à 8 €/tonne de compost.

Conditions d’approvisionnement Ce compost peut être récupéré à la plate-forme de compostage de Sarreguemines et aux platesformes de réception des déchets verts de Sarralbe et de Faulquemont. Il est conseillé d’apporter son propre matériel (remorque, seau...) pour retirer le compost présenté en vrac.

119


Biomasse Plates-formes de réception des déchets verts Afin de développer le compostage des déchets verts, d’optimiser les transports et favoriser la valorisation énergétique du bois, des plates-formes de réception des déchets verts et du bois sont réparties sur l’ensemble du territoire du Sydeme. Les déchets verts peuvent être réceptionnés sur les déchèteries présentes sur le territoire du Sydeme, sur la plate-forme de compostage à Sarreguemines mais également sur les plates-formes de réception des déchets verts.

La vocation de ces plates-formes Elles permettront aux communes, aux collectivités et aux professionnels de disposer d’un point de dépôt de proximité pour leurs déchets verts. Après avoir été broyés et criblés, les déchets verts seront séparés en 3 fractions : • une fraction destinée à la méthanisation ; • une fraction destinée au compostage ; • une fraction destinée à la valorisation énergétique (chauffage biomasse).

Site de Sarralbe La plate-forme de réception des déchets verts de Sarralbe a été mise en service en avril 2010.

Coordonnées Plate-forme de réception des déchets verts Lieu-dit Schachen - RN56 (à côté de la déchèterie de Sarralbe) 57430 SARRALBE

Horaires Ouvert le lundi et mercredi de 14h à 18h et le vendredi de 13h à 15h.

Site de Morsbach La plate-forme de réception des déchets verts de Morsbach a été mise en service en Juillet 2012.

Horaires Ouvert du lundi au vendredi de 9h à 12h et de 13h à 15h.

120


ZA Forbach Ouest Rue Jacques Callot 57600 MORSBACH Tél. : 03 87 88 72 30 Fax : 03 87 88 70 52 Coordonnées géographiques Latitude : 6.862185 Longitude : 49.17497 Adresse à entrer dans son GPS pour accéder au site : Rue Jacques Callot 57600 FORBACH

BIOMASSE

Coordonnées Plate-forme de réception des déchets verts

Site de Faulquemont La plate-forme de réception des déchets verts de Faulquemont est en service depuis septembre 2013.

Horaires Ouvert du lundi au vendredi de 9h à 12h et de 13h à 15h.

Dépôt de déchets verts

Approvisionnement en compost

Coordonnées Plate-forme de réception des déchets verts ZI de Faulquemont Avenue du District Urbain 57380 PONTPIERRE Tél : 03 87 91 92 52 Fax : 03 87 91 92 54 D’autres plates-formes de réception des déchets verts sont en projet : • à Sainte-Fontaine, • à Creutzwald, • à Bitche. Pour localiser les lieux d’implantation des sites du Sydeme, vous pouvez consulter la carte des sites du Sydeme page 74.

121


Biomasse Le bois de déchèterie Le bois, matériau d’origine naturelle est utilisé pour de nombreuses applications : secteur du papier, de la construction, de l’ameublement, de l’emballage et du bois énergie. Cette ressource naturelle n’est pas intarissable, c’est pourquoi il est nécessaire de recycler ce matériau précieux ou à défaut de l’utiliser pour des besoins énergétiques. Le bois usagé intégré aux consignes de tri : les planches, les palettes en bois, les menuiseries extérieures et intérieures (portes & fenêtres), etc.

Le service biomasse du Sydeme travaille en alternance sur les différentes plates-formes réparties sur le territoire du Sydeme : trois étant dédiées au broyage des déchets verts ( Sarralbe, Morsbach et Faulquemont), une au compostage des déchets verts (Sarreguemines) et une au broyage du bois usagé (Sainte-Fontaine). Sa mission principale pour cette filière est de contrôler la qualité du bois entrant puis de procéder au broyage et au chargement du produit. Il faut savoir que l’accès à la plate-forme de réception et de broyage du bois est restreint et réglementé. Le bois traité sur ce site provient principalement des 27 déchèteries présentes sur le territoire du Sydeme. Des collectes spécifiques de bois sont également organisées dans certaines de ces intercommunalités. Des professionnels peuvent aussi accéder au site, sous réserve de l’établissement de contrats privés avec notre Régie Ecotri Moselle-Est.

122


La plate-forme de réception et de broyage du bois usagé se situe sur le site de Sainte-Fontaine (entre la ville de L’Hôpital et celle de Freyming-Merlebach), à côté du centre de tri des recyclables. Elle a été mise en place sur le territoire pour permettre la valorisation du bois de déchèterie qui était auparavant destiné au Centre d’Enfouissement. Le bois de déchèterie est valorisé dans des chaudières industrielles.

BIOMASSE

Plate-forme de réception et de broyage du bois

Les opérateurs effectuent un contrôle visuel du produit déchargé. Si besoin, ils retirent les déchets indésirables et les déposent soit dans une benne à ferrailles, soit dans une benne de tout-venant. Ensuite, le bois est introduit dans le broyeur à l’aide d’une chargeuse. Le broyeur est équipé d’un aimant qui permet de retirer les déchets métalliques indésirables (clous, charnières…). Cette opération de broyage vise à réduire le volume de stock du bois sur le site et à optimiser son transport jusqu’à son exutoire final. Le repreneur prend en charge le bois broyé à l’aide de semiremorques à destination des Vosges où il servira de combustible pour alimenter une chaudière industrielle.

Trier et valoriser le bois permet non seulement au Sydeme de suivre sa politique de gestion en valorisant au maximum les déchets de notre territoire, mais aussi d’éviter leur enfouissement et par conséquent de maîtriser le coût de gestion de nos déchets. Une tonne de bois valorisée énergétiquement coûte moins cher qu’une tonne de bois enfouie.

123


Biomasse La ferme énergétique La ferme énergétique est une composante essentielle du schéma global de gestion des déchets que met en place le Sydeme. Elle est étroitement liée au site Méthavalor, l’unité de méthanisation du Sydeme. Plusieurs raisons expliquent la mise en place de cette ferme énergétique : - d’une part, elle permettra d’épandre les jus (engrais liquides) issus de la méthanisation ainsi que le compost (non vendu) - et d’autre part, elle permettra d’homogénéiser le compost et d’augmenter la production de biogaz (plante contenant une haute teneur en carbone). Le miscanthus pouvant être ensilé peut également être utilisé en hiver pour palier au manque de déchets verts en cette saison.

Le principe en images : culture et valorisation du miscanthus

124


La mise en œuvre du projet de ferme énergétique nécessite la mise en culture de 200 à 400 hectares de miscanthus. Les filières de valorisation du miscanthus sont très variées, en commençant par la filière énergétique (similaire à la plaquette bois), mais également les utilisations matière dans le bâtiment et les produits qui sont semblables à celles connues pour le chanvre.

BIOMASSE

Quelles solutions de valorisation pour le miscanthus ?

Quelle culture mettre en place ? Le Sydeme a retenu pour la ferme énergétique une plante énergétique de seconde génération (type miscanthus) en raison de ses différentes propriétés. Lors de sa croissance, elle fixe le CO2 qui est alors transformé en cellulose. Ce type de photosynthèse est similaire à celle du maïs.

Où implanter la ferme énergétique ? Le site d’implantation de l’usine de méthanisation a été choisi au plus près du barycentre du territoire du Sydeme, en milieu plus urbanisé, afin de limiter les transports en amont et d’optimiser les possibilités de valorisation énergétique. Le site d’implantation de la ferme énergétique, situé sur la Forêt du Guensbach, a été choisi au plus près afin d’optimiser la valorisation agricole des engrais et permettre une meilleure proximité entre les surfaces mises en culture et les infrastructures.

Cycle d’une plante énergétique de seconde génération Infos pratiques Miscanthus • S’adapte à tous types de sols, pas de maladies connues • Non invasive • Productivité (rendement) : > 20 t/ha de matière sèche • PCI (Pouvoir Calorifique) : Entre 16 600 et 19 500 kJ/kg de matière sèche • Quantité de Co2 absorbée : environ 35 t/ha

Contact : Service Biomasse

Emmanuel MULLER Responsable du service Biomasse biomasse.ecotri@sydeme.fr

125


Déchets ultimes Centre d’enfouissement technique Les déchets ultimes du territoire du Sydeme sont actuellement enfouis au Centre de Stockage des Déchets Non Dangereux (CSDND) de Téting-sur-Nied. Un centre d’enfouissement est une décharge conçue pour le stockage de déchets ultimes en minimisant les risques de pollution ou contamination de l’environnement. Rappelons qu’avant la mise en place du dispositif multiflux, la totalité des ordures ménagères résiduelles collectées sur le territoire du Sydeme étaient enfouies sur le site de Téting-sur-Nied, ce qui représentait en moyenne plus de 60 % du poids des déchets ménagers.

Centre de Stockage de Téting-sur-Nied

126


127

DÉCHETS ULTIMES


Filières REP Les Déchets d’Activités de Soins à Risques Infectieux Les Déchets d’Activités de Soins à Risques Infectieux (DASRI) présentent des risques de contamination qu’il convient de réduire pour protéger les proches des personnes en auto traitement ainsi que le personnel chargé de la collecte, du tri et du traitement des déchets. DASTRI est le nouvel éco-organisme en charge des Déchets d’Activités de Soins à Risques Infectieux produits UNIQUEMENT PAR LES PERSONNES EN AUTO-TRAITEMENT (hors professionnels de la santé). Il a obtenu l’agrément interministériel le 12 décembre 2012 pour une durée de 4 ans. Le Sydeme avait déjà mis en place un dispositif de collecte et d’élimination des DASRI* en janvier 2007, avec la contribution des pharmacies et des déchèteries présentes sur l’ensemble de son territoire, notamment pour les raisons suivantes : - palier à l’absence d’une réglementation nationale, - limiter les risques de blessures et de contamination au sein du personnel de collecte et des agents de tri. Le lancement de cette filière au niveau national, effective depuis septembre 2013, entraîne une réorganisation du dispositif à l’échelle de notre territoire : - approvisionnement en boîtes planifié par le biais d’une plate-forme internet, - distribution des boîtes jaunes effectuée désormais UNIQUEMENT par les pharmaciens - détermination des points de collecte par l’éco-organisme, - collecte et traitement pris en charge par la filière nationale (uniquement pour les boîtes jaunes fournies par l’éco-organisme). Suite à cette restructuration du dispositif, le Sydeme ne prendra plus en charge la commande des boîtes jaunes auprès de son fournisseur actuel et les déchèteries du territoire ne pourront plus être points d’approvisionnement en boîtes jaunes. Afin de maintenir le service proposé à sa population, le Sydeme a soumis la demande de conserver des déchèteries de son territoire en tant que point de collecte.

128


129

FILIERES REP


Filières REP Les Déchets d’Équipements Électriques et Électroniques Les DEEE dits « D3E » sont les Déchets d’Equipements Electriques et Electroniques. Il s’agit de tous les appareils usagés utilisant l’énergie électrique sur secteur, pile ou accumulateur. Aujourd’hui, pour retrouver une seconde jeunesse, ils peuvent être déposés en déchèterie, repris en magasin à l’occasion de l’achat d’un équipement neuf ou confiés à une association d’économie solidaire.

Les D3E … c’est quoi ?

Des écrans Écrans plats (plasma, LCD, tubes…), minitels, ordinateurs portables… Des Gros Electroménagers Froid (GEM F) Réfrigérateurs, congélateurs, climatiseurs, caves à vins… Des Gros Electroménagers Hors Froid (GEM HF) Lave-linge, lave-vaisselle, ballons d’eau chaude, sèche-serviettes… Des Petits Appareils en Mélange (PAM) Aspirateurs, batteurs, chauffe-biberons, brosses à dent électriques, appareils photos, scanners, jouets à piles, imprimantes, consoles de jeux, barbecues électriques…

L’éco-contribution Lors de l’achat d’un équipement neuf, chacun de nous paye une éco-participation pour financer la collecte et le traitement des D3E. Le montant, indiqué sur l’étiquette du prix, varie en fonction du produit. Chaque consommateur devient ainsi acteur du Développement Durable car il contribue à la valorisation de ces appareils dans des conditions environnementales contrôlées.

130


Et j’en fais quoi de mon D3E ?

FILIERES REP

Aujourd’hui, la grande famille des D3E a sa propre filière de valorisation. Du congélateur au lavelinge en passant par l’ordinateur ou encore le jouet, chaque appareil est pris en charge en fin de vie. Grâce à la collecte et au recyclage, il pourra bénéficier d’une seconde jeunesse.

Trois solutions s’offrent à vous : 1. Acheter un nouvel appareil : Le distributeur est tenu de vous reprendre l’ancien à l’achat ou à la livraison : c’est le principe de reprise « 1 pour 1 ». 2. Donner votre appareil à une association d’économie solidaire comme Emmaüs pour le remettre en état. 3. Déposer votre D3E en déchèterie.

NOUVEAU : le principe « 1 pour 0 » Le consommateur pourra se séparer de son petit électroménager dans certains points de collecte sans condition de rachat. Système en expérimentation dans 50 magasins.

La valorisation des D3E Trois types de traitement sont envisageables : 1. Remise en état des appareils par le biais d’organismes de réemploi et de recycleries. 2. Transformation en matière première secondaire (plastique, métaux...) dans les différents sites de traitement correspondants aux différents flux 3. Valorisation en énergie dans des conditions environnementales contrôlées.

Notre partenaire Eco-Systèmes Eco-Systèmes, société à but non lucratif et agréée par les pouvoirs publics, a pour mission d’intérêt général de collecter et de traiter les D3E. Envie 2 E et Emmaüs, partenaires d’Eco-Systèmes, sont en charge de collecter et de regrouper les D3E sur le territoire du Sydeme (CAFPF et CASC). Leur objectif : une réutilisation après réparation ou une revalorisation des déchets électriques et électroniques.

131


Filières REP Les Déchets Électriques et Électroniques sont identifiables grâce à ce logo figurant sur l’article ou sur l’emballage. En France et dans les pays de l’Union Européenne, le symbole de la poubelle barrée signifie que le produit ne doit pas passer aux ordures ménagères. Il doit être pris en charge par une structure de récupération et de recyclage spécifique.

132


Recyclage des lampes usagées

FILIERES REP

Depuis début mai 2008, les particuliers peuvent déposer en déchèterie leurs lampes usagées (toute source lumineuse à l’exception des ampoules à filament) afin qu’elles soient recyclées.

En signant une convention avec l’éco-organisme Récylum, le Sydeme et ses collectivités membres proposent un nouveau service sans augmenter les dépenses des contribuables. Les ampoules à recycler sont principalement des tubes fluorescents dits «néons» et des lampes fluocompactes dites «basse consommation». Ces lampes contiennent du mercure, substance présente en infime quantité mais néanmoins dangereuse. En fin de vie, elles nécessitent donc un traitement spécifique et ne doivent pas être jetées avec les autres déchets. Les ampoules «classiques» à filament (incandescence et halogène) peuvent être éliminées avec les ordures ménagères résiduelles. Récylum, éco-organisme agréé en charge de l’élimination des lampes usagées, a mis en place un réseau de Points de collecte, essentiellement chez les distributeurs et en déchèterie en ce qui concerne les lampes des particuliers. Récylum assure gratuitement l’enlèvement et le recyclage des lampes déposées, ce dispositif étant financé par l’Eco-contribution payée lors de l’achat de lampes neuves. Les 27 déchèteries présentes sur le territoire sont des points de collecte pour les lampes.

Le Sydeme a été élu « Point de collecte Lampes de l’année 2011 ! » En effet, nous sommes le point de collecte qui a le plus collecté de néons et de lampes basse consommation en 2011 dans notre région et dans notre catégorie.

133


Filières REP Textiles La valorisation optimale des déchets est la vocation première du Sydeme, c’est pourquoi des filières adaptées à chaque type de déchet ont été développées. La filière de récupération du textile s’est également organisée sur le territoire du Sydeme et a donné naissance en juillet 2011 à Tri d’Union, un nouvel opérateur de collecte et de tri des textiles usagés. Créé par Emmaüs Grand Est, cette entreprise d’insertion basée à StiringWendel collabore principalement avec les collectivités présentes sur le territoire du Sydeme mais aussi avec d’autres collectivités de Moselle et du Nord de la Meurthe et Moselle. Conventionnée par l’éco organisme ECO TLC en charge de la filière textile, Tri d’Union est aussi le partenaire local du Relais France pour la collecte des textiles en conteneurs. Cette collaboration va permettre non seulement d’avoir une meilleure connaissance des tonnages collectés sur le territoire et d’aboutir à une cohérence territoriale mais également de créer des emplois locaux en insertion. Aujourd’hui, l’activité de recyclage du textile s’est réellement professionnalisée. Des process industriels ont été mis au point pour pouvoir traiter et recycler des volumes de plus en plus importants. Avec un objectif national de doubler la collecte et le tri, la filière a le potentiel de créer de l’activité et des embauches, notamment pour les personnes en difficulté au regard de l’emploi. ECO TLC a été créé pour favoriser la récupération et la valorisation des Textiles, du Linge de maison et des Chaussures (TLC) usagés, pour répondre aux enjeux environnementaux de la prévention des déchets et de la préservation des ressources naturelles dans le respect des piliers du développement durable. C’est une société privée, à but non-lucratif. Elle est née de la volonté des metteurs en marché, et fut créée en collaboration avec les acteurs de la filière pour proposer un cahier des charges adapté aux besoins de la filière. L’ensemble de ses travaux vise à promouvoir les activités qui permettront d’inciter la filière à mettre en place un cycle vertueux de production et de traitement.

Pour en savoir plus sur la filière : www.ecotlc.fr ou si vous recherchez un point d’apport volontaire à proximité de chez vous : www.tridunion.fr www.lerelais.org

134


FILIERES REP

Le circuit de la filière de valorisation du textile sur notre territoire

135


Filières REP Mobilier Le Programme Éco-mobilier réunit l’ensemble des acteurs de la filière : les distributeurs et les fabricants français de mobilier, les collectivités locales, les acteurs de l’économie sociale ainsi que les opérateurs de collecte et tri, les industriels du recyclage, les associations de consommateurs et de protection de l’environnement. Financé par l’éco-participation sur les meubles neufs, le Programme Éco-mobilier, agréé par le ministère de l’Écologie, favorise la réutilisation et le recyclage des meubles usagés. Le Programme Éco-mobilier joue un rôle actif pour améliorer la collecte en déchèterie des déchets d’éléments d’ameublement, avec des solutions adaptées à chaque collectivité territoriale, en fonction de sa taille et de son territoire dans une logique de montée en charge progressive de la filière. Pour la collecte sélective de mobilier usagé en déchèterie, Éco-mobilier met en place une benne unique pour prendre en charge les tonnages collectés et pour organiser ensuite un système de tri et de traitement performant. Éco-mobilier soutient également certaines actions de communication des collectivités pour informer les habitants sur cette nouvelle filière et sensibiliser aux bonnes pratique de recyclage du mobilier usagé. Pour en savoir plus sur la filière : www.eco-mobilier.fr

Contact :

Aurélie GRIMMER Responsable Filières a.grimmer@sydeme.fr

136


137

FILIERES REP


Développement du MEITS Le Modèle d’Ecologie Industrielle et Territoriale du Sydeme

Le Sydeme :

un territoire, un projet Une collectivité actrice de la transition énergétique et écologique Le Sydeme est en charge du transport et du traitement des déchets ménagers d’un territoire regroupant 14 intercommunalités réparties sur 293 communes et riche de 385 000 habitants.

Collectivité actrice de la transition énergétique et pleinement engagée dans le développement durable, le Sydeme a construit depuis 2002 un modèle permettant la transformation des déchets en ressources, avec à la clé 180 emplois. Des investissements significatifs pour un processus performant, une gestion des coûts maîtrisée pour optimiser la mission de service public Le Sydeme a investi plus de 90 M € depuis plus de 10 ans pour développer les technologies et réaliser des équipements performants. Ils font la fierté du territoire et permettent à la Moselle-Est d’être un pionnier dans le domaine de la gestion et de la valorisation des déchets, sans augmentation de leur coût de traitement pour l’habitant.

Un modèle en voie de se transcender Le Sydeme parachève actuellement son modèle en : • relocalisant la production industrielle des sacs de collecte d’Asie en Lorraine (création de 20 emplois), • se dotant d’un centre de ressources, icône de modélisation de l’économie circulaire développée sur le territoire, • élaborant un démonstrateur pilote de méthanisation par voie sèche résolument novateur.

138


Des ressources seront produites pour le territoire lorrain à partir du Modèle Sydeme : création d’emplois, activité industrielle, développement de technologies innovantes. Dans le cadre de la mission de service public qui lui a été confiée, le Sydeme a construit sur son territoire une approche globale et innovante d’économie circulaire, véritable vitrine opérationnelle grandeur nature pour le développement du MEITS.

Développement du MEITS

DÉVELOPPEMENT DU MEITS

Le MEITS : un modèle, une ambition pour le territoire

Modèle Sydeme

Le développement du modèle Développement économique et Emploi sur le territoire du Sydeme Le Sydeme s’engage pour le développement économique de son territoire dans l’objectif d’en faire bénéficier sa population : 60 emplois à créer, des retours financiers pour le Sydeme.

139


Développement du MEITS Le Modèle d’Ecologie Industrielle et Territoriale du Sydeme Un projet de développement ancré sur des marchés pleinement porteurs Le développement du MEITS est au cœur des préoccupations écologiques (nécessité de valoriser la fraction organique des déchets, développement du tri à la source au niveau des collectivités), des contraintes réglementaires (obligation de valorisation des déchets organiques pour les collectivités et les grandes surfaces) et des marchés économiques actuels et futurs en France, en Europe et dans le monde.

Le Pacte Lorraine :

une reconnaissance pour le Sydeme Une reconnaissance institutionnelle du potentiel de développement Le projet MEITS dans son ensemble a été labellisé Pacte Lorraine au Volet III pour promouvoir les démarches innovantes d’attractivité et d’aménagement des territoires et soutenir l’action exemplaire du Sydeme dans le domaine de la transformation des déchets en ressources.

Une notoriété nationale et internationale Les innovations du Sydeme ont généré une forte notoriété et créé un intérêt médiatique significatif pour l’approche mise en œuvre et le modèle MEITS. Des collectivités prestigieuses se tournent vers le Sydeme pour bénéficier de son expérience et de l’expertise à l’heure de faire des choix importants pour leurs propres investissements.

140


Le Sydeme s’est inscrit dans un processus d’innovation permanente tout en restant maître de ses choix pour permettre à la population de s’approprier les succès de son investissement : maîtrise des outils et des processus, développement des partenariats industriels et coopération transfrontalière.

DÉVELOPPEMENT DU MEITS

Une organisation innovante pour piloter activement sa mission

Une action forte pour le développement économique du territoire Le Sydeme a innové avec les acteurs du territoire lorrain au service de ce territoire, et les bénéfices générés par le développement du modèle reviendront à ses habitants sous forme d’emplois, de coûts de traitement réduits et d’activité économique locale.

Contact : Direction

Serge WINKELMULLER Directeur Général des Services du Sydeme et des régies s.winkelmuller@sydeme.fr 141


Communication générale La stratégie de communication La stratégie de communication du Sydeme est portée par sa signature «Nos déchets ont de la ressource !». Régie par cette devise, sa communication vise différents publics-cibles : une cible interne (agents, services élus), une cible territoriale et locale (usagers, scolaires, enseignants, artisans-commerçants, entreprises et associations) puis une cible externe (collectivités extérieures, médias). Les outils de communication développés et les messages transmis sont adaptés à chaque type de public. La communication active du Sydeme se diversifie sur plusieurs médias : TV, radios, affichages, publications, site internet, plate-forme extranet, réseaux sociaux, relations publiques, évènements... afin de toucher ses publics-cibles. Chaque année, le Sydeme programme un plan d’actions de sensibilisation et d’information des ménages afin de répondre à plusieurs objectifs : - développer la notoriété du Sydeme, - faire connaître et faire adhérer les publics-cibles au dispositif mis en place, - engager le dialogue avec les usagers, - accompagner le changement de comportements, - promouvoir les compétences et les installations du Sydeme, - expliquer son fonctionnement, sa démarche et ses projets aux différents publics (les élus, les usagers, les artisans-commerçants, les enseignants, les écoliers…), - proposer des outils et des supports de communication efficaces et adaptés à ses publics-cibles, - mettre en place et équiper le centre transfrontalier d’éducation et de sensibilisation à l’environnement et la serre pédagogique du Sydeme. L’usager est le premier maillon de la filière déchets du territoire et, sans son implication au quotidien, l’ensemble de la filière ne pourrait obtenir les résultats significatifs qu’elle connaît aujourd’hui. De même et à juste titre, les administrés sont aujourd’hui nettement plus sensibles aux questions de transparence autour de la gestion de leurs déchets. C’est pourquoi, la communication joue un rôle primordial pour accompagner la compréhension des actions techniques réalisées et construire au quotidien la perception de la gestion des déchets et de ses modalités pratiques.

142


Les principaux vecteurs de la stratégie de communication du Sydeme sont : - les publications : journal trimestriel du Sydeme (Trions, Valorisons...), bulletins communaux ou des collectivités, - la communication de proximité : permanences de redotation multiflux, numéro vert... - les Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication : site internet du Sydeme et des collectivités, extranet, réseaux sociaux : espaces de communication électronique),

- le centre de ressources du Sydeme : expositions, visites, ateliers, animations... - les événements institutionnels : inauguration d’une installation, signature d’une convention ou d’une charte d’engagement, journées techniques, colloques, salons… - les événements Grand public : journée portes ouvertes, Semaine du développent durable, Semaine de la réduction des déchets, animation dans les écoles, les quartiers, les lieux publics... - les médias : presse quotidienne régionale et locale, radios locales, tv locales...

COMMUNICATION GÉNÉRALE

Présentation des vecteurs de communication

143


Communication générale Centre transfrontalier d’éducation et de sensibilisation à l’environnement Le Centre de Ressources du Sydeme installé à côté du centre de méthanisation de Morsbach ouvre ses portes au 4e trimestre 2014. Dans le cadre de sa mission, le Sydeme développe un important programme de communication à destination de tous les publics, mais celui qui prend le plus d’importance est le public scolaire avec une cible plus particulière sur les cycles 2 et 3. Actuellement, le Sydeme reçoit annuellement près de 3 500 élèves sur ses sites (notamment le centre de tri des recyclables de Sainte-Fontaine) et organise chaque année un projet ou concours pédagogique à destination des scolaires. L’objectif poursuivi par le Syndicat est de renforcer cette sensibilisation à l’environnement des publics scolaires, d’une part, en lui donnant une nouvelle dimension et, d’autre part, en lui conférant un caractère transfrontalier en l’ouvrant aux écoles sarroises. Cette dimension transfrontalière est une résultante du programme de coopération opérationnelle engagé entre le Sydeme et son homologue sarrois EVS (EnstorgungsVerband Saar), tous deux primés par le prix spécial de l’innovation décerné dans le cadre du Congrès du VKU qui s’est tenu les 27 et 28 novembre 2013 à Berlin. L’objectif de la mise en place de ce site est de développer un véritable concept d’éducation et de sensibilisation à l’environnement. Le centre transfrontalier d’éducation et de sensibilisation à l’environnement permettra de sensibiliser les scolaires et plus largement le grand public (usagers, collectivités, associations, organismes, entreprises) aux problématiques environnementales, à la production d’énergies renouvelables et de leur faire découvrir les solutions de valorisation des déchets adoptés sur nos deux territoires. Le projet de centre de ressources transfrontalier d’éducation et de sensibilisation à l’environnement regroupe l’aménagement de différents espaces : - un espace découverte, - un espace d’animations pédagogiques, - un parcours pédagogique, - un espace virtuel, - ainsi que la réalisation et l’aménagement d’une serre pédagogique.

144


l’espace découverte Cet espace permet de sensibiliser le grand public au tri, à la valorisation des déchets, aux énergies renouvelables, à la prévention déchets et de façon plus générale à la préservation de l’environnement au travers d’expositions thématiques pédagogiques et interactives. l’espace d’animations pédagogiques Celui-ci permet de proposer au public scolaire des animations ludo-pédagogiques sur le thème du tri, de la valorisation des déchets, des énergies renouvelables et de la prévention déchets et de façon plus générale, à la préservation de l’environnement. Ces animations pourront être proposées aux élèves des écoles, collèges et lycées du territoire du Sydeme et du territoire d’EVS. le parcours pédagogique Celui-ci permettra au jeune public de découvrir : le cycle des biodéchets, l’intérêt et le fonctionnement du centre de tri optique et du centre de méthanisation à travers un circuit ludo-pédagogique interactif. Sensibiliser les élèves à la préservation de la biodiversité. Un parcours pédagogique adapté aux différents niveaux scolaires sera mis en place sur l’ensemble du site et reliera nos différentes installations et aménagements (mare pédagogique, serre de démonstration…) à l’espace Découverte.

COMMUNICATION GÉNÉRALE

Description de l’aménagement des différents espaces du centre de ressources transfrontalier d’éducation et de sensibilisation à l’environnement :

l’espace virtuel Celui-ci permettra de présenter à tout public (français ou allemand) le Sydeme, son modèle d’économie circulaire, sa vocation, ses compétences, ses réalisations et ses projets ainsi que ceux de nos partenaires dont EVS au travers d’outils multimédias : présentations et vidéos. Une visite virtuelle du site méthanisation pourra être visionnée (en français ou en allemand) dans cet espace consacré aux outils multimédias. Elle permettra de faire découvrir de façon simplifiée le principe de fonctionnement du site de méthanisation car le site n’est pas aménagé pour pouvoir recevoir des visites tous publics. la serre pédagogique Cette serre dédiée à la communication sur la filière biodéchets sera un véritable outil pédagogique, un lieu de passage obligé à l’aboutissement de toute visite du centre de méthanisation de Morsbach. Elle permettra de démontrer aux visiteurs la valeur et la qualité des produits issus de la méthanisation des biodéchets triés par les habitants du territoire du Sydeme et d’EVS (compost et engrais liquides). Aussi, cet espace adapté aux adultes et aux enfants s’intégrera parfaitement dans la démarche de développement durable du Sydeme. En effet, la chaleur produite sur le site même de Méthavalor sera valorisée dans cette serre de démonstration.

145


Communication générale Site internet Outil central de notre communication externe, le site internet est une vitrine des compétences du Sydeme, de ses sites, ses filières de valorisation des déchets, ses événements et ses actualités. Il a été complètement restructuré fin 2010 pour être plus plus ergonomique, plus complet, plus esthétique, plus ludique et pédagogique. Il est accessible à cette adresse : www.sydeme.fr Ainsi, afin de mieux répondre aux attentes et aux besoins de chaque public, 3 entrées différentes sont proposées aux internautes : - une pour les usagers, - une pour les enseignants et - une pour les enfants qui souhaitent une approche ludique. Nos différents supports de communication sont téléchargeables en ligne tels que les guides du tri multiflux, le journal du Sydeme, les consignes du tri multiflux en vidéo... Un espace de jeux interactifs dédiés aux petits comme aux plus grands sur le tri et sur la destination des déchets intègre également le site internet du Sydeme.

146


Agenda

COMMUNICATION GÉNÉRALE

Jeux et animations

Documentation Dans la rubrique «Documentation», vous trouverez en téléchargement de nombreux supports de communication.

La rubrique «Agenda» informe des lieux, dates et horaires des réunions publiques, des permanences de dotations ou redotations, d’autres événements que nous organisons ou encore des manifestations auxquelles nous participons. Un moteur de recherche a également été ajouté à cette page pour faciliter les recherches.

147


Communication générale Journal Trions, Valorisons... Le journal d’informations trimestriel Trions, Valorisons... est le support de proximité principal du Sydeme. Il s’adresse aux habitants de son territoire, aborde les actualités et les projets du Sydeme, les initiatives et actions menées par ses collectivités adhérentes et donne les clés pour comprendre le traitement et la valorisation des déchets. De nombreux sujets y sont traités dans le but de faire adopter les bons gestes du tri. Ce support est distribué gratuitement en boîte-aux-lettres et téléchargeable dans l’Espace Documentation de notre site internet. Ce support permet de renforcer la cohésion entre les différentes collectivités, faire naître un sentiment d’appartenance et développer un esprit éco-citoyen.

148


Depuis la mise en place du dispositif multiflux sur son territoire, le Sydeme travaille en perpétuelle collaboration avec les médias locaux. Médias papier Le Républicain lorrain, l’Ami Hebdo, la Semaine et les Dernières Nouvelles d’Alsace notamment. Une chronique mensuelle du Sydeme était publiée notamment de 2010 à 2014 dans le Républicain Lorrain et le 57 MAG. Médias TV France 3 SARREGUEMINES - TV Mirabelle - TV Mosaik - TV8 Infos Moselle-Est - TV Cristal. STIM STIRING WENDEL - STV SCHOENECK - TELEK ETZLING-TVAZ (Alsting Zinzing) - TVR PETITEROSSELLE - CLS SPICHEREN - Canal Ecureuil COCHEREN - TV Mirabelle WOIPPY - TV Grauberg Nousseviller-Saint-Nabor - HVS Hombourg Vidéo Studio - TV locale (numéricable) MORHANGE Canal Info Longeville - Creutzwald Vidéo Studio - TV GIC Bouquenom SARRE-UNION - TFH (Falck Hargarten). Une collaboration s’est tissée entre le Sydeme et les télévisions locales du territoire depuis la mise en place de ses installations et de la phase test du dispositif multiflux : film d’annonce de Portes Ouvertes, films «Projet Méthavalor», «Multiflux, c’est dans le sac !», «Multiflux, mode d’emploi», «Emissions C’est dans le sac!», «Biométhane : une énérgie 100 % renouvelable».

COMMUNICATION GÉNÉRALE

Partenariat médias

Médias radios Radio Mélodie - Radio Studio 1 - France Bleu Lorraine Nord.

Contact :

Nadia Sanfilippo Responsable Communication n.sanfilippo@sydeme.fr 149


Communication générale Numéro vert Un numéro vert a été mis en place depuis janvier 2012 pour répondre aux interrogations des habitants de son territoire concernant le tri des déchets ménagers. Si vous avez un doute ou une question concernant le tri de vos déchets, contactez le :

Les horaires de permanences du numéro vert sont les suivants : Du lundi au jeudi de 10h à 12h et de 14h à 16h et le vendredi de 10h à 12h. En dehors de ces plages horaires, un message vocal peut être laissé sur le répondeur avec vos coordonnées pour pouvoir être recontacté. Plus de 1200 appels sont receptionnés en moyenne annuellement au numéro vert. La majorité des appels concerne le renouvelement de Sydem’pass, informations concernant les dates de permanences de redotation en sacs multiflux, les consignes de tri, la collecte, les déchèteries, le matériel de collecte ou de tri.

Contact :

Cindy SCHUBERT Chargée de communication multiflux c.schubert@sydeme.fr 150


Le Sydeme a également développé des supports de communication audiovisuels : films courts et pédagogiques concernant le projet Méthavalor à ses origines, la phase d’expérimentation du dispositif multiflux, les consignes de tri, 29 émissions décrivant les gestes de tri à adopter pour chaque type de déchets, 30 scènes de tri abordant le tri des déchets de façon humoristique, un film illustrant le modèle d’économie circulaire du Sydeme. Plusieurs de ces supports peuvent être visualisés ou téléchargés directement de notre site internet ou notre page Facebook.

Autres outils communication Articles pour les bulletins communaux

Il est proposé à l’ensemble des communes du territoire des articles concernant le tri Multiflux, le tri des emballages en verre et autres sujets pouvant être insérés dans les bulletins communaux. Il suffit de contacter le service communication afin de lui préciser votre besoin et le fichier vous sera transmis au format désiré.

COMMUNICATION GÉNÉRALE

Supports audiovisuels

Demande de supports de communication

Vous pouvez contacter le service communication du Sydeme pour toutes demandes de supports de communication relatives au multiflux ou au traitement des déchets de façon plus générale (guides du tri multiflux, autocollants d’identification des bacs, affiches sur les consignes relatives au multiflux, sur le fonctionnement du dispositif, sur les principes du multiflux, affiches spécifiques aux campings, etc. ou prêt de matériel et de supports de communication pour des manifestations). Les services du Sydeme restent à votre disposition si vous souhaitez des éléments rédactionnels, des photos, des illustrations, des articles complets concernant le multiflux, la méthanisation… pour vos supports locaux.

151


Communication générale Concours et projets pédagogiques Les concours pédagogiques constituent un axe important des actions de communication du Sydeme vers le jeune public. Chaque année, le Sydeme propose aux écoles primaires du territoire un projet ou un concours pédagogique, une initiative pouvant s’inscrire dans le programme de l’éducation à l’environnement et au développement durable qui a pour objectif de sensibiliser les écoliers de cycles 2 et 3 au tri et à la valorisation de nos déchets. La thématique change chaque année afin d’éveiller la créativité de nos apprentis trieurs. Dans le cadre de la remise des trophées des concours pédagogiques, un spectacle est offert à l’ensemble des participants.

Année scolaire 2007-2008

Année scolaire 2009-2010

Année scolaire 2011-2012

Contact : Année scolaire 2013-2014

Valérie DILLENSEGER Chargée de communication scolaire v.dillenseger@sydeme.fr 152


Le Sydeme organise d’une part des événements tels que des Portes Ouvertes, inaugurations de ses installations..., et d’autre part, il participe à des événements nationaux (Semaine du dévloppement durable, Tournée des Déééglingués...) pour mener des actions de communication et promouvoir le tri des déchets. Les salons à envergure locale et nationale constituent une vitrine importante pour faire connaître les projets du Sydeme.

Salon Pollutec Salons et évènements divers

COMMUNICATION GÉNÉRALE

Manifestations/événements

Animations en lieux publics

Tournée des déééglingués

Portes Ouvertes

153


Communication Sydeme - Intercos Actions et outils de communication Sydeme - Intercos Afin de communiquer des informations à ses collectivités adhérentes, le Sydeme met en place diverses actions : - l’organisation de réunions techniques trimestrielles regroupant les services techniques des 14 intercommunalités; - l’organisation de réunions de travail semestrielles avec les Directeurs Généraux des Services des intercommunalités; - la réalisation et la présentation d’un rapport annuel personnalisé pour chaque collectivité; - la réalisation à partir de 2014 d’un rapport d’activités annuel du Sydeme ; - le bilan du Transport des bennes de déchèteries ; - le bilan de la collecte des biodéchets.

Contact :

Aurélie GRIMMER Chargée des relations avec les services des intercommunalités a.grimmer@sydeme.fr

154


155

COMMUNICATION DES DONNテ右S SYDEME-INTERCOS


Communication Sydeme - Intercos Plate-forme extranet La plate-forme extranet est le principal outil de communication interne et d’échanges entre le Sydeme et ses collectivités adhérentes. Elle est accessible par le biais du site internet à cette adresse: www.sydeme.fr après identification de vos identifiants et mot de passe. L’accès à cette plate-forme est réservée au personnel du Sydeme, aux élus du Comité Syndical et aux services des collectivités adhérentes. Grâce à cette plate-forme, les intercommunalités ont accès à divers documents généraux concernant la communication (charte graphique, supports de communication), le fonctionnement du Sydeme et individualisés par collectivité.

Cliquez ici pour accéder à l’extranet

156


En cas d’oubli de vos identifiants et mot de passe d’accès à la plate-forme, il vous suffit de contacter le service de communication du Sydeme pour une réinitialisation de vos codes d’accès.

Accédez aux documents en sélectionnant ici les documents en question

COMMUNICATION DES DONNÉES SYDEME-INTERCOS

Entrez ici vos dentifiants et mots de passe

157


Les organes de fonctionnement Le fonctionnement du Sydeme s’organise autour de plusieurs organes de fonctionnement qui ont chacun un rôle déterminant : - Le Comité Syndical - Le Bureau - La Commission d’Appel d’Offres - Les Commissions de travail thématiques

Le Comité Syndical Conformément au Code Général des Collectivités Territoriales, le Sydeme est administré par un Comité Syndical. Il s’agit de l’assemblée délibérante au niveau de laquelle sont prises toutes les décisions. Le Comité Syndical regroupe 46 représentants titulaires désignés par les structures adhérentes : un titulaire est élu par tranche de 10 000 habitants entamée. Ses missions sont notamment : - élire son Président, - élire ses Vice-Présidents, - définir la politique du Syndicat, - voter le budget, décider des investissements, - se prononcer aussi sur les demandes d’adhésion et de retrait des collectivités. Concernant les réunions du Comité Syndical, elles ont lieu par principe tous les 3 mois à date fixe : les 1ers mercredis des mois de mars, juin, septembre et décembre. Plus d’informations sur les Statuts et les décisions du Comité sur la plate-forme extranet consultable à partir du site Internet : www.sydeme.fr

Le Bureau Le Bureau est l’organe éxécutif du Sydeme. Il comprend le Président et 15 membres représentants les différentes intercommunalités qui composent le Sydeme. Le Bureau est constitué : - du Président , - des 7 Vice-Présidents, - et de membres. L’ensemble des collectivités adhérentes devra être représenté au sein du Bureau selon la règle suivante : - 1 représentant pour les structures adhérentes de moins de 50 000 habitants. - 2 représentants pour les structures ahérentes de plus de 50 000 habitants.

158


Les membres de la CAO sont : Le Président : Serge STARCK

Titulaires

Structures adhérentes

Jean-Paul DOR

CCB

René STEINER

CCPN

François TROMBINI

CCPB

Jean-Luc LUTZ

CASC

Cyrille FÉTIQUE

CCAL

Suppléants

Structures adhérentes

Raphaël GARCIA

CCDUF

Gilbert SCHUH

CAFPF

Simone RAMSAIER

CCFM

Philippe LEGATO

CASC

Guy BORN

CCCM

LES ORGANES DE FONCTIONNEMENT

La Commission d’Appel d’Offres (CAO) Elle est composée du Président, de 5 membres titulaires et de 5 suppléants élus par le Comité Syndical. Son rôle, défini par le Code des Marchés Publics, consiste à vérifier la validité des candidatures et analyser les offres remises dans le cadre des marchés de travaux, de prestations et de fournitures relevant du code des marchés publics.

159


Les organes de fonctionnement Les Commissions Au total, 8 commissions de travail thématiques couvrant l’ensemble des compétences du Sydeme ont été mises en place. Ces commissions ont pour vocation d’étudier des problématiques données et d’élaborer des propositions qui seront ensuite discutées par le bureau puis en assemblée plénière. Chaque commission est conduite par un Vice-Président. Les commissions thématiques s’organisent ainsi :

La Commission Transfrontalier La thématique Transfrontalier couvre : le suivi du développement des relations transfrontalières. Conduite par le 1er Vice-Président : Gilbert SCHUH

La Commission Finances La thématique Finances couvre : tous les aspects liés aux budget, aux facturations de prestations, aux reversements de recettes, à la fiscalité et au financement des investissements. Conduite par le Président : Serge STARCK

La Commission Multiflux La thématique Multiflux couvre : la préparation et l’accompagnement de la mise en place du dispositif multiflux dans les différentes intercommunalités, le suivi des installations de tri multiflux, l’étude et la mise en place des collectes spécifiques de biodéchets. Conduite par le 3e Vice-Président : Jean-Luc LUTZ

La Commission Développement Industriel La thématique Développement Industriel couvre : le suivi de l’outil industriel et du développement des innovations mises en place par le Sydeme sur son territoire. le suivi des projets MEITS. Conduite par le 4e Vice-Président : Cyrille FÉTIQUE

160


La thématique Emploi et Insertion couvre : le suivi de l’action du Sydeme en matière d’emploi, en particulier du projet d’entreprise d’insertion conduit pour la Régie Ecotri Moselle-Est. Conduite par la 5e Vice-Présidente : Simone RAMSAIER

La Commission Communication La thématique Communication couvre : le suivi et la mise en place de la communication institutionnelle, interne, externe et événementielle. Conduite par le 6e Vice-Président : Valentin BECK

La Commission Méthanisation La thématique Méthanisation couvre : le suivi du fonctionnement du centre de méthanisation, la mise en oeuvre et le pilotage d’un comité de suivi regroupant riverains et associations de part et d’autres de la frontière. Conduite par le 7e Vice-Président : Edouard SCHAMING

LES ORGANES DE FONCTIONNEMENT

La Commission Emploi et Insertion

La Commission Filières La thématique Filières couvre : le suivi des filières en place : tri, D3E, DASRI, bois, résiduels, déchets verts, Meubles... l’étude de la mise en place de nouvelles filières, la veille technologique et stratégique en vue d’optimiser les filières en place. Conduite par le 8e Vice-Président : Victor MICHEL

Les Conseils d’Administration des régies Ecotri Moselle-Est/CSM/DSM Les membres du Bureau siègent au Conseil d’Administration des régies avec un usager. Le Président des 3 régies est : Serge STARCK Les 3 Vice-Présidents élus sont : - 1er Vice-Président : Jean-Paul DOR - 2e Vice-Président : Guy BORN - 3e Vice-Président : François TROMBINI

161


Les collectivités adhérentes Fiche de présentation des 14 intercommunalités qui composent le Sydeme.

Communauté d’Agglomération Forbach Porte de France

110 rue des Moulins - BP 70340 57 608 FORBACH Cedex Tél. : 03 87 85 55 00 Fax: 03 87 85 42 57

DGS :

Jean Michels (jusqu’au 31/12/14)

j.michels@agglo-forbach.fr

www.agglo-forbach.fr

Directeur Environnement / Déchets :

Président :

b.guigonet@agglo-forbach.fr

Paul Fellinger

Benoît Guigonet

paul.fellinger@agglo-forbach.fr

Responsable Collecte

Vice-Président chargé de la Gestion des Déchets :

h.steffanus@agglo-forbach.fr

Jean-Paul Hilpert

Hervé Steffanus

mairie@theding.fr

Responsable déchèterie

Délégués titulaires au Sydeme :

v.bourgaud@agglo-forbach.fr

Serge Starck, Laurent Kalinowski, Alain Flaus Jean-Bernard Martin, Gilbert Schuh, Jean-Paul Hilpert Jean-Claude Holtz, Jean-Luc Jéhin, Jean-Charles Giovannelli. Délégués suppléants au Sydeme :

Thierry Homberg, Marie-Christine Roche, Daniel Fritz, Marie-Christine Moehrel, Nadège Muller, Marcelle Riedemann, Bernard Lapp, Michel Obiegala, Marie-Thérèse Pfeiffer.

Valérie Bourgaud

Ambassadeurs du tri :

Virginie Godefroy

v.godefroy@agglo-forbach.fr

Pierre Knoll

p.knoll@agglo-forbach.fr

Carine Palermo

c.palermo@agglo-forbach.fr

Yasmina Chabab

y.chabab@agglo-forbach.fr

21 communes 81 108 habitants 6 déchèteries : Forbach, Stiring-Wendel, Rosbruck, Spicheren, Diebling et Behren-lès-Forbach. 162


99 rue Maréchal Foch - BP 80805 57208 SARREGUEMINES Tél. : 03 87 28 30 30 Fax : 03 87 28 30 31

DGS :

Arnaud Mathy

arnaud.mathy@agglo-sarreguemines.fr

www.agglo-sarreguemines.fr

DST :

Président :

christian.hector@agglo-sarreguemines.fr

Roland Roth

direction@agglo-sarreguemines.fr

Christian Hector

Chef de la Division Exploitation :

Régis Larose

Vice-Président chargé de l’Environnement :

regis.larose@agglo-sarreguemines.fr

Joël Niederlaender

Coordinateur du tri :

joel.niederlaender@agglo-sarreguemines.fr Délégués titulaires au Sydeme :

Joël Niederlaender, Jean-Luc Lutz, Denis Nilles, Hubert Bouring, Sébastien-Jean Steiner, Philippe Legato. Délégués suppléants au Sydeme :

Philippe Krebs

philippe.krebs@agglo-sarreguemines.fr

LES COLLECTIVITÉS ADHÉRENTES

Communauté d’Agglomération Sarreguemines Confluences

Conseillers du tri :

Marion Closset

marion.closset@agglo-sarreguemines.fr

Sabrina Goldschmidt Jean-Philippe Schwartz, Alain Dann, Pascal Tarillon, Roger sabrina.goldschmidt@agglo-sarreguemines.fr Heim, Aloys Hauck, Sébastien Schmitt. Animatrice du programme local de prévention des déchets :

Christelle Feisthauer

christelle.feisthauer@agglo-sarreguemines.fr

26 communes 53 052 habitants 4 déchèteries : Sarreguemines, Rouhling, Woustviller et Zetting. 1 déchèterie artisanale (à partir du 2e trimestre 2015) : Sarreguemines 163


Les collectivités adhérentes

Syndicat des Communes du Pays de Bitche

DGS :

38, rue du Colonel Teyssier - BP 80043 57232 BITCHE Cedex Tél. : 03 87 06 10 40 Fax : 03 87 96 08 42

Murielle De Biase

murielle.debiase@paysdebitche.fr

www.paysdebitche.fr

Responsable Environnement / Déchets :

Président :

environnement@paysdebitche.fr

Claire Pierrel

Daniel Zintz

mairie.siersthal@gmail.com

Ambassadrice du tri :

Vice-Président chargé de l’Environnement :

tri@paysdebitche.fr

Sonia Poirrier

Francis Sidot

mairie.montbronn@wanadoo.fr Délégués titulaires au Sydeme :

Daniel Zintz, Francis Sidot, Edouard Schaming, Christian Martiné. Délégués suppléants au Sydeme :

Marie-Agnès Philippon, Paul Dellinger, David Suck, Armand Neu.

46 communes 36 145 habitants 2 déchèteries : Bitche et Rohrbach-Lès-Bitche. 164


DGS :

2 rue de Pratel 57340 MORHANGE Tél. : 03 87 86 48 40 Fax : 03 87 86 48 41

Karine Albrech

karine.albrech@orange.fr

www.cc-centremosellan.com

Responsable Environnement / Déchets :

Président :

kviry@wanadoo.fr

Kévin Viry

Claude Bitte

cc-centremosellan@wanadoo.fr Vice-Président chargé de l’Environnement :

Pierre Hostrenko

communeeincheville@west-telecom.com Délégués titulaires au Sydeme :

LES COLLECTIVITÉS ADHÉRENTES

Communauté de Communes du Centre Mosellan

Guy Born, Patrick Seichepine. Délégués suppléants au Sydeme :

Antoine Franke, Pierre Hostrenko.

31 communes 14 840 habitants 2 déchèteries : Morhange et Vahl-Ebersing. 165


Les collectivités adhérentes

Communauté de Communes de l’Albe et des Lacs

DGS :

Place de la République 57430 SARRALBE Tél. : 03 87 97 80 17 Fax : 03 87 97 81 54

Serge Hoellinger

dgs@mairie-sarralbe.fr

www.cc-albe-lacs.com

Responsable Environnement / Déchets :

Président :

andre.rigaux@ville-sarralbe.fr

André Rigaux

Pierre-Jean Didiot

mairie.sarralbe@wanadoo.fr Vice-Président chargé de l’Environnement :

Cyrille Fétique

st-jean-rohrbach.mairie@wanadoo.fr Délégués titulaires au Sydeme :

Cyrille Fétique, Bernard Clavé. Délégués suppléants au Sydeme :

Joseph Betting, Francisco Vico.

12 communes 14 390 habitants 1 déchèterie : Sarralbe. Une déchèterie en projet à Puttelange-aux-lacs. 166


DGS :

1 allée René Cassin 57380 FAULQUEMONT Tél. : 03 87 29 83 50 Fax : 03 87 29 83 51

Jean-Paul Schmitt

dg@dufcc.com

www.dufcc.com

Responsable Environnement / Déchets :

Président :

n.fenninger@dufcc.com

Nathalie Fenninger

François Lavergne

Ambassadrice du tri :

Vice-Président chargé de l’Environnement :

Danièle Staub

Mélanie Chesini

m.chesini@dufcc.com

Délégués titulaires au Sydeme :

Danièle Staub, Victor Michel, Raphaël Garcia.

LES COLLECTIVITÉS ADHÉRENTES

Communauté de Communes du District Urbain de Faulquemont

Délégués suppléants au Sydeme :

François Lavergne, Guy Jacques, Michel Baylac.

28 communes (5 communes s’ajoutent à la collecte à compter du 1er janvier 2015) 23 907 habitants 2 déchèteries : Faulquemont, Longeville-lès-Saint-Avold. 167


Les collectivités adhérentes

Communauté de Communes du Warndt

DST :

Rue de Carling - BP 200 38 57150 CREUTZWALD Tél. : 03 87 81 89 89 Fax : 03 87 82 08 15

Hubert Kobler

h.kobler@creutzwald.fr

www.cc-warndt.fr

Responsable Environnement/Déchets :

Président :

j.bougie@creutzwald.fr

Jennifer Bougie

Jean-Paul Dastillung

jp.dastillung@creutzwald.fr

Ambassadeur du tri :

Vice-Président chargé de l’Environnement :

a.fischer@creutzwald.fr

André Fischer

Valentin Beck

valentin.beck@hamsousvarsberg.fr Délégués titulaires au Sydeme :

Valentin Beck, Jean-Paul Dastillung. Délégués suppléants au Sydeme :

Pierrot Moritz, Salvatore Fioretto.

5 communes 18 806 habitants 1 déchèterie : Creutzwald 168


DGS :

29A rue de Sarrelouis 57220 BOULAY-MOSELLE Tel : 03 87 79 52 90 Fax : 03 87 79 57 24

Laurent Danner

laurent.danner.ccpb@orange.fr

www.paysboulageois.fr

Service Ordures ménagères :

Président :

viviane.weisse.ccpb@orange.fr

Viviane Weisse

André Boucher

communauté.paysboulageois@orange.fr Vice-Président chargé de l’environnement :

François Trombini

trombini.francois@wanadoo.fr Délégués titulaires au Sydeme :

LES COLLECTIVITÉS ADHÉRENTES

Communauté de Communes du Pays Boulageois

François Trombini, Vincent Crauser. Délégués suppléants au Sydeme :

Christiane Muller, Eddi Zyla.

26 communes 14 694 habitants 1 déchèterie : Boulay-Moselle 169


Les collectivités adhérentes

Communauté de Communes de l’Alsace Bossue

Responsable Environnement / Déchets :

Maison des services 6 rue de Weyer 67320 DRULINGEN Tél. : 03 88 01 21 00 Fax : 03 88 02 21 09

Tania Osswald

tania.osswald@cc-alsace-bossue.net

www.cc-alsace-bossue.net Président :

Jean Mathia

ccab@cc-alsace-bossue.net Vice-Président chargé de l’Environnement :

Jean-Marie Blaser

kirrberg@wanadoo.fr Délégués titulaires au Sydeme :

Jean Mathia, Jean-Marie Blaser. Délégués suppléants au Sydeme :

Jacky Eberhardt, Jean-Noel Le Meur.

32 communes 13 948 habitants 1 déchèterie : Thal-Drulingen 170


DGS :

14 rue Vincent d’Indy 67260 SARRE-UNION Tél. : 03 88 01 67 07 Fax : 03 88 01 67 08

Julie Feiss

julie.feiss@ccpsu.fr Responsable Environnement / Déchets :

www.ccpsu.fr

Annick Moser

annick.moser@ccpsu.fr Président :

Marc Sené

mairie@ville-sarre-union.fr Vice-Président chargé de l’Environnement :

Michel Kuffler

mairie.herbitzheim@wanadoo.fr

LES COLLECTIVITÉS ADHÉRENTES

Communauté de Communes du Pays de Sarre-Union

Délégués titulaires au Sydeme :

Michel Kuffler, Marc Sene. Délégués suppléants au Sydeme :

Sylvie Kuffler, Marc Rieger.

13 communes 11 796 habitants 1 déchèterie : Thal-Drulingen 171


Les collectivités adhérentes

Communauté de Communes du Bouzonvillois

DGS :

3 bis rue de France 57320 BOUZONVILLE Tél. : 03 87 21 00 99 Fax : 03 87 74 78 37

Bernard Fouligny

bernard.fouligny@orange.fr

www.ccbouzonvillois.fr

Chargé de mission urbanisme et travaux :

Président :

joel.ochem@orange.fr

Joël Ochem

Alphonse Masson

ccb.president@orange.fr Vice-Président chargé de l’Environnement / Déchets :

Jean-Paul Dor

jpdor@wanadoo.fr Délégués titulaires au Sydeme :

Jean-Paul Dor, Alphonse Masson. Délégués suppléants au Sydeme :

Denis Paysant, René Kupperschmitt.

21 communes 13 847 habitants 1 déchèterie : Bouzonville 172


4 route de Creutzwald 57550 FALCK Tél. : 03 87 81 37 97 Fax : 03 87 81 15 86 Contact : cchouve@falckhargarten.fr Président :

Pascal Rapp

mairiefalck@falckhargarten.fr Vice-Président chargé de l’Environnement :

Jean-Victor Starck Délégué titulaire au Sydeme :

LES COLLECTIVITÉS ADHÉRENTES

Communauté de Communes de la Houve

Pascal Rapp Délégué suppléant au Sydeme :

Jean-Victor Starck

11 communes 8 599 habitants 1 déchèterie : Dalem 173


Les collectivités adhérentes

Communauté de Communes du Pays Naborien DGS :

Bâtiment des douanes Europort 57500 SAINT-AVOLD Tél. : 03 87 00 32 94 Fax : 03 87 92 00 44

Hugues Bonnefois

communaute@paysnaborien.com Responsable Environnement/Déchets :

Elisabeth Doerflinger

www.paysnaborien.com

e.doerflinger@paysnaborien.com

Président :

Ambassadeurs du tri :

André Wojciehowski

a.wojciechowski@mairie-saint-avold.fr

Laurent Funfschilling

Vice-Président :

Angélique Huet

l.funfschilling@paysnaborien.com stagiaire1@paysnaborien.com

Dominique Steichen

maire@mairiedevalmont.fr Délégués titulaires au Sydeme :

Mireille Stelmazyk, Frédéric Muller, Jean-Pierre Bies, René Steiner, Dominique Steichen. Délégués suppléants au Sydeme :

Gaston Adier, Michel Kieffer, Marylin Salamonowski, Claude Schäfer, Jean-Jacques Ballevre.

10 communes 41 698 habitants 2 déchèteries : Valmont et L’Hôpital. 174


Responsable Environnement / Déchets :

2 rue de Savoie 57800 FREYMING-MERLEBACH Tél. : 03 87 00 21 50 Fax : 03 87 00 21 64

Joëlle Leder

j.leder@cc-freyming-merlebach.fr

www.cc-freyming-merlebach.fr

Facturation des Ordures Ménagères :

Président :

cgoldschmitt@cc-freyming-merlebach.fr

Pierre Lang

Cathy Goldschmitt

ccfm@cc-freyming-merlebach.fr

Coordonnateur technique service valorisation :

DGS :

Eric Belin

eric.belin@cc-freyming-merlebach.fr

Gilles Rohm

ccfm@cc-freyming-merlebach.fr DGA - Responsable Opérationnel :

Luc Hoerner

ccfm@cc-freyming-merlebach.fr

Ambassadeurs du tri :

Zine Benarfa Julien Lostetter Lahcen Boudaoui

LES COLLECTIVITÉS ADHÉRENTES

Communauté de Communes de Freyming-Merlebach

ben@cc-freyming-merlebach.fr

Délégués titulaires au Sydeme :

Pierre Lang, Simone Ramsaier, Hubert Bur, André Duppre. Délégués suppléants au Sydeme :

Fernand Pawlak, Egon Gail, Patricia Helle, Josette Karas.

11 communes 33 889 habitants 3 déchèteries : Hombourg-haut, Henriville et Betting. 175


Lexique Ambassadeur ou Ambassadrice Du Tri (ADT)

Toute personne employée par la collectivité effectuant des missions de communication de proximité, principalement orale, sur le tri des emballages ménagers et ayant été formée à ces missions. Ces activités maîtresses sont de 5 types : - porte-à-porte, - préparation et intervention dans les réunions publiques, - actions vers les publics-relais - interventions dans les écoles, - animations pédagogiques.

Biogaz

Appelé aussi biométhane, ce gaz est produit par la fermentation de matières organiques animales ou végétales en l’absence d’oxygène. Cette fermentation appelée aussi méthanisation se produit naturellement dans les marais mais on peut aussi la contrôler dans des digesteurs (pour traiter des déchets organiques).

Caractérisations

Il y a 2 types de caractérisations : - En amont de la chaîne de tri, il s’agit d’une évaluation par échantillonnage de la composition qualitative d’un flux de déchets ménagers et assimilés collectés sélectivement entrant dans un centre de tri. - En aval de la chaîne de tri, c’est une évaluation par échantillonnage de la composition d’un lot de balles de matériau en sortie de centre de tri.

Centre de transfert

Le centre de transfert ou plate-forme de regroupement est un lieu de transit pour les déchets. Sur cette aire de stockage intermédiaire, sont rassemblés les déchets collectés dans les différentes communes (ou sites industriels) afin de les regrouper et de les acheminer par des moyens de transport adaptés vers les filières concernées. Ainsi, la fraction valorisable des déchets est orientée vers les unités de recyclage ou de traitement ; la partie non valorisable est conduite vers les centres de valorisation thermique ou centre d’enfouissement technique (CET) des déchets.

Centre de tri

Installation également appelée centre de tri des déchets municipaux, où les déchets issus des collectes sélectives sont triés plus précisément par matériau, conditionnés et stockés avant d’être recyclés.

Centre d’Enfouissement technique (CET)

Appelé maintenant Centre de Stockage des Déchets Ultimes (CSDND). > Voir définition CSDND

176


Appelé précédemment Centre d’Enfouissement Technique (CET) et puis Centre de Stockage des Déchets Ultimes (CSDU), c’est un lieu de stockage permanent des déchets. On distingue 3 classes de Centres de Stockage : - La classe I recevant des Déchets Industriels Spéciaux, Ultimes et Stabilisés, appelé maintenant «Centre de Stockage de Déchets Spéciaux Ultimes et Stabilisés», - La classe II recevant les déchets ménagers et assimilés, dits non-dangereux - La classe III recevant les gravats et les déblais inertes.

LEXIQUE

Centre de Stockage des Déchets Non dangereux (CSDND)

Collecte en porte-à-porte

Mode d’organisation de la collecte dans lequel le contenant est affecté à un groupe d’usagers nommément identifiables. Le point d’enlèvement est situé à proximité immédiate du domicile de l’usager ou du lieu de production des déchets.

Collecte par apport volontaire

Mode d’organisation de la collecte dans lequel un contenant spécifique à un type de déchet est mis à la disposition des usagers sur la voie publique ou en déchèterie.

Collecte sélective

Collecte de certains flux de déchets -recyclables secs et fermentescibles-, préalablement triés en vue d’une valorisation ou d’un traitement spécifique (ADEME).

Compostage

Traitement biologique en milieu aérobie (en présence d’oxygène) de matières fermentescibles dans des conditions contrôlées. Il permet d’obtenir du compost qui est un amendement organique riche en composés humiques.

Contrat Eco-Emballages

Le Contrat Eco-Emballages est un programme signé avec Eco-Emballages, l’éco-organisme qui pilote le dispositif national de tri et de recyclage des emballages ménagers. Ainsi, la collectivité signataire s’engage à développer un programme de collecte sélective pour 5 matériaux recyclables que sont les plastiques, l’acier, l’aluminium, le carton et le verre. Ce contrat apporte à la collectivité : - une contribution financière à la valorisation et à la mise en place et au suivi de la collecte sélective ainsi qu’à la communication auprès des habitants ; - la garantie de reprise des matériaux (au choix de la collectivité) ; - un accompagnement technique et méthodologique à la communication et à l’optimisation des programmes de collecte sélective.

177


Lexique Déchèterie

Espace aménagé, gardienné, clôturé, où le particulier et/ou les entreprises peuvent apporter leurs déchets encombrants et autres déjà pré-triés en les répartissant dans des contenants distincts en vue de valoriser, traiter ou stocker au mieux les matériaux qui les constituent.

Déchets d’Activités de Soins à Risque Infectieux (DASRI)

Ce sont notamment des déchets issus de l’activité des professionnels de la santé travaillant dans les hôpitaux, les cliniques ou issus de l’activité des soignants exerçant dans des cabinets libéraux. Mais ces déchets peuvent également provenir des patients en auto-traitement (traitements de maladies chroniques telles que le diabète, les insuffisances rénales et/ou respiratoires, les anti-rétroviraux, traitement des hépatites, hormones de croissance, anticoagulants…). Les DASRI sont collectés dans des boites jaunes sécurisées, distribuées sur le territoire du Sydeme par les pharmaciens et sont récupérés dans des points de collecte définis telles que les déchèteries.

Déchets d’Équipements Électriques et Électroniques (D3E)

Ce sont les déchets d’équipements fonctionnant grâce à des courants électriques ou à des champs électromagnétiques, les équipements de production, de transfert et de mesure de ces courants et champs, relevant des catégories mentionnées à l’annexe I A de la directive 2002/96/CE. Ces derniers sont conçus pour être utilisés à une tension ne dépassant pas 1000 volts en courant alternatif et 1500 volts en courant continu.

Déchets fermentescibles ou biodéchets méthanisables

Ces déchets sont composés exclusivement de matière organique biodégradable. Il s’agit des restes alimentaires (restes de repas, épluchures, fruits abîmés, marc de café, sachets de thé, coquilles d’œufs), des papiers (mouchoirs, essuie-tout, petits bouts de papiers, assiettes en carton), des petits déchets verts, des cendres, des sciures et des copeaux. Ils peuvent être valorisés par compostage ou par méthanisation.

Déchets Industriels Banals (DIB)

Ils regroupent l’ensemble des déchets non inertes et non dangereux générés par les entreprises, les industriels, les commerçants, les artisans et prestataires de services : ferrailles, métaux non ferreux, papiers-cartons, verre, textiles, bois, plastiques, etc. Dans la mesure où le DIB est correctement trié, il existe une filière de recyclage ou de revalorisation pour chacun d’entre eux.

Déchets Industriels Spéciaux (DIS)

Ces déchets toxiques sont produits par l’industrie et leur élimination nécessite des précautions particulières vis-à-vis de la protection de l’homme et de l’environnement.

Déchets inertes

Ce type de déchets ne se décompose pas, ne brûle pas et ne produit aucune autre réaction physique ou chimique. Les déchets inertes ne sont pas biodégradables et ne détériorent pas d’autres matières avec lesquelles ils entrent en contact, ne sont pas susceptibles d’entraîner une pollution de l’environnement ou de nuire à la santé humaine.

178


Il s’agit des déchets produits par les ménages qui présentent des dangers pour la santé ou l’environnement si ces derniers sont traités dans les mêmes installations que le reste des déchets ménagers. On distingue différentes familles de déchets ménagers dangereux : - Piles et accumulateurs - Ampoules ou lampes basse consommation - Peintures, décapants, solvants, pigments - Huiles de vidange, véhicules hors d’usage.

LEXIQUE

Déchets ménagers dangereux

Déchets recyclables

Ces matériaux peuvent être recyclés c’est à dire permettre de produire de nouveaux objets issus du même matériau tels que, par exemple : - le papier dont les fibres de papier sont séparées les unes des autres et réutilisées pour en faire du nouveau papier, - le verre dont les tessons (calcin) sont fondus pour pouvoir être à nouveau exploités.

Déchets ultimes

Selon l’article L 541-1 du Code de l’Environnement, le déchet ultime est défini comme un déchet, résultant ou non du traitement d’un déchet, qui n’est plus susceptible d’être traité dans les conditions techniques et économiques du moment, notamment par extraction de la part valorisable ou par réduction de son caractère polluant ou dangereux. Eco-Emballages. Depuis le 12 novembre 1992, la société Eco-Emballages a reçu des pouvoirs publics la mission de contribuer à assurer la prise en charge et le recyclage des déchets d’emballages ménagers pour lesquels les producteurs et les importateurs se sont associés avec elle, en vertu de la loi du 15 juillet 1975 et du décret du 1er avril 1992.

Déchets verts (DV)

Ce sont les détritus végétaux : tontes, résidus d’élagage, feuilles mortes… qu’ils soient produits par les particuliers (activité de jardinage) ou les professionnels : pépinièristes, paysagistes ou services techniques des municipalités (entretien des espaces verts privés ou publics).

Eco-Emballages Eco-organisme qui pilote le dispositif national de tri et de recyclage des emballages ménagers.

Eco-mobilier

Grâce aux éco-participations collectées, Éco-mobilier organise la collecte et le recyclage du mobilier usagé avec notamment les collectivités et les magasins partenaires.

Ecotri Moselle-Est

Ecotri Moselle-Est est la régie du Sydeme dont la vocation est d’exploiter les installations et les équipements mis en place par le syndicat.

179


Lexique Emballage pour Liquide Alimentaire (ELA)

Communément appelé brique alimentaire (ou Tétra), ce type d’emballage recyclable est destiné à contenir des liquides alimentaires (briques pour jus de fruits, laits ou potages). Il est fabriqué à partir de 3 matériaux différents : 75% de carton, 20% de plastique et 5% d’aluminium. Cet emballage léger et pratique assure la conservation parfaite de tout ce qu’il contient en assurant une excellente protection contre l’air et la lumière.

Emballage Ménager Recyclable (EMR)

Aussi appelés cartonnettes, ces emballages sont composés de papier ou de carton et sont recyclables. On y trouve notamment des boîtes en carton plat ou ondulé, des étuis, des sacs et sachets en papier…

Filière à responsabilité élargie du producteur (REP)

Les filières REP concernent à la fois des produits à destination des ménages et des produits à usage professionnel. La France est actuellement, dans le monde, le pays qui a le plus recours à ce principe de gestion des déchets, avec plus d’une vingtaine de REP. La mise en œuvre d’une filière REP se réalise majoritairement dans le cadre d’obligations réglementaires. Cependant, il existe également des cas où les industriels s’engagent volontairement dans ce type de dispositif.

Garantie de reprise d’Eco-Emballages

Ce dispositif est fondé sur 5 principes fondamentaux : - la solidarité : toutes les collectivités territoriales, quelles que soient leur taille, leur situation géographique, bénéficient des mêmes conditions de reprise. - la précaution : les industriels, responsables de l’application des normes et règlements, se sont engagés à éviter, autant que peut se faire, les risques pour la santé humaine et l’environnement. - la proximité : l’optimisation des coûts de transport conduit à livrer les unités les plus proches. - l’autosuffisance : Eco-Emballages encourage le développement d’unités de recyclage sur le territoire national. - la transparence : les acteurs de la garantie reprise se sont engagés à communiquer les informations techniques et économiques concernant le recyclage des recyclables.

Lixiviat

C’est la fraction liquide produite par l’action conjuguée de l’eau de pluie et de la fermentation naturelle lors du stockage des déchets. Riches en matière organique et en éléments traces, ces lixiviats ne peuvent être rejetés directement dans le milieu naturel et doivent être soigneusement collectés et traités.

Méthanisation

La méthanisation est un processus biologique de décomposition de la matière organique par des micro-organismes qui aboutit, en l’absence d’oxygène (processus anaérobie) à la formation de biogaz. Cette décomposition de la matière organique conduit également à la production d’un compost et de pressat biologique (engrais liquide).

180


En contribuant au programme Eco-Emballages, les entreprises se conforment à la loi qui les oblige à participer au recyclage des emballages qu’elles mettent sur le marché. En échange de leur participation financière, les entreprises apposent le point vert sur leurs produits. Les fonds ainsi obtenus par Eco-Emballages et Adelphe sont reversés aux collectivités locales et servent à la mise en place de la collecte sélective des emballages des ménages, partout en France. Ce pictogramme ne nous informe donc pas sur le cararctère recyclable de l’emballage mais permet de reconnaître une entreprise partenaire du programme français de valorisation des emballages ménagers.

LEXIQUE

Point vert

Polyéthylène Haute Densité (PEHD)

Cette matière plastique souvent opaque est employée notamment pour réaliser des emballages recyclables de produits ménagers (détergents, lessives...), de liquides alimentaires (bouteilles de lait, de soupe...) et de produits de toilette (shampoings, gels douche...). Sa rigidité est supérieure au PELD ainsi que sa résistance chimique et mécanique.

Polyéthylène Téréphtalate (PET)

Cette matière plastique recyclable peut être transparente (dit PET clair) ou teintée (dit PET foncé) et elle est principalement utilisée pour la fabrication de bouteilles d’eau, de sodas, de flacons, de pots, de films, de feuilles, de fibres....

Polychlorure de Vinyle (PVC)

Utilisé pour fabriquer différents produits en plastique (tuyaux, châssis…), ce matériau est un très bon isolant électrique, thermique et phonique également. Léger et étanche aux gaz et aux liquides, il résiste bien au vieillissement. Ce plastique n’est pas, pour l’instant, intégré dans les consignes de tri du sac orange réservé aux recyclables.

Prescriptions Techniques minimales (PTM)

Spécifications auxquelles doivent répondre les matériaux déjà triés selon les standards de matériaux. Les PTM s’appliquent dans le cadre de la garantie de reprise et peuvent également s’appliquer au cadre de la reprise garantie.

Recyclage

Action de récupérer la fraction utile des déchets et de la réintroduire dans le cycle de production dont elle est issue.

Redevance d’Enlèvement des Ordures Ménagères (REOM)

Appelée aussi redevance générale, les collectivités peuvent la substituer à la taxe d’enlèvement des ordures ménagères (TEOM), selon l’article L.2333-76 du Code général des collectivités territoriales. Celle-ci est décidée par les communes, les établissements publics de coopération intercommunale ou les syndicats mixtes qui bénéficient de la compétence prévue à l’article L 2224-13 CGCT portant sur la collecte des déchets ménagers. Elle est calculée en fonction du service rendu pour l’enlèvement des ordures ménagères. Chaque usager de ce service est redevable de la REOM.

181


Lexique Refus de tri

C’est une fraction des déchets qui a soit été soustraite au flux (en centre de tri) avant traitement ou qui est récupérée après un traitement inadapté à leur nature. Ces déchets sont non conformes au cahier des charges du centre de tri et seront alors soit incinérés, soit enfouis en CSDND. Ils représentent 10 à 40 % des déchets entrants, selon la composition et la qualité de la collecte séparative et l’efficacité du centre de tri.

Repreneur

Entreprise spécialisée dans les produits en fin de vie ou le recyclage de matériaux.

Reprise Garantie

Les repreneurs se sont engagés à respecter les principes fondamentaux de la garantie de reprise d’EcoEmballages, à l’exception de celui de la solidarité. Ainsi, les prix de reprise des matériaux diffèrent d’une collectivité à l’autre. Les prescriptions de reprise doivent être transmises à Eco-Emballages. La reprise garantie n’est possible que si le repreneur a signé un contrat avec les fédérations FEDEREC ou FNADE.

Taxe d’Enlèvement des Ordures Ménagères (TEOM)

C’est la taxe prélevée par la collectivité auprès des ménages, celle-ci est calculée en fonction de la surface bâtie et non en fonction du service rendu de ramassage des Ordures Ménagères. Elle est destinée au financement de la collecte et du traitement (tri, méthanisation, incinération, enfouissement, valorisation matière, etc.) des déchets ménagers. C’est une charge locative qui peut être récupérée de plein droit par le propriétaire sur le locataire. L’institution de la TEOM exclut la perception de la REOM mais permet la mise en place de la redevance spéciale pour les usagers non ménagers du service.

Taxe Générale sur les Activités Polluantes (TGAP)

La TGAP est due par les entreprises dont l’activité ou les produits sont considérés comme polluants: déchets, émissions polluantes, huiles et préparations lubrifiantes, lessives, solvants, matériaux d’extraction, pesticides, produits chimiques... Son montant et le taux applicable varient selon les catégories d’activité et de produit.

Tétra

Ce sont les Emballages pour Liquides Alimentaires. > Voir définition ELA.

TLC Les TLC regroupent les Textiles , le Linge de maison et les Chaussures.

Tri multiflux

C’est une technique permettant de distinguer plusieurs fractions de déchets qui seront ainsi dirigées vers les installations de traitement adéquates. Une couleur de sac est associée à chacune des fractions : le vert pour les biodéchets, l’orange pour les recyclables et le bleu pour les résiduels. Les sacs verts alimenteront l’usine de valorisation biologique, les sacs oranges sont acheminés vers le centre de tri des déchets ménagers recyclables pour y être triés et conditionnés par matériaux avant d’être expédiés vers des usines de recyclage. Et, les sacs bleus sont valorisés en centre de valorisation thermique.

182


Ce tambour rotatif filtrant (de forme cylindrique) est prévu pour le criblage des OM brutes, des DIB, et des collectes sélectives en mélange. Equipé de tôles perforées, il permet d’extraire du flux de déchets tous les petits éléments (petits papiers, bouchons, capsules de canettes, etc.) qui perturbent le tri manuel.

LEXIQUE

Trommel

Unité d’Incinération des Ordures Ménagères (UIOM)

C’est une usine d’incinération réservée aux déchets ménagers et assimilés. Ils y sont stockés dans une fosse généralement tenue en légère dépression pour éviter les problèmes olfactifs. Puis, sont acheminés vers le four, disposés en couches minces et subissent 3 cycles/heure : séchage + combustion + évacuation. La vapeur peut ensuite être utilisée pour alimenter un réseau de chauffage urbain ou produire de l’électricité. Mais d’autres actions sont nécessaires dans ce système d’élimination des déchets : le traitement des fumées, la récupération et la maturation des mâchefers, etc.

Valorisation énergétique

Elle désigne l’utilisation de déchets combustibles en tant que moyen de production d’énergie, par combustion directe (avec ou sans autres combustibles), ou par tout autre procédé, mais avec récupération de la chaleur. Elle utilise le pouvoir calorifique du déchet en le brûlant et en récupérant cette énergie sous forme de chaleur (chaudière) ou d’énergie mécanique (moteur).

183


Lexique A quoi correspondent ces logos ? Point vert

Apposé sur l’emballage d’un produit, ce logo signifie que le producteur du produit adhère au dispositif de valorisation des emballages et respecte donc les obligations du décret du 1er avril 1992. L’entreprise paie donc une contribution à une entreprise de recyclage ou de valorisation des déchets comme Eco-Emballages ou Adelphe (pour les emballages) ou Cyclamed (pour les médicaments).

Triman

Né du Grenelle de l’Environnement, l’objectif du logo Triman est d’améliorer le geste de tri des français, loin d’être encore parfait. Ce logo est destiné à informer les consommateurs que certains produits relèvent d’une consigne de tri en raison de leur caractère recyclable. L’idée est aussi qu’au moment d’acheter, le consommateur agisse de manière responsable en choisissant des produits qui se recyclent.

L’écolabel français NF-Environnement

Créé sous l’impulsion des pouvoirs publics, NF-Environnement est la marque de reconnaissance officielle de la qualité écologique des produits. Elle garantit que les produits qui la portent réduisent leurs impacts environnementaux tout au long de leur cycle de vie, tout en conservant leur qualité d’usage.

Tidy man

Simple incitation à la propreté, ce pictogramme invite les consommateurs à jeter l’emballage du produit dans une poubelle (« don’t litter » en anglais : ne pas jeter par terre) : il n’a donc aucun rapport avec les caractéristiques écologiques de l’emballage ou de son contenu.

L’écolabel européen

Equivalent au niveau européen de l’écolabel national NF-Environnement, l’écolabel européen distingue les produits de moindres impacts sur l’environnement tout au long de leur cycle de vie. Il peut être attribué dans chaque pays de l’Union Européenne.

Logo FSC

Ce logo, apposé sur du bois ou des produits à base de bois, garantit la gestion durable des forêts sur la base des critères économiques, sociaux et environnementaux de l’organisation internationale FSC (Forest Stewardship Council).

Anneau ou Cercle de Moebius

Ce symbole indique que le produit ou emballage est recyclable. Rien ne garantit cependant que le produit soit recyclé.

184


LEXIQUE

Cercle de Moebius avec chiffre

Celui-ci indique que le produit ou l’emballage contient des produits recyclés. Au centre du cercle de Moebius figure un pourcentage qui mentionne la part de produits recyclés dans le produit. Bien plus concret que le logo précédent.

Logo DEEE/D3E

Ce symbole indique au consommateur qu’il ne doit pas jeter le produit usagé dans une poubelle mais le rapporter au commerçant ou le déposer dans un conteneur spécifique en déchèterie.

Logo de l’APUR (Association des producteurs et utilisateurs de papier recyclé)

Dans le carré de droite apparaît un chiffre : 60, 80, 100 %. Il indique le pourcentage de fibres recyclées. Sous la mention «papier recyclé» apparaît le numéro d’agrément, signature de l’APUR.

Papier recyclé

On trouve parfois ce logo sur des ramettes de papier recyclé en association avec le logo APUR.

Plastiques

Ces différents logos indiquent que l’emballage est composé de plastiques recyclables. Le symbole est généralement accompagné d’un chiffre qui correspond à un type de plastique : 1 - PET - polyéthylène téréphatalate (bouteilles d’eau) 2 - PEHD - polyéthylène haute densité (flacons de shampoing) 3 - PVC - polychlorure de vinyle (tuyaux d’eau gris, gaines électriques) 4 - PELD / LDPE - polyéthylène basse densité (films d’emballage) 5 - PP - polypropylène (bouchons de boissons gazeuses) 6 - PS - polystyrène (tableaux de bord, isolation) 7 - autres plastiques

185


Lexique Alu Ce logo signifie que le produit ou l’emballage est constitué d’aluminium, matériau qui peut être recyclé. Rien ne garantit cependant que le produit soit recyclé. Contient des matériaux recyclés Ce symbole indique que l’emballage ou le produit est composé en tout ou partie de matériaux recyclés. Un pourcentage est indiqué au dessus de la flèche ou en définir la quantité. Verre Ce logo signifie que l’emballage est composé de verre recyclable (car le verre est recyclable !). Mais rien ne garantit que le produit soit recyclé.

Acier recyclable

Ce pictogramme nous indique que le produit ou l’emballage est constitué d’acier, matériau qui peut être facilement trié (d’où la présence de l’aimant) et recyclé. Rien ne garantit cependant que le produit soit recyclé.

186


187

LEXIQUE


Plus d’infos Si vous souhaitez vous ressourcer davantage en informations sur le traitement et la valorisation des déchets, nous vous avons sélectionné plusieurs sites internet de partenaires à visiter.

Pour les Recyclables

www.ecoemballages.fr www.ecofolio.fr (papiers recyclables) www.alliance-carton-nature.org (ELA) www.schroll.fr (EMR, ELA) www.recylux.com (acier, aluminium) www.verre-avenir.fr (emballages en verre)

Pour les D3E

www.ademe.fr www.eco-systemes.com www.prorecyclage.com www.envie.org/Nancy.html www.emmaus-forbach.fr

Pour les DASRI

www.dastri.fr www.ademe.fr www.prorecyclage.com www.ordre.pharmacien.fr

Pour les TLC

www.ecotlc.fr www.lerelais.org www.tridunion.fr

Pour le Mobilier

www.eco-mobilier.fr

188


189

PLUS D’INFOS


Index Ambassadeur ou ambassadrice du tri (ADT) Ampoules/Néons Biodéchets Biogaz Bois de déchèterie Caractérisations Centre de transfert Centre de tri Centre d’Enfouissement technique (CET) Centre de Stockage des Déchets Non Dangereux (CSDND) Collecte en porte-à-porte Collecte en apport volontaire Collecte sélective Compostage Contrat Eco-Emballages Contribution au traitement DASTRI Déchèterie Déchets d’Activités de Soins à Risque Infectieux (DASRI) Déchets d’équipements électriques et électroniques (D3E) Déchets fermentescibles ou biodéchets méthanisables Déchets Industriels Banals (DIB) Déchets Industriels Spéciaux (DIS) Déchets inertes Déchets ménagers dangereux Déchets recyclables Déchets ultimes Déchets verts (DV) Ecotri Moselle-Est Eco-Emballages Eco-mobilier Eco-systèmes ELA EMR Ferme énergétique Garantie de reprise d’Eco-Emballages Lixiviat Méthanisation Miscanthus Multiflux Péréquation des coûts de transport Point vert Polyéthylène Haute Densité (PEHD) Polyéthylène Téréphtalate (PET) Polychlorure de Vinyle (PVC)

190

176 133 96 176 122 176 176 176 176 177 177 177 177 177 64 -177 64 178 178 178 178 178 178 178 178 179 179 179 179 179 179 179 131 180 180 124 180 180 180 109 72-85 62 109 181 181 181


INDEX

Prescriptions Techniques minimales (PTM) 181 Principes des relations des intercommunalités Sydeme -Eco-Tri 60 Recyclage 181 Recylum 133 Redevance d’enlèvement des Ordures Ménagères (REOM) 181 Refus de tri 182 Régies 52-57 Repreneur 182 Reprise Garantie 182 Suivi de tri 66 Taxe d’enlèvement des ordures ménagères (TEOM) 182 Taxe Générale sur les Activités Polluantes (TGAP) 42-182 Tétra 182 TLC 182 Tri multiflux 182 Trommel 183 Unité d’Incinération des Ordures Ménagères (UIOM) 183 Valorisation énergétique 126-183 Verre 108-109

Rédaction, conception et réalisation

Sydeme 1 rue Jacques Callot 57600 Morsbach Tél. : 03 87 00 01 01 Fax : 03 87 00 02 09 Email : www.sydeme.fr Email : contact@sydeme.fr Impression

Technoprint

191


Creutzwald

Falck

Environnement, Ambassadeur du tri, sensibilisation, programme pédagogique, éco-responsable, éco-citoyen, tri

Sarre-Union Drulingen

Sarreguemines Bitche

Collecte, traitement des déchets, tri multiflux, recyclables, compost, méthanisation, biodéchets, bois, déchets verts, fraction fermentescible, biomasse, déchèterie

Sarralbe

Forbach

FreymingSaint- Merlebach Avold

Morhange

Faulquemont

Boulay-Moselle

Bouzonville

Résiduels, cogénération, valorisation thermique, valorisation énergétique, biométhane carburant, engrais, ferme énergétique, bio-ressource, emballages en verre

Consignes de tri, journaux, magazines, papiers, cartons, briques alimentaires, gros de magasin, emballages, ELA

Sydem quid 2014 version web  
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you